Version classiqueVersion mobile

Les frontières de la mondialisation

 | 
Denis Pieret

Introduction

Texte intégral

  • 1 Wendy Brown, Murs. Les murs de la séparation et le déclin de la souveraineté étatique, Les (...)

Le monde que nous qualifions désormais de « globalisé » recèle des tensions fondamentales entre l’ouvert et le barricadé, la fusion et la partition, l’effacement et la réinscription — des tensions qui, concrètement, prennent la forme de frontières toujours davantage libéralisées, mais qui, d’un autre côté, impliquent un déploiement sans précédent de moyens, d’énergies et de technologies destinés à fortifier ces frontières1.

1. Objet

1Le procès actuel de la mondialisation se caractérise par une accélération sans précédent des flux de marchandises, de capitaux et de personnes. Si la mondialisation est ancienne et si les êtres humains se sont de tout temps déplacés, le contexte politique contemporain de ce qu’il est parfois convenu d’appeler la « troisième mondialisation » induit une transformation radicale de la manière dont sont conçues et organisées les migrations et les frontières.

  • 2 Parlement européen, « Quelle ouverture pour nos frontières ? », 2009, http://www.europarl. (...)

2Le problème politique que soulève aujourd’hui la frontière résiderait dans l’antinomie entre une nécessité économique, celle de son ouverture aux flux mondialisés, et une nécessité sécuritaire, celle de sa fermeture afin de sauvegarder la prospérité et la sécurité des pays riches. Autrement dit : favoriser la circulation mondiale de la main-d’œuvre nécessaire au fonctionnement de l’économie capitaliste ou préserver la sécurité intérieure des États. En 2009, le Parlement européen en traçait exemplairement le schéma : « Que ce soit sur la lutte contre l’immigration clandestine, les sanctions envers les employeurs de travailleurs sans papiers, l’aide au retour, les besoins d’une main-d’œuvre qualifiée ou les aspects culturels, il y a toujours deux façons de considérer la question migratoire. Certains considèrent que l’immigration est une chance économique et culturelle pour l’Union européenne. D’autres pensent que, sous sa forme clandestine, l’immigration a des conséquences négatives pour les États Membres2. » Les attendus des directives européennes, les communications de la Commission européenne et les déclarations des organisations intergouvernementales sur ces matières mettent toutes en évidence l’exigence de trouver un équilibre entre ces deux nécessités réputées opposées.

3En refusant de tenir pour acquise cette dichotomie fondatrice du problème tel qu’il est généralement abordé, l’ambition de ce livre est de dessiner la cohérence propre que recèlent les pratiques et les discours sur la frontière et les migrations aujourd’hui. Cette rationalité, qui est à construire, le sera par la mise en résonance de deux corpus hétérogènes : l’un puise dans les ressources du droit et du policy-making et l’autre dans la philosophie politique.

2. Qu’est-ce qu’un migrant ?

  • 3 Cf. Dilip Ratha, Sanket Mohapatra et Ani Silwal, « Recueil de statistiques 2011 sur les mi (...)
  • 4 World Bank, World Development Report 2013 : Jobs, Washington DC, World Bank, 2012, p. 19.
  • 5 À titre d’exemple, la Libye, présentée jusqu’au printemps arabe comme un pays de transit v (...)

4Le caractère massif des déplacements de population est relativement récent. La première grande vague migratoire eut lieu dans le courant du xixe siècle corrélativement au passage d’une société agraire à une société industrielle. Les industries naissantes réclamaient de la main-d’œuvre, celle-ci étant libérée par la mécanisation de l’agriculture et mobilisable par le développement des transports terrestres et maritimes. Le tournant du millénaire marque une nouvelle vague de migrations. Les migrants représentent aujourd’hui 3,2 % de la population mondiale, soit 215,8 millions3. Près de la moitié d’entre eux sont répertoriés comme travailleurs4. Environ 57 % d’entre eux vivent dans les pays développés et 43 % dans les pays en développement. Cela signifie que, contrairement aux idées reçues, les migrants originaires de pays en développement se dirigent à parts égales vers les pays développés et les pays en développement ; le nombre de migrants « Sud-Sud » est à peu près équivalent au nombre de migrants « Sud-Nord »5.

  • 6 Programme des Nations unies pour le développement, Rapport mondial sur le développement hu (...)
  • 7 Brian Keeley, Les Migrations internationales. Le visage humain de la mondialisation, Paris (...)

5Le migrant est défini par le Programme des Nations unies pour le Développement (PNUD) comme la « personne ayant changé de lieu de résidence, que ce soit en franchissant une frontière internationale ou en se rendant dans une autre région, un autre district ou une autre municipalité de son pays ». Les migrations se déclinent en migration internationale (« mouvement de personnes franchissant des frontières internationales et entraînant un changement du pays de résidence habituelle ») et migration interne (« mouvement de personnes à l’intérieur des frontières d’un pays, généralement mesuré à partir des frontières des régions, des districts ou des municipalités, qui entraîne un changement de la résidence habituelle6 »). L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) distingue, parmi les migrants, les catégories suivantes : travailleurs migrants temporaires, migrants à long terme peu spécialisés, migrants d’affaires et hautement qualifiés, migrants irréguliers, réfugiés, demandeurs d’asile, migrants forcés, membres de la famille du migrant (regroupement familial et constitution de famille) et migrants de retour7.

  • 8 Zygmunt Bauman, Le Coût humain de la mondialisation, Paris, Hachette Littératures, 1999 (1 (...)
  • 9 Cf. Programme des Nations unies pour le développement, Rapport mondial sur le développemen (...)

6Du point de vue du statut légal, le migrant peut relever soit de l’asile, domaine quantitativement mineur, mais majeur quant à la visibilité et aux enjeux politiques, soit de l’immigration (travail, études, regroupement familial), soit ne bénéficier d’aucun statut (ou ne l’obtenir qu’après une campagne de régularisation). Si l’on entend par « migrant » la personne qui vit dans un pays dont il n’est pas originaire, si l’on s’en tient à une définition établie sur la base de la situation — statique — de celui qui a migré, on se trouve face à une catégorie fourre-tout, beaucoup trop peu définie en compréhension et beaucoup trop en extension pour être utile à l’analyse. Comment analyser le phénomène migratoire alors que le concept de migrant comprend des figures aussi dissemblables que : cadres expatriés, clandestins, travailleurs saisonniers, migrants « pendulaires » ou « circulaires », bénéficiaires du regroupement familial, réfugiés, étudiants, « réfugiés environnementaux » ? Pour le dire avec Zygmunt Bauman, « le langage à la mode qualifie indistinctement de “nomades” tous ceux qui vivent à l’ère postmoderne, ce qui conduit à de graves erreurs d’appréciation : on perd de vue les profondes différences qui séparent les deux types d’expériences, et on réduit tout ce qu’elles ont effectivement en commun à des traits formels et superficiels8 ». La catégorie de « migrant » est insuffisante pour l’analyse car trop générale et trop statique. S’appuyer sur une liste des différents types de migrants, qui offrirait une vision certes plus détaillée mais tout aussi statique, n’est pas plus utile. Car l’un des problèmes est bien là : les migrants passent bien souvent d’une catégorie à l’autre, des touristes deviennent « illégaux », des sans-papiers sont régularisés, des étudiants deviennent travailleurs9… En outre, les distinctions internes à la catégorie de migrant ne sont pas aussi nettes qu’on voudrait le croire. La première subdivision entre « migrants légaux » et « migrants illégaux » montre immédiatement son flou lorsqu’on prend acte du fait que la plupart des situations irrégulières sont le prolongement de séjours réguliers. D’une part, les catégories ont des zones d’intersection et sont parfois mouvantes et, d’autre part, les individus circulent de l’une à l’autre. C’est à la production de ces catégories et à la fabrication des circulations que nous nous intéresserons.

7Le mouvement initial de ce travail consiste à aborder le phénomène migratoire dans sa dimension dynamique, en tant que flux, et à étudier les politiques qui s’y attachent en tant que gestion différenciatrice de ces flux, c’est-à-dire en amont du moment de la classification et de la délivrance ou non d’un statut. En ce sens, si la catégorie générale de migrant rassemble tant soit peu les types hétérogènes qui la composent, c’est par le fait que tout migrant est pris dans (ou plutôt : arraché par) un même monde, un « monde mondialisé ». Il faut donc saisir dans une seule et même analyse la lutte contre les migrants et le recrutement de main-d’œuvre, qualifiée ou non, prendre comme les conséquences diverses de conditions communes les mouvements contrariés des pauvres vers les centres riches et les circulations libres des travailleurs. Il s’agira également de montrer comment différents modes contemporains d’approche et de traitement des migrations s’articulent pour construire différents statuts juridiques et différentes situations réelles et forment entre eux une certaine rationalité, une cohérence d’ensemble dont l’effet majeur serait de maintenir les conditions de renouvellement du capitalisme mondialisé.

8Il s’agira donc de reprendre et de faire droit, malgré son hétérogénéité, à cette catégorie générale de migrant qui subsume des cas dissemblables. En rester à une simple découpe, dans une intention taxinomique, des espèces de migrants — par l’inventaire de tous les adjectifs qui en spécifieraient le genre, par exemple — ne permet pas de prendre la mesure d’un phénomène nouveau, qui se joue aussi dans les productions discursives — celles-là mêmes qui convoquent et fabriquent cette catégorie unique. C’est donc à la fabrication, nouvelle par bien des aspects, de cette catégorie et à ses effets multiples et différenciants qu’il faudra s’intéresser. Une multiplicité de discours, de techniques et de pratiques s’appliquent, tout en le construisant, au phénomène migratoire mondial. Cet ensemble ne trace cependant pas d’emblée une cohérence ; au contraire, il semble au premier regard que les discours et les pratiques puisent, selon les lieux, les circonstances et les institutions, à des sources hétérogènes et inconciliables. Par exemple, l’Agence des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) tente-t-elle de venir en aide aux centaines de milliers de réfugiés soudanais dans une perspective humanitaire, tandis que la militarisation des frontières, en Méditerranée ou à la frontière mexicano-étas-unienne, s’appuie sur une logique souverainiste et sécuritaire.

9Afin de tracer les premiers contours du problème de manière rigoureuse, le premier chapitre s’attachera à passer en revue les principales définitions légales qui organisent le droit des étrangers, en référence à la loi belge du 15 décembre 1980.

3. Qu’est-ce qu’une frontière ?

  • 10 Étienne Balibar, « L’étranger comme ennemi. Sur la citoyenneté transnationale », CERI, Com (...)

Qui garde les frontières ? Pour le compte de qui ? Qui les franchit ou au contraire se trouve arrêté par elles et de quel côté ? Qui sont ceux pour qui aujourd’hui une frontière est une entité symétrique, à deux faces équivalentes, et ceux pour qui elles n’apparaissent toujours que d’un seul côté ? Pour qui les frontières sont-elles des traits d’union et pour qui sont-elles des instruments de ségrégation et de division ? Comment expliquer les phénomènes paradoxaux d’enfermement à l’extérieur des murs et de libération recherchée à l’intérieur ? Toutes ces questions évoquent la complexité politique et économique de la frontière dans le monde d’aujourd’hui. Elles sont aussi représentatives de la période historique actuelle que l’extension des communications mondiales, dont elles forment l’envers indissociable. Elles nous conduisent vers la question de l’ambiguïté renouvelée des catégories d’étranger et d’ennemi10.

10Il n’y a sans doute guère de sens à chercher à penser la frontière, sinon en des termes abstraits. La frontière belgo-française a peu à voir avec la frontière kirghizo-ouzbèke. On dessine les frontières de multiples manières ; elles agissent de multiples manières et une même frontière ne produit pas les mêmes effets sur deux voyageurs différents. La complexité politique et économique des frontières contemporaines sera abordée en rappelant les principales balises qui structurent la construction récente des frontières européennes. L’histoire récente — depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale — a vu se succéder conjointement des cycles économiques, des modalités différentes de caractérisation de l’« étranger » et des phases distinctes dans la construction européenne. Depuis la fin du xxe siècle, la Commission européenne oriente ses efforts vers une « approche globale » en matière de migrations qui entend dépasser les antagonismes classiques en la matière. Il ne suffit pas d’établir le constat qu’une « tension fondamentale » existe entre l’ouvert et le fermé, il faut étudier en quoi et comment l’un et l’autre s’impliquent, voir comment s’articulent — et non s’opposent — le paradigme libéral de l’ouverture des frontières et le paradigme sécuritaire de leur fermeture, dans une dimension managériale sous-jacente. On analysera ensuite la mutation contemporaine des frontières en contexte de mondialisation. La construction d’un espace commun en Europe a pour effet, non seulement de reconfigurer les frontières en les déplaçant vers les frontières extérieures de l’Europe, mais également de modifier la signification et les pratiques de contrôle aux frontières, voire au-delà. Le processus européen hérité de l’accord de Schengen fait émerger deux nouveaux concepts : celui de frontière interne et celui de frontière externe. Par ailleurs, la gestion externalisée de la frontière redéfinit celle-ci non plus comme une ligne de démarcation entre un intérieur et un extérieur, mais comme une zone tampon, relativement indéfinie géographiquement, tandis qu’à l’intérieur se développe une autre forme d’exercice de la frontière, par multiplication des points de sondage.

4. Hypothèses

11Michel Foucault a étudié l’émergence, au xviiie siècle, de la population comme objet du gouvernement, principalement dans ses cours au Collège de France de 1977-1978 publiés sous le titre Sécurité, territoire, population. L’année suivante, il se consacra à la Naissance de la biopolitique et étudia le passage du libéralisme au néolibéralisme au xxe siècle. Il paraît utile de relier ces deux évolutions et ces deux paradigmes de la philosophie politique dès lors que l’on considère aujourd’hui se trouver en régime néolibéral : qu’en est-il, alors que la transition du libéralisme au néolibéralisme semble aujourd’hui établie, de cette population étudiée par Foucault dans le cadre particulier du xviiie siècle ? La population migrante constitue un champ d’étude particulièrement intéressant pour aborder la question. Elle a en effet pour spécificité de devoir être saisie par la frontière. Or la frontière se donne avant tout dans les termes de la souveraineté et apparaît a priori étrangère à la population qui retenait l’attention de Foucault. Reprendre les analyses du pouvoir de Foucault et les articuler avec la question des populations migrantes oblige ainsi à convoquer et recomposer les termes propres à la souveraineté à ceux que Foucault a associés à la gestion des populations, tout en les inscrivant dans la configuration néolibérale contemporaine.

12Par la confrontation des textes philosophiques aux ressources documentaires, nous envisagerons d’abord de montrer comment fonctionne la norme en tant qu’elle est reprise dans le registre tantôt de la loi, tantôt de la discipline et tantôt de la biopolitique. L’appui sur les travaux de Michel Foucault permettra d’échapper à une stricte lecture du pouvoir dans les termes de la souveraineté pour considérer celui-ci comme étant avant tout fait de relations et de jeux entre les différentes logiques que l’on peut identifier. Il faudra donc évaluer les dimensions non seulement souveraine, mais aussi disciplinaire et biopolitique à l’œuvre dans le champ politique des migrations.

  • 11 La Nouvelle Raison du monde. Essai sur la société néolibérale, La Découverte, Paris, 2010.
  • 12 Néo-libéralisme(s). Une archéologie intellectuelle, Grasset, Paris, 2012.
  • 13 Cf. Fabienne Brugère et Guillaume le Blanc (dir.), Le Nouvel Esprit du libéralisme, Le Bor (...)

13Le phénomène migratoire, massif et mondial, est un des traits majeurs de la mondialisation contemporaine. Il doit par conséquent être étudié dans le cadre du néolibéralisme tel qu’il est thématisé dans le sillage des travaux de Foucault, notamment par Pierre Dardot et Christian Laval11, Serge Audier12 ou Barbara Stiegler13. Il s’agira de montrer que les termes apparemment contradictoires (souveraineté de l’État vs droits de l’homme, ouverture des frontières vs fermeture) qui structurent les politiques migratoires contemporaines s’inscrivent dans une seule rationalité cohérente, faite de mécanismes propres au néolibéralisme, lequel comporte nécessairement un volet répressif et un terrain incitatif.

  • 14 Cf. Serge Audier, Néolibéralisme(s), op. cit.
  • 15 Cf. Stéphane Haber, « Analyser le néolibéralisme aujourd’hui », Revue des livres, no 4, Ma (...)
  • 16 Gérard Duménil and Dominique Lévy, The Crisis of Neoliberalism, Cambridge & London, Harvar (...)

14Notons déjà que le singulier employé pour désigner le néolibéralisme est problématique. Celui-ci est multiple à plusieurs égards, par ses origines14 et par les angles d’analyse différents mais non exclusifs l’un de l’autre15. Il peut être analysé d’abord, à la manière de Bourdieu, comme une doctrine (celle diffusée par les Chicago Boys notamment à partir des travaux de Hayek), comme une formulation idéologique qui sert de réponse type à toutes les crises et tensions sociales. Le néolibéralisme est aussi une politique, une technique de gouvernement ; il est de l’ordre de la pratique avant d’être de l’ordre des idées et suppose des modalités spécifiques de la conduite des conduites. C’est dans cette perspective que nous nous situerons principalement, dans le sillage des travaux de Pierre Dardot et Christian Laval. Enfin, pour des auteurs comme Gérard Duménil et Dominique Lévy, le néolibéralisme est aussi le nom du capitalisme contemporain, le « nouveau stade du capitalisme qui a émergé suite à la crise structurelle des années 1970. Il formule la stratégie des classes capitalistes alliées aux milieux managériaux, en particulier les financiers, visant à renforcer leur hégémonie et à l’étendre globalement16 ». Ces trois acceptions permettent de décrire différents aspects du monde contemporain. Il faut garder à l’esprit la complexité et donc la pluralité et la complémentarité des usages de la notion de « néolibéralisme ».

15Notre hypothèse est que la manière dont on gouverne les migrants s’appuie sur le principe néolibéral de construction de la concurrence par la promotion de la figure de l’entrepreneur de soi-même. À cet égard, à travers l’étude des textes juridiques, des arguments politiques, des pratiques de contrôles et des règlements qui régissent les phénomènes migratoires, notre démarche consiste à articuler des hypothèses philosophiques à des données empiriques précises, afin de prolonger, à partir d’une question ciblée, les importantes analyses du néolibéralisme développées aujourd’hui dans le sillage de Foucault. Cela sera aussi l’occasion de saisir plus précisément l’idée d’« action environnementale », lancée dans la Naissance de la biopolitique, idée centrale, mais que Foucault a peu développée. Étudier le néolibéralisme par le prisme des migrations devrait également permettre d’identifier d’autres particularités de ce nouveau mode de gouvernement dont les auteurs précités et d’autres s’attachent actuellement à dégager les rouages, les logiques et les lieux d’application.

16In fine, il s’agira de vérifier la thèse de la formation d’un nouveau couple structurant la définition de la frontière ; nous tenterons de montrer que la gestion contemporaine des flux migratoires multiplie les lieux et les formes de son action — les lieux et les formes de la frontière — pour produire des différenciations entre migrants selon un nouveau partage structurant et hiérarchisant de la société mondiale : non plus intérieur vs extérieur, mais mobile vs fixe. La frontière contemporaine, entendue comme institution et ensemble de pratiques (y compris discursives), apparaîtra ainsi comme un mode de régulation des flux, un instrument de mise en mouvement différenciant, comme la matrice d’une production des mobilités différenciées.

5. Ressources

17Le point d’appui « empirique » est constitué de textes juridiques européens ou nationaux sur les matières d’asile et d’immigration, et de publications officielles émanant des institutions européennes ou nationales, de productions issues de recherches universitaires ou provenant d’institutions supranationales, telles que l’Organisation internationale pour les migrations, qui alimentent les premiers et prônent un migration management dont l’inspiration managériale sera étudiée.

18Le cadre philosophique se nourrit à deux sources. La première d’entre elles, issue des travaux de Michel Foucault, permet de comprendre le néolibéralisme dans sa prise de distance vis-à-vis du libéralisme classique, dont le trait essentiel est d’assumer la nécessité de construire le marché — sous le principe de la concurrence — , là où la conception classique, celle du « laisser-faire », le pense comme naturel. Le passage par Foucault est devenu presque obligatoire dans les travaux critiques sur les migrations. Pourquoi dès lors le convoquer une énième fois ?

  • 17 Cf. le caustique et salutaire Jean-Marc Mandosio, Longévité d’une imposture : Michel Fouca (...)

19D’abord, il faut constater que, bien souvent, l’usage de Foucault sert davantage de légitimation ad hoc d’une thèse que comme outil critique. L’œuvre disparate, hétérogène et parfois contradictoire17, ainsi que sa posture publique d’intellectuel invitent à abuser de l’argument d’autorité et de concepts prêts à l’emploi. Destiné à poser des bases solides pour les analyses à venir, le deuxième chapitre reprend systématiquement les éléments nécessaires à une analyse foucaldienne du pouvoir.

20Ensuite, le concept généralement convoqué en ces matières est celui de biopolitique. Or, les travaux de Foucault sur le néolibéralisme, bien que largement étudiés et prolongés, ne sont que rarement articulés à des études empiriques sur les migrations. C’est précisément cet apport qui, dans une lecture assez fonctionnaliste — il faut le reconnaître —, permet d’identifier un espace d’intelligibilité, au-delà du désordre apparent des pratiques et des discours.

21La seconde source est constituée des travaux sur la mondialisation menés par Étienne Balibar et Immanuel Wallerstein — ainsi que par d’autres auteurs d’inspiration marxienne tels que David Harvey —, qui mettent en évidence, en prenant en compte l’histoire coloniale, la multiplication des pôles « centre » et « périphérie ». Ces deux volets « théoriques » permettront d’appréhender la multiplicité des actions sur/de la frontière ainsi que la multiplicité des lieux d’actions de celle-ci. En effet, la mutation actuelle du concept (théorique et pratique) de « frontière » doit être, selon nous, comprise à travers le double problème du néolibéralisme et de la mondialisation. La frontière n’est plus une simple ligne de partage entre un dedans et un dehors suivant le tracé cartographique de la frontière politique. Elle est un instrument de production de différences (de statuts, mais aussi de conditions de vie) qui prend de multiples formes (légales, administratives et physiques) et qui se distribue en différents lieux : à l’intérieur des États (dans les centres de rétention pour étrangers ou dans les zones internationales des aéroports), au-delà des frontières administratives ou à leurs confins (comme en Libye ou à Ceuta et Melilla).

22Enfin, entre le point d’appui juridique et le cadre philosophique, il faudra également manœuvrer par l’entremise de nombreuses médiations. Nous convoquerons à cet effet des travaux en sociologie, en théorie du droit, en science politique et en économie.

6. Méthode

  • 18 Michel Foucault, L’Archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 1969, p. 27.

À chaque instant, il prend distance, établit ses mesures de part et d’autre, tâtonne vers ses limites, se cogne sur ce qu’il ne veut pas dire, creuse des fossés pour définir son propre chemin. Il décline son identité, non sans dire au préalable : je ne suis ni ceci ni cela. Ce n’est pas critique, la plupart du temps ; ce n’est point manière de dire que tout le monde s’est trompé à droite et à gauche. C’est définir un emplacement singulier par l’extériorité de ses voisinages ; c’est — plutôt que de vouloir réduire les autres au silence, en prétendant que leur propos est vain — essayer de définir cet espace blanc d’où je parle, et qui prend forme lentement dans un discours que je sens si précaire, si incertain encore18.

23La nécessité qui sous-tend la méthode est celle d’une philosophie qui étouffe d’être autocentrée. Pour s’alimenter et pour survivre, la philosophie a besoin de se frotter à de la matière étrangère, au risque de s’y compromettre. C’est bien davantage qu’un désir de nouer matières empiriques et concepts philosophiques ; il s’agit de s’arracher à un idéal asphyxiant, celui d’une philosophie autophage, répugnant (ou craignant) de s’éloigner de son alma mater, qui n’est bien souvent plus rien d’autre que sa propre histoire. Mais les scrupules engrangés par des années de fréquentation de l’institution philosophique ne se balaient pas si simplement, et c’est heureux. Si l’on veut, si l’on doit fréquenter des matières étrangères, de l’« empirie », il faut maintenir les exigences et les spécificités de la philosophie, au cœur même de ce commerce extérieur.

24Le rapport à établir entre la philosophie et les documents qui lui sont étrangers ne peut pas être de subordination. Il faut se garder de tomber dans l’illusion du philosophe qui, fort d’avoir patiemment élevé une pensée hors-sol, ne perçoit plus que ce qui tombe sous ses catégories. C’est ainsi qu’il convient de préciser la perspective méthodologique de ce livre et d’en exposer les motifs. Son objectif n’est pas d’étudier les discours et les actions du pouvoir comme s’il était possible de les séparer en deux types ; où l’on aurait affaire en surface à un discours public et mystificateur faisant écran à une réalité par-là masquée qui apparaîtrait, grâce à l’effort et à la haute vue du chercheur, dans toute sa nudité. Il est bien possible — il est parfois nécessaire — de considérer les actions du pouvoir sous l’angle de leur portée idéologique. Il est vrai que la mise en spectacle médiatique de la frontière et de son implacabilité masque l’inefficacité de son action protectrice contre l’intrusion des « indésirables » et contribue plutôt, en un sens, à satisfaire des populations intérieures inquiètes et, du même geste, à forger des identités. Il est également vrai que les déclarations et actions humanitaires des États occidentaux embaument des pratiques meurtrières. Mais s’en tenir à de telles dénonciations — même si elles sont justifiées — empêche de voir ce qui se joue dans ces apparentes contradictions.

  • 19 Ludwig Wittgenstein, Recherches philosophiques (1953), trad. F. Dastur, M. Élie, J.-L. Gau (...)
  • 20 Michel Foucault, « La philosophie analytique de la politique » (1978), in Dits et écrits I (...)

25Deux auteurs, dont l’association est peu évidente tant ils ont évolué dans des traditions philosophiques différentes, appuient une démarche philosophique qui considère qu’il n’y a rien à dévoiler, que rien n’est dissimulé. Pour Michel Foucault comme pour Ludwig Wittgenstein, la tâche du philosophe ne consiste pas à découvrir un objet caché, mais à porter son attention sur les procédures d’objectivation plutôt que sur l’objet qui en résulte. « Les aspects des choses les plus importants pour nous sont cachés du fait de leur simplicité et de leur banalité. (On peut ne pas remarquer quelque chose — parce qu’on l’a toujours sous les yeux.)19 », écrit Wittgenstein plus de 25 ans avant que Foucault ne déclare que « le rôle de la philosophie n’est pas de découvrir ce qui est caché, mais de rendre visible ce qui est précisément visible, c’est-à-dire de faire apparaître ce qui est si proche, ce qui est si immédiat, ce qui est si intimement lié à nous-mêmes qu’à cause de cela nous ne le percevons pas20 ».

26Dans le jeu des contradictions se joue une même cohérence, une rationalité que l’on peut aborder par la multiplicité de ses effets. Plongé dans les entrelacs des innombrables instruments et discours dissonants sur les migrations et les frontières, on est tenté de rendre les armes et de conclure à un constat d’irrationalité et d’incohérence. Car tout ceci, les législations, les discours politiques, les instruments policiers et les outils humanitaires, se donnent bien à voir comme un désordre. Face à la perplexité que cela ne peut laisser de provoquer, on cherchera à porter son attention, non pas tant sur les intentions affichées par les acteurs, ni sur la validité propre de tel ensemble de discours et de pratiques vis-à-vis d’un autre, mais sur les effets qu’ils produisent. Les différents jeux de langage (juridique, politique, médiatique, managérial, humanitaire, etc.) seront tissés en passant et repassant sans cesse d’un corpus à l’autre, afin d’organiser la cohérence d’ensemble à partir d’éléments apparemment disparates, hétérogènes ou conflictuels.

27Ce livre cherche à montrer que le désordre institutionnel indéniable peut être redessiné comme un ordre, que l’irrationalité recèle une cohérence. Il cherche à définir l’espace d’intelligibilité de cette rationalité de la frontière, à partir de l’étude d’une empirie absolument non structurée.

28Les frontières et les migrations sont faites de pratiques (y compris celles des migrants) et de discours relevant de jeux de langage différents. Elles sont investies par le droit, la politique, les sciences économiques, le management, la philosophie, la morale, et souvent mises en spectacle médiatique. Il est dès lors une autre précaution à apporter, à propos du corpus, à l’adresse du lecteur qui aurait déjà porté son attention sur la bibliographie. Les sources sont disparates, nous l’avons dit. D’abord, elles couvrent des disciplines diverses et n’entretiennent pas nécessairement, à ce titre, de rapports structurels a priori. La pertinence de convoquer simultanément un texte produit par un think tank, une communication de la Commission européenne, un concept foucaldien, une analyse sociologique et le travail d’un politologue ne va pas de soi. Quelle nécessité guide ces choix et fait tenir les liens ? Ensuite, chaque champ disciplinaire, chaque réseau de production de textes ouvre au chercheur un nombre indéfini de sources et des possibilités infinies d’articulation entre elles. Il a donc fallu sélectionner des textes au sein de ce magma. En outre, les textes choisis n’ont pas été systématiquement épuisés ni travaillés systématiquement de part en part. L’exploitation des sources peut par conséquent laisser une impression d’arbitraire. Pourquoi couper tel fil de recherche à tel moment ? Ces problèmes sont connus. Il aurait été plus sûr de sélectionner ex ante un corpus bien délimité, armé d’une série de raisons scientifiques justifiant ses limites. Nous prenons le risque du parti inverse, conscient de ses faiblesses, parce qu’il nous semble que l’objectif et la question même que nous voulons affronter imposent cette part de hasard dans la recherche, car c’est bien la foison de matériaux qui est brouillonne. Le caractère boitillant de ce travail résulte du désordre inhérent au champ exploré et du parti pris méthodologique de s’y plonger pour tenter d’y distinguer un ordre possible.

  • 21 Michel Foucault, « Interview de Michel Foucault » (1984), in DEII, texte no 353, p. 1507.
  • 22 Cf. Michel Foucault, L’Archéologie du savoir, op. cit., p. 41.

29Si l’ambition de ce livre est de s’en prendre à ce qui se donne de manière incohérente et irrationnelle pour en définir l’espace d’intelligibilité, l’idée qu’une multiplicité de traitements et de techniques donnent lieu à une rationalité doit être problématisée. Cela ne peut pas être posé comme un axiome. Qu’entendons-nous par rationalité ? Est-ce quelque chose comme un Zeitgeist que seul le philosophe aurait l’art de distinguer, en regardant par-dessus l’épaule de son temps ? Ou bien est-ce un diagnostic porté sur notre présent, construit à partir d’une série de symptômes observables et d’une anamnèse ? La réponse est moins simple qu’il n’y paraît. Notre travail sera un « effort pour rendre problématiques et douteuses des évidences, des pratiques, des règles, des institutions et des habitudes21 », et son objectif est bien, initialement, de poser un diagnostic, sans prétendre dévoiler une vérité dissimulée, ni à l’inverse faire disparaître un fantôme (Geist) sous les feux des lumières philosophiques. L’objectif premier de ce travail est d’établir des liens de cohérence entre les diverses logiques à l’œuvre dans ce qu’il est convenu d’appeler aujourd’hui la gestion des flux migratoires. C’est donc que la rationalité de celle-ci n’est pas donnée d’emblée et que le travail qui suit est celui de la fabrication de cette cohérence, par la saisie et la mise en relation d’énoncés, de pratiques et d’événements d’ordres hétérogènes (technique, économique, social, politique)22.

7. Paralipses

7.1. Racisme

  • 23 Immanuel Wallerstein, « Universalisme, racisme, sexisme : les tensions idéologiques du cap (...)
  • 24 Cf. ibid., p. 51.

30Ce travail n’abordera pas de front la question du racisme, toujours sensible aujourd’hui dans les prises de position médiatiques. Il faut cependant situer la perspective dans laquelle nous nous situons à ce sujet et que nous reprenons à Immanuel Wallerstein et à Étienne Balibar. Wallerstein ne limite pas le racisme à une attitude de peur ou de mépris à l’égard de groupes définis par tel ou tel critère. « Le mépris et la peur ne sont que des adjuvants secondaires de ce que représente la pratique du racisme dans l’économie-monde capitaliste23. » Le racisme est structurellement inscrit dans la logique de l’expansion du système capitaliste. Il forme, avec le sexisme, un des mécanismes structurant de la force de travail24.

31Schématiquement, le racisme est le produit de la segmentation et de la hiérarchisation de la force de travail inhérentes au capitalisme historique. Il s’est développé comme justification des inégalités de revenus générées et renforcées par celui-ci.

  • 25 Immanuel Wallerstein, Le Capitalisme historique (1983), Paris, La Découverte, 2011, p. 79.

Le racisme au sens où nous l’entendons ici est un ensemble de formules idéologiques qui, combinées à un certain nombre de pratiques permanentes, ont eu pour conséquence de maintenir dans le temps une étroite corrélation entre l’appartenance ethnique et l’allocation de la force de travail25.

  • 26 Cf. infra, Chap. v.
  • 27 Immanuel Wallerstein, Le Capitalisme historique, op. cit., p. 80.

32Le racisme a permis de naturaliser des inégalités dont la production était géographiquement située au sein de la structure centre/semi-périphérie/périphérie de l’économie-monde26. Il est ainsi un exemple institutionnalisé du sophisme post hoc ergo propter hoc. La division internationale du travail a cantonné certaines populations périphériques dans des tâches subalternes ; ces populations ayant des traits « génétiques » ou « culturels » différents pouvaient a posteriori être renvoyés à ceux-ci comme aux causes de leur infériorité — et non comme à un attribut contingent de leur infériorisation. Il a ainsi servi de moyen d’autorégulation des populations, comme le sexisme, « façonnant les désirs et les limitant27 », mais aussi de vecteur d’oppression.

  • 28 Ibid.

La couleur ou l’aspect physique, parce que par nature difficile à camoufler, fournissaient un moyen commode d’étiquetage des individus, et dans la mesure où il s’est trouvé bien convenir historiquement, compte tenu des origines européennes du capitalisme historique, il a été utilisé à cette fin28.

  • 29 Cf. Immanuel Wallerstein, « La construction des peuples : racisme, nationalisme, ethnicité (...)
  • 30 Cf. ibid., pp. 109.

33Wallerstein renvoie donc le racisme aux clivages de la force de travail entre le centre et la périphérie, comme le produit de l’antinomie centre-périphérie, — les traits « génétiques » n’en furent que les marqueurs visibles. « La race, et donc le racisme, est l’expression, le moteur et la conséquence de concentrations géographiques associées à la différenciation axiale du travail29. » Pour appuyer cela, Wallerstein évoque le cas de l’Afrique du Sud, alors toujours soumise au régime de l’apartheid. Les hommes d’affaires japonais en tournée dans le pays se voyaient attribuer, non pas la catégorie « Asiatique » comme les Chinois vivant en Afrique du Sud, mais celle de « Blanc honoraire »30. Ceci montre par l’absurde la forte détermination, par les réalités de l’économie-monde, des critères « naturels » ou « génétiques » qui font la « race ».

  • 31 Cf. Étienne Balibar, « Racisme et nationalisme », in Étienne Balibar et Immanuel Wallerste (...)

34Balibar, dans son dialogue avec Wallerstein, articule spécifiquement le racisme avec le nationalisme. Il récupère les notions de « peur » et de « mépris » secondarisées par Wallerstein puisque l’articulation du racisme avec le nationalisme oblige à distinguer deux formes de racisme, qui ne se présentent jamais dans leur pureté, mais qui ouvrent un spectre de racismes : un racisme « d’extermination ou d’élimination (“exclusif”) » qui vise à se défaire du « danger » dont l’étranger serait porteur et un racisme « d’oppression ou d’exploitation (“inclusif”) » qui produit de la hiérarchisation31.

  • 32 Immanuel Wallerstein, Le Capitalisme historique, op. cit., p. 81.
  • 33 Cf. Étienne Balibar, « Racisme et crise », in Étienne Balibar et Immanuel Wallerstein, Rac (...)
  • 34 Étienne Balibar, « Y a-t-il un “néo-racisme” ? », in ibid., p. 32.
  • 35 Étienne Balibar, « Racisme et crise », art. cit., p. 294.

35Si la notion de « race » a longtemps structuré le capitalisme, s’il est en est devenu un « pilier culturel32 », il semble qu’il faille aujourd’hui la réactualiser. Nous affirmons avec Balibar qu’aujourd’hui, la catégorie d’« immigration » en est le substitut. « Immigration » est devenu le nom de la race33. « Le nouveau racisme est un racisme de l’époque de la “décolonisation”, de l’inversion des mouvements de population entre les anciennes colonies et les anciennes métropoles, et de la scission de l’humanité à l’intérieur d’un seul espace politique34. » La catégorie d’« immigré », écrit Balibar, est une « catégorie d’amalgame, combinant des critères ethniques et des critères de classe, dans laquelle sont déversés pêle-mêle des étrangers, mais non pas tous les étrangers ni rien que des étrangers35 ». L’exemple des « Blancs honoraires » en Afrique du Sud est risible par son énormité mais il ne diffère pas en nature des traitements distincts que recevront aujourd’hui, dans l’espace Schengen, un réfugié camerounais, un travailleur chinois, un étudiant marocain, un cadre américain et un capitaliste qatarien. Il est évident que l’on ne les appellera pas tous « immigrés » et que leur inscription dans l’espace européen ne se fera pas selon les mêmes modalités.

7.2. La « vie nue »

36De nombreux travaux qui s’interrogent sur la condition migrante prennent appui sur Hannah Arendt et le concept de « vie nue », ceux de Giorgio Agamben étant les plus célèbres. Le présent travail ne s’inscrit pas dans cette lignée et nous faisons nôtre la position de Judith Butler face à cette orientation :

  • 36 Judith Butler et Gayatri Chakravorty Spivak, L’État global, Paris, Payot & Rivages, 2007, (...)

Il nous faut des moyens plus complexes d’appréhension de la multivalence et des tactiques de pouvoir pour comprendre des formes de résistance, d’action et de contre-mobilisation qui contournent ou paralysent le pouvoir d’État. Je crois que nous voulons décrire le dénuement et de fait nous le devons, mais si le langage qui sert à décrire ce dénuement persiste à présupposer encore et encore que les termes clés sont la souveraineté et la vie nue, nous nous privons du lexique qui nous est nécessaire pour comprendre les autres réseaux de pouvoir auxquels il appartient, ou la façon dont le pouvoir est redisposé à cet endroit, voire saturé à cet endroit ; il me semble parfois que nous avons souscrit à une heuristique qui ne nous laisse pour seul choix que de répéter éternellement la même description, ce qui nous amène en fin de compte à adopter la perspective de la souveraineté et à réitérer ses termes et, franchement, je crois que rien ne peut être pire36.

  • 37 Cf. notamment Les Sans-État dans la philosophie d’Hannah Arendt. Les humains superflus, le (...)

37Nous ne nous attacherons pas plus à étudier ces auteurs de près afin de démontrer en bonne et due forme pourquoi il ne nous semble pas utile, dans la perspective qui est la nôtre, d’en faire usage. D’abord parce que cela exigerait une thèse annexe et surtout parce que, en dépit de la qualité intrinsèque des travaux d’une Marie-Claire Caloz-Tschopp par exemple37, ce paradigme nous éloigne de ce dont nous entendons traiter, l’objet de notre travail étant de saisir le migrant dans le réseau de pouvoir qui en fait avant tout un travailleur, pris dans une régulation mondialisée. Cependant, à l’occasion de certains développements, surtout lorsque sera abordée la question des camps, nous serons amenés à justifier nos critiques.

  • 38 Cf. infra, Chap. v, où nous reviendrons sur la fonction — à certains égards centrale — des (...)
  • 39 Judith Butler et Gayatri Chakravorty Spivak, L’État global, op. cit., , p. 43.

38Précisons toutefois ici qu’il ne s’agit pas pour autant de fusionner le concept de « vie nue » avec celui de « surnuméraire ». Refuser le concept de « vie nue » ne conduit pas à évacuer celui de « déchet humain », de « population superflue » ou d’« homme jetable ». Recourir à la « vie nue » nous semble toujours faire signe vers un noyau humaniste et une définition de l’homme en tant qu’homme. Il nous semble aussi reconduire une théorie de la souveraineté et replacer le droit au centre de l’analyse. Enfin, articuler une étude des procédés de stratification, de hiérarchisation et d’exclusion des populations humaines autour du concept de « vie nue » tend à focaliser l’attention sur les « sans-papiers », les « illégaux ». Ces exclus du monde moderne constituent — c’est indéniable — une réalité insupportable38, mais ils ne forment cependant pas le tout des « états de dépossession » produits « sous haute juridiction39 ». D’autres « populations superflues » sont produites autrement, qui ne sont pas nécessairement dépourvues de la reconnaissance légale dont sont privés les sans-papiers. C’est à l’ensemble de ces productions qu’il faudra veiller à rendre justice.

7.3. Transnationalisme et diasporas

39Nous ne traiterons pas non plus des questions liées aux communautés transnationales, aux diasporas, à la situation des descendants d’immigrés qui restent souvent mal établis dans leur pays natal, où ils demeurent perçus — et se perçoivent parfois —, malgré leur naissance et leur nationalité, comme des « immigrés de deuxième (ou troisième, voire quatrième) génération ». Nous ne traiterons pas plus des problèmes corollaires d’ethnicité, de culture ou de religion.

  • 40 Cf. Nina Glick Schiller, Linda Bash, and Cristina Blanc-Szanton (eds.), Towards a Transnat (...)

40Le transnationalisme est une approche issue des sciences sociales anglophones au début des années nonante40 qui cherche à se donner les moyens d’identifier les itinéraires des migrants n’entrant pas dans la grille de lecture stato-nationale et de les repenser dans les termes d’une vie se construisant dans un espace transcendant les lignes nationales. Les études transnationales entendent ainsi appréhender la totalité du parcours migratoire dans un espace multidimensionnel, ouvert par la circulation des capitaux et de la main-d’œuvre et par le développement des technologies de communication, d’information et des moyens de transport.

  • 41 Voir notamment la revue Global Networks. A Journal of Transnational Affairs, Keble College (...)
  • 42 Voir notamment les travaux de Marco Martiniello.

41Les nombreux travaux qui s’inscrivent dans ce courant41 s’attachent à étudier les pratiques transnationales et les liens qui s’établissent entre celles-ci, les mouvements produits par la mondialisation et les schémas migratoires, en portant leur attention sur les réseaux mondiaux qui se forment par des connexions dynamiques entre les individus, les membres de leur famille, les entreprises, les groupes sociaux, etc. Les travaux en la matière engagent également un questionnement sur les processus d’identité collective, ethnique et culturelle42 car les pratiques transnationales et la formation de communautés diasporiques s’articulent évidemment à d’autres questions et discours (racisme, diversité culturelle, intégration, cohésion sociale, etc.).

  • 43 Les traits principaux de la brève présentation qui précède sont inspirés d’une communicati (...)

42L’angle d’approche fourni par les études transnationales pourrait constituer un apport utile à notre travail, mais leur spécificité, leur ampleur et la diversité qui anime ce champ disciplinaire réclament probablement une thèse à part entière. Aussi nous contentons-nous d’en présenter les termes les plus généraux43, ce qui, à l’occasion, nous autorisera à nous y référer marginalement.

Notes

1 Wendy Brown, Murs. Les murs de la séparation et le déclin de la souveraineté étatique, Les Prairies ordinaires, Paris, 2009, p. 7. Nous soulignons.

2 Parlement européen, « Quelle ouverture pour nos frontières ? », 2009, http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//TEXT+IM-PRESS+20090316STO51822+0+DOC+XML+V0//FR. Consulté le 2 avril 2013.

3 Cf. Dilip Ratha, Sanket Mohapatra et Ani Silwal, « Recueil de statistiques 2011 sur les migrations et les envois de fonds », 2e édition, World Bank, 2011, http://siteresources.worldbank.org/INTPROSPECTS/Resources/334934-1110315015165/Factbook2011French.pdf, p. 31. Consulté le 2 avril 2013.

4 World Bank, World Development Report 2013 : Jobs, Washington DC, World Bank, 2012, p. 19.

5 À titre d’exemple, la Libye, présentée jusqu’au printemps arabe comme un pays de transit vers l’Europe, était en vérité davantage un pays d’émigration pour les Égyptiens, à l’Est, pour les Marocains, les Algériens et les Tunisiens à l’Ouest, et pour les Nigériens, les Tchadiens et les Soudanais, au Sud (cf. Rutvica Andrijasevic, « From Exception to Excess. Detention and Deportation across the Mediterranean Space », in Nicholas De Genova and Nathalie Peutz [eds.], The Deportation Regime. Sovereignty, Space, and the Freedom of Movement, Durham & London, Duke University Press, 2010, Kindle Edition).

6 Programme des Nations unies pour le développement, Rapport mondial sur le développement humain, 2009, « Lever les barrières : Mobilité et développement humains », New York, PNUD, 2009, p. 229.

7 Brian Keeley, Les Migrations internationales. Le visage humain de la mondialisation, Paris, OECD Publishing, 2009, p. 29.

8 Zygmunt Bauman, Le Coût humain de la mondialisation, Paris, Hachette Littératures, 1999 (1998), p. 134.

9 Cf. Programme des Nations unies pour le développement, Rapport mondial sur le développement humain, 2009, « Lever les barrières : Mobilité et développement humains », op. cit., p. 29.

10 Étienne Balibar, « L’étranger comme ennemi. Sur la citoyenneté transnationale », CERI, Compte rendu, Mai 2006, http://www.ceri-sciences-po.org, p. 7. Consulté le 23 octobre 2007.

11 La Nouvelle Raison du monde. Essai sur la société néolibérale, La Découverte, Paris, 2010.

12 Néo-libéralisme(s). Une archéologie intellectuelle, Grasset, Paris, 2012.

13 Cf. Fabienne Brugère et Guillaume le Blanc (dir.), Le Nouvel Esprit du libéralisme, Le Bord de l’Eau, 2011.

14 Cf. Serge Audier, Néolibéralisme(s), op. cit.

15 Cf. Stéphane Haber, « Analyser le néolibéralisme aujourd’hui », Revue des livres, no 4, Mars-avril 2012.

16 Gérard Duménil and Dominique Lévy, The Crisis of Neoliberalism, Cambridge & London, Harvard University Press, 2011, p. 1. Nous traduisons.

17 Cf. le caustique et salutaire Jean-Marc Mandosio, Longévité d’une imposture : Michel Foucault, suivi de « Foucaultphiles et foucaulâtres », édition revue et augmentée, Paris, Éditions de l’Encyclopédie des Nuisances, 2010.

18 Michel Foucault, L’Archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 1969, p. 27.

19 Ludwig Wittgenstein, Recherches philosophiques (1953), trad. F. Dastur, M. Élie, J.-L. Gautero, D. Janicaud, É. Rigal, Gallimard, 2004,§ 129.

20 Michel Foucault, « La philosophie analytique de la politique » (1978), in Dits et écrits II, 1976- 1988, Paris, Quarto Gallimard, 2001, texte no 232, pp. 540-541. (Dorénavant : DEII)

21 Michel Foucault, « Interview de Michel Foucault » (1984), in DEII, texte no 353, p. 1507.

22 Cf. Michel Foucault, L’Archéologie du savoir, op. cit., p. 41.

23 Immanuel Wallerstein, « Universalisme, racisme, sexisme : les tensions idéologiques du capitalisme », in Étienne Balibar et Immanuel Wallerstein, Race, nation, classe. Les identités ambiguës, Paris, La Découverte, 1988, p. 47.

24 Cf. ibid., p. 51.

25 Immanuel Wallerstein, Le Capitalisme historique (1983), Paris, La Découverte, 2011, p. 79.

26 Cf. infra, Chap. v.

27 Immanuel Wallerstein, Le Capitalisme historique, op. cit., p. 80.

28 Ibid.

29 Cf. Immanuel Wallerstein, « La construction des peuples : racisme, nationalisme, ethnicité », in Étienne Balibar et Immanuel Wallerstein, Race, nation, classe, op. cit., p. 108.

30 Cf. ibid., pp. 109.

31 Cf. Étienne Balibar, « Racisme et nationalisme », in Étienne Balibar et Immanuel Wallerstein, Race, nation, classe, op. cit., p. 57.

32 Immanuel Wallerstein, Le Capitalisme historique, op. cit., p. 81.

33 Cf. Étienne Balibar, « Racisme et crise », in Étienne Balibar et Immanuel Wallerstein, Race, nation, classe, op. cit., p. 296.

34 Étienne Balibar, « Y a-t-il un “néo-racisme” ? », in ibid., p. 32.

35 Étienne Balibar, « Racisme et crise », art. cit., p. 294.

36 Judith Butler et Gayatri Chakravorty Spivak, L’État global, Paris, Payot & Rivages, 2007, p. 43. Nous soulignons. Ce livre est un dialogue entre les deux auteures. C’est ici Judith Butler qui parle.

37 Cf. notamment Les Sans-État dans la philosophie d’Hannah Arendt. Les humains superflus, le droit d’avoir des droits et la citoyenneté, Lausanne, Payot, 2000, Les Étrangers aux frontières de l’Europe et le spectre des camps, Paris, La Dispute, 2004 et Mondialisation, migration et droits de l’homme : un nouveau paradigme pour la recherche et la citoyenneté, Bruxelles, Bruylant, 2007. Voir aussi Étienne Tassin, Le Maléfice de la vie à plusieurs, Montrouge, Bayard, 2012.

38 Cf. infra, Chap. v, où nous reviendrons sur la fonction — à certains égards centrale — des « illégaux ».

39 Judith Butler et Gayatri Chakravorty Spivak, L’État global, op. cit., , p. 43.

40 Cf. Nina Glick Schiller, Linda Bash, and Cristina Blanc-Szanton (eds.), Towards a Transnational perspective on Migration. Race, Class, Ethnicity and Nationalism Reconsidered, New York, Annals of the New York Academy of Sciences, 1992, 259 p.

41 Voir notamment la revue Global Networks. A Journal of Transnational Affairs, Keble College, Oxford University, Oxford.

42 Voir notamment les travaux de Marco Martiniello.

43 Les traits principaux de la brève présentation qui précède sont inspirés d’une communication de Marco Martiniello, « Transnationalisme et cosmopolitisme dans le champ des migrations contemporaines », prononcée dans le cadre du Séminaire de recherches en philosophie du Droit et de l’État (dir. Th. Berns, E. Delruelle), ULg, 22/02/2008.

© Presses universitaires de Liège, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search