Version classiqueVersion mobile

Les frontières de la mondialisation

 | 
Denis Pieret

Préface

Thomas Berns

Texte intégral

1À cheval sur plusieurs disciplines, soumettant au regard philosophique des sources de natures radicalement diverses, Denis Pieret prétend avancer sans méthode, en procédant par « inventaire », pour faire apparaître la combinaison de raison sécuritaire, de raison néolibérale et de raison humanitaire qui prévaudrait dans l’actuelle gestion des flux migratoires, avec tous les paradoxes qu’elle comprend quand on se frotte aux frontières qu’elle ne cesse d’établir, des frontières qui sont à la fois des lignes de fermeture encore habitées de souveraineté et des espaces de passage voire d’accélération des flux.

2L’état des lieux dressé par Denis Pieret apparaît comme un enchevêtrement de forces contradictoires. La réalité de la politique globale migratoire ne serait qu’un bricolage infiniment repris mêlant des vieux réflexes souverains et sécuritaires, des valeurs humanitaires, des intérêts économiques, un bricolage dont l’auteur nous montre comment il se construit au rythme à la fois de la teneur fondamentalement expansive du capitalisme, qui tend à « inclure ses propres marges » (Balibar) et de la mobilité tout aussi fondamentale des multitudes. Si « le pouvoir » apparaît ainsi comme un bricolage multiple, c’est en effet en ce qu’il n’est que l’écho en acte des réponses que le capital ne cesse d’adresser aux mouvements « premiers » du migrant et du travailleur. Bref, Denis Pieret, dans les pas de Michel Foucault, nous mettrait face au caractère relationnel et multiple du pouvoir, qu’exacerberait ici le fait qu’il soit mesuré depuis les prises qu’il noue à la mobilité elle-même. Pourtant ce devenir liquide du pouvoir, qui rend visible la liquidation de toute représentation unitaire du pouvoir, ne liquide pas l’asymétrie propre aux relations de pouvoir. C’est au contraire cette asymétrie à l’œuvre dans toute relation de pouvoir qui ne cesse d’apparaître. Si le capitalisme est encore trop souvent justifié par le fait qu’il permet et repose sur une distribution optimale de l’information, le management intégré des migrations, aussi bricolé soit-il, apparaît immédiatement au contraire comme la construction d’une suite de disparités fondamentales dans la disponibilité des informations sur ses frontières, et nous verrons toute l’inventivité qui prévaut à leur établissement, avec les arrêts, les ralentissements et les accélérations de la circulation des migrants qu’elles produisent.

3Toutefois, on ne peut qu’être ébahi face au fait que le parcours retracé par Denis Pieret — au plus proche des parcours des migrants eux-mêmes sur ces multiples lignes de frontières qui ne sont plus que les lieux de croisement des forces hétérogènes qui les accompagnent, les freinent ou les poussent mais en établissant toujours de l’asymétrie —, pour « bricolé » qu’il semble être, n’a rien de hasardeux : chaque élément de l’inventaire des pratiques de gestion des migrations, aussi singulier et aussi opposé aux autres éléments soit-il, apparaît au final comme nécessaire à l’ensemble dans lequel il prend place.

4L’état des lieux, résultant de l’inventaire, ne définit-il pas quelque chose comme une nouvelle forme « étatique », aussi transnationale soit-elle, par-delà l’état de fait ? La constitution d’ensemble des pratiques de gestion des migrations, prise au sens le plus descriptif du terme, avec ses organes multiples et en apparence isolés les uns des autres, n’apparaît-elle pas au final comme celle d’un organisme intégré, au point de retrouver, en le renouvelant certes, un sens juridique par-delà son sens biologique ? L’ordre du monde décrit à partir de ce qu’il y a de plus circulatoire en son sein et de l’incohérence de ce qui en mobilise la circulation, n’apparaît-il pas comme cet ordre dont la pensée ordo-libérale vers laquelle souvent Denis Pieret fait retour, avait voulu pourvoir l’Europe ?

5Il me semble en effet que l’enchevêtrement des différentes rationalités décrites par Denis Pieret établit ni plus ni moins qu’une nouvelle constitution globale. Le caractère institué de cette concurrence néolibérale dont il affirme la teneur constructiviste par opposition au naturalisme à l’œuvre dans le libéralisme classique, n’induit pas, ou pas seulement, une déjuridicisation des pratiques de gouvernement au profit de leur managérialisation. Il s’agit plus profondément d’un changement de la nature normative du droit, qui, quand il devient « droit global » — selon la très juste expression de Benoît Frydman, avec le pas de côté qui s’y dessine par rapport à la prédominance du droit international dans les études juridiques — inclut au sein du droit une multiplicité de normes, définies sous des formes parfois plus quantitatives voire actuarielles que discursives, issues d’une multiplicité d’instances souvent non étatiques, qui ne s’organisent plus sous la forme de la pyramide kelsénienne. L’instauration néolibérale de la concurrence s’accomplit alors dans la mise en concurrence des normes elles-mêmes. C’est l’établissement d’une concurrence entre les normes, par-delà la construction d’une concurrence par les normes, que la trajectoire que nous fait suivre Denis Pieret parmi les politiques de gestion des migrations nous permet de contempler.

6Et il n’est pas anodin, à l’heure où l’idée étonnante de constitution économique s’est imposée en Europe en s’entrelaçant à l’idée de valeurs communes, que l’ordre ainsi établi, par-delà sa seule rationalité systémique composite et bricolée, apparaisse finalement comme une constitution globale plutôt que comme de simples modes de gouvernement, quand sont mis en jeu les multiples mécanismes d’inclusion et d’exclusion des personnes dans les territoires : là, c’est-à-dire précisément dans les marges des territoires, non seulement ces derniers, mais aussi les êtres qui veulent y pénétrer et les normes qui le permettront sont institués comme des lieux de concurrence.

© Presses universitaires de Liège, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search