Version classiqueVersion mobile

Héros et héroïnes dans les mythes et les cultes grecs

 | 
Vinciane Pirenne-Delforge
, 
Emilio Suárez de la Torre

La désignation des héros et héroïnes dans la poésie lyrique grecque1

Carmen Barrigón

Texte intégral

  • 1 Cette étude a été réalisée dans le cadre du Programme de recherche n° PB97-0403 de la DGICYT espag (...)

1Le mythe, que ce soit en tant que récit détaillé ou allusion synthétique, est un composant substantiel de nombreuses variétés lyriques grecques. Parmi les multiples aspects qui peuvent être analysés dans ce sens, nous allons nous concentrer sur les termes qui désignent les héros et les héroïnes dans ces références mythiques. Il s’agit essentiellement des termes ἥρως et ἡρωίς.

2Les témoignages épigraphiques et littéraires démontrent que le terme ἥρως eut des significations peu précises et délimitées, entrant en concurrence avec d’autres termes tels que ἡμίθεος, ἀντίθεος et ἰσόθεος (en plus de δαίμων). Il fut en outre appliqué à des personnages très différents, donnant lieu à un groupe très hétérogène d’individus ainsi désignés, auquel d’autres s’intégrèrent au fil du temps, avec certaines caractéristiques et des attitudes complexes.

  • 2 Les textes mycéniens sont PY Fr 1204 et PY Tn 316. Cf. J. Chadwick, L. Baumbach, The Mycenaean Gre (...)
  • 3 Pour Chantraine, op. cit. (n. 1) un rapport avec lat. servare est malaisé, mais un rapprochement a (...)
  • 4 Pour le rapprochement du terme hêrôs avec Hêra, je renvoie aux observations faites par F.R.Schröde (...)

3Même si l’analyse portera sur la poésie lyrique, il faut remonter au premier témoignage de ἥρως et analyser ensuite brièvement cette désignation dans la poésie épique et élégiaque, pour pouvoir mieux comprendre l’utilisation que les poètes lyriques ont fait du terme, le poids de la tradition ou la distance par rapport à elle. L’apparition dans les tablettes mycéniennes du terme ti-ri-se-ro-e, qui semble correspondre à *triseros, « au triple héros », pourrait impliquer l’existence d’un culte aux héros depuis une époque très lointaine ; cependant, le contexte ne nous apporte rien en ce qui concerne son identité2. On a proposé différentes étymologies du vocable ἥρως, mais aucune d’elles ne semble très convaincante. Le rapport avec le terme servare est à rejeter à la suite de la découverte de la forme mycénienne précitée3. Il est plus plausible de le mettre en rapport avec la déesse Héra, ainsi qu’avec le substantif grec Hôra et l’adjectif grec hôraios4.

  • 5 Le terme désigne tout le groupe des guerriers légendaires, constitués en race. Ces héros représent (...)

4Chez Homère, surtout dans l’Iliade, on nomme ἥρωες un groupe de guerriers promachoi qui luttent ensemble comme des hetairoi ou des compagnons. Ils se retrouvent unis mutuellement par liens ou pactes de philotes. Ce sont des aristoi, les meilleurs au combat, et ils possèdent des privilèges que leurs communautés d’origine leur octroient en compensation de leur rôle militaire. Par conséquent, c’est une appellation dépourvue de signification religieuse, qui sert également à désigner des groupes ethniques tels que les Achéens, les Danaens, les Phéaciens, les prétendants, ou même n’importe qui sous l’expression ἂѵôρες ἥρωες. Cependant, ἥρως ne sera pas leur dénomination exclusive dans la mesure où ces personnages célèbres de naissance ou pour leurs exploits vont être désignés au moyen d’autres termes tels que ἀντίθεος·ou ίσόθεος et, comme cas exceptionnel, ἡμίθεος (Il. XII, 23)5.

  • 6 Depuis Hésiode, tous ces héros sont censés être morts depuis longtemps, alors que chez Homère, la (...)
  • 7 Cf. II. IV, 377 : ἀντιθέῳ Πολυνείκει.
  • 8 C’est-à-dire les participants à la guerre de Troie, aux expéditions des Argonautes et des Sept con (...)

5Le même usage indifférent de ces vocables peut-être observé chez Hésiode et dans les Hymnes homériques. Le premier partage la conception homérique du héros, même si l’usage de άντίθεος· ne s’appliquera qu’aux rois mythiques. Cependant, à la différence d’Homère, il fait des héros la quatrième de ses générations et ils reçoivent le nom de ἡμίθεοι, « demi-dieux », (Op. 160). Il s’agit des mêmes héros homériques, mais Hésiode précise que certains d’entre eux habitent les îles des Bienheureux, où Cronos est roi6. Cette donnée est significative, parce qu’elle justifie dès le début cette confusion dans l’usage des termes. La définition d’Hésiode devient évidente dans les Hymnes homériques XXXI et XXXII, dédiés au Soleil et à la Lune respectivement, lesquels ne conservent le vocable ἡμίθεος que par allusion aux héros homériques. Le reste des épopées archaïques suivent la tradition homérique pour ce qui est de ἥρως·, seul terme attesté. Avec cette appellation sont représentés, dans les cinq exemples pris en compte, tous les héros qui périrent pendant la guerre de Troie (Cyp. 1, 7), Ulysse (Il. Parv. 2, 2), Lyncée (Cyp. 15, 4), Polynice (Theb. 2, l)7 et Amphilochos (Theb. 4, 1)8.

6Demandons-nous à présent si le changement de genre littéraire affecte le traitement mythique du héros épique. Le nouveau type de composition poétique accueille le héros, dont le traitement mythique est quelquefois influencé par des événements socio-politiques et des changements de mentalité. Dans l’élégie, les modèles épiques persistent, même si, par ailleurs, on commence à présenter une autre vision de la vie du héros, où l’on met en évidence son côté humain, aussi pénible que celui de n’importe quel habitant royal de Grèce.

  • 9 P.J. Parsons, The Oxyrhynchus Papyri. Simonides, Elegies, Oxford, 1992, vol. LIX, p. 4-50.
  • 10 M.L. West, Iambi et Elegi Graeci. Ante Alexandrum Cantati, Oxford, 19922, vol. II, p. 118-120.
  • 11 M.L. West, Simonides Redivivus, in ZPE, 98 (1993), p. 4-9 ; W. Luppe, Zum neuesten Simonides P. Ox (...)
  • 12 Cf. CM. Antonaccio, An Archaeology of Ancestors. Tomb Cult and Hero Cult in Early Greece, Boston, (...)
  • 13 Fr. 16 G.-Pr. (= 18 W.). Les témoignages de héros comme terme religieux appartiennent à la loi de (...)
  • 14 CapraCurti, op. cit. (n. 10), p. 29 sq. Ils traduisent la construction έπώννμον όπ[λοτέρ]οισιν (...)
  • 15 D.L. Page, Poetae Melici Graeci, Oxford, 1962, p. 273 ; D.A. Campbell, Greek Lyric. Stesichorus, I (...)
  • 16 Art. cit. (n. 10), p. 180.
  • 17 Suàrez de la Torre, art. cit. (n. 10), p. 29-30.
  • 18 Cf. les observations faites par E. Stehle, Help me to sing, Muse, of Plataea, in Arethusa, 29.2 (1 (...)
  • 19 χωλός, στιγματίης, πολυγήραος, ῒσος άλήτη ήλθε κνισοκόλαξ, εύτε Μέλης έγάμει, ἂκλητος, ζωμοῦ κεχρη (...)
  • 20 Cf. Α. Bernabé, Plutarco e l’orfismo, in I, Gallo (éd.), Plutarco e la religione, Napoli, 1996, p. (...)
  • 21 Cf. E. Suárez de la Torre, Las Ranas de Aristófanes y la religión de los atenienses, in A. López E (...)

7Tyrtée, Simonide de Céos, Asios de Samos et Théognis sont les poètes élégiaques qui utilisent le terme ἥρως. Mettant à part le témoignage du fragment de Tyrtée (17 W2) dont le contexte manque, lisons tout d’abord Simonide. La publication en 1992 par J. Parsons9 de nouveaux fragments élégiaques du poète nous a permis d’en connaître un dédié à la bataille de Platées, qui apparaît dans l’édition de West10 au numéro 11 et qui a donné lieu à une longue série de publications11. Quarante-cinq vers sont conservés et, entre les vers 14 et 42, le poète utilise ἥρως, ἡμίθεος et ἀντίθεος. Le terme ἥρως lui sert à désigner deux groupes importants : les Danaens et les Tyndarides. L’allusion à ces derniers est en rapport avec Ménélas, qui comme eux, reçoit un culte à Sparte12. Ici, on retrouve l’usage séculier du terme, caractéristique de la tradition homérique, ainsi qu’un développement spécial du culte aux ancêtres, qu’Homère connaissait aussi, bien évidemment. Athénée (174a) nous rapporte que Mimnerme cite Détès, héros objet de culte parmi les Troyens13. Par la suite, lorsque Simonide fait référence à la limitation de vie des héros, le terme employé est ἡμίθεος : ἡμιθέων ὠκύμορον γενεήν (« génération des héros de brève vie »)14. Cette idée de Simonide est liée à celle qui apparaît dans l’un de ses thrènes transmis par Stobée (PMG 523, 2)15, où de manière claire et concise il définit l’existence des ἡμίθεοι : ce sont des fils de dieux, mais ils se firent âgés et ils périrent après avoir vaincu les dangers et couru des risques : ἂπονον ούδ’ ἂϕθιτον ούδ’ ἀκίνδυνον βίον ές γῆρας ἐξίκοντο τελέσαντες. Dans les deux passages apparaît clairement l’influence de la classification d’Hésiode. Le même phénomène se produit avec Kallinos (1, 19 W2), Mélanthios (1, 2 W2) et Alcée (42, 13 Voigt). À propos du texte élégiaque, diverses propositions ont été présentées, principalement au sujet des possibilités d’interprétation sur ce qui nous concerne. I. Rutherford16 suppose que les héros de Platées correspondraient aux « malheureux » hommes de la cinquième génération d’Hésiode et qu’après l’âge de fer du poète, la victoire sur les Perses supposerait le début d’un nouvel âge comparable à celui des ἡμίθεοι. L’on pourrait accepter, avis que je partage avec Suárez17, que, tout comme Simonide est représenté comme un « nouvel Homère »18, les héros de Platées sont loués comme les ἡμίθεοι du présent ; néanmoins aller au-delà de cette argumentation paraîtrait trop audacieux. Pour finir, le terme ἀντίθεος semble désigner un devin de la famille des Iamides. Les témoignages d’Asios et de Théognis ont en commun que ἥρως s’applique à des êtres qui sont revenus de l’Hadès et qui font preuve d’une grande astuce. Dans le cas de Théognis (v. 711), cela est justifié car il caractérise la figure de Sisyphe, fils d’Éole, éponyme des Éoliens et, par conséquent, représentatif d’une lignée importante. L’exemple d’Asios (14 W2) attire davantage notre attention puisqu’il sert à désigner un vagabond qui, tel un fantôme, se présente à la noce de Mélès, sans être invité, avide de manger, avec l’air d’un individu qui sort de la boue (βόρβορος)19. Selon la croyance populaire, rester dans la boue représente l’un des châtiments de l’Hadès et ceci peut-être mis en rapport avec la doctrine orphique qui réserve ces châtiments aux non-initiés20. Dans ce sens, la description que nous offre Aristophane (Ra. 145 sq.)21 est très intéressante, ainsi que le récit de Pausanias (VI, 6, 7-11) au sujet du héros de Témessos, qui apparaissait devant les habitants de ce lieu et les étranglait. D’une part, l’apparition des héros serait en rapport avec des légendes populaires dans lesquelles surgit le fantôme d’un héros et, d’autre part, il existerait une référence aux croyances orphiques. Nous ignorons si ce fragment élégiaque d’Asios provient d’une élégie narrative au thème légendaire et nous ne savons pas non plus, par conséquent, s’il se réfère à travers une parodie à l’un des héros qui réussirent à sortir de l’Hadès.

  • 22 Tzetzes, in Horn. Il., p. 65 sq. Hermann (PMG 66 = 217 Calame) affirme que la différence entre dém (...)
  • 23 PMG 519, 62.
  • 24 S 1-37, 3 (P. Oxy. 2805, fr. 5) et S 148, col.1.3 (P. Oxy. 2618, fr. 1), respectivement.
  • 25 PMG 282 (a) 16 et 19 (= S 151).
  • 26 Dionysus and the women of Elis : PMG 871, in GRBS, 23 (1982), p. 305-314. L’auteur analyse toutes (...)
  • 27 Prolegomena to the Study of Greek Religion, Cambridge, 1903 (réimp. New York 1959) et Themis. A St (...)

8Les puissants tyrans, l’aristocratie florissante et la bourgeoisie prospère vont rencontrer dans le chant choral un véhicule d’ostentation de leurs qualités personnelles et familiales. Dans les différentes compositions lyriques, le personnage loué voit mises en évidence ses qualités en les voyant définies par la comparaison avec des modèles mythiques ; mais en même temps, comme ces paradigmes ont été extraits du catalogue des héros achéens et troyens de l’épopée, le laudandus est très souvent loué comme guerrier. Dans la lyrique, bien avant Bacchylide, on a peu conservé de témoignages de ἥρως22 et lorsque ce terme apparaît, il manque le contexte à cause de la détérioration du papyrus, comme chez Simonide23, ou dans le cas de Stésichore, son usage est restreint au héros principal de l’Iliade, Achille, et à Adraste, roi d’Argos, dont la légende est liée à l’expédition des Sept contre Thèbes24. Il arrive à peu près la même chose chez Ibicos, qui l’utilise dans l’ode à Polycrate, comme thématique troyenne, quand il veut rehausser la valeur de l’ensemble des héros qui luttèrent à Troie25. Dans tous ces exemples, le terme manque de nuance cultuelle, suivant la tradition épique. Un cas frappant apparaît dans un hymne des Carmina Popularia de l’édition de Page (871), transmis par Plutarque dans les Quaestiones Graecae, 36. Là, les femmes éléennes implorent Dionysos de venir à elles « avec un pied de taureau ». Dans le premier vers on lit : ἐλθείν ἥρω Διόνυσε. Le vocatif a donné lieu à de continuelles corrections de la part des éditeurs. Soit il s’agit d’une anomalie, soit le texte est corrompu. Tel est l’avis de Ch. Brown26, bien fondé si l’on considère que ce serait l’unique témoignage où une divinité est abaissée dans la catégorie du héros, si nous écartons Asclépios. Or Dionysos apparaît toujours comme theós, et non en tant que héros, même si J. Harrison le voyait comme un héros-daimôn27.

  • 28 PMG I 7 (= 3 Calame). Entre les lignes 1-12, il semble que le mythe raconté par Alcman serait une (...)
  • 29 PMG 228.

9Par ailleurs, nous trouvons constamment l’emploi des autres termes, bien que de façon sporadique. De ἡμίθεος, nous avons déjà parlé au sujet de Simonide dans le poème thrénétique, et il apparaît certainement chez Alcman, en référence aux Hippokoontides, puisqu’on le trouve dans les éloges faits à cette famille dans le Parthénion du Louvre. Cependant, le contexte est insuffisant en raison du mauvais état de conservation du papyrus28. Stésichore, suivant la tradition précédente, utilise ἀντίθεος pour désigner un devin. Le cas échéant, Mélampous est élevé au rang de héros, sans doute pour avoir reçu le don de prophétie de la divinité et être descendant d’Éole29.

  • 30 Éaque et ses descendants sont des personnages qui ont l’habitude de recevoir, autant chez Bacchyli (...)
  • 31 L’ode sert à commémorer la victoire de Hiéron de Syracuse. Les personnages du récit ne sont pas un (...)
  • 32 Le lien entre Héraclès, les héros et Héra a été utilisé comme explication de l’étymologie du mot h (...)

10Le héros se rapproche davantage de la réalité quotidienne en période d’affrontements guerriers. À l’époque où vécurent Bacchylide et Pindare se déroule la guerre contre les Perses et les hostilités entre Sparte et Athènes n’ont cessé de croître. C’est pourquoi le héros épique fait de plus en plus partie de la poésie lyrique et de la scène tragique. Les poètes tels que Pindare et Bacchylide préfèrent des noms qui font allusion aux activités personnelles ou particulières des héros. Toutefois, chez Bacchylide, nous trouvons attesté ἥρως· une dizaine de fois tout au long de quatre épinicies, deux dithyrambes et un éloge fragmentaire. Dans les épinicies, les applications concernent Héraclès (5, 71), Éaque (9, 56), Ajax (13, 104) et les héros qui abandonnèrent Argos pour s’établir Tirynthe (11, 81). Tous ont des traits communs qui justifient l’usage du terme. Éaque et Héraclès ont donné lieu à de grandes familles telles que les Éacides et les Héraclides ; cette qualité justifie l’emploi de ἥρως suivant le modèle homérique pour les lignées illustres. Ajax, pour sa part, est petit-fils d’Éaque30 et les trois ont un rapport avec Troie : Pindare raconte d’Éaque qu’il aida Poseidon et Apollon à construire les murailles ; Héraclès en combattant aux côtés de Pélée et Télamon (fils d’Éaque) prit part à la première conquête de Troie, et Ajax est considéré comme l’un des plus remarquables guerriers, uniquement comparable à Achille. De plus, Héraclès est le héros grec par excellence et apparaît dans le récit qui relate sa rencontre avec Méléagre dans l’Hadès31. Dans ces contextes, les poètes élégiaques avaient déjà utilisé le même terme32. Pour faire allusion aux illustres personnages qui abandonnèrent Argos pour Tirynthe, c’est-à-dire les descendants d’Abas, le plus célèbre roi d’Argos, apparaît d’abord ἡμίθεοι, ensuite ἀντίθεοι et finalement pour résumer l’excursus des vers précédents le poète les appelle ἥρωες. Cela donne l’impression que cette gradatio est voulue, pour passer des plus légendaires à ceux auquels on rend un culte.

11Le plus curieux est que Bacchylide restreint son usage à des contextes généalogiques en l’intégrant toujours dans une périphrase qui fait allusion au personnage. Dans tous les cas, ἥρως est accompagné d’un adjectif qui le renforce : θαυμαστός pour Héraclès, σακέσϕορος pour Ajax, etc.

  • 33 Bacchylide avec la dénomination de εὔβουλος ἥρως (« héros prudent »), évoque le rôle joué par Anté (...)
  • 34 Dans I, 17, 2-3 et Poet. Astr. II, 5, respectivement.
  • 35 Cf. A. Maniet, Le caractère de Minos dans l’ode XVII de Bacchylide, in LEC, 10 (1941), p. 35-54 ; (...)

12Dans les dithyrambes, Anténor (15, 37), Minos et Thésée (17) vont être dénommés ἥρως. Dans la même ode, Bacchylide désigne Anténor comme άντίθεος ensuite comme ἥρως, et dans les deux cas, il ne s’agit que de titres honorifiques, selon le modèle homérique33. Dans le cas de Thésée, nous nous retrouvons devant un personnage mythologique de grande réputation parmi les Grecs, car c’est le héros athénien par excellence, et le défenseur de la polis. Le terme ἥρως apparaît quatre fois, deux occurrences se réfèrent à Thésée et deux autres à Minos, dans la section mythique qui relate l’une des légendes les moins connues de Thésée et qui ne trouve écho que dans les versions postérieures de Pausanias et de Hygin34. Rappelons-en les préalables. À la suite du siège d’Athènes par Minos, ce dernier imposa un tribut qui consistait à ce que tous les neuf ans les Athéniens envoient en Crète quatorze jeunes, des deux sexes, qui seraient sacrifiés au Minotaure. Dans le but de mettre fin à cela, Thésée, fils d’Égée, – bien que dans ce poème il apparaisse seulement comme le fils de Poseidon –, fait partie de ce qui sera le dernier voyage. Bacchylide va fixer son propos en un lieu et à un moment bien déterminés, le vaisseau de Minos qui est parti d’Athènes en direction de la Crète. Se déroule alors une scène typiquement épique : l’affrontement entre les héros. Bacchylide établit un point de départ commun pour les deux personnages en les désignant par le même terme, et ce n’est que par la suite qu’il les caractérisera de manière différente moyennant des épithètes adéquates. Le poète met en évidence l’égalité des deux personnages en traçant un parallélisme entre les deux descriptions de lignage, avec la présentation des éléments suivants : le héros, la généalogie et l’abondance d’épithètes. Peut-être l’utilisation du terme ἥρως de la part du poète pour les deux personnages mythologiques n’est-elle tout simplement qu’un trait épique, un homérisme, appliqué à n’importe qui sans distinction ; mais cela peut-être aussi dans le but de souligner l’égalité de forces, l’importance des deux héros pour chacune des régions qu’ils représentent : Athènes et la Crète. Bien que Minos soit mentionné dans d’autres compositions, ici, il est seulement appelé ἥρως35.

13Dans l’éloge, le terme fait partie d’une périphrase qui fait allusion à Idas au moment où il enlève Marpessa. Cette désignation est justifiée car il s’agit de l’un des héros qui participa à l’expédition des Argonautes (fr. 20a. 26).

14Dans les poèmes de louange, Bacchylide va également utiliser ἡμίθεος pour se référer aux héros qui font partie de l’expédition contre Thèbes, thème relié à ce style de composition (9, 10 ; 11, 62). Il désigne de la même façon les combattants de la guerre de Troie, mais en appelant les Troyens ἡμίθεοι et les Achéens ίσόθεοι (13, 155). Il semble évident que le poète respecte la tradition hésiodique et il se peut qu’il soit en train de différencier la terminologie des vaincus et celle des vainqueurs, puisque l’usage de hemitheos est habituel pour caractériser une race qui disparaît, ainsi que la brièveté de la vie des héros mythiques.

  • 36 O. II, 2 : τίνα θεόν, τίν ’ ἥρωα, τίνα δ ’ ἂνδρα κελαδήσομεν. Puis Platon dans plusieurs endroits (...)

15Pindare se distingue par la profusion avec laquelle ses personnages mythiques reçoivent le titre de ἥρως dans les épinicies, péans et thrènes, et parce qu’il est le premier poète qui voit les héros comme des intermédiaires entre les dieux et les hommes36. Voyons quels personnages reçoivent spécifiquement le terme ἥρως dans ce poète. Nous commençons par les épinicies :

  • 37 O. VIII, 45 (Éaque) ; P. I, 53, 6. 28 (héros de la guerre de Troie), VIII, 27 (les Éacides), 11. 3 (...)
  • 38 Cf. Pindaro. Le Istmiche, a cura di G.A. Privitera, Milano, Mondadori, 1992, p. 71-85 et 188-202.
  • 39 Cf. Πηλέος ἀντιθέου (fr. 172.1).

161. Les héros qui luttèrent pendant la guerre de Troie, qu’ils soient achéens ou troyens37. À la présentation du héros en tant que guerrier, Pindare dédie la cinquième Isthmique, dans laquelle il justifie son éloge aux héros qui furent de bons guerriers38. En maintes occasions, le terme ἥρωες1 est renforcé par antίtheoi (P. I, 53)39, ou par d’autres épithètes pour souligner la noblesse des héros locaux, tel est le cas des Éacides, qu’il qualifie de ἥρωας αἰχματάς dans le plus pur style épique (Ν. V, 7).

  • 40 P. VIII, 51, Ν. IX, 9. Cf. B.K. Braswell, A Commentary on Pindar Nemean Nine, Berlin/New York, 198 (...)

172. Les héros qui partirent en expédition contre Thèbes, en particulier Adraste40.

  • 41 Cf. C. Willeke, Untersuchungen zur literarischen Verwendung des Wortes Heros, Diss. Hamburg 1958, (...)
  • 42 Cf. F. Krafft, Vergleichende Untersuchungen zu Homer und Hesiod, Göttingen, 1964, p. 116-119.

183. Les membres de l’expédition des Argonautes. Dans tous les cas, il fait allusion à l’ensemble des héros et exceptionnellement à un seul personnage comme Euphèmos IV, 36). Il faut relever que le terme ἥρως ne désigne jamais Jason. La quatrième Pythique, dans laquelle apparaît le mythe des Argonautes, est représentative pour notre étude dans la mesure où Pindare joue avec les trois termes les plus souvent utilisés par les poètes : hêrôs, hemίtheos et antίtheos pour désigner les mêmes personnes, et il réutilise même ἥρωες ἀντίθεοι, comme il l’avait fait pour les héros troyens41. Il semble évident que Pindare, dans ce poème, ne différencie pas clairement ces trois termes, utilisés en tant que génériques selon la tradition épique42.

  • 43 Cf. Braswell, op. cit. (n. 40), p. 77-78.
  • 44 W.J. Salter, Lexicon to Pindar, Berlin, 1969, p. 227, croit que le terme ἥρως fait référence Amphi (...)

194. Les héros fondateurs comme Battos CP. V, 95)43, Épytos (O. VI, 33) et éponymes comme Lokros (O. IX, 62)44.

  • 45 Haudry, op. cit. (n. 3), p. 214-218, étudie le cas d’Ixion comme le réprouvé suprême et le plus au (...)

205. Les personnages mythologiques méchants ou cruels pour avoir commis des offenses et des crimes. De cette catégorie relève le seul Ixion, dont le poète relate le mythique dans la deuxième Pythique, organisée selon deux thèmes : d’abord il rapporte comment ce personnage épousa Jour et promit à son père, Deionée, de grands présents ; mais lorsque ce dernier les lui réclama, Ixion le jeta dans une fosse de braises ardentes, commettant ainsi un double crime, parjure et assassinat de l’un des membres de la famille. Châtié pour cela, il fut toutefois purifié par Zeus. Le second thème plus amplement traité rapporte comment Ixion osa tenter de conquérir Héra45. Lorsque Pindare résume ces deux fautes, il le désigne du nom de ἥρως, alors qu’avant il avait toujours été appelé ἀνήρ. L’arrogance qui engendre la violence et fait agir Ixion est la facette humaine et, avec l’offense, Pindare rappelle le statut héroïque du personnage tandis qu’en contraste avec les dieux, il met en évidence la faiblesse de sa condition humaine.

  • 46 Cf. A. Brelich, Gli Eroi Greci : un problema storico-religioso, Roma, 1958 et Heros : il culto gre (...)

216. Les dieux-héros. Dans ce cas, il est réservé au seul hêrôs iatros Asclépios (P. III, 7), qui dans les textes apparaît sous les deux facettes : comme dieu et comme héros. Comme fils d’Apollon, Asclépios conserve les deux aspects ancestraux de son père : celui qui reste en rapport avec la médecine, – c’est pour cela que le poète l’appelle « héros protecteur des maladies », – et l’aspect oraculaire et prophétique46.

  • 47 Op. cit. (n. 43), p. 227.

227. Les prétendants des Danaïdes. Dans ce cas, il s’agit des seconds prétendants, non pas les fils d’Égyptos, comme le croit voir W.J. Slater47. Une fois que les Danaïdes ont donné la mort aux premiers prétendants, les fils d’Égyptos, leur père envisage de les marier rapidement, mais comme ceux qui acceptaient de les épouser étaient peu nombreux, il décida de célébrer une compétition dont le prix serait ses propres filles. C’est ce moment que Pindare a précisément mis en scène (P. LX, 116).

  • 48 Le terme hêrôs est fréquent dans des contextes généalogiques.

238. Les rois mythiques, comme Hypsée, roi des Lapithes, peuple mythique de Thessalie (Il. II, 738 sq.), exceptionnel pour sa force et sa violence (P. IX, 14). C’est le père de Cyrène. Par conséquent, lorsque Pindare veut louer la localité de Cyrène, il introduit le mythe de la nymphe homonyme dont Apollon tomba amoureux48.

249· Les figures mythiques spécialement reliées aux Jeux Olympiques. Dans cette catégorie se distinguent Héraclès et Pélops. Le premier est désigné par l’expression ἥρως θεός lorsqu’il est fait allusion aux voyages qui le menèrent en Occident et à l’érection des colonnes qui portent son nom. Par cette désignation, unique dans la poésie lyrique pour ce héros, il est fait allusion à ses deux facettes : la facette humain en tant que fils d’Alcmène et l’aspect divin, en tant que fils de Zeus (Ν. III, 22). La mention de Pélops n’est pas étrange chez Pindare, autant durant son célèbre exploit contre Œnomaos (O. I, 24-95) que dans les diverses apparitions isolées. Quand le poète thébain le désigne comme ἥρως, il fait allusion à sa victoire équestre pour obtenir la main d’Hippodamie et ce triomphe est constitué en mythe précédant les compétitions olympiques en général (O. IX, 9).

  • 49 Iolaos fut un héros vénéré en Béotie et surtout à Thèbes, où il avait un héroon avec un gymnase et (...)
  • 50 Cf. B. Ballesteros, Mito y culto de los Dioscuros en Grecia, Memoria de Licenciatura inédita, Vall (...)

2510. Parfois Pindare compare l’athlète à des personnages qualifiés comme héros qui se distinguèrent durant le type de compétition célébré. Dans le cas de la première Isthmique, où le poète associe Hérodote de Thèbes à Castor et Iolaos49 « car ils étaient les meilleurs auriges parmi les héros nés en Lacédémone et Thèbes ». Mais d’autres fois, pour désigner les Dioscures, il renforce le terme ἥρως avec antίtheoi, expression utilisée par Pindare pour les héros de Troie et les Argonautes, ou tout simplement il fait allusion à eux par antίtheos (Ο. III, 35)50. D’autre part, il désigne Tyndare, père de Castor, comme ἥρως spartiate éminent, avec une claire nuance religieuse (N. X, 82).

  • 51 Cf. Brelich, op. cit. (n. 45), p. 90.

2611. Les individus mythologiquement secondaires, mais qui se sont surpassés par leur héroïsme. C’est le cas des compagnons d’Héraclès durant la réalisation des célèbres travaux. Quand ce héros passait par Corinthe avec les bœufs de Géryon, il fut attaqué par le géant Alkyonée, qui donna la mort à vingt-quatre de ses compagnons avant qu’ils ne réussissent à l’éliminer, et ces derniers sont qualifiés par le poète de « héros dompteurs de chevaux » (Ν. IV, 29)51.

  • 52 Une diffusion de ces idées apparaît chez Empedocle (fr. 115, 117, 127 et 146 Diels-Kranz) et elles (...)
  • 53 Op. cit. (n. 51), p. 224.

27Dans les épinicies il ne reste qu’à mentionner la désignation de Cadmos, héros du cycle Thébain, comme antίtheos (P. III, 88), titre que Pindare dédie occasionnellement, comme nous l’avons déjà vu. Dans les thrènes, le seul exemple conservé de l’utilisation de ἥρως est situé dans le fragment 133 où le poète transmet la doctrine de l’immortalité de l’âme52. L’interprétation chez Pindare est difficile car le mythe eschatologique n’apparaît que dans la deuxième Olympique (v. 61-70). L’accès à cette vie supérieure implique que Perséphone accepte la ποινὰν παλαιοῦ πένθεος. Bien que ce passage ait été mis en rapport avec les fragments orphiques, Cannatà Fera53 nous signale que si le mythe orphique était utilisé par Pindare pour sa reconstruction eschatologique, il repose sur la religiosité delphique du poète : le cycle de l’existence culmine avec les rois et d’autres hommes excellents qu’attend la vie éternelle tout comme les héros. Ici, le terme possède une connotation strictement religieuse.

  • 54 Pae. 7, 13 (Ténéros), 7b. 9, 13a. 1, 111a. 7, 140a. 75 (49).
  • 55 Paus., IX, 10, 6 & 26, Strabon, IX, 413.

28Le mauvais état de conservation des péans ne nous permet de mener à terme aucune étude. Des cinq témoignages du terme ἥρως54, ce n’est que dans l’un d’entre eux que nous pouvons apprécier la figure qui apparaît : le devin Ténéros, roi de Thèbes et prêtre du temple d’Apollon55. Jusqu’à ce moment-là, dans les quelques exemples que nous avons des devins élevés au rang de héros, ceux-ci apparaissent désignés comme antίtheos et non comme ἥρως.

29Pindare, donc, est le poète lyrique qui utilise le plus souvent le terme ἥρως, face au reste des vocables qui apparaissent à peine dans ses compositions. Hemttheos se limite à la quatrième Pythique, antίtheos sert au poète à renforcer le terme ἥρως et isótheos ne se conserve sans contexte que dans un péan (7a, 5).

  • 56 Cf. note 45.
  • 57 J. Larson, Greek Heroine Cults, The University of Wisconsin Press, 1995 ; D. Lyons, Gender and Imm (...)

30Alors que divers termes désignent les héros, on ne trouve rien de tel pour les héroïnes jusqu’au ve siècle avant J.-C, même si elles remplissent les mêmes fonctions que les héros et qu’elles peuvent entrer dans une classification comme celles que firent Farnell ou Brelich56 pour les héros, comme l’ont bien mis en évidence J. Larson et D. Lyons57.

  • 58 M.L. West, The Hesiodic Catalogue of Women : Its Nature, Structure, and Origins, Oxford, 1985 ; G. (...)
  • 59 IG I, 840. Cf. R. Richardson, A Sacrificial Calendar from the Epakria, in AJA, 10 (1895), p. 209-2 (...)
  • 60 Cf. W.S. Ferguson, The Attic Orgeones, in HThR, 37 (1944), p. 76 ; Larson, op. cit, (n. 57), p. 29 (...)

31Lorsqu’apparaissent les premiers catalogues d’héroïnes, le poète pense plus à les caractériser par leurs qualités physiques ou leurs activités, qu’à faire allusion à leur qualité d’héroïnes. Pénélope représente un cas exceptionnel dans l’Odyssée (XI, 117) lorsqu’elle apparaît comme antίthéa. Effectivement, dans le Catalogue des Femmes d’Hésiode et dans le catalogue des héroïnes de la Nekyia, elles apparaissent sans être dénommées explicitement comme des héroïnes58. Il faudra attendre Pindare (P XI, 1-8) pour pouvoir reconnaître une authentique catégorie d’héroïnes sous le terme ἡρωίς, qui constitue le premier exemple d’un féminin équivalent à ἥρως, dans une poème en honneur d’Hagésidamas de Locride, enfant vainqueur au pugilat (476 av. J.-C). Il est peu probable que le terme soit une invention de Pindare, spécialement quand il apparaît dans une invocation. Dans un fragment de la béotienne Corinne (PMG 664b), on proclame les mérites des héros et des héroïnes : εἱρώων ἀρετας χεἱρωάδων, ce qui met en évidence la diffusion de la forme féminine de ἥρως. Durant la période classique, ἡρωίς apparaît attesté dans des inscriptions attiques, spécialement dans les calendriers sacrificiels de Marathon, Erkhia et Thorikos59. Au milieu du ve siècle avant J.-C, c’est dans une autre inscription qu’apparaissent deux associations religieuses, l’une vénérant un héros appelé Échétlos et l’autre les héroïnes60. À cette même époque, on trouve le terme ἡρωίνη chez Aristophane (Nub. 315), et par la suite, nous allons le retrouver chez Théocrite, chez Callimaque et d’autres auteurs, même si, durant la période hellénistique, la forme ήρώισσα deviendra populaire.

32Avec le vocable, Pindare fait allusion aux filles de Cadmos et d’Harmonie : Sémélé et Inô sont invitées à rejoindre d’autres héroïnes de Thèbes au temple d’Apollon Isménos, comme Alcmène, désignée par l’épithète ἀριστογόνος « mère à la très noble progéniture », car elle est à l’origine de la descendance des Héraclides ; Mélia, fille d’Okéanos, qui enlevée par Apollon et emmenée à Thèbes, eut deux enfants : Ténéros et Isménos. Les principales héroïnes thébaines (ou vénérées à Thèbes) sont ainsi mentionnées, certaines d’entre elles ayant en commun l’union avec un dieu : Sémélé avec Zeus (de laquelle naîtra Dionysos), Alcmène avec Zeus (de cette union naîtra Héraclès) et Mélia avec Apollon. Le poète souligne la présence féminine dans cette ode dédiée à un enfant, également fils d’une thébaine, qui est de la sorte comparé à la descendance des anciennes héroïnes. Par ailleurs, dans le panthéon béotien, les héroïnes gardent une position importante à côté des héros comme on peut l’observer chez Corinne. Sémélé, en plus d’entrer dans cette catégorie d’héroïnes, est désignée comme « compagne des déesses olympiennes ».

  • 61 Pindaro. I Peani, tes., trad., scoli e commento a cura di G. Bona, Cuneo, 1988, p. 261.
  • 62 Quaestiones Graecae 12 (= Mor., 293c-d) ; Hésychios, S.V. Σεμέλη. Cf. J. Fontenrose, Python : A St (...)

33Dans le fragment du Péan 14 de Pindare, apparaît le génitif de ἡρωίς, mais G. Bona61 doute qu’il s’agisse d’un substantif comme dans la onzième Pythi-que, puisque cela peut être un adjectif qui se réfère à un prénom féminin perdu dans la lacune du texte, et l’on ne peut pas non plus, à son avis, exclure qu’il s’agisse d’une festivité religieuse comme chez Plutarque62.

34Nous pouvons enfin conclure qu’il existe plusieurs termes pour désigner les héros de l’époque homérique, tandis que le terme féminin qui correspond, n’est pas attesté avant le ve siècle avant J.-C, même si nous trouvons la dénomination à’antithéa pour Pénélope au viiie siècle avant J.-C. Le terme ἥρωες est générique et, dans les poèmes homériques, commence à désigner les personnages illustres grâce à leurs exploits et à leur naissance, mais l’appellation est dépourvue d’un quelconque caractère religieux. Hésiode fait des héros la quatrième de ses générations et les appelle « demi-dieux ». Néanmoins ce vocable ne sera pas exclusif dans la mesure où les mêmes personnages seront désignés par d’autres termes comme antitheos, hemitheos ou isótheos. Le peu de poids de ἥρως peut même être observé lorsque le poète doit le renforcer à l’aide d’un autre terme, qui peut être ἂνδρες dans l’épopée et un adjectif ornemental ou simplement antίtheos, dans la poésie lyrique.

35Dans la poésie élégiaque, on amplifie la dénomination des personnages dont la légende représente des teintes populaires et ἥρως commence à être employé par les poètes pour désigner des héros qui sont objets de culte dans des régions déterminées, alors que ἡμίθεος est utilisé comme référence aux héros homériques selon la définition donnée par Hésiode. Dans la poésie lyrique chorale, les choses ne sont pas si simples ; les rares témoignages antérieurs à Bacchylide ne nous permettent pas de tirer des conclusions fiables. Dans la poésie de Bacchylide, on apprécie une utilisation semblable à celle que nous voyons dans la tradition homérique et élégiaque, bien qu’elle introduise d’autres figures mythiques par cette appellation, dans des contextes généalogiques. Pindare situe les héros comme des intermédiaires entre les dieux et les hommes, mais il utilise ensuite ἥρως pour désigner les héros de la guerre de Troie, les participants de l’expédition contre Thèbes, les Argonautes, qui d’ailleurs apparaissent désignés comme ἡμίθεος. Ainsi, même des héros tels que les Dioscures, jouissant d’un culte, sont nommés ἥρως et ἥρωες άντίθεοι, comme si le terme ne parvenait pas à transmettre dans toute son ampleur cette nuance religieuse. Grâce à Pindare, le nombre de désignations augmente même pour des personnages mythiques ayant commis des offenses, tel est le cas de Ixion.

Notes

1 Cette étude a été réalisée dans le cadre du Programme de recherche n° PB97-0403 de la DGICYT espagnole.

2 Les textes mycéniens sont PY Fr 1204 et PY Tn 316. Cf. J. Chadwick, L. Baumbach, The Mycenaean Greek Vocabulary, in Glotta, 41 (1963), p. 201, 250 ; J. Chadwick, What do we know about Mycenaean religion ?, in Linear B : A 1984 Survey, Louvain-La-Neuve, 1988 (BCILL, 26), p. 191-239 ; P. Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, Paris, 1968, vol. 1, p. 417. Toutes les hypothèses présentées sur cette forme mycénienne ont été recueillies par F. Aura Jorro, Diccionario micénico, Madrid, 1993, vol. 2, p. 353-354 (CSIC), et accompagnées d’une abondante bibliographie.

3 Pour Chantraine, op. cit. (n. 1) un rapport avec lat. servare est malaisé, mais un rapprochement avec “Ηρα serait plausible.

4 Pour le rapprochement du terme hêrôs avec Hêra, je renvoie aux observations faites par F.R.Schröder, Hera, in Gymnasium, 63 (1956), p. 57-78 ; A.J. Van Windekens, “Ηρα “(die) junge Kuh, (die) Farse”, in Glotta, 36 (1958), p. 309-311 ; W. Pötscher, Hera und Heros, in RhM, 104 (1961), p. 302-355, où il fait d’Héra la « fille nubile » et considère logiquement le héros comme « le jeune homme en âge de se marier » ; également Der Name der Göttin Hera, in RhM, 108 (1965), p. 317-320, et Hera. Ein Strukturanalyse im Vergleich mit Athena, Darmstadt, 1987, p. 2-3 ; F.W. Householder, G. Nagy, Greek. A Survey of Recent Work, in T.A. Sebeok (éd.), Current Trends in Linguistics, The Hague-Paris, 1972, p. 770-771 ; D.Q. Adams, “Ηρως and” Ηρα : of Men and Heroes in Greek and Indo-European, in Glotta, 65 (1987), p. 171-178 ; J. Haudry, La religion cosmique des Indo-Européens, Milano-Paris, 1987, p. 183-193, où il fait une étude systématique des différentes interprétations que proposent ces auteurs ; J.W. O’Brien, The Transformation of Hera : A Study of Ritual, Hero, and the Goddess of the “Iliad”, Lanham, Md., 1993, p. 113-119.

5 Le terme désigne tout le groupe des guerriers légendaires, constitués en race. Ces héros représentent le précédent d’Hésiode, puisque chez lui les héros constituent la quatrième race de l’histoire du monde.

6 Depuis Hésiode, tous ces héros sont censés être morts depuis longtemps, alors que chez Homère, la plupart d’entre eux sont vivants, cf. Haudry, op. cit. (n. 3), p. 190 sq.

7 Cf. II. IV, 377 : ἀντιθέῳ Πολυνείκει.

8 C’est-à-dire les participants à la guerre de Troie, aux expéditions des Argonautes et des Sept contre Thèbes. Cette utilisation du terme sera fréquente dans la poésie lyrique grecque.

9 P.J. Parsons, The Oxyrhynchus Papyri. Simonides, Elegies, Oxford, 1992, vol. LIX, p. 4-50.

10 M.L. West, Iambi et Elegi Graeci. Ante Alexandrum Cantati, Oxford, 19922, vol. II, p. 118-120.

11 M.L. West, Simonides Redivivus, in ZPE, 98 (1993), p. 4-9 ; W. Luppe, Zum neuesten Simonides P. Oxy. 3965 fr. 1/ 2327 fr. 6, in ZPE, 99 (1993), p. 1-9 ; H. Lloyd-Jones, Notes on the new Simonides, in ZPE, 101 (1994), p. 1-3 ; A. Aloni, L’elegia di Simonide dedicata alla battaglia di Platea (Sim. 10-18 W2) e l’occasione della sua performance, in ZPE, 102 (1994), p. 9-12 (= L. Edmunds, R.W. Wallace [éds.], Poet, Public, and Performance in Ancient Greece, London, 1997, p. 8-28) ; G. Burzacchini, Note al nuovo Simonide, in Eika-smos, 6 (1995), p. 21-38 ; CO. Pavese, Elegia di Simonide agli sparitati per Platea, in ZPE, 107 (1995), p. 1-25 ; A. Capra, M. Curti, Semidei Simonidei. Note sull’elegia di Simonide per la battaglia di Platea (P. Oxy. 3965 frs. 1-2 + 2327 fr. 6+27 col.i), in ZPE, 107 (1995), p. 27-32 ; D. Boedeker, Simonides on Platea : Narrative Elegy, Mythodic History, in ZPE, 107 (1995), p. 217-229 ; I. Rutherford, The New Simonides : Towards a Commentary, in Arethusa, 29.2 (1996), p. 178-184 ; D. Boedeker, Heroic Historiography : Simonides and Herodotus on Plataea, in Arethusa, 29.2 (1996), p. 223-242 ; J.S. Clay, The New Simonides and Homer’s Hemitheoi, in Arethusa, 29.2 (1996), p. 243-245 ; A. Aloni, La performance dell’elegia di Simonide per la battaglia di Platea, in Cantare glorie di eroi. Comunicazione e performance poetica nella Grecia Arcaica, Torino, 1998, p. 189-218 ; A. Schachter, Simonides’Elegy on Plataia : The Occasion of its Performance, in ZPE, 123 (1998), p. 25-30 ; E. Suàez de la Torre, El adjetivo ΕΠΩΝΧΜΟΣ en la elegía por la batalla de Platea de Simonides (fr. 11.17 West2), in Lexis, 16 (1998), p. 29-32 ; La lírica griega, in D. Estefanía, M. Domínguez, Ma.T. Amado (éds), Géneros literarios poéticos grecolatinos, Madrid-Santiago de Compostela, 1998 (Cuadernos de Literatura Griega y Latina II), p. 88-92 et 103-105.

12 Cf. CM. Antonaccio, An Archaeology of Ancestors. Tomb Cult and Hero Cult in Early Greece, Boston, 1995.

13 Fr. 16 G.-Pr. (= 18 W.). Les témoignages de héros comme terme religieux appartiennent à la loi de Dracon (ap. Porph., Abst., IV, 22).

14 CapraCurti, op. cit. (n. 10), p. 29 sq. Ils traduisent la construction έπώννμον όπ[λοτέρ]οισιν /...ἡμ]ιθέων ὠκύμορον γενεή]ν comme « la stirpe di breve vita che prende il nome dai (di) semidei ». Contra cf. Suàrez de la Torre, art. cit. (n. 10), p. 29-30.

15 D.L. Page, Poetae Melici Graeci, Oxford, 1962, p. 273 ; D.A. Campbell, Greek Lyric. Stesichorus, Ibycus, Simonides, and Others, Harvard University Press, 1991, p. 418-419,

16 Art. cit. (n. 10), p. 180.

17 Suàrez de la Torre, art. cit. (n. 10), p. 29-30.

18 Cf. les observations faites par E. Stehle, Help me to sing, Muse, of Plataea, in Arethusa, 29.2 (1996), p. 205-222, sur les caractéristiques de la self-presentation chez Simonide par rapport à Homère.

19 χωλός, στιγματίης, πολυγήραος, ῒσος άλήτη ήλθε κνισοκόλαξ, εύτε Μέλης έγάμει, ἂκλητος, ζωμοῦ κεχρημένος· ἐv δἐ μέσοισίν ἥρως είστήκει βορβόρου ἐξαναδύς.

20 Cf. Α. Bernabé, Plutarco e l’orfismo, in I, Gallo (éd.), Plutarco e la religione, Napoli, 1996, p. 63- 104. L’auteur étude les témoignages littéraires relatifs aux rites orphiques qui se trouvent chez Plutarque, mais il fait des commentaires minutieux en ce qui concerne l’explication des rites orphiques, avec documents abondants et bibliographie. Ma Henar Velasco, El paisaje del más allá. El tema del prado verde en la escatologia indoeuropea, Valladolid, 1999.

21 Cf. E. Suárez de la Torre, Las Ranas de Aristófanes y la religión de los atenienses, in A. López Eire (éd.), Sociedad, Política y Literatura : Comedia Griega Antigua. Actas del I Congreso Internacional, Salamanca, 1996, p. 197-217.

22 Tzetzes, in Horn. Il., p. 65 sq. Hermann (PMG 66 = 217 Calame) affirme que la différence entre démons et héros était connue par les poètes épiques et aussi par Alcman, mais le terme n’est pas employé par cet auteur.

23 PMG 519, 62.

24 S 1-37, 3 (P. Oxy. 2805, fr. 5) et S 148, col.1.3 (P. Oxy. 2618, fr. 1), respectivement.

25 PMG 282 (a) 16 et 19 (= S 151).

26 Dionysus and the women of Elis : PMG 871, in GRBS, 23 (1982), p. 305-314. L’auteur analyse toutes les interprétations du texte, et les problèmes pour l’acceptation de Dionysos comme héros : « The difficulties posed by the address of the hymn seem insurmountable ; no satisfactory way of understanding Dionysus as ἥρως has been found. »

27 Prolegomena to the Study of Greek Religion, Cambridge, 1903 (réimp. New York 1959) et Themis. A Study in the Social Origins of Greek Religion, London, 1927 (réimp. Melin Press 1966).

28 PMG I 7 (= 3 Calame). Entre les lignes 1-12, il semble que le mythe raconté par Alcman serait une version particulière du célèbre combat qui opposa à Sparte Héraclès aux fils d’Hippocoon. Cf. le commentaire de C. Calame dans son édition des fragments d’Alcman, Roma 1983, p. 311-349.

29 PMG 228.

30 Éaque et ses descendants sont des personnages qui ont l’habitude de recevoir, autant chez Bacchylide que chez Pindare, l’appellation de ἥρωες, bien que Pélée apparaisse désigné dans l’ode 13 comme ɭσόθεος.

31 L’ode sert à commémorer la victoire de Hiéron de Syracuse. Les personnages du récit ne sont pas une figuration mythique du vainqueur comme c’est le cas dans d’autres odes, mais ils ont une fonction contrastive : les teintes sombres avec lesquelles sont décrits les événements du mythe servent de contraste aux teintes brillantes de la bonne fortune de Hiéron ; mais en même temps, Bacchylide comence par désigner Héraclès, héros mythique par excellence, où l’on pouvait voir reflété Hiéron triomphant, mais par ailleurs il lui rappelle sa condition de mortel et souligne que sa fortune peut changer à n’importe quel moment.

32 Le lien entre Héraclès, les héros et Héra a été utilisé comme explication de l’étymologie du mot héros. Cf. Haudry, op. cit. (n. 3), p. 183-189.

33 Bacchylide avec la dénomination de εὔβουλος ἥρως (« héros prudent »), évoque le rôle joué par Anténor dans le thème mythique ici rapporté de l’ambassade d’Ulysse et Ménélas à Troie avant le commencement de la guerre. Cf. H. Maehler, Die Lieder des Bakchylides. Die Dithyramben und Fragmente, Leiden, 1997.

34 Dans I, 17, 2-3 et Poet. Astr. II, 5, respectivement.

35 Cf. A. Maniet, Le caractère de Minos dans l’ode XVII de Bacchylide, in LEC, 10 (1941), p. 35-54 ; G.W. Pieper, Conflict of Character in Bacchylides’Ode 17, in TAPhA, 103 (1972), p. 395-404 ; G.J. Giesekam, The Portrayal of Minos in Bacchylides 17, in Area, 2 (1976), p. 237-252 ; A. Villarrubia, Minos y Teseo. Análisis de la Oda XVII de Baquttides, in Habis, 21 (1990), p. 15-32 ; Maehler, op. cit. (η. 33), p. 167-210.

36 O. II, 2 : τίνα θεόν, τίν ’ ἥρωα, τίνα δ ’ ἂνδρα κελαδήσομεν. Puis Platon dans plusieurs endroits de ses dialogues esquisse une classification hiérarchisée des êtres auxquels un culte doit être rendu : dieux, démons et demi-dieux, héros et ancêtres. C’est là un des premiers essais de classement systématique apparaissant dans la religion grecque. Cf. A. Motte, La catégorie platonicienne de l’héroïque, dans ce même volume.

37 O. VIII, 45 (Éaque) ; P. I, 53, 6. 28 (héros de la guerre de Troie), VIII, 27 (les Éacides), 11. 31 (Agamemnon) ; Ν. V, 27 ; I. V, 26 (les Éacides) ; VI, 25 ; VIII, 45 (Pélée). Cf. Ν. VIII, 9. Cf. J. Pòrtulas, La condition héroïque et le statut religieux de la louange, in A. Hurst (éd.), Pindare, Vandoeuvres-Genève, 1985 (Entretiens sur l’Antiquité classique, 31), p. 207-243.

38 Cf. Pindaro. Le Istmiche, a cura di G.A. Privitera, Milano, Mondadori, 1992, p. 71-85 et 188-202.

39 Cf. Πηλέος ἀντιθέου (fr. 172.1).

40 P. VIII, 51, Ν. IX, 9. Cf. B.K. Braswell, A Commentary on Pindar Nemean Nine, Berlin/New York, 1988.

41 Cf. C. Willeke, Untersuchungen zur literarischen Verwendung des Wortes Heros, Diss. Hamburg 1958, p. 26-34 ; R. Führer, Fromproblem-Untersuchungen zu den Reden in der frùhgriechischen Lyrik, München, 1967, p. 75 ; B.K. Braswell, A Commentary on the fourth Pythian ode of Pindar, Berlin/New York, 1988.

42 Cf. F. Krafft, Vergleichende Untersuchungen zu Homer und Hesiod, Göttingen, 1964, p. 116-119.

43 Cf. Braswell, op. cit. (n. 40), p. 77-78.

44 W.J. Salter, Lexicon to Pindar, Berlin, 1969, p. 227, croit que le terme ἥρως fait référence Amphitryon.

45 Haudry, op. cit. (n. 3), p. 214-218, étudie le cas d’Ixion comme le réprouvé suprême et le plus audacieux dans sa tentative de conquête de l’année. Il dit : « le thème de l’ingratitude d’Ixion est visiblement secondaire, car il n’y a aucun rapport entre le crime et le châtiment. Le véritable crime d’Ixion est d’avoir échoué dans sa tentative audacieuse de conquérir non seulement l’année, mais aussi la souveraineté universelle. » Cf. E. Suárez de la Torre, Ixión y Arquίloco en la Pίtica 2 de Pindaro, in Homenage a J. Alsina, Tarragona, 1992, vol. 1, p. 333-348.

46 Cf. A. Brelich, Gli Eroi Greci : un problema storico-religioso, Roma, 1958 et Heros : il culto greco digli eroi e il problema degli esseri semi-divini, Roma, 1958 ; L.R. Farnell, Greek Hero Cults and Ideas of Immortality, Oxford, 1970 [1921], p. 234-279 ; E.J. Edelstein, L. Edelstein, Asclepius. Collection and Interpretation of the Testimonies, Baltimore, 1945.

47 Op. cit. (n. 43), p. 227.

48 Le terme hêrôs est fréquent dans des contextes généalogiques.

49 Iolaos fut un héros vénéré en Béotie et surtout à Thèbes, où il avait un héroon avec un gymnase et un stade proche de la porte des Proétides (Paus. IX, 23, 1).

50 Cf. B. Ballesteros, Mito y culto de los Dioscuros en Grecia, Memoria de Licenciatura inédita, Valladolid, 1999. Dans P 11. 62, Pollux est désigné comme ἂναξ, alors que Castor apparaît comme βίας, et finalement νίoὶ θεῶν.

51 Cf. Brelich, op. cit. (n. 45), p. 90.

52 Une diffusion de ces idées apparaît chez Empedocle (fr. 115, 117, 127 et 146 Diels-Kranz) et elles sont citées par Platon (Tht. 152e, Men. 76c et Sis. 389a) et par Xénophane (fr. 6, 2-5 G.-Pr.). Cf. M. Cannatà Fera, Pindarus, Threnorum Fragmenta, Roma, 1990, p. 220-230.

53 Op. cit. (n. 51), p. 224.

54 Pae. 7, 13 (Ténéros), 7b. 9, 13a. 1, 111a. 7, 140a. 75 (49).

55 Paus., IX, 10, 6 & 26, Strabon, IX, 413.

56 Cf. note 45.

57 J. Larson, Greek Heroine Cults, The University of Wisconsin Press, 1995 ; D. Lyons, Gender and Immortality. Heroines in Ancient Greek Myth and Cult, Princeton/New Jersey, 1997.

58 M.L. West, The Hesiodic Catalogue of Women : Its Nature, Structure, and Origins, Oxford, 1985 ; G. McLeod, Virtue and Venom : Catalogues of Women from Antiquity to the Renaissance, Ann Arbor, 1991.

59 IG I, 840. Cf. R. Richardson, A Sacrificial Calendar from the Epakria, in AJA, 10 (1895), p. 209-226 ; S. Dow, Six Athenian Sacrificial Calendars, in BCH, 92 (1968), p. 170-187 ; G. Daux, Le calendrier de Thorikos au Musée J. Paul Getty, in AC, 52 (1983), p. 150-174 ; D. Whitehead, The Demes of Attica, Princeton, 1986, p. 176-212 et 358-360 ; E. Kearns, The Heroes of Attica, London, 1989 (BLCS, Suppl. 57), p. 80-102 ; D. Lyons, Heroic Configurations of the Feminine in Greek Myth and Cult, Diss., Princeton, 1989.

60 Cf. W.S. Ferguson, The Attic Orgeones, in HThR, 37 (1944), p. 76 ; Larson, op. cit, (n. 57), p. 29-42.

61 Pindaro. I Peani, tes., trad., scoli e commento a cura di G. Bona, Cuneo, 1988, p. 261.

62 Quaestiones Graecae 12 (= Mor., 293c-d) ; Hésychios, S.V. Σεμέλη. Cf. J. Fontenrose, Python : A Study of Delphes Myth and Its Origins, Berkeley, 1959, p. 377-378.

Auteur

Universidad de Valladolid
Espagne

© Presses universitaires de Liège, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search