Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Héros et héroïnes dans les mythes et les cultes grecs

 | 
Vinciane Pirenne-Delforge
, 
Emilio Suárez de la Torre

La double initiation d’Achille dans l’Iliade

Paul Wathelet

Texte intégral

  • 1 P. Wathelet, Rites de passage dans l’Iliade : échecs et réussites, in A. Moreau (éd.), L’initiatio (...)

1Il y a quelques années, exactement en 1991, lors d’un colloque sur l’« initiation » qui s’est tenu à Montpellier, j’ai eu l’occasion de suggérer que, dans l’Iliade, Achille ratait l’initiation qui devait le faire passer de l’adolescence à l’âge adulte1.

2Les arguments étaient en gros les suivants.

  • 2 J. Labarbe, L’âge correspondant au sacrifice du koureion et les données historiques du sixième dis (...)
  • 3 Y 39 et H. à Apollon, 134 ; Pind., Péan, IX, 45. – W. Burkert, Greek Religion. Archaic and Classic (...)

3Dans l’Iliade, Achille est un très jeune homme. Sa longue chevelure blonde n’a pas encore été coupée ainsi qu’il était de coutume lors du sacrifice du κούρειον qui marquait le passage de l’adolescence à l’âge adulte2. Comme Apollon, dont il est proche à plus d’un titre, on pourrait dire d’Achille qu’il est ἀκερσεκόμης, « aux cheveux non coupés ». L’Iliade fait au 3moins deux allusions à cette situation : quand, au premier chant, dans sa fureur contre Agamemnon, Achille se prépare à le frapper de son épée, Athéna se précipite du haut du ciel pour arrêter le jeune homme et, visible pour lui seul, elle le retient par sa longue chevelure (A 197-198). De même, lors des funérailles de Patrocle, Achille coupe sa chevelure qu’il dépose en offrande sur le bûcher du mort, cette chevelure que son père, Pélée, avait promis de consacrer au Spercheios s’il revenait vivant de la guerre de Troie (Ψ 138-148). Comme Achille sait alors qu’il ne reviendra pas, la promesse ne pourra être tenue. Achille est donc un très jeune homme, encore en instance d’initiation.

  • 4 τ 394-466. Cf. notamment A. Moreau, Le voyage initiatique d’Ulysse, in Uranie, 4 (1994), p. 25-66, (...)
  • 5 J. –M. Renaud, Le mythe de Méléagre. Essais d’interprétation, Liège, chez l’auteur, 37, rue Naimet (...)
  • 6 P. Wathelet, Diet, des Troyens …, n° 129 Εὔφορβος, p. 547-555.
  • 7 Achille reconnaît que la suprématie de Priam s’étendait à Lesbos (Ω 544).

4Les épreuves initiatiques qui permettent d’accéder à l’âge adulte sont de plusieurs espèces. Ou bien, il s’agit de tuer un gibier spécialement redoutable, comme un sanglier (c’est le cas d’Ulysse4 ou de Méléagre5) ou bien de tuer un ennemi, comme, très imprudemment, Euphorbe avait annoncé qu’il rapporterait à ses parents la tête de Ménélas (P 9-60)6. Pour son malheur, c’est le contraire qui se produit. En ce qui concerne Achille, avant les événements rapportés par l’Iliade, il a organisé, autour de Troie, toute une série de coups de main dont le texte donne l’impression qu’il les a accomplis seul. Dans la scène des Λιτοί, lui-même déclare qu’il a été, avec ses nefs, ravager douze cités d’hommes. Sur terre, il en compte onze encore, prises par lui en Troade (I 328-329). C’est ainsi qu’il a pillé Thèbes-sous-le-Plakos, la ville d’Eétion, le père d’Andromaque, Lymessos (A 366, Ζ 407-424, Τ 295-299) et qu’il a étendu ses ravages jusqu’à Lesbos (I 129 et 271)7. Partout vainqueur, il a recueilli un immense butin et a tué tous ses ennemis dont Eétion et ses sept fils (Z 416, 421).

  • 8 Dans certaines versions du mythe, c’est ce que font les oncles maternels de Méléagre. Cf. Renaud, (...)
  • 9 Les épreuves initiatiques, surtout celles qui permettent d’accéder à l’âge adulte, doivent être ré (...)

5Il ne suffit pas que l’épreuve soit remportée, il faut encore que sa réussite soit dûment constatée. Si nous nous trouvions dans le domaine du sport, nous dirions homologuée. Il convient donc que des adultes revêtus d’une certaine autorité constatent que l’adolescent a bien triomphé d’un gibier redoutable ou d’un ennemi et qu’il est par conséquent digne d’être intégré dans le groupe des adultes. Ceux qui jugent l’épreuve sont des maîtres d’initiation ou, par leur situation, ils en tiennent lieu. Ils peuvent aider – parfois soigner – le candidat, mais ils ne peuvent en aucun cas se substituer à lui, ni entrer en rivalité avec lui8. Dans cette hypothèse, l’épreuve serait manquée et elle ne peut être tentée qu’une seule fois9.

  • 10 Renaud, op. cit. (n. 5), p. 79-81.

6Lorsque, chez son grand-père maternel, le jeune Ulysse tue un sanglier redoutable (t 394-466), il est accompagné par les frères de sa mère qui le soigneront quand il aura été blessé, mais qui le laisseront d’abord abattre seul le sanglier. L’épreuve sera réussie. Dans le cas de Méléagre, en revanche, les frères de sa mère contestent son succès et l’épreuve est ratée10.

  • 11 Après la mort de Patrocle, Briséis révélera l’espoir qu’elle avait d’épouser Achille, ce en quoi e (...)

7Pour en revenir à Achille, comme preuve de sa victoire, il avait obtenu une part du butin, ce qui le rangeait parmi les guerriers adultes, mais la réaction stupide et autoritaire d’Agamemnon, qui lui enlève Briséis pour se dédommager de devoir restituer Chryséis à son père, annule en quelque sorte le jugement favorable émis par les Achéens. En le privant de son trophée, de son γέρας, Agamemnon, chef de l’expédition, nie qu’Achille ait remporté l’épreuve. Notons en passant que la « colère » d’Achille n’est pas du tout causée par un sentiment amoureux qu’il aurait pu éprouver pour Briséis, quoi que celle-ci ait pu espérer11, mais par le fait qu’Agamemnon lui enlevait sa part d’honneur largement méritée.

8La situation d’Achille est aggravée par le fait qu’aucun des autres princes achéens ne se désolidarise d’Agamemnon, mais que tous semblent faire bloc avec leur chef. Ce ne sont pas les vaines exhortations de Nestor qui pourront apaiser le Péléide.

9Se sentant exclu du groupe des adultes, Achille cesse de participer au combat. Il annonce même, comme il le refera au chant IX (I 308-429 et I 607-619), son intention de rentrer chez lui en Phthie.

10Isolé, le jeune héros se rapproche tout naturellement de ses parents : il compte retourner auprès de son père en Phthie et, en attendant, il s’adresse à sa mère Thétis, qui, en tant que déesse, vient aussitôt le consoler. À la demande d’Achille, elle obtiendra de Zeus qu’Agamemnon et les Achéens soient en difficulté et qu’ils soient enfin forcés de reconnaître la valeur d’Achille.

  • 12 Les noms des trois filles citées : Chrysothémis, Laodice, Iphianassa, ont suscité beaucoup de disc (...)
  • 13 Wathelet, art. cit. (n. 1), p. 66-68.

11Après divers épisodes qui sont autant de hors-d’œuvre, à la fin du chant VIII, les Achéens se trouvent en grande difficulté et, réunis au début du chant IX, leurs chefs délibèrent. Sur la recommandation du vieux Nestor, Agamemnon reconnaît enfin ses torts envers Achille et, pour le ramener au combat, il lui offre des cadeaux extraordinaires, dont la richesse a quelque chose d’excessif et de provocant. Ces offres comportent notamment l’octroi d’un territoire et la main d’une des trois filles d’Agamemnon, parmi lesquelles Achille pourra faire son choix (I 145 – 287)12. En somme, et en plus de multiples richesses, ce qu’Agamemnon offre à Achille c’est une situation sociale enviable, inscrite dans les institutions achéennes. Les propositions de l’Atride sont transmises à Achille par trois ambassadeurs de choix à des titres divers, Ulysse, Ajax, fils de Télamon et le vieux précepteur du héros, Phénix.Au cours d’une scène nocturne où apparaissent des traits initiatiques13, Ulysse transmet les propositions d’Agamemnon, en en omettant soigneusement la condition finale : Achille devait se soumettre à l’autorité de l’Atride. Malgré l’importance des offres et aussi un appel à la solidarité d’Ulysse, malgré un très long plaidoyer tout chargé d’émotion fait par Phénix, Achille s’obstine dans sa colère : il refuse tout et annonce de nouveau son intention de rentrer dans son pays.

12Comme je l’ai dit, une fois l’épreuve initiatique ratée, elle ne peut être affrontée à nouveau. Par son refus, c’est la vie qu’Achille refuse. Loin de choisir une existence dans un cadre social flatteur, Achille préfère retourner chez son père, en Phthie, c’est-à-dire revenir en arrière.

  • 14 Achille annonce qu’il retournera dans sa patrie en Phthie. Le troisième jour, il pourrait y être : (...)
  • 15 Thétis annonce à Achille sa mort après celle d’Hector (Σ 96), Héphaistos l’annonce à Thétis (Σ 464 (...)
  • 16 Cf. P. Wathelet, Priam aux Enfers ou le retour du corps d’Hector, in LEC, 56 (1988), p. 321-335.
  • 17 Éthiopide (191-192, Proclos, Résumés, éd. A. Severyns). Cf. fr. 3 Bernabé. — Sur le passage de l’É (...)
  • 18 C’est ainsi également que, dans certaines versions du mythe, Apollon tue Méléagre (Renaud, op. cit (...)

13N’ayant pas choisi la vie, Achille a opté pour la mort14. Il n’y a pas d’autre solution. Cette mort – prévue par les destins – est annoncée à plusieurs reprises dans l’Iliade. Notamment quand un de ses. chevaux immortels se trouve un instant doté de parole (T 404-417) ou au moment de la mort d’Hector (Χ 359-360)15. Quand, sur l’ordre de Zeus, Thétis vient lui annoncer la visite de Priam, elle porte déjà son deuil (Ω 93-94) et la visite nocturne que Priam fait dans le camp d’Achille se présente en tout point comme une descente aux Enfers16. Sans qu’Homère ait besoin de le dire, Achille est déjà mort. La tradition post-homérique17 montrera le héros tué par une flèche tirée par Paris et Apollon. L’intervention du dieu, protecteur des jeunes en instance d’initiation, sanctionne aussi ceux qui ont manqué l’épreuve18.

  • 19 Cf. plus loin, le témoignage de Pindare.

14Telle était en gros la conclusion à laquelle j’arrivais au colloque de Montpellier sur l’initiation. Tout en reconnaissant la pertinence de mon analyse un des participants au colloque s’est étonné qu’après avoir ainsi raté son initiation Achille ait pu être présenté à la jeunesse grecque comme un modèle à suivre. Objection pertinente et qui fait pressentir un autre aspect du problème19.

  • 20 Une ordalie par l’eau et le feu chez Homère : le combat d’Achille et du Scamandre, communication f (...)

15C’est cet autre aspect que je voudrais développer ici en reprenant et en développant une explication qui avait été présentée lors d’un autre colloque, cette fois à Paris, par Mme Françoise Bader20. Elle soulignait en effet que la lutte d’Achille contre le Scamandre au chant XXI de l’Iliade était une ordalie, une autre épreuve, que cette fois Achille remportait.

  • 21 Sur la Dolonie, cf. P. Wathelet, Rhésos ou la quête de l’immortalité, in Kernos, 2 (1989), p. 213- (...)
  • 22 Agamemnon est blessé au bras par Koon, l’aîné des fils d’Anténor (A 248-283), Diomède est blessé a (...)

16Rappelons brièvement les faits : après l’échec des propositions faites à Achille par Agamemnon au chant IX, et, après quelques digressions dont la Dolonie21, la guerre s’éternise ; les chefs achéens connaissent des moments de gloire sur le champ de bataille, mais la plupart d’entre eux se font blesser l’un après l’autre22 et, de nouveau, la situation des Achéens devient critique. Les Troyens assiègent le camp des Achéens – les rôles sont donc renversés – et ils commencent même à incendier leurs vaisseaux.

  • 23 Wathelet, Diet, des Troyens … n° 302 Σαρπηδών, p. 973-989.
  • 24 Cf. ϒ 306 ἥδη γὰρ Πριάμου γενεὴν ἤχθηρε Κρονίων dit Poseidon lors du duel entre Énée et Achille.
  • 25 Wathelet, Diet, de Troyens n° 129 Εϋφορβος, p. 551-553 ; n. 23, p. 1345-1347.
  • 26 Le traitement réservé au corps d’Hector par Achille est celui d’une vengeance privée et non celui (...)

17Très inquiet de ce qu’il voit, Patrocle obtient d’Achille, non sans peine, l’autorisation d’intervenir revêtu des armes du Péléide afin d’effrayer les Troyens et de les contraindre à la retraite. Achille permet à son ami d’agir de la sorte, non sans lui avoir interdit de pousser son avantage plus avant. Entraîné par son enthousiasme, Patrocle va trop loin. Il tue Sarpédon, fils de Zeus23, et qui est en quelque sorte l’ambassadeur du Cronide auprès des Troyens – indice d’un changement d’attitude de Zeus24 – mais il tombe frappé successivement par Apollon, Euphorbe et Hector25. Ce dernier le dépouille des armes d’Achille pour s’en revêtir. À la nouvelle de la mort de son ami, Achille est plongé dans le plus grand désespoir et toute son activité visera à venger Patrocle en tuant Hector26.

  • 27 Tout indique que cette lance de bois de frêne donnée à Pelée par le centaure Chiron est une lance (...)
  • 28 Les dieux grandissent très rapidement ainsi que le montrent, par exemple, les Hymnes pseudo-homéri (...)

18Cependant, Achille n’a plus ses armes, hormis la lance magique en bois du Pélion que le centaure Chiron avait donnée à son père et qu’il s’est abstenu de confier à Patrocle27. Encore une fois, Thétis va intervenir. Elle ira trouver Héphaistos afin de lui demander de forger de nouvelles armes pour son fils. Héphaistos accepte immédiatement car il doit une grande reconnaissance à Thétis : aussitôt après sa naissance, sa mère, Héra, l’a rejeté parce qu’il était boiteux. Il aurait alors beaucoup souffert si Thétis et Eurynomé, une Océanide, ne l’avaient recueilli. Pendant neuf ans, il a, réfugié auprès d’elles, forgé des œuvres très nombreuses, à l’insu de tous, car les deux déesses l’avaient dissimulé (Σ 394-405). En somme, rejeté de l’Olympe – et même de la vie – Héphaistos a vécu une longue période de retraite, d’enfermement, avant de reparaître comme dieu forgeron, maître de son art. En clair, le dieu a connu une période initiatique, une épreuve d’un ordre particulier. Il ne s’agissait pas de passer de l’adolescence à l’âge adulte28, mais bien, après un temps de réclusion, de « renaître » enrichi d’une qualité nouvelle, qui distingue celui qui la porte du reste de ses semblables.

  • 29 P. Wathelet, Le bouclier d’Achille ou le pacifisme d’Homère, Université de Liège, Fac. ouverte, 19 (...)
  • 30 Cf. la description du bouclier d’Agamemnon (A 29-46) et le Bouclier pseudo-hésiodique (spéc. 144-1 (...)
  • 31 H. – G. Buchholz, J. Wiesner et al., Kriegswesen. Teil 1. Schutzwaffen und Wehr-bauten, Vandenhoec (...)
  • 32 P. Wathelet, Ares chez Homère ou le dieu mal aimé, in LEC, 60 (1992), p. 113-128.

19Fort de toute la puissance de son art, acquis dans la condition qu’on vient de rappeler, Héphaistos accède au vœu de Thétis et se met au travail. Il forge successivement un bouclier, une cuirasse, un casque et des jambières, le tout de qualité exceptionnelle. Le bouclier est très longuement décrit29. À l’inverse d’autres boucliers évoqués dans l’épopée30 ou de ce que nous savons par des sources archéologiques31, le bouclier d’Achille ne comportera rien de terrifiant, qui serait de nature à inspirer l’effroi à des adversaires. La grande majorité des scènes représentées sont des scènes de la vie courante en temps de paix. Une seule représente une ville assiégée dont les défenseurs tentent une sortie avec l’appui d’Athéna et d’Ares, réunis dans une même entreprise, alors que, partout ailleurs chez Homère, ils tendent à s’opposer32.

  • 33 P. Wathelet, Homère : le temps des héros et le temps du poète, Université de Liège, Faculté ouvert (...)

20À une exception près, toutes les scènes évoquées sur le bouclier d’Achille trouvent des correspondants dans les comparaisons dites « homériques », comparaisons puissamment articulées et qui ont pour principales caractéristiques de dépeindre la vie des contemporains d’Homère lui-même33.

21Le côté « pacifique » de la décoration du bouclier d’Achille ne peut être indifférent, tout se passe comme si le dieu boiteux, dont on vient de rappeler qu’il a été initié à une qualité supérieure, voulait rappeler à Achille tout ce qu’il va perdre en s’obstinant à renoncer à la vie, à moins que l’image du monde qui décore le bouclier ne symbolise ce que le héros va conquérir, par ses armes. La seconde explication est toutefois moins vraisemblable dans la mesure où Héphaistos forge pour Achille un bouclier, un casque, une cuirasse et des jambières, toutes armes uniquement défensives, mais aucune arme offensive, ni épée, ni épieu. Rappelons que, comme lance, le Péléide possédait toujours la fameuse lance magique en frêne du Pélion que le centaure Chiron avait donnée à son père.

22Ainsi armé, grâce à Thétis et à Héphaistos, Achille revient sur le champ de bataille. Seul il s’y déchaîne, les autres chefs achéens sont blessés et incapables de se battre ou curieusement absents. Achille poursuit les Troyens et en fait un grand massacre, des cadavres couvrent la plaine et encombrent le fleuve, le Scamandre, dont les eaux sont souillées de sang et ne peuvent s’écouler tant les corps des Troyens morts les retiennent. Dans leur fuite éperdue, des Troyens se réfugient dans le cours du fleuve et Achille les y poursuit.

23Le Scamandre, qui s’était déjà plaint auparavant auprès du héros pour le trouble qu’il lui apportait, laisse éclater sa fureur et il se déchaîne contre Achille. Ce dernier se trouve en grand danger de périr noyé et, ce qui lui semble sans doute beaucoup plus grave, sans aucune gloire. Il exprime sa désolation avec vigueur, allant même, ce qui est un comble, jusqu’à accuser sa mère Thétis de l’avoir trompé. Mais les dieux veillent, Athéna et Poseidon interviennent pour le réconforter et l’encourager. De son côté, le Scamandre redouble d’énergie, il appelle à son aide son affluent, le Simoïs, et tous deux se liguent contre Achille, ils le font d’autant plus volontiers qu’ils sont favorables aux Troyens qui ne cessent de les honorer.

24Achille est de nouveau en grand danger, mais Héra intervient, elle donne l’ordre à son fils Héphaistos d’incendier les berges du fleuve. Obéissant à l’appel de sa mère, Héphaistos ravage la végétation qui pousse au bord du cours d’eau, puis il s’en prend au fleuve lui-même, dont les eaux se mettent à bouillir, même au plus profond. On assiste à une lutte cosmique entre l’eau et le feu. Bien vite les fleuves cèdent, le Scamandre se rend et il promet de ne plus aider les Troyens. Sur l’ordre d’Héra, Héphaistos à son tour arrête son action et tout rentre dans l’ordre. Achille est sauvé de la noyade, il peut sortir de l’eau et continuer sa poursuite des Troyens et ses exploits.

  • 34 Schol. A en Φ 344 ; Schol. b (BCE3E4) T en Φ 343.

25Je n’aurai pas le mauvais goût de me demander, après des scholiastes34, comment Achille, immergé dans une eau qui bouillait, n’a pas été transformé en pot-au-feu. Nous sommes au-delà de la réalité. Grâce à l’aide des dieux et finalement d’Héphaistos, le dieu forgeron, qui précisément avait produit ses armes et surtout son bouclier, Achille a triomphé de l’épreuve. Car il s’agit bien d’une épreuve initiatique, mais cette fois d’un autre niveau.

26J’ai rappelé au début de la présente communication que le Péléide avait raté l’épreuve qui devait le faire passer de l’adolescence à l’âge adulte. Non qu’il ait échoué dans le meurtre d’ennemis – il les a bel et bien tués –, mais sa victoire n’a pas été reconnue. En le privant de sa récompense, en l’occurrence Briséis, Agamemnon, suivi par les autres chefs achéens, des adultes qui jouaient le rôle de maîtres d’initiation, a sanctionné l’échec du jeune homme. Sans doute, ce n’est pas la faute d’Achille, mais le résultat de l’autoritarisme maladroit d’Agamemnon. Le code moral de la Grèce archaïque est différent du nôtre. Quels que soient les responsables, une épreuve initiatique manquee l’est définitivement et il n’y a pas de possibilité de la repasser. Devant la maladresse stupide d’Agamemnon, Achille s’indigne, se fâche et il va s’obstiner dans sa colère, c’est la fameuse scène des Λιταί du chant IX de l’Iliade. Le poète s’attarde à l’échec d’Achille, il le distille en quelque sorte, suivant un usage de la pensée mythique qui aime s’attarder sur les épisodes importants ou même les répéter. Dans le fond, nous aurions été bien surpris qu’Achille accepte les propositions d’Agamemnon, d’autant plus étonnés que leur ampleur a quelque chose d’indiscret. Agamemnon apparaît dans la scène comme un de ces nouveaux riches qui croient tout pouvoir acheter quel qu’en soit le prix !

27Dans l’épisode de la colère comme dans ses exploits guerriers antérieurs à l’Iliade, Achille est seul ou, en tout cas, il assure la direction des opérations. La brève intervention d’Athéna, qui l’empêche de frapper Agamemnon, n’est pas une aide divine, mais une simple manière d’éviter que l’irréparable se produise, qui ruinerait définitivement tout espoir que les Achéens pouvaient avoir de s’emparer de Troie.

28Lors du combat contre le Scamandre, Achille est en quelque sorte enfermé, presque noyé, dans les eaux du fleuve. Il est incapable de s’en tirer par ses seules forces et il périrait lamentablement et sans gloire si des dieux n’intervenaient en sa faveur. La sollicitude des divinités constitue la marque d’une prédilection qui distingue Achille du reste des mortels.

  • 35 M. Eliade, Initiation, rites, sociétés secrètes. Naissances Mystiques. Essai sur quelques types d’ (...)
  • 36 Les conclusions tirées ici sur les deux initiations d’Achille demanderaient à être rapprochées d’a (...)

29Ces dernières années, on a beaucoup étudié les rites initiatiques qui se retrouvent dans la plupart des cultures humaines. On a distingué plusieurs niveaux : passage de l’adolescence à l’âge adulte, introduction dans un groupe de personnes qui jouissent d’une qualité particulière, accession à un pouvoir remarquable35. Toutes ces initiations comportent des épreuves qui se retrouvent dans des cultures diverses et qui présentent des similitudes à quelque niveau d’initiation qu’on s’adresse. Ceci ne veut pas dire qu’à l’intérieur d’une même culture toutes les épreuves valent pour n’importe quelle forme d’initiation. Il est a priori probable que chaque culture a ses usages et ses conceptions propres pour chaque niveau d’initiation. En ce qui concerne la mythologie grecque36, une tendance paraît se faire jour selon laquelle le passage de l’adolescence à l’âge adulte consiste pour le candidat à se rendre dans la forêt pour tuer un gibier remarquable ou dans un territoire hostile pour y tuer un ou des ennemis. Le candidat doit agir par lui-même pour prouver sa virilité et son exploit doit être reconnu par des maîtres d’initiation qui peuvent l’aider jusqu’à un certain point, mais sans se substituer à lui ou, ce qui serait pire, entrer en rivalité avec lui.

30En revanche, les autres initiations comportent une sorte de mort symbolique (mais parfois réelle), souvent illustrée par un enfermement et dont le candidat à l’initiation se libère lui-même ou est libéré par une puissance qui lui est supérieure, en général un dieu. Parfois même, le candidat est totalement inactif, c’est le cas limite des enfants exposés et évidemment sauvés sinon on n’en parlerait plus.

  • 37 L’épreuve initiatique de second type réussie par Achille dans sa lutte contre le Scamandre trouve (...)

31Ainsi, Achille a manqué l’épreuve qui, d’adolescent, devait le conduire à l’âge adulte et son échec sera finalement sanctionné par sa mort, dans laquelle Apollon intervient, le dieu qui précisément sanctionne les échecs à l’initiation des garçons. En revanche et dans l’entre-temps, en luttant contre le Scamandre et le Simoïs, Achille remporte une épreuve initiatique d’un autre type qui sanctionne ses qualités extraordinaires et le κλέος qui ne cessera de l’accompagner37.

  • 38 Pour s’en tenir à l’épopée homérique, c’est sans doute aussi le cas de Télémaque dans l’Odyssée, c (...)

32L’échec d’Achille à la première initiation a de quoi surprendre. Je l’ai dit plus haut. Apparemment, elle a aussi gêné un très grand poète, très sensible au mythe et à la religion. Il s’agit de Pindare. Dans la IIIeNéméenne (45-46), le poète souligne, qu’encore enfant, alors qu’il se trouvait chez Phélyre, la fille du Centaure Chiron, Achille tuait des lions et des sangliers, qu’il rapportait encore pantelants au Centaure, suscitant l’admiration d’Artémis. En un mot, pour Pindare, Achille ne pouvait avoir raté l’épreuve initiatique qui devait le conduire à l’âge adulte, parce qu’il l’avait déjà réussie auparavant. Une telle « amélioration » du mythe est bien dans la manière de Pindare. Les modèles que sont les héros mythiques ne peuvent être que parfaits. Dans la même ode, Pindare évoque la généalogie d’Achille. Son père, Pélée, était fils d’Éaque, lui-même fils de Zeus. Quel que soit l’âge de cette généalogie, elle a fini par s’imposer. Or, Éaque vivait à Égine et Pélée se retrouve en Thessalie, dans le voisinage du Pélion. En général, le passage de Pélée d’Égine à la Thessalie est expliqué par une méchante affaire : Pélée et son frère Télamon (Ps. – Apoll., Β, III, 12, 6) auraient assassiné leur demi-frère Phokos. Ils auraient ensuite dû s’enfuir. Un héros comme Pélée ne pouvait être un meurtrier. Pindare souligne que, seul, dans un mouvement de conquête, et sans armée, Pélée a conquis Iolkos. Un exil peu flatteur est transformé en conquête extraordinaire. De la même manière, Pindare (Ol., VIII, 30-44) note qu’Éaque a participé avec Apollon et Poseidon, à la construction des murs de Troie. Un prodige se produit d’où il ressort que la partie du rempart qui cédera sera celle que le mortel a édifiée, les constructions des dieux ne pouvaient être détruites. Pour en revenir à l’échec d’Achille lors de sa première initiation, le cas n’est pas rare dans la mythologie grecque où des héros, pourtant prestigieux, manquent cette initiation, pour en réussir une autre qui les conduit à un destin extraordinaire38. Sans doute faut-il souligner que les épreuves initiatiques sont difficiles et redoutables et que l’échec est toujours possible, mais il faut aussi tenir compte d’une autre donnée, peut-être plus profondément humaine : les personnalités extraordinaires ont la plus grande peine à s’insérer dans le système commun et elles tendent à le dépasser par des qualités ou des actions exceptionnelles que viennent sanctionner des épreuves initiatiques du deuxième type, épreuves réservées à une élite et qui exigent des qualités hors du commun. Il est remarquable que, pour ces autres épreuves, la mythologie ne rapporte guère d’échec : dans ce cas, s’il y avait eu échec, il n’y aurait pas de récit. En somme, on pourrait dire d’Achille ou des héros de son espèce, ce que Baudelaire dit du poète : « Ses ailes de géant l’empêchent de marcher ».

Notes

1 P. Wathelet, Rites de passage dans l’Iliade : échecs et réussites, in A. Moreau (éd.), L’initiation, Montpellier, Université Paul Valéry, 1992, I, p. 61-72.

2 J. Labarbe, L’âge correspondant au sacrifice du koureion et les données historiques du sixième discours d’Isée, in BAB, 39 (1953), p. 358-394.

3 Y 39 et H. à Apollon, 134 ; Pind., Péan, IX, 45. – W. Burkert, Greek Religion. Archaic and Classical, Oxford, 1985, p. 145, et Apellai und Apollon, in RhM, 118 (1975), p. 19. – Sur Apollon dans l’Iliade, cf. P. Wathelet, Apollon dans l’Iliade ou le protecteur des Troyens, in Minerva, 7 (1993), p. 57-77.

4 τ 394-466. Cf. notamment A. Moreau, Le voyage initiatique d’Ulysse, in Uranie, 4 (1994), p. 25-66, sp2c. p. 37-38.

5 J. –M. Renaud, Le mythe de Méléagre. Essais d’interprétation, Liège, chez l’auteur, 37, rue Naimette, B-4000 Liège, 1993.

6 P. Wathelet, Diet, des Troyens …, n° 129 Εὔφορβος, p. 547-555.

7 Achille reconnaît que la suprématie de Priam s’étendait à Lesbos (Ω 544).

8 Dans certaines versions du mythe, c’est ce que font les oncles maternels de Méléagre. Cf. Renaud, op. cit. (n. 11), p. 27-29 et 79-82.

9 Les épreuves initiatiques, surtout celles qui permettent d’accéder à l’âge adulte, doivent être réussies du premier coup, du moins dans les récits mythiques. Il s’agit d’épreuves essentielles pour le candidat et la possibilité de « repêchage » leur ferait perdre beaucoup de leur importance. De plus, le mythe fournit des exemples à suivre ou à éviter et y introduire l’idée qu’un candidat qui a échoué pourrait réussir lors d’une épreuve ultérieure serait du plus mauvais effet. Cette considération n’empêche pas qu’un héros puisse réussir successivement un certain nombre d’épreuves, parfois multiples et diverses. Le mythe aime souligner l’importance d’un fait en le répétant ou en en dissociant les composantes. Ainsi, les aventures d’Ulysse dans son périple sont autant d’épreuves initiatiques dans lesquelles le héros triomphera (cf. Moreau, art. cit. [n. 41). On notera toutefois que les épreuves initiatiques répétées sont en général du second type (celles qui assurent une qualité extraordinaire et non le passage à l’âge adulte) et que le héros les réussit toutes successivement. Dans le cas d’Ulysse, les quelques échecs sont dus, non au héros lui-même, mais à la stupidité de ses compagnons.

10 Renaud, op. cit. (n. 5), p. 79-81.

11 Après la mort de Patrocle, Briséis révélera l’espoir qu’elle avait d’épouser Achille, ce en quoi elle se trompe totalement (T 297-299). Cf. M.W. Edwards, The Iliad : a Commentary. Vol. V (Books 17-20), Cambridge UP, 1991, p. 270. – Wathelet, Diet, des Troyens…, n° 74 Βρίσηΐς, p. 367-372.

12 Les noms des trois filles citées : Chrysothémis, Laodice, Iphianassa, ont suscité beaucoup de discussions. Cf. Br. Hainsworth, The Iliad : A Commentary. Vol. Ill (Books 9-12), Cambridge UP, 1993, p. 77, en I 145. Si Iphianassa est bien une variante d’Iphigénie, ceci impliquerait qu’Homère non seulement ne mentionne pas le sacrifice d’Iphigénie, mais qu’il l’ignore.

13 Wathelet, art. cit. (n. 1), p. 66-68.

14 Achille annonce qu’il retournera dans sa patrie en Phthie. Le troisième jour, il pourrait y être : ἤματί κε τριτάτω Φθίην ἐρίβωλον ἱκοίμην (I 363). Sans qu’on puisse trop tirer de conclusion du rapprochement, il est curieux que ce soit ce vers, très légèrement adapté, que cite Socrate dans le Criton (44b) de Platon, au moment où il prévoit qu’il mourra le surlendemain. Cf. J. Labarbe, L’Homère de Platon, Liège, 1949 (Bibl. de la Fac. de Phil, et Lettres, 117), p. 259.

15 Thétis annonce à Achille sa mort après celle d’Hector (Σ 96), Héphaistos l’annonce à Thétis (Σ 464-465). La prédiction de Xanthos doté de parole annonçait déjà le fait, mais sans précision. « Ton destin, à toi, est d’être dompté de force par un dieu et par un homme. » Τ 416-417 ἀλλὰ σοì αὐτῷ | μόρσιμόν ἐστι θεῷ τε καì ἀνέρι ἴφί δαμῆναι. Achille évoque lui-même sa propre mort au chant XXI (Φ 112-113), alors qu’il s’apprête à tuer Lykaon, il évoque la possibilité de mourir sous un trait issu d’un arc (Φ 113 ἤ ὅ γε δουρί βαλὼν ἤ ἀπò νευρῆφιν ὀιστῷ). De même, dans son combat contre le Scamandre, il soupçonne que sa mère l’a trompé, quand elle prétendait « que je périrais sous les murs des Troyens belliqueux, victime des flèches rapides d’Apollon » (trad. P. Mazon) (Φ 277-278). De même encore l’ombre de Patrocle, en songe à Achille (Ψ 80-81) cf. Edwards, op. cit. (n. 11), p. 158-159.

16 Cf. P. Wathelet, Priam aux Enfers ou le retour du corps d’Hector, in LEC, 56 (1988), p. 321-335.

17 Éthiopide (191-192, Proclos, Résumés, éd. A. Severyns). Cf. fr. 3 Bernabé. — Sur le passage de l’Éthiopide, voir A. Severyns, Le Cycle épique dans l’école d’Aristarque, Liège-Paris, 1928, p. 320-322. — Sur l’iconographie de la scène, cf. A. Kossatz-Deissmann, art. Achilleus, n° 848-859, in L1MC, I, 1 (1981), p. 181-185. Le nombre extrêmement réduit d’informations que nous possédons sur l’Éthiopide empêche totalement d’arriver à une conclusion assurée quant aux dates respectives de l’Iliade et de l’Éthiopide. La question est compliquée par le fait que l’Éthiopide, comme d’ailleurs l’Iliade, reprend des récits et des thèmes à une tradition qui remonte plusieurs siècles avant Homère. Néanmoins, en me fondant sur le peu qu’on sait de l’œuvre et, après A. Severyns (Le Cycle épique…, p. 313), je préfère considérer que l’Éthiopide est nettement postérieure à l’Iliade et, comme A. Bernabé, la placer à la fin du viiie s., soit près d’un siècle après l’Iliade.

18 C’est ainsi également que, dans certaines versions du mythe, Apollon tue Méléagre (Renaud, op. cit. [n. 5], p. 105-107) et est la cause de celle d’Orion.

19 Cf. plus loin, le témoignage de Pindare.

20 Une ordalie par l’eau et le feu chez Homère : le combat d’Achille et du Scamandre, communication faite lors du colloque sur L’eau et le feu dans les religions antiques, du 18 au 20 mai 1995 à Paris IV, Sorbonne, et dont les actes sont encore sous presse.

21 Sur la Dolonie, cf. P. Wathelet, Rhésos ou la quête de l’immortalité, in Kernos, 2 (1989), p. 213-231.

22 Agamemnon est blessé au bras par Koon, l’aîné des fils d’Anténor (A 248-283), Diomède est blessé au pied par une flèche de Paris (Λ 369-400), Ulysse est atteint au flanc par Sokos (A 426-461), Machaon est frappé d’une flèche par Paris (A 505-507), Eurypyle est frappé à la cuisse par une flèche de Paris (A 581-584).

23 Wathelet, Diet, des Troyens … n° 302 Σαρπηδών, p. 973-989.

24 Cf. ϒ 306 ἥδη γὰρ Πριάμου γενεὴν ἤχθηρε Κρονίων dit Poseidon lors du duel entre Énée et Achille.

25 Wathelet, Diet, de Troyens n° 129 Εϋφορβος, p. 551-553 ; n. 23, p. 1345-1347.

26 Le traitement réservé au corps d’Hector par Achille est celui d’une vengeance privée et non celui d’un ennemi tué au combat. Callimaque (fr. 588 Pfeiffer), d’après les Schol. A Β D Gen. en X 397 (Dindorf). Cf. Porphyre, Quaest. hom., p. 267, 1 (Schrader), et Eustathe, Ad. Il. P 122, 1098, 31. L’information doit venir d’Aristote (fr. 166 Rose – P. Mazon, Homère. Iliade IV, p. 89, n. 1).

27 Tout indique que cette lance de bois de frêne donnée à Pelée par le centaure Chiron est une lance magique, mais, évitant ici comme sur d’autres points les traits merveilleux, Homère se borne à dire que, si Achille ne l’a pas prêtée à Patrocle, c’est parce qu’elle est trop lourde et que lui seul peut la porter (Π 140-144 ; Τ 387-391).

28 Les dieux grandissent très rapidement ainsi que le montrent, par exemple, les Hymnes pseudo-homériques à Apollon et à Hermès ; il semble néanmoins qu’Héphaistos a été précipité du haut de l’Olympe dès son enfance, sinon dès sa naissance. La mention d’une chute chez les Sintiens (A 590-594) où Héphaistos est lancé par Zeus pour avoir voulu défendre sa mère constitue un doublet de sa chute sous la mer où il est recueilli par Thétis et Eurynomé. Ce doublet est lié à un autre : Héphaistos serait fils de Zeus et d’Héra (version qu’Homère donne à croire) ou de la seule Héra (version d’Hésiode). Cf. Edwards, op. cit. (n. 11), p. 192-193. M. Delcourt, Héphaistos ou la légende du magicien, Paris, 1982 (1957), p. 115-120.

29 P. Wathelet, Le bouclier d’Achille ou le pacifisme d’Homère, Université de Liège, Fac. ouverte, 1995, p. 1-20 (Entretiens sur l’Antiquité gréco-romaine). Sur l’ensemble du passage, cf. D. Aubriot, Imago Iliadis. Le Bouclier d’Achille et la poésie de l’Iliade, in Kemos, 12 (1999), p. 9-56.

30 Cf. la description du bouclier d’Agamemnon (A 29-46) et le Bouclier pseudo-hésiodique (spéc. 144-150 et 161-167).

31 H. – G. Buchholz, J. Wiesner et al., Kriegswesen. Teil 1. Schutzwaffen und Wehr-bauten, Vandenhoeck & Ruprecht, 1977 (Archaeologia Homérica, 1 E 1).

32 P. Wathelet, Ares chez Homère ou le dieu mal aimé, in LEC, 60 (1992), p. 113-128.

33 P. Wathelet, Homère : le temps des héros et le temps du poète, Université de Liège, Faculté ouverte, 1993 (Entretiens sur l’Antiquité gréco-romaine).

34 Schol. A en Φ 344 ; Schol. b (BCE3E4) T en Φ 343.

35 M. Eliade, Initiation, rites, sociétés secrètes. Naissances Mystiques. Essai sur quelques types d’initiations, Paris, 1959, p. 24-26, distingue les trois types d’initiation, mais note que « ces deux dernières catégories – l’initiation imposée à l’entrée dans les confréries secrètes ou l’initiation nécessaire à l’obtention d’un statut religieux supérieur – sont en réalité assez proches l’une de l’autre. On pourrait même les considérer comme deux variétés d’une même classe. »

36 Les conclusions tirées ici sur les deux initiations d’Achille demanderaient à être rapprochées d’autres cas analogues ou proches dans l’ensemble de la mythologie grecque. Faute de place, on ne pourra aborder la question ici. On se bornera à signaler que l’ensemble du problème est traité dans la thèse en voie d’élaboration de J.-M. Renaud sur le mythe d’Orion.

37 L’épreuve initiatique de second type réussie par Achille dans sa lutte contre le Scamandre trouve deux antécédents de même portée dans la littérature attestée après Homère. Dans les deux cas, Thétis aurait voulu conférer l’immortalité à Achille alors qu’il était bébé : dans une tradition, qui pourrait remonter aux Chants cypriens, telle Déméter tentant d’immortaliser Démophon dans l’Hymne ps. – homérique qui lui est consacré (245-262), Thétis aurait essayé d’immortaliser Achille en le plongeant dans le feu, afin de brûler ses chairs mortelles. Comme Métanire auprès de Déméter, Pélée serait survenu et aurait empêché Thétis de continuer. Il n’empêche que, même s’il n’avait pas été immortalisé, Achille avait résisté au traitement, ce qui le destinait à un sort extraordinaire. Cette tradition connaît des variantes : Achille aurait été le septième fils de Thétis et de Pélée et le seul des sept à résister au traitement infligé par leur mère. Beaucoup plus récente semble être la seconde tradition selon laquelle Thétis aurait plongé le jeune Achille dans les eaux du Styx, afin de le rendre inoubliable. Comme elle le retenait par le talon, ce talon était le seul point faible du héros, que devait frapper la flèche lancée par Alexandre et Apollon. Cette tradition apparaît dans l’iconographie dès l’époque hellénistique (Kossatz-Deissmann, art. cit. [n. 17], n. 12, p. 43) et, dans la littérature, elle n’est pas attestée avant l’Achilléide de Stace, qui y fait plusieurs allusions (I, 133-134 ; 269-270 ; 480-481). Sur l’ensemble de la question, cf. M. Roussel, Biographie légendaire d’Achille, Amsterdam, 1991, p. 74-85.

38 Pour s’en tenir à l’épopée homérique, c’est sans doute aussi le cas de Télémaque dans l’Odyssée, cf. J.-M. Renaud – P. Wathelet, L’initiation de Télémaque dans l’Odyssée, in Actes du Colloque : la Mythologie et l’Odyssée. Hommage à Gabriel Germain, Grenoble, 20-22 mai 1999, sous presse.

© Presses universitaires de Liège, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter