Version classiqueVersion mobile

Comparer en histoire des religions antiques

 | 
Claude Calame
, 
Bruce Lincoln

Résumés

Abstracts

Texte intégral

1 Maurizio Bettini, Vertumnus ou les aphormaí de l’anthropologue classique. Approches comparatives et religion romaine

2Comparer le Romains est une tâche difficile. Ils font tellement partie de l’identité occidentale qu’on a du mal à les placer à la distance demandée par la réflexion anthropologique jadis inaugurée par C.G. Heyne et J.G. Frazer. Pour échapper aux pièges de notre intimité culturelle avec les Romains, je suggère de suivre l’exemple de Clyde Kluckhohn, qui indiquait dans le « bizarre » — la différence entre « nous » et « eux » — la voie la plus directe pour rejoindre le cœur d’une culture. Le bizarre, l’inattendu, le surprenant peuvent nous offrir ce que Philon d’Alexandrie appelait aphormé, le point de départ mais aussi la ressource qui met la pensée en mouvement. Comme exemple d’analyse comparative, on a choisi un dieu assez bizarre du panthéon romain — l’« Arlequin céleste », comme l’appelait J.G. Frazer : Vertumnus.

3To compare the Romans is not an easy task. Their presence is so deeply rooted in western cultural identity, that it is difficult to place them at the distance required by the anthropological perspective foreshadowed by C.G. Heyne and J.G. Frazer. To skip the traps created by our cultural intimacy with the Romans, I suggest to follow the tracks of Clyde Kluckhohn, who privileged the “queer” — the difference between “them” and “us” — as the most direct way to reach the heart of a culture. The queer, the odd, the bizarre can provide what Philo Alexandrinus called the aphormé, both the point of departure and the resource necessary to start the process of understanding. An interesting example of comparative analysis is offered by an odd god from the Roman pantheon — the “heavenly Harlequin”, as J.G. Frazer called him : Vertumnus.

4 Claude Calame, Comparatisme en histoire anthropologique des religions et regard transversal : le triangle comparatif

5« Pourquoi comparer ? », en particulier en histoire des religions antiques. Un bref parcours à travers l’histoire des approches comparatives quant aux cultures antiques montre qu’au-delà du modèle sémitique ou du modèle aryen, compte le relativisme anthropologique dont la comparaison est le fondement. La comparaison donc, comme opération anthropologique de traduction transculturelle ; à la triple condition d’opérer la comparaison dans une perspective différentielle, d’être attentifs aux concepts opératoires de la comparaison en évitant de les naturaliser, et de porter un regard réflexif sur le sommet du triangle comparatif : comparandum, comparatum et comparans. L’argumentation porte ici sur une comparaison du récit des cinq âges dans le Travaux d’Hésiode avec le récit du rêve de Nabuchodonosor dans le Livre de Daniel, dans une perspective énonciative destinée à éviter les pièges de l’analyse structurale.

6“Why compare ?” particularly when it comes to the history of ancient religions ? A briefhistorical survey of comparative approaches to ancient cultures demonstrates that beyond the model that stresses Indo-European origins and one that emphasizes Semitic influence, there is also an anthropological relativism equally grounded in comparatism. Within anthropological projects of transcultural translation, however, comparison operates under three related imperatives demanding that one : compares from a perpective keenly attentive to difference ; remains self-conscious of one’s theoretical and operational concepts, such that these are never naturalized or taken for granted ; reflects self-consciously from the summit of the comparative triangle that produces relations among comparans, comparandum, and comparatum. This approach is demonstrated through a comparison of the five world-ages in Hesiod’s Works and Days and Nebuchadnezzar’s dream in the Book of Daniel, where a perspective attentive to issues of enunciation helps one avoid the traps of structuralist analyses.

7 Marcel Detienne, Entrer en religion et comparer

8Ni les théologiens défroqués, ni les pasteurs convertisseurs n’étaient en mesure de se demander ce que voulait dire « religion ». L’anthropologie comparée, et déjà cognitive dans les années soixante-dix, a dénoncé l’illusion si occidentale de croire que quelque chose comme la religion devait être une composante essentielle de la vie sociale et culturelle. Une archéologie de la chose depuis la romanité jusqu’à la Catholicité et sa puissante « police religieuse » devrait contribuer efficacement à déconceptualiser les notions et les catégories en usage dans la dite « Histoire des Religions ». À méditer entre les « Sciences religieuses » et les Divinity Schools. Très utile par ailleurs pour « sortir » vraiment de la Religion.

9Neither defrocked theologians, nor missionary pastors have been prepared to ask themselves what “religion” means. Already in the 1960s, comparative and cognitive anthropology denounced the characteristically western illusion of thinking that something like religion ought be an essential component of social and cultural life. An archeology of the matter from Romanity through Catholicism (and the potent “religious police” of the latter) ought contribute to undoing the categories and concepts commonly used in the so-called “History of Religions”. Something to ponder within “Religious Studies” and Divinity Schools. And useful elsewhere for truly “emerging” from religion.

10Page duBois, Thirty-six views of Mytilene : Comparative Approaches to Ancient Lesbos

11Comparative literature, by definition, compares. In this essay I consider the contributions the discipline’s tradition of focus on texts and language can bring to the comparative study of religions. I take up the call to “play in the fields of polytheism” and comparativism, and use the lyrics of Sappho as an example. Although scholars have often treated the Lesbian poet as an erotic poet, or as a devotee of Aphrodite, in fact reading shows a wider polytheism. Comparison of Sappho’s fragments with those of her contemporary Alkaios, with texts from Asia Minor and Egypt, with a hymn from the Rig Veda, and with a Chinese lyric poet, locate Sappho within a spectrum of address. The essay ends with a call to include the humanities along with anthropology and history in the comparative study of religions, and to respect its more open and associative forms of reading and analysis.

12Par définition la littérature comparée compare. Dans la présente étude, j’envisage les contributions que la tradition de la discipline centrée sur les textes et le langage peut apporter à l’étude comparative des religions. Je réponds à l’appel à jouer dans le « champ des polythéismes » et à comparer, utilisant comme exemples les poèmes lyriques de Sappho. Bien que les érudits aient souvent traité la poétesse de Lesbos comme l’auteur de poèmes érotiques, ou comme une fidèle d’Aphrodite, leur relecture fait apparaître un polythéisme plus large. La comparaison des fragments de Sappho avec ceux de son contemporain Alcée, avec des poèmes d’Asie mineure et d’Égypte, avec un hymne du Rig Veda et avec un poète lyrique chinois situe la poétesse de Lesbos sous différents éclairages. Elle aboutit à un appel à inclure les humanités, avec l’anthropologie et l’histoire, dans l’étude comparative des religions et à respecter ses formes plus ouvertes et associatives de lecture et d’analyse.

13 David Frankfurter, Comparison and the Study of Religions of Late Antiquity

14This essay advocates comparison in the study of the late antique Mediterranean world as a means of justifying generalizations that relate to the nature of religion, Christianity, and supplanted religious traditions and also as a means of developing dynamic ideal contexts or patterns for anomalies in the historical or archaeological record. The essay examines the fallacy of claims of purely “emic” analysis of historical materials, and it reviews methods of explicit and implicit comparison developed by V. Bonnell, J.Z. Smith, and P. Brown. The essay reviews some examples of comparative analysis by the author, demonstrating that the use of patterns to articulate historical anomalies and to develop cross-cultural comparisons does not distort primary materials but offers strongly-theorized contexts for challenging historical cases.

15 Dans l’étude du monde méditerranéen dans l’Antiquité tardive la comparaison s’impose en tant que moyen pour justifier des généralisations relatives à la nature de la religion, au chistianisme, et aux traditions religieuses devenues caduques ; c’est aussi un moyen pour développer des contextes idéaux ou des modèles dynamiques pour rendre compte des anomalies dans la documentation historique ou archéologique. À partir de l’illusion de l’analyse du matériel historique en termes purement « émiques », l’étude passera en revue les méthodes de comparaison explicite et implicite proposées par V. Bonnell, J.Z. Smith, and P. Brown, puis par l’auteur lui-même, dans différents cas de figure. L’usage de « patterns » pour rendre compte d’anomalies historiques et pour développer des comparaisons transculturelles, loin de déformer la documentation première, offre des contextes théoriques pour mettre à l’épreuve des cas historiques.

16 Bruce Lincoln, Theses on Comparison

17Although all generalization — indeed, all thought — depends on comparison, the latter is usually pursued in flawed ways and the results of comparatism have consistently been disappointing. After reviewing the reasons for such failures, the author recommends a “weak” form of comparison that a) treats a small number of comparanda in relative depth ; b) is equally concerned with relations of difference and similarity ; c) eschews implicit hierarchies of the peoples compared ; and d) attends to issues of context and subtext. As an example, two texts that thematize “envy of creation” (Greater Bundahišn 1.14 – 15 and Beowulf 86 – 103) are shown to advance a similar — but not identical — ethical recoding of socioeconomic and political interests.

18Bien que toute généralisation — à vrai dire toute pensée — dépende de la comparaison, cette dernière est généralement conduite de manière floue et les résultats de la démarche comparative sont en conséquence souvent décevants. Après un examen des raisons de tels échecs, on proposera une forme de comparaison « douce » qui porte, relativement en profondeur, sur un nombre restreint de comparanda ; qui est attentive aussi bien aux différences qu’aux similarités ; qui évite les hiérarchies implicites dans les cultures comparées ; qui affronte les questions de contexte et de subtexte. En tant qu’illustration, deux textes qui thématisent « l’envie de création » (Greater Bundahišn 1.14 – 15 and Beowulf 86 – 103) s’avéreront offrir une recodification éthique, semblable mais non identique, d’intérêts socio-économiques et politiques.

19 John Scheid, L’oubli du comparatisme dans certaines approches récentes des religions antiques

20Pour illustrer comment le comparatisme a tendance disparaître des recherches sur l’Antiquité, trois exemples sont donnés. Le premier concerne l’histoire des religions grecques et romaines, dont l’altérité est de plus en plus niée au profit de la « religiosité », un concept remontant à Friedrich Schleiermacher. Le deuxième exemple est celui des Étrusques, pour lesquels les recherches consistent le plus souvent à assimiler culture romaine du début de notre ère et la culture de l’époque archaïque étrusque, malgré les avertissements de Georges Dumézil. Enfin le troisième cas, qui est plus développé, concerne le comparatisme lui-même, tel qu’il était notamment illustré par Dumézil. Les suovétauriles sont analysés par ce dernier dans une perspective exclusivement indo-européenne, alors qu’ils sont attestés depuis l’antiquité jusqu’à ce jour en Chine, donc à l’extérieur du champ indoeuropéen. Cet exemple permet de voir la difficulté de l’exercice comparatif, qui oublie souvent ses principes au profit d’une doctrine, et interrompt prématurément l’enquête.

21This paper gives three examples for the oblivion of comparativism in Greek and Roman history. The first deals with the refusal of the alterity of Greek and Roman religions, which relies on a newly ongoing reference to Friedrich Schleiermacher’s “religiosity”. The second case reminds how comparativism is ignored by Etruscan Studies. Often Roman and early Etruscan culture and religion are simply identified. The third example is about some shortcomings of the comparative method itself. So the ritual of the suovetaurilia is considered by Georges Dumézil as a typically Indo-European feature. Actually this ritual is also testified since antiquity to the present day in China, which allows another comparative approach.

© Presses universitaires de Liège, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search