Version classiqueVersion mobile

Leibniz et J.-S. Bach

 | 
Arthur Dony

Section III

Chapitre VIII. La Réconciliation (II)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En quoi l’esthétique relationnelle de Leibniz est-elle la plus à même de servir de fondement à l’esthétique musicale de J.-S. Bach ? Comment, en particulier, permet-elle de rendre raison de la valeur supérieure de telles compositions, ainsi que de la source de l’agrément singulier qu’elles procurent (§22) ? Et encore : en quoi permet-elle de rendre compte de l’unité entre forme et émotion, entre structure et expression musicale (§23) ? Et, du point de vue du processus créateur, de la conciliation de la rigueur formelle et de l’imagination, de la détermination et de la liberté (§24) ? Dans la continuité de la démarche dialectique instaurée dans le chapitre précédent, nous proposons d’approfondir ces questions, avec en toile de fond les désormais fameuses Variations canoniques.

§22. Esthétique de l’approfondissement

Les critiques dont la musique de Bach a été l’objet de son temps, par Scheibe singulièrement, sont symptomatiques d’une esthétique nouvelle dont Descartes a ét...

© Presses universitaires de Liège, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search