Version classiqueVersion mobile

Leibniz et J.-S. Bach

 | 
Arthur Dony

Section I

Chapitre II. Musique et métaphysique de la communication

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Du reste, cet isomorphisme entre l’harmonie de l’univers et l’harmonie musicale est affirmé par Leibniz lui-même, la musique, dans sa conception, n’étant autre chose que « l’imitation de cette harmonie universelle que Dieu a mise dans le monde1 » — imitation, comme on l’a vu, ne signifiant pas réplique ou reproduction quant au contenu, mais seulement quant à la forme ou aux principes. Cette indication doit nous pousser à approfondir un parallélisme que nous n’avons encore fait ici qu’esquisser, en abordant désormais l’hypothèse de l’harmonie préétablie (§4). Nous en analyserons à la fois la signification métaphysique et musicale, en accord avec le paradigme leibnizienne des chœurs. Après un aperçu sur la musique baroque allemande et sur la place singulière que Bach y occupe (§5), nous terminerons par deux illustrations musicales tirées d’œuvres de ce dernier (§6).

§4. L’accord préétabli, comme conciliation de la spontanéité et de la conformité

On sait que l’harmonie univ...

© Presses universitaires de Liège, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search