Version classiqueVersion mobile

Enquête ouvrière et théorie critique

 | 
Andrea Cavazzini

Avant-propos

Texte intégral

La force affirme : les choses resteront ce qu’elles sont.
Pas une voix, hormis la voix de ceux qui règnent,
Et sur tous les marchés l’exploitation proclame : c’est
maintenant que je commence
Bertolt Brecht, Éloge de la dialectique

  • 1 X. Vigna, Histoire des ouvriers en France au XXe siècle, Paris, Perrin, 2012, chap. 6, « Que sont l (...)

Ils sont rassemblés devant les portes de l’usine, à proximité tantôt de palettes, tantôt de pneus qui brûlent. En même temps qu’il les réchauffe, le feu traduit leur colère et peut incarner une menace : celle de ravager l’usine. Arborant un macaron, ils écoutent parfois un responsable syndical. Les visages trahissent l’inquiétude désormais, les corps puissants emmitouflés dans des anoraks l’hiver, faisant saillir les muscles hors des T-shirts l’été. Ces ouvriers, plus âgés aussi, défendent « ‘leur’ usine »1.

1C’est par cette image que l’historien Xavier Vigna a choisi de représenter le destin contemporain des ouvriers. « Des ouvriers », et non plus de la « Classe ouvrière ».

  • 2 Ibid., p. 280-281.

Ces scènes symbolisent aujourd’hui la conflictualité ouvrière : les luttes tendraient à limiter ou à interdire les licenciements. Telles sont les images des conflits ouvriers, celles que les médias diffusent et qui finissent par s’associer au monde ouvrier dans son ensemble : les fermetures d’usine, le chômage, les vieux, bref un monde à l’agonie, qui sombre2.

2Les ouvriers que cette image et son commentaire nous donnent à voir sont une couche sociale défavorisée, qui connaît un pénible déclin depuis des décennies, et dont les mobilisations portent sur des problèmes spécifiques et particuliers, parfois limités à telle ou telle usine. La Classe ouvrière, cette entité symbolique qu’il était possible de saisir à même l’existence immédiate des ouvriers empiriques, s’est éclipsée. Avec elle, ce qui disparaît est tout un système d’identifications collectives qui reliaient une condition sociale « objective » et « matérielle » à une matérialité différente : celle des pratiques politiques, des perspectives historiques et des critiques de la modernité capitaliste. Avant de constituer le signifiant-maître des partis et des syndicats « rouges » — et de leurs dirigeants —, avant d’être le titulaire fantasmatique de la souveraineté dans les États du socialisme réel, la Classe, de par son excès sur les données objectives du travail salarié industriel, était la condition de possibilité de l’existence d’un Mouvement ouvrier. La Classe ouvrière, en tant qu’opérateur d’identifications idéologiques et organisationnelles irréductibles aux identités culturelles des classes populaires pré-capitalistes, permettait précisément de transformer une condition sociale passivement subie en projet et perspective politiques. Son éclipse scelle la fin de la singularité du Mouvement ouvrier et sa résorption dans l’histoire éternelle du mécontentement, des souffrances — et de l’impuissance — des dominés et des opprimés :

  • 3 Ibid., p. 281.

Le monde ouvrier, qui s’était progressivement isolé à l’intérieur des classes populaires, s’y dissoudrait-il à nouveau3 ?

3Le Mouvement ouvrier a constitué un facteur politique majeur pendant deux siècles : ce constat exprime le sens du syntagme « centralité ouvrière ». Mais il n’en exprime que l’aspect le plus évident. La centralité ouvrière est aussi une « centralité » qu’on pourrait qualifier de métaphysique, et qui a partie liée avec l’histoire de l’Europe et avec le destin de la civilisation occidentale dans son rapport à la promesse de l’émancipation universelle et à la réalité de la production capitaliste. Dans des Fragments de ses Dialogues d’exilés, Bertolt Brecht essaye d’inventer une langue idéographique dans laquelle

  • 4 B. Brecht, Dialogues d’exilés, traduit par de Gilbert Badia et Jean Baudrillard, Paris, L’Arche, 19 (...)

Pour OUVRIER le signe est UNE MAIN SÉPARÉE DU BRAS
Car l’ouvrier pour vivre
Loue ses mains à autrui4

  • 5 Le mot « Opéraïsme » vient de l’italien « operaio », à savoir : ouvrier. Sa traduction littérale se (...)

4Ce qui ressort de l’idéographie brechtienne, pourtant, dépasse la simple nécessité de « louer » sa force-travail à autrui. L’ouvrier est séparé de soi-même, mutilé de la possibilité de disposer de ses propres qualités physiques et psychiques. Il représente le sujet dans son état de distance maximale à soi-même. Le prolétariat est le lieu d’une dépossession et d’une perte radicales, d’une spoliation imposée par le capital et qui transcende infiniment toute conception purement quantitative de l’exploitation, mais aussi toute négociation politique au sein d’un « pacte social » réformiste. Le prolétariat, c’est du pur négatif, de la négativité en acte dans la mesure où les rapports sociaux capitalistes l’ont vidé de toute substantialité positive — richesse, liens sociaux, formes culturelles, etc. —, en faisant de lui le pur ressort de la dynamique de l’accumulation. La condition ouvrière est l’altérité non réconciliée, saisie dans la distance abyssale que la marchandisation de la force-travail creuse entre les qualités et les êtres qui en sont les porteurs. C’est depuis ce point d’altérité absolue qu’un renversement dialectique du négatif peut s’opérer en engendrant le passage à la liberté et à la maîtrise. Mario Tronti, le fondateur de l’opéraïsme italien5, a reformulé récemment ce renversement en s’appuyant sur les Thèses de philosophie de l’histoire de Walter Benjamin :

  • 6 W. Benjamin « Thèse XII », cité dans M. Tronti, La Politique au crépuscule, traduit par Michel Vale (...)

L’artisan de la connaissance historique c’est, à l’exclusion de tout autre, la classe opprimée qui lutte (die kämpfende, unterdrueckte Klasse). Chez Marx, elle figure comme la dernière classe opprimée, comme la classe vengeresse (die rächende Klasse), qui au nom de combien de générations vaincues, mènera à bien la grande œuvre de libération6.

5Voilà le statut d’exception de la Classe ouvrière : en elle, l’oppression de l’homme par l’homme atteint le sommet de l’expropriation et de la déshumanisation. Elle est donc la « dernière » figure de l’oppression et de l’exploitation, à partir de laquelle devient visible la perspective d’une abolition radicale des horreurs de l’Histoire par le biais d’un renversement dialectique de la négativité extrême en libération et nouveauté historique. La Classe ouvrière apparaît donc comme une instance de vérité, comme la condition d’un dire-vrai inédit : à propos de la société capitaliste occidentale, qui apparaît — contre toute idéologie du progrès — comme le lieu d’un paroxysme de l’oppression et de la réduction des hommes à des matériaux à user et consommer ; à propos de l’histoire elle-même, dont est dévoilée l’essence mortifère de cycle aveugle de la destruction et de la domination. La Classe ouvrière est en outre — du fait de sa position historique exceptionnelle — l’« architecte de la connaissance historique » : elle constitue le seul lieu depuis lequel il est possible de formuler la vérité de la société et de l’histoire. Tronti voit dans l’organisation politique des ouvriers le renversement d’une condition d’aliénation et de dépossession en un processus historique de réappropriation de la maîtrise collective du destin :

  • 7 Ibid., p. 31-32.

Les formes et les idées au travers desquelles l’aliénation individuelle de l’ouvrier dans le travail industriel s’est renversée, très vite, à l’aube de la conscience de classe, dans le sens collectif d’une condition humaine commune et reconnue, potentiellement libératrice, dans l’usine et dans la vie, — c’est […] l’histoire moderne […] imprévisible, et par ce temps incontrôlable7.

6La classe ouvrière a opéré le passage de l’état de dessaisie et d’avilissement à une condition de liberté et d’autonomie, coïncidant avec sa constitution en sujet historico-politique :

  • 8 Ibid., p. 31.

La solidarité, la coopération, le secours mutuel, dans le travail et dans les luttes, l’auto-organisation, le surgissement spontané, venant d’en bas, d’une conception autonome du monde et de la vie, ce que d’une seule définition on peut appeler le surgissement du socialisme, est le long et lent passage historique d’une éducation lessinguienne de l’humanité8.

7Le devenir-sujet de la classe ouvrière coïncide avec les formes organisées de sa soustraction vis-à-vis du système social. Tronti affirme explicitement que la distance entre le sujet et soi-même — que l’organisation égalitaire, politique et syndicale, du collectif ouvrier franchit — relève des conditions du travail capitaliste :

  • 9 Ibid., p. 32.

Le travail productif de capital, le « grand malheur d’être un travailleur productif », a opéré la transformation de la personne, ici et alors soumise à la contrainte de la déshumanisation, en une forme supérieure de l’être humain, sujet d’un processus de libre réappropriation de soi9.

8L’échec de la percée ouvrière, du « bond sous le ciel de l’histoire » que fut la politique du Mouvement ouvrier, est, pour Mario Tronti, un événement métaphysique qui met en question l’essence et la tradition de la politique moderne : essence et tradition qui font de la politique une révolte contre la nécessité naturelle, contre l’emprise de la répétition — champ de l’action libre, la politique est la forme d’un agir collectif qui s’organise en choisissant cette liberté :

  • 10 Ibid., p. 69.

La politique était ce qu’elle doit être pour changer les choses, une passion collective, quelque chose de plus que moi-je-pense ou moi-je-suis, ce fondement métaphysique de l’individu moderne […]. La substance qui s’est faite sujet avec le moderne, selon Hegel, comme telle a été transformée en sujet collectif conscient de soi, classe avec conscience de classe, qui, libérant sa propre partie, libérait la totalité humaine […]. Lorsque seront libérés les opprimés, les exploités, les subordonnés, tous seront libérés. Ce n’est qu’en libérant cette partie, qu’on pourra voir surgir une humanité libre. Grandiose vision apocalyptique de l’histoire universelle, du point de vue d’une partialité politique, avec les signes de la révolution prolétarienne10.

9La lutte révolutionnaire est le processus du devenir-sujet de cette entité sociale où se concentre la brutalité invisible et omniprésente de l’exploitation. Le Mouvement ouvrier est le résultat et l’incarnation de ce devenir-sujet qui coïncide avec la fonction de vérité dont la Classe ouvrière est porteuse :

  • 11 Ibid., p. 78.

Le mouvement ouvrier se représente en cette forme d’action sociale, où l’individu travailleur donne conscience et force en même temps à ses camarades et à lui-même contre une partie adverse11.

10La Classe ouvrière se fait porteuse d’une instance de vérité sur la société et l’histoire par le biais de son devenir-sujet ; et ce devenir-sujet est d’emblée un accès à la pratique politique. La dissolution de cette séquence, la disparition du lien entre l’existence ouvrière et la subjectivité politique de la Classe, mettent en cause l’exercice et la possibilité de la critique des sociétés contemporaines : de quel levier historique, de quelle instance historique du dire-vrai, disposons-nous pour opérer nos actes de véridiction ? Quelle critique sociale, quelle politique d’émancipation, pouvons-nous envisager, si le sujet historique qui incarnait le nouage entre critique et émancipation a sombré dans l’indifférencié des victimes de l’injustice et de l’inégalité ? Impossible de répondre, ici et maintenant, à ces questions, qui sont peut-être tout simplement sans réponse. Mais nous pouvons essayer de mesurer l’écart qui nous sépare de l’épopée ouvrière du XXe siècle, en essayant de reconstruire l’une des manières dont cette vérité fut énoncée et ce devenir-sujet accompli. Nous pouvons étudier les lieux et les modes de l’émergence de cet excès subjectif qui a articulé l’histoire, la critique et la politique, et saisir, par le biais d’une archéologie, voire d’une anamnèse, la vérité d’un passé que le refoulement et l’oubli n’ont pas empêché de rester le nôtre.

Notes

1 X. Vigna, Histoire des ouvriers en France au XXe siècle, Paris, Perrin, 2012, chap. 6, « Que sont les ouvriers devenus ? La dissolution de la classe », p. 280.

2 Ibid., p. 280-281.

3 Ibid., p. 281.

4 B. Brecht, Dialogues d’exilés, traduit par de Gilbert Badia et Jean Baudrillard, Paris, L’Arche, 1972, p. 139.

5 Le mot « Opéraïsme » vient de l’italien « operaio », à savoir : ouvrier. Sa traduction littérale serait « ouvriérisme ». Mais « ouvriérisme » est un mot qui désigne une attitude politico-syndicale générale de concentration exclusive sur les travailleurs industriels, et non un courant spécifique dans l’histoire du marxisme. En France, « opéraïsme » est habituellement utilisé pour indiquer le courant marxiste italien, alors que dans le monde anglo-saxon prévaut l’utilisation de « workerism ».

6 W. Benjamin « Thèse XII », cité dans M. Tronti, La Politique au crépuscule, traduit par Michel Valensi, Paris, L’Éclat, 2000, p. 252 (trad. modifiée).

7 Ibid., p. 31-32.

8 Ibid., p. 31.

9 Ibid., p. 32.

10 Ibid., p. 69.

11 Ibid., p. 78.

© Presses universitaires de Liège, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search