Desktop versionMobile version

Enquête ouvrière et théorie critique

 | 
Andrea Cavazzini

Chapitre II. Enquête ouvrière et société capitaliste

De la Théorie (critique) à l’analyse du néo-capitalisme

Full text

Les « Quaderni Rossi »

  • 54 Pour un portrait théorique et politique de Panzieri (le seul existant en français, à ma connaissanc (...)

1Le fondateur des Quaderni Rossi, Raniero Panzieri, était un militant du courant de gauche du Parti Socialiste italien, et l’une des figures les plus extraordinaires — et méconnues — de l’histoire de l’Italie contemporaine54. La création de la revue et des groupes qui lui étaient liés s’inscrivait dans un projet politique et théorique très ambitieux, visant un renouvellement de la culture de gauche où les questions de la sociologie et du protagonisme politique direct de la classe ouvrière jouaient un rôle décisif. Panzieri était un philosophe de formation qui avait renoncé à toute activité intellectuelle indépendante en faveur du militantisme, selon l’enseignement de son maître et parrain politique, Rodolfo Morandi (1903-1955), socialiste de gauche et théoricien des « conseils ouvriers de gestion ». Ayant dirigé avec un très grand succès les agitations des travailleurs agricoles siciliens dans les années 1950, devenu ensuite responsable des activités culturelles du PSI, et membre du comité de rédaction des éditions Einaudi, Panzieri mena une lutte théorique par des outils tels que l’Avanti, le quotidien du PSI, Mondo Operaio, l’organe théorique du parti dont il fut le directeur, et une collection de textes sociologiques qu’il dirigeait chez Einaudi, avant de s’éloigner de toute activité de parti et de se consacrer entièrement, au début des années 1960, à la création de la revue-collectif Quaderni Rossi.

  • 55 Feltrinelli, Milan, 1964. G. Fofi (1937) deviendra le co-directeur — avec Piergiorgio Bellocchio et (...)

2Panzieri fut une figure tragique : ayant consacré sa vie au Parti Socialiste, il s’en sépara à cause de son désespoir vis-à-vis des possibilités de le transformer en un véritable instrument de la perspective socialiste. Il est progressivement ostracisé par les dirigeants socialistes, et subira l’hostilité acharnée des communistes. Il meurt d’une embolie cérébrale peu après avoir perdu son emploi chez Einaudi : il dut subir l’exclusion du comité de rédaction de la maison d’édition — exclusion qui le réduit littéralement à la misère — et dont la cause immédiate fut… une enquête, celle du livre de Goffredo Fofi, L’immigrazione meridionale a Torino55.

3Panzieri, Fortini et Solmi, qui avaient proposé à Einaudi la publication de cet ouvrage, furent exclus ou éloignés du Comité de rédaction lorsqu’ils refusèrent de supprimer des passages trop sévères à l’égard des syndicats et de Fiat.

4En fondant les Quaderni Rossi avec des noyaux de jeunes militants politiques et syndicaux, Panzieri visait à retrouver un contact direct avec le mouvement réel de la classe ouvrière, selon la ligne qui avait été celle de la gauche socialiste et à laquelle il s’était identifié : la base de la politique socialiste devait être la classe, les partis et les syndicats n’en étant que des instruments. Je citerai ici un bilan de l’expérience des Quaderni Rossi esquissé par l’un des militants qui furent les plus proches de Panzieri, Dario Lanzardo (1934-2011) :

  • 56 D. Lanzardo, « Il gruppo dei Quaderni Rossi », http://62.149.226.72/rifondazionepescara/?p=3490.

En relisant Marx à partir de l’étude attentive des processus de transformation technologique dans la grande entreprise, dans le cadre du développement économique du capitalisme italien et des conflits sociaux qu’il avait déclenchés, au début des années 1960, Panzieri essaye, en effet, de fonder sur des bases solides sa critique des partis de gauche, qui étaient incapables de, ou ne voulaient point, agir politiquement en direction d’une perspective socialiste et communiste véritable56.

5Pour Panzieri, il s’agit d’affirmer la centralité de la classe par rapport à toute stratégie socialiste. Mais cette centralité ne peut déployer toutes ses conséquences théoriques et politiques que par le biais d’une théorie du système capitaliste-avancé. Lanzardo insiste sur le fait que la démarche des Quaderni Rossi consistait principalement à rechercher la « seule et unique contradiction » qui serait irréductible à l’intégration au système capitaliste des forces politiques organisées :

  • 57 Ibid.

[La contradiction] entre, d’une part, la nature despotique de la rationalité capitaliste, qui se manifeste comme la figure essentielle du pouvoir tant à l’usine que dans la société, et d’autre part la classe ouvrière […] seule force capable de s’opposer globalement au capital et de devenir porteuse d’une alternative socialiste57.

6Donc, dans cette vision du capitalisme avancé, on trouve, d’un côté, le système rationalisé des rapports sociaux capitalistes, avec leur concrétisation dans la technologie et l’organisation scientifique du processus de travail, mais aussi avec leur rationalisation institutionnelle des rapports avec les classes laborieuses ; et, de l’autre côté, la classe ouvrière, le prolétariat industriel, seul et unique élément irréductible dont aucune stratégie de rationalisation, sous la forme du machinisme ou de l’intégration de la force-travail par un pacte social réformiste, ne peut neutraliser l’antagonisme.

7Ce dualisme presque « ontologique » entre le capital devenu totalité et la classe ouvrière comme moment irréductible à toute totalisation n’était pas fondé sur des considérations purement théoriques : les luttes ouvrières qui avaient commencé à refaire surface semblaient pouvoir effectivement briser tant l’unité monolithique du capitalisme rationalisé que l’inertie des forces politiques et syndicales intégrées au système comme moments subalternes de la structure capitaliste. Selon Vittorio Rieser, un autre membre des Quaderni Rossi, qui fut lui aussi très proche de Panzieri :

  • 58 V. Rieser, Il lavoro d’inchiesta dei Quaderni Rossi, « Il Manifesto », 12 Novembre 2006 (http://62. (...)

Les luttes ouvrières étaient en train de se rallumer, mais FIAT semblait en avoir été épargnée. C’est pourquoi restait dominante la vision idéologique de la capacité, de la part des formes les plus avancées du capitalisme, de s’intégrer la classe ouvrière : l’aliénation, et donc la lutte, auraient dû par conséquent se déplacer à l’extérieur de l’usine, dans le domaine de la consommation et de la démocratisation. Cette vision idéologique était symétrique à celle, dominant le mouvement ouvrier, qui considérait le capitalisme italien comme un capitalisme arriéré : si le conflit de classe en Italie était un effet du sous-développement, la fin de ce retard historique aurait fini par le réabsorber ou le déplacer de plus en plus loin des lieux de la production. Les enquêtes des Q.R., au contraire, montraient le bien-fondé de l’hypothèse que le conflit de classe aurait bientôt investi également, et surtout, les zones capitalistes-avancées, avec toutes les implications stratégiques d’une telle hypothèse […]. Ces travaux trouvèrent une confirmation dans les grandes vagues de lutte ouvrière en 1962 et 1963. Et à ces luttes, ce ne furent pas que les Q.R. qui participèrent : elles furent des luttes unitaires pour la majorité des cadres CGIL (notamment à Turin) et pour des importantes minorités au sein du PCI et du PSI58.

8La question de l’enquête est donc posée. L’enquête est l’outil qui permet d’élaborer une connaissance des tendances et du fonctionnement de la société capitaliste plus profonde que celle qui ne correspondrait qu’à son apparence immédiate. Surtout, l’enquête permet de saisir la conflictualité latente, l’antagonisme persistant de la classe ouvrière au sein d’une société qui se présente immédiatement comme une totalité pacifiée et s’auto-régulant indéfiniment. La pratique et la théorie de l’enquête pour les Quaderni Rossi se fondent sur une idée décisive : le savoir véritable de la société, le point de vue qui permet d’interroger la structure réelle du système social, n’est pas le savoir que le système produit et par lequel il s’interprète soi-même. La totalité sociale ne peut être saisie dans sa réalité globale et structurale que par le regard de ce qui s’oppose au système, donc par le savoir qui existe dans les comportements irréductibles du prolétariat.

9La vérité du système n’est pas celle que le système énonce ; elle repose entièrement sur les énoncés produits à même les pratiques antagonistes. À la totalité close du système correspond une contre-totalisation antagoniste qui se donne d’emblée comme opposition irréductible. La connaissance vraie est une connaissance polémique — le capital comme totalité n’est réellement connu que par son ennemi mortel.

  • 59 D. Lanzardo, « Il gruppo dei Quaderni Rossi », op. cit.

La nouvelle analyse, impraticable sans participation aux luttes, semblait réduire la distance entre théorie et politique qui avait motivé tant la prise de distance de Panzieri vis-à-vis des organisations du mouvement ouvrier que la naissance des Q.R.59.

10La participation directe aux conflits de classe, qui est le ressort d’une nouvelle forme d’analyse de la société, peut devenir la matrice d’un nouveau mode d’organisation politique. L’adoption du « point de vue ouvrier » devient l’opérateur d’un nouveau mode de « dire-vrai » sur la société capitaliste :

  • 60 Ibid.

L’étude théorique du capital (l’analyse de ses processus d’élargissement et d’approfondissement, et de la rationalisation de ses structures) est effectuée, dans l’activité des Q.R., du point de vue des comportements de la classe ouvrière : sa nature dichotomique, la possibilité que les conflits — déclenchés justement par le réajustement perpétuel du commandement capitaliste visant la recherche d’une efficacité croissante — se transforment en antagonismes de classe, non-intégrables60.

11L’articulation de ces différents moments — participation aux luttes, analyse du capital, organisation de l’antagonisme ouvrier non-intégrable — trouve dans l’enquête ouvrière un opérateur décisif :

  • 61 Ibid.

L’enquête ouvrière — qui devint, dans la théorisation finale de Panzieri, la seule manière possible de lier l’analyse des mouvements de la classe au devenir politique et organisationnel du groupe des Q.R. — visait justement à identifier les luttes par lesquelles la force-travail se rend indisponible vis-à-vis des exigences de la production capitaliste ; l’enquête qualifiait ces luttes comme étant immédiatement politiques : la méthode de l’enquête fonctionnait comme une proposition organisationnelle capable d’articuler connaissance de la réalité sociale, participation directe des sujets sociaux et développement organisationnel du groupe, qui se voulait essentiellement un moment de connexion de différentes situations de lutte61.

12Les Quaderni Rossi ne furent pas une initiative uniquement intellectuelle : l’analyse du capitalisme avancé menée par le biais de l’enquête visait une articulation immédiate avec les luttes et la pratique militante. Mais cette discontinuité vis-à-vis des revues du dégel, qui incarnaient une stratégie « sartrienne » d’activité intellectuelle indépendante, ne doit pas faire oublier les passages et les transmissions entre ces deux expériences. Les figures les plus lucides de l’époque du dégel reconnaîtront dans les Quaderni Rossi une première réalisation de ce renouvellement des pratiques politiques et théoriques marxistes qu’ils avaient essayé d’élaborer.

13Parmi les protagonistes des Quaderni Rossi, plusieurs se confronteront avec les problématiques marxistes-occidentales que les noyaux d’intellectuels « critiques » des années 1950 avaient introduites en Italie. Il ne fait aucun doute que les luttes ouvrières, leur émergence d’abord silencieuse puis massive et radicale, ont été le ressort du processus politique long et complexe dont les Quaderni Rossi représentèrent un tournant décisif. Mais cette émergence n’a pu être interrogée qu’à partir d’un outillage théorique que les revues du dégel avaient introduit en Italie, et dont la matrice était cette formulation marxiste de la crise de la civilisation bourgeoise-européenne que fut le marxisme occidental. Il s’agira maintenant d’étudier de manière plus approfondie cet outillage à partir de son appropriation-transformation par les Quaderni Rossi.

Néo-capitalisme et rationalisation

14La revue Quaderni Rossi paraît pour la première fois à l’automne 1961 : elle incarne d’abord une tentative d’analyse « externe » des luttes ouvrières contre le processus du développement capitaliste. Le premier numéro contient un texte célèbre où Panzieri expose sa vision du capitalisme avancé et critique l’idée que les formes du processus de production ne correspondraient qu’à des nécessités techniques « rationnelles » :

  • 62 R. Panzieri, « Sull’uso capitalistico delle macchine », in Quaderni Rossi, 1, 1961 ; trad. français (...)

En validant totalement les procès de rationalisation (considérés comme l’ensemble des techniques de production élaborées dans le cadre du capitalisme) on oublie que c’est précisément le « despotisme » capitaliste qui prend la forme de la rationalité technique. Car le capitalisme ne s’empare pas seulement des machines mais des « méthodes », des techniques d’organisation, etc. ; il les intègre au capital, il les oppose aux ouvriers comme du capital, comme une rationalité étrangère. La « planification » capitaliste présuppose la planification du travail vivant ; plus elle tend à se présenter comme un système clos de lois parfaitement rationnelles, plus elle est abstraite et partiale, prête à ne servir qu’une organisation hiérarchisée. C’est le contrôle, et non la rationalité, c’est le projet de pouvoir des producteurs associés et non la planification technique qui permet d’établir un rapport adéquat avec les procès techniques et économiques dans leur ensemble62.

15Panzieri oppose « contrôle » à « rationalité » : le contrôle est le « projet de pouvoir des producteurs associés », tandis que la « rationalité » est l’ensemble des méthodes techniques et organisationnelles du capital en tant que ces méthodes se présentent comme une nécessité purement technique et validée par la science. Il insiste sur l’immanence des figures ouvrières à la production capitaliste :

Selon Marx, on le sait, la coopération simple se présente historiquement au début du procès de production capitaliste. Mais cette figure simple n’est qu’une forme particulière de la coopération comme forme fondamentale de la production […]. Mais l’ouvrier, qui possède et vend sa force de travail, n’entre en rapport avec le capital que comme un individu isolé. La coopération, le rapport réciproque des ouvriers commence seulement dans le procès de travail, mais, dans celui-ci, ils ont déjà cessé de s’appartenir. Dès qu’ils y entrent, ils sont incorporés au capital. En coopérant, en étant les membres d’un organisme opérant, ils ne sont même qu’un mode d’existence particulier du capital.

16Les ouvriers sont des « appendices » du travailleur collectif, cette entité innervée par les lois de la reproduction du capitalisme et dans laquelle se concentrent les puissances scientifiques et technologiques du capital. Mais le capital n’existe pas seulement sous la forme du système technoscientifique du machinisme industriel — il trouve une autre forme d’existence dans l’ensemble des techniques d’intégration qui visent à réduire indéfiniment la Classe aux paramètres d’auto-reproduction du système :

On peut en effet, en étudiant d’un point de vue « technique », pseudo-scientifique les nouveaux problèmes et les nouvelles contradictions dans l’usine capitaliste actuelle, trouver aux déséquilibres nouveaux qui viennent à se former des solutions toujours plus « avancées », sans toucher pour autant au cœur de l’aliénation ; on maintient au contraire l’équilibre du système. Les idéologies sociologiques qui veulent organiser le capitalisme contemporain ont connu différentes phases, du taylorisme au fordisme et aux techniques d’intégration, human ingeneering, relations humaines, règles de la communication, etc. Ces techniques ont pour but d’homologuer de façon toujours plus complexe et détaillée la planification du travail vivant aux stades que les exigences de la planification de la production ont peu à peu atteints avec l’accroissement continu du capital constant.

17Les techniques d’équilibrage utilisées par le capital touchent directement à la position de la classe ouvrière dans le système — étudier ces techniques, en démystifier la fonction, signifie pouvoir penser l’irréductibilité ouvrière :

Les techniques d’« information » prennent évidemment, dans un tel cadre, toujours plus d’importance : elles sont destinées à neutraliser la protestation des ouvriers, qui procède directement du caractère totalitaire des procès d’aliénation dans la grande usine rationalisée [je souligne, A.C.] […]. Ce sont ces marges indéfinies de concessions possibles (mieux, de stabilisation) que le capitalisme acquiert en se servant des techniques d’« information » pour manipuler les conduites ouvrières.

18Finalement, c’est la société tout entière en tant que système des médiations techniques et institutionnelles qui est réduite à la pure et simple manifestation phénoménale du capital — cette manifestation existe immédiatement comme plan :

  • 63 La citation française de Marx est tirée de K. Marx, Le Capital, Éditions Sociales, t. 1.

Au fur et à mesure que l’industrialisation s’empare de stades technologiques toujours plus avancés, l’autorité du capitaliste s’accroît. Car, plus le capitaliste emploie de moyens de production qui s’opposent à l’ouvrier, plus le contrôle qu’il exerce doit être absolu. Le plan capitaliste est la figure idéale qui oppose aux ouvriers salariés « l’enchaînement de leurs différents travaux » ; « Le plan est l’expression pratique de l’autorité capitaliste, puissance d’une volonté étrangère » (Marx)63.

19L’exploitation capitaliste n’est pas une grandeur calculable, elle ne peut donc pas être corrigée par des mesures d’augmentation des salaires et par l’amélioration des niveaux de vie. Elle est la manifestation de l’impossibilité du contrôle de la production de la part des producteurs, la donnée massive de leur subordination totale. C’est pourquoi l’antagonisme ouvrier ne doit pas son ressort immédiat aux conditions de vie au sens économique et salarial, mais à la confrontation des ouvriers au « système » technique, social et politique dont ils subissent la domination :

La force d’insoumission de la classe ouvrière, son pouvoir révolutionnaire, se montrent potentiellement plus forts là où le capitalisme est justement en plein essor, là où en écrasant le travail vivant, l’augmentation du capital constant et la croissance de la rationalité qu’on y a mise posent immédiatement à la classe ouvrière la question de son esclavage politique [je souligne, A.C.].

20La revendication d’une série de « besoins » à satisfaire par une politique réformiste devient secondaire, ou proprement chimérique lorsque la consommation est incorporée à la planification sociale capitaliste. La demande des ouvriers, s’adressant à la structure de la société dans son ensemble, doit porter essentiellement sur la sphère de la production dont la reproduction est en train d’absorber la totalité des relations sociales :

Au moment où les procès intrinsèques de l’accumulation capitaliste sont déterminés de façon toujours plus « globale » à l’intérieur et à l’extérieur, au niveau de l’entreprise et au niveau de la société […] la revendication des « besoins essentiels » (culture, santé) qui se dresse contre l’échelle de consommations imposée par le capitalisme ou le néocapitalisme n’a elle-même aucun sens si on admet la rationalisation capitaliste et tant que les ouvriers ne demandent pas de jouer un rôle de contrôle et de gestion dans la sphère de la production [je souligne, A.C.].

21La stratégie des luttes ouvrières doit pourtant viser une gestion réelle, voire une maîtrise effective, du processus de production et surtout de ses moments de médiation là où ces derniers touchent au rapport avec la classe ouvrière en tant que collectif travailleur :

On ne demande pas par là une simple participation théorique : on veut intervenir dans le rapport concret de rationalisation de la hiérarchie et du pouvoir [je souligne, A.C.], et on dépasse le cadre de l’entreprise pour se tourner contre le despotisme que le capital projette et exerce sur toute la société à tous ses niveaux […]. En discutant des temps et des rythmes de travail, des méthodes, du rapport du salaire et de la productivité, on s’oppose au capital de l’intérieur même du mécanisme de l’accumulation [je souligne, A.C.] et au niveau de ses « facteurs de stabilisation ».

22La vision de la société capitaliste que ces analyses impliquent est une vision orientée par l’idée de Totalité. Le néo-capitalisme incarne une structure sociale « totalitaire » devenue médiation absolue de toute activité, des formes générales de la pensée et de l’existence. Les différentes sphères de l’existence, les différents sujets — avec leurs déterminations politiques, économiques, culturelles, etc. — sont subsumés par l’activité des régulations technologiques et institutionnelles sous la loi unique de la valorisation du capital. Cette loi se manifeste à la fois comme totalité rationalisée et comme rapport de pouvoir arbitraire et despotique. C’est précisément ce rapport entre rationalisation et despotisme — théorisé par Lukács dans Histoire et conscience de classe — qui marque une première dette des Quaderni Rossi à l’égard de la Théorie critique du marxisme occidental. Dans une conférence restée inédite de son vivant, Panzieri commente les thèses du livre de Lukács :

  • 64 R. Panzieri, « Relazione sul neocapitalismo », in La ripresa del marxismo-leninismo in Italia, a cu (...)

L’homogénéité mesurable, quantifiable, est la base de la production de marchandises et du dispositif productif capitaliste […]. La quantification signifie, à l’évidence, application d’un calcul rationnel, et le développement du capitalisme montre une application de plus en plus poussée de ce calcul, qui, selon Lukács […] peut être considéré comme le principe régulateur du capitalisme64.

23La société subsumée sous le capital apparaît donc comme une totalité homogène, dont les différents aspects sont unifiés et totalisés par un processus d’abstraction qui les soumet à la norme rationnelle d’un calcul. Mais la finalité unitaire de ce processus, son mouvement hyperbolique de réduction de tout hétérogène, ne sont pas eux-mêmes susceptibles d’une maîtrise rationnelle, puisqu’ils correspondent à une stratégie de domination absolue de la société par le capital :

  • 65 R. Panzieri, « Capitalisme et machinisme », op. cit.

La lutte ouvrière doit donc se présenter comme une opposition globale à tout le plan capitaliste ; l’élément essentiel est la conscience de l’unité dialectique des deux moments « technique » et « despotique » de l’organisation actuelle de la production [je souligne, A.C.]65.

Lukács : le capitalisme comme fausse totalité

24Le couplage dialectique de la rationalisation interne et de l’arbitraire général est un héritage direct des positions exposées dans Histoire et conscience de classe. Le problème de la logique immanente à la forme des rapports sociaux est posé par Lukács à partir d’une relecture de l’idée marxienne de la détermination totale de la vie sociale moderne par la forme-marchandise. Cette forme est caractérisée par un effet que Marx et Lukács appellent le Warenfetischismus, le « fétichisme des marchandises » : tout phénomène social, toute relation interne à la société, tend à se présenter comme la propriété de choses ou de relations entre des choses :

  • 66 G. Lukács, « La réification et la conscience du prolétariat », dans Histoire et conscience de class (...)

Subjectivement, l’activité de l’homme — dans une économie marchande achevée — s’objective par rapport à lui, devient une marchandise qui est soumise à l’objectivité, étrangère aux hommes, des lois sociales naturelles, et doit accomplir ses mouvements tout aussi indépendamment des hommes que n’importe quel bien, destiné à la satisfaction des besoins, devenus chose marchande66.

  • 67 Ibid. p. 110.

25Les relations sociales se présentent, dans une société marchande, comme des relations opérées par les marchandises ; ce sont les marchandises qui, grâce à des « propriétés » qui apparaissent comme immanentes à leur nature de « choses », instituent les relations entre les acteurs sociaux. Si bien que ces relations apparaissent comme entièrement objectives : instituées par les « attributs » des « substances » marchandes, elles peuvent être connues dans la mesure où il est possible de connaître les rapports que les marchandises entretiennent les unes avec les autres, mais que les acteurs sociaux ne peuvent que saisir passivement et de l’extérieur. Le lien social dans son ensemble se présente comme un « système de lois propre, rigoureux, entièrement clos et rationnel »67. Lukács insiste en outre sur le fait que le savoir des acteurs ne coïncide pas avec le savoir immanent au système social. Les acteurs peuvent certes produire une notion subjective des relations propres au système, auxquelles ils doivent se soumettre ; mais le savoir « total » de ces relations n’existe que dans le système lui-même, dans le réseau total des rapports entre choses-marchandises.

26Comment ce système de lois objectives est-il devenu la forme dominante de l’existence sociale moderne ? La vie sociale ne peut apparaître comme un réseau de relations entre marchandises que lorsque l’activité humaine elle-même est transformée en marchandise. Selon Marx cité par Lukács,

  • 68 Ibid., p. 114.

ce qui caractérise l’époque capitaliste, c’est que la force du travail […] prend pour le travailleur même la forme d’une marchandise lui appartenant. D’autre part, c’est à ce moment seulement que se généralise la forme marchande des produits du travail68.

27Lorsque la force-travail devient une marchandise, c’est l’ensemble des forces physiques et mentales des hommes qui deviennent des objets indépendants, et que les sujets trouvent devant eux comme des moments d’une totalité gouvernée par des lois objectives, partiellement prévisibles, mais immodifiables. Ils ne peuvent retrouver un contact avec leurs propres puissances subjectives que par le biais du système objectif des relations dans lequel ils doivent désormais inscrire leurs propres activités. La marchandisation de la force-travail, sa transformation en chose s’articulant à d’autres choses par le seul biais des relations propres à l’échange marchand, présuppose que l’activité sociale des individus cesse d’être médiatisée par des formes non-marchandes de lien social :

  • 69 Ibid.

Les objets répondant à la satisfaction des besoins n’apparaissent plus comme les produits du processus organique de la vie d’une communauté […], mais comme autant d’exemplaires abstraits d’une espèce […] et comme des objets isolés dont la possession ou la non-possession dépend de calculs rationnels. Ce n’est que lorsque toute la vie de la société est pulvérisée de cette manière en actes isolés d’échange de marchandises que peut surgir le travailleur « libre »69.

28La transformation de la force-travail en marchandise suppose la dissolution des formes non marchandes de la médiation sociale par lesquelles les acteurs articulent les unes aux autres leurs activités et obtiennent l’accès aux conditions de leur propre existence. Lorsque les conditions traditionnelles de reproduction de l’existence au sein d’une société ne sont plus effectuables, la connexion des activités, cette fonction vitale pour l’institution du lien social, finit par être opérée par l’échange de marchandises. Dès lors, les forces immanentes aux êtres humains, ne pouvant plus se manifester et s’exercer dans un cadre social donné et immédiatement reconnaissable comme tel, ne peuvent que devenir elles aussi des marchandises, dont la socialisation, l’inscription dans une fonction et dans un statut déterminés, ne pourra plus se faire que par le biais du réseau « objectif » des échanges, de la relation avec d’autres marchandises. Autrement dit, la force-travail devient marchandise lorsque les conditions d’existence des sujets devenus indépendants de toute inscription sociale, sont séparées des sujets de telle sorte que ceux-ci ne sauraient y accéder que par le truchement de l’échange marchand — donc en vendant leur propre force-travail (plus précisément : leurs propres forces et aptitudes qui deviennent maintenant cette marchandise singulière qu’est la force-travail), et en l’échangeant contre les ressources nécessaires à leur propre reproduction, physique et sociale.

29Cette esquisse résume les analyses que Marx consacre, dans Le Capital, à l’accumulation originaire et au rapport de pouvoir qui sous-tend le rapport salarial. Par rapport à Marx, le « marxiste occidental » qu’est Lukács est tout particulièrement attentif aux conséquences morales et spirituelles de la généralisation des rapports capitalistes. Ce qui l’intéresse, est moins la forme spécifique du rapport salarial, ou la généalogie historique de la formation d’une force-travail séparée de ses conditions sociales immédiates, que la destruction des « communautés » traditionnelles, et leur substitution par les rapports rationalisés du réseau des échanges de marchandises. Cet isolement des individus, l’impossibilité qu’un lien entre eux se forme autrement que par le biais des rapports entre les marchandises dont chacun est isolément le possesseur, fait l’objet d’une réprobation morale et esthétique très proche de celle que Goethe, Hölderlin ou le jeune Hegel éprouvaient face à la société civile bourgeoise :

  • 70 Ibid.

En s’objectivant et en devenant marchandise, une fonction de l’homme manifeste avec une vigueur extrême le caractère déshumanisé et déshumanisant de la relation marchande70.

30Lukács reprend les concepts analytiques de Marx à propos du mode de production capitaliste, tout en les inscrivant dans un discours philosophique et sociologique dont l’enjeu central est le rapport de ce mode de production avec des valeurs communautaires et culturelles relevant en dernière instance de l’humanisme bourgeois classique. Ce passage à travers la « critique de la culture » a été nécessaire pour que l’analyse du capital devienne Théorie critique de la société, donc étude critique de la société comme Totalité pourvue d’une logique immanente dont il est possible d’interroger les formes et les limites. Séparées des conditions de leur validation sociale, les facultés humaines (les aptitudes physiques et mentales, les connaissances, mais aussi le temps quotidien et la manière de l’employer) doivent être échangées contre un salaire sur le marché ; et, une fois soumises au régime marchand, elles sont également séparées de leurs « porteurs » : elles sont à disposition des conditions posées par les acheteurs potentiels, et, l’achat ayant eu lieu, elles sont à disposition de leurs nouveaux propriétaires — les capitalistes — qui peuvent les utiliser de la manière la plus rentable, visant la maximisation du profit qu’on peut tirer de cet usage. Dès lors, il devient possible que le corps et l’esprit, l’existence elle-même des travailleurs salariés, soient soumis à des restructurations et à des réorganisations visant à maximiser leur capacité de produire du profit. Cela signifie que la force-travail doit être soumise à un calcul, transformée en quelque chose de calculable quant à ses conséquences en termes de profit. Autrement dit : la force-travail, devenue propriété du capitaliste, devient susceptible de rationalisation.

  • 71 Ibid., p. 115.

Si l’on suit le chemin que l’évolution du processus du travail parcourt depuis l’artisanat, en passant par la corporation et la manufacture, jusqu’au machinisme industriel, on y voit une rationalisation sans cesse croissante, une élimination toujours plus grande des propriétés qualitatives, humaines et individuelles du travailleur. D’une part, en effet, le processus du travail est morcelé, dans une proportion sans cesse croissante, en opérations partielles abstraitement rationnelles, ce qui disloque la relation du travailleur au produit comme totalité, et réduit son travail à une fonction spéciale se répétant mécaniquement. D’autre part, par la rationalisation, et en conséquence de celle-ci, le temps de travail socialement nécessaire, fondement du calcul rationnel, est produit d’abord comme temps de travail moyen, saisissable de façon simplement empirique, puis grâce à une mécanisation et à une rationalisation toujours plus poussées du processus du travail, comme une quantité de travail objectivement calculable qui s’oppose au travailleur en une objectivité achevée et close71.

31La rationalisation du travail humain vise à soumettre la prestation de la force-travail au critère du travail socialement nécessaire, et à faire en sorte que tout travail se rapproche de la capacité maximale à engendrer du profit, à des conditions (sociales, technologiques, institutionnelles, etc.) données, et tendant à la minimisation des coûts pour le capitaliste. En 1923, la rationalisation de l’usage de la force-travail était représentée principalement par la technologisation, voire la techno-scientifisation, du contenu immédiat des prestations. L’homme tout entier est reconstruit et reconfiguré par un processus de travail devenu désormais la pure incarnation de relations calculables. Cette reconfiguration n’a été possible qu’à partir du moment où la force-travail a été assujettie au calcul du profit capitaliste. Une fois devenue un élément de ce calcul, l’activité des hommes doit et peut être traitée comme calculable — donc il faut la rendre calculable :

  • 72 Ibid., p. 116.

Premièrement, pour pouvoir calculer le processus du travail, il faut rompre avec l’unité organique irrationnelle, toujours qualitativement conditionnée, du produit même […]. La rationalisation doit donc, d’une part, rompre avec la production organique de produits entiers, basée sur la liaison traditionnelle d’expériences concrètes du travail : la rationalisation est impensable sans la spécialisation. Le produit formant une unité, comme objet du processus du travail, disparaît. Le processus devient la réunion objective de systèmes partiels rationalisés, dont l’unité est déterminée par le pur calcul, qui doivent donc nécessairement apparaître comme contingents les uns par rapport aux autres. La décomposition rationnelle, par le calcul, du processus du travail anéantit la nécessité organique des opérations partielles se rapportant les unes aux autres et liées dans le produit en une unité72.

32Autrement dit, les objets produits, et les actes de la production, n’ont plus d’unité immédiate : leur consistance ne peut être reconstituée qu’après coup, par le biais de la coordination indirecte d’une myriade d’activités séparées et indépendantes :

  • 73 Ibid.

L’unité du produit comme marchandise ne coïncide plus avec son unité comme valeur d’usage. L’autonomisation technique des manipulations partielles et productives s’exprime, économiquement aussi, dans la capitalisation radicale de la société, par l’accès à l’autonomie des opérations partielles, par la relativisation croissante du caractère marchand d’un produit aux différentes étapes de sa production. Cette possibilité d’une dislocation spatiale, temporelle, etc., de la production d’une valeur d’usage va, couramment, de pair avec la liaison spatiale, temporelle, etc., de manipulations partielles qui, à leur tour, se rapportent à des valeurs d’usage entièrement hétérogènes73.

33Les nouvelles liaisons qui reconstituent l’unité de l’objet sont des relations calculables selon un biais marchand ou technologico-scientifique. Ce sont ces rapports entre des branches différentes d’activité qui donnent à tout objet-marchandise son unité, qui se trouve donc distincte de son identité matérielle, destinée à se révéler uniquement dans l’usage en tant que produit fini. En tant qu’objet social, la marchandise n’obtient de validation que par le truchement d’un processus de production qui est gouverné par les critères du calcul du profit. À la destruction de l’unité « matérielle » de l’objet correspond une dislocation des qualités propres aux travailleurs :

  • 74 Ibid., p. 117.

En conséquence de la rationalisation du processus du travail, les propriétés et particularités humaines du travailleur apparaissent de plus en plus comme de simples sources d’erreurs, face au fonctionnement calculé rationnellement de ces lois partielles abstraites. L’homme […] est incorporé comme partie mécanisée dans un système mécanique qu’il trouve devant lui, achevé et fonctionnant dans une totale indépendance par rapport à lui, aux lois duquel il doit se soumettre74.

34Dans un système social institué par des relations rationalisées permettant le calcul du profit, la subjectivité des acteurs tend à devenir contingente par rapport au savoir immanent au système. L’acteur est devenu une partie des relations objectives qui gouvernent le système social et en agencent les activités différentes ; mais ces relations ont la forme de calculs rationnels qui gouvernent l’articulation technique et économique des activités sociales. Or, un calcul est un savoir, voire une opération de pensée. Le statut de l’acteur au sein de ce système social est donc celui d’une pensée du système : il est pensé par le système. Autrement dit, un être dont toutes les qualités validées socialement figurent comme moments d’un calcul est lui aussi le moment d’un calcul qu’il ne peut jamais maîtriser mais qui le domine et qui opère son inscription dans les rapports sociaux. Dans la société capitaliste, les acteurs sociaux sont dominés par les savoirs impersonnels — sans porteur ni titulaire — qui permettent la coordination des activités sociales par le biais tant de la division technique du travail que de l’échange marchand. La technologisation de toute activité humaine et sa marchandisation obéissent au même principe formel : celui de la calculabilité — dès que la liaison entre les activités, et donc la synthèse du lien social, est opérée par des relations qui correspondent à ce principe, les acteurs sociaux ne peuvent que se trouver gouvernés et déterminés par un savoir qu’ils peuvent saisir partiellement, mais qui, en tant que savoir du fonctionnement global de l’ordre social, s’impose à tout acteur comme une puissance extérieure et transcendante.

35Si l’on considère ce décalage entre les articulations rationnelles des activités sociales, et la transcendance et l’invisibilité de la raison ultime de ces articulations, la totalité sociale apparaît comme totalement irrationnelle. Le déclenchement des crises économiques et sociales révèle l’impossibilité pour l’ordre social capitaliste de se stabiliser définitivement. Les calculs rationnels ne suffisent jamais à organiser les centres séparés des activités en totalité stabilisée. Dans son analyse, Lukács insiste sur un aspect important de la connexion-par-le-calcul des activités sociales : la rationalité capitaliste est toujours-déjà divisée en deux. Le calcul visant l’optimalisation des prestations technico-productives, essentiel pour la production capitaliste, n’est pas le même type de calcul que celui qui vise la maximisation du profit : la rationalité technique n’est pas identique à la rationalité capitaliste. Mais, dans la société capitaliste, la rationalité technique, qui n’a de validité que particulière et parcellaire, est soumise au calcul du profit capitaliste, qui, lui, gouverne en tant que principe ultime le processus social dans son ensemble. Les activités humaines sont devenues susceptibles de rationalisation technique virtuellement illimitée suite à leur transformation en marchandises. C’est pourquoi leur restructuration rationnelle ne vise jamais simplement à les rendre techniquement calculables : il faut qu’elles soient techniquement configurées de manière à pouvoir calculer leur rentabilité. L’objet de la critique de Lukács n’est pas l’emprise de la technique sur la vie sociale, mais bien plutôt l’emprise de la logique du profit capitaliste sur la technique et sur la vie sociale. En effet, ce qui est rationalisé en vue du profit ne peut jamais, par cette rationalisation, rétroagir réflexivement sur le critère du profit :

  • 75 Ibid., p. 131.

La rationalisation capitaliste, qui repose sur le calcul économique privé, réclame […] ce rapport mutuel entre détail soumis à des lois et totalité contingente75.

36La rationalisation des techniques et des formes organisationnelles présuppose, certes, la poursuite du profit de la part du capitaliste, mais elle ne saurait s’y substituer ou l’englober. Lukács cite un passage de Marx où ce dualisme est explicitement affirmé :

  • 76 Ibid.

La division du travail, telle qu’elle existe dans la manufacture, implique l’autorité absolue du capitaliste sur des hommes qui constituent de simples membres d’un mécanisme d’ensemble lui appartenant ; la division sociale du travail met face à face des producteurs indépendants de marchandises qui ne reconnaissent pas d’autre autorité que celle de la concurrence, que la contrainte qu’exerce sur eux la pression de leurs intérêts76.

37Or, les relations entre concurrents sur le marché sont elles aussi calculables, certes ; mais pas de la même manière que les relations purement technico-organisationnelles. Les « lois de la contingence » qui gouvernent les rapports de concurrence sont dominantes par rapport aux « lois » de l’organisation hiérarchique rationalisée. En elles, les relations formelles qui opèrent la connexion des centres particuliers d’activité ne débouchent pas sur une prédétermination explicite des moments subordonnés, mais sur un pouvoir invisible, qui s’exerce de manière anonyme sur les individus, en les soumettant à l’uniformité d’une « loi » formelle transcendant toute individualité concrète. La rationalisation technique des parties doit correspondre aux conditions que lui pose l’exigence d’une rationalisation en vue de la rentabilité — et de la survie — face aux contraintes du marché. L’irrationalité du système social se manifeste comme une puissance arbitraire, souvent malveillante et cruelle, s’imposant à toute conduite humaine avec une indifférence souveraine, tout en exigeant une programmation minutieuse et rigide de chaque régime d’activité déterminé. La société capitaliste est donc une fausse totalité, et ce dans un double sens : d’abord, elle est fausse en tant que totalité incomplète, incapable à jamais de se totaliser et de s’imposer réflexivement une finalité rationnelle ; mais elle est fausse aussi en tant que totalité du faux, en tant qu’ensemble de formes de vie « fausses », hétéronomes, qui nient l’autonomie et la plénitude du sujet, et que la totalité sociale rassemble comme une seule puissance démoniaque.

38La théorisation lukácsienne n’eut guère de postérité immédiate, son auteur l’ayant lui-même reniée suite à l’autocritique imposée par la Troisième Internationale. Elle fut pourtant relayée par le jeune Adorno dès les années 1930 :

  • 77 Th.W. Adorno, « L’idée d’histoire de la nature », dans L’Actualité de la philosophie et autres essa (...)

Lukács a une idée générale, du ressort de la philosophie de l’histoire, celle d’un monde rempli de sens et d’un monde vidé de sens (d’un monde immédiat et d’un monde aliéné, le monde de la marchandise), et il cherche à présenter ce monde aliéné. Ce monde, en tant que monde des choses produites par l’homme et perdues pour lui, il l’appelle monde de la convention […]. Ce fait du monde de la convention tel qu’il est produit historiquement [est] le monde des choses qui nous sont devenues étrangères77.

39Ces positions d’Adorno, élaborées dans les années 1930, seront développées par la production postérieure de l’École de Francfort, à partir de Dialektik der Aufklärung. Ce n’est que dans l’après-guerre que les analyses de la fausse totalité deviendront la base théorique de maintes critiques des sociétés contemporaines : l’époque des consommations de masse et des grands « complexes » industriels et militaires semble réaliser les prophéties des Théories critiques des années 1920 et 1930. Les positions d’Adorno sont exposées systématiquement dans Dialectique négative, un ouvrage de 1966 dont le sombre pessimisme est alimenté par les sorts respectifs du bloc soviétique et de l’Allemagne capitaliste-avancée. Dans le chapitre intitulé « Esprit du monde et histoire de la nature. Digression sur Hegel », Adorno essaye de montrer le renversement de l’idéal hégélien de la raison en apologie des puissances aveugles qui gouvernent la société :

  • 78 Th.W. Adorno, Dialectique négative, traduit par le groupe de traduction du Collège de Philosophie, (...)

L’esprit du monde devient une entité autonome par rapport aux actes individuels, à partir desquels se synthétisent aussi bien le mouvement réel et global de la société que les « évolutions intellectuelles », et par rapport aux sujets vivants de ces actes. Au-dessus des têtes, il traverse les sujets et […] se désintéresse des vivants, dont le tout, duquel il exprime le primat, a besoin, tout comme les vivants ne peuvent exister que grâce à ce tout78.

40Le système des médiations qui instituent la société comme un ordre autonome et auto-régulé, loin d’incarner la raison objective se réalisant dans l’agencement des actions humaines, manifeste la contingence de celles-ci par rapport à la surpuissance transcendante d’une totalité qui ne se médiatise qu’avec soi-même. La description que Marx fournit de la société capitaliste comme un processus naturel aveugle est à la fois vraie et fausse, car elle présente dans le concept la vérité d’une société qui est devenue totalité du faux :

  • 79 Ibid., p. 430-432.

La naturalité de la société capitaliste est à la fois une réalité et une illusion […]. La légalité naturelle de la société est de l’idéologie, tant qu’elle est hypostasiée comme donnée naturelle immuable. Mais la légalité naturelle est réelle si on y voit la loi d’évolution de la société inconsciente, telle que la suit le Capital […] en une phénoménologie de l’anti-esprit […]. Les « caprices théologiques de la marchandise », dans le chapitre sur le fétichisme, sont une dérision de la fausse conscience qui, pour les contractants, réfléchit le rapport social de la valeur d’échange comme propriété des choses en soi. Mais ils sont tout aussi vrais qu’autrefois la pratique du sacrifice sanglant a été effectivement en vigueur79.

41Cette vision de la société comme totalité à la fois rationalisée et irrationnelle est l’un des aspects cruciaux de la Théorie critique de la société : son enjeu est le rapport entre la forme de la synthèse sociale en tant qu’opération de médiation totale et l’adéquation (ou plutôt l’inadéquation) de cette opération à l’idéal émancipateur de la Raison. La question qui est ainsi posée est celle du rapport entre, d’une part, le dépassement subjectif de l’état de minorité que l’Aufklärung érige en programme inconditionnel, et, de l’autre, les formes socialement objectives de pensée et de conduite qu’imposent les régulations institutionnelles propres à la société moderne. La Théorie critique développée par le marxisme occidental et dont héritent les Quaderni Rossi dépend presque entièrement de cette problématique. Or c’est à l’intérieur de cet horizon que prend forme la pratique de l’enquête ouvrière en tant qu’elle vise directement la formation de la subjectivité politique de la Classe. L’enquête peut être considérée comme la réappropriation par les sujets politiques que sont les ouvriers d’un savoir que la totalité sociale capitaliste incorpore dans l’objectivité réifiée et qu’elle impose aux sujets sous une forme irrationnelle. L’enquête marque l’émergence d’une subjectivité émancipée face à la totalité objective de la raison pervertie en seconde nature et destin irrationnel.

Notes

54 Pour un portrait théorique et politique de Panzieri (le seul existant en français, à ma connaissance), voir Séminaire du GRM, séance du 3 décembre 2011, op. cit.

55 Feltrinelli, Milan, 1964. G. Fofi (1937) deviendra le co-directeur — avec Piergiorgio Bellocchio et Grazia Cherchi — des Quaderni Piacentini, une autre revue, dont Fortini sera l’un des principaux inspirateurs, et qui était destinée à jouer un rôle crucial dans la séquence rouge italienne.

56 D. Lanzardo, « Il gruppo dei Quaderni Rossi », http://62.149.226.72/rifondazionepescara/?p=3490.

57 Ibid.

58 V. Rieser, Il lavoro d’inchiesta dei Quaderni Rossi, « Il Manifesto », 12 Novembre 2006 (http://62.149.226.72/rifondazionepescara/?p=2477).

59 D. Lanzardo, « Il gruppo dei Quaderni Rossi », op. cit.

60 Ibid.

61 Ibid.

62 R. Panzieri, « Sull’uso capitalistico delle macchine », in Quaderni Rossi, 1, 1961 ; trad. française dans Quaderni Rossi, Luttes ouvrières et capitalisme d’aujourd’hui, Maspero, 1968 ; maintenant R. Panzieri, « Capitalisme et machinisme », site de la revue Multitudes, http://multitudes.samizdat.net/Capitalisme-et-machinisme. Faute d’autre indication, tous les passages cités proviennent du texte téléchargeable depuis cette adresse.

63 La citation française de Marx est tirée de K. Marx, Le Capital, Éditions Sociales, t. 1.

64 R. Panzieri, « Relazione sul neocapitalismo », in La ripresa del marxismo-leninismo in Italia, a cura di D. e Liliana Lanzardo, Rome, Edizioni Sapere, 1977, p. 186-187.

65 R. Panzieri, « Capitalisme et machinisme », op. cit.

66 G. Lukács, « La réification et la conscience du prolétariat », dans Histoire et conscience de classe, traduit par K. Axelos et J. Bois, Paris, Minuit, 1960, p. 114.

67 Ibid. p. 110.

68 Ibid., p. 114.

69 Ibid.

70 Ibid.

71 Ibid., p. 115.

72 Ibid., p. 116.

73 Ibid.

74 Ibid., p. 117.

75 Ibid., p. 131.

76 Ibid.

77 Th.W. Adorno, « L’idée d’histoire de la nature », dans L’Actualité de la philosophie et autres essais, traduction et notes de P. Arnoux, J. Christ, G. Felten et M. Nicodème, sous la direction et avec une postface de J.-O. Bégot, Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2008, p. 42-43.

78 Th.W. Adorno, Dialectique négative, traduit par le groupe de traduction du Collège de Philosophie, Paris, Payot, 1978, 1992, 2001, p. 368.

79 Ibid., p. 430-432.

© Presses universitaires de Liège, 2013

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search