Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Charles Péguy

 | 
Charles Péguy

Textes de Charles Péguy

Textes de Charles Péguy

Texte intégral

1La Note sur M. Bergson est parue dans les Cahiers de la Quinzaine en 1914. Elle réplique à un ensemble de critiques adressées à Bergson composant la « querelle de l’intellectualisme », qui enchevêtre trois courants portés respectivement par Jacques Maritain, Charles Maurras et Julien Benda. Tous trois convergent dans le refus de l’intuitionnisme bergsonien au nom de l’intelligence ou de la raison. Le thomiste Maritain est proche de l’Action française, progressivement gagnée de son côté par le thomisme. La critique thomiste de Bergson, qui l’accuse de faire le lit des courants dits modernistes, et la campagne antisémite vont main dans la main. À part de cette alliance demeure la critique strictement rationaliste de Benda, l’anti-bergsonien attitré du moment. C’est Péguy qui publie son pamphlet Une philosophie pathétique, opposant bergsonisme et cartésianisme, dans le Cahier du 23 novembre 1913. La parution de L’Évolution créatrice en 1907 avait déterminé chez Péguy un détachement vis-à-vis de Bergson, aggravé par l’élection du philosophe à l’Académie Française en février 1914, que Péguy considère comme le signe d’une réconciliation avec la Sorbonne. Mais le 11 mars 1914, Péguy se réconcilie personnellement avec Bergson, dont l’élection, loin d’apaiser les critiques de la Sorbonne et de l’Église contre sa philosophie, les voit se doubler de l’agitation antisémite de l’Action française.

2Le geste stratégique d’aborder la querelle autour de Bergson par le biais d’une réplique à la critique de son ami Benda est accompli dans la Note conjointe. Après la mise à l’Index de Bergson en juin 1914 sous l’influence de Maritain, Péguy oppose une mystique commune à Bergson et Benda contre la condamnation du bergsonisme par les politiques cléricales et nationalistes. Mobilisé en août 1914, Péguy laisse inachevé ce texte ultime qui paraît dans la NRF en 1919.

3Pour cette édition, nous avons utilisé le texte des Œuvres complètes, Paris, Gallimard, « NRF », 1916-1955, 20 vol. Les Notes sont publiées dans le t. ix, Œuvres posthumes : Note conjointe sur M. Descartes précédée de la note sur M. Bergson, Paris, Gallimard, 1924. Le texte a été confronté avec celui des Œuvres en prose complètes i-ii-iii, éditées par Robert Burac, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1987, 1988, 1992. Les notes de Robert Burac demeurent la référence indispensable pour tout travail sur Charles Péguy : nous y avons systématiquement recouru pour fournir au lecteur les informations nécessaires à la compréhension du texte. L’appareil critique de la présente édition se réduit toutefois à quelques éclaircissements indispensables, son objectif étant avant tout d’ouvrir les écrits de Péguy sur leurs enjeux philosophiques et historico-politiques.

© Presses universitaires de Liège, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540