Version classiqueVersion mobile

Les frontières de la mondialisation

 | 
Denis Pieret

Chapitre II. Technologies de pouvoir — Le cadre foucaldien

Texte intégral

1. Sortir d’une alternative : souveraineté des États vs droits des migrants

1Prenons comme point de départ l’opposition qui constitue l’une des matrices principales des discours politiques et des travaux académiques sur les migrations internationales, la dichotomie qui impose une structuration du problème en mettant en scène deux figures souveraines antagonistes : l’État défenseur de sa souveraineté territoriale vs le migrant détenteur des droits de l’homme. Le problème du droit et de la politique d’asile et d’immigration est généralement présenté comme une question d’équilibre, entre un devoir de protection des États à l’égard des candidats à l’asile et la volonté de protéger leur territoire des indésirables dissimulés dans ces flots mixtes (mixed flows), entre l’accès à la protection en faveur des migrants et la protection du territoire à leur encontre, entre la volonté de favoriser la migration légale et celle de lutter contre l’illégale. La plupart des travaux sur le sujet étudient les politiques migratoires sous cet angle, en posant la question de leur bon équilibrage, reprenant pour le compte de la recherche la formule qui se transmet de génération en génération chez les ministres de l’Intérieur : une politique ferme et humaine.

2La question initiale est en effet souvent celle-ci : les États veulent contrôler les flux de migrants tout en veillant à 1) entretenir une offre suffisante sur le marché du travail, 2) lutter contre l’immigration illégale (y compris ses variations les plus menaçantes représentées par les figures du terroriste et de l’esclavagiste responsable de la traite des êtres humains), 3) assurer aux réfugiés bona fide une protection. Comment dès lors déterminer le point d’équilibre entre ces objectifs politiques antagonistes ?

  • 1 Cf. Cristina Gortázar, Mariá-Carolina Parra, Barbara Segaert, Christiane Timmerman (eds.), European (...)

3Si la question est parfois posée de savoir si les politiques européennes en matière d’asile et d’immigration sont cohérentes ou non1, elle reste strictement rhétorique car la cohérence ne serait que de façade, une pure invocation verbale visant à légitimer une politique, tandis que l’incohérence se vérifierait à l’examen. Mais c’est que les termes du problème posent d’emblée la contradiction comme terminus a quo et terminus ad quem de l’analyse. Ce que nous tenterons d’établir, c’est qu’au sein même de cette incohérence, quelque chose fonctionne qui permet d’esquisser une cohérence d’un autre niveau.

  • 2 Michel Foucault, « Il faut défendre la société », Cours au Collège de France (1975-1976), Paris, Ga (...)

4Dans une première analyse, qui s’en tient à une lecture juridico-discursive des pratiques et des discours attachés au phénomène migratoire, c’est-à-dire qui considère (d’une manière réductrice) le pouvoir « comme un droit dont on serait possesseur comme d’un bien2 », la sécurité et les droits de l’homme apparaissent comme deux pôles antagonistes. Que le migrant soit ce dont il faut se protéger ou ce qu’il faut protéger, l’arrière-plan sur lequel les questions sont posées est un paysage de souveraineté. La lecture de Foucault nous permet de dépasser cette tension constitutive entre le discours sécuritaire et le discours humanitaire.

5Le discours sécuritaire, hérité de la fermeture des frontières contemporaine du premier choc pétrolier, met en avant la figure de l’État souverain protecteur de ses ressortissants. En 1974, la Belgique, comme la plupart des pays européens, décide de verrouiller les portes de l’immigration. Les seules voies d’entrées restantes étaient l’asile, le statut (temporaire) d’étudiant et le regroupement familial. Cette pratique de fermeture des frontières fut contemporaine de la montée des partis d’extrême droite porteurs d’un discours xénophobe très appuyé et de l’essor de l’idée d’un terrorisme racialisé (c’est-à-dire un terrorisme considéré non pas comme le fruit d’un rapport de forces politiques, mais comme le fait d’une autre race, culture ou religion qui menacerait l’intégrité de nos États démocratiques). Dans le cadre de ce type de discours et de pratiques, rassemblés ici sous le nom de « discours sécuritaires », les migrations sont conçues comme un danger dont il faut se prémunir : danger pour les systèmes sociaux des pays développés ou pour les « identités nationales ».

  • 3 Article 3 du Traité sur l’Union européenne (TUE).

6Nombreux sont les auteurs qui, à juste titre, mettent en évidence la dimension sécuritaire des orientations européennes sur les questions migratoires. Le Traité sur l’Union européenne se donne pour but d’offrir aux citoyens de l’Union « un espace de liberté, de sécurité et de justice sans frontières intérieures, au sein duquel est assurée la libre circulation des personnes, en liaison avec des mesures appropriées en matière de contrôle des frontières extérieures, d’asile, d’immigration ainsi que de prévention de la criminalité et de lutte contre ce phénomène3 ». La mise en œuvre d’une citoyenneté européenne, introduite par le Traité de Maastricht, se concrétise prioritairement dans la suppression des contrôles aux frontières intérieures et l’instauration d’une liberté de circulation à l’intérieur de l’Union. Corrélativement à ce mécanisme d’inclusion se coordonne un mécanisme d’exclusion pour les étrangers non communautaires et une surveillance accrue de leurs déplacements.

7Face au développement des outils de sécurisation de la frontière européenne, d’autres voix s’insurgent contre les effets d’insécurisation des migrants eux-mêmes ; ils sont mis en danger par la frontière européenne ainsi « sécurisée », sur des routes rendues toujours plus périlleuses. Ces voix cherchent à déplacer l’objet sur lequel porte le danger : non pas les sociétés d’accueil des migrants, mais les migrants eux-mêmes, leurs droits et leurs vies. Les résistances ou les alternatives au discours sécuritaire s’appuient sur des réclamations en termes de droits de l’homme.

  • 4 Cf. Denis Duez, L’Union européenne et l’immigration clandestine. De la sécurité intérieure à la con (...)
  • 5 Sylvie Saroléa, Droits de l’homme et migrations. De la protection du migrant aux droits de la perso (...)
  • 6 Ibid., p. XXXVI.

8Les motifs extérieurs ainsi que le contexte dans lequel les travaux sur l’immigration et l’asile se sont construits depuis les années 70 et 804, placent toujours côte à côte l’exigence de protection du migrant et la nécessité de sécurité des États. L’oscillation entre, d’une part, un discours sécuritaire placé sous le signe de la souveraineté et, d’autre part, un discours humanitaire réfléchi dans les termes des droits de l’homme semble ainsi constituer le point de départ obligé d’une réflexion sur les migrations. Construit sur un tel arrière-plan théorique juridico-discursif, cette tension est inévitable et de nombreux travaux en sont traversés. La thèse de Sylvie Saroléa5 en est un exemple particulièrement remarquable, précisément parce qu’elle est excellemment construite et argumentée, et parce qu’elle reste enracinée, de bout en bout, dans ce terrain juridico-discursif que Foucault nous permettra de dégager. De ce point de vue, la thèse apparaît incontestable : une contradiction existe « entre l’affirmation progressive des droits de l’homme comme droits protégeant toute personne, indépendamment de son statut, et une position niant ou restreignant les droits des migrants au nom de principes jugés suffisamment bien établis […] pour rester imperméables à cette évolution6 ». Les droits des migrants se trouvent limités au nom de la souveraineté des États et ne sont conçus que comme des exceptions à celle-ci.

  • 7 Cf. ibid., p. 472 sq.

9Par conséquent, la solution envisagée par la juriste est un retournement de l’antagonisme : non plus les droits de l’homme comme limitation à la souveraineté, mais la souveraineté comme possibilité de déroger aux droits de l’homme. La protection des droits des migrants doit devenir le principe et la souveraineté l’exception7.

  • 8 Ibid., p. 621.

Pour sortir de ces impasses et de ce raisonnement fonctionnant à la manière d’un truisme, il faut abandonner une lecture obsolète du concept de souveraineté qui l’oppose aux droits de l’homme. […] La souveraineté des États doit se concilier avec l’applicabilité large des textes protégeant les droits de l’homme sur les plans territorial et personnel et aux principes d’égalité et de non-discrimination. Ces forces ne s’opposent plus dès lors que l’on affranchit la garantie des droits de l’homme en matière migratoire d’une vision tronquée de la “souveraineté”, entendue comme pouvoir absolu. Les droits de l’homme redeviennent alors en cette matière un principe auquel il peut, dans certaines circonstances, être dérogé. Le paradigme classique en droit de l’immigration consistant à ne voir en eux qu’une possible limitation au pouvoir souverain de l’État est abandonné. Ce renversement, présent dans d’autres branches du droit, reste largement à développer au sein du contentieux migratoire8.

10La « souveraineté » est ici entendue dans un sens strictement juridique et non foucaldien : la faculté de l’État à n’être soumis à aucune puissance autre que la sienne. Cependant, cette inversion de la primauté entre la souveraineté et les droits des migrants reconduit une conception tout à fait classique, et l’on ne sort pas in fine de la souveraineté. Nous entendons faire un pas de côté par rapport à cette alternative entre souveraineté de l’État et droits des migrants et à la critique la plus commune de l’« Europe forteresse » dont le schéma est le suivant : toutes les mesures mises en œuvre par l’Union européenne sont inscrites dans une même logique répressive. L’évolution de celle-ci est telle que les droits fondamentaux des personnes migrantes sont de plus en plus bafoués. Ne reste plus alors comme mode de résistance que la revendication du respect des droits de l’homme, respect bien souvent revendiqué dans le cadre même du paradigme de l’exclusion des migrants.

11Mettre en évidence la tension entre discours sécuritaire et discours humanitaire ne suffit pas. Premièrement, c’est oublier que les mesures les plus coercitives s’inscrivent dans un contexte qui n’est pas, de manière homogène, colonisé par l’obsession de la fermeture. Le contexte global d’incitation à la mobilité — dans le sens d’une mobilité géographique, mais aussi existentielle (flexibilité professionnelle, valorisation de l’aptitude au changement) — permet d’envisager autrement les instruments les plus durement répressifs. En l’occurrence, les accords de réadmission sont porteurs d’une logique plus complexe qu’une simple « logique globale sécuritaire ».

12La mise en vis-à-vis de l’État et son impératif de sécurité, d’une part, et de l’individu et ses droits, d’autre part, présuppose une lecture dans les termes de la souveraineté des individus, sujets porteurs de droit. Les travaux de Michel Foucault permettent de décoller l’étude des migrations de leur association spontanée à la question de la souveraineté, non parce qu’il s’agirait de la contrer, mais parce qu’il nous semble insuffisant de toujours renvoyer dos-à-dos l’État, jaloux de son territoire et légitimé à en refuser l’accès à qui n’entre pas dans les conditions qu’il pose, et le migrant, par essence transgressif de la souveraineté.

2. Le pouvoir comme relation et exercice

  • 9 Michel Foucault, « Le sujet et le pouvoir », in DEII, texte no 306, pp. 1041-1062.
  • 10 Ibid., p. 1042.
  • 11 Ibid.
  • 12 Ibid., p. 1043.
  • 13 Ibid., p. 1044.
  • 14 Ibid., p. 1055.
  • 15 Cf. Mathieu Potte-Bonneville, « Droit », in Philippe Artières et Mathieu Potte-Bonneville, D’après (...)
  • 16 Cf. DS, p. 15.

13Dans un texte daté de 19829, Michel Foucault se retourne sur les objectifs de ses travaux des vingt années écoulées. Il y précise que s’il s’est intéressé de près à la question du pouvoir, c’est uniquement parce que l’élaboration d’une nouvelle définition de celui-ci était nécessaire au thème majeur de ses recherches : le sujet. Étudier le sujet en tant qu’il est pris, non seulement dans des rapports de production et des relations de sens, mais aussi dans des « relations de pouvoir d’une grande complexité10 » appelait l’élargissement des dimensions de la définition du pouvoir au-delà de sa réduction aux « modèles juridiques (qu’est-ce qui légitime le pouvoir ?) » ou aux « modèles institutionnels (qu’est-ce que l’État ?)11 ». Ce qui intéresse Foucault n’est pas le pouvoir dans son appréhension théorique classique, mais ce « quelque chose qui fait partie de notre expérience12 » ; c’est la raison pour laquelle les résistances aux multiples formes de pouvoir fondent le mode d’investigation propre à la méthode foucaldienne, afin de « mettre en évidence les relations de pouvoir, de voir où elles s’inscrivent, de découvrir leurs points d’application et les méthodes qu’elles utilisent13 ». Le pouvoir n’existe pas, « il n’y a de pouvoir qu’exercé par les “uns” sur les “autres” ; le pouvoir n’existe qu’en acte14 ». Il est une relation et non un bien15. Il ne se donne pas, il ne s’échange pas : il s’exerce16.

  • 17 Cf. Michel Foucault, « Le sujet et le pouvoir », art. cit., p. 1055.

14La relation de pouvoir doit être distinguée de la relation de violence ; même si la violence peut être, comme le consentement, un instrument de l’exercice du pouvoir, elle n’en est pas au principe. La relation de violence a la particularité de refermer toutes les possibilités17, elle s’applique à un « autre » qui n’est que passivité et qui, s’il oppose une résistance, doit être détruit. Dans une relation de pouvoir, l’autre doit toujours être maintenu comme un sujet d’action.

  • 18 Michel Foucault, Histoire de la sexualité I. La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976, p. 128. (...)

C’est dans ce champ de rapports de force qu’il faut tenter d’analyser les mécanismes de pouvoir. Ainsi, on échappera à ce système Souverain-Loi qui a si longtemps fasciné la pensée politique. Et, s’il est vrai que Machiavel fut un des rares — et c’était là sans doute le scandale de son “cynisme” — à penser le pouvoir du Prince en termes de rapports de force, peut-être faut-il faire un pas de plus, se passer du personnage du Prince, et déchiffrer les mécanismes de pouvoir à partir d’une stratégie immanente aux rapports de force18.

  • 19 Michel Foucault, « Le sujet et le pouvoir », art. cit., p. 1056.

15Foucault prend soin d’éviter de retomber dans une nouvelle définition du pouvoir. Il définit l’exercice du pouvoir comme une « action sur les actions19 ».

  • 20 Ibid., p. 1056.

Il est un ensemble d’actions sur des actions possibles ; il opère sur le champ de possibilité où vient s’inscrire le comportement des sujets agissants : il incite, il induit, il détourne, il facilite ou rend plus difficile, il élargit ou il limite, il rend plus ou moins probable ; à la limite, il contraint ou empêche absolument ; mais il est bien toujours une manière d’agir sur un ou sur des sujets agissants, et ce tant qu’ils agissent ou qu’ils sont susceptibles d’agir20.

  • 21 Ibid., p. 1058.

16Le pouvoir n’est pas une couche supplémentaire qui s’ajouterait au-dessus de la vie sociale et dont on pourrait imaginer se libérer. Vivre en société, c’est vivre dans des relations de pouvoir, puisque vivre en société, c’est « vivre de manière qu’il soit possible d’agir sur l’action les uns des autres21 ».

  • 22 Cf. DS, pp. 222-223.
  • 23 Cf. Michel Foucault, Sécurité, territoire, population. Cours au Collège de France (1977-1978), Pari (...)
  • 24 Les variations dans les périodisations découpées par Foucault indiquent la distance qu’il faut pren (...)

17Foucault a identifié trois modalités de l’exercice du pouvoir : la loi, la discipline et le mécanisme régulateur22 ou le dispositif de sécurité23. Ils correspondent parfois, dans ses exposés, à des découpages historiques24 :

  • 25 STP, p. 113.

Et peut-être pourrait-on, d’une façon tout à fait globale, grossière et, par conséquent, inexacte, reconstituer ainsi les grandes formes, les grandes économies du pouvoir en Occident de la manière suivante : d’abord, l’État de justice, né dans une territorialité de type féodal et qui correspondrait en gros à une société de la loi […] ; deuxièmement, l’État administratif, né dans une territorialité de type frontalier et non plus féodal, aux xve et xvie siècles, cet État administratif qui correspond à une société de règlements et de disciplines ; et enfin, un État de gouvernement qui n’est plus essentiellement défini par sa territorialité […], qui porte essentiellement sur la population et qui […] correspondrait à une société contrôlée par les dispositifs de sécurité25.

  • 26 STP, p. 10.

18Il importe cependant de corriger immédiatement la portée du schéma historique selon lequel Foucault décline parfois les trois formes du pouvoir ; se limiter à un tel schématisme empêcherait de voir la coprésence de l’un à l’autre et leurs complémentarités mutuelles. « Il n’y a pas l’âge du légal, l’âge du disciplinaire, l’âge de la sécurité26. » Ce qui varie d’une époque à l’autre, ce sont les relations qu’entretiennent entre elles ces formes, et que les pages qui suivent vont maintenant détailler.

3. Souveraineté

  • 27 Michel Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1993 (1975), p. 227 (...)

19Le travail engagé par Foucault au début des années 1970 vise à décrire les effets — la productivité — du pouvoir. À l’encontre d’une tradition qui caractérise le pouvoir négativement, comme ce qui « exclut », « réprime », « refoule », « censure », « abstrait », « masque » ou « cache », il cherche à montrer que « le pouvoir produit ; il produit du réel ; il produit des domaines d’objets et des rituels de vérité27 ». Le modèle juridico-discursif — la théorie juridique classique du pouvoir — est inapte à rendre compte de la productivité du pouvoir.

  • 28 Cf. DS, p. 21.
  • 29 SP, p. 58.
  • 30 Cf. ibid., p. 60.

20Dans son étude du « comment du pouvoir », Foucault met au jour un premier repère, celui autour duquel s’articule l’édifice juridique occidental : le roi et les règles de droit qui délimitent le pouvoir28. À l’âge classique, le pouvoir se lit dans les termes de la souveraineté. Le prince, sujet souverain, est la source de la loi. Toute infraction à la loi est une attaque personnelle contre lui « puisque la loi vaut comme la volonté du souverain29 ». La réponse à l’infraction doit être spectaculaire et restaurer, par la démonstration de sa puissance, la souveraineté à laquelle il a été porté atteinte. Le supplice sert ainsi non pas à rétablir la justice, mais à réactiver le pouvoir30.

21L’art de punir consistant à réaffirmer la puissance du souverain suite à une infraction, son action est par conséquent toujours parcellaire. Il ne s’agit pas pour le souverain de punir toutes les infractions, de quadriller le territoire afin qu’aucune d’entre elles n’échappe et que la justice soit ainsi toujours rendue. Il s’agit seulement, à l’occasion d’une infraction, de manifester la présence ponctuelle — mais toujours possible — du souverain par l’implacabilité de sa vengeance. Quand il se présente, ce n’est jamais discrètement, mais toujours dans un spectacle destiné à provoquer l’effroi et à rendre sensible sa présence sur le corps du criminel afin que le public qui y assiste se trouve sidéré par sa puissance. L’exercice du pouvoir souverain est donc toujours ponctuel, discontinu et visible.

22À partir de la deuxième moitié du xviiie siècle, des protestations contre les supplices se multiplient, les pratiques punitives spectaculaires et sanglantes mettent en danger le pouvoir lui-même. Elles risquent d’ouvrir la voie à la révolte du peuple qui voit dans la punition publique des siens la menace d’un pouvoir excessif, tyrannique et vengeur.

  • 31 Ibid., pp. 87-88.

Très vite le supplice est devenu intolérable. Révoltant, si on regarde du côté du pouvoir, où il trahit la tyrannie, l’excès, la soif de revanche, et le “cruel plaisir de punir”. Honteux, quand on regarde du côté de la victime, qu’on réduit au désespoir et dont on voudrait encore qu’elle bénisse “le ciel et ses juges dont elle paraît abandonnée”. Dangereux de toute façon, par l’appui qu’y trouvent, l’une contre l’autre, la violence du roi et celle du peuple. Comme si le pouvoir souverain ne voyait pas, dans cette émulation d’atrocité, un défi qu’il lance lui-même et qui pourra bien être relevé un jour : accoutumé “à voir ruisseler le sang”, le peuple apprend vite “qu’il ne peut se venger qu’avec du sang”. Dans ces cérémonies qui font l’objet de tant d’investissements adverses, on perçoit l’entrecroisement entre la démesure de la justice armée et la colère du peuple qu’on menace31.

  • 32 Ibid., p. 88.
  • 33 Ibid., p. 96.

23Les réformateurs invitent à tourner le dos à ces pratiques dangereuses où la tyrannie et la révolte s’appellent l’une l’autre. « Il faut que la justice criminelle, au lieu de se venger, enfin punisse32. » Ce que les réformateurs critiquent, ce n’est pas tant la cruauté du système pénal, mais l’irrégularité de son exercice. La justice et ses supplices spectaculaires ne se manifestent que de manière ponctuelle, discontinue et par conséquent lacunaire. L’exercice du pouvoir est mal distribué, il ne s’applique qu’en certains endroits, à certains moments et pour des durées limitées. Surtout, il met toujours en scène des instances qui s’opposent. La justice pénale doit être réformée de manière à pouvoir atteindre « le grain le plus fin du corps social33 ».

24L’excès — constitutif de la souveraineté — est en même temps sa faiblesse. C’est cela même, l’opprobre qu’il peut susciter, qui met en danger le souverain. L’excès est également le signe de son inefficacité intrinsèque. La réflexion du pouvoir souverain sur lui-même entraîne sa transformation. Et dans ce geste réflexif s’inscrit dès lors le double souci de l’efficacité et, corrélativement, de la mesure du gouvernement.

4. De la souveraineté aux disciplines — de la loi à la norme

4.1. Une nouvelle économie politique du pouvoir de punir

  • 34 Cf. ibid., p. 97.
  • 35 Ibid., pp. 92-93.

25La profonde transformation de l’« économie politique » du pouvoir de punir, qui fait passer celui-ci du schème de la souveraineté à celui des disciplines inscrites au plus profond du corps social, ne peut bien entendu pas être analysée comme étant elle-même le résultat d’une action souveraine, comme le produit d’une origine unique et clairement identifiable. La réforme résulte des actions non concertées, des intérêts multiples et parfois contradictoires d’acteurs divers : des magistrats, des publicistes et des avocats, mais aussi des philosophes34. La transformation des châtiments est également liée à la modification des pratiques criminelles. La criminalité de sang diminue en faveur du développement d’une criminalité de fraude, formant « tout un mécanisme complexe, où figurent le développement de la production, l’augmentation des richesses, une valorisation juridique et morale plus intense des rapports de propriété, des méthodes de surveillance plus rigoureuses, un quadrillage plus serré de la population, des techniques mieux ajustées de repérage, de capture, d’information35. »

  • 36 Cf. ibid., p. 102.
  • 37 Ibid., p. 104.
  • 38 Ibid., p. 104.

26Dans la seconde moitié du xviiie siècle, l’illégalisme populaire commence à toucher principalement les biens. Cet illégalisme doit être puni pour protéger les grandes quantités de marchandises accumulées sous l’effet du développement des ports, du commerce et des grandes industries. Le développement économique s’accompagne de nouvelles pratiques illicites qui s’organisent entre les employés, les surveillants, les ouvriers, les contremaîtres et les receleurs36. Il devient nécessaire de contrôler et recoder tout cela, et de passer d’une « économie du pouvoir de punir37 » caractérisée par la lacune et la discontinuité, par la dépense et l’excès, par des « châtiments éclatants dans leurs manifestations et hasardeux dans leur application38 » à un principe de quadrillage, dont les vertus seront la continuité et la permanence.

  • 39 « Cours du 14 janvier 1976 », in DEII, texte no 194, p. 188.

Le discours de la discipline est étranger à celui de la loi ; il est étranger à celui de la règle comme effet de la volonté souveraine. Les disciplines vont donc porter un discours qui sera celui de la règle, mais non pas de la règle juridique dérivée de la souveraineté ; elles porteront un discours de la règle naturelle, c’est-à-dire de la norme. Elles définiront un code qui sera celui, non pas de la loi, mais de la normalisation, et elles se référeront nécessairement à un horizon théorique qui ne sera pas l’édifice du droit mais le champ des sciences humaines, et leur jurisprudence sera celle d’un savoir clinique39.

  • 40 Ibid., p. 189.

27Se développe ainsi un discours absolument étranger à celui de la loi comme expression de la volonté souveraine. L’hétérogénéité des disciplines vis-à-vis de la souveraineté ne suppose cependant pas que l’on assiste à un remplacement de la seconde par les premières, mais permet plutôt à Foucault de mettre en évidence la conflictualité des deux modes de pouvoir. « En fait, souveraineté et discipline, droit de la souveraineté et mécanique disciplinaire sont deux pièces absolument constitutives des mécanismes généraux de pouvoir dans notre société40. »

  • 41 SP, p. 98.
  • 42 Ibid., p. 104.

28Pour notre propos, il est important de repérer ceci. L’« humanisation » des peines que l’on voit se développer au xviiie siècle n’est en rien due à l’essor d’une « nouvelle sensibilité41 » ; la réforme se développe dans un contexte qui oblige à répondre différemment aux illégalismes jusque-là tolérés. Non pas qu’il fallût soudainement répondre au scandale de l’impunité des nombreuses infractions qui demeuraient impunies. Mais plutôt, il était nécessaire de promouvoir une nouvelle technologie du pouvoir de punir qui réponde efficacement aux contraintes du développement économique, lesquelles ne pouvaient s’accommoder ni du « surpouvoir du souverain » ni de son corollaire, l’« infra-pouvoir des illégalismes conquis et tolérés42 ». En outre, la visée d’efficacité appelle un autre type d’action, qui ne souffre pas de la carence de l’application de la loi : la discontinuité. Pour y remédier, il faut dès lors trouver un nouveau point d’application de l’art de punir et constituer l’individu comme l’élément atomique par lequel circule le pouvoir. Humanisation et individualisation vont ainsi de pair.

  • 43 VS, p. 115.
  • 44 Ibid., p. 117.

29Par ailleurs, il faut revenir sur le double problème de la périodisation de cette séquence de la souveraineté et de la portée anhistorique que l’on peut donner à cette modalité du pouvoir. C’est par un travail d’historien que Foucault met en évidence, à une certaine époque, la prééminence du schème souveraineté-loi. C’est aussi par là que l’on comprend l’obsession de la pensée politique à se cantonner dans une représentation juridico-discursive, car « les monarchies occidentales se sont édifiées comme des systèmes de droit, se sont réfléchies à travers des théories du droit et ont fait fonctionner leurs mécanismes dans la forme du droit43 ». La représentation juridico-discursive du pouvoir reste hantée par la monarchie. « Dans la pensée et l’analyse politique, on n’a toujours pas coupé la tête du roi44. »

  • 45 Michel Foucault, « Les mailles du pouvoir », in DEII, texte no 297, p. 1003.

Quand nous essayons de réfléchir sur notre société, sur la manière dont le pouvoir s’y exerce, nous le faisons essentiellement à partir d’une conception juridique : où est le pouvoir, qui détient le pouvoir, quelles sont les règles qui régissent le pouvoir, quel est le système de lois que le pouvoir établit sur le corps social45.

  • 46 VS, p. 21.

30En se dégageant de l’« hypothèse répressive » selon laquelle la mécanique du pouvoir est essentiellement de l’ordre de la répression, il va être possible d’identifier dans les discontinuités de l’histoire, d’autres schèmes. En se concentrant sur des éléments tels que la défense, le refus, la censure, autant de déclinaisons de l’interdit et, en dernière analyse, du négatif, le juridico-discursif ne voit pas que ces éléments jouent seulement un « rôle local et tactique […] dans une technique de pouvoir46 » qui ne s’y réduit pas. Ayant mis au jour la loi comme une technologie de pouvoir parmi d’autres, mais typique d’un pouvoir souverain, l’ouverture est faite pour l’attention à d’autres modalités du pouvoir. L’histoire a produit sa fonction heuristique : la technologie de pouvoir particulière qu’elle a permis d’identifier est ainsi rendue disponible pour d’autres analyses, dans d’autres périodes.

4.2. Des corps individualisés

  • 47 SP, p. 106.

31Au cœur de la réforme du système pénal du xviiie siècle se trouve la nécessité d’atteindre le grain le plus fin du corps social : l’individu. L’art de châtier doit se faire aussi fin que lui et doit être aussi répandu que possible. Cette nouvelle stratégie de l’art de punir s’articule à l’individu-citoyen par le moyen de la théorie du contrat : « Le citoyen est censé avoir accepté une fois pour toutes, avec les lois de la société, celle-là même qui risque de le punir47. » La discipline fabrique l’individu nécessaire au fonctionnement de la théorie du contrat :

  • 48 Ibid., p. 227.

On dit souvent que le modèle d’une société qui aurait pour éléments constituants des individus est emprunté aux formes juridiques abstraites du contrat et de l’échange. La société marchande se serait représentée comme une association contractuelle de sujets juridiques isolés. Peut-être. La théorie politique du xviie et du xviiie siècle semble en effet souvent obéir à ce schéma. Mais il ne faut pas oublier qu’il a existé à la même époque une technique pour constituer effectivement les individus comme éléments corrélatifs d’un pouvoir et d’un savoir. L’individu, c’est sans doute l’atome fictif d’une représentation « idéologique » de la société ; mais il est aussi une réalité fabriquée par cette technologie spécifique de pouvoir qu’on appelle la « discipline »48.

  • 49 Ibid., p. 200.
  • 50 Cf. STP, Leçon du 11 janvier 1978.
  • 51 SP, p. 200.

32Les dispositifs disciplinaires viennent encadrer la loi et le châtiment, formant ainsi une nouvelle modulation du pouvoir. Les mécanismes à l’œuvre ne ressortissent plus au cadre strict de la loi et à la coupure qu’elle opère entre le licite et l’illicite, mais à des pratiques qui impriment sur l’individu une série d’exercices visant à le transformer. La discipline, « pouvoir modeste, soupçonneux, qui fonctionne sur le mode d’une économie calculée, mais permanente49 », s’exerce sur le corps des individus de manière à en organiser la multiplicité en vue d’une fin50 : « dresser pour mieux prélever et soutirer davantage51 ».

  • 52 Cf. STP, p. 47.
  • 53 Ibid., p. 48.
  • 54 Ibid., p. 47.

33Dans son principe, la discipline ne doit rien laisser échapper à sa réglementation ; tous les détails de son champ d’application doivent être identifiés et traités. Des systèmes de légalité, elle conserve le partage entre le permis et l’interdit52 avec cette différence que « dans le système de la loi, ce qui est déterminé, c’est ce qui est permis53 », le code dit ce qui est à ne pas faire et l’ordre est par conséquent « ce qui reste lorsqu’on aura empêché […] tout ce qui est interdit54 », tandis que le mécanisme disciplinaire vise, dans les moindres détails, à prescrire ce qui est à faire. La loi code l’interdit, la discipline code l’obligatoire.

4.3. L’espace des disciplines

  • 55 Cf. ibid., p. 17.
  • 56 SP, p. 203.
  • 57 Cf. ibid., p. 201.
  • 58 Cf. STP, p. 17. Voir à ce sujet les travaux de Géraldine Brausch, notamment « Un détour par les str (...)
  • 59 SP, pp. 202-203.

34L’espace acquiert une importance fondamentale dans le cadre des disciplines et joue une tout autre fonction que l’espace de la souveraineté. Celle-ci s’exerce sur un territoire, idéalement conçu comme étant organisé autour d’une capitale, siège de la souveraineté55. Le schéma spatial de la souveraineté est la clôture, le « mur épais, [la] porte solide qui empêchent d’entrer ou de sortir56 ». Le problème de la souveraineté, c’est de fixer et protéger le territoire, c’est celui de la sûreté du souverain et de son territoire. L’espace devient avec la technologie disciplinaire le milieu où seront fabriqué l’individu et quadrillées les relations. L’espace des disciplines est idéalement le camp militaire57, la forme du camp romain58, un espace vide à l’intérieur duquel seront organisées les relations ; se développe alors « une architecture qui n’est plus faite simplement pour être vue (faste de palais), ou pour surveiller l’espace extérieur (géométrie des forteresses), mais pour permettre un contrôle intérieur, articulé et détaillé — pour rendre visibles ceux qui s’y trouvent ; plus généralement, celle d’une architecture qui serait un opérateur pour la transformation des individus : agir sur ceux qu’elle abrite, donner prise sur leur conduite, reconduire jusqu’à eux les effets du pouvoir, les offrir à une connaissance, les modifier59 ». Dans son aspect disciplinaire, l’espace est, dans sa matérialité même, un instrument d’action sur les individus.

5. Les dispositifs de sécurité

5.1. L’invention de la population

35Dans un troisième temps, Foucault met en évidence, comme une couche superposée aux deux premières technologies de pouvoir déjà identifiées, le dispositif de sécurité, qui vise le phénomène délictueux (le vol, par exemple) à travers la triple question de sa probabilité, de la limite quantitative de son acceptabilité et du coût de la réponse du pouvoir.

36À la différence de la discipline qui s’exerce dans un espace entièrement modélisé et construit ex nihilo, la sécurité s’appuie sur un espace matériel donné. L’archétype de l’espace de la souveraineté était le palais et l’enceinte ; celui des disciplines la prison ou le camp militaire ; celui de la sécurité sera la ville.

  • 60 STP, p. 21.
  • 61 Ibid., p. 23.
  • 62 Ibid., p. 67.

37Le dispositif de sécurité aménage les conditions de manière à tirer le plus grand profit des potentialités de la situation et à « minimiser au contraire ce qui est risque et inconvénient comme le vol, les maladies, tout en sachant parfaitement qu’on ne les supprimera jamais60 ». Dans le dispositif de sécurité, l’espace est un milieu, un « champ d’intervention où, au lieu d’atteindre les individus comme un ensemble de sujets de droit capables d’actions volontaires — ce qui était le cas de la souveraineté —, au lieu de les atteindre comme une multiplicité d’organismes, de corps susceptibles de performances, et de performances requises comme dans la discipline, on va essayer d’atteindre, précisément, une population61 ». Le milieu est un espace de régulation : non pas un espace tracé et quadrillé de frontières, mais un espace dont la fonction essentielle est de permettre — d’accélérer ou de ralentir — des circulations (des hommes, des marchandises, des miasmes). « Non plus fixer et marquer le territoire, mais laisser faire les circulations, contrôler les circulations, trier les bonnes et les mauvaises, faire que ça bouge toujours, que ça se déplace sans cesse, que ça aille perpétuellement d’un point à un autre, mais d’une manière telle que les dangers inhérents à cette circulation en soient annulés62. »

  • 63 Ibid., p. 71.
  • 64 Ibid., p. 72.
  • 65 Ibid., p. 72.

38Une autre caractéristique majeure du dispositif de sécurité apparaît ici : il ne s’adresse plus, comme les disciplines, à une multiplicité de corps individuels, mais à la population qui doit faire non plus l’objet d’un quadrillage, mais d’une régulation. Jusqu’au xviiie siècle, la population comme force productive, encadrée par des mécanismes disciplinaires, doit être « dressée, répartie, distribuée, fixée63 ». Dans ce cadre, la population reste prise dans l’axe souverain-sujets, à partir du concept juridico-politique de sujet, comme une « collection de volontés soumises qui doivent obéir à la volonté du souverain par l’intermédiaire des règlements […]64 ». Dans la forme du dispositif de sécurité, la population est considérée comme un processus naturel, c’est-à-dire non plus comme un sujet, mais comme l’« objet technico-politique d’une gestion et d’un gouvernement65 ». Une précision importante s’impose pour éviter tout contresens : la population, en tant qu’objet pour le gouvernement, ne préexiste pas aux dispositifs de sécurité. Elle est produite par ceux-ci, à partir de la formation de nouveaux savoirs qui en permettent la définition, la production et la saisie comme objet de gouvernement.

  • 66 Cf. ibid., p. 76.

39La population est le levier de l’observation et de la gestion d’une série de phénomènes qui apparaissent toujours selon une certaine régularité, avec une certaine constance, malgré le fait qu’ils dépendent d’un nombre indéfini de facteurs articulés de manière complexe. On découvre, à la fin du xviie siècle66, à partir des registres de mortalité, des chiffres récurrents d’année en année, qui affleurent au-dessus d’une multiplicité informe :

  • 67 Ibid., p. 76.

« Et ça a été la grande découverte à la fin du xviie siècle de l’Anglais Graunt qui, justement à propos de ces tables de mortalité, a pu établir non seulement qu’il y avait de toute façon un nombre constant de morts, chaque année, dans une ville, mais qu’il y avait une proportion constante des différents accidents, pourtant très variés, qui produisent cette mort. La même proportion de gens meurt de consomption, la même proportion de gens meurt de fièvres, ou de la pierre, ou de la goutte, ou de la jaunisse. Et ce qui évidemment n’a pas manqué de laisser Graunt pantois, c’est que la proportion des suicides est exactement la même d’une année sur l’autre dans les tables de mortalité de Londres. On voit aussi d’autres phénomènes réguliers qui sont que, par exemple, il y a plus d’hommes que de femmes à la naissance, mais qu’il y a plus d’accidents divers qui viennent frapper les garçons que les filles, de sorte qu’au bout d’un certain temps la proportion se rétablit. La mortalité des enfants est en tout état de cause toujours plus grande que celle des adultes. La mortalité est toujours plus élevée à la ville qu’à la campagne, etc.67. »

40Les instruments de recensement, les registres civils vont permettre de dégager une naturalité de la population et d’en extraire les normes naturelles.

5.2. Description/prescription

41Alors que la discipline était assortie d’un objectif déterminé, qu’elle devait mettre en ordre, localiser et hiérarchiser une multiplicité d’individus, le dispositif de sécurité ne prescrit, au sens strict, rien. S’invente alors un mode de gestion des populations capable d’exercer une fonction normative sans prescription. Sans prescription, cela signifie aussi sans discursivité. La normativité de la loi suppose qu’elle soit dite, c’est en cela qu’il s’agit d’un cadre juridico-discursif. Les disciplines sont encore discursives en ce qu’elles visent à normer, c’est-à-dire à accorder les comportements des individus à une norme prédéfinie. Le dispositif de sécurité échappe à la discursivité : sa norme est immanente à ses effets, elle n’est pas préalablement posée, elle est produite à même l’action du gouvernement et la réponse des populations à celle-ci.

  • 68 Thomas Berns, Gouverner sans gouverner. Une archéologie politique de la statistique, PUF, Coll. « T (...)
  • 69 Jean Bodin, Les Six Livres de la République, Fayard, Corpus des œuvres de philosophie de langue fra (...)
  • 70 Ibid., p. 96.

42Thomas Berns a montré la genèse, depuis la fin du xvie siècle, des outils techniques inscrits dans cette rationalité autre que la loi, à l’écart de ce que l’on nomme « action politique », à l’écart du conflit, de la délibération et de la décision68. La figure du censeur est l’incarnation de cette rationalité. Celui-ci va se soucier de ce qui n’importe pas. En recensant, en comptant, en enregistrant, il va lier les traces infimes du quotidien pour produire un tableau de la santé de la cité. L’activité du censeur est en apparence axiologiquement neutre ; elle ne réclame d’autre justification que l’évidence qu’il est juste de mettre en lumière ce qui est. Son geste est invisible, mais son action est productrice de visibilité et, par là, normative. Car « la censure n’est pas jugement » ; elle est « un regard, une parole, un traict de plume », elle fait « trembler » et « rougir69 ». Bodin et ses contemporains pensent explicitement la question d’une puissance normative autre que celle du droit. Elle ne peut et ne doit être conçue que comme hermétiquement séparée du droit et de sa puissance. Le censeur ne doit rien faire. « Armez de puissance et de juridiction », c’est une « ouverture à la tyrannie », le censeur « ne peut donc porter qu’une “crainte, et non pas une peine”70 ».

43On le voit, la population se décline entre d’une part, son versant biologique (dans les études de Graunt, par exemple) et son versant social :

  • 71 STP, p. 77.

La population, c’est donc par un bout l’espèce humaine et par un autre bout, c’est ce qu’on appelle le public. […] Le public, notion capitale au xviiie siècle, c’est la population prise du côté de ses opinions, de ses manières de faire, de ses comportements, de ses habitudes, de ses craintes, de ses préjugés, de ses exigences, c’est ce sur quoi on a prise par l’éducation, par les campagnes, par les convictions. La population, c’est donc tout ce qui va s’étendre depuis l’enracinement biologique par l’espèce jusqu’à la surface de prise offerte par le public. De l’espèce au public, on a là tout un champ de réalités nouvelles, réalités nouvelles en ce sens qu’elles sont pour les mécanismes de pouvoir, les éléments pertinents, l’espace pertinent à l’intérieur duquel et à propos duquel on doit agir71.

44La figure du censeur montre de manière exemplaire le type de nature qu’il s’agit de mettre en lumière et, du même geste, de gouverner. À partir des traces laissées par l’activité de la population, traces de ses productions de richesse, de ses reproductions, de ses naissances et de ses morts, de ses maladies, un tableau descriptif peut être construit. Descriptif, il est aussi normatif par l’éclairage qu’il impose et la réflexivité que celui-ci active.

5.3. Un nouveau mode de gouvernement

  • 72 VS, p. 172.

45Le cœur de la profonde mutation du pouvoir qu’a connue l’Occident depuis l’âge classique réside dans son caractère productif. Le fonctionnement du pouvoir ancien, qui était avant tout un « droit de prise », devient un simple rouage parmi d’autres dans une tout autre logique : non plus une logique de « prélèvement », mais une logique de « production », « un pouvoir destiné à produire des forces, à les faire croître et à les ordonner plutôt que voué à les barrer, à les faire plier ou à les détruire72 ». Là réside le sens de la fameuse formule de Foucault qui annonce le passage d’un pouvoir qui fait mourir et laisse vivre à un pouvoir qui fait vivre et laisse mourir.

46Le gouvernement, tel que Foucault va le distinguer radicalement de la souveraineté, trouve ses origines dans la formation progressive, à partir du xvie siècle, des appareils administratifs des monarchies, lesquels ont concouru à développer des savoirs d’un genre nouveau. La statistique se développe dans ce cadre et met en évidence les propriétés quantifiables de la population pour ce qui concerne, par exemple, les épidémies, la richesse, le travail, etc. Le développement de la statistique a cette vertu qu’elle permet de gouverner sans toucher aux prérogatives de la souveraineté, puisqu’il n’est pas question pour le censeur de mettre en jeu une quelconque volonté ni un objectif autre que celui de mettre en nombre, et qu’elle se tient également à l’écart de la morale, en tant que discours, tout en ayant un effet hautement normatif.

  • 73 STP, p. 103.
  • 74 Ibid., p. 102.

47La rupture que Foucault trace entre la souveraineté et le gouvernement repose sur les types de finalité différents qui les animent. La fin de la souveraineté est inscrite en elle-même, elle est circulaire, elle « se trouve en elle-même et […] tire ses instruments d’elle-même sous la forme de la loi73 » : il s’agit que sa loi soit respectée, que l’infraction à la loi appelle une réponse majestueuse qui rappelle la puissance du souverain. « Loi et souveraineté faisaient donc absolument corps l’une avec l’autre74. »

  • 75 Par exemple, « stimuler, sans que les gens s’en aperçoivent trop, le taux de natalité, ou en dirige (...)
  • 76 Ibid., p. 108.

48Le fait que l’art de gouverner ne joue ni dans le jeu de la souveraineté ni dans celui de la morale doit être précisé. Ce qui permet au gouvernement de la population de se développer, c’est sa capacité d’agir hors des schèmes de la loi et de la morale, hors de la déontologie et, plus généralement, d’une manière non discursive, puisque la norme n’est pas préétablie. Mais c’est précisément cette action toujours en retrait, toujours retenue75 vis-à-vis de la souveraineté, qui fait sa puissance et son efficacité. Tandis que la souveraineté est à elle-même sa propre fin, alors que la finalité de la loi est d’être respectée, le telos de l’art de gouverner est hors de lui-même ; il est lié à la population. Le but du gouvernement n’est pas de s’imposer, de s’autoaffirmer, mais « d’améliorer le sort des populations, d’augmenter leurs richesses, leur durée de vie, leur santé76 ». La population est à la fois la finalité et l’instrument du gouvernement ; ce pour quoi les mécanismes régulateurs sont appliqués de manière à la faire vivre, et ce par quoi le gouvernement peut s’exercer.

6. Parenthèse

49Le tableau, on le voit, commence à se complexifier. Il semblait y avoir une belle ligne qui assurait la liaison de l’analyse à partir de son point de départ : la souveraineté. Un souverain dont l’instrument est la loi, laquelle s’applique à l’occasion et de manière discontinue. Se développent ensuite les disciplines, qui visent à fabriquer des corps individualisés, dociles et utiles, et qui comblent les carences du droit en quadrillant l’espace. Viennent enfin les dispositifs de sécurité qui ne visent plus à former et réformer des individus pour les rendre conformes à une norme préétablie, mais qui, s’inscrivant dans une logique économique, ont à gérer des populations dans leurs dimensions vitales.

  • 77 DS, pp. 222-223.

On pourrait dire ceci : tout s’est passé comme si le pouvoir, qui avait comme modalité, comme schéma organisateur, la souveraineté, s’était trouvé inopérant pour régir le corps économique et politique d’une société en voie, à la fois, d’explosion démographique et d’industrialisation. Si bien qu’à la vieille mécanique du pouvoir de souveraineté beaucoup trop de choses échappaient, à la fois par en bas et par en haut, au niveau du détail et au niveau de la masse. C’est pour rattraper le détail qu’une première accommodation a eu lieu : accommodation des mécanismes de pouvoir sur le corps individuel, avec surveillance et dressage — cela a été la discipline. […] Et puis vous avez ensuite, à la fin du xviiie siècle, une seconde approximation, sur les phénomènes globaux, sur les phénomènes de population, avec les processus biologiques ou bio-sociologiques des masses humaines77.

50Voilà pour les trois « technologies du pouvoir » : loi, disciplines, sécurité. Celles-ci ne sont bien entendu pas exclusives l’une de l’autre ; même si elles caractérisent des époques historiques différentes, elles coexistent, la loi perdurant quand les disciplines trouvent leur essor et les dispositifs de sécurité trouvant leurs racines, ou leur généalogie, dans des institutions anciennes.

  • 78 Thomas Berns, Souveraineté, droit et gouvernementalité. Lecture du politique moderne à partir de Bo (...)
  • 79 Ibid., p. 230.

51Parallèlement à la mise en évidence de ces trois technologies de pouvoir, Foucault signale le passage d’un type de pouvoir à un autre : de la souveraineté au gouvernement (ou à la gouvernementalité), passage d’un pouvoir univoque qui agit de manière discontinue et sporadique à un pouvoir plurivoque s’exerçant de multiples façons, continûment et de manière exhaustive, passage d’un pouvoir qui est à lui-même sa propre fin à un pouvoir dont la finalité (améliorer la population) se trouve hors de lui. À nouveau, établir trop rapidement une rupture historique et conceptuelle entre souveraineté et gouvernementalité masquerait ce qui les lie. En montrant que le droit n’était pas attaché naturellement à la souveraineté, comme le laisse entendre Foucault, mais que leur rencontre fut contingente, Thomas Berns a mis en évidence le fait que la souveraineté a dû, pour devenir juridique, placer hors de son champ tout ce qui ne pouvait entrer sous son ordre : la variation, la multitude, tout ce qui fait désordre. C’est cela alors qui est repris par la gouvernementalité. Souveraineté et gouvernementalité apparaissent alors comme indissociables, « la première pouvant d’autant mieux produire de l’ordre, que la seconde, désormais, composera ou “fera avec” le désordre des choses telles qu’elles sont et qu’elles varient78 ». Il ne s’agit donc pas de penser l’une contre l’autre, mais de prendre acte de ce que « l’un[e] et l’autre se renforcent quand bien même [elles] disent qu’[elles] se déforcent79 ».

  • 80 STP, p. 111.
  • 81 Thomas Berns, Souveraineté, droit et gouvernementalité, op. cit., p. 230.

52L’émergence du gouvernement serait donc la conséquence de l’effort de la souveraineté de s’arrimer à la loi. L’histoire tracée par Foucault se lit ainsi comme l’histoire conjointe de la souveraineté et du développement, sous des formes multiples et diverses, de la gouvernementalité. Le problème de la souveraineté n’est pas réglé par la gouvernementalité, il est renouvelé. Foucault veut montrer le « lien historique profond entre le mouvement qui fait basculer les constantes de la souveraineté derrière le problème maintenant majeur des bons choix de gouvernement80 ». Il n’y a donc pas, et c’est bien ce que Thomas Berns montre, de suppression de la souveraineté par la gouvernementalité, mais un repli sur soi de la souveraineté, dont il ajoute qu’il lui est constitutif. Cela étant, les grands termes qui structurent l’opposition entre souveraineté et gouvernementalité (droit, régulation, unité, multitude, territoire, population, etc.) sont contaminés les uns par les autres. « Souveraineté, droit et gouvernement se rencontrent mutuellement à travers une multiplicité incomplète et contingente de sentiers contournés81. »

53Un problème subsiste dans notre tentative de schématiser l’analyse du pouvoir que fait Foucault. Qu’en est-il de l’articulation entre, d’une part, des « technologies » qui, en tant que telles, peuvent être reprises dans une multitude de contextes d’exercice du pouvoir, et, d’autre part, les deux grandes modalités du pouvoir que sont la souveraineté et la gouvernementalité. La souveraineté a pour instrument la loi, la gouvernementalité les dispositifs de sécurité. Y a-t-il une forme du pouvoir propre aux disciplines ?

54Non. Les disciplines se développent dans le cadre des grandes monarchies administratives au sein d’institutions telles que l’école, la prison, l’armée, l’atelier. Leur fonction de majoration de l’utilité et de minoration des résistances s’inscrit dans un pouvoir qui ne cesse de se penser comme souverain, même si cela s’opère dans un registre autre que celui de la loi. Lorsque se développe, sous l’effet de l’économie politique naissante, une autre conceptualité du pouvoir qui se donne pour but de gouverner des phénomènes naturels, les disciplines s’avèrent tout aussi nécessaires parce que, pour majorer les résultats globaux d’une population, il faut aussi descendre jusqu’à ses éléments les plus menus.

  • 82 STP, pp. 111-112.

55Oui, car le cours de Foucault est équivoque : il signale également une tendance à la « prééminence de ce type de pouvoir qu’on peut appeler le “gouvernement” sur tous les autres : souveraineté, discipline82 ». Trois types de pouvoir sont ici explicitement énumérés : souveraineté, discipline et gouvernement, comme si les disciplines, en tant que technologies de pouvoir, étaient portées par un type de pouvoir : la discipline.

  • 83 Cf. ibid., p. 113.
  • 84 Ibid., p. 109.

56La difficulté est celle-ci. Schématiquement : à ces trois types de pouvoir correspondraient trois technologies (loi, disciplines, dispositifs de sécurité) et trois périodes historiques typiques (l’État féodal articulé sur la loi, l’État administratif des xve et xvie siècles, l’État de gouvernement83). Mais ailleurs, il semble que l’émergence décisive du problème de la population soit le point de passage d’un « régime dominé par les structures de souveraineté à un régime dominé par les techniques de gouvernement84 » : nulle trace donc d’un régime de transition dominé par les disciplines.

  • 85 VS, p. 183.

57Nous n’entendons pas régler le problème, nous le contournerons en reprenant les analyses dans le cadre des analyses du biopouvoir, qui intègrent les disciplines et les dispositifs de sécurité comme une « technologie à double face85 ».

  • 86 STP, p. 111.

Il faut bien comprendre les choses non pas du tout comme le remplacement d’une société de souveraineté par une société de discipline, puis d’une société de discipline par une société, disons, de gouvernement. On a, en fait, un triangle : souveraineté, discipline et gestion gouvernementale, une gestion gouvernementale dont la cible principale est la population et dont les mécanismes essentiels sont les dispositifs de sécurité86.

58Le problème, nous semble-t-il, réside à nouveau dans cette oscillation, fréquente chez Foucault, entre la description du « comment du pouvoir » (la mise au jour des technologies de pouvoir) et la théorisation du « comment se pense le pouvoir ». Dans l’effort de la souveraineté de s’arrimer à la loi, elle s’est délestée de la multiplicité afin de rompre avec toute ambiguïté, toute imprévisibilité. Ce champ de variations est repris par la gouvernementalité. C’est-à-dire que la souveraineté se pense avec la loi contre la multiplicité. Sous l’effet de l’effort de la souveraineté de se constituer comme univoque, légitime et (pré) visible, va émerger une gouvernementalité qui se pense comme maximisation de la population.

7. Gouvernement, libéralisme et biopouvoir

7.1. Pouvoir sur la vie (régulation) et sur le corps (discipline)

  • 87 Michel Foucault, « Les mailles du pouvoir », art. cit., p. 1013.

Il y eut deux grandes révolutions dans la technologie du pouvoir : la découverte de la discipline et la découverte de la régulation, le perfectionnement d’une anatomo-politique et le perfectionnement d’une bio-politique87.

  • 88 VS, p. 183.

59Les dispositifs de sécurité, qui forment une technologie régulatrice de la vie, viennent se superposer et s’articuler, à la fin du xviiie siècle, aux disciplines, technologie du corps, pour former un biopouvoir. La « vieille puissance de la mort où se symbolisait le pouvoir souverain » est maintenant recouverte par une « technologie à double face88 ».

  • 89 DS, p. 223.

Ces deux ensembles de mécanismes, l’un disciplinaire, l’autre régularisateur, ne sont pas de même niveau. Ce qui leur permet, précisément, de ne pas s’exclure et de pouvoir s’articuler l’un sur l’autre. On peut même dire que, dans la plupart des cas, les mécanismes disciplinaires de pouvoir et les mécanismes régularisateurs de pouvoir, les mécanismes disciplinaires sur les corps et les mécanismes régularisateurs sur la population, sont articulés l’un sur l’autre89.

  • 90 Ibid., p. 222.

60Les disciplines constituent une anatomo-politique du corps humain, elles s’intéressent au corps en tant qu’il est une machine dont il s’agit de majorer les aptitudes, l’utilité et la docilité. Elles manipulent « le corps comme foyer de forces qu’il faut à la fois rendre utiles et dociles90 ». Elles forment une technique anatomique parce qu’elles administrent et assujettissent des corps, et individualisante parce qu’elles produisent l’individu nécessaire à leur action. Celle-ci est, dès lors que son point d’application est le corps individuel, un micropouvoir consistant en des surveillances infinitésimales, des contrôles de tous les instants, des aménagements spatiaux d’une extrême méticulosité, des examens médicaux, etc.

  • 91 Cf. VS, pp. 182-184.
  • 92 DS, p. 222.

61Les contrôles régulateurs forment une biopolitique de la population et portent sur le « corps-espèce, sur le corps traversé par la mécanique du vivant et servant de support aux processus biologiques » dont il s’agit de veiller aux taux de naissances, de mortalité et au niveau de santé. Il s’agit d’une technologie biologique et spécifiante qui œuvre à une gestion calculatrice de la vie, au contrôle des populations par l’entremise de mesures massives (estimations statistiques, interventions visant non pas les individus, mais les groupes pris dans leur ensemble)91. Le dispositif de sécurité est une « technologie qui regroupe les effets de masse propres à une population, qui cherche à contrôler la série des événements hasardeux qui peuvent se produire dans une masse vivante ; une technologie qui cherche à en contrôler (éventuellement à en modifier) la probabilité, en tout cas à en compenser les effets. C’est une technologie qui vise donc, non pas par le dressage individuel, mais par l’équilibre global, à quelque chose comme une homéostasie : la sécurité de l’ensemble par rapport à ses dangers internes. Donc, une technologie de dressage opposée, ou distincte d’une technologie de sécurité ; une technologie disciplinaire qui se distingue d’une technologie assurancielle ou régularisatrice ; une technologie qui est bien, dans les deux cas, technologie du corps, mais dans un cas, il s’agit d’une technologie où le corps est individualisé comme organisme doué de capacités, et dans l’autre d’une technologie où les corps sont replacés dans les processus biologiques d’ensemble92 ».

  • 93 Cf. VS, p. 180.

62Ce qui est en jeu dans ce biopouvoir, ce n’est plus l’existence, juridique, de la souveraineté, mais celle, biologique, d’une population qu’il s’agit de gérer, de majorer, de multiplier, tant par des dispositifs disciplinaires s’adressant aux individus qui la composent que par des mécanismes régulateurs portant sur l’ensemble93.

7.2. Désir et intérêt

  • 94 STP, p. 76.

Ce n’est donc pas une collection de sujets juridiques, en rapport individuel ou collectif, avec une volonté souveraine. La population, c’est un ensemble d’éléments à l’intérieur duquel on peut remarquer des constantes et des régularités jusque dans les accidents, à l’intérieur duquel on peut repérer l’universel du désir produisant régulièrement le bénéfice de tous, et à propos duquel on peut repérer un certain nombre de variables dont il est dépendant et qui sont susceptibles de le modifier94.

  • 95 Cf. ibid., p. 77.
  • 96 Ibid., p. 44.
  • 97 Cf. ibid., p. 77.

63Les mécanismes régulateurs que sont les dispositifs de sécurité prennent appui sur les détails, non pas pour les autoriser ou les interdire (ce que fait la loi), non pas pour les valoriser ou les réformer (ce à quoi tendent les disciplines), mais comme des éléments de nature, qui sont là et qu’il faut prendre en compte afin de gouverner la population. La leçon de Foucault précise que cette nature n’est plus conçue comme ce contre quoi doit se diriger la volonté du souverain. Le rapport n’est plus un rapport d’obéissance95. La population « apparaît aussi bien comme objet, c’est-à-dire ce sur quoi, ce vers quoi on dirige les mécanismes pour obtenir sur elle un certain effet, que comme sujet puisque c’est à elle qu’on demande de se conduire de telle et telle façon96 ». La population offre, nous l’avons vu97, deux pôles sur lesquels vont pouvoir se greffer des techniques de pouvoir. Le premier se caractérise par l’insertion biologique de l’espèce humaine, pôle sur lequel pourront agir des techniques sanitaires, natalistes, etc. Le second est le « public » et ses opinions, préjugés, craintes et habitudes, c’est-à-dire la dimension sociale de la population, celle qui peut être saisie par l’éducation et les campagnes d’information.

64Qu’est-ce qui rend la population gouvernable, qu’est-ce qui permet d’articuler les deux « bouts » de la population que sont l’« espèce humaine » et le « public » pour en faire un objet de gouvernement ?

  • 98 Ibid., p. 74.

65Le moteur de l’action de la population est le désir, « ce par quoi tous les individus vont agir. Désir contre lequel on ne peut rien98 ». Le problème du gouvernement sera donc, non pas de contrer ce désir, mais au contraire de le stimuler, d’aménager des conditions telles que certaines relations dans lesquelles il est pris soient favorisées pour produire l’intérêt collectif. Le désir est naturel, rien ne peut s’y opposer ; c’est donc le véhicule par lequel l’action du gouvernement va pouvoir s’exercer. La politique médicale qui s’amorce au xviiie siècle illustre comment une population peut être gérée par l’intermédiaire du désir. Tout individu a un désir de se maintenir en bonne santé ; le gouvernement doit veiller à la bonne santé de la population.

  • 99 Michel Foucault, « La politique de la santé au xviiie siècle » (1976), in DEII, texte 168, p. 21.

On […] a fait jouer [à la famille] le rôle charnière entre des objectifs généraux concernant la bonne santé du corps social et le désir ou le besoin de soins des individus ; elle a permis d’articuler une éthique « privée » de la bonne santé (devoir réciproque des parents et des enfants) sur un contrôle collectif de l’hygiène, et une technique scientifique de la guérison, assurée sur la demande des individus et des familles, par un corps professionnel de médecins […]. Les droits et les devoirs des individus concernant leur santé et celle des autres […], les interventions autoritaires du pouvoir dans l’ordre de l’hygiène et des maladies, mais [aussi] l’institutionnalisation et la défense du rapport privé avec le médecin, tout cela dans sa multiplicité et sa cohérence, marque le fonctionnement global de la politique de santé au xixe siècle, mais ne peut se comprendre si on fait abstraction de cet élément central qui fut formé au xviiie siècle : la famille médicalisée-médicalisante99.

  • 100 Michel Foucault, Naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France (1978-1979), Paris, Galli (...)

66Le désir apparaît comme le support naturel de l’action du pouvoir sur la population. C’est cette naturalité du désir qui permet à la technique gouvernementale d’atteindre la population, en tant qu’objet de gouvernement. À l’occasion de cette mutation de l’art de gouverner, et sous l’influence des utilitaristes anglais, le désir va se voir mis en forme, rationalisé et généralisé sous la forme de la recherche de l’intérêt. L’intérêt, que chaque individu est censé poursuivre de manière singulière et pour lui-même, devient le levier de l’action politique, « ce par quoi le gouvernement peut avoir prise sur toutes ces choses que sont pour lui les individus, les actes, les paroles, les richesses, les ressources, la propriété, les droits, etc.100 ».

7.3. (Ent)retenir

  • 101 Cf. STP, p. 125.

67La sécurité se branche ainsi sur une réalité conçue comme nature à réguler : naturalité du désir, naturalité de la population et de ses déterminations (milieux de vie, maladies, ressources). Le gouvernement (ou l’art de gouverner ou la gouvernementalité) n’est plus un pouvoir qui se conçoit selon l’« hypothèse répressive », selon laquelle la mécanique du pouvoir serait essentiellement de l’ordre de la répression, il est un pouvoir bienfaisant, qui gouverne au sens où il entretient, nourrit, donne sa subsistance101. Une nature est donnée dont il s’agit de soigner avec finesse les multiples éléments : le gouvernement doit entretenir une nature et, pour ce faire, se retenir.

  • 102 Ibid., p. 109.
  • 103 NBP, p. 20.
  • 104 Ibid., p. 24.

68Le passage de la souveraineté au gouvernement, qui s’opère au xviiie siècle autour de la naissance de l’économie politique102, se caractérise par un changement dans la manière dont l’exercice du pouvoir se réfléchit. Alors que la question de la souveraineté sur elle-même est celle de la légitimité de son action, pour laquelle il s’agit de se demander si une loi ou un principe moral permet de la juger bonne ou mauvaise, le gouvernement se réfléchit selon un principe d’autolimitation : « Est-ce que je gouverne bien à la limite de ce trop et de ce trop peu, entre ce maximum et ce minimum que me fixe la nature des choses103 ? » La forme de gouvernement que Foucault appelle du nom générique de « libéralisme », et qu’il étudie comme le « cadre général de la biopolitique104 », doit en permanence s’inquiéter de la limite de son action, non pas depuis un principe externe (la loi) qui en délimiterait l’exercice, mais en fonction de ce que fixe la nature des choses qui sont à gouverner.

  • 105 Ibid.

69Les objets du gouvernement libéral sont naturels, et les individus le sont « en tant qu’ils sont eux-mêmes liés à cette naturalité économique, que leur nombre, leur longévité, leur santé, leur manière de se comporter se trouvent dans des rapports complexes et enchevêtrés avec ces processus économiques105 ». Les dispositifs de sécurité portent sur ce qui varie, ce qui fluctue, ce qui circule à l’image de son espace type : la ville. Pour agir, le gouvernement a besoin d’un instrument technique : la liberté.

  • 106 François Ewald, L’État providence, Editions Grasset & Fasquelle, 1986, p. 113.

Gouverner selon la liberté, c’est s’attacher à ménager par des mesures légales, administratives et institutionnelles un espace qui soit tel que l’activité des particuliers y soit perpétuellement incitée, qu’ils soient intéressés à se consacrer à telle activité plutôt qu’à une autre et qu’ils soient garantis dans la satisfaction de ces mêmes intérêts106.

70La conception moderne, négative de la liberté (être libre est ne pas être empêché), qui se distingue radicalement de la conception positive des anciens pour qui la liberté relevait de la participation à la chose commune, est ce qui va permettre de mettre en circulation, de promouvoir et réguler le mouvement des choses et des hommes. La nature que l’art libéral de gouverner a à réguler est à laisser faire, librement.

  • 107 STP, p. 49.

Laisser les gens faire, les choses passer, les choses aller, laisser faire, passer et aller, cela veut dire essentiellement et fondamentalement faire en sorte que la réalité se développe et aille, suive son cours selon les lois mêmes, les principes et les mécanismes qui sont ceux de la réalité107.

71Laisser circuler, c’est aussi laisser l’individu suivre son intérêt. Il faut donc, pour la pratique gouvernementale libérale, produire de la liberté comme le carburant de son moteur : liberté des échanges sur le marché, liberté du vendeur et de l’acheteur, libre exercice du droit de propriété, liberté de circuler, etc. Ainsi laissés à la recherche égoïste de leurs intérêts particuliers, les individus libéraux œuvrent naturellement et inconsciemment au bien collectif, le chœur non coordonné des intérêts s’harmonisant spontanément.

  • 108 NBP, p. 67.

72L’impératif associé au problème de la liberté est de conserver la mécanique des intérêts, individuels et collectifs : « veiller à ce que la mécanique des intérêts ne provoque pas de danger soit pour les individus soit pour la collectivité108 ». En un sens, le sujet d’intérêt est intangible, il est ce à quoi il ne faut pas toucher pour que fonctionne la mécanique générale car il est lui-même le lieu de l’art de gouverner libéral, lequel ne peut exister que par, grâce et pour, un art du moindre gouvernement.

7.4. Ambiguïté de la liberté

  • 109 Cf. ibid., p. 40.

73Deux voies parallèles ont cherché à penser la liberté, à la fin du xviiie siècle, toutes deux ayant travaillé la pensée libérale. Elles se réfèrent et s’appuient sur un sujet donné ontologiquement dont il s’agit de penser le rapport à la liberté. La première voie, que Foucault nomme la voie axiomatique ou juridico-déductive109, pense la limitation de l’exercice de la puissance publique depuis le droit. L’autre voie est la voie utilitariste qui consiste à partir du gouvernement lui-même et de sa nécessaire limitation, depuis la question de l’utilité.

  • 110 Ibid., p. 43.

74La voie juridico-déductive, qui est celle prise par les penseurs de la Révolution française, consiste à chercher le noyau naturel des droits qui sont incessibles. On le voit, une telle pensée s’appuie sur une conception des droits comme ce dont on détient la possession et dont il s’agit de décider lesquels peuvent être cédés et lesquels ne le peuvent pas, sous peine de porter atteinte à la nature humaine. La liberté est ici conçue à partir des droits de l’homme, comme l’exercice de droits fondamentaux inaliénables. C’est une conception juridique de la liberté selon laquelle « tout individu détient originairement, par-devers lui, une certaine liberté dont il cédera ou non une certaine part110 » et qu’il pourra faire valoir en face du souverain. La délimitation du gouvernement et la constitution du souverain passent ainsi par une liberté pensée depuis un fondement naturel et originaire : les droits de l’homme.

  • 111 Cf. ibid., pp. 40-43.

75La manière utilitariste de penser la liberté s’appuie sur le principe d’utilité propre au gouvernement. Étant donné que gouverner, c’est agir sur une nature de telle manière qu’elle majore ses productions et ses circulations, la limite de l’intervention de celui-ci doit être pensée à partir de l’utilité de son action. La frontière entre l’utile et l’inutile correspond à la limite du gouvernement et, par conséquent, à la liberté qu’il est nécessaire, parce qu’utile, de réserver aux individus. La loi qui établit la limite du gouvernement n’est alors plus conçue comme l’expression d’une volonté, mais comme l’effet d’une transaction111.

76On voit dans ces deux manières hétérogènes de penser la liberté, depuis un noyau de droits naturels ou comme principe d’utilité, ce que la première doit à une représentation juridico-discursive du pouvoir : des droits dont l’individu, sujet souverain, serait propriétaire, comme on l’est de ses biens, et qu’il pourrait accepter de céder en partie, constituant ainsi le souverain et délimitant la zone propre interdite à l’action du gouvernement. Il s’agit alors seulement de garantir les libertés qui ont été désignées comme inaliénables : conception négative du pouvoir. Au contraire, la liberté conçue depuis le principe d’utilité ne circonscrit pas un espace interdit au gouvernement, mais ce à quoi il est, non seulement inutile, mais nuisible de toucher. Dit positivement, il est nécessaire de produire cette liberté et de la faire entrer dans le jeu économique parce que cela est utile : conception productive du pouvoir.

  • 112 Ibid., p. 66.

La liberté dans le régime du libéralisme n’est pas une donnée, la liberté n’est pas une région toute faite qu’on aurait à respecter, ou si elle l’est, ce n’est que partiellement, régionalement, dans tel ou tel cas, etc. La liberté, c’est quelque chose qui se fabrique à chaque instant. Le libéralisme, ce n’est pas ce qui accepte la liberté. Le libéralisme, c’est ce qui se propose de la fabriquer à chaque instant, de la susciter et de la produire avec bien entendu tout l’ensemble de contraintes, de problèmes de coût que pose cette fabrication112.

  • 113 Michel Foucault, « Le sujet et le pouvoir » (1982), art. cit., p. 1056.
  • 114 Ibid., p. 1057.

77L’exercice du pouvoir comme « conduite des conduites » ne peut donc s’opérer que sur des sujets rendus libres — « entendons par là des sujets individuels ou collectifs qui ont devant eux un champ de possibilité où plusieurs conduites, plusieurs réactions et divers modes de comportement peuvent prendre place113 ». Le gouvernement des hommes nécessite, comme la condition de son existence, la liberté. Il n’y a pas, dans cette perspective, d’opposition entre la liberté individuelle et la force coercitive du pouvoir mais plutôt une cogénération mutuelle et agonistique de l’une par l’autre, un rapport d’« incitation réciproque et de lutte114 ».

  • 115 Ibid., p. 1057.

Il n’y a donc pas un face-à-face de pouvoir et de liberté, avec entre eux un rapport d’exclusion (partout où le pouvoir s’exerce, la liberté disparaît) ; mais un jeu beaucoup plus complexe : dans ce jeu la liberté va bien apparaître comme condition d’existence du pouvoir (à la fois son préalable, puisqu’il faut qu’il y ait liberté pour que le pouvoir s’exerce, et aussi son support permanent puisque, si elle se dérobait entièrement au pouvoir qui s’exerce sur elle, celui-ci disparaîtrait du fait même et devrait se trouver un substitut dans la coercition pure et simple de la violence) ; mais elle apparaît aussi comme ce qui ne pourra que s’opposer à un exercice du pouvoir qui tend en fin de compte à la déterminer entièrement115.

7.5. Danger

78Dans le système de la souveraineté, la protection que le souverain devait apporter à ses sujets était extérieure à l’exercice du pouvoir. Dans la logique libérale, la protection se conçoit comme étant intrinsèquement liée aux dangers inhérents à l’exercice même du gouvernement. La liberté des travailleurs est nécessaire au fonctionnement du libéralisme, mais elle constitue du même coup un danger potentiel pour l’entreprise et pour la production. Le libéralisme est une forme de gouvernement qui doit arbitrer la liberté et la sécurité depuis le problème central que porte la mécanique des intérêts : le danger pour les individus et pour la collectivité.

  • 116 NBP, p. 67.

Au fond, si d’un côté […] le libéralisme c’est un art de gouverner qui manipule fondamentalement les intérêts, il ne peut pas — et c’est là le revers de la médaille —, il ne peut pas manipuler les intérêts sans être en même temps gestionnaire des dangers et des mécanismes de sécurité/liberté, du jeu sécurité/ liberté qui doit assurer que les individus ou la collectivité seront le moins possible exposés aux dangers116.

  • 117 Ibid., p. 68.
  • 118 Ibid.

79Le xixe siècle voit se développer « ce qu’on pourrait appeler une culture politique du danger117 ». Les campagnes mettant en garde contre les maladies, la promotion de l’hygiène, les discours sur la sexualité et la dégénérescence de la race, mais aussi l’apparition de la littérature policière et l’intérêt journalistique pour le crime, tout cela, dit Foucault, contribue à éduquer la population au danger pour en faire la « condition, le corrélatif psychologique et culturel interne, du libéralisme118 ».

  • 119 Ibid.

On peut dire qu’après tout la devise du libéralisme, c’est « vivre dangereusement ». « Vivre dangereusement », c’est-à-dire que les individus sont mis perpétuellement en situation de danger, ou plutôt ils sont conditionnés à éprouver leur situation, leur vie, leur présent, leur avenir comme étant porteurs de danger. Et c’est cette espèce de stimulus du danger qui va être, je crois, une des implications majeures du libéralisme119.

80La constitution d’un sujet attentif aux dangers qui le guettent tant individuellement que collectivement est un point important de liaison entre le libéralisme et le néolibéralisme.

8. Néolibéralisme

8.1. De l’échange à la concurrence

  • 120 Serge Audier insiste longuement sur l’hétérogénéité des personnes et des idées présentes au Colloqu (...)
  • 121 Nous ne nous attarderons pas sur la question de savoir si le néolibéralisme est radicalement autre (...)

81Dans les années 1930, le libéralisme est en crise. Il entend faire face à la montée des totalitarismes et de leurs politiques planificatrices. En 1938, se tient à Paris le Colloque Lippmann120 qui réunit 28 intellectuels libéraux en quête d’un renouvellement du libéralisme121, face aux menaces qui pèsent sur lui. L’une d’entre elles est endogène. En effet, pour le libéralisme classique, l’économie de marché constitue le principe de limitation de l’État, ce à quoi il ne faut pas toucher, sous peine de perturber la nature et la course harmonieuse du jeu des intérêts. Mais le jeu libre du marché génère une contradiction : la concentration des capitaux et la formation de monopoles. Certes le libéralisme s’est toujours construit contre la formation de monopoles ; l’obsession du monopole est au cœur de la pensée libérale. De ce point de vue, le néolibéralisme ne marquera pas de rupture conceptuelle avec le libéralisme. Cependant, les moyens envisagés engagent une refonte de la pensée libérale. Le marché va devoir être construit de manière à ce que soit toujours maintenue la condition de son bon fonctionnement : la concurrence libre et non faussée.

  • 122 L’ordo-libéralisme est une doctrine née des réflexions initiées sous la république de Weimar par de (...)
  • 123 Cf. Josef Drexl, « La Constitution économique européenne. L’actualité du modèle ordolibéral », Revu (...)
  • 124 NBP, p. 124.

82Le principe du libéralisme était l’échange, dont l’État avait à garantir le caractère libre. Les partenaires de l’échange devaient être assurés que leur liberté sur le marché était respectée. Le passage au néolibéralisme suppose un déplacement de ce principe : non plus l’échange, mais la concurrence qui, pour les ordolibéraux122 du moins, doit être garantie constitutionnellement par l’État123 ; il faut empêcher que le jeu économique ne produise du monopole. La rupture réside dans le fait de considérer que l’on ne doit pas déduire le laissez-faire du principe de la concurrence. Car la concurrence n’est pas une donnée de nature, c’est un objectif, et en tant que tel, il n’est possible de tendre vers lui que par l’aménagement de conditions indéfiniment renouvelées. Le jeu de la concurrence n’est pas un « jeu naturel entre des individus et des comportements », mais un « jeu formel entre des inégalités124 ». Tout le problème du néolibéralisme sera donc de rapporter ce principe formel à l’art de gouverner.

  • 125 Ibid., p. 120.

83Le néolibéralisme, qui se pense contre la montée des totalitarismes, va aussi réfléchir différemment la limite de l’action de l’État. Celle-ci sera non plus déterminée négativement par la sphère du marché, mais c’est l’économie de marché elle-même qui va constituer le « principe de régulation interne de l’État de bout en bout de son existence et de son action125 ». Le néolibéralisme retourne la formule libérale. Celle-ci visait à établir un espace de liberté économique surveillé par l’État.

  • 126 Ibid.

Autrement dit, au lieu d’accepter une liberté de marché, définie par l’État et maintenue en quelque sorte sous surveillance étatique, — ce qui était, en quelque sorte, la formule de départ du libéralisme : établissons un espace de liberté économique, circonscrivons-le et laissons-le circonscrire par un État qui le surveillera —, eh bien, disent les ordolibéraux, il faut entièrement retourner la formule et se donner la liberté de marché comme principe organisateur et régulateur de l’État, depuis le début de son existence jusqu’à la dernière forme de ses interventions. Autrement dit, un État sous surveillance de marché plutôt qu’un marché sous surveillance de l’État126.

  • 127 Cf. Wendy Brown, Les Habits neufs de la politique mondiale. Néolibéralisme et néo-conservatisme, Pa (...)

84Le néolibéralisme se distingue donc du libéralisme en ceci qu’il ne s’agit pas seulement de libéraliser les échanges, de restreindre les prélèvements pour que les entreprises maximisent leurs bénéfices et de réduire les services publics pour diminuer les dépenses de l’État, mais qu’il faut étendre les valeurs du marché à l’ensemble du champ d’action politique et aux institutions127.

  • 128 Ludwig von Mises, L’Action humaine. Traité d’économie, Trad. Raoul Audouin, Institut Coppet, Livre (...)
  • 129 Ibid.

85La concurrence doit être instituée. Ludwig Von Mises distingue la concurrence biologique, celle qui fait agir les animaux en rivalité dans leur quête des moyens de subsistance, de la concurrence sociale, « qui est l’effort des individus pour atteindre la position la plus favorable à l’intérieur d’un système de coopération sociale128 ». La concurrence sociale est une « émulation entre des gens qui désirent se surpasser l’un l’autre. Ce n’est pas un combat, bien qu’il soit courant d’employer en ce cas, dans un sens métaphorique, la terminologie de la guerre et des luttes civiles, de l’attaque et de la défense, de la stratégie et de la tactique. Ceux qui échouent ne sont pas anéantis ; ils sont reportés à une place plus modeste dans le système social, place plus proportionnée à leur efficacité que celle à laquelle ils avaient voulu parvenir129 ».

  • 130 Pierre Dardot et Christian Laval, La Nouvelle Raison du monde. Essai sur la société néolibérale, op (...)
  • 131 Ibid.

86Dardot et Laval identifient à partir du « grand tournant » néolibéral des années 80 une transformation radicale du rapport du sujet à lui-même. « Chaque sujet a été conduit à se concevoir et à se comporter dans toutes les dimensions de son existence comme un porteur de capital à valoriser : études universitaires payantes, constitution d’une épargne retraite individuelle, achat de son logement, placements à long terme dans des titres de Bourse [… ]130. » Le capitalisme s’est réorganisé, poursuivent nos auteurs, en mettant en œuvre la « concurrence généralisée, y compris dans l’ordre de la subjectivité131 ».

87Cette transformation du sujet en entreprise ne se produit pas par le simple fait d’une injonction. Le néolibéralisme ne doit être réduit ni à un ensemble de mesures économiques ni à une idéologie. Certes les discours idéologiques prônant les dispositions entrepreneuriales ont une fonction, mais ils ne seraient rien sans les mesures matérielles qui conditionnent les individus à se comporter comme des agents rationnels entrepreneurs d’eux-mêmes :

  • 132 Ibid., p. 313.

Ce contrôle de la subjectivité ne s’opère efficacement que dans le cadre d’un marché du travail flexible où la menace du chômage est l’horizon de tout salarié. Il est aussi le produit de techniques de gestion qui ont cherché à objectiver les contraintes de marché et les exigences de rentabilité financière sous la forme d’indicateurs chiffrés d’objectifs et de résultats et, par individualisation des performances mesurées et discutées lors d’entretiens personnels, à faire intérioriser aux salariés la nécessité vitale pour eux d’améliorer sans cesse leur « employabilité »132.

  • 133 Cf. Frits Bolkestein, « Construire l’Europe libérale du xxie siècle », Conférence prononcée à l’Ins (...)
  • 134 Cf. ibid., p. 4.
  • 135 Fritz Bolkestein salue les populations de l’Extrême-Orient dont la « volonté […] d’occuper tous les (...)

88La conférence prononcée en 2000 par Frits Bolkestein, alors membre de la Commission européenne, responsable du marché intérieur et de la fiscalité, est explicite. Il y rappelle l’importance de la pensée ordo-libérale dans la renaissance de la République fédérale d’Allemagne et dans la construction européenne. Il détaille ensuite les conséquences de l’inspiration qu’il puise chez Walter Eucken : politique de stabilité monétaire, politique de concurrence visant à éviter la formation de monopoles et de cartels, promotion d’une société « façonnée par l’individu libre et responsable133 ». La réalisation d’une Europe « conforme aux idées “ordolibérales” » suppose un « programme ambitieux de déréglementation et de flexibilisation134 », impliquant une discipline budgétaire de la part des États, la promotion de la mobilité du travail, la flexibilisation du marché du travail, des salaires135 et des prix, la réforme de la législation sur les retraites. Enfin, il souligne la nécessité de promouvoir l’esprit d’entreprise chez les Européens, esprit dont ils seraient généralement dépourvus à cause d’habitudes mentales frileuses et craintives.

  • 136 Ibid., p. 7. Nous soulignons.

Il ne s’agit d’ailleurs pas seulement d’un problème de réglementation. Les Européens semblent faire preuve d’un esprit d’entreprise insuffisant. Le problème de l’Europe n’est pas tellement le manque de capital-risque pour lancer de nouveaux projets d’affaires. L’argent ne manque pas. Par contre, trop peu de personnes sont disposées à franchir le pas pour créer leur entreprise. Les réformes structurelles doivent donc aller de pair avec un changement de mentalité chez le citoyen.
[…] L’œuvre d’Eucken et des “ordo-libéraux” est d’une valeur inestimable en matière de création institutionnelle d’une société libre et responsable. […] Mais la liberté ne dépend pas seulement de garanties institutionnelles. Elle est aussi et avant tout une question de mentalité, une bonne habitude si vous voulez136.

  • 137 Cf. le Chapitre i du Titre VII du TFUE portant sur les règles de concurrence.
  • 138 Pierre Dardot et Christian Laval, La Nouvelle Raison du monde. Essai sur la société néolibérale, op (...)
  • 139 Josef Drexl, « La Constitution économique européenne. L’actualité du modèle ordolibéral », Revue in (...)

89L’idée selon laquelle la concurrence n’est pas donnée mais doit être construite et entretenue apparaît clairement dans les fondements de l’Union européenne. La concurrence nécessite l’établissement de règles (cf. art. 3 du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne) car elle peut aisément être faussée137. La construction européenne apparaît ainsi comme un « véritable laboratoire à grande échelle de l’ordolibéralisme des années 1930. On dira certes que ce n’est pas un modèle pur, que les principes ordolibéraux ont dû composer avec des logiques sociales, nationales, politiques hétérogènes, mais ce sont eux qui ont de plus en plus prévalu, comme en témoignent mieux que tout le Traité constitutionnel et sa tentative de constitutionnaliser l’économie de marché138 ». Tout le projet européen depuis ses origines est ordo-libéral et vise à joindre constitution et économie dans une véritable « constitution économique », définie comme l’« ensemble des dispositions et des règles qui sont nécessaires à la création des conditions et des garanties de l’ordre économique souhaitable139 ».

8.2. L’homo œconomicus néolibéral

  • 140 NBP, p. 151.

90Un nouveau sujet est en jeu. À la suite de Foucault, Dardot et Laval insistent sur le fait que le néolibéralisme, dans sa dimension ordo-libérale, appréhende l’ensemble des institutions et des aspects de la réalité humaine dans leur interdépendance. Il doit non seulement produire les lois comme règles du jeu, mais également construire adéquatement les joueurs de ce jeu, c’est-à-dire agir sur les valeurs, les mœurs et les désirs. Le néolibéralisme doit « intervenir sur la société elle-même dans sa trame et dans son épaisseur. Il a, au fond — et c’est en cela que son intervention va permettre ce qui est son objectif, c’est-à-dire la constitution d’un régulateur de marché général sur la société —, à intervenir sur cette société pour que les mécanismes concurrentiels, à chaque instant et en chaque point de l’épaisseur sociale, puissent jouer le rôle de régulateur. […] Ce n’est pas un gouvernement économique, c’est un gouvernement de société140 ».

91Au « laissez faire le marché » proclamé par le libéralisme qui demandait au gouvernement de respecter le marché dans sa spécificité, le néolibéralisme substitue un « faites faire » généralisé et tous azimuts : il faut promouvoir, soutenir, aménager, conditionner et fabriquer la concurrence dans l’ensemble des activités humaines. L’homo œconomicus n’est plus seulement un sujet d’intérêts sur le marché, partenaire dans un jeu d’échange, mais un sujet-entreprise, adversaire dans un jeu de concurrence.

  • 141 NBP, p. 154.
  • 142 Ibid., p. 230.

92Il s’agit de généraliser la forme « entreprise » en la déclinant sous une multitude de formes dans le corps social : produire l’homo œconomicus et « faire du marché, de la concurrence, et par conséquent de l’entreprise, ce qu’on pourrait appeler la puissance informante de la société141 ». Le projet consiste à produire de la différence, de la multiplicité avec cette particularité que la multiplicité produite doit toujours pouvoir être rapportée à la forme entreprise. C’est cette forme commune qui permettra au gouvernement de s’appliquer. La rationalité libérale s’appuyait sur un individu souverain libre et autonome pour gouverner des populations ; la rationalité néolibérale fabrique l’individu-entreprise qui prendra corps dans des configurations multiples sous l’effet de la concurrence. Il est à la fois le « principe de déchiffrement lié au libéralisme et sa programmation pour la rationalisation et d’une société et d’une économie142 ».

93La différence entre l’homo œconomicus de l’économie classique et l’homo œconomicus du néolibéralisme, c’est que le premier est ce à quoi il ne faut pas toucher. « C’est le partenaire […] d’un gouvernement dont la règle est le laissez-faire. » Le premier est « intangible », le second est gouvernable, parce qu’il est celui qui répond aux modifications de son environnement.

  • 143 Ibid., p. 274.

Cet homo œconomicus apparaît justement comme ce qui est maniable, celui qui va répondre systématiquement à des modifications systématiques que l’on introduira artificiellement dans le milieu. L’homo œconomicus, c’est celui qui est éminemment gouvernable. De partenaire intangible du laissez-faire, l’homo œconomicus apparaît maintenant comme le corrélatif d’une gouvernementalité qui va agir sur le milieu pour modifier systématiquement les variables du milieu143.

  • 144 Ibid., p. 253.

94Une telle logique culmine dans le néolibéralisme américain qui va retourner le laissez-faire en un « ne-pas-laisser-faire le gouvernement, au nom d’une loi du marché qui va permettre de jauger et d’apprécier chacune de ses activités. Le laissez-faire se retourne ainsi, et le marché n’est plus un principe d’autolimitation du gouvernement, c’est un principe qu’on retourne contre lui. C’est une sorte de tribunal économique permanent en face du gouvernement144 ». Le projet néolibéral porte à la fois une exigence de retenue extrême en ce que le gouvernement doit s’incliner devant le principe de concurrence et toujours veiller à ne pas en fausser le jeu bienfaisant, et une résolution opiniâtre à poser les conditions de la généralisation de la forme du marché entendu comme jeu concurrentiel.

8.3. Une théorie générale de l’action humaine

  • 145 Wendy Brown, Les Habits neufs de la politique mondiale, op. cit., p. 50.

95Le domaine de validité de l’approche économique des comportements humains ne connaît pas de frontières. « Si la rationalité néolibérale met le marché au premier plan, elle n’est pas seulement — et n’est même pas d’abord — centrée sur l’économie ; elle consiste plutôt dans l’extension et la dissémination des valeurs du marché à la politique sociale et à toutes les institutions, même si le marché conserve en tant que tel sa singularité145. » Le néolibéralisme est un ordre discursif qui modèle autant les institutions politiques que les sujets.

96Pour Becker, l’analyse économique est pertinente dans tous les domaines des actions humaines.

  • 146 Gary Becker, The Economic Approach to Human Behavior, University of Chicago Press, 1976, p. 8. Nous (...)

En vérité, j’en suis venu à la position selon laquelle l’approche économique est générale [comprehensive] et applicable à tous les comportements humains, qu’ils supposent la prise en compte de coûts chiffrés ou de coûts implicites et estimés [money prices or imputed shadow prices], qu’ils mettent en jeu des décisions fréquentes ou rares, importantes ou mineures, qu’ils visent des objectifs affectifs ou techniques [emotional or mechanical ends], qu’ils soient le fait de personnes riches ou pauvres, d’hommes ou de femmes, d’adultes ou d’enfants, de personnes brillantes ou stupides, de patients ou de médecins, d’hommes d’affaires ou d’hommes politiques, d’enseignants ou d’étudiants146.

  • 147 Ibid. Nous traduisons.
  • 148 Cf. ibid., p. 14. Nous traduisons.

97L’analyse des coûts et des bénéfices est ainsi élargie à tous les comportements humains, individuels ou collectifs, privés ou publics. « J’ai appliqué l’approche économique à la natalité [fertility], à l’enseignement, à l’exploitation du temps [uses of time], à la délinquance [crime], au mariage, aux interactions sociales ainsi qu’à d’autres problèmes, “sociologiques”, “juridiques” et “politiques”147. » Tout comportement humain peut être considéré comme le résultat d’un calcul de maximisation du rapport bénéfices/coûts ; le domaine dont relève le type d’action opérée étant lui-même considéré comme un marché sur lequel l’agent collecte de manière optimale les informations nécessaires à son calcul148.

  • 149 Cf. Friedrich A. Hayek, Droit, législation et liberté. Vol. 3. L’ordre politique d’un peuple libre, (...)
  • 150 Ibid., p. 81.

98On voit ainsi disparaître toute extériorité : rien n’échappe à la rationalité économique, ni le droit, ni l’État, ni la morale. La concurrence est avant tout une procédure de découverte149. Aucune finalité ne peut être imposée de l’extérieur sous peine de l’enrayer. Il est par conséquent absurde de vouloir juger des résultats produits par le jeu de la concurrence. « Nous ne pouvons juger de la valeur des résultats que par les conditions dans lesquelles l’expérimentation a été conduite, et non par les résultats atteints150. »

  • 151 En dépit des différences que l’on peut établir entre l’école de Chicago, à laquelle Gary Becker est (...)
  • 152 Ludwig von Mises, L’Action humaine. Traité d’économie, op. cit., p. 17.
  • 153 Ibid., p. 13.

99En 1949, Ludwig von Mises151 établit une théorie générale de l’action humaine, qui généralise la discipline économique pour l’inscrire dans une science plus générale, la « praxéologie ». Indifférente aux buts ultimes de l’action, la praxéologie est une « science des moyens, non des fins152 ». Pour Mises, l’action humaine est une « volonté mise en œuvre ». L’idée d’intervention environnementale mise en évidence par Foucault est particulièrement évidente dans la définition que Mises donne de l’action humaine : « C’est la réponse raisonnée de l’ego aux stimulations et conditions de son environnement ; c’est l’ajustement conscient d’une personne à l’état de l’univers qui détermine sa vie153. »

100La rationalité économique s’étend à toutes les conduites individuelles et fait advenir un sujet « libre » au sens restreint d’une délibération sur les alternatives qui s’offrent à lui suivie du choix de l’option optimale. Mises insiste sur la centralité du choix et sur la complétude de la théorie :

  • 154 Ludwig von Mises, L’Action humaine, Paris, PUF, 1985 (1949), pp. 3-4, in Pierre Dardot et Christian (...)

La théorie générale du choix et de la préférence […] est bien davantage qu’une simple théorie du “côté économique” des initiatives de l’homme, de ses efforts pour se procurer des choses utiles et accroître son bien-être matériel. C’est la science de tous les genres de l’agir humain. L’acte de choisir détermine toutes les décisions de l’homme. En faisant son choix, l’homme n’opte pas seulement pour les divers objets et services matériels. Toutes les valeurs humaines s’offrent à son option. Toutes les fins et les moyens, les considérations tant matérielles que morales, le sublime et le vulgaire, le noble et l’ignoble, sont rangés en une série unique et soumis à une décision qui prend telle chose et en écarte telle autre. Rien de ce que les hommes souhaitent obtenir ou éviter ne reste en dehors de cet arrangement en une seule gamme de gradations et de préférences154.

  • 155 Ludwig von Mises, L’Action humaine. Traité d’économie, op. cit., p. 339.

101La théorie générale de l’action humaine de Mises ne se limite pas à la théorie économique standard selon laquelle la capacité de calcul de l’individu s’exerce en vue de la maximisation du profit. Il faut y ajouter une dimension de recherche, d’initiative personnelle et de prise de risque, qui fait de lui un entrepreneur dont la source de profits réside dans son aptitude à prévoir mieux que les autres les événements incertains155.

8.4. Risque et entrepreneurship

  • 156 Cf. Ibid., p. 342.
  • 157 Pierre Dardot et Christian Laval, La Nouvelle Raison du monde. Essai sur la société néolibérale, op (...)

102Ainsi, l’incertitude est le véritable carburant de l’économie capitaliste. Sans prise de risque, c’est-à-dire dans un système où tout le monde anticiperait correctement l’état du marché, aucun profit ni perte ne serait généré156. Le risque devient une ressource, à plusieurs égards. Premièrement, le risque est ce qui permet qu’il y ait des profits et des pertes, et par conséquent que le procès d’accumulation capitaliste se poursuive. Deuxièmement, par le fait qu’il est repris subjectivement, le risque est censé mettre et maintenir en mouvement les agents individuels. Il oblige chaque individu à être en alerte permanente et à adapter son calcul et son action aux circonstances environnementales toujours variables. « Le grand mot de la société du risque est l’“autorégulation”157. » Le risque devient en outre le vecteur de la créativité, de l’innovation et de la réalisation de soi.

  • 158 Cf. ibid., p. 233.
  • 159 Peter Drucker, Les Entrepreneurs, Paris, Hachette, 1985, p. 41, in Pierre Dardot et Christian Laval (...)

103Pour Mises, chaque homme est un sujet vigilant et créatif. Il doit apprendre à l’être, à se gouverner lui-même comme un entrepreneur158. Cette vision culmine dans les années 1970 et 1980 avec les théories du management. Le management, pour Peter Drucker, théoricien américain mort en 2005, est la « nouvelle technologie qui, mieux qu’aucune science ou invention particulière, a fait passer l’économie américaine au stade de l’économie d’entrepreneurs, et qui est en train de faire de l’Amérique une société d’entrepreneurs159 ».

  • 160 Cf. Pierre Dardot et Christian Laval, La Nouvelle Raison du monde. Essai sur la société néolibérale (...)
  • 161 Cf. Michaël Foessel, « Néolibéralisme versus libéralisme ? », in Fabienne Brugère et Guillaume le B (...)

104La nouvelle dimension que la pensée néolibérale, dans une double inspiration — celle du courant austro-américain (Ludwig von Mises et Frederich Hayek en premier lieu) et celle des théories du management160 —, ajoute à la conception classique de l’homo œconomicus consiste ainsi à construire la figure d’un sujet entrepreneur. Les institutions étatiques et paraétatiques (école, justice, hôpitaux, organismes sociaux, etc.) deviennent ainsi les vecteurs d’une construction permanente de l’individu entrepreneur de lui-même161. Plus largement, cette orientation sera reprise dans de nombreux domaines et par de nombreuses instances normatives (OCDE, Banque mondiale, Commission européenne, etc.) qui diffuseront largement ce nouveau modèle générique de l’homme comme levier d’un gouvernement des populations.

8.5. L’État néolibéral

8.5.1. Interventionnisme

  • 162 Cf. NBP, pp. 165-166.

105L’interventionnisme de l’État se pense, en contexte néolibéral, d’une manière qui le distingue de l’interventionnisme libéral. Le libéralisme envisage l’intervention du gouvernement afin, éventuellement, de corriger les effets du marché. L’intervention opère après coup, ponctuellement et de l’extérieur afin de répondre à un danger généré par le marché. Pour les néolibéraux d’inspiration ordo-libérale, l’intervention œuvre a priori et de manière permanente ; elle est une condition de possibilité du marché162.

  • 163 Cf. Michaël Foessel, « Néolibéralisme versus libéralisme ? », art. cit., p. 96.

106S’il faut prévenir tout mécanisme anticoncurrentiel, la raison en est avant tout théorique, au sens où elle est la conséquence logique des présupposés de la science économique : la concurrence étant le seul comportement rationnel en contexte d’incertitude, toute action qui enrayerait le mécanisme concurrentiel — au premier chef, celle d’un État planificateur qui par exemple interviendrait dans la fixation des prix — fausserait le jeu rationnel des agents163.

107C’est aussi, par ailleurs, le sens dans lequel on peut dire qu’un tel néolibéralisme n’est pas conservateur : il ne vise pas à maintenir à l’identique une situation historique ; il doit au contraire accompagner les évolutions de la société afin de continuer à construire le cadre formel qui permet de maintenir l’état de concurrence. Louis Rougier, organisateur du colloque Lippmann, illustrait le libéralisme qu’il entendait renouveler comme suit :

  • 164 L. Rougier, in NBP, p. 167.

Être libéral, ce n’est pas comme le « manchesterien », laisser les voitures circuler dans tous les sens, suivant leur bon plaisir, d’où résulteraient des encombrements et des accidents incessants ; ce n’est pas, comme le « planiste », fixer à chaque voiture son heure de sortie et son itinéraire : c’est imposer un Code de la route, tout en admettant qu’il n’est pas forcément le même au temps des transports accélérés qu’au temps des diligences164.

  • 165 Pierre Dardot et Christian Laval, La Nouvelle Raison du monde. Essai sur la société néolibérale, op (...)
  • 166 Cf. Michaël Foessel, « Néolibéralisme versus libéralisme ? », art. cit., p. 104.

108Le marché est donc un processus d’apprentissage qui modifie en permanence ceux qui y agissent. « Il n’est pas un “milieu” donné une fois pour toutes, régi par des lois naturelles, gouverné par un principe mystérieux de l’équilibre165. » S’il ne faut pas y intervenir directement, c’est parce qu’il est en perpétuel mouvement, mû par une dynamique interne qui agit sur les individus qui s’adaptent à un environnement changeant en fonction de leurs dispositions et de leurs compétences (en même temps qu’ils les transforment, les modifient et les développent). Toucher directement aux acteurs du jeu serait toucher à la liberté individuelle — liberté de choisir en fonction de ses intérêts et de ses compétences, selon un calcul des coûts et des bénéfices — qui anime les individus-entreprises ; ce serait enrayer le processus permanent d’adaptation qui repose sur l’usage de cette liberté. C’est seulement lorsque le marché ou les individus ne répondent pas à ce que l’on attend d’eux — s’adapter — que l’intervention se justifie pour recadrer le jeu concurrentiel166.

8.5.2. La fonction de l’État en régime néolibéral

  • 167 Pierre Dardot et Christian Laval, La Nouvelle Raison du monde. Essai sur la société néolibérale, op (...)

Le néolibéralisme ne cherche pas tant le « recul » de l’État et l’élargissement des domaines de l’accumulation du capital que la transformation de l’action publique en faisant de l’État une sphère régie, elle aussi, par des règles de concurrence et soumise à des contraintes d’efficacité semblables à celles que connaissent les entreprises privées167.

  • 168 Ibid., p. 173.

109Bien loin de prôner une abstention de l’État dans la gestion des affaires, ce qui était la tendance des libéraux d’inspiration spencérienne, le néolibéralisme conçoit l’intervention de l’État comme une nécessité pour promouvoir le jeu concurrentiel. « Le capitalisme concurrentiel n’est pas un produit de la nature, il est une machine qui réclame une surveillance et une régulation constantes168. »

  • 169 Pour une analyse économique d’un point de vue marxiste de la financiarisation typique du néolibéral (...)
  • 170 Pierre Dardot et Christian Laval, La Nouvelle Raison du monde. Essai sur la société néolibérale, op (...)

110Dardot et Laval insistent sur le rôle déterminant qu’ont joué les États dans la mise en marché de la finance169. Alors que, des années trente aux années septante, le système financier est encadré de manière à protéger des effets de la concurrence, les années quatre-vingt verront les États faire l’effort inverse en appliquant de nouvelles règles visant à « réglementer la concurrence générale entre tous les acteurs de la finance à l’échelle internationale170 ».

  • 171 Ibid., p. 295.
  • 172 Cf. ibid., p. 295.

111À l’échelle microéconomique, la fonction de l’État sera la même : réduire les mesures de protection contre les effets de la concurrence fonctionnant selon des mécanismes de solidarité par la promotion d’un rapport individuel au risque171. Car l’« État providence » est vecteur de tares morales et économiques, tandis que la lutte contre l’« assistanat » serait à la fois l’instrument du perfectionnement moral de la population (sens des responsabilités, goût pour l’effort, amour du travail172) et de l’amélioration de l’économie.

  • 173 Ibid., p. 364.
  • 174 Cf. ibid., p. 355.

112Il faut bien voir que l’État est fondamentalement transformé par l’imposition de la norme de concurrence, car il doit appliquer à lui-même les règles du jeu dont il est également le garant. « L’État ne se retire pas, il se plie à des conditions nouvelles qu’il a contribué à mettre en place173. » Si le néolibéralisme prône une abstention de l’État, c’est dans un sens très précis, qui est, à nouveau, la conséquence des principes théoriques de base qui l’animent. Il ne s’agit pas prioritairement de réduire — de « dégraisser » — les institutions, administratives et sociales, qui le composent mais avant tout de les soumettre à la norme de concurrence et de les orienter vers les exigences de la compétition économique174.

113L’abstention de l’État doit être celle de la volonté qu’il pouvait incarner, car celle-ci est toujours in fine une atteinte à la liberté individuelle. Étudiée par Dardot et Laval comme l’une des sources majeures de la « nébuleuse » néolibérale contemporaine dans l’histoire intellectuelle qu’ils retracent, la pensée austro-américaine, incarnée par Mises et Hayek, se caractérise — et c’est en cela qu’elle se distingue de l’ordo-libéralisme — par un refus radical de toute intervention étatique dans le jeu du marché parce que c’est toujours, de quelque degré qu’elle soit, une atteinte à la liberté individuelle :

  • 175 Ludwig Von Mises, L’Action humaine. Traité d’économie, Paris, PUF, 1985 (1949), pp. 756-757, in ibi (...)

Il importe de se rappeler que l’intervention du gouvernement signifie toujours, soit l’action violente, soit la menace d’y recourir. […] Gouverner est en dernière analyse se servir d’hommes en armes, policiers, gendarmes, soldats, gardiens de prisons et exécuteurs. L’aspect essentiel du pouvoir, c’est qu’il peut imposer ses volontés en matraquant, tuant et emprisonnant. Ceux qui réclament davantage de gouvernement réclament en fin de compte plus de contrainte et moins de liberté175.

  • 176 Cf. Thomas Berns, Gouverner sans gouverner, op. cit.

114Ainsi, l’État ne doit plus planifier, fixer a priori des buts communs tels que la justice sociale, puisque mettre en application de tels objectifs enrayerait le mécanisme concurrentiel qui, lui, est censé produire les meilleurs résultats. En revanche, cette abstention requiert une intervention permanente, pour que le jeu concurrentiel soit maintenu (notamment contre les effets monopolistiques du laisser-faire libéral) et pour que l’information soit disponible et circule sur le marché, de telle manière que les individus puissent se comporter rationnellement. En d’autres termes, il ne s’agit plus de gouverner le réel mais à partir de lui176.

  • 177 Nous évoquerons dans le quatrième chapitre un bon nombre de ces « partenaires » des États dans la g (...)

115C’est dans ce contexte que la scène internationale voit apparaître, à côté des États-nations, des acteurs non étatiques et privés dont l’influence ne cesse de croître depuis les années 1970177. On considère parfois que réside là la cause de l’affaiblissement du pouvoir des États-nations à l’échelle mondiale. La mondialisation est souvent synonyme d’expropriation du pouvoir des États sous l’effet d’un pouvoir réticulaire d’un type nouveau. Cette conception est manifestement fausse. Les États ne gouvernent pas les acteurs divers sur la scène internationale ; ils ne sont pas plus gouvernés par eux. Il faut au contraire considérer que les États font désormais partie d’un réseau, partenaires de ces acteurs non situés territorialement, au travers desquels ils doivent apprendre à gouverner. Par ailleurs, il ne faut pas négliger le fait que les États les plus riches sont les principaux contributeurs financiers de ces organisations.

  • 178 Cf. Mark Duffield, « Governing the Borderlands : Decoding the Power of Aid », Disasters, Oxford, Wi (...)
  • 179 Cf. ibid., pp. 308-320. Les travaux de Mark Duffield, politologue et professeur à l’Université de B (...)

116L’État néolibéral continue de gouverner, à l’intérieur comme à l’extérieur, mais il le fait autrement. Le néolibéralisme bouleverse le rapport de l’État à son intérieur, il le bouleverse également à l’extérieur. Les États occidentaux n’ont pas été affaiblis par la mondialisation, ils se sont repositionnés et, aidés par l’analyse du risque et les techniques actuarielles, ont modifié leur mode de gouvernement, qui s’exerce maintenant à distance et par des moyens de plus en plus indirects178. Cet autre aspect de la rationalité néolibérale mondiale suppose des conditions organisationnelles très concrètes. Sans le rôle politique croissant des acteurs privés et non étatiques (agences internationales, organisations non gouvernementales, sociétés privées), conjugué au développement de nouvelles formes de relations internationales (techniques d’audit, cadres de partenariats, conventions mondiales — global compacts — liant entre eux des États du « centre », partenariats public-privé, new public management) l’internationalisation des politiques publiques n’aurait pu avoir lieu179.

8.6. Nouvelle fonction de la loi

117Le développement d’un pouvoir qui ne cherche plus à interdire (en jouant de la loi) mais à majorer la vie (en jouant de la norme) ne signifie pas que la loi devient obsolète, elle est recodée.

  • 180 VS, p. 190.

Je ne veux pas dire que la loi s’efface ou que les institutions de justice tendent à disparaître ; mais que la loi fonctionne toujours davantage comme une norme, et que l’institution judiciaire s’intègre de plus en plus à un continuum d’appareils (médicaux, administratifs, etc.) dont les fonctions sont régulatrices. […] Les Constitutions écrites dans le monde entier depuis, les Codes rédigés et remaniés, toute une activité législative permanente et bruyante ne doivent pas faire illusion : ce sont là les formes qui rendent acceptable un pouvoir essentiellement normalisateur180.

  • 181 Cf. NBP, p. 168.

118Pour les ordo-libéraux, l’ordre que les économistes libéraux classiques considéraient comme naturel est l’effet d’un ordre légal181. Le juridique n’est pas non plus de l’ordre de la superstructure, comme s’il était simplement déterminé par l’économie. Le juridique est ce qui donne sa forme à l’économie, et celle-ci consiste, par conséquent, en un ensemble d’activités toujours déjà soumises à des règles.

  • 182 Ibid., p. 169.

Il faut considérer qu’historiquement on a affaire à une figure, et une figure singulière, dans laquelle les processus économiques et le cadre institutionnel se sont appelés l’un l’autre, appuyés l’un l’autre, modifiés l’un l’autre, modelés dans une réciprocité incessante182.

  • 183 Cf. NBP, p. 266 (notes du manuscrit).

119La nouveauté réside dans la volonté de réduire au minimum l’intervention économique mais de renforcer l’intervention juridique. L’action doit porter sur le niveau institutionnel afin de générer un ordre social réglé sur l’économie de marché. La loi trouve ainsi une nouvelle fonction : régler un jeu. Bien sûr, elle conserve l’ancienne forme de l’interdiction, mais cela ne doit pas nous tromper183, il s’agit bien d’un nouveau codage de la loi qu’opère la rationalité néolibérale. La loi n’est plus l’instrument de l’affirmation du souverain, elle n’est plus associée à un processus de disciplinarisation et de normation des individus, elle agit sur l’environnement dans lequel les individus-entreprises vont jouer leur jeu. Son action doit être telle qu’il y ait du jeu, de la différenciation, de la production de multiplicité.

  • 184 Cf. Gary Becker, « Crime and Punishment : An Economic Approach », in Gary Becker and William Landes (...)
  • 185 Il est clair qu’il faut comprendre « crime » dans son sens le plus général. Au sens strictement jur (...)
  • 186 Cf. NBP, p. 268.
  • 187 Ibid.

120Dans un article intitulé Crime and Punishment : An Economic Approach, l’économiste américain Gary Becker interprète l’infraction (crime) en termes économiques et aborde la question de la loi et de son application sous l’angle de l’allocation des ressources184. Le crime185 est ainsi redéfini comme l’acte qui fait courir, à celui qui le commet, le risque d’être puni par la loi. Le criminel est celui qui a choisi d’investir son capital humain dans une activité dont il a mesuré les gains escomptables et les risques encourus. La question du crime et de sa punition est posée depuis le sujet qui va s’interroger sur le rapport coût/bénéfice d’une éventuelle infraction. Ce déplacement permet de contourner les multiples détours psychologiques, sociologiques ou anthropologiques qu’a empruntés la criminologie pour aborder le comportement de l’individu du seul point de vue économique186. Dans cette perspective, le criminel est « toute personne […] qui investit dans une action, qui en attend du profit et qui accepte le risque d’une perte187 ».

  • 188 Antoine Garapon, La Raison du moindre État. Le néolibéralisme et la justice, Odile Jacob, Paris, 20 (...)

121Le droit est ainsi pensé comme un capital que l’individu peut utiliser comme une ressource et non plus comme une extériorité qui s’impose a posteriori sur des infracteurs. Il est intégré dans le calcul de l’individu pour lequel il s’agit de « savoir [l’]invoquer, [l’]utiliser, éventuellement [l’]échanger, voire [le] brader (comme dans le plea bargaining où il renonce à ses droits à un procès équitable contre une minoration de la peine), pour maximiser ses avantages et minimiser ses risques188 ». Cette nouvelle conception du droit ne fait plus de l’action de celui-ci une action depuis l’extérieur et d’en haut, sur le comportement des individus. Au contraire, le droit doit rendre possible un jeu dont les joueurs sont des homines œconomici, afin de conduire leurs conduites.

  • 189 Michaël Foessel, « Néolibéralisme versus libéralisme ? », art. cit., p. 97.

Le coup de force du néolibéralisme, ce par quoi il se distingue peut-être le plus nettement du libéralisme, consiste à assimiler le droit au type d’informations délivrées par les prix. Le droit perd alors toute dimension substantielle : il ne porte ni sur une hypothétique “nature humaine”, ni sur les horizons normatifs que peut se fixer une communauté politique. Le droit n’est qu’une information à usage privé, nécessaire pour que l’individu puisse accorder la recherche de son intérêt aux conditions sociales de l’action et à l’état du marché189.

122Il est utile de retranscrire ici le point de vue de Hayek pour lequel le droit ne sert aucun but ; il est seulement la condition qui permet à des individus distincts, porteurs d’intentions différentes, de tendre efficacement vers leurs objectifs.

  • 190 Friedrich A. Hayek, Droit, législation et liberté. Vol. 1. Règles et ordre, Paris, PUF, 1980 (1973) (...)

Le droit n’a certainement pas été créé pour servir à un but formulable quelconque, il s’est au contraire développé parce qu’il rendait les gens qui s’y conformaient plus efficaces dans la poursuite de leurs propres objectifs190.

  • 191 Ibid.
  • 192 NBP, p. 278.

123C’est avant tout en ce sens que le droit est porteur d’ordre. Les règles du droit sont généralement conçues comme un moyen de maintenir l’ordre, celui-ci étant assimilé à l’obéissance aux règles. Mais, en considérant l’ordre comme le simple fait d’observer la règle, on ne voit pas, poursuit Hayek, la véritable fonction du droit : celle qui consiste à réaliser une « certaine concordance entre les actions de personnes différentes191 ». Le sujet de droit est ainsi secondarisé par le primat du sujet d’intérêt. Foucault le note dans Naissance de la biopolitique : « Si l’on respecte le contrat, ce n’est pas parce qu’il y a contrat, mais c’est parce qu’il y a intérêt à ce qu’il y ait contrat192. » L’homo juridicus est second par rapport à l’homo œconomicus.

9. Espaces

124Nous l’avons évoqué rapidement dans la première partie de ce chapitre, les trois modalités du pouvoir exposées par Foucault induisent des rapports à l’espace et des traitements de celui-ci très différents. Il est utile de s’y attarder un peu plus ici afin de préparer quelques pièces nécessaires à l’étude des frontières et de leur mutation qui fera l’objet du chapitre v.

125Foucault décrit, lors de la première leçon de Sécurité, territoire, population, trois villes types, qui illustrent les traitements différents de l’espace que présentent respectivement la souveraineté, la discipline et la sécurité.

  • 193 STP, p. 14.
  • 194 Ibid.

126Jusqu’au xviie siècle, la ville délimitait un territoire juridiquement et administrativement spécifique, hétérogène, d’un point de vue économique et social, par rapport à la campagne. Matériellement, cela se marquait par un « enfermement à l’intérieur d’un espace muré et resserré193 ». Au xviiie siècle, la croissance du commerce et de la démographie urbaine ainsi que le développement des techniques militaires rendirent nécessaire le « désenclavement spatial, juridique, administratif [et] économique de la ville194 » pour la replacer dans un espace de circulation. La ville définie dans les termes de la souveraineté, c’est la ville-capitale, placée au centre du territoire, siège du souverain et source de l’ordre juridique, économique, administratif et moral irradiant l’espace circulaire jusqu’à ses confins.

  • 195 Ibid., p. 19.

127Le deuxième exemple exposé par Foucault est celui de la ville de Richelieu, construite ex nihilo, au xviie siècle, selon le plan du camp romain réhabilité dans le domaine militaire comme instrument disciplinaire. La ville est structurée spatialement par la construction de « multiplicités artificielles qui sont organisées selon le triple principe de la hiérarchisation, de la communication exacte des relations de pouvoir et des effets fonctionnels spécifiques à cette distribution, par exemple assurer le commerce, assurer l’habitation, etc.195 ».

  • 196 Ibid.
  • 197 Ibid., p. 20.

128La troisième ville exemplaire, correspondant à la conception de l’espace de la sécurité, est Nantes au xviiie siècle. Là, il ne s’agissait pas de reconstruire à neuf, mais de réaménager la ville pour répondre aux exigences de son développement : « défaire les entassements, faire place aux nouvelles fonctions économiques et administratives, régler les rapports avec la campagne environnante et enfin prévoir la croissance196 ». Quatre fonctions devaient être assurées : l’hygiène, le commerce intérieur, les échanges avec l’extérieur et la surveillance. Celle-ci constituait un problème nouveau au xviiie siècle, « dès lors que la suppression des murailles rendue nécessaire par le développement économique faisait qu’on ne pouvait plus fermer les villes le soir ou surveiller exactement les allées et venues pendant la journée, et par conséquent l’insécurité des villes était accrue par l’afflux de toutes les populations flottantes, mendiants, vagabonds, délinquants, criminels, voleurs, assassins, etc., qui pouvaient venir, comme chacun sait, de la campagne197 ».

  • 198 Ibid.

129Il faut noter ici, en parenthèse, la parenté du problème des villes du xviiie siècle qui, devant s’ouvrir au commerce et par conséquent à la circulation, doivent organiser cette circulation, « maximaliser la bonne circulation en diminuant la mauvaise198 » avec le problème contemporain tel qu’il apparaît dans la « troisième mondialisation » : comment favoriser la mobilité internationale des marchandises, des capitaux et des hommes qui les accompagnent en freinant la circulation des indésirables.

130Foucault dessine trois modes d’organisation de l’espace qui découpent conceptuellement les sphères de la souveraineté, de la discipline et de la sécurité. Comme nous l’affirmerons tout au long de ce travail, si les présupposés, les techniques et les objectifs de ces trois types de pouvoir sont radicalement différents, s’il y a bien discontinuité de principe de l’un à l’autre, il faut reconnaître par ailleurs qu’ils coexistent dans l’espace et dans le temps, qu’ils se superposent, se combinent et s’entrechoquent.

  • 199 David Harvey, Le Nouvel Impérialisme (2003, 2005), Trad. Jean Batou et Christakis Georgiou, Les Pra (...)

131Étudiant le rôle de l’État dans les processus spatiaux du capitalisme, le géographe marxiste David Harvey note, avançant ici une découpe temporelle et une causalité différentes de celles indiquées par Foucault, que les travaux de construction de routes et de systèmes de communication menés par les États européens au xixe siècle avaient pour premiers objectifs l’administration, le contrôle militaire et la protection du territoire. Ces objectifs ressortissent à une logique disciplinaire de quadrillage de l’espace et de surveillance. Mais, ajoute-t-il, « une fois construites, ces infrastructures ont mis à disposition des voies qui facilitaient grandement les flux de marchandises, de travail et de capital199. »

132Nous ne confronterons pas Foucault et Harvey sur la question de savoir si ce sont les infrastructures disciplinaires qui ont donné lieu à l’émergence d’une autre modalité du pouvoir, centrée sur la gestion des flux, ou si ce sont au contraire les impératifs de circulation issus de l’essor économique qui ont reconfiguré les infrastructures existantes. Ce qu’il nous semble important de relever — et peut-être est-ce là une piste pour trouver un terrain de rencontre entre ces deux auteurs — est l’intrication dynamique de l’aménagement de l’espace avec le mode de pouvoir, l’un reconfigurant l’autre.

  • 200 Ibid.
  • 201 Cf. ibid., p. 133.

133Il est indéniable que l’aménagement de l’espace (la construction de voies de communication) produit par la logique disciplinaire modifie du même coup certaines des conditions du pouvoir. En voulant renforcer ses conditions d’existence, elle les transforme en ouvrant la possibilité pour une rationalité autre de se développer, celle pour laquelle il sera central de réguler les flux. Prenant l’exemple de la transformation de Paris par Hausmann, Harvey laisse ouverte la question de savoir si les boulevards ont été construit pour « contrôler militairement une population rétive » ou pour « rendre plus aisée la circulation du capital sur le territoire d’une ville corsetée par un réseau médiéval de rues et de ruelles200 ». À l’inverse, il arrive également que des transformations relevant d’un certain type de pouvoir (émergeant de son exercice) soient justifiées publiquement, devant l’opinion, par des arguments relevant d’une autre logique. Ainsi en va-t-il des autoroutes inter-États des États-Unis dont la construction fut motivée par des raisons économiques et justifiées par des arguments relevant de la sécurité nationale201.

10. Conclusion intermédiaire

  • 202 STP, p. 76.

134La « tension constitutive » que nous avions prise comme état initial de l’analyse se trouve effectivement modifiée par l’analyse foucaldienne du pouvoir. L’opposition sécuritaire/humanitaire, lorsqu’on considère l’émergence d’un gouvernement des populations, devient cohérente. La question des droits de l’homme ne s’y pose en effet plus comme ce qui est attaché à un individu, sujet de droit, et qu’il s’agit de protéger, mais elle est reprise dans le cadre de la régulation des populations et, par conséquent, sous la forme de questions de taux et de seuils quantitatifs. La population n’est pas une « collection de sujets juridiques202 », elle est ce qu’il s’agit de gérer, de majorer, de multiplier, par l’exercice de contrôles précis et de régulations d’ensemble. L’enjeu sous-tendant le rapport entre logique répressive et revendication de droits fondamentaux n’est donc plus la confrontation de sujets, individuels ou collectifs, mais la nécessité, pour la population, de se maintenir en vie et de se majorer. Les droits de l’homme sont ainsi repris dans une logique non juridique, régulatrice. Se pose alors la question de la pertinence de vouloir toujours réactiver les droits de l’homme dans une perspective sans doute anachronique, celle qui s’appuie sur une conception juridique de la liberté, la voie juridico-déductive des penseurs de la Révolution française.

135Ceci nous conduit à signaler une autre alternative récurrente relative aux frontières. Un nouvel antagonisme est apparu, à la fin du xxe siècle, entre des impératifs de sécurisation des frontières et des impératifs économiques d’ouverture : d’un côté, la fermeture des frontières, leur renforcement, leur durcissement, leur militarisation même, et de l’autre, leur ouverture et leur disparition tendancielle. L’émergence de cette nouvelle opposition dans les sources recueillies nous semble relever d’une forme de gouvernement des populations et d’un régime de régulation.

136Ce constat ne se donne pas d’emblée, on pourrait continuer de penser l’alternative dans une théorie juridico-discursive et considérer qu’il y a, derrière l’intention de fermer et l’intention d’ouvrir, deux sujets (collectifs en l’occurrence : les États et les capitalistes) qui s’affrontent. Si la frontière et les migrations sont profondément habitées de souveraineté, la leçon de Foucault nous permet d’affronter les contradictions et d’y déceler une efficacité et une rationalité qui seront étudiées plus avant dans le chapitre iv.

137La conception du pouvoir qui se limite à le considérer comme ce qui parle par la loi pour interdire est donc insuffisante. Il faut, avec Foucault, sortir de la représentation juridico-discursive et négative du pouvoir pour comprendre que celui-ci produit et pour saisir les relations dans lesquelles ses productions jouent. Il faut donc insister sur le fait que, s’il faut sortir d’une lecture du pouvoir dans les termes de la souveraineté, s’il faut penser le pouvoir autrement, les mécanismes propres au régime de la souveraineté (car la souveraineté est à la fois ce que l’on peut trouver dans le réel et la manière classique qu’a le pouvoir de se penser) ne disparaissent pas. En analysant le pouvoir dans ses mécanismes positifs, en montrant par conséquent qu’il n’existe pas un pouvoir, mais plusieurs modalités de son exercice, Foucault a mis en évidence différentes techniques et différentes rationalités du pouvoir qui nous serviront de jalons pour étudier les politiques migratoires contemporaines.

138Il faut constater que deux niveaux de lecture de la leçon foucaldienne sont possibles. La première consiste à y voir une description du pouvoir, de ses évolutions et de ses transformations. Le pouvoir, d’abord instancié dans la forme de la souveraineté, se réfléchit et entraîne ses mutations. (C’est typiquement le geste des réformateurs du xviiie siècle.) Cette lecture permet de voir dans le fonctionnement du pouvoir une dimension concurrentielle irréductible entre les trois modes : souveraineté, disciplines et sécurité se combinent et génèrent ce que l’on peut appeler une « concurrence normative ». Cependant, le geste de Foucault est aussi un geste critique. Alors que la souveraineté est ce qui se donne toujours comme le pouvoir, la mise en évidence des disciplines et de la sécurité apparaît comme le déchiffrement de la souveraineté. Disciplines et sécurité sont alors des modèles polémiques vis-à-vis de la souveraineté, et produits par une manière polémique de penser le pouvoir.

139Quel est alors l’effet produit par cet éclairage ? La concurrence normative entre les différentes formes de pouvoir n’apparaît-elle pas dès lors comme une nouvelle forme englobant les trois autres et les dépassants pour former une nouvelle rationalité du pouvoir pour laquelle l’enjeu est précisément de faire jouer cette concurrence ? La norme d’efficacité deviendrait ainsi première, la « métanorme » du jeu fondé sur le présupposé de l’économie selon lequel la concurrence produit le meilleur.

  • 203 Ibid., p. 110.
  • 204 Ibid., p. 111.
  • 205 Ibid., pp. 9-10.

140Gérer la population ne se limite pas à viser des résultats globaux. « Gérer la population, ça veut dire la gérer également en profondeur, la gérer en finesse et la gérer dans le détail203. » Et pour cela, les mécanismes disciplinaires (les écoles, les ateliers, les armées, etc.) prennent une importance fondamentale. « L’idée d’un gouvernement comme gouvernement de la population rend plus aigu encore le problème de la fondation de la souveraineté […] et plus aiguë encore la nécessité de développer les disciplines204. » Ainsi, et c’est le point central de l’outil d’analyse de ce travail, le dispositif de sécurité, pour fonctionner en tant que tel — c’est-à-dire recueillir des statistiques, étudier des probabilités, définir des seuils, gérer des populations, etc. — nécessite des ensembles législatifs complexes et des quadrillages disciplinaires. Il y a une « inflation du code juridico-légal » et « tout un ensemble disciplinaire qui foisonne sous les mécanismes de sécurité […] pour les faire fonctionner205 ».

  • 206 Michel Foucault, « Les mailles du pouvoir », art. cit., p. 1006.

Une société n’est pas un corps unitaire dans lequel s’exercerait un pouvoir et seulement un, mais c’est en réalité une juxtaposition, une liaison, une coordination, une hiérarchie aussi, de différents pouvoirs, qui néanmoins demeurent dans leur spécificité206.

141Dans cette perspective, un phénomène nouveau peut-être identifié, caractéristique d’une rationalité qui vise à faire du marché la « puissance informante » de la société : la combinaison possible, voire la concurrence, des technologies de pouvoir indique la formation d’un marché de la norme, d’une mise en concurrence des normes. Autrement dit, le fait que les normes et les technologies de pouvoir s’offrent comme des choix indique à quel point la rationalité économique a colonisé le gouvernement. La rationalité économique et en particulier le discours managérial entretiennent le souci d’effacer les antagonismes pour ne faire jouer que la concurrence interindividuelle. Alors que la théorie juridico-discursive du pouvoir mettait face à face le roi et le peuple, la loi et son infraction, alors qu’elle pensait et produisait par conséquent un rapport d’opposition net, le gouvernement dissout l’opposition par la promotion généralisée de la forme du marché et par l’anticipation rendue possible par les savoirs actuariels. L’évolution du discours sur l’immigration témoigne d’un même souci d’abandonner toute opposition, souci propre au discours managérial. Nous reviendrons longuement sur ces aspects dans le chapitre iv.

*

  • 207 STP, p. 10.

142Ce qu’il s’agit de faire ici, en quelque sorte, c’est une histoire particulière d’une « technologie de sécurité » qui se met en place, « reprenant en compte et faisant fonctionner à l’intérieur de sa tactique propre des éléments juridiques, des éléments disciplinaires, quelquefois même en les multipliant207 ». Les dispositifs contemporains de gestion du phénomène migratoire reposent sur la formation d’un individu-entreprise, homo œconomicus mis en condition de mouvement et de danger, appelé à « vivre dangereusement » de manière à former un marché de la migration. Une question difficile a émergé dans ce chapitre et devra être gardée dans la ligne de mire jusqu’au terme de notre travail : celle de l’articulation entre le niveau individuel et le niveau populationnel qu’une telle technologie de sécurité — de gestion des populations — soulève, puisqu’elle convoque des éléments juridiques et disciplinaires s’appuyant sur des individus. Le chapitre suivant s’attachera à identifier différents instruments de gestion des mouvements de population et tentera de les articuler à l’aune de la grille foucaldienne.

Notes

1 Cf. Cristina Gortázar, Mariá-Carolina Parra, Barbara Segaert, Christiane Timmerman (eds.), European Migration and Asylum Policies : Coherence or Contradiction ?, Bruxelles, Bruylant, 2012.

2 Michel Foucault, « Il faut défendre la société », Cours au Collège de France (1975-1976), Paris, Gallimard-Seuil, 1997, p. 14. (Dorénavant : DS)

3 Article 3 du Traité sur l’Union européenne (TUE).

4 Cf. Denis Duez, L’Union européenne et l’immigration clandestine. De la sécurité intérieure à la construction de la communauté politique, op. cit., p. 76.

5 Sylvie Saroléa, Droits de l’homme et migrations. De la protection du migrant aux droits de la personne migrante, op. cit.

6 Ibid., p. XXXVI.

7 Cf. ibid., p. 472 sq.

8 Ibid., p. 621.

9 Michel Foucault, « Le sujet et le pouvoir », in DEII, texte no 306, pp. 1041-1062.

10 Ibid., p. 1042.

11 Ibid.

12 Ibid., p. 1043.

13 Ibid., p. 1044.

14 Ibid., p. 1055.

15 Cf. Mathieu Potte-Bonneville, « Droit », in Philippe Artières et Mathieu Potte-Bonneville, D’après Foucault. Gestes, luttes, programmes, Paris, Les Prairies ordinaires, 2007, p. 214.

16 Cf. DS, p. 15.

17 Cf. Michel Foucault, « Le sujet et le pouvoir », art. cit., p. 1055.

18 Michel Foucault, Histoire de la sexualité I. La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976, p. 128. (Dorénavant : VS)

19 Michel Foucault, « Le sujet et le pouvoir », art. cit., p. 1056.

20 Ibid., p. 1056.

21 Ibid., p. 1058.

22 Cf. DS, pp. 222-223.

23 Cf. Michel Foucault, Sécurité, territoire, population. Cours au Collège de France (1977-1978), Paris, Gallimard-Seuil, 2004, Leçon du 11 janvier 1978. (Dorénavant : STP)

24 Les variations dans les périodisations découpées par Foucault indiquent la distance qu’il faut prendre vis-à-vis de celles-ci. Il y a deux, voire trois siècles de différences quant à la situation historique des disciplines si l’on compare Surveiller et punir et Sécurité, territoire, population.

25 STP, p. 113.

26 STP, p. 10.

27 Michel Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1993 (1975), p. 227. (Dorénavant : SP)

28 Cf. DS, p. 21.

29 SP, p. 58.

30 Cf. ibid., p. 60.

31 Ibid., pp. 87-88.

32 Ibid., p. 88.

33 Ibid., p. 96.

34 Cf. ibid., p. 97.

35 Ibid., pp. 92-93.

36 Cf. ibid., p. 102.

37 Ibid., p. 104.

38 Ibid., p. 104.

39 « Cours du 14 janvier 1976 », in DEII, texte no 194, p. 188.

40 Ibid., p. 189.

41 SP, p. 98.

42 Ibid., p. 104.

43 VS, p. 115.

44 Ibid., p. 117.

45 Michel Foucault, « Les mailles du pouvoir », in DEII, texte no 297, p. 1003.

46 VS, p. 21.

47 SP, p. 106.

48 Ibid., p. 227.

49 Ibid., p. 200.

50 Cf. STP, Leçon du 11 janvier 1978.

51 SP, p. 200.

52 Cf. STP, p. 47.

53 Ibid., p. 48.

54 Ibid., p. 47.

55 Cf. ibid., p. 17.

56 SP, p. 203.

57 Cf. ibid., p. 201.

58 Cf. STP, p. 17. Voir à ce sujet les travaux de Géraldine Brausch, notamment « Un détour par les stratèges de Jullien pour relire les analyses stratégiques de Foucault », Dissensus, No 4, avril 2011, http://popups.ulg.ac.be/dissensus/document.php?id=1260.

59 SP, pp. 202-203.

60 STP, p. 21.

61 Ibid., p. 23.

62 Ibid., p. 67.

63 Ibid., p. 71.

64 Ibid., p. 72.

65 Ibid., p. 72.

66 Cf. ibid., p. 76.

67 Ibid., p. 76.

68 Thomas Berns, Gouverner sans gouverner. Une archéologie politique de la statistique, PUF, Coll. « Travaux pratiques », 2009.

69 Jean Bodin, Les Six Livres de la République, Fayard, Corpus des œuvres de philosophie de langue française, 6 vol., 1986, livre VI, chap. 1, pp. 27-28, in ibid., p. 92.

70 Ibid., p. 96.

71 STP, p. 77.

72 VS, p. 172.

73 STP, p. 103.

74 Ibid., p. 102.

75 Par exemple, « stimuler, sans que les gens s’en aperçoivent trop, le taux de natalité, ou en dirigeant dans telle ou telle région, vers telle activité, les flux de population » (Ibid., p. 109).

76 Ibid., p. 108.

77 DS, pp. 222-223.

78 Thomas Berns, Souveraineté, droit et gouvernementalité. Lecture du politique moderne à partir de Bodin, Éd. Léo Scheer, Coll. « Non et non », 2005, p. 227.

79 Ibid., p. 230.

80 STP, p. 111.

81 Thomas Berns, Souveraineté, droit et gouvernementalité, op. cit., p. 230.

82 STP, pp. 111-112.

83 Cf. ibid., p. 113.

84 Ibid., p. 109.

85 VS, p. 183.

86 STP, p. 111.

87 Michel Foucault, « Les mailles du pouvoir », art. cit., p. 1013.

88 VS, p. 183.

89 DS, p. 223.

90 Ibid., p. 222.

91 Cf. VS, pp. 182-184.

92 DS, p. 222.

93 Cf. VS, p. 180.

94 STP, p. 76.

95 Cf. ibid., p. 77.

96 Ibid., p. 44.

97 Cf. ibid., p. 77.

98 Ibid., p. 74.

99 Michel Foucault, « La politique de la santé au xviiie siècle » (1976), in DEII, texte 168, p. 21.

100 Michel Foucault, Naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France (1978-1979), Paris, Gallimard-Seuil, 2004, p. 46. (Dorénavant : NBP)

101 Cf. STP, p. 125.

102 Ibid., p. 109.

103 NBP, p. 20.

104 Ibid., p. 24.

105 Ibid.

106 François Ewald, L’État providence, Editions Grasset & Fasquelle, 1986, p. 113.

107 STP, p. 49.

108 NBP, p. 67.

109 Cf. ibid., p. 40.

110 Ibid., p. 43.

111 Cf. ibid., pp. 40-43.

112 Ibid., p. 66.

113 Michel Foucault, « Le sujet et le pouvoir » (1982), art. cit., p. 1056.

114 Ibid., p. 1057.

115 Ibid., p. 1057.

116 NBP, p. 67.

117 Ibid., p. 68.

118 Ibid.

119 Ibid.

120 Serge Audier insiste longuement sur l’hétérogénéité des personnes et des idées présentes au Colloque Lippmann. Celui-ci ne dessine donc pas d’emblée un programme unique qui trouverait son moment d’application dans les années 1970 et 1980 lors de la « contre-révolution néolibérale ». L’unité du Colloque Lippmann est avant tout donné par l’ennemi commun autour duquel sont rassemblés, à l’initiative de Louis Rougier, Walter Lippmann, Friedrich Hayek, Ludwig von Mises, Raymond Aron, Jacques Rueff, Wilhelm Röpke et Alexander Rüstow, entre autres. Cf. Serge Audier, Néo-libéralisme(s). op. cit.. Nous prenons acte des mises en garde d’Audier, principalement sur l’erreur qui consiste à tracer une ligne continue du Colloque Lippmann aux politiques thatchérienne et reaganienne, en passant par la Société du Mont Pèlerin, fondée en 1947, et le coup d’État au Chili où les Chicago Boys de Milton Friedman tinrent un rôle majeur. Les arguments d’Audier sur la plurivocité des discussions tenues en 1938 à Paris sont irréfutables. Il est cependant possible, sans tomber dans l’illusion rétrospective, d’extraire de cette multiplicité de discours, comme le font Foucault et ceux qu’Audier nomme les « néofoucaldiens », depuis les traits contemporains du néolibéralisme, un certain nombre d’idées fondatrices et spécifiques qui, sans constituer l’essence du néolibéralisme tel qu’il était discuté dans les années trente, sont néanmoins de bons jalons pour penser un certain néolibéralisme : celui qui continue de nous déterminer aujourd’hui.

121 Nous ne nous attarderons pas sur la question de savoir si le néolibéralisme est radicalement autre que le libéralisme ou s’il en est le prolongement. À certains égards, notamment sur le rôle de l’État et sur la conception du marché, il y a bien rupture. Si l’on suit d’autres traits du libéralisme, il est évident qu’il y a continuité entre les deux formes de gouvernement. Par exemple, la « culture politique du danger » reste essentielle, et se trouve même démultipliée, dans le cadre néolibéral, en s’articulant à la production d’individus-entreprises.

122 L’ordo-libéralisme est une doctrine née des réflexions initiées sous la république de Weimar par des économistes, historiens et juristes allemands (Walter Eucken, Franz Böhm, Wilhelm Rüpke, Alexander Rüstow). Au lendemain de la guerre, la République fédérale d’Allemagne introduisit une réforme monétaire inspirée des idées ordo-libérales, ce qui contribua à former l’« économie sociale de marché ». ORDO est aussi le nom de la revue fondée en 1948 par Walter Eucken et Franz Böhm.

123 Cf. Josef Drexl, « La Constitution économique européenne. L’actualité du modèle ordolibéral », Revue internationale de droit économique, 2011/4, t. XXV, pp. 419-454.

124 NBP, p. 124.

125 Ibid., p. 120.

126 Ibid.

127 Cf. Wendy Brown, Les Habits neufs de la politique mondiale. Néolibéralisme et néo-conservatisme, Paris, Les Prairies ordinaires, 2007.

128 Ludwig von Mises, L’Action humaine. Traité d’économie, Trad. Raoul Audouin, Institut Coppet, Livre électronique téléchargeable sur http://www.institutcoppet.org/2011/03/27/mises-laction-humaine-1949/, p. 320.

129 Ibid.

130 Pierre Dardot et Christian Laval, La Nouvelle Raison du monde. Essai sur la société néolibérale, op. cit., p. 285.

131 Ibid.

132 Ibid., p. 313.

133 Cf. Frits Bolkestein, « Construire l’Europe libérale du xxie siècle », Conférence prononcée à l’Institut Walter Eucken, Fribourg, le 10 juillet 2000, Texte en ligne : http://europa.eu/rapid/press-release_SPEECH-00-260_fr.pdf, Consulté le 8 février 2013, p. 3. Ce texte est par ailleurs cité par Dardot et Laval.

134 Cf. ibid., p. 4.

135 Fritz Bolkestein salue les populations de l’Extrême-Orient dont la « volonté […] d’occuper tous les emplois disponibles et d’accepter, au besoin, un salaire réduit pour un même travail » a permis un redressement rapide de leurs économies (Ibid., p. 6).

136 Ibid., p. 7. Nous soulignons.

137 Cf. le Chapitre i du Titre VII du TFUE portant sur les règles de concurrence.

138 Pierre Dardot et Christian Laval, La Nouvelle Raison du monde. Essai sur la société néolibérale, op. cit., p. 347.

139 Josef Drexl, « La Constitution économique européenne. L’actualité du modèle ordolibéral », Revue internationale de droit économique, 2011/4, t. XXV, p. 427.

140 NBP, p. 151.

141 NBP, p. 154.

142 Ibid., p. 230.

143 Ibid., p. 274.

144 Ibid., p. 253.

145 Wendy Brown, Les Habits neufs de la politique mondiale, op. cit., p. 50.

146 Gary Becker, The Economic Approach to Human Behavior, University of Chicago Press, 1976, p. 8. Nous traduisons.

147 Ibid. Nous traduisons.

148 Cf. ibid., p. 14. Nous traduisons.

149 Cf. Friedrich A. Hayek, Droit, législation et liberté. Vol. 3. L’ordre politique d’un peuple libre, Paris, PUF, 1980 (1973), pp. 80-82.

150 Ibid., p. 81.

151 En dépit des différences que l’on peut établir entre l’école de Chicago, à laquelle Gary Becker est rattaché, et l’école autrichienne, dont font partie Ludwig Von Mises et Friedrich Hayek, leurs méthodes d’analyse sont similaires en ce qu’elles s’appuient sur le postulat d’une action humaine guidée par le calcul rationnel, et les prescriptions auxquelles elles concluent sont identiques, principalement faire de la concurrence la « puissance informante » de la société (cf. Karl-Heinz Paqué, « How Far is Vienna from Chicago ? An Essay on the Methodology of Two Schools of Dogmatic Liberalism », Kyklos, International Review fot Social Sciences, Vol. 38, 1985, Fasc. 3, pp. 412-434). Nous pouvons donc, pour notre propos qui vise à mettre en évidence comment l’individu néolibéral est conçu, mettre en relation les deux écoles.

152 Ludwig von Mises, L’Action humaine. Traité d’économie, op. cit., p. 17.

153 Ibid., p. 13.

154 Ludwig von Mises, L’Action humaine, Paris, PUF, 1985 (1949), pp. 3-4, in Pierre Dardot et Christian Laval, La Nouvelle Raison du monde. Essai sur la société néolibérale, op. cit., pp. 227-228.

155 Ludwig von Mises, L’Action humaine. Traité d’économie, op. cit., p. 339.

156 Cf. Ibid., p. 342.

157 Pierre Dardot et Christian Laval, La Nouvelle Raison du monde. Essai sur la société néolibérale, op. cit., p. 297.

158 Cf. ibid., p. 233.

159 Peter Drucker, Les Entrepreneurs, Paris, Hachette, 1985, p. 41, in Pierre Dardot et Christian Laval, La Nouvelle Raison du monde. Essai sur la société néolibérale, op. cit., p. 240. Nous soulignons.

160 Cf. Pierre Dardot et Christian Laval, La Nouvelle Raison du monde. Essai sur la société néolibérale, op. cit., p. 241.

161 Cf. Michaël Foessel, « Néolibéralisme versus libéralisme ? », in Fabienne Brugère et Guillaume le Blanc (dir.), Le Nouvel Esprit du libéralisme, op. cit., p. 99.

162 Cf. NBP, pp. 165-166.

163 Cf. Michaël Foessel, « Néolibéralisme versus libéralisme ? », art. cit., p. 96.

164 L. Rougier, in NBP, p. 167.

165 Pierre Dardot et Christian Laval, La Nouvelle Raison du monde. Essai sur la société néolibérale, op. cit., pp. 225-226.

166 Cf. Michaël Foessel, « Néolibéralisme versus libéralisme ? », art. cit., p. 104.

167 Pierre Dardot et Christian Laval, La Nouvelle Raison du monde. Essai sur la société néolibérale, op. cit., pp. 354-355.

168 Ibid., p. 173.

169 Pour une analyse économique d’un point de vue marxiste de la financiarisation typique du néolibéralisme, voir les travaux de Gérard Duménil et Dominique Lévy, notamment, The Crisis of Neoliberalism, Cambridge (MS) and London, Harvard University Press, 2011 et Économie marxiste du capitalisme, Paris, La Découverte, 2003.

170 Pierre Dardot et Christian Laval, La Nouvelle Raison du monde. Essai sur la société néolibérale, op. cit., p. 286.

171 Ibid., p. 295.

172 Cf. ibid., p. 295.

173 Ibid., p. 364.

174 Cf. ibid., p. 355.

175 Ludwig Von Mises, L’Action humaine. Traité d’économie, Paris, PUF, 1985 (1949), pp. 756-757, in ibid., p. 224.

176 Cf. Thomas Berns, Gouverner sans gouverner, op. cit.

177 Nous évoquerons dans le quatrième chapitre un bon nombre de ces « partenaires » des États dans la gestion mondiale des migrations.

178 Cf. Mark Duffield, « Governing the Borderlands : Decoding the Power of Aid », Disasters, Oxford, Wiley-Blackwell, 25 (4), 2001, p. 315.

179 Cf. ibid., pp. 308-320. Les travaux de Mark Duffield, politologue et professeur à l’Université de Bristol, montrent comment les années 1970 et 1980 ont vu une transformation des relations internationales pour aboutir à une domination, au moins au niveau opérationnel, des acteurs non-étatiques. Les relations internationales étaient conçues en termes d’équilibre des forces entre États souverains, comme l’illustrait exemplairement la guerre froide. À partir des années septante se sont développées de nouvelles formes de relations qui ont fait émerger le « paradigme de la sécurité », centré non plus sur l’accumulation d’armes et la signature d’alliances entre États mais sur le changement de la conduite des populations en leur sein (cf. ibid., p. 310).

180 VS, p. 190.

181 Cf. NBP, p. 168.

182 Ibid., p. 169.

183 Cf. NBP, p. 266 (notes du manuscrit).

184 Cf. Gary Becker, « Crime and Punishment : An Economic Approach », in Gary Becker and William Landes (eds.), Essays in the Economics of Crime and Punishment, UMI, 1974, pp. 1-54. L’ouvrage, épuisé, est disponible en ligne : http://www.nber.org/books/beck74-1.

185 Il est clair qu’il faut comprendre « crime » dans son sens le plus général. Au sens strictement juridique, « crime » ne correspond pas à l’anglais crime puisque le premier désigne l’espèce la plus grave des infractions pénales. Il serait sans doute préférable de le traduire par le terme générique d’« infraction ». Cependant, étant donné que Foucault reste l’inspirateur des présentes lignes et qu’il emploie lui-même « crime » en son sens le plus large dans les pages qu’il consacre à Becker dans Naissance de la biopolitique, nous adopterons dorénavant sa terminologie.

186 Cf. NBP, p. 268.

187 Ibid.

188 Antoine Garapon, La Raison du moindre État. Le néolibéralisme et la justice, Odile Jacob, Paris, 2010, p. 47.

189 Michaël Foessel, « Néolibéralisme versus libéralisme ? », art. cit., p. 97.

190 Friedrich A. Hayek, Droit, législation et liberté. Vol. 1. Règles et ordre, Paris, PUF, 1980 (1973), p. 135.

191 Ibid.

192 NBP, p. 278.

193 STP, p. 14.

194 Ibid.

195 Ibid., p. 19.

196 Ibid.

197 Ibid., p. 20.

198 Ibid.

199 David Harvey, Le Nouvel Impérialisme (2003, 2005), Trad. Jean Batou et Christakis Georgiou, Les Prairies ordinaires, 2010, p. 132.

200 Ibid.

201 Cf. ibid., p. 133.

202 STP, p. 76.

203 Ibid., p. 110.

204 Ibid., p. 111.

205 Ibid., pp. 9-10.

206 Michel Foucault, « Les mailles du pouvoir », art. cit., p. 1006.

207 STP, p. 10.

© Presses universitaires de Liège, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search