Version classiqueVersion mobile

Héros et héroïnes dans les mythes et les cultes grecs

 | 
Vinciane Pirenne-Delforge
, 
Emilio Suárez de la Torre

Héros homériques et sanctuaires d’époque géométrique

Isabelle Ratinaud-Lachkar

Texte intégral

  • 1 On a tenté d’attribuer un culte à un autre héros de l’épopée : Phrontis, pilote de Ménélas, aurait (...)

1À haute époque, seuls trois héros de l’épopée homérique, Agamemnon, Ménélas et Ulysse, semblent avoir été honorés, nommément, dans un sanctuaire : Agamemnon à l’Agamemnoneion à proximité de Mycènes, Ménélas au Ménélaion de Thérapné, près de Sparte, et Ulysse dans la grotte de Polis à Ithaque1. Dans les trois cas, les héros sont identifiés comme objet du culte par des dédicaces gravées sur des offrandes, datées de la fin du vie siècle pour Ménélas, du ive siècle pour Agamemnon et du ier siècle avant J.-C. pour Ulysse. Dans les trois cas, les activités cultuelles sur le site semblent apparaître à l’époque géométrique, peut-être dès la fin du ixe siècle à Ithaque, au Géométrique Récent à Mycènes et à Thérapné.

  • 2 J’ai présenté ailleurs ce que l’on pouvait penser du « culte » d’époque géométrique dans les tombe (...)
  • 3 Faute de place. Un lecteur attentif pourra, seul, à l’issue de la lecture de cette contribution, t (...)
  • 4 A contrario, pour E. Rohde et T. Price, le culte des héros est antérieur à l’épopée et bien connu (...)

2La naissance de ces sanctuaires est donc contemporaine de l’apparition d’autres manifestations de type cultuel, notamment le dépôt d’objets dans des tombes mycéniennes2. Cette contemporanéité et l’hypothèse selon laquelle les Grecs d’époque géométrique assimilaient la civilisation mycénienne et le monde homérique expliquent que ces deux phénomènes aient été étudiés de concert dans les réflexions modernes sur le culte des héros, où les trois sanctuaires qui nous retiennent ici ne reçoivent généralement pas un sort particulier. Je ne vais pas reprendre ici l’historique de ces recherches3. Elles se scindent grosso modo en deux groupes bien distincts : le premier, depuis L. Farnell jusqu’à J. Coldstream, fait du développement de ces cultes héroïques une conséquence directe de la diffusion des poèmes homériques4.

  • 5 C. Bérard, Récupérer la mort du prince : héroïsation et formation de la cité et A. Snodgrass, Les (...)
  • 6 À titre d’exemple, on a vu dans les cultes rendus à Agamemnon et Ménélas la marque des Doriens, dé (...)

3Le second, représenté par C. Bérard, A. Snodgrass, F. de Polignac, J. Whitley et, dans une moindre mesure C. Antonaccio, lie ces cultes à la naissance de la polis, tout en en donnant des interprétations différentes dans le détail. Mais, dans tous les cas, selon ce deuxième groupe de chercheurs, ces cultes sont un moyen pour une communauté de définir son identité5. On regrette notamment qu’aucune de ces théories n’intègre l’ensemble des trois sites dans une explication globale6.

  • 7 À l’exception de C. Antonaccio, The Archaeology of Ancestors, in C. Dougherty, L. Kurke (éds), Cul (...)

4Ce n’est pas là le seul élément gênant. L’absence de toute trace de tombe dans, ou à proximité, des trois sanctuaires, absence qui semble en contradiction avec les tombeaux héroïques mentionnés dans l’Iliade, avec les « cultes » pratiqués dans les tombes mycéniennes et avec la conception grecque classique du héros est généralement relevée par les différents auteurs mais aucun ne semble y attacher d’importance particulière7. Ce seul fait devrait pourtant pousser à une réflexion supplémentaire et à ne plus se contenter des différentes théories données jusqu’alors pour expliquer l’existence de ces sanctuaires, théories qui supposent des préalables indémontrables comme la diffusion extrêmement rapide de l’épopée jusqu’aux couches les plus populaires de la société grecque dans la deuxième moitié du viiie siècle, ou qui se nourrissent de concepts certes valables pour les époques postérieures, mais certainement pas pour l’époque géométrique, comme celui de la polis au sens plein et entier du terme.

  • 8 F. de Polignac, La naissance de la cité grecque (lre éd.), p. 130 et note 12 p. 130-131 ; C. Anton (...)
  • 9 F. de Polignac, La naissance de la cité grecque (lrc éd.), p. 130. Dans la seconde édition de son (...)
  • 10 Ce serait là le seul sanctuaire à un héros homérique d’époque géométrique. Pour les autres, elle c (...)

5Relever les incohérences, remettre en doute l’attribution de ces sanctuaires aux héros homériques pour leurs premiers siècles d’existence ne suffit pourtant pas. François de Polignac et Caria Antonaccio l’ont fait8. Le premier parle à ce sujet de « cultes divins adressés à des déités parfois mal définies »9 plutôt que de cultes héroïques, la deuxième parle de « mirage », en réservant cependant un sort particulier au Ménélaion10. Pour aller au-delà, plutôt que de tenter d’artificiels rapprochements entre ces trois sanctuaires, il est nécessaire de replacer chacun d’eux dans le contexte régional qui lui est propre. Or la Laconie, la plaine argienne et l’île d’Ithaque connaissent des évolutions très différentes au viiie siècle et il y a fort à parier que, répondant à des besoins différents, ces trois sanctuaires aient des réponses originales à fournir. À nous de savoir les décrypter en évitant les pièges de la généralisation, de la simplification et de l’anachronisme.

1. Le Ménélaion

6Dès 1833, L. Ross localisait la colline de Thérapné et le site du Ménélaion à quelques kilomètres au sud-est de l’agglomération de Sparte, sur la rive gauche de l’Eurotas. Objet de premiers travaux en 1889, puis en 1909, le site ne fut cependant systématiquement fouillé que dans les années 1970 par l’École Anglaise d’Athènes sous la direction de Hector Catling. Le Ménélaion fut alors entièrement dégagé, les alentours systématiquement prospectés.

7Le sanctuaire ne constitue en fait qu’une petite partie du tout puisque l’on mit au jour, à Thérapné, l’ensemble monumental d’époque helladique le plus vaste découvert à ce jour en Laconie. Occupé du xve au xiie siècle, ce centre administratif ne semble alors avoir abrité aucune activité cultuelle. Le site est abandonné au début de l’HR III C, vers 1175, pour près de cinq siècles. L’absence de continuité entre les deux périodes d’occupation du site est très nette, de même que toute absence d’inhumation de quelque époque que ce soit. L’activité cultuelle ne semble donc commencer à Thérapné qu’avec l’émergence du Ménélaion, au Géométrique Récent, pour s’achever quelques six cents ans plus tard. Le culte s’installe d’emblée sur un tertre naturel, qui a pu être interprété plus tard comme un tumulus funéraire.

  • 11 Le premier bâtiment en dur, appelé Vieux Ménélaion, ne fut construit, au-dessus de cette zone, qu’ (...)
  • 12 L’ensemble des résultats des différentes campagnes de fouilles n’a pas encore fait l’objet d’une p (...)
  • 13 Elles ont fait l’objet d’une publication détaillée par W. Cavanagh & R. Laxton, Lead Figurines fro (...)

8Les vestiges d’époque géométrique ont été trouvés répartis en deux endroits, plus un ensemble d’objets épars. Le lieu de culte lui-même a été localisé et fouillé en 1909· Il en demeurait les vestiges d’un sol de terre battue et un lot d’offrandes11. L’autre lieu de découverte d’objets d’époque géométrique semble correspondre à une fosse où furent ensevelies des offrandes lors d’un nettoyage du sanctuaire. Fouillé en 1985, il se situe sur les terrasses au sud et en contrebas du sanctuaire12. L’ensemble des offrandes d’époque géométrique et subgéométrique découvertes sur le site est parfaitement conforme à ce qu’ont pu révéler les autres sites laconiens de la même époque, notamment celui du sanctuaire d’Artémis Orthia : des vases, dont beaucoup de miniatures, de petites plaques votives en plomb de différents types13, des figurines de terre cuite féminines (dont certaines représentent une cavalière), masculines et animales, d’humbles objets de bronze (épingles, fibules, bagues, pendeloques, disques, quelques figurines humaines et d’oiseaux). L’ensemble place nettement ce sanctuaire parmi ces lieux de culte populaire et au recrutement strictement local, qui apparaissent en si grand nombre au Géométrique Récent dans l’ensemble du monde grec. Rien dans tout ce que l’on peut savoir du site à cette époque ne présente donc une quelconque originalité.

  • 14 Polybe, V, 18, 3 et 22, 3-4 : « les hauteurs sur lesquelles se trouve le Ménélaion sont au-delà du (...)
  • 15 Pausanias, III, 19, 9.

9Avant la découverte de dédicaces intervenue seulement dans les années 1970, l’identification du sanctuaire reposait sur des sources exclusivement littéraires, sans que pour autant le doute soit permis. Polybe, relatant l’invasion de la Laconie par Philippe V en 218, localise le Ménélaion de façon assez précise, sans donner cependant aucun autre détail14. Pausanias confirme cette localisation du Ménélaion, spécifiant en plus le nom de la colline sur laquelle se trouve le sanctuaire, Thérapné, et précisant que l’on y voit un temple à Ménélas (cité seul) et que c’est là, selon la tradition locale, que sont inhumés Hélène et Ménélas15. Mais le sanctuaire est alors abandonné depuis plus de deux siècles. Ces témoignages sont cependant suffisamment précis pour que le site, depuis sa redécouverte, et donc bien avant que l’on y trouve des dédicaces nominatives, soit appelé « Ménélaion ».

  • 16 Isocrate, Éloge d’Hélène, X, 63. 17 Hérodote, VI, 61.
  • 17 Hérodote, IV, 61.
  • 18 Le poète Alcman a fait mention, avant eux, du sanctuaire de « Thérapné bien fortifié », sans cepen (...)
  • 19 A. Wace et al, Excavations at Sparta 1909 : The Ménélaion, in ABSA, 15 (1908-1909), p. 108-109.

10Cependant Polybe et Pausanias ne sont pas les seuls auteurs à avoir mentionné ce sanctuaire. Bien avant eux, Isocrate et Hérodote l’ont fait, mais ce qu’ils nous apprennent est bien différent. Dans l’Éloge d’Hélène, Isocrate, désireux de prouver la nature divine d’Hélène, prend pour argument le culte de Thérapné : « Aujourd’hui encore, à Thérapné en Laconie, on leur (Ménélas et Hélène) offre des sacrifices qui leur sont consacrés conformément à la tradition des ancêtres, non pas avec la qualité de héros, mais avec la qualité de dieux, pour l’un et pour l’autre. »16 Hérodote, quant à lui, se fait l’écho d’une anecdote située à Sparte au vie siècle : une enfant d’une grande laideur y devint une femme accomplie d’une grande beauté grâce aux soins de sa nourrice qui, tous les jours, la conduisait au sanctuaire d’Hélène « qui est au lieu appelé Thérapné au-dessus du temple de Phoibos ; et, à chaque fois qu’elle l’y avait conduite, elle la présentait debout à la statue divine, priant la déesse de guérir l’enfant de sa laideur »17. Donc, les deux auteurs qui, les premiers, mentionnent les divinités de Thérapné18 précisent bien que l’on y honore une déesse, Hélène, nommée seule par Hérodote, peut-être pour les besoins de l’anecdote, accompagnée de son époux selon Isocrate. Ce dernier insiste d’ailleurs sur la nature divine du couple, conscient de ce que la situation a ici d’atypique, voire d’inattendu. Ces deux sources ne sont pas ignorées des premiers archéologues qui travaillèrent sur le site, mais ces derniers s’avérèrent incapables d’accepter que le sanctuaire puisse être autre chose qu’un hérôon à Hélène et Ménélas19.

  • 20 À ces quatre objets s’ajoutent un bloc de poros découvert en 1977 dans les débris de la fouille de (...)
  • 21 Les deux offrandes ont fait l’objet d’une étude par H. Catling et H. Cavanagh, Two Inscribed Bronz (...)
  • 22 H. Catling, in Lakonikai Spoudai, 10 (1986), p. 212. Le texte n’est préservé qu’en partie sur la l (...)
  • 23 H. Catling, in AR (1976-1977), p. 36. Le texte est gravé sur une base de calcaire bleu ayant porté (...)

11Le nom de Ménélaion, donné par les auteurs tardifs, s’imposa donc et occulta manifestement en partie la lecture que l’on pouvait faire des quatre dédicaces nominatives trouvées sur le site20. La plus ancienne se lit sur la lèvre d’un aryballe de bronze daté du deuxième quart du viie siècle : il s’agit d’une offrande à « Hélène, femme de Ménélas ». La suivante, gravée sur un harpax du vie siècle, ne mentionne qu’Hélène21. La troisième, de la fin du vie siècle22, et la quatrième, du début du ve siècle23, sont deux dédicaces à Ménélas. On ne pourrait tirer de conclusion définitive de deux ou trois lettres isolées, mais la probabilité est ici extrêmement forte pour qu’un culte à Hélène, en tant que déesse, se soit développé à Thérapné avant celui de Ménélas, son parèdre.

  • 24 Pausanias, III, 15, 3.
  • 25 Je m’appuie ici sur les travaux de Cl. Calame, Les chœurs de jeunes filles en Grèce archaïque, Urb (...)
  • 26 Avant l’Éloge d’Hélène d’Isocrate, l’Oreste d’Euripide proposait une explication de la divinisatio (...)

12Ceci se comprend mieux si on tente d’intégrer ce sanctuaire dans le système cultuel de la cité de Sparte. Hélène y dispose de deux lieux de culte, celui du Platanistas, au bord de l’Eurotas, au sud de la ville24, et celui de Thérapné. Au Platanistas, Hélène est honorée comme une jeune fille qui va se marier. Son culte y prend la forme d’offrandes végétales, de danses et/ou de courses. Dès l’époque archaïque, il est à interpréter comme une étape dans la formation des jeunes filles, étape qui permet de mettre en évidence leurs qualités peu avant le mariage. À Thérapné, Hélène est honorée comme épouse et déesse. C’est le sens à retenir de l’anecdote rapportée par Hérodote25. Hélène apparaît ainsi comme une figure centrale du panthéon lacédémonien. Elle incarne, au sanctuaire du Platanistas, les qualités physiques et morales qu’un époux est en droit d’attendre de celle qu’il va épouser, puis, au sanctuaire de Thérapné, de celle qu’il a épousée. Il s’agit bien là d’une spécificité spartiate, encore sensible à l’époque classique26, perdue de vue ensuite, lorsque les schémas panhelléniques bâtis sur les poèmes homériques l’emportèrent. Le sanctuaire d’Hélène devint alors avant tout celui de Ménélas, la déesse devint héroïne. Dans cette logique, le sanctuaire ne pouvait donc être aussi que le lieu où le couple était inhumé. Cependant, c’est là une croyance tardive, bien établie du temps de Polybe, mais totalement ignorée d’Isocrate. C’est aussi celle qui a été retenue par la recherche moderne.

  • 27 Il ressort de l’étude de Cl. Calame que ce système semble fixé au plus tard à l’époque d’Alcman. O (...)
  • 28 On connaît, non loin de Thérapné, un enclos à Alexandra/Cassandra : le culte s’y développa à parti (...)
  • 29 Pour certains dont Cl. Calame (op. cit. [n. 251, p. 346-347), sur la foi d’un fragment d’Alcman (f (...)

13Reste à savoir si, dès l’origine, Ménélas fut honoré aux côtés d’Hélène à Thérapné. Il n’apparaît, dans les dédicaces, qu’à la fin du vie siècle, soit un siècle et demi après son épouse. Ceci est peut-être l’effet du hasard des découvertes, les dédicaces nominatives étant fort peu nombreuses à Thérapné. On voit cependant que, dans le système cultuel rapidement décrit, Ménélas n’occupe qu’une place secondaire27. Les présomptions me semblent donc fortes pour que Ménélas n’ait été honoré à Thérapné qu’à partir du vie siècle, peut-être du fait d’une évolution de ce culte visiblement de plus en plus marqué, au fil des siècles, par les poèmes homériques28. Mais en tout état de cause, le sanctuaire géométrique de Thérapné est évidemment celui de la déesse lacédémonienne Hélène, et non celui du héros homérique Ménélas29.

2. L’Agamemnoneion

14Le sanctuaire appelé Agamemnoneion a été découvert à 1 km au S.S.O. de la citadelle de Mycènes, sur la rive gauche du Chaos, le long de la chaussée mycénienne qui joint Mycènes au site de l’Héraion. Le site fut fouillé au début des années 1950 par l’anglais J. Cook.

  • 30 Elles sont le fait de N. Klein qui travaille sur les carnets de fouilles inédites effectuées en 19 (...)
  • 31 La première construction n’est pas antérieure à l’époque archaïque si l’on en croit de nombreux fr (...)
  • 32 La très grande majorité des objets contenus dans le dépôt sont antérieurs au début du ve siècle, l (...)
  • 33 Cook, art. cit. (n. 31), p. 34-41. Annonçant une soixantaine de cratères sur pied, J. Cook n’en pr (...)

15Ce sanctuaire se présente sous la forme d’un simple enclos rectangulaire dont une partie des murs a été retrouvée. S’appuyant sur les graviers de la rive du torrent, son long côté semble avoir mesuré quelques 17 m de long. À ses extrémités, le mur dessine un angle droit, mais on n’a pu déterminer la longueur exacte des petits côtés. La hauteur semble partout avoir été inférieure à un mètre. La technique de construction est homogène (des pierres dressées constituent le parement avec un remplissage de pierres plus petites et de terre). Les dernières études du sanctuaire de l’acropole de Mycènes30 et les rapprochements qui ont pu être effectués entre le premier mur de terrasse de cette acropole et le mur d’enceinte de l’Agamemnoneion permettent de penser que le sanctuaire reçut son premier péribole au Géométrique Récent31. Sous son pavement d’époque hellénistique furent découverts une fosse emplie de terre noire riche en cendre, os d’animaux, vases et tessons, et un dépôt. Très ordonné, ce dernier avait toutes les apparences d’une réalisation délibérée, faite lorsqu’on réaménagea le sanctuaire à l’époque hellénistique32. L’époque géométrique y était représentée par les tessons d’une soixantaine de vases, que J. Cook présente comme étant tous des cratères, souvent brisés avant leur transfert. Produits argiens, certains frappent par leur taille puisque leur diamètre peut être estimé à 75 cm au moins. La plupart présentent cependant une taille tout à fait ordinaire. Une vingtaine de cratères miniatures font également partie des offrandes d’époque géométrique. Dans le lot, certains sont accompagnés de piédestaux33. Comme le sanctuaire de Thérapné, l’enclos du Chaos présente donc toutes les caractéristiques d’un sanctuaire populaire au rayonnement local.

  • 34 J. Cook retient la présence, parmi les offrandes, de figurines de cavaliers en terre cuite, de cra (...)
  • 35 Par F. de Polignac et C. Antonaccio, cités en introduction (n. 8), et M. Piérart, "Argos assoiffée (...)
  • 36 Le tombeau d’Agamemnon passait pour se trouver à Mycènes intra muros (Pausanias, II, 16, 6).
  • 37 Elle n’est pas non plus levée par F. de Polignac qui a tenté de voir dans cet enclos le lieu où se (...)
  • 38 Thèse de S. Marinatos in Mélanges A. Keramopoullou, Athènes, 1953, p. 87-88. Discussion d’Antonacc (...)

16Si l’on s’en tient à ce qui est archéologiquement lisible, la date des débuts du culte dans l’enclos ne pose aucun problème : extrême fin du viiie siècle. La divinité honorée est plus difficile à appréhender et a fait l’objet de plusieurs propositions. Selon J. Cook qui s’appuie sur la nature des offrandes et trois fragments de dédicaces, il ne peut s’agir que d’une divinité masculine, plus précisément Agamemnon, et ce dès l’apparition du culte34. Cette attribution de l’enclos ne saurait cependant être réellement assurée qu’à partir du ive siècle, époque des premières offrandes nominatives, et a été récemment remise en question à plusieurs reprises35. On doit entre autres noter l’absence de toute trace de tombe36. J. Cook pensait lever la difficulté en écrivant qu’au moment de la fondation du culte, il n’existait pas encore de tradition fixe sur l’emplacement de la tombe du héros. La contradiction entre la fondation d’un culte à un héros présumé local et l’absence de localisation de sa tombe me semble irréductible37. Par ailleurs, l’attribution du culte de l’enclos du Chaos ne saurait s’appuyer, pour les trois ou quatre premiers siècles, sur la nature des offrandes qui, on l’a souvent constaté, ne peut être définitivement liée à la divinité honorée. C’est pourquoi la proposition de l’attribuer à Héra ne saurait l’emporter, même si, effectivement, les figurines de terre cuite d’époque archaïque représentant une déesse assise sont ici aussi nombreuses que celles représentant un cavalier ou un cheval et si la présence de vases à boire ne s’oppose pas à l’attribution de l’enclos à une divinité féminine38.

  • 39 Bien souvent, et ceci est particulièrement sensible dans la plaine argienne, la fondation d’un lie (...)
  • 40 Agamemnon n’a en fait rien du héros local à Mycènes, place tenue par Persée dont la présence sur l (...)
  • 41 Y compris dans la plaine argienne. Cf. Piérart, art. cit. (n. 35), p. 130-132. Placée au sein de c (...)

17Objectivement, on ne dispose en fait d’aucun élément, dans l’état actuel de nos connaissances, pour attribuer ce sanctuaire à une divinité plutôt qu’à une autre au cours de ses premiers siècles d’activité. Cet anonymat, imposé par nos sources, est d’ailleurs chose courante pour cette période reculée. Peut-être même est-il historique39. C’est donc surtout l’absence de monument funéraire sur le site et une question de bon sens qui me font refuser l’attribution du sanctuaire du Chaos à Agamemnon à l’époque géométrique : la plaine argienne vit alors complètement repliée sur elle-même et l’on voit mal comment les exploits du héros homérique aurait pu atteindre les humbles habitants de Mycènes, paysans dont les plus fortunés ne peuvent jamais offrir qu’un vase de terre cuite, si grand soit-il40. Par contre, cette attribution peut recevoir une explication parfaitement réaliste et cohérente si on la place plus tard, au cours de l’époque classique ou hellénistique, à un moment où, non seulement la diffusion des poèmes homériques, mais aussi leur importance dans la culture grecque ne font plus l’ombre d’un doute. On pourrait ainsi y voir une des conséquences de la prise par Argos de l’agglomération de Mycènes en 468. Mycènes est alors vidée de ses habitants et peuplée d’Ar-giens. Se conformant aux schémas mythologiques classiques, ces nouveaux Mycéniens pourraient être responsables, à un moment qu’il n’est pas possible de préciser, mais au plus tard au ive siècle, de l’attribution de ce culte anonyme au héros homérique. Il s’inscrirait en cela dans le mouvement de propagation du culte des héros qui marque l’époque classique et l’époque hellénistique. Il est bien connu que chaque localité fait alors des efforts inouïs pour revendiquer l’exploit de tel ou tel héros, les monuments commé-moratifs, les tombeaux et les cultes se multipliant41.

3. La grotte d’Ulysse à Ithaque

  • 42 Ce dernier fit fondre le premier trépied de bronze découvert sur le site et y démolit une construc (...)
  • 43 Qui l’identifie à une tombe. Cf. H. Schliemann, Ithaque, le Péloponnèse, Troie, Paris, 1869, p. 48
  • 44 Qui en retient seulement cinq tessons mycéniens. Cf. W. Vollgraff, Fouilles d’Ithaque, in BCH, 29 (...)

18Cette grotte, effondrée dès l’époque romaine, se situe en bord de mer, sur la côte nord-ouest de l’île d’Ithaque. Elle ouvre sur la baie de Polis et au-delà sur l’étroit bras de mer qui sépare Ithaque de Céphallénie. Découverte fortuitement par le propriétaire du terrain42, visitée par H. Schliemann en 186443 puis par W. Vollgraff en 190444, elle est finalement fouillée dans les années 1930 par Sylvia Benton et l’École Anglaise d’Athènes.

  • 45 Benton, art. cit. (η. 44), p. 50 et p. 51-52 et Excavations in Ithaca III : the Cave at Polis, II, (...)
  • 46 Benton, art. cit. (η. 44), p. 52 et art. cit. (η. 45), p. 6-7.
  • 47 Benton, art. cit. (η. 44), p. 50, 52 et art. cit. (η. 45), p. 8-I6. Il faut noter qu’un certain no (...)
  • 48 Coldstream, Geometric Greece... op. cit. (n. 6), p. 184.

19La fouille permit de mettre en évidence que la première présence humaine dans la grotte remontait à l’HA, période attestée par un fine couche archéologique au-dessus du sol vierge (Niveau 1 de S. Benton) et par du matériel céramique dont une bonne partie fut trouvée hors stratigraphie45. De l’HM ne datent qu’une quinzaine de vases fragmentaires46. L’époque mycénienne, essentiellement HR III B et C, produisit de la céramique locale, des ossements humains dispersés et un pavage irrégulier dont l’étendue initiale ne put être déterminée (Niveau 2 de S. Benton). S. Benton y voit un dépôt votif et le début d’une activité cultuelle dans la grotte47. Rien n’y apparaît cependant comme spécifiquement votif48.

  • 49 Les tessons concernés sont peu nombreux, une cinquantaine en tout, pour une période qui va de la f (...)
  • 50 Catalogue de Benton, art. cit. (η. 45), p. 17-22.
  • 51 La localisation exacte de chaque trépied est précisée dans le catalogue des bronzes de Benton, art (...)
  • 52 Benton, art. cit. (n. 44), p. 51.
  • 53 S. Benton, The Evolution of the Tripod-Lebes, in ABSA, 35 (1934-1935), p. 74-130 ; C. Rolley, Les (...)
  • 54 Benton, art. cit. (n. 44), p. 53, avec son catalogue : art. cit. (n. 45), p. 22-38.
  • 55 Benton, art. cit. (n. 44), p. 53-56 avec son catalogue des terres cuites : art. cit. (n. 44), p. 3 (...)
  • 56 Benton, art. cit. (n. 44), p. 50 et 51.

20Au-dessus de la couche mycénienne, le niveau noté 3, très épais (il atteint 1 m par endroit) et bien plus étendu que les deux précédents, contenait dans sa partie inférieure des tessons de vases protogéométriques de fabrication locale. Le style en est directement hérité des productions mycéniennes, à tel point qu’il semblerait que l’on puisse parler d’une continuité de la présence humaine dans la grotte à travers les Siècles Obscurs49. Les objets d’époque géométrique y étaient eux-mêmes très peu nombreux : une vingtaine de vases de fabrication locale, guère plus de vases de fabrication corinthienne, dont les quatre cinquièmes sont ici des tasses50, auxquels il faut ajouter douze trépieds de bronze au moins. Huit d’entre eux ont été retrouvés dans un même secteur de la grotte, selon une stratigraphie parfois inversée51. Deux autres (n° 3 et 7) se trouvaient à proximité du muret qui coupa la grotte en deux à partir du ive siècle, les deux derniers (n° 6 et 9) de part et d’autre des degrés qui permettaient de franchir ce muret52. Depuis les travaux de S. Benton et la publication des trépieds de Delphes et d’Olympie53, la datation et l’origine de ces trépieds ne sont plus discutées : les plus anciens d’entre eux ne peuvent être postérieurs à 800 et sont de fabrication argienne (n° 1 à 5) ; panni les trépieds du viiie siècle, deux semblent argiens (n° 8 et 11), quatre corinthiens (n° 6, 7, 9 et 10), un athénien (n° 14). Après l’époque géométrique et à l’exception de rares trouvailles métalliques et de quelques scarabées, on ne dépose plus que des vases et des figurines de terre cuite dans la grotte. Les dépôts n’ont jamais été quantitativement très importants, la période la plus féconde se situant à la fin du viie siècle et dans la première moitié du vie siècle. Des vases, essentiellement corinthiens, sont d’abord déposés en offrande54. Puis les figurines de terre cuite se multiplient à partir du vie siècle, donnant un nouveau souffle à l’artisanat local. Toutes, à seulement trois exceptions près, sont des statuettes féminines. Elles sont accompagnées de plaques en relief et de masques où l’on reconnaît aisément, à l’époque hellénistique, Artémis et les nymphes. Trois fragments, le plus ancien étant de la fin du iiie siècle, ont livré des dédicaces aux nymphes que l’on ne s’étonnera pas de trouver honorées dans une grotte. Une de ces dédicaces les associait à Ulysse55. Les offrandes cessent au ier siècle de notre ère. Dans la couche notée 3, on trouva également les restes épars d’un pavement du vie siècle et les traces d’un aménagement important du ive siècle : après un nivellement, on construisit dans la grotte un muret, seule construction retrouvée sur le site, qui en isola le fond, accessible par quelques degrés. En avant du mur, deux épaisses couches de cendre contenaient les deux trépieds déjà mentionnés, mêlés à du matériel du ive siècle. Au-dessus, les couches 4 et 5 étaient vierges, formées, pour la première, par les éléments apportés par la mer qui envahit petit à petit la grotte et, pour la deuxième, par la voûte effondrée56.

  • 57 Benton, art. cit. (n. 44), p. 53- Des Odysseia sont citées dans la réponse que la cité d’Ithaque e (...)
  • 58 C’est la thèse avancée par J. Coldstream, T. Price et, en dernier lieu, S. Hiller, Possible histor (...)
  • 59 Odyssée, VIII, 393-394 et XIII, 13.
  • 60 Odyssée, XIII, 363-371.
  • 61 Odyssée, XIII, 101-103.
  • 62 C’est la thèse avancée par W. Heurtley, Excavations in Ithaca IV : summary, in ABSA, 40 (1939-1940 (...)
  • 63 Malkin, op. cit. (η. 62), p. 94-119 et plus particulièrement p. 98-107. Certains des arguments d’I (...)

21S’appuyant sur la présence des trépieds et sur la dédicace à Ulysse, S. Benton fait de la grotte un lieu de culte à Ulysse actif dès 800. Les trépieds seraient les prix des Odysseia, concours organisés par Ithaque en l’honneur d’Ulysse dans la petite plaine à proximité de la grotte57. Comme on ne peut ici avancer l’influence de l’œuvre d’Homère à l’origine d’un culte et/ou de concours qui lui seraient antérieurs, on a émis l’hypothèse d’une tradition orale locale, se maintenant loin de l’Ionie et sur laquelle se serait développé ce culte héroïque58. Homère aurait eu par la suite connaissance de l’existence de ce culte et surtout des trépieds par ses « informateurs », les marins eubéens. Le poète aurait alors inséré dans son épopée la scène du retour d’Ulysse à Ithaque : le héros y est ramené par les Phéaciens dont les treize rois l’ont couvert de richesses avant son départ, chacun offrant à l’hôte d’Alkinoos une écharpe, une robe, un talent de son or et un trépied59. À son arrivée sur Ithaque, suivant les conseils de la pragmatique Athéna, Ulysse a soin de dissimuler son trésor dans la grotte des Nymphes60, située à proximité immédiate du lieu de son débarquement61 et donc assimilée par Homère à celle de Polis. Une autre théorie veut que le récit lui-même ait été rapporté tel quel à Homère. Cet épisode de l’Odyssée devient alors l’aition du sanctuaire de la grotte de Polis62. Dernièrement, I. Malkin interpréta les trépieds de Polis comme les vestiges d’un rituel pratiqué in situ par les Eubéens, les Corinthiens et les Ithaciens, dans une grotte dédiée aux Nymphes depuis la plus haute antiquité, à l’imitation d’Ulysse : ici, le rite suit le mythe63.

  • 64 Cf. les remarques de W. Sieberer, Zur Lokalisation des homerischen Ithaka, in Tyche, 5 (1990), p. (...)

22Ces théories ne résistent pas un instant à l’analyse64. Il semble clair que la figure d’Ulysse n’est apparue dans ce sanctuaire qu’à l’époque hellénistique. Il se joint alors aux Nymphes et à Artémis qui l’ont précédé dans cette grotte pour un culte cavernicole sans surprise. L’arrivée d’Ulysse n’est, évidemment, pas étrangère au contenu de l’épopée. Il faut dire que l’aménagement de la grotte au ive siècle y contribue largement puisque deux trépieds ont, à ce moment-là, été placés sur le muret et deux autres de part et d’autre des degrés qui y mènent. Cette mise en scène elle-même a de fortes chances d’avoir été inspirée par l’Odyssée, mais pas avant, donc, la fin de l’époque classique.

  • 65 Au vu des résultats des fouilles de ce sanctuaire, notamment de la richesse et de la variété de se (...)
  • 66 Un mortel ne saurait dépouiller un dieu sans commettre un sacrilège mais un dieu ne pourrait-il pa (...)
  • 67 Je crois alors à un culte à Artémis. Je n’oublie pas pour autant l’inscription du vie siècle menti (...)

23Cela n’explique cependant pas la présence de ces trépieds dans cette grotte. À bien y regarder, ils semblent totalement aberrants en ce lieu, parfaitement hors contexte. À l’exception de ces objets, les offrandes découvertes dans la grotte sont en effet d’une grande humilité qui tranche avec le prix de ces massifs trépieds de bronze, les plus lourds et les plus prestigieux objets que les forgerons savaient alors fondre. Le fait le plus curieux est qu’il n’existe à Polis pratiquement aucun objet intermédiaire entre eux et l’offrande céramique. C’est là un cas unique en Grèce : tous les sanctuaires ayant livré des trépieds ont également livré des statuettes de bronze, des ivoires et/ou des bijoux d’or et d’argent contemporains. Rien de tel à Polis. De plus, ces offrandes ostentatoires trouvent difficilement leur place dans une grotte qui attire visiblement si peu de fidèles. En bref, tout s’oppose à ce que ce sanctuaire ait été la destination première des trépieds d’Ithaque. Ces incohérences ne peuvent être levées que si l’on admet que les trépieds ont été apportés là après leur dédicace dans l’autre sanctuaire géométrique d’Ithaque, le sanctuaire d’Apollon à Aetos65, comme un don que le dieu ferait à sa sœur lorsqu’elle se vit attribuer « officiellement » cette grotte66, peut-être pas avant le viie siècle, les premiers objets spécifiquement votifs, des figurines en terre cuite, n’apparaissant qu’au vie siècle, qui est aussi l’époque du premier aménagement de la grotte67.

  • 68 Parmi lesquels les offrandes du sanctuaire d’Aetos jouent un rôle non négligeable. Cf. ci-dessus n (...)
  • 69 Cf. l’analyse de C. Morgan, Corinth, the Corinthian Gulf and Western Greece during the 8th century (...)

24Il est bien plus aisé d’expliquer la présence de ces trépieds sur l’île d’Ithaque. Une forte présence corinthienne à Ithaque à partir de 800 est maintenant bien assurée grâce à un faisceau d’indices convergents68. L’île joue alors un rôle essentiel dans le système commercial corinthien, dont d’autres, parmi lesquels les Eubéens et les Cretois, ont pu profiter69. Elle est d’abord un carrefour. Deux routes maritimes s’y croisent. Une route nord-sud d’abord : par le nord, elle donne accès à la mer Adriatique, au commerce de l’ambre et des métaux ; par le sud arrivent les Crétois, eux-mêmes intermédiaires avec l’Orient. Une route est-ouest ensuite qui ouvre d’un côté sur le golfe de Corinthe, l’isthme et au-delà, et de l’autre sur la mer Ionienne et tout l’Occident. Porte vers la Sicile et la péninsule italienne, Ithaque se trouve donc également dans une situation de confins, d’eschatiai. Elle est, à la fin du ixe siècle, la dernière terre de parler grec que les navigateurs abordent avant le monde barbare. Sa localisation donne donc à Ithaque une place tout à fait particulière à l’époque géométrique. L’île tient tout à la fois de Pérachora, lieu de départ et de passage, et de Delphes, carrefour, lieu de rencontre et d’échange. L’offrande de trépieds trouve là un cadre parfaitement approprié, pendant, en négatif, des relations qu’Ulysse entretient avec la mer. Le malheureux héros, qui subit tant les aléas d’un retour dont tout lui échappe, n’a alors vraiment pas sa place sur 111e d’Ithaque.

Conclusion

25Faute d’arguments irréfutables, certains éléments présentés ici n’ont pour seul bouclier qu’un bon sens étayé par une connaissance aussi approfondie que possible du contexte archéologique et historique propre à chacun des trois sanctuaires étudiés. Ils peuvent ne pas emporter l’adhésion. Néanmoins, à l’issue de cette étude, il semble que la vigilance doive s’imposer sur au moins deux points bien précis. Tout d’abord, les héros homériques n’ont apparemment entretenu aucun lien avec les sanctuaires d’époque géométrique que l’on voudrait, depuis plus de cinquante ans, leur attribuer. Ils semblent même entrer assez tardivement dans la catégorie des héros qui reçoivent un culte, par le biais d’une évolution subie par le concept même de « héros », évolution à laquelle on doit rester extrêmement sensible pour replacer chaque culte dit héroïque dans son contexte historique. Par ailleurs, l’exemple de ces trois sanctuaires montre qu’au cours de la période géométrique (qui n’est pas la seule dans ce cas) la culture locale prime très largement sur la culture panhellénique, accessible seulement à quelques individus dans chaque communauté humaine. Le développement d’Olympie, puis celui de Delphes, ne doivent pas cacher l’explosion des cultes locaux qui ne doivent rien à un quelconque apport de l’extérieur. Ce sont ceux de petites communautés rurales qui commencent à s’organiser. C’est donc ici la connaissance de la spécificité de chaque région qui est essentielle à leur compréhension.

Notes

1 On a tenté d’attribuer un culte à un autre héros de l’épopée : Phrontis, pilote de Ménélas, aurait été honoré au cap Sounion. Mais les arguments développés par les défenseurs de l’hypothèse sont bien peu convaincants. Cf. C. Antonaccio, An Archaeology of Ancestors, Lanham, 1995, p. 166-169 avec bibliographie.

2 J’ai présenté ailleurs ce que l’on pouvait penser du « culte » d’époque géométrique dans les tombes mycéniennes de la plaine argienne. Cf. I. Ratinaud-Lachkar, Les Argiens et leurs ancêtres, in J. Renard (éd.), Le Péloponnèse : Archéologie et Histoire, Lorient, 12-15 Mai 1998, Presses Universitaires de Rennes, 1999.

3 Faute de place. Un lecteur attentif pourra, seul, à l’issue de la lecture de cette contribution, trouver les objections que j’oppose à chacun des chercheurs qui se sont penchés sur ces phénomènes.

4 A contrario, pour E. Rohde et T. Price, le culte des héros est antérieur à l’épopée et bien connu d’Homère. C. Antonaccio reprend et résume ces différentes théories sur les liens entre le culte des héros et l’épopée homérique in Contesting the Past : Hero Cult, Tomb Cult and Epic in Early Greece, in AJA, 98 (1994), p. 389-398 avec la bibliographie.

5 C. Bérard, Récupérer la mort du prince : héroïsation et formation de la cité et A. Snodgrass, Les origines du culte des héros dans la Grèce antique, in G. Gnoli, J.-P. Vernant (éds), La mort, les morts dans les sociétés anciennes, Cambridge UP, 1982, p. 19-26 et 89-105. – F. DE Polignac, La naissance de la cité grecque. Cultes, espace et société viie-vie siècles, Paris, 1995, avec bibliographie, et, depuis, Offrandes, mémoire et compétition ritualisée dans les sanctuaires grecs à l’époque géométrique, in P. Hellström, B. Alroth (éds), Religion and Power in the Ancient Greek World, Proceedings of the Uppsala Symposium, 1993, Uppsala, 1996 ‘Boreas, 24), p. 59-66 ; Entre les dieux et les morts. Statut individuel et rites collectifs dans la cité archaïque, in R. Hägg (éd.), The Role of Religion in the Early Greek Polis, Proceedings of the Third International Seminar on Ancient Greek Cult, Swedish Institute at Athens, 16-18 octobre 1992, Stockholm, 1996, p. 31-40 et Cité et territoire à l’époque géométrique : un modèle argien ?, in A. Pariente, G. Touchais (éds.), Argos et l’Argolide, Topographie et urbanisme, Actes du congrès archéologique d’Athèftes-Argos, 28 avril-1 mai 1990, Paris, 1998 (Recherches franco-helléniques, 3), p. 145-162. -J. Whitley, Early states and hero-cult. A reappraisal, in JHS, 108 (1988), p. 173-182. -Antonaccio, op. cit. (η. 1) et art. cit. (η. 4 et 7).

6 À titre d’exemple, on a vu dans les cultes rendus à Agamemnon et Ménélas la marque des Doriens, désireux d’annexer à leur panthéon les principales figures locales de l’épopée mycénienne, ceci afin d’accroître leur contrôle sur les populations autochtones. Dans un tel schéma, il n’y a nulle place pour le culte d’Ulysse à Ithaque qui semble avoir été épargnée par les « invasions » doriennes. Il s’agirait donc là d’un culte local à une figure ancestrale héritée de la période mycénienne. Cf. J. Coldstream, Hero-Cults in the Age of Homer, in JHS, 96 (1976), p. 15-17 et Geometric Greece, Londres, 1977, p. 347-348. La théorie « dorienne » est reprise par P. Cartledge, Sparta and Lakonia. A regional study, Londres, 1979, p. 212 et in J.M. Sanders (éd.), ΦΙΛΟΛΑΚΩΝ. Laconian Studies in honor of H. Catling, Londres, 1992, p. 55, à propos du seul Ménélaion. – On a vu aussi dans l’Agamemnoneion la matérialisation de l’opposition entre Argos et Mycènes, et dans les ressemblances entre ce site et le Ménélaion celle de la traditionnelle rivalité entre Argos et Sparte, sans que l’existence même du sanctuaire d’Ulysse ne soit ici prise en compte. Cf. notamment J. Whitley, art. cit. (n. 5), p. 181 et C. Antonaccio, Terraces, Tombs and the Early Argive Heraion, in Hesperia, 61 (1992), p. 101-104.

7 À l’exception de C. Antonaccio, The Archaeology of Ancestors, in C. Dougherty, L. Kurke (éds), Cultural Poetics in Archaic Greece. Cult, Performance, Politics, Cambridge UP, 1993, p. 55. À ces objections, on peut également ajouter que l’on voit mal pourquoi seuls des héros de l’épopée homérique auraient reçu un culte si tôt, comme si les Grecs d’époque géométrique avaient respecté l’indigence de nos sources. Que firent-ils des héros des autres poèmes des cycles troyen et thébain, dont certains sont tout aussi anciens que l’Iliade et l’Odyssée ?

8 F. de Polignac, La naissance de la cité grecque (lre éd.), p. 130 et note 12 p. 130-131 ; C. Antonaccio, Placing the Past : the Bronze Age in the Cultic Topography of Early Greece, in S. Alcock, R. Osborne (éds), Placing the Gods. Sanctuaries and Sacred Space in Ancient Greece, Oxford, 1994, p. 91 et art. cit. (η. 4), p. 398-400. In Cultural Poetics (.art. cit. η. 7), la chercheuse américaine émettait déjà des doutes (p. 54-55 et 62). – Les réserves apportées par F. de Polignac sont connues et citées par le seul A. Snodgrass (The Archaeology of the Hero, in AION(archeol), 10 [1988], p. 24-25) qui reconnaît seulement qu’il est nécessaire de mettre en évidence la fragilité des preuves pour l’attribution de ces sanctuaires aux héros homériques dès leur fondation.

9 F. de Polignac, La naissance de la cité grecque (lrc éd.), p. 130. Dans la seconde édition de son ouvrage, le chercheur français reste cependant beaucoup plus prudent et rejoint finalement les théories « classiques » d’affirmation et d’opposition. Op. cit. (2e éd.), p. 163-164, 167 (Agamemnoneion) et 169 (Ménélaion).

10 Ce serait là le seul sanctuaire à un héros homérique d’époque géométrique. Pour les autres, elle conclut : « Thus to a certain extent the rise of epic heroes’ cults, widely accepted as a prominent feature of the later eighth century B.C.E., is a mirage » (in Cultural Poetics, art. cit. [η. 7], p. 62).

11 Le premier bâtiment en dur, appelé Vieux Ménélaion, ne fut construit, au-dessus de cette zone, qu’à la fin du viie siècle ou au début du vie. Il a été remplacé dans la première moitié du ve siècle, peut-être après avoir été endommagé par le tremblement de terre de 464. Ce sont les vestiges de ce second bâtiment, un enclos contenant un naïskos, qui sont aujourd’hui visibles.

12 L’ensemble des résultats des différentes campagnes de fouilles n’a pas encore fait l’objet d’une publication définitive. Les rapports préliminaires ont été publiés dans les Lakonikai Spoudai. Ils sont résumés par Antonaccio, op. cit. (η. 1), p. 155-166 (avec bibliographie), qui se fait également l’écho des problèmes de datation et d’interprétation des monuments et de certains dépôts.

13 Elles ont fait l’objet d’une publication détaillée par W. Cavanagh & R. Laxton, Lead Figurines from the Ménélaion and Seriation, in ABSA, 79 (1984), p. 23-36.

14 Polybe, V, 18, 3 et 22, 3-4 : « les hauteurs sur lesquelles se trouve le Ménélaion sont au-delà du fleuve (il s’agit de l’Eurotas), dans la direction du sud-est, hauteurs abruptes, escarpées et extrêmement élevées, qui dominent littéralement l’intervalle de la ville au fleuve, à travers lequel ce fleuve passe, tout contre le pied de la colline, et qui n’a pas en tout plus d’un stade et demi de largeur. »

15 Pausanias, III, 19, 9.

16 Isocrate, Éloge d’Hélène, X, 63. 17 Hérodote, VI, 61.

17 Hérodote, IV, 61.

18 Le poète Alcman a fait mention, avant eux, du sanctuaire de « Thérapné bien fortifié », sans cependant préciser la divinité qui y est honorée (fr. 5 Calarne).

19 A. Wace et al, Excavations at Sparta 1909 : The Ménélaion, in ABSA, 15 (1908-1909), p. 108-109.

20 À ces quatre objets s’ajoutent un bloc de poros découvert en 1977 dans les débris de la fouille de A. Wace, bloc appartenant apparemment au sanctuaire archaïque et portant l’inscription, en écriture du vie siècle, des deux premières lettres du nom d’Hélène dans sa forme dorienne (H. Catling, in Lakonikai Spoudai, 3 [1977], p. 415), et un tesson du ve siècle sur lequel seules trois lettres sont lisibles : ]AEN[. (Id., in Lakonikai Spoudai, 10 [1986], p. 212).

21 Les deux offrandes ont fait l’objet d’une étude par H. Catling et H. Cavanagh, Two Inscribed Bronzes from the Ménélaion, Sparta, in Kadmos, 15 (1976), p. 145-157. La lecture de la dédicace, dans tous les cas, ne présente aucune difficulté.

22 H. Catling, in Lakonikai Spoudai, 10 (1986), p. 212. Le texte n’est préservé qu’en partie sur la lèvre d’une phiale de bronze.

23 H. Catling, in AR (1976-1977), p. 36. Le texte est gravé sur une base de calcaire bleu ayant porté une statuette de bronze représentant un lion ou un sphinx : il s’agit de l’offrande d’Euthykrinès à Ménélas.

24 Pausanias, III, 15, 3.

25 Je m’appuie ici sur les travaux de Cl. Calame, Les chœurs de jeunes filles en Grèce archaïque, Urbino, 1977, p. 333-350.

26 Avant l’Éloge d’Hélène d’Isocrate, l’Oreste d’Euripide proposait une explication de la divinisation d’Hélène, tentant ainsi de réconcilier la tradition spartiate et les poèmes homériques (v. 1629-1637).

27 Il ressort de l’étude de Cl. Calame que ce système semble fixé au plus tard à l’époque d’Alcman. On ne peut évidemment l’affirmer pour les décennies qui précèdent, soit celles du début du culte à Thérapné, sans être totalement arbitraire.

28 On connaît, non loin de Thérapné, un enclos à Alexandra/Cassandra : le culte s’y développa à partir de la fin du viiie siècle. Les offrandes, typiquement laconiennes, n’ont livré aucune dédicace. Pausanias (III, 19, 6) y mentionne la présence d’un tombeau d’Agamemnon, tradition dont on trouve également des traces chez Hérodote (VII, 159). C. Antonaccio a émis pour ce sanctuaire l’hypothèse de l’adjonction d’un parèdre masculin à Alexandra au cours du vie siècle (op. cit. [n. 1], p. 181-182). Ce sanctuaire pourrait donc fournir un parallèle à celui de Thérapné.

29 Pour certains dont Cl. Calame (op. cit. [n. 251, p. 346-347), sur la foi d’un fragment d’Alcman (fr. 19 Calarne), de vers de Pindare (Ném., X, 55 et Isthm., I, 31-32) et du témoignage de Pausanias (III, 20, 2), les Dioscures auraient été honorés aux côtés d’Hélène. Cependant, aucun de ces auteurs ne l’affirme explicitement. Seule est indiquée la présence, à Thérapné, d’un lieu de culte aux Dioscures que Pausanias situe en fait dans le sanctuaire de Phoibos. L’archéologie est totalement muette à ce sujet.

30 Elles sont le fait de N. Klein qui travaille sur les carnets de fouilles inédites effectuées en 1939. Cf. N. Klein, Excavations on the Greek temples at Mycenae by the BSA, in ABSA, 92 (1997), p. 247-332 et plus particulièrement p. 278-279.

31 La première construction n’est pas antérieure à l’époque archaïque si l’on en croit de nombreux fragments de tuiles découverts dans la partie orientale de l’enclos qui semble donc avoir été couverte. À l’époque hellénistique, le sanctuaire fut totalement réaménagé et reçut un pavement, de schiste d’abord, de poros ensuite, tandis que la partie couverte de l’enclos recevait un nouveau toit (nombreux fragments de tuiles hellénistiques). Ce réaménagement fait peut-être suite à une destruction du sanctuaire par le feu à la fin de l’époque classique. Cf. J. Cook, Mycenae 1939-1952. The Agamemnoneion, in ABSA, 48 (1953), p. 30-33 et Antonaccio, op. cit. (n. 1), p. 146-148.

32 La très grande majorité des objets contenus dans le dépôt sont antérieurs au début du ve siècle, les ve et ive siècles étant peu représentés. Outre des vases, on y trouve des offrandes métalliques, essentiellement des épingles de bronze ou de fer, très peu nombreuses (une quinzaine pour un dépôt qui couvre plus de deux siècles) et une centaine de figurines de terre cuite, des statuettes féminines assises pour une moitié, des chevaux et des cavaliers pour l’autre moitié à quelques objets près. Cf. Cook, art. cit. (n. 31), p. 62-64 (figurines) et 66-68 (offrandes métalliques).

33 Cook, art. cit. (n. 31), p. 34-41. Annonçant une soixantaine de cratères sur pied, J. Cook n’en présente en fait que 30 dans son catalogue, dont 7 piédestaux, auxquels il convient d’ajouter quatre miniatures. La plupart des vases sont réduits à l’état de tessons isolés dont il est bien difficile d’affirmer qu’ils appartiennent réellement à un cratère ou à un piédestal. En fait, seuls deux vases, dont un miniature d’époque subgéométrique (A2 fig. 8 p. 35 et A31 fig. 14 p. 41), sont suffisamment complets pour que la forme annoncée soit assurée. Pour les vases des autres périodes, vases à boire, ibid., p. 42-62 et Antonaccio, op. cit. (η. 1), fig. 15 p. 148.

34 J. Cook retient la présence, parmi les offrandes, de figurines de cavaliers en terre cuite, de cratères, de nombreux canthares, de deux fragments de dédicaces provenant du dépôt mais non antérieures au ive siècle et d’un autre lu sur la lèvre d’un vaste bassin trouvé au-dessus du pavement d’époque hellénistique et daté, selon l’écriture, du ier siècle avant ou du ier siècle après J.-C. Cf. Cook, art. cit. (n. 31), p. 33 et The cult of Agamemnon at Mycenae, in Mélanges A. Keramopoullou, Athènes, 1953, p. 114-118. Le texte des dédicaces est cependant très fragmentaire et largement reconstitué : sur l’une se lit [᾿Aγ]αμέ(ν)μνο, sur l’autre seulement —ov— et sur la troisième [᾿Aγαμέμ]νονι τ[ὴν φιάλην ἀν]έθηκε. Cf. Cook, art. cit. (n. 31), ρ. 64-66, repris dans SEG, XIII, 237.

35 Par F. de Polignac et C. Antonaccio, cités en introduction (n. 8), et M. Piérart, "Argos assoiffée" et "Argos riche en cavales", in M. Piérart (éd.), Polydipsion Argos. Argos de la fin des palais mycéniens à la constitution de l’État classique, Actes de la table ronde de Fribourg (Suisse), 7-9 mai 1987, Athènes-Fribourg, 1992 (BCH, suppl. 22), p. 131-132, qui émet également des doutes sur les restitutions des textes des dédicaces.

36 Le tombeau d’Agamemnon passait pour se trouver à Mycènes intra muros (Pausanias, II, 16, 6).

37 Elle n’est pas non plus levée par F. de Polignac qui a tenté de voir dans cet enclos le lieu où se déroulait, tous les mois, un festin en l’honneur d’Agamemnon. Cf. op. cit. (n. 8), note 12 p. 130-131- L’auteur s’appuie sur quelques vers de l’Électre de Sophocle qui mentionnent un festin mensuel, institué par Clytemnestre, nommé d’après Agamemnon mais célébré en l’honneur des Dieux Sauveurs (v. 277-285). Par ailleurs, le culte sur le tombeau d’Agamemnon qui serait pratiqué par Electre et Oreste n’est en fait rien d’autre que des libations et des offrandes sur un tombeau dans le cadre de simples rites funéraires (v. 51, 431-434 et 893-901).

38 Thèse de S. Marinatos in Mélanges A. Keramopoullou, Athènes, 1953, p. 87-88. Discussion d’Antonaccio, op. cit. (n. 1), p. 151 et J.M. Hall, How Argine was the "Argive" Heraion ? The Political and Cultic Geography of the Argive Plain, 900-400 B.C., in AJA, 99 (1995), p. 601-603.

39 Bien souvent, et ceci est particulièrement sensible dans la plaine argienne, la fondation d’un lieu de culte au Géométrique Récent s’explique par la proximité d’un vestige d’époque mycénienne plus que par la volonté délibérée d’honorer une divinité précise.

40 Agamemnon n’a en fait rien du héros local à Mycènes, place tenue par Persée dont la présence sur le site est assurée dès l’époque classique.

41 Y compris dans la plaine argienne. Cf. Piérart, art. cit. (n. 35), p. 130-132. Placée au sein de ce mouvement de véritable « fureur héroïsante », l’arrivée d’Agamemnon à Mycènes pourrait alors être totalement indépendante des événements de 468.

42 Ce dernier fit fondre le premier trépied de bronze découvert sur le site et y démolit une construction en pierres afin d’édifier sa véranda !

43 Qui l’identifie à une tombe. Cf. H. Schliemann, Ithaque, le Péloponnèse, Troie, Paris, 1869, p. 48.

44 Qui en retient seulement cinq tessons mycéniens. Cf. W. Vollgraff, Fouilles d’Ithaque, in BCH, 29 (1905), p. 150-151. Deux fragments d’une inscription furent découverts, à la même époque, en bord de mer, à proximité du site ; il s’agit d’une dédicace de magistrats d’Ithaque à Athéna Polias et Héra Téléia, datée du milieu du vie siècle (IG IX, 653 – L.H. Jeffery, LSAG, n° 3 p. 230-231). Ces premiers travaux et découvertes sont repris par S. Benton, Excavations in Ithaca III : the Cave at Polis, I, in ABSA, 35 (1934-1935), p. 46-47.

45 Benton, art. cit. (η. 44), p. 50 et p. 51-52 et Excavations in Ithaca III : the Cave at Polis, II, in ABSA, 39 (1938-1939), p. 5-6.

46 Benton, art. cit. (η. 44), p. 52 et art. cit. (η. 45), p. 6-7.

47 Benton, art. cit. (η. 44), p. 50, 52 et art. cit. (η. 45), p. 8-I6. Il faut noter qu’un certain nombre de vases, mycéniens pour S. Benton, sont considérés comme plus tardifs par W. Coulson. Cf. ci-dessous note 49.

48 Coldstream, Geometric Greece... op. cit. (n. 6), p. 184.

49 Les tessons concernés sont peu nombreux, une cinquantaine en tout, pour une période qui va de la fin de l’HR III C au GM inclu, soit trois siècles. Ils ont fait l’objet d’une étude par W. Coulson (The "Protogeometric" from Polis reconsidered, in ABSA, 96 [199H, p. 43-64, avec référence pour chaque objet au catalogue de Benton, art. cit. [n. 45], p. 11-17), à la lumière des dernières recherches sur la céramique de Messénie, notamment celle trouvée sur le site de Nichoria. S. Benton soupçonnait cette continuité (Second Thoughts on "Mycenaean" Pottery in Ithaca, in ABSA, 44 [19491, 307-312).

50 Catalogue de Benton, art. cit. (η. 45), p. 17-22.

51 La localisation exacte de chaque trépied est précisée dans le catalogue des bronzes de Benton, art. cit. (n. 44), p. 62-68. L’ensemble des objets métalliques, toutes périodes confondues et à l’exception des quatre derniers trépieds, furent en fait trouvés dans la même zone C 2-C 3. Aucune précision n’est par contre donnée quant aux lieux de trouvaille du matériel céramique.

52 Benton, art. cit. (n. 44), p. 51.

53 S. Benton, The Evolution of the Tripod-Lebes, in ABSA, 35 (1934-1935), p. 74-130 ; C. Rolley, Les trépieds à cuve clouée, Paris, 1977 (Fouilles de Delphes, V 3) ; M. Maass, Die Geometrische Dreifiisse von Olympia, Berlin, 1978 (Olympische Forschungen, X) ; C. Rolley et al., Trépieds géométriques de bronze : analyses complémentaires, in BCH, 110 (1986), p. 127-129 et p. 134 et J.-L. Zimmermann, Les chevaux de bronze dans l’art géométrique grec, Mayence, 1989, avec son étude du groupe « Ithaque-Delphes ».

54 Benton, art. cit. (n. 44), p. 53, avec son catalogue : art. cit. (n. 45), p. 22-38.

55 Benton, art. cit. (n. 44), p. 53-56 avec son catalogue des terres cuites : art. cit. (n. 44), p. 39-45. La dédicace à Ulysse porte le n° 63 p. 43.

56 Benton, art. cit. (n. 44), p. 50 et 51.

57 Benton, art. cit. (n. 44), p. 53- Des Odysseia sont citées dans la réponse que la cité d’Ithaque envoya à celle de Magnésie du Méandre qui la conviait à participer aux concours en l’honneur d’Artémis Leucophryène institués à la fin du iiie siècle. Cf. O. Kern, Inschriflen von Magnesia am Màander, Berlin, 1900, n° 36, 1. 16)

58 C’est la thèse avancée par J. Coldstream, T. Price et, en dernier lieu, S. Hiller, Possible historical reasons for the rediscovery of the Mycenaean past in the age of Homer, in R. Hägg (éd.), The Greek Renaissance of the Eighth Century B. C. Proceedings of the Second International Symposium at the Swedish Institute in Athens, 1-5 June 1981, Stockholm, 1983, p. 13.

59 Odyssée, VIII, 393-394 et XIII, 13.

60 Odyssée, XIII, 363-371.

61 Odyssée, XIII, 101-103.

62 C’est la thèse avancée par W. Heurtley, Excavations in Ithaca IV : summary, in ABSA, 40 (1939-1940), p. 11-12 ; A. Raubitschek, The tripods of Odysseus, in Studia Aegaea et Balcanica in honorem Ludovica Press, Varsovie, 1992, p. 99-102 et H. Waterhouse, From Ithaca to the Odyssey, in ABSA, 91 (1996), p. 315 et réfutée par I. Malkin, The Returns of Odysseus. Colonization and ethnicity, Univ. of California Press, 1998, p. 95-98.

63 Malkin, op. cit. (η. 62), p. 94-119 et plus particulièrement p. 98-107. Certains des arguments d’I. Malkin sont recevables et je les fais miens, mais ceux par lesquels le chercheur crée des liens entre la grotte et le héros dès le ixe siècle sont soit trop vagues, soit trop tardifs pour être définitivement admis.

64 Cf. les remarques de W. Sieberer, Zur Lokalisation des homerischen Ithaka, in Tyche, 5 (1990), p. 163, de F. de Polignac, à plusieurs reprises, notamment in Religion and Power in the Ancient Greek World (η. 5), p. 62, qui n’ose toutefois affirmer l’absence totale de la figure d’Ulysse dans la grotte avant l’époque hellénistique, et de C. Antonaccio, op. cit. (η. 1), p. 152-155. Notons seulement que ces théories reposent sur les postulats que tous les trépieds de la grotte aient été retrouvés et que les associations anses/pieds soient irréfutables, ce dont S. Benton elle-même n’était pas sûre, et/ou que le lien entre la grotte et Ulysse est manifeste pour tous dès l’époque géométrique, ce qui n’est confirmé par aucun élément sur place.

65 Au vu des résultats des fouilles de ce sanctuaire, notamment de la richesse et de la variété de ses offrandes et de la place importante que les Corinthiens y ont de toute évidence tenue dès le ixe siècle, éléments comparables en tous points à la situation du sanctuaire de Pérachora, le sanctuaire d’Apollon à Aetos est le seul endroit de l’île où de telles offrandes ont leur place. Sur Aetos, W. Heurtley, H. Lorimer, Excavations in Ithaca I, in ABSA, 33 (1932-1933), p. 22-65 ; W. Heurtley, M. Robertson, Excavations in Ithaca V, in ABSA, 43 (1948), p. 1-124 et S. Benton, Further Excavations at Aetos, in ABSA, 48 (1953), p. 254-361.

66 Un mortel ne saurait dépouiller un dieu sans commettre un sacrilège mais un dieu ne pourrait-il pas pour autant se dépouiller pour un autre dieu, surtout lorsqu’il s’agit de sa propre sœur jumelle ? Hélas, malgré mes recherches, je n’ai pu trouver aucun parallèle à un tel don.

67 Je crois alors à un culte à Artémis. Je n’oublie pas pour autant l’inscription du vie siècle mentionnant Athéna et Héra. Mais ces deux divinités conviennent très mal à un culte cavernicole. Par ailleurs, les deux fragments ont été trouvés à proximité de la grotte mais sans lien clairement établi avec elle. Il existe enfin à Stavros, à l’est et au-dessus de la baie de Polis, un établissement dont le matériel le plus ancien remonte également au vie siècle, comme si toute la partie nord de l’île n’avait pas été occupée de façon permanente auparavant, du moins pas depuis la fin de l’époque mycénienne. Sur Stavros, H. Waterhouse, Excavations at Stavros, Ithaca, in 1937, in ABSA, 47 (1952), p. 227-242. – La possibilité d’un culte dans la grotte avant la fin du viie siècle existe. Mais la faible quantité d’offrandes mises au jour et leur humilité n’autorise pas à envisager autre chose que l’initiative de quelques autochtones autour d’une divinité peut-être encore anonyme.

68 Parmi lesquels les offrandes du sanctuaire d’Aetos jouent un rôle non négligeable. Cf. ci-dessus note 65- On doit également penser à l’origine géographique des trépieds de la grotte. Cf. ci-dessus note 53- On ne saurait, par ailleurs, voir dans ces trépieds des offrandes des habitants d’Ithaque, vue l’indigence des vestiges d’époque géométrique propres à cette île où le premier habitat géométrique n’a été découvert qu’en 1985, résultat du programme de prospection d’Ithaque, « Odyssey-Project », de l’Université de Saint-Louis, mené par S. Symeonoglou. Cf. Ergon (1985), p. 36-42 et BCH, 110 (1986), p. 700.

69 Cf. l’analyse de C. Morgan, Corinth, the Corinthian Gulf and Western Greece during the 8th century B.C., in ABSA, 83 (1988), p. 313-338.

© Presses universitaires de Liège, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search