Version classiqueVersion mobile

La Phénoménologie partagée

 | 
Daniel Giovannangeli

Chapitre II. Husserl entre Tran Duc Thao et Derrida

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1974, dans un article de La Nouvelle critique qu’il intitule « De la phénoménologie à la dialectique matérialiste de la conscience1 », Tran Duc Thao explicite les raisons qui l’ont conduit à interdire la réédition de son livre de 1951, Phénoménologie et matérialisme dialectique. En fin de compte, la préoccupation husserlienne de faire droit à la chose serait vouée à l’échec par sa dépendance à l’égard de l’idéalisme qu’elle aurait seulement affiné. Premièrement, estime Thao, Husserl, a confondu l’objet réel et l’objet intentionnel, et il a tronqué et distordu le rapport de la conscience à son objet. La dyade noético-noématique interdit de faire droit à l’extériorité et à l’autarcie de l’objet réel, auquel elle substitue la synthèse des Abschattungen. Deuxièmement, la solution que le Présent Vivant prétend fournir au problème du rapport de soi à soi referme la conscience sur elle-même et, comme le montre à l’envi la Cinquième des Méditations cartésiennes, elle condamne au solipsis...

© Presses universitaires de Liège, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search