Version classiqueVersion mobile

Enquête ouvrière et théorie critique

 | 
Andrea Cavazzini

Chapitre premier. Voyage en Italie

Généalogie de l’enquête

Texte intégral

La classe ouvrière comme centralité et exception

  • 23 La généalogie de cet axiome est assez complexe, et relève finalement de la mentalité des dirigeants (...)

1Comme on l’a brièvement rappelé, les pratiques d’enquête militante menées parmi les classes laborieuses italiennes eurent pour condition un référentiel politique décisif : la centralité ouvrière. En tant que mot d’ordre indiquant à la fois une stratégie politique et une théorie de la société capitaliste, la « centralité ouvrière » indique le primat de la « politique de classe », d’une « alternative de classe » reconnaissant comme lieu de l’agir politique le mouvement de masse des travailleurs et non les comités centraux des partis. Ce retour au réel du prolétariat visait essentiellement deux objectifs : premièrement, réorienter la politique du mouvement ouvrier, en s’opposant à la ligne politique du Parti Communiste Italien ; deuxièmement, trouver le point de résistance, l’excès irréductible, qui aurait empêché le néo-capitalisme de se constituer en système total, sans extérieur, capable d’intégrer toute forme d’opposition interne. Les théories sociologiques de l’intégration, qui postulaient l’obsolescence du conflit de classe dans la société de consommation de masse, étaient très influentes dans les années 1960 et avaient gagné à leur cause des secteurs importants du mouvement ouvrier, notamment dans le monde syndical. Symétriquement, la ligne adoptée par le Parti Communiste Italien, consistait à concentrer les activités du parti dans la sphère du politique et des alliances entre couches sociales « progressives ». Déjà avant la fin de la deuxième guerre mondiale, le PCI dirigé par Palmiro Togliatti avait adopté une « voie italienne au socialisme » impliquant l’intégration stratégique aux structures de l’État démocratique à venir. Par là, le parti aurait dû revêtir le rôle du représentant politique des « intérêts démocratiques généraux », partagés par toutes les strates sociales « progressives » — ouvriers, intellectuels démocrates, bourgeois « éclairés », capitalistes « productifs », couches moyennes — et opposés aux privilèges parasitaires des classes dominantes d’un pays qui était vu comme une société bourgeoise imparfaite, caractérisée par un capitalisme arriéré et sous-développé. Dans cette stratégie, la classe ouvrière ne figurait que comme le « secteur le plus avancé » du peuple italien que le PCI visait à représenter. En outre, un axiome inavoué mais crucial de la culture politique des dirigeants communistes italiens était que la sphère de l’activité politique « professionnelle » devait garder une certaine distance par rapport à la sphère de la production matérielle23.

2La « voie italienne au socialisme » consistait à faire du PCI une grande force politique nationale, s’identifiant sans réserve au cadre institutionnel de la République italienne et à l’« intérêt général » démocratique. La formule de la « centralité ouvrière » visait en revanche à indiquer une alternative par rapport tant à la direction verticaliste par le Parti de l’ensemble des mouvements sociaux, qu’à la construction d’un consensus démocratique élargi à toutes les classes « progressives ». Il s’agissait de pratiquer la direction politique de la Classe ouvrière — la seule Classe stratégiquement centrale — dont les avatars organisationnels sont toujours des instruments contingents. La fonction des organisations consiste à consolider le mouvement autonome par lequel la Classe construit elle-même ses formes « institutionnelles ». Dans ce schéma les axiomes de la ligne du PCI sont entièrement renversés : à la classe ouvrière comme classe « générale », avant-garde consciente des « intérêts démocratiques » de toutes les couches sociales « progressives », il faut substituer la Classe « singulière », irréductible tant à l’ordre politique bourgeois qu’à l’ordre productif capitaliste, et dont l’histoire réelle échappe au schéma progrès-réaction. À la création d’un consensus démocratique assez flou pour incorporer les « strates moyennes productives » et la « bourgeoisie démocratique », il s’agissait d’opposer l’articulation des différents sites de la lutte menée directement contre les rapports de production. Ces trois points — parti-outil contre parti-direction ; classe-exception contre classe générale ; unité des luttes contre consensus inter-classiste — représentent le cadre dans lequel la pratique de l’enquête prend toute sa valeur politique : l’enquête devient un problème crucial en tant qu’opérateur de la liaison incontournable entre la réalité effective de la classe et la détermination des formes organisationnelles.

  • 24 A. Accornero, Gli anni ‘50 in fabbrica, Bari, De Donato, 1973.

3L’exigence de faire retour à l’expérience directe de la classe ouvrière était d’autant plus urgente que, dans les usines, les syndicats connurent, au cours des années 1950, une crise extrêmement grave. La décennie 1950 représente, dans l’histoire italienne, l’un des moments les plus durs et sombres du point de vue des conditions des travailleurs : aux cadences infernales d’une exploitation maximisée par la vague de croissance économique qui suivit la reconstruction d’après-guerre, s’ajoutaient des formes très radicales du despotisme d’usine, tels les licenciements massifs, les persécutions et les fichages des militants politiques et syndicaux et la réduction des droits les plus élémentaires. Aris Accornero (1931), un ex-ouvrier et militant syndical devenu ensuite l’un des principaux sociologues italiens du travail, parle d’une « faiblesse ouvrière » qui traverse les années 1950. Son livre Gli anni ’50 in fabbrica24 contient le Journal de la participation de l’auteur aux travaux de la Commission syndicale interne de l’entreprise RIV (une branche interne de FIAT) entre 1952 et 1953. Accornero y analyse les manifestations et les causes de l’impuissance des ouvriers vis-à-vis des conditions de travail dans la grande industrie. Ce livre peut être considéré comme une sorte d’enquête « immédiate » ou d’auto-enquête : l’auteur y recueillit les propos, les débats et les décisions de la Commission interne, et, dans son Introduction, il en tire des conclusions à propos de la situation des rapports de classe dans les usines italiennes. Le Journal reconstruit les rapports des membres de la Commission avec le Parti Communiste et avec la Direction de l’entreprise, leurs luttes contre l’intransigeance des patrons et les urgences éphémères des campagnes électorales, les affrontements entre les militants de la CGIL (le syndicat proche des communistes) et ceux de la CISL (le syndicat catholique).

4L’ouvrage d’Accornero met surtout en évidence l’obstacle que représente l’idéologie « démocraticiste », laquelle assigne à la classe ouvrière, et à la politique communiste, des tâches généralement « civiques », visant le « bien commun », et tendant par conséquent à délégitimer la lutte menée à partir des revendications qui ressortissent à la condition des travailleurs. Les luttes et les objectifs qui ressortent directement de l’usine et des rapports de pouvoir internes à l’entreprise s’en trouvent systématiquement négligés ou escamotés. L’entreprise n’apparaît pas comme un lieu décisif de la stratégie politique, mais uniquement comme une sphère particulière de la société où il s’agirait de faire valoir les mêmes instances démocratiques que la gauche politique vise à affirmer par le biais de l’action parlementaire et de l’hégémonie culturelle. Au despotisme patronal — à la fois paternaliste et brutalement répressif —, le syndicat n’oppose qu’une protestation « moralisante et impolitique », car

  • 25 Ibid., p. 77.

[L]a politicité que le parti ouvrier introduit dans les organes de l’entreprise ne peut soustraire les revendications centrées sur l’usine à la « particularité » […], en attendant que le mouvement ouvrier, après quelques autocritiques, en assume jusqu’au bout la centralité stratégique25.

  • 26 Ibid., p. 78.

5Les ouvriers des grandes usines sont considérés, par leurs propres organisations politiques et syndicales, comme une « force socialement minoritaire »26, qui doit constamment subordonner ses propres revendications, et la lutte directe contre l’exploitation, à la conservation des « équilibres » généraux qui garantissent l’unité du pays ou des « forces populaires ». Aux ouvriers est demandé généralement de faire preuve d’altruisme, voire d’une sagesse qui peut aller jusqu’au sacrifice de soi :

  • 27 Ibid., p. 79.

Le mouvement ouvrier semble s’engager davantage dans la défense générale de la classe que dans les victoires particulières de la force-travail27.

6Le primat d’une politique entièrement jouée dans le hors-usine implique que les ouvriers communistes négligent l’activité syndicale, et qu’ils refusent souvent d’adhérer aux organisations syndicales. Les revendications dans l’usine sont traitées comme autant de cas particuliers, sans que ce traitement débouche sur une vision stratégique des rapports internes aux entreprises. L’obsession de la politique « pure » produit une vision « économiciste » et particulariste des conflits dans les lieux de la production :

  • 28 Ibid.

L’économicisme était impulsé par un classisme abstrait, doctrinaire, qui séparait nettement la classe ouvrière comme pure position idéologique de la masse des travailleurs réels en tant que pure matérialité28.

7En particulier, l’organisation du travail ne fait jamais l’objet d’une critique systématique. Elle est vue comme une donnée non modifiable, soustraite à tout investissement politique. Les ouvriers politisés, les « avant-gardes ouvrières », interviennent publiquement sur des problèmes de politique interne et sur les événements internationaux —, mais cette activité, fondée sur une forte unité idéologique, ne se traduit pas par un pouvoir réel de conditionner le processus de production immédiat :

  • 29 Ibid., p. 81.

À une lutte très serrée et incessante contre les décisions politiques qui expriment la domination capitaliste par rapport à la société, correspond une contestation faible — non explicite, non systématique, non articulée — vis-à-vis du pouvoir des capitalistes sur les travailleurs dans les lieux concrets du travail29.

  • 30 Ibid., p. 74.

8L’impuissance ouvrière est l’impuissance face à la rationalisation et à la normalisation des usines dans les premières années du miracle économique. Les nouvelles formes de contrôle de la force-travail passent inaperçues des dirigeants politiques et syndicaux. Les travailleurs peuvent parfois obtenir des améliorations (indirectes et particulières) des conditions salariales, mais jamais une influence réelle sur les aspects normatifs et organisationnels. Les améliorations matérielles, souvent purement financières, restent octroyées par la Direction. L’usine se présente comme un système autonome dont les lois de fonctionnement s’imposent à la force-travail comme indiscutables et immuables. Le récit des travaux de la Commission interne dresse le portrait d’une figure de militant politique qui « sait comment changer le monde mais non l’usine, s’oppose au partage de la planète par les puissances impérialistes mondiales mais accepte la division capitaliste du travail »30. Autrement dit, lorsque le « miracle économique » éclate en Italie, les conditions inhumaines du travail industriel et la fusion entre la nouvelle fonction régulatrice de l’État et les processus économiques — une fusion qui, avec la « rationalisation » du processus de travail, caractérise la structure internationale du capitalisme des « Trente Glorieuses » — rendent intenable la stratégie de la « voie italienne au socialisme ». Le constat de cet échec est un moment crucial dans l’accumulation de circonstances dont l’enquête ouvrière va surgir. Les enquêtes militantes dans les usines viseront précisément à former un nouveau type de pratique politique, capable d’organiser l’opposition de la force-travail au système rationalisé de l’usine directement à même les articulations du processus de production immédiat.

9Tandis que les syndicats et la gauche historique s’empêtrent dans les contradictions de leur stratégie, incapables de se confronter directement aux rapports capitalistes de production, d’autres mouvances et courants expérimentent des pratiques à la fois théoriques et politiques qui contribueront à changer radicalement les rapports de force entre les différentes classes sociales au sein de la société italienne. L’expérimentation de pratiques d’enquête, vues à la fois comme forme de connaissance et comme intervention militante, est le cœur de ce processus, même lorsque la réalité abordée n’est pas directement celle de la grande usine néo-capitaliste. Dans les années 1950, entre la reconstruction d’après-guerre et le miracle économique, l’Italie est un pays où la composante rurale reste dominante, et les banlieues et les villages sont habités par une vaste strate populaire ou marginale dont l’identité sociale reste préindustrielle. Ce sont ces réalités sociales investies par la violence du développement économique – qui coexiste avec l’immobilité de l’oppression et de la misère — qui seront visées par les premières pratiques d’enquête militante fondées sur le partage de la parole et des conditions d’existence. Il faut dresser rapidement le portrait de ces expérimentations avant de traiter de l’enquête proprement ouvrière pratiquée par les Quaderni Rossi.

Les origines de l’enquête : du « peuple » à la classe

10Dans l’après-guerre, un mouvement de redécouverte de la réalité des classes populaires et de leurs conditions souvent misérables — que l’Italie « officielle » du fascisme avait soigneusement occultées — aura pour débouché une série de recherches consacrées en particulier aux populations rurales du Sud de l’Italie. Parmi ces recherches, celles de Carlo Levi et Rocco Scotellaro sont particulièrement importantes. C. Levi (1902-1975), intellectuel et écrivain antifasciste turinois, partisan du Néoréalisme dans l’après-guerre, fut l’auteur de plusieurs livres et récits — dont les plus célèbres sont Cristo si è fermato a Eboli de 1945 et Le parole sono pietre, paru l’année suivante — consacrés aux conditions des populations misérables du Midi et des Îles, oubliés et humiliés par l’État et la bourgeoisie italiens. R. Scotellaro (1923-1953) était un homme politique et poète d’origine sociale très modeste, militant socialiste et disciple de Carlo Levi. Il avait entamé, en 1950, une enquête sur les mentalités et les conditions de vie des populations rurales du Sud, qui restera inachevée à cause de sa mort brutale (il mourut d’un infarctus à 30 ans). L’ouvrage posthume Contadini del Sud est un recueil composé d’une série d’auto-narrations individuelles qui esquissent l’image d’une civilisation rurale souffrante et fataliste, mais dans laquelle sont discernables les signes d’un éveil de la conscience politique.

11Très importantes dans ce contexte furent aussi les recherches ethnographiques d’Ernesto de Martino (1908-1965), lequel, tant dans son livre Le Monde magique (1948) que dans ses expéditions auprès des communautés rurales de la zone du Salento, interprétera la magie et les croyances « superstitieuses » comme des moyens de « stabiliser » une existence (« présence-au-monde », selon son vocabulaire) rendue précaire par la misère et par les conditions sociales avilissantes et insoutenables. Les formes culturelles les plus subalternes et arriérées témoignaient, pour de Martino, d’une interprétation active de la réalité, d’un rapport actif au monde qui exprimait une volonté de rachat historique et de rédemption. Dans les travaux de de Martino, une grande importance est attribuée à la contribution de l’enquêté : la « rencontre » avec une altérité historique, sociale et psychique qui coexiste avec les formes de la civilisation « avancée » produit une déstabilisation du savoir de l’enquêteur. Celui-ci n’est pas effacé ou détruit en tant que tel, mais il est forcé de s’imposer une dialectisation de ses propres catégories. Selon un commentateur récent de de Martino :

  • 31 Alain Goussot, « La démarche anthropologique d’Ernesto de Martino », http://geza.roheim.pagesperso- (...)

De Martino introduit le concept de scandale de la rencontre ethnologique ; le scandale de la rencontre consiste dans le fait que l’autre nous oblige à dialoguer avec un autre schéma explicatif du monde ; la rencontre constitue la base pour construire ce qu’il définit comme humanisme ethnologique ; la rencontre n’est possible que s’il se crée l’espace du dialogue et de l’écoute réciproque […] ; dans la rencontre il y a un paradoxe qui peut être riche sur le plan épistémologique : le paradoxe est que chacun ne peut observer l’autre qu’avec son propre regard culturel (ethnocentrisme)31.

  • 32 Renato Solmi traduisit en 1954 Minima Moralia et en 1962 une célèbre anthologie de textes de Benjam (...)

12Le chef-d’œuvre de de Martino, Il Mondo magico, fut recensé par le philosophe Renato Solmi et sa réédition en 1973 fut préfacée par le germaniste Cesare Cases (1920-2005), qui écrira ensuite plusieurs articles sur la pensée de l’ethnologue. Solmi et Cases furent parmi les principaux acteurs de l’introduction en Italie des écrits de Lukács et de l’École de Francfort ; ils étaient en outre des animateurs des groupes et des revues qui essayaient de renouveler la culture de la gauche marxiste après la Guerre Froide et la « glaciation » stalinienne32. Mais ce qui est le plus important, c’est que Raniero Panzieri participa vraisemblablement à l’écriture du Mondo magico. Panzieri fut secrétaire de la Fédération socialiste de Bari entre septembre et décembre 1946. De Martino était un militant de l’aile gauche de la même fédération : Il mondo magico fut publié en 1948, mais il a été écrit entre 1944 et 1945, et Panzieri put le lire lors de son séjour dans les Pouilles. Selon Stefano Merli — le principal historien de la gauche socialiste et le biographe de Panzieri —, les deux hommes développèrent et modifièrent leurs positions respectives grâce au travail politique commun qu’ils menèrent à Bari :

  • 33 Stefano Merli, « Introduzione » à R. Panzieri, Lettere (1940-1964), Venise, Marsilio, 1987, p. XIII

De Martino finira par découvrir que la division en classes de la société était à la base de cette anomie que dans son livre Sud e magia il nomma « crise de la présence » et qui contient pourtant la préfiguration d’une « solidarité naissante ». Panzieri […] refusera tout mépris vis-à-vis du monde archaïque et populaire, et comprendra le lien entre les aspects utopiques et eschatologiques de Marx, d’une part, et, de l’autre, le rôle que les pauvres et les opprimés peuvent jouer en tant que « Messie collectif ». Panzieri et de Martino furent à l’origine de cette nouvelle manière de faire de la politique et de la culture, de cette invention méthodologique et culturelle dont les noms seront « conricerca » en 1956 et « enquête ouvrière » dans les années 1960 — une manière de travailler qui refusait le marxisme qui marche aux citations, le séparatisme des intellectuels, et qui fournissait des assises non idéologiques à l’engagement. Cette approche deviendra pour Panzieri la Méthode tout court, le fil rouge qui donnera un sens cohérent à toute son activité politique et culturelle33.

13S. Merli parle de « conricerca ». Il s’agit d’une pratique de l’enquête où les connaissances à propos d’une situation sociale sont produites tant par l’enquêteur « externe » que par l’« enquêté », lequel est directement impliqué sur le plan existentiel dans le contexte donné. La forme spécifique de cette pratique se précisera au fur et à mesure que le mouvement de « retour au réel » des conditions de vie des classes populaires italiennes se déplacera des communautés rurales du Midi aux nouvelles conditions des grandes villes du Nord, frappées de plein fouet par la vague d’industrialisation. En 1956, le sociologue Alessandro Pizzorno, un autre protagoniste de la gauche critique de l’époque du « dégel » post-stalinien, écrit dans le premier numéro de la revue bolognaise Opinione :

  • 34 A. Pizzorno, « Abbandonare la sociologia-letteratura per la sociologia-scienza », dans Opinione, no(...)

Depuis une dizaine d’années, on a assisté en Italie à l’essor d’un important et positif mouvement néo-populiste, dont les figures les plus hautes ont été Levi et Scotellaro, et qui a exprimé une véritable poussée « vers le peuple », c’est-à-dire vers le midi et la culture paysanne, de la part de vastes strates intellectuelles. Cette vague a produit livres, enquêtes, revues, et tout un intérêt passionné, presque mythologique, à l’égard de cette réalité insoupçonnée. Tout cela fut, répétons-le, tout à fait positif. Mais ce mouvement n’a pas épuisé, ni du point de vue géographique, ni de celui de la science, le travail qu’on a à faire. La tâche qui reste assignée aux intellectuels italiens consiste à établir un dialogue avec toute la culture non-intellectuelle (nous ne voulons pas la définir ici par un seul mot, car il n’y en a pas qui ne seraient pas équivoques : « culture spontanée », « culture traditionnelle », « culture quotidienne », « culture traditionnelle », « culture pré-idéologique », etc.), la culture des villes, des usines et des quartiers populaires, celle des bureaux et des foyers, non moins importante que celle des campagnes, la culture en somme dans laquelle nous tous baignons et évoluons lorsque nous ne sommes pas en train de lire ou d’étudier34.

14Dans le deuxième numéro de la même revue, toujours en 1956, fut publiée une enquête sur les formes politiques et sociales des classes populaires dans la zone de Crémone, intitulée Un’inchiesta nel cremonese, avec une Présentation (« Fame di storia ») signée R.G. — Roberto Guiducci, un autre sociologue proche de Pizzorno et comme lui idéologue de la gauche critique —, et un Avant-propos suivi de trois chapitres : « Une cellule de rue », « Caractères du groupe externe », « Une ligue paysanne ». L’auteur de l’Avant-propos et des trois chapitres était un militant politique de Crémone, Danilo Montaldi (1929-1975).

15Danilo Montaldi est une des figures les plus riches et fascinantes parmi celles qui ont marqué la « séquence rouge » italienne. Avec Raniero Panzieri et quelques autres — en particulier Franco Fortini, dont il sera question dans les prochains chapitres —, Montaldi est certainement l’auteur dont la vision des enjeux politiques de la séquence est la plus lucide et rigoureuse. Ce militant et sociologue « de base » fut proche d’Edgar Morin et du groupe Socialisme ou Barbarie, dont il introduira en Italie les positions ; mais il sera aussi l’un des protagonistes de la redécouverte des Linkskommunisten allemands (en particulier de Karl Korsch), un courant des années 1920-1930 dont furent proches plusieurs figures du marxisme philosophique qui s’était développé à partir des années 1920 en Europe (le marxisme des Lukács, Benjamin, Horkheimer, qui était précisément à l’origine de la « Théorie critique »).

  • 35 Turin, Einaudi, 1961.
  • 36 Milan, Feltrinelli, 1960. Montaldi fut aussi l’auteur de deux livres visant à esquisser une contre- (...)

16Le nom de Montaldi est lié en particulier à deux livres-enquêtes : les Autobiografie della leggera35, et Milano, Corea. Inchiesta sugli immigrati (écrit en collaboration avec Franco Alasia)36. « Leggera » est un mot de l’argot de l’Italie du Nord qui dénote le monde des marginaux et des petits délinquants, ayant une connotation plus proche des classes populaires « légales » que Lumpenproletariat mais toujours externe au monde du travail et de la production. Le livre de Montaldi est composé d’auto-narrations de figures issues de ce milieu en train de disparaître à cause de l’avènement d’une Italie industrielle moderne et « fordiste ». Le livre sur les immigrés traite de l’envers du « miracle économique », et des conditions désespérées des travailleurs dans les périphéries ravagées des villes industrielles. Les travailleurs qui parlent dans le livre viennent du Sud de l’Italie, ou des provinces les plus pauvres du Nord-Est, et gardent les traces de leurs cultures (rurales ou villageoises) d’origine. Son co-auteur Franco Alasia était un ouvrier devenu un proche collaborateur de Danilo Dolci (1924-1997), un éducateur, activiste social et théoricien de la non-violence qui avait animé des luttes sociales importantes en Sicile dans les années 1950. Dolci suggéra à Alasia de mener une enquête sur la « nouvelle modernité » des villes du Nord, qui à ses yeux était destinée à engendrer bientôt une nouvelle misère différente de celle du monde rural mais nullement moins brutale et désespérante. Alasia transcrira les récits des habitants des bidonvilles autour de Milan, des anciens paysans devenus maçons ou ouvriers, des chômeurs, des vendeurs ambulants harcelés par la police, etc. Montaldi ré-élabora le travail d’Alasia, fit d’autres recherches, et écrivit la Présentation du livre. L’enquête fut publiée au moment de la disparition des communautés marginales des périphéries et de la naissance d’un collectif ouvrier industriel qui était moins extérieur à la grande industrie, mieux adapté à ses logiques techniques et institutionnelles, mais aussi plus conflictuel que les anciennes strates de la « plèbe » urbaine. Les deux enquêtes associées au nom de Montaldi, tout comme son Inchiesta nel cremonese, racontent en effet les histoires de strates sociales en train de disparaître ou de subir des transformations profondes suite à l’essor d’une civilisation capitaliste-avancée dans un pays qui restait largement rural, et dont les villes étaient souvent des centres urbains de petite taille qu’entourait une vaste province de villages et communes.

17La pratique d’enquête de Montaldi est étroitement liée à ce monde social que la modernité industrielle avait déjà ébranlé et dont la disparition était imminente. Mais Montaldi a joué un rôle aussi dans l’histoire des enquêtes dans les grandes usines, notamment par ses formulations méthodologiques. Dans Un’inchiesta nel cremonese, il écrit :

  • 37 D. Montaldi, « Avant-propos », cité par S. Merli, L’altra storia, op. cit., p. 49.

Le premier effet positif de cette initiative a consisté à briser le schéma d’un rapport typique de la sociologie bourgeoise, qui s’exprime dans la différence entre un enquêteur et un sujet à analyser37.

18La fonction politique de la conricerca fut l’enjeu de la rupture politique entre Montaldi, d’une part, et, de l’autre, les sociologues « scientifiques » Guiducci et Pizzorno : lorsque ces derniers adhéreront à la mouvance modernisatrice et technocratique du Parti Socialiste qui débouchera sur les gouvernements de centre-gauche des années 1960, Montaldi se rapprochera de Raniero Panzieri qui, depuis l’époque de la déstalinisation, visait un renouvellement de la culture de gauche où les questions de l’usage militant de la sociologie et de la centralité politique de la classe ouvrière jouaient un rôle décisif. Ce qui sépare Montaldi de Guiducci et Pizzorno, et le rapproche en revanche de Panzieri, est la conviction que la conricerca n’est pas qu’un outil méthodologique garantissant une connaissance de la société plus solide du point de vue scientifique que les déductions baroques et les généralisations creuses du marxisme stalinien, mais l’opérateur immédiat d’une affirmation intransigeante du primat politique de la classe ouvrière. La conricerca est, pour Montaldi comme pour le groupe des Quaderni Rossi, indissociable de la « centralité ouvrière » :

  • 38 D. Montaldi, « Commentaire » à Un’inchiesta nel cremonese, dans Militanti politici di base, Turin, (...)

Une relecture de la méthode de ces années-là, qui visait une enquête à même la base, peut être plus utile qu’une rectification de certains aspects de ce texte [l’Avant-propos de Un’inchiesta nel cremonese], lequel fit naître une pratique nommée conricerca, qui voulait représenter une contribution partisane, explicitement partisane, au savoir sociologique, pour autant que celui-ci est inséparable de ses présupposés tant politiques que théoriques. Cette initiative, évidemment, ressortait de groupes de recherche qui ne discutaient plus à propos de l’existence des classes sociales, et qui avaient cessé de se demander si l’histoire avance réellement à travers leur lutte38.

19Les groupes dont Montaldi parle, ne discutent plus de ces questions parce qu’ils savent, de par leur propre pratique qui est aussi une décision politique, que les classes — les classes laborieuses antagonistes, les seules intéressantes pour ces militants — existent et que l’histoire est tissée et transformée par leurs pratiques de lutte :

  • 39 S. Merli, L’altra storia, op. cit. p. 17.

Montaldi, à la différence de Guiducci et Pizzorno, et suivant le trajet de Socialisme ou Barbarie (qu’il connaîtra directement lors d’un séjour à Paris en 1950), propose une vision du marxisme comme sociologie, renouant avec tout un courant révolutionnaire créateur vu comme antidote et alternative vis-à-vis de l’orthodoxie du réformisme secondinternationaliste et du dogmatisme stalinien. C’est dans le cadre de cette lutte, qui est tant méthodologique que politique et théorique, que Montaldi contribuera à faire circuler dans la culture italienne les noms de Lukács, Benjamin, Korsch, et les enquêtes de Daniel Mothé et de Paul Romano à propos de la condition des ouvriers de la grande industrie39.

20Montaldi, selon le témoignage de S. Merli, est le trait d’union entre la réception italienne du marxisme philosophique né dans les années 1920-1930, et la pratique de l’enquête telle qu’elle était pratiquée par Socialisme ou Barbarie. Le Journal d’un ouvrier de Daniel Mothé fut traduit en 1960 par Montaldi dans la collection Einaudi des « Libri bianchi », dirigée par Panzieri. Le texte de l’ouvrier nord-américain Paul Romano, The American Worker, déjà publié par Socialisme ou Barbarie, fut traduit par Montaldi et publié dans plusieurs numéros de la revue ultra-minoritaire Battaglia comunista en 1954. Dans son introduction au texte de Romano, Montaldi attire l’attention sur l’idée

  • 40 D. Montaldi, « Introduzione » à P. Romano, cité par S. Merli, op. cit., p. 52

pratiquement oubliée par le mouvement marxiste depuis la parution du premier livre du Capital, que l’ouvrier est d’abord un être qui vit dans la production et dans l’usine capitaliste avant d’être le membre d’un parti […], un militant révolutionnaire ou le sujet d’un pouvoir socialiste à venir ; et que ce n’est que dans le cadre de la production que se développent tant sa révolte contre l’exploitation que sa capacité à construire une forme sociale supérieure, tant sa solidarité de classe vis-à-vis des autres ouvriers que sa haine face à l’exploitation et aux exploiteurs. Les patrons traditionnels du passé, et les bureaucrates impersonnels d’aujourd’hui et de demain40.

21Selon Montaldi, la réalité ouvrière s’organise autour de son être-au-travail, de son être-dans-la-production, une condition existentielle qui est aussi un ressort de politisation plus fondamental que l’adhésion à un parti ou à une formule idéologique. La cible polémique est évidemment la concentration exclusive des grands partis de la gauche sur les actes formels d’adhésion à l’appareil politique, ce qui revenait à déplacer la sphère de la politisation ailleurs que dans les lieux de la production capitaliste.

22La fin des années 1950 assiste à l’essor d’un mouvement de politisation inédite des lieux de la production. Les conditions sont réunies pour que la centralité ouvrière se manifeste comme émergence d’un sujet politique à part entière. La classe ouvrière — ou, selon le vocabulaire que l’opéraïsme imposera, la Classe — avait recommencé à occuper le devant de la scène. La pratique de l’enquête théorisée et mise en œuvre par Montaldi fut un opérateur décisif de cette émergence. Elle s’inscrivait pourtant dans un processus très complexe et articulé, dont on n’a pu reconstruire ici que certains aspects et étapes.

23Dans la généalogie des Quaderni Rossi on peut reconnaître un autre moment, distinct de celui que représentent les premières enquêtes parmi les classes populaires. Il s’agit d’un moment plus spécifiquement intellectuel et théorétique, qu’on a déjà rencontré dans les travaux de Montaldi, mais dont les sites décisifs furent des revues animées par de jeunes intellectuels visant à reconstruire l’outillage conceptuel de la pensée marxiste — les revues dites « du dégel ». C’est par le biais de ces revues que la Nuova Sinistra italienne rencontrera la Théorie critique élaborée par le marxisme de l’entre-deux-guerres, et l’incorporera à son analyse du capitalisme. Comme on le verra, une certaine pratique de l’enquête relève elle aussi de cet héritage plus spécifiquement philosophique.

La saison des revues et l’Italie industrielle

24L’essor de revues et groupes se consacrant à l’analyse critique de la société contemporaine, et voulant intervenir dans les processus politiques, participe à la fois de la crise du communisme tiers-internationaliste et de la volonté de reconstruire un pays meurtri par la guerre et la dictature. À partir de l’après-guerre, de nombreuses initiatives, externes, voire hostiles, à la « gauche historique » des partis socialiste et communiste, avaient commencé à surgir ; leur importance augmentera de manière décisive entre la Guerre Froide et la mort de Staline. Déjà en 1945, une revue comme Il politecnico, dirigée par Elio Vittorini, avait essayé de reconstruire une culture démocratique en introduisant en Italie les courants et les problématiques de la culture européenne et nord-américaine que la dictature fasciste avait rendus inaccessibles, mais surtout en essayant d’articuler cet effort de rénovation culturelle avec un rapport direct à la société civile et aux classes populaires. Il politecnico cessera ses publications en 1947, lorsque le Parti Communiste commencera à s’ériger en instance pédagogique directe vis-à-vis des classes populaires, ce qui l’amènera à déclarer une guerre assez rude à toute initiative politico-intellectuelle indépendante.

  • 41 Le lien entre Il Politecnico et Les Temps modernes fut assuré en particulier par Franco Fortini, qu (...)

25Les « revues du dégel » relayeront certaines instances du Politecnico. Il s’agissait d’expériences très marginales du point de vue politique immédiat, animées par des jeunes intellectuels, généralement localisés dans le Nord de l’Italie, et dont le projet s’inspirait fortement d’une revue comme Les Temps Modernes (avec laquelle des liens effectifs avaient existé déjà à l’époque du Politecnico41) : un espace de discussion et d’élaboration, libre de tout asservissement immédiat à une ligne politique, où des intellectuels auraient pu produire des analyses et des positions critiques destinées à exercer des effets indirects sur la politique. Entre la fin des années 1950 et le début des années 1960, les traductions et les commentaires consacrés aux marxismes des années 1920 et à l’École de Francfort représentèrent une petite « révolution » dans le débat politico-culturel italien. Les analyses que les « théoriciens critiques » avaient consacrées à la culture des sociétés capitalistes-avancées, telles l’Allemagne weimarienne et les États-Unis de l’époque du New Deal, furent utilisées pour étudier les transformations de la société italienne — une société largement rurale qui était en train d’accéder avec une très grande vitesse à la phase de l’industrialisation et de la consommation de masse — et de l’Europe investie par les Plans Marshall. Et bien sûr pour s’opposer au primat des dirigeants politiques sur la culture et la libre recherche critique. La première publication qu’on peut associer aux « revues du dégel » — bien que son activité commence avant la mort de Staline — fut Discussioni, un bulletin à circulation confidentielle, paru entre 1949 et 1953, consacré à un libre débat sur les enjeux politiques et culturels les plus actuels (la bombe atomique, la violence, la fonction de la pensée critique et son rapport à la politique, etc.). Cette revue vit parmi ses membres actifs des figures tout à fait singulières, et qui deviendront dans les années qui suivirent des protagonistes du débat politico-idéologique et de formidables organisateurs de la culture : Delfino Insolera (1920-1987), une figure excentrique d’ingénieur-philosophe, ancien résistant animé par un souci éthico-pédagogique de rigueur et de clarté ; le poète et essayiste Franco Fortini (1917-1994), ancien rédacteur du Politecnico ; le philosophe Renato Solmi ; l’historien Claudio Pavone ; Michele Ranchetti (1925-2008), qui deviendra un historien critique de l’Église, spécialiste du modernisme catholique, et le responsable de nombreuses initiatives éditoriales, dont la plus importante fut la traduction italienne des œuvres complètes de Freud, mais aussi un traducteur et exégète de Benjamin, Luther et Wittgenstein ; Luciano Amodio (1926-2001), cadre de la Banque Italienne du Commerce et spécialiste de Hegel, qui traduira avec Fortini Le Dieu caché de Lucien Goldmann ; Roberto et Armanda Guiducci, respectivement un sociologue et une historienne féministe de la littérature. Discussioni marquera, par son radicalisme intellectuel et son indépendance, les trajets ultérieurs de plusieurs protagonistes de l’époque du « dégel ». Cette revue inaugure aussi un style d’intervention théorique hostile aux spécialismes, non-systématique et « conjoncturel ». La volonté, propre à cette revue, de se confronter directement à la réalité contemporaine sans médiations ni préjugés est vraisemblablement une des matrices de la centralité des pratiques d’enquête dans cette phase du renouvellement de la gauche critique italienne. Par-delà l’encadrement rigide des partis, la sclérose jdanovienne de la Guerre Froide et le verbalisme de la pseudo-dialectique, l’exigence était forte de revenir à une pratique de saisie directe de la situation italienne et internationale, de vérifier concrètement la ligne stratégique du mouvement ouvrier et sa condition actuelle, de mettre à l’épreuve les fondements théoriques de l’agir politique.

26Les auteurs de Discussioni fonderont ensuite Ragionamenti (1955-1957). Cette revue était cordonnée par deux comités de rédaction, italien et français. Le comité français publiait une revue « sœur », Arguments, animée par Edgar Morin, Kostas Axelos, Roland Barthes, Jean Duvignaud, entre autres. Les premières appropriations créatrices de la Théorie critique furent l’œuvre de personnages liés à ces revues. En particulier, Fortini consacre plusieurs textes à Lukács, qui restera l’une des sources principales d’inspiration de son activité de critique littéraire. À l’époque, le philosophe hongrois avait renié Histoire et conscience de classe, et les débats autour de sa figure — très peu aimée par les dirigeants du Parti Communiste Italien — portaient essentiellement sur la période postérieure au livre de 1923, et notamment sur les grands essais consacrés à l’histoire de la littérature. Mais son livre « maudit », que Kostas Axelos traduira en français en 1960, était connu, directement ou indirectement, de ces cercles intellectuels qui contribuèrent à le faire connaître bien avant la parution d’une traduction italienne.

27Ces groupes et revues présentent un autre aspect digne d’attention : leur rapport avec le monde de la grande industrie et surtout avec ses manifestations culturelles. Pour la plupart des figures mentionnées, ce rapport passait par une proximité plus ou moins grande avec le « Mouvement de Communauté » (Movimento di Comunità) créé par l’industriel Adriano Olivetti (1901-1960), dont le père, Camillo, avait fondé en 1908 à Ivrée la première entreprise italienne productrice de machines à écrire (la Olivetti — l’entreprise, et les « Olivetti » — les machines), destinée à devenir une entreprise d’avant-garde dans les secteurs technologiques les plus avancés. Adriano Olivetti, juif converti au catholicisme, philosophe non professionnel et écrivain politique, fut une figure géniale et singulière d’entrepreneur, théoricien et réformateur social. Ses idées philosophiques et religieuses proches du Personnalisme d’Emmanuel Mounier l’amèneront à soutenir des formes diverses d’autogestion et de participation des travailleurs au gouvernement de son entreprise. Les principes politiques de son « Mouvement » s’inspiraient du modèle d’intégration entre entreprise et territoire qu’incarnait le rapport entre la ville d’Ivrée et l’usine Olivetti. Il essayera de s’assurer la collaboration d’intellectuels provenant des disciplines et des compétences les plus disparates, au nom d’un idéal de recomposition des cultures techno-scientifique et littéraire. Le but du mouvement était aussi la promotion d’une démocratie de base fondée sur une organisation fédérale de l’État : les unités fondamentales de l’organisation politique auraient dû être des communautés culturellement homogènes et économiquement indépendantes, dans un cadre général où un gouvernement local aurait pu être attentif à l’utilisation rationnelle des ressources naturelles et historiques du territoire. En outre, la maison d’édition du Mouvement, les Edizioni di Comunità, traduira et fera connaître, dans les années 1950, de nombreux classiques de la sociologie critique de la modernité (Weber, Durkheim, Lewis Mumford, Thorstein Veblen, entre autres) — une opération qui représentait une rupture radicale avec la culture néo-idéaliste et littéraire qui dominait l’establishment culturel ayant survécu à la guerre. Les rapports entre l’utopie politico-industrielle d’Olivetti et la formation des premiers noyaux de la gauche critique furent décisifs, surtout entre l’après-guerre et les années 1960 : Fortini travaille à partir de 1947 pour le département publicité de l’entreprise Olivetti (il ne commence à enseigner qu’en 1963, d’abord comme professeur d’italien dans les écoles techniques, puis à l’Université de Sienne) ; Michele Ranchetti travaille comme secrétaire particulier d’A. Olivetti entre 1949 et 1952 et participe à plusieurs initiatives culturelles (revues, publications, enquêtes sur des communautés religieuses « dissidentes ») liées au Mouvement de Communauté — ensuite, il travaillera pour de grandes maisons d’éditions et sera pendant une courte période Directeur des Librairies Feltrinelli ; l’économiste Franco Momigliano (1916-1988), un autre protagoniste des revues du dégel, deviendra un important dirigeant des entreprises Olivetti ; le sociologue Alessandro Pizzorno (1924) dirige à partir de 1953 le Centre pour les relations industrielles de l’entreprise d’Ivrée. Des figures de la littérature italienne, liées à la gauche critique, entrèrent en contact avec Olivetti : c’est le cas du romancier Paolo Volponi (1924-1994) — dont la rencontre avec Olivetti eut lieu à travers Fortini, et qui fit une longue carrière d’« expert », d’abord en menant des enquêtes sur le développement du Midi, ensuite comme directeur des relations d’entreprise chez Olivetti, enfin comme collaborateur de FIAT à Turin —, et du poète Giovanni Giudici (1924-2011), lui aussi ami et disciple de Fortini. Volponi et Giudici exprimeront dans leurs œuvres la transformation de l’Italie en pays industriel, la déshumanisation des travailleurs, la passivité et la solitude de la vie des petits cadres et des employés dans les grandes villes : tout un univers de problématiques qui n’avaient jamais existé dans la tradition des lettres italiennes, dont le canon était solidement ancré dans la civilisation pré-industrielle. Enfin, il ne faut pas oublier l’activité de Fortini, Cases et Solmi dans le Comité de rédaction des éditions Einaudi — la grande maison d’édition turinoise, proche du PCI, mais non dépourvue d’une autonomie assez grande vis-à-vis du parti — qui publie Adorno, Benjamin, Lukács, Brecht, et qui peut être considérée comme l’une des plus grandes expériences italiennes dans le domaine de l’organisation culturelle. Au début des années 1960, on retrouve finalement Fortini, Cases et Solmi parmi les membres des collectifs liés aux Quaderni Rossi : encore une autre revue, dont les visées étaient assez différentes de celles — plus traditionnelles et théoriques — des « revues du dégel », mais qui en relayera certaines instances théoriques décisives. Tout cela signifie que, dans la généalogie du marxisme critique italien, et de la Nouvelle Gauche qui en représente le cadre politique, un rôle très important fut joué par une connaissance directe du monde de la grande industrie (et de l’industrie culturelle), de sa signification de matrice de rapports politiques et de formes de culture, de ses liens avec la production culturelle de masse. Les protagonistes de ce monde politico-culturel avaient fait l’expérience de la politique militante et de l’intimité avec les « entrailles » de la production industrielle moderne qui était en train de se faire forme totale de société : ils côtoyaient, et pratiquaient, des formes de production et de transmission du savoir et de la culture qui étaient très différentes de l’Université et des systèmes étatiques de l’éducation, mais aussi de la culture humaniste, conservatrice et élitiste, de l’Italie d’avant la dictature. Le marxisme critique des années 1960 est issu de ces expériences : le triple nouage entre politique, vie de la société et théories critiques se fait, en Italie, par un biais singulier dont le résultat sera l’articulation organique entre, d’une part, la réflexion et l’analyse théoriques, et, d’autre part, l’organisation de formes d’intervention directement politiques. Le lien indissoluble, qui constitue la base de l’enquête ouvrière, entre analyse du capitalisme contemporain et primat politique des conduites antagonistes de la classe ouvrière prolonge cette articulation.

La conscience tragique de la modernité et la Théorie critique

28La prise de conscience — imposée par l’Histoire — des formes de vie et des conflits propres à la civilisation capitaliste-industrielle constitua l’un des ressorts de l’appropriation des théories élaborées par le marxisme critique d’avant la guerre. La rencontre entre les jeunes intellectuels de gauche réunis dans les revues du dégel et ces théories critiques fut, comme toute rencontre, le fruit de la contingence historique. Mais le fait que cette rencontre ait « fait prise » relève d’une « affinité élective » qu’il faudra cerner avant d’aborder l’analyse du capitalisme avancé menée par les Quaderni Rossi. Cette analyse se fonde en effet sur l’appropriation de théories que plusieurs facteurs rendaient particulièrement fécondes dans le contexte italien. On pourra résumer brièvement ces facteurs en disant que les marxistes critiques italiens d’après-guerre se trouvaient dans une position à bien des égards analogue à celle des marxistes critiques germanophones d’avant-guerre : dans un cas comme dans l’autre, des intellectuels héritiers d’une culture et d’une histoire anciennes et complexes étaient confrontés à l’irruption de la forme industrielle du capitalisme et à sa capacité de subsumer l’ensemble des sphères de l’existence. Si les revues du dégel représentèrent un site où il fut possible de prendre conscience de l’essor d’une société industrielle en Italie, le fait que cette prise de conscience ait eu lieu par le biais de la Théorie critique a fait en sorte que cette conscience aura été d’emblée conscience de contradictions, voire conscience tragique. Les insuffisances de la gauche italienne face à la modernisation pouvaient donc être critiquées à partir d’un marxisme qui s’était lui-même confronté aux aspects destructeurs de la société capitaliste occidentale-moderne, à ses formes inédites de pouvoir et d’hétéronomie. Mais de quel marxisme s’agissait-il ? Quels étaient ses origines et ses problématiques ? Pour répondre à ces questions, il faudra dresser un portrait moins allusif du marxisme d’où surgira la Théorie critique, ce qui nous permettra d’esquisser un bilan de la saison des revues et de cerner ensuite la spécificité de l’analyse du capitalisme avancé proposée par les Quaderni Rossi.

29Le marxisme que nous avons défini « critique » ou « philosophique », et qui est à l’origine de la Théorie critique, a été également nommé « marxisme occidental », suivant le titre d’un livre des années 1970 que l’historien anglais Perry Anderson avait consacré à cette mouvance intellectuelle. En première instance, le marxisme occidental se présente comme une relecture de Marx qui insiste sur les conséquences subjectives — culturelles et psychiques — du capitalisme moderne. En outre, cette relecture tend à ramener Marx aux racines hégéliennes de sa pensée, en insistant en particulier sur une formulation dialectique de la catégorie de sujet. Selon P. Anderson :

  • 42 P. Anderson, Les Origines de la postmodernité (1998), Paris, Les prairies ordinaires, 2010, p. 97-9 (...)

Dans les années qui suivirent la Première Guerre mondiale, lorsque la grande vague des troubles révolutionnaires était retombée en Europe centrale […] une tradition intellectuelle bien distincte se développa en Europe, qui reçut bien plus tard le nom de marxisme occidental. Né d’une défaite politique — l’écrasement des insurrections prolétariennes en Allemagne, Autriche, en Hongrie et en Italie, directement vécu par ses premiers grands penseurs (Georg Lukács, Karl Korsch et Antonio Gramsci) — ce marxisme était séparé du corpus classique du matérialisme historique par une césure nette. En l’absence d’une pratique révolutionnaire populaire, toute stratégie politique visant à renverser le Capital s’évanouit […]. Le marxisme occidental compensa cette perte en trouvant son centre de gravité dans la philosophie, où une série de penseurs exceptionnels de deuxième génération — Adorno, Horkheimer, Sartre, Lefebvre, Marcuse — construisirent un remarquable champ de théorie critique […]. Un centre d’intérêt fondamental constituait l’horizon commun à toute ligne de pensée. Le marxisme occidental était avant tout un ensemble de recherches théoriques sur la culture du capitalisme avancé. La primauté de la philosophie dans cette tradition conférait à ces travaux une tonalité particulière : ils restaient résolument, mais non exclusivement, attachés aux questions esthétiques […]. La culture s’identifiait d’abord et avant tout au système des arts42.

  • 43 M. Löwy, Pour une sociologie des intellectuels révolutionnaires, Paris, PUF, 1976.
  • 44 Ibid., p. 17
  • 45 Ibid., p. 20.

30Il s’agit d’une critique de la culture comme moment essentiel de la critique du capitalisme, à partir du constat que c’est au niveau de la culture que se joue la dialectique entre autonomie et hétéronomie du sujet. La problématique de l’émancipation du sujet vis-à-vis des formes d’assujettissement qui façonnent sa conscience immédiate est précisément le noyau théorique du marxisme occidental : d’où l’importance cruciale de la philosophie, et notamment de la philosophie classique allemande, dans cette tradition. L’idéalisme allemand est considéré ici comme une pensée centrée sur l’advenir à soi-même d’un sujet « absolu », c’est-à-dire autonome. Mais cette autonomie n’est jamais conquise qu’au prix d’une négation des conditions immédiates dans lesquelles le sujet se trouve être en écart par rapport à soi-même, différent de soi-même. L’autonomie du sujet n’est que le produit du dépassement des conditions de l’hétéronomie. La transposition de cette idée d’autonomie à la sphère de la politique communiste et à la critique des sociétés capitalistes a comme résultat l’identification entre les acteurs historiques de la révolution et le sujet « négatif » et « absolu » de l’idéalisme allemand : du coup, la révolution est vue comme le dépassement de l’hétéronomie imposée par le système social. Friedrich Engels avait déjà affirmé, au XIXe siècle, que la classe ouvrière organisée en mouvement socialiste était l’« héritière de la philosophie classique allemande ». Mais, pour Engels, cette déclaration visait d’abord la conscience politique et le degré de culture de la classe ouvrière, selon une logique pédagogique assez proche de la philosophie des Lumières. Pour les marxistes occidentaux, il s’agissait de prendre au pied de la lettre la formule d’Engels : le prolétariat, ou la classe ouvrière, est la réalisation historique de l’idée de sujet propre à l’idéalisme dans la mesure où la révolution est la négation de l’hétéronomie capitaliste. P. Anderson insiste sur le fait que le marxisme occidental se développe lors de la défaite, et de la régression, de la vague révolutionnaire entamée en Europe entre la Grande Guerre et la Révolution d’Octobre. Autrement dit, les marxistes occidentaux étudient très souvent des séquences où, faute d’impulsion révolutionnaire, la société capitaliste apparaît comme un horizon pratiquement indépassable, imposant aux sujets des formes d’existence et de pensée qui reproduisent et expriment leur propre assujettissement. Mais l’impossibilité de l’action révolutionnaire entraîne la possibilité d’analyser les formes de vie et de pensée que la société moderne développe en son propre sein. Du coup, le marxisme occidental se décline comme analyse des formes de la « fausse conscience » sociale, laquelle est l’ensemble des positions subjectives du sujet hétéronome, assujetti au système social jusque dans ses pensées et ses désirs. D’où la richesse des analyses que ce courant a consacrées à des modes d’existence propres à la modernité, à l’essor d’une puissante infrastructure technique, d’une industrie de la culture, d’une culture de masse, etc. Le marxisme occidental est caractérisé par l’étude approfondie des formes de ce qu’Adorno appelait la « vie fausse » des êtres qui habitent le « cosmos » indépassable de la société capitaliste-moderne. Or, la critique de cette société en termes de « vie fausse » relève d’un contexte historique et social très précis. Le marxisme occidental est finalement un phénomène typique du monde intellectuel germanique, allemand ou austro-hongrois. Michael Löwy, dans une excellente monographie consacrée à Lukács43, a essayé de fournir une lecture sociologique de la radicalisation politique, à droite comme à gauche, des intellectuels de la génération de Lukács. Il estime possible de reconduire cette radicalisation à une hostilité structurelle de l’intelligentsia bourgeoise traditionnelle vis-à-vis du capitalisme : « Les intellectuels sont une catégorie sociale définie par son rôle idéologique : ils sont les producteurs directs de la sphère idéologique, les créateurs de produits idéologico-culturels »44. Pour M. Löwy la question qui se pose est : « Pourquoi une partie significative des intellectuels devient-elle radicalement opposée au capitalisme et finit-elle par adhérer au mouvement ouvrier et à la Weltanschauung marxiste ? »45. D’abord, ce phénomène trouve ses racines dans la nature « petite-bourgeoise » de l’activité intellectuelle :

  • 46 Ibid., p. 21.

Pour l’artisan, le paysan parcellaire, le professionnel libéral et l’intellectuel traditionnel il n’y a pas de séparation entre le producteur et le produit de son travail, l’individu et le processus de production, la personnalité du travailleur et son œuvre. Le développement du capitalisme, qui introduit la rupture, la dissociation, le déchirement de cette unité est ressenti par le petit-bourgeois comme un processus hostile à son mode de vie, à sa manière d’être46.

31La « manière de vivre » petite-bourgeoise, y compris dans sa forme intellectuelle, n’a pu se déployer qu’à une époque où l’hégémonie culturelle de la bourgeoisie ne coïncidait pas entièrement avec les rapports proprement capitalistes et avec leur élargissement à la totalité des activités sociales. Selon M. Löwy,

  • 47 Ibid., p. 22-23.

Les intellectuels, les écrivains, poètes, artistes, théologues, savants, etc., vivent dans un univers régi par des valeurs qualitatives : le vivant et le mort, le beau et le laid, la vérité et l’erreur, le bien et le mal, le juste et l’injuste, etc. Beaucoup d’intellectuels se trouvent donc pour ainsi dire spontanément, organiquement en contradiction avec l’univers capitaliste, régi, lui, rigoureusement par des valeurs quantitatives, des valeurs d’échange […]. C’est l’opposition entre deux mondes foncièrement hétérogènes : entre l’intellectuel et le capitalisme il y a donc, fréquemment, antipathie au sens ancien — alchimique — du mot : « défaut d’affinité entre deux substances ». Les deux substances étant : valeurs quantitatives et valeurs qualitatives, culture éthique ou esthétique ou argent. Et il ne s’agit pas d’un rapport statique : l’univers quantitatif est constamment en expansion, menaçant d’absorber et de dénaturer les valeurs qualitatives […]. L’intellectuel tend à résister à cette menace qui veut constamment transformer tout bien matériel ou culturel, tout sentiment, tout principe moral, toute émotion esthétique, en une marchandise […]. L’anticapitalisme romantique de l’intelligentsia centre-européenne à la fin du XIXe — début du XXe siècle, leur idéologie de l’opposition entre Culture et Civilisation sont précisément l’expression de cette résistance47.

32Le monde allemand fut particulièrement exposé à l’essor de cette hostilité au capitalisme :

  • 48 Ibid., p. 34.

Entre 1870 et 1914, l’Allemagne s’est transformée en une nation hautement industrialisée (grâce, entre autres, aux conditions favorables créées par l’unification nationale : unité du marché, abolition du cloisonnement économique, etc.). Cette industrialisation est rapide, intensive, brutale même […]. Vers le tournant du siècle l’Allemagne, de pays « pauvre » et semi-féodal est devenue la seconde puissance industrielle du monde, après les États-Unis [… ]48.

  • 49 Ibid.

33Cette irruption du capitalisme érode et détruit les modes de vie et les repères des couches précapitalistes, « le fief même de l’élite académique, l’Université allemande, est progressivement soumis aux impératifs du mode de production capitaliste »49. L’Université était un appareil décisif de la « monarchie bureaucratique » allemande, correspondant à une situation où, à cause tant de l’affaiblissement de l’aristocratie que de la faiblesse de la bourgeoisie et du capitalisme, une position sociale cruciale était assignée à une bourgeoisie de fonctionnaires, à un mandarinat hautement qualifié du point de vue professionnel et intellectuel occupant une position stratégique dans la structure politico-administrative de l’État. M. Löwy cite un passage du philosophe F. Paulsen qui révèle très clairement que l’élite académique allemande se pensait comme une communauté spirituelle utopique, à sa façon égalitaire et universaliste, et violemment anticapitaliste :

  • 50 Ibid., p. 31-32.

Les gens avec une éducation supérieure constituent une espèce d’aristocratie intellectuelle et spirituelle en Allemagne […]. Ils forment quelque chose comme une noblesse de fonctionnaires, puisqu’ils participent tous au gouvernement et à l’administration de l’État […]. Ensemble, ils composent un segment homogène de la société ; ils se reconnaissent mutuellement comme socialement égaux sur la base de leur culture universitaire […]. Par contre […] le marchand, le banquier, le riche manufacturier, ou même le grand propriétaire foncier […] seront parfois lésés par leur manque de formation universitaire50.

34Évidemment, ces données socio-historiques ne suffisent pas à « expliquer » les choix en faveur de la révolution communiste, ni la singularité des œuvres du marxisme occidental ; elles ne doivent servir qu’à rendre plus clair le contexte culturel d’où ressortent les problématiques propres à ce courant théorique. Or c’est dans un contexte partiellement analogue que les protagonistes des « revues du dégel » s’approprieront la pensée marxiste-occidentale. Les jeunes intellectuels qui animent ces revues sont souvent des purs produits de la culture traditionnelle italienne — une culture élitiste, centrée sur la valeur des belles lettres et de l’éducation humaniste, dont les options politiques les plus fréquentes sont le spiritualisme conservateur ou le jacobinisme rhétorique, et qui avait construit, déjà au XIXe siècle, des puissants exorcismes face, d’une part, à l’irruption de la modernité capitaliste, d’autre part à l’autonomie politique des classes laborieuses. Benedetto Croce avait incarné de manière exemplaire tant l’attitude dédaigneuse des hommes de lettres à l’égard de la civilisation technique et industrielle que le mépris et la méfiance des classes dominantes italiennes vis-à-vis des mouvements socialistes et démocrates. Pour la génération qui atteint la maturité entre les années 1930 et 1940, les valeurs de la Beauté et de l’Esprit sont ébranlées par l’évidence de leur impuissance, voire de leur complicité, face aux pouvoirs qui ont soutenu la dictature et déclenché la guerre. La fuite esthétique devant la tragédie historique fait l’objet d’un refus dont témoigne un texte autobiographique de Franco Fortini, qui avait fréquenté la « jeunesse dorée » des hommes de lettres et des artistes de Florence, nourris, conformément aux canons culturels de l’époque, du culte élitiste de l’« esprit » et de la contemplation esthétique des mouvements intimes de l’âme :

  • 51 F. Fortini, « Biographie d’un jeune bourgeois intellectuel », Les Temps Modernes, no 23-24, août-se (...)

Dès ma plus tendre enfance, on m’apprit à admirer sans distinctions tout ce qui était « esprit », « art », « génie » […]. La valeur esthétique sera l’instrument de ma fuite devant le réel […]. Si presque tous mes amis parlent dédaigneusement du fascisme et se moquent des hiérarques et des phrases de Mussolini, c’est parce qu’ils sentent leur supériorité et qu’ils ont un orgueil intellectuel. Mais on ne va pas plus loin. La plus grande partie de mes camarades d’alors ont, comme idéal suprême, l’« intelligence », c’est-à-dire une certaine acuité psychologique, une certaine habitude de l’introspection, qui se traduit par des poésies ou par des contes. Ceux qui n’ont pas l’ambition de cette « intelligence » ne méritent pas la considération, sont inexistants51.

35L’entrée en guerre de l’Italie marque le passage du malaise du « jeune bourgeois intellectuel » à l’ébauche d’une conscience politique et sociale :

  • 52 Ibid., p. 424.

Pour toute ma génération, l’expérience militaire fut fondamentale : elle nous apprit avant tout la misère de notre peuple, le bluff de la puissance fasciste et l’horreur de la guerre. Elle mit notre bourgeoisie en contact avec la population paysanne et ouvrière […]. Pour moi, la vie de caserne, de juillet 41 à avril 42, fit tomber le bandeau que j’avais devant les yeux, elle me révéla l’épouvantable inconsistance de ma propre classe sociale52.

36L’inconsistance de la classe bourgeoise et de sa culture sont révélées par la confrontation au réel des classes laborieuses, auxquelles la culture traditionnelle avait dénié tout accès à la parole et à l’autonomie. Cette confrontation marque une différence majeure entre le contexte d’où avait surgi le marxisme occidental centre-européen et celui de la strate intellectuelle que Fortini représente. Dans un cas comme dans l’autre, on a affaire à une crise — qui frappe principalement les jeunes générations — dans la transmission des valeurs d’une aristocratie de l’esprit. Cette crise se cristallise autour des phénomènes historiques que la culture traditionnelle avait refoulés. Mais c’est sur ce point précis qu’une bifurcation se produit. Dans le monde germanique, l’aristocratie de l’esprit est une strate dirigeante territorialisée dans de puissantes structures institutionnelles, et ce qui la menace est la nouvelle hiérarchie sociale dont la modernité capitaliste est porteuse. Pour cette élite, le passage au statut d’intelligentsia oppositionnelle ou au militantisme politique signifie souvent choisir, contre les nouvelles élites capitalistes, les aristocraties « maudites » de la culture d’opposition et du parti des révolutionnaires professionnalisés. Pour les jeunes intellectuels italiens la situation est bien différente. L’aristocratie de l’esprit y revêt parfois une fonction civique, mais avec un statut institutionnel très faible : l’Esprit vit dans les interstices, ou à l’ombre, des classes dominantes traditionnelles. La bourgeoisie intellectuelle est beaucoup plus fragile socialement en Italie, et, pour la petite bourgeoisie intellectuelle, le risque de la prolétarisation est toujours présent. C’est pourquoi le déchirement du voile qui cachait la réalité des classes laborieuses signifia aussi la prise de conscience de ses propres faiblesse et impuissance. La fin des illusions sublimes et élitistes permit de reconnaître une appartenance effective aux « destinées générales » — selon une formule de Fourier que Fortini aimait à citer —, à la vie historique commune de tous les hommes. Cela est d’autant plus vrai que le « peuple » rencontré dans la catastrophe de la guerre n’avait rien d’une élite politico-militaire conquérante et idéologiquement encadrée, selon le discours mythique des partis du Komintern. C’étaient des classes que la guerre avait réveillées à la réalité historique, ou dont les expressions politiques avaient péniblement survécu au long silence de la dictature. En Italie, la rencontre avec ces classes précède, et conditionne, la confrontation avec les contradictions du capitalisme moderne. Cette confrontation a lieu sous la condition, directement politique, d’une confrontation préalable avec une réalité historique et sociale méconnue. Une réalité méconnue, et dont la méconnaissance apparaissait aux « jeunes bourgeois intellectuels » comme une méconnaissance qui frappait une partie de leur propre vie, de leur enracinement dans la vie et dans l’action d’une collectivité. D’où l’urgence brûlante de voir, de savoir, de comprendre, ce que ces classes étaient en train d’exprimer et de créer par leur parole retrouvée. Encore une fois, c’est Fortini qui a formulé de manière exemplaire la signification de cette prise de conscience dans son récit de l’aventure du Politecnico :

  • 53 F. Fortini, Dieci Inverni (1957), Bari, De Donato, 1973, p. 65-66. Sur Fortini et Il Politecnico, v (...)

L’hiver 1945-46 fut l’un des plus sombres de ces années-là. Milan semblait souffrir de toute la tension et de tout l’épuisement du temps de guerre […]. Ceux qui étaient venus de Rome […] peinaient à comprendre comment la vie était possible dans cette ville de débris et de boue, où, le soir, les rues devenaient désertes […]. L’attention des foules était partagée entre les assassinats suivis d’imposantes obsèques, et les manifestations des chômeurs. Parfois, Il Politecnico était affiché sur les murs de la ville ; et nous ressentions un frisson de fierté en voyant les noms et les pensées de la poésie et de l’art, de cet amour [scil. pour la poésie] depuis toujours censé être voué à l’ombre et au retrait, trembler dans l’air froid et la grisaille, pour être lu par les gens qui passaient, par les rescapés aux yeux vides, par les vagabonds. De temps en temps, nous nous rendions dans les cercles d’ouvriers, dans les usines, pour parler de Il Politecnico. Je me souviens d’une soirée […], une sorte de hangar presque sans lumière, une foule d’ouvriers, de femmes qui tenaient les enfants sur les genoux ; ils nous écoutaient parler du Politecnico comme s’il s’agissait de quelque chose qui leur appartenait, de leur propre travail ou de leurs propres conditions de vie, et ils posaient des questions, ils voulaient savoir […]. Au bureau du comité de rédaction, se présentaient souvent les personnages typiques de ces années-là : ouvriers affamés, journalistes, aventuriers, anciens résistants, filles qui avaient quitté la maison, demi-fous. Nous recevions des montagnes de manuscrits, la plupart journaux de guerre, de captivité, récits de vie ouvrière […]. On avait le sentiment que, partout où la revue était lue […] des nombreux esprits qui avaient été touchés par l’épreuve récente répondaient à nos paroles confuses et incertaines. Il s’agissait pour nous de la confirmation d’une découverte datant des années de guerre : la découverte des incroyables potentialités de nos provinces, des énergies latentes au sein des classes muettes […]. Le chaos indifférencié des cultures italiennes, voilà ce que nous voyions grâce à ces lettres-là ; et, pour la première fois, il nous vint à l’esprit que la tâche la plus digne à laquelle nous aurions pu nous consacrer consistait à connaître réellement ce que ces cultures avaient à dire et à les confronter au « grand monde » […] ; car « partout est le terrain de la lutte… et la révolution est partout une et la même », comme à l’époque avait écrit Pavese53.

37Ce passage évoque l’accès des classes laborieuses à la vie historique — leur prise de parole, leur irruption traumatique et libératrice dans la sphère d’une culture qui s’était voulue trop séparée. Mais on trouve aussi dans ces lignes l’idée que la lutte des classes laborieuses peut incarner certaines valeurs, certains principes, qu’a incarnés autrefois la poésie — la poésie comme métonymie de la culture traditionnelle — et qui restent irréductibles à la civilisation capitaliste moderne. L’usage critique de la culture pré-moderne est un aspect crucial de la problématique marxiste-occidentale, comme on vient de le voir. En Italie, cet usage est plus directement politique. Si le marxisme occidental centre-européen avait réinscrit les valeurs « qualitatives » de la culture dans une critique philosophique de la fausse conscience capitaliste, une partie de la jeune bourgeoisie intellectuelle italienne réinscrit ces mêmes valeurs dans la découverte de la parole et de l’action des classes exploitées.

38Le bilan de la saison des revues est donc complexe. D’une part, ces revues contribuèrent à créer une langue théorique, politique et littéraire apte à exprimer une modernité industrielle qui échappait aux formes culturelles traditionnelles : cette tâche urgente d’aggiornamento culturel s’exposait par là-même au risque d’une fascination excessive à l’égard des mythes de l’intégration, du paternalisme social-démocrate et de la pacification technocratique. D’autre part, cette même modernité était appréhendée à partir des pratiques d’émancipation des classes laborieuses : la saisie rigoureuse et lucide du capitalisme moderne signifiait alors accepter ce nouveau contexte social afin d’en cerner les contradictions et de les transformer en champ d’un nouveau cycle de la lutte des classes exploitées. L’appropriation des Théories critiques élaborées par le marxisme occidental aura lieu dans ce cadre singulier. Les Quaderni Rossi en représenteront à la fois le sommet et la conclusion.

Notes

23 La généalogie de cet axiome est assez complexe, et relève finalement de la mentalité des dirigeants du PCI, qui est fondée sur la culture de l’élite libérale italienne et sur la philosophie qui l’exprima de manière systématique : le néo-idéalisme de Benedetto Croce (1866-1952). La philosophie de Croce est une « philosophie de l’esprit » articulée en sphères autonomes de la pensée et de l’action (les « Distincts », i Distinti). La distinction principale est celle entre esprit théorétique et esprit pratique, et, à l’intérieur de celui-ci, entre la « volition universelle » de l’éthique et la volition particulière de l’économique (voir à ce propos, A. Tosel, Marx en italiques, Mauvezin, T.E.R., 1991). Ce système de distinctions vise à assigner au moment socio-économique une place subordonnée et infra-politique. Cette philosophie de l’ordre social visait bien entendu à soutenir l’hégémonie des classes propriétaires en délégitimant le marxisme comme construction intellectuelle et le socialisme comme mouvement politique. Paradoxalement, elle finira par inspirer l’idée du primat de la politique chez les dirigeants communistes italiens.

24 A. Accornero, Gli anni ‘50 in fabbrica, Bari, De Donato, 1973.

25 Ibid., p. 77.

26 Ibid., p. 78.

27 Ibid., p. 79.

28 Ibid.

29 Ibid., p. 81.

30 Ibid., p. 74.

31 Alain Goussot, « La démarche anthropologique d’Ernesto de Martino », http://geza.roheim.pagesperso-orange.fr/html/goussot.htm#t24. L’œuvre de De Martino mériterait un développement monographique impossible à fournir ici. Je me limiterai à signaler ses ouvrages principaux disponibles en français : Il mondo magico. Prolegomeni a una storia del magismo, Turin, Einaudi, 1948 (Le Monde magique, Paris, Les empêcheurs de penser en rond, 1999) ; Sud e Magia, Milan, Feltrinelli, 1959 (Italie du Sud et Magie, Paris, Les empêcheurs de penser en rond, 1999), La terra del rimorso, Milan, Il Saggiatore, 1961 (La Terre du remords, Paris, Gallimard, 1966).

32 Renato Solmi traduisit en 1954 Minima Moralia et en 1962 une célèbre anthologie de textes de Benjamin, Angelus Novus. Cesare Cases, devint, avec Solmi, le principal disciple italien de Lukács : son pamphlet Marxismo e neopositivismo (1959) développait, du point de vue du Lukács de la maturité, des thèmes propres à Histoire et conscience de classe — la critique de la rationalité techno-scientifique, la fonction décisive de la sphère culturelle et le recours à la dialectique comme organe de saisie de la totalité sociale.

33 Stefano Merli, « Introduzione » à R. Panzieri, Lettere (1940-1964), Venise, Marsilio, 1987, p. XIII.

34 A. Pizzorno, « Abbandonare la sociologia-letteratura per la sociologia-scienza », dans Opinione, no 1, mai 1956, cité par S. Merli, L’altra storia. Bosio, Montaldi e le origini della nuova sinistra, Milan, Feltrinelli, 1977, p. 48.

35 Turin, Einaudi, 1961.

36 Milan, Feltrinelli, 1960. Montaldi fut aussi l’auteur de deux livres visant à esquisser une contre-histoire de la gauche communiste italienne : Korsch e i comunisti italiani. Contro un facile spirito di assimilazione, Rome, Samonà e Savelli, 1975 et Saggio sulla politica comunista in Italia (1919-1970), Plaisance, Ed. Quaderni Piacentini, 1976.

37 D. Montaldi, « Avant-propos », cité par S. Merli, L’altra storia, op. cit., p. 49.

38 D. Montaldi, « Commentaire » à Un’inchiesta nel cremonese, dans Militanti politici di base, Turin, Einaudi, 1971, p. 386, cité par Ibid.

39 S. Merli, L’altra storia, op. cit. p. 17.

40 D. Montaldi, « Introduzione » à P. Romano, cité par S. Merli, op. cit., p. 52

41 Le lien entre Il Politecnico et Les Temps modernes fut assuré en particulier par Franco Fortini, qui inspirera en 1947 le numéro de la revue de Sartre consacré au renouvellement politique et culturel de l’Italie. Sur l’action politique et intellectuelle de Fortini et son rapport à celle de Sartre, voir A. Cavazzini, « Notes sur quelques usages italiens de Sartre. Franco Fortini et la Nouvelle Gauche italienne », dans L’Année sartrienne, no 26, 2012.

42 P. Anderson, Les Origines de la postmodernité (1998), Paris, Les prairies ordinaires, 2010, p. 97-98 ; voir également, du même auteur, Sur le marxisme occidental, Paris, Maspero, 1977. Cette caractérisation du marxisme occidental pose plusieurs problèmes — d’abord, des trois premiers penseurs cités, elle n’est cohérente qu’avec le seul Lukács : Gramsci et Korsch n’ont pas construit leur problématique à partir de la critique de la culture capitaliste, mais directement sur la base de problèmes politiques, stratégiques et tactiques, de la politique communiste. En outre, Histoire et conscience de classe, l’ouvrage fondateur du marxisme occidental, fut écrit lorsque Lukács croyait encore possible une révolution mondiale, et le livre en question visait à prendre position à propos de cet enjeu stratégique. Donc, le portrait du marxisme occidental que P. Anderson dresse n’est entièrement valable que par rapport à l’appropriation des problématiques de Lukács par l’École de Francfort (Adorno, Marcuse et Horkheimer) et par Walter Benjamin, qui, ensuite, les légueront à la gauche critique d’après-guerre en Italie (Nouvelle Gauche), en Allemagne (mouvement étudiant des années 1960) et en France (Guy Debord et les situationnistes).

43 M. Löwy, Pour une sociologie des intellectuels révolutionnaires, Paris, PUF, 1976.

44 Ibid., p. 17

45 Ibid., p. 20.

46 Ibid., p. 21.

47 Ibid., p. 22-23.

48 Ibid., p. 34.

49 Ibid.

50 Ibid., p. 31-32.

51 F. Fortini, « Biographie d’un jeune bourgeois intellectuel », Les Temps Modernes, no 23-24, août-septembre 1947, p. 418 (paru d’abord dans Il Politecnico).

52 Ibid., p. 424.

53 F. Fortini, Dieci Inverni (1957), Bari, De Donato, 1973, p. 65-66. Sur Fortini et Il Politecnico, voir A. Cavazzini, « Le bon usage des ruines. Franco Fortini et la question des intellectuels dans la Séquence rouge italienne », dans Cahiers du GRM, 2, La « séquence rouge » italienne, op. cit.

© Presses universitaires de Liège, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search