Version classiqueVersion mobile

Héros et héroïnes dans les mythes et les cultes grecs

 | 
Vinciane Pirenne-Delforge
, 
Emilio Suárez de la Torre

Héro et Léandre : un exemple d’héroïsation tardive

Pierre Somville

Texte intégral

Nageur d’un seul amour…
G. Schéhadé

1Rappelons brièvement l’argument et les tenants de ce « beau conte d’amour et de mort ». Sur l’une et l’autre rive de l’Hellespont, deux villes se regardent : Sestos en Chersonèse de Thrace et, légèrement en aval, Abydos de Mysie sur la rive asiatique. Prêtresse d’Aphrodite et vouée à la virginité, Héro – beau paradoxe – vit dans une tour au bord de la mer, tout comme la belle Annabella d’Edgard Poe. Léandre, originaire d’Abydos, s’y rend un jour, lors d’une célébration rituelle d’Adonis et de la Cythérée. Leurs regards se croisent et il tombe éperdument amoureux de la jeune et belle prêtresse interdite. S’ensuit l’aventure, forcément clandestine, de rencontres quotidiennes et nocturnes des deux amants : Léandre franchit chaque soir à la nage le détroit, guidé par le luchnos d’Héro postée au haut de la tour et s’en retourne chaque matin, quand point l’aurore.

2Mais vient l’hiver rendant la traversée impossible. N’y tenant plus, Léandre risque le passage, coûte que coûte. Or, le vent de tempête éteint le fanal et la houle engloutit le nageur. Au petit matin, Héro, qui vient d’apercevoir, flottant parmi les récifs, le corps disloqué de son amant, se jette du haut de sa tour.

3Telle est l’histoire simple et poignante que nous offre ce poème du ve siècle de notre ère, long de 534 vers, écrit dans la langue et la diction d’Homère non sans emprunts multiples au grec composite de Nonnos et dont l’auteur, Mousaios, manie admirablement l’allusion culturelle, l’écriture formulaire et l’art hautement chromatique de la redondance et de l’hyperbole.

  • 1 V.K.H. Kost, Musaios, Hero und Leander, Einleitung, Text, Übersetzung und Kommentar, Bonn, 1971, p (...)

4Deux Héroïdes d’Ovide (la xviiie et la xixe) s’inspirent du même sujet et l’on peut donc inférer que les deux poètes se réfèrent à une source commune : un probable epullion alexandrin attesté par quelques rares et précieux fragments papyrologiques1.

5La distance séparant les deux villes n’est pas énorme : il s’agit de nager sur une longueur d’environ 1300 m, mais Strabon, qui nous décrit l’endroit (XIII, 1, 22), nous rappelle qu’un courant descendant, parfois impétueux, rend le passage d’Abydos à Sestos relativement périlleux, compte tenu du fait que la ville d’Asie se situe quelque peu en aval de celle qui lui fait face. Néanmoins, en mai 1810, Byron tentera et réussira la traversée à la nage. La chose était donc possible à tout cœur bien trempé ! Ce que fit Léandre, à maintes reprises, tant il est vrai que l’amour est chose itérative et apparemment infatigable. Le retour du matin, profitant du courant, devait être plus aisé. Tout cela, bien sûr, à l’aller comme au retour, va sans compter avec le vent d’hiver, le cruel Borée venu du Pont-Euxin, qui eut raison du nageur et de son amour. Le rappel de cette clausule, au ras du texte, puis dans la belle traduction de Pierre Orsini, ne sera sans doute pas superflu.

῎Hλυθε δ’Ήριγένεια, καί οὐκ ἴδε νυμφἱον ‘Ηρώ.
Πάντοθι δ’ ὂμμα τίταινεν ἐΠ’ εὐρέα νὡτα θαλάσσης,
εἴ που ἐσαθρήσειεν ἀλωόμενον παρακοίτην
λύχνου σβεννυμένοιο. Παρὰ κρηπῖδα δὲ πύργου
δρυπτόμενον σπιλάδεσσιν ὅτ’ ἔδρακε νεκρòν ἀκοίτην,
δαιδαλέον ῥήξασα περì στήθεσσι χιτῶνα,
ῥοιζηδòν προκάρηνος- ἀπ’ ἠλιβάτου πἑσε πύργου.
Κὰδδ ‘‘Hρὼ τέθνηκε σὺν ὁλλυμένῳ παρακοίτῃ
ἀλλήλων δ’ ἀπόναντο καί ἐν πυμάτῳ περ ὁλέθρω.

  • 2 P. Orsini, Musée, Héro et Léandre, Texte et traduction, Paris, Les Belles Lettres, C.U.F., 1968, p (...)

6L’Aurore arriva ; Héro n’aperçut pas son jeune époux ; de tout côté, elle tendait son regard sur le vaste dos de la mer, pour voir si, d’aventure, elle n’apercevait pas son compagnon errant, car la lampe s’était éteinte. Lorsque, près du soubassement de la tour, elle distingua, brisé par les écueils, le cadavre de son amant, elle déchira autour de sa poitrine sa tunique brodée ; puis, en sifflant, son corps s’abattit, la tête la première, du sommet de la tour. C’est ainsi que périt Héro en même temps que son époux mourant. Et ils jouirent l’un de l’autre, éternellement, jusque dans l’abîme de la mort2.

*

7Nous voyons dans cette histoire se croiser plusieurs thèmes d’héroïsation. D’abord, l’ordalie. On sait que le fait de soumettre un individu à une épreuve difficile à réaliser, voire quasiment impossible, est l’une des conditions, s’il en réchappe, de son accession à un destin exceptionnel. L’épreuve peut être forestière, et c’est le cas d’Œdipe (ou de Poucet et de ses frères). Elle peut être aussi aquatique ou marine et nous avons alors Moïse ou Persée, l’enfant de Danaé. Ainsi, Léandre triomphe une première fois du détroit pour accéder à une première nuit d’amour, puis recommence victorieusement le passage jusqu’à la catastrophe finale qui sera, elle, le signe d’un autre type d’héroïsation. Il est vrai que le héros, même vaincu à la fin, n’en reste pas moins héros : ainsi Achille, Ajax, Œdipe (à nouveau) et quelques autres... Il est vrai aussi que l’ordalie est d’essence initiatique et qu’elle suppose donc une confrontation à la mort, fût-elle fictive, de manière à assurer la promesse – toujours provisoire – d’une vie d’exception.

  • 3 Voir à ce propos H. Jeanmaire, Courroi et Courètes. Essai sur l’éducation et les rites d’adolescen (...)
  • 4 Résumant un ouvrage de Ptolémée Héphestion, le patriarche Photios, au Codex 190 de sa Bibliothèque (...)
  • 5 Voir J. Carcopino, La basilique pythagoricienne de la Porte Majeure, Paris, 1926.

8Le saut de Leucade en est un cas un peu particulier. Il s’agit là, par un plongeon probatique, de se délivrer du mal d’amour. Sappho en est, en quelque sorte, l’éponyme. Amoureuse du beau Phaon, qui ne répondait pas à son amour, elle se serait jetée à la mer du haut d’une falaise dite la « roche blanche ». Certes, toute probation peut échouer et le plongeon, en l’occurrence, ressembler fort à un suicide par dépit amoureux, mais le but d’une telle entreprise qui veut tenter le sort et en appeler au « jugement de Dieu » reste, ne l’oublions pas, l’exceptionnelle promesse d’une délivrance3. Or nous ne savons pas, dans le cas de Sappho, quel fut le dénouement de son voyage vers la falaise d’Ambracie tel que nous l’évoque Ovide dans sa XVeHéroïde4. Pourtant, le stuc qui décore l’abside de la Basilique de la Porte Majeure à Rome nous la montre sur le rocher, un pied dans le vide et tenant sa lyre dans la main gauche face à un Apollon lui tendant la main droite comme pour l’inviter à sauter sans crainte : la chute, amortie par les voiles, lui sera bénéfique et, comme toute initiée, elle traversera le risque de la mort sans dommage pour accéder enfin au statut quasi divin d’avatar d’Apollon, dieu de la lyre au moins autant que de l’arc5. D’ailleurs, le « brillant » Phaon était-il autre chose que la personnification d’une épiclèse ?

9Dans le cas d’Héro, dont la robe s’emmêle et qui tombe avec le bruit sifflant de la toupie, l’ordalie est apparemment vouée à l’échec immédiat, mais le dernier vers du poète nous prouvera qu’il n’en est rien. L’éternisation même de son acte, et de son amour, la sauvera in extremis de l’anéantissement.

10Un autre aspect vient renforcer encore la sacralité du geste ordalique des deux amants, c’est le rapport élémentaire (au sens fort) qui les relie au feu et à l’eau. Ces deux éléments antinomiques sont en effet constitutifs de mythe ainsi qu’on peut le voir notamment dans l’affrontement du Scamandre et d’Héphaïstos au chant XXI de l’Iliade. La faible flamme du luchnos qui brille dans la nuit et à laquelle s’assimile la présence attentive d’Héro, fidèle dans le désir, contrebalance à elle seule tout le fracas de la mer sombre qui se brise sur les récifs et dont Léandre traverse en champion les incessants périls de salure et d’écume. Ombre et lumière s’y rejoignent aussi, comme on le voit. L’une appelle l’autre et c’est de leur complémentarité adverse que jaillit l’étincelle spirituelle – et physique – de l’amour. En bon allégoriste alexandrin, Mousaios insiste beaucoup sur ces deux éléments : la mer gronde et la flamme vacille, sans faiblir, tout au long du poème. Et les protagonistes en sont bien conscients : Léandre va même jusqu’à dire que si cette lumière, qui est aussi la lumière de sa vie, venait à s’éteindre, il rendrait aussitôt l’âme (v. 216-218). Puis, le poète ajoute, avec un pathétique que n’offusque en rien l’apparente préciosité de sa formulation : λύχνῳ καιομενῳ συνεκαίετο (v. 241). Vivant oxymore, Léandre au milieu de la houle brûlait comme brûlait la lampe qu’il voyait luire au loin.

11On pourrait songer aussi à Icare qu’une lumière trop approchée précipite au gouffre, joignant par sa chute le feu inaccessible et l’eau sépulcrale qui le reçoit tout flamboyant. Ferment de mythe, disais-je, que ce recours aux éléments lorsque les violences naturelles en viennent à croiser la trajectoire des mortels. Jamais ils n’en sortent indemnes, mais telle est précisément la chance de leur héroïque exception.

12Enfin, l’amour et la mort qui se rejoignent et la coïncidence du θάλαμος avec le θάνατος- n’est pas une moindre composante de ce schéma de quasi-divinisation des deux héros. Depuis Phèdre et Hippolyte jusqu’à Tristan et au-delà, l’amour « plus fort que la mort » comme dira encore Rossellini puisqu’il lui survit dans la mémoire collective, reste un thème que son universalité fait confiner à la notion d’archétype. La meilleure preuve en est l’immense succès de celle « lamentable histoire » d’Héro et Léandre à travers l’Histoire des Lettres.

*

13Connaissant la légende, Martial faisait déjà dire au nageur cette prière qu’il adresse aux flots déchaînés :

Parcite dutn propero ; mergite cum redeo
Épargnez-moi à l’aller ; ne m’engloutissez qu’au retour.
(De Sped., XXV, 181)

14Une épigramme de John Donne, parmi l’ample moisson que la littérature comparée pourrait nous fournir, mérite qu’on s’y arrête un instant, car le poète y insiste sur l’unité du couple, soudé pour toujours, et l’inscrit avec un beau maniérisme sous le signe symbolique des quatre éléments :

Both rol’d of aire, we both lye in one ground
Both whom one fire had burnt, one water drowned
De même privés d’air gisons en même terre
Même feu nous brûla, mêmes eaux nous noyèrent
(trad. Fuzier et Denis)

15Dans un autre style, le scabreux Scarron, maniant le zeugma filé et se référant au premier temps du récit, ne peut que nous amuser un instant :

Chaque soir peu vêtu mais de façon galante
Et comptant sur son bras de fer
Il en traversait un de mer
Pour aller se jeter dans ceux de son amante.

16Les sujets les plus célèbres, il est vrai, sont ceux qui se prêtent le mieux au « travestissement ».

17Il faudrait évoquer encore Marlowe et Chapman, Clément Marot, Grillparzer, Hipólita de Narváez ou Lope de Vega, mais c’est avec Cervantes que nous allons clore cette très brève revue. Son poème El marinero de amor, sans référence explicite à Léandre, ne s’en termine pas moins par ces vers :

  • 6 Anthologie bilingue de la poésie espagnole, Paris, Gallimard, 1995 (Bibl de la Pléiade), p. 356-34 (...)

Oh ! clara y luciente estrella
En cuya lumbre me apuro
Al punto que te me encubras
Sera de mi muerte el punto
Oh ! claire et brillante étoile
Lumière en qui je me consume
L’instant où tu te voileras
Sera l’instant de ma mort6.

*

18Nous assistons donc, avec Héro et Léandre, à une véritable héroïsation littéraire, qui pourrait sembler banale et évidente, comme celle de Tristan ou de Roméo et Juliette, si l’on n’y pouvait lire en filigrane le souvenir fort de quelques composantes, ordaliques et « élémentaires », qui tendent à faire de cette fable (μῦθος) un véritable mythe dont les deux héros, au sens littéraire et courant du terme, sont en fait présentés, par le sceau d’éternité qui les marque à jamais, comme de véritables demi-dieux, fixés dans la permanence de leur instant final. On songe à la tombe d’Yseut :

Ne vous sans moi
Ne moi sans vous

19Comme au dernier vers du poème de Mousaios :

ἀλλήλων δ’ ἀττόναντο καì ἐν ττυμάτῳ περ ὁλέθρῳ
Et ils jouirent l’un de l’autre jusque dans l’insondable gouffre.

Notes

1 V.K.H. Kost, Musaios, Hero und Leander, Einleitung, Text, Übersetzung und Kommentar, Bonn, 1971, p. 19-21.

2 P. Orsini, Musée, Héro et Léandre, Texte et traduction, Paris, Les Belles Lettres, C.U.F., 1968, p. 16.

3 Voir à ce propos H. Jeanmaire, Courroi et Courètes. Essai sur l’éducation et les rites d’adolescence dans l’Antiquité grecque, Paris, 1939 ; W. Déonna, Le symbolisme de l’acrobatie antique, Bruxelles, 1953 et A. Moreau, Initiation en Grèce antique, in DHA, 18 (1992), p. 216-220.

4 Résumant un ouvrage de Ptolémée Héphestion, le patriarche Photios, au Codex 190 de sa Bibliothèque, nous donne une intéressante confirmation du thème traité par Ovide, y associant très explicitement le temple et la présence de lApollon dActium. Il y ajoute aussi une foule d’autres exemples. Voir Photios, Bibliothèque, texte et trad. R. Henry, Paris, Les Belles Lettres, 1962 (Coll. byzantine, III), p. 70-72.

5 Voir J. Carcopino, La basilique pythagoricienne de la Porte Majeure, Paris, 1926.

6 Anthologie bilingue de la poésie espagnole, Paris, Gallimard, 1995 (Bibl de la Pléiade), p. 356-347.

Auteur

Université de Liège
Sciences de l’Antiquité
Place du 20-Août, 7
B – 4000 Liège

© Presses universitaires de Liège, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search