Version classiqueVersion mobile

Héros et héroïnes dans les mythes et les cultes grecs

 | 
Vinciane Pirenne-Delforge
, 
Emilio Suárez de la Torre

Les héros de Salamine en Attique. Cultes, mythes et intégration politique

Louise-Marie L’Homme-Wéry

Texte intégral

Le génos des Salaminiens en Attique

  • 1 Agora I 3244 ; Agora I 3394, stèles de marbre pentélique et de marbre de l’Hymette, trouvées à pro (...)

1Le statut de l’île de Salamine et de ceux qui, à Athènes, se disaient Salaminiens tout en étant Athéniens n’a cessé d’alimenter la controverse dans le monde scientifique depuis la publication, en 1938, de deux inscriptions relatives au statut du génos des Salaminiens à Athènes. Ces inscriptions montrent qu’au milieu du ive siècle avant notre ère, ce génos était divisé en deux branches, celle « des Sept Tribus » et celle « du Sounion » qui, un siècle plus tard, s’intitulèrent à leur tour génos1. Au ive siècle, ces deux branches se disputent l’exercice de prêtrises qui étaient jusque-là communes au génos, de même que la propriété des biens immobiliers qui lui appartiennent. Elles sont de même en désaccord sur les privilèges auxquels leurs prêtres et prêtresses ont droit.

  • 2 Agora I 3244, 8-16.
  • 3 Agora I 3244, 16-19.
  • 4 Agora I 3244, 19-27. – Dans les textes littéraires, c’est le terme oschophores et non oskophores q (...)
  • 5 Agora I 3244, 27-47.
  • 6 Agora I 3244, 47-52.
  • 7 Agora I 3244, 69-79.
  • 8 Agora I 3244, 80-97. – Tableau du calendrier des Salaminiens : R. Parker, Athenian Religion. A His (...)

2L’accord qui, sous l’archontat de Charikléidès (363/2), intervient entre elles par arbitrage, décide que les prêtrises d’Athéna Skiras, d’Héraclès à Porthmos, d’Eurysakès, ainsi que celle d’Aglaure, Pandrose et de la Courotrophe resteront communes aux deux branches2, mais que la terre située à l’Hérakleion de Porthmos, la saline et l’agora située à Koilè seront divisées entre elles, en deux parties égales qui seront bornées3. Il fixe de même la répartition des victimes sacrifiées : celles que les Salaminiens sacrifient ensemble et qui leur sont fournies par le trésor public d’une part, par les oskophores et les deipnophores d’autre part, seront attribuées pour moitié à chacune des branches ; celles qu’ils sacrifient grâce aux revenus provenant de la location de leurs biens seront fournies pour moitié par chacune des branches4. L’accord énumère ensuite les privilèges tant en argent qu’en nature (part d’animal sacrifié, pain dans le sanctuaire de la Skiras) qui reviennent à chaque prêtre et desservant5. Il décide que l’archonte qui doit nommer les oskophores et les deipnophores sera choisi par tirage au sort dans chaque branche, alternativement, et que l’accord intervenu sera inscrit sur une stèle, aux frais de chaque branche, dans le sanctuaire d’Athéna Skiras6. Après une série de précisions annexes, il donne les noms des sept membres de chacune des branches qui ont prêté serment, en précisant le nom de l’archonte qui, pour chacune d’entre elles, était en fonction7. Pour les Salaminiens des sept tribus, le démotique des jurés est précisé ; il ne l’est pas pour ceux du Sounion qui appartenaient au même dème. Suit un calendrier des sacrifices accomplis par les deux branches, avec le prix des victimes sacrifiées, afin que les archontes sachent la somme qu’ils doivent fournir pour ces sacrifices, en la prenant sur la location de la terre qui se trouve à l’Hérakleion. Ce calendrier sera exposé dans le sanctuaire d’Eurysakès8.

  • 9 Agora I 3394.

3Un siècle plus tard, un accord similaire tranche par arbitrage la querelle qui a recommencé entre les deux branches, maintenant constituées en génè9. Le litige porte sur les biens immobiliers que les Salaminiens possèdent à Porthmos, près du Sounion. L’arbitrage signale les dispositions prises en la matière, mais sans mentionner le lieu où sera exposé l’accord. Le fait que les deux inscriptions ont été retrouvées à proximité du sanctuaire d’Eurysakès, tend cependant nettement à indiquer que les deux conventions furent exposées dans ce sanctuaire.

  • 10 Paus., I, 35, 3 ; Harpocration, s.v. Eurysakeion ; s.v. Kolônetas ; Souda, s.v. Kolônetas (Wycherl (...)
  • 11 IG, II2, 1232, 20-24 (supra, n. 1).
  • 12 Ferguson, art. cit. (n. 1), p. 16.

4Constitué par un témenos doté d’un autel, l’Eurysakeion était situé sur le Kolonos Agoraios, dans le dème de Mélitè10. Les Salaminiens y exposèrent de même, à la fin du ive siècle, la stèle qui honorait un de leurs membres11. W.S. Ferguson considère que ce sanctuaire était le quartier général du génos12. Si tel est le cas, il partageait cette fonction avec le sanctuaire d’Athéna Skiras au Phalère, où le premier arbitrage fut de même exposé, ainsi que la stèle honorifique de la fin du ive siècle. Comme la prêtrise d’Athéna Skiras et celle d’Eurysakès étaient l’une et l’autre exercées par des membres du génos, on peut considérer que ces deux sanctuaires étaient en quelque sorte les leurs.

5Mais qui sont ces Salaminiens que leurs démotiques, leurs possessions en Attique, les cultes qu’ils y exercent, signalent comme étant des Athéniens, tandis que leur nom les désigne comme appartenant à l’île de Salamine ? Selon W.S. Ferguson qui a publié ces inscriptions, ce nom ne témoignerait pas de leur origine insulaire, mais de leur volonté d’affirmer, au vie siècle avant notre ère, que l’île de Salamine devait revenir à Athènes, et non à Mégare qui, elle aussi, la revendiquait. Il fonde cette hypothèse sur le fait que les deux conventions d’arbitrage, de même que le décret honorifique des Salaminiens vis-à-vis d’un de leurs membres, ont été retrouvées à proximité immédiate de l’Eurysakeion de Mélitè, tandis que le héros Eurysakès avait comme prêtre un des membres du génos.

Eurysakès, héros de Salamine à Athènes

  • 13 Ferguson, an. cit. (n. 1), p. 15-18.
  • 14 Soph., Ajax, 574-576.
  • 15 Agora I 3625 : B.D. Meritt, Greek Inscriptions, in Hesperia, 7 (1938), p. 94-96, n° 15 ; Wycherley(...)
  • 16 Hdt„V, 66.
  • 17 Ferguson, ibid., p. 16.
  • 18 Plut., Sol., 10, 3 (trad, d’après R. Flacelière).

6Selon W.S. Ferguson13, Eurysakès est une création athénienne. Chez Homère, en effet, Ajax n’a pas de fils. Par contre, dans l’Ajax de Sophocle, Eurysakès, enfant, reçoit de son père le large bouclier que son nom personnifie14. C’est par ce nom, qui renvoie à la personnalité de son père et à son large bouclier, qu’il entre dans la mythologie d’Athènes. Il le fait à une époque qui fut probablement antérieure à la réforme de Clisthène, puisque c’est dans son sanctuaire que les décrets de la tribu Aiantide étaient exposés15. Lorsqu’en 508/7, Ajax fut adopté par Athènes comme un des dix héros éponymes des tribus clisthéniennes, il fut honoré dans le sanctuaire de son fils. Celui-ci était donc fondé16. Il l’aurait été au cours du vie siècle, lorsque les Athéniens entendaient affirmer leur droit à la possession légitime de Salamine17. Dans sa Vie de Solon, Plutarque signale, en effet, que les Athéniens utilisèrent le nom d’Eurysakès pour prouver aux juges Spartiates, choisis comme arbitres dans le conflit qui les opposait aux Mégariens, que Salamine devait revenir à Athènes18 :

τòν δὲ Σόλωνά φασιν ἀποδεῖξαι τοῖς δικασταΐς ὅτι Φιλαῖος καì Εύρυσάκης οί Αἴαντος υίοί (τῆς) ᾿Aθήνησι πολιτείας μεταλαβόντες παρέδοσαν τὴν νῆσον αὐτοῖς καì κατῴκησαν ὁ μὲν ἐν Βραυρῶνι τῆς ᾿Aττικῆς, ὁ δ’ ἐν Μελίτῃ καì δῆμον ἐπώνυμον Φιλαίου τòν Φιλαἴδών ἔχουσιν, ὅθεν ἧv Πεισίστρατος.
Ils [Les Athéniens] disent que Solon prouva aux juges que Philaios et Eurysacès, les fils d’Ajax, en échange de la citoyenneté qu’ils avaient reçue à Athènes, avaient fait don de leur île aux Athéniens et qu’ils étaient venus habiter en Attique, l’un à Brauron, l’autre à Mélitè, et que Philaios donna son nom au dème des Philaïdes auquel appartenait Pisistrate.

  • 19 Plut., Sol, 10, 2 ; infra, p. 11.
  • 20 Ferguson, ibid., p. 17.
  • 21 Plut., Sol, 10, 6. – Cléomène intervient en Attique, vraisemblablement entre l’expulsion d’Hippias (...)

7Solon aurait de même utilisé ou inventé le passage du Catalogue des Vaisseaux qui signalait qu’Ajax avait rangé ses navires auprès de ceux d’Athènes19. Mais ce héros, souligne W.S. Ferguson20, était trop fortement enraciné dans l’île pour que les Athéniens se l’approprient. Ils auraient donc inventé la légende de Philaios-Eurysakès qui aurait été à l’origine de la constitution du génos des Salaminiens. Celui-ci se serait formé avant que l’arbitrage spartiate ne donne l’île à Athènes, à une époque qui aurait été, non pas celle de Solon, mais bien celle de Clisthène, puisqu’un des cinq arbitres Spartiates, dont les noms sont cités par Plutarque, est vraisemblablement le roi de Sparte, Cléomène21.

  • 22 Ferguson, ibid., p. 42.

8L’importance de l’enjeu que représente Salamine pour Athènes au vie siècle se conçoit, selon W.S. Ferguson, en fonction de l’annexion récente d’Éleusis : « It was only on the annexation of Eleusis that the possession of Salamis became a sort of geographical necessity for Athens22. » C’est dans ce contexte de défense par Athènes de son propre territoire qu’un groupe d’Athéniens, centré à Mélitè, se serait choisi comme héros Eurysakès, tout en se donnant le nom de Salaminiens, tandis qu’un autre groupe, situé au Sounion où il avait comme héros Héraclès, aurait choisi la même dénomination. Il aurait alors fusionné avec le premier de façon à augmenter le nombre des Salaminiens de l’Attique à l’avantage de la politique civique. Lorsque Clisthène organisa sa réforme en 508/7, les Salaminiens se seraient trouvés répartis entre ceux « des Sept Tribus », οἱ ἐκ τῶν ‘Eπταφυλῶν, parce que le hasard aurait voulu qu’ils appartiennent à sept des tribus nouvellement créées, et ceux du Sounion, οί άπò Σουνίου, où se trouvait concentré un nombre important d’entre eux. Dans la suite, la branche du Sounion, qui, contrairement à l’autre, était compacte et représentait sans doute approximativement la moitié des membres du génos, aurait tenté de s’octroyer les avantages qui appartenaient au génos dans son ensemble. D’où la nécessité des arbitrages.

  • 23 M.P. Nilsson, The New Inscription of the Salaminioi, in AJPh, 59 (1938), p. 385-393.
  • 24 Nilsson, ibid., p. 392 ; Cults, Myths, Oracles and Politics in Ancient Greece, Lund, 1951, p. 26-4 (...)
  • 25 IG I3, 1. H. van Effenterre, F. Ruzé, ΝΟΜΙΜΑ. Recueil d’inscriptions politiques et juridiques de l (...)
  • 26 Hdt., V, 57.
  • 27 Nilsson, Cults, Myths, Oracles... op. cit. (n. 23), p. 388, constate également qu’en fonction des (...)

9M.P. Nilsson23 pense de même que l’invention de la légende des fils d’Ajax traduit les intentions des Athéniens sur l’île, avant que celle-ci ne leur revienne, tandis qu’il affirme : « Mythological claims served for the Greek states the same purpose as national claims in our days24. » Mais il interprète de façon différente le rapport entre cette légende et le statut des Salaminiens à Athènes. Selon lui, ceux-ci seraient des habitants de Salamine, forcés après la conquête de l’île par Athènes de devenir Athéniens, pour faire place sur l’île à des clérouques athéniens. Un décret athénien, datable des dix dernières années du vie siècle, autorise, en effet, des Athéniens ou des clérouques – la restitution du dernier mot de la première ligne reste discutée – à résider à Salamine en y étant soumis aux mêmes impôts et aux mêmes charges militaires qu’à Athènes, tandis que les prescriptions qui suivent visent à maintenir une force de défense suffisante sur l’île25. M.P. Nilsson estime que ces Athéniens installés à Salamine y avaient pris la place de Salaminiens auxquels Athènes avait accordé la citoyenneté, comme elle l’avait fait, constate-t-il, pour les Géphyréens, chassés de Béotie26. Mais, loin de se voir imposer des restrictions, comme celles auxquelles les Géphyréens furent soumis en Attique, les Salaminiens, devenus Athéniens, auraient reçu une place de choix dans leur cité d’adoption. C’est ce que montrerait, selon M.P. Nilsson, le fait que la cité payait une partie des sacrifices qu’ils exécutaient, ainsi que l’importance des cultes qu’ils assumaient à Athènes27. À côté de ceux d’Eurysakès et d’Athéna Skiras, que M.P. Nilsson considère comme étant d’origine salaminienne, celui d’Héraclès à Porthmos et surtout celui d’Aglaure, de Pandrose et de la Courotrophe qui célébrait des divinités parmi les plus anciennes d’Athènes, auraient montré à quel point les Athéniens avaient accordé du crédit à l’« allégeance » de ces nouveaux venus.

  • 28 M Guarducci, L’origine et le vicende del γένος attico dei Salaminii, in RF1C, 76 (1948), p. 223-24 (...)
  • 29 Solon, fr. 2, 6. B. Gentili, C. Prato, Poetarum Elegiacorum Testimonia et Fragmenta, I, Teubner, 1 (...)

10Pas plus que l’argumentation développée par W.S. Ferguson, celle-ci n’a totalement convaincu. M. Guarducci28 souligne qu’il serait étrange que deux groupes de familles athéniennes, l’une centrée à Mélitè, l’autre au Sounion, aient ressenti, simultanément et indépendamment l’une de l’autre, le besoin de se proclamer Salaminiens par désir de voir l’île annexée par Athènes. De même lui paraît-il étrange que des exilés salaminiens, chassés par des clérouques athéniens, aient pu être accueillis en Attique avec de si grands honneurs. Dès lors, elle voit dans les membres du génos des Salaminiens les descendants d’Athéniens qui se seraient installés dans l’île, avant que celle-ci ne soit perdue par Athènes au profit de Mégare. Elle estime, en effet, que le terme Σαλαμιναφέται employé par Solon pour qualifier ses compatriotes « qui ont lâché l’île » aux Mégariens29, montre que les Athéniens la détenaient avant que les Mégariens ne s’en emparent. C’est à l’époque de cette domination mégarienne que les Athéniens installés dans l’île se seraient réfugiés en Attique, notamment au Sounion.

  • 30 L.-M. L’Homme-Wéry, La perspective éleusinienne dans la politique de Solon, Genève, 1996 (Bibl. Fa (...)
  • 31 Nilsson, Cults, Myths, Oracles... op. cit. (n. 23), p. 386, date la conquête de l’île par Athènes (...)
  • 32 Taylor, op. cit. (n. 25), p. 4.

11Cependant l’expression Σαλαμιναφέται ne prouve pas qu’Athènes possédait Salamine avant que Mégare ne la conquière, mais seulement que les Athéniens étaient dans l’impossibilité de la leur prendre, à l’époque où Solon a écrit son poème. On ne connaît pas les rapports de l’île avec Athènes avant que Solon ne fasse implicitement référence à la domination mégarienne dans ce poème et qu’il se mette ensuite à la tête des Athéniens pour prendre l’île aux Mégariens. On a cependant montré que, dès avant son archontat, en 594/3, l’île avait été à nouveau conquise par Mégare30, tandis qu’elle ne sera définitivement acquise par Athènes qu’à l’époque de Clisthène, grâce à l’arbitrage de Sparte31. Le fait qu’elle n’ait pas été incluse par Clisthène dans sa réforme des tribus32 semble cependant montrer qu’elle n’était pas partie intégrante du territoire d’Athènes avant que Mégare ne s’en empare. Sinon, elle aurait vraisemblablement retrouvé ce statut quand les Athéniens l’acquirent à l’époque de Clisthène.

  • 33 Plut., Sol., 9, 1.

12Les mythes et les cultes confirment d’ailleurs la distinction fondamentale qui existe entre le territoire d’Athènes et celui de Salamine. Car les héros les plus anciens de l’île ne sont ni Ajax, ni ses fils, mais bien Périphémos et Cychrée auxquels Solon passait pour avoir sacrifié avant sa bataille. En fonction d’un oracle de Delphes, il les aurait apaisés par des sacrifices en tant que « héros fondateurs du pays, eux que la terre d’Asopos enveloppe dans son sein, et qui regardent, morts, vers le soleil couchant »33 :

’Αρχηγοὺς χώρας θυσίαις ἥρωας ἐνοίκους ἵλασο, τοὺς κόλποις ᾿Aσωπιὰς ἀμφνκαλύπτει, οἲ φθίμενοι δέρκονται ἐς ἠέλιον δύνοντα

  • 34 Plut., Thés., 10, 3. Paus., I, 36, 1 ; I, 35, 2. – Sur les variations de la légende de Cychrée : E (...)

13Périphémos est inconnu par ailleurs. Il ne fut donc pas adopté par Athènes, contrairement à Cychrée qui, à Athènes, recevait les honneurs dus aux dieux en raison des services qu’il avait rendus aux Athéniens durant la bataille de Salamine en 480. Ce fils de la nymphe Salamis, elle-même fille du fleuve béotien Asopos, était alors apparu sous la forme d’un serpent entre les navires, pour apporter son secours à Athènes34. Contrairement aux Athéniens, nés par Érechthée d’une Terre-Mère, les Salaminiens, issus par Cychrée et Périphémos d’une nymphe, elle-même fille d’un fleuve, ne sont pas fils de la terre d’Athènes. Les deux territoires sont distincts par leur mythologie, comme ils le sont par leur statut dans la réforme de Clisthène. Certes, cette distinction n’implique pas que les Athéniens n’ont pas colonisé l’île avant qu’elle n’ait été conquise par Mégare. Mais cette interprétation, qui n’est pas étayée par le témoignage de Solon, reste une pure conjecture.

  • 35 F. Bourriot, Recherches sur la nature du génos, Lille/Paris, 1976, p. 685-689.
  • 36 Agora I 3244, 73-79 : dèmes de Skambodinai, Boutadai, Acharnes, Épiképhisia, Agryle. Ces Salaminie (...)
  • 37 R. Osborne, Archaeology, the Salaminioi, and the Politics of Sacred Space in Archaic Attica, in S. (...)
  • 38 Lambert, op. cit. (η. 1), p. 96.

14Dès lors, F. Bourriot dissocie l’histoire de la guerre athéno-mégarienne de celle du génos des Salaminiens. Constatant que leur calendrier s’apparente à celui d’un dème, il voit en eux « les survivants d’une vieille communauté rurale de l’Attique », peut-être d’origine salaminienne, si l’on tient compte de la légende de l’installation des fils d’Ajax en Attique. Au ive siècle, cette communauté, qui aurait « traversé l’histoire sans se disloquer et sans disparaître », aurait pris l’appellation nouvelle de génos35. S.C. Humphreys et R. Osborne se rallient partiellement à ce point de vue. S.C. Humphreys situe l’arrivée des Salaminiens en Attique durant les siècles obscurs, tandis qu’elle souligne que l’installation de l’un des deux groupes dans des régions proches de l’astu témoigne qu’ils faisaient partie, non pas d’une communauté rurale, mais bien de l’élite d’Athènes36. R. Osborne situe leur arrivée à la fin de l’époque submycénienne en s’appuyant sur l’archéologie. Constatant qu’on a découvert à Salamine un important cimetière de l’époque submycénienne, tandis que les vestiges géométriques et archaïques y sont rares, il en déduit que les habitants de l’île l’avaient abandonnée à la fin de l’époque submycénienne pour s’installer en Attique37. Mais, comme le souligne S.D. Lambert, le caractère fragmentaire de la documentation n’autorise pas ces conclusions38.

  • 39 Lambert, op. cit. (η. 1), p. 97.
  • 40 Ces inscriptions sont étudiées par M.C. Taylor, A Fourth-Century Honorary Decree of the Athenian D (...)

15S.D. Lambert exclut quant à lui l’hypothèse d’une immigration des Salaminiens en Attique, en raison du rôle important qu’ils jouent dans les cultes athéniens. En conséquence, il revient à l’opinion de W.S. Ferguson qui voyait en eux des Athéniens de souche, sans toutefois relier, comme il le faisait, leur naissance au contexte de la guerre athéno-mégarienne. Car, souligne-t-il, les Salaminiens ne se définissent pas comme descendants d’Eurysakès, puisqu’ils ne se disent pas Eurysakidai. Le génos des Salaminiens aurait donc été constitué par les Athéniens établis à Salamine entre le vie siècle et le début de l’époque hellénistique39. Ils seraient à la fois Athéniens et Salaminiens, comme le montreraient des décrets des ive et iiie siècles mentionnant le « dèmos des Athéniens à Salamine, le dèmos des Salaminiens » ou seulement les « Salaminiens »40.

  • 41 Taylor, op. cit. (η. 25), p. 59-63.
  • 42 Taylor, op. cit. (η. 25), p. 62.

16M.C. Taylor41 souligne cependant qu’aucun des aspects du génos, tel qu’on le voit apparaître dans les inscriptions qui le concernent, ne témoigne de sa présence à Salamine. Il est notamment significatif que la première convention d’arbitrage ait été exposée dans le sanctuaire d’Athéna Skiras au Phalère, tandis que le calendrier des sacrifices l’était dans l’Eurysakeion de Mélitè, et non dans un sanctuaire qui se serait trouvé sur l’île. Constatant qu’aucune des interprétations, proposés pour expliquer l’origine du génos, n’est dénuée d’incertitude, M.C. Taylor ne tranche pas entre elles : soit le génos se serait formé en Attique pour répondre à l’objection que représentait pour Athènes l’absence d’Athéniens sur l’île (c’est la thèse de Ferguson), soit il se serait formé à partir de gennètes salminiens qui auraient émigré en Attique entre les siècles obscurs et le vie siècle (c’est la thèse de Guarducci et de Humphreys). M.C. Taylor conclut : « To go further or to be more definite in assertion is to deceive oneself »42, de telle sorte que la question semble définitivement tranchée.

  • 43 H. van Effenterre, Solon et la terre d’Éleusis, in RIDA, 24 (1977), p. 91-129 ; L’Homme-Wéry, op. (...)

17Si l’on considère cependant l’origine du statut des Salaminiens en Attique, en fonction, non seulement des rapports entre Athènes et Mégare à propos de Salamine, mais aussi à propos d’Éleusis, on peut sans doute rouvrir, une fois de plus, le débat. W.S. Ferguson souligne que l’importance de Salamine pour Athènes, au vie siècle, est corollaire de celle que la cité accorde à Éleusis. Or, comme je l’ai montré à la suite de H. van Effenterre, Solon a enlevé aux Mégariens, non seulement l’île de Salamine qu’il ne réussit à leur prendre que momentanément, mais aussi la Terre noire d’Éleusis qu’il rend définitivement à Athènes, en la libérant de Mégare43. Cependant, cette conquête reste fragile au vie siècle, dans la mesure où Salamine reste disputée entre les deux cités. D’où la longueur et l’âpreté de la guerre qu’elles se livrent pour sa possession, avant que l’arbitrage de Sparte ne la donne définitivement à Athènes.

18Si l’on examine les arguments mythologiques avancés par Athènes dans cet arbitrage, on peut voir une politique se dégager derrière eux. Cette politique n’est pas, comme le pense W.S. Ferguson, celle de l’adoption d’une identité salaminienne fictive par deux groupes d’Athéniens, mais bien celle de l’insertion de deux familles salaminiennes dans la cité athénienne. Comme on va le montrer, cette insertion est préalable à celle du génos des Salaminiens, en Attique.

Les Philaïdes et les Eupatrides de Salamine, Athéniens depuis Solon

  • 44 Plut., Sol, 10, 3.
  • 45 Hdt., VI, 35 (trad, d’après Ph.-E. Legrand).

19Dans le compte rendu que Plutarque donne de l’arbitrage spartiate, les fils d’Ajax, Philaios et Eurysakès, sont présentés non pas comme les ancêtres d’un groupe important de Salaminiens, localisés les uns à proximité de l’astu, les autres dans le Sounion, mais bien comme les chefs de l’île, qui, à la génération qui suit Ajax, se seraient installés l’un à Mélitè, l’autre à Brauron où ils auraient donné leur nom au dème des Philaïdes44. Or, au vie siècle, la famille des Philaïdes était fière de son origine salaminienne qu’elle faisait remonter à Philaios et au-delà à Éaque et aux Éginètes qui passaient pour avoir été les premiers occupants de l’île. Voisin de Pisistrate à Brauron, le Philaïde Miltiade lui portait ombrage selon Hérodote, par la splendeur de sa famille qui entretenait des quadriges et se targuait de ses origines salaminiennes45 :

δὲ τῇσι ᾿Aθήνῃσι τηνικαῦτα εἶχε μὲν τò πᾶν κράτος Πεισίστρατος, ἀτὰρ ἐδυνάστευέ γε καì Μιλτιάδης ὁ Κυψέλου, ἐών οίκίης τεθριπποτρόφου, τά μὲν ἀνέκαθεν ἀπ’ Αίακοῦ τε καì Αίγίνης γεγονώς, τὰ δὲ νεώτερα ’Αθηναῖος, Φιλαίου τοῦ Αἴαντος παιδòς γενομένου πρώτου τῆς οίκίης ταύτης ᾿Aθηναῖου.
À Athènes, le pouvoir absolu était alors aux mains de Pisistrate. Cependant, Miltiade, le fils de Cypsélos, y jouissait aussi d’une grande autorité : il était d’une maison qui entretenait des quadriges ; par sa naissance, il remontait à Éaque et Égine, il était Athénien de plus fraîche souche, Philaios, le fils d’Ajax, étant le premier de cette famille à avoir été Athénien.

  • 46 Platon, Alc, 121a-b (trad, d’après M. Croiset). – Dans le discours Sur l’Attelage rédigé par Isocr (...)

20La famille des Eupatrides, à laquelle appartenait Alcibiade, se vantait quant à elle de remonter à Eurysakès, et par Eurysakès à Zeus. Comme Alcibiade se glorifiait de cette ascendance, Socrate rétorque ironiquement46 :

Εί δὲ καὶ τοὺς προγόνους σε δέοι καὶ τὴν πατρίδα Εὐρυσάκους ἐπιδεῖξαι Σαλαμῖνα ἢ τὴν Αἰακοῦ τοῦ ἔτι προτέρου Αἴγιναν ᾿Aρτοξέρξῃ τῷ Ξέρξου, πόσον ἂν οἴει γέλωτα ὀφλεῖν ;
S’il te fallait faire valoir tes ancêtres et la patrie d’Eurysacès, Salamine, et Égine, patrie d’Éaque, son prédécesseur, auprès d’Artaxerxès, à quel éclat de rire ne penses-tu pas que tu t’exposerais de sa part ?

  • 47 Paus., I, 35, 2.

21Mais cette répartie confirme que les Eupatrides, comme les Philaïdes, étaient fiers de leur origine salaminienne et, au-delà, éginétique, qu’ils faisaient remonter à l’époque de la guerre de Troie, où le nom d’Eurysakès, même s’il ne figure pas chez Homère, rappelait encore le large bouclier d’Ajax tant vanté par Homère. Certes, Eurysakès n’est que l’ancêtre fictif des Eupatrides, puisque leur nom se réfère à leur appartenance à la noblesse de l’île, et non à Eurysakès : ils ne sont pas Eurysakidai, mais Eupatrides. Eurysakès n’en est pas moins le héros de Salamine qu’ils s’attribuent comme ancêtre, comme peut-être les Philaïdes eux aussi le faisaient puisque, dans une version de leur légende mentionnée par Pausanias47, Eurysakès passait pour avoir été le père et non le frère de Philaios. Lorsque les Athéniens se réfèrent devant les juges Spartiates au don que les Philaïdes et les Eupatrides auraient fait de leur île à Athènes, à l’époque de la guerre de Troie, et à la citoyenneté athénienne qu’ils auraient reçue en échange, ils ne font donc nullement référence à la présence à Athènes d’un génos constitué par des Athéniens qui se seraient prétendus Salaminiens, mais bien à celle de deux familles qui, en échange de la citoyenneté athénienne, auraient donné leur île à Athènes.

  • 48 Agora I 4120 ; fr. M 11, publié par D.W. Bradeen, The Fifth-Century Archon List, in Hesperia, 32 ( (...)
  • 49 Cypsélos était vraisemblablement le petit-fils du tyran de Corinthe par sa mère. Hérodote (VI, 128 (...)
  • 50 Sur la chronologie des Cypsélides : J. servais, Hérodote et la chronologie des Cypsélides, in AC, (...)

22Dans quel contexte ? Dans celui de guerre de Troie, si l’on tient compte des arguments avancés par Athènes dans l’arbitrage, dans celui de la conquête de l’île par Solon, si l’on tient compte de la généalogie non pas fictive, mais réelle des Philaïdes. Cypsélos, le père de Miltiade, est en effet archonte en 597/6, trois ans avant Solon48. À cette date, les Philaïdes sont devenus Athéniens. L’île a donc été conquise par Solon, tandis que celui-ci, très vraisemblablement, offrait aux membres de cette famille salaminienne la citoyenneté athénienne. Par leur alliance possible avec les Cypsélides de Corinthe, dont Cypsélos descendait par les femmes49, les Philaïdes offraient, en effet, aux Athéniens non seulement l’appui d’une des deux grandes familles de l’île, mais encore celui de Périandre, autre ennemi des Mégariens, sur leur frontière occidentale50.

  • 51 L’Homme-Wéry, op. cit. (n. 30), p. 184-191.
  • 52 Hdt., VI, 34-35.

23Par les terres qu’ils obtenaient en Attique et la citoyenneté qu’ils y recevaient, les Philaïdes devaient nécessairement devenir dans l’île de Salamine, qui restait leur patrie, de fervents défenseurs de la politique athénienne. À Athènes même, ils étaient d’ailleurs installés, non seulement dans la région de Brauron, où Miltiade, par sa présence, contrecarrait l’influence de Pisistrate, mais aussi dans le dème des Laciades, situé sur la Voie Sacrée, avant qu’elle ne pénètre dans l’Aigaléos51. C’est là que, selon Hérodote52, Miltiade « assis sous le porche de sa demeure » voit passer les Dolonces qui se cherchent un chef. S’il les interpelle, c’est parce qu’ils sont étrangers et armés. Miltiade contrôlait donc la Voie Sacrée à cet endroit qui était stratégique pour Athènes. Car il était situé à proximité immédiate de l’Aigaléos qui avait formé la frontière entre Athènes et Mégare, à l’époque de la domination mégarienne sur Éleusis. En donnant aux Philaïdes un rôle important dans la défense de l’Attique, là où elle restait vulnérable en cas de contre-attaque mégarienne sur Eleusis, les Athéniens les associaient à la défense de leur territoire, non seulement à Salamine, mais aussi en Attique même.

  • 53 Hdt., VIII, 17 ; Plut., Aie, 1, 1. – Davies, op. cit. (n. 46), p. 15.
  • 54 N. Loraux, Né de la Terre. Mythe et politique à Athènes, Paris, 1996, p. 33.

24Tandis que les Philaïdes jouent un rôle dans la défense du territoire athénien, les Eupatrides jouent un rôle analogue dans la défense de ses côtes, si l’on en juge par le témoignage d’Hérodote qui signale qu’à l’Artémision, l’Eu-patride Clinias fait campagne « à ses frais avec 200 hommes sur un navire qui lui appartient (ἐπì οἰκηίῃ νηί) »53. Comme les Philaïdes, les Eupatrides ont reçu des terres en Attique, qui leur donnent les moyens de cette politique. Elles étaient situées à Mélitè, où se trouvait le sanctuaire d’Eurysakès dont le culte leur avait été octroyé, très probablement depuis l’époque de Solon. Ce culte témoignait du fait qu’à l’époque de la guerre de Troie, ces deux familles salaminiennes étaient devenues athéniennes. Comme le souligne N. Loraux54, seul dans la perspective archaïque compte le mythe qui « annule le temps dans une incessante recréation de l’origine ». Le ralliement des Philaïdes et des Eupatrides à Athènes est donc reporté à cet événement fondateur par excellence qu’est la guerre de Troie, et non au début du vie siècle, à la conquête de l’île par Solon.

25Leur ralliement à cette date fut cependant insuffisant pour assurer aux Athéniens la possession définitive de l’île. Aussi, dès l’époque de l’arbitrage spartiate, Athènes envisage une politique d’insertion accrue des Salaminiens dans la cité athénienne. C’est cette politique que reflète le mythe d’Ajax, tel qu’il est exploité par Athènes.

Ajax, voisin et allié d’Athènes

  • 55 Hdt., V, 66. Sur le culte d’Ajax à Salamine et à Athènes : Kearns, op. cit. (n. 34), p. 141.

26Comme W.S. Ferguson le souligne, c’est vraisemblablement à l’époque de Clisthène qu’Ajax devient un héros athénien, en tant que héros éponyme d’une des nouvelles tribus. S’il avait été ajouté aux héros indigènes, bien qu’il fût étranger, c’est, comme le souligne Hérodote, en tant que voisin et allié d’Athènes (τοῦτον δέ, ἅχτε ἀστυγείτονα καì σύμμαχον, ξεῖνον ἐόντα προσέθετο)55.

  • 56 Hom., Il., II, 557-558 ; Plut., Sol., 10, 2-3 (trad, d’après R. Flacelière).

27La volonté de souligner à la fois le statut d’étrangers, mais aussi d’alliés, des Salaminiens, ressort de même de l’exploitation que les Athéniens font du témoignage d’Homère, dans l’arbitrage56 :

Οἱ μὲν οὖν πολλοὶ τῷ Σόλωνι συναγωνίσασθαι λέγουσι τὴν Όμήρου δόξαν ἐμβαλόντα γὰρ αὐτòν ἔπος εἰς νεῶν κατάλογον ἐπὶ τῆς δίκης ἀναγνῶναι
« Αίαἴς δ’ ἐκ Σαλαμῖνος ἄγεν δυοκαίδεκα νῆας,
στῆσε δ’ ἅγων, ἴν’ ᾿Aθηναίων ἵσταντο φάλαγγες. »
Beaucoup disent que l’autorité d’Homère combattit pour Solon dans ce débat. Il aurait lui-même ajouté un vers au Catalogue des Vaisseaux et aurait lu ceci au cours du procès :
« Ajax, de Salamine, amena 12 nefs qu’il plaça là où se trouvaient les troupes d’Athènes. »

  • 57 Le scholiaste du manuscrit A de l’Iliade (III, 230) qui reproduit en général l’avis d’Aristarque d (...)
  • 58 Strabon, IX, 1, 10 (C 394).
  • 59 Strabon, IX, 1, 10 (C 394).

28Le second de ces vers passait pour avoir été inventé par Solon ou Pisistrate et l’érudition alexandrine le considérait comme une interpolation57. Strabon se rallie à ce point de vue et estime que les Athéniens l’ont inventé pour montrer que, dès l’origine, l’île était soumise à Athènes58. Ce n’est cependant pas l’idée de soumission, mais celle de collaboration qui est mise en évidence dans ce vers. Les Mégariens ont tenu à y répondre en produisant les vers suivants, cités par Strabon59 :

Αἴας δ’ ἐκ Σαλαμῖνος ἄγεν νέας, ἔκ τε Πολίχνης
ἔκ τ’ Αἰγειρούσσης Νισαίης τε Τριπόδων τε
Ajax amena ses navires de Salamine, de Polichnè, d’Aigeroussa, de Nisée et de Trípodès.

  • 60 G.S. Kirk, The Iliad : A Commentary, I, Cambridge, 1985, p. 207.
  • 61 Strabon, IX, 1, 10 (C 394).
  • 62 Plut., Sol., 10, 4-6.

29Si, dans le cas du vers 558, la fraude ne peut pas être établie sur le plan de la forme, ici, l’absence d’un nombre spécifique de navires indique clairement qu’il s’agit d’un faux60. Comme tous les lieux qui y sont cités se trouvent en Mégaride61, l’objectif de ces vers est manifestement de montrer qu’à l’époque de la guerre de Troie, Ajax était mégarien. À travers l’exploitation qui est faite d’Ajax par les deux cités en guerre, on voit ainsi se dessiner deux politiques : la politique mégarienne vise à l’absorption de l’île en faisant d’Ajax un Mégarien, ou de Mégare une possession de Salamine, la politique athénienne vise à souligner l’alliance qu’Athènes souhaite réaliser entre elle et les Salaminiens. De même, l’exploitation qu’Athènes fait dans cet arbitrage de la parenté qui aurait uni Athéniens et Salaminiens, sur le plan des coutumes funéraires et de la langue – ionienne à Athènes, comme à Salamine62 –annonce de la part d’Athènes une politique d’alliance et non d’absorption de l’île et de ses habitants.

  • 63 Taylor, op. cit. (n. 25), p. 102-103, 130-131, pense qu’il n’y a plus de Salaminiens sur l’île, ap (...)

30Pourtant, à peine les Athéniens sont-ils installés à Salamine qu’ils l’occupent militairement. Le mythe semble ici contredire la réalité historique qui pourtant affirme s’inspirer de lui. Cette contradiction s’efface cependant si l’on considère que les Salaminiens ont pu choisir de devenir ou non citoyens d’Athènes, à l’époque de Clisthène. Comme elle l’avait fait pour les deux grandes familles de Salamine qui avaient choisi de devenir athéniennes à l’époque de Solon, l’Athènes de Clisthène a vraisemblablement offert aux Salaminiens, dans leur ensemble, de quitter leur île pour devenir citoyens athéniens. Certains ont accepté et ont formé le génos des Salaminiens à Athènes, d’autres ont refusé sans doute et sont restés sur leur île, avec un statut que nous connaissons mal, mais que l’on perçoit incidemment dans la documentation épigraphique63. Déjà M.P. Nilsson avait émis la thèse d’un échange entre les Salaminiens, qui seraient devenus Athéniens, et les Athéniens installés sur l’île pour l’occuper. Mais il pensait que cet échange était un échange forcé qui obligeait les Salaminiens à émigrer en Attique. En conséquence, il n’avait pas convaincu l’érudition contemporaine qui avait cherché d’autres pistes pour comprendre la présence du génos des Salaminiens en Attique. Cependant, si l’on souligne avec W.S. Ferguson que la politique salaminienne est dépendante de la politique éleusinienne d’Athènes, on peut comprendre le prix que les Athéniens, à l’époque de Clisthène, ont accordé à l’intégration de ces nouveaux venus en Attique.

  • 64 Démon, 327, F 6 Jacoby – Plut., Thés., 22-23. – Agora I 3244, 92, donne l’orthographe Pyanopsiôn, (...)
  • 65 Agora I 3244, 47-50. C. Calame, Thésée et l’imaginaire athénien, Lausanne, 19962, p. 147-148.
  • 66 Démon, 327 F 6 Jacoby = Plut., Thés., 23 ; Proclus, Chrestom., 28. – F. de Polignac, La naissance (...)
  • 67 Agora I 3244, 10, 47-50. Démon, 327 F 6 Jacoby = Plut., Thés., 23, 4.
  • 68 Agora I 3244, 41-46.
  • 69 Agora I 3244, 93.

31Ce prix se révèle non seulement par la citoyenneté et les terres qu’ils leur donnent en Attique, mais aussi par les cultes qu’ils y célèbrent. À côté de celui d’Eurysakès, qui devient leur ancêtre commun, celui d’Athéna Skiras, au Phalère, témoigne de leur intégration pleine et entière dans la cité athénienne. Car c’est dans le sanctuaire de cette déesse que les Oschophories célèbrent en Pyanopsiôn le retour de Thésée de Crète64. Or, non seulement la prêtresse d’Athéna Skira est salaminienne, mais le héraut, qui passe pour avoir annoncé le retour à la fois triste et joyeux de Thésée, est choisi dans le génos. C’est sur son avis et celui de la prêtresse d’Athéna Skiras que les archontes des deux branches du génos choisissent les oschophores et les deipnophores qui jouent un rôle essentiel dans la fête65. Les oschophores, porteurs de branches de vigne, qui rappellent le caractère anciennement agraire et dionysiaque de la fête, sont déguisés en filles, comme les compagnons de Thésée passaient pour l’avoir été. C’est comme tels qu’ils accomplissent la procession qui les conduit du sanctuaire de Dionysos à Athènes à celui d’Athéna Skiras au Phalère où ont lieu les sacrifices et le repas qui prolongent la fête66. Les deipnophores, les « porteuses de repas », choisies comme les oschophores parmi les Salaminiens, y représentent les mères des enfants envoyés en Crète67. Ce sont elles qui, vraisemblablement, procèdent à la distribution de pains de froment qui a lieu dans le sanctuaire de la Skiras68. Ainsi les Salaminiens des deux sexes sont-ils pleinement intégrés à l’un des cultes civiques les plus importants d’Athènes, rattaché à la fois à ses vieilles composantes agraires et à la célébration de la geste de Thésée. Leur calendrier précise que Thésée recevait un sacrifice du génos, à la date du 6 Pyanopsiôn69.

  • 70 Agora I 3244, 90-91. – Selon Philochore, 328 F 111 Jacoby – Plut., Thés., 17, 6, Skiros de Salamin (...)
  • 71 Bourriot, op. cit. (n. 35), p. 1097, n. 107.

32Il signale de même qu’en Boèdromiôn, les Salaminiens sacrifient à Poséidon Hippodromios, aux héros salaminiens Nauseiros et Phaïax, ainsi qu’à Teucros, le frère d’Ajax70. Mais ces héros salaminiens ne sont que quelques-uns, au regard des nombreux héros locaux auxquels les Salaminiens sacrifient71. Panni ces cultes héroïques, deux leur sont particulièrement dévolus, puisqu’ils en fournissent les prêtres : c’est celui d’Héraclès à Porthmos, ainsi que celui d’Aglaure, Pandrose et de la Courotrophe.

  • 72 A. Verbanck-Piérard, Héraclès l’Athénien, in A. Verbanck-Piérard, D. Viviers (éds), Culture et Cit (...)
  • 73 Puisque le sacrifice à la Courotrophe ouvre l’année sacrificielle du génos, on peut supposer avec (...)
  • 74 Agora I 3244, 85-86.

33A. Verbanck-Piérard a bien montré que, très tôt, Héraclès était implanté en Attique comme protecteur du corps social. Avant la bataille de Marathon, il assure les hoplites de sa protection72. À Porthmos, durant le mois de Mou-nichiôn, les Salaminiens, après un sacrifice préliminaire à la Courotrophe73, sacrifient d’abord aux héros et héroïnes qui lui sont proches, à Iolaos, son neveu, à Alcmène, sa mère, à Maia, sa nourrice, avant de lui offrir un bœuf de 70 drachmes qui représente le sacrifice le plus coûteux de ceux qui sont consentis par le génos74. Par le culte qu’ils rendent à Héraclès, ainsi qu’aux héros qui lui sont associés, ils affirment qu’ils sont pleinement devenus des Athéniens, chargés de défendre cette terre de l’Attique, devenue la leur par adoption.

  • 75 Agora I 3244, 11-12.
  • 76 W. Burkert, Kekropidensage und Arrhephoria, in Hermes, 94 (1966), p. 1-25 – Le mythe des Cécropide (...)
  • 77 Agora I 3244, 11-12.
  • 78 G.S. Dontas, The True Aglaurion, in Hesperia, 52 (1983), p. 49-61, p. 54 : le décret honorifique r (...)
  • 79 F. Sokolowski, LSCG, 1969, n° 18; pour autant que l'on restitue Pandrose en E 65-70 comme le propo (...)
  • 80 G. Daux, art. cit. (η. 73), p. 618.
  • 81 L'association intime entre Aglaure et Pandrose que l'on constate dans ce titre est inversée dans l (...)
  • 82 Parker, op. cit. (n. 8), p. 311. Selon Kearns, op. cit. (n. 34), p. 139, ce culte était localisé à (...)

34De même, par le culte que la prêtresse des Salaminiens rend à Aglaure, Pandrose et à la Courotrophe, les femmes et les filles du génos s’affirment comme celles d’Athènes75. Depuis les analyses de J.E. Harrison, élargies par W. Burkert, on sait que la mythologie des Aglaurides était réactualisée chaque année par les rites arrhéphoriques, accomplis le 3 Skirophoriôn76. C’est dans une grotte située sur le flanc nord de l’Acropole que les Arrhé-phores, ces deux jeunes porteuses de la corbeille qui contenait Érichthonios, descendaient par un passage naturel que Pausanias signale et que les fouilles américaines ont permis d’identifier. Les rites arrhéphoriques sont inscrits dans la géographie de l’Acropole et dans sa mythologie, à laquelle chaque Athénien participe, puisque, comme Érichthonios ou Érechthée, il se perçoit comme issu de la Terre d’Athènes. Donner à une Salaminienne la prêtrise groupée des cultes d’Aglaure, Pandrose et de la Courotrophe ne peut être, dans ce contexte cultuel, que significatif de la volonté des Athéniens d’insérer les Salaminiens, particulièrement leurs femmes et leurs filles, dans leur communauté. Le caractère exceptionnel du titre de la prêtresse des Salaminiens77 (τὴν τῆς ᾿Aγλαύρο καὶ Πανδρóσο καì τῆς Κοροτρόφο) invite cependant à se demander si elle exerçait cette fonction dans le cadre du culte civique. La prêtresse qui exerce le culte d’Aglaure, dans le sanctuaire qui lui est consacré au flanc Est de l’Acropole, porte, en effet, le seul titre de prêtresse d’Aglaure78. Certes, comme le souligne P. Brulé, sur l’acropole d’Erchia, un sacrifice est offert, à la date du 3 Skirophoriôn, à la Courotrophe, à Athéna Polias, à Aglaure, à Zeus Polieus, à Poséidon et à Pandrose79. Mais, comme c’est le cas ailleurs, dans le calendrier d’Erchia, le sacrifice à la Courotrophe est un prothuma80. Il n’y a donc pas lieu de l’associer à ceux qui sont offerts à Aglaure et Pandrose, par un lien qui témoignerait d’un rapport intrinsèque de ces divinités entre elles. Il en résulte que la formulation du titre dévolu à la prêtresse d’Aglaure, Pandrose et de la Courotrophe, dans l’inscription des Salaminiens, revêt un caractère singulier81. Elle pourrait indiquer, comme le suggère R. Parker, que cette prêtresse exerçait ses fonctions dans un dème et non dans le culte civique82.

  • 83 Philochore, 328 F 105 Jacoby = Schol. Dém., 19 (legò 303.
  • 84 G. Daux, Le Serment des éphèbes athéniens, in REG, 84 (1971), p. 370-383; R. Merkelbach, Aglauros. (...)

35Mais Aglaure, dans la mythologie athénienne, n’est pas seulement la première des filles de Cécrops, celle qui ouvre la corbeille interdite et se précipite du haut de l’Acropole parce qu’elle a bravé cet interdit. Dans une des versions de la légende qui remonte peut-être au vie siècle, sa chute du haut de l’Acropole devient salvatrice pour Athènes. Car elle l’accomplit pour sauver sa patrie menacée par la défaite de son père – ici Érechthée – face aux Éleusiniens d’Eumolpe83. À ce titre, Aglaure patronne les éphèbes qui prêtent serment dans son sanctuaire84. Ainsi le contexte de la guerre athéno-mégarienne pour Éleusis se projette-t-il dans la mythologie parce qu’il occupe une importance majeure dans les préoccupations des Athéniens, au vie siècle. C’est pourquoi les Salaminiens reçoivent à la fois la citoyenneté à Athènes et une place importante dans les cultes de leur cité d’adoption.

Notes

1 Agora I 3244 ; Agora I 3394, stèles de marbre pentélique et de marbre de l’Hymette, trouvées à proximité de l’Héphaisteion : W.S. Ferguson, The Salaminioi of Heptaphylai and Sounion, in Hesperia, 7 (1938), p. 1-76. – Réédition par S.D. Lambert, The Attic Genos Salaminioi and the Island of Salamis, in ZPE, 119 (1997), p. 85-106. – Le terme génos n’est pas employé dans Agora I 3244, mais bien dans un décret honorifique de la fin du ive siècle qui signale les honneurs rendus par les Salaminiens à un de leurs membres : IG, II2, 1232, 20-24 : H.T. Wade-Gery, Eupatridai, Archons, and Areopagus, in CQ, 25 (193D, p. 85 ; RE. Wycherley, The Athenian Agora, III, Literary and Epigraphical Testimonia, Princeton, New Jersey, 1957, n° 253 ; Lambert, ibid., p. 104.

2 Agora I 3244, 8-16.

3 Agora I 3244, 16-19.

4 Agora I 3244, 19-27. – Dans les textes littéraires, c’est le terme oschophores et non oskophores qui est employé (infra, p. 346).

5 Agora I 3244, 27-47.

6 Agora I 3244, 47-52.

7 Agora I 3244, 69-79.

8 Agora I 3244, 80-97. – Tableau du calendrier des Salaminiens : R. Parker, Athenian Religion. A History, Oxford, 1996, p. 313.

9 Agora I 3394.

10 Paus., I, 35, 3 ; Harpocration, s.v. Eurysakeion ; s.v. Kolônetas ; Souda, s.v. Kolônetas (Wycherley, op. cit. [n. 1], n° 248, 246, 286, 290).

11 IG, II2, 1232, 20-24 (supra, n. 1).

12 Ferguson, art. cit. (n. 1), p. 16.

13 Ferguson, an. cit. (n. 1), p. 15-18.

14 Soph., Ajax, 574-576.

15 Agora I 3625 : B.D. Meritt, Greek Inscriptions, in Hesperia, 7 (1938), p. 94-96, n° 15 ; Wycherley, op. cit. (n. 1), n° 254.

16 Hdt„V, 66.

17 Ferguson, ibid., p. 16.

18 Plut., Sol., 10, 3 (trad, d’après R. Flacelière).

19 Plut., Sol, 10, 2 ; infra, p. 11.

20 Ferguson, ibid., p. 17.

21 Plut., Sol, 10, 6. – Cléomène intervient en Attique, vraisemblablement entre l’expulsion d’Hippias en 510 et l’archontat d’Isagoras en 508/7 (Ferguson, ibid., p. 17).

22 Ferguson, ibid., p. 42.

23 M.P. Nilsson, The New Inscription of the Salaminioi, in AJPh, 59 (1938), p. 385-393.

24 Nilsson, ibid., p. 392 ; Cults, Myths, Oracles and Politics in Ancient Greece, Lund, 1951, p. 26-41 ; Political Propaganda in the Vlth Century Athens, in Studies DM. Robinson, II, 1953, p. 743-748.

25 IG I3, 1. H. van Effenterre, F. Ruzé, ΝΟΜΙΜΑ. Recueil d’inscriptions politiques et juridiques de l’archaïsme grec, I, Paris et Rome, 1994, n° 6, p. 44-46. – L’identification d’un nouveau fragment [A.P. Matthaiou, ’Eπιγραφὲς ᾿Aκροπόλεως, in Horns, 8-9 (1990-1991), p 9-131 exclut toute finale en ας pour le dernier mot de la première ligne, tandis qu’il confirme ᾿Aθε] νεσι en 2-3. Aussi H. van Effenterre et F. Ruzé, de même que M.C. Taylor, Salamis and the Salaminioi. The History of an Unofficial Athenian Demos, Amsterdam, 1997 (Archaia Hellas, 5), p. 63-74, restituent-ils à la ligne 1 ᾿Aθεναί]ος plutôt que κλερό]χος.

26 Hdt., V, 57.

27 Nilsson, Cults, Myths, Oracles... op. cit. (n. 23), p. 388, constate également qu’en fonction des kurbeis, la cité payait le bois pour les sacrifices qu’en Mounichiôn, elle offrait à Porthmos, en même temps que le génos : Agora I 3244, 85-88. Comme les kurbeis constituent le calendrier sacré établi par Solon, ces sacrifices publics remontent soit à sa réglementation des sacrifices d’Athènes, soit à la révision qui en a été faite à la fin du ve siècle.

28 M Guarducci, L’origine et le vicende del γένος attico dei Salaminii, in RF1C, 76 (1948), p. 223-243, notamment p. 227.

29 Solon, fr. 2, 6. B. Gentili, C. Prato, Poetarum Elegiacorum Testimonia et Fragmenta, I, Teubner, 19882.

30 L.-M. L’Homme-Wéry, La perspective éleusinienne dans la politique de Solon, Genève, 1996 (Bibl. Fac. Phil, et Lettres Université de Liège, fasc. 268), p. 169-183, 312-313.

31 Nilsson, Cults, Myths, Oracles... op. cit. (n. 23), p. 386, date la conquête de l’île par Athènes de l’époque de Pisistrate, mais sans justifier ce point de vue qui repose peut-être sur Hérodote (I, 59) qui signale que Pisistrate obtint une garde personnelle des Athéniens en fonction des exploits qu’il avait accomplis « dans sa stratégie contre les Mégariens, en prenant Nisée et en accomplissant d’autres brillants exploits ». Mais, comme le souligne Taylor, op. cit. (n. 25), p. 36, rien ne prouve que ces exploits eurent lieu à Salamine. Énée le Tacticien (IV, 8) les situe, au contraire, à Éleusis et à Nisée en une version que l’on retrouve déformée chez Plutarque (Sol., 8, 4) : L’Homme-Wéry, ibid., p. 169, n. 1.

32 Taylor, op. cit. (n. 25), p. 4.

33 Plut., Sol., 9, 1.

34 Plut., Thés., 10, 3. Paus., I, 36, 1 ; I, 35, 2. – Sur les variations de la légende de Cychrée : E. Kearns, The Heroes of Attica, London, 1989 (BICS, Suppl. 57), p. 180.

35 F. Bourriot, Recherches sur la nature du génos, Lille/Paris, 1976, p. 685-689.

36 Agora I 3244, 73-79 : dèmes de Skambodinai, Boutadai, Acharnes, Épiképhisia, Agryle. Ces Salaminiens semblent avoir appartenu à une seule phratrie : S.C. Humphreys, Phrateres in Alopeke, and the Salaminioi, in ZPE, 83 (1990), p. 243-248.

37 R. Osborne, Archaeology, the Salaminioi, and the Politics of Sacred Space in Archaic Attica, in S.E. Alcock, R. Osborne (éds), Placing the Gods. Sanctuaries and Sacred Space in Ancient Greece, Oxford, 1994, p. 143-160.

38 Lambert, op. cit. (η. 1), p. 96.

39 Lambert, op. cit. (η. 1), p. 97.

40 Ces inscriptions sont étudiées par M.C. Taylor, A Fourth-Century Honorary Decree of the Athenian Demos on Salamis, in ZPE, 107 (1995), p. 289-295 (notamment p. 293-294).

41 Taylor, op. cit. (η. 25), p. 59-63.

42 Taylor, op. cit. (η. 25), p. 62.

43 H. van Effenterre, Solon et la terre d’Éleusis, in RIDA, 24 (1977), p. 91-129 ; L’Homme-Wéry, op. cit., (n. 30).

44 Plut., Sol, 10, 3.

45 Hdt., VI, 35 (trad, d’après Ph.-E. Legrand).

46 Platon, Alc, 121a-b (trad, d’après M. Croiset). – Dans le discours Sur l’Attelage rédigé par Isocrate (16, 25-26) pour Alcibiade le jeune, fils du précédent, ce dernier souligne que « par les hommes » son père appartient aux Eupatrides, « par les femmes » aux Alcméonides, tandis qu’il rappelle qu’Alcibiade, l’arrière grand-père maternel de son père, a aidé Clisthène à chasser les tyrans et à « ramener le peuple ». Cependant, comme à Athènes le terme Eupatridai désigne parfois la noblesse dans son ensemble, Wade-Gery, art. cit. (n. 1), p. 85, J.K. Davies, Athenian Propertied Families, 600-300 B.-C, Oxford, 1971, p. 10-15 et Bourriot, op. cit. (n. 35), p. 392-423, estiment que ce terme, chez Isocrate, se réfère non pas à une famille, mais à la noblesse dans son ensemble, de telle sorte que, lorsque Alcibiade fait référence à Eurysakès et à ses ancêtres, il soulignerait son appartenance au génos des Salaminiens, et non à la famille des Eupatrides. Le parallélisme qu’Isocrate établit entre les Alcméonides et les Eupatrides exclut cependant cette interprétation.

47 Paus., I, 35, 2.

48 Agora I 4120 ; fr. M 11, publié par D.W. Bradeen, The Fifth-Century Archon List, in Hesperia, 32 (1963), p. 187-193 ; M.F. McGregor, Solon’s Archonship : the Epigraphic Evidence, in Studies in Honour of E.T. Salmon, 1974, p. 31-34.

49 Cypsélos était vraisemblablement le petit-fils du tyran de Corinthe par sa mère. Hérodote (VI, 128) affirme en effet à propos du Philaïde Hippocleidès que son « origine l’apparentait aux Cypsélides de Corinthe ». – Davies, op. cit. (n. 46), p. 295.

50 Sur la chronologie des Cypsélides : J. servais, Hérodote et la chronologie des Cypsélides, in AC, 38 (1969), p. 28-81 ; McGregor, art. cit. (n. 48), p. 33 ; J.B. Salmon, Wealthy Corinth. A History of the City to 338 B.C., Oxford, 19862, p. 186, n. 1. – Sur l’hostilité entre Mégare et Corinthe : L’Homme-Wéry, op. cit. (n. 30), p. 119, n. 1.

51 L’Homme-Wéry, op. cit. (n. 30), p. 184-191.

52 Hdt., VI, 34-35.

53 Hdt., VIII, 17 ; Plut., Aie, 1, 1. – Davies, op. cit. (n. 46), p. 15.

54 N. Loraux, Né de la Terre. Mythe et politique à Athènes, Paris, 1996, p. 33.

55 Hdt., V, 66. Sur le culte d’Ajax à Salamine et à Athènes : Kearns, op. cit. (n. 34), p. 141.

56 Hom., Il., II, 557-558 ; Plut., Sol., 10, 2-3 (trad, d’après R. Flacelière).

57 Le scholiaste du manuscrit A de l’Iliade (III, 230) qui reproduit en général l’avis d’Aristarque de Samothrace, l’éditeur alexandrin de l’Iliade, estime qu’il faut rejeter le vers 558 « parce que les Athéniens n’étaient pas près d’Ajax ». – Selon Dieuchidas de Mégare, 485 F 6 Jacoby = Diog. Laërce, I (Sol.), 57, la falsification touchait non seulement le vers 558, mais tout le passage relatif à Athènes, dans le Catalogue.

58 Strabon, IX, 1, 10 (C 394).

59 Strabon, IX, 1, 10 (C 394).

60 G.S. Kirk, The Iliad : A Commentary, I, Cambridge, 1985, p. 207.

61 Strabon, IX, 1, 10 (C 394).

62 Plut., Sol., 10, 4-6.

63 Taylor, op. cit. (n. 25), p. 102-103, 130-131, pense qu’il n’y a plus de Salaminiens sur l’île, après son occupation par Athènes à la fin du vie siècle. Cependant, une liste de potètes, qui mentionne la vente de terres de l’île appartenant aux Trente Tyrans et à leurs sympathisants, signale que cette vente est organisée par Leukolophos de Salamine, sans précision du démotique QG, II2, 1579, 8). M.B. Walbank, The confiscation and sale by the poletai in 402/1 B. C. of the property of the Thirty Tyrants, in Hesperia, 51 (1982), p. 81, en conclut que vraisemblablement Leukolophos n’était pas Athénien. Taylor, op. cit. (n. 25), p. 102-103, estime, par contre, qu’il l’était sur base d’une comparaison entre le titre qui lui est donné dans cette inscription et celui de Timothéos de Salamine, du dème Alopèkè, dans la liste des dîmes offertes à Éleusis, en 329/8 QG, II2, 1672, 274-275). Mais précisément, il est caractéristique que, dans ce cas, le démotique soit donné, tandis qu’il ne l’est pas dans le cas de Leukolophos. Selon toute vraisemblance, il y avait encore à Salamine, à la fin du ve siècle, des Salaminiens originaires de leur île.

64 Démon, 327, F 6 Jacoby – Plut., Thés., 22-23. – Agora I 3244, 92, donne l’orthographe Pyanopsiôn, et non Pyanepsiôn.

65 Agora I 3244, 47-50. C. Calame, Thésée et l’imaginaire athénien, Lausanne, 19962, p. 147-148.

66 Démon, 327 F 6 Jacoby = Plut., Thés., 23 ; Proclus, Chrestom., 28. – F. de Polignac, La naissance de la cité grecque, Paris, 1984, p. 72, n. 89, note que le rôle des Salaminiens dans cette procession pourrait résulter d’un processus d’intégration cultuelle lors de la conquête athénienne de l’île.

67 Agora I 3244, 10, 47-50. Démon, 327 F 6 Jacoby = Plut., Thés., 23, 4.

68 Agora I 3244, 41-46.

69 Agora I 3244, 93.

70 Agora I 3244, 90-91. – Selon Philochore, 328 F 111 Jacoby – Plut., Thés., 17, 6, Skiros de Salamine avait fourni à Thésée « un pilote appelé Nausithoos et un timonier du nom de Phaïax ». Le nom de Nausithoos provient vraisemblablement d’une contamination avec le père d’Alkinoos dans l’Odyssée. Philochore signale que Nausithoos et Phaïax avaient leur hèrôon, au Phalère, à côté de celui de Skiros. On y célébrait en Boèdromiôn la fête des pilotes, les Kybernésia, en leur honneur. Ce mois ne correspondant pas au retour de Thésée qui eut lieu en Pyanopsiôn (Plut., Thés., 22-23), on peut supposer avec Calame, op. cit. (n. 65), p. 149, que le culte précède la légende.

71 Bourriot, op. cit. (n. 35), p. 1097, n. 107.

72 A. Verbanck-Piérard, Héraclès l’Athénien, in A. Verbanck-Piérard, D. Viviers (éds), Culture et Cité. L’avènement d’Athènes à l’époque archaïque, Bruxelles, 1995, p. 103-125 (bibliographie : p. 106-107).

73 Puisque le sacrifice à la Courotrophe ouvre l’année sacrificielle du génos, on peut supposer avec Ferguson, art. cit. (n. 1), p. 21, qu’il est rendu à la Terre désignée par cette épiclèse. La Souda, s.v. Kourotrophos, signale qu’à Athènes la coutume veut que l’on sacrifie d’abord (prothuein) à Gè Kourotrophos. C’est de même le cas dans le calendrier sacrificiel d’Erchia où les six sacrifices offerts à la Courotrophe sont préliminaires : G. Daux, La grande démarchie : Un nouveau calendrier sacrificiel d’Attique, in BCH, 87 (1963), p. 631 ; F. Sokolowski, LSCG, 1969, n° 18.

74 Agora I 3244, 85-86.

75 Agora I 3244, 11-12.

76 W. Burkert, Kekropidensage und Arrhephoria, in Hermes, 94 (1966), p. 1-25 – Le mythe des Cécropides et les Arrhéphores, in Sauvages origines, Paris, 1998, p. 71-111 ; P. Brulé, La fille dAthènes, La religion des filles à Athènes à l’époque classique. Mythes, cultes et société, Paris, 1987 (Annales littéraires de l’Université de Besançon, 363), p. 13-98 ; V. Pirenne-Delforge, L’Aphrodite grecque, Athènes, Liège, 1994 (Kernos, suppl. 4), p. 48-59.

77 Agora I 3244, 11-12.

78 G.S. Dontas, The True Aglaurion, in Hesperia, 52 (1983), p. 49-61, p. 54 : le décret honorifique rendu en 247/6 ou 246/5, en l’honneur de la prêtresse d’Aglaure, Timokritè, permet d’identifier le sanctuaire où il a été découvert comme étant celui d’Aglaure. IG, II2, 3459 signale le même titre de prêtresse d’Aglaure pour Pheidostratè qui le porta, probablement peu de temps avant Timokritè.

79 F. Sokolowski, LSCG, 1969, n° 18; pour autant que l'on restitue Pandrose en E 65-70 comme le propose M. Jameson, Notes on the Sacrificial Calendar of Erchia, in BCH, 89 (1965), p. 157; Brulé, op. cit. (η. 76), p. 38.

80 G. Daux, art. cit. (η. 73), p. 618.

81 L'association intime entre Aglaure et Pandrose que l'on constate dans ce titre est inversée dans la suite de l'inscription qui signale la distribution d'un pain de froment à la prêtresse de Pandrose et Aglaure, de même qu'à la Kalathèphoros, porteuse de corbeilles, de la Courotrophe (Agora I 3244, 45-46). Ferguson, art. cit. (n. 1), p. 20, pense que le culte de la Courotrophe et celui de Pandrose et Aglaure pourraient être des cultes distincts, confiés à une même prêtresse, comme c'est le cas pour le culte d'Héraclès qui est en même temps celui du héros de la Saline (Agora I 3244, 52-54).

82 Parker, op. cit. (n. 8), p. 311. Selon Kearns, op. cit. (n. 34), p. 139, ce culte était localisé à Porthmos. Mais le fait que nul sacrifice n'est offert par les Salaminiens à Pandrose et Aglaure, sur leurs fonds propres, semble interdire cette interprétation.

83 Philochore, 328 F 105 Jacoby = Schol. Dém., 19 (legò 303.

84 G. Daux, Le Serment des éphèbes athéniens, in REG, 84 (1971), p. 370-383; R. Merkelbach, Aglauros. Die Religion der Epheben, in ZPE, 9 (1972), p. 277-283; P. Siewert, The Ephebic Oath, in JHS, 97 (1977), p. 102-111. L'Homme-Wéry, op. cit. (n. 30), p. 123-128.

© Presses universitaires de Liège, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search