Version classiqueVersion mobile

Enquête ouvrière et théorie critique

 | 
Andrea Cavazzini

Introduction

Texte intégral

  • 12 Sur cette période de l’histoire italienne et les événements politiques qui l’ont marquée, je renvoi (...)

1Cette étude porte sur le rôle que les enquêtes militantes menées parmi les classes laborieuses ont joué dans le renouvellement théorique et politique de la gauche marxiste italienne au cours des années 1960. Sa visée est de fournir une introduction historique et thématique à la relation entre la pratique militante de l’enquête ouvrière et la Théorie critique de la société. Cette relation constitue une concrétisation en conjoncture du dire-vrai que soutint, au XXe siècle, le devenir-sujet de la Classe ouvrière12.

  • 13 Par « Nouvelle Gauche » (Nuova Sinistra), on entend l’archipel de revues, groupes, figures, théorie (...)

2Notre définition de l’enquête reflète la manière dont elle a été thématisée dans l’histoire des pratiques théoriques et politiques propres à la mouvance politique italienne dite « Nouvelle Gauche » (Nuova Sinistra)13. Dans ce contexte, l’enquête se présente comme une pratique de construction du savoir qui est interne à une situation donnée, sur laquelle cette pratique vise en même temps à intervenir. L’enquête est, dans cette acception, à la fois un instrument de connaissance et une intervention politique. Ce double statut fait de l’enquête un lieu critique où se pose le problème du positionnement réciproque de l’enquêteur et de l’enquêté — ce qui renvoie au partage conflictuel des savoirs qui s’articulent au sein des rapports sociaux, et au rapport entre démarches scientifiques, savoirs « situés » et projets politiques. Cette acception du concept d’« enquête » est irréductible à toute procédure méthodiquement systématisée, partant à la sociologie en tant que champ disciplinaire : elle indique bien plutôt un dispositif de transformation-production d’énoncés qui produit des effets théoriques et politiques en investissant la fonction du sujet de l’énonciation. Il ne s’agit pas, dans les « enquêtes » dont il sera question ici, de nier la valeur ou l’efficacité d’une intervention, théorique ou politique, externe à une situation donnée — dans le cas spécifique qui nous occupe ici : la grande usine — ; mais la logique de l’enquête implique que toute intervention savante ou militante, voire toute forme de recherche théorique et d’agitation politique ou syndicale, s’articule à l’existence et à la consistance de savoirs déjà existants, de rationalités et positionnements qui circulent et opèrent à même l’être immédiat de ceux qui sont toujours-déjà pris dans la situation en question. Les concepts et les actions que l’enquête produit et transforme impliquent la prise en charge des énoncés qui se dégagent d’une condition « située », laquelle est toujours-déjà subie et pensée à la fois : l’enquête est une pratique du savoir qui exprime un nouage inextricable entre autonomie et hétéronomie, activité et passivité, lutte et oppression. Cela a pour conséquence l’impossibilité d’effacer complètement l’asymétrie entre les acteurs directement impliqués dans une situation et ceux qui visent une intervention depuis une position extérieure. L’un des enjeux des démarches que nous étudierons ici porte sur la manière dont cette différence structurelle peut donner lieu à un dépassement simultané des deux formes d’impuissance que sont, d’une part, l’extériorité du « chercheur » (ou de l’agitateur) et, de l’autre, la soumission du travailleur aux conditions de son travail.

  • 14 Pour un profil historique et thématique de l’École de Francfort, voir Paul-Laurent Assoun, L’École (...)
  • 15 Georg Lukács, Histoire et conscience de classe (1923), traduit par Kostas Axelos et Jules Bois, Par (...)
  • 16 Voir Jean-François Kervégan, « Introduction » à G.W.F. Hegel, Principes de la philosophie du droit, (...)

3Par « Théorie critique », on entend une approche théorique de la société qui étudie celle-ci du point de vue de la possibilité de sa transformation, et qui lie la connaissance des rapports sociaux à une tension vers des pratiques d’émancipation. On peut délimiter davantage le champ de la « Théorie critique » en ajoutant que ses différents avatars s’inspirent du triple héritage de Marx, Hegel et Max Weber. L’École de Francfort représente le paradigme de cette théorie — l’expression « Théorie critique » fut inventée par Max Horkheimer dans les années 1930 — , mais elle n’en épuise pas les variantes. En particulier, lorsqu’il est question de pratiques théoriques « critiques » étroitement articulées à des pratiques politiques militantes, les élaborations francfortoises sont loin de pouvoir représenter la variante la plus riche et féconde14. Le style de pensée qui est propre à la « Théorie critique » a connu une première réalisation historique dans Histoire et conscience de classe, le livre de Georg Lukács qui est à l’origine de la philosophie marxiste au XXe siècle, et qui constituait une intervention politique dans les débats internes au mouvement communiste international15. En ce qui concerne notre étude, on pourra indiquer comme une thèse décisive de cette constellation théorique l’idée que la société est essentiellement un système dont la consistance est produite et reproduite par des opérations de médiation qui coordonnent et règlent les différentes activités. Cette vision de la société — qui s’inspire de l’« institutionnalisme fort »16 de Hegel tout en en renversant les présupposés politiques — débouche sur l’idée que la transformation sociale impliquerait de repérer l’élément irréductible, le reste hétérogène qui, en introduisant de l’intraitable dans la totalité des médiations, permet la déstabilisation du système et la préfiguration d’une totalisation différente des rapports sociaux. Cette conséquence est certes implicite dans la démarche spéculative d’un Adorno, elle n’est formulée explicitement que par les « théories critiques » directement liées à des perspectives politiques — la théorie élaborée par Histoire et conscience de classe, en première instance, mais aussi les théories de la Nuova Sinistra sur lesquelles le livre de Lukács exercera une influence décisive.

4Il s’agira donc d’étudier la manière dont l’enquête et la théorie critique peuvent interagir ; ce qui revient à montrer l’articulation entre une intentionnalité théorétique émancipatrice, visant la société comme une totalité, et un discours qui, au lieu de surplomber les rapports sociaux, ou d’en décrire tout simplement la surface, chercherait à produire des effets depuis des sites internes à la totalité mais susceptibles néanmoins d’en déclencher la transformation. Ce questionnement en présuppose un autre, qui concerne la possibilité de repérer, dans la structure de la société, des endroits, ou des nœuds, où un processus critique se manifeste et se développe, tout en s’exprimant dans une production discursive spécifique. Autrement dit, il s’agit de penser les rapports sociaux comme une totalité se divisant en deux, donc comme des rapports clivés par la manifestation d’un processus que leurs propres moyens d’auto-compréhension et d’auto-description sont structurellement incapables de réduire à l’identité-à-soi de la totalité. Ce clivage manifeste l’efficacité d’un hétérogène qui échappe aux normes par lesquelles la totalité exerce et interprète les médiations nécessaires à son auto-reproduction. Il constitue aussi le présupposé virtuel d’une transformation de ces normes. L’enquête devient donc une composante essentielle de la Théorie critique dans la mesure où son savoir situé, conjoncturel, et parfois « sauvage », exprime l’impuissance de la totalité à rendre compte d’un conflit, d’une rupture ou d’un écart — impuissance qui révèle précisément sa division intime.

  • 17 La séance du 3 décembre 2011 du Séminaire du Groupe de Recherches Matérialistes a été consacrée à R (...)
  • 18 Les Quaderni Rossi furent un laboratoire politique exceptionnel. De jeunes militants des noyaux lié (...)

5Ce champ problématique est abordé par le biais d’un objet spécifique : l’enquête ouvrière pratiquée par des groupes à la fois théoriques et militants appartenant à la gauche marxiste dans l’Italie des années 1960. Cette configuration de l’enquête comme opérateur théorico-pratique de la théorie critique de la société capitaliste a eu comme site historique décisif les travaux des Quaderni Rossi. Cette revue-collectif — fondée vers la fin des années 1950 par Raniero Panzieri (1921-1964)17 — fut une source théorique majeure des mouvements de contestation à la fin des années 1960 et de la gauche extra-parlementaire italienne, et l’une des matrices de courants politiques italiens qui sont désormais connus et étudiés hors d’Italie, tels l’opéraïsme et l’Autonomie18. Les Quaderni Rossi élaborèrent une interprétation des luttes ouvrières dans le capitalisme contemporain — capitalisme avancé ou « néo-capitalisme » selon le vocabulaire de l’époque — où s’articulaient indissociablement la saisie de la société comme totalité médiatisée et la fonction de l’enquête comme opérateur de l’opposition à cette totalité. Par là, le travail théorique de la revue, et son prolongement dans l’opéraïsme, fourniront une formulation systématique épochale du lien que le marxisme établit entre l’analyse structurale du capital et la prise en compte de la lutte des classes. La spécificité de ce lien consiste premièrement à soustraire la notion de « classe » à la simple description empirique, historique et sociologique, pour en faire au contraire une détermination de la structure du capital. Mais, en deuxième instance, la pensée de la lutte des classes rattache les lois de structure du capital à l’émergence d’un sujet de l’action politique : d’un côté le conflit de classe est réincorporé dans la structure, de l’autre c’est lui qui opère le passage de celle-ci à la subjectivation politique. Du point de vue de cette analyse, la « société » ne peut être qu’une entité clivée, porteuse d’une conflictualité inépuisable. Le concept de prolétariat résume et concentre cette conflictualité, qui frappe d’une dualité irréductible les rapports sociaux : du coup, tout savoir, tout discours, toute rationalité impliqués dans la trame des rapports sociaux sont affectés par cette division inconciliable. La société est certes considérée en tant que totalité, mais cette totalité est toujours-déjà habitée par une division qui ne reconnaît aucune instance neutre et pacifiée.

6La lutte des classes est le nom de ce processus conflictuel qu’est la constitution des rapports sociaux clivés propres au capitalisme. La validité des catégories économiques par lesquelles la société capitaliste se pense est déterminée par un rapport de forces préalable, qui reste en dehors de la rationalité économique tout en constituant son impensé : et ce rapport-là n’est que l’expropriation violente des producteurs, sans cesse renouvelée dans le cadre de la reproduction du capital. La sogenannte ursprüngliche Akkumulation, la « prétendue accumulation initiale », est précisément cette « origine » récursive qui instaure l’efficacité des formes sociales capitalistes en reproduisant l’expropriation, en supprimant l’autonomie des acteurs sociaux. Pour Marx, l’activité économique, loin de correspondre à une naturalité immanente au vivant humain, doit être saisie

  • 19 Jean-Marie Vincent, « Heidegger avec Marx », dans Critique du travail, Paris, PUF, 1987, p. 64-65.

comme le point d’aboutissement de toute une série d’opérations sociales, sans cesse renouvelées, qui produisent des travailleurs libres, égalisant leurs travaux pour en faire les moyens de valorisation du capital à travers la production et la réalisation des marchandises19.

7Ces « opérations sociales » sont des opérations de pouvoir, donc des opérations lato sensu politiques, dont l’effet est de créer de l’indifférence entre les activités, moyennant l’introduction d’une inégalité originaire, celle de l’expropriation reproduite à une échelle constamment élargie par le mode de production capitaliste. Donc, le marxisme n’est pas une pensée « économique » : il est bien plutôt une pensée des conditions extra-économiques des dispositifs économiques — ce qui revient d’ailleurs à qualifier ceux-ci comme autant de dispositifs de pouvoir. L’expropriation est un élément extérieur à l’économique qui crée de l’économique, qui fonctionne comme présupposé refoulé et évanouissant de la sphère économique. Comme le rappelle André Tosel (développant des positions du philosophe hongrois György Markus),

  • 20 A. Tosel, « Matérialisme de la production, matérialisme de la pratique : un ou deux paradigmes ? », (...)

en produisant les moyens de subsistance et leurs besoins au sein de l’accumulation des richesses marchandes, les travailleurs vivants doivent simultanément se développer comme travailleur collectif et se soumettre à la concentration des fonctions de conception et de programmation dans le système du travail abstrait accumulé que dirige le capital comme travail mort […]. Au niveau du seul procès de travail immédiat la société capitaliste apparaît — et c’est une apparence qu’il faut critiquer — comme totalité intégratrice à laquelle chacun participe comme force de travail technique socialement indifférenciée. Mais au niveau du procès social de production cette apparence s’évanouit et la société se réalise comme système différencié de classes antagoniques qui attribue aux individus des positions différentes et divisées20.

8Présence d’un antagonisme, donc du politique, au cœur de l’économique, présence qui fait obstacle à toute naturalisation de la logique économique : l’objet de la théorie marxienne est l’asymétrie originaire par laquelle le symétrique des interactions économiques est produit et fixé comme une donnée naturelle.

9Si l’enquête ouvrière et l’analyse du capital pratiquées par les Quaderni Rossi représentent un développement, et une radicalisation, de ces aspects de la pensée marxienne et marxiste, elles ne relèvent pas pour autant d’un simple souci de systématisation théorique. Au contraire, elles sont indissociables d’un contexte historique très précis, défini par une constellation singulière d’éléments politiques, idéologiques et sociaux. Les Quaderni Rossi et l’opéraïsme ont proposé une analyse du capitalisme européen et nord-américain des années 1960, qu’ils voyaient comme un « système » total, faisant coïncider virtuellement toute sphère sociale avec sa propre logique d’accumulation et de reproduction élargie, et intégrant tendanciellement toute opposition par un réseau articulé de médiations institutionnelles, à la fois politiques et économiques, et de normalisations technologiques. L’enjeu était de produire une analyse et une perspective politique qui auraient été à la hauteur du capitalisme des « Trente glorieuses » — un capitalisme planifié, fondé sur les grandes concentrations industrielles, le développement des bureaucraties privées et publiques, la consommation de masse et l’institutionnalisation des organisations de la force-travail conçue comme élément d’équilibre du système économique et étatique. L’enquête menée avec les ouvriers dans les lieux de la production visait à cerner une autre logique politique de la praxis sociale : celle de l’indocilité et de l’auto-gouvernement ouvriers, s’opposant aux normes du système, et accessible uniquement à travers une implication « militante » directe qui précédait — et fondait — le passage aux systématisations théoriques. Les concepts marxiens et marxistes étaient directement mis à l’épreuve d’une expérience militante politique et syndicale et de l’élaboration d’un savoir qui se faisait à travers le partage des gestes et des paroles entre les chercheurs-militants et les travailleurs. Après la sclérose dogmatique de la Guerre Froide, accompagnée d’une restauration sociale particulièrement oppressive, cette expérience de militantisme fut, dans le contexte italien, une véritable révolution, perçue à juste titre comme un moment extraordinaire de libération et de régénération intellectuelles et politiques. Les classes laborieuses cessaient d’être de simples ornements rhétoriques dans les discours de légitimation de la « ligne » des États et des Partis qui se réclamaient du marxisme. Elles recommençaient à devenir visibles dans leur réalité d’oppression et de lutte — la réalité de la classe ouvrière de la grande industrie, des paysans pauvres du Midi et de la montagne, du peuple appauvri et marginal des villages et des faubourgs, se confrontant chaque jour de leur vie à une existence précaire, au pouvoir et à l’arrogance des dominants, et à des formes de plus en plus écrasantes, bien que « rationalisées », de travail et d’exploitation. Il est difficile d’expliquer en peu de lignes les effets sur la société, et la singularité dans l’histoire italienne, de cette redécouverte d’un réel des classes laborieuses qui avait été refoulé par les regards « officiels » — d’abord celui du régime fasciste, ensuite celui du conformisme de l’Italie conservatrice et bien-pensante des années 1950, et finalement celui du triomphalisme technocratique du « miracle économique ». Ces effets débouchèrent sur deux décennies d’effervescence sociale et de créativité politique inégalées.

  • 21 Une expérience décisive fut celle des « revues du dégel » : Discussioni, Ragionamenti, Opinione. Ce (...)
  • 22 Ce travail est issu de deux sources principales : d’abord, le travail collectif mené depuis plusieu (...)

10Les positions de ces courants politiques présentent une généalogie intellectuelle fort complexe. Comme on vient de le rappeler, la théorie critique du capitalisme comme système total développée par les Quaderni Rossi et d’autres groupes de la « Nouvelle Gauche » s’inspirait directement de positions qui remontaient souvent aux années 1920 et 1930. Ces positions commencèrent à être connues en Italie dans les années 1950. Lukács, Benjamin, Adorno, Korsch, Marcuse jouèrent un rôle décisif dans les tentatives de renouveler les perspectives théoriques et politiques de la gauche marxiste après la crise du stalinisme. Leur « appropriation » italienne fut précoce et entièrement politique — l’Université ne joua quasiment aucun rôle dans ce processus de réception. Grâce à des groupes et à des revues marxistes-indépendants21 — et aux initiatives de l’éditeur turinois Giulio Einaudi, qui fut pendant des décennies un protagoniste majeur de la culture italienne —, les textes de la Théorie critique purent devenir un outil décisif pour analyser les transformations de la société italienne à l’époque du « miracle économique » (industrialisation, consommation de masse, essor de l’industrie culturelle, etc.). Par les courants et les collectifs qui donnèrent vie aux enquêtes ouvrières, la théorie de la société capitaliste comme totalité systématique fut effectivement développée comme recherche du moment d’excès irréductible qui, décomplétant le système, aurait pu représenter la virtualité de sa transformation. C’est à l’intérieur de ce champ théorique et politique que des concepts aptes à appréhender de manière critique la totalité sociale et son unité interne purent inspirer, et entrer en tension féconde avec, des manières concrètes de penser ce qui, de se soustraire au système, résiste à la totalisation. Les enquêtes ouvrières sont issues de la rencontre entre, d’un côté, des tentatives de répondre à la crise du militantisme traditionnel face aux transformations du capitalisme et, de l’autre, l’appropriation de courants philosophiques et sociologiques étrangers à la culture traditionnelle de la gauche italienne. Cette rencontre a fait de l’invention d’une pratique militante le lieu où il a été possible de poser le problème — indissociablement théorique et politique — du rapport entre la structure sociale et la subjectivité, entre l’autonomie du sujet et le devenir des sociétés modernes22.

Notes

12 Sur cette période de l’histoire italienne et les événements politiques qui l’ont marquée, je renvoie en particulier à Andrea Cavazzini, Le Printemps des intelligences. La Nouvelle Gauche en Italie- Introduction historique et thématique, EurophilosophieEditions,
http://www.europhilosophie-editions.eu/fr/pip.php?article18 et A. Cavazzini (dir.), Cahiers du GRM, 2. La « séquence rouge » italienne, http://www.europhilosophie-editions.eu/fr/spip.php?article77. En outre, voir Marcello Tarì, Autonomie, Paris, La Fabrique, 2011 ; Steve Wright, À l’assaut du ciel, Senonevero, 2007 ; et, en italien, Nanni Balestrini – Primo Moroni, L’orda d’oro. 1968-1977. La grande ondata rivoluzionaria e creativa, politica ed esistenziale, Milan, SugarCo, 1988 ; nouvelle édition sous la direction de Sergio Bianchi avec Franco Berardi (Bifo), Franca Chiaromonte, Giairo Daghini, Letizia Paolozzi, Milan, Feltrinelli, 1997, et Diego Giachetti, Oltre il Sessantotto. Prima, durante e dopo il Movimento, Pise, BFS, 1998. De nombreux travaux du Séminaire du Groupe de Recherches Matérialistes ont été consacrés à la « séquence rouge » italienne : Séminaire du GRM, http://grm.hypotheses.org/category/archives, en particulier les années 2007-2008, 2009-2010 et 2011-2012.

13 Par « Nouvelle Gauche » (Nuova Sinistra), on entend l’archipel de revues, groupes, figures, théories, etc., qui, entre l’époque de la déstalinisation (1953-1956) et le début des années 1980, essaya de construire une alternative politique aux partis de la « gauche historique » (Parti Communiste et Parti Socialiste). Ces courants jouèrent un rôle crucial dans les vastes et puissants mouvements sociaux qu’annoncent les luttes ouvrières des années 1962-1963, et qui se déclenchent d’abord entre 1967 et 1968 (mouvement étudiant), et, ensuite, à partir de 1969 (« automne chaud », grèves et occupations d’usines). Dans les années 1970, la Nuova Sinistra cherchera à donner une forme organisationnelle à ces luttes, et cette tentative débouchera sur les groupes de la gauche extraparlementaire, puis sur l’Autonomie comme symptôme et débouché de la crise des groupes. Par « séquence rouge », nous entendons la période que domine l’« ordre du jour » défini par ces luttes et par la Nouvelle Gauche comme acteur politique décisif : on peut la situer entre 1960 et 1980. Du point de vue du référentiel politique général, la « séquence rouge » est caractérisée par la « centralité ouvrière » : la classe ouvrière des grandes usines est reconnue, par les acteurs politiques de la séquence, comme socialement et politiquement centrale. Elle est à la fois le ressort fondamental des rapports sociaux capitalistes, qui concentrent en elle toutes leurs stratégies de pouvoir, et le sujet porteur d’un antagonisme irréductible qui préfigure le renversement de la société capitaliste. Donc, la centralité ouvrière représente le cadre dans lequel vont s’inscrire les enquêtes militantes dans les grandes usines.

14 Pour un profil historique et thématique de l’École de Francfort, voir Paul-Laurent Assoun, L’École de Francfort, Paris, PUF, 2012 (réédition, avec une nouvelle préface, d’un ouvrage paru en 2001 dans la collection « Que sais-je ? ») ; Jean-Marc Durand-Gasselin, L’École de Francfort, Paris, Gallimard, 2012.

15 Georg Lukács, Histoire et conscience de classe (1923), traduit par Kostas Axelos et Jules Bois, Paris, Minuit, 1960.

16 Voir Jean-François Kervégan, « Introduction » à G.W.F. Hegel, Principes de la philosophie du droit, texte traduit, commenté et présenté par J.-F. Kervégan, Paris, PUF, 2011, p. 54 : « [La doctrine hégélienne] a pour dessein de montrer le nécessaire enracinement institutionnel des pratiques individuelles et collectives ».

17 La séance du 3 décembre 2011 du Séminaire du Groupe de Recherches Matérialistes a été consacrée à Raniero Panzieri et aux Quaderni Rossi, « Introduction des Quaderni Rossi », http://grm.hypotheses.org/275.

18 Les Quaderni Rossi furent un laboratoire politique exceptionnel. De jeunes militants des noyaux liés à la revue deviendront des dirigeants de l’aile marxiste du mouvement étudiant en 1967-1968 (sur cette constellation, voir A. Cavazzini, « Politique, savoirs, culture. Remarques sur le mouvement étudiant italien », dans Marco Rampazzo Bazzan (dir.), Cahiers du GRM, 3, « Des luttes étudiantes en Europe occidentale dans les années 1960 », http://www.europhilosophie-editions.eu/fr/spip.php?article89). Les deux principaux groupes extra-parlementaires italiens, Lotta Continua et Potere Operaio, héritent de leurs thématiques. Ces deux groupes — en particulier Potere Operaio, dont le secrétaire national fut pendant longtemps Antonio Negri — visèrent à concrétiser politiquement les concepts élaborés par le courant dit « opéraïste », fondé par le philosophe Mario Tronti, et qui est le fruit d’une scission interne aux Quaderni Rossi : les noyaux de Rome, guidés par Tronti, et ceux de la Vénétie, animés par Negri, quittèrent la revue pour donner vie à une autre publication, classe operaia.

19 Jean-Marie Vincent, « Heidegger avec Marx », dans Critique du travail, Paris, PUF, 1987, p. 64-65.

20 A. Tosel, « Matérialisme de la production, matérialisme de la pratique : un ou deux paradigmes ? », dans L’Esprit de scission, Paris-Besançon, Les Belles Lettres-Université de Besançon, 1991, p. 135.

21 Une expérience décisive fut celle des « revues du dégel » : Discussioni, Ragionamenti, Opinione. Ces revues représentèrent la reprise, après la « glaciation » stalinienne, d’un débat critique et d’un effort de renouvellement de la pensée marxiste.

22 Ce travail est issu de deux sources principales : d’abord, le travail collectif mené depuis plusieurs années par le Groupe de Recherches Matérialistes (GRM), qui se fonde sur l’analyse de corpus textuels théoriques et politiques à partir de leur inscription dans une conjoncture historique — c’est par le biais des démarches propres au GRM que j’ai essayé de lire les textes dont il sera question ici, en m’efforçant de saisir la double articulation du théorique dans l’histoire et de l’histoire dans la trame conceptuelle du théorique. Le Séminaire du GRM a déjà étudié à plusieurs reprises tant le contexte italien des années 1960-1970 que la question du statut politique de l’enquête : en particulier, dans le premier semestre de l’année 2011-2012. La deuxième source est mon travail à l’Université de Liège, dans le cadre de l’Unité de recherches en philosophie politique et philosophie critique des normes. Ce livre reprend et réélabore un cycle de séances que j’ai assurées à l’Université de Liège entre novembre 2011 et avril 2012, consacrées à « Enquête et Théorie critique de la société », dans le cadre du séminaire de recherche interdisciplinaire Savoirs sociaux et pratiques politiques.

© Presses universitaires de Liège, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search