Version classiqueVersion mobile

Héros et héroïnes dans les mythes et les cultes grecs

 | 
Vinciane Pirenne-Delforge
, 
Emilio Suárez de la Torre

Héros fondateurs. Héros civilisateurs La rivalité entre Argos et Athènes vue par Pausanias*

Marcel Piérart

Texte intégral

  • * Vinciane Pirenne-Delforge a bien voulu relire mon manuscrit et me faire part de ses remarques. Je (...)
  • 1 Paus., IV, 2, 3 : « la plupart des traditions grecques font l’objet de controverse. »

῎Hκει γὰρ δὴ ἐς ἀμφισβήτησιν τῶν ἐν τῇ ‘Ελλάδι (τὰ) πλείω1.

Introduction

  • 2 Cf., par ex., J. Heer, La personnalité de Pausanias, Paris, 1979, p. 75-79. D. Musti et M. Torelli(...)
  • 3 Voir le dossier en fin d’article, p. 429-434.

1Plusieurs commentateurs de Pausanias ont insisté sur sa méfiance envers les traditions argiennes2. Parmi les passages qui vont dans ce sens, figure celui où il évoque la rivalité entre Argos et Athènes au sujet des dons de Déméter (T l)3 :

  • 4 Trad. J. Pouilloux (in : Pausanias, Description de la Grèce, t. I., Introd. générale, Livre I : L’ (...)

En Grèce, ce sont les Argiens qui le disputent (ἀμφισβητοῦντες) le plus aux Athéniens pour l’antiquité et les présents qu’ils prétendent tenir des dieux, de même que chez les barbares, ce sont les Égyptiens qui le disputent aux Phrygiens. On dit donc que Pelasgos reçut chez lui Déméter qui arrivait à Argos et que Chrysanthis, qui connaissait le rapt de Coré, le lui raconta. Par la suite, l’hiérophante Trochilos, exilé d’Argos à cause de la haine d’Agénor, vint, dit-on, en Attique, épousa une femme d’Éleusis et en eut comme fils Eubouleus et Triptolème. Voilà ce qu’on dit à Argos, mais les Athéniens et tous ceux qui suivent la tradition athénienne <…> savent que Triptolème, fils de Keleos, sema et cultiva le premier une céréale4.

  • 5 Paus., II, 14, 3. Le Périégète ne mentionne pas dans ce passage l’Hymne à Déméter, qu’il connaît p (...)

2Pausanias cite ensuite des traditions qui diffèrent aussi bien de la version athénienne que de l’argienne : un poème attribué à Musée, qui fait de Triptolème le fils d’Okéanos et de Gé, un poème orphique, qui en fait le fils de Dysaulès, et une pièce de Choirilos, Alopé, qui imagine une autre généalogie5.

  • 6 Par ex., II, 2, 5 (tombeau de Laïs), 16, 6 (tombe de Cassandre) ; III, 13, 2 (légendes messénienne (...)
  • 7 Chamoux, op. cit. (n. 4), p. 176.
  • 8 Hdt., II, 2.
  • 9 Aélius Arist., Πρòς Πλάτωνα περὶ ῥητορικῆς, II p. 3, 7 D. : ἐν δὲ τοῖς ἒθνεσι Φρύγες διὰ τὴν παρὰ (...)

3L’emploi d’ἀμφισβητεῖv pour désigner les prétentions divergentes des Grecs est normal chez Pausanias, qu’il prenne ou non parti dans les questions controversées6. F. Chamoux pense que Pausanias a tiré la comparaison des Argiens avec les Phrygiens « de ses lectures plutôt que de ses voyages7 ». Hérodote avait relaté une anecdote prouvant l’antériorité des Phrygiens sur les Égyptiens. Psammétique avait fait élever des enfants à l’écart de leurs semblables. Le premier mot qu’ils prononcèrent était un mot phrygien, βεκός8. Du temps de Pausanias, Aelius Aristide sait aussi que les Phrygiens pourraient se vanter de leur ancienneté : « à cause », croit-il, « de la preuve par le bekos9 ».

  • 10 Aélius Arist., Panathénaïque, 355 : μονὴ δὲ πόλεων τὰ μὲν παλαιὰ τοῖς παλαιοῖς νικᾷ.

4Les prétentions rivales d’Athènes et d’Argos trouvent aussi un écho chez ce sophiste. Dans le Panathénaïque, il entend démontrer qu’Athènes, « seule entre toutes les cités surpasse les hauts faits passés des autres par ses propres exploits10 ». Il évoque dans ce contexte les prétentions des Argiens et des Arcadiens (T 2). Il place la rivalité des Arcadiens et des Athéniens sur le terrain de l’invention de l’agriculture. Un de ses scholiastes inscrit celle d’Argos et d’Athènes dans le même contexte (T 24). Dans cet article, je me propose de reconstituer les traditions qui avaient cours à Argos sur les dons de Déméter et d’évaluer la portée du différend qui opposait la cité à Athènes. Cette recherche vise moins à souligner la complexité des traditions et la difficulté d’en établir la chronologie qu’à montrer, par un exemple concret, qu’à l’époque des Antonins comme à l’époque classique, les mythes et les légendes qui parlent des héros fondateurs étaient pris au sérieux parce que ces récits contribuaient aussi bien à former le sentiment des Grecs de partager la même culture qu’à forger la conscience d’appartenir, à l’intérieur de cet ensemble, à une cité qui se distinguait des autres par ses traditions, ses cultes et ses coutumes propres.

Les traditions argiennes

5Les dons de Déméter aux hommes sont la culture des céréales et les mystères. Dans le mythe d’Éleusis, tel que le raconte l’Hymne à Déméter, l’accueil que les hommes font à la déesse errant à la recherche de sa fille Kore joue un rôle essentiel. Les Argiens possédaient leurs propres mythes à ce sujet. Ils mettent en scène des héros locaux qui se rattachent à la dynastie d’Inachos.

Pelasgos et Chrysanthis

  • 11 Cf. M. Piérart, La mort de Dionysos à Argos, in R. Hägg (éd.), The Role of Religion in the Early G (...)
  • 12 Mysios a des relations avec Pelléné (Paus., VII, 27, 9). Il intervient aussi dans la version argie (...)

6Pausanias fait allusion à plusieurs reprises au mythe de l’accueil de Déméter à Argos11. Il expliquait la fondation de deux sanctuaires argiens de Déméter. Sur la route menant de Mycènes à Argos, Pausanias décrit un sanctuaire de Déméter Mysia : il tient son nom d’un homme appelé Mysios, qui fut l’hôte de Déméter (T 3)12. Entre la porte d’Ilithye, où conduisait la route de Mycènes, et l’agora, à proximité du monument des Haliai, tuées dans la lutte qui opposa Dionysos à Persée, se trouvait un sanctuaire de Déméter Pelasgis, fondé par Pelasgos (T 4). Le caractère épichorique du récit de la fondation du sanctuaire urbain est assuré par la présence, à proximité, de la tombe de Pelasgos, fils de Triopas.

  • 13 IG IV, 664. Cf. Piérart, l. l. (n. 11).

7Un recoupement permet d’établir que le mythe de Chrysanthis circulait aussi à Argos : un bas-relief inscrit provenant d’Argos représente Mysios et Chrysanthis accueillant Déméter13. Chrysanthis, on l’a vu (T 1), avait été témoin du rapt de Koré et en instruisit la déesse. Mais au livre I, Pausanias associait cette héroïne, qui n’est pas autrement connue, à Pelasgos.

  • 14 Cf. j. Rudhardt, Du mythe, de la religion grecque et de la compréhension d’autrui, in Revue europé (...)
  • 15 L’importance de l’« anthropogonie » argienne dans la mythologie grecque a été récemment mise en va (...)
  • 16 Cf. M. Piérart, Les généalogies des rois d’Argos d’après Pausanias, in D. Auger, S. Saïd (éds), (...)
  • 17 Le tableau ne reprend que les descendants d’Inachos. L’arrivée de Danaos à Argos fournit un deuxiè (...)

8Contrairement à d’autres cultures, la Grèce n’a pas mis l’homme au cœur de sa mythologie. Mais la condition humaine est expliquée dans des mythes que les cités ont souvent mêlés au récit de leurs propres origines14. Les mythes étiologiques rapportent les inventions les plus notables aux héros fondateurs ou à leur proche descendance. On sait que les Argiens affirmaient que l’homme était apparu dans leur propre pays et qu’il s’appelait Phoroneus15. La richesse et la complexité de leur système généalogique leur permettaient de répartir les premières découvertes sur de nombreuses générations16. Il est remarquable que les inventions les plus importantes pour le bien-être de l’humanité se concentrent sur les premières générations qui s’y sont succédé. Le tableau suivant sert à fixer les idées17 :

  • 18 Selon une tradition différente, le héros Argos avait fait venir le blé de Libye. « C’est pourquoi (...)
  • 19 Cf. infra, p. 428-429 (Appendice).

9Pelasgos est le fils de Triopas (T 4). Agénor aussi, d’après le tableau généalogique que dresse le Périégète en entrant en Argolide (T 5). Les deux héros se rattachent ainsi à la plus ancienne des généalogies d’Argos. Le rôle de Pelasgos comme héros civilisateur est aussi souligné par la liste généalogique que contiennent les scholies à l’Oreste d’Euripide. Pelasgos inventa la fabrication du pain (Τ 6)18. En dépit de différences, la généalogie des scholies d’Euripide est, parmi celles qui nous sont parvenues, celle qui se rapproche le plus du tableau qu’on peut tirer de Pausanias. On peut admettre que l’une et l’autre reflètent assez fidèlement celles qui avaient cours à Argos même19. Dans la scholie, Peirasos a pour frère Kriasos, de qui descend Phorbas. Dans la version de Pausanias, plus courte d’une génération - il ignore complètement la figure de Kriasos –, Peirasos et Phorbas sont des contemporains. Le mythe de Trochilos suppose, on le verra, la variante de la Périégèse.

Trochilos

  • 20 Τροχίλος est le roitelet. F. Graf, Eleusis und die orphische Dichtung Athens, Berlin-New-York, 197 (...)
  • 21 Cf. P. Chantraine, La formation des noms en grec ancien, Paris, 1933, p. 249 (suffixe en -ιλος) et (...)
  • 22 Hygin, De Astronomia, II, 13, 2 : Nonnulli etiam, qui de sideribus scripserunt, hune natione Argeu (...)
  • 23 Tertullien, De Spectaculis, 9 : Si uero Trochilus [corr. Pamelius : Acrophilus, vel Prophylus mss. (...)
  • 24 Eus. (Hieron. Chron.), p. 40 b Helm (notice f.· ~1568) : Primus quadrigam iunxisse fertur Trochilu (...)

10Trochilos n’apparaît pas uniquement dans la version argienne de la fondation des mystères d’Éleusis (T 1). Ce personnage au nom d’oiseau20 pourrait tirer son nom de τροχός, la roue21 : on lui attribuait l’invention du char. Il aurait donné son nom à la constellation du Cocher (T 7). Le De astronomia d’Hygin rapporte l’invention du quadrige à Orsilochos, un personnage qui n’est pas autrement connu et dont on a proposé de corriger le nom en Trochilos22. Tertullien23 et Saint Jérôme24, d’après la Chronique d’Eusèbe, confirment le témoignage de la scholie d’Aratos.

  • 25 Par ex. Marm. Par., 239 A 10, 17-18 Jacoby. Eratosthène, d’après Hygin, De astronomia, II, 13, 1, (...)
  • 26 On ne connaît pas de représentation iconographique de Trochilos. En revanche, le dossier de Tripto (...)
  • 27 Hygin, II, 14, 1 : qui primus omnium una rota dicitur usus, ne cursu moraretur.

11Dans les traditions attiques, le héros qui passait pour avoir inventé le quadrige est Erichthonios25. Mais Triptolème, le fils de Keleos, à qui Déméter confia le soin de répandre l’agriculture, avait un trait en commun avec ce Trochilos que les Argiens lui donnaient pour père (T 1) : il se déplaçait sur un char ailé, souvent garni de roues et tiré par des serpents, du haut duquel il répandait par toute la terre la semence bienfaitrice26. Triptolème « fut le premier de tous, dit-on, à se servir d’une roue pour ne pas retarder sa course27 ».

Kallithuia / Kallithoé

12La scholie d’Aratos (T 7) nous donne le nom de la mère de Trochilos : Kallithuia, première prêtresse d’Argos, que Pausanias ignore complètement. Le dossier de l’héroïne est complexe. Quelques textes la concernent directement (T 8-12). Son nom y apparaît sous deux formes différentes : Καλλιθόη qu’on trouve dans un fragment de la Phoronis, un poème d’époque archaïque (T 8), et la forme la plus répandue, Καλλίθυνα (T 7, 9 – 12). On y rattachera l’adjectif καλλιθύεσσα, attribué à Io, qu’on étudiera plus loin (T 17).

  • 28 Sur les féminins en -υια, cf. P. Chantraine, La formation … (op. cit. [n. 211), p. 439-440. Il not (...)

13Nous ignorons quand la forme Καλλίθυια s’est imposée. Le nom évoque ceux d’autres personnages de la mythologie : Θυίη, Εἰλείθυια, ᾿ Ωρείθυια. Son étymologie n’est pas claire28. Les anciens ont dû rapprocher le nom ainsi que l’épithète καλλιθύεσσα de θύω (sacrifier), plutôt que de θέω (courir), le rapprochement qu’invite à faire la forme Καλλιθόη. À leurs yeux, elle était « celle qui fait des sacrifices agréables aux dieux ».

  • 29 Cf. F. Bechtel, Die historische Personennamen des Griechischen bis zur Kaiserzeit, Halle, 1917, p. (...)
  • 30 Je ne l’ai trouvé ni dans les volumes parus de P. M. Fraser et al., A Lexicon of Greek Personal Na (...)
  • 31 Hymne hom. à Déméter, 110.

14Tout le monde admet que Kallithuia et Kallithoé ne font qu’un. La variante Καλλιθόη a probablement été retenue pour des raisons métriques. Sa formation en fait une sorte de lectio facilior : chacun de ses éléments s’insère dans un ensemble bien attesté29. Pourtant, c’est un nom rare30. À ma connaissance, il n’apparaît que deux fois dans la littérature. L’autre Kallithoé figure dans l’Hymne à Déméter parmi les filles de Keleos qui accueillent la déesse sans la reconnaître31. Il s’agit peut-être d’un hasard. Je croirais volontiers que ce rapprochement a pu faciliter l’insertion de Trochilos dans la geste éleusinienne.

Petras / Peirasos

  • 32 Cf. aussi Paus., II, 16, 1. – Hygin, Fab., 145, dans un passage assez corrompu, donne la forme Pir (...)
  • 33 Cf. Hdt, VI, 75, 78, 80, 82.
  • 34 Cf. aussi la n. 17.
  • 35 Sa date n’est pas connue. F. Jacoby place Démétrios au ive siècle.

15Dans le Περì τῶν ἐν Πλαταιαῖς Δαιδάλων, Plutarque, qui s’inspire apparemment d’une source poétique, fait du père de Kallithuia, Peiras, un autre πρῶτος εὑρετής (Τ 12). Il fut le premier à fabriquer un xoanon d’Héra en se servant de bois de poirier provenant des environs de Tirynthe. C’est cette statue que Pausanias pense avoir vue dans le temple d’Héra (T 13) : lors de la prise de Tirynthe, les Argiens l’ont emportée à l’Héraion. Lorsqu’il est associé à Kallithuia (T 9, 12), le personnage se nomme Peiras. Mais Pausanias l’appelle Peirasos (T 5, 13) et c’est sous cette forme que son nom apparaît aussi chez le généalogiste de l’Oreste (T 6)32. Argos, fils de Niobé, possédait, tout près de Tirynthe, le bois sacré que Cléomène fit incendier et où l’armée argienne fut anéantie33. Cela explique sans doute que par un phénomème de vieillissement banal34, un auteur d’Argolika appelé Démétrios35 lui ait attribué la paternité de la statue d’Héra (T 14).

  • 36 Cf. A. Frickenhaus, Die Hera von Tiryns, in A. Frickenhaus, W. Müller, F. Oelmann, Tiryns I, Athèn (...)
  • 37 Cf. VIII, 46, 3 : ’Aργείοις δὲ τὰ ἐκ Τίρυνθος ἕτι καì ἐς ἐμὲ τò μὲν παρἀ τὴν ῞Ηραν ξόανον, τò δὲ ἐ (...)

16Les controverses autour de l’origine tirynthienne ou argienne de l’aition de la statue d’Héra ont compliqué inutilement les choses36. À l’Héraion, dans le temple de la déesse, Pausanias a vu un xoanon d’Héra, dont on disait qu’il avait été amené là lors de la prise de Tirynthe et qu’il n’était autre que la plus ancienne statue en bois d’Héra, œuvre de Peirasos, fils d’Argos. Dans les mêmes circonstances – toujours d’après notre auteur – les Argiens ont emporté un autre xoanon qu’ils ont déposé dans le temple d’Apollon Lycien37.

  • 38 Akousilaos, 2 F 28 Jacoby. Cf. M. Piérart, Le culte de Dionysos à Argos, in Kernos, 9 (1996),p. 42 (...)

17Tirynthe, qui s’était rendue indépendante après la bataille de Sépeia, fut détruite vers 465 av. J.-C. Je ne vois pas de raison de mettre en cause le témoignage du Périégète : le xoanon d’Héra qu’il a vu faisait partie du butin de Tirynthe et les Argiens croyaient avoir mis la main sur la statue taillée par Peirasos dans du bois provenant des arbres de la région. On peut d’ailleurs établir indirectement le fait que les Argiens admettaient l’origine tirynthienne de la statue en bois de poirier avant la destruction du second quart du ve siècle : d’après Akousilaos, qui vécut avant ces événements, les filles de Proitos, qui régnait sur Tirynthe, encoururent la colère d’Héra pour avoir méprisé la statue en bois de la déesse38.

Io Kallithuessa

  • 39 F. Bechtel, (op. cit. [n. 29], p. 367-368) définit une catégorie de noms en -πείρας dérivés de πεῖ (...)

18Akousilaos connaissait un héros du nom de Peiren, dont il faisait le père d’Io : nous tenons le renseignement de la Bibliothèque attribuée à Apollodore, qui nous apprend que la variante d’Akousilaos remonte au corpus hésiodique (T 15). Le renseignement est confirmé par un grammairien (T 16). Les modernes identifient ce Peiren avec Peirasos ou Peiras, le père de Kallithuia39. L’identification d’Io avec Kallithuia ne repose pas uniquement sur la similitude des patronymes. Une glose d’Hésychios la confirme : il explique la formule poétique ’Iὼ καλλιθύεσσα par le nom que portait la première prêtresse d’Héra : Kallithuessa (T 17).

  • 40 Cf. Jacoby, op. cit. (n. 36), p. 367. Les expressions ’Αργολίδος ῞Ηρας ἰερόν εἱσάμενος (Τ 12) et Ι (...)
  • 41 F. Bechtel (Parerga 28, in KZ, 44 [1911], p. 356-357) est d’avis que les formes -θυια et -θύεσσα n (...)

19Nous ne savons pas quel poète a composé le fragment de vers qu’expliquait la glose d’Hésychius. Schneider, Carl Robert et Wilamowitz ont pensé à Callimaque40. Καλλιθύεσσα est un hapax : on ne connaît d’ailleurs pas d’autre composé en -θύεσσα. L’adjectif, forgé sur θύω, sacrifier, rappelait l’intervention des généalogistes qui ont identifié la jeune femme aimée de Zeus avec la première prêtresse d’Héra41.

20Si l’on admet que Peiren et Peiras/Peirasos ne font qu’un, l’identification d’Io avec Kallithuia remontait très haut dans le temps. La légende de Peiras et de Kallithuia faisait partie du corpus argien bien avant les événements qui entraînèrent la sécession et la chute de Tirynthe.

21Les fragments qu’on vient d’étudier ne permettent pas de savoir si les poèmes hésiodiques et Akousilaos faisaient aussi de Peiren un fils d’Argos. Peiren n’est pas le seul père qu’on donnait à Io. Si l’on met à part la filiation, toute conventionnelle, des Tragiques, deux traditions paraissent avoir circulé à Argos : celle qui paraît s’être imposée, mais qui n’est sans doute pas la plus ancienne, donnait lasos pour père à Ιο (T 5, 6). lasos était le frère d’Agénor.

Agénor

  • 42 Cf. Piérart, art. cit. (n. 16), p. 143-146.

22L’hiérophante Trochilos fut exilé d’Argos à cause de la haine d’Agénor (T 1). Les principaux systèmes généalogiques mettent ce dernier sur le même plan que Pelasgos et lasos. Les scholies nous ont livré les débris d’une tradition remontant au moins à Hellanicos : il rattachait les épithètes homériques ῎Ιασον ῎Αργος, Πελασγικòν ῎Αργος et ἱππόβοτον ῎Αργος aux noms de trois frères, lasos, Pelasgos et Agénor42. Les deux premiers reçurent chacun la moitié de son royaume, le troisième, qui commandait la cavalerie, attaqua le pays (T 18). Une autre source fait d’Agénor un roi hostile à ses frères : il fut l’inventeur de la guerre civile (T 19). Même les maux funestes de l’humanité réclament leur πρῶτος εὑρετής ! La fuite de Trochilos s’inscrit tout naturellement dans ce cadre. Hellanicos rattachait directement les trois frères à Phoroneus. Pausanias (T 5) et le généalogiste de l’Oreste (T 6) en font des fils de Triopas. Les récits qui mettent en scène Triptolème, fils de Trochilos, postulent le même système généalogique.

Eubouleus et Triptolème, fils de Trochilos

  • 43 II a un culte à Éleusis, dès le ve s., où il apparaît dans la loi sur les prémices sous le nom d’E (...)
  • 44 Paus., I, 14, 3. – Cf. G. Schwartz, art. Eubouleus, in LIMC, V (1988) 1, p. 43-46, sp. 43.
  • 45 Cf. Palaiphatos, 44 F 1 Jacoby (Harpocr., s.v. Δύσαυλης). – Toute la tradition est étudiée par Gra (...)

23À Éleusis, Trochilos eut deux fils, Eubouleus et Triptolème (T 1). Eubouleus n’apparaît pas dans l’Hymne à Déméter43. Un poème orphique auquel Pausanias fait allusion, juste après avoir résumé le mythe argien, fait des deux frères des fils de Dysaulès44. Selon cette légende, attestée dès la seconde moitié du ive s. avant J.-C.45, Déméter aurait été accueillie à Éleusis par Dysaulès et son épouse, Baubô. F. Graf a rapproché les deux mythes : il voit dans le récit argien de l’accueil de Déméter par Pelasgos et Chrysanthis un démarquage du mythe orphique opéré par les historiens argiens de l’époque classique. La similitude des récits et l’origine éleusinienne des héros rendent cette hypothèse très convaincante. Il n’est guère imaginable que l’invention-des céréales et le culte de Déméter n’aient pas eu leurs mythes à Argos bien avant l’époque classique. Mais le contenu qu’on leur donnait nous échappe. L’histoire de Trochilos et de ses fils est une réponse aux prétentions des Athéniens d’avoir été le berceau de la civilisation.

  • 46 Paus. de Damas, fr. 4 (FHG, IV, p. 469 Müller). – Sur ces fondations, Cf. G.M. Cohen, The Seleucid (...)

24Il faut encore verser au dossier de Triptolème argien des traditions proche-orientales évoquées par Strabon. La ville de Tarse aurait été fondée par Triptolème, parti avec des Argiens à la recherche d’Io (T 20, 22). Un fils du héros, Gordys, aurait fondé la Gordyène, une région située aux confins de l’Arménie, de l’Assyrie et de la Mésopotamie, au sud du lac de Van (Thospitis), vers les sources du Tigre (T 21). Triptolème aurait encore fondé Antioche sur l’Oronte, où, toujours selon Strabon, on lui rendait un culte (T 22). Antioche est une fondation de Seleukos I Nikator, après la bataille d’Ipsos, en 301 av. J.-C. Il y aurait installé, parmi d’autres, des Athéniens et des Argiens46. C’est à ce moment que dut être forgée la légende d’une première fondation par Triptolème.

  • 47 Cf. ci-dessous, p. 423.
  • 48 Strabon, XIV, 5, 8 (C. 671) : ’Aχαίων καì ‘Pοδίων κτίσμα τῶν ἐκ Λίνδου.
  • 49 Cf. R.S. Stroud, An Argive Decree form Nemea concerning Aspendos, in Hesperia, 53 (1954), p. 193-2 (...)
  • 50 Ce qu’atteste aussi Strabon, XIV, 4, 2 (C. 667).
  • 51 Cf. Stroud, art. cit. (n. 49), p. 199-201, avec la bibliographie. – C. Brixhe (Le dialecte grec de (...)
  • 52 SEG, XXIV, 282, 1. 6-7.
  • 53 SEG, XIX, 317, Curty, op. cit. (n. 49), p. 10-12, n° 4.

25À l’époque impériale, les cités de Cilicie se rattachaient à Argos, mais à travers d’autres mythes47. Leurs origines argiennes, dont Strabon se fait aussi l’écho à propos de Soloi48, ont dû être revendiquées dès l’époque d’Alexandre ou des Diadoques. Un décret argien de Némée prouve qu’Aspendos de Pamphylie « renouvela » ses liens de parentés avec Argos à la fin du ive s.49 Elle se considérait comme argienne50, bien qu’une tradition, qui remonte au moins à Callimaque, fît de Mopsos l’archégète de la Pamphylie51. Or le décret qui la concerne spécifie que les gens d’Aspendos partageront avec les habitants de Soloi de Cilicie le privilège d’accéder à l’assemblée immédiatement après les Rhodiens52. Une inscription de la même époque rappelle les liens de parenté de Rhodes avec Argos53. J’imaginerais volontiers que la grande cité insulaire, qui sut sauvegarder son indépendance à cette époque et pouvait avoir des intérêts en Méditerranée orientale, a joué un rôle dans le « renouvellement » de tels liens de parenté.

26L’expédition de Triptolème à la recherche d’Io suppose admise la généalogie qui fait d’elle une fille de lasos. On la trouve chez Pausanias (T 5) et le généalogiste de l’Oreste (T 6), mais aussi dans la Bibliothèque attribuée à Apollodore (T 15). Toutefois, le système du mythographe est incompatible avec la tradition qu’on a reconstituée, car il suppose deux générations d’écart entre Pelasgos et Agénor. Le généalogiste de l’Oreste, en intercalant Kriasos entre Argos et Phorbas, oblige à supposer un écart trop grand entre Peirasos et Trochilos. En revanche, ces récits s’insèrent parfaitement dans l’arbre généalogique qu’on peut tirer de la Périégèse (fig. 1).

27Les mythes sur l’histoire de l’humanité durent être rattachés très tôt à Phoroneus et à ses descendants directs. Les aventures de l’hiérophante Trochilos ne peuvent être aussi anciennes. Quelques points de repère permettent peut-être d’esquisser une chronologie approximative de la tradition.

  • 54 Cf. Piérart, op. cit. (n. 4), p. 119-127.

28Akousilaos connaissait Peiren, dont il faisait, à la suite du corpus hésiodique, le père d’Io. Il connaissait aussi l’aition du xoanon d’Héra. La Phoronis, qui remonte peut-être au viie siècle, faisait de Kallithoé la prêtresse d’Héra Argeia. La tradition faisant de Kallithuia la fille de Peirasos (quel que soit le nom précis qu’on leur donnait) et la petite-fille d’Argos remonte donc au plus vieux fonds des traditions argiennes. Ces héros appartenaient à la race de Phoroneus et les récits qui les concernaient se rattachaient au groupe de l’Argos assoiffée54. Dans le cas d’Argos, en effet, il est possible d’établir des relations entre les généalogies royales et la distribution géographique des mythes qui viennent s’y greffer. Les mythes qui se rattachent à Phoroneus ont surtout affaire avec le nord de la plaine et le sanctuaire d’Héra. Ceux qui ont trait à Danos et à ses filles se rapportent au sud-ouest de la plaine, à Lerne et à la région voisine. Le clivage mythographique reflète ainsi le contraste observé entre la zone sèche et la zone marécageuse.

Fig. 1 : Généalogie restituée du Triptolème argien

29Io est à la charnière entre deux généalogies. En amont, nous trouvons les Inachides, en aval les ancêtres directs de Danos et d’Égyptos. C’est une héroïne de l’ouest de la plaine. La plupart des lieux-dits associés à Io sont aussi situés à l’ouest et au sud : à Lerne et sur la route qui conduit en Arcadie. Aimée de Zeus, confiée à la garde d’Argos Panoptès, elle devait être vierge quand le dieu s’éprit d’elle et ne pouvait avoir eu en Argolide les descendants qu’on pouvait prêter à la première prêtresse d’Héra. Elle ne fut assimilée à cette dernière que pour trouver une place dans les généalogies d’Argos. L’identification d’Io avec Kallithuia est le reflet d’un des premiers efforts pour combiner les mythes de la sécheresse avec les mythes de l’humidité. Elle n’est pas vraiment compatible avec les traditions qui donnent à la fille de Peirasos une descendance argienne.

  • 55 Esch., From., 589 ; Bacch., 19, 18 ; Hdt., I, 3, « Kastor [250 F 8 J.] et la plupart des tragiques (...)
  • 56 Call., Aitia, fr. 66 Pfeiffer. Cf. Piérart, op. cit. (n. 4), p. 120-121, 147.
  • 57 J. Hall, How Argive was the “Argive” Heraion ?, in AJA, 99 (1995), p. 609-610. – Dans son livre (E (...)

30Eschyle, Bacchylide et Hérodote55 font tous d’Io une fille d’Inachos. La plupart des généalogistes lui donnent pour père lasos. Un vers de Callimaque, qui appelle les Danaïdes ’Iασίδος νέπ[ο]δες fournit actuellement le terminus ante quem de cette tradition56. L’insertion de lasos parmi les rois d’Argos relève du souci d’expliquer l’épithète homérique "Ιασον "Αργος. On la trouve pour la première fois chez Hellanicos. J. Hall suppose que c’est lui qui le premier a fait de Io une Iaside : après la destruction de Tirynthe, on voulut lui donner un père argien57.

31Io était argienne depuis longtemps lorsqu’on en fit, pour harmoniser les chronologies, une fille de lasos. Or, on l’a vu, Hellanicos fait de Pelasgos, lasos et Agénordes fils directs de Phoroneus (T 18). Io aurait été contemporaine d’Argos. Mais la légende de Triptolème à la recherche d’Io suppose 1o l’existence d’un Triptolème argien, 2° qu’Io soit dissociée de Kallithuia, première prêtresse d’Argos, mère de Trochilos et grand-mère de Triptolème. Elle présuppose donc une position basse pour lasos dans la généalogie. D’autre part, on peut penser qu’Hellanicos, auteur d’un catalogue des prêtresses d’Héra à Argos et de plusieurs traités consacrés aux origines de cette cité, n’aurait pas fait des trois frères des fils de Phoroneus, si leur place était déjà fixée dans la chronologie.

32On peut donc avancer l’hypothèse que la variante argienne de la fondation des mystères d’Éleusis date de la fin du ve siècle au plus tôt et de celle du ive siècle au plus tard. De tels récits sont l’œuvre d’érudits qui se servaient de la généalogie que reproduit Pausanias. Ils sont venus se greffer sur un très vieux fonds légendaire, qui rattachait les mythes anthropogoniques à la descendance d’Inachos. La chronologie qu’on établit à partir des légendes argiennes confirme les conclusions auxquelles était arrivé F. Graf par un autre biais : élaborée à l’âge d’or des Atthidographes, elle est la réponse d’Argos aux prétentions d’Athènes d’avoir été le berceau de la civilisation.

Éleusis, culte panhellénique

  • 58 Hymne hom. à Déméter, 473-479.
  • 59 Cf. ci-dessus, n. 26.

33L’Hymne homérique à Déméter fait de Triptolème l’un des themistopoloi basileis à qui la déesse en personne a révélé les saints mystères58. La tradition du voyage civilisateur du héros est attestée, dans les textes et l’iconographie, dès le vie siècle59. Elle dut fournir le mythe qui justifiait, avec l’appui de l’oracle de Delphes, l’invitation des Athéniens aux cités de Grèce à verser aux Déesses d’Éleusis les prémices de leurs récoltes. Elle est évoquée très tôt dans des contextes internationaux. Relatant les négociations de paix de 371 av. J.-C, Xénophon met dans la bouche du dadouque Kallias, ambassadeur des Athéniens à Sparte, l’argument suivant :

  • 60 Xén., VI, 3, 6 (Trad. J. Hatzfeld) : Δίκαιον μὲν οὖν ἧν μηδὲ ὅπλα ἐπιφέρειν ἀλλήλοις ἡμᾶς, ἐπεὶ λέ (...)

La justice devrait nous empêcher même de porter les armes les uns contre les autres, puisque, comme le dit la tradition, Triptolème notre ancêtre, quand il montra les mystères sacrés de Déméter et de Coré aux étrangers, commença par Héraclès, votre ancêtre, ainsi que par le couple des Dioscures, vos concitoyens, et que le Péloponnèse fut le premier à recevoir la graine du fruit de Déméter. Comment alors pourrait-on admettre que vous veniez un jour chez ceux de qui vous avez reçu le grain, pour couper leurs moissons ?60

34Ces propos sont d’un Athénien, membre du genos des Kérykes de surcroît. Mais, dans le dernier quart du iie s. av. J.-C, de telles prétentions étaient officiellement reconnues par les Amphictions de Delphes, dans un décret par lequel ils confirmaient les privilèges des Technites dionysiaques d’Athènes. L’invention des arts et des concours, rapportée à Athènes, y était replacée dans le contexte plus général de l’œuvre civilisatrice de la cité :

  • 61 FD III 2, 69 (CID IV, 117 [sous presse]), 1. 11-16 : ἐπει[δὴ] γεγονέ[ναι κ]αὶ [συνειλέ]χθαι τεχνιτ (...)

Attendu qu’une association de Technites dionysiaques a vu le jour et s’est réunie pour la première fois à Athènes, dont le peuple fut à l’origine de tous les biens pour les hommes : il les fit passer de la vie sauvage à la vie civilisée et fut à l’origine des échanges sociaux – en introduisant la révélation des mystères, grâce à de tels bienfaits, il proclamait à tous que le plus grand bien, pour les hommes, est de se rendre service mutuellement et de se faire confiance ; de même touchant les lois divines qui régissent les bonnes relations humaines et l’éducation – et encore la diffusion du blé, il en reçut ce cadeau en particulier, mais en rendit de son plein gré le bon usage commun à tous les Grecs, etc.61

  • 62 Isocr., 4 (Panég.), 28-33.
  • 63 Y. Grandjean, Une nouvelle arétalogie d’Isis à Maronée, Leiden, 1975 (SEG, XXVI 821), 1. 35-41 : σ (...)

35Le nom de Triptolème ne figure pas dans cet éloge vibrant d’Athènes, non plus que dans le Panégyrique d’Isocrate, qui associait déjà les thèmes du don du blé, de la révélation des mystères et de la primauté d’Athènes62. Mais on ne peut guère douter que sa légende ait fourni le mythe qui justifiait les prétentions athéniennes et leur acceptation par les autres peuples. L’arétalogie d’Isis de Maronée, vers 100 av. J.-C, en fournit une belle preuve. Son auteur attribue à la déesse égyptienne le don du blé, mais le miracle eut lieu à Éleusis63 :

De la Grèce tu as surtout honoré Athènes ; c’est là en effet que pour la première fois tu as révélé les fruits de la terre. Triptolème, après avoir mis sous le joug tes serpents sacrés, distribua, emporté sur son char, la semence à tous les Grecs. Voilà pourquoi nous avons à cœur d’aller voir, dans la Grèce, Athènes, et dans Athènes, Éleusis, en estimant que la cité est l’âme de l’Europe, et que le sanctuaire est l’âme de la cité.

  • 64 Cf. G. Daux, Delphes au iie et au ier siècle, Paris, 1936 ; Ch. Habicht, Athen. Die Ge-schichte de (...)
  • 65 Cf. F. Lefèvre, L’Amphictionie pyléo-delphique : histoire et institutions, Athènes-Paris, 1998, p. (...)
  • 66 Cic, Pro L. Fiacco, XXVI, 62 ; De Legibus, XIV, 34-36. – Cf. K. Clinton, The Eleusinian Mysteries  (...)

36Le décret des Amphictions date d’une époque où le prestige dont Athènes jouissait dans le monde grec était devenu considérable64. L’éloge appuyé de la primauté d’Athènes qu’il contient avait aussi, n’en doutons pas, l’aval des Romains, auxquels les Amphictions sont très soucieux de ne pas déplaire65. Un demi-siècle plus tard, Cicéron, initié lui aussi aux mystères des deux Déesses, le reprenait à son compte, comme lieu rhétorique dans sa défense de L. Flaccus, mais aussi, dans le De Legibus, pour justifier l’exception qu’il consentait en faveur d’Éleusis à la règle interdisant les sacrifices nocturnes66. À la fin de l’époque hellénistique, les élites de Grèce et de Rome étaient prêtes à reconnaître au culte d’Éleusis un statut de culte panhellénique.

  • 67 À telle enseigne qu’un des derniers auteurs à avoir parlé du synédrion propose – à tort je pense – (...)
  • 68 S. Follet, D. Peppas-Delmousou, Le décret de Thyatire sur les bienfaits d’Hadrien et le « Panthéon (...)

37La création du Panhellénion, à l’époque impériale, entérinait officiellement la primauté des Athéniens. Les recherches récentes ont mis en valeur les liens étroits que cette institution entretenait avec les cultes d’Éleusis67. Un décret de Thyatire rappelle que le titre de gloire d’Athènes est d’avoir répandu dans le monde les bienfaits des Mystères68 :

… on fera graver ce décret sur une stèle de marbre qu’on placera sur l’Acropole, [afin de rendre] manifestes pour tous les Grecs quels bienfaits ont été reçus de ce très grand Empereur, vu que l’empereur a couvert de bienfaits tous les Grecs, pris en particulier et tous ensemble, en les rassemblant dans ce conseil réuni, en gage de sollicitude commune, dans la très illustre cité d’Athènes, la Bienfaitrice, qui a donné le fruit des Mystères à tous unanimement, etc.

  • 69 M. Wôrrle, Neue Inschrifienfunde aus Aizanoi I, in Chiron, 22 (1922), p. 337-349.
  • 70 Cf. J.H. Oliver, Marcus Aurelius. Aspects of civic and cultural Policy in the East, in Hesperia, S (...)

38L’attitude de la cité d’Asie n’était sûrement pas isolée. Ulpius Appuleius Euryclès un Grec d’Asie, tout comme Pausanias, qui exerça des fonctions importantes au sein du Panhellénion, dédiait en 157 un pont à Aizanoi à l’empereur Antonin le Pieux ainsi qu’« au dieu Hadrien Panhellénios, aux Déesses d’Éleusis, à Athéna Polias, à Poséidon et à Amphitrite »69. Aélius Aristide (T 2) n’exagérait pas quand il disait que c’est à Athènes que les Grecs apportaient les prémices de leurs récoltes. Des inscriptions prouvent que les cités membres du Panhellénion ont renouvelé une coutume vivante à l’époque classique, où les cités grecques étaient invitées à s’acquitter de ce devoir envers les divinités d’Éleusis70.

  • 71 Par ex., pour limiter cette enquête à Pausanias et aux cités proches d’Argos : Keleai (ci-dessous, (...)

39Un culte panhellénique, voire œcuménique, exigeait un mythe universellement reconnu. La version athénienne avait donc toutes les chances de s’imposer. La Périégèse témoigne des efforts des autres cités pour adapter leurs traditions locales à la primauté reconnue aux cultes d’Éleusis. Plusieurs villes ont séparé dans le temps les deux dons de Déméter : elles rapportaient leur version locale du thème de l’accueil de la déesse aux temps les plus anciens, mais elles attribuaient le plus souvent les rites locaux des mystères à des héros qui les importèrent d’Éleusis71. Pausanias se montre sceptique à l’égard de ces traditions, mais il ne remet pas en cause le principe de la filiation.

La critique de Pausanias

  • 72 I, 14, 3 ; 38, 7. Cf. Chamoux, op. cit. (n. 4), p. 251.
  • 73 I, 38, 7 (trad. J. Pouilloux) : καὶ τοῖς οὐ τελεσθεῖσιν, όπόσων θέας εἴργονται, δῆλα δήπου μηδὲ πύ (...)
  • 74 C’était son sentiment à l’époque de la rédaction du livre I, mais sur le principe, il n’avait pas (...)

40L’intérêt que Pausanias porte au culte de Déméter n’est pas douteux. Sa ferveur envers les Déesses ne pouvait qu’aviver la confiance que lui inspiraient les mythes qu’Athènes célébrait à leur sujet et le rendre critique envers les versions divergentes qu’il avait recueillies au cours de ses lectures et de ses voyages. Pour lui, les Mystères d’Éleusis sont un thème sensible : le récit des traditions sur Triptolème (T 1) s’interrompt après son allusion à la pièce de Choirilos. Le rêve qui l’a dissuadé de continuer à traiter du sujet pourrait, comme le pense F. Chamoux, être le même que celui qui lui interdit de décrire l’intérieur du temple de Triptolème à Eleusis72. Ils sont à coup sûr de même nature : « ceux qui n’ont pas reçu l’initiation n’ont même pas le droit, c’est bien évident, d’avoir des informations sur tout ce dont la vue leur est interdite73. » Il nous a donc dit ce qu’il tenait pour faux, pas ce qu’il croyait vrai74.

  • 75 II, 14, 2.

41Mais Pausanias n’est pas un dévot ordinaire. C’est un grammairien et un historien. Les critiques qu’il adresse aux Phliasiens à propos du culte des Keleai révèlent sa méthode. Les habitants de Phlionte admettent les origines éleusiniennes des mystères qu’ils célèbrent. Mais ils les justifient par un récit inacceptable. Selon eux, les rites auraient été fondés par un fugitif d’Éleusis, Dysaulès, un frère de Keleos75 :

  • 76 II, 14, 3 : Δύναιτο δ’ ἂν κατὰ ἄλλην τινὰ ἐνταῦθα ὁ Δυσαύλης ἀφικέσθαι πρόφασιν καὶ οὐχ ώς οἱ Φλιά (...)

Dysaulès aurait pu s’être rendu là pour un autre motif. Mais, à la vérité, je ne crois pas qu’il ait été ni un proche parent de Keleos, ni même un personnage en vue à Eleusis : car, dans ce cas, Homère ne l’aurait jamais laissé de côté dans ses poèmes. Il y a en effet un poème d’Homère consacré à Déméter. Dans celui-ci, il énumère ceux à qui la déesse a enseigné les mystères, mais ne connaît aucun Dysaulès76.

  • 77 Sur Pamphos, cf. Graf, op. cit. (n. 20), p. 183 et n. 3.
  • 78 I, 38, 3, avec le commentaire de Chamoux, op. cit. (n. 4), p. 250.

42Pour être acceptables, les récits étiologiques doivent non seulement respecter la théologie admise, ils doivent être en accord avec les textes qui font autorité. L’Hymne homérique d’Homère et celui de Pamphos étaient de ceux-là77. Encore faut-il noter que Pausanias lisait sans doute l’hymne homérique dans une version différente de la nôtre78.

  • 79 II, 37, 2. Cf. Piérart, art. cit. (n. 11), p. 142-144.

43Dans les récits d’Argos, que nous ne pouvons guère reconstituer qu’à travers le témoignage du Périégète, les rites des Lernaia ne sont pas liés aux récits de la venue de Déméter79. Ils sont attribués à Philammon, dont Eumolpe serait le descendant. Une tradition annexionniste, comparable à celle qui faisait de Triptolème un fils de Trochilos. Pausanias s’est également employé à la réfuter, en se fondant sur le fait que les paroles en prose et en vers qui figurent sur un cœur en orichalque que le héros aurait consacré à Lerne étaient en dorien, un dialecte qui ne fut introduit dans le Péloponnèse qu’avec le retour des Héraclides…

44En revendiquant la paternité de la fondation des mystères et de la découverte des céréales contre l’opinion commune et les convictions propres de Pausanias, les Argiens adoptaient un point de vue insoutenable à ses yeux. Mais Argos, chantée par les plus grands poètes, considérée comme l’une des plus vénérables cités de la Grèce, avait souvent, en matière de mythologie, des argument sérieux à faire valoir. Telle est sans doute la raison pour laquelle il prenait un soin particulier à réfuter les allégations de ses érudits, lorsqu’elles s’éloignaient de la lettre des auteurs qu’il respectait. L’histoire de Trochilos, de facture tardive, contredisant directement Homère, était particulièrement apte à les discréditer.

Conclusions

45La vénération de Pausanias pour le culte des Déesses d’Éleusis est un trait qu’il partage avec beaucoup de Romains et de Grecs de son époque. Sous les Antonins, le prestige qu’Athènes retirait du sanctuaire était considérable. Sa primauté culturelle trouvait son expression la plus solennelle dans les traditions relatives à l’accueil de Déméter, à la révélation des mystères et à la double mission civilisatrice de Triptolème. Dès la basse époque hellénistique, grâce à l’accueil qu’ils reçurent de nombreuses cités grecques – dans l’Amphictionie delphique notamment –, mais aussi grâce à la bienveillance des Romains, ces mythes acquirent un véritable statut panhellénique, auquel les institutions créées sous le patronage d’Hadrien apportaient la plus solide des cautions. Beaucoup de mystères locaux étaient considérés comme des succursales des Mystères d’Éleusis. Affirmer, comme l’ont fait les Argiens, que l’hiérophante Trochilos était le père de Triptolème et d’Eubouleus revenait à nier à la fois le rôle civilisateur d’Athènes et la primauté des Mystères d’Éleusis auxquels, à la suite de l’Empereur Hadrien, les élites des Grecs prêtaient foi.

  • 80 Chuvin, op. cit. (n. 15), p. 93.
  • 81 L. Robert, Documents d’Asie mineure, Paris, 1987, p. 46-90 [= BCH, 101 (1977), p. 88-132].

46Les prétentions des Argiens les isolaient dans le monde grec. Il n’est pas sûr cependant que la tradition de l’origine argienne de Triptolème, que Pausanias n’introduit que pour la réfuter, était encore vivante de son temps. Les mythes cités par Strabon nous conduisent vers la Cilicie et dans la région d’Antioche. « La légende, note P. Chuvin, a dû être adaptée à une époque où le héros ailé en qui Tarse voyait son fondateur n’avait pas encore été définitivement identifié à Persée et où on pouvait prétendre le reconnaître dans Triptolème sur son char volant80. » Au iie s. de notre ère, c’est Persée qui passe pour avoir été le héros fondateur de la plupart des cités qui, dans ces régions, se réclament d’Argos. Un rhéteur d’Aigeiai de Cilicie, P. Anteius Antiochus, vint expliquer tout cela à Argos et il obtint des autorités la permission d’exposer dans l’endroit le plus en vue de la ville, le temple d’Apollon Lycien, le résultat de ses recherches, la preuve « des justes liens » qui unissaient les deux villes pour renouveler la parenté ancestrale de sa cité avec la ville du Péloponnèse81.

  • 82 Curty, op. cit. (n. 49), p. 254-263.

47Comme l’a bien mis en valeur O. Curty, à l’époque hellénistique, les cités cherchent à prouver, par la mythologie, les liens de parenté qu’elles ont entre elles. Dans ces négociations bilatérales, il suffit de convaincre les intéressés82. Pour cela, on utilise le témoignage des poètes et les historiens locaux. À l’époque de Pausanias, au contraire, dans le contexte du Panhellénion, les villes doivent convaincre de leurs origines grecques, en se rattachant à des cités prestigieuses de la Grèce proprement dite, comme Athènes, Sparte ou encore Argos, dont personne ne doute qu’elles aient fait partie des membres fondateurs du synédrion. L’enjeu est de taille, puisqu’il engage le prestige des requérants. Ils ne pourraient convaincre « un tribunal commun » de Grecs en citant des légendes peu crédibles. Les villes de Cilicie, qui pouvaient passer depuis très longtemps pour des colonies argiennes, avaient donc intérêt à montrer qu’elles se rattachaient à leur métropole à travers un héros prestigieux, mais dont les origines argiennes n’étaient contestées par personne.

Appendice : Le tombeau de Phoroneus à Argos

48Une découverte récente confirme l’origine argienne de la tradition dont les scholies à l’Oreste d’Euripide se font l’écho. En juillet 1994 dans une fouille de la Mairie d’Argos conduite par Mme Olga Psychoiou, le long de la rue Gounaris, a été mis au jour un bloc de calcaire blanc formant un parallélipipède irrégulier. Ceux qui l’ont érigé, dans la première moitié du iie s. av. J.-C, ont voulu lui donner l’aspect d’un tombeau rupestre. Sur la face antérieure, figure une épigramme attribuant le tombeau à Phoroneus. Je ne voudrais pas priver Olga Psychoiou d’un commentaire qui lui revient de droit. Je me contenterai de signaler ici, avec son aimable autorisation, que la nouveauté qu’apporte l’épigramme est d’abord d’ordre topographique. Bien que la pierre n’ait pas été trouvée in situ, ses dimensions permettent de penser qu’elle n’a pas été traînée sur une longue distance et que le tombeau de Phoroneus, qui faisait encore l’objet d’un culte du temps de Pausanias, se trouvait non loin du lieu de la trouvaille, à 195 mètres au nord de l’agora, le long de la route de Némée à Tégée, à l’aplomb du nymphée de la Larisa.

  • 83 M. Piérart, L’itinéraire de Pausanias à Argos, in A. Pariente et G. Touchais (éds), Argos et l’Arg (...)
  • 84 M. Piérart, Les puits de Danaos et les fontaines d’Hadrien, in J. Renard (éd.), Le Péloponnèse. Ar (...)

49Nous sommes en face d’une des découvertes les plus précieuses de ces dernières décennies. Dans la mise au point de l’itinéraire argien de Pausanias que j’ai donnée en 1990, mais que les hasards de la publication n’ont mis entre les mains du public que l’an dernier, je notais « que le secteur Nord de l’agora et la partie de la ville à laquelle on accédait de ce côté demeurent pour nous terra incognita »83. Aujourd’hui, il est possible de proposer une hypothèse d’ensemble. Le tombeau devait se trouver au carrefour de la rue de Némée et de la rue qui menait directement à l’agora par la voie du torrent canalisé qui traversait la ville de part en part. Le passant qui gagnait depuis là le centre de l’agora découvrait successivement le tombeau de Phoroneus, le temple de Zeus Néméen, le temple d’Apollon Lycien et, au centre de l’agora, le tombeau de Danaos, que je propose d’identifier avec la tholos présentée par P. Marchetti comme un nymphée84.

  • 85 W. Vollgraff, Fouilles et sondages sur le flanc oriental de la Larissa à Argos, in BCH, 82 (1958), (...)
  • 86 La statue reproduit un type de portrait idéalisé : cf. M. Wegner, Hadrian, Berlin, 1956, p. 105 (P (...)
  • 87 Cf. les doutes de L. Lacroix, Les reproductions de statues sur les monnaies grecques, Liège, 1949, (...)

50En faisant don d’un aqueduc à la ville riche en eau mais dépourvue de fontaines, l’empereur lui offrait le confort d’une ville romaine. Le portrait de lui qui ornait le nymphée de la Larisa85, dans l’axe duquel s’ouvrait une rue droite qui menait sans doute au gymnase de Kylarabis, le représentait, pense-t-on, en Diomède86. Roi d’Argos, lui aussi, ancien combattant de Troie, Diomede était le fondateur des cultes d’Athéna. Si l’on admet cette identification87, Hadrien (-Diomede ?), Dañaos et, entre les deux, la tombe toujours révérée du père mythique de l’humanité offraient au voyageur venant de Corinthe le spectacle de l’antique noblesse de la cité et de la faveur que ne cessaient de lui témoigner les princes de ce monde.

Dossier

T 1 Pausanias, I, 14, 2

51‘Ελλήνων οἱ μάλιστα ἀμφισβητοῦντες ’Aθηναίοις ἐς ἀρχαιότητα καἰ δῶρα, (ἃ) παρὰ θεῶν φασὶν ἔχειν, είσὶν ’Aργεῖοι, καθάπερ βαρβάρων Φρυξὶν Αἰγύπτιοι. λέγεται οὖν ώς Δήμητρα ἐς Ἄργος ἐλθοῦσαν Πελασγòς δέξαιτο οἴκῳ καὶ ώς Χρυσανθὶς τὴν ἀρπαγὴν ἐπισταμένη τῆς Κόρης διηγήσαιτο. ὔστερον δὲ Τροχίλον ἱεροφάντην φυγὁντα ἐξ Ἄργούς κατὰ ἔχθος ’Aγήνορος ἐλθεῖν φασιν ἐς τὴν ’Aττικὴν καὶ γυναῖκά τε ἐξ ’Eλευσῖνος γῆμαι καὶ γενέσθαι οἱ παῖδας Εὐβουλέα καὶ Τριπτόλεμον. ὅδε μὲν ’Aργείων ἐστὶ λόγος. ’Αθηναῖοι δὲ καὶ ὅσοι παρὰ τούτοις (...) ἲσασι Τριπτόλεμον τòν Κελεοῦ πρῶτον σπεῖραι καρπòν ἥμερον.

52La traduction est reproduite p. 405.

T 2 Aélius Aristide, 13 (Panatbénaïqué), 357-358

53Οἶον ’Aργεῖοι παλαιότατοι τῶν ‘Ελλήνων ἀξιοῦσιν εἶναι, οὐκοῦν καì ἡ τῶν ’Αθηναίων πόλις·καὶ ὃλως οὐχ ὃμοια τὰ τῶν ’Aργείων παλαιὰ τοῖς τῶν ’Aθηναίων οὐδ’ ἄν εἶς φήσαι δικαστὴς κοινός. ’Aρκάδες αὐτόχθονες, μετά γε ’Αθηναίους, καì τοῖς δευτέροις αὖ νικῶνται τῇ τῶν καρπῶν εὐρέσει καì δόσει. δῆλον δ’ ἐκ τῶν ἐνταύθα φερόντων ‘Ελλήνων τὰς άπαρχὰς, ἀλλ’ οὐκ ἐκεῖσε.

54Ainsi les Argiens soutiennent qu’ils sont les plus anciens des Grecs ; les Athéniens font de même. Mais les anciens exploits des Argiens ne sont absolument pas comparables à ceux des Athéniens, pas un seul juge choisi en commun ne l’affirmerait. Les Arcadiens sont autochtones, mais viennent après les Athéniens et ils ne l’emportent pas sur ces derniers pour la découverte et la diffusion de l’agriculture. La preuve : c’est ici que les Grecs apportent les prémices de leurs récoltes, pas là-bas.

T 3 Pausanias, Π, 18, 3

55’Aπò δὲ τῶν Κριῶν — οὕτω γὰρ τοῦ θυέστου τò μνῆμα ὀνομάζουσι — προελθοῦσιν ὀλίγον ἐστίν ἐν ἀριστερᾷ χωρίον Μυσία καì Δήμητρος Μυσίας ἱερòν ἀπò ἀνδρòς Μυσίου τò ὄνομα, γενομένου καì τούτου, καθάπερ λέγουσιν ’Aργεῖοι, ξένου τῇ Δήμητρι.

56En progressant un peu depuis les Kriai — c’est ainsi qu’on appelle le monument de Thyeste —, on peut voir à gauche un lieu-dit, Mysia, et un sanctuaire de Déméter Mysia. Il tient son nom d’un homme appelé Mysios, devenu lui aussi, à ce que disent les Argiens, l’hôte de Déméter.

T 4 Pausanias, II, 22, 1

57’Αντικρὺ δὲ τοῦ μνήματος τῶν γυναικῶν Δήμητρός ἐστιν ἱερòν ἐπίκλησιν Πελασγίδος ἀπò τοῦ ἱδρυσαμένου Πελασγοῦ τοῦ Τριόπα, καì ού πόρρω τοῦ ἱεροῦ τάφος Πελασγοῦ.

58En face du monument des femmes [= les Haliai], se trouve un sanctuaire de Déméter portant l’épiclèse de Pelasgis, du nom de son fondateur, Pelasgos, fils de Triopas et non loin de là, la tombe de Pelasgos.

T 5 Pausanias, Π, 16, 1

59῎Aργoς δὲ Φορωνέως θυγατριδοῦς βασιλεύσας μετὰ Φορωνέα ώνόμασεν ἀφ’ αὐτοῦ τὴν χώραν. ῎Aργου δὲ Πείρασος γίνεται καì Φόρβας, Φόρβαντος δὲ Τριόπας, Τριόπα δὲ ῎Iασος καì Άγήνωρ. ‘Iὼ μὲν οὖν ‘Iάσου θυγάτηρ...

60Argos, fils de Phoroneus par sa mère [- Niobé], fut roi après Phoroneus et donna son nom au pays. Argos eut pour fils Peirasos et Phorbas ; Phorbas, Triopas ; Triopas, lasos et Agénor. Io, donc, la fille de lasos...

T 6 Schol. in Eur., Oreste, 932 (I p. 189, 22-26 Schwartz)

61Φορωνέως δὲ καì Πειθοῦς ἐγένοντο Αἰγιαλεὺς, Ἄπις, Εὔρωψ, Νιόβη. Νιόβης δὲ Ἄργος_ἐγένετο, Ἄργον δὲ Κρίασος, ῎Eκβασος, Πείρασος, ‘Επίδαυρος, Τίρυνς. Κριάσω δὲ ἀπò Μελανθοῦς ἐγένοντο Φόρβας καì Κλεόβοια, Φόρβαντι δὲ ἐκ τῆς Εὐβοίας [ἐγένετο] Τριόπας καì Μεσσήνη. Τριόπα δὲ ἐκ Σωσίδος ἐγένοντο δίδυμοι μὲν Πελασγòς καì ῎Iασος, νεώτεροι δὲ ’Αγήνωρ καì Ξάνθος. ὁ δὲ Πελασγòς πρῶτος ἄρτου κατασκευὴν ἐξεῦρε πάλαι τῶν ἀνθρώπων τοῖς δράγμασι αιτουμένων καì Πελασγικòν τò ῎Aργoς ώνόμασεν. ‘Iάσου δὲ Ίώ ἐγένετο...

62De Phoroneus et de Peitho naquirent Aigialeus, Apis, Europs, Niobé. De Niobé naquit Argos et d’Argos, Kriasos, Ekbasos, Peirasos, Epidauros, Tiryns. A Kriasos, de Melantho naquirent Phorbas et Kleoboia, à Phorbas, d’Euboia, naquirent Triopas et Messéné. A Triopas, de Sosis, naquirent des jumeaux, Pelasgos et lasos, en second lieu, Agénor et Xanthos. Pelasgos fut le premier à inventer la confection du pain, (auparavant les hommes se nourrissaient des gerbes mêmes) et il appela Argos Pelasgikon. De lasos naquit Io...

T 7 Schol. in Arat., p. 161, 1. 15-17 Martin

63Οἱ δὲ μυθολόγοι τòν ‘Hνίοχον λέγουσιν εἶναι εἴδωλον ἢ Βελλεροφόντου, ἢ Τροχίλοῦ τοῦ Καλλιθυίας παιδός, τῆς πρώτης ἐν Ἄργεί γενομένης ἱερείας, ἅρμα πρώτου ζεύξαντος· οἲ δὲ Μυρτίλου, οἲ δὲ Κίλλαντος τοῦ Πέλοπος ἡνιόχου εἶπον, ἄλλοι δὲ Οἰνoμάου,...

64Les mythographes disent que le Cocher est l’image de Bellérophon, ou de Trochilos, — fils de Kallithuia, qui fut la première prêtresse d’Argos, il fut le premier à atteler un char. D’autres ont fait du Cocher un fils de Myrtilos, ou de Killas, fils de Pelops ou encore d’Oinomaos...

T 8 Pboronis, fr. 4 Bernabé (- Clém. d’Alex., Stromates I 24, 164, 1)

65Πρίν γοῦν ἀκριβωθῆναι τὰς τῶν ἀγαλμάτων σχέσεις κίονας ἱστάντες οἱ παλαιοί ἔσεβον τούτους ώς ἀφιδρύματα τοῦ θεοῦ. γράφει γοῦν ὁ τὴν Φορωνίδα ποιήσας

Καλλιθόη κλειδοῦχος Όλυμπιάδος βασιλείης,
῞Hρης ‘Αργείης, ἢ στέμμασι καì θυσάνοισι
πρώτη ἐκόσμησε(ν) περì κίονα μακρòν ἀνάσσης.

66Avant donc que les statues des dieux n’aient reçu des formes précises, les anciens dressaient des colonnes qu’ils vénéraient comme des images sacrées des dieux. Aussi l’auteur de la Phoronis écrit-il :

Kallithoé, porte-clefs de la reine olympienne,
Héra d’Argos, qui au moyen de franges et de bandelettes
fut la première à décorer la colonne élancée de la déesse

T 9 Georges le Syncelle, EcL chron., 283 (p. 175 Mosshammer)

67’Αφρικανοῦ Καλλίθυια Πείραντος ἐν Ἄργεί πρῶτον ἱεράτευσε τῆς Ἤρας. D’Africanus : Kallithuia, fille de Peiras, première prêtresse d’Héra en Argos.

T 10 Aéllus Aristide, 45 (Πρòς Πλάτωνα περὶ ῥητορικῆς), II p. 3 D.

68Εἰ γἀρ τῷ χρόνῳ δεῖ συγχωρεῖν καì τὴν ἀξίαν ἀπò τούτου μετρεῖν, οὐκέτ’ ἔχει τόπον ἡ νῦν παρὰ πάντων εἰς ἐκεíνους αἰδώς. Ἴασος γὰρ ἂν οὕτω γε νικῴη περì λόγους καì Κρίασος καì Κρότωπος καì Φορωνεὺς καì εἴ τις ‘Aργεῖος ἐκ μύθου [...] καì παρῆκα Καλλ(α) ίθυιαν ἀρίστην γυναικῶν ἅμα καì ἀνδρῶν γενομένην.

Καλλαίθυιαν mss.

69Si l’on doit faire des concessions au temps et mesurer la valeur d’après lui, le respect que tout le monde porte à ces anciens serait déplacé. lasos l’emporterait de la sorte dans les discours et Kriasos et Krotopos et Phoroneus et tous les Argiens du mythe. Et j’ai laissé de côté Kalllalithuia, qui surpassa en vertu les femmes et les hommes.

T 11 Schol. in Ael. Arist., Πρòς Πλάτωνα περì ῥητορικῆς, [3, 8, p. 361 D]

70Καλλ(α) ίθυιαν] τινὲς λέγουσι τὴν Πανδωραν λέγειν αὐτόν πρώτην γὰρ αύτην πεπλάσθαι λέγει ‘Ησίοδος, ἄλλοι δὲ λέγουσιν ‘Αργείαν εὐπρεπεστάτην. Β.

71D’après certains, <Aristide> parle de Pandora, dont Hésiode raconte qu’elle fut la première à avoir été façonnée. Selon d’autres, il s’agit d’une très vénérable Argienne. La forme des manuscrits, Καλλαίθυια, isolée et inexplicable, est probablement due à une erreur de transmission du texte. Tout le contexte indique en effet qu’Aristide pensait à l’héroïne argienne des premiers temps connue comme la première prêtresse d’Héra.

T 12 Plutarque, 388 F 2 Jacoby (= Eus., Prép. évang., III, 8, 2)

72λέγεται δὲ Πείρας ὁ πρῶτος ‘Αργολίδος Ἤρας ἱερòν εἱσάμενος (καì) τὴν ἑαυτοῦ θυγατέρα Καλλίθυιαν ἱέρειαν καταστήσας, ἐκ τῶν περì Τίρυνθα δένδρων ὄγχνην τεμὼν εὐκτέανον Ἤρας ἄγαλμα μορφῶσαι

73On raconte que Peiras, qui fonda le premier temple d’Héra d’Argolide <et> y installa sa propre fille Kallithuia comme prêtresse, coupa, parmi les arbres de la région de Tirynthe, un beau poirier, pour façonner une statue d’Héra.

T 13 Pausanias, II, 17, 5

74Παρὰ δὲ αὐτήν ἐστιν ἐπì κίονος ἄγαλμα Ἤρας ἀρχαῖον. τò δὲ ἀρχαιότατον πεποίηται μὲν ἐξ ἀχράδος, ἀνετέθη δὲ ἐς Τίρυνθα ὐπò Πειράσου τοῦ Ἄργού, Τίρυνθα δὲ ἀνελόντες ’Aργεῖοι κομίζουσιν ἐς τò ‘Hραῖον ὃ δὴ καì αὐτòς εἶδον, καθήμενον ἄγαλμα οὐ μέγα.

75Près d’elle [la statue d’Hébé] se trouve une statue archaïque d’Héra sur une colonne. La statue la plus ancienne est faite de bois de poirier ; elle a été consacrée à Tirynthe par Peirasos, fils d’Argos. Lors de la prise de Tirynthe, les Argiens l’ont emportée à l’Héraion. C’est elle que j’ai vue en personne, une statue de petites dimensions.

T 14 Demetrios (Damèn) 304 F 1 Jacoby (= Clém. d’Alex., Protreptique, IV, 47, 5)

76Δημήτριος γὰρ ἐν δευτέρῳ τῶν ’Αργολικῶν τοῦ ἐν Τίρυνθι τῆς Ἤρας ξοάνου καì τὴν ὕλην ὄγχνην καì τòν ποιητὴν Ἄργον ἀναγράφει.

77Démétrios, dans le deuxième livre des Argolika, rapporte au sujet de la statue de bois d’Héra à Tirynthe qu’elle est faite de poirier et qu’elle a été fabriquée par Argos.

T 15 [Apollodore], Π, 1, 3 (t. I, p. 130 Frazer. Cf. Fragni. Hesiodeia 124 Merkelbach-West ; Akous., 2 F 26 Jacoby)

78Ἄργού δὲ καì Ισμήνης τῆς ‘Ασωποῦ παῖς Ἴασος, οὖ φασιν ’Iὼ γενέσθαι. Κάστωρ δὲ ὁ συγγράψας τὰ χρονικὰ καì πολλοì τῶν τραγικῶν ’Iνάχου τὴν ’Iὼ λέγουσιν ‘Ησίοδος δὲ καì ‘Aκουσίλαος Πειρῆνος αὐτήν φασιν εἶναι, ταύτην ἱερωσύνην τῆς ῞Hρας ἔχουσαν Ζεὺς ἔφθειρε.

79Argos et Ismene, la fille d’Asopos, eurent pour fils lasos, dont naquit, dit-on, Io. Mais Kastor, qui a écrit des chroniques, et beaucoup d’auteurs tragiques font d’Io la fille d’Inachos. Hésiode et Akousilaos disent qu’elle est la fille de Peiren. Alors qu’elle détenait la prêtrise d’Héra, Zeus la déshonora.

T 16 Herodianus, περì μονὴρους λέξεως, Gramm. Gr., III 1, p. 17, 10 ; 2, p. 923, 7 Lentz (Fragm. Hesiodeia 124 Merkelbach-West) :

80Πειρὴν καθ’ ‘Hσίοδον πάτηρ ’Iοῦς.

81Peiren <accentué sur la dernière syllabe>. Père d’Io d’après Hésiode.

T 17 Hésychios, s.v. ’Iὼ καλλιθύεσσα (I, 1185 Latte. Cf. Fragm. Hesiodeia 125 Merkelbach-West, Call., fr. 769 Pfeiffer)

82Καλλιθύεσσα ἐκαλεῖτο ἡ πρώτη ἱέρεια τῆς † ’Αθηνάς t.

83της Αθηνάς ms : τῆς ἐν Ἄργεί Ἤρας Knaack ; τῆς Άνθειας <Ἤρας> Latte

84Ιο Kallithuessa : Kallithuessa était le nom de la première prêtresse d’†Athéna† (d’Héra argienne ?)

85Le texte original ne pouvait renvoyer qu’à la prêtrise d’Héra. La correction de K. Latte, d’après le culte d’Héra Antheia connu par Pausanias (II, 22, 1 ; cf. Et. Magnum 108, 47 Gaisford : Ἄνθεια : Ἤρα ὅτιάνίησι τοὺς καρπούς) est ingénieuse mais indémontrable.

T 18 Hellanicos, 4 F 36 Jacoby

a) Eustathe, 385, 38-43 [I p. 609 Van der Valk] et schol. T ad Γ 75)

86Ἄργός ἐς ἱππόβοτον καì ’Aχαιίδα καλλιγύναικα] φησί δὲ Ελλάνικος παῖδας τρεῖς Φορωνέως γενέσθαι, οἲ τοῦ πατρòς θανόντος διενείμαντο τὴν ’Αργείαν. καì ἡ μὲν πρòς ’Eρασίνωι τῶι ποταμῶι Πελασγῶι ἔλαχε, τῶι καì τὴν ἐκεῖ Λάρισαν κτίσαντι· ’Iάσωι δὲ τὰ πρòς † ῏Hλιν· ‘Αγήνωρ δέ, ἀναλωθείσης τῆς γῆς, τὴν πατρικὴν εἴληφεν ἵππον ὅθεν ἐν τῶι αὐτῶι χρόνωι ώνομάσθη τò Ἄργoς τριχῶς Ἴασον, ώς καì ἡ ’Οδύσσεια δηλοῖ, Πελασγικòν καì ἱππόβοτον. τινὲς δὲ μετὰ θάνατον τῶν δύο ἀδελφῶν ἐπιστρατεῦσαί φασι τòν ’Aγήνορα πολλὴν ἐπαγόμενον ἵππον, ἀφ’ ἧς κληθῆναι τò Ἄργός ἱππόβοτον. τισì δὲ τῶν παλαιῶν ἀρέσκει Ἄργός ἱππόβοτον ἐνταῦθα τὴν Θεσσαλίαν νοεῖν, ’Aχαιίδα δὲ πᾶσαν τὴν τῶν ’Eλλήνων χώραν. τὰ πρòς † ῏Hλιν · τὰ πρòς ἥλιον Η. Erbse, I [1969], ρ. 373 in app. crit. Cf. P. Chuvin, La mythologie grecque (Paris 1992), p. 62.

87Vers Argos nourricière de cavales et l’Achaïe aux belles femmes : Hellanicos raconte que Phorôneus eut trois enfants qui, à la mort de leur père, se partagèrent le territoire d’Argos. La partie située du côté de l’Érasinos échut à Pelasgos, qui y fonda la Larisa. lasos <obtint> la partie située au levant. Agénor, comme toute la terre avait été donnée, prit la cavalerie paternelle. De là vient qu’à la même époque Argos reçut la triple dénomination de Iasienne, comme on le voit dans l’Odyssée, Pelasgique et nourricière de cavales. Certains auteurs racontent qu’après la mort des deux frères, Agénor attaqua <le pays> à la tête d’une nombreuse cavalerie, d’où provient l’appellation de nourricière de cavales. Quelques auteurs anciens sont d’avis qu’Argos nourricière de cavales désigne ici la Thessalie, l’Achaïe, la Grèce tout entière.

b) schol. A ad Γ 75

88Ἴασος καì Πελασγòς Τριόπα παῖδες· τελευτήσαντος δὲ αὐτοῖς τοῦ πατρòς διείλοντο τὴν βασιλείαν. λαχὼν δὲ Πελασγòς μὲν τὰ πρòς ’Eρασῖνον ποταμòν ἔκτισε Λάρισαν Ἴασος δὲ τὰ πρòς † Ἤλιν. τελευτησάντων δὲ αὐτῶν ὁ νεώτατος ἀδελφòς ’Αγήνωρ ἐπεστράτευσε τῆι χώραι πολλήν ἵππον ἐπαγόμενος ὅθεν ἐκλήθη ἱππόβοτον μὲν τò Ἄργoς ἀπò τῆς ’Aγήνορος ἴππου, ἀπò δὲ ’Iάσου Ἴασον. ἱστορεῖ ‘Ελλάνικος ἐν ’Αργολικοῖς.

89Iasos et Pelasgos sont les fils de Triopas. À la mort de leur père, ils se partagèrent le royaume. Pelasgos obtint la région située du côté du fleuve Érasinos, lasos, la partie située au levant. Après leur mort, le plus jeune des frères, Agénor attaqua le pays à la tête d’une nombreuse cavalerie, d’où l’appellation de nourricière de cavales, à partir de la cavalerie d’Agénor et de Iasienne, à partir de lasos. Le récit est dans les Argolica d’Hellanicos.

T 19 P. Oxy., 1241, Π, 29-32

90... [πό]λεμον δ’ ἐμφύλιον πρῶ[τον] ἐ[ξε]νέγκειν λέγουσιν ’Αγήνορα ποιμένα(ς) συναγά[γο]ντα καì Πελασγῶι έπι[θέμ]ενον ἐκδιῶξαι τοῦτον.

91La guerre civile, dit-on, fut introduite pour la première fois par le berger Agénor, qui rassembla des bergers, attaqua Pelasgos et le chassa.

T 20 Strabon, XIV, 5, 12 (C. 673)

92Ή δὲ Ταρσòς κεῖται μὲν ἐν πεδίῳ κτίσμα δ’ ἐστì τῶν μετὰ Τριπτολέμου πλανηθέντων ’Aργείων κατὰ ζήτησιν ’Iοῦς

93Tarse est dans une plaine. C’est une fondation des Argiens qui erraient sous la conduite de Triptolème à la recherche d’Io.

T 21 Strabon, XVI, 1, 25 (C. 747)

94Λέγεται δὲ Γόρδυς ὁ Τριπτολέμου τὴν Γορδυηνὴν οἰκῆσαι, ὕστερον δὲ καì ’Eρετριεῖς οἱ ἀναρπασθέντες ὐπò Περσῶν. περì μὲν οὖν Τριπτολέμου δηλώσομεν ἐν τοῖς Συριακοῖς αὐτίκα.

  • 88 Cf. Hdt., VI, 101, 3
  • 89 Cf. aussi Ét. de Byz., s.v. Γορδυαία : χώρα Περσική ἀπò Γόρδυος Τριπτολέμου παιδός, τοῦ κατὰ ζήτησ (...)

95On dit que Gordys, fils de Triptolème, a fondé Gordyènè, avant les Érétriens déportés par les Perses88. Nous parlerons en détail dans un instant de Triptolème dans la description de la Syrie89.

T 22 Strabon XVI, 2, 5 (C. 750)

96Καì δὴ καì μητρόπολίς ἐστιν αὕτη τῆς Συρίας, καì τò βασίλειον ἐνταῦθα ἴδρυτο τοῖς ἄρχουσι τῆς χώρας οὺ πολύ τε λείπεται καì δυνάμει καì μεγέθει Σελευκείας τῆς ἐπί τῷ Τίγρει καì ’Αλεξανδρείας τῆς πρòς Αίγύπτφ. συνῴκισε δ’ ὁ Νικάτωρ ἐνταῦθα καì τοὺς ἀπογόνους Τριπτολέμου, περì οὖ μικρòν πρόσθεν ἐμνήσθημεν διόπερ ’Aντιοχεῖς ὡς ἥρωα τιμῶσι, καì ἄγουσιν ἐορτὴν ἐν τῷ Κασίῳ ὄρει τῷ περì Σελεύκειαν. Φασί δ’ αὐτόν ὑπ’ ’Aργείων πεμφθέντα ἐπί τὴν Ίοῦς ζήτησιν, ἐν Τύρῳ πρῶτον ἀφανοῦς γενηθείσης, πλανᾶσθαι κατὰ τὴν Κιλικίαν ἐνταῦθα δὲ τῶν σὺν αὐτῷ τινας ’Aργείων κτίσαι τὴν Ταρσòν ἀπελθόντος παρ’ αὐτοῦ.

97<Antioche> est la métropole de la Syrie. Les maîtres de la région y établirent la résidence royale. En importance et en dimensions, elle n’est guère inférieure à Séleucie du Tigre et à Alexandrie d’Egypte. Elle fut fondée par Nikator et des descendants de Triptolème, que nous venons de mentionner. C’est pourquoi les gens d’Antioche le vénèrent comme un héros et organisent une fête sur le mont Kasios du côté de Séleucie <de Piérie>. On raconte qu’envoyé par les Argiens à la recherche d’Io, dont on avait perdu dans un premier temps la trace à Tyros, il erra en Cilicie. Là quelques-uns des Argiens qui l’accompagnaient se séparèrent de lui et fondèrent Tarse.

T 23 Pausanias, II, 14, 3

98Δύναιτο δ’ ἂν κατὰ ἄλλην τινὰ ἐνταῦθα ὁ Δυσαύλης ἀφικέσθαι πρόφασιν καì οὐχ ώς οἱ Φλιάσιοί φασιν. οὐ μὴν οὐδὲ Κελεῷ προσήκων ἐμοί δοκεῖν οὐδὲ ἄλλως ἧν ἐν τοῖς ἐπιφανέσιν ’Ελευσίνιων οὐ γὰρ ἄν ποτε ῞Ομῆρος παρῆκεν αὐτòν ἐν τοῖς ἔπεσιν. ἔστι γὰρ καì ‘Ομήρῳ πεποιημένα ἐς Δήμητραν ἐν δὲ αὐτοῖς καταλέγων τοὺς διδαχθέντας ὑπò τῆς θεοῦ τὴν τελετὴν Δυσαύλην οὐδένα οἶδεν ’Eλευσίνιον.

99Dysaulès aurait pu s’être rendu là pour un autre motif. Mais, à la vérité, je ne crois pas qu’il ait été ni un proche parent de Keleos, ni même un personnage en vue à Éleusis : car, dans ce cas, Homère ne l’aurait jamais laissé de côté dans ses poèmes. Il y a en effet un poème d’Homère consacré à Déméter. Dans celui-ci, il énumère ceux à qui la déesse a enseigné les mystères, mais ne connaît aucun Dysaulès.

T 24 Polémon de Troie, fr. 11 (FHG, III p. 119 Müller : Schol. in Ael. Arist., Panath., 357 [188, 12 p. 321 D.])

100οἶον ’Αργεῖοι παλαιότατοι τῶν ‘Eλλήνων ἀξιοῦσιν εἶναι] τοῦτο ἐπì τῶν ’Aργείων ἐσήγαγεν, ἐπειδὴ καì ‘Αργείους οἶδε φρονοῦντας, ώς ἐν τῇ ‘Αργείᾳ σπαρέντος τοῦ πυρῶν σπέρματος, ἐκ Λιβύης Ἄργού μεταπεμψαμένου διò καì Δημήτριος Λιβύης ἱερòν ἵδρυσεν ἐν τῷ Ἄργεί, ἐν Χαράδραις οὕτω καλουμένῳ τόπῳ, ὥς φησι Πολέμων.

101Ainsi les Argiens soutiennent qu’ils sont les plus anciens des Grecs] Il invoque ce grief contre les Athéniens parce qu’il savait que les Argiens pensent que c’est en Argos que fut semé le blé, que <le héros> Argos avait fait venir de Libye. C’est pourquoi il fonda à Argos un sanctuaire de Déméter Libye dans le lieu-dit Charadrai, comme le rapporte Polémon.

102Un lemme de Festus recoupe le témoignage de la scholie :

T 25 Festus, X, s.v. Libyens, p. 121 Müller

103Libyens campus in agro Argeo appellatus, quod in eo primum /ruges ex Libya allatae sunt. Quod ob causam edam Ceres ab Argeis Libyssa vocata est.

104Libycus : nom donné à une plaine de la campagne argienne parce que les céréales y furent importées pour la première fois de Libye. Pour la même raison, les Argiens appellent Ceres Libyssa.

Notes

1 Paus., IV, 2, 3 : « la plupart des traditions grecques font l’objet de controverse. »

2 Cf., par ex., J. Heer, La personnalité de Pausanias, Paris, 1979, p. 75-79. D. Musti et M. Torelli, Pausania. Guida della Grecia. Libro II : La Corinzia e l’Argolide, Naples, 1986, p. xxiv-xxvi.

3 Voir le dossier en fin d’article, p. 429-434.

4 Trad. J. Pouilloux (in : Pausanias, Description de la Grèce, t. I., Introd. générale, Livre I : L’Attique, texte établi par M. Casevitz, traduit par J. Pouilloux et commenté par F. Chamoux, Paris, 1992). – L’orthographe des noms propres a été uniformisée : cf. M. Piérart, Polydipsion Argos, Paris/Fribourg, 1992, p. 311.

5 Paus., II, 14, 3. Le Périégète ne mentionne pas dans ce passage l’Hymne à Déméter, qu’il connaît pourtant bien (cf. infra, p. 425, à propos de Dysaulès) : l’ascendance de Triptolème n’y est pas mentionnée. Cf. Chamoux, op. cit. (n. 4), p. 177.

6 Par ex., II, 2, 5 (tombeau de Laïs), 16, 6 (tombe de Cassandre) ; III, 13, 2 (légendes messéniennes), 16, 8 (statue d’Artémis) ; IV, 31, 9 (Tyndarides) ; V, 6, 3 (identification de Samikon) ; VIII, 38, 2 (lieu où Zeus fut élevé) ; X, 12, 7 (Hérophilé). Cf. aussi le texte cité en exergue.

7 Chamoux, op. cit. (n. 4), p. 176.

8 Hdt., II, 2.

9 Aélius Arist., Πρòς Πλάτωνα περὶ ῥητορικῆς, II p. 3, 7 D. : ἐν δὲ τοῖς ἒθνεσι Φρύγες διὰ τὴν παρὰ τοῦ βέκους, οἶμαι, μαρτυρίαν.

10 Aélius Arist., Panathénaïque, 355 : μονὴ δὲ πόλεων τὰ μὲν παλαιὰ τοῖς παλαιοῖς νικᾷ.

11 Cf. M. Piérart, La mort de Dionysos à Argos, in R. Hägg (éd.), The Role of Religion in the Early Greek Polis, Stockholm, 1996, p. 148-150.

12 Mysios a des relations avec Pelléné (Paus., VII, 27, 9). Il intervient aussi dans la version argienne de la fondation du sanctuaire de Déméter Chthonia à Hermioné ; Paus., II, 35, 4. Nous apprenons là l’existence d’un autre héros, Atheras, qui accueillit Déméter aux côtés de Mysios.

13 IG IV, 664. Cf. Piérart, l. l. (n. 11).

14 Cf. j. Rudhardt, Du mythe, de la religion grecque et de la compréhension d’autrui, in Revue européenne des sciences sociales, 19 (1981), Cahiers V. Pareto, n° 58, p. 158-172.

15 L’importance de l’« anthropogonie » argienne dans la mythologie grecque a été récemment mise en valeur par P. Chuvin (La mythologie grecque, Paris, 1992), qui intitule le chapitre qu’il lui consacre « la terre du premier homme ». Sur la découverte à Argos d’une épigramme inscrite rappelant le rôle de Phoroneus comme héros civilisateur, voir ci-dessous, p. 428-429 (Appendice).

16 Cf. M. Piérart, Les généalogies des rois d’Argos d’après Pausanias, in D. Auger, S. Saïd (éds), Généalogies mythiques, Paris, 1998, p. 141-161.

17 Le tableau ne reprend que les descendants d’Inachos. L’arrivée de Danaos à Argos fournit un deuxième centre d’attraction qu’on peut laisser de côté ici. On ne vise pas à l’exhaustivité : certaines inventions sont prêtées à différents héros et certains personnages sont revendiqués par d’autres cités et leur rôle s’explique dans un autre contexte. Je n’ai mentionné qu’une seule référence par invention, en principe la plus ancienne.

18 Selon une tradition différente, le héros Argos avait fait venir le blé de Libye. « C’est pourquoi il fonda à Argos un sanctuaire de Déméter Libyé dans le lieu-dit Charadrai, comme le rapporte Polémon » (T 24). Un lemme de Festus, qui recoupe le témoignage de la scholie (T 25), fait allusion à un sanctuaire de Déméter Libyssa. Nous ne possédons aucun autre témoignage sur l’existence d’un sanctuaire de Déméter Libye (Libyssa). Les toponymes évoqués par ces deux textes ne sont pas connus autrement. Mais il n’y a aucune raison de les rejeter a priori.

19 Cf. infra, p. 428-429 (Appendice).

20 Τροχίλος est le roitelet. F. Graf, Eleusis und die orphische Dichtung Athens, Berlin-New-York, 1974, p. 158, n. 2 (qui note que κελεός, le pivert, est aussi un nom d’oiseau).

21 Cf. P. Chantraine, La formation des noms en grec ancien, Paris, 1933, p. 249 (suffixe en -ιλος) et Id., Dict, étym., s.v. τρέχω.

22 Hygin, De Astronomia, II, 13, 2 : Nonnulli etiam, qui de sideribus scripserunt, hune natione Argeum, Orsilochum nomine, primum quadrigarum inuentorem esse dixerunt et pro inuentione siderum locum possedisse. La correction Trochilum pour Orsilochum est de G. Knaack, Qu. Phaethonteae, Phil. Unters., 8 (1886), p. 59-60 (non vidi). Cf. Preisen-danz, art. Trochilos, in Roscher, LGRM, V (1916-1924), col. 1214.

23 Tertullien, De Spectaculis, 9 : Si uero Trochilus [corr. Pamelius : Acrophilus, vel Prophylus mss.] Argiuus auctor est currus, primae Iunoni id opus suum dedicauit.

24 Eus. (Hieron. Chron.), p. 40 b Helm (notice f.· ~1568) : Primus quadrigam iunxisse fertur Trochilus.

25 Par ex. Marm. Par., 239 A 10, 17-18 Jacoby. Eratosthène, d’après Hygin, De astronomia, II, 13, 1, l’identifiait avec le Cocher. Cf. U. Kron, art. Erechtheus, in LIMC, IV (1988) 1, p. 923-951, spéc. 924, 926, 928, 936-937 (dans le dossier iconographique, l’interprétation des n° 49-54 par la légende de l’invention du quadrige est donnée comme incertaine, mais possible).

26 On ne connaît pas de représentation iconographique de Trochilos. En revanche, le dossier de Triptolème est très riche. Cf. G. Schwartz, art. Triptolemos, in LIMC, VIII (1997) 1, p. 56-68 ; 2, p. 30-41, où l’on trouvera aussi les sources littéraires.

27 Hygin, II, 14, 1 : qui primus omnium una rota dicitur usus, ne cursu moraretur.

28 Sur les féminins en -υια, cf. P. Chantraine, La formation … (op. cit. [n. 211), p. 439-440. Il note cependant : « Είλείθυια “déesse des accouchements” que l’on a l’habitude de rapprocher de ἐλήλυθα doit être un vieux mot emprunté et adapté par l’étymologie populaire. » – Cf. H. Frisk, Griech. Etym. Wört., s.v. Είλείθυια et ci-dessous, n. 41.

29 Cf. F. Bechtel, Die historische Personennamen des Griechischen bis zur Kaiserzeit, Halle, 1917, p. 211 (-θoυςde θοός, rapide) et p. 229-230 (Καλλι-).

30 Je ne l’ai trouvé ni dans les volumes parus de P. M. Fraser et al., A Lexicon of Greek Personal Names, Oxford, 1987-, ni dans les index du SEG, qui contiennent chaque année de nombreux composés en Καλλι-. Mes sondages dans les recueils d’inscriptions n’ont pas été systématiques.

31 Hymne hom. à Déméter, 110.

32 Cf. aussi Paus., II, 16, 1. – Hygin, Fab., 145, dans un passage assez corrompu, donne la forme Piranthus (…) ex Pirantho Callirhoe.

33 Cf. Hdt, VI, 75, 78, 80, 82.

34 Cf. aussi la n. 17.

35 Sa date n’est pas connue. F. Jacoby place Démétrios au ive siècle.

36 Cf. A. Frickenhaus, Die Hera von Tiryns, in A. Frickenhaus, W. Müller, F. Oelmann, Tiryns I, Athènes, 1912, p. 114-120 ; C. Robert, Die Hera von Tiryns, in Hermes, 55 (1920), p. 387 ; F. Jacoby, ΙΩ ΚΑΛΛΙΘΥΕΣΣΑ, in Hermes, 57 (1922), p. 366-374.

37 Cf. VIII, 46, 3 : ’Aργείοις δὲ τὰ ἐκ Τίρυνθος ἕτι καì ἐς ἐμὲ τò μὲν παρἀ τὴν ῞Ηραν ξόανον, τò δὲ ἐν τοῦ ᾿Απόλλωνός ἐστιν ἀνακείμενον τοῦ Λυκείου, « À Argos, ce qui vient de Tirynthe est encore là de nos jours : la statue de bois placée à côté d’Héra et celle qui est exposée dans le sanctuaire d’Apollon Lycien. » Parmi les curiosités qui se trouvaient dans le temple d’Apollon Lycien, Pausanias signale deux xoana : l’un est d’Aphrodite, offrande d’Hypermnestre et l’autre, d’Hermès, œuvre d’Épeios (II, 19, 6). Le premier ne pouvait provenir de Tirynthe, puisqu’il est étroitement lié à l’histoire d’Hypermnestre. En revanche, la statue provenant de Tirynthe pourrait être l’Hermès d’Épeios. Ce sont donc les hasards de l’histoire qui ont conduit à rassembler les statues du dieu et de la déesse dans ce lieu consacré.

38 Akousilaos, 2 F 28 Jacoby. Cf. M. Piérart, Le culte de Dionysos à Argos, in Kernos, 9 (1996),p. 424-425.

39 F. Bechtel, (op. cit. [n. 29], p. 367-368) définit une catégorie de noms en -πείρας dérivés de πεῖρα. Il rapproche Πείραντος de πειραίνω, « einer, der zu Ende führt ». Les formes en -ην et en -σος pourraient être des hypocoristiques : Cf. Chantraine, La formation … (op. cit. [n. 21]), p. 166-167, 435.

40 Cf. Jacoby, op. cit. (n. 36), p. 367. Les expressions ’Αργολίδος ῞Ηρας ἰερόν εἱσάμενος (Τ 12) et Ιὼ καλλιθύεσσα (Τ 17) supposent une source rédigée en distiques. Callimaque s’impose presque spontanément : il vient d’être cité par l’auteur du Περì τῶν ἐν Πλαταιαῖς Δαιδάλων, (Call., Aitia, fr. 100 Pfeiffer). – On notera que, pris à la lettre, Hésychios ne dit pas qu’Io était Kallithuessa, mais qu’elle s’appelait Kallithuessa parce que c’était le nom de la première prêtresse d’Argos.

41 F. Bechtel (Parerga 28, in KZ, 44 [1911], p. 356-357) est d’avis que les formes -θυια et -θύεσσα ne peuvent pas être étudiées séparément. Il pense que -θύεσσα suppose un masculin -*θυέντς, (Cf. latin furens). Cf. E. Schwyzer, Gr. Gramm., I5, 1977, p. 525, n.4.

42 Cf. Piérart, art. cit. (n. 16), p. 143-146.

43 II a un culte à Éleusis, dès le ve s., où il apparaît dans la loi sur les prémices sous le nom d’Euboulos : IG, I3 78, 1. 39, datant de 435 environ. Cf. M. B. Cavanaugh, Eleusis and Athens. Documents in Finance. Religion and Politics in the Fifth Century B.C., Atlanta, 1996.

44 Paus., I, 14, 3. – Cf. G. Schwartz, art. Eubouleus, in LIMC, V (1988) 1, p. 43-46, sp. 43.

45 Cf. Palaiphatos, 44 F 1 Jacoby (Harpocr., s.v. Δύσαυλης). – Toute la tradition est étudiée par Graf, op. cit. (n. 20), p. 158-181.

46 Paus. de Damas, fr. 4 (FHG, IV, p. 469 Müller). – Sur ces fondations, Cf. G.M. Cohen, The Seleucid Colonies, Wiesbaden, 1978.

47 Cf. ci-dessous, p. 423.

48 Strabon, XIV, 5, 8 (C. 671) : ’Aχαίων καì ‘Pοδίων κτίσμα τῶν ἐκ Λίνδου.

49 Cf. R.S. Stroud, An Argive Decree form Nemea concerning Aspendos, in Hesperia, 53 (1954), p. 193-216 (SEG, XXIV, 282 ; O. Curty, Les parentés légendaires entre cités grecques, Genève, 1995, p. 7-9, n° 3)

50 Ce qu’atteste aussi Strabon, XIV, 4, 2 (C. 667).

51 Cf. Stroud, art. cit. (n. 49), p. 199-201, avec la bibliographie. – C. Brixhe (Le dialecte grec de Pamphylie, Paris, 1976, p. 147, 191-194) penche en faveur d’un établissement d’origine argienne en Pamphylie vers le viiie ou le viie s. av. J.-C. Hellanicos (4 F 15 Jacoby) appelle le fondateur de la cité Aspendos, sans que nous en sachions davantage.

52 SEG, XXIV, 282, 1. 6-7.

53 SEG, XIX, 317, Curty, op. cit. (n. 49), p. 10-12, n° 4.

54 Cf. Piérart, op. cit. (n. 4), p. 119-127.

55 Esch., From., 589 ; Bacch., 19, 18 ; Hdt., I, 3, « Kastor [250 F 8 J.] et la plupart des tragiques ([Apoll.], II, 1, 3) ». Cf. N. Yalouris, art. Io I, in LIMC, V (1990) 1, p. 661-676, sp. 662.

56 Call., Aitia, fr. 66 Pfeiffer. Cf. Piérart, op. cit. (n. 4), p. 120-121, 147.

57 J. Hall, How Argive was the “Argive” Heraion ?, in AJA, 99 (1995), p. 609-610. – Dans son livre (Ethnie Identity in Greek Antiquity, Cambridge, 1997, p. 79 et 80) cet auteur suppose que pour Akousilaos, Peiren était fils de Niobé, contrairement au Catalogue des femmes, où il est fils d’Argos. On aimerait connaître les raisons de cette hypothèse.

58 Hymne hom. à Déméter, 473-479.

59 Cf. ci-dessus, n. 26.

60 Xén., VI, 3, 6 (Trad. J. Hatzfeld) : Δίκαιον μὲν οὖν ἧν μηδὲ ὅπλα ἐπιφέρειν ἀλλήλοις ἡμᾶς, ἐπεὶ λέγεται μὲν Τριπτόλεμος ὁ ἡμέτερος πρόγονος τὰ Δήμητρος καì Κόρης ἅρρητα ἱερὰ πρώτοις ξένοις δεῖξαι ᾿Hρακλεῖ τε τῷ ὑμετέρῳ ἀρχηγέτη καì Διοσκούροιν τοῖν ὑμετέροιν πολίταιν, καì τοῦ Δήμητρος δὲ καρποῦ εἰς πρώτην τὴν Πελοπόννησον σπέρμα δωρήσασθαι. Πῶς οὖν δίκαιον ἤ ὑμᾶς, παρ’ ὦν ἐλάβετε σπέρματα, τòν τούτων ποτὲ καρπòν ἐλθεῖν δῃώσοντας… Cf. Diod. XIII, 26, 2–27, 2.

61 FD III 2, 69 (CID IV, 117 [sous presse]), 1. 11-16 : ἐπει[δὴ] γεγονέ[ναι κ]αὶ [συνειλέ]χθαι τεχνιτῶν σύνοδον παρ’᾿Aθηναίοις συμβέβηκε πρῶτον, ὦν ὁ δῆμος, ἁ | [πάντων τῶν ἐν ἀνθρ]ώποις ἀγαθῶν ἀρχη[γòς κατασταθε]ῖς, ἐγ μὲν τοῦ θηριώδους βίου μετήγαγεν τοὺς ἀνθρώπους εἱς ἡμερότη | [τα, παραίτοις δ’ ἐγε]νήθη τ[ῆ]ς πρòς ἀλλήλ[ους κοινωνί]ας νεἰσαγαγών τὴν τῶν μυστηρίων παράδοσιν, καὶ διὰ τούτων πα[ρα]γ | [γείλας τοῖς ἅπασιν] ὅτι μ[έγι]στον ἀγαθό[ν ἐστιν ἐν] ἀνθρώποις ἡ πρòς ἑαυτοὺς χρῆσίς τε καὶ πίστις· ἔτι δὲ τῶν δοθέντων | | [ὑπò θεῶν περὶ φιλανθρώ]πων νόμων [καὶ τῆς π]αιδείας·νὀμοίως δὲ καὶ τῆς τοῦ καρποῦ παραδόσεως, ἰδίαι μὲν ἐδέξατο | [τò δῶρον, κοινὴν δὲ] τὴν ἐξ ἐαυτ[οῦ] εὐχρ[ηστίαν τ]οῖς ῞Eλλησιν ἀπέδωκεν,…

62 Isocr., 4 (Panég.), 28-33.

63 Y. Grandjean, Une nouvelle arétalogie d’Isis à Maronée, Leiden, 1975 (SEG, XXVI 821), 1. 35-41 : σὺ μάλιστα τῆς ’Ελλάδος ἐτίμησας τὰς | ’Αθήνας· κεῖθι γὰρ πρῶτον τοὺς καρποὺς ἐξέφηνας·Τριπτόλε | μος δὲ τοὺς ἰεροὺς δράκοντάς σου καταζεύξας ἀρματοφο | ρούμενος εἱς πάντας ῞Ελληνας διέδωκε τò σπέρμα· τοιγαροῦν | τῆς μὲν ’Ελλάδος ίδεῖν σπεύδομεν τὰς ’Αθήνας, τῶν δ’᾿Aθη | νῶν ’Ελευσῖνα, τῆς μὲν Εὑρώπης νομίζοντες τὴν πόλιν, τῆς | δὲ πόλεως τò ἱερòν κόσμον. La traduction est de Y. Grandjean, dont on verra aussi le commentaire, p. 92-98.

64 Cf. G. Daux, Delphes au iie et au ier siècle, Paris, 1936 ; Ch. Habicht, Athen. Die Ge-schichte der Stadt in hellenistischer Zeit, Munich, 1995 ; JD. Mikalson, Religion in Hellenistic Athens, Berkeley et al, 1998.

65 Cf. F. Lefèvre, L’Amphictionie pyléo-delphique : histoire et institutions, Athènes-Paris, 1998, p. 124-134.

66 Cic, Pro L. Fiacco, XXVI, 62 ; De Legibus, XIV, 34-36. – Cf. K. Clinton, The Eleusinian Mysteries : Roman Initiates and Benefactors, in ANRW, II, 18.2 (1989), p. 1499-1539.

67 À telle enseigne qu’un des derniers auteurs à avoir parlé du synédrion propose – à tort je pense – de chercher le Panhellénion à Éleusis : CP. Jones, The Panhellénion, in Chiron, 26 (1996), p. 29-56, sp. p. 36. – On trouvera dans cet article toute la bibliographie utile. Cf. aussi la note suivante.

68 S. Follet, D. Peppas-Delmousou, Le décret de Thyatire sur les bienfaits d’Hadrien et le « Panthéon » d’Hadrien à Athènes, in BCH, 122 (19907), p. 291-309— Le texte cité est p. 296,1. 11-16 : … τόδ[ε τò ψήφι]σμα ἐνχαράξαι λιθ[ίνη]ι σ[τήληι καὶ] σ[τῆ] | σαι ἐν [’Aκρ]οπόλει, [ἵνα] ἔκδηλον [γένοιτο τοῖς ῞Ελ]λησι ἃπασιν ὅσων [δὴ τ]ετύχηκεν | ἀπò τοῦ [μ]εγίστου β[ασι]λέως, ὅτ[ι ἰδίᾳ καì κοι]νῇ πᾶν τò τῶν ‘Eλλή[νων] εὐεργέτησεν | ὁ βασιλεύς, συναγα[γὼν] ἐξ αὐ [τῶν ἐκεῖνο τ]ò συνέδρων, ώσ φ[ιλο]τειμίαν κοινήν, | εἰς τὴ[ν λαμ]προτάτη[ν ’Aθην[αίων] πόλιν, τ[ὴ]ν Εὐργέτιν, καρπ[òν τῶ]ν Μυστηρίων | όμ[οῦ πᾶσι διδοῦσαν, κ.τ.λ.

69 M. Wôrrle, Neue Inschrifienfunde aus Aizanoi I, in Chiron, 22 (1922), p. 337-349.

70 Cf. J.H. Oliver, Marcus Aurelius. Aspects of civic and cultural Policy in the East, in Hesperia, Suppl. XIII, Princeton, 1970, p. 103-104, n° 15-16. – Pour le ve s., voir ci-dessus, n. 43.

71 Par ex., pour limiter cette enquête à Pausanias et aux cités proches d’Argos : Keleai (ci-dessous, n. 75) ; Hélos (Paus., III, 20, 7) ; Andania (IV, 1, 5-9 ; 33, 5) ; Phénéos (VIII, 15, 1), Thelpousa (VIII, 25, 2), Megalopolis (VIII, 31, 7).

72 I, 14, 3 ; 38, 7. Cf. Chamoux, op. cit. (n. 4), p. 251.

73 I, 38, 7 (trad. J. Pouilloux) : καὶ τοῖς οὐ τελεσθεῖσιν, όπόσων θέας εἴργονται, δῆλα δήπου μηδὲ πύθεσθαι μετεῖναί σφισιν.

74 C’était son sentiment à l’époque de la rédaction du livre I, mais sur le principe, il n’avait pas changé d’avis lorsqu’il écrivit le livre VIII (donc après avoir vécu son « chemin de Damas » : P. Veyne, Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ?, Paris, 1983, p. 106). Discutant du vrai nom de la fille de Déméter, Despoina en Arcadie, il rappelle que Pamphos et Homère la nommaient Perséphone : τῆς <δ ὲ> Δεσποίνης τò ὄνομα ἔδεισα εἰς τοὺς ἀτελέστους γράφειν, « mais le vrai nom de Despoina, je n’ai pas osé le divulguer aux non-initiés » (VIII, 37, 9, trad. M. Jost in : Pausanias, Description de la Grèce, t. VIII. Livre VIII, L’Arcadie, texte établi par M. Casevitz, traduit et commenté par M. Jost avec la collaboration de J. Marcadé, Paris, 1998). Voir aussi son commentaire, p. 254.

75 II, 14, 2.

76 II, 14, 3 : Δύναιτο δ’ ἂν κατὰ ἄλλην τινὰ ἐνταῦθα ὁ Δυσαύλης ἀφικέσθαι πρόφασιν καὶ οὐχ ώς οἱ Φλιάσιοί φασιν. οὐ μὴν οὐδέ Κελεῷ προσήκων έμοὶ δοκεῖν οὐδε ἂλλως ἧν ἐν τοῖς ἐπιφανέσιν ’Ελευσινίων οὐ γὰρ ἂν ποτε ῎Ομηρος παρῆκεν αὐτòν ἐν τοῖς ἔπεσιν. ἔστι γὰρ καὶ ’Ομήρῳ πεποιημένα ἐς Δήμητραν. ἐν δὲ αὐτοῖς καταλέγων τοὺς διδαχθέντας ὐπò τῆς θεοῦ τὴν τελετὴν Δυσαύλην οὐδένα οἶδεν ’Eλευσίνιον..

77 Sur Pamphos, cf. Graf, op. cit. (n. 20), p. 183 et n. 3.

78 I, 38, 3, avec le commentaire de Chamoux, op. cit. (n. 4), p. 250.

79 II, 37, 2. Cf. Piérart, art. cit. (n. 11), p. 142-144.

80 Chuvin, op. cit. (n. 15), p. 93.

81 L. Robert, Documents d’Asie mineure, Paris, 1987, p. 46-90 [= BCH, 101 (1977), p. 88-132].

82 Curty, op. cit. (n. 49), p. 254-263.

83 M. Piérart, L’itinéraire de Pausanias à Argos, in A. Pariente et G. Touchais (éds), Argos et l’Argolide. Topographie et urbanisme, Paris-Athènes 1998, p. 337-356, cf. PL V. La citation est à la p. 354.

84 M. Piérart, Les puits de Danaos et les fontaines d’Hadrien, in J. Renard (éd.), Le Péloponnèse. Archéologie et histoire, Rennes, 1999, p. 243-268.

85 W. Vollgraff, Fouilles et sondages sur le flanc oriental de la Larissa à Argos, in BCH, 82 (1958), p. 550-555. J. Marcadé, E. Raftopoulou, Sculptures argiennes (II), in BCH, 87 (1963), p. 49-52, n° 53.

86 La statue reproduit un type de portrait idéalisé : cf. M. Wegner, Hadrian, Berlin, 1956, p. 105 (Pergame) et 115 (Vaison la Romaine), pl. 14. Un exemplaire nouveau au musée d’Antalya : J. Inan, E. Alföldy-Rosenbaum, Römische und Friihbyzantinische Portrât-plastik aus der Türkei, Mayence, 1979, p. 95-97. G. Lippold (Kopien und Umbildungen griechischer Statuen, Munich, 1923, p. 180-181) pensait qu’il transposait un modèle représentant un héros grec, dans lequel A. Furtwängler (Meisterwerke der griechischen Plastik, Leipzig-Berlin 1893, p. 311-325, pl. ΧΠ-ΧΙΙΙ) avait reconnu le Diomede de Crésilas. Cf. J. Boardman, CE. Vafopoulou, art. DiomedesI, in LIMC, III (1986), 1, p. 402, 2, p. 288.

87 Cf. les doutes de L. Lacroix, Les reproductions de statues sur les monnaies grecques, Liège, 1949, p. 199, n.l.

88 Cf. Hdt., VI, 101, 3

89 Cf. aussi Ét. de Byz., s.v. Γορδυαία : χώρα Περσική ἀπò Γόρδυος Τριπτολέμου παιδός, τοῦ κατὰ ζήτησιν ’Iοῦς ἐξ Ἄργούς ἐλθόντος εἰς Συρίαν, « Gordyaia, région de Perse tirant son nom de Gordys, fils de Triptolème, qui était venu d’Argos en Syrie, à la recherche d’Io. »

Notes de fin

* Vinciane Pirenne-Delforge a bien voulu relire mon manuscrit et me faire part de ses remarques. Je l’en remercie très vivement.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/790/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/790/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/790/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/790/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Fig. 1 : Généalogie restituée du Triptolème argien
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/790/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 36k

© Presses universitaires de Liège, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search