Version classiqueVersion mobile

Les frontières de la mondialisation

 | 
Denis Pieret

Chapitre V. Frontières et travail mondialisés

Texte intégral

1. Travail et mondialisation

1.1. Mondialisation

  • 1 Cf. Laurent Berger, « Capitalisme et mondialisation. De l’autonomie des trajectoires locales à l’in (...)
  • 2 Cf. ibid., p. 423.

1Ce que l’on entend par « mondialisation » fait largement débat. Le terme est avant tout en concurrence avec « globalisation » pour traduire l’anglais globalization, terme unique mais polysémique. « Globalisation » désigne généralement, d’une manière très large, le processus d’intensification des échanges et d’accélération des flux de marchandises, de techniques, de capitaux, d’informations et de populations grâce aux progrès techniques dans les domaines du transport et de la communication1. Ce phénomène cependant n’est pas neuf et a pu être identifié dans de multiples phases historiques et configurations institutionnelles. Par conséquent, l’expansion géographique des échanges qui définit le processus pluriséculaire de « globalisation » ne permet pas de comprendre l’émergence du capitalisme2.

  • 3 Cf. Philippe Beaujard, Laurent Berger et Philippe Norel, « Par-delà l’eurocentrisme : les mondialis (...)
  • 4 Ibid., p. 15.

2On ne peut donc se contenter de définir la mondialisation par la simple mise en connexion des marchés nationaux. Elle peut être analysée comme la création d’un marché mondial, où celui-ci contraint les espaces économiques nationaux et affaiblit, par l’émergence de structures non étatiques transnationales, le pouvoir de régulation des États3. Cette première conception, majoritaire chez les économistes, lie l’apparition du marché mondial à des phénomènes de convergence des prix des biens et services. Elle conduit certains d’entre eux à considérer que la mondialisation est le vecteur d’une réduction des inégalités de revenus entre pays développés et pays émergents, ce qui est largement contesté par les faits. « Sur cette base très générale (création d’un marché mondial et phénomène de convergence d’une part, dissolution partielle des espaces économiques nationaux d’autre part), il apparaît que seules deux phases de mondialisation sont clairement identifiables historiquement, depuis le milieu des années 1980 d’une part, entre 1860 et 1914 d’autre part4. »

  • 5 C’est-à-dire une « coordination décentralisée de l’ensemble des activités par le biais des prix », (...)
  • 6 Cf. ibid., p. 19.

3Mais si l’on considère la mondialisation comme la conjugaison d’une expansion géographique des productions destinées aux échanges — et par conséquent, par l’élargissement et la distribution géographique de la division du travail — et une généralisation de la rationalité économique comme mode de régulation5, on peut ajouter une période supplémentaire correspondant à la première phase de la Révolution industrielle (1750-1830). Nous conserverons cette définition, proposée par nos auteurs, du terme « mondialisation » comme la synergie entre « expansion géographique » et « changement institutionnel6 ».

  • 7 Cf. André Tosel, Du retour du religieux. Scénarios de la mondialisation culturelle I, Paris, Kimé, (...)

4Cette définition minimale peut utilement être complétée par les « thèses7 » d’André Tosel sur la mondialisation.

  • 8 Ibid., p. 21.

Ce que l’on nomme mondialisation, écrit-il, n’est rien d’autre que la forme géo-économico-politico-militaire que prend l’expansion du mode de production capitaliste au globe terrestre qu’il tend à transformer en en faisant son monde propre, résultat de son système d’action historique et de relations sociales transindividuelles8.

  • 9 Cf. ibid., p. 22.
  • 10 Ibid., p. 23.
  • 11 Ibid., p. 24.

5« Mondialisation » est le nom — finalement pléonastique — de la phase actuelle du capitalisme, dont le processus de mondialisation est une caractéristique intrinsèque depuis son apparition au xve siècle9. Tosel distingue trois phases. La première s’ouvre avec la découverte du globe terrestre, la constitution des États-nations modernes, la première industrialisation manufacturière et la colonisation pour se fermer, au début du xixe siècle avec les guerres napoléoniennes. La deuxième phase débute dans la deuxième moitié du xixe siècle avec l’essor de la grande industrie à partir de la Grande-Bretagne, « le centre du centre10 ». Intensification des échanges commerciaux, mouvements de capitaux, financiarisation du capitalisme industriel, « migrations de la misère d’un continent à l’autre », « concurrence économique et géopolitique » : « La seconde phase de la mondialisation de 1870 à 1914 atteint des proportions qui ne seront égalées qu’à la fin des années 199011. » La Première Guerre mondiale y met un terme, en déplaçant le centre de l’économie-monde vers les États-Unis. La révolution bolchevique et le développement du Welfare State dans les pays du centre imposeront une longue période stationnaire. Ce n’est qu’à la fin des années 1970 que la mondialisation capitaliste entame sa troisième phase.

  • 12 Ibid., p. 25.

Le Welfare State apparaît alors comme une forme de compromis devenue trop coûteuse pour satisfaire aux contraintes systémiques d’une accumulation capitaliste régie par la tendance constante à lutter contre la baisse du taux de profit. L’économie capitaliste invoque le libéralisme contre la société ; elle retrouve le chemin des échanges commerciaux massifs, des investissements financiers, de l’invention d’une nouvelle technologie sociale — la communication et l’information — et celui des mouvements migratoires de population12.

  • 13 Immanuel Wallerstein, Le Capitalisme historique, op. cit., p. 122.

6Il faut noter que Wallerstein conteste une quelconque nouveauté dans ce que l’on désigne par la mondialisation contemporaine. « Je doute fort qu’il existe même quelque chose de nouveau au sein du système capitaliste qu’on pourrait appeler mondialisation », écrit-il dans la postface à la deuxième édition (2002) de son livre Le Capitalisme historique (1983). Ce que Wallerstein conteste avant tout, c’est la supposée nouveauté d’un monde où les marchandises et les capitaux traversent les frontières politiques, où « les marchés importants ne sont plus nationaux mais mondiaux » et où les « États sont plus ou moins hors jeu13 ». Au contraire, il n’y a selon lui aucune différence fondamentale entre le passé de l’économie-monde et la situation contemporaine.

  • 14 Ibid., pp. 122-123.

Car, depuis quatre siècles déjà, au sein de l’économie-monde capitaliste, les marchandises et les capitaux traversent les frontières. Et depuis quatre cents ans, aucune production importante n’est exempte de la nécessité de trouver des éléments provenant de l’extérieur du pays où elle est localisée […]. Et depuis quatre cents ans, les producteurs capitalistes cherchent à vendre là où ils le peuvent, c’est-à-dire n’importe où dans le marché mondial14.

  • 15 Immanuel Wallerstein, Comprendre le monde. Introduction à l’analyse des système-monde (2004), Paris (...)

7Seuls les noms des acteurs et des lieux ont changé. La mondialisation n’est pas nouvelle, elle est un « élément fondamental du système-monde moderne depuis son origine, au xvie siècle15 ».

  • 16 Cf. ibid., p. 34.
  • 17 Wallerstein évoque trois tentatives dans l’histoire où une autorité politique a tenté de constituer (...)
  • 18 Immanuel Wallerstein, Le Système du monde du xve siècle à nos jours. Vol. 1 : Capitalisme et économ (...)
  • 19 Cf. Immanuel Wallerstein, Comprendre le monde. Introduction à l’analyse des système-monde, op. cit.(...)
  • 20 Immanuel Wallerstein, Le Système du monde du xve siècle à nos jours. Vol. 1 : Capitalisme et économ (...)

8Wallerstein identifie au xvie siècle l’apparition d’un nouveau cadre de l’activité économique qu’il nomme « économie-monde », fondée sur le concept plus général de « système-monde », emprunté à Braudel, qui désigne une « zone spatiale/temporelle qui traverse nombre d’unités politiques et culturelles, et qui constitue une zone intégrée d’activités et d’institutions régies par certaines règles systémiques16 ». L’économie-monde se distingue de la forme de l’empire17 en ce qu’elle est une entité économique et non politique18. C’est un système-monde parce qu’il est « plus vaste que toute entité politique juridiquement définie » et qu’il constitue un monde (qui n’inclut pas nécessairement le monde entier)19, et c’est une « économie-monde » parce que les liens tissés entre les parties sont d’ordre économique20.

  • 21 Ibid., p. 118.
  • 22 Ibid., pp. 83-84.
  • 23 Cf. ibid., p. 191.
  • 24 Cf. ibid., p. 254.
  • 25 Ibid., p. 315.
  • 26 Cf. Immanuel Wallerstein, Comprendre le monde. Introduction à l’analyse des système-monde, op. cit.(...)

9« L’économie-monde européenne fondée sur des méthodes capitalistes21 » suppose une division du travail selon une répartition par zones, qui fonde l’existence de l’économie-monde : centre, semi-périphérie et périphérie. Chacune de ces zones se définissait par un mode spécifique d’organisation du travail : esclavage et servage à la périphérie, métayage à la semi-périphérie et salariat et travail indépendant au centre22. Le succès des zones centrales a reposé sur l’échange de ses produits manufacturés contre les matières premières produites dans les zones périphériques23. Celles-ci offraient également une terre d’asile pour les populations paupérisées exclues du centre24. Entre le centre et la périphérie se trouvaient des zones intermédiaires : les zones semi-périphériques qui « jouent le rôle de tampons, détournant en partie les pressions politiques que certains groupes des zones périphériques dirigeraient autrement contre les États centraux et contre les groupes qui opèrent au sein de leurs appareils étatiques25 ». Ainsi, le début du xxie siècle a vu l’entrée dans les zones semi-périphériques de pays tels que le Brésil, la Corée du Sud et l’Inde26.

  • 27 Cf. Immanuel Wallerstein, Le Système du monde du xve siècle à nos jours. Vol. 1 : Capitalisme et éc (...)
  • 28 Cf. Immanuel Wallerstein, Comprendre le monde. Introduction à l’analyse des système-monde, op. cit.(...)

10La distribution en ces trois types de zones n’est pas figée dans le temps, elle évolue sans cesse au gré du développement de l’économie-monde, des zones centrales se voyant reléguées en semi-périphérie et des zones périphériques promues en semi-périphérie27. Le concept d’économie monde structurée en centre, périphérie et semi-périphérie est un concept relationnel28.

  • 29 Marc Bloch, in Cambridge History of Europe, I, p. 247, in Immanuel Wallerstein, Le Système du monde (...)
  • 30 Ibid.
  • 31 Ibid., p. 87.
  • 32 Ibid., p. 89.
  • 33 Ibid., p. 87.
  • 34 Cf. ibid.

11La périphérie se caractérise par une organisation du travail fondée sur l’esclavage et le travail contraint. « L’expérience l’a prouvé, de toutes les formes d’élevage, celui du bétail humain est l’une des plus difficiles. Pour que l’esclavage soit rentable lorsqu’il est utilisé dans des entreprises à grande échelle, il faut qu’il y ait surabondance de marchandise humaine à bas prix sur le marché — ce qui ne peut s’obtenir que par la guerre ou le rapt d’esclaves. Par conséquent, une société ne peut guère fonder l’essentiel de son économie sur la domestication d’êtres humains, à moins qu’elle n’ait à sa disposition des sociétés plus faibles à vaincre ou à piller29. » Les esclaves ne sont utiles que pour les productions ne nécessitant pas de spécialisations ni de compétences particulières, telles que la culture de la canne à sucre ou du coton. Par ailleurs, un tel mode de production n’est rentable « que si le marché est assez étendu pour que le faible profit per capita soit compensé par l’importance des quantités produites30 ». L’autre mode d’organisation du travail dans les zones périphériques est appelé par Wallerstein « travail contraint dans le cadre d’une agriculture commerciale31 ». Il consiste en une obligation, pour le paysan exploitant des terres, de consacrer une partie de son temps à produire des denrées destinées au marché mondial. Ce « second servage » doit être distingué radicalement des anciennes servitudes féodales, argumente Wallerstein ; « il s’agit d’une forme nouvelle d’organisation sociale32 ». La différence essentielle réside dans la destination des produits et dans le rapport à l’autorité centrale. Dans le système féodal, le propriétaire produisait pour une économie locale et « tirait sa puissance de la faiblesse de l’autorité centrale33 ». Dans le « second servage », le propriétaire produit pour une « économie-monde capitaliste » et son pouvoir est soutenu par la puissance de l’autorité centrale34.

  • 35 Cf. ibid., p. 102.

12Au xviie siècle, la périphérie de l’économie-monde européenne est constituée de l’Europe orientale et de l’Amérique espagnole, qui utilisent les deux systèmes de travail obligatoire que sont l’esclavage et le travail contraint dans le cadre d’une agriculture commerciale. Le cœur de l’économie-monde est formé de l’Angleterre, les Pays-Bas et le nord de la France35. Le mode d’organisation du travail s’y caractérise par la liberté de la main-d’œuvre. L’agriculture s’y trouve transformée par la multiplication des enclosures pour l’élevage et les cultures maraîchères. Corrélativement se développent dans l’Europe de l’Est, en périphérie, de grands domaines consacrés à la culture céréalière, devenue peu rentable dans le centre, accompagnée d’un mode d’organisation du travail contraint.

  • 36 Cf. ibid., p. 133.

13L’élargissement du marché avait créé, au centre de l’économie-monde, de nouveaux débouchés pour l’élevage, qui rendait plus rentables les terres à pâturage. Les zones périphériques fournissaient les céréales. Les zones centrales se spécialisèrent dans le domaine agricole, augmentèrent la productivité agricole et diversifièrent leurs activités, augmentant ainsi le besoin en ouvriers qualifiés, laissant les autres « libres » pour les développements futurs de l’industrie, mais aussi créant le problème du vagabondage partiellement résolu par l’emploi des vagabonds dans les nouvelles armées de mercenaires36.

  • 37 Ibid., p. 109.

Dans le cadre de ce système, une couche de petits agriculteurs indépendants pouvait naître et même devenir puissante grâce à sa production agricole et à ses liens avec les nouvelles industries artisanales. Avec la poussée démographique et la baisse des salaires, ces petits propriétaires « s’enrichirent », comme le dit Marx, « aux dépens de leurs ouvriers aussi bien que des seigneurs ». Ils usurpèrent (par le biais des enclosures) les terres des premiers, arguant publiquement de la nécessité d’assurer l’approvisionnement alimentaire du pays ; puis ils engagèrent les paysans dépossédés à de bas salaires, tandis qu’ils obtenaient des propriétaires de grands domaines de plus en plus de terre à des taux de fermage fixes37.

14Les zones semi-périphériques tendirent quant à elles vers une agriculture autarcique tout en abandonnant l’activité industrielle au centre. L’économie-monde dessine une division mondiale du travail, c’est-à-dire un système de spécialisations géographiquement déterminées accompagné d’une hiérarchisation de la force de travail, entre les zones centrales à haut degré de spécialisation et les zones périphériques reposant sur le travail non spécialisé.

1.2. Capitalisme

  • 38 « La tendance à créer un marché mondial est incluse dans le concept même du capital » (Karl Marx, P (...)
  • 39 Cf. Immanuel Wallerstein, Comprendre le monde. Introduction à l’analyse des système-monde, op. cit.(...)

15L’économie-monde est capitaliste et ne peut être autre. La mondialisation est indissociable du mode de production capitaliste38. C’est la raison pour laquelle Wallerstein refuse de voir une quelconque nouveauté dans la supposée mondialisation contemporaine si ce n’est le fait majeur nous serions entrés dans une nouvelle ère, celle de la crise du système capitaliste39.

  • 40 Cf. ibid., p. 44.
  • 41 Immanuel Wallerstein, Le Système du monde du xve siècle à nos jours. Vol. 1 : Capitalisme et économ (...)
  • 42 Ibid., p. 39.

16Le capitalisme ne peut être simplement défini, écrit Wallerstein, par l’existence d’un marché où sont vendus des produits destinés à réaliser des profits, ni par celle du travail salarié. Ces caractéristiques ne sont pas spécifiques au capitalisme et existent depuis des millénaires. Un système est capitaliste lorsqu’il donne la priorité à l’accumulation illimitée du capital et cela suppose des mécanismes structurels qui pénalisent ceux qui suivent une autre logique40. « Le développement d’États puissants dans les zones centrales du monde européen fut un élément essentiel du développement du capitalisme moderne41. » Les appareils étatiques apportèrent leur aide à l’appropriation des surplus, une aide « artificielle », c’est-à-dire « extérieure au marché42 ».

  • 43 Ibid., p. 313.

Le capitalisme se fonde sur la prise en charge constante des pertes économiques par des entités politiques, tandis que le profit économique est distribué à des individus “privés”. […] Ce qui fonde le capitalisme en tant que système économique, c’est le fait que les facteurs économiques jouent dans un cadre beaucoup plus large que celui qu’une seule entité politique serait en mesure de contrôler. Il s’ensuit pour les capitalistes une liberté de manœuvre qui tient aux structures mêmes du système. C’est ce qui a permis l’expansion économique constante du système-monde, en dépit d’une répartition très inégale de ses profits43.

1.3. Jobs are on the move

  • 44 World Bank, World Development Report 2013 : Jobs, Washingtion DC, World Bank, 2012, p. 20.

17Les migrations des populations à l’échelle mondiale ne peuvent être pensées sans les mouvements incessants des sites de la production mondiale des marchandises. « Jobs are on the move as well44. » Pour penser les migrations de populations, il faut tenir compte de la migration des sites de production et, donc, de la « migration des emplois » (job migration). Depuis quarante ans, les mouvements des moyens de production se sont accélérés à l’échelle mondiale renforçant et reconfigurant en permanence la division internationale du travail.

18Les enjeux liés au marché du travail sont cruciaux dans la compétition mondiale. Le rapport de la Banque mondiale sur le développement mondial y insiste :

  • 45 Ibid., p. xiv. Nous traduisons.

Les changements démographiques, le progrès technologique et les effets persistants de la crise financière internationale réorganisent le panorama de l’emploi dans de nombreux pays autour du globe. Les pays qui s’adaptent avec succès à ces changements et relèvent le défi du travail peuvent augmenter spectaculairement leur niveau de vie et leur productivité, et former des sociétés plus unies [more cohesive societies]. Ceux qui échoueront laisseront passer les effets transformateurs du développement économique et social45.

19Le Capital de Marx résonne en creux dans les phrases suivantes extraites du même rapport :

  • 46 Ibid., p. 2. Nous traduisons.

L’emploi [jobs] est la pierre angulaire du développement économique et social. En effet, le développement est produit par le travail [jobs]. Les gens travaillent à se sortir [work their way out] de la pauvreté et de la privation grâce à de meilleurs moyens de subsistance [better livelihoods]. Les économies croissent tandis que les gens améliorent leurs compétences et qu’ils quittent les fermes pour les firmes, tandis que des emplois plus productifs sont créés et que les moins productifs disparaissent46.

  • 47 Karl Marx, Principes d’une critique de l’économie politique, op. cit., p. 255.
  • 48 Karl Marx, Le Capital, op. cit., Livre I, Chap. xxiv, § 1, p. 803.
  • 49 Ibid., p. 804.

20People work their way out of poverty. La locution « to work one’s way out » masque la violence sous-jacente à la pauvreté dont les populations ont à s’extirper. La pauvreté semble donnée, comme un fait de nature qui pousserait au travail ceux qui s’y trouvent pris. C’est par le travail que les individus s’extrairaient de la pauvreté. Mais, malgré son caractère usuel, cette formule ne parvient pas à détourner l’attention du lecteur un tant soit peu éveillé à la pensée de Marx et à l’idée que « le concept d’ouvrier libre implique que l’ouvrier est pauper : virtuellement miséreux47 ». Le rapport de la Banque mondiale répète ainsi la légende de la « prétendue accumulation initiale » qui raconte l’histoire d’une « élite laborieuse […], intelligente et avant tout économe » et d’une « bande de canailles fainéante », lorsque « les uns accumulèrent de la richesse et que les autres n’eurent en définitive rien d’autre à vendre que leur peau48 ». C’est la même « idylle » que Marx jugeait déjà rabâchée qui est sous-entendue ici, celle qui feint d’ignorer l’histoire réelle dans laquelle « le premier rôle est tenu par la conquête, l’asservissement, le crime et le pillage, en un mot, par la violence49 ».

  • 50 Ibid.
  • 51 Cf. Immanuel Wallerstein, Le Système-monde du xve siècle à nos jours. Vol. 1 : Capitalisme et écono (...)

21They move from farms to firms. De la ferme à la firme, l’allitération esthétise cette fausse évidence : la pente du progrès est naturelle, semble-t-il. Mais combien d’expropriations pour creuser cette pente, pour qu’il ne reste au paysan que sa force de travail à mettre sur le marché ? Les travailleurs qui pourront vendre « librement » leur force de travail aux propriétaires de moyens de production doivent préalablement être libérés. Ils sont rendus libres « en ce double sens qu’ils n’appartiennent pas plus eux-mêmes immédiatement aux moyens de production et de consommation, comme c’est le cas des esclaves, des serfs, etc. que les moyens de production ne leur appartiennent, comme c’est le cas pour le paysan indépendant, etc. qu’ils en sont au contraire détachés, libérés et affranchis50 ». La naissance du secteur industriel avait été avant tout rendue possible par la transformation radicale de l’agriculture qui, dans le centre de l’économie-monde, introduisit une forme d’organisation du travail fondée sur la « liberté »51. La caractéristique de l’économie-monde est l’objectif d’accumulation illimitée du capital. Celle-ci produit une division internationale du travail. Il importe, pour les agents de l’accumulation, que la force de travail soit disponible selon les nécessités immédiates de la production.

  • 52 World Bank, World Development Report 2013 : Jobs, Washingtion DC, World Bank, 2012, p. 9. Nous trad (...)

22Les pays en développement doivent ainsi répéter l’accumulation initiale et la mise en liberté de la force de travail qui l’accompagne : « De meilleurs rendements dans le secteur de l’agriculture, la migration de membres de la famille vers les villes et la transition vers l’emploi salarié sont les jalons qui tracent le chemin de la prospérité52. » L’appel à la mobilisation est lancé.

*

  • 53 Cf. Étienne Balibar, L’Europe, l’Amérique, la guerre. Réflexions sur la médiation européenne, Paris (...)
  • 54 Étienne Balibar, « De la lutte des classes à la lutte sans classes ? », in Étienne Balibar et Imman (...)

23C’est ainsi que se répète l’histoire du salariat qui repose à la fois sur la libération de la force de travail des contraintes des systèmes traditionnels d’autorité et sur l’encadrement différentiel de ses mouvements53. Plus largement, la Banque mondiale rabâche ici encore les discours illusoires sur le développement qui prétendent qu’il suffirait de laisser faire le temps et la « modernisation » pour que les inégalités au sein de l’économie-monde se nivellent. C’est oublier que « la distinction (mouvante) du centre et de la périphérie de l’économie-monde correspond […] à une distribution géographique et politico-culturelle des stratégies d’exploitation. […] La valorisation du capital dans l’économie-monde implique que pratiquement toutes les formes d’exploitation historiques soient simultanément utilisées : des plus “archaïques” (le travail non payé des enfants dans les manufactures de tapis marocaines ou turques) jusqu’aux plus “modernes” (la recomposition des tâches dans les industries de pointe informatisées), des plus violentes (le péonage agricole dans les domaines sucriers du Brésil) jusqu’aux plus civilisées (le contrat collectif, la participation au capital, le syndicalisme d’État, etc.)54 ». La réduction des inégalités à l’échelle de l’économie-monde capitaliste est une contradictio in terminis.

1.4. L’accumulation par dépossession

  • 55 Karl Marx, Le Capital, op. cit., Livre I, Chap. xxiv, § 1, p. 804.
  • 56 Cf. David Harvey, Le Nouvel Impérialisme, op. cit., p. 174.
  • 57 Cf. ibid., p. 175.

24David Harvey nomme le renouvellement de l’accumulation initiale « accumulation par dépossession ». Celle-ci se distingue — tout en s’y articulant — de l’accumulation de la survaleur produite par l’exploitation du travail salarié (l’« accumulation élargie ») ; elle résulte de l’expropriation des détenteurs de ressources au profit du capital. Ce geste réintroduit dans l’analyse contemporaine du capitalisme le rôle durable des pratiques prédatrices et violentes associées à l’accumulation initiale. L’accumulation initiale (« primitive » ou « originelle ») est toujours en cours, elle est intrinsèque à la poursuite du procès de valorisation du capital. Les exemples contemporains ne manquent pas pour illustrer le large éventail des méthodes de l’accumulation initiale décrites par Marx, qui sont « tout ce qu’on voudra sauf idylliques55 » : expropriation de populations rurales, privatisation de ressources relevant de la propriété commune, privatisation d’industries nationales, industrialisation de l’agriculture familiale, jusqu’au maintien de certaines formes d’esclavage56. Certains de ces moyens ont été améliorés depuis le xixe siècle comme le système de crédit qui permet aujourd’hui de maintenir des populations entières dans une forme de servage pour dette57.

1.5. Spatio-temporal fixes

25David Harvey forge le concept de spatial fix afin d’expliquer le mécanisme par lequel le capitalisme tente d’éviter les crises de suraccumulation inhérentes à son fonctionnement. La suraccumulation entraîne la formation d’un surplus de travail et de capital, au risque d’une dévalorisation.

  • 58 Ibid., p. 114.

De telles crises se manifestent typiquement par des surplus de capitaux (sous la forme de marchandises, d’argent ou de capacités de production) et de force de travail juxtaposés, sans qu’il n’y ait apparemment aucun moyen de les combiner avec profit pour accomplir des tâches socialement utiles58.

  • 59 Cf. Nicolas Vieillescazes, « Spatialiser le marxisme, marxiser la géographie : Le matérialisme hist (...)

26Pour éviter de dévaloriser les excédents de capitaux, il faut trouver des moyens de les absorber. Le spatial fix offre une solution momentanée, un bricolage qui prépare, en même temps qu’il la reporte, la prochaine crise. Le traducteur de Géographie de la domination ne traduit pas spatial fix à cause de la polysémie du terme fix qui désigne à la fois une fixation dans l’espace, une solution de fortune et le soulagement éphémère du manque de drogue, soulagement qui appelle de manière inéluctable sa répétition indéfinie jusqu’à la crise majeure59.

  • 60 David Harvey, Le Nouvel Impérialisme, op. cit., p. 136.
  • 61 Ibid.
  • 62 Ce que les économistes nomment « investissement en capital humain ».
  • 63 Ibid.
  • 64 Cf. ibid., p 146.

27La crise peut être évitée par un « transfert dans le temps60 » ou des « transferts dans l’espace61 ». Les investissements dans le temps (parcs industriels, ports et aéroports, réseaux de transports et de communication, systèmes d’eau et d’égouts, logements, hôpitaux, écoles62, etc.) produisent de la « régionalité63 », un espace délimité constitué comme région. Lorsque les surplus de capital et de travail sont exportés, il y a création d’un nouvel espace régional, comme ce fut le cas au xixe siècle quand la Grande-Bretagne les achemina vers les États-Unis, l’Afrique du Sud, l’Australie et le Canada64.

  • 65 Cf. ibid., p. 142.

28Ces « aménagements » possèdent une double dimension spatiale : ils consistent en une fixation, une immobilisation des excédents (le capital est littéralement ancré dans le sol65) et ils sont producteurs d’une nouvelle géographie parce qu’ils créent de nouveaux espaces pour une extension de la circulation des marchandises et du travail. Par ailleurs, par le fait que l’investissement ne sera rentable qu’à long terme et que le fix est une solution temporaire qui appellera toujours sa répétition, celui-ci est un report dans le temps. L’aménagement spatial contient toujours une dimension temporelle ; le spatial fix est toujours un spatio-temporal fix.

  • 66 Cf. David Harvey, Géographie de la domination (2001), op. cit., pp. 114-115.
  • 67 Ibid., p. 115.

29La logique capitaliste doit donc se comprendre dans le cadre des réaménagements indissociablement spatiaux (l’expansion géographique dans des zones jusque-là « non développées ») et temporels (tous les capitaux ne circulent pas à la même vitesse et l’expansion géographique nécessite des investissements à long terme : transports, réseaux de communication, éducation, etc.)66. C’est ainsi que le capital circule dans l’espace en créant « sa propre géographie historique67 ».

1.6. Circulation à vitesse variable

  • 68 Ibid., pp. 86.
  • 69 Karl Marx, Principes d’une critique de l’économie politique, op. cit., p. 251.
  • 70 Ibid.

30Le capitalisme s’efforce de s’affranchir de l’espace, d’« annihiler l’espace par le temps68 », écrit Harvey en citant Marx. Le temps de circulation du capital doit idéalement tendre vers zéro. Il apparaît « comme une limite à la productivité du travail69 », il diminue la plus-value et entrave ainsi le processus d’autovalorisation du capital. Le capital vise ainsi à « anéantir l’espace temporellement, c’est-à-dire à resserrer au minimum le temps nécessaire pour aller d’un point à un autre70 ».

  • 71 Ibid.

Plus le capital est développé, plus étendu le marché qui constitue le trajet de sa circulation, et plus il tend, parallèlement, à une extension spatiale croissante du marché et à une abolition croissante de l’espace au moyen du temps [… ]71.

  • 72 David Harvey, Géographie de la domination, op. cit., p. 86.

31Mais, ajoute Harvey, abolir l’espace demande paradoxalement de produire de l’organisation spatiale. Rendre les flux de plus en plus continus, augmenter la vitesse de circulation des marchandises et des capitaux, réclame une reconfiguration permanente de l’espace tendant à le rendre insensible. C’est là la contradiction que signale Harvey : « L’organisation spatiale est nécessaire au dépassement de l’espace72. »

  • 73 David Harvey, Le Nouvel Impérialisme, op. cit., p. 126.

Les mouvements fluides au travers de l’espace peuvent être accomplis seulement en fixant certaines infrastructures physiques dans l’espace. Voies ferrées, routes, aéroports, équipements portuaires, réseaux câblés, systèmes de fibres optiques, infrastructures électriques, conduites d’eau, système d’égouts, pipelines, etc., représentent « du capital fixe encastré dans le sol » [… ]73.

  • 74 Cf. ibid.
  • 75 David Harvey, Géographie de la domination, p. 70.
  • 76 Cf. ibid., p. 71.

32Le capital fixe rivé au sol, immobile, est à la fois la condition du procès de valorisation du capital et son entrave. Il rend possible et améliore la mobilité des autres formes de capital et de la force de travail tout en freinant les relocalisations des activités capitalistes74. La production — contradictoire — d’espace du capitalisme s’inscrit dans un processus de formation et de résolution temporaire des crises inhérentes à celui-ci, dont elle est à la fois une des causes et le moyen d’en sortir. Le fonctionnement du capitalisme est tel que, pour éviter une crise de surplus, des capitaux et de la force de travail en surplus sont alloués à des investissements dont le « temps de gestation75 » est relativement long : infrastructures favorisant la production scientifique et technologique, la circulation des marchandises et de l’information, l’éducation, la santé, les services sociaux. Ces investissements à long terme — c’est-à-dire le ralentissement de la vitesse de circulation du capital — contribuent à accélérer la vitesse de rotation de la partie restante. Un équilibre dynamique peut se produire de telle manière que les surplus sont absorbés dans la création d’infrastructures qui entraînent à leur tour la formation de nouveaux surplus76. Mais la dynamique est régulièrement enrayée par des crises de dévaluation du capital et du travail.

33L’un des problèmes que Harvey met en évidence est lié au temps nécessaire pour transformer les structures du travail.

  • 77 Ibid., p. 72.

Les fabricants de chaussures au chômage ne peuvent instantanément devenir des scientifiques ; de même, il faudrait qu’un employé de la voierie soit bourré de talent pour pouvoir, si la situation l’exigeait, se reconvertir facilement dans l’enseignement. La force de travail n’étant pas qualitativement homogène, les surplus relevant d’un type donné ne peuvent instantanément être absorbés ailleurs77.

34L’une des difficultés du spatio-temporal fix est donc de composer avec la relative inertie de la force de travail, dans sa dimension qualitative. La main-d’œuvre disponible sur le marché du travail est toujours susceptible de ne pas être adéquatement formée aux nouvelles demandes liées à la réallocation des surplus du capital. Les projets de développement d’une gestion de la migration à large échelle se justifient ainsi non pas parce qu’il manque des travailleurs, en termes quantitatifs, mais parce que les travailleurs proches géographiquement ne sont pas nécessairement prêts. C’est ici que le concept marxien de surpopulation relative (la fameuse armée industrielle de réserve) garde toute sa pertinence.

1.7. Nécessité d’une surpopulation relative

  • 78 Karl Marx, Le Capital, op. cit., Livre I, Chap. xxiii, § 3, p. 709.
  • 79 Ibid., p. 708.

35Le procès de l’accumulation capitaliste réclame, pour que les surplus de capital puissent trouver un usage dans de nouveaux marchés et sur de nouveaux territoires, que « de grandes masses humaines doivent pouvoir être jetées tout à coup sur les points les plus décisifs et sans toucher à l’échelle de production dans d’autres sphères. La surpopulation les fournit78 ». La surpopulation ouvrière, l’« armée industrielle de réserve » est le « matériau humain constamment prêt et exploitable pour les besoins changeants de [la] valorisation du capital79 ».

  • 80 Ibid.
  • 81 Le processus des enclosures, aux xvie et xviie siècles fut déterminant dans la formation d’un surpl (...)
  • 82 Karl Marx, Le Capital, op. cit., Livre I, Chap. xxiii, § 3, p. 710.
  • 83 Ibid., p 717.

36Cette armée de réserve ne se trouve bien entendu pas donnée, comme si elle était offerte par la nature aux besoins du capital. Elle est un produit du procès capitaliste, elle « appartient de façon si entière et absolue au capital, qu’on pourrait croire qu’il l’a élevée au biberon, à ses propres frais80 ». La surpopulation résulte de la « libération81 » constante d’une partie des travailleurs, de la « transformation permanente d’une partie de la population ouvrière en bras inoccupés ou à demi occupés82 ». La surpopulation n’est pas une extériorité du procès de production, elle en fait partie intégrante comme son effet et la condition de sa perpétuation, se constituant en « arrière-plan sur lequel évolue la loi de l’offre et de la demande en travail83 ».

37La réserve permet un ajustement au plus près de la demande de travailleurs, comme l’exprime nettement un professeur d’économie politique à Oxford cité par Marx :

  • 84 H. Merivale, Lectures on Colonization and Colonies, London, 1841 and 1842, v. I, p. 146, in ibid., (...)

Supposons qu’à l’occasion d’une crise, la nation fasse un grand effort et se débarrasse par l’émigration de quelque cent mille bras superflus, quelle en serait la conséquence ? Dès la première réapparition de la demande de travail, il y aurait un manque. Si rapide que puisse être la reproduction humaine, il lui faut de toute façon l’intervalle d’une génération pour remplacer des travailleurs adultes. Or les profits de nos fabricants dépendent principalement du pouvoir qu’ils ont d’exploiter le moment favorable où la demande est vive et de se dédommager ainsi pour la période de ralentissement. Ce pouvoir ne leur est assuré que par le commandement qu’ils exercent sur les machines et le travail manuel. Ils doivent pouvoir trouver sur place des bras disponibles ; ils doivent être capables de régler en hausse ou en baisse le niveau d’activité de leurs opérations, quand cela est nécessaire, selon l’état du marché, sinon ils ne pourraient jamais maintenir, dans cette vraie chasse à courre qu’est la concurrence, la prépondérance qui est la leur et sur laquelle est fondée la richesse de ce pays84.

  • 85 Ibid., p. 719.
  • 86 Cf. ibid.
  • 87 Ibid.
  • 88 Ibid., p. 722.
  • 89 Ibid., p. 723.

38La surpopulation relative prend trois formes : flottante, stagnante et latente. La surpopulation flottante est composée des travailleurs de l’industrie qui oscillent entre emploi et chômage, qui sont « tantôt poussés, tantôt réattirés85 ». La surpopulation stagnante est formée par la partie de l’« armée ouvrière active » qui n’est que très irrégulièrement occupée86. « Elle se recrute en permanence parmi les surnuméraires de la grande industrie et de l’agriculture, et notamment dans les branches d’industrie en train de péricliter [… ]87. » Elle « habite les sphères inférieures du paupérisme88 ». On y compte notamment ceux qui sont âgés, ceux qui sont abîmés par le travail et les victimes des dangers de l’industrie. La production du paupérisme « est comprise dans la production de la surpopulation relative, sa nécessité dans la nécessité de celle-ci, il constitue avec elle une condition d’existence de la production capitaliste et du développement de la richesse89 ».

  • 90 Ibid., p. 721.
  • 91 Ibid.
  • 92 Cf. David Harvey, Le Nouvel Impérialisme, op. cit., p. 169.
  • 93 Cf. ibid.

39La surpopulation latente est la population rurale qui, dans la mesure où la production capitaliste a mis la main sur l’agriculture, se trouve en permanence sur le point de quitter la campagne pour la ville, « de faire le saut dans le prolétariat urbain ou manufacturier, et en train de guetter les circonstances favorables à cette conversion90 ». L’afflux de travailleurs quittant « les fermes pour les firmes » — pour reprendre la formule de la Banque mondiale — suppose en amont, à la campagne, des conditions telles que l’ouvrier agricole se trouve réduit au minimum de salaire et ait toujours « un pied dans le marécage fangeux du paupérisme91 ». L’armée industrielle de réserve latente est également composée de populations extérieures92, celles des colonies avant la décolonisation et celles des « pays en développement » d’aujourd’hui. Ces populations semblent a priori se trouver en dehors du système capitaliste alors qu’en réalité, elles sont d’abord jetées hors du système et par là mises à disposition à des fins d’accumulation futures93. C’est en ce sens que Balibar décrit le marché comme une institution qui « ne connaît d’exclusion qu’intérieure » :

  • 94 Étienne Balibar, Les Frontières de la démocratie, op. cit., p. 202.

Comment peut-on se trouver « exclu du marché » ? […] Les chômeurs sont exclus du marché en tant que vendeurs de force de travail sans acheteur, et par conséquent immédiatement sans usage. Les pauvres sont exclus du marché en tant que consommateurs sans ressources ou que débiteurs solvables — et nous voyons se multiplier aujourd’hui les institutions qui précisément définissent ce statut du débiteur solvable, ou en tout cas l’encadrent comme un « mineur », c’est-à-dire le répriment et le protègent. Mais, en un autre sens, il est bien clair que personne ne peut être exclu du marché, tout simplement parce que personne ne peut en sortir, parce que le marché est une forme ou une « formation sociale » qui ne comporte pas d’extérieur. Autrement dit, quand on expulse quelqu’un du marché, c’est qu’en réalité, fonctionnellement ou non, on le maintient sur ses marges, et ses marges sont toujours encore son intérieur. Le marché n’est-il pas cette structure ou institution sociale paradoxale, peut-être sans précédent dans l’histoire, qui inclut toujours encore ses propres « marges » (et donc ses propres « marginaux »), et qui finalement ne connaît d’exclusion qu’intérieure ? […] comment « sortir » de la ville marchande quand la ville marchande est la cosmopolis, la ville mondiale ? Il n’y a pas de franchise par rapport au marché, sinon dans l’utopie ou dans la mort94.

  • 95 Karl Marx, Le Capital, op. cit., Chap. xxiii, § 3, p. 713.

40Ainsi, d’une part, les travailleurs locaux maintenus en situation de chômage exercent une pression sur les travailleurs occupés ; les uns sont condamnés à une « oisiveté forcée par le surcroît de travail [des autres]95 ». D’autre part, la population migrante doit être maintenue sur le qui-vive et gérée adéquatement pour qu’une réponse immédiate soit apportée aux nouvelles réallocations du capital. Intégrer dans l’analyse du phénomène migratoire la lecture de David Harvey permet de mettre en évidence le mouvement dialectique et aporétique et d’intégrer la notion d’armée de réserve dans une perspective qui révèle une contradiction : une surpopulation relative est nécessaire et produite, mais sa production même est le vecteur de fixations dans l’espace de populations ancrées à un territoire, fixations qui induisent à leur tour des velléités de restriction du mouvement des autres.

41Cela signifie que, à l’instar de la gestion différenciée dans le temps du capital, de la production de vitesses variables de circulation de celui-ci, il est nécessaire de produire des variations de vitesse de circulation de la force de travail. C’est là le cœur du projet de migration management.

*

42Nous l’avons souligné plus haut : le migration management se présente comme une solution pacificatrice aux conflits accompagnant généralement les questions liées aux migrations des populations. L’analyse marxienne de David Harvey permet de contester à la racine cette prétention. Les tensions logent au sein même du procès de circulation du capital dans l’espace. Nous le citons ici longuement, étant donné le caractère à la fois limpide et synthétique de ces lignes.

  • 96 David Harvey, Géographie de la domination, op. cit., pp. 92-94.

Considérons maintenant la mobilité géographique de la force de travail. On rencontre ici toutes sortes de courants complexes et antagonistes, qui nous conduisent néanmoins à un résultat similaire. Du point de vue du développement d’ensemble du procès capitaliste, la libre mobilité géographique de la force de travail, ainsi que son adaptation aux variations de circulation du capital, apparaissent comme des conditions nécessaires. D’autre part, les capitalistes individuels préfèrent très clairement que la force de travail et l’offre de travail captive soient stables et fiables (et qu’il existe des surplus adéquats de force de travail, qui leur permettront de s’assurer un contrôle sur le procès de travail et sur le niveau des salaires). Dans cette optique, ils peuvent soutenir activement les processus fondamentaux de la reproduction sociale (éducation, religion, santé, services sociaux, voire aide sociale), dans la mesure où ils sont adaptés à la production et à la préservation d’une certaine quantité et qualité de force de travail sur un territoire donné. Ils peuvent aussi soutenir des initiatives étatiques destinées à restreindre la mobilité de la force de travail. Les travailleurs sont quant à eux confrontés à un dilemme similaire. Lorsqu’il leur est impossible de s’arracher complètement au salariat, ils peuvent aller chercher ailleurs une amélioration de leur salaire réel, de leurs conditions de travail, et ainsi de suite. L’ironie est ici que le procès de développement capitaliste s’appuie précisément sur ce type de comportement afin de coordonner dans l’espace l’offre et la demande de force de travail. Mais les travailleurs peuvent aussi améliorer leur condition s’ils restent au même endroit, s’organisent collectivement et luttent pour une vie meilleure. Ils peuvent, dans cette optique, bâtir leurs propres infrastructures physiques et sociales (ou coopter celles que promeut la bourgeoisie), lutter pour le contrôle de l’appareil d’État et, du même coup, se donner plus de moyens d’améliorer leur existence. En cas de réussite, ils peuvent eux aussi soutenir des mesures destinées à limiter la libre mobilité géographique de la force de travail (en particulier, l’immigration). Capitalistes comme travailleurs se trouvent donc confrontés à la tension entre la libre mobilité géographique et les processus de reproduction organisés sur un territoire délimité96.

  • 97 Nous contestons sur ce point la conception de Zygmunt Bauman qui affirme que « le capital s’étant é (...)
  • 98 David Harvey, Géographie de la domination, op. cit., p. 94.

43La mobilité de la force de travail est une condition nécessaire du procès de développement capitaliste, dans sa dimension mondialisante97. Mais localement, une main-d’œuvre doit être stable. Du point de vue du travailleur, son intérêt immédiat peut être d’émigrer pour se diriger vers des espaces où il pourra espérer de meilleures conditions de vie. Mais, collectivement, les travailleurs ancrés durablement sur un territoire peuvent agir de concert pour améliorer leur existence, et cela, éventuellement, au détriment de la mobilité des autres. Cet aspect, disons : populationnel, du problème est évidemment un corollaire du principe de production de l’espace propre au capitalisme exposé supra. Idéalement, le capital doit pouvoir circuler sans frottement pour continuer de produire de la valeur. Dans cette perspective, la mobilité de la force de travail doit donc être rendue la plus fluide possible. Mais la mobilité du capital et celle de la force de travail nécessitent des infrastructures spatiales stables — la production d’une géographie — et par conséquent, la fixation d’une force de travail et la préservation des conditions de sa stabilité, au détriment de la mobilité généralisée idéale. « Une part du capital et de la force de travail doit être immobilisée dans l’espace, figée sur place, afin de favoriser la liberté de mouvement de la partie restante98. »

2. Production d’espace, production de frontières

  • 99 Étienne Balibar, Droit de cité. Culture et politique en démocratie, op. cit., p. 60.

L’« État européen » est un fantôme : officiellement dépourvu de souveraineté, il n’en développe pas moins de façon continue ses domaines d’intervention, ses capacités de négociation avec les centres de décision économique. Il s’agit d’une somme de pratiques étatiques dont le centre exact de légitimité, d’autorité et de publicité reste obscur à ceux mêmes qui — théoriquement — l’occupent99.

  • 100 Étienne Balibar, Europe, constitution, frontière, Éd. du Passant, 2005, p. 95.
  • 101 Ibid. C’est à partir de cet état de fait, du constat qu’il n’y a pas de frontières de l’Europe mais (...)

44Pour l’étude des frontières dans le contexte de la « troisième mondialisation », l’Union européenne constitue un lieu d’examen intéressant. L’Europe est un « pays de frontières100 », une « zone-frontière aux multiples dimensions, qui nous place à la fois au contact et à distance de toutes les régions de la planète, une sorte de “frontière-monde”101 ».

45Premièrement, son organisation brouille d’emblée la lecture étatique classique des frontières et oblige à un premier écart par rapport à la définition classique de la frontière. Deuxièmement, elle intègre largement dans ses enceintes et, consécutivement, dans les travaux, les législations, les communications et les pratiques qui en sont issus, des acteurs non étatiques (groupes de pression, think tanks, centres d’études, ONG, OIG). Enfin, elle emprunte des pratiques à d’autres États (par exemple, la « solution du Pacifique » présentée supra).

2.1. Frontière et territoires — Éléments historiques

46La frontière européenne ne peut être dessinée nettement, ni dans son concept ni dans son effectivité. Le territoire européen, en tant qu’il serait défini par l’espace d’exercice du droit communautaire, est déjà problématique : les frontières extérieures de l’Union européenne à vingt-huit ne coïncident pas avec celles de l’espace Schengen et du droit qui y est associé. Les clauses d’exemption (opt-out), les restrictions temporaires et l’admission dans l’espace Schengen d’États non membres de l’Union rendent floue la délimitation de l’Europe. En vérité, aucun critère géographique n’entre dans la définition des frontières européennes. Les frontières de l’Union ne sont actuellement définies que par les critères d’adhésion décidés lors du Conseil européen de Copenhague de 1993, qui s’énoncent comme suit :

  • « le critère politique : la présence d’institutions stables garantissant la démocratie, l’État de droit, les droits de l’homme, le respect des minorités et leur protection ;

  • le critère économique : l’existence d’une économie de marché viable et la capacité à faire face aux forces du marché et à la pression concurrentielle à l’intérieur de l’Union ;

    • 102 Cf. « Critères d’adhésion (critères de Copenhague) », http://europa.eu/legislation_summaries/glossa (...)

    le critère de l’acquis communautaire : l’aptitude à assumer les obligations découlant de l’adhésion, et notamment à souscrire aux objectifs de l’Union politique, économique et monétaire102. »

47Nul critère géographique donc. En outre, aborder les frontières de l’Europe depuis les mouvements migratoires et depuis les effets de la politique et du droit d’asile et d’immigration permet d’envisager celle-ci d’une tout autre manière que selon son aspect strictement institutionnel. Les frontières européennes, sous l’angle des migrations, apparaissent indistinctes et mobiles. Elles se multiplient et se ramifient à l’intérieur et à l’extérieur de l’espace formé — approximativement, faut-il le rappeler — par les vingt-huit et que l’on trouve tracé sur les cartes. La construction de l’Europe est, dans sa matérialité, complexe et souple et se joue à différents niveaux. Les espaces sont sans cesse réorganisés.

  • 103 Cf. Ilkka Laitinen, « Fields of Action and Conceptual Approaches of Integrated European Border Secu (...)

48L’établissement d’une gestion des frontières européennes, notamment par l’action de l’agence Frontex, entraîne une profonde mutation de la conception même de la frontière. En 2006, le directeur exécutif de Frontex, le finlandais Ilkka Laitinen, présentait les « approches conceptuelles de la sécurité aux frontières intégrées de l’Europe103 » et le modèle à quatre niveaux de la sécurité aux frontières (four tier border security concept) qui anime l’agence. Les quatre plans où se joue l’action du border management se situent 1) à l’intérieur des frontières de l’espace européen, 2) sur la frontière même, 3) dans les zones transfrontalières (notamment maritimes) et 4) au-delà de la frontière. Frontex conceptualise et tente de mettre en application le concept d’une frontière potentiellement extensive, une frontière qui existe et est à surveiller aussi bien dans les espaces intérieurs, par le contrôle des sans-papiers et les programmes de « retour », qu’au large de la frontière par l’interception au plus loin des candidats non désirés à l’immigration. Les zones de transit mais aussi les lieux de départ sont ainsi repris dans le même modèle d’une frontière ubiquiste.

  • 104 Étienne Balibar, Europe, constitution, frontière, op. cit., p. 133.

[Les frontières] sont progressivement délocalisées et acquièrent ainsi une sorte d’ubiquité. Leur tracé théorique est redoublé par de multiples points de contrôle au milieu des territoires des États européens, il migre lui-même partout où se déploient les opérations de police plus ou moins violentes contre les « clandestins » et ce qu’on appelle de façon extensive les « réseaux » censés les organiser et assurer leur survie [… ]104.

  • 105 Si le droit construit la fiction de la frontière comme une ligne délimitant un territoire, il ne fa (...)
  • 106 Gérard Cornu, « Frontière », art. cit., p. 431. Voir aussi Rutvica Andrijasevic, « From Exception t (...)

49Traditionnellement depuis la formation des États modernes, la frontière était une ligne de séparation entre deux territoires souverains distincts et juridiquement équivalents105. La frontière moderne est une double ligne bilatérale qui se traverse. Juridiquement, la définition de la frontière paraît claire : c’est une « ligne séparant les territoires de deux États106 ». Classiquement, la conception de la frontière repose sur une connexion stricte entre État et territoire et sur une distinction fondamentale entre intérieur et extérieur.

  • 107 Claude Blumann, « Frontières et limites », in Société Française pour le Droit International, La Fro (...)
  • 108 Cf. Jean Nouzille, Histoire de frontières. L’Autriche et l’Empire ottoman, op. cit., p. 23.
  • 109 Cf. ibid., p. 40.
  • 110 Cf. ibid., pp. 46 et 256. Il serait intéressant d’étudier de manière approfondie les liens entre le (...)
  • 111 L’anglais dispose de deux termes distincts alors que le français est obligé d’apposer un terme dist (...)
  • 112 Claude Blumann, « Frontières et limites », art. cit., p. 5.
  • 113 Ibid.

50Cette conception de la frontière comme ligne n’est cependant pas un invariant historique et diffère radicalement du limes romain. « À Rome, la frontière est en perpétuel devenir. Elle n’est que le point d’arrêt provisoirement atteint par les légions en marche. Et même lorsqu’elle tend à se consolider, elle n’est pas une limite brutale. Au contraire, c’est une zone de transition, de commerce, de communication entre le monde romain et le monde barbare107. » Elle n’est pas non plus le résultat d’un accord entre l’Empire et ses voisins, ni la limite stricte du monde romain. D’une part, parce qu’elle n’est qu’un point d’arrêt provisoire et une zone de départ pour des opérations futures et, d’autre part, parce qu’elle est prolongée par des avant-postes (stationes). Enfin, la frontière romaine ne délimite pas le territoire de sa juridiction mais la zone de départ de son expansion territoriale108. Au ve siècle, les frontières de l’Empire romain ne sont plus assurées et le concept s’estompe avec leur disparition. Le système politique du Moyen-Âge, fait de superpositions d’autorités sur un même espace géographique et de liens personnels, entraînera dans le flou le concept de frontière109. Il faudra attendre la Renaissance et l’apparition des États modernes pour le voir réapparaître. Sous des contraintes juridiques et démographiques, mais aussi grâce à l’apparition des cartes topographiques et de l’imprimerie110, la frontière-zone va céder la place à la frontière-ligne111. Contraintes juridiques : « Le principe fondamental de l’exclusivisme de la compétence territoriale implique que les frontières soient rigoureusement fixées112. » Contraintes démographiques : « Il est loin le temps où les peuples pouvaient se réserver des zones de sécurité et s’étaler sur des territoires immenses. L’espace est compté, alors que la population du globe augmente113. »

  • 114 Florence Poirat, « Territoire », in Denis Alland et Stéphane Rials (dir.), Dictionnaire de la cultu (...)
  • 115 Étienne Balibar, Europe, constitution, frontière, op. cit., p. 101.
  • 116 Il faut immédiatement apporter un addendum à ce raccourci, afin d’éviter tout contre-sens. Nous ne (...)
  • 117 Claude Blumann, « Frontières et limites », art. cit., p. 6.

51Les frontières au sens classique sont produites par les différents sujets de droit international, principalement les États, et délimitent des territoires. Le territoire peut être considéré comme un élément constitutif de l’État, ce sans quoi, avec la population et le gouvernement, il « ne peut se former et continuer à exister114 ». Le territoire est indissociable de l’institution de la souveraineté politique, de la frontière et du gouvernement des populations. « Les tracés de frontières qui permettent de faire clairement la différence entre le national et l’étranger expriment par là même un pouvoir de stabiliser les populations, de contrôler leurs mouvements et de les attacher à un territoire déterminé, mais ils permettent aussi, en sens inverse, de gouverner les populations au moyen de subdivisions administratives et de la surveillance du territoire115. » L’idée de nation est également primordiale dans cette conception. Lors de la période coloniale, les États européens avaient exporté leur conception de la frontière liant un territoire et une nation. La décolonisation livrera ensuite des États dépourvus du rapport naturel et affectif, devenu classique, qu’entretenait la frontière avec l’environnement physique (chaînes montagneuses, mers, fleuves, etc.116) et avec la nation. « Les frontières ne séparent plus que des États, souvent artificiels en raison de la diversité des peuples qui les composent. La frontière devient un phénomène purement abstrait117. »

2.2. Transformations contemporaines de la frontière

  • 118 Cf. Denis Alland et Stéphane Rials (dir.), « Territoire », art. cit., p. 1476.
  • 119 Ibid.
  • 120 Jean-Christophe Martin, « Quelle gestion pour quelles frontières ? », art. cit., p. 12.

52Le territoire peut aussi être considéré comme un attribut du sujet de droit qu’est l’État et sur lequel celui-ci peut exercer pleinement et exclusivement ses pouvoirs. La nature du territoire est double. Il est d’abord une chose sur laquelle l’État exerce son dominium118 : il peut disposer des richesses qu’il recèle et en régler l’exploitation. Il est également un espace qui délimite l’étendue du pouvoir de l’État, sur lequel celui-ci exerce son « imperium, son pouvoir de commandement, non sur le territoire, mais à raison du territoire119 ». Cet aspect de la nature du territoire est celui qui fonde l’État à régler la conduite des personnes qui s’y trouvent ou qui cherchent à y entrer. C’est ainsi que fut défini le « territoire communautaire » européen en formation : l’espace d’application du droit communautaire. Selon cette conception, « le territoire est l’espace d’exercice des compétences souveraines de l’État et la frontière la limite de cet exercice120 ». Les frontières extérieures de l’Europe sont constituées par les compétences transférées par les États souverains à l’Union.

  • 121 La nouveauté doit être relativisée. Depuis la deuxième guerre mondiale au moins, mais sans doute dé (...)
  • 122 Cela reste vrai même si une seule et même frontière est formée par le traité d’Amsterdam. « La conc (...)
  • 123 Geoffrey Bennington, Frontières kantiennes, Galilée, 2000, p. 12.
  • 124 Dans une étude sur l’Organisation mondiale du commerce, Yves Schemeil, politologue, dit de la maniè (...)

53La nouvelle conception de la frontière121 induite par la formation d’un espace commun européen se caractérise d’abord par une différence de nature juridique entre celui-ci et son extérieur ; la frontière externe de l’Union européenne sépare une association d’États et des États tiers pris individuellement. Si l’Union européenne est une forme supranationale, les États membres restent souverains et chargés du contrôle à leurs frontières, conservant les formes traditionnelles de vérification des documents des passagers et de la surveillance du passage des marchandises. La ligne est bien tracée et la frontière se traverse122. Mais l’hétérogénéité entre le dedans et le dehors, entre l’association d’États et les « pays tiers » ajoute une dimension à la frontière européenne. Les États non européens, souvent frontaliers mais pas toujours, qui sont considérés comme formant le « voisinage » de l’Union, constituent en effet, comme nous l’avons exposé plus haut, un nouvel espace frontalier en charge d’une partie de l’action de contrôle des frontières européennes. Il résulte de cela que la frontière européenne intègre dans son concept une dimension de frontier. La frontier américaine désignait le front pionnier, la zone la plus avancée de la civilisation, tendant à s’avancer dans l’inexploré. La frontier ne se traverse pas, elle se déplace. « La traversée de la frontière au premier sens n’est rien à côté de ce qui se passe ici, car ici, justement, on ne peut pas traverser : on est à la frontière, ou plutôt dans la frontière, que l’on porte en soi123. » Les nouvelles frontières perdent ainsi de leur netteté pour se redéfinir, sans toutefois supprimer complètement leur dimension linéaire, comme zones124.

  • 125 Immanuel Wallerstein, Le Système du monde du xve siècle à nos jours. Vol. 1 : Capitalisme et économ (...)
  • 126 Ibid.
  • 127 Cf. ibid., p. 273-274.

54Par ailleurs, il faut souligner l’intérêt, pour notre propos relatif aux frontières, de convoquer le concept d’économie-monde forgé par Wallerstein après Braudel. Elle permet à nouveau, depuis ce point de vue, de compliquer autrement la conception de la frontière. « Les frontières d’une entité définie en termes politiques sont relativement aisées à tracer125 », écrit Wallerstein. « Dans l’ensemble, les critères sont assez nets : l’affirmation d’une souveraineté, combinée avec un certain degré (si approximatif soit-il) d’autorité effective (si réduite soit-elle), donne l’indication voulue126. » En revanche, la description de l’économie-monde, en l’occurrence celle, naissante, du xvie siècle, demande d’y inclure des contrées telles que le Brésil, la Pologne, la Hongrie et les Amériques mais en exclut le Japon, la Russie, l’Empire ottoman et les Indes orientales. C’est que les premières en font partie intégrante en ce qu’elles produisent les biens de première nécessité pour le centre, et à ce titre sont inscrites dans le système global de division du travail, tandis que les autres n’y sont liées que par des échanges de produits de luxe, essentiellement127.

  • 128 Cf. ibid., p. 305.

55Le contexte initial de la formation de l’économie-monde européenne était largement conditionné par les contraintes de distance, c’est-à-dire par l’état des techniques de transport. Les frontières s’équilibraient selon la résultante de deux types de forces : les forces d’expansion dans les zones centrales, d’une part, et les coûts croissant en fonction de la distance, conjugués à la résistance des pouvoirs dans les zones sujettes à la dynamique expansionniste du centre128.

  • 129 Ibid., p. 314. Wallerstein précise ici que cette donnée ne varie pas toujours en mieux. Cette remar (...)
  • 130 Cf. Étienne Balibar, Droit de cité. Culture et politique en démocratie, op. cit., p. 32.

56Les possibilités de transport et de communication variant constamment, « les frontières d’une économie-monde sont toujours fluides129 ». L’accélération et la réduction des coûts de transport ont aujourd’hui pratiquement annihilé la contrainte de distance. Il doit s’ensuivre une transformation de la configuration du système-monde et de ses centres, périphéries et semi-périphéries. Étienne Balibar y insiste : la mondialisation contemporaine démultiplie les pôles centraux et périphéries. Cela se traduit notamment par le retour dans le « centre » de phénomènes (comme le chômage de masse et la précarité de l’emploi ou l’usage quotidien de la force armée) qui étaient jadis exportés dans la périphérie130. Les transformations urbaines que l’on constate à l’échelle mondiale attestent cette démultiplication :

  • 131 Stephen Graham, Simon Marvin, Splintering Urbanism, Londres, Routledge, 2001, p. 15, in Zygmunt Bau (...)

Presque toutes les villes du monde commencent à présenter des espaces et des zones puissamment connectés à d’autres espaces « valorisés » au sein du paysage urbain ou à travers des distances nationales et même internationales. En même temps, cependant, il y a souvent dans ces lieux un sentiment palpable et croissant de déconnexion locale par rapport aux lieux et aux individus physiquement proches mais socialement et économiquement lointains131.

  • 132 Zygmunt Bauman, Le Coût humain de la mondialisation, op. cit., p. 155.

57Zygmunt Bauman montre ailleurs que « les “périphéries” s’étendent tout autour des enclaves de l’élite mondialisée, de ces petites zones, qui sont peut-être spirituellement extraterritoriales, mais qui n’en sont pas moins matériellement fortifiées132 ». Les zones centrales et périphériques de l’économie-monde ne cessent de se multiplier, reconfigurant ainsi les frontières dans un nouveau rapport à l’espace et au temps.

2.3. Nouvelles frontières. Espace et temps

2.3.1. Multiplication des frontières dans l’espace

  • 133 Voir, en plus de ceux que nous citons ci-après, Paolo Cuttitta, « Le monde-frontière. Le contrôle d (...)
  • 134 Nicholas De Genova & Nathalie Peutz, « Introduction. A Deportation Regime ? », art. cit.

58De nombreux auteurs inscrits dans le sillage de Balibar ont récemment attiré l’attention sur les transformations qui obligent à reconsidérer la définition classique de la frontière133. Nous l’avons exposé dans le troisième chapitre : l’accord de Schengen et son intégration dans le processus de construction de l’Union européenne ont donné lieu à un déplacement de la frontière ainsi formée vers des points de passage toujours plus éloignés des frontières géographiques des États membres. Cela conduit des auteurs à considérer que « les frontières “réelles” de l’Europe se trouvent maintenant partout où les migrants en viennent à expérimenter leur franchissement, c’est-à-dire, au moins potentiellement, partout où ils se déplacent134 ». Cette nouvelle frontière commune fait l’objet de l’élaboration d’une série de pratiques, techniquement guidées par le droit mais éminemment politiques, de contrôles, de différenciation, de sélection et d’exclusion aux frontières mais aussi au-delà et au cœur de l’ensemble européen. Les contrôles aux frontières, quelles qu’en soient les modalités, tendent à ne plus s’effectuer sur une ligne de démarcation géographiquement déterminée mais à s’exercer à la fois au centre et aux confins, toujours plus excentrés, de l’espace européen. Le cas de la collaboration, à partir des années 2000, entre la Libye et l’Italie est exemplaire de ce processus d’externalisation, comme nous l’avons montré plus haut. Vue à travers le prisme d’une telle configuration mouvante de frontières, réelles et virtuelles, centrales et périphériques, l’Europe apparaît comme un espace mouvant, non délimité, ramifié, voire morcelé.

  • 135 Cf. Sandro Mezzadra and Brett Neilson, « Borderscapes of Differential Inclusion. Subjectivity and S (...)
  • 136 Cf. Catalina Santana, « Le système du Hukou », Recueil Alexandries, Collections Synthèses, avril 20 (...)
  • 137 Cf. Chloé Froissart, « Les migrations intérieures en Chine », art. cit., p. 66.
  • 138 Cf. Sandro Mezzadra and Brett Neilson, « Borderscapes of Differential Inclusion. Subjectivity and S (...)

59Les frontières sont externalisées mais aussi internalisées. Les exemples de migrations internes sont nombreux et bien documentés. En Chine, par exemple, le hukou — livret d’enregistrement de résidence — est l’instrument majeur de contrôle des migrations internes135. Sorte de passeport interne, le hukou permet de faire le tri entre les urbains et les ruraux, afin de réguler les afflux de population vers les grandes villes côtières et les zones d’intense activité économique. Seuls les détenteurs d’un hukou136 urbain peuvent travailler et résider en ville et y bénéficier de services sociaux tels que la scolarisation des enfants ou l’assurance médicale. Les détenteurs d’un hukou rural ne peuvent que temporairement obtenir un droit de résidence — payant — en ville. Les migrants ruraux, même s’ils travaillent depuis longtemps dans les villes ou les zones industrielles, continuent d’être classés administrativement comme « population venant de l’extérieur » ou « ouvriers paysans137 ». Ce système, qui sert une stratégie de développement nécessitant une main-d’œuvre mobile et bon marché, segmente la population chinoise en trois types : urbain, rural et clandestin. Les travailleurs migrants « illégaux » sont le produit du système des hukou et se trouvent livrés à des conditions de travail d’une très grande précarité. L’Inde a mis en place un système analogue visant à diviser le marché du travail intérieur et à organiser les mouvements de travailleurs138.

  • 139 Cf. Nicholas De Genova & Nathalie Peutz, « Introduction. A Deportation Regime ? », art. cit.

60L’ensemble de ces mouvements migratoires qui s’opèrent sur des zones géographiques plus ou moins larges mais non nécessairement internationales redessinent les frontières et les divisions mondiales de telle manière que la distinction intérieur-extérieur qui régentait la conception classique de la frontière n’est plus opératoire. La frontière, en tant que dispositif de contrôle du mouvement, de l’interception et de l’expulsion des individus, n’est pas une ligne claire mais un espace poreux, qui s’étend sans cesse139 et qui prend des formes multiples.

61De manière exemplaire, les points de contrôles à l’intérieur de l’espace Schengen ne cessent de se multiplier, comme le montrent les cartes reproduites ci-dessus. La police des frontières agit sur une bande de 20 km à l’intérieur de la frontière « nationale » et dans les grands ports et aéroports internationaux, mais aussi dans les ports et aéroports secondaires, dans les gares ferroviaires et routières.

Source : Olivier Clochard (dir.), Atlas des migrants en Europe. Géographie critique des politiques migratoires, Migreurop, Paris, Armand Colin, 2012, p. 39.

62L’institution frontalière nouvelle décompose l’ancienne catégorie d’étranger dont la délimitation juridique était simple. Tant d’un point de vue strictement juridique (définition d’une citoyenneté européenne) que du point de vue des pratiques de gestion des frontières (politiques liées à la formation et au développement de l’espace Schengen, politique européenne de voisinage), l’institution frontalière produit de nouvelles formes d’étrangers, non pas au sens trivial où les étrangers différeraient entre eux sociologiquement et culturellement, mais comme résultant d’un processus institutionnel.

  • 140 Étienne Balibar, Europe, constitution, frontière, op. cit, pp. 135-136.

Depuis qu’une notion de « citoyenneté européenne » a été officiellement définie, les ressortissants des États membres de l’UE ne sont plus de purs étrangers les uns pour les autres, au sens où les ressortissants des pays tiers (en particulier les « résidents extra-communautaires ») le sont pour eux et entre eux, ce qui veut dire aussi qu’en contrepartie une nouvelle forme d’étrangeté surgit. […] Nous sommes alors amenés à pousser jusqu’au bout l’idée que c’est le statut des frontières qui détermine la condition d’étranger, le sens que comporte le fait d’« être un étranger », et non l’inverse. La catégorie d’étranger est virtuellement décomposée, car il n’y a plus de simples étrangers au sens juridique : certains sont des étrangers moins qu’étrangers, non pas éloignés mais « proches », « voisins », à peine différents de nous, voire assimilables à nous-mêmes, tandis que d’autres sont devenus des étrangers plus qu’étrangers, qui nous apparaissent et que nous traitons comme radicalement « autres », dissemblables et inassimilables140.

2.3.2. Différenciation des frontières dans le temps

  • 141 Cf. Sandro Mezzadra and Brett Neilson, « Border as Method, or, the Multiplication of Labor », EIPCP (...)

63Les frontières se multiplient dans l’espace et, ce faisant, voient leur définition transformée. Des auteurs tels que Sandro Mezzadra et Enrica Rigo ajoutent, en corollaire de cette nouvelle dimension spatiale, une dimension temporelle. Vus sous cet aspect, les instruments frontaliers tels que les centres de rétention apparaissent comme des variateurs de vitesse. Non seulement, ils relocalisent mais ils temporisent, de manière à inscrire le mouvement des migrants dans une dynamique adéquate au marché du travail et à hiérarchiser et différencier les flux de manière à les rendre gouvernables et à les orienter, plutôt que de les contenir141.

64S’ajoute à cela le caractère provisoire des statuts octroyés, qui confirme la soumission au temps inhérente à la condition migrante.

  • 142 Enrica Rigo, « Aux frontières de l’Europe. Citoyennetés postcoloniales dans l’Europe élargie », art (...)

Les frontières ne se traduisent pas seulement par leur dimension spatiale, mais aussi par leur dimension temporelle : la vie des migrants est marquée par des périodes d’attente des autorisations d’entrée ou de séjour dans les pays hôtes ; par les délais pour réunir les conditions d’accès à un autre statut juridique, comme celui de résident permanent ou de naturalisé. De façon plus générale, les migrants jouissent de droits pro tempore ; ces derniers sont fonction de la durée de leur statut juridique de résident (plus ou moins) régulier sur le territoire142.

65Il y a des attentes et des passages d’un lieu à l’autre. Il y a aussi des attentes et des passages d’un statut à l’autre. La situation temporaire, physique et juridique, est toujours, d’une manière ou d’une autre, obtenue par la prière : précaire.

  • 143 Cf. Zygmunt Bauman, Le Coût humain de la mondialisation, op. cit., pp. 119-155.
  • 144 Ibid., p. 135.
  • 145 Ibid., p. 136.
  • 146 Ibid.

66Zygmunt Bauman met en scène deux figures polaires de l’expérience contemporaine de la mobilité mondiale : le touriste et le vagabond143. Les habitants du « premier monde » vivent dans un espace absolument non contraignant, qu’ils peuvent traverser sans frottement. Ceux du « second monde » sont « cloués à la localité144 ». Ils vivent dans un espace contraignant et rugueux. Leur rapport respectif au temps est corrélatif de l’expérience des espaces différenciés auxquels ils sont confrontés. « Les habitants du premier monde vivent dans le temps ; l’espace ne compte pas pour eux, puisqu’ils peuvent franchir instantanément toutes les distances145. » Pour les autres qui tentent le voyage tant promu, le parcours spatial est une succession de périodes d’attente dans les filets des contrôles ou devant les murs, guettant l’ouverture d’une brèche. « Les habitants du deuxième monde vivent dans l’espace : un espace pesant, résistant […]. Leur temps est vide ; c’est un temps “où il ne se passe rien”146. »

2.3.3. Précarité spatio-temporelle

  • 147 Federica Infantino, « La frontière au guichet », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. VII, 2010 (...)
  • 148 Régis Minvielle, « Migrants (subsahariens) en transit à Tamanrasset : du passage à l’impasse ? », M (...)
  • 149 Chowra Makaremi, « Vies “en instance” : Le temps et l’espace du maintien en zone d’attente. Le cas (...)
  • 150 Violaine Carrère, Sara Prestianni et Anne-Sophie Wender, « Errance et campements », in Olivier Cloc (...)
  • 151 Joris Schapendonk, « Migrants’ Im/Mobilities on Their Way to the EU : Lost in Transit ? », Tijdschr (...)

67Le processus d’externalisation de la frontière mis en œuvre dans le cadre des politiques migratoires européennes génère des effets de précarisation des conditions spatiales et temporelles auxquelles sont soumis les migrants indésirables. Afin d’illustrer cet état de fait, nous reprenons ici des données issues de divers travaux ethnographiques, l’un menés aux guichets d’attribution de visas au Maroc147, le deuxième dans une ville algérienne du Sahara148, le troisième dans la zone d’attente de l’aéroport de Roissy149, le quatrième à Calais150 et le cinquième à Istanbul et dans les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla151.

681) Les travaux de Federica Infantino résultent d’une étude de terrain à l’Ambassade à Rabat et au Consulat d’Italie à Casablanca visant à étudier les procédures d’attribution des visas Schengen. Cette étude permet de mettre en évidence les effets de retardement, de mise en attente des migrants au seuil du franchissement des frontières. Elle s’inscrit également dans le cadre de l’externalisation de la frontière, là où les candidats à l’émigration sont confrontés aux guichets éloignés de la frontière et déployés en vue d’appliquer la politique migratoire européenne. La sociologue met en évidence les obstacles, l’attente et le manque d’information, lesquels génèrent des zones informelles où se nichent des associations ou des particuliers qui pallient le manque en prodiguant des informations gratuitement ou en échange d’argent.

69Le premier obstacle sur le parcours des demandeurs est d’emblée posé par l’espace architectural du Consulat de Casablanca.

  • 152 Federica Infantino, « La frontière au guichet », art. cit., § 11.

L’entrée principale du Consulat est fermée et toutes les fenêtres donnant sur la voie publique ont les volets clos. L’entrée du service des visas se trouve sur un des côtés de l’immeuble, loin de l’entrée principale. Il s’agit presque d’une entrée de service. Les deux portes d’entrée sont relevées par rapport au niveau du sol. Elles se trouvent sur une plate-forme, une sorte de scène clôturée par des barres en fer peintes en gris à laquelle on ne peut accéder que latéralement. L’accès au service visas se fait par le côté gauche et donne accès à une passerelle où est indiqué le parcours que doivent suivre les visiteurs pour entrer dans le bâtiment. La passerelle est recouverte d’une toiture en tôle grise. La plate-forme clôturée est le lieu de travail des agents de la sécurité […]. Ces agents sont les seules personnes visibles à l’extérieur du Consulat. Ils sont, par conséquent, les seuls à qui l’on peut poser des questions. Étant dans un habitacle placé en surplomb par rapport à la passerelle, on ne peut s’adresser à eux que du bas vers le haut, à travers les barres clôturant la plate-forme152.

70Outre le fait qu’il inscrit dans son espace la difficulté de recueillir des informations, le cadre architectural produit directement ses effets : la relation induite n’est pas la relation de service d’un usager avec son administration mais une relation de suspicion, de crainte et de soumission.

  • 153 Ibid., § 30.

71L’auteure montre également le ralentissement volontaire de la procédure par les services consulaires en cas de soupçon porté sur un demandeur. Elle relate le cas suivant. Deux citoyens marocains sont invités en Italie par une ONG italienne. L’un d’eux est jeune et au chômage et présente donc un profil « à risque ». Les fonctionnaires ne s’intéressent pas au dossier contenant le programme de la rencontre et la lettre d’invitation de l’ONG mais seulement aux garanties financières. Suite aux rendez-vous, ils restent sans nouvelle et sans possibilité d’obtenir la moindre information sur leur demande. Ce n’est qu’en voyant le temps passer et la période pour laquelle ils avaient demandé un visa échue qu’ils comprirent que leur requête avait échoué153.

  • 154 Cf. supra, Chap. i et iii.
  • 155 Régis Minvielle, « Migrants (subsahariens) en transit à Tamanrasset : du passage à l’impasse ? », a (...)
  • 156 Ibid.

722) Le cas des migrations transsahariennes, étudié par Régis Minvielle, montre à quel point l’intensification de la lutte contre les migrations irrégulières mise en œuvre par les États du Maghreb sous la pression de l’Union européenne ces dernières années a profondément modifié les zones frontière au large de l’Europe. À la fin du xxe siècle, une ville comme Tamanrasset, à l’extrême Sud de l’Algérie, constituait un simple lieu de passage ou de halte pour les populations migrantes visant les côtes méditerranéennes et, au-delà, l’Europe. Mais le processus européen d’externalisation de la frontière, notamment via les accords de coopération154, y a produit un effet de ralentissement des mouvements migratoires, plongeant les migrants « dans un état d’incertitude, de flottement et, parfois, d’inertie155 ». Les migrants sont ainsi amenés à y séjourner durablement, dans un état d’« immobilité subie156 ».

73Dans cette ville située au cœur du Sahara échouent des migrants relégués aux marges, mis à la disposition des travaux les plus difficiles. Si les contrôles se multiplient au-delà de Tamanrasset, empêchant les migrants de poursuivre leur route, la surveillance des lieux de vie des migrants est telle qu’elle les maintient en suspens et les empêche d’achever leur mouvement.

  • 157 Ibid., p. 9.

En définitive, la fonction des patrouilles de police semble surtout destinée à confiner les migrants dans cet espace souillé et à veiller à ce qu’ils ne franchissent pas la frontière matérialisée ici par un pont et les deux rives de l’oued. Il s’agit d’une mise en scène, car si les patrouilles sont quotidiennes, elles laissent tout de même une marge de manœuvre aux migrants dans leurs déplacements. C’est donc un jeu de surveillance relâchée [auquel] se livrent les autorités locales et ce, dans un souci, d’une part, de satisfaire la population algérienne et, d’autre part, de ne pas se priver totalement d’une manne financière et d’une main-d’œuvre corvéable et nécessaire au développement de la cité157.

  • 158 Chowra Makaremi, « Vies “en instance” : Le temps et l’espace du maintien en zone d’attente. Le cas (...)
  • 159 Ibid.

743) Menant une étude ethnographique dans la zone d’attente de l’aéroport de Roissy-Charles-De-Gaulle158, Chowra Makaremi met en évidence un double rapport au temps : l’attente vide et désœuvrée des « maintenus » dont les horaires sont rythmés par la rotation des équipes de surveillance, d’une part, et l’urgence administrative de gérer les flux en temps réel, d’autre part. Elle montre également que l’espace où ils sont contraints d’errer « librement » n’a jamais été conçu pour y vivre. La Zone d’Attente pour Personnes en Instance est située dans la zone de fret. Or celle-ci est un « espace où l’on travaille et où l’on passe, mais nul n’y habite et ne s’y arrête ; les dimensions même n’y sont pas humaines, car tout est pensé pour la voiture et pour le camion, ou encore pour l’avion, dans ces espaces situés entre les embranchements de l’autoroute et les pistes de l’aéroport159 ».

  • 160 La distinction entre ce qui est formel et ce qui ne l’est pas est impossible à tenir complètement p (...)

75Le parallèle est frappant avec l’étude menée à Tamanrasset dont l’auteur présente de manière détaillée le lieu de socialisation des migrants : un pont sur une rivière asséchée dont les arches servent d’abri pour le soleil et de point de rencontre. Un lieu conçu pour un autre flux, là de marchandises, ici d’eau, est recyclé — ici informellement160 — en zone d’attente pour des migrants en attente de continuer leur mouvement.

76Ces deux exemples ethnographiques permettent d’illustrer les multiples formes de la frontière, dans ses aspects temporels et spatiaux. L’on peut dire de ces conditions temporelles et spatiales qu’elles sont « inhumaines », non dans un sens moral, mais dans un sens strictement matériel : elles ont été construites pour tout autre chose que pour y faire vivre des hommes. Et l’on voit l’extrême précarité à laquelle sont soumis les migrants qui doivent, malgré ces conditions inhumaines, y faire, dans l’espace et dans le temps, leur vie.

77Un autre exemple significatif tiré de la même enquête illustre le mouvement permanent — mais qui peut être tout autant considéré comme une parfaite immobilité — dans lequel certains migrants sont jetés et pour lesquels la zone d’attente comme le camp de fortune où s’interrompt le voyage matérialise l’errance.

  • 161 Chowra Makaremi, « Vies “en instance” : Le temps et l’espace du maintien en zone d’attente. Le cas (...)

Ainsi en est-il du cas de Dharar, demandeur d’asile somalien maintenu en zone d’attente, dont la demande d’admission sur le territoire au titre de l’asile a été rejetée, notamment au motif qu’il voyageait avec un faux passeport et un faux visa kenyan établis à son nom. Cette personne est dessaisie de ses documents de voyage falsifiés lors de son arrestation par la police le 4 mai 2005 : elle se trouve dépourvue de tout document d’identité. Non admis en France, Dharar doit être expulsé vers le pays de provenance de son avion : la Suisse, ou son pays d’origine si l’on en croit son passeport contrefait : le Kenya. Ni l’un ni l’autre de ces pays ne laissent le voyageur renvoyé descendre de l’avion, et Dharar se retrouve à nouveau maintenu en zone d’attente après avoir fait deux fois le tour du monde en trois jours. N’étant pas sorti des zones internationales durant ce voyage de quelques milliers de kilomètres, ce demandeur d’asile se trouve donc en quelque sorte en orbite autour d’un système international où il n’a littéralement pas de place, son identité n’étant plus inscrite dans le lien à l’État-nation qu’institue le passeport161.

  • 162 Cf. Violaine Carrère, Sara Prestianni et Anne-Sophie Wender, « Errance et campements », art. cit.
  • 163 Ibid., p. 122.

784) Dans leur contribution à l’Atlas des migrants en Europe du réseau Migreurop, Violaine Carrère, Sara Prestianni et Anne-Sophie Wender reconstituent l’itinéraire de Khan, un réfugié afghan, qui parcourut, à pied, en bus, en train, en camion, en bateau et en fourgon policier, les routes de Kaboul à Calais durant douze mois162. Les auteures mettent en évidence le caractère spatial mais aussi temporel de son parcours. L’essentiel de son parcours tient à l’entrée sur le territoire européen : durant dix mois, il échoue aux frontières de la Grèce ou de l’Italie, arrêté, renvoyé, déplacé et enfermé à de nombreuses reprises. Cette longue errance sur place témoigne de l’« épaississement temporel de la frontière163 » à l’instar de la dernière étape de son voyage : arrivé à Calais douze mois après son départ de Kaboul, il tentera encore, trois mois durant, d’infructueux essais pour rejoindre l’Angleterre. Décidant finalement d’introduire une demande d’asile en France, son errance temporelle se poursuivra encore durant deux ans au terme desquels il peut enfin louer un appartement, obtenir un contrat de travail et faire valoir son droit au regroupement familial.

  • 164 Cf. Joris Schapendonk, « Migrants’ Im/Mobilities on Their Way to the EU : Lost in Transit ? », art. (...)
  • 165 Cf. ibid., p. 578.
  • 166 Ibid. Nous traduisons.

795) C’est en partant de tels constats que des chercheurs ont récemment introduit la notion de « migrations de transit164 » permettant de rendre compte de la croissance des situations floues dans lesquelles sont pris les migrants tout en compliquant conceptuellement les dichotomies traditionnelles qui structuraient la compréhension du phénomène : émigration/immigration, migrations régulières/ migrations irrégulières, pays d’origine/pays d’accueil165. Les études réalisées dans ce cadre examinent « comment des mobilités différentes véhiculent des significations différentes pour différentes personnes, comment certaines mobilités sont plus frustrantes ou plus agréables que d’autres166 ». Étudier les parcours migratoires pourrait conduire à négliger les périodes — parfois très longues, nous l’avons vu — de fixité qui, pourtant, en font désormais partie intégrante. Il faut tenir compte de ce que les périodes de repos, d’attente de l’avancement des procédures et d’immobilité forcée contribuent à une meilleure compréhension du phénomène. Les exemples évoqués ci-dessus le montrent : la situation de transit est uniment spatiale et temporelle.

  • 167 Un Congolais vivant au Maroc depuis trois ans décrit ainsi sa situation : « Nous sommes coincés ent (...)
  • 168 Cf. ibid.

80L’auteur tire de son étude de terrain trois types de migrants : ceux qui sont bloqués (stranded) unidirectionnellement dans leur progression vers l’Europe, ceux qui sont coincés (stuck) dans toutes les directions possibles167 et ceux qui sont plus ou moins établis dans un pays voisin de l’Europe, transformant une situation temporaire en une installation durable. Cependant, même dans ce cas, il est fréquent que l’on se remette en mouvement : un migrant qui se déclarait satisfait de sa vie au Maroc se retrouva en situation irrégulière en France suite à une violente altercation avec le fils de son patron, un footballeur professionnel camerounais installé à Istanbul devint migrant en situation irrégulière en Grèce au terme de son contrat, une Nigériane décida de faire sa vie à Istanbul après plusieurs tentatives d’atteindre la Grèce, etc168. Tous ces cas signalent la précarité temporelle et le mouvement toujours potentiellement réactivable de la condition du migrant qui, finalement, correspondent parfaitement au modèle de l’individu actif et entrepreneur de lui-même.

  • 169 Cf. ibid.

81Sur des sites d’attente et de transit comme Ceuta et Melilla, par exemple, les migrants bricolent des tentes facilement transportables de manière à déplacer leur logement rapidement, en fonction des contrôles ; ils les appellent des mobile tranquillos, des « abris mobiles »169. À la frontière entre le Maroc et l’Algérie, de nombreux migrants bloqués en transit vivent à cheval sur les deux frontières et apparaissent comme des navetteurs transfrontaliers. D’autres migrants en transit oscillent entre leur pays d’origine et les portes de l’Europe, en attendant de pouvoir y rentrer. Un Sénégalais de 28 ans rapporte ceci :

  • 170 Ibid., p. 581. Nous traduisons.

C’est la troisième fois que je séjourne à Istanbul. Dans mon pays d’origine, je me suis arrangé pour obtenir un visa, le premier de trois mois, le deuxième aussi. Mais maintenant, j’ai un visa d’étudiant d’un an !… Quand mon visa aura expiré, si je n’ai pas atteint l’Europe, je retournerai au pays et je recommencerai… Je vais et je viens, je vais et je viens170.

  • 171 Ibid.

82« L’attente des migrants en transit, qui est généralement considérée comme un état d’immobilité, n’est pas nécessairement fixe dans l’espace171. » Les migrants apparemment immobiles sont en réalité bien en mouvement. La précarité spatio-temporelle à laquelle sont réduits les migrants indésirables génère des formes d’adaptation qui matérialisent et rendent sensible leur condition paradoxale d’immobilité. Les mouvements de tels migrants sont soumis à une multitude d’obstacles qui produisent des frottements tels qu’ils s’en trouvent quasiment immobilisés, mais dans un état d’immobilité qui masque un mouvement permanent.

3. Du clandestin au businessman

3.1. Centralité des « illégaux »

  • 172 L’appellation fait débat. « Illégal », « irrégulier », « sans-papiers » ou « clandestin » : quatre (...)

83En bas de la hiérarchie des statuts — mais pas hors du système de liens de dépendance — se trouve, de manière exemplaire, l’« immigré clandestin ». La « lutte contre l’immigration clandestine » est devenue le mot d’ordre des États depuis la fin du xxe siècle. Ses outils juridiques, administratifs et policiers se sont précisés dans le courant des années 1990. En Belgique, par exemple, c’est là le moment de la création des premiers centres fermés pour étrangers. Que suppose et que signifie la centralité de la figure de l’étranger en situation irrégulière, « sans-papiers », « illégal » ou « clandestin »172 ?

  • 173 Cf. Sylvie Saroléa, Droits de l’homme et migrations. De la protection du migrant aux droits de la p (...)
  • 174 Pour plus de précisions sur les droits des étrangers en situation irrégulière, voir Nathalie Perrin (...)

84Contrairement à ce que l’on pourrait penser spontanément et qui, d’ailleurs, est véhiculé par certains auteurs d’inspiration arendtienne, les étrangers en situation irrégulière, sans papiers, illégaux ou clandestins ne sont pas des êtres dépouillés de toute existence juridique. S’ils sont bien privés de nombreux droits, ils ne sont pas complètement nus juridiquement ; leur exil juridique173 n’est pas complet et n’entraîne pas une absence de droits qui les réduirait à la « vie nue ». Paradoxalement peut-être, ils ont des droits, notamment à l’éducation des enfants et à l’aide médicale d’urgence. Tout enfant résidant en Belgique a accès à l’enseignement, indépendamment de son statut administratif ou celui de ses parents. Par ailleurs, tout travailleur, en situation irrégulière ou non, avec ou sans permis de travail, a le droit de porter plainte contre un employeur qui ne respecterait pas ses droits fondamentaux174. Les « illégaux » ne sont donc pas le négatif des migrants légaux, la face cachée de la migration, ni l’Autre de la Loi.

85Par ailleurs, s’ils sont effectivement privés de droits, cette privation n’est pas une simple soustraction, elle leur ajoute des propriétés ; leur disqualification les requalifie. À cet égard, nous faisons entièrement nôtre la position de Grégoire Chamayou.

  • 175 Grégoire Chamayou, Les Chasses à l’homme. Histoire et philosophie du pouvoir cynégétique, Paris, La (...)

Contrairement à ce que laisse penser leur appellation, les dépossédés juridiques contemporains ne sont pas seulement des « sans » : la privation n’épuise pas leur définition. Exclus des modes juridiques d’appartenance, disqualifiés pour la citoyenneté, ils sont en même temps activement « qualifiés » pour la vie illégale. Loin de retourner à un état pré-politique, d’ordre biologique, leurs existences sont activement produites, socialement saturées de pouvoir175.

  • 176 Nicholas P. De Genova, « Migrant “Illegality” and Deportability in Everyday Life », art. cit., p. 4 (...)

86C’est donc bien à un continuum que l’on a affaire, du global businessman au « clandestin », le jeu est saturé de pouvoir. L’« illégal » n’est pas purement et simplement exclu ; il est produit par un « processus actif d’inclusion par l’“illégalisation”176 ».

  • 177 Ibid., pp. 439-440. Nous traduisons.

Les migrants sans-papiers ont été criminalisés en tant qu’« illégaux » et sujets à des formes extraordinaires et excessives de contrôle. Les sans-papiers sont privés des droits humains fondamentaux et de l’accès à de nombreux programmes d’aide sociale, confinés dans une situation socio-politique incertaine, souvent avec peu ou pas de recours à une quelconque protection juridique. La catégorie d’« étranger illégal » est profondément utile et profitable, elle permet la création et l’entretien d’une réserve de main-d’œuvre légalement vulnérable et, par conséquent, relativement docile et donc « bon marché »177.

  • 178 Étienne Balibar, Nous, citoyens d’Europe ? Les frontières, l’État, le peuple, op. cit., p. 75.
  • 179 « Ce que nous avions appelé ailleurs le syndrome de “l’impuissance du Tout-Puissant” signifie qu’on (...)

87Le durcissement des pratiques aux frontières (c’est-à-dire, comme nous les entendons désormais, les frontières démultipliées tant d’un point de vue géographique — multilocalisées — que du point de vue des instruments qui les concrétisent) révèle au premier regard un trouble dans la souveraineté des États. Celle-ci « semble devoir être démontrée d’autant plus ostentatoirement aux dépens d’individus pratiquement sans défense, donc dans la forme de l’excès de pouvoir, qu’elle est moins assurée de sa pérennité et même devenue franchement douteuse au niveau des grands enjeux de politique économique, de sécurité collective, d’information, sur lesquels aucun État-nation à lui seul n’a plus de prise aujourd’hui178 ». Par des pratiques qui, dans cette perspective, relèvent du spectacle, les États tentent de compenser la perte de leur souveraineté par l’exhibition de ses attributs les plus visibles179. La figure démesurément amplifiée de l’« immigré clandestin », toujours pensé indépendamment des conditions qui le produisent, vient ainsi prendre une place centrale dans les représentations de la frontière.

88On pourrait penser que le surinvestissement dans les contrôles des « illégaux » aux frontières extérieures — alors que la plupart d’entre eux sont entrés par des voies légales et sont devenus sans-papiers — ne fait que traduire un consensus défensif.

  • 180 Étienne Balibar, Droit de cité. Culture et politique en démocratie, op. cit., p. 34.

La perte de souveraineté des États (même les plus puissants d’entre-eux) et leur assujettissement à des contraintes financières transnationales pulvérise la figure d’un pouvoir de l’État qui serait opposable à tous les autres et qui, pour ses sujets, serait pratiquement absolu. Dans le même temps les minorités sont devenues plus visibles, soit du fait de situations multiethniques anciennes, soit du fait de la décolonisation, soit du fait de migrations récentes, qui se sont stabilisées au moment précis où se produisait le retournement de conjoncture économique. Mais la question de savoir ce qui unifie une majorité et lui assure un statut privilégié est, elle, de plus en plus obscure. Les États tentent donc de trouver une base de masse dans la constitution d’un consensus de majorité défensif. La criminalisation des minorités est un moment essentiel de ce processus, qui ne reste pas confiné au niveau des discours. Au contraire, il faut qu’il se “vérifie” dans la pratique. Le terrorisme peut lui en donner l’occasion, mais il ne faudrait pas s’étonner non plus que les politiques de répression de l’immigration dite clandestine soient aussi systématiquement contre-productives, puisqu’elles tendent à renouveler sans cesse, en insécurisant activement des populations entières, le phénomène qu’elles prétendent supprimer180.

  • 181 Cf. Denis Duez. L’Union européenne et l’immigration clandestine. De la sécurité intérieure à la con (...)
  • 182 Étienne Balibar, Europe, constitution, frontière, op. cit., pp. 131-132.

89Mais les politiques sécuritaires menées aux frontières de l’Europe, articulées autour de la figure du « clandestin » et agrémentées d’arguments prônant une guerre contre le terrorisme international181, ne visent pas à interdire aux « clandestins » l’accès au territoire de l’Europe. Il s’agit plutôt, écrit Étienne Balibar reprenant les travaux de Sandro Mezzadra, de « les installer dans une situation de risque, d’insécurité permanente, et donc de combiner les effets d’attraction et de répulsion […]. Il n’est absolument pas question de mettre fin aux migrations en direction de l’Europe, qui sont indispensables à la constitution et à l’entretien d’une “armée industrielle de réserve” d’autant plus nécessaire au capitalisme que la force de travail “national” est encore protégée […]. Mais il faut que ces prolétaires au sens strict […] vivent dans la peur permanente du rejet et de l’élimination, et il faut aussi qu’ils inspirent la peur aux populations stabilisées (peur de la concurrence, de l’insécurité, de “l’invasion” de leur territoire et de leur mode de vie)182 ».

  • 183 Franck Aydelotte, Elisabethan Rogues and Vagabonds, in Immanuel Wallerstein, Le Système du monde du (...)
  • 184 Cf. Étienne Balibar, Droit de cité. Culture et politique en démocratie, op. cit., p. 31.

90À l’instar des « vagabonds » — des paysans dépouillés et expulsés de leurs terres — produits par les enclosures anglaises, les « clandestins » sont produits et érigés en problème social. Un historien du début de xxe siècle relaie ainsi le point de vue des dirigeants de l’Angleterre élisabéthaine : « Loin d’être une classe impuissante ou inoffensive, ces vagabonds du xvie siècle représentaient un élément majeur de la puissance d’Angleterre médiévale. Beaucoup d’entre eux étaient de bonne souche, mais, dans l’organisation économique de l’Angleterre moderne, ils ne trouvaient plus de place. Ils ne manquaient ni d’intelligence pour organiser leurs méfaits, ni d’audace pour les exécuter. Il y avait dans leurs rangs des mécontents et des agitateurs politiques, religieux et sociaux. Ils représentaient donc à la fois un fléau pour l’Angleterre d’Elisabeth, et une menace assez puissante pour que les législateurs, à partir de Henri VII, fissent tous leurs efforts pour trouver un remède à ce mal [… ]183. » Toute structure de domination étatique contient en elle une logique de contre-violence, opposée à un désordre qui la légitime. La fonction de « contre-violence » nécessite une définition des « populations dangereuses » et des « groupes à risque » et par là contribue largement à les produire184.

  • 185 Zygmunt Bauman, Le Coût humain de la mondialisation, op. cit., p. 143.
  • 186 Ibid., p. 148.
  • 187 Ibid., p. 149.

91Dans le schéma bipolaire de Zygmunt Bauman du touriste et du vagabond, « le vagabond est l’alter ego du touriste185 ». Ils sont produits de concert. Le vagabond est aussi le cauchemar du touriste, celui « qu’il doit chaque jour exorciser186 » parce qu’il est ce qu’il pourrait devenir. Le vagabond est le corrélat du touriste, le mouvement toujours freiné celui du mouvement facilité, et même si un monde sans vagabond est « l’utopie de la société de touristes187 », même si les objectifs affichés par les programmes de gestion des migrations peuvent être compris comme visant la suppression de toute migration irrégulière, il n’en est rien. Car le vagabond — le clandestin, le sans-papiers — traqué, expulsé, incarcéré, doit exister comme le représentant de la population dangereuse contre laquelle — et grâce à laquelle — se construit le gouvernement de la mobilité.

  • 188 Ibid., p. 150.

S’il n’y avait pas de vagabonds, les touristes auraient dû les inventer… Le monde des voyageurs a besoin de ces deux figures, il a besoin d’elles ensemble — attachées l’une à l’autre par un nœud gordien que personne ne peut défaire [… ]188.

92Le marché du travail mondialisé crée des « conditions d’insécurité radicale » et d’exclusion d’une forme nouvelle, qui sont marquées du signe de la mobilité permanente et précaire.

  • 189 Étienne Balibar, La Proposition de l’égaliberté, Paris, PUF, 2010, pp. 247-248.

Au nombre des « exclus » en ce sens figurent […] des immigrés (et tout particulièrement les immigrés « illégaux », c’est-à-dire en fait illégalisés par le jeu, constamment évolutif, des législations et des dispositifs de contrôle policier), dont la vie se déroule dans des conditions d’insécurité qu’on peut rattacher à la mobilité forcée, et qui interdisent l’établissement à demeure, la vie de famille reprise ou commencée dans les lieux d’immigration189.

3.2. Faire la guerre parmi la population

  • 190 L’une des thèses principales de l’auteur est que ces guerres ne sont pas, quoi qu’on en dise, nouve (...)

93L’illégal n’est pas l’autre du migrant légal. Il est la figure autour de laquelle gravite la gestion des migrations et le point d’appui d’une gestion des populations qui s’apparente à une nouvelle forme de guerre. Christian Olsson, politologue à l’Institut d’Études européennes de l’ULB, a montré l’héritage colonial inscrit dans les nouvelles stratégies militaires en « opération extérieure », dans le cadre d’actions de pacification, de nation building ou de guerre contre le terrorisme. Classiquement, les guerres interétatiques traçaient une ligne entre amis et ennemis, ligne de front où se jouait l’enjeu décisif : l’épreuve de force contre l’ennemi. Les conflits contemporains dans lesquels sont engagées des forces occidentales sont conçus différemment et leur enjeu est tout autre190. La population doit être amenée à adhérer à l’intervention militaire sur son territoire et surtout, en son sein.

  • 191 STP, p. 77.

94Reprenant les travaux de Foucault dans Sécurité, territoire, population, Christian Olsson montre une modalité de la guerre qui ne s’inscrit plus — ou plus seulement — dans la perspective de la souveraineté. La nature de la population qu’il s’agit de gouverner, pour Foucault, est telle que l’on sort du rapport de la volonté souveraine à la soumission des sujets. L’enjeu n’est plus celui de l’imposition de la loi du souverain à une nature rétive, le souverain et ce à quoi il applique sa loi étant conçus comme deux pôles de natures différentes. Il s’agit de tout autre chose : « On a une population dont la nature est telle que c’est à l’intérieur de cette nature, à l’aide de cette nature, à propos de cette nature que le souverain doit déployer des procédures réfléchies de gouvernement191. »

  • 192 Christian Olsson, « Guerre totale et/ou force minimale ? Histoire et paradoxes des “cœurs et des es (...)
  • 193 DS, p. 194.
  • 194 Rupert Smith, The Utility of Force. The Art of War in the Modern World, Londres, Alan Lane, 2005, i (...)

95Le trait commun de ces guerres non clausewitziennes est de placer les populations peuplant les territoires où le conflit est engagé au centre de l’action. « L’enjeu est en effet notamment d’identifier, de localiser, de fixer, d’isoler et de “neutraliser” l’ennemi se cachant au sein de la population. Sur un plan plus général, cela suppose de connaître, de contrôler et, si possible, d’obtenir l’allégeance, la loyauté, le consentement, l’approbation ou à défaut, l’acquiescement, l’assujettissement ou la soumission, de ces populations192. » L’ennemi est désormais indissociable de la population et la guerre devient « défense de la société contre les dangers qui naissent dans son propre corps et de son propre corps193 ». La guerre doit désormais être faite, non pas contre la population — ou contre sa partie combattante — mais « parmi la population194 », et aussi à partir de et pour la population, puisqu’il s’agit en quelque sorte de l’assainir, de la sécuriser (dans le double sens que cela suppose : qu’elle ne constitue pas un danger et qu’elle se sente en sécurité) et de majorer ses potentialités.

  • 195 Ibid., p. 395, in Christian Olsson, « Guerre totale et/ou force minimale ? Histoire et paradoxes de (...)

96L’antienne de la lutte contre l’immigration clandestine, toujours associée à la lutte contre le terrorisme et la criminalité internationale, tient d’une même logique : il s’agit de « chercher à capter la volonté d’une population tout en combattant l’adversaire en son sein195 ». La confusion entretenue entre traite des êtres humains, trafic et économie informelle est exemplaire, notamment dans la communication suivante de la Commission européenne, relative — il faut le souligner — à l’immigration légale.

  • 196 Communication de la Commission, « Programme d’action relatif à l’immigration légale », COM(2005) 66 (...)

97« Pour être efficace, une politique migratoire ne peut se limiter à des instruments relatifs à l’admission des immigrants. D’autres mesures législatives et opérationnelles tout aussi importantes sont nécessaires, car l’immigration est un phénomène véritablement complexe, qui doit être analysé dans toutes ses dimensions, dans le cadre d’une approche cohérente. L’admission des migrants économiques est inséparable tant des mesures d’intégration, d’une part, que des mesures de lutte contre l’immigration et l’emploi clandestins, y compris la traite d’êtres humains, d’autre part. C’est dans ce contexte que l’UE doit intensifier ses efforts afin de réduire l’économie informelle, un clair “facteur d’attraction” pour l’immigration clandestine et qui débouche souvent sur l’exploitation des personnes concernées196. »

4. Conclusion intermédiaire

  • 197 La communication du Commissaire européen à l’emploi, aux affaires sociales et à l’inclusion, intitu (...)

98La dynamique interne du capitalisme et l’accélération des mouvements des capitaux, et, par conséquent, des emplois eux-mêmes induisent une nécessité pour les gestionnaires des ressources humaines mondiales de réagir au plus vite aux pénuries en favorisant le déplacement sur les sites sans cesse transplantés d’une main-d’œuvre adéquatement (non-) qualifiée197.

99L’apparente contradiction entre une politique de répression des migrations irrégulières qui ne serait que rhétorique et une politique effective de tolérance voire de production de migrants irréguliers se dissipe pour exposer une cohérence, une conséquence « naturelle » de la nécessité du marché mondial de mettre la main-d’œuvre en concurrence. L’injonction généralisée à la mobilité s’articule à une multiplication des instruments des frontières et à une dissémination spatiale de celles-ci.

  • 198 Zygmunt Bauman, Le Coût humain de la mondialisation, op.. cit., p. 134.

100Le procès d’accumulation capitaliste renouvelle la soi-disant accumulation primitive et appelle à la formation de nouvelles armées industrielles de réserve que les frontières mondiales ont pour fonction de gérer. Il s’agit de filtrer, de rendre disponible, de différencier, de mettre en attente ou au contraire d’expédier les populations de manière à pouvoir répondre à la mobilité du capital et des moyens de production. Jobs are on the move, les travailleurs doivent suivre. Et pour cela, il faut pouvoir jouer à la fois de l’espace et du temps. Ainsi se forme un principe de hiérarchisation de la mobilité des populations mondiales. « L’“accès à la mobilité mondiale” […] constitue aujourd’hui le premier des facteurs de stratification198. »

101La dimension géographique de la frontière, élément essentiel de la souveraineté, s’efface au profit d’une conception de la frontière s’intégrant dans une gouvernementalité. La frontière n’est plus tant un lieu qu’une fonction qui régule des flux, qui gouverne des populations selon une dimension temporelle.

  • 199 William Walters, « Deportation, Expulsion, and the International Police of Alien », art. cit. Nous (...)

102De nouveaux acteurs non étatiques, nous l’avons vu, prennent une place de plus en plus importante dans la prise en charge de l’entrée et du séjour sur les territoires des États. À l’aune de cela, il faut reconsidérer la question de la souveraineté qui trouvait traditionnellement dans le geste d’exclusion à la frontière un de ses actes les plus caractéristiques. La détention et l’expulsion de migrants en situation irrégulière ne peuvent simplement être conçues comme des actes de réaffirmation de la souveraineté d’un État et de ses frontières territoriales. Elles s’inscrivent en effet dans un ensemble bien plus large de techniques gouvernementales dont l’examen synoptique permet de mettre en évidence qu’il relève d’une autre rationalité, où « le taux d’expulsion devient un “objectif” à remplir par les offices d’immigration, quand les agences nationales et internationales cherchent à comparer les niveaux et les techniques d’expulsion entre les différents pays et à rassembler les informations sur les “meilleures pratiques”199 ».

  • 200 Cf. Étienne Balibar, La Crainte des masses. Politique et philosophie avant et après Marx, op. cit., (...)
  • 201 Ibid.

103La frontière recèle une fonction essentielle dans le procès du capitalisme : elle discrimine, différencie et trie les individus nécessaires à la circulation des capitaux et des marchandises. En effet, « en dépit de l’informatique et des télécommunications les capitaux ne circulent toujours pas sans une abondante circulation d’hommes, les uns vers “le haut”, les autres vers “le bas”200 ». Il y a d’un côté « les hommes qui font circuler les capitaux » et de l’autre « ceux que les capitaux font circuler » et entre ces deux extrémités, « une énorme masse intermédiaire non classifiable201 ». C’est également en ce sens qu’Étienne Balibar conçoit la polysémie des frontières : elles n’ont pas la même signification pour tout le monde.

  • 202 Ibid., pp. 378-379.

Pour un riche d’un pays riche, tendanciellement cosmopolite (et dont le passeport signifie de plus en plus, non pas une simple appartenance nationale, une protection et un droit de citoyenneté, mais un surcroît de droits, en particulier un droit mondial de circulation sans entraves), la frontière est devenue une formalité d’embarquement, un point de reconnaissance symbolique de son statut social qui se franchit au pas de course. Pour un pauvre d’un pays pauvre, la frontière est tendanciellement tout autre chose : non seulement c’est un obstacle très difficile à franchir, mais c’est un lieu où l’on revient sans cesse se heurter, que l’on passe et repasse au gré d’expulsions et de regroupements familiaux, dans lequel finalement on séjourne. C’est une zone spatio-temporelle extraordinairement visqueuse, presque un lieu de vie — une vie qui est une attente de vivre, une non-vie202.

  • 203 Cf. Serhat Karakayali and Enrica Rigo, « Mapping the European Space of Circulation », art. cit.
  • 204 Ibid. Nous traduisons.

104La « déterritorialisation » des frontières extérieures et intérieures de l’Union européenne, conjuguée à la dimension temporelle de celles-ci, dessine les contours d’un « gouvernement de la mobilité », tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du territoire203. Un tel gouvernement ne s’attache plus tant à gouverner une population sédentaire et située sur son territoire mais plutôt à gérer des populations conçues comme mobiles. Son objectif est dès lors de différencier des vitesses de déplacement, de réguler des trajectoires, de faire varier les conditions de manière à ralentir et accélérer, mettre en attente et mettre en mouvement, interrompre et relancer, retenir et relâcher les déplacements humains. C’est dans cette perspective que les camps qui prolifèrent dans et à l’extérieur de l’espace Schengen peuvent être compris ni comme des institutions disciplinaires et panoptiques ni comme des manifestations de la souveraineté, mais comme des instruments de régulation de la vitesse des déplacements et des « centres d’information et de communication et des lieux de repos [temporaires]204 ». Les camps rendent les migrants productifs en les inscrivant dans une logique temporelle de gestion du travail.

  • 205 Sandro Mezzadra and Brett Neilson, « Borderscapes of Differential Inclusion. Subjectivity and Strug (...)

105L’externalisation de la frontière est un instrument technique qui se développe à l’échelle mondiale afin de filtrer sélectivement les mouvements de personnes. Ce dispositif s’inscrit dans ce que Sandro Mezzadra et Brett Neilson nomment l’inclusion différentielle205.

  • 206 Ibid., p. 191. Nous traduisons et nous soulignons.

106Forgé pour rendre compte de l’action effective de l’Union européenne en matière de migrations, le concept d’inclusion différentielle permet de rendre compte du fait que l’inclusion dans un espace peut être sujette à des degrés variables de subordination, qu’elle peut être réglée par des règles différentes. Elle permet de compliquer la dichotomie dedans-dehors ou national-étranger, héritée de la conception traditionnelle de la frontière entre États-nations, pour relever les variations des états de discrimination et saisir les multiples segmentations qu’opèrent les frontières dans la masse des migrants. Parler de l’Europe comme d’un processus qui met en œuvre une inclusion différentielle plutôt que de voir en elle seulement la construction de murs (l’Europe comme forteresse) rend possible la prise en considération de la présence sur le territoire européen de migrants comme autre chose que l’attestation de l’échec des politiques restrictives — que cet échec suscite la réjouissance ou l’opprobre. « Que ce soit dans le cas européen ou dans le cas mexicano-états-unien, il existe une production légale d’illégalité et un procès correspondant d’inclusion des migrants par l’illégalisation qui créent les conditions sous lesquelles une division raciale est inscrite dans la composition de la main-d’œuvre et de la Cité. De ce point de vue, les dispositifs et les pratiques de renforcement de la frontière forment les conditions sous lesquelles le franchissement des frontières est possible et effectivement pratiqué et vécu206 . »

  • 207 Et ceci est déjà une approximation puisque le rapport à la frontière entre les Allemands et les Fra (...)
  • 208 Sur ce point, voir Étienne Balibar, « L’étranger comme ennemi. Sur la citoyenneté transnationale », (...)

107La multiplication des frontières dans l’espace et dans le temps est également une multiplication de ses formes. Certaines frontières ne sont plus que des délimitations administratives tandis que d’autres tracent des espaces géopolitiques distincts, hétérogènes, voire antagonistes. Par exemple, les ressortissants de l’Union européenne ne sont pas des étrangers les uns pour les autres207 comme le sont pour eux les ressortissants des pays tiers. La catégorie de « pays tiers » elle-même n’est en rien homogène puisque tous les pays non européens ne sont pas également « tiers » : la hiérarchie établie entre eux, pensée en termes de dangerosité supposée, de « proximité culturelle » et de poids économique, produit des « étrangers » de type très différents208.

  • 209 Voir le Rapport Migration 2011, pp. 155-171.

108Cette production diversifiée d’étranger se traduit notamment dans la multiplicité des statuts qui peuvent leur être octroyés, au point où ce n’est plus tant la nationalité qui détermine le traitement auquel une personne sera soumise mais davantage le type de statut qui lui est donné209. La primauté du statut sur la nationalité indique une transformation du rapport de la frontière au territoire, la première tendant à se découpler du second, et cela n’est pas sans rappeler le système de liens d’obligation personnels qui structurait, davantage que le territoire, les rapports d’autorité au Moyen-Âge.

109Les migrants sont pris dans une série de statuts et de liens de force et de nature diverses. Ils sont bien entendu liés aux États par la nationalité, mais les États ne sont plus les seuls acteurs sur la scène mondiale des migrations. Sur leur parcours, ils rencontrent des organisations intergouvernementales, des organisations non gouvernementales, des entreprises multinationales, des entreprises criminelles, des communautés ethniques et religieuses, etc. qui tissent un réseau d’appartenances et de dépendances multiples qui enjambent les frontières nationales.

  • 210 Paolo Cuttitta, « Le monde-frontière. Le contrôle de l’immigration dans l’espace globalisé », art. (...)

Territorialité fermée et États semblent donc moins pertinents dans les dynamiques du pouvoir. Avec eux, ce sont également les frontières matérielles, fixes et linéaires qui perdent de l’importance. Les frontières du pouvoir se multiplient en effet dans leur ensemble, avec le développement du nombre des diverses autorités : en se différenciant en d’innombrables formes, typologies et degrés de rigidité ; en s’entrecroisant et en se superposant, dans la mesure où ils délimitent des champs d’action, d’interaction et d’inclusion différents210.

  • 211 Le « transnationalisme » est devenu un sujet d’études sociologiques dans les années nonante. Ces tr (...)

110Il faut cependant noter que les États prennent part et encouragent certaines de ces nouvelles formes d’allégeance. Par exemple, les activités économiques de migrants renvoyés au pays suite à un programme de retour volontaire sont promues, afin d’entretenir des échanges et des pratiques transnationales211 entre les membres de communautés diasporiques. Les pratiques transnationales instituent des liens particulièrement puissants, par-delà les frontières et indépendamment des États. Mais les États de résidence et les États d’origine les promeuvent, notamment au titre de la coopération au développement.

  • 212 Cf. Paolo Cuttitta, « Le monde-frontière. Le contrôle de l’immigration dans l’espace globalisé », a (...)

111En somme, le « monde-frontière212 » est un réseau de frontières de natures diverses : matérielles ou immatérielles, territoriales ou supraterritoriales, statutaires ou informelles, nationales ou transnationales.

Notes

1 Cf. Laurent Berger, « Capitalisme et mondialisation. De l’autonomie des trajectoires locales à l’interdépendance systémique globale », in Philippe Beaujard, Laurent Berger et Philippe Norel (dir.), Histoire globale, mondialisations et capitalisme, Paris, La Découverte, 2009, p. 422.

2 Cf. ibid., p. 423.

3 Cf. Philippe Beaujard, Laurent Berger et Philippe Norel, « Par-delà l’eurocentrisme : les mondialisations et le capitalisme au prisme de l’Histoire globale », in Philippe Beaujard, Laurent Berger et Philippe Norel (dir.), Histoire globale, mondialisations et capitalisme, op. cit., p. 14.

4 Ibid., p. 15.

5 C’est-à-dire une « coordination décentralisée de l’ensemble des activités par le biais des prix », liée à l’apparition de structures régulatrices non étatiques market-oriented (cf. ibid., pp. 15-16).

6 Cf. ibid., p. 19.

7 Cf. André Tosel, Du retour du religieux. Scénarios de la mondialisation culturelle I, Paris, Kimé, 2011, pp. 21-52.

8 Ibid., p. 21.

9 Cf. ibid., p. 22.

10 Ibid., p. 23.

11 Ibid., p. 24.

12 Ibid., p. 25.

13 Immanuel Wallerstein, Le Capitalisme historique, op. cit., p. 122.

14 Ibid., pp. 122-123.

15 Immanuel Wallerstein, Comprendre le monde. Introduction à l’analyse des système-monde (2004), Paris, La Découverte, 2006, p. 7.

16 Cf. ibid., p. 34.

17 Wallerstein évoque trois tentatives dans l’histoire où une autorité politique a tenté de constituer un « empire-monde », c’est-à-dire « une structure qui n’a qu’une seule autorité politique pour l’ensemble du système-monde » : Charles-Quint au xvie siècle, Napoléon au xixe et Hitler au xxe. Il distingue ces tentatives, toujours mises en échec, des situations d’hégémonie que des États ont pu atteindre (les Provinces unies au xviie siècle, le Royaume-Uni au xixe et les États-Unis au xxe) (cf. ibid., p. 94).

18 Immanuel Wallerstein, Le Système du monde du xve siècle à nos jours. Vol. 1 : Capitalisme et économie-monde, 1450-1640, Paris, Flammarion, 1992, p. 19.

19 Cf. Immanuel Wallerstein, Comprendre le monde. Introduction à l’analyse des système-monde, op. cit., p. 33.

20 Immanuel Wallerstein, Le Système du monde du xve siècle à nos jours. Vol. 1 : Capitalisme et économie-monde, 1450-1640, op. cit., p. 19.

21 Ibid., p. 118.

22 Ibid., pp. 83-84.

23 Cf. ibid., p. 191.

24 Cf. ibid., p. 254.

25 Ibid., p. 315.

26 Cf. Immanuel Wallerstein, Comprendre le monde. Introduction à l’analyse des système-monde, op. cit., p. 53.

27 Cf. Immanuel Wallerstein, Le Système du monde du xve siècle à nos jours. Vol. 1 : Capitalisme et économie-monde, 1450-1640, op. cit., p. 315.

28 Cf. Immanuel Wallerstein, Comprendre le monde. Introduction à l’analyse des système-monde, op. cit., p. 50.

29 Marc Bloch, in Cambridge History of Europe, I, p. 247, in Immanuel Wallerstein, Le Système du monde du xve siècle à nos jours. Vol. 1 : Capitalisme et économie-monde, 1450-1640, op. cit., p. 84.

30 Ibid.

31 Ibid., p. 87.

32 Ibid., p. 89.

33 Ibid., p. 87.

34 Cf. ibid.

35 Cf. ibid., p. 102.

36 Cf. ibid., p. 133.

37 Ibid., p. 109.

38 « La tendance à créer un marché mondial est incluse dans le concept même du capital » (Karl Marx, Principes d’une critique de l’économie politique, Œuvres II, Économie II, Éd. établie et annotée par M. Rubel, Paris, Gallimard, La Pléiade, 1968, p. 258).

39 Cf. Immanuel Wallerstein, Comprendre le monde. Introduction à l’analyse des système-monde, op. cit., p. 10.

40 Cf. ibid., p. 44.

41 Immanuel Wallerstein, Le Système du monde du xve siècle à nos jours. Vol. 1 : Capitalisme et économie-monde, 1450-1640, op. cit., p. 124.

42 Ibid., p. 39.

43 Ibid., p. 313.

44 World Bank, World Development Report 2013 : Jobs, Washingtion DC, World Bank, 2012, p. 20.

45 Ibid., p. xiv. Nous traduisons.

46 Ibid., p. 2. Nous traduisons.

47 Karl Marx, Principes d’une critique de l’économie politique, op. cit., p. 255.

48 Karl Marx, Le Capital, op. cit., Livre I, Chap. xxiv, § 1, p. 803.

49 Ibid., p. 804.

50 Ibid.

51 Cf. Immanuel Wallerstein, Le Système-monde du xve siècle à nos jours. Vol. 1 : Capitalisme et économie-monde, 1450-1640, op. cit., p. 118.

52 World Bank, World Development Report 2013 : Jobs, Washingtion DC, World Bank, 2012, p. 9. Nous traduisons.

53 Cf. Étienne Balibar, L’Europe, l’Amérique, la guerre. Réflexions sur la médiation européenne, Paris, La Découverte, 2005, p. 160.

54 Étienne Balibar, « De la lutte des classes à la lutte sans classes ? », in Étienne Balibar et Immanuel Wallerstein, Race, nation, classe. Les identités ambiguës, op. cit., p. 237.

55 Karl Marx, Le Capital, op. cit., Livre I, Chap. xxiv, § 1, p. 804.

56 Cf. David Harvey, Le Nouvel Impérialisme, op. cit., p. 174.

57 Cf. ibid., p. 175.

58 Ibid., p. 114.

59 Cf. Nicolas Vieillescazes, « Spatialiser le marxisme, marxiser la géographie : Le matérialisme historico-géographique de David Harvey », in David Harvey, Géographie de la domination (2001), Trad. Nicolas Viellescazes, Les Prairies ordinaires, 2008, p. 18. Étonnamment, les traducteurs du Nouvel impérialisme traduisent, deux ans plus tard, spatio-temporal fixes par « aménagements spatio-temporels » sans en expliquer les multiples sens (cf. Jean Batou, « Les habits neufs de l’impérialisme », préface à David Harvey, Le Nouvel Impérialisme, op. cit., p. 9).

60 David Harvey, Le Nouvel Impérialisme, op. cit., p. 136.

61 Ibid.

62 Ce que les économistes nomment « investissement en capital humain ».

63 Ibid.

64 Cf. ibid., p 146.

65 Cf. ibid., p. 142.

66 Cf. David Harvey, Géographie de la domination (2001), op. cit., pp. 114-115.

67 Ibid., p. 115.

68 Ibid., pp. 86.

69 Karl Marx, Principes d’une critique de l’économie politique, op. cit., p. 251.

70 Ibid.

71 Ibid.

72 David Harvey, Géographie de la domination, op. cit., p. 86.

73 David Harvey, Le Nouvel Impérialisme, op. cit., p. 126.

74 Cf. ibid.

75 David Harvey, Géographie de la domination, p. 70.

76 Cf. ibid., p. 71.

77 Ibid., p. 72.

78 Karl Marx, Le Capital, op. cit., Livre I, Chap. xxiii, § 3, p. 709.

79 Ibid., p. 708.

80 Ibid.

81 Le processus des enclosures, aux xvie et xviie siècles fut déterminant dans la formation d’un surplus de main-d’œuvre qui remplit les rangs des ouvriers agricoles salariés, de vagabonds puis de travailleurs pour l’industrie. « Le processus même qui a libéré le paysan des contraintes du féodalisme a peut-être été une façon de plus de l’appauvrir » (Immanuel Wallerstein, Le Système du monde du xve siècle à nos jours. Vol. 1 : Capitalisme et économie-monde, 1450-1640, op. cit., p. 221). Durant les cent ans écoulés entre 1540 et 1640 s’est formée une classe d’agriculteurs capitalistes « tandis que commence à se constituer un prolétariat dont la majeure partie n’est pas encore fixée dans les villes, mais se compose de “vagabonds”, de travailleurs saisonniers qui ont des lopins de subsistance et d’un prolétariat citadin » (Ibid., p. 225).

82 Karl Marx, Le Capital, op. cit., Livre I, Chap. xxiii, § 3, p. 710.

83 Ibid., p 717.

84 H. Merivale, Lectures on Colonization and Colonies, London, 1841 and 1842, v. I, p. 146, in ibid., p. 711.

85 Ibid., p. 719.

86 Cf. ibid.

87 Ibid.

88 Ibid., p. 722.

89 Ibid., p. 723.

90 Ibid., p. 721.

91 Ibid.

92 Cf. David Harvey, Le Nouvel Impérialisme, op. cit., p. 169.

93 Cf. ibid.

94 Étienne Balibar, Les Frontières de la démocratie, op. cit., p. 202.

95 Karl Marx, Le Capital, op. cit., Chap. xxiii, § 3, p. 713.

96 David Harvey, Géographie de la domination, op. cit., pp. 92-94.

97 Nous contestons sur ce point la conception de Zygmunt Bauman qui affirme que « le capital s’étant émancipé de l’espace, il n’a plus besoin de travailleurs itinérants (et son avant-garde la plus avancée technologiquement n’a presque plus besoin de travail, quel qu’il soit, mobile ou immobile) » (Zygmunt Bauman, Le Coût humain de la mondialisation, op. cit., p. 143). Le touriste de Bauman n’est pas seulement la figure de celui qui peut obéir au désir qui lui est instillé de voyager, il est aussi — que ce soit sous la forme littérale du vacancier ou sous les formes dérivées de l’homme d’affaires ou de l’universitaire global — un transporteur de capitaux. Le capital continue de devoir être accompagné physiquement par des transporteurs et le procès d’accumulation a toujours besoin d’une force de travail pour se déployer.

98 David Harvey, Géographie de la domination, op. cit., p. 94.

99 Étienne Balibar, Droit de cité. Culture et politique en démocratie, op. cit., p. 60.

100 Étienne Balibar, Europe, constitution, frontière, Éd. du Passant, 2005, p. 95.

101 Ibid. C’est à partir de cet état de fait, du constat qu’il n’y a pas de frontières de l’Europe mais qu’elle est « elle-même une frontière […], ou plus exactement une superposition de frontières », que Balibar invite à désidentifier, à désubstantialiser l’Europe en renonçant « aux mythes de la clôture et de l’identité exclusive ». Sa proposition est de considérer l’identité non pas comme un donné mais comme « une qualité de l’action collective, appelée à changer de forme et de contenu à mesure que des défis historiques se présentent, que des acteurs nouveaux entrent en scène et que des solidarités inédites se créent entre ceux qui, hier encore, s’ignoraient voire s’opposaient » (cf. Étienne Balibar, L’Europe, l’Amérique, la guerre. Réflexions sur la médiation européenne, op. cit., pp. 33-37).

102 Cf. « Critères d’adhésion (critères de Copenhague) », http://europa.eu/legislation_summaries/glossary/accession_criteria_copenhague_fr.htm. Consulté le 20 décembre 2012.

103 Cf. Ilkka Laitinen, « Fields of Action and Conceptual Approaches of Integrated European Border Security », BKA Autumn Conference, Wiesbaden, 15 November 2006, http://www.bka.de/nn_193746/SharedDocs/Downloads/DE/Publikationen/Herbsttagungen/2006/herbsttagung2006laitinenPraesentation,templateId=raw,property=publicationFile.pdf/herbsttagung2006laitinenPraesentation.pdf, Également cité par Bernd Kasparek, « Borders and Populations in Flux : Frontex’s Place in the European Union’s Migration Management », art. cit., p. 128.

104 Étienne Balibar, Europe, constitution, frontière, op. cit., p. 133.

105 Si le droit construit la fiction de la frontière comme une ligne délimitant un territoire, il ne faut évidemment pas entendre le caractère fictif de celle-ci comme une faiblesse, comme si elle était par là marquée par un manque. C’est que législateur use de la fiction comme d’une technique qui lui permet de créer du droit. Elle est un « mensonge créateur » en vue de « produire un effet de droit » (Gérard Cornu, « Fiction », in Vocabulaire juridique, Paris, PUF, Coll. Quadrige, 2007 [1987], p. 408).

106 Gérard Cornu, « Frontière », art. cit., p. 431. Voir aussi Rutvica Andrijasevic, « From Exception to Excess. Detention and Deportation across the Mediterranean Space », art. cit.

107 Claude Blumann, « Frontières et limites », in Société Française pour le Droit International, La Frontière, Colloque de Poitiers, Paris, Éd. A. Pedone, 1980, p. 4.

108 Cf. Jean Nouzille, Histoire de frontières. L’Autriche et l’Empire ottoman, op. cit., p. 23.

109 Cf. ibid., p. 40.

110 Cf. ibid., pp. 46 et 256. Il serait intéressant d’étudier de manière approfondie les liens entre les évolutions techniques et militaires d’exercice du pouvoir et les différentes conceptions de la frontière qui les accompagnent.

111 L’anglais dispose de deux termes distincts alors que le français est obligé d’apposer un terme distinctif : frontier pour la frontière-zone et boundary pour la frontière-ligne.

112 Claude Blumann, « Frontières et limites », art. cit., p. 5.

113 Ibid.

114 Florence Poirat, « Territoire », in Denis Alland et Stéphane Rials (dir.), Dictionnaire de la culture juridique, Paris, PUF, 2003, p. 1475.

115 Étienne Balibar, Europe, constitution, frontière, op. cit., p. 101.

116 Il faut immédiatement apporter un addendum à ce raccourci, afin d’éviter tout contre-sens. Nous ne voulons pas bien entendu suggérer que les frontières historiques des vieux États sont produites par la nature. Même quand elle est tracée sur des lignes de crêtes, la frontière est toujours artificielle ; elle est la résultante historique de la circulation humaine sur un donné géologique variablement praticable. « La seule géographie connue par le juriste est la géographie humaine » (cf. Pierre-Marie Dupuy, « La frontière et l’environnement », in Société Française pour le Droit International, La Frontière, op. cit., pp. 268-286). Les frontières « naturelles » ne sont pas données d’avance, elles sont cherchées (cf. Jean Nouzille, Histoire de frontières. L’Autriche et l’Empire ottoman, op. cit., p. 256).

117 Claude Blumann, « Frontières et limites », art. cit., p. 6.

118 Cf. Denis Alland et Stéphane Rials (dir.), « Territoire », art. cit., p. 1476.

119 Ibid.

120 Jean-Christophe Martin, « Quelle gestion pour quelles frontières ? », art. cit., p. 12.

121 La nouveauté doit être relativisée. Depuis la deuxième guerre mondiale au moins, mais sans doute déjà depuis la première, la frontière n’était pas la simple limite entre deux États. L’un des trois aspects de la frontière qu’identifie Étienne Balibar est le fait qu’elle est « surdéterminée », c’est-à-dire qu’elle est « sanctionnée, redoublée et relativisée par d’autres divisions géo-politiques ». Les blocs formés durant la guerre froide, la création de l’ONU agissent, surdéterminent la frontière nationale et font qu’il existe plusieurs manières d’être étranger. Par exemple, le passage d’un bloc à l’autre était des plus difficiles parce que cet étranger était supposé être un espion-ennemi. C’est aussi dans ce contexte que s’est construit le droit d’asile — exemple de surdétermination de la frontière — comme arme dans la lutte idéologique (cf . Étienne Balibar, La Crainte des masses : politique et philosophie avant et après Marx, op. cit., p. 375).

122 Cela reste vrai même si une seule et même frontière est formée par le traité d’Amsterdam. « La conclusion des accords de Schengen, leur inclusion dans le Traité d’Amsterdam avec la création d’un “espace de liberté, de sûreté et de justice”, ainsi que le déplacement des frontières nationales aux frontières externes de l’Union ont déterminé des changements structurels dans le système qui régit les frontières. On pourrait croire que, superficiellement, la disparition des frontières internes entre les États membres a créé un espace de circulation commun et a étendu le nombre de sujets susceptibles de jouir d’une liberté de mouvement transnational. Pourtant, à y regarder de plus près, la responsabilité réciproque entre les États, contenue dans le concept de communautarisation des frontières, a transformé toutes les frontières internes et externes en une seule frontière, qui appartient à chacun des États membres. […] Selon l’article 5 de la Convention d’Application des Accords de Schengen, pour être admis sur le territoire d’un des pays de l’Union, un étranger “ne doit pas être considéré comme dangereux pour l’ordre public, la sûreté nationale ou les relations internationales” de l’un des États membres, parties de la convention. En raison de la coresponsabilité entre les États membres impliquée par le système Schengen, les concepts d’ordre public et de sûreté nationale qui s’appliquent au sein de “l’espace de liberté, de sûreté et de justice” ne sont donc plus le fruit d’une élaboration autonome, mais la somme des restrictions établies dans chaque pays » (Enrica Rigo, « Aux frontières de l’Europe. Citoyennetés postcoloniales dans l’Europe élargie », art. cit., pp. 448-449). Les contrôles s’exercent tant aux frontières intérieures qu’aux frontières extérieures. « En réalité, s’ils renforcent effectivement les contrôles aux frontières extérieures, les pays contractants de Schengen ne suppriment pas pour autant les contrôles aux frontières intérieures. Ceux-ci sont maintenus par des biais détournés : système d’information Schengen […] qui permet de tracer les mouvements des personnes à l’intérieur de l’Union, mise en place de centres de coopération policière et douanière, délégation de la fonction de “contrôleur des frontières intérieures” aux compagnies de transport par le biais de sanctions pécuniaires en cas d’acheminement d’étrangers indésirables, etc. » (Christian Olsson, « Régimes juridiques et régulation des mobilités dans l’Union européenne », art. cit., p. 58).

123 Geoffrey Bennington, Frontières kantiennes, Galilée, 2000, p. 12.

124 Dans une étude sur l’Organisation mondiale du commerce, Yves Schemeil, politologue, dit de la manière dont les frontières sont conçues à l’OMC qu’« on ne les y conçoit pas comme de fines lignes incontournables entre identité et altérité que symbolisent nos modernes polices de l’air et des frontières, mais plutôt sur le modèle flou et nuageux du limes romain » (cf. Yves Schemeil, « Estomper les frontières, instituer le monde : l’OMC, un coopérateur marginal ? », in Pierre de Senarclens (dir.), Les Frontières dans tous leurs états. Les relations internationales au défi de la mondialisation, Bruxelles, Bruylant, 2009, p. 30).

125 Immanuel Wallerstein, Le Système du monde du xve siècle à nos jours. Vol. 1 : Capitalisme et économie-monde, 1450-1640, op. cit., p. 273.

126 Ibid.

127 Cf. ibid., p. 273-274.

128 Cf. ibid., p. 305.

129 Ibid., p. 314. Wallerstein précise ici que cette donnée ne varie pas toujours en mieux. Cette remarque doit nous empêcher de tomber dans une vision téléologique, qui considérerait le perfectionnement des moyens de transport et de communication comme un progrès continu et sans retour en arrière possible. Des ratés et des résistances, volontaires ou non, émancipateurs ou non, sont envisageables. Ils existent d’ailleurs, peut-être encore marginalement, dans les attaques informatiques et les détournements d’avion.

130 Cf. Étienne Balibar, Droit de cité. Culture et politique en démocratie, op. cit., p. 32.

131 Stephen Graham, Simon Marvin, Splintering Urbanism, Londres, Routledge, 2001, p. 15, in Zygmunt Bauman, Le Présent liquide. Peurs sociales et obsession sécuritaire, op. cit., p. 98.

132 Zygmunt Bauman, Le Coût humain de la mondialisation, op. cit., p. 155.

133 Voir, en plus de ceux que nous citons ci-après, Paolo Cuttitta, « Le monde-frontière. Le contrôle de l’immigration dans l’espace globalisé », Cultures & Conflits, no 68, Hiver 2007, pp. 61-84.

134 Nicholas De Genova & Nathalie Peutz, « Introduction. A Deportation Regime ? », art. cit.

135 Cf. Sandro Mezzadra and Brett Neilson, « Borderscapes of Differential Inclusion. Subjectivity and Struggles on the Threshold of Justice’s excess », in Étienne Balibar, Sandro Mezzadra and Ranabir Samaddar (eds.), The Borders of Justice, Philadelphia, Temple University Press, 2012, p. 191.

136 Cf. Catalina Santana, « Le système du Hukou », Recueil Alexandries, Collections Synthèses, avril 2011, http://www.reseau-terra.eu/article1147.html, consulté le 4 septembre 2012, Chloé Froissart, « Le système du hukou : pilier de la croissance chinoise et du maintien du PCC au pouvoir », Les Études du CERI, no 149, septembre 2008, http://www.ceri-sciencespo.com/publica/etude/etude149.pdf, consulté le 4 septembre 2012 et Chloé Froissart, « Les migrations intérieures en Chine », in Christophe Jaffrelot et Christian Lequesne (dir.), L’Enjeu mondial. Les migrations, op. cit., pp. 65-72.

137 Cf. Chloé Froissart, « Les migrations intérieures en Chine », art. cit., p. 66.

138 Cf. Sandro Mezzadra and Brett Neilson, « Borderscapes of Differential Inclusion. Subjectivity and Struggles on the Threshold of Justice’s excess », art.cit., p. 192.

139 Cf. Nicholas De Genova & Nathalie Peutz, « Introduction. A Deportation Regime ? », art. cit.

140 Étienne Balibar, Europe, constitution, frontière, op. cit, pp. 135-136.

141 Cf. Sandro Mezzadra and Brett Neilson, « Border as Method, or, the Multiplication of Labor », EIPCP, Mars 2008, http://eipcp.net/transversal/0608/mezzadraneilson/en. Consulté le 28 août 2012.

142 Enrica Rigo, « Aux frontières de l’Europe. Citoyennetés postcoloniales dans l’Europe élargie », art. cit., p. 451.

143 Cf. Zygmunt Bauman, Le Coût humain de la mondialisation, op. cit., pp. 119-155.

144 Ibid., p. 135.

145 Ibid., p. 136.

146 Ibid.

147 Federica Infantino, « La frontière au guichet », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. VII, 2010, mis en ligne le 24 septembre 2010, Consulté le 15 mai 2013. URL : http://champpenal.revues.org/7864 ; DOI : 10.4000/champpenal.7864.

148 Régis Minvielle, « Migrants (subsahariens) en transit à Tamanrasset : du passage à l’impasse ? », M@ppemonde, Revue trimestrielle sur l’image géographique et les formes du territoire, Numéro 103 (3-2011), http://mappemonde.mgm.fr/num31/articles/art11301.pdf. Consulté le 16 mai 2013.

149 Chowra Makaremi, « Vies “en instance” : Le temps et l’espace du maintien en zone d’attente. Le cas de la “Zapi 3” de Roissy-Charles-De-Gaulle », REVUE Asylon(s), No 2, octobre 2007, Terrains d’ASILES, url de référence : http://www.reseau-terra.eu/article664.html. Consulté le 16 mai 2013.

150 Violaine Carrère, Sara Prestianni et Anne-Sophie Wender, « Errance et campements », in Olivier Clochard (dir.), Atlas des migrants en Europe. Géographie critique des politiques migratoires, Migreurop, Paris, Armand Colin, 2012, pp. 120-123.

151 Joris Schapendonk, « Migrants’ Im/Mobilities on Their Way to the EU : Lost in Transit ? », Tijdschrift voor economische en sociale geografie, Volume 103, Issue 5, December 2012, pp. 577-583, http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/j.1467-9663.2012.00735.x/pdf. Consulté le 16 mai 2013.

152 Federica Infantino, « La frontière au guichet », art. cit., § 11.

153 Ibid., § 30.

154 Cf. supra, Chap. i et iii.

155 Régis Minvielle, « Migrants (subsahariens) en transit à Tamanrasset : du passage à l’impasse ? », art. cit., p. 3.

156 Ibid.

157 Ibid., p. 9.

158 Chowra Makaremi, « Vies “en instance” : Le temps et l’espace du maintien en zone d’attente. Le cas de la “Zapi 3” de Roissy-Charles-De-Gaulle », art. cit.

159 Ibid.

160 La distinction entre ce qui est formel et ce qui ne l’est pas est impossible à tenir complètement puisque l’« alouette » — nom donné aux migrants à cet abri, par une francisation très signifiante du mot arabe oued (rivière ou vallée) qui le désignait originellement — est le lieu où les patrouilles de police confinent de fait les migrants par l’action de leur surveillance (cf. Régis Minvielle, « Migrants (subsahariens) en transit à Tamanrasset : du passage à l’impasse ? », art. cit., p. 3). L’« alouette » est, au départ, un refuge informel mais l’usage toléré par la police en fait un lieu institué parce qu’il rend plus aisée la surveillance.

161 Chowra Makaremi, « Vies “en instance” : Le temps et l’espace du maintien en zone d’attente. Le cas de la “Zapi 3” de Roissy-Charles-De-Gaulle », art. cit.

162 Cf. Violaine Carrère, Sara Prestianni et Anne-Sophie Wender, « Errance et campements », art. cit.

163 Ibid., p. 122.

164 Cf. Joris Schapendonk, « Migrants’ Im/Mobilities on Their Way to the EU : Lost in Transit ? », art. cit.

165 Cf. ibid., p. 578.

166 Ibid. Nous traduisons.

167 Un Congolais vivant au Maroc depuis trois ans décrit ainsi sa situation : « Nous sommes coincés entre le désert et la mer. Nous ne pouvons pas rentrer chez nous et nous ne pouvons pas avancer » (Ibid., p. 580).

168 Cf. ibid.

169 Cf. ibid.

170 Ibid., p. 581. Nous traduisons.

171 Ibid.

172 L’appellation fait débat. « Illégal », « irrégulier », « sans-papiers » ou « clandestin » : quatre adjectifs pour qualifier l’état de personnes qui n’ont pas reçu ou ont perdu le droit de résider légalement dans un pays. Même si le terme « illégal » apparaît dans de nombreux textes officiels, législatifs ou non, les chercheurs tendent à s’accorder à user de l’adjectif « irrégulier » pour caractériser ces migrants (cf. Nathalie Perrin, « Practical Measures for Reducing Irregular Migration in Belgium », art. cit., p. 7).

173 Cf. Sylvie Saroléa, Droits de l’homme et migrations. De la protection du migrant aux droits de la personne migrante, op. cit., pp. 627-628.

174 Pour plus de précisions sur les droits des étrangers en situation irrégulière, voir Nathalie Perrin, « Practical Measures for Reducing Irregular Migration in Belgium », art. cit., pp. 15-18.

175 Grégoire Chamayou, Les Chasses à l’homme. Histoire et philosophie du pouvoir cynégétique, Paris, La Fabrique, 2010, pp. 201-202. Cet excellent livre trace la généalogie des chasses à l’homme et met en évidence, dans le traitement contemporain des « illégaux », l’articulation de « chasses d’expulsion, chasses policières et étatiques » avec des « mécanismes prédateurs d’acquisition-exploitation de force de travail informelle » (p. 203).

176 Nicholas P. De Genova, « Migrant “Illegality” and Deportability in Everyday Life », art. cit., p. 439. Nous traduisons.

177 Ibid., pp. 439-440. Nous traduisons.

178 Étienne Balibar, Nous, citoyens d’Europe ? Les frontières, l’État, le peuple, op. cit., p. 75.

179 « Ce que nous avions appelé ailleurs le syndrome de “l’impuissance du Tout-Puissant” signifie qu’on assiste à la fois à une multiplication des brimades envers les étrangers de la part des serviteurs de l’État et à une “demande” de telles pratiques discriminatoires de la part d’une partie des citoyens, désorientés par le contraste entre la puissance imaginaire que s’attribue l’État dont dépend leur existence, et le spectacle quotidien de son impuissance à maîtriser les phénomènes de désindustrialisation et les mouvements spéculatifs accélérés par la “mondialisation”. Ainsi, pour reconstituer dans l’imaginaire une souveraineté en fait mythique, se développe un racisme institutionnel, beaucoup plus décisif pour l’évolution des attitudes collectives que le système des préjugés ou des idéologies de rejet de l’Autre. L’État montre (à peu de frais) la force qu’il prétend détenir et rassure du même coup ceux qui soupçonneraient son dénuement » (Ibid., p. 76).

180 Étienne Balibar, Droit de cité. Culture et politique en démocratie, op. cit., p. 34.

181 Cf. Denis Duez. L’Union européenne et l’immigration clandestine. De la sécurité intérieure à la construction de la communauté politique, op. cit.

182 Étienne Balibar, Europe, constitution, frontière, op. cit., pp. 131-132.

183 Franck Aydelotte, Elisabethan Rogues and Vagabonds, in Immanuel Wallerstein, Le Système du monde du xve siècle à nos jours. Vol. 1 : Capitalisme et économie-monde, 1450-1640, op. cit., p. 222.

184 Cf. Étienne Balibar, Droit de cité. Culture et politique en démocratie, op. cit., p. 31.

185 Zygmunt Bauman, Le Coût humain de la mondialisation, op. cit., p. 143.

186 Ibid., p. 148.

187 Ibid., p. 149.

188 Ibid., p. 150.

189 Étienne Balibar, La Proposition de l’égaliberté, Paris, PUF, 2010, pp. 247-248.

190 L’une des thèses principales de l’auteur est que ces guerres ne sont pas, quoi qu’on en dise, nouvelles. Elles ont une histoire qui parcourt les guerres de contre-insurrection et de pacification coloniales. Elles ont, durant la guerre froide dont la structure dichotomique en a masqué la spécificité, donné lieu à la formation d’un savoir stratégique, qui s’est développé « à l’ombre du paradigme dominant de la dissuasion nucléaire » (cf. Christian Olsson, « Guerre totale et/ou force minimale ? Histoire et paradoxes des “cœurs et des esprits” », Cultures & Conflits, No 67, Automne 2007, p. 39).

191 STP, p. 77.

192 Christian Olsson, « Guerre totale et/ou force minimale ? Histoire et paradoxes des “cœurs et des esprits” », art. cit., p. 40.

193 DS, p. 194.

194 Rupert Smith, The Utility of Force. The Art of War in the Modern World, Londres, Alan Lane, 2005, in Christian Olsson, « Guerre totale et/ou force minimale ? Histoire et paradoxes des “cœurs et des esprits” », art. cit., p. 38.

195 Ibid., p. 395, in Christian Olsson, « Guerre totale et/ou force minimale ? Histoire et paradoxes des “cœurs et des esprits” », art. cit., p. 60.

196 Communication de la Commission, « Programme d’action relatif à l’immigration légale », COM(2005) 669 final, http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/site/fr/com/2005/com2005_0669fr01.pdf.

197 La communication du Commissaire européen à l’emploi, aux affaires sociales et à l’inclusion, intitulée « Improving Access to Labour Market Information for Migrants & Employers », est exemplaire à cet égard. Cf. László Andor, « Improving Access to Labour Market Information for Migrants & Employers », SPEECH/12/781, Prononcé le 6 novembre 2012, http://europa.eu/rapid/press-release_SPEECH-12-781_en.htm?locale=FR. Consulté le 20 mars 2013.

198 Zygmunt Bauman, Le Coût humain de la mondialisation, op.. cit., p. 134.

199 William Walters, « Deportation, Expulsion, and the International Police of Alien », art. cit. Nous traduisons.

200 Cf. Étienne Balibar, La Crainte des masses. Politique et philosophie avant et après Marx, op. cit., p. 378.

201 Ibid.

202 Ibid., pp. 378-379.

203 Cf. Serhat Karakayali and Enrica Rigo, « Mapping the European Space of Circulation », art. cit.

204 Ibid. Nous traduisons.

205 Sandro Mezzadra and Brett Neilson, « Borderscapes of Differential Inclusion. Subjectivity and Struggles on the Threshold of Justice’s excess », art. cit., pp. 181-203.

206 Ibid., p. 191. Nous traduisons et nous soulignons.

207 Et ceci est déjà une approximation puisque le rapport à la frontière entre les Allemands et les Français n’est pas le même qu’entre ceux-ci et les Britanniques ni entre les Roumains et les Belges.

208 Sur ce point, voir Étienne Balibar, « L’étranger comme ennemi. Sur la citoyenneté transnationale », CERI, Compte rendu, Mai 2006, http://www.ceri-sciences-po.org, pp. 8-9. Consulté le 23 octobre 2007.

209 Voir le Rapport Migration 2011, pp. 155-171.

210 Paolo Cuttitta, « Le monde-frontière. Le contrôle de l’immigration dans l’espace globalisé », art. cit., p. 64.

211 Le « transnationalisme » est devenu un sujet d’études sociologiques dans les années nonante. Ces travaux portent sur les pratiques et les activités « réalisées au-delà des frontières étatiques par des immigrés dans les domaines économiques, socio-culturel et politique que ce soit à la fois dans le pays dit de résidence et dans le pays dit d’origine ou encore dans le pays dit de résidence et dans un pays tiers » (Marco Martiniello et Hassan Bousetta, « Les pratiques transnationales des immigrés chinois et marocains de Belgique », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 24, no 2 | 2008, mis en ligne le 01 novembre 2011, consulté le 12 octobre 2012. URL : http://remi.revues.org/4512 ; DOI : 10.4000/remi.4512, p. 46).

212 Cf. Paolo Cuttitta, « Le monde-frontière. Le contrôle de l’immigration dans l’espace globalisé », art. cit.

Table des illustrations

Crédits Source : Olivier Clochard (dir.), Atlas des migrants en Europe. Géographie critique des politiques migratoires, Migreurop, Paris, Armand Colin, 2012, p. 39.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/7361/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k

© Presses universitaires de Liège, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search