Version classiqueVersion mobile

Enquête ouvrière et théorie critique

 | 
Andrea Cavazzini

Conclusion

Texte intégral

1L’histoire que les chapitres précédents ont essayé de reconstruire connaît une fin assez sombre. La crise économique du milieu des années 1970 et la répression étatique de plus en plus violente détruiront, au tout début des années 1980, la centralité ouvrière comme référentiel politique général. Le contrôle des ouvriers sur le processus de production disparaîtra, tout comme la politisation de la vie dans l’usine. La fin des luttes ouvrières et des cultures politiques qui s’étaient fondées sur elles a eu plusieurs causes : d’abord, l’incapacité de la gauche extraparlementaire à stabiliser une stratégie politique et une formule organisationnelle en mesure de poursuivre l’articulation aux mouvements et aux positions de la classe ouvrière, et d’arracher celle-ci à l’hégémonie politique et syndicale du PCI et de la CGIL. Les ouvriers, qui avaient pourtant manifesté leur hostilité à l’égard des hésitations et des inefficacités des syndicats et des partis de gauche, se tourneront massivement vers les anciennes organisations pour stabiliser les acquis normatifs et salariaux de leurs luttes. Au contraire, les groupes de la Nuova Sinistra, incapables d’influer sur les contrats de travail et sur les accords syndicaux, finiront par être coupés de la réalité de l’usine et cesseront d’être des interlocuteurs des luttes des travailleurs. En outre, l’état d’urgence anti-terroriste des années 1970 déclenchera une vague de répression intense contre toute forme d’activité « subversive » dans les usines. L’occasion fut saisie pour normaliser la situation dans les usines à travers des arrestations et des licenciements massifs.

2Le capitalisme trouva également des moyens « endogènes » de déjouer le contre-pouvoir que les ouvriers représentaient désormais dans les lieux de la production : l’avènement des politiques néo-libérales, la décentralisation, l’automation, etc. Yann Moulier Boutang a bien décrit l’issue capitaliste de la crise des années 1970 :

  • 249 Y. Moulier-Boutang, L’Abeille et l’Économiste, Paris, Carnets Nord, p. 57.

Que vont faire les capitalistes dans un premier temps ? Débiter les grandes usines en morceaux. On commence par annoncer qu’une usine de plus de cinq mille ouvriers, c’est ingérable — et ça l’est effectivement parce que politiquement les usines géantes sont devenues incontrôlables. En outre, on n’a plus envie de maintenir ces forteresses ouvrières, comme celle de Turin où il y a cent vingt mille ouvriers en ville […]. L’automation arrive comme une réponse à cette situation, l’OS qui a longtemps été corvéable à merci sur la chaîne, commence à devenir insubordonné. On se passera donc de lui, parce qu’il coûte cher globalement, mais surtout parce que ses grèves coûtent plus cher encore249.

3Les innovations dans la production correspondent à l’exigence de saper la capacité des ouvriers à contrôler les processus :

  • 250 Ibid., p. 58.

Les réorganisations de la production […] visent à éviter les goulots d’étranglement et les blocages de la continuité des chaînes de montage. La production flexible avec des stocks tampons remplace la chaîne à flux tendus250.

4L’introduction de la méthode Toyota dans l’organisation de l’industrie automobile permet également de réduire les risques de blocage et de sabotage du processus de production :

  • 251 Ibid.

Au lieu de produire, d’avoir des stocks et de les vendre, on ne produit que ce qu’on a déjà vendu. Cela suppose un feedback de l’information. Cela suppose aussi une qualité très forte parce qu’on doit être capable de répondre en temps réel à une demande très différenciée. La voiture est commandée d’une certaine couleur, d’une certaine qualité, donc en production de petite série. Bref, c’est la production flexible251.

5L’organisation flexible de la production ne relève pas que d’une exigence de rentabilité supérieure : elle vise directement à détruire le savoir que le collectif ouvrier peut développer et utiliser à propos du processus de la production, et à canaliser la connaissance de la coordination stratégique des activités vers une sphère séparée :

  • 252 Ibid., p. 59.

[La production flexible] permet de faire des établissements beaucoup plus petits — en Occident, on commence par diviser par deux ou par trois les immenses unités. Elle permet aussi de faire des petites séries […]. Enfin, elle permet de réorganiser la production avec une traçabilité de la qualité, donc en fait d’éliminer le sabotage, parce que l’organisation du travail est capable de remonter jusqu’à l’origine du défaut252.

6La réappropriation du savoir par le capital s’accompagne d’une désarticulation systématique des liens préexistants du collectif ouvrier :

  • 253 Ibid.

Comme la production de qualité ne requiert plus l’OS fordiste, on s’en débarrasse. Cela se passe lentement mais sûrement ; on commence à externaliser la production par le recours aux sous-traitants, on organise une production flexible qui va compter de plus en plus sur la logistique d’une noria de camions transportant les matières premières, les pièces produites par des sous-traitants souvent très éloignés. En définitive, on atomise le collectif de travail, on atomise la compacité des établissements, on va faire de l’usine diffuse253.

7La transformation du statut du travail salarié est également une manière d’empêcher la formation d’un collectif indocile :

  • 254 Ibid.

C’est aussi le temps de la fin du plein-emploi. Le chômage chronique apparaît. Les formes d’emplois changent avec le développement de la précarité. Les syndicats reculent et sont vite laminés — non pas par une guerre idéologique, mais simplement parce qu’on commence à délocaliser. Car on démantèle les usines, et on va les déménager dans le Sud, dans le sud de l’Europe, en Asie, puis dans l’est de l’Europe254.

8La précarité, la fragmentation du travail, la segmentation du salariat, empêchent de faire prise des liens collectifs capables de se confronter à la réorganisation de la production : les travailleurs atomisés et soumis à des temporalités de plus en plus rapides et saccadées perdent toute prise sur la totalité des relations dans lesquelles ils se trouvent. En outre, ils sont soumis à des chantages de plus en plus contraignants :

  • 255 Ibid., p. 60.

La main d’œuvre n’est plus en plein-emploi, et la délocalisation devient possible parce qu’on accentue, avec les négociations du GATT puis la création de l’OMC (1995), l’ouverture au commerce international. Mais l’exposition des économies nationales à la concurrence mondiale ne commence à vraiment devenir forte qu’à partir de 1979, quand Margaret Thatcher et Ronald Reagan arrivent au pouvoir. La révolution, ou doit-on dire la contre-révolution, néolibérale, est en marche255.

9Les forces politiques qui avaient représenté les intérêts des classes laborieuses entrèrent dans une phase de crise très profonde : la dissolution des « nouvelles gauches » européennes à la fin des années 1970 fut accompagnée d’une profonde métamorphose des gauches « historiques » (les partis communistes et socialistes plus ou moins intégrés aux systèmes parlementaires) qui finirent, dans les décennies qui suivirent, tantôt par subir une marginalisation irréversible, tantôt par se rallier à la « modernisation » néolibérale.

10La classe ouvrière cessa d’exister en tant que force antagoniste au système économique et politique existant ; elle cessa surtout de représenter la possibilité d’une organisation alternative de la société. Le moment de négativité irréductible sur lequel il avait été possible de fonder tant une théorie critique de la société qu’une stratégie politique dont la centralité ouvrière était l’assise fondamentale finit par disparaître : les instances de la critique philosophique ou politique cessèrent d’avoir un lien structural avec des forces historiques agissantes, et les ouvriers redevinrent les objets passifs de la sociologie et de l’économie, voire d’un apitoiement oscillant entre le morbide et l’hypocrite visant les conséquences de la déindustrialisation et des libéralisations. Les accidents mortels et les plans sociaux sont devenus les seules occasions de visibilité publique d’une couche sociale qui n’existe désormais que comme destinataire d’une morale humanitaire, et qui d’ailleurs ne demande désormais que d’être aidée à supporter une vie de plus en plus dure, sans débouchés et sans espoirs.

11Cette situation de dissolution et de déroute fut enregistrée, dans le contexte italien, par des moyens qui représentaient le legs de la centralité ouvrière : par des enquêtes, donc, mais qui racontaient désormais la condition d’un monde ouvrier qui ne pouvait plus être identifié, ni s’identifier soi-même, aux pratiques et aux énoncés qui avaient été associés à la Classe. En 1988, le journaliste Gad Lerner, ancien militant de la gauche extra-parlementaire, publie Operai, un livre-enquête sur les conditions de vie des ouvriers FIAT après 1980. Le premier chapitre du livre commence par le récit de l’annonce, le 15 octobre 1980, de la signature par les secrétaires généraux des trois principales organisations syndicales italiennes, d’un accord, dont le texte avait été écrit directement par le Directeur Général de FIAT, Cesare Romiti, lequel « suspendait » 23 000 ouvriers. La signature, qui fit justement scandale, avait eu lieu après la déroute d’une grève à Mirafiori, l’usine FIAT qui était la plus grande unité industrielle d’Europe :

  • 256 G. Lerner, Operai. Viaggio all’interno della FIAT. La vita, le case, le fabbriche di una classe che (...)

Le 15 octobre représentait la date de naissance du deuxième miracle économique italien [après celui des années 1960, A.C.], lié essentiellement à l’essor d’une forme d’hégémonie inédite exercée par une entreprise, FIAT, sur l’ensemble de la société italienne, et à l’effacement définitif du logos autour duquel la gauche italienne avait bâti sa propre identité à partir de l’après-guerre : le logos de la centralité ouvrière256.

12L’enquête de Lerner est exemplairement une anti-enquête, voire une enquête négative : si la conricerca et l’enquête ouvrière naissent, en Italie, comme un retour aux sources des modes de vie, des comportements, des pensées et des paroles, des ouvriers, visant à saisir les traces de cette subjectivité antagoniste qui les aurait constitués en Classe, le retour, en 1988, au concret de l’existence ouvrière témoigne essentiellement d’une dissolution qui investit irréversiblement tous les repères habituellement associés au monde politique, idéologique et social des travailleurs salariés de la grande usine. La Classe elle-même avait disparu :

  • 257 Ibid., p. 11.

D’importants dirigeants de partis nés au sein du monde du travail salarié, peuvent aujourd’hui affirmer tranquillement : la classe ouvrière n’existe plus257.

  • 258 Ibid., p. 12.

13Lerner rappelait que les ouvriers continuaient à exister empiriquement, qu’ils étaient cinq millions en Italie : mais chaque ouvrier avait désormais sa vie, son trajet, ses aspirations, ses difficultés, radicalement individualisés : « Plus jamais ouvriers sans spécifications ultérieures. Les ouvriers du siècle qui vient sont les ouvriers en-soi, non les ouvriers pour-soi, le fruit révolutionnaire de l’Histoire rêvée par Karl Marx258 ». L’existence empirique des ouvriers n’est pas en discussion — ce qui a cessé d’exister est leur statut historico-politique lié à l’alternative qu’ils étaient censés représenter vis-à-vis de la société capitaliste :

  • 259 Ibid., p. 15. La citation d’E. Masi (1927-2011 ; militante des Quaderni Rossi et des Quaderni Piace (...)

Les ouvriers avaient survécu à l’Ouvrier. Un événement historique que […] la chercheuse marxiste Edoarda Masi commente avec mépris : « Les patrons ont réussi à réduire des gens conscients et courageux à des troupeaux confus de moutons désorientés »259.

14Le livre décrit une couche sociale atomisée et brisée, exclue à proprement parler de la richesse (éphémère) que l’Italie aurait connue dans les années 1980, incapable de retrouver la voie d’une auto-affirmation collective, mais également impuissante à garantir une différenciation des trajets individuels de ses propres membres, destinés à s’épuiser dans l’anonymat urbain des périphéries et des quartiers populaires :

  • 260 Ibid., p. 16.

D’autres couches sociales ont été capables de se transformer en corporations et groupes de pression. Les ouvriers, eux, vivent silencieusement leur chute irréversible dans les bas-fonds de la société260.

15Des passages saisissants décrivent des ouvriers dociles vis-à-vis des menaces et des intimidations dans le cadre d’un « despotisme d’usine » de plus en plus poussé, éloignés moins par crainte que par lassitude — après deux décennies de conflits qui s’étaient soldées par une défaite cuisante — de toute volonté de lutte, et ne souhaitant désormais que la tranquillité qui leur permettrait de payer leurs loyers et de faire accéder leurs enfants à des styles de vie et de consommation qui les mettraient définitivement à distance de l’identité ouvrière, sinon de la condition matérielle des ouvriers.

  • 261 Ibid., p. 30.

16À l’usine, le contrôle des ouvriers sur le processus de travail a disparu ; la solidarité collective a été remplacée par une méfiance généralisée et par un souci exclusif de son propre salaire, souvent caché aux autres par peur des envies et des médisances. Les rythmes de production, les pauses, et les nouvelles normes introduites par l’automation sont acceptés passivement. Hors-usine, le désir de marchandises débouche sur un conformisme généralisé dans le cadre de la société opulente du spectacle et du fashion : les langages, les comportements, la manière de s’habiller, des enfants d’ouvriers correspondent au « même modèle petit-bourgeois qui rassemble toute la jeunesse »261 ; mais il ne s’agit plus de la petite-bourgeoisie traditionnelle, qui, après avoir fourni incessamment des cadres dirigeants aux mouvements révolutionnaires, a été remplacée entre les années 1960 et 1980 par une couche informe de suppôts de l’industrie culturelle et de la consommation massifiée :

  • 262 Ibid., p. 29.

C’est avec fierté que les ouvriers contemplent la disparition des signes de l’identité ouvrière dans les mœurs et les modèles de vie de leurs enfants. C’est avec fierté qu’ils pensent : mes enfants ne me ressemblent pas. C’est pourquoi de ces enfants ils partagent les désirs de consommation les plus futiles. Par la joie de les voir indiscernables des enfants des bourgeois262.

17Le constat final est que

  • 263 Ibid., p. 35.

la Classe est devenue une entité liquide […] composée de milliers de cas individuels d’une mobilité sociale qui tend souvent vers le bas263.

18Une remarque paraît particulièrement instructive :

  • 264 Ibid., p. 17.

Pendant des décennies, le bruit de fond des usines avait engendré dans les sociétés industrielles un sentiment collectif de culpabilité, et il avait été érigé en symbole des contradictions non résolues dans ces sociétés. Aujourd’hui, cette contradiction est effacée en l’oubliant purement et simplement. Le miracle Fiat des années 1980 est là pour nous apprendre que la classe ouvrière non seulement n’est plus du tout « centrale », mais qu’elle n’existe plus, en effet264.

19De refoulé toujours revenant comme symptôme irréductible, constitutif de l’ordre social capitaliste et donc porteur d’un antagonisme infini, la classe ouvrière était devenue un rien, un non-être inarticulable dispersé en une myriade de petits bouts de réalité individuelle.

20Cette exclusion de la visibilité marque un passage épochal qui commence déjà à la fin des années 1970, lorsque la détermination politique de la classe ouvrière commence à être sapée par l’état d’urgence et par les formes catastrophiques sous lesquelles la séquence rouge était en train d’accomplir sa dissolution. Un autre ancien militant de Lotta Continua, l’historien Giovanni de Luna, relate et commente les résultats d’une enquête réalisée dix ans avant celle de Lerner :

  • 265 G. de Luna, Le ragioni di un decennio, Milan, Feltrinelli, 2011, p. 130-131.

En 1978, dans le cadre de la circulation minoritaire, commencèrent à paraître les premiers témoignages posthumes sur les sujets sociaux qui avaient été les protagonistes des années 1970. Exemplaire fut en ce sens un livre-enquête de Marco Revelli et Brunello Mantelli sur les ouvriers FIAT qui recueillait des entretiens « immédiats » réalisés devant les portes de Mirafiori lors des journées dramatiques de l’enlèvement d’Aldo Moro […]. Les silences et les réticences qui ressortaient de ces témoignages révèlent rétrospectivement l’éclatement en fragments et débris individuels de la « centralité ouvrière ». Tout se passait comme si une classe tout entière avait perdu ses propres codes de langage, ses propres traditions culturelles, ses référentiels politiques : face aux magnétophones, la majorité des ouvriers ne s’arrêtait que les quelques secondes nécessaires pour prononcer des fragments de lieux communs (« je ne suis pas un politicien, je suis un travailleur », « je n’ai rien à dire, demandez aux délégués syndicaux »), de discours éclatés ; les jeunes ouvriers, récemment embauchés, disaient la plupart du temps : « Je ne pense pas, je ne suis pas censé penser, s’ils découvrent que je pense, je suis foutu ». Devant les yeux de Revelli et Mantelli se matérialisa le symbole d’une mutation anthropologique qui avait frappé la classe ouvrière — le jeune ouvrier « Giò » : « Regardez-moi bien, j’ai les chaussures pour la discothèque, la chemise des gauchistes, la boucle d’oreille des pédés, les cheveux longs des voyous ; rien qui rappellerait l’ouvrier parce que je veux que, si quelqu’un entre dans l’usine et me regarde, il comprenne tout de suite que je ne suis pas comme les autres »265.

21La fin sombre et désespérée de la centralité ouvrière, et ses conséquences posthumes furent enregistrées par des enquêtes — entre 1978 et 1988, la nouvelle réalité des ouvriers, la mort de la Classe ouvrière et l’oubli qui frappa son souvenir, furent révélés par une pratique qui avait habitué tout un monde intellectuel et militant au contact direct avec le monde ouvrier, mais qui attendait de ce contact le ressort d’une transformation de la politique et de la société. Le lien à la Classe se transformait en constat incontournable de sa dissolution — la classe ouvrière exhibait sa mort, sous des formes souvent intolérables, par les mêmes moyens qui avaient érigé sa centralité en référentiel politique de toute une époque : par des enquêtes visant à toucher au réel caché des sociétés capitalistes, les « entrailles », et le ressort caché, de son ordre productif et institutionnel. Mais cet ordre avait recommencé à se manifester sous la forme d’une « seconde nature » indépassable, rendant inimaginable toute alternative historiquement réelle.

22En particulier, l’espace de l’usine est redevenu un espace isolé, dont les liens structurels à la forme générale des rapports sociaux sont redevenus invisibles, et qui n’est plus au centre d’aucune stratégie politique, fût-elle « radicale ».

  • 266 La France est, avec l’Italie, le pays « classique » de la reprise marxiste-critique après la second (...)
  • 267 S. Lazarus, « Anthropologie ouvrière et enquêtes d’usine : état des lieux et problématique », in Et (...)

23Des tentatives significatives de repenser les conditions d’une politique ouvrière par-delà le référentiel de la Classe ont été proposées en France266 : des initiatives visant la connaissance directe de la condition actuelle des ouvriers ont été mises en place par d’anciens militants « maos » et des théoriciens post-maoïstes, tels que Sylvain Lazarus. Les positions de S. Lazarus à propos de la condition ouvrière sont tout à fait instructives par rapport à la condition actuelle des ouvriers. Dans un article paru en 2001, S. Lazarus tire quelques conclusions théoriques d’une enquête qu’il a menée dans les usines Renault au milieu des années 1980267 :

  • 268 Ibid., p. 389.

Dans ces années, la situation était marquée par ces deux traits : lutte des OS d’une part et restructurations, fermetures d’usine et plans sociaux d’autre part. Interne à cette conjoncture s’était ouvert un débat sur les OS, sur le travail d’OS et sur, en fait, le point de savoir s’ils représentaient une des formes de la figure ouvrière contemporaine ou pas. Là-dessus, des avis très controversés s’étaient fait jour. En 1983, un certain nombre de responsables du gouvernement de l’époque avaient déclaré à propos des ouvriers de Renault-Flins en lutte qu’il s’agissait de « chi’ites », « d’étrangers aux réalités sociales de la France ». Le propos, très étrange, consistait à confessionnaliser une grève, et donc suggérait de passer de la catégorie de grève ouvrière à celle de grève confessionnelle. « Chi’ite » était le signifiant d’une vindicte alarmiste (Khomeiny se trouvait au pouvoir en Iran depuis 1979), et nullement celui d’une caractéristique « ouvrière ». Ce point doit être examiné. Qu’est-ce que le qualificatif de « chi’ite » cherche à indiquer ? Formellement, il s’agit d’une religion, l’une des branches de l’Islam ; « chi’ite » convoque « islam », qui convoque « arabe », qui convoque « immigré ». L’opération explicite consiste donc à conjoindre, à propos d’une grève, « immigré » et « chi’ite », immigré et islam, en lieu et place de la conjonction immigré et ouvrier. Il est remarquable à mes yeux que cette confessionnalisation, qui peut être dite aussi « approche culturelle », fait disparaître complètement la figure ouvrière. Pourquoi268 ?

24Selon S. Lazarus, la confessionnalisation de la figure ouvrière — donc à proprement parler l’effacement de cette figure en tant que spécifiquement ouvrière — dépend de la configuration générale de l’époque « post-classiste » dans laquelle nous vivons :

  • 269 Ibid., p. 390.

Sera en effet clairement indiqué par les OS de Billancourt que la vision qu’ils ont des ouvriers ne se structure pas comme antérieurement par les notions de classe, de classe ouvrière, de mouvement ouvrier qui étaient référentielles et effectives dans la période précédente — et qui proposaient, en particulier, un dispositif unique de catégories circulant de l’usine à la société, la catégorie de classe permettant simultanément de dire et de penser les ouvriers à l’usine mais également dans l’espace de la société en regard de la politique et de l’État. Cette période est close de l’avis de tous au début des années 1980. L’élection de François Mitterrand à la présidence de la République peut en ponctuer la datation269.

25La surdétermination confessionnelle de la figure ouvrière relève de la péremption des opérateurs pratiques et discursifs — dont l’enquête militante était, au moins dans le contexte italien, un paradigme majeur — qui réalisaient concrètement l’irréductibilité des ouvriers à la condition immédiate de leur existence renfermée dans les usines et les ateliers :

  • 270 Ibid.

La péremption de l’idée de classe, si elle ne s’accompagne pas d’une assignation de la figure ouvrière à l’usine, a en effet pour conséquence de rendre indistincts, errants et sans norme, les termes possibles de la figure ouvrière. Puisque l’idée de classe ouvrière ne permet plus de représenter les ouvriers dans la société, alors pourquoi ne pas proposer que, dans la société, leur religion les identifie ? Dès lors que l’identification des ouvriers ne se fait pas à partir de l’espace de l’usine, toute tentative d’identification dans la société, dans l’époque post-classiste, est en réalité une désidentification, une confessionnalisation, une caractérisation culturelle, puis communautaire, puis ethnique. Que cela ait conduit un Premier ministre à tenir, sur des ouvriers en grève pour leurs conditions de travail, des propos sécuritaires et antiterroristes, peut être ici analysé comme la conséquence, à valeur péjorative, d’une approche des ouvriers par autre chose que leur assignation à l’espace de l’usine. Si ce n’est pas par l’espace de l’usine, alors ce sera par un trait sociétal, toujours présenté comme une différence négative, justifiant par là les politiques menées à leur endroit270.

26Étant donné le statut « épochal » de la phase post-classiste, S. Lazarus ne propose pas de restaurer les référentiels traditionnels du mouvement ouvrier, mais de reconstruire une figure ouvrière à partir de l’être-dans-l’-usine :

  • 271 Ibid., p. 389-390.

Il ressort de l’enquête que j’ai menée auprès d’ouvriers de Renault en 1985- 1986 que la figure ouvrière, à partir des années 1980, ne peut se constituer que liée à l’usine et dans son espace interne […]. Peu à peu il apparaîtra que, dans la nouvelle conjoncture — que je propose d’appeler « post-classiste » —, l’identification de la figure ouvrière exige de prendre en compte l’intrication entre ouvrier et usine 6 : c’est de l’intérieur de l’espace de l’usine que, dans la séquence post-classiste, une nouvelle figure ouvrière trouve ses termes, ses marques et son mode pratique d’expression et d’action271.

27Une autre remarque particulièrement intéressante de S. Lazarus porte sur un certain misérabilisme propre aux figurations contemporaines de la vie ouvrière, qui semblent être incapables de penser l’ouvrier autrement que comme un corps vivant dont l’écrasement par une souffrance extrême ne peut qu’engendrer une réaction de compassion immédiate qu’on pourrait dire presque animale :

  • 272 Ibid., p. 390-391.

Un autre élément de la conjoncture de l’enquête menée en 1985 portait sur la figure de l’OS elle-même : moins sur la dureté du travail d’OS que sur son caractère éventuellement obsolète et, ce faisant, sur le caractère éventuellement obsolète du travail ouvrier. Certains experts prédisaient la fin, grâce à la robotique et à l’informatique, du travail ouvrier. Le syndicat CGT avait de son côté lancé une grande campagne, interne et externe aux usines, dont le slogan était « Vie d’OS, vie brisée ». Quelles thèses sous-tendent cet énoncé, lequel fit l’objet d’une campagne massive d’affichage ? Première remarque : si OS peut être entendu comme désignant un poste et un type de travail, on peut dire que c’est le poste de travail qui, dans l’énoncé « Vie d’OS, vie brisée » décide de la vie et que celle-ci n’en est pas une. On est donc dans une dialectique de la détermination de la vie, de son sens, par le poste de travail ; ce qui opère n’est pas strictement la dialectique entre les conditions matérielles et les formes de conscience, mais celle entre le poste de travail et la valeur donnée à la vie. On a affaire non pas à une thèse postclassiste comme celle à l’œuvre dans la déclaration de Mauroy [concernant les chi’ites], mais à une thèse se maintenant dans le classisme qui, dans le même temps, tente de s’ajuster à la nouvelle conjoncture. Cette thèse se maintient en effet dans le classisme car si elle met en perspective poste de travail et vie (poste de travail est interne à l’usine et vie est à la fois interne et externe à l’usine), c’est dans une dialectique. Ce n’est plus « classe ouvrière » qui circule dans le lexique de l’intérieur de l’usine à l’extérieur de l’usine au travers du dispositif mouvement ouvrier/syndicat ouvrier/parti ouvrier. Par une analogie et une approche phénoménologique, on assiste à une existentialisation de cette catégorie circulante qu’est la « vie »272.

28Un corps brisé, un corps enfermé dans un espace — l’usine — qui n’est plus un espace articulé aux structures et aux tendances de la société, mais qui est devenu bien plutôt un espace de désocialisation radicale. On peut être très sceptique à l’égard d’une proposition politique — telle que celle de S. Lazarus — qui viserait à transformer en marque positive cette marginalisation de l’ouvrier dans le cercle fermé de l’usine : il n’en reste pas moins que la condition de possibilité d’une telle proposition est une situation épochale d’éclipse de la subjectivité ouvrière telle que Mario Tronti la définissait dans les lignes citées au tout début de notre étude. La société capitaliste contemporaine apparaît désormais comme un Destin mythique dont les manifestations n’ont plus besoin de se présenter comme rationnelles : la raison elle-même a cessé d’être un enjeu après la disparition de la négation dialectique.

Notes

249 Y. Moulier-Boutang, L’Abeille et l’Économiste, Paris, Carnets Nord, p. 57.

250 Ibid., p. 58.

251 Ibid.

252 Ibid., p. 59.

253 Ibid.

254 Ibid.

255 Ibid., p. 60.

256 G. Lerner, Operai. Viaggio all’interno della FIAT. La vita, le case, le fabbriche di una classe che non c’è più (1988), Milan, Feltrinelli, 2011, p. 7-8.

257 Ibid., p. 11.

258 Ibid., p. 12.

259 Ibid., p. 15. La citation d’E. Masi (1927-2011 ; militante des Quaderni Rossi et des Quaderni Piacentini, sinologue ayant contribué à introduire la Révolution Culturelle dans la problématique de la Nuova Sinistra et traductrice de Lu Xun) est tirée de Il libro da nascondere, Casale Monferrato, Marietti, 1985, p. 50.

260 Ibid., p. 16.

261 Ibid., p. 30.

262 Ibid., p. 29.

263 Ibid., p. 35.

264 Ibid., p. 17.

265 G. de Luna, Le ragioni di un decennio, Milan, Feltrinelli, 2011, p. 130-131.

266 La France est, avec l’Italie, le pays « classique » de la reprise marxiste-critique après la seconde guerre mondiale. Mais le contexte italien et le contexte français restent très différents et réciproquement intraduisibles. À l’évidence, le « gauchisme » et le maoïsme français ne réussirent pas à déclencher un processus politique comparable à la séquence rouge italienne. En outre, les références théoriques et politiques furent très différentes : le marxisme critique des « revues du dégel », les positions des Quaderni Rossi et l’opéraïsme représentèrent, en Italie, un champ théorique singulier. Et, bien entendu, la pratique diffuse et massive de l’enquête militante contribua à donner à la séquence italienne une forme difficilement exportable dans des contextes différents. Le maoïsme français aurait été le courant le mieux placé pour produire des effets comparables à la séquence rouge : d’abord, à cause de ses liens avec des paradigmes théoriques très puissants (le structuralisme, la psychanalyse lacanienne, etc.) qui auraient pu représenter l’équivalent de ce que fut en Italie la réception du marxisme occidental ; et, surtout, parce que la pratique de l’établissement — l’envoi de jeunes militants dans les usines pour y mettre en œuvre des pratiques d’agitation visant la construction d’un parti révolutionnaire — aurait pu déboucher sur un processus d’investissement réciproque entre, d’une part, le militantisme et l’organisation politiques et, d’autre part, la connaissance directe des conditions de l’usine et l’efficacité des énoncés et des savoirs des ouvriers dans la construction de l’orientation stratégique. Cela eut lieu, par moments ; mais globalement les choses prirent une autre direction que celle de la séquence italienne. Il est impossible d’approfondir ici les impasses et les destinées de la séquence française : d’ailleurs, ce champ de recherches est toujours ouvert ; je ne peux que renvoyer à ce qui a été déjà fait à propos des pratiques d’établissement propres au maoïsme. Voir A. Cavazzini (Séminaire du GRM), Le Sujet et l’Étude. Idéologie et savoir dans le discours maoïste, suivi de Dialogue avec Yves Duroux, Reims, Le Clou dans le Fer, 2011. Je renvoie notamment au Dialogue avec Y. Duroux pour une esquisse (préliminaire et insuffisante) de comparaison entre l’établissement et l’enquête militante italienne.

267 S. Lazarus, « Anthropologie ouvrière et enquêtes d’usine : état des lieux et problématique », in Ethnologie française, 2001/3 Vol. 31, p. 389-400.

268 Ibid., p. 389.

269 Ibid., p. 390.

270 Ibid.

271 Ibid., p. 389-390.

272 Ibid., p. 390-391.

© Presses universitaires de Liège, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search