Version classiqueVersion mobile

La Phénoménologie partagée

 | 
Daniel Giovannangeli

Chapitre VIII. Finitude politique : André Tosel et la phénoménologie de Gérard Granel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 2013, dans ses trois Essais pour une culture du futur, André Tosel entendait mesurer « la tâche d’une pratique émancipatrice1 ». Le diagnostic et la tâche qui s’en déduit, Tosel les formule à partir des mots et des thèmes du fini et de l’infini auxquels Jacques Derrida, dans « Violence et métaphysique », estimait qu’il « est sans doute impossible2 » de renoncer. Cernant méthodiquement en quatre niveaux (économique, juridique et politique, social, culturel) le capital en tant que « système-monde contemporain » caractérisé par l’autonomie de l’économie et son extension aux autres pratiques, il dénonçait l’obéissance de l’économique « à l’impératif de l’accumulation infinie au prix des inégalités croissantes3 ». À son tour, lapidairement, Nous citoyens, laïques et fraternels ?, en 2015, allait évoquer « l’absurdité de cette production et cette consommation infinies4 ». Si les intellectuels organiques de la mondialisation capitaliste légitiment celle-ci par l’universalisme des droits...

© Presses universitaires de Liège, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search