Version classiqueVersion mobile

La Phénoménologie partagée

 | 
Daniel Giovannangeli

Chapitre V. Une décision passive ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans ses derniers ouvrages, Derrida avance un philosophème étonnant au regard de la tradition. Il se risque à parler de « décision passive ». Ainsi lit-on dans Politiques de l’amitié, en 1994 : « Sans doute la subjectivité d’un sujet, déjà, ne décide-t-elle jamais de rien ; son identité à soi et sa permanence calculable font de toute décision un accident qui laisse le sujet indifférent. Une théorie du sujet est incapable de rendre compte de la moindre décision. » Et Derrida continue en soulevant cette question conséquente : « Devrait-on pour autant imaginer une décision “passiveˮ, en quelque sorte, et sans liberté, sans cette liberté-là ? Sans cette activité-là, et sans la passivité qui s’y accouple ? Mais non sans responsabilité pour autant1 ? » Le paradoxe qu’enveloppe la notion de décision passive, Derrida en fait lui-même saillir le caractère aporétique. Dans son dialogue avec Élisabeth Roudinesco, il noue en gerbe ce qu’il nomme, en l’assortissant de guillemets, le « libre », a...

© Presses universitaires de Liège, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search