Version classiqueVersion mobile

Les frontières de la mondialisation

 | 
Denis Pieret

Conclusion. Néolibéralisme, flux et stases

Texte intégral

  • 1 Voir notamment Elspeth Guild et Didier Bigo, « Les relations entre acteurs, les tendances (...)
  • 2 Serhat Karakayali and Enrica Rigo, « Mapping the European Space of Circulation », art. cit (...)

1Le constat est largement partagé1 : il existe un impératif de circulation et de mise en mouvement. La question des frontières, au sens large, devient alors celle de la régulation — de l’accélération et du ralentissement — des mouvements de population. Dans l’ouvrage déjà cité de Nicholas De Genova et Nathalie Peutz, Enrica Rigo et Serhat Karakayali affirment que « le régime temporel du travail mondial [temporal regime of global labor] suit les mouvements des gens [people] et investit là où il trouve une force de travail productive en situation de flux [a productive workforce in a state of flux]. Ceci permet au capital mondial [global capital] de prospérer sur des conditions de travail et de vie en transition et, surtout, qui sont non régulées et informelles2 ». La force de travail en mouvement perpétuel — et différencié — serait ainsi disponible pour la structure productive du capital.

2Un tel régime peut être conçu comme un mode de gestion qui agit sur l’environnement dans lequel sont pris les migrants. Il s’agit en effet de moduler les règles du jeu de manière à orienter les conduites individuelles, et cela dans la perspective d’optimiser les mouvements de population.

1. Dichotomies

1.1. Flux et stases

3La rationalité néolibérale encourage les individus à se comporter en investisseurs actifs et responsables, prenant des risques et gérant leur capital humain. Le sujet entrepreneurial est le propriétaire d’un capital humain qu’il doit faire fructifier. Le nouvel homo œconomicus n’est pas seulement un calculateur et un producteur, il est lui-même un processus en transformation constante, un organisme qui doit veiller à sa propre évolution. Alors que le libéralisme classique n’enjoignait les institutions humaines qu’à préserver un espace naturel d’échange libre nommé marché, et par là, inscrivait une frontière entre un ordre économique et d’autres ordres (politique, juridique, moral, etc.), le néolibéralisme va se donner pour tâche d’instaurer de manière permanente la concurrence au sein des activités humaines, les reconstruisant de la sorte sous la forme du marché. Les ordres autrefois distincts se trouvent ainsi placés sous la condition commune de la concurrence et homogénéisés sous la forme du marché.

  • 3 Barbara Stiegler, « Qu’y a-t-il de nouveau dans le néo-libéralisme ? Vers un nouveau gouve (...)
  • 4 Ibid., p. 117.
  • 5 Ibid., p. 123.
  • 6 Cela n’a pourtant rien d’évident. Walter Lippmann a précisément construit sa pensée contre (...)

4Barbara Stiegler3, s’appuyant sur les travaux de Michel Foucault, Serge Audier, Pierre Dardot et Christian Laval, insiste sur la nouveauté du néolibéralisme qui consiste à réinstituer en permanence la concurrence sur l’ensemble du tissu social de la vie humaine. Par conséquent, le néolibéralisme entend produire « toujours plus de différence et de nouveauté, c’est-à-dire d’évolution4 ». Mais elle met par ailleurs en évidence un point aveugle de ces travaux. S’interrogeant sur le moment — historique et conceptuel — de rupture entre le libéralisme et le néolibéralisme, qui n’est abordé de front par aucun de ces auteurs, Barbara Stiegler met en évidence deux hypothèses contradictoires. La première consiste à voir la rupture dans le refus du naturalisme par les ordo-libéraux. La seconde, antérieure chronologiquement, remonterait à Herbert Spencer, à la deuxième moitié du xixe siècle, et se caractériserait par le « passage de la coopération par l’échange à la sélection des plus aptes par la mise en concurrence5 ». La dernière hypothèse a l’avantage de conserver Spencer, qui fut l’un des inspirateurs de l’école autrichienne, dans l’histoire du néolibéralisme6.

  • 7 Cf. Serge Audier, Le Colloque Lippmann. Aux origines du “néo-libéralisme”, op. cit., pp. 3 (...)

5En dépit de la rareté et de la généralité des références de Hayek à Spencer que nous avons pu identifier, il faut sur ce point suivre Stiegler qui se réfère à Serge Audier, Le Colloque Lippmann. Dans un paragraphe intitulé « Le libéralisme évolutionniste du dernier Hayek7 », Serge Audier montre l’émergence d’une dimension évolutionniste dans la dernière partie de l’œuvre de Hayek.

  • 8 Voir à ce sujet Christian Dardot et Pierre Laval, La Nouvelle Raison du monde. Essai sur l (...)
  • 9 Barbara Stiegler, « Qu’y a-t-il de nouveau dans le néo-libéralisme ? Vers un nouveau gouve (...)
  • 10 Cf. ibid., p. 107.

6En faisant du spencerisme8 et de la théorie du survival of the fittest, le point central de son analyse, parce que « toute redéfinition du marché à partir de la concurrence [est], bon gré mal gré, nécessairement tributaire du tournant spencérien9 », Barbara Stiegler voit dans le néolibéralisme un vecteur de transformation qui imprime un nouveau rapport entre flux et stases. Par stase, elle entend rendre la polysémie offerte par l’étymologie : « état de repos », « immobilité », « arrêt », « habitude », « séjour » (du latin statio) et « stabilité », « fixité », « état » (du grec stasis)10.

  • 11 Cf. Michael Löwy, « L’affinité élective entre social-darwinisme et libéralisme. L’exemple (...)
  • 12 Ibid., p. 164.

7Initialement, la conception de Spencer, selon laquelle la société est un organisme soumis aux lois de l’évolution, s’inscrit dans le schème libéral. Elle eut une importance considérable dans la pensée nord-américaine de la fin du xixe siècle11. Le libéralisme va trouver dans les grandes lignes de la théorie de l’évolution rapportée aux affaires humaines un écho « naturel » et la caution de la science biologique : « par exemple entre la lutte pour la vie et la libre concurrence, la survivance des mieux adaptés et la victoire économique des plus capables, l’élimination naturelle des inadaptés et l’élimination sociale des pauvres, l’inégalité naturelle et la hiérarchie sociale, l’intangibilité des lois de la nature et celle des lois naturelles de l’économie, le perfectionnement de l’espèce par la sélection naturelle et le progrès social grâce à la sélection économique12 ». Toute mesure philanthropique visant à réduire, à corriger ou à compenser les inégalités sociales nuit à l’évolution naturelle des sociétés humaines qui tendent vers leur perfection grâce aux lois naturelles de l’économie et in fine grâce à l’égoïsme comme principe de la vie morale.

  • 13 Herbert Spencer, Les Bases de la morale évolutionniste, pp. 162-163, cité par Patrick Tort (...)

Comme nous l’avons déjà dit, la loi d’après laquelle chaque être doit recueillir les avantages et les inconvénients de sa propre nature, qu’ils soient hérités des ancêtres ou qu’ils soient dus à des modifications spontanées, est la loi sous laquelle la vie s’est développée jusqu’à ce jour, et elle doit subsister, quel que doive être le terme de l’évolution de la vie. Quelques modifications que ce cours naturel d’action puisse subir maintenant ou dans la suite, ce sont des modifications qui ne peuvent, sous peine d’un résultat fatal, le changer beaucoup. Tous les arrangements qui empêchent à un haut degré la supériorité de profiter des avantages de la supériorité, ou qui protègent l’infériorité contre les maux qu’elle produit ; tous les arrangements qui tendent à supprimer toute différence entre le supérieur et l’inférieur, sont des arrangements diamétralement opposés au progrès de l’organisation et à l’avènement d’une vie plus haute13.

  • 14 Pierre Dardot et Christian Laval, La Nouvelle Raison du monde. Essai sur la société néolib (...)
  • 15 Ibid., p. 154.

8Deux éléments majeurs sont à retenir de cet extrait. Le premier met en évidence la nécessité, pour l’« avènement d’une vie plus haute », d’une vie sociale soumise à un régime de concurrence. Analysant le rôle crucial de la pensée de Spencer dans l’évolution du libéralisme, Dardot et Laval relèvent le déplacement du « centre de gravité de la pensée libérale », passant du « modèle de la division du travail à celui de la concurrence comme nécessité vitale », de la « spécialisation à la sélection14 ». Spencer serait la source d’une conception du marché centrée sur la concurrence. Le second trait important de la pensée de Spencer est sa conception de la concurrence comme ce à quoi il ne faut pas toucher. L’obsession libérale de la retenue est parfaitement explicite : il faut se retenir d’imprimer des « modifications » qui « changent beaucoup le cours naturel », éviter les « arrangements » qui auraient un trop « haut degré » d’incidence sur l’organisation naturellement encline au progrès. Cependant, ce sont bien les excès de gouvernement qui mettent en péril le cours naturel de la vie et son avancée vers le progrès. Cette ouverture à des « arrangements » qui ne toucheraient que marginalement aux profits que pourra tirer la « supériorité » des « avantages de la supériorité », qui ne supprimeraient pas « toute différence entre le supérieur et l’inférieur » ouvre la voie à une pensée néolibérale qui transforme du même coup la perspective portée sur la concurrence. La fonction de l’État est retournée : alors que, pour Spencer, l’action de l’État sur le marché naturel est par principe dangereuse et doit être, à ce titre, réduite au minimum, les néolibéraux, au contraire, considèrent que « l’ordre de marché n’est pas une donnée de nature, mais le produit artificiel d’une histoire et d’une construction politique15 ».

9La reprise néolibérale de cette théorie de l’évolution appliquée aux affaires humaines suppose donc au contraire que l’on dépasse la retenue : il est nécessaire que la concurrence soit favorisée afin que l’évolution poursuive son cours. C’est la concurrence qui permet aux « plus aptes » de se révéler comme tels. De loi naturelle, la concurrence devient norme à instaurer comme une règle du jeu. Il faut donc instituer les rapports humains sur le mode de la concurrence afin que l’évolution poursuive sa course. La tâche néolibérale de reformulation des activités humaines dans les termes de la concurrence est par conséquent toujours à répéter.

  • 16 Barbara Stiegler, « Qu’y a-t-il de nouveau dans le néo-libéralisme ? Vers un nouveau gouve (...)

De ce point de vue, le néolibéralisme apparaît à la fois héritier de Spencer, et en rupture avec lui. Il hérite de Spencer en reprenant, comme on l’a vu, son montage socio-politique des catégories d’évolution par sélection des plus aptes et adaptation dans la lutte compétitive pour la vie. Il rompt avec lui en posant que cet homo mutabilis — cet homme de l’évolution, mais aussi de la révolution industrielle, technique et scientifique qui accélère de façon exponentielle l’évolution de l’espèce humaine — n’est pas seulement une donnée de nature, et qu’il doit au contraire être institué par une politique de la vie qui intervienne activement dans le champ du travail, de l’éducation et de la santé, — c’est-à-dire dans les trois domaines précis à propos desquels Spencer refusait avec énergie […] toute intervention publique16.

  • 17 Ibid., p. 137. L’auteure reprend l’interprétation par Nietzsche des thèses de Darwin selon (...)
  • 18 Cf. Pierre Dardot et Christian Laval, La Nouvelle Raison du monde. Essai sur la société né (...)
  • 19 Barbara Stiegler, « Qu’y a-t-il de nouveau dans le néo-libéralisme ? Vers un nouveau gouve (...)
  • 20 Ibid., p. 138.

10Comprenant le néolibéralisme « comme une réponse, en partie spencérienne, au choc darwinien de l’apparition du flux absolu17 » et reprenant en cela la thèse de Dardot et Laval selon laquelle la pensée de Spencer représente un tournant décisif dans l’histoire du libéralisme18, Barbara Stiegler peut mettre en évidence le programme de « liquidation néolibérale de toutes les stases au nom du flux19 ». Le processus contemporain d’accélération des flux, conceptualisé comme « flexibilité » (pour le travail et la formation), comme « employabilité » (pour le travail, la formation et l’éducation) et comme « adaptabilité » (pour le travail, la formation, l’éducation et la santé)20, s’attaquerait à tout ce qui ralentit le struggle for life (qu’il faudrait donc comprendre autant comme lutte individuelle pour sa propre vie que comme lutte vers la vie).

  • 21 Cf. ibid., p. 129.

11Dans cette perspective, la figure de l’homme qui se dessine n’est plus celle d’un anthropos politikon, ni même celle de l’homo œconomicus, mais celle d’un homo mutabilis, un homme en adaptation21. La concurrence, écrit Hayek, est ce qui produit le développement rationnel des agents, dont certains se révéleront être plus rationnels que d’autres, produisant ainsi un mouvement perpétuel par la nécessité qui s’imposera aux autres d’y répondre.

  • 22 Friedrich A. Hayek, Droit, législation et liberté. Vol. 3. L’ordre politique d’un peuple l (...)

La concurrence, après tout, est toujours un processus dans lequel un petit nombre oblige indirectement un plus grand nombre de gens à faire quelque chose qui leur déplaît, et à quoi ils ne seraient pas obligés s’il n’y avait la concurrence : travailler plus dur, changer d’habitudes, apporter à leur ouvrage plus d’attention, d’assiduité et de régularité22.

12La thèse de Stiegler est forte et argumentée, elle s’accorde également — sous un mode évidemment critique — avec celle d’un penseur néolibéral tel que Hayek, comme nous venons de l’illustrer. Elle souffre cependant d’un excès d’abstraction ; la prise en compte de l’actualité du mode de gouvernement néolibéral, si l’on veut bien aussi considérer le néolibéralisme dans ses actions les plus matérielles, oblige à compliquer la dichotomie, pourtant féconde, entre flux et stase, cette dernière étant marquée, selon notre auteure, du signe de la perte. En reprenant appui sur les discours et les pratiques du migration management, on peut avancer que certes le gouvernement néolibéral reconfigure le monde selon une logique de flux — par la liberté de circulation, notamment — mais toujours en différenciant. Il s’agit bien de rendre fluide mais en « stasiant » différentiellement et non pas simplement de mettre tout et tous indifféremment en mouvement. Toutes les formes de stases ne sont pas disqualifiées : des conditions et des aménagements variables — autrement dit, des stases — sont mis en œuvre afin de constituer les mobiles et les statiques.

13L’insistance de Barbara Stiegler sur l’inspiration spencérienne du néolibéralisme s’avère également féconde sur la question de la « sélection ». Le propre d’un mode de gouvernement néolibéral est, non pas de sélectionner (les plus aptes), mais d’aménager les conditions pour qu’ils soient sélectionnés (par une instance impersonnelle, par le seul jeu de la concurrence). Le migrant, constitué en entrepreneur de lui-même dans un jeu concurrentiel, en homo œconomicus et mutabilis, se verra sélectionné (par personne : par le jeu) ou non.

1.2. Intérieur-extérieur, mobile-fixe

14Nous entendons montrer le passage d’un principe de différenciation structuré selon les pôles intérieur-extérieur à un nouveau principe, tendanciellement défait de l’ancrage et de la fixation territoriale que suppose le précédent, articulé autour des pôles mobile-fixe ou, plus précisément, ordonné entre une mobilité insensible et une mobilité sensible.

15En effet, la hiérarchisation de la population ne passe plus tant par des critères nationaux, elle tend à ne plus être liée à des lieux géographiques bien définis. La distinction intérieur-extérieur s’amenuise. À l’échelle de l’Europe de Schengen, nous l’avons vu, la frontière se ramifie à l’intérieur et s’étend à l’extérieur.

  • 23 Étienne Balibar, La Proposition de l’égaliberté, op. cit., p. 330.

La séparation radicale entre intérieur et extérieur, espace de liberté et espace de contrainte, bien que nécessaire à la définition même de la nation, devient de plus en plus virtuelle et difficile à maintenir. On en a l’illustration dans les paradoxes de la construction européenne sur ce point : il faut de plus en plus de police des étrangers parce que l’élargissement de « l’espace intérieur » de libre circulation y introduit automatiquement une population croissante de citoyens européens illégaux, qui sont à beaucoup d’égards des citoyens futurs de l’Europe23.

16La dichotomie entre intérieur et extérieur laisse la place à celle qui distingue entre mobile et fixe. Il ne s’agit pas là d’un simple changement de critère ; il y va d’une transformation du mode de gouvernement des populations. La marque de hiérarchisation n’est plus appliquée de l’extérieur sur un individu soumis à celle-ci comme à une loi. La hiérarchisation fonctionne au contraire depuis le sujet lui-même par le fait qu’il doit agir sur sa vie comme une entreprise, en fonction des conditions environnementales dans lesquelles il est pris.

17Le nouveau couple flux-stase introduit par Barbara Stiegler permet de mettre en évidence les effets, dans la perspective d’une formation d’un gouvernement de la mobilité, de la multiplication des pôles centraux et périphériques. La circulation apparaît comme la dimension prédominante du rapport contemporain à l’espace. Les migrations tendent à être conçues non plus comme le passage d’une sédentarité à une autre — d’une stase à une autre — mais comme une mise en circulation permanente ; la promotion des « migrations circulaires » est exemplaire à cet égard.

  • 24 En ce sens, on retrouverait ici une caractéristique du droit coutumier. Le domicile, siège (...)
  • 25 Extrait d’un article vantant les mérites du programme NEXUS, cité par Matthew B. Sparke, « (...)

18La vie dans les centres est corrélative d’une mobilité d’un type particulier. La classe privilégiée transnationale — par exemple, les hommes d’affaires dont il faut favoriser le mouvement et accélérer le passage aux postes-frontière — voyage de centre à centre, passant au-dessus des zones périphériques, dans un mouvement qui, tendanciellement, est parfaitement fluide, presque imperceptible en tant que mouvement. En un sens, ils ne passent pas, ils restent toujours au centre ; les liens d’allégeance dont ils jouissent fonctionnent comme un laissez-passer universel24. La mobilité centrale est fluide, le passage est insensible et désirable : Life in the fast lane. Because the fast lane is where you want to be.25 Tel est le slogan du programme NEXUS développé par le Canada et les États-Unis pour faciliter le passage de leur frontière commune par les voyageurs « à faibles risques ».

19Quant à ceux de la catégorie opposée, on pourrait dire d’eux qu’ils sont « périphérés », en construisant ce verbe à partir du grec periphérô qui signifie porter tout autour, faire circuler, porter autour du mur. Ils sont maintenus en périphérie dans un état de mobilité qui doit toujours rester perceptible dans ce que la mobilité contient de précarité et de danger. Il ne s’agit donc pas de considérer que les premiers sont dans le mouvement et les autres en sont privés. Les dispositifs qui visent à rendre le passage des uns insensible sont comme des lubrifiants qui doivent favoriser un mouvement sans frottement. De l’autre côté, les infinies dispositions mises en place à l’égard des migrants ne servent peut-être pas tant à les immobiliser qu’à faire de leur migration un état sensible permanent, à soumettre leur mouvement à tant de forces (contradictoires et qui tantôt l’attirent, le repoussent ou le freinent) qu’il ne puisse jamais cesser. Peut-être l’emploi généralisé du terme « migrant » au lieu d’« immigré » en est-il un indice.

  • 26 Michel Foucault, Histoire de la folie à l’âge classique, Paris, Gallimard, 1972, p. 26.
  • 27 Zygmunt Bauman, Le Présent liquide. Peurs sociales et obsession sécuritaire, op. cit., p.  (...)

20Ainsi, les « stases » doivent être conçues davantage comme des états de mobilité toujours contraints et par conséquent toujours perceptibles — et potentiellement douloureux — que comme des fixations au sens propre. Nous l’avons vu : les camps de réfugiés n’ont pas pour but d’immobiliser les migrants mais de les rendre disponibles à la mobilité, pour le moment opportun. Le migrant immobilisé dans un camp est paradoxalement le « Passager par excellence, c’est-à-dire le prisonnier du passage26 ». Même si nous ne le suivons pas dans ses conclusions qui articulent la figure du réfugié à la « vie nue », les descriptions que fait Zygmunt Bauman des camps, déjà évoquées dans le chapitre iii, correspondent à ce que nous tentons de dessiner ici : « Les camps de réfugiés possèdent une qualité nouvelle : l’“éphémère figé”, un caractère définitivement temporaire27. »

2. La rationalité humanitaire

21Un détour est ici nécessaire qui présentera des travaux portant sur le gouvernement humanitaire. Il permettra, d’une part, de reprendre la question de la sécurité posée plus haut, et d’autre part, de compléter notre analyse portant sur la gestion des populations migrantes, en mettant à nouveau l’accent sur le caractère « environnemental » (au sens de Foucault) de cette gestion.

  • 28 Didier Fassin, La Raison humanitaire, op. cit., p. 319.
  • 29 Ibid., p. 12.

22Dans La Raison humanitaire, Didier Fassin étudie l’essor des dispositifs humanitaires, à partir des années 90. La « raison humanitaire », logique générale de l’ordre moral contemporain et dont il entend tracer l’histoire récente, s’exprime dans le traitement de la pauvreté, l’asile, l’aide à l’enfance, la justification des actions publiques et les guerres. Cette « généralisation du référentiel des sentiments moraux dans la vie politique28 » est ce qu’il nomme « gouvernement humanitaire ». Prenant acte de la généralisation du vocabulaire de la souffrance et de la compassion dans la vie politique nationale et internationale, il met en évidence le nouveau mode de gouvernement qui entend agir sur les vies précaires, au sens étymologique, c’est-à-dire qui sont obtenues par la prière, qui ne sont donc pas définies « dans l’absolu d’une condition, mais dans la relation à ceux qui ont sur elles un pouvoir29 ».

  • 30 Ibid., op. cit., p. 11.

23C’est ainsi qu’il y a dans le gouvernement compassionnel une domination objective : la compassion suppose toujours une relation d’inégalité. La raison humanitaire se décline dans les politiques des vies précaires : « vies des demandeurs d’emploi et des demandeurs d’asile, vies des étrangers malades du sida, vies des sinistrés de catastrophes et des victimes de conflits, vies menacées et vies oubliées que le gouvernement humanitaire fait exister en les protégeant et en les révélant30 ».

  • 31 Le fait que la législation belge en matière de régularisation pour motifs humanitaires n’e (...)

24La question des intentions des acteurs (qu’ils soient sincères ou cyniques, désintéressés ou intéressés) n’est pas celle de Fassin. Il cherche à montrer, pour la problématiser, l’évidence de la raison humanitaire, évidence telle qu’elle s’impose à nous insensiblement tant c’est à travers elle que nous pensons31.

  • 32 Didier Fassin, La Raison humanitaire, op. cit., p. 17.

Au fond, que gagne-t-on et que perd-on au change lorsqu’on parle de souffrance pour dire les inégalités, lorsqu’on invoque les traumatismes plutôt que d’appréhender les violences, lorsqu’on régularise des étrangers malades tout en restreignant les conditions de l’asile, lorsqu’on mobilise la compassion à défaut de justice ? Ou encore, par quels profits et pertes en passe-t-on quand on ouvre des lieux d’écoute pour traiter l’exclusion sociale, quand on exige des pauvres qu’ils racontent leurs malheurs, quand on envoie des psychologues sur les scènes des conflits, quand on représente la guerre dans le langage de l’humanitaire32 ?

  • 33 Ibid., p. 13.
  • 34 Ibid., p. 13.
  • 35 Ibid., p. 14.

25Le mode de problématisation de Didier Fassin est similaire à celui que nous tentons de tenir tout au long de ce travail. Il s’agit bien de mettre en relation l’émergence de pratiques politiques et juridiques et le développement de travaux de recherches. Notre auteur constate, dès les années 1990, un foisonnement de recherches et travaux en sciences sociales « portant sur la souffrance, le traumatisme, le malheur, la misère, l’exclusion, la plainte33 ». Les appuis financiers de cette « littérature scientifique compassionnelle34 » viennent autant d’organismes publics que d’institutions privées. « De la sorte, se développe une dynamique spéculaire dans laquelle pouvoirs publics et groupes privés produisent une représentation du monde à laquelle les sciences sociales apportent l’autorité de leur réflexion théorique et la matière de leurs enquêtes empiriques. Légitimée à la fois par les uns et par les autres, par le politique et par le savant, cette représentation du monde se consolide et s’impose peu à peu comme une évidence35. » Le processus est semblable à celui qui a permis l’émergence — conjointement politique et scientifique — du migration management tel que nous l’avons mis en évidence dans le chapitre iv. Des centres de recherches privés et publics, des organisations intergouvernementales, des États, des fournisseurs de service privés, des organisations non gouvernementales interagissent dans un jeu de miroirs et forment un complexe signifiant et agissant. Il en va de même, pour une part du moins, dans le travail de généalogie du néolibéralisme produit par Dardot et Laval.

  • 36 Ibid., pp. 12-13.

26Fassin situe dans les deux dernières décennies du xxe siècle l’essor des sentiments moraux dans l’action politique. De multiples nouveautés y émergent et coïncident : « La création des organisations dites humanitaires (avec leur invocation d’un droit ou d’un devoir d’ingérence), l’installation de ministères de l’action humanitaire (au sein de plusieurs gouvernements français mais également dans d’autres pays), la qualification des conflits comme crises humanitaires (justifiant alors des interventions militaires sous la même bannière), à quoi il faut ajouter la multiplication de mesures et de dispositifs à l’égard des pauvres, des chômeurs, des sans domicile fixe, des malades sans ressources, des étrangers en situation irrégulière, des candidats au statut de réfugié, mesures et dispositifs définis — explicitement ou implicitement — comme humanitaires36. » Il est remarquable que soit identifiée la constitution du gouvernement humanitaire à la même période que le « tournant néolibéral ». Cette coïncidence doit être interrogée.

27Étonnamment, Didier Fassin n’esquisse pas la question, alors qu’il est manifestement inspiré par les travaux de Foucault. Inversement, les analystes du néolibéralisme n’interrogent pas dans leurs études la centralité de la raison humanitaire dans nombre d’actions politiques. Celle-ci n’apparaît généralement qu’en creux, comme l’expression superficielle de bons sentiments ou d’une mauvaise conscience, comme la compensation factice à la dureté du gouvernement néolibéral ou comme le résidu de l’État providence.

  • 37 Cf. ibid., p. 13.
  • 38 Cf. supra, Chap. i.
  • 39 Tel est le nom donné — l’acronyme témoigne à nouveau des petits plaisirs administratifs —  (...)

28Il faut par conséquent interroger le rapport entre rationalité néolibérale et rationalité humanitaire et, pour cela, transiter par une autre rationalité, ou « logique ». Didier Fassin semble considérer que la rationalité humanitaire est l’une des « logiques » traversant le corps social, non exclusive d’autres logiques, dont la logique sécuritaire37. La logique sécuritaire et la logique humanitaire ne se trouvent pas simplement dans des positions antagonistes, dans un face-à-face où l’une reculerait là où l’autre avancerait. Antagonistes, elles le sont d’un certain point de vue, du point de vue des effets sur un individu. Celui qui sera pris en charge dans un « couloir humanitaire » sera (momentanément) sauvé des dangers de la logique sécuritaire. Le sans-papiers espérant une régularisation de sa situation pour des « motifs humanitaires » ou pour des « raisons médicales38 » est dans une situation tout autre que le migrant embarquant en Méditerranée sur un pauvre esquif. Mais en tant que l’intervention humanitaire est avant tout une affaire de seuil, il s’agit essentiellement de gérer des populations et en ce sens les deux logiques ne sont pas antagonistes : elles s’appellent l’une l’autre. C’est parce qu’il y a des barrières dangereuses à franchir et que des populations en tentent la périlleuse traversée qu’il faut pouvoir les sauver du danger créé. C’est parce que la Méditerranée est rendue dangereuse par la construction par l’Europe d’une frontière nord-africaine qu’il faut des Rapid border intervention teams39 (RABIT) qui à la fois refouleront et sauveront des vies. L’on pourrait contester le lien fait entre ces deux exemples — celui de la régularisation et celui de l’intervention en mer — au motif que les résultats ne sont pas également souhaitables. C’est indéniable. Ils permettent cependant de saisir le lien étroit qui existe entre raison humanitaire et raison sécuritaire et tracent une certaine continuité entre le geste sécuritaire et le sauvetage humanitaire, qui tendent à se confondre dans une seule et même action avec les RABIT.

  • 40 Mark Duffield, « Governing the Borderlands : Decoding the Power of Aid », art. cit. Nous t (...)
  • 41 Cf. Mark Duffield, Joanna Macrae, Devon Curtis, « Editorial : Politics and Humanitarian Ai (...)
  • 42 Mark Duffield, « Governing the Borderlands : Decoding the Power of Aid », art. cit., p. 31 (...)

29Le lien plus général et organique entre logique humanitaire et logique sécuritaire est attesté par Mark Duffield. Celui-ci étudie les réseaux de l’aide internationale, formés de gouvernements, d’agences des Nations-Unies, d’établissements militaires, d’ONG et d’entreprises privées et qui s’inscrivent dans une gouvernance néolibérale mondiale. L’action humanitaire se conçoit comme une partie d’une stratégie politique plus large. L’idée maîtresse qui anime ces réseaux est celle-ci : réduire la vulnérabilité est un instrument de la sécurisation du monde. Aider, c’est sécuriser. « La sécuritisation du développement désigne une situation dans laquelle les intérêts de sécurité des États occidentaux [metropolitan states] ont fusionné avec les soucis sociaux des organisations humanitaires40. » L’aide internationale doit viser à modifier le comportement des populations en détresse, les agences humanitaires œuvrant à une stratégie cherchant à mettre en ordre des zones désordonnées et sous-développées, réputées sources du trafic de stupéfiants, du terrorisme international et des flots de réfugiés. Les pratiques internes à ces zones sont ainsi conçues comme des menaces pour la « sécurité internationale ». Par conséquent, les États occidentaux, soucieux d’assurer celle-ci, s’intéressent toujours davantage aux pratiques telles que les politiques économiques intérieures, le respect des droits de l’homme, le statut de la femme, la pauvreté, etc41. Le gouvernement humanitaire, dans sa dimension internationale, tel que l’étudie Mark Duffield, oriente ses efforts de sécurisation du monde en menant des actions visant à réduire la pauvreté, à satisfaire les besoins fondamentaux, à soutenir l’économie, à créer des institutions représentatives, à protéger les plus vulnérables et à promouvoir les droits de l’homme. « Le nom de cette forme de sécurité largement privatisée est développement42. »

  • 43 Cf. ibid., p. 311.Cf. supra, Chap. v, « Faire la guerre parmi la population ».
  • 44 Cf. Mark Duffield, « Governing the Borderlands : Decoding the Power of Aid », art. cit., p (...)
  • 45 Cf. Mark Duffield, « Governing the Borderlands : Decoding the Power of Aid », art. cit., p (...)
  • 46 Cf. supra, Chap. iv.
  • 47 Marie-Claire Caloz-Tschopp, « Introduction — Mondialisation, Migration, Droits de l’homme (...)

30Nous l’avons signalé plus haut : les années septante ont vu se bouleverser les rapports internationaux. Le rapport entre les États occidentaux et le tiers monde s’est transformé, celui-ci n’étant plus conçu comme un ensemble d’États avec lesquels passer des alliances stratégiques mais comme un corps social potentiellement dangereux43. Les travaux de Mark Duffield signalent un changement important pour notre propos : la transition d’une conception des relations internationales en termes de souveraineté à une autre, sous le nom de « sécurité », pensée comme gestion de populations dangereuses qu’il faut sécuriser, dans toute l’ambiguïté que recèle le verbe ici : à la fois, les protéger des dangers qui les guettent et les maintenir sous contrôle pour se protéger des dangers dont elles pourraient être porteuses. Le développement vise désormais explicitement à modifier les comportements et les modes de pensée des populations, plutôt que de construire des infrastructures et redistribuer les ressources44. Les techniques mises en œuvre sont bien des techniques de régulation des populations et non plus, comme c’était le cas dans la forme coloniale de l’agencement centre-périphéries, des entreprises disciplinaires s’appliquant directement sur l’individu à transformer. Elles visent à influer sur les comportements par des actions sur le cadre des interactions. Duffield évoque, parmi les expérimentations mettant en œuvre de nouvelles technologies du contrôle social, l’histoire récente des ajustements structurels et de la dérégulation des marchés dans le Sud45, par contraste avec le mode d’administration disciplinaire et territorialisé de l’époque coloniale. L’aide humanitaire devient un investissement pensé depuis une analyse du risque46. « Le mouvement des populations a tendance à devenir une question de gestion humanitaire de masse avec la disparition de la référence au cadre de l’État de droit et à la protection juridique47. »

31L’ancienne conception déontologique de l’action humanitaire est ainsi supplantée par une éthique conséquentialiste qui conditionne l’action au calcul préalable des bénéfices possibles. Dans cette perspective, ne pas intervenir est une décision d’action et non une abstention, puisqu’elle peut être jugée préférable en considérant les effets escomptés de la non-intervention vis-à-vis de l’intervention. Gérer des populations, c’est s’inquiéter des seuils.

32Parmi les études de cas auxquelles il procède, Didier Fassin se penche sur la traduction dans le droit de la régularisation des étrangers irréguliers pour raison humanitaire. Par ce que l’auteur nomme un « protocole humanitaire », le corps de l’étranger, désormais « inutile à l’économie politique » (depuis la fin de l’immigration de travail des années 70), « trouve […] sa place dans une économie morale ».

  • 48 Didier Fassin, La Raison humanitaire, op. cit., p. 138.

Jusqu’au début des années 1990, il était tout à fait exceptionnel de se réclamer de la maladie pour obtenir un titre de séjour. Une décennie plus tard, le critère des soins médicaux est devenu l’un des premiers motifs de régularisation et même celui dont la progression est la plus forte48.

33S’il est indéniable qu’un dispositif humanitaire s’est développé à la fin du xxe siècle, il nous semble qu’il ne remplace pas le corps travaillant de l’étranger pour n’en faire plus qu’un corps souffrant. La rationalité humanitaire ne remplace pas la rationalité économique. Tout l’enjeu est de voir comment ces différentes rationalités s’articulent. La rationalité néolibérale telle que nous l’avons dessinée permet d’intégrer dans l’analyse cette gestion des populations qui combine sécurité et humanitaire, d’y ajouter d’autres dimensions (économique, principalement) et d’identifier le levier par lequel s’exerce le gouvernement contemporain des migrations.

  • 49 Ibid., p. 10.

34Didier Fassin analyse le fait que « le discours des affects et des valeurs a dans le monde contemporain un rendement politique élevé49 ». Si, pour le sociologue, l’efficacité du gouvernement humanitaire est essentiellement morale, il nous semble avoir montré, en convoquant les travaux de Mark Duffield, que l’efficacité réside dans l’indissociabilité des logiques humanitaire et sécuritaire, des pratiques « humaines » et « inhumaines ». Il n’y a pas d’un côté, les étrangers que l’on accepte après examen pour des raisons humanitaires et de l’autre, la plus grande part, que l’on rejette. Il y a avant tout des travailleurs mondiaux qui circulent et les « raisons humanitaires » sont l’une des multiples mailles filtrantes de leurs déplacements.

3. Un gouvernement de la mobilité

  • 50 Zygmunt Bauman, Le Coût humain de la mondialisation, op. cit., p. 183.

La « bonne vie » est la vie en mouvement ; pour être plus précis, c’est le confort lié à la certitude que l’on peut partir facilement si l’on n’est plus satisfait de l’endroit où l’on vit. La liberté, c’est essentiellement la liberté de choisir, et de choisir d’abord l’espace où l’on se trouve50.

  • 51 Cf. Joel P. Trachtman, The International Law of Economic Migration : Toward the Fourth Fre (...)
  • 52 Programme des Nations unies pour le développement, Rapport mondial sur le développement hu (...)
  • 53 Ibid., p. 16.

35L’idée qu’il faut gérer les populations mondiales par l’aménagement de conditions favorisant la croissance du capital humain appelle nécessairement la question du mouvement de ces populations, car la mobilité est l’un des instruments de la maximisation du capital humain. Plus généralement, la migration est conçue comme une liberté fondamentale51. « La migration est l’une des mesures fondamentales que l’on peut entreprendre pour réaliser ses choix de vie et projets personnels52 », affirme le PNUD qui définit plus loin la mobilité humaine, « dimension de la liberté humaine », comme la « capacité des individus, des familles ou des groupes de personnes à choisir leur lieu de résidence. […] La mobilité est une liberté. La migration est l’exercice de cette liberté53 ».

36Nous l’avons vu, la rationalité néolibérale — comme le libéralisme — reste toujours soucieuse du coût de la mise en œuvre de ses « libertés » et de la défense contre ses « excès ». N’importe quelle mobilité n’est pas bonne à prendre ; il y a de bons migrants et de mauvais migrants ; des migrants qu’il faut mobiliser et des migrants qu’il faut « stasier » ou « périphérer ». La population mondiale doit être mise dans une situation de mobilité, elle doit être mobilisable et cette mobilité doit être gérée. Dans cette perspective, même les pratiques les plus emblématiques de la souveraineté sont recodées dans un cadre biopolitique d’intervention sur l’environnement.

  • 54 Stéphane Legrand, Les Normes chez Foucault, op. cit., p. 300.

L’assujettissement à des modes de vie et à des formes de conduite ne s’opère pas dans un tel cadre par l’imposition coercitive de normes de la part d’institutions de pouvoir spéciales, mais par le seul jeu de la constitution d’un cadre formel de gouvernementalité qui « fait vivre » ceux qui les adoptent et « laisse mourir » ceux qui les refusent, conformément au principe de normalisation54.

  • 55 Zygmunt Bauman, Le Coût humain de la mondialisation, op. cit., p. 142.

37C’est ainsi que sont produits les touristes — et « la liberté est l’essence même du tourisme55 » — et les vagabonds dont Bauman trace les contours. Les aménagements environnementaux induisent des déplacements différenciés, accélérant les mouvements des uns en les rendant insensibles et ralentissant ceux des autres en les faisant toujours plus rugueux, la rugosité de l’espace dans lequel évoluent les derniers ne faisant d’ailleurs que renforcer la nécessité pour eux de poursuivre leurs mouvements.

  • 56 Ibid.

Les touristes bougent parce que le monde qui se tient à portée de leurs mains (mondiales) est pour eux irrésistiblement attirant — les vagabonds bougent parce qu’ils trouvent que le monde qui se trouve à portée de leurs mains (locales) est horriblement inhospitalier56.

3.1. Le migrant comme entrepreneur de lui-même

  • 57 Sylvie Saroléa, Droits de l’homme et migrations. De la protection du migrant aux droits de (...)
  • 58 C.S. Can., Chiarelli c. Canada (M.E.I.), [1992], p. 734, in Sylvie Saroléa, Droits de l’ho (...)
  • 59 Communication de la Commission au Conseil, au Parlement européen, au Comité économique et (...)
  • 60 Ibid.

38L’un des ressorts de la gestion des migrations est la contractualisation du rapport entre l’individu migrant et l’État d’accueil, attestée par Sylvie Saroléa dans les systèmes juridiques états-unien, canadien et européen57. Les conditions d’entrée et de séjour sont conçues comme les termes d’un contrat passé entre deux volontés. Violer les conditions prescrites au séjour équivaut à une rupture du contrat. Dans la perspective de notre auteure, cela permet de dénoncer les caractères respectivement principiel de la souveraineté et dérogatoire des droits des migrants : le contrat étant rompu parce que les conditions ont été violées, « en pareil cas, déclare la Cour suprême canadienne, mettre effectivement fin à [son] droit d’y demeurer ne va nullement à l’encontre de la justice fondamentale58 ». Le constat est indéniable dans la mesure où c’est la Cour elle-même qui le conçoit de cette manière. Nous pouvons cependant reprendre cet exemple dans le cadre que nous dessinons ici pour illustrer le fait que le gouvernement des migrants suppose et produit un individu intéressé, un entrepreneur signant des contrats, capable de « s’adapter suffisamment pour affronter les nouvelles situations du fait de [sa] qualification, de [son] expérience et de [ses] capacités personnelles59 ». En échange de cela, il verra sa sélection facilitée et recevra des « conditions suffisamment attrayantes60 ». Celui qui exploitera au mieux son capital et le mettra à profit dans des contrats sortira gagnant. Les exhortations à l’harmonisation, à la diffusion et à la « transparence » des politiques migratoires sont corrélatives de ce mode de gouvernement.

  • 61 The Global Commission on International Migration, Migration in an interconnected world : N (...)
  • 62 L’entrepreneur est ce sur quoi vont s’appuyer les politiques de circulation de la main-d’œ (...)

39Les migrants sont avant tout décrits par le vocabulaire de l’entreprise, comme des investisseurs de capital humain : « Les migrants ont souvent figuré parmi les plus dynamiques et les plus entreprenants [entrepreneurial] des membres de la société, ils sont préparés à s’aventurer au-delà de leurs communautés et pays d’origine pour créer de nouvelles opportunités pour eux-mêmes et pour leurs enfants61. » Le migrant comme entrepreneur est un levier majeur de la gestion des migrations62, qui intègre à la fois le souci de fluidifier les mouvements des uns et de sécuriser les autres, c’est-à-dire de maintenir les indésirables loin des centres.

40La figure du migrant est celle de l’entrepreneur et il se meut sur un marché. Et sur tout marché, il doit y avoir des gagnants et des perdants, dans une danse continue. La circulation doit ainsi être régulée de manière à ce que soient en permanence reproduites les conditions de son insécurité.

  • 63 Immanuel Wallerstein, « La bourgeoisie : concept et réalité du xie au xxie siècle », in Ét (...)

Du fait que le capitalisme nécessite une circulation libre des facteurs de production — travail, capital et marchandise —, nous avons tiré la conclusion qu’il requiert — ou du moins que les capitalistes souhaitent — un flux totalement libre, alors qu’en réalité il ne requiert — et les capitalistes ne souhaitent — qu’une circulation partiellement libre. Du fait que le capitalisme fonctionne à travers les mécanismes du marché, fondés sur la « loi » de l’offre et de la demande, nous avons tiré la conclusion qu’il requiert — ou que les capitalistes souhaitent — un marché parfaitement concurrentiel alors qu’en réalité, il requiert — et les capitalistes souhaitent — des marchés qui peuvent, simultanément, être utilisés et circonvenus, une économie où la concurrence et le monopole peuvent se côtoyer et se mêler d’une manière fructueuse63.

41Les capitalistes ont besoin de marchés partiellement libres. Le marché parfaitement libre, où chaque acteur serait parfaitement informé, mettrait fin au système capitaliste. En effet, comme l’explique Wallerstein, il rendrait impossible l’accumulation de capital.

  • 64 Immanuel Wallerstein, Comprendre le monde. Introduction à l’analyse des système-monde, op. (...)

Supposons qu’il existe réellement un marché mondial où tous les facteurs de production seraient parfaitement libres, conformément à la définition habituelle de nos manuels d’économie — c’est-à-dire dans lequel les facteurs circulent sans contraintes, dans lequel coexistent un très grand nombre d’acheteurs et de vendeurs et où leur information est parfaite (i.e. où tout vendeur et tout acheteur connaissent avec exactitude l’ensemble des coûts de production). Dans un marché aussi parfait, il serait toujours possible pour l’acheteur de négocier à la baisse le prix d’un produit de sorte que le profit du vendeur devienne infime (disons un centime). Un niveau de profit aussi faible rendrait le jeu du capitalisme absolument sans intérêt pour les producteurs et supprimerait ainsi les bases sociales du système64.

  • 65 Cf. ibid., p. 49.

42Dans des relations de marché, il est nécessaire que certains entrepreneurs échouent pendant que d’autres réussissent, sans quoi le procès d’accumulation du capital n’est pas possible (si tel n’était pas le cas, chaque entrepreneur ne pourrait accumuler qu’un capital infime)65. D’une manière générale, dans un champ qui prend la forme du marché, l’échec des uns et la réussite des autres sont les deux pôles qui rendent possible son développement en tant que marché.

  • 66 Cf. Matthew B. Sparke, « A neoliberal nexus, Economy, security and the biopolitics of citi (...)
  • 67 Zygmunt Bauman, Le Présent liquide. Peurs sociales et obsession sécuritaire, op. cit., p.  (...)

43Entre les « élites cinétiques66 » et les « déchets humains67 », on a un continuum qui s’intègre parfaitement dans la conception principielle de la rationalité néolibérale qui voit dans l’individu un entrepreneur de lui-même. D’un bout à l’autre de la chaîne, on ne doit son sort qu’à soi-même.

  • 68 Cf. Bureau international du Travail, Commission mondiale sur la dimension sociale de la mo (...)
  • 69 Fred Constant, « Pour une gouvernance mondiale des migrations », art. cit., p. 295.

44D’un côté, l’individu parfaitement libre de circuler, le membre de l’élite cinétique est celui qui a su faire fructifier son capital fait de « capacités entrepreneuriales », d’instruction et de compétences et a ainsi bénéficié de la mondialisation68. Ce sont ces migrants d’exception dont on dit qu’ils « contribuent au progrès et au bien-être des pays développés », font « preuve d’esprit d’entreprise et sont à l’origine de la création de nombreuses entreprises, dont certaines, comme eBay, Mittal, Google ou Intel, portent des noms devenus familiers69 ».

  • 70 Zygmunt Bauman, Le Présent liquide. Peurs sociales et obsession sécuritaire, op. cit., p.  (...)
  • 71 André Tosel, Du retour du religieux. Scénarios de la mondialisation culturelle I, op. cit.(...)

45À l’autre extrémité, l’on trouve l’individu fixé, stasié, périphéré, la « population superflue, surnuméraire, “de trop”, ceux dont le marché du travail n’a que faire, ceux que l’économie de marché laisse de côté, ceux qui échappent au recyclage70 ». Celui-là, le déchet humain est « victime non pas de la condition que lui fait le monde qui pour lui est un non-monde, mais victime de lui-même [… ]71 ».

3.2. Individus — populations

46Dans une relation de pouvoir, chaque protagoniste doit toujours être maintenu comme un sujet d’action, dit en substance Foucault. Mais quel type de sujet ? Comment est-il produit et maintenu comme sujet d’action ? Et comment cela s’articule-t-il avec la dimension populationnelle inhérente à la gestion des flux migratoires que nous avons tenté de mettre en lumière ?

47Le statut d’étranger se décline désormais en plusieurs variantes et chacune d’entre elles est assortie d’une valeur axiologique. De l’homme d’affaires global au clandestin apatride, une palette de statuts se déploie, ceux-ci traçant une multitude de frontières. L’un est choyé, l’autre chassé. Le phénomène « naturel » du mouvement migratoire se trouve d’emblée investi d’une logique managériale qui consiste à gérer les flux par divers instruments. Certains ressortissent prioritairement à une logique souveraine, en ce qu’il s’agit de spectaculariser les « supplices » auxquels sont soumis les migrants mis en danger. Le spectacle, cependant, ne fait pas directement signe vers un Souverain ; il fait signe vers un mode d’être et des conditions de vie que le « supplicié » n’a pu atteindre. D’autres instruments participent d’une logique disciplinaire dans la mesure où la surveillance doit être perçue par le migrant dans chacun de ses déplacements. Enfin, des instruments de « gestion environnementale » sont mis en œuvre pour orienter, canaliser, freiner, accélérer les flux de population. Tous ces instruments, hérités de moments historiques distants, évoluent dans une rationalité économique qui vise à construire l’individu migrant comme entrepreneur de lui-même afin de gouverner les populations.

  • 72 François Ewald et Denis Kessler, « Les noces du risque et de la politique », art. cit., p. (...)

48Le risque est ce autour de quoi s’articulent individu et population. Quand le danger se mue en risque et que celui-ci devient une ressource, il constitue l’« aliment même de la rationalité des choix individuels et collectifs72 ». La gestion du risque comme ressource ne se comprend que par ses implications populationnelles, mais elle doit s’appuyer sur le calcul rationnel, comme instrument de fructification des ressources, attribué à chaque individu. C’est là que se noue le rapport entre individu et population dans la rationalité qui sous-tend le mode de gouvernement néolibéral que nous avons tenté de mettre en évidence. L’action gouvernementale va donc devoir faire en sorte d’optimiser le risque en tant que ressource, en aménageant les conditions de telle manière que l’« aliment » présenté aux individus rationnels génère des bénéfices à l’échelle de la population. C’est à ce noyau que l’on peut arrimer l’ensemble des mesures appliquées aux migrants, des plus dures aux plus insensibles, considérant qu’elles forment les conditions pour produire la migration, en tant que phénomène populationnel, comme un risque dont les potentialités, puisqu’il est une ressource, seront réalisées par l’individu, en tant qu’agent rationnel.

  • 73 Cf. Michel Foucault, « La politique de la santé au xviiie siècle », art. cit.
  • 74 Cf. supra, II.7.2.
  • 75 Programme des Nations unies pour le développement, Rapport mondial sur le développement hu (...)

49À cet égard, il faut rappeler le rôle, souligné par Foucault73, de la famille médicalisée-médicalisante formée au xviiie siècle, qui fit fonction de charnière entre le désir individuel et la bonne santé du corps social. L’analogie est étroite avec le rôle joué par les familles et les communautés d’origine des migrants74. Les programmes de migration management instituent le phénomène migratoire comme un fait de nature et s’appuient sur le désir « naturel » des individus de « choisir comment et où ils veulent vivre75 ». Saisis sous leur angle populationnel et grâce à des techniques de recensement toujours plus sophistiquées, les mouvements migratoires devraient laisser apparaître des régularités et des constances, ces données devant ensuite permettre d’orienter les flux de populations.

3.3. États et autres acteurs institutionnels

  • 76 Renforcer l’approche globale de la question des migrations : accroître la coordination, la (...)

50Nous avons vu dans les premier et troisième chapitres l’importance qu’a prise la question des migrations dans les politiques européennes, tout en soulignant l’hétérogénéité sous-jacente à la formation du droit et de la politique d’asile et d’immigration de l’Union. Le traité d’Amsterdam (1999) intégra l’asile et les migrations dans le cadre légal de l’Union. En 2005, le Conseil européen adopta l’« Approche globale sur la question des migrations » qui promeut le dialogue et la coopération avec les pays d’origine et de transit et « couvre l’ensemble des questions ayant trait aux migrations et à l’asile d’une manière exhaustive et équilibrée76 ». La visée d’exhaustivité rassemble dans une même logique différents aspects, non nécessairement reliés a priori : les migrations économiques (légales), les migrations irrégulières, le développement et l’asile. Parallèlement, la géographie de la frontière se trouve modifiée ; délocalisée vers les pays tiers, multipliée à l’intérieur et à l’extérieur des États, la ligne frontalière se transforme en une zone étendue et mobile, en un large crible qui forme la matrice productrice de statuts différents et de populations hiérarchisées, permettant ainsi de distribuer géographiquement et en temps réel la division du travail.

51La tentative de l’Union européenne de mettre en ordre les migrations s’inscrit dans un mouvement plus large, qui se déploie à l’échelle mondiale sous l’effet de travaux théoriques et de prescriptions politiques émanant de think tanks, de centres de recherches et d’organisations internationales mais également par l’emprunt de pratiques de contrôle des frontières (emprunts théorisés sous le nom de « méthode des bonnes pratiques »), dont la solution du Pacifique constitue un exemple majeur. Un nouveau champ disciplinaire théorique a émergé ; il articule, nous l’avons vu, des morceaux de théories majoritairement issus des sciences économiques. Le migration management est une théorie normative qui circonscrit la question des migrations à l’intérieur de présupposés économistes mais aussi, solidairement, un ensemble de pratiques de gestion des flux sous-tendues par une logique actuarielle (l’agence Frontex, par exemple, tend à faire de la frontière un lieu de saisie d’informations). Ces conditions théoriques et pratiques ont radicalement transformé le mode de gouvernement des populations migrantes.

52Le champ du migration management est hétérogène ; il comprend aussi bien des gestes typiques de la souveraineté (militarisation des frontières, rapatriements forcés d’étrangers en situation irrégulière, enfermement de demandeurs d’asile) que des aménagements environnementaux propres à la biopolitique (aide au développement visant à favoriser la santé et l’éducation des populations et, plus généralement, l’augmentation du « capital humain »). Le constat que nous avons établi d’une combinaison des modalités de pouvoir est indicateur de notre temps : la norme elle-même émerge d’un marché.

53Cette hétérogénéité signale-t-elle le conflit persistant, à l’intérieur du réseau formé par les États et les institutions para ou supraétatiques, entre une logique souverainiste maintenue par les États et une logique biopolitique soutenue par les autres ? Même si l’on constate des expressions d’un tel clivage dans les déclarations publiques (typiquement : les discours préélectoraux nationaux s’opposant à l’Union européenne), nous avons pu montrer qu’il n’en était rien. Le réseau mondial d’États et d’organisations non gouvernementales, intergouvernementales, onusiennes, etc. ne peut être schématisé par un antagonisme simple. Il constitue un nouveau mode de gouvernement, qui remplace l’ancien système colonial, par lequel les États continuent de gouverner, mais autrement.

  • 77 André Tosel, Du retour du religieux. Scénarios de la mondialisation culturelle I, op. cit.(...)
  • 78 Barbara Stiegler, « Qu’y a-t-il de nouveau dans le néo-libéralisme ? Vers un nouveau gouve (...)

54Nous avons illustré la nouvelle fonction que l’État remplissait en contexte néolibéral. Il demeure en effet nécessaire au fonctionnement de l’économie-monde. Comme l’écrit André Tosel, l’État « conserve et renforce la fonction de gestion d’une force de travail devenue internationale. C’est lui qui produit les statuts qui classent la population [… ]77 ». En outre, il joue un rôle majeur dans la production des spatio-temporal fixes, ces aménagements destinés à reporter les crises de suraccumulation, que David Harvey a mis en évidence. À cet égard, il faut apporter un amendement à la thèse de Barbara Stiegler qui déplore la « liquidation néolibérale de toutes les stases au nom du flux78 ». Certes, le néolibéralisme est une entreprise de liquidation mais il ne peut se passer de stases. (Le spatio-temporal fix de Harvey en est la meilleure illustration.) L’entreprise de fluidification doit se greffer sur des stases, en l’occurrence, l’État, sans quoi la dynamique ne peut fonctionner. Mais c’est un nouveau travail qu’il faudrait ici entamer pour préciser la teneur de ce rapport contradictoire entre flux et stases et la fonction de l’État néolibéral.

3.4. Des flux à leurs canaux

  • 79 Accenture, « Collaborative Border Management. Adopting an end-to-end approach to border ma (...)
  • 80 Cette société détient d’ailleurs une chaire à HEC-ULg intitulée « Chaire Accenture pour la (...)
  • 81 Cf. supra, Chap. iii.
  • 82 Cf. supra, Chap. iv.
  • 83 Accenture, « Collaborative Border Management. Adopting an end-to-end approach to border ma (...)
  • 84 « Are you seeking to lower costs of overall border management operations, enhance security (...)

55En 2012, une société de conseil publiait un document consacré au Collaborative Border Management79. Accenture est le nom de cette entreprise internationale de conseil en management, en services techniques et en externalisation qui s’étend sur plus de 120 pays80. Ses clients sont des entreprises privées et des administrations publiques dont elle promet d’accroître les performances. Cette publication, guère originale au regard de l’essor du migration management que nous avons décrit au chapitre iv, illustre parfaitement les grands traits que nous avons tenté de dégager tout au long de ce travail : une entreprise privée, spécialisée dans le management, avance un « concept », celui de Collaborative Border Management, destiné à être vendu — dans un contexte où la concurrence fonctionne à plein régime — à des agences ou des administrations chargées de la gestion des frontières dans le cadre de leurs projets de smart borders81 et de surveillance électronique et à distance des frontières. Elle propose une série d’instruments techniques et normatifs — s’inscrivant en cela dans le réseau de formation du droit global82 — visant à accélérer le passage pour les personnes à faible risque, vecteurs de compétitivité, tout en identifiant et en détournant, au plus loin de la frontière physique, en amont, les « terroristes potentiels », les « immigrants illégaux » et les « criminels ordinaires83 », le tout étant guidé par un objectif de « performance », c’est-à-dire de réduction des coûts84.

56Rationalité managériale, concurrence normative, multiplication de la frontière, gestion du risque, logique actuarielle, mise en mouvement de la force de travail mondiale, promotion de l’entrepreneurship, gestion différenciée des flux, etc. : tous les ingrédients de la rationalité que nous avons tenté de brosser se tiennent serrés dans ce document. L’élément central de cette rationalité — exemplairement illustré par les programmes de migration circulaire — est l’impératif de mise en mouvement, articulé autour du principe selon lequel la migration est un investissement qui permet de valoriser le risque. La reconfiguration des migrations sous la règle de la concurrence permet de constituer et d’alimenter un marché du travail mondial qui réclame dès lors une circulation permanente et une disponibilité à court terme de main-d’œuvre, plus ou moins qualifiée. Un gouvernement de la mobilité se dessine qui enjoint chacun à se mettre dans un mouvement qui, en principe, ne doit jamais cesser.

  • 85 Rutvica Andrijasevic, « From Exception to Excess. Detention and Deportation across the Med (...)

57Vue sous l’angle d’une telle rationalité, la dichotomie classique national-étranger, ou intérieur-extérieur, adossée à une conception souveraine du pouvoir, par laquelle sont généralement appréhendés les instruments de répression des migrants, a pu être questionnée. Les travaux de Barbara Stiegler en ont donné le sous-bassement théorique. Le parcours des migrants n’est pas une ligne tracée depuis un lieu de départ vers un lieu de destination ; il est fait d’« interruptions et de discontinuités, d’attentes, de camouflages, de détours imprévus, d’escales, d’évasions, d’installations et de retours85 ». Les populations migrantes sont prises dans une série d’instruments qui régulent leurs vitesses de déplacement. Il s’agit donc autant de gérer la temporalité du parcours que la localisation spatiale du migrant. Même s’il est immobilisé, la qualité essentielle du migrant est sa précarité temporelle.

  • 86 Étienne Balibar, La Proposition de l’égaliberté, op. cit., p. 247. Voir aussi Bertrand Ogi (...)

58Les détentions et les expulsions ne constituent donc pas essentiellement des manifestations de la souveraineté des États. Les camps ne sont pas tant des instruments de mise au rebut que des zones d’attente, des instruments pour une gestion temporelle des mouvements migratoires. La détention n’est ni une entreprise de correction des individus ni une mise à l’écart définitive. Elle n’est donc pas non plus un instrument faisant exception — ou tache — dans une rationalité régulatrice et managériale. Au contraire, elle est un mécanisme qui joue un rôle pivot dans la « mise en ordre » du phénomène migratoire, par sa fonction régulatrice et différenciatrice. Les mesures coercitives sont des instanciations du phénomène de multiplication des frontières dans l’espace et dans le temps autour duquel s’organise la gestion des flux migratoires selon un continuum hiérarchisé mobile-fixe et non plus intérieur-extérieur. Ce phénomène pose les conditions d’une forme nouvelle d’« insécurité radicale86 ».

*

  • 87 Zygmunt Bauman, Le Présent liquide. Peurs sociales et obsession sécuritaire, op. cit., p.  (...)
  • 88 Ibid.

59Si le « clandestin » est une figure centrale dans l’étude des migrations, c’est parce qu’il est la forme archétypique du sujet que produit la rationalité contemporaine. Les migrants les plus freinés dans leurs mouvements apparaissent comme les frères maudits de l’élite mobile de la mondialisation. « Comme cette élite, ils n’ont de lien avec aucun endroit, ils sont mouvants et imprévisibles. Comme cette élite, ils incarnent l’insondable “espace des flux” où s’enracine la précarité actuelle de la condition humaine87. » Bauman voit là un « nouveau mode de vie “définitivement provisoire” » caractéristique de la « modernité liquide88 ». Le capitalisme contemporain aurait produit une société où tous les obstacles sont liquidés.

  • 89 André Tosel, Du retour du religieux. Scénarios de la mondialisation culturelle I, op. cit.(...)

Toutes les entités territoriales, tous les groupements humains sont bouleversés ; certains sont liquidés, d’autres se forment ; tous sont remis en question dans leur consistance et leurs structures et subissent une accélération temporelle caractérisée par des rythmes sans équivalent dans le passé89.

60Cette affirmation, analogue à la thèse de Barbara Stiegler, doit être tempérée : des formations solides sont bien nécessaires à la mise en flux. La métaphore aquatique est d’usage mais doit être interrogée. Elle s’applique spontanément aux phénomènes migratoires en tant qu’ils sont conçus comme des flux de population. Des flux cognent à nos frontières, des barrages débordent, fuient où cèdent. Les frontières sont des lieux de luttes. Les barrages sont aussi les lieux du passage et de la régulation. Mais la métaphore liquide est insuffisante et trompeuse, car elle risque de faire apparaître les flux comme étant naturels et les barrages construits. Or les flux eux-mêmes sont produits et canalisés : paupérisation des populations, guerres post-coloniales, mesures d’austérité mettent en mouvement des populations qui trouvent leur chemin sous l’effet de forces multiples qui creusent le sillon que les populations, par un effet rétroactif, vont éroder et reconfigurer.

61Nous avons convoqué la notion d’« intervention environnementale » proposée — et peu développée — par Michel Foucault dans Naissance de la biopolitique. L’ensemble hétérogène de pratiques des frontières que nous avons tenté de tisser en une rationalité nous semble bien illustrer ce mode de gouvernement indirect, agissant non pas directement sur les acteurs mais sur les conditions dans lesquelles ils évoluent, de manière à ce que les mouvements de population soient optimisés. Ces conditions — productrices d’un marché des migrations, productrices de concurrence et productrices de risques — agissent comme autant de forces sur le milieu des migrants et permettent une régulation spatio-temporelle des populations par des effets de stratification et de hiérarchisation. À cet égard, il fallait, avec Barbara Stiegler, convoquer la dimension spencérienne du néolibéralisme. La théorie du survival of the fittest permet de boucler le processus : les conditions révèlent — au sens chimico-photographique —, comme leurs conséquences inéluctables, un spectre migratoire, du « plus apte » au « moins apte », du touriste au vagabond, pour reprendre les termes de Bauman. L’exemple de la « responsabilité des transporteurs » peut ainsi être lu autrement. Plutôt qu’une mesure coercitive d’interdiction, davantage qu’une déclinaison du processus de privatisation de la frontière, l’obligation des transporteurs de se muer en contrôleurs des frontières signale, dans ce contexte, la fusion tendancielle de l’asile et de l’immigration, et actualise l’idée d’un continuum migratoire.

4. Problèmes et perspectives

4.1. Le problème du sujet néolibéral

  • 90 Pierre Dardot et Christian Laval, La Nouvelle Rraison du monde. Essai sur la société néoli (...)

La gouvernementalité entrepreneuriale relève d’une rationalité d’ensemble qui tire sa force de son propre caractère englobant, puisqu’elle permet de décrire les nouvelles aspirations et conduites des sujets, de prescrire les modes de contrôle et d’influence qui doivent s’exercer sur eux dans leurs comportements, de redéfinir les missions et les formes de l’action publique. Du sujet de l’État en passant par l’entreprise, un même discours permet d’articuler une définition de l’homme à la manière dont il veut « réussir » son existence ainsi qu’à celle dont il doit être « guidé », « incité », « formé », « mis en capacité » (empowered) pour accomplir ses « objectifs ». En d’autres termes, la rationalité néolibérale produit le sujet dont elle a besoin en disposant les moyens de le gouverner afin qu’il se conduise réellement comme une entité en compétition qui doit maximiser ses résultats en s’exposant à des risques qu’elle doit affronter et en assumant la responsabilité entière d’éventuels échecs. « Entreprise » est ainsi le nom que l’on doit donner au gouvernement de soi à l’âge néolibéral90.

  • 91 Ibid., p. 437.

62« C’est en quelque sorte une “ultrasubjectivation” qui n’a pas pour fin un état ultime et stable de “possession de soi”, mais un au-delà de soi toujours repoussé, et qui est de plus constitutionnellement ordonné, dans son régime même, à la logique de l’entreprise et, au-delà, au “cosmos” du marché mondial91. »

  • 92 Ibid., p. 458.

63Nous nous accordons avec les grandes lignes, largement inspirées de Foucault, que Dardot et Laval résument en conclusion. Quatre grands traits caractérisent la raison néolibérale. 1) Le marché n’est pas naturel, il résulte d’une construction et nécessite l’intervention de l’État et un cadre juridique. Le néolibéralisme est un constructivisme. 2) La concurrence est la norme de conduite de l’homo œconomicus néolibéral, sujet entrepreneur de soi-même. L’État doit veiller à maintenir le cadre nécessaire au fonctionnement concurrentiel des agents. 3) L’État n’est pas d’une nature différente des autres agents économiques et, à ce titre, doit être soumis lui aussi à la norme de concurrence. L’État aussi est une entreprise. 4) L’entreprise est le modèle sur lequel doit se construire le sujet néolibéral comme propriétaire de son capital humain propre. La norme de la concurrence « atteint jusqu’aux individus considérés dans le rapport qu’ils entretiennent avec eux-mêmes92 ».

  • 93 Ibid., p. 402.
  • 94 Cf. ibid., p. 403. « L’économie devient une discipline personnelle. M. Thatcher a donné la (...)
  • 95 Ibid., p. 403.

64Nous l’avons dit et répété : la gouvernementalité néolibérale, en se fondant sur les intérêts, fait apparaître un nouveau sujet. « La conception qui fait de la société une entreprise constituée d’entreprises ne va pas sans une norme subjective nouvelle, qui n’est plus exactement celle du sujet productif des sociétés industrielles93. » Le tournant néolibéral de la fin du xxe siècle a produit des effets subjectifs et a engendré la figure de l’homme-entreprise, sous l’effet des pratiques discursives et institutionnelles94. « L’homme benthamien était l’homme calculateur du marché et l’homme productif des organisations industrielles. L’homme néolibéral est l’homme compétitif, intégralement immergé dans la compétition mondiale95. »

  • 96 Ibid., p. 436.
  • 97 Ibid., p. 449.

65Il faut cependant ici souligner un problème qui apparaît de manière saillante dans le dernier chapitre de La Nouvelle Raison du monde consacré à « La fabrique du sujet néolibéral ». Au terme de leur patient et minutieux travail, nos auteurs terminent par une déploration d’un « discours managérial faisant de la performance un devoir et d’un discours publicitaire faisant de la jouissance un impératif96 ». Étonnant raccourci qui résume le problème du néolibéralisme dans une diatribe moralisatrice aux relents conservateurs : le double impératif s’imposerait dans tous les domaines et dans toutes les relations, y compris, bien entendu, sexuelles. Dans le paragraphe intitulé « La désymbolisation », Dardot et Laval écrivent ce poncif, qu’ils partagent avec la réaction à la « pensée 68 » : « Le rapport entre générations comme le rapport entre les sexes, autrefois structurés et mis en récit par une culture qui distribuait les places différentes, sont devenus pour le moins incertains. Aucun principe éthique, aucun interdit, ne semble plus tenir face à l’exaltation d’un choix infini et illimité. […] Cette convocation au choix permanent, cette sollicitation de désirs supposés illimités, fait du sujet un jouet flottant : un jour, il est invité à changer de voiture, un autre de partenaire, un autre d’identité et un autre encore de sexe, au gré du jeu de ses satisfactions et insatisfactions97. » On ne saurait voir là qu’une prémisse à un appel au retour d’une bonne morale qui remettrait les choses à leur place. Cette conclusion sur le thème de la décadence semble par ailleurs peu articulée au reste de l’ouvrage.

66Mettre en lumière un discours, tracer les contours d’une rationalité et décrire son efficacité n’implique pas de se soumettre à ses prétentions. Il semble qu’à force de s’être plongés dans la rationalité néolibérale, dans ses origines et dans ses effets, nos auteurs en soient devenus subjugués par sa puissance et soumis aux présupposés mêmes qu’ils ont mis au jour. Certes, la « gouvernementalité entrepreneuriale » est englobante et possède une puissance totalisatrice, mais de ses prétentions à l’actualisation de celles-ci, il y a un fossé — pratique et théorique — qu’il est impossible de combler. Pourtant, nous semble-t-il, nos auteurs y tombent, au risque d’y retrouver des fréquentations guère plus recommandables que celles qu’ils entendent dénoncer.

  • 98 Frédéric Lordon, La Politique du capital, Paris, Odile Jacob, 2002, p. 8.

67Car c’est oublier que tout n’est pas strictement économique dans les affaires économiques, que la pure rationalité économique n’existe pas. « Les organisations et les hommes du capital achètent, produisent et vendent, c’est entendu, mais aussi pactisent, se coalisent, se trahissent, cherchent l’influence, tentent de se soumettre les uns les autres, voire s’entretuent par les armes de la prédation financière98. » En chaque point du continuum touriste/vagabond où l’on prélèverait un échantillon, on trouverait des écarts, des ratés et des résistances. La rationalité du capitalisme contemporain ne peut être lue comme le projet réalisé de la mise en concurrence d’agents économiques calculateurs et maximisateurs du profit. L’homo œconomicus néolibéral est à la fois un type idéologique, une représentation que donnent d’eux-mêmes les « hommes du capital », une norme de comportement de l’ensemble des agents tautologiquement économiques, et un certain effet réel, subjectivement vécu. Cet effet ne peut pas être pensé comme le résultat un peu magique d’une performativité de la norme.

  • 99 Cf. ibid., p. 12.
  • 100 La distinction n’est pas nette, certains auteurs tels que Becker et Friedman sont étiqueté (...)
  • 101 Ibid., p. 11.

68La théorie néoclassique ne pense qu’en termes de calcul économique et ignore tout des rapports de pouvoir99. La lecture de La Nouvelle Raison du monde nous laisse l’impression d’un simple renversement d’une pensée économique pure, c’est-à-dire détachée des rapports de pouvoir dans lesquels l’économie « réelle » évolue. Si les économistes néoclassiques — qui ne se distinguent pas sur ce point des néolibéraux100 — pensent l’homme tel qu’il devrait être, Pierre Dardot et Christian Laval, dans leurs conclusions, semblent tenir pour acquis que les hommes se comportent effectivement comme les économistes les pensent. Frédéric Lordon met, quant à lui, en évidence une rationalité politique préalable à la rationalité économique. Avant de penser à maximiser son profit, il faut assurer sa survie. Dans le jeu capitaliste contemporain, cela implique qu’il faille « bouger pour grossir, et grossir pour être moins vulnérable, c’est-à-dire espérer demeurer en vie. Se maintenir dans l’être du capital : c’est bien le préalable à toute effectuation de la rationalité économique101 ».

69Il s’agit donc — et c’était le but de cette parenthèse — de résister à la subjugation : en deçà de ses formulations et au-delà de ses effets, la rationalité économique, en dépit de ses prétentions, ne couvre pas l’ensemble du réel. Il doit bien rester des espaces de résistance.

4.2. Le problème du fonctionnalisme

  • 102 Gilles Deleuze et Félix Guattari, Kafka. Pour une littérature mineure, Paris, Minuit, 1975 (...)

70Nous avons sans aucun doute forcé, tout au long de ce travail, les traits fonctionnalistes du travail de Foucault. Le migration management fonctionne-t-il aussi parfaitement ? Ses productions, même non voulues, sont-elles toujours récupérées dans les conditions de sa perpétuation ? Est-ce à dire que, tel le fonctionnement de la justice dans Le Procès de Kafka, nous aurions affaire à une rationalité dont l’« unité est tellement nébuleuse, machine à influencer, machine de contamination, qu’il n’y a plus de différence entre être dehors ou dedans102 » ? Le schéma de Surveiller et punir, celui d’une prison qui produit des illégalismes comme la condition même de la reproduction de sa puissance, peut-il être transposé tel quel à un champ empirique encore plus vaste et complexe ? Mais d’abord, ne faut-il pas interroger ce fonctionnalisme appuyé par Foucault dans Surveiller et punir ?

  • 103 Stéphane Haber, Critique de l’antinaturalisme. Études sur Foucault, Butler, Habermas, Pari (...)

71À cet égard, il faut convoquer ici l’étude de Stéphane Haber103 qui met en évidence l’un des traits problématiques — et dominants — de Surveiller et punir : le pouvoir disciplinaire y est présenté comme normant sans reste les individus sur lesquels il s’exerce. Et quand bien même il y aurait des « ratés », ceux-ci sont toujours repris comme dans une chaîne autoalimentée.

  • 104 Ibid., pp. 44-45.

Le pouvoir n’est plus saisi comme une relation en devenir, mais comme une puissance brute qui vient d’en haut, pénètre et modèle les rapports sociaux, jusqu’à prendre la forme de dynamiques historiques réifiées et réifiantes qui conduisent tendanciellement à la paralysie totale de la vie sociale. De là l’impression que donne parfois le livre d’une histoire lisse, réduite aux progrès d’un pouvoir tentaculaire — une impression qui se nourrit surtout des pages terminales de l’ouvrage, qui marquent une radicalisation assez troublante. Le philosophe semble y développer en effet une conception hyper-fonctionnaliste des résistances en faisant de la délinquance et des illégalismes de toutes sortes de simples exigences du pouvoir centré autour de l’institution carcérale. De façon symptomatique, les échecs de l’institution et les pratiques sociales déviantes se voient ainsi redécrits comme nécessaires à leur fonctionnement104.

  • 105 Cf. VS, p. 183.
  • 106 VS, p. 185.

72Stéphane Haber soutient la thèse que, dans La Volonté de savoir, Foucault entreprend de corriger les conclusions fonctionnalistes de 1975. L’analyse des disciplines, de l’anatomo-politique du corps humain, doit être complétée par celle, d’un autre niveau, de la régulation, de la biopolitique de la population105. Ces deux technologies du pouvoir ne sont pas, nous l’avons déjà signalé, exclusives l’une de l’autre ; au contraire, elles s’articulent « dans la forme d’agencements concrets106 » dont le dispositif de sexualité fournit un exemple particulièrement éclairant. Dans Surveiller et punir, la résistance ne pouvait être conçue que comme un élément parfaitement interne et fonctionnel de la relation de pouvoir — et où le pouvoir finissait par conséquent par se confondre avec la domination —, le nouveau mode de pouvoir développé dans La Volonté de savoir permet de réintroduire la possibilité de résistance dans l’analyse du pouvoir, en un sens qui n’est ni fonctionnaliste (c’est-à-dire où la résistance serait un effet du pouvoir qui le récupérerait dans ses conditions de fonctionnement) ni souverainiste (au sens où il y aurait une position d’extériorité possible vis-à-vis du pouvoir qui serait le lieu de sa contestation).

  • 107 Stéphane Haber, Critique de l’antinaturalisme. Études sur Foucault, Butler, Habermas, op. (...)

Car si, en un sens, la conviction qu’exprime la formule frappante de la page 125, « là où il y a pouvoir, il y a résistance », était en germe dès le début de l’analytique du pouvoir, elle ne pouvait recevoir une véritable portée explicative réelle avant que soit levée l’hypothèque que faisait peser sur la construction le diagnostic historique pessimiste (le scénario totalitaire) lui-même articulé à la focalisation sur le modèle disciplinaire et « anatomique ». […] Ce qu’essaie […] de suggérer prudemment le philosophe, c’est qu’en se faisant biopouvoir, en ciblant l’être même de la puissance d’agir vitale, le pouvoir va très loin, mais rencontre aussi quelque chose comme une limite107.

73Si la « rationalité néolibérale » fonctionnait parfaitement — en d’autres termes : si les instruments de son action ne produisaient que des objets et des sujets s’intégrant en retour à son fonctionnement, comme un système parfaitement autorégulé — il faudrait en tirer la conséquence qu’aucun reste ne subsiste. Ce schéma cybernétique a quelque chose d’effrayant : une machine totalitaire et irresponsable serait en marche qui reproduirait sans cesse les conditions de sa perpétuation.

4.3. Liberté

  • 108 Cf. Nicholas De Genova, « The Deportation Regime. Sovereignty, Space, and the Freedom of M (...)
  • 109 « A treacherous sort of freedom », Ibid.

74Comment penser la liberté, dès lors qu’elle est à la fois ce à partir de quoi les migrants sont gouvernés et ce qui est revendiqué contre, précisément, les instruments de ce gouvernement. Nicholas De Genova, anthropologue de l’Université de Chicago, dont les travaux critiques en matière de frontières et de questions raciales et migratoires font référence, mobilise une conception naturaliste de la liberté comme ce qui caractérise la vie humaine dans ce qu’elle a de plus naturel et de moins socialement déterminé108. Cette invocation est problématique parce qu’une telle conception de la liberté n’est pas indépendante de notre modernité et qu’elle ne peut être comprise que dans un cadre de pensée individualiste. Selon cet auteur, la liberté qui jette sur le marché du travail des prolétaires « libres » et sans protection, la liberté qui fait du travailleur une marchandise, est une « forme spécieuse de la liberté109 ». La liberté de mouvement est fondamentalement, selon lui, la « liberté de vivre vraiment » (the freedom to truly live). Mais ne sont-ce pas plutôt les conditions actuelles de la mondialisation et l’injonction croissante et permanente à circuler sur le marché mondial du travail qui conduisent à considérer la liberté comme telle ? La « liberté de mouvement » ne se transforme-t-elle pas, dans son actualisation, en une nécessité de fuir ?

  • 110 Étienne Balibar, La Proposition de l’égaliberté, op. cit., p. 335.
  • 111 Ibid.

75On ne peut séparer la liberté comme instrument d’assujettissement et outil pour une émancipation. Et l’on ne peut exclure le risque qu’une liberté de circulation effective et totale, c’est-à-dire une abolition du contrôle des frontières, ne conduise à une « gouvernementalité policière mondialisée110 » qui suivrait — et même précéderait — chacun dans ses déplacements. « On n’aurait alors dépassé la figure de l’étranger que pour lui substituer plus sûrement celle de l’ennemi potentiel, comme ennemi intérieur universel, objet et justification de la mondialisation sécuritaire111. » Face à l’aporie entre la revendication universelle d’un droit à la mobilité et les risques de son effectuation, mais aussi contre le repli sur une conception du droit à la mobilité qui ne concerne que certaines personnes et qui, produisant des effets d’inégalités croissants, se révèle en être la négation, Étienne Balibar envisage la possibilité d’une « citoyenneté diasporique », ou d’une « co-citoyenneté », qui s’appuierait sur des revendications spécifiques et dans des conditions particulières.

  • 112 La conférence d’où est issue ce texte date de 2007.
  • 113 Ibid., p. 336.

On peut envisager cependant de desserrer cette aporie à partir de revendications spécifiques porteuses d’une dynamique d’universalité (ou, dans une autre terminologie, d’une perspective de reconnaissance) : je pense d’une part à l’universalisation des droits de résidence et de circulation sous des conditions qui les rendent « effectifs » (en particulier un développement d’institutions éducatives transnationalisées), en faisant ainsi des « droits opposables » au sens qui vient d’être relancé par les controverses sur le droit au logement112 ; d’autre part à la démocratisation contractuelle des frontières et des modalités de leur franchissement, qui englobe une autolimitation de la souveraineté des États et qui devra bien un jour être organisée à travers un équilibre de pouvoirs publics et de contre-pouvoirs sociaux (comme le droit du travail l’a été en son temps, et doit l’être périodiquement à nouveau, à travers le conflit dynamique de l’État, des entrepreneurs et des syndicats), en l’occurrence des États, des organismes internationaux et des associations de migrants ou de solidarité avec les migrants113.

4.4. Démocratiser les frontières

76En somme, l’objectif de notre travail s’est révélé être l’exact inverse des projets de théorisation du migration management. Alors que ceux-ci cherchent à convaincre des vertus pacificatrices d’une gestion managériale des migrations et promettent une gestion heureuse et bénéfique pour tous du phénomène migratoire, nous avons cherché à en montrer au contraire le caractère fondamentalement — et irrémédiablement — polémique et agonistique. Face à une rationalité managériale qui se greffe sur l’institution frontalière et combine des instruments policiers et régulateurs pour tenter de « mettre en ordre » les flux de migrants, que pouvons-nous opposer ? Étienne Balibar enjoint à initier un processus de « démocratisation des frontières ».

  • 114 Étienne Balibar, Nous, citoyens d’Europe. Les frontières, l’État, le peuple, op. cit., pp. (...)

La tâche d’une démocratisation des frontières, impliquant que leur représentation soit désacralisée, que la façon dont l’État et l’administration en usent envers les individus, fasse l’objet d’un contrôle multilatéral, que les rites et formalités de leur passage deviennent plus respectueux des droits fondamentaux, est au cœur des difficultés — peut-être des apories actuelles — d’une réinvention de la politique dans le contexte de la “mondialisation”114.

  • 115 Étienne Balibar, Droit de cité, op. cit., p. 87.
  • 116 Ibid.

77Étienne Balibar part du constat que la conception de la frontière est essentiellement policière. Nous lui avons ajouté une dimension gestionnaire. La caractéristique commune de ces deux tendances non exclusives l’une de l’autre est qu’elles maintiennent, chacune à sa manière, la frontière hors du champ de la politique, « hors d’atteinte de toute contestation et de tout contrôle115 », l’une en la dissimulant par le secret de type militaire de ses pratiques et l’autre, au contraire, par une action transparente et couverte du sceau pseudo-scientifique des « lois de l’économie ». Contre une telle invisibilisation, Balibar engage à « une conception et une pratique politiques de la frontière » qui transforme cette « institution non démocratique par excellence » en un « enjeu de la politique116 » dont les modalités d’usage devraient pouvoir être négociées collectivement.

  • 117 Cf. Étienne Balibar, L’Europe, l’Amérique, la guerre, op. cit., p. 170.

78La notion de « démocratisation des frontières » avancée par Balibar reste — il l’admet — bien vague117. Elle a cependant le mérite d’insister sur la nécessité de replacer la frontière et ses enjeux dans le champ politique, c’est-à-dire conflictuel.

  • 118 Ibid., p. 171.

C’est une notion contradictoire, puisqu’elle débouche aussitôt sur des idées telles que contrôle (populaire) du contrôle (étatique) des mouvements de population, et organisation non discriminatoire de la sécurité, dont il est certain a priori qu’elles relèveront toujours d’un rapport de forces, qu’elles tomberont pratiquement « en deçà » ou « au-delà » du type idéal de la citoyenneté, et qu’elles seront manipulables par des appareils de pouvoir : mais cette notion contradictoire a aussi l’avantage de désigner politiquement le terrain conflictuel sur lequel se joue la possibilité de dépasser l’alternative de l’enfermement nationaliste sécuritaire et de l’Empire sans frontières (qui sont au fond deux modalités, archaïque et moderniste, de la police)118.

  • 119 Bertrand Ogilvie, L’Homme jetable. Essai sur l’exterminisme et la violence extrême, op. ci (...)
  • 120 Citons, parmi d’innombrables initiatives, les travaux du Gisti, en France, qui, entre autr (...)

79Cela permet de rappeler également qu’aucune solution unique n’est possible — qu’elle soit dictée par une volonté souveraine ou qu’elle consiste en une gestion globale et coordonnée dont les principes sont donnés par l’économie. Il va de soi également que le retour à une conception passée n’est pas une option. La frontière n’a jamais été démocratique ; elle était régie par une logique de la souveraineté axée autour du couple national-étranger. Aujourd’hui, comme de nombreuses autres institutions (l’école, la justice, etc.), la frontière est prise dans une rationalité néolibérale. « Tout se passe aujourd’hui comme si les pouvoirs politiques et économiques, voire administratifs, pensaient pouvoir se permettre d’entrer enfin dans une gestion tranquille des choses [… ]119. » Tout au long de notre travail, nous avons tissé un réseau de pratiques et de discours théoriques sur les migrations qui forment une certaine rationalité à l’égard de laquelle il est nécessaire de résister. Il faudrait, en contrepoint de cela, construire le réseau des résistances en cours. Car quotidiennement, des associations et des particuliers agissent et développent des outils pratiques et théoriques120 pour répondre à l’urgence vitale et conceptuelle de repenser la frontière.

Notes

1 Voir notamment Elspeth Guild et Didier Bigo, « Les relations entre acteurs, les tendances technologiques et les droits des individus », Cultures & Conflits, 49, printemps 2003.

2 Serhat Karakayali and Enrica Rigo, « Mapping the European Space of Circulation », art. cit. Nous traduisons.

3 Barbara Stiegler, « Qu’y a-t-il de nouveau dans le néo-libéralisme ? Vers un nouveau gouvernement du travail, de l’éducation et de la santé », in Fabienne Brugère et Guillaume le Blanc, Le Nouvel Esprit du libéralisme, op. cit.

4 Ibid., p. 117.

5 Ibid., p. 123.

6 Cela n’a pourtant rien d’évident. Walter Lippmann a précisément construit sa pensée contre Herbert Spencer, « “bête noire” de Lippmann dans The Good Society, qui le présentait comme l’incarnation même de la dégénérescence du libéralisme » (Serge Audier, Le Colloque Lippmann. Aux origines du “néo-libéralisme”, Lormont, Le Bord de l’eau, 2012, p. 387). Voir aussi Serge Audier, Néolibéralisme(s), op. cit., pp. 85 et 93.

7 Cf. Serge Audier, Le Colloque Lippmann. Aux origines du “néo-libéralisme”, op. cit., pp. 384-391.

8 Voir à ce sujet Christian Dardot et Pierre Laval, La Nouvelle Raison du monde. Essai sur la société néolibérale, op. cit. Leur argumentation est fermement contestée par Serge Audier, selon lequel leur lecture est fondée sur des citations soigneusement sélectionnées pour satisfaire une thèse donnée d’avance (cf. Serge Audier, Néolibéralisme(s), op. cit., p. 94). La difficulté ne sera pas ici résolue ; Audier montre très bien à quel point les différents penseurs rattachés aujourd’hui au(x) néolibéralisme(s) sont à de multiples égards divergents et puisent eux-mêmes à des sources multiples. Il nous semble que la polémique repose avant tout sur une question de méthode. Dardot et Laval testent la thèse de Foucault selon laquelle le néolibéralisme promeut et produit, dans l’ensemble du tissu social, un homme-entreprise, en partant d’un constat contemporain difficilement contestable. À cet effet, ils retracent une généalogie de cette figure en montrant, dans les sources multiples et diverses du néolibéralisme tel qu’ils le définissent d’entrée de jeu, les éléments qui ont pu concourir à la formation de cette « nouvelle raison du monde ». À l’inverse, Audier ne présuppose pas un néolibéralisme mais étudie minutieusement chaque auteur ayant eu partie liée avec le projet de repenser le libéralisme (Colloque Lippmann, Société du Mont Pèlerin, ordo-libéraux, école autrichienne, etc.) en prenant soin, à contre-pied des « néofoucaldiens », de mettre en évidence les néolibéralismes dont chacun sont porteurs et en se gardant de conclure à une quelconque cohérence de cette « nébuleuse ». Foucault est mis en cause par Serge Audier pour avoir initié cette confusion : « À notre avis, Foucault a été piégé, tout comme ses innombrables épigones, par ce mot de “néo-libéralisme” — comme si le même mot signifiait toujours la même chose —, et, emporté par un esprit de système qui fait la grandeur et la limite de son œuvre, il a trop amalgamé sous une même catégorie des expériences et des théories en vérité très diverses. Bien sûr, il n’ignorait pas des différences internes à cette nébuleuse, mais son paradigme unificateur de l’individu-entreprise l’a conduit, d’après nous, à nettement sous-estimer l’ampleur de l’écart entre, par exemple, le libéralisme allemand, les théories du “capital humain”, et le libertarisme américain » (Serge Audier, Le Colloque Lippmann. Aux origines du “néo-libéralisme”, op. cit., p. 23). Nous reconnaissons avec Audier que l’histoire du néolibéralisme est faite de courants et de personnes différents, divergents voire conflictuels et qu’elle recelait d’autres possibles ; nous admettons également qu’il faut veiller à ne pas sombrer dans une vision conspirationniste, à refuser l’idée qu’il existe une essence du néolibéralisme et à éviter l’écueil du « téléologisme » (cf. ibid., p. 27). Cependant, il nous semble que retracer une histoire d’un néolibéralisme, celui dont on peut faire le diagnostic aujourd’hui, n’est pas contradictoire avec les exigences légitimes de rigueur que Serge Audier rappelle. Dans une certaine mesure (mais seulement dans une certaine mesure, comme nous le soulignerons plus loin), c’est ce que Dardot et Laval font dans La Nouvelle Raison du monde. C’est pourquoi nous nous appuyons largement sur cet ouvrage, tout en marquant nettement nos divergences sur les ultimes aboutissements de leur analyse.

9 Barbara Stiegler, « Qu’y a-t-il de nouveau dans le néo-libéralisme ? Vers un nouveau gouvernement du travail, de l’éducation et de la santé », art. cit., p. 124.

10 Cf. ibid., p. 107.

11 Cf. Michael Löwy, « L’affinité élective entre social-darwinisme et libéralisme. L’exemple des États-Unis à la fin du xixe siècle », in Patrick Tort (dir.), Darwinisme et société, Paris, PUF, 1992, p. 162.

12 Ibid., p. 164.

13 Herbert Spencer, Les Bases de la morale évolutionniste, pp. 162-163, cité par Patrick Tort, Spencer et l’évolutionnisme philosophique, Paris, PUF, Coll. Que sais-je, 1996, p. 108.

14 Pierre Dardot et Christian Laval, La Nouvelle Raison du monde. Essai sur la société néolibérale, op. cit., p. 137.

15 Ibid., p. 154.

16 Barbara Stiegler, « Qu’y a-t-il de nouveau dans le néo-libéralisme ? Vers un nouveau gouvernement du travail, de l’éducation et de la santé », art. cit., p. 129.

17 Ibid., p. 137. L’auteure reprend l’interprétation par Nietzsche des thèses de Darwin selon laquelle plus rien n’échappe au devenir : « ni la vie, ni les espèces vivantes, ni l’espèce humaine, ni même les catégories du sujet humain ou les valeurs qu’il croyait jusque là transcendantes […] » (Ibid., p. 136). L’homme ainsi est condamné à s’adapter au « flux absolu ».

18 Cf. Pierre Dardot et Christian Laval, La Nouvelle Raison du monde. Essai sur la société néolibérale, op. cit., pp. 135-141.

19 Barbara Stiegler, « Qu’y a-t-il de nouveau dans le néo-libéralisme ? Vers un nouveau gouvernement du travail, de l’éducation et de la santé », art. cit., p. 134.

20 Ibid., p. 138.

21 Cf. ibid., p. 129.

22 Friedrich A. Hayek, Droit, législation et liberté. Vol. 3. L’ordre politique d’un peuple libre, op. cit., p. 91. Nous soulignons.

23 Étienne Balibar, La Proposition de l’égaliberté, op. cit., p. 330.

24 En ce sens, on retrouverait ici une caractéristique du droit coutumier. Le domicile, siège de la personne, peut être soit conçu comme un lieu — un point fixe d’un territoire, « projection géographique de la personnalité » —, soit comme un lien qui la rattache à une autorité. Le Code civil a consacré la première conception au détriment du domicile comme lien, comme le concevait l’ancien droit coutumier. Néanmoins, la signification du domicile comme lien reste prépondérante en droit international et l’on assisterait, plus généralement, à une résurgence de la conception coutumière (cf. Horatia Muir-Watt, « Domicile », in Denis Alland et Stéphane Rials (dir.), op. cit., pp. 410-412).

25 Extrait d’un article vantant les mérites du programme NEXUS, cité par Matthew B. Sparke, « A neoliberal nexus, Economy, security and the biopolitics of citizenship on the border », Political Geography, Volume 25, issue 2, février 2006, pp. 151-180.

26 Michel Foucault, Histoire de la folie à l’âge classique, Paris, Gallimard, 1972, p. 26.

27 Zygmunt Bauman, Le Présent liquide. Peurs sociales et obsession sécuritaire, op. cit., p. 63.

28 Didier Fassin, La Raison humanitaire, op. cit., p. 319.

29 Ibid., p. 12.

30 Ibid., op. cit., p. 11.

31 Le fait que la législation belge en matière de régularisation pour motifs humanitaires n’envisage pas la moindre définition en est un indice (cf. supra, Chap. vi).

32 Didier Fassin, La Raison humanitaire, op. cit., p. 17.

33 Ibid., p. 13.

34 Ibid., p. 13.

35 Ibid., p. 14.

36 Ibid., pp. 12-13.

37 Cf. ibid., p. 13.

38 Cf. supra, Chap. i.

39 Tel est le nom donné — l’acronyme témoigne à nouveau des petits plaisirs administratifs — aux équipes d’intervention rapide aux frontières des unités constituées temporairement par l’agence Frontex, à la demande d’un État membre, pour répondre à un « afflux massif de ressortissants de pays tiers tentant d’entrer clandestinement sur son territoire » (Règlement (CE) no 863/2007 du Parlement Européen et du Conseil du 11 juillet 2007 instituant un mécanisme de création d’équipes d’intervention rapide aux frontières et modifiant le règlement (CE) no 2007/2004 du Conseil pour ce qui a trait à ce mécanisme et définissant les tâches et compétences des agents invités, Considérant no 7).

40 Mark Duffield, « Governing the Borderlands : Decoding the Power of Aid », art. cit. Nous traduisons.

41 Cf. Mark Duffield, Joanna Macrae, Devon Curtis, « Editorial : Politics and Humanitarian Aid », Disasters, Oxford, Wiley-Blackwell, 25 (4), 2001, pp. 269-274.

42 Mark Duffield, « Governing the Borderlands : Decoding the Power of Aid », art. cit., p. 310. Nous traduisons.

43 Cf. ibid., p. 311.Cf. supra, Chap. v, « Faire la guerre parmi la population ».

44 Cf. Mark Duffield, « Governing the Borderlands : Decoding the Power of Aid », art. cit., p. 312. L’auteur fait ici référence à un document réalisé en 1997 par la Banque mondiale et le Carter Center : From Civil War to Civil Society : The Transition from War to Peace in Guatemala and Liberia, July, World Bank and Carter Center, Washington and Atlanta.

45 Cf. Mark Duffield, « Governing the Borderlands : Decoding the Power of Aid », art. cit., p. 313.

46 Cf. supra, Chap. iv.

47 Marie-Claire Caloz-Tschopp, « Introduction — Mondialisation, Migration, Droits de l’homme et société. Un nouveau paradigme pour la recherche et la citoyenneté », in Marie-Claire Caloz-Tschopp et Pierre Dasen (dir.), Mondialisation, migration et droits de l’homme : un nouveau paradigme pour la recherche et la citoyenneté, op. cit., p. 22.

48 Didier Fassin, La Raison humanitaire, op. cit., p. 138.

49 Ibid., p. 10.

50 Zygmunt Bauman, Le Coût humain de la mondialisation, op. cit., p. 183.

51 Cf. Joel P. Trachtman, The International Law of Economic Migration : Toward the Fourth Freedom, op. cit., p. 11.

52 Programme des Nations unies pour le développement, Rapport mondial sur le développement humain, 2009, « Lever les barrières : Mobilité et développement humains », op. cit., p. 15.

53 Ibid., p. 16.

54 Stéphane Legrand, Les Normes chez Foucault, op. cit., p. 300.

55 Zygmunt Bauman, Le Coût humain de la mondialisation, op. cit., p. 142.

56 Ibid.

57 Sylvie Saroléa, Droits de l’homme et migrations. De la protection du migrant aux droits de la personne migrante, op. cit., p. 369 sq.

58 C.S. Can., Chiarelli c. Canada (M.E.I.), [1992], p. 734, in Sylvie Saroléa, Droits de l’homme et migrations. De la protection du migrant aux droits de la personne migrante, op. cit., p. 369.

59 Communication de la Commission au Conseil, au Parlement européen, au Comité économique et social et au Comité des régions sur l’immigration, l’intégration et l’emploi, COM(2003) 336 final, 3/6/2003, http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=COM:2003:0336:FIN:FR:PDF, p. 16. Consulté le 8 novembre 2012.

60 Ibid.

61 The Global Commission on International Migration, Migration in an interconnected world : New directions for action, Rapport 2005, http://www.queensu.ca/samp/migrationresources/reports/gcim-complete-report-2005.pdf, p. 5. Consulté le 14 mars 2013. Nous traduisons. Voir aussi Sara Kalm, « Liberalizing Movements ? The Political Rationality of Global Migration Management », art. cit., p. 34.

62 L’entrepreneur est ce sur quoi vont s’appuyer les politiques de circulation de la main-d’œuvre et les programmes de « retour » des demandeurs d’asile déboutés et des migrants en situation irrégulière. La Belgique connaît depuis 1984 un programme de retour volontaire assisté, nommé REAB (Return and Emigration of Asylum Seekers Ex Belgium. L’humour cynique de l’administration s’exprime préférentiellement dans la conception des acronymes. Rehab est la traduction parfaite de « désintox ») qui offre à ces derniers le remboursement des frais liés au retour ainsi qu’une prime. Ce programme dépend du ministre en charge de l’Intégration sociale et non de l’immigration et se veut par conséquent un instrument d’aide sociale (cf. Agence Fedasil, « Programmes et stratégies en Belgique pour le retour volontaire assisté et la réintégration dans un pays tiers », Réseau européen des migrations, Point de contact belge, Octobre 2009, http://www.emnbelgium.be/sites/default/files/publications/02b._belgium_national_report__assisted_return__reintegration_study_final_version_10dec09_fr.pdf, p. 3. Consulté le 25 mars 2013). En 2006, le programme est complété par un programme de réintégration dans le pays de retour qui est mis en œuvre par l’OIM et Caritas. Le programme de réintégration prévoit la possibilité de financer la création de micro-entreprises (cf. Rapport Migration 2010, p. 180). Les « programmes d’aide au retour volontaire et à la réintégration » (Assisted Voluntary Return and Reintegration, AVRR) promus par l’OIM sont « guidés par le principe consistant à maximiser la force et l’esprit d’entreprise [entrepreneurship] des migrants » (International Organization for Migrations, « Assisted Voluntary Return and Reintegration », Annual Report of Activities, Genève, 2010, http://www.iom.int/jahia/webdav/site/myjahiasite/shared/shared/mainsite/activities/regulating/AVRR-Annual-Report-2010.pdf, p. 17. Consulté le 25 mars 2013. Nous traduisons).

63 Immanuel Wallerstein, « La bourgeoisie : concept et réalité du xie au xxie siècle », in Étienne Balibar et Immanuel Wallerstein, Race, nation, classe. Les identités ambiguës, op. cit., p. 196.

64 Immanuel Wallerstein, Comprendre le monde. Introduction à l’analyse des système-monde, op. cit., p. 47.

65 Cf. ibid., p. 49.

66 Cf. Matthew B. Sparke, « A neoliberal nexus, Economy, security and the biopolitics of citizenship on the border », art. cit., pp. 151-180.

67 Zygmunt Bauman, Le Présent liquide. Peurs sociales et obsession sécuritaire, op. cit., p. 43.

68 Cf. Bureau international du Travail, Commission mondiale sur la dimension sociale de la mondialisation, Une mondialisation juste : créer des opportunités pour tous, Genève, 2004, http://www.ilo.org/public/french/wcsdg/docs/report.pdf, p. 51.

69 Fred Constant, « Pour une gouvernance mondiale des migrations », art. cit., p. 295.

70 Zygmunt Bauman, Le Présent liquide. Peurs sociales et obsession sécuritaire, op. cit., p. 44.

71 André Tosel, Du retour du religieux. Scénarios de la mondialisation culturelle I, op. cit., p. 36. Nous soulignons.

72 François Ewald et Denis Kessler, « Les noces du risque et de la politique », art. cit., p. 60.

73 Cf. Michel Foucault, « La politique de la santé au xviiie siècle », art. cit.

74 Cf. supra, II.7.2.

75 Programme des Nations unies pour le développement, Rapport mondial sur le développement humain, 2009, « Lever les barrières : Mobilité et développement humains », op. cit., p. 20.

76 Renforcer l’approche globale de la question des migrations : accroître la coordination, la cohérence et les synergies, Communication de la Commission au Parlement, au Conseil, au Comité économique et social européen et au Comité des régions, 8 octobre 2008, COM(2008) 611 final, p. 2.

77 André Tosel, Du retour du religieux. Scénarios de la mondialisation culturelle I, op. cit., p. 38.

78 Barbara Stiegler, « Qu’y a-t-il de nouveau dans le néo-libéralisme ? Vers un nouveau gouvernement du travail, de l’éducation et de la santé », art. cit., p. 134.

79 Accenture, « Collaborative Border Management. Adopting an end-to-end approach to border management reform and modernization to achieve high performance », 2012, http://www.accenture.com/SiteCollectionDocuments/PDF/Accenture-DPS-BIM-Collaborative-Border-Management-final.pdf.

80 Cette société détient d’ailleurs une chaire à HEC-ULg intitulée « Chaire Accenture pour la Stratégie Durable ».

81 Cf. supra, Chap. iii.

82 Cf. supra, Chap. iv.

83 Accenture, « Collaborative Border Management. Adopting an end-to-end approach to border management reform and modernization to achieve high performance », art. cit., p. 6.

84 « Are you seeking to lower costs of overall border management operations, enhance security, improve your intelligence and enforcement capability, improve trader compliance, increase efficient and effective deployment of resources, increase integrity and transparency, cut costs through reducing delays and informal payments, speed up clearance and release, or increase transparency of rules and regulations ? If so, there is congruency between CBM and your agency’s mission » (Ibid., p. 8).

85 Rutvica Andrijasevic, « From Exception to Excess. Detention and Deportation across the Mediterranean Space », art. cit.

86 Étienne Balibar, La Proposition de l’égaliberté, op. cit., p. 247. Voir aussi Bertrand Ogilvie, L’Homme jetable. Essai sur l’exterminisme et la violence extrême, Paris, Éd. Amsterdam, 2012. Étudiant la violence exercée par la mondialisation de l’économie et son « reflet inversé », sa « réaction immunitaire », qui est « avant tout rejet immédiat, implicite, inconscient, des effets directs ou indirects de la violence de l’ordre mondial » (p. 75), Bertrand Ogilvie montre qu’elle expose le sujet moderne à la « possibilité de son impossibilité ; non pas seulement à sa mort individuelle mais à la découverte que sa vie peut n’avoir de valeur pour personne, et de là, à la négation de la possibilité de sa structure » (p. 77). Les formes nouvelles de la violence qu’il diagnostique sont aussi les « symptômes du fait que les sujets ne sont plus confrontés à l’ordre des choses mais identifiés à lui » (p. 81).

87 Zygmunt Bauman, Le Présent liquide. Peurs sociales et obsession sécuritaire, op. cit., p. 66.

88 Ibid.

89 André Tosel, Du retour du religieux. Scénarios de la mondialisation culturelle I, op. cit., p. 28.

90 Pierre Dardot et Christian Laval, La Nouvelle Rraison du monde. Essai sur la société néolibérale, op. cit., p. 409.

91 Ibid., p. 437.

92 Ibid., p. 458.

93 Ibid., p. 402.

94 Cf. ibid., p. 403. « L’économie devient une discipline personnelle. M. Thatcher a donné la formule la plus nette de cette rationalité : “Economics are the method. The object is to change the soul” » (Ibid., p. 412). Il est historiquement et politiquement indéniable que la pensée d’un Hayek, par exemple, a eu une influence considérable sur le « tournant néolibéral » des années 1980. Dès l’élection de Margaret Thatcher à la tête du parti conservateur, les liens furent noués entre l’économiste-philosophe et la future Premier ministre britannique. En 1984, il fut nommé membre de l’Ordre des compagnons d’honneur par la reine Elizabeth II, sur la recommandation de Margaret Thatcher, pour ses services rendus en matière d’économie. L’influence sur le gouvernement de Ronald Reagan fut tout aussi importante.

95 Ibid., p. 403.

96 Ibid., p. 436.

97 Ibid., p. 449.

98 Frédéric Lordon, La Politique du capital, Paris, Odile Jacob, 2002, p. 8.

99 Cf. ibid., p. 12.

100 La distinction n’est pas nette, certains auteurs tels que Becker et Friedman sont étiquetés « néoclassiques ».

101 Ibid., p. 11.

102 Gilles Deleuze et Félix Guattari, Kafka. Pour une littérature mineure, Paris, Minuit, 1975, pp. 15-16.

103 Stéphane Haber, Critique de l’antinaturalisme. Études sur Foucault, Butler, Habermas, Paris, PUF, 2006.

104 Ibid., pp. 44-45.

105 Cf. VS, p. 183.

106 VS, p. 185.

107 Stéphane Haber, Critique de l’antinaturalisme. Études sur Foucault, Butler, Habermas, op. cit., p. 49.

108 Cf. Nicholas De Genova, « The Deportation Regime. Sovereignty, Space, and the Freedom of Movement », art. cit.

109 « A treacherous sort of freedom », Ibid.

110 Étienne Balibar, La Proposition de l’égaliberté, op. cit., p. 335.

111 Ibid.

112 La conférence d’où est issue ce texte date de 2007.

113 Ibid., p. 336.

114 Étienne Balibar, Nous, citoyens d’Europe. Les frontières, l’État, le peuple, op. cit., pp. 180-181.

115 Étienne Balibar, Droit de cité, op. cit., p. 87.

116 Ibid.

117 Cf. Étienne Balibar, L’Europe, l’Amérique, la guerre, op. cit., p. 170.

118 Ibid., p. 171.

119 Bertrand Ogilvie, L’Homme jetable. Essai sur l’exterminisme et la violence extrême, op. cit., pp. 74-75.

120 Citons, parmi d’innombrables initiatives, les travaux du Gisti, en France, qui, entre autres actions, publie des « notes pratiques » à l’usage des étrangers, des manuels de survie dans les méandres de la loi. Par exemple : Comment obtenir des indemnités après une décision illégale de l’administration, ou encore, Contester une obligation de quitter le territoire français, la procédure !. Cf. http://www.gisti.org/spip.php?rubrique42.

© Presses universitaires de Liège, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search