Version classiqueVersion mobile

La Phénoménologie partagée

 | 
Daniel Giovannangeli

Chapitre premier. Un moment critique de la phénoménologie en France. Dufrenne, Lyotard, et le problème de l’expression

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le syntagme « le problème de l’expression » figure dans un article de Jean-François Lyotard, « À la place de l’homme, l’expression1 ». Cet article me retiendra ici parce qu’il se trouve au point d’hérésie entre phénoménologie et structuralisme. Son intérêt excède largement ce qu’il semble être à première vue : un compte rendu analytique du livre de Mikel Dufrenne, Pour l’homme2. On ne doit pas sous-estimer l’importance que présenta ce livre. Violemment attaqué — dans sa chronique de télévision du Nouvel observateur du 3 avril 1968 — par Maurice Clavel, alors vulgarisateur inspiré des Mots et les choses, puis, en 1985, évoqué comme l’un de leurs précurseurs par les auteurs de La Pensée 683, le livre de Dufrenne témoignait d’une résistance phénoménologique de l’humanisme — sartrien non moins que merleau-pontien — à la montée des structuralismes.

D’une manière, dans son article, Lyotard prenait acte et s’inscrivait lui-même, d’abord et provisoirement, à l’intérieur de cet horizon phénom...

© Presses universitaires de Liège, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search