Version classiqueVersion mobile

Les frontières de la mondialisation

 | 
Denis Pieret

Postface

Étienne Balibar

Texte intégral

1Tout en ordonnant un matériel juridique, sociologique et politique extrêmement riche, au moyen d’une constellation de notions interdépendantes (la complexité et les transformations de l’institution frontalière, la mobilité intrinsèque et la spatialité différentielle des populations, la montée en puissance institutionnelle et intellectuelle d’une « gouvernementalité managériale », le déploiement d’une mondialisation essentiellement inégalitaire, le lien entre transformations économiques et anthropologiques), Denis Pieret se fixe aussi un objectif plus ambitieux : définir l’espace d’intelligibilité d’une « rationalité » frontalière, ni « déductive » ni « normative », mais empiriquement construite comme champ d’ajustement permanent (et immanent) entre les pratiques et les discours, dans le cadre d’institutions conflictuelles de gestion des migrations mondialisées. Dans la poursuite de cet objectif, c’est tout naturellement qu’il cherche un appui, fidèle mais lucide, auprès des ressources offertes par la dernière philosophie de Michel Foucault, en particulier pour ce qui regarde sa généalogie des discours du « néolibéralisme » contemporain. En effet cette problématique est de nature à surmonter les « antithèses » abstraites du débat politique contemporain à propos des migrations — entre l’économie et le droit, donc entre la société et l’État, particulièrement les points de vue de la « souveraineté des États » opposée aux « droits des migrants », d’où résulte l’opposition institutionnelle du sécuritaire et de l’humanitaire, de la répression et de l’utilisation — autrement que par des tours de passe-passe dialectiques. Dans le courant de cette élaboration critique, Denis Pieret est amené à proposer des commentaires et élucidations des difficultés internes de la problématique foucaldienne qui sont sans véritable équivalent dans le commentaire actuel : en particulier pour ce qui concerne la typologie des oppositions entre régimes de pouvoir, et pour ce qui concerne l’articulation entre les deux significations de l’idée de « biopolitique » chez Michel Foucault (biopolitique des corps, biopolitique des populations), contre certaines extensions hasardeuses du concept. La maîtrise du sujet, l’érudition pluridisciplinaire, la clarté d’exposition, la construction d’une argumentation à la fois nuancée et progressive, la fermeté de l’orientation théorique proposée, font du livre de Denis Pieret un travail de très grande qualité. Nous nous proposerons ici d’exposer quelques unes des questions qu’il soulève, en raison même de son caractère approfondi.

2Une première question porterait sur la possibilité même d’employer au singulier l’expression de « néo-libéralisme », y compris dans une perspective foucaldienne. Denis Pieret évoque à plusieurs reprises l’objection construite dans le livre de Serge Audier « Néo-libéralisme(s), une archéologie intellectuelle » (2012), qui porte d’ailleurs plutôt contre les vulgarisations de la généalogie foucaldienne que contre Foucault lui-même. Peut-être ne faut-il pas trop vite se satisfaire de l’idée que l’hétérogénéité des discours théoriques peut, en pratique, engendrer une convergence politique. Ne vaudrait-il pas mieux appliquer à Foucault sa propre catégorie de bifurcation ou de « point d’hérésie » ? En effet, dans la description qu’il en donne, l’ordo-libéralisme allemand, fortement marqué par la tradition du normativisme juridique, ne converge pas entièrement avec l’anarcho-libéralisme américain, centré sur l’extension de la notion du « capital humain ». De sorte que les notions d’institution ou de construction de la concurrence ne se ramènent pas tout à fait au même type de « gouvernement par l’environnement ». Ce problème mérite d’autant plus d’être élaboré que le livre consacre des développements de tout premier ordre à l’écart entre le paradigme de l’échange et celui de la concurrence dans la définition de l’homo œconomicus, et (suivant en cela Barbara Stiegler, plus précise sur ce point que Laval et Dardot) à la trace des conceptions spencériennes du « survival of the fittest », difficilement compatibles avec l’éthique et le normativisme juridique de l’ordo-libéralisme strict.

3Une deuxième série de questions porte sur l’articulation des enseignements de Foucault avec ceux du marxisme dans l’analyse du « néo-capitalisme » mondialisé. À l’évidence on a là deux problématiques de la « production » et de la « productivité », ainsi que des « disciplines productives », mais entre lesquelles subsiste néanmoins un écart, voire une hétérogénéité, qui peut être intellectuellement féconde. On notera ainsi le caractère très éclairant des analyses proposées à propos de la correspondance entre les « stades » de la construction institutionnelle européenne, les types de politiques migratoires, et la « périodisation » des phases du capitalisme contemporain. Il faut bien entendu convenir avec l’auteur que les concepts proposés par David Harvey (autour de l’idée des « spatio-temporal fixes », jouant sur le double-sens de ce dernier terme en anglais) offrent une véritable possibilité de combler l’écart théorique. Le problème, cependant, c’est que Marx n’est ni un théoricien du droit (dont il a clairement sous-estimé le rôle historique), ni véritablement un théoricien du « biopouvoir ». Son champ d’analyse propre est la dynamique de l’accumulation capitaliste, fondée sur l’exploitation du travail. Avec les concepts d’« armée industrielle de réserve » et de « surpopulation relative », cependant, une question de composition démographique des populations en rapport avec les cycles d’attraction et de répulsion de l’industrialisation avait été soulevée. C’est elle que discute Denis Pieret en proposant, avec Harvey, de considérer que « l’accumulation primitive » au sens marxien se poursuit à travers l’institution d’un « marché de la migration » pour mettre à disposition du capital les forces de travail « précaires » dont il a aujourd’hui besoin. Ceci, toutefois, n’explique pas encore quel régime de distribution de cette force de travail entre les secteurs de la « division du travail » social résulte de la « biopolitique » des migrations et du régime néolibéral d’utilisation des frontières. Est-ce qu’on doit parler d’une pression générale sur le travail social, qui s’effectuerait à partir des « marges » du marché mondial ? Ou bien faut-il analyser une articulation mouvante entre des « postes de travail nomade » et des « postes de travail sédentaires » en conflit tendanciel les uns avec les autres, introduisant une sorte de « composition de la force de travail », à la fois technique, sociale et politique, et susceptible de se transformer violemment malgré le perfectionnement des méthodes managériales ?

4Tout comme les réflexions proposées par Thomas Berns dans sa préface, les questions soulevées ici témoignent de l’intérêt des analyses du livre de Denis Pieret, riche d’ouvertures et de prolongements possibles. J’en ai considérablement bénéficié dans mon propre travail et je suis certain que ce sera aussi le cas de nombreux autres lecteurs.

© Presses universitaires de Liège, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search