Version classiqueVersion mobile

Héros et héroïnes dans les mythes et les cultes grecs

 | 
Vinciane Pirenne-Delforge
, 
Emilio Suárez de la Torre

Brasidas ou le fait d’armes comme source d’héroïsation dans la Grèce classique

Geneviève Hoffmann

Texte intégral

  • 1 F. de Polignac, La Naissance de la Cité grecque, Paris, 19952, p. 155-156.
  • 2 I. Malkin, Religion and Colonization in Ancient Greece, Leyde, 1987 ; C.M. Antonaccio, An Archaeol (...)

1Tout héros est un personnage d’exception dont la vie et les exploits prennent un relief particulier, la mort venue. À l’époque archaïque, le premier des héros a pu être interprété comme le dernier des princes de la communauté, à la charnière de deux mondes et de deux temporalités : celle du mythe et celle de l’histoire1. Dans le contexte de la colonisation, avec la mort du fondateur qui acquiert un statut héroïque, chaque cité s’octroie un ancêtre après avoir obtenu la caution delphique pour se placer sous sa protection2. Si le culte célébré chaque année au cœur de l’espace public reconnaît et commémore la fonction primordiale du héros comme protecteur de la communauté, du moins s’attendrait-on à ce qu’il devînt dans le monde des cités hoplitiques, la consécration de « la belle mort », ce qui ferait de la guerre la voie la plus commune de l’héroïsation. Or ce processus est loin d’être assuré : la gloire militaire, si manifeste soit-elle, ne conduit pas tous les braves à l’héroïsation.

  • 3 À ce propos les réflexions de N. Loraux, L’Invention d’Athènes, Paris, 1981, p. 39, et les études (...)
  • 4 Liste qu’on peut établir à partir de l’ouvrage de L.R. Farnell, Greek Hero Cults, Oxford, 1921, ma (...)

2Les héros ne se laissent pas aisément cerner. Depuis Pausanias, ont été englobés dans la même catégorie aussi bien les andres agathoi que les herôes. De plus, les pratiques cultuelles ne permettent pas toujours de distinguer les héros, car l’opposition longtemps établie entre sacrifices chthoniens et olympiens ne rend pas compte de la diversité des actes religieux3. Enfin, dans la liste des héros de l’âge classique4, telle qu’on peut l’établir en se limitant à des sources contemporaines, le mortel reconnu « comme un héros et appelé par son nom » pour reprendre une formulation d’Hérodote (VII, 117), prouve sa valeur dans des contextes agonistiques qui ne se limitent pas au cadre de la guerre.

3À ce titre, Brasidas paraît un cas unique. À l’issue d’une carrière brillante, ce commandant spartiate fut en effet le seul de tous les stratèges de la Guerre du Péloponnèse à être héroïsé par une communauté civique après sa mort, en 422.

  • 5 G. Daverio-Rocchi, Brasida nella tradizione storiografica : aspetti del rapporto tra ritratto litt (...)
  • 6 J. Rudhardt, Notions fondamentales de la pensée religieuse et actes constitutifs du culte dans la (...)

4Thucydide consacre un long paragraphe à la description du culte mis en place par les Amphipolitains (V, 11, l)5 : Brasidas a droit à des funérailles publiques, il est enterré dans la ville « à l’entrée de ce qui est aujourd’hui l’agora » et son tombeau est entouré d’une barrière. Des concours et des sacrifices annuels sont organisés en son honneur6. L’historien ne se contente pas de détailler les cérémonies. Il cherche à préciser les raisons politiques de ce culte : les citoyens d’Amphipolis établissent Brasidas comme ccciste de leur cité à la place de l’Athénien Hagnon, qu’ils rejettent dans le contexte de guerre qui les oppose désormais à Athènes.

  • 7 Brasidas était relativement éloquent « pour un Lacédémonien », Thuc, IV, 84, 2. L. Bodin, Thucydid (...)

5Thucydide avait intérêt à recomposer l’histoire des exploits de son adversaire pour le grandir et ainsi diminuer son échec personnel. À le lire, Brasidas aurait été un orateur7, un diplomate et un militaire de premier plan, paré de toutes les qualités de l’arier agatbos. Dès sa première intervention dans la guerre s’élabore en effet un caractère dont certains traits sont conformes à l’image du héros, telle que nous la connaissons d’après les contemporains. Puis, au fil du récit, se perfectionne et s’affine la singularité du Spartiate dans la double perspective d’une vie exemplaire et de l’attente des Amphipolitains.

6En suivant les étapes de la stratégie littéraire de Thucydide, « la fabrique » du personnage de Brasidas nous permet de comprendre à quelles conditions un mort à la guerre n’est pas seulement un brave, mais aussi un héros au sens religieux.

Brasidas, « kata patita agathos » (Thuc, IV, 81, 3)

7Pour Thucydide, suivi sur ce point par Diodore de Sicile, la carrière de Brasidas ne mérite que louanges. Ambassadeur incomparable des Lacédé-moniens, « car comme il fut le premier que l’on vit hors de son pays et qu’il sembla pourvu de toutes les qualités (kata panta agathos), il laissa aux gens la croyance bien arrêtée que tous les autres lui ressemblaient » (IV, 81, 3)·

  • 8 N. Richer, Les Ephores. Etudes sur l’histoire et l’image de Sparte (viiie-iiie siècle avant J.-C.) (...)
  • 9 Diodore de Sicile, XII, 43, 2, souligne également que « malgré sa jeunesse, Brasidas montrait une (...)

8Issu d’une famille de notables8, fils de Tellis qui fait partie des cojureurs de la Paix dite de Nicias (Thuc, V, 19, 2), Brasidas, sans doute éphore éponyme en 431-430 (Xénophon, Hell., II, 3, 9-10), se révéla dans le domaine militaire. Dès l’été 431 contre les troupes athéniennes débarquées en Laconie, à Méthônè précisément, il tenta une opération qui, pour être décidée dans l’urgence, n’en est pas moins réussie : avec seulement cent hoplites il sauva la place et « pour ce coup d’audace, il fut le premier de la guerre à recevoir des félicitations à Sparte » (II, 25, 2)9.

9Il fit preuve de la même vaillance lors de l’épisode de Pylos. Après avoir encouragé les triérarques et les pilotes à aborder, lui-même voulut débarquer (IV, 11, 4). Ses blessures, son évanouissement, tout paraît témoigner de son courage exceptionnel à tenter l’impossible. Pour les Athéniens (IV, 12, 1), son bouclier fut à lui seul l’emblème de la victoire et sa réputation resta intacte à Sparte, malgré la défaite.

  • 10 J. Boeldieu-Trevet, Brasidas. la naissance de l’art du commandement, in Esclavage, Guerre, Economi (...)
  • 11 V.J. Hunter, Thucydides. The Artful Reporter, Toronto, 1973, p. 27.
  • 12 S. Saïd, M. Trédé, Art de la guerre et expérience chez Thucydide, in C&M, 35 (1985), p. 65-85, spe (...)

10Archôn en Chalcidique et en Thrace, il s’imposa comme un chef intelligent et populaire. Certes ses responsabilités étaient grandes et ses pouvoirs exceptionnels : il remplit les fonctions ordinairement dévolues au roi envoyé en campagne, tout en étant dégagé du contrôle des deux éphores, et ce pendant une durée de 28 mois, ce qui était inhabituel10 ; mais plus qu’un simple chef, Thucydide fait du Spartiate un théoricien de l’art militaire11 qui, à la fois réfléchi et audacieux, sait tirer parti des faiblesses de ses adversaires. À une conduite traditionnelle de la guerre défendue par Archidamos, Brasidas oppose dans l’œuvre de Thucydide une réflexion fondée sur l’expérience12. La veille de la bataille de Naupacte, il affirma en stratège avisé : « nos erreurs passées deviennent aujourd’hui un élément de plus qui servira à nous instruire » (II, 87, 7).

11Tout en soulignant les qualités intellectuelles de Brasidas, Thucydide en fait un homme courageux qui n’hésitait pas à risquer sa vie : « je vous montrerai », dit-il à ses hommes, « que je ne suis pas seulement bon à donner des conseils aux autres, mais que je sais également, quand il le faut, agir et donner l’assaut » (V, 9, 10).

12Cette insistance à témoigner de l’engagement personnel du Spartiate et ce jusqu’à sa mort, relève d’un parti pris de l’historien qui veut singulariser Brasidas pour en faire un exemple pour tous en le rendant conforme au modèle héroïque. En effet, les héros sont toujours présentés comme les premiers et les meilleurs de leur communauté, leur excellence les situant au sommet d’une échelle de valeurs qui prend sens dans un contexte agônal. De fait, ils sont singuliers.

13Ainsi Philippos, fils de Boutakidès, Olympionice de Crotone, fut honoré à Ségeste en 510, car il était « le plus beau des Grecs de son époque ». Hérodote précise bien que c’est « grâce à sa beauté qu’il reçut des gens de Ségeste des honneurs que personne d’autre ne reçut » (V, 47). Artachaiès, un Perse, se vit offrir vers 480 des sacrifices par les Acanthiens « comme à un héros » et Hérodote croit bon de préciser : « c’était le plus grand des Perses (il lui manquait quatre doigts pour mesurer cinq coudées royales) et il avait la voix la plus forte de tous les hommes » (VII, 117).

  • 13 Par Pausanias, VI, 11, 2-9, on sait que Théogénès de Thasos, athlète exceptionnel, fut honoré « co (...)
  • 14 Un contact direct entre Thucydide et Brasidas est improbable, mais l’Athénien a pu rechercher des (...)
  • 15 Plutarque termine la biographie de Cimon (19, 5), honoré comme un héros par les gens de Kition : « (...)

14Dans l’œuvre d’Hérodote, l’héroïsation consacre une nature d’exception, des dons physiques particuliers13. En décrivant Brasidas à la tête de ses troupes, en louant ses qualités de courage et d’audace, Thucydide a sans doute traduit fidèlement la réalité du combattant qu’il admirait et sur qui il avait recueilli des témoignages14. Il a également voulu singulariser Brasidas par des qualités physiques manifestes pour le rendre digne de l’héroïsation qui consacre un être d’essence supérieure15.

  • 16 E. Kearns, Sauver la cité, in O. Murray (éd.), La Cité grecque d’Homère à Alexandre, Paris, 1992, (...)
  • 17 M. Visser, Worship your Enemies : Aspects of the Cult Worship in Ancient Greece, HThR, 75, 4 (1982 (...)

15Pour les Amphipolitains, héroïser Brasidas signifiait l’ensevelir dans la cité « à l’entrée de l’agora actuelle », précise Thucydide (V, 11, 1), et lui accorder un culte en le reconnaissant comme œciste. Après la mort de son sauveur, l’apoikia d’Amphipolis se dota d’un protecteur en cherchant à s’approprier à jamais la force qu’il a manifestée. Que ce héros ne fût pas citoyen d’Amphipolis n’ôtait rien à l’efficacité religieuse recherchée. Ainsi l’Athénien Miltiade, fils de Cypsélos, fut-il reconnu par les habitants de la Chersonèse comme œciste après avoir libéré les Dolonces de la menace des Apsinthiens (Hérodote, VI, 38). Comme il s’agissait par le culte de récupérer l’énergie de ceux qui sont tombés aux portes de la cité16, même les ennemis d’hier peuvent devenir les héros de demain17. Dans les Héraclides d’Euripide, Eurysthée énonce avec force cette vérité alors qu’il s’adresse aux Athéniens :

Mort, vous m’enterrerez où le veut le destin,
aux pieds de la divine vierge de Pallène.
En moi, couché sous la tene, tu auras toujours un ami,
la cité un métèque qui sera son sauveur (v. 1030-1033).

  • 18 Malkin, op. cit. (n. 2), p. 231 : « à la fois Hippias et Brasidas (Thuc, VI, 54, 7) ont subi une s (...)
  • 19 Thucydide rapporte également que la cité de Camarine, créée primitivement par les Syracusains, fut (...)

16Installer Brasidas comme œciste a pour conséquence la disparition de tout ce qui pourrait évoquer la mémoire18 de l’Athénien Hagnon, fils de Nicias, et rappeler son rôle dans la fondation de la colonie en 437 (Thuc, IV, 102, 3). Le choix d’un nouvel œciste n’est pas exceptionnel dans l’histoire des cités. Le tyran Clisthène de Sicyone avait ainsi expulsé de l’agora le héros Adraste (Hérodote, V, 67) pour célébrer à sa place Mélanippe « parce qu’il le tenait pour le pire ennemi d’Adraste », et manifester ainsi son hostilité à Argos19.

  • 20 A.W. Gomme, A Historical Commentary on Thucydides, Oxford, 1945-1970, volume III, p. 655. Hagnon f (...)

17Dans le cas d’Amphipolis, l’installation fut d’autant plus acceptée par l’opinion publique que les honneurs rendus à Hagnon, toujours vivant, pouvaient paraître outrés20. De fait, ils devenaient caducs en raison de l’alliance lacédémonienne à laquelle appartenaient désormais les Amphipolitains (V, 11, 1).

18Hagnon et Brasidas étaient contemporains. Avec cette héroïsation survenue en 422, nous sommes dans l’histoire immédiate. Pour les Amphipolitains il ne s’agit pas de rallier un héros mythique en récupérant ses reliques et en lui accordant un culte, mais de traduire le nouveau jeu des alliances pour manifester la distance qu’ils entendaient créer avec les Athéniens, fondateurs de leur cité. Le nouvel œciste le devient par la volonté de citoyens dont il a libéré la cité d’une tutelle jugée tyrannique. Si cette dimension politique d’un acte religieux est soulignée par Thucydide, la description de Brasidas le rend néanmoins conforme au modèle du héros comme homme d’exception, sacrifié pour le salut de la cité dont il devenait le protecteur.

  • 21 J.-P. Vernant, Aspects de la personne dans la religion grecque, in Mythe et Pensée chez les Grecs, (...)

19La substitution de Brasidas à Hagnon comme œciste permit de le placer au centre de l’espace civique, à l’entrée de la place publique précisément. Comme son exploit figurait en quelque sorte l’ergon par excellence, celui qui doit protéger et créer un ordre nouveau21, inaugure une ère nouvelle.

Brasidas, le « sauveur » des Amphipolitains

  • 22 A.W. Gomme, volume III, p. 655, souligne que c’est la première occurrence pour un individu d’un ad (...)
  • 23 J. de Romilly, La Douceur dans la pensée grecque, Paris, 1979, p. 152

20Pour les Amphipolitains, Brasidas fut leur sauveur22. Pressé par l’arrivée de Thucydide qui comptait sur ses relations en Thrace pour occuper la ville à temps, le Spartiate avait tenu à faire des propositions conciliantes afin d’inciter les Amphipolitains à se rallier sans coup férir : « Tous les Amphipolitains et les Athéniens présents dans la ville pouvaient, s’ils le voulaient, y rester en conservant leurs biens et avec pleine égalité des droits ; autrement, ils pouvaient partir en emportant leurs biens dans un délai de cinq jours » (IV, 105, 2). Forts de cet engagement, les partisans de Brasidas n’eurent aucun mal à convaincre le plèthos d’Amphipolis de laisser les Spartiates entrer dans la ville alors que Thucydide et ses navires accostaient à Eion (IV, 106, 2-4). Cette proposition, pour opportuniste qu’elle fût dans les circonstances présentes, était cohérente avec l’option prise par Brasidas : préférer la diplomatie à la force pour gagner les alliés athéniens à la cause lacédémonienne. Comme aux gens d’Acanthe, il proclama à ceux de Toronè qu’« il n’était venu apporter la ruine ni à aucune ville ni à aucun individu » (IV, 114, 3)· Thucydide jugea que la modération de Brasidas23 était un facteur décisif de ses succès : « les villes, en apprenant la prise d’Amphipolis et les conditions accordées, ainsi que la douceur dont il faisait preuve, avaient été au plus haut point encouragées à la révolte : par l’envoi de messagers secrets, elles réclamaient sa venue, et c’était, entre ces peuples, à qui ferait défection le premier » (IV, 108, 3).

  • 24 H.D. Westlake, Individuals in Thucydides, Cambridge, 1968, p. 148-165.

21Ce respect des personnes et des biens semblait démontrer la justesse des arguments du stratège Diodote qui conseillait aux Athéniens de traiter avec indulgence les Mytiléniens, quelle que fût leur faute. À l’intransigeance préconisée par Cléon, « à tous égards le plus violent des citoyens » (III, 36, 6) qui, au nom de la cohérence politique, voulait par un châtiment exemplaire terroriser les alliés, Diodote opposait la clémence plus utile, en définitive, aux intérêts athéniens24.

22Modéré et doux envers les hommes, Brasidas sut aussi donner des preuves de son respect des dieux. Des gestes en faveur d’Athéna sont soulignés par Thucydide : à Lekythos il accorda une offrande de 30 mines à la déesse, puis sur la place rasée lui consacra un temenos (IV, 116, 2). Avant l’initiative militaire audacieuse aux portes d’Amphipolis, qui assura la victoire aux Lacédémoniens mais valut à Brasidas une blessure fatale, il est décrit sacrifiant à Athéna. Son calme contrastait alors avec l’agitation stérile de Cléon (V, 10, 2).

23Si le courage de Brasidas fut reconnu par les siens à Méthônè et lui valut d’être félicité, ce fut lors de son expédition en Thrace et en Chalcidique que son action, tant diplomatique que militaire, prit tout son sens pour la Grèce. Dans le portrait qu’en donna Thucydide, non seulement le chef spartiate incarnait des valeurs de mérite, de courage et de justice, mais il combattait au nom d’un idéal.

24Il s’affirmait comme un défenseur de la liberté contre la tyrannie. À ce titre, les Scionéens lui ont accordé des honneurs exceptionnels : « ils le gratifièrent publiquement d’une couronne d’or en tant que libérateur de la Grèce et lui accordèrent à titre privé les bandelettes et les prémices comme on fait pour les athlètes vainqueurs » (IV, 121, 1).

  • 25 Sur l’histoire du concept de liberté, K. Raaflaub, Die Entdeckung der Freiheit, Munich, 1985.

25Reconnu comme un libérateur, Brasidas fit de la liberté la raison première de son intervention militaire. Tous ceux qui ont rejoint son camp, sont félicités d’avoir opté pour la juste cause. Aux citoyens d’Acanthe, il promit au nom des autorités lacédémoniennes, le respect de l’autonomie des peuples s’ils devenaient membres de la symmachie. Il les encouragea à être les premiers à donner « le signal de la liberté » (IV, 86, 1 ; 87, 6). Ce thème n’était pas seulement un argument convenu depuis les Guerres Médiques25, il était aussi, à en croire Thucydide, au cœur de l’action de Brasidas. Quand il harangua ses troupes avant l’engagement contre Cléon, il posa l’alternative du combat en ternies politiques et moraux :

Que ce jour vous réserve de deux choses l’une : ou bien, si vous êtes braves, vous avez la liberté et le titre d’alliés de Sparte, ou bien vous auriez celui d’esclaves (douloi) des Athéniens, dans l’hypothèse heureuse où vous éviteriez d’être vendus comme cheptel humain ou mis à mort - et un esclavage (douleia) pire que celui d’avant, avec, vis-à-vis du reste des Grecs, le fait d’avoir empêché leur libération (V, 9, 9).

  • 26 J. Ducat, Les Hilotes, Paris, 1990 (BCH, suppl. 20), p. 159.

26Certes, pour les hilotes qui constituaient une partie des troupes de Brasidas, la liberté prenait le sens précis de l’affranchissement qu’on leur avait sans doute promis dès leur recrutement pour susciter le volontariat26 ; promesse tenue : à leur retour de Thrace, les « Brasidiens » furent affranchis (V, 34, 1). Cette année, constituée au départ de 700 hilotes et de 1000 mercenaires péloponnésiens, est devenue au fil de l’expédition très composite, renforcée de Thraces et d’hoplites venus des cités de Chalcidique récemment ralliées. Au-delà de cette troupe que la recherche du profit immédiat dut guider autant que la force de persuasion de son chef, Thucydide, par la voix de Brasidas, s’adressait à la Grèce entière pour dénoncer l’arche de la Ligue de Délos.

  • 27 F. Ruzé, Délibération et Pouvoir dans la cité grecque de Nestor à Socrate, Paris, 1997, p. 189-191

27Il convient de souligner, à ce stade de l’analyse, que ni en 424 ni en 422, Brasidas n’était le héros des Spartiates. En réponse à l’appel du roi Perdiccas qui avait réclamé du secours, l’expédition qu’il commandait apparaît comme une opération destinée principalement à détourner les Athéniens du Péloponnèse et à éloigner des hilotes afin d’éviter leur ralliement à l’ennemi présent à Pylos (IV, 80, 1-2). Si Brasidas dut sa popularité à son mérite et à son intelligence, il n’a certes pas reçu pour mission de défendre haut et fort les valeurs au nom desquelles les Spartiates étaient censés combattre. Les autorités de la cité sont avant tout préoccupées à cette époque par le sort des Spartiates faits prisonniers à Pylos et retenus en otages à Athènes. Elles voulaient rétablir l’équilibre des forces sans toutefois acculer les Athéniens à une défaite humiliante. De ce fait, les initiatives de Brasidas, ses succès, finirent par embarrasser la recherche d’une voie diplomatique pour faire libérer les Spartiates27. D’ailleurs, quand il réclama des renforts, une fois installé à Amphipolis, il ne fut pas entendu : « les Lacédémoniens ne lui obéissent pas, en partie à cause de la jalousie animant les principales personnalités, en partie aussi parce qu’ils souhaitaient plutôt recouvrer les hommes de l’île et terminer la guerre » (IV, 108, 7).

28Après la conclusion d’une trêve au printemps 423 entre Athéniens et Lacédémoniens, Brasidas paraît mener une politique de plus en plus personnelle qui le mettait en porte-à-faux avec les autorités de la cité, si bien que les Lacédémoniens décidèrent d’envoyer auprès de lui des émissaires « pour contrôler la situation ». Des jeunes gens furent également placés à la tête des cités, ce qui allait à l’encontre des promesses faites (IV, 132, 3).

  • 28 Pausanias, III, 14, 1.
  • 29 Plutarque, Vie de Lycurgue, 25, 8-9, reprend cette anecdote : Elle (Argiléonis) leur demanda si so (...)

29Quel écho eut la mort de Brasidas à Sparte ? On sait qu’un cénotaphe fut érigé à l’ouest de l’agora28 sans doute pour commémorer la victoire remportée par les Lacédémoniens sur Cléon et son armée. Le souvenir de Brasidas se transmit sous forme d’une histoire édifiante dont Diodore de Sicile donna la version suivante : « Quand quelques rescapés arrivèrent à Lacédémone et qu’ils annoncèrent la victoire de Brasidas en même temps que sa mort, sa mère s’informa des péripéties du combat et demanda comment s’était conduit Brasidas dans la bataille ; on lui répondit qu’il avait été le meilleur et elle rétorqua que son fils Brasidas était un homme vaillant, mais inférieur à beaucoup d’autres. Ces paroles se répandirent dans la ville et les éphores accordèrent des honneurs publics à cette femme, parce qu’elle faisait la gloire de la patrie avant la renommée de son fils » (XII, 74, 3-4)29.

  • 30 M. Détienne, La Phalange : problèmes et controverses, in J.-P. Vernant (éd.), Problèmes de la guer (...)
  • 31 P. Cartledge, Agesilaos, Londres, 1987, p. 338.

30Cette anecdote tendrait à confirmer que pour les Spartiates seul vaut l’éloge collectif des hoplites grâce auquel la patrie célèbre sa gloire, la seule vraiment autorisée30. De tous ceux qui, comme Brasidas ou plus tard Lysandre, profitèrent de leur commandement pour accroître leur prestige personnel, la communauté des Semblables se méfiait. Elle ne saurait de ce fait accorder un culte héroïque à un guerrier, si valeureux fût-il. Quant à expliquer les honneurs reçus par Brasidas à Amphipolis par ceux rendus par les Spartiates à leur roi mort31, ce ne serait guère pertinent, car ce serait mettre sur le même plan un commandement militaire délégué pour un temps limité, et un sacerdoce héréditaire exercé à vie.

31L’héroïsation de Brasidas se situe à l’évidence dans le contexte de la colonisation et de ses pratiques cultuelles. Apoikia récente, Amphipolis se dote d’un nouvel œciste dont elle attend protection. Sans infirmer cette recherche d’une efficacité religieuse, la présentation de Brasidas comme défenseur de la liberté contre la tyrannie permet une lecture politique. Avec Brasidas, Amphipolis veut se doter d’un sauveur à l’image des Tyrannoctones athéniens. Quand le commandant spartiate pose pour ses troupes l’alternative entre la liberté et l’esclavage (V, 9, 9), ses propos ne sont pas en effet sans rappeler ceux de Miltiade à la veille de la bataille de Marathon : « Il dépend de toi maintenant, Callimachos, ou bien de rendre Athènes esclave ou de la faire libre, et de laisser de toi pour tout le temps où il y aura des hommes, un souvenir tel que n’en laissent pas même Harmodios et Aristogiton » (Hdt., VI, 109).

  • 32 S. Brunnsaker, The Tyrant-Slayers of Kritios and Nesiotes, Stockholm, 1971 [19551 ; M.W. Taylor, T (...)
  • 33 Thucydide souligne les circonstances et conséquences du meurtre d’Hipparque (I, 20, 2 ; VI, 55, 1- (...)
  • 34 Andocide, Sur les Mystères, 98 ; Lycurgue, Contre Léocrate, 127 ; sur le groupe statuaire érigé su (...)
  • 35 Arrien, Atiabase dAlexandre le Grand, IV, 10.
  • 36 B. Smarczyk, Untersuchungen zur Religionspolitik und politischen Propaganda Athens im Delisch-Atti (...)

32Dans un contexte différent, s’impose l’analogie entre Brasidas et les Tyrannoctones : Harmodios et Aristogiton, deux aristocrates immédiatement mis à mort après l’assassinat qu’ils avaient perpétré en 514 contre Hipparque, fils de Pisistrate. Honorés comme des héros32, jugés responsables à la fois de la chute de la tyrannie et de l’instauration de la démocratie, ce contrairement à toute vérité historique33, ils furent les héros politiques des Athéniens, fait unique dans l’histoire de l’héroïsation. Leur mémoire, sans cesse évoquée quand la démocratie était menacée34, devint pour les historiens et les orateurs une référence obligée, dès qu’il s’agissait de s’opposer à un despote35. De plus, leur culte fut un point fort de la propagande politique et religieuse des Athéniens dans la symmachie délienne36.

  • 37 Cléon fit voter la destruction de Skionè et le massacre de ses habitants, IV, 122, 6, comme il ava (...)

33Avec Brasidas, ce thème de la liberté est consacré et sans doute amplifié par Thucydide pour donner sens à son histoire de la guerre. Il s’agit pour lui de mettre au premier plan un chef spartiate qui, face à la tyrannie éhontée de Cléon37, méritait plus que tout autre de devenir le héros de la liberté que les cités grecques, opprimées par les Athéniens, appelaient de leurs vœux.

34Pour les Amphipolitains, l’héroïsation du Spartiate se situe à la conjonction de deux héritages : celui de la colonisation et celui de la rivalité avec Athènes. Brasidas ne pouvait être œciste que dans une apoikia, mais sa consécration s’impose également sur un horizon athénien. Héros de la liberté, il prouve une volonté de rupture avec Athènes dans le temps même où son image témoigne de la force du modèle culturel athénien, élaboré avec les Tyrannoctones.

Conclusion

  • 38 Banquet, 221c.
  • 39 Ethique à Nicomaque, V, 10, 1134b.
  • 40 Pouilloux, op. cit. (n. 13), p. 371-379. J. Pouilloux retient la traduction de « braves » pour « a (...)

35Brasidas fut bien un cas d’exception. Platon en fit un nouvel Achille38 ; Aristote donna comme exemple de justice légale les sacrifices organisés en son honneur39. Ce culte héroïque, Brasidas ne pouvait pas le recevoir de ses compatriotes : l’héroïsation du guerrier n’est pas compatible avec l’éloge rendu aux Braves ; elle personnalise une victoire qui, en raison de l’idéal iso-nomique, doit rester celle de la collectivité. De plus, le héros occupe dans l’espace et le temps civique, une place particulière : il est un centre et une origine. À ce titre, les agathoi andres, Athéniens ou Thasiens40, qui ne sont d’ailleurs jamais appelés des héros, restent des « braves » honorés hors de la ville et inclus dans le temps cyclique des générations qui doivent par leurs valeurs témoigner de la pérennité de la cité.

  • 41 N. Loraux, Thucydide a écrit la Guerre du Péloponnèse, in Métis, 1 (1986), p. 139-161.

36Pour Thucydide, l’héroïsation de Brasidas n’est pas la conclusion étonnante d’une vie de chef militaire. Le culte héroïque est le couronnement d’une carrière. À travers la recomposition de l’homme et de ses discours41, l’historien cherche à préparer l’héroïsation en la rendant prévisible tout en se servant du chef Spartiate pour dénoncer la cruauté de l’arche athénienne. Il y a, bien sûr, quelque ironie à mettre dans la bouche de celui par qui l’historien a connu sa disgrâce, les valeurs que les Athéniens n’auraient jamais dû abandonner, mais on le sait, l’histoire de Thucydide n’est ni factuelle ni objective. Alors qu’est dénoncée à deux reprises la récupération à des fins politiques de l’acte commis par les Tyrannoctones, est singularisée la figure de Brasidas pour rendre le récit cohérent et illustrer la morale de l’historien. Cléon et Brasidas ont trouvé la mort le même jour : au premier le déshonneur d’une fuite honteuse ; au second la gloire incomparable d’un défenseur de la liberté.

  • 42 G. Nagy, Le Meilleur des Achéens. La fabrique du héros dans la poésie grecque archaïque, Paris, 19 (...)

37Certes, les exploits de Brasidas, son courage et son mérite ne sont pas gommés par Thucydide. Ils sont même une dimension essentielle de sa personnalité. Pourtant le fait d’armes ne suffit pas à lui seul pour dire l’excellence. La vaillance, la ruse tacticienne sont associées à des qualités de justice, de persuasion et de douceur déjà requises des « meilleurs des Achéens »42, mais qui, à l’âge classique, doivent être mises au service de la valeur qui, dans un monde bouleversé par la guerre, reste un argument essentiel de la propagande civique : la liberté des Grecs.

Notes

1 F. de Polignac, La Naissance de la Cité grecque, Paris, 19952, p. 155-156.

2 I. Malkin, Religion and Colonization in Ancient Greece, Leyde, 1987 ; C.M. Antonaccio, An Archaeology of Ancestors, Londres, 1995, p. 267.

3 À ce propos les réflexions de N. Loraux, L’Invention d’Athènes, Paris, 1981, p. 39, et les études de M. Jameson, Notes on the sacrificial Calendar from Erchia, in BCH, 89 (1965), p. 154-172, spec. p. 162 ; Sacrifice and animal husbandry in classical Greece, in Pastoral Economies in Classical Antiquity, Cambridge, 1988, p. 87-119, spec. p. 88.

4 Liste qu’on peut établir à partir de l’ouvrage de L.R. Farnell, Greek Hero Cults, Oxford, 1921, mais qui demande à être réexaminée, comme le prouve l’article récent de A. Connolly, Was Sophocles Heroised as Dexion ?, in JHS 118 (1998), p. 1-21.

5 G. Daverio-Rocchi, Brasida nella tradizione storiografica : aspetti del rapporto tra ritratto litterario e figura storica, in Acme, 38, fasc. 2 (1985), p. 63-81.

6 J. Rudhardt, Notions fondamentales de la pensée religieuse et actes constitutifs du culte dans la Grèce Ancienne, Paris, 1992 [19581, p. 130.

7 Brasidas était relativement éloquent « pour un Lacédémonien », Thuc, IV, 84, 2. L. Bodin, Thucydide et la campagne de Brasidas en Thrace, in Mélanges Navarre, Toulouse, 1935, p. 47-55.

8 N. Richer, Les Ephores. Etudes sur l’histoire et l’image de Sparte (viiie-iiie siècle avant J.-C.), Paris, 1998, p. 275-277.

9 Diodore de Sicile, XII, 43, 2, souligne également que « malgré sa jeunesse, Brasidas montrait une vaillance et une bravoure exceptionnelles ».

10 J. Boeldieu-Trevet, Brasidas. la naissance de l’art du commandement, in Esclavage, Guerre, Economie, Rennes, 1997, p. 147-158.

11 V.J. Hunter, Thucydides. The Artful Reporter, Toronto, 1973, p. 27.

12 S. Saïd, M. Trédé, Art de la guerre et expérience chez Thucydide, in C&M, 35 (1985), p. 65-85, spec. p. 68.

13 Par Pausanias, VI, 11, 2-9, on sait que Théogénès de Thasos, athlète exceptionnel, fut honoré « comme un dieu », peu de temps après 420, sur ordre de la Pythie ; J. Pouilloux, Recherches sur l’histoire et les cultes de Thasos, Paris, 1954, p. 62-105.

14 Un contact direct entre Thucydide et Brasidas est improbable, mais l’Athénien a pu rechercher des informations à Amphipolis même après son exil, auprès de Cléaridas, c’est ce qu’il laisse entendre en V, 26, 5. Sur ce point, H.D. Westlake, Thucydides, Brasidas, and Cléaridas, in GRBS, 21 (1980), p. 333-339, spéc. p. 338.

15 Plutarque termine la biographie de Cimon (19, 5), honoré comme un héros par les gens de Kition : « parce que, en un temps d’épidémie et de stérilité de la terre, le dieu leur ordonna de ne pas négliger Cimon, mais de l’honorer et de le vénérer comme un être supérieur. »

16 E. Kearns, Sauver la cité, in O. Murray (éd.), La Cité grecque d’Homère à Alexandre, Paris, 1992, p. 367-391, spéc. p. 373.

17 M. Visser, Worship your Enemies : Aspects of the Cult Worship in Ancient Greece, HThR, 75, 4 (1982), p. 403-428.

18 Malkin, op. cit. (n. 2), p. 231 : « à la fois Hippias et Brasidas (Thuc, VI, 54, 7) ont subi une sorte de damnatio memoriae grecque. »

19 Thucydide rapporte également que la cité de Camarine, créée primitivement par les Syracusains, fut fondée une nouvelle fois par Hippocrate, tyran de Géla, qui se proclama son œciste (VI, 5, 3). Dans ce cas, il s’agit d’une autoproclamation et on ne sait rien d’un culte éventuel.

20 A.W. Gomme, A Historical Commentary on Thucydides, Oxford, 1945-1970, volume III, p. 655. Hagnon fut sans doute un des dix probouloi élus en 413. D’après Xénophon, Hell., II, 3, 30, il fut estimé du peuple.

21 J.-P. Vernant, Aspects de la personne dans la religion grecque, in Mythe et Pensée chez les Grecs, II, Paris, 1965, p. 79-94, p. 90.

22 A.W. Gomme, volume III, p. 655, souligne que c’est la première occurrence pour un individu d’un adjectif popularisé à l’époque hellénistique.

23 J. de Romilly, La Douceur dans la pensée grecque, Paris, 1979, p. 152

24 H.D. Westlake, Individuals in Thucydides, Cambridge, 1968, p. 148-165.

25 Sur l’histoire du concept de liberté, K. Raaflaub, Die Entdeckung der Freiheit, Munich, 1985.

26 J. Ducat, Les Hilotes, Paris, 1990 (BCH, suppl. 20), p. 159.

27 F. Ruzé, Délibération et Pouvoir dans la cité grecque de Nestor à Socrate, Paris, 1997, p. 189-191.

28 Pausanias, III, 14, 1.

29 Plutarque, Vie de Lycurgue, 25, 8-9, reprend cette anecdote : Elle (Argiléonis) leur demanda si son fils était mort en homme d’honneur et d’une façon digne de Sparte. Ils répondirent, en le comblant d’éloges, que Sparte n’avait pas son pareil : « Ne dites pas cela, étrangers », répliqua-t-elle : « Brasidas était un citoyen valeureux, mais Lacédémone en compte beaucoup de meilleurs que lui », cf. Apopht. Lacon., 219d et 240c.

30 M. Détienne, La Phalange : problèmes et controverses, in J.-P. Vernant (éd.), Problèmes de la guerre en Grèce ancienne, Paris, 1968, p. 119-142.

31 P. Cartledge, Agesilaos, Londres, 1987, p. 338.

32 S. Brunnsaker, The Tyrant-Slayers of Kritios and Nesiotes, Stockholm, 1971 [19551 ; M.W. Taylor, The Tyrant Slayers. The Heroic Image in the Fifth Century B.C. Athenian Art and Politics, Harvard, 1990.

33 Thucydide souligne les circonstances et conséquences du meurtre d’Hipparque (I, 20, 2 ; VI, 55, 1-4 ; VI, 59, 1) pour rétablir la vérité : Hipparque était le cadet d’Hippias qui exerçait la tyrannie et le complot n’a pas pour cause une motivation politique mais « une blessure d’amour ».

34 Andocide, Sur les Mystères, 98 ; Lycurgue, Contre Léocrate, 127 ; sur le groupe statuaire érigé sur l’agora en l’honneur des tyrannoctones et sa signification politique, T. Hölscher, Images and Political Identity : the case of Athens, in D. Boedeker, K.A. Raaflaub (éds), Democracy, Empire, and the Arts in Fifth-Century Athens, Harvard, 1998, p. 153-183.

35 Arrien, Atiabase dAlexandre le Grand, IV, 10.

36 B. Smarczyk, Untersuchungen zur Religionspolitik und politischen Propaganda Athens im Delisch-Attischen Seebund, Munich, 1990 ; A. Lebedev, A new Epigram for Harmodios and Aristogiton, in ZPE, 112 (1996), p. 263-268

37 Cléon fit voter la destruction de Skionè et le massacre de ses habitants, IV, 122, 6, comme il avait fait voter la mise à mort de tous les Mytiléniens mâles adultes, mesure extrême qui fut évitée de justesse grâce au ralliement d’une majorité à l’avis de Diodote (Thuc, III, 36-49).

38 Banquet, 221c.

39 Ethique à Nicomaque, V, 10, 1134b.

40 Pouilloux, op. cit. (n. 13), p. 371-379. J. Pouilloux retient la traduction de « braves » pour « agathoi » mais il souligne « l’incertitude que les Grecs éprouvèrent en face des guerriers morts au combat », p. 376.

41 N. Loraux, Thucydide a écrit la Guerre du Péloponnèse, in Métis, 1 (1986), p. 139-161.

42 G. Nagy, Le Meilleur des Achéens. La fabrique du héros dans la poésie grecque archaïque, Paris, 1994 [1979].

© Presses universitaires de Liège, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search