Version classiqueVersion mobile

Enquête ouvrière et théorie critique

 | 
Andrea Cavazzini

Chapitre V. Des formes d’enquête

Récits et voix de la lutte ouvrière

Texte intégral

Triomphe et mort des Quaderni Rossi

  • 167 Voir aussi Mario Miegge, « Memorie de lavoro politico », in Inchiesta, 4, 2011.
  • 168 Cité par S. Merli, « Introduction » à R. Panzieri, Lettere (1940-1964), op. cit., p. XLI.

1Les Quaderni Rossi furent le site d’élaboration d’une conception de l’enquête dont les enjeux sont à la fois philosophiques et politiques. Nous avons essayé de reconstruire la généalogie de cette idée de l’enquête comme articulation d’une stratégie politique à une théorie critique de la société capitaliste. Cette reconstruction visait à montrer que l’enquête théorisée par les Quaderni Rossi surgit d’une conjoncture très complexe, où se rencontrent une crise radicale du mouvement ouvrier, d’intenses transformations sociales, une réactivation de l’antagonisme des classes laborieuses, qui peine pourtant à trouver une traduction politique et organisationnelle, et finalement une circulation de concepts et de problématiques entraînant une confrontation explicite ou implicite avec les principaux diagnostics philosophiques de l’époque moderne. Mais quelle est la structure effective de l’objet dans lequel convergent tous ces éléments historiques disparates ? Quels furent les caractéristiques réelles, et l’efficacité politique réelle, de l’enquête préconisée par les Quaderni Rossi ? Ces questions n’ont pas de réponse simple et directe. Plusieurs témoignages de militants des Quaderni Rossi reconnaissent que le programme d’un cycle d’enquêtes menées systématiquement dans les lieux de la production industrielle ne fut jamais réellement mis en œuvre, sauf sous une forme fragmentaire ; et que dans le court trajet des Quaderni Rossi, le poids des enquêtes proprement dites finira par se réduire par rapport à celui des débats idéologiques et politiques. En effet, la pratique de l’enquête explosera au fil du devenir de l’antagonisme ouvrier et par la crise de la gauche politique et syndicale — ce qui débouchera, après l’essor du mouvement étudiant en 1967, sur la formation des organisations de la Nouvelle Gauche, telles Lotta Continua et Potere Operaio. Comme le rappelait V. Rieser dans l’un des textes déjà cités, l’initiative des Quaderni Rossi fut accueillie avec enthousiasme par de vastes milieux syndicaux : l’appui de ces milieux était pratiquement indispensable pour pouvoir prendre contact avec les ouvriers, et pour pouvoir entrer dans les usines167. Cette condition du travail d’enquête impliquait le refus de toute rupture immédiate et radicale avec les organisations traditionnelles de la gauche politique et syndicale. Une telle rupture était explicitement refusée par Panzieri, dont l’idée d’un « contrôle ouvrier » de la production correspondait bien plutôt à une « longue marche dans le capitalisme avancé » au cours de laquelle les enquêtes auraient été à la fois une pratique d’agitation et la formation d’un savoir par lequel le collectif ouvrier aurait été en mesure de se réapproprier les conditions du procès de travail. Ce programme sera rendu impraticable par l’essor d’une conflictualité ouvrière beaucoup plus radicale que prévu, et dont l’évolution aura été extrêmement rapide. L’opéraïsme proprement dit est issu de la décision d’une partie des Quaderni Rossi de tirer des conséquences politiques immédiates de cette évolution. Après la mort de Panzieri, le « noyau dur » des militants qui étaient les plus proches du fondateur des Quaderni Rossi continuera à étudier les formes organisationnelles et techniques de l’exploitation néo-capitaliste. Mais leur influence sur les luttes qui émergeaient dans la société italienne reste limitée : en 1963, une scission des Quaderni Rossi avait donné vie à la revue classe operaia, animée entre autres par Mario Tronti et Antonio Negri. La revue proposait une interprétation de la conflictualité ouvrière qui rompait avec le travail lent et patient de construction d’un processus politique à même les lieux de la production censé déboucher sur le « contrôle ouvrier ». La révolte de la Piazza Statuto éclate à Turin le 7 juillet 1963, lorsque de jeunes ouvriers donnent l’assaut au siège du syndicat social-démocrate UIL, et le groupe de classe operaia se convainc que la Classe était désormais en train de refuser tant le système capitaliste dans son ensemble que les médiations impuissantes ou opportunistes des anciennes organisations politiques et syndicales. La temporalité longue du travail d’enquête, la durée nécessaire à la vérification de la conscience à même les comportements réels, apparaissaient désormais comme inadéquates à un processus quasi-insurrectionnel de refus global, qui demandait un positionnement politique et organisationnel immédiat, et qui désormais ne tolérait plus que la saisie directe d’une conduite antagoniste en acte. La subjectivité politique de la Classe semblait se donner immédiatement et totalement dans son opposition explicite, directe et globale au système capitaliste. La révolte du 7 juillet va modifier aussi les rapports de force internes aux Quaderni Rossi déjà avant la mort de Panzieri. La tendance néo-léniniste de Mario Tronti et la tendance spontanéiste représentée par Antonio Negri et le turinois Romolo Gobbi, convergent dans leur pari à propos de l’irréversibilité de la crise et de l’imminence de l’effondrement du système capitaliste-étatique italien, et contre la ligne « centriste » du contrôle ouvrier. La rupture immédiate, visant, pour le groupe trontien, une percée dans la sphère du pouvoir politique, s’oppose à la perspective auto-gestionnaire qui reste celle de Panzieri. Alors que celui-ci continue à envisager un travail de longue durée de formation de nouveaux cadres, issus des luttes ouvrières et des enquêtes, M. Tronti — désormais la personnalité dominante dans le groupe — affirme l’urgence de la constitution d’une organisation politique à part entière, qui pourrait à la limite coïncider avec les anciennes organisations dûment régénérées par le traumatisme des luttes. Ce clivage au sein du groupe se déclare lorsque l’éditorial du numéro III des Quaderni Rossi, écrit par Tronti, est remplacé par un texte de Panzieri et Rieser — Panzieri y critique ouvertement la tendance à identifier la conflictualité radicale vis-à-vis des organisations de la gauche que manifestent des groupes d’ouvriers « d’avant-garde » avec « la possibilité immédiate de développer une stratégie révolutionnaire globale, en faisant l’impasse sur les problèmes que posent les contenus spécifiques et les instruments requis par cette stratégie »168. Lors d’un bilan de la crise du groupe, Panzieri reproche à Tronti de ne faire que de la « philosophie spéculative autour de la classe ouvrière », et à Negri et au groupe de R. Gobbi une « idéologie vulgaire du sabotage », en faisant allusion à la lecture « spontanéiste » de la révolte du 7 juillet. Panzieri esquisse ensuite la ligne suivante :

  • 169 Ibid.

Il est très clair que, aujourd’hui, nous visons surtout à mettre en place un travail de formation d’une avant-garde révolutionnaire qui ne serait pas immédiatement de masse, et dont les positions politiques ne sauraient coïncider avec le mouvement réel pendant une phase qu’on peut prévoir comme étant très longue, mais qui ne peuvent que viser à réaliser cette coïncidence en termes de perspective169.

  • 170 Il faut aussi rappeler que parmi les « meneurs » du mouvement étudiant se trouvaient plusieurs jeun (...)
  • 171 Voir A. Cavazzini, Le Printemps des intelligences, op. cit., et l’Éditorial de La « séquence rouge (...)
  • 172 Voir F. Carlino, « Du point de vue partiel à l’universalité », op. cit., pour une étude du « cas » (...)

2La rupture au sein des Quaderni Rossi ne fut pas la seule conséquence de la révolte de la Piazza Statuto : les syndicalistes qui avaient d’abord collaboré avec le collectif-revue refusèrent de continuer à appuyer des initiatives qui débouchaient sur une opposition directe vis-à-vis des syndicats et des partis de gauche. Les possibilités de mettre en œuvre les pratiques d’enquête furent par conséquent drastiquement réduites. L’hypothèse du contrôle ouvrier n’aurait pu devenir effective que par un travail de longue durée, un travail de formation de cadres militants et d’enquête, sans délai fixé à l’avance, sans débouchés imaginaires, et surtout sans l’illusion de l’imminence du « grand soir ». Mais le temps, et la conjoncture, pressaient. Le développement du néo-capitalisme et la radicalisation de la protestation ouvrière ne laissaient que deux options dans l’immédiat : ou bien l’adhésion aux organisations existantes, en tant que structures en mesure de fournir un débouché politique immédiat aux luttes ouvrières ; ou bien la constitution immédiate de nouvelles organisations, mais qui avaient besoin de se penser comme déjà contenues dans les comportements ouvriers, alors que cet aspect était loin d’être vérifié au niveau de la généralité de la classe. Le projet de l’enquête ouvrière ne put donc être réalisé suivant son élaboration théorique explicite. Mais les exigences que les Quaderni Rossi formulèrent par le biais de leur réflexion sur l’enquête inspireront la manière dont plusieurs initiatives politiques postérieures articuleront ligne politique, saisie des contradictions sociales et production théorique. La centralité politique de la pratique de l’enquête n’aura de cesse d’inspirer les principales figures politiques de la Nouvelle Gauche italienne : depuis le mouvement étudiant de 1967-1968, en passant par les grandes révoltes ouvrières de l’« automne chaud » en 1969 — lesquelles, s’articulant aux luttes étudiantes, furent à l’origine de la constitution des groupes extra-parlementaires de la Nuova Sinistra —, jusqu’à l’essor du mouvement de l’Autonomie dans les années 1970170. Ces différentes figures témoignent de la difficulté de se doter de formes organisationnelles stables. Le caractère fragmentaire et fluide des identités politiques et idéologiques de la Nuova Sinistra finira par représenter une impasse insurmontable171. Cette instabilité concerne aussi l’enquête, qui sera une référence diffuse mais extrêmement difficile à fixer et à distinguer d’autres pratiques d’agitation et de militantisme172 : l’idée de l’enquête devint le centre absent de toute une constellation de comportements politiques très disparates, à laquelle il est possible d’assigner les différentes activités de Lotta Continua dans les usines, les prisons, et les quartiers populaires, l’agitation du Collectif Politique Métropolitain parmi les étudiants-travailleurs et les étudiants des instituts professionnels, les pratiques de l’anti-psychiatrie et du féminisme, les critiques de l’usage capitaliste et étatique de la médecine et en général des savoirs scientifiques. Chacune de ces pratiques déclinait d’une manière spécifique les exigences qui étaient à la base de l’idée de l’enquête formulée entre l’après-guerre et le miracle économique, ce qui impliquait de reprendre à chaque fois d’une manière différente les enjeux du rapport à la société industrielle, de l’écart entre le sujet et le système social, de l’appropriation des différentes formes de la rationalité de l’action collective et de la maîtrise des conditions sociales de l’existence. Dans ce contexte, il est très difficile, voire impossible, d’indiquer un modèle clairement hégémonique des pratiques d’enquête : les protocoles de construction de la connaissance, fût-elle militante, éclatent et finissent par investir une vaste gamme de pratiques politiques. À la rigueur, il faudrait entendre par « enquête », d’une part, toutes les pratiques aptes à capter et exprimer l’essor d’une subjectivité antagoniste à même une situation donnée ; et, d’autre part, les formes d’intervention politique qui s’articulent à ces pratiques d’analyse et d’« écoute » de la conscience antagoniste en acte. Ce qui implique d’incorporer à la notion d’« enquête » des discours et des écritures qui, tout en n’ayant pas le « format » habituel de l’enquête politico-sociologique, n’en correspondent pas moins à la restitution de conduites et discours afin d’en exposer la valeur antagoniste par rapport au système des rapports sociaux. Ce qui importe, et qui qualifie la pratique de l’enquête, est que la capture et la réinscription des paroles et des gestes des « sujets » impliqués dans une situation donnée deviennent le ressort central tant de la connaissance théoriquement réfléchie de ladite situation que de la pratique politique visant sa transformation. L’enjeu est toujours le même : découvrir, étudier et impulser le processus de formation d’une conscience de classe à partir d’une situation conflictuelle déterminée. C’est à trois modes possibles d’enquête — qui ne sont en effet que trois « cas » dont on évitera de préjuger du degré d’exemplarité — que ce chapitre sera consacré.

  • 173 Quaderni Rossi no 5, « Intervento socialista nella lotta operaia », avril 1965, p. 214-255.
  • 174 Ibid., p. 215.

3L’un des principaux résultats du travail des Quaderni Rossi fut incontestablement l’étude du « système » des entreprises FIAT. Ses résultats et sa méthode furent résumés en 1965 par un long article de Dino de Palma, Vittorio Rieser et Edda Salvadori, « L’inchiesta alla FIAT nel 1960-1961 »173. Le travail d’enquête étudié est donc déjà ancien, et il n’avait fait l’objet que de travaux internes du collectif des Quaderni Rossi. Le point de départ de l’enquête est la passivité ouvrière dans des entreprises rationalisées comme FIAT — qui représente la rationalisation autoritaire — et Olivetti — qui représente l’intégration paternaliste et « autogestionnaire » de l’antagonisme ouvrier. Il s’agissait de montrer que cette passivité n’était pas le fruit d’une capacité d’intégration de la lutte ouvrière que le développement économique aurait bientôt généralisée dans toutes les entreprises italiennes, mais bien plutôt le symptôme d’un « potentiel de lutte qui n’a pas trouvé les moyens de s’exprimer »174. Le choix de travailler sur le cas FIAT constitua un pari fortement soutenu par Panzieri : malgré l’accalmie du conflit ouvrier dans la grande « forteresse » turinoise, c’était justement là, et précisément à cause de l’absence apparente de lutte ouvrière, que l’enquête aurait dû dégager les conditions du travail politique. Chez FIAT, donc au cœur du capitalisme avancé et de ses pouvoirs d’intégration de toute opposition.

4La situation du syndicat chez FIAT est celle d’une extrême distance par rapport à la réalité ouvrière : l’enquête est donc le seul moyen d’obtenir

  • 175 Ibid., p. 217.

une connaissance autonome de la situation des ouvriers, qui ne dépendrait pas des contacts et des données dont disposaient les syndicats175.

  • 176 Ibid., p. 220.
  • 177 Ibid.

5Cette autonomie des instruments d’analyse par rapport aux syndicats signifie aussi que l’analyse n’est pas immédiatement surdéterminée par la ligne des organisations politiques et syndicales. Pour les auteurs de l’article, l’enquête est un outil qui précède le travail politique proprement dit ; ils font état cependant de différends surgis au sein du groupe sur le décalage temporel entre enquête et intervention militante : la discussion sur le concept de « con-ricerca » s’inscrit dans ce débat à propos des aspects respectivement politiques et sociologiques de l’enquête. Deux manières différentes d’organiser l’enquête sont donc proposées : certains militants pensent que l’enquête devrait adopter une démarche strictement scientifique, suivant les protocoles du savoir sociologique — les contacts avec les ouvriers auraient dû déboucher sur le recrutement de nouveaux cadres au sein du groupe, mais la mise en forme des questionnaires et le déroulement des entretiens devraient être décidés uniquement par les enquêteurs. D’autres membres du groupe pensent, au contraire, que les questions ne devraient pas être prédéterminées par les « animateurs » militants, mais devraient surgir au cours d’un processus qui fait de la rencontre « horizontale » entre militants et ouvriers le lieu de formation d’un collectif d’enquêteurs176. Cette proposition « spontanéiste » est abandonnée, et l’enquête sera élaborée à partir des outils sociologiques maîtrisés par le groupe des Quaderni Rossi. Pourtant, les tout premiers résultats de l’enquête sont immédiatement transformés en hypothèses portant sur le travail politique dans l’usine, si bien que le statut de simple outil ou démarche préliminaire de l’enquête est remis en cause177. Les luttes ouvrières réelles ou virtuelles, l’actualité ou la possibilité de l’intervention politique, font irruption dès le départ dans la construction de l’analyse « objective » du système FIAT.

6La problématique décisive qui inspire cette enquête est la situation de l’antagonisme ouvrier dans le néo-capitalisme :

  • 178 Ibid., p. 221.

Le problème politique crucial que nous voulions aborder par l’enquête était, en termes sociologiques, celui du rapport entre rationalisation capitaliste et intégration ouvrière178.

7Ce rapport est étudié d’abord dans l’espace de l’entreprise :

  • 179 Ibid.

La rationalisation de l’entreprise réduit, par l’introduction de nouvelles machines (plus ou moins automatisées) et d’une programmation toujours plus efficace de la production, certaines causes de souffrance et de conflit au sein du travail ouvrier, et, du même coup, grâce à l’augmentation de la productivité, permet de faire croître les salaires individuels : ces stratégies peuvent-elles déboucher sur l’intégration des ouvriers, à savoir le fait que, une fois que le système d’entreprise a éliminé certains aspects d’« irrationalité », les ouvriers s’adaptent totalement au système179 ?

  • 180 Ibid., p. 222.

8Mais la rationalisation technique — l’introduction de nouvelles machines — ne correspond pas forcément à la rationalisation organisationnelle, laquelle concerne l’organisation concrète du processus de travail immédiat ; en outre, l’absence de luttes visibles pouvait indiquer moins l’absence de tensions que l’incapacité à les traduire par une lutte organisée. L’enquête se propose de dégager l’existence éventuelle de failles dans la rationalisation, laquelle pourrait s’avérer beaucoup moins « totalitaire » que son apparence extérieure. Pourtant, le problème est posé d’emblée de l’éventualité que la passivité ouvrière, donc l’intégration de l’antagonisme, soit réelle même si la rationalisation de l’entreprise est imparfaite180. Dans ce cas, les causes de l’intégration auraient dû être recherchées en dehors de l’espace immédiat de l’entreprise, et référées aux tendances générales du développement capitaliste.

  • 181 Ibid., p. 223.

9Les questions sur lesquelles l’enquête se base sont posées à propos de phénomènes observables dans l’immédiateté de la vie de l’usine : elles formulent des hypothèses à propos des influences qu’un phénomène donné peut exercer sur d’autres, et sur la signification globale de cette influence181. La rationalisation organisationnelle est visée à travers une série de phénomènes étroitement corrélés :

  • 182 Ibid., p. 223-224.

a) l’organisation de la production (que définissent des éléments tels que la hiérarchie, le système des communications internes, les temps et les rythmes du travail, l’état de la technologie) ; b) la stratification sociale (que définissent des éléments tels que la mobilité interne et externe, le status, et que relie à a) le systèmes des tâches et des qualifications) ; c) les « bureaucraties ouvrières » (organes de la représentation au niveau de l’usine)182.

  • 183 Ibid., p. 224.

10Les conséquences de ces phénomènes sont distribuées sur trois plans, dont la distinction est explicitement considérée comme étant conventionnelle : le rapport « homme-machine » ; le rapport « homme-organisation » ; le rapport au niveau « socio-bureaucratique » où entrent en jeu « des éléments de conscience politico-syndicale, des formes de résistance et éventuellement des formes autonomes de représentation et revendication »183. Tous ces éléments sont censés s’articuler dans un profil général de l’intégration des ouvriers dans l’entreprise :

  • 184 Ibid., p. 225.

L’intégration est effective lorsque les contraintes que pose le système d’entreprise au comportement ouvrier […] sont assumées par l’ouvrier, deviennent des « auto-contraintes » ; autrement dit, lorsque l’aliénation devient elle-même une valeur […] par le biais de l’acceptation des valeurs que le système social de l’entreprise propose aux ouvriers184.

11Le travail d’enquête s’efforce de faire émerger des données portant sur l’intégration de manière indirecte,

  • 185 Ibid.

par l’analyse de toutes les données éparses et partielles concernant la tension ou l’adaptation, le conflit ou le consensus, qui aurait dû ressortir de la description du travail dans les différents secteurs185.

  • 186 Ibid., p. 225-226.
  • 187 Ibid., p. 237.
  • 188 Ibid.

12Rétrospectivement, les limites de ce protocole d’enquête « objectif » sont indiquées : non seulement aux ouvriers il n’était pas demandé d’exprimer des jugements de valeur ou des analyses globales portant sur la société capitaliste ou sur le système FIAT pris dans leur totalité ; mais le groupe n’arriva jamais à formuler précisément des méthodes pour déclencher le « processus d’induction » — pourtant théorisé — qui aurait opéré le passage des « faits circonscrits et des conduites immédiates à leur généralisation en termes d’intégration ou d’antagonisme »186. La forme de l’objectivité sociologique semble ici produire une contradiction avec le dispositif de la formation d’une conscience de classe référée à la totalité du système. L’enquête risque de se limiter à la surface immédiate des « faits » et d’exprimer précisément l’assujettissement ouvrier qu’on visait à déjouer. C’est probablement à cause de ces difficultés que les premiers résultats de l’enquête sont aussitôt investis politiquement : ils révèlent que le système FIAT est bien moins « rationnel » que prévu, que l’organisation est souvent inefficace et laisse une place considérable aux conduites informelles et aux improvisations, et que ce dispositif engendre des tensions incessantes entre les ouvriers et les cadres intermédiaires sur lesquels repose souvent la mise en œuvre des passages concrets du processus. Le chaos immanent au système d’entreprise rend incohérent et aléatoire le processus d’assignation des tâches et des qualifications, et partant la formation des carrières. Les salaires eux-mêmes, bien qu’élevés, augmentent moins rapidement que dans d’autres entreprises. L’effondrement du mythe FIAT, de l’image de l’usine parfaite, entièrement rationalisée, déclenche la multiplication des tensions et des conflits : l’indifférence des ouvriers vis-à-vis des organisations syndicales exprime moins l’intégration des ouvriers que la déception et le pessimisme face à ces organisations trop souvent immobiles et complices, faisant l’objet d’une certaine méfiance. Or ces résultats témoignent de l’existence de failles et conflits au sein du système FIAT : mais ils restent des résultats immédiats, difficiles à généraliser. Le problème d’un débouché politique général est directement posé, et il sera traité dans les débats internes aux Quaderni Rossi et dans les discussions avec les milieux politiques et syndicaux. Il est impossible ici d’en résumer tous les points, lesquels portent très souvent sur les difficultés du passage des résultats déterminés d’une enquête déterminée au plan des stratégies politiques et des tendances de la société capitaliste vue comme une totalité. Bref, le problème était celui du développement de la conscience de classe et de l’opposition au système social total : comment penser et opérer le passage des tensions de l’usine à la possibilité d’un antagonisme ouvrier généralisé ? Comment réarticuler le microcosme de l’usine ou de l’entreprise à la structure globale de la société capitaliste-avancée ? Le bilan qu’exprime le texte de 1965 porte principalement sur les limites d’un regard trop concentré sur l’entreprise comme réalité immédiate. L’intégration ouvrière a lieu, non seulement dans le système d’entreprise, mais dans la société capitaliste en tant que système total : la forme de la société en tant que telle, désormais soumise à la logique de la valorisation du capital, rendait impossible une prise de conscience immédiate des enjeux et des moyens d’une action collective de la part de la Classe — ce qui représentait un rapprochement avec les positions philosophiques et politiques d’Histoire et conscience de classe. L’idée du devenir-société du capital, de la soumission de la société comme totalité au capital, fournissait donc une clé moins empirique et partielle pour interpréter la passivité ouvrière187. Le discours à propos de l’antagonisme se modifiait par conséquent. Désormais, il portait moins sur la pure et simple existence de tensions internes à l’entreprise que sur l’acceptation ou le refus de la part des ouvriers des valeurs de la société capitaliste188. L’intégration et l’antagonisme étaient référés au rapport entre la Classe et la totalité sociale : l’aliénation de l’ouvrier, sa position subjective déterminée par la forme des rapports sociaux, devinrent les nouveaux critères de la généralisation des résultats de l’enquête. Par là, l’analyse empirique d’une entreprise déterminée était déclarée insuffisante. Plus radicalement, ce qui était mis en question était la capacité des méthodes sociologiques à cerner, par le biais de l’« objectivité scientifique », une subjectivité antagoniste exprimant le « refus » global des valeurs de la société capitaliste. L’enquête en tant que saisie de cette subjectivité antagoniste ne pouvait donc rester dans les limites des protocoles méthodologiques : elle prendra rapidement d’autres formes, dont il faudra maintenant étudier quelques exemples.

« Grèves à Turin »

  • 189 F. Fortini, « Scioperi a Torino », in Il nuovo spettatore cinematografico, dicembre 1962 ; repris d (...)

13Le texte qui retiendra notre attention est l’accompagnement-commentaire écrit par Franco Fortini d’un documentaire de 1962, réalisé par Paolo et Carla Gobetti, consacré aux grèves des ouvriers des usines Lancia à Turin189. Ce texte transcrit des énoncés d’ouvriers en grève et les incorpore à un récit-analyse aux objectifs « didactiques », dont le modèle explicite est représenté par Brecht.

  • 190 Bernard Simeone, « Protégez nos vérités, hommage à Franco Fortini », dans B. Simeone, Lecteur de fr (...)
  • 191 F. Fortini, entretien avec Stefano Merli, cité dans S. Merli, « Introduction » à R. Panzieri, Lette (...)
  • 192 Ibid., p. XXXI.
  • 193 À ce propos, je renvoie aux textes déjà cités consacrés à Fortini et à la « séquence rouge » italie (...)

14Au début des années 1960, après la phase des « revues du dégel », Fortini est une figure tutélaire pour les fondateurs de la revue Quaderni Piacentini, un laboratoire théorico-culturel d’avant-garde qui jouera un rôle crucial pour la gauche critique des années 1970. Il sera, pendant deux décennies, un interlocuteur critique et un inspirateur souvent inavoué des différents groupes et revues de la Nuova Sinistra italienne et, après la mobilisation étudiante de 1967-1968, « il fut en Italie un des rares interlocuteurs véritables de la jeune génération »190. Son rôle dans les vicissitudes de la gauche marxiste critique italienne est comparable à celui d’un Sartre, surtout en ce qui concerne sa position de « maître à penser » et « directeur de conscience » vis-à-vis des jeunes générations de militants. Dans les années 1950, Fortini avait consacré ses efforts au problème d’une organisation possible — à la fois engagée et libre des diktats des partis de gauche — de l’activité des intellectuels marxistes. Il visait à « réaliser des centres, des noyaux, des organismes ‘de classe’ directement liés à la base, dont la tâche consisterait à la fois dans l’élaboration théorique et dans la vérification pratique-scientifique »191. Ensuite, il se ralliera aux positions des Quaderni Rossi lorsque Panzieri aura rompu avec toute « politique d’appareil » : la politicité immédiate de la culture est la clé de ce que Stefano Merli appelle le « modèle-Panzieri » à propos de l’intervention politique, et qui opposera initialement Panzieri à Fortini « lequel reproposait la problématique, qui était celle de Vittorini, d’un ‘pouvoir de la culture’, externe à l’engagement au sein d’un parti, et d’une méthode de la pratique culturelle autonome, orientée par des intellectuels qui anticipent sur les options du mouvement ouvrier. Pour l’un (Panzieri), il y allait de la méthode du ‘travail de masse’ […] ; pour l’autre (Fortini), il y allait de la méthode de l’engagement sartrien, qui côtoie les mouvements politiques sans s’y identifier »192. Selon le témoignage de S. Merli, Fortini avoua avoir découvert par la suite le moment de vérité « prophétique » du modèle-Panzieri vis-à-vis de l’hypothèse sartrienne de l’autonomie « institutionnelle » des intellectuels ; et il s’efforcera d’adopter ce modèle lorsque celui-ci débouchera sur la création des Quaderni Rossi. Lors de la phase la plus intense des luttes étudiantes et ouvrières, entre 1964 et 1969, Fortini renonce à tout rôle « médiateur » de l’intellectuel pour expérimenter des nouvelles formes d’« usage de l’intelligence »193.

15Les premières lignes du texte que Fortini a écrit pour le documentaire de 1962 exposent une vision théorique et politique très précise :

  • 194 F. Fortini, « Scioperi a Torino », op. cit., p. 1365-1366.

Turin aujourd’hui n’est pas le Turin de Gramsci.
Autres usines, capitalisme
identique mais différemment organisé,
nouvelle classe ouvrière.
Les transformations techniques, les nouvelles machines,
ont changé
les rythmes de la production et les modes de la consommation.
De ces machines nouvelles est issu,
il y a dix ans, le mot d’ordre
de l’optimisme capitaliste :
transformer les ouvriers en bourgeois,
vendre à la famille ouvrière ce que l’ouvrier a
produit
et que le salaire ne lui a rendu que partiellement.
Un ouvrier, cent mille ouvriers
peuvent travailler pour le progrès du capital.
Mais la classe ouvrière ne le peut.
Elle est la seule force que le capital ne peut maîtriser
Puisqu’il l’engendre en son sein.
Lorsque la classe ouvrière sait cela,
c’est alors qu’elle existe. Et qu’elle le manifeste.
Lorsque la classe ouvrière se meut,
Le capital s’arrête194.

16Le texte exprime des positions propres aux travaux des Quaderni Rossi : le machinisme et la rationalisation de la production, le Welfare State et la consommation de masse, ont pu faire croire que la société capitaliste aurait atteint le stade de la pacification et de l’équilibre. Les classes laborieuses transformées en couches moyennes salariées auraient perdu leur potentiel antagoniste avec leur extériorité à la société capitaliste. En réalité, l’intégration peut résorber la conflictualité uniquement au niveau immédiat des vies individuelles : la Classe, elle, n’en est rendue que plus antagoniste. La transformation du capital en système total fait d’elle le seul moment réellement irréductible à la normalisation. Mais cette irréductibilité n’est pas une donnée immédiate : elle n’existe qu’en fonction d’une conscience qui est le seul ressort de la constitution en Classe des travailleurs intégrés. Cette conscience coïncide avec l’existence de la Classe — ce qui renvoie à la position de Lukács, selon laquelle la conscience de classe est une conscience qui modifie son objet. Se savoir comme Classe, exister comme Classe, et « manifester cela » ne font qu’un : c’est à ce moment-là que la Classe et le Capital s’affrontent comme deux puissances directement et ouvertement antagonistes, et que la totalité sociale capitaliste est brisée.

  • 195 Ibid., p. 1366.

17Après cette introduction théorique, qui est une véritable axiomatique de l’interprétation des luttes ouvrières, le texte reconstruit l’histoire des usines Lancia et le contexte immédiat de la grève. L’usine vient de subir une « rationalisation » de la production, qui redouble les stocks de voitures produites : la « nouvelle discipline » est imposée en expulsant les anciens ouvriers, « qui connaissaient et pouvaient enseigner la lutte. Dehors donc les cadres syndicaux et politiques ! »195. 40 % des ouvriers ont, en 1962, moins de 25 ans :

  • 196 Ibid.

La moitié de ces jeunes gens sont des immigrés. Plus dociles, car plus
affamés,
pensent les stratèges de la Direction196.

  • 197 En réalité, les membres des Quaderni Rossi accueillirent très froidement ce texte qui mélangeait le (...)

18Le texte fait état des activités économiques de Carlo Pesenti, le nouveau propriétaire, qui contrôle 80 % de la production italienne de béton, deux banques, les usines Lancia, une compagnie d’assurance, « une trentaine d’autres entreprises » et de nombreux journaux. Le miracle économique lui a permis d’ouvrir une nouvelle usine Lancia à Chivasso, près de Turin. Fortini construit son texte — qui contient des parties extrêmement « littéraires » et d’autres qui sont en revanche très théoriques et abstraites — comme une véritable enquête sociologique qui aurait pu être menée et publiée par le groupe des Quaderni Rossi197. Il expose les données structurelles concernant les usines Lancia dans le cadre du capitalisme italien, leur histoire, et la condition des ouvriers : tout ce que l’enquête et l’analyse, selon les Quaderni Rossi, doivent mettre en évidence dans l’étude d’une situation.

  • 198 Fédération Italienne des Ouvriers Métallurgistes, la branche proprement ouvrière du syndicat CGIL, (...)
  • 199 Ibid. p. 1367.

En mai 1951 cinq cents ouvriers seulement
avaient adhéré à une grève de la FIOM198.
Mais dans les derniers mois de l’année les syndicalistes CGIL
Repèrent de nouveaux cadres, cherchent une base commune à tous les courants et finalement présentent
à la Direction un schéma de revendications199.

19Le « schéma » comporte des augmentations des salaires par heure, une réduction de la journée de travail, l’égalité des salaires des nouveaux embauchés, une troisième semaine de vacances et l’embauche à temps indéterminé des ouvriers « à contrat »,

  • 200 Ibid.

les plus exploités, désarmés et soumis au chantage [du licenciement]. Mais qui seront à cause de cela l’âme de la grève200.

20Le récit continue :

  • 201 Cet acronyme désigne le syndicat d’entreprise, ou « jaune ».

Samedi 13 janvier, lors du refus de la Direction,
Les ateliers 12, 13 et 17 cessent de travailler pendant une heure et demie.
La FIOM demande une grève de 48 heures ;
mais la CISL, la UIL et le SIDA201 refusent.
C’est mercredi 17, six heures du matin : trois secteurs
s’arrêtent.

  • 202 Ibid.

Un cortège d’environ 300 ouvriers
traverse l’atelier.
Le travail cesse dans tous les secteurs202.

21C’est ici que le texte introduit — il s’agit toujours d’une technique propre aux enquêtes au sens strict du terme — le témoignage d’un ouvrier :

L’ouvrier Marchisio raconte :
« Donc nous avions décidé vendredi de nous arrêter le jour suivant samedi.
Nous avons commencé — on était quatre ou cinq — à parcourir l’usine et à diffuser la nouvelle, sans pour autant préciser ni le moment ni la façon dont on aurait fait cette chose, afin de ne pas être embêtés par les contremaîtres et les surveillants.

Samedi matin on entre dans l’atelier normalement et on travaille juste une petite demi-heure, et on décide que le moment le plus juste pour tout arrêter était sept heures, à l’heure de la sirène des employés qui entrent un peu plus tôt le samedi. On a recommencé à marcher et à faire passer le mot disant qu’à sept heures tout le monde devait cesser de travailler.

Et à sept heures, nous autres de l’atelier 12/1, toute une équipe a arrêté les machines et a éteint les lumières et a rejoint l’atelier 12 et l’atelier 17, et nous l’avons complètement arrêté […]. Nous sommes arrivés jusqu’à l’atelier 13 et donc nous avons réussi à arrêter trois ateliers en trois quarts d’heure.

Nous avons demandé une réunion de la Commission Interne dans l’atelier, et ça n’a pas été très bien vu par les chefs, les dirigeants, lesquels ont pourtant vite fait de changer d’avis, vu que les ouvriers n’avaient aucune intention de reprendre le travail.

  • 203 Ibid., p. 1368.

Nous avons dit très clairement à la Commission Interne que, si, lors de la réunion du mardi suivant, aucun accord n’était obtenu, nous nous serions considérés comme étant en grève à partir de mercredi, avec ou sans l’accord des syndicats. Et que s’ils n’étaient pas d’accord, nous aurions nous-mêmes, avec notre action, fait en sorte de le trouver, cet accord »203.

22Témoignage que suit aussitôt ce commentaire :

  • 204 Ibid., p. 1369.

Les ouvriers du Midi ont développé rapidement
leur conscience de classe. Ils dépassent d’un seul coup
le rôle dans lequel l’opinion bourgeoise souhaiterait les voir enfermés.
Tandis que l’ouvrier piémontais a derrière lui
sa ville, son milieu natal,
le méridional a derrière lui le vide de la misère rurale.
Il n’a à perdre que son salaire.
Dans la condition du jeune ouvrier méridional, l’ouvrier piémontais
reconnaît celle qui fut la condition de ses ancêtres, paysans immigrés.
Au moins en ce qui concerne cette condition des jeunes ouvriers Méridionaux
Turin aujourd’hui est toujours le Turin de Gramsci204.

  • 205 Dans la logique « brechtienne » de ce texte, l’approche fusionnelle des choses est toujours, du poi (...)

23L’insistance sur des formules qu’on pourrait appeler des « singuliers typologiques » — l’ouvrier piémontais, le jeune ouvrier méridional, etc. — a partie liée avec la manière d’approcher la classe ouvrière qui est propre à ce texte et en général au monde culturel et politique dont il relève. Les ouvriers « concrets » sont en effet saisis comme des figures de la Classe ouvrière en tant que sujet politique et historique antagoniste, irréductible au capital. Donc il s’agit effectivement de saisir des idéal-types par le biais de la reconstruction d’actions et discours. Cette approche pourrait être considérée comme intolérablement abstraite et indifférente à la singularité individuelle des travailleurs. Mais, comme Hegel le rappelait, la vraie « pensée abstraite » est la contemplation passive de la réalité immédiate : l’ouvrier singulier, dont on ne saisirait que la fatigue, les besoins, les opinions, etc., est beaucoup plus abstrait que le représentant de la Classe ouvrière, car, là où celui-ci est considéré dans le processus de son devenir autre chose qu’un simple homme-au-travail, l’ouvrier immédiat, en revanche, l’ouvrier en tant que tel, n’est finalement que cet ouvrier-là, figé dans la misère et la particularité de son existence immédiate. Les ouvriers présentés par le texte de Fortini sont des ouvriers singuliers, mais ils sont aussi, et simultanément, des sujets politiques, agents de la négation dialectique205.

24Après la remarque sur les analogies entre jeunes ouvriers méridionaux et ouvriers piémontais des générations précédentes, le texte présente de brefs passages qui témoignent de la condition de ces immigrés :

  • 206 Ibid., p. 1369.

– Je viens de la province de Bari. J’habite Turin depuis deux ans…
– Je viens de Caserte, je suis méridional ; oui, je travaille chez Lancia ; on fait grève depuis un mois et ces messieurs-là ne bougent jamais, ces salauds…
– Je viens d’Avellino, depuis cinq ans je suis ici, pourtant, j’ai besoin de beaucoup d’argent…
– Je viens de la Vénétie. J’ai quatre enfants et une femme et mon salaire… 74-75.000 lires par mois, 30.000 sont pour le loyer et le chauffage…
– Je viens de Foggia, je donne au propriétaire 25.000 lires pour le loyer…
– Je viens de Calatafimi ; marié, deux enfants, donc pratiquement, avec mon salaire, je pourrais aussi bien m’en aller et devenir braqueur…206.

25L’exposition des cas singuliers, des soucis les plus immédiats de chacun, est inscrite dans une analyse plus complexe de la réalité ouvrière : le cadre général est donné par l’analyse de la stratification historico-géographique des travailleurs et par la logique de cette stratification du point de vue du contrôle sur la force-travail qu’exerce l’entreprise rationalisée. Cette exposition doit permettre de saisir l’émergence d’une conscience de classe à même la prise en compte d’une situation intolérable et de difficultés matérielles insoutenables.

26Le passage suivant est consacré au déroulement de la grève :

  • 207 Ibid., p. 1370.

Jeudi 18. Les ouvriers sont tous dans les ateliers,
mais ils ne travaillent pas. À partir d’aujourd’hui,
tous les jours, les syndicats émettront un bulletin de grève ;
mais les ouvriers ont déjà opté pour reconduire
leur grève.
La grève est le résultat
d’une expérience qui a grandi
au cours des mois et des années précédents.
Surgit soudain une exigence permanente :
être soi-même contre le patron.
C’est le début de la recomposition de l’unité de la classe.
C’est pourquoi les ouvriers demandent
que les syndicats négocient avec la Direction,
mais qu’ils n’essayent pas de diriger, eux, la lutte !207

27L’unité de la classe se forme au cours de la lutte, par l’opposition à l’ennemi de classe : c’est à ce moment-là que la simple existence des ouvriers — marquée par le travail physique et les soucis économiques, et qui ne semblait pouvoir être interprétée que par des catégories économiques homogènes à celles qui gouvernent toute marchandise —, que cette existence donc est relevée par une valeur directement politique. Cette politisation commence par une transformation du sens des catégories techniques et économiques, dont la neutralité « rationnelle » vole en éclats. Le texte insiste sur l’effacement, par des revendications égalitaires, des hiérarchies internes qui divisaient le collectif ouvrier :

  • 208 Ibid.
  • 209 Ibid., p. 1370-1371.

Comment a-t-elle pu se former cette nouvelle conscience unitaire de classe ?208
Grâce à la revendication des primes de production et de la troisième semaine de vacances.
Plus jamais donc main-d’œuvre ou qualifiés,
mais [simplement] ouvriers.
Grâce aux nouveaux embauchés ; et, parmi eux, aux méridionaux, à ceux qui sont à la tête de la lutte.
Plus jamais donc septentrionaux ou méridionaux,
Mais ouvriers.
Grâce au problème de l’égalité salariale des jeunes [travailleurs].
Plus jamais donc jeunes et anciens,
mais ouvriers209.

28L’ouvrier est, dans la logique qui gouverne le texte de Fortini — et qui interprète les positions des Quaderni Rossi — une figure du générique : la Classe surgit comme mise hors-circuit des différences et des inégalités que la fragmentation capitaliste de la force-travail vise à reproduire et à fixer comme autant de données naturelles. L’unité de la Classe est l’universalité immédiate d’un collectif qui se pose comme un particulier — les ouvriers — mais dont la particularité consiste en effet à neutraliser les particularités préexistantes, si bien que la Classe est, en tant que particulier, le ressort d’un processus d’universalisation. Donc, l’unité réalisée localement de la Classe peut s’étendre à d’autres contextes, et réaliser par là sa propre universalisation.

29Il s’agit d’un passage décisif dans la constitution de la conscience de classe, que le texte de Fortini va saisir dans les aspects les plus (faussement) anodins de la conduite des grévistes :

  • 210 Ibid., p. 1371.

Au début la grève
est jalousement repliée sur elle-même ; elle ne veut voir
que soi-même. Elle se méfie
du syndicat parce qu’il est lui aussi extérieur à l’usine.
Mais la grève ne peut lutter que
si elle est plus que soi-même.
Que si elle rencontre les gens des rues :
d’un Turin
qui respire du capitalisme et qui l’ignore.
C’est pourquoi les ouvriers de Lancia
sortent de l’usine. Ils veulent
que la ville les voie210.

  • 211 François Bon, Sortie d’usine, Paris, Minuit, 1984.

30Premier mouvement : la constitution de l’unité par la lutte produit la tendance à exclure de la solidarité collective toute instance extérieure au partage immédiat de la situation de l’usine. Deuxième mouvement : la recherche d’une solidarité plus générale, d’une rencontre avec les habitants d’une ville dominée par un capitalisme qui est aussi une « institution totale », enveloppant toute forme de vie collective. La recherche d’un contact avec la ville universalise la grève, mais elle représente aussi une extension de la conscience de classe : la déprise vis-à-vis du système réifié doit être partagée, elle doit « sortir de l’usine » et investir les rapports sociaux, tout comme le capital a absorbé toute la société en faisant d’elle un moment de sa propre rationalité. Les ouvriers, donc, « sortent de l’usine » : c’est une sortie de l’usine très différente de celle qui donne son titre au livre de François Bon, par exemple211. Dans ce livre, il ne s’agit que de la « sortie » individuelle, à la fin de chaque journée de travail, que tout ouvrier désire, et qui éventuellement peut devenir métaphore d’une sortie définitive de l’enfer de la vie ouvrière. Les ouvriers dans le texte de Fortini sortent en portant avec eux leur lutte : ce n’est pas l’ouvrier particulier qui sort de l’usine, mais la Classe ouvrière, un sujet politique dont la conscience a franchi le seuil de l’investissement général de la société tout entière. La topologie du rapport luttes/société fait de l’usine, non pas un lieu de ségrégation et de renfermement, mais le point d’appui d’une percée au cœur d’une société qui, elle, est devenue interne au capital. Donc, la « sortie d’usine » individuelle ne peut être qu’une illusion — il n’y a pas de sortie de l’usine tant que le système capitaliste règne, car l’« extérieur », le monde de la vie que les individus croient pouvoir habiter une fois « sortis d’usine », est devenu en réalité un moment interne de la totalité capitaliste. Le texte poursuit en précisant que la grève ne peut marcher « que si elle rencontre d’autres ouvriers » :

  • 212 Ibid., p. 1371.

Toute grève,
même la moins « politique » en apparence
contient une conséquence révolutionnaire.
Et, au moment même où la signature de n’importe quel accord alimente et au fond renforce le capital,
devient visible pour la classe ouvrière
le tracé qui mènerait au-delà de tout accord,
qui mènerait au renversement du système212.

31Toute grève, dans la mesure où elle se fonde sur la constitution de l’unité et de la conscience de classe — les deux n’étant que deux manifestations d’un seul et unique processus pratique — est un paradigme de ce qui pourrait advenir ailleurs, d’une unité générale à conquérir mais dont chaque unité locale manifeste et préfigure la possibilité : tout processus local contient une intention virtuelle dirigée vers la totalité des rapports sociaux et vise leur transformation possible.

32Le passage suivant montre les limites de l’unification des luttes : aux usines Michelin une autre grève a éclaté, et les cortèges des deux grèves se rencontrent. Plusieurs entreprises dans le Nord de l’Italie sont frappées par la vague de grèves, mais la forteresse capitaliste de Turin reste intacte :

  • 213 Ibid., p. 1372.

Les regards se tournent vers FIAT, il faut essayer avec FIAT213.

33Mais les ouvriers FIAT n’appuient pas les grévistes :

  • 214 Ibid.

Depuis leur trottoir les ouvriers Michelin faisant grève
regardent le trottoir devant FIAT
mais ils n’osent pas dire : « Nous sommes
comme vous, soyez comme nous… »214.

34Il est difficile d’imaginer une expression verbale qui serait autant capable de saisir la dialectique de l’égalité et de la lutte : « Nous sommes comme vous, soyez comme nous… ». Une condition commune, passivement subie, de détresse et d’oppression se renverse — peut se renverser — en partage actif d’une condition différente : la condition de la lutte, de la solidarité active — l’égalité, non pas dans la misère, mais dans la maîtrise de son destin finalement arrachée à une oppression immémoriale.

35Le 6 février, la grève unitaire annoncée par la FIOM échoue, faute d’avoir eu l’appui des ouvriers FIAT.

  • 215 Ibid.

Di Manico, ouvrier de l’entreprise Spa, nous dit :
« Bien sûr, les gens de chez FIAT ont peur, mais c’est une peur reconnue comme telle. Ce n’est pas vrai que les ouvriers FIAT ne considèrent pas ceux de Lancia et de Michelin.
Les ouvriers FIAT commencent à arrêter le travail spontanément, il y a des cas de conscience, individuels. C’est vrai : l’appareil répressif, policier, est en marche […]. On cherche le syndicat ; on cherche des formules. Mais aujourd’hui la formule qui a construit ce foisonnement de conscience spontané est FIAT, l’arrogance, l’injustice, devenues système. Et chacun souhaite pouvoir s’unir, se lier, avec les camarades que FIAT l’a empêché de regarder dans les yeux, de leur serrer la main. Qu’importe si ça va être dur, si ça va durer longtemps ? Ça a commencé et c’est sûr que ça va continuer […]. Pouvait-on s’attendre à ce qu’ils répudient la passivité dans cette occasion ? Qu’on trouve le déclic pour nous unir dans la lutte commune ? À mon avis, c’était possible, c’était faisable »215.

36Le texte poursuit en montrant le recours à l’organisation syndicale, que les ouvriers avaient mise à distance dans une première phase, et qui maintenant s’avère représenter la seule structure capable de fournir un minimum de coordination et de continuité aux luttes. Mais une distance entre la classe et l’organisation demeure :

  • 216 Ibid., p. 1373.

Cette organisation qui a été
incertaine, ou est fatiguée par trop de compromis,
les aide maintenant à surmonter leur propre faiblesse et elle s’avère utile dans la mesure
où elle n’a pas été remplacée216.

37Cette insistance — très brechtienne — sur l’utilité veut dire : l’organisation syndicale existante est un outil contingent des luttes de classes. L’autonomie de la Classe excède cette forme organisationnelle, qui fait l’objet de sarcasmes : en effet, le seul syndicat qui conserve une orientation de classe est la FIOM. Mais l’isolement des luttes est suivi d’initiatives répressives : les salaires et les primes sont saignés à cause des 15 jours de grève et des décisions de la Direction, plusieurs ouvriers ne peuvent compter que sur l’aide des syndicats et sur les aides aux foyers ; quatre-vingt-dix ouvriers subissent un procès, et la violence policière se déchaîne contre les manifestations dans le centre de la ville.

38La brutalité de la police réveille la mémoire des luttes chez les ouvriers les plus âgés :

  • 217 Ibid., p. 1375.

On parle de l’occupation de l’usine.
Ça s’était passé il y a quarante ans :
« À cette époque-là — se souvient un vieil ouvrier, Cervi — je travaillais chez Lancia. Ça ne se passait pas très bien avec le Parti Socialiste parce que la Confédération générale du travail était dirigée par les réformistes et la partie la plus active était déjà en train de constituer des groupes, groupes communistes, après les événements en Allemagne, les soulèvements spartachiens [moti spar-tachiani], guidés par Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht.
Il y avait alors les fascistes, évidemment, et nous autres groupes communistes nous étions allés monter la garde à la Chambre du Travail et au siège du journal qu’avait fondé le Professeur Gramsci, l’Ordine Nuovo.
On discutait à propos d’une augmentation de trois lires par jour. Les industriels, en particulier leur association, l’AMMA, disaient que c’était impossible d’augmenter les salaires, et à force de discuter, face à l’obstination persistante des industriels, la Fiom, le Comité Central Fiom, a pris cette décision d’occuper les usines. Et à onze heures du soir notre regretté Buozzi nous avait dit : pour demain l’ordre est d’occuper les usines. Nous autres le matin — j’étais dans le premier groupe — à huit heures nous avions occupé l’usine, et mis un groupe devant chaque porte d’entrée. Nous avons fait nos tranchées, tout comme devant l’Ordine Nuovo et la Chambre du travail, et nous avons monté la garde pendant un mois.
En outre nous autres de Lancia, nous avons de nouveau occupé l’usine, quand les fascistes ont mis le feu à la Chambre du Travail […] »217

39La lutte des ouvriers subit d’autres attaques : les employés refusent de faire grève ; le patron paye des briseurs de grèves ; la répression continue. Et le 13 février, les syndicats et la Direction signent un accord dont les contenus déçoivent les demandes des grévistes, et sont dérisoires face à une grève qui a duré 25 jours.

40Le texte commente cet accord directement par les échanges verbaux entre les ouvriers lors de l’annonce de la signature :

  • 218 Ibid., p. 1378.

– Après huit jours de grève on peut accepter ça, après 25 jours, on ne le peut pas.
– Nous avons obtenu quelque chose maintenant, nous allons obtenir quelque chose d’autre ensuite, parce que si aujourd’hui on en est là, la prochaine fois Lancia, au lieu de 25 jours, va résister 12, 10 jours, avant de capituler…
– Pas de réunions, rien du tout, on ne nous dit rien, ils viennent, ils disent deux mots et c’est tout !
– C’est faux, ils ont parlé, surtout la FIOM.
– Ta gueule ! Tu débarques et me traites d’anarchiste ; et alors, je serai anarchiste s’il le faut, moi, je lutte, je travaille, je ne suis pas assis dans mon fauteuil !
– Je me limite à dire que je veux que… la première chose dont il faut qu’ils traitent, c’est les primes de production, sinon ces quatre lires qu’ils nous donnent, ils vont les reprendre, mes enfants ! Moi, quant à moi, je ne suis pas content…
– Les primes de production, personne n’est content…
– Tous les ateliers arrêtés, du jamais vu ; quand une grève continue pendant 25 jours, c’est l’ouvrier qui, après, doit décider !
– Il aurait fallu tenir bon, après avoir tenu pendant un mois, on pouvait tenir pendant un mois et une semaine…
– On aurait tenu à coup sûr et on aurait eu beaucoup plus ; comme ça, on n’a eu que quatre lires, juste pour nous acheter un verre d’eau…218

41La déception relève de la disproportion entre les sacrifices nécessaires à la grève et les acquis de la transaction ; mais cette disproportion semble faire allusion à l’asymétrie entre les acquis salariaux et normatifs et la demande générale qui porte sur le pouvoir à exercer sur l’usine, et sur sa propre vie :

  • 219 Ibid.

Les ouvriers rentreront dans une usine dont les destins leur échappent219.

42Mais la lutte qui porte sur des revendications particulières, bien qu’elle ne puisse que s’avérer décevante, est une étape, un passage nécessaire, sur la voie de la formation de la conscience de classe, dont le débouché est la mise en cause du système social dans sa totalité :

  • 220 Le mot italien « padrone » signifie tant « patron » que « maître ».
  • 221 Ibid., p. 1378-1379.

[Les ouvriers] auront appris
que, s’ils le veulent bien,
ils peuvent faire céder les maîtres220 de la ville.
C’est pourquoi toute fin de grève
est un geste qui vise
au-delà de toute grève221.

43Entre-temps, la grève des ouvriers Michelin, qui refusent de sortir des voies légales et d’occuper l’usine, finit par échouer. En mars 1962, les grèves cessent à Turin :

  • 222 Ibid., p. 1379.

On signe.
Les feux seront bientôt éteints222.

44Mais la lutte des classes ne s’éteint que pour se rallumer à nouveau, plus intense et plus consciente :

  • 223 Ibid., p. 1380.

Se sont éteints progressivement
les feux des mouvements turinois
des premiers mois de 1962.
Deux jours après la signature chez Michelin
les élections chez FIAT.
L’ordre règne-t-il ? On dirait que c’est bien le cas, pour les maîtres de Turin.
Mais après trois mois à peine la lutte
de Lancia, de Michelin et des autres usines
turinoises
aura donné ses fruits chez les 80.000 [grévistes] de FIAT.
Le 13 juin les métallurgistes italiens
entrent en grève
pour le renouvellement de leur contrat de travail223.

45Les cendres des luttes précédentes sont rallumées par la nouvelle grève, qui frappe au cœur de la forteresse capitaliste turinoise. C’est l’émergence d’une conscience de classe unitaire qui vise directement la totalité des institutions capitalistes :

  • 224 *[Brecht. Note de F. Fortini].
    Ibid., p. 1380.

Chez FIAT c’est la première grève depuis une décennie.
Le 14 matin les journaux racontent
qu’à Turin, chez FIAT, 300 personnes ont fait grève.
Qu’est-ce qui se passe dans les six jours
entre le 13 et le 19 juin ?
Comment l’unité de la classe prend-elle forme,
au même endroit où était théorisée, exaltée, pratiquée
la séparation entre chaque ouvrier et tous les autres ?
Le 19 les grévistes sont 7.000,
après 4 jours, le 23, ils sont 70.000
Celui qui vit encore ne doit pas dire : jamais* 224

46Les dernières lignes du texte esquissent un bilan politique et théorique du cycle des grèves :

  • 225 Ibid., p. 1380-1381.

La grève de Lancia a montré
comment les ouvriers d’une usine de nos jours
reconstruisent au cours de la lutte
l’unité de la classe
que l’action du capitalisme tend au contraire,
afin que celui-ci survive,
à briser jour après jour
[…]
Et dire « unité de la classe »
ce n’est pas la même chose que dire « unité syndicale ».
L’unité syndicale est utile,
l’unité de la classe est nécessaire.
Alors même que les débouchés de toute lutte syndicale
renforcent le système, il y a, dans toute lutte syndicale,
un moment depuis lequel
devient visible la fin du système.
La révolution politique
est la continuation de ce moment-là225.

« Nous voulons tout ! »

  • 226 Nanni Balestrini (né en 1935) fut un représentant de la néo-avant-garde italienne des années 1960, (...)
  • 227 N. Balestrini, Vogliamo tutto, Milan, Feltrinelli, 1971 ; traduit par par Pascale Budillon, Nous vo (...)
  • 228 Selon le témoignage de Balestrini : « Nous voulons tout […] est la tentative d’utiliser l’instrumen (...)
  • 229 « [L’ouvrier-masse] est une figure qui surgit politiquement d’une manière entièrement spontanée : e (...)
  • 230 Cet aspect du texte avait été critiqué en 1972 par Goffredo Fofi dans un essai publié par les Quade (...)

47Le texte que nous commenterons ici est un roman de Nanni Balestrini226, Vogliamo tutto227. Le protagoniste du roman est un jeune ouvrier du Sud, lequel, parti travailler dans les usines du Nord, passe d’une position sceptique et individualiste, à une conscience antagoniste et virtuellement révolutionnaire. L’aboutissement de cette prise de conscience est la révolte ouvrière du Corso Traiano à Turin, le 3 juillet 1969, qui éclata après 50 jours de grève dans une atmosphère de guerre civile et de guérilla urbaine. Balestrini recueillit le récit autobiographique d’un jeune ouvrier méridional, proche des positions de Potere Operaio au cours d’une série d’entretiens. Le livre est à la fois le récit à la première personne d’une évolution politique, la chronique d’une révolte urbaine et une enquête sur les conditions des jeunes ouvriers immigrés, qui vise à étudier les processus de leur politisation mais aussi la structure de l’usine, les techniques de lutte, les rapports avec les syndicats, etc. Du point de vue du concept d’enquête, le roman de Balestrini est intéressant parce qu’il incorpore — selon une technique littéraire chère à l’auteur — des montages de dialectes méridionaux, des formules politiques tirées des matériaux de la gauche extra-parlementaire et des connaissances produites par les enquêtes ouvrières menées dans les usines : il essaye de saisir et de ré-élaborer des énoncés tirés directement d’une réalité ouvrière qui oscille entre oppression par le despotisme d’usine, cynisme individualiste et formes différentes de politisation. En outre, le texte veut fonctionner directement comme un pamphlet, un tract ou une analyse théorique militante. Il ne veut pas être une œuvre littéraire, sa représentation de la réalité ouvrière vise à agir sur l’investissement politique de cette réalité — et le roman exercera en effet une influence considérable sur la formation idéologique de plusieurs jeunes militants des groupes extra-parlementaires228. Sa manière de réécrire et de réinscrire les paroles de la condition ouvrière vise à incarner un moment du passage de cette condition à la position de l’antagonisme politique. On verra que l’articulation entre la saisie des énoncés internes à la situation ouvrière et leur recodage dans une ligne politique — articulation que le texte est censé opérer d’une manière immédiate — n’est pas exempte d’apories et d’ambiguïtés. D’abord, la politisation ouvrière est interprétée dans les termes des clichés spontanéistes les plus éculés, si bien que la fonction du travail de l’enquête-roman — et en réalité de toute intervention politique « externe » — reste assez obscure229. En outre, la parole du jeune ouvrier est immédiatement, et parfois violemment, surdéterminée par la « ligne » officielle de Potere Operaio, qui est présentée comme la seule lecture possible et la seule vision des choses adéquate à la prise de conscience des ouvriers révolutionnaires230. Le roman de Balestrini incarne une poétique, et une politique, bien différentes de celles de Fortini. Premièrement, le texte de Grèves à Turin s’inspire ouvertement des pièces didactiques de Brecht. Les luttes sont commentées et analysées, sans qu’aucun processus d’identification ne se déclenche chez le lecteur-spectateur. Le commentaire vise à dépasser l’immédiateté des événements. Il s’agit d’inscrire les gestes et les paroles dans un schéma didactique illustrant l’émergence de la conscience de classe à partir de la totalité du processus. Le point de vue n’est pas celui des grévistes, mais celui de la conscience possible du processus — conscience d’une durée de la lutte qui est aussi la conscience d’un avenir possible auquel les luttes font allusion : la révolution. Deuxièmement, et par conséquent, les luttes racontées dans Grèves à Turin signifient toujours autre chose qu’elles-mêmes : elles renvoient à l’histoire du mouvement ouvrier (les souvenirs de l’ouvrier Cervi), et à la perspective d’une construction, patiente, difficile et contradictoire, d’un débouché politique général, d’une alternative globale au système. Les luttes sont vues comme les moments d’une temporalité dense et complexe, où chaque geste, chaque énoncé, ne tire tout son sens que de l’ensemble des médiations qui le relient à un processus articulé. C’est à partir de ces médiations et de ce processus que la saisie des dires et des agissements des ouvriers en lutte doit vérifier le degré de conscience et opérer son développement. C’est pourquoi le texte de Fortini exprime la « ligne » des Quaderni Rossi telle que Panzieri l’avait voulue : le travail d’enquête, l’intervention théorique et militante dans les luttes, doivent s’articuler à une temporalité longue, au travail dialectique de l’avènement d’une conscience de classe en tant qu’intention dirigée contre la totalité du système.

48Le texte de Balestrini est gouverné par une logique très différente. D’abord, il s’agit d’un texte de l’époque des groupes extra-parlementaires, lesquels sont le fruit d’une intensification des luttes sociales, et surtout ouvrières, assez massive pour légitimer l’idée que le passage à une opposition révolutionnaire au système est désormais praticable. Dans l’histoire de la « séquence rouge », les pratiques d’enquête ne cesseront jamais d’être considérées comme cruciales : les conduites effectives de la Classe étant assumées comme normatives par l’axiome de la « centralité ouvrière », l’exigence d’une saisie de la réalité générale des ouvriers ne sera jamais effacée entièrement. Il n’en reste pas moins que des urgences différentes se manifesteront rapidement, et qu’elles imposeront une restructuration des référentiels pratiques et théoriques à l’intérieur desquels l’enquête pouvait fonctionner. Si l’enquête comme ressort d’une stratégie politique correspond à l’idée propre à Panzieri d’un travail de longue durée, ayant en vue une analyse approfondie du capitalisme avancé et une formation lente de cadres militants dans les usines, après 1969 d’autres priorités s’imposent : d’abord, la gestion d’un antagonisme ouvrier beaucoup plus fort qu’auparavant, capable de mettre en question la médiation syndicale qui restait l’une des assises de l’intervention qu’envisageaient les groupes des Quaderni Rossi. À cet antagonisme venait s’ajouter une jonction entre les jeunes avant-gardes ouvrières et le mouvement étudiant, ce qui semblait annoncer l’amorce d’un processus politique où la rencontre entre les travailleurs et les intellectuels-militants aurait pu avoir des effets immédiats sur l’organisation d’une alternative politique globale. Enfin, la répression étatique semblait pouvoir déboucher sur un régime fascisant, et demandait une riposte adéquate sur le plan de l’organisation « militaire » des activités militantes. À cause de tous ces facteurs, l’étude des situations concrètes de l’usine, des rapports capitalistes et du niveau de la conscience de classe sera progressivement incorporée à une logique stratégique où le primat était accordé à l’affirmation directe de la « ligne » des organisations et d’une rupture révolutionnaire imminente dont les luttes semblent être immédiatement porteuses. Cette concentration sur le présent immédiat de la lutte, cette conviction que l’affrontement final avec le capitalisme et l’État est mis à l’ordre du jour, et que les luttes ouvrières représentent l’actualité d’une subjectivité pleinement révolutionnaire — tous ces points sont exprimés par le livre de Balestrini et par sa manière de restituer les comportements des ouvriers : il s’agit d’une identification absolue et immédiate, incompatible avec toute forme de Verfremdung brechtienne, et qui suppose l’obsolescence de toute médiation, « didactique », historique ou théorique, entre l’actualité vivante des luttes et les objectifs généraux. L’ouvrier n’a plus aucun besoin d’accumuler la conscience de classe par étapes, ni de faire référence à des théories ou à une histoire des luttes : son être nu et immédiat déclenche tout naturellement la prise de conscience, et ses luttes sont immédiatement porteuses d’un antagonisme révolutionnaire qui coïncide avec la lutte elle-même.

49Bien sûr, l’ouvrier de Balestrini devient « conscient » suite à la rencontre avec les « camarades de l’extérieur », avec les militants-étudiants des groupes extra-parlementaires. Mais le récit de la prise de conscience n’introduit aucun décalage entre les mots d’ordre et les interventions des militants et la simple auto-réflexion de la condition ouvrière. Cela suggère que la rencontre avec des avant-gardes politiques ne fait que dissiper le brouillard qui sépare l’ouvrier de la conscience pleine et totale de sa condition. Le narrateur avoue son absence de conscience avant de rencontrer les militants de l’extérieur ; mais aucune interaction dialectique n’est montrée entre, d’une part, le discours politique et théorique des groupes et, d’autre part, le rapport plus immédiat de l’ouvrier à sa condition de marchandise. Avant de rencontrer les « camarades de l’extérieur » il ne voyait pas ; maintenant il voit, car on lui a montré où il devait regarder. D’où la forme spécifique de la manière dont le roman restitue les énoncés de l’ouvrier qui raconte en première personne l’émergence de sa propre conscience : Balestrini fait parler l’ouvrier tout en en assumant entièrement le point de vue, et en lui attribuant des pensées et des expressions qui reflètent fidèlement les principes de la « ligne » de Potere Operaio et de l’archipel post-opéraïste. L’effet qui en résulte est l’impossibilité de distinguer les différentes positions subjectives au sein du processus de politisation. L’ouvrier parvient à développer une conscience totalement antagoniste par un processus immanent, mais cette conscience ne fait que répéter les élaborations de groupes et de théoriciens qui finissent par s’identifier tout simplement à l’avènement de la Classe en tant que sujet absolu. La position antagoniste est ainsi acquise une fois pour toutes. Si la Classe continue à être représentée comme un moment de négativité vis-à-vis du système capitaliste, cette négativité est immédiatement convertie en positivité de l’affrontement direct entre deux instances compactes, deux « substances simples » : la Classe et le Capital — ce dernier coïncidant désormais avec l’État et la Société.

50Le tournant dans le récit de la « prise de conscience » du protagoniste est représenté par les luttes chez FIAT :

  • 231 N. Balestrini, Nous voulons tout !, op. cit., p. 81.

Chez FIAT, ça faisait déjà deux ou trois semaines que c’était commencé […]. Le 11 avril avait eu lieu la première assemblée politique de 1500 ouvriers des Presses Sud de Mirafiori231.

51Immédiatement, le narrateur expose une analyse détaillée des stratégies patronales pour contrôler la force-travail :

  • 232 Ibid.

Ç’a été la première occasion qu’ont saisie les ouvriers de chez FIAT pour lutter contre le plan des patrons : créer le chômage et faire venir les Méridionaux après les avoir affamés. Créer une énorme masse de réserve de jeunes, et les obliger à partir, comme au service militaire, pour travailler dans les usines du Nord. Le travail, après ça, devient presque une récompense, un cadeau que nous font les patrons. Nous faire venir dormir dans les gares, ou entassés dans une pièce au loyer prohibitif232.

52Particulièrement intéressante est la manière dont Balestrini fait exprimer à « son » ouvrier des analyses du régime salarial et du processus de production qui sont le fruit des travaux d’enquête menés depuis la fondation des Quaderni Rossi. Comme le roman est construit à la première personne et sans narrateur omniscient, il devient difficile de comprendre d’où le jeune ouvrier-narrateur aurait tiré ses connaissances à propos de la logique de l’usine : la rencontre avec les « camarades de l’extérieur » ne jette aucune lumière sur un quelconque processus d’apprentissage. Elle se limite à marquer une rupture entre « avant » et « après » une prise de conscience qui semblerait se limiter à déclencher une politisation toujours-déjà à disposition de l’ouvrier. Le narrateur devient ainsi un ouvrier toujours-déjà conscient, qui produit presque spontanément le savoir construit par les enquêtes — un personnage-enquête, aussi omniscient que le narrateur aurait dû l’être :

  • 233 Ibid., p. 82.

Comment fonctionne Mirafiori. Le premier des deux grands courants de la production part des Fonderies où sont construits les éléments du moteur, monobloc et culasse d’aluminium. Après, la Mécanique, où les moteurs sont montés et complétés avec le reste de leurs éléments. Ensuite, les moteurs passent à l’Assemblage, la chaîne de montage. Le deuxième courant part des Presses, où sont moulées les parties en tôle de la carrosserie. Puis l’Assemblage où elles sont soudées et peintes. Pendant que les carrosseries parcourent la chaîne, on y monte le moteur et les parties mécaniques233.

53Un court passage consacré au début de la vague de grèves à la mi-mai précède une longue analyse de la structure du salaire et de son statut politique :

  • 234 Ibid., p. 82-83.

Qu’est-ce que c’est, le salaire d’un ouvrier. Moi, ma feuille de paie, je ne la lisais jamais, parce que je m’en foutais pas mal. Mais sur la feuille, il y a toutes les cases dans lesquelles le patron divise la paie qu’il donne à l’ouvrier. En gros, deux parties : la première partie, c’est le salaire de base, il correspond aux heures de travail qu’on a faites à l’usine. Ça devrait être le seul salaire. En réalité, il est toujours très bas, c’est-à-dire qu’il ne suffit jamais au minimum vital de l’ouvrier. Alors il y a l’autre partie du salaire, la partie mobile. Dans la partie mobile, il peut y avoir plusieurs cases : prime de production, prime d’assiduité, prime de rendement, indemnités variées, etc.
Toutes ces divisions ne servent qu’à lier le salaire de l’ouvrier à la production du patron. Le salaire au rendement, par exemple, c’est la paie pour le nombre de pièces que produit l’ouvrier. Moyennant quoi l’ouvrier doit toujours être zélé et obéir aux ordres de ses chefs. Parce que c’est eux qui établissent cette partie variable de son salaire, qui lui est absolument indispensable pour vivre. Et qui permet au patron de maintenir un contrôle politique sur la classe ouvrière, de faire qu’elle accepte de collaborer à sa propre exploitation. Et c’est la raison pour laquelle, quand, nous, on demande des augmentations sur le salaire de base, le patron et les syndicats veulent toujours nous les donner sur la partie variable.
Parce que plus le patron nous augmente de cette façon-là, plus le salaire de l’ouvrier est lié à la production, et plus augmente le contrôle politique, de la part du patron […].
Cette partie variable du salaire, donc, est celle qui paie la différence de quantité de travail fournie par les ouvriers234.

54Nulle part n’est dit comment le jeune ouvrier aurait acquis tout ce savoir théorique à partir d’un manque absolu d’intérêt vis-à-vis de sa feuille de paie. Tout se passe comme si la simple fréquentation des camarades de l’extérieur avait suffi à permettre l’accès à un savoir qui, n’ayant aucun besoin d’être construit, coïncide finalement avec un pur regard immédiat sur les choses elles-mêmes. Il n’y a donc aucune relation entre les différentes positions subjectives que l’ouvrier pourrait traverser dans son devenir-conscient. Bien entendu, ces remarques ne visent pas à stigmatiser des faiblesses dans la structure narrative du roman de Balestrini. Ce qu’il importe de souligner est que le traitement de la parole et de la conduite ouvrière, dans ce texte qui prétend transcrire immédiatement la réalité d’un processus de politisation, n’échappe pas à ce que Panzieri aurait qualifié de « mythologie » de la conscience de classe : les énoncés de l’ouvrier-personnage-narrateur correspondent purement et simplement à la conscience qui lui est attribuée par l’intellectuel-militant Balestrini. Or, le but de l’enquête consistait aussi, pour Panzieri, dans l’étude des limites et des impasses, des décalages et des contradictions, des positions des travailleurs vis-à-vis de leur propre condition et surtout de la société capitaliste vue comme une totalité. Force est de constater que ces décalages disparaissent de la figuration proposée par Balestrini d’une réalité ouvrière que l’écrivain prétend être nue et immédiate.

55Les différences salariales incarnent la hiérarchisation capitaliste du collectif ouvrier :

  • 235 Ibid., p. 84.

C’est le système des qualifications et des catégories et des autres instruments que le patron utilise à tour de rôle pour diviser ses ouvriers entre eux : les cotations de poste, la promotion au mérite, les superminima différenciés, l’évaluation des tâches, jusqu’aux méthodes arriérées comme le dessous-de-table et le salaire noir […].
Mais ce fait que le type de travail que fait un ouvrier a une valeur différente […], ça, c’est une invention capitaliste. C’est les patrons qui ont inventé ça, pour avoir en main un autre instrument de contrôle politique sur la classe ouvrière […].
Et puis, il y a l’horaire de travail. Huit heures de travail, quand ce n’est pas neuf ou dix, ça détruit complètement l’ouvrier. Il lui reste peu d’énergie pendant le temps qu’on dit libre, pour communiquer avec les autres ouvriers et s’organiser politiquement. Pourquoi est-ce que les patrons veulent maintenir toujours aussi élevé l’horaire de travail ? Avant tout, pour avoir le contrôle politique de la situation même hors de l’usine. Au second plan, vient l’idée de faire produire plus aux ouvriers235.

56Ces passages contiennent des analyses très intéressantes et subtiles de la structure de l’usine et du salaire en tant que moments d’un rapport social, voire d’un rapport de pouvoir, irréductible à la logique des catégories simplement « économiques ». En même temps, l’analyse proposée présente deux points qui correspondent à des apories propres au regard adopté par Balestrini. D’abord, le capital se présente comme une pure instance de contrôle et de commandement vis-à-vis d’une classe ouvrière qui est toujours-déjà donnée comme originairement indocile. Le but des stratégies techniques, salariales, etc., mises en œuvre par « le patron » consiste dans la volonté de détruire l’action politique de la classe ouvrière, l’exploitation économique ne représentant qu’un effet collatéral de l’exercice du pouvoir. Dans cette position, il y a quelque chose qu’on trouve déjà dans les textes des Quaderni Rossi : l’exploitation capitaliste repose sur la possibilité de discipliner la force-travail, de la rendre disponible à être incorporée à un collectif innervé par les exigences de la valorisation capitaliste. Donc, la domination et le pouvoir sont d’emblée des aspects indissociables de l’exploitation, laquelle n’est pas une catégorie économique. Mais Balestrini (qui épouse ici les thèses de Potere Operaio) ajoute quelque chose qui change profondément la logique de cette vision du rapport de capital : le fait que le capital représente originairement un rapport de pouvoir n’implique pas que les travailleurs seraient d’emblée politiquement indociles. Bien au contraire, tant la théorie de la conscience de classe chez Lukács que la théorisation de la pratique de l’enquête pour les Quaderni Rossi impliquent que l’indocilité politique de la classe ouvrière — qui coïncide avec son existence en tant que Classe — n’est jamais donnée d’emblée, mais qu’elle représente l’aboutissement d’un long processus correspondant à une traversée de l’hétéronomie. Or, cette hétéronomie est d’abord l’hétéronomie de la conscience immédiate, du rapport que l’ouvrier établit avec soi-même uniquement en tant que marchandise. Ce contre quoi la Classe doit lutter pour poser sa propre autonomie politique est moins le pouvoir extérieur exercé par le capitaliste que sa propre identification à son statut de force-travail. L’avènement de la conscience de classe est une déprise vis-à-vis de ce statut, lequel fait du collectif ouvrier un moment de la totalité capitaliste : se déprendre d’un tel statut signifie se soustraire à sa propre assignation à une fonction organique au système. Rien de tel pour les ouvriers de Balestrini qui, eux, sont immédiatement extérieurs au système, et toujours-déjà en train de mener une opposition politique contre celui-ci. L’analyse des conditions du processus de soustraction est remplacée par la description d’une extériorité immédiate, vue comme immédiatement antagoniste.

57Les énoncés par lesquels Balestrini exprime cette opposition frontale entre la classe ouvrière et le système capitaliste sont particulièrement saisissants : il s’agit d’énoncés qui portent sur une position d’extranéité des ouvriers de la grande industrie, et notamment des jeunes O.S. immigrés du Midi, vis-à-vis d’une société qui les réduit à des pures unités de force-travail. Ces passages sont parmi les plus beaux du texte :

  • 236 Ibid., p. 93.

Voilà, j’avais fait tous les métiers dans ma vie : maçon, livreur, plongeur dans un restaurant, journalier agricole, et étudiant, ça aussi c’est un métier […]. Et maintenant je sortais de chez FIAT. FIAT, c’était un mythe, à cause de tout ce fric que soi-disant on y gagnait. Et j’avais compris à fond une chose : que le travail permet de vivre, rien de plus. Mais de vivre mal, en ouvrier, en exploité. On te prend le temps libre de ta journée, toute ton énergie. Tu manges mal. Tu es obligé de te lever à des heures impossibles, suivant le département où tu es, ou le travail que tu as. J’avais compris que le travail, c’est l’exploitation, un point c’est tout.
Maintenant, c’en était fini aussi du mythe FIAT. Voilà, j’avais vu que le travail chez FIAT est un travail comme celui du maçon, comme celui du plongeur. Et j’avais découvert qu’il n’y a aucune différence entre un maçon et un métallo, entre un métallo et un livreur, entre un livreur et un étudiant236.

58La totalité des activités sociales réduites au statut de marchandises se présente comme une totalité d’équivalences unies par la logique globale de l’exploitation : dans ces passages, où il renonce à faire de son personnage le porte-parole d’une théorie ou d’une ligne politique, Balestrini réussit à produire une formulation saisissante de la confrontation entre un individu écrasé et l’emprise de ce qu’Adorno aurait qualifié de « seconde nature » :

  • 237 Ibid., p. 94.

Maintenant j’avais tout compris, j’avais expérimenté tous les modes de vie possibles. D’abord, j’avais voulu m’intégrer, ensuite j’avais découvert que même en m’intégrant dans le système, j’aurais encore, toujours, à payer. Pour n’importe quel genre de vie, il y a un prix à payer.
C’est-à-dire que quoi que ce soit que tu veuilles faire, que tu veuilles t’acheter une auto ou un complet, il faut que tu travailles en plus, que tu fasses des heures supplémentaires. Tu ne peux pas prendre un café, aller au cinéma. Dans un système, un monde où le seul but est d’abattre du travail et de produire des marchandises, quoi que ce soit que tu veuilles avoir, tu y perds toujours. Mais tu y perds vraiment, physiquement. Voilà ce que j’avais compris237.

59Cette compréhension correspond à une saisie de la totalité sociale comme totalité de la « vie fausse », laquelle incarne une domination omniprésente et invisible, mais qui resurgit toujours malgré toutes les tentatives de « sortie » individuelle. Cette expérience directe d’un monde social devenu destin funeste est le ressort d’un processus de subjectivation qui passe par une assomption subjective radicale de la négativité :

  • 238 Ibid.

En conséquence, la seule chose à faire pour tout obtenir, pour satisfaire tes besoins et tes envies sans, toi, te détruire, c’était de détruire ce système du travail des patrons tel qu’il fonctionne238.

60Ces énoncés, relativement libres des surdéterminations théorico-politiques très fréquentes dans ce texte, expriment assez correctement un processus de politisation fondé sur le désespoir vis-à-vis d’une réalité sociale sans issue. C’est ce désespoir-là qui a déclenché la radicalisation du conflit chez les jeunes ouvriers dans les années 1960, et qui a accéléré le processus de formation de la gauche extraparlementaire entre 1967 et 1969. Le passage du désespoir à la négation est suivi d’un autre passage, menant de la négation à la lutte, et finalement à la découverte d’une solidarité profonde, d’une égalité construite tant par le malheur que par le refus, entre tous les ouvriers :

  • 239 Ibid., p. 95.

Quelle différence y avait-il entre moi et un autre ouvrier ? Il était peut-être plus lourd, plus grand ou plus petit, il avait des habits d’une autre couleur, ou je ne sais quoi. Mais ce qui ne faisait pas de différence, c’était notre volonté, notre logique, notre découverte que le travail est le seul ennemi, la seule maladie. C’était la haine que nous avions tous pour ce travail, et pour les patrons qui nous obligeaient à le faire239.

61Une égalité nouvelle, un collectif nouveau, émergent de ces rapports qui se tissent au cours d’une lutte née du désespoir et de l’exaspération. Et, au fur et à mesure que la lutte se déroule, les ouvriers approfondissent leurs liens et deviennent les porteurs d’un nouveau savoir :

  • 240 Ibid., p. 96.

Parfois, on ne se comprend pas et on n’arrive pas à se mettre d’accord, parce que l’un est habitué à parler d’une façon, l’autre d’une autre […]. Mais enfin, dans les faits, par le fait que nous avions lutté ensemble, nous pouvions parler de la même façon240.

62La constitution du collectif est vue comme le résultat d’une communication et d’un partage qui s’instaurent par une opposition commune à une situation écrasante et intolérable. La vérité à laquelle touche ce passage ressort d’autant plus que Balestrini y renonce à attribuer aux ouvriers les théories post-opéraïstes. La communication qui s’instaure relève d’une autre scène, décalée par rapport à la surdétermination idéologique. Même si Balestrini ajoute que la lutte a fait découvrir aux ouvriers qu’ils avaient tous les mêmes besoins, on pourrait essayer d’aller au-delà de la lettre du texte et suggérer qu’il s’agit là bien plutôt de l’émergence de nouvelles exigences, de nouveaux besoins, à partir de la construction d’un lien égalitaire. Ce qui est particulièrement intéressant est que l’instauration du partage ne se limite pas à neutraliser les différences individuelles, de langue, de mentalité, etc. ; elle permet la formation d’un nouveau savoir — un savoir construit par la lutte et pour la lutte, et qui circule dans le collectif ouvrier :

  • 241 Ibid.

La réunion qu’on a tenue a été formidable, emballante. Chacun racontait des scènes qui s’étaient passées à la chaîne où il travaillait. Parce que personne ne réussit à savoir absolument tout ce qui se passe dans cette usine, vu qu’il y a vingt mille ouvriers rien qu’aux Carrosseries.
On ne peut pas savoir tout ce qui s’est passé. Les chefs, les ouvriers, ce qu’ils ont dit, ce qu’ils ont fait durant la lutte. En nous racontant tout, nous découvrions un tas de choses. On créait l’organisation, c’était, selon les camarades, la seule chose dont on avait besoin pour gagner toutes les batailles. Et dès qu’un camarade se levait, dès qu’il disait ce qui s’était passé à la chaîne où il travaillait, comment il s’y était pris pour convaincre les autres de participer à la manif, à la grève, à l’assemblée, dès qu’il expliquait ça, aussitôt ce camarade que je n’avais jamais vu me devenait sympathique. Comme si je l’avais toujours connu. Comme un frère, je ne sais pas comment dire. Ça devenait un camarade. Tu le découvrais, le voilà le camarade, celui qui a fait les mêmes choses que moi241.

63Cette page décrit avec une très grande puissance l’articulation du savoir en tant que connaissance au savoir en tant que rationalité directement présente dans l’action : la rationalité immanente à la constitution du collectif ouvrier permet la construction d’une connaissance de la structure de l’usine ; et la mise-en-commun de cette connaissance renforce la constitution du collectif. En devenant collectif égalitaire soudé par une lutte commune, les ouvriers deviennent capables de mener des enquêtes à propos de la structure de l’usine et du déroulement des luttes en elle : les liens créés par les luttes sont des moyens pour confronter et articuler, non seulement les connaissances à propos des différents secteurs du processus de production, mais aussi et surtout les expériences des luttes menées à des endroits différents et dans des conditions différentes. Et les échanges d’expériences soutiennent en retour l’auto-production du collectif. Finalement, le savoir et l’action collective convergent : la rationalité du collectif ouvrier, alternative à celle du système capitaliste, existe à l’état pratique, dans les gestes et les énoncés qui surgissent et circulent dans les luttes :

  • 242 Ibid.

La seule façon de nous rendre compte que nous avons les mêmes idées, c’est de faire la même chose242.

64Saisissante définition du statut pratique de la conscience de classe… Elle n’existe nulle part que dans l’agencement pratique de gestes et d’énoncés d’où surgit un collectif dont la forme diffère de la socialisation capitaliste des activités humaines. Cette autre socialisation, qui est en régime de soustraction vis-à-vis de la rationalité productive capitaliste, est le lieu d’un savoir différent, qui se manifeste comme contrôle ouvrier sur l’appareil technico-politique de la production. La conscience de classe n’est que l’aspect subjectif, la position subjective, correspondant à ce contrôle. Mais, dans le texte de Balestrini, l’évocation d’un contrôle ouvrier n’est qu’un moment vite dépassé de l’antagonisme ouvrier. La prise de conscience trouve son aboutissement dans une position qui transcende la construction locale et « située » du collectif, et qui correspond en effet à un refus total dépassant les bornes de l’usine :

  • 243 Ibid., p. 103.

[Les ouvriers] commençaient à être vachement remontés, à vouloir lutter pas parce que le travail ou le patron ne sont pas bons, parce qu’ils existent243.

65Cette radicalisation qui va jusqu’à des positions subjectivement nihilistes, correspondant sans aucun doute à une donnée réelle des luttes ouvrières italiennes, est aussitôt surdéterminée par l’attribution à ces positions d’une valeur politique générale :

  • 244 Ibid.

En somme, l’exigence du pouvoir commençait à se manifester244.

66La lutte ne se présente plus comme un processus de désarticulation du système total de la production et des institutions, mais comme une possibilité directe de prise du pouvoir :

  • 245 Ibid., p. 104.

La bataille n’était plus seulement une bataille dans l’usine […]. Ils découvraient, les ouvriers, qu’ils voulaient le pouvoir hors de l’usine245.

67Dès lors, l’objectif devient l’affrontement direct avec le pouvoir d’État. Mais ce passage politique, que Balestrini présente comme un développement cohérent des luttes dans l’usine, n’est soutenu par aucune description ou narration portant directement sur les mouvements internes à l’usine. Le hiatus entre les pratiques « locales » et la Révolution, que le texte de Fortini considérait comme concrètement indépassable à court terme, est présenté par Balestrini comme étant définitivement dépassé, mais sans pouvoir appuyer cette position sur autre chose que sur une pétition de principe. C’est pourquoi elle reste inexprimable sauf par les mots des élaborations théoriques et politiques des « camarades de l’extérieur ». Le passage de la position du contrôle ouvrier à la détermination révolutionnaire de l’antagonisme ne peut être montré comme un passage interne au processus de la politisation. En réalité, lorsqu’il s’agit de la saisie directe de la parole ouvrière, la radicalisation de la lutte ne débouche que sur des énoncés faisant état d’une opposition radicale entre les ouvriers et la société asservie aux capitalistes :

  • 246 Ibid., p. 133.

Nous ne tomberons plus dans ce piège, justement parce que nous ne sommes pas le même corps, eux et nous. Nous n’avons rien en commun, nous sommes deux mondes différents, nous sommes ennemis, eux et nous, un point, c’est tout. La plus grande force que nous avons, c’est justement ce fait d’être finalement convaincus qu’avec le travail des patrons et l’État des patrons, nous n’avons absolument aucun intérêt en commun. Au contraire, nous n’avons que des intérêts opposés. Tous nos objectifs matériels sont contre cette économie, contre ce développement, contre l’intérêt général, qui est celui de l’État des patrons246.

68Le problème est désormais celui de donner l’assaut au pouvoir étatique :

  • 247 Ibid., p. 133-134.

Et maintenant, nous devons passer de la lutte pour le salaire à la lutte pour le pouvoir. Camarades, refusons le travail. Nous voulons tout le pouvoir, toute la richesse […]. C’est la lutte que nous devons entamer maintenant, une lutte violente et à fond. Nous devons lutter pour qu’il n’y ait plus de travail. Nous devons lutter pour la destruction violente du capital. Nous devons lutter contre un État fondé sur le travail. Nous disons : oui à la violence ouvrière247.

69Ce qui fait problème dans ces énoncés n’est pas leur contenu immédiat, ni le fait qu’ils correspondent très précisément aux théories et à la ligne de Potere Operaio : il serait naïf et injuste de croire que ces mots d’ordre tonitruants ne furent pas partagés par des strates de classe ouvrière plus ou moins vastes. Ce qui est problématique est en revanche la manière dont Balestrini présente lesdits énoncés comme un développement naturel des luttes, immanent à la situation de l’usine, et comme un programme politique immédiatement praticable. Tout se passe comme si la conscience de classe avait atteint son sommet, en devenant conscience révolutionnaire : le seuil franchi est déclaré définitif et irréversible, et c’est pourquoi la révolution est à l’ordre du jour. La sensibilité aux différences internes et aux contradictions du processus de politisation disparaît : la Classe est considérée désormais comme épousant massivement les mots d’ordre de la révolution, ce qui ne peut que correspondre à la possibilité immédiate de la révolution. Ce niveau supposé de l’affrontement rend la pratique de l’enquête à la fois inutile et impraticable : en supposant le passage général des luttes ouvrières à la phase de la révolution et de la prise du pouvoir étatique, le centre de la pratique politique et organisationnelle devient la construction des conditions de l’affrontement avec l’État. La fin du roman de Balestrini est une apothéose de la subjectivité ouvrière révolutionnaire : la description d’une révolte, aussitôt réprimée par les forces de l’ordre, dont la conclusion, dans la dernière ligne de l’ouvrage, semble jeter un regard involontairement sceptique sur les certitudes de la phase révolutionnaire, débouchant moins sur une stratégie rationnelle que sur la contemplation extatique de la gratuité de l’affrontement :

  • 248 Ibid., p. 151.

C’était presque l’aube, le soleil se levait. On était morts de fatigue, complètement crevés. Pour le moment, ça suffisait […]. On est rentrés chez nous248.

Notes

167 Voir aussi Mario Miegge, « Memorie de lavoro politico », in Inchiesta, 4, 2011.

168 Cité par S. Merli, « Introduction » à R. Panzieri, Lettere (1940-1964), op. cit., p. XLI.

169 Ibid.

170 Il faut aussi rappeler que parmi les « meneurs » du mouvement étudiant se trouvaient plusieurs jeunes membres de collectifs politiques liés aux Quaderni Rossi et à classe operaia. Voir à ce propos A. Cavazzini, « Politique, savoirs, culture. Remarques sur le mouvement étudiant italien » et Fabrizio Carlino, « Du point de vue partiel à l’universalité. L’efficacité de la vérité, entre objectivité des connaissances et opposition subjective dans l’enquête mouvementiste », dans Cahiers du GRM, 3, « Des luttes étudiantes en Europe occidentale dans les années 1960 », op. cit.

171 Voir A. Cavazzini, Le Printemps des intelligences, op. cit., et l’Éditorial de La « séquence rouge italienne », op. cit.

172 Voir F. Carlino, « Du point de vue partiel à l’universalité », op. cit., pour une étude du « cas » de Lotta Continua.

173 Quaderni Rossi no 5, « Intervento socialista nella lotta operaia », avril 1965, p. 214-255.

174 Ibid., p. 215.

175 Ibid., p. 217.

176 Ibid., p. 220.

177 Ibid.

178 Ibid., p. 221.

179 Ibid.

180 Ibid., p. 222.

181 Ibid., p. 223.

182 Ibid., p. 223-224.

183 Ibid., p. 224.

184 Ibid., p. 225.

185 Ibid.

186 Ibid., p. 225-226.

187 Ibid., p. 237.

188 Ibid.

189 F. Fortini, « Scioperi a Torino », in Il nuovo spettatore cinematografico, dicembre 1962 ; repris dans Saggi ed epigrammi, a cura di Luca Lenzini, Milan, Mondadori, 2003.

190 Bernard Simeone, « Protégez nos vérités, hommage à Franco Fortini », dans B. Simeone, Lecteur de frontière, Vénissieux, Paroles d’Aube, 1997, p. 135. B. Simeone fut le traducteur (avec Jean-Charles Vegliante) d’une anthologie poétique qui compte parmi les très rares traductions françaises de l’œuvre foisonnante et polyédrique de Fortini, Une fois pour toutes. Poésie 1938-1985, poèmes traduits de l’italien par B. Simeone et J.-Ch. Vegliante, suivis de « Donc sous peu sans mots la bouche », échanges Rémi Roche/Franco Fortini, Mussidan, Fédérop, 1986.

191 F. Fortini, entretien avec Stefano Merli, cité dans S. Merli, « Introduction » à R. Panzieri, Lettere (1940-1964), op. cit., p. XXVIII.

192 Ibid., p. XXXI.

193 À ce propos, je renvoie aux textes déjà cités consacrés à Fortini et à la « séquence rouge » italienne. Voir en outre Diego Melegari, « Le battaglie e le idee. Politicità del lavoro intellettuale in Fortini e Foucault », dans Cahiers du GRM, 2, La « séquence rouge » italienne, op. cit.

194 F. Fortini, « Scioperi a Torino », op. cit., p. 1365-1366.

195 Ibid., p. 1366.

196 Ibid.

197 En réalité, les membres des Quaderni Rossi accueillirent très froidement ce texte qui mélangeait le sérieux politique et sociologique avec les complaisances littéraires des intellectuels. Cette réaction témoigne non seulement d’un anti-intellectualisme « politiciste » assez fréquent à l’époque, mais aussi d’une difficulté pressentie à empêcher les pratiques d’enquête de « dériver » en direction de formes disparates et impossibles à unifier par un seul modèle théorique et organisationnel.

198 Fédération Italienne des Ouvriers Métallurgistes, la branche proprement ouvrière du syndicat CGIL, proche du Parti Communiste et de l’aile gauche du Parti Socialiste.

199 Ibid. p. 1367.

200 Ibid.

201 Cet acronyme désigne le syndicat d’entreprise, ou « jaune ».

202 Ibid.

203 Ibid., p. 1368.

204 Ibid., p. 1369.

205 Dans la logique « brechtienne » de ce texte, l’approche fusionnelle des choses est toujours, du point de vue de l’intelligibilité des rapports sociaux, un facteur du déni de la politique et de l’histoire, une adhésion à la surface immédiate qui finit par bloquer toute transformation dialectique. La manière aujourd’hui dominante de considérer et de représenter l’existence des travailleurs salariés relève précisément de cette immédiateté : l’ouvrier est saisi dans la nudité anhistorique d’une existence passive qui se déroule entre l’épuisement et la résignation, entre l’entrée et la sortie de l’atelier, scandée par des rituels — dont la grève n’est qu’un moment parmi d’autres — passivement subis. À la limite, l’ouvrier n’est plus qu’un corps exposé à l’agression des machines, des produits chimiques ou de l’épuisement : au-delà de cette immédiateté psycho-somatique n’existent que les soucis privés du père de famille licencié ou du jeune travailleur précarisé. La dimension politique de la vie ouvrière a disparu : bien entendu, elle a disparu d’abord dans la réalité historique avant que les textes sociologiques ou littéraires retranscrivent les effets de cette disparition. Il n’en reste pas moins que les stratégies contemporaines de saisie de l’existence des êtres-au-travail sont généralement très peu disposées à s’interroger sur les raisons qui font de cette re-naturalisation de l’histoire et de la société une donnée incontournable et massive.

206 Ibid., p. 1369.

207 Ibid., p. 1370.

208 Ibid.

209 Ibid., p. 1370-1371.

210 Ibid., p. 1371.

211 François Bon, Sortie d’usine, Paris, Minuit, 1984.

212 Ibid., p. 1371.

213 Ibid., p. 1372.

214 Ibid.

215 Ibid.

216 Ibid., p. 1373.

217 Ibid., p. 1375.

218 Ibid., p. 1378.

219 Ibid.

220 Le mot italien « padrone » signifie tant « patron » que « maître ».

221 Ibid., p. 1378-1379.

222 Ibid., p. 1379.

223 Ibid., p. 1380.

224 *[Brecht. Note de F. Fortini].
Ibid., p. 1380.

225 Ibid., p. 1380-1381.

226 Nanni Balestrini (né en 1935) fut un représentant de la néo-avant-garde italienne des années 1960, dont le cercle le plus important fut le Gruppo ‘63, animé entre autres par Balestrini, Umberto Eco, le poète Edoardo Sanguineti, l’écrivain Giorgio Manganelli et le philosophe et critique Luciano Anceschi. Influencé par le structuralisme et les recherches sémiologiques, le Groupe pratiquait plusieurs formes d’expérimentation linguistique et littéraire. Pour plusieurs représentants de la neoavanguardia, l’expérimentation formelle est solidaire de — et parfois tend à coïncider avec — l’engagement politique. Balestrini, qui était déjà proche du mouvement étudiant milanais, sera l’un des fondateurs de Potere Operaio. Ensuite, il deviendra un militant de l’Autonomie. En 1988, avec un autre militant et intellectuel milanais, Primo Moroni, il publiera L’orda d’oro, un livre inclassable, oscillant entre histoire, mémoire et littérature, composé de textes et matériaux des groupes et des mouvements des années 1960-1970, avec des témoignages plus récents et des commentaires-récits par les deux auteurs-archivistes.

227 N. Balestrini, Vogliamo tutto, Milan, Feltrinelli, 1971 ; traduit par par Pascale Budillon, Nous voulons tout, Seuil, Paris, 1973 ; nous citerons sa réédition par les éditions Entremonde de Genève, 2009 (de nouveau rééditée en 2012 avec une Postface d’Ada Tosatti).

228 Selon le témoignage de Balestrini : « Nous voulons tout […] est la tentative d’utiliser l’instrument littéraire [qu’est le roman] pour une action d’agitation et de propagande » (N. Balestrini, « Conferenza », dans Prendiamoci tutto. Conferenza per un romanzo. Letteratura e lotta di classe, Milan, Feltrinelli, 1972, p. 7).

229 « [L’ouvrier-masse] est une figure qui surgit politiquement d’une manière entièrement spontanée : en dehors des circuits organisationnels traditionnels, du parti et du syndicat. Une nouvelle figure qui évolue spontanément en dehors de toute tradition politique préexistante. Qui reconstruit dans les choses elles-mêmes, dans la matérialité des choses et des luttes, toute la pratique politique réelle » (Ibid.).

230 Cet aspect du texte avait été critiqué en 1972 par Goffredo Fofi dans un essai publié par les Quaderni Piacentini : « L’intervention de Balestrini sur la transcription [des récits du jeune ouvrier] est fort rusée, suivant toutes les règles du montage dont il a été un expérimentateur […]. En empiétant sur le personnage (au point d’avoir recours à d’autres voix, à d’autres témoignages et à des tracts), Balestrini fait de lui […] un ‘ouvrier collectif’, le porte-parole d’une position idéologique déterminée » (G. Fofi, « Vogliamo tutto meno Balestrini », dans Quaderni Piacentini, no 46, mars 1972, recueilli dans G. Fofi et Vittorio Giacopini, dir., Prima e dopo il ‘68. Antologia dei Quaderni Piacentini, Rome, minimumfax, 2008, p. 199).

231 N. Balestrini, Nous voulons tout !, op. cit., p. 81.

232 Ibid.

233 Ibid., p. 82.

234 Ibid., p. 82-83.

235 Ibid., p. 84.

236 Ibid., p. 93.

237 Ibid., p. 94.

238 Ibid.

239 Ibid., p. 95.

240 Ibid., p. 96.

241 Ibid.

242 Ibid.

243 Ibid., p. 103.

244 Ibid.

245 Ibid., p. 104.

246 Ibid., p. 133.

247 Ibid., p. 133-134.

248 Ibid., p. 151.

© Presses universitaires de Liège, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search