Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La théorie des catégories

 | 
Arnaud Dewalque
, 
Bruno Leclercq
, 
Denis Seron

Catégories sémantiques et catégories syntaxiques : relecture critique de la quatrième Recherche logique husserlienne du point de vue de la philosophie analytique

Bruno Leclercq

Texte intégral

  • 1 E. Husserl, Recherches logiques, IV, Paris, P.U.F., Épiméthée, 1959-1963, tome II, Intro, p. 85.
  • 2 Ibid.

1Dans la quatrième de ses Recherches logiques, Husserl développe l’idée d’une morphologie pure des significations, dont le projet serait d’identifier les « catégories essentielles de la signification », mais aussi, enracinées en elles, une multiplicité de « lois de signification, lois a priori, faisant abstraction de la validité objective (de la vérité ou encore de l’objectivité réelles ou formelles) des significations »1. Ces lois a priori, ce sont celles « qui régissent la sphère des complexions de significations et qui ont pour fonction de séparer en elles sens et non-sens ». De telles lois « morphologiques », précise Husserl, ne sont « pas encore ce qu’on appelle des lois logiques au sens fort du mot ; elles donnent à la logique pure les formes possibles de la signification, c’est-à-dire les formes a priori de significations complexes, ayant une unité de sens, dont ensuite les “lois logiques” au sens fort du mot régissent la vérité “formelle” ou “l’objectivité” »2.

  • 3 Ibid., p. 85-86. Cf. aussi « Prolégomènes à la logique pure », in Recherches logiques, op. cit., to (...)

2Avant même la question de la validité des énoncés et des éventuels rapports de contradiction ou de conséquence qu’ils entretiennent, une discipline doit établir la liste des différentes composantes fondamentales de la signification et les lois de leur composition en des touts dotés d’« unité de sens »3. Présupposées par les lois pures logiques, qui « préviennent le contresens formel ou analytique, l’absurdité formelle », les lois pures morphologiques « préviennent le non-sens » :

  • 4 E. Husserl, Recherches logiques, IV, op. cit., tome II, Intro, p. 85-86.

[Elles] déterminent ce qu’exige la simple unité du sens, c’est-à-dire les formes a priori selon lesquelles des significations appartenant aux diverses catégories de significations se réunissent en une seule signification, au lieu de produire un non-sens chaotique4.

C’est en fait sur le fondement même de cette distinction entre sens et non-sens — distinction qui est donc préalable à celle qui s’opère, au sein de la sphère du sens, entre jugement consistants et jugements contradictoires —, que Husserl détermine la notion de « catégorie de signification » à partir d’un principe d’intersubstituabilité « salva significatione » : deux significations appartiennent à une même catégorie si elles peuvent être substituées l’une à l’autre sans affecter la prétention à l’unité de sens du tout dans lequel elles s’insèrent. Nous citons in extenso le passage du § 10 que nous commenterons longuement par la suite :

  • 5 Ibid., § 10, p. 112-113.

L’expression cet arbre est vert possède une unité de signification. Si nous passons, en formalisant, de cette signification donnée à la forme de signification pure correspondante, à la « forme propositionnelle », nous obtenons ce S est p […]. Il est dès lors clair que la matérialisation, pour ainsi dire, de cette forme, sa particularisation en propositions déterminées, est possible d’une infinité de manières, que cependant nous ne sommes pas ici pleinement libres, mais que nous devons nous tenir à l’intérieur de limites déterminées. On ne peut substituer à la variable S pas plus qu’à p n’importe quelle signification. Nous pouvons sans doute, dans le cadre de cette forme, remplacer notre exemple : cet arbre est vert, par cet or, ce nombre algébrique n, ce corbeau bleu, etc. est vert, bref, nous pouvons placer ici n’importe quelle matière nominale, en prenant ce mot dans un sens large, et pareillement, nous pouvons, bien entendu, mettre à la place de p n’importe quelle matière adjective : nous obtenons alors toujours une signification douée d’unité de sens, à savoir une proposition indépendante de la forme prédonnée. Mais, dès que nous ne respectons pas les catégories des matières de signification, l’unité de sens disparaît. Là où il y a une matière nominale, on peut mettre la matière nominale que l’on veut, mais non pas une matière adjective, ou relationnelle, ni une matière propositionnelle tout entière ; mais là où il y a une matière de l’une de ces catégories, on peut toujours la remplacer par une nouvelle matière de la même catégorie et non d’une autre. Cela s’applique à n’importe quel genre de significations, quelque compliquée que puisse être leur forme5.

Cette notion de « catégorie de signification » est clairement un élément central de la morphologie pure des significations esquissée dans la quatrième Recherche logique. Les lois de la composition du sens semblent en effet reposer entièrement sur la répartition des significations en catégories morphologiques :

  • 6 Ibid., § 10, p. 113-114.

Quand on substitue librement les unes aux autres des matières à l’intérieur de leur catégorie, il peut en résulter des significations (des propositions entières ou des membres possibles de propositions) fausses, absurdes ou risibles, mais il doit nécessairement en résulter des significations unitaires ou des expressions grammaticales dont le sens peut être réalisé comme unité de sens. Dès que nous transgressons les frontières des catégories, il n’en est plus de même. Nous pouvons sans doute juxtaposer les mots ce étourdi est vert ; plus intense est rond ; cette maison est égale ; nous pouvons, dans un énoncé relationnel de la forme a est semblable à b, substituer cheval à semblable, mais nous n’obtenons toujours ainsi qu’une série de mots, où chaque mot comme tel a bien un sens, ou renvoie à un ensemble complet de sens, mais en principe nous n’obtenons pas une unité de sens se suffisant à elle-même6.

  • 7 Ibid., § 13, p. 125.

3À titre d’illustration des lois de la morphologie pure, Husserl énonce, dans le § 137, quelques principes de composition des significations d’après leur appartenance catégorielle. Ainsi,

  • 8 Ibid., § 13, p. 125-126.

à une signification nominale quelconque S et à une quelconque signification adjective p, correspond la forme primitive Sp (par exemple maison rouge) ; le résultat est, en vertu d’une loi, une nouvelle signification de la catégorie « signification nominale »8.

Autres exemples : la mise en relation de deux matières nominales (la pomme, l’arbre) par la conjonction « et » est une authentique unité de signification et c’est elle-même une matière nominale ; la mise en relation de deux propositions (Il pleut, L’herbe est verte) par la conjonction « et » est une authentique unité de signification et est une proposition ; par contre, la mise en relation d’une proposition et d’une matière nominale (Il pleut, la pomme) par la conjonction « et » est un non-sens.

4Dans le présent travail, nous voudrions interroger le statut de cette morphologie pure des significations, ainsi que des « catégories de la signification » qu’elle met en œuvre. En particulier, nous voudrions déterminer le caractère syntaxique ou sémantique de ces catégories et des lois de leur composition. Les analyses novatrices de la quatrième Recherche logique ont en effet fait l’objet de plusieurs interprétations divergentes.

5Pour préciser le sens de notre interrogation, nous partirons de la distinction entre catégories syntaxiques et sémantiques qu’opère très justement Yehoshua Bar-Hillel dans la notice qu’il consacre à cette problématique dans The encyclopedia of philosophy parue en 1967 :

  • 9 Y. Bar-Hillel, « Synctactical and semantical categories », in The Encyclopedia of Philosophy, MacMi (...)

Le fondement de toute théorie des catégories syntaxiques est le fait linguistique que dans tous les langages naturels il y a des séquences de (un ou plusieurs) mots qui sont mutuellement interchangeables dans tous les contextes bien formés salva beneformatione — c’est-à-dire que la bonne-formation (la grammaticalité, la correction syntaxique) est préservée dans l’échange — et qu’il y a d’innombrables autres séquences qui ne se trouvent pas dans cette relation les unes avec les autres. Toute théorie des catégories sémantiques repose sur un fait similaire, en remplaçant cette fois « bien formé » par « signifiant (meaningful) » ou « sémantiquement correct », et « beneformatione » par « significatione »9.

Ce sur quoi Bar-Hillel insiste ici, c’est qu’il y a en fait deux niveaux de non-sens, celui de la malformation syntaxique et celui de l’incongruité sémantique. Ainsi, poursuit Bar-Hillel en reprenant un exemple donné par Noam Chomsky,

  • 10 Ibid., p. 57.

l’expression anglaise « Colorfull green ideas sleep furiously » est, au moins prima facie, syntaxiquement bien formée. Et pourtant elle est sémantiquement dépourvue de signification10.

  • 11 Bar-Hillel rend d’ailleurs explicitement hommage à Husserl sur ce point : « Husserl mérite certaine (...)

Aux règles de composition syntaxiques — qui autorisent par exemple les substitutions d’adjectif à adjectif — s’ajoutent en fait des règles de composition sémantiques — qui limitent les substitutions possibles d’adjectif à adjectif puisque n’importe quel adjectif ne peut sans incongruité se rapporter à n’importe quel nom. En plus donc de la séparation de ces deux types d’impossibilité que sont le non-sens et le contresens — séparation qui est incontestablement un acquis important de la quatrième Recherche logique husserlienne11 —, il faut, selon Bar-Hillel, maintenir, au sein du premier type, une séparation entre deux sortes différentes de non-sens.

6En suivant Bar-Hillel dans cette mise au point, on devra reconnaître avec lui que ce sont essentiellement des catégories et lois de composition syntaxiques — autour des notions de « nom », d’« adjectif », de « relation » ou de « proposition » — que Husserl semble mettre en avant dans son analyse ; et que c’est la bonne formation syntaxique plutôt que la cohérence sémantique qui semble le préoccuper. Cette dernière est même, nous l’avons vu, très explicitement laissée de côté :

  • 12 E. Husserl, Recherches logiques, IV, op. cit., tome II, § 10, p. 113.

Quand on substitue librement les unes aux autres des matières à l’intérieur de leur catégorie, il peut en résulter des significations (des propositions entières ou des membres possibles de propositions) fausses, absurdes ou risibles, mais il doit nécessairement en résulter des significations unitaires ou des expressions grammaticales dont le sens peut être réalisé comme unité de sens12.

Dans cette perspective, on ne pourra alors que souligner avec Bar-Hillel les deux grandes faiblesses de la théorie husserlienne des catégories de la signification. D’une part, à défaut d’une vision claire de la distinction entre sémantique et syntaxe, Husserl semble voir des catégories et des lois de composition de significations là où il y a d’abord et avant tout des catégories et des lois de composition d’expressions linguistiques. D’autre part, sur ce plan syntaxique lui-même, la théorie husserlienne semble en fait s’en tenir à des analyses grammaticales assez superficielles et, du point de vue logique, très largement inférieures aux outils d’analyse que, à la même époque, Gottlob Frege puis Bertrand Russell forgeaient pour étudier la structure des langages rationnels.

7La première de ces deux critiques — celle relative à la confusion de la syntaxe et de la sémantique —, Bar-Hillel l’adresse à Husserl lui-même ainsi qu’à Stanislaw Leśniewski, qui, nous y reviendrons, a développé en 1921 une théorie des lois de composition des expressions du langage ouvertement inspirée de l’esquisse proposée par Husserl dans la quatrième Recherche logique. Pour Bar-Hillel, c’est clairement à tort qu’on qualifie de « théorie des catégories sémantiques » une telle entreprise :

  • 13 Y. Bar-Hillel, « Synctactical and semantical categories », op. cit., p. 58.

Le terme de Leśniewski « catégories sémantiques » doit être regardé comme un terme mal approprié (misnomer), puisque la catégorisation était fondée sur des considérations purement syntaxiques13.

Faute d’avoir bien distingué les deux types de non-sens, Husserl et son héritier Leśniewski auraient en quelque sorte identifié naïvement les lois syntaxiques — qui régissent la constitution des expressions bien formées — aux lois sémantiques — qui gouvernent les rapports possibles entre significations elles-mêmes.

8La seconde critique — concernant la superficialité de l’analyse —, Bar-Hillel l’adresse directement à Husserl et en des termes très durs :

  • 14 Ibid., p. 58.

[Husserl] soutenait que nous déterminons si deux expressions appartiennent ou non à la même catégorie de signification, ou si deux significations vont ou non ensemble, par une « évidence apodictique ». Mais ses exemples et sa terminologie — par exemple, l’utilisation de l’expression « matière adjective » — indiquent que son évidence apodictique n’était rien d’autre qu’une sorte d’intuition grammaticale non sophistiquée, qu’il hypostasia comme aperçu du royaume des significations14.

Supériorité de la morphologie pure frégéenne

9Quand on voit les quelques analyses morphologiques que propose la quatrième Recherche logique, on ne peut, il est vrai, que contraster leur relative simplicité voire naïveté avec la grande profondeur des recherches menées sur ce terrain à la même époque par Frege ou Russell. C’est en effet en cherchant à dégager des articulations logiques plus fondamentales que celles — de sujet et de prédicat, de nom et d’adjectif, de nom propre et de nom commun, etc. — que la logique traditionnelle héritait de la grammaire, que Frege et Russell donnèrent à la nouvelle logique une syntaxe qui révolutionna son développement.

10Mis en œuvre une première fois en 1879, puis réélaboré en profondeur dans les années 1880 et au début des années 1890, le projet frégéen d’une « idéographie » avait, on le sait, pour ambition affichée de doter la pensée scientifique d’un langage rationnel qui pourrait refléter dans sa syntaxe les articulations logiques fondamentales existant entre les contenus de signification exprimés, de manière à permettre l’expression rigoureuse et univoque des propositions scientifiques et, par là même, à faciliter l’étude de leurs conditions de vérité et de leurs éventuels rapports mutuels de conséquence ou de contradiction. À cet égard, d’ailleurs, l’entreprise de Frege supposait bien implicitement la distinction des niveaux de la morphologie pure et de la logique déductive que thématisera explicitement la quatrième Recherche logique husserlienne ; avant même d’élaborer une nouvelle logique déductive, Frege entendait mettre au point une nouvelle « grammaire pure » pour la logique, c’est-à-dire dégager une nouvelle syntaxe logique, très différente de celle qui est présupposée par la logique aristotélico-scolastique.

  • 15 G. Frege, Idéographie (1879), Paris, Vrin, 1999, § 11, p. 38.

11Dégager les règles syntaxiques de la bonne formation des énoncés scientifiques avant même que soit posée la question de leur validité ou des rapports déductifs qu’ils entretiennent entre eux, ce fut même sans doute la part la plus importante et la plus originale du travail frégéen. C’est ainsi, par exemple, que, dès la Begriffsschrift, Frege avait fait apparaître la différence fondamentale de structure logique entre les énoncés singuliers tels que « Socrate est mortel » et les énoncés universels « Tous les hommes sont mortels », malgré une structure linguistique semblable, celle de la prédication. Si les énoncés singuliers constituent d’authentiques prédications attributives d’une propriété à un objet-sujet, les énoncés universels et particuliers ont une structure bien plus complexe, qui fait intervenir plusieurs prédications attributives puisqu’il y a plusieurs prédicats, à savoir « Homme » et « Mortel »15.

  • 16 B. Russell, Principles of mathematics (1903), Londres, Allen and Unwin, 1964, chap. III, p. 33-41.

12Ainsi, l’énoncé universel « L’homme est mortel », loin d’être l’attribution d’une propriété à un objet-sujet, est en fait la subordination d’une propriété à une autre, c’est-à-dire que tous les objets-sujets auxquels la première propriété peut être attribuée sont aussi des objets-sujets auxquels la seconde propriété peut être attribuée. La forme logique de cet énoncé universel est donc la suivante : être homme implique être mortel, c’est-à-dire « quel que soit x, si x est Homme, alors x est Mortel ». On voit ici qu’il y a une relation générale d’implication — que Russell appellera « implication formelle »16 — qui vaut pour une multitude de couples de propositions prédicatives singulières portant sur un même objet-sujet : Si Socrate est mortel, alors Socrate est un homme ; Si Platon est mortel, alors Platon est un homme, etc.

  • 17 G. Frege, Idéographie (1879), op. cit., § 11, p. 38.

13Quant au jugement particulier de la tradition, tel « Quelques hommes sont aveugles », Frege l’analyse, conformément au carré logique, comme le contradictoire de l’universel négatif « Aucun homme n’est aveugle (c’est-à-dire quel que soit x, si x est un Homme, x n’est pas Aveugle) ». La forme générale de « Quelques hommes sont aveugles » est dès lors « il est faux que (pour tout x, si x est un Homme, x n’est pas Aveugle) »17. Comme le jugement général, le jugement particulier n’est donc pas une prédication simple, mais une proposition complexe énonçant des rapports de « conditionnalité » entre une multitude de couples de propositions ayant un objet-sujet en commun.

  • 18 Ibid., p. 37.
  • 19 G. Frege, « Dialogue avec Pünjer » (avant 1884), in Écrits posthumes, Nîmes, Jacqueline Chambon, 19 (...)

14L’analyse du jugement particulier — « Quelques hommes sont aveugles » ou « Il y a des hommes aveugles » — mène Frege à celle du cas plus simple où le jugement d’existence porte sur un seul concept, comme dans « Il y a des hommes ». L’analyse logique de ce jugement d’existence sera véritablement la clé de l’ouvrage de 1884 — Les Fondements de l’arithmétique — et de sa théorie du nombre, mais aussi d’une manière plus générale la clé du passage de la première à la seconde idéographie avec sa compréhension du concept comme fonction. La proposition « Il y a des hommes » doit en effet, pour Frege, être analysée comme « il est faux que (tous sont des non-hommes) » ou encore « il est faux que (pour tout x, x n’est pas un homme) »18. Cela veut dire qu’il n’est pas vrai que, quel que soit l’objet qui prenne la place de x dans « x n’est pas un homme », on obtienne une proposition vraie ou encore qu’il n’est pas vrai que, quel que soit l’objet qui prenne la place de x dans « x est un homme », on obtienne une proposition fausse. On peut donc trouver au moins un objet qui, mis à la place de x, rend vraie une proposition de la forme « x est un homme ». Bref, la propriété « homme » est satisfaite par au moins un objet. À l’inverse, dire qu’« il n’y a pas de créature vivante extra-terrestre », c’est dire que la propriété « créature vivante extra-terrestre » n’est satisfaite par aucun objet. L’existence, dira Frege, n’est donc pas une propriété des objets eux-mêmes, mais une propriété de second degré, une propriété qui porte sur une autre propriété et qui est satisfaite si cette autre propriété est satisfaite par au moins un objet19.

15Au regard de ces analyses, on peut effectivement avoir l’impression que les quelques considérations morphologiques que Husserl propose dans sa quatrième Recherche logique restent assez nettement en deçà de celles que Frege avait développées quelques années auparavant. La morphologie pure husserlienne semble en fait s’en tenir à la superficialité des combinaisons linguistiques sans aller jusqu’à des combinaisons syntaxiques plus profondes qui reflèteraient mieux les articulations du contenu signifié lui-même ; et ce, alors même pourtant que Husserl semble avoir lui aussi appelé de ses vœux une « idéo-graphie » ou un langage formel dont la syntaxe ferait apparaître, plus clairement que les langues naturelles, les formes de combinaisons des significations exprimées :

  • 20 E. Husserl, Recherches logiques, IV, op. cit., tome II, § 4, p. 97.

Si la langue dans son matériel verbal doit refléter fidèlement les significations possibles a priori, elle doit disposer des formes grammaticales permettant de conférer à toutes les formes discernables des significations une « expression » discernable, ce qui signifie à présent une signature sensible discernable20.

  • 21 G. Frege, Idéographie (1879), op. cit., § 4, p. 18.

La force de Frege, c’est justement d’avoir montré qu’un tel langage formel ou qu’une telle « idéographie » suppose précisément l’abandon de notions fourvoyantes telles que celle de « matière nominale » ou de « matière adjective ». Dans « Les hommes sont mortels », « homme » et « mortel » sont deux concepts bien que l’un soit un nom et l’autre un adjectif ; et la véritable prédication logique que cet énoncé met en œuvre n’est pas celle — superficielle — qui lie le sujet et l’attribut apparents de cet énoncé, mais c’est bien la saturation de chacun de ces deux concepts par des arguments communs. À cet égard, les catégories de « matière nominale » et de « matière adjective » sont encore bien trop imprégnées de grammaire empirique ; comme la distinction entre jugements catégoriques, hypothétiques et disjonctifs, cette catégorisation n’est pas logique mais purement « linguistique » (sprachlich)21.

16Un passage du § 13 montre toutefois que Husserl est conscient de ce que les catégories de signification de sa morphologie pure ne peuvent coïncider avec les catégories syntaxiques de la linguistique :

  • 22 E. Husserl, Recherches logiques, IV, op. cit., tome II, § 13, p. 126.

Il faut remarquer, pour tous les énoncés de lois qui se rapportent à cette matière, que, dans la conception des idées catégoriales de proposition, de représentation nominale, de représentation adjective, etc., qui déterminent les variables des lois, nous faisons abstraction des formes syntaxiques variables qui leur appartiennent nécessairement avec un certain degré de détermination. Nous parlons du même nom, qu’il se trouve à la place du sujet ou remplisse la fonction d’objet, du même adjectif, qu’il figure prédicativement ou attributivement, de la même proposition, qu’elle soit une proposition indépendante ou qu’elle soit une antécédente ou une conséquente conjonctive, disjonctive ou hypothétique, et qu’elle se trouve, en tant que membre à telle ou telle autre place dans un complexe quelconque de propositions. C’est ainsi, manifestement, que se détermine le mot de termes, qui a été très employé, mais jamais élucidé scientifiquement dans la logique traditionnelle22.

Ce passage, nous devrons y revenir, est évidemment d’une très grande importance pour comprendre le projet morphologique défendu dans la quatrième Recherche logique. Husserl y distingue nettement les catégories qu’il a en vue — et qui s’apparentent aux « parties du discours » (nom, adjectif, etc.) — des fonctions syntaxiques particulières (sujet, attribut, etc.) qu’elles peuvent remplir dans tel ou tel énoncé. Et cela veut dire que, selon lui, des contraintes s’exercent sur la forme que peuvent revêtir les significations elles-mêmes indépendamment de la question de l’arrangement syntaxique des expressions dans les énoncés. Or, cela seul complique déjà sans doute la lecture que fait Bar-Hillel.

17Cependant, aussi importante qu’elle soit, cette remarque de Husserl ne lui permet d’échapper que très partiellement à la critique qu’on peut lui adresser du point de vue de Frege. Pour ce dernier, l’identité du rôle logique de l’expression « homme » dans les énoncés « Socrate est un homme » et « Les hommes sont mortels » ne tient pas à l’identité de leur nature « nominale » — qui est encore, pour lui, un reliquat linguistique — mais bien à l’identité de leur fonction logique de « concept », fonction logique que peut remplir aussi bien une « matière nominale » — comme dans « Socrate est un homme » — qu’une « matière adjective » — comme dans « Socrate est humain ». Et ce sont ces fonctions logiques que, selon Frege, l’idéographie doit faire apparaître dans sa propre « morphologie ».

18Dans les années 1902-1904, soit peu après la parution de la quatrième Recherche logique, cette question particulière — ainsi d’ailleurs que la pertinence même de la notion de « terme » en logique — sera, on le sait, l’objet d’une réflexion poussée de la part de Bertrand Russell. Dans ses Principles of mathematics, le jeune Russell propose en effet lui aussi une nouvelle « grammaire pure » pour la logique, grammaire qui converge à bien des égards avec la morphologie de l’idéographie frégéenne, mais que Russell dégage pour sa part en partant, comme Husserl, de distinctions grammaticales traditionnelles.

19En apparence, le point de départ des Principles of mathematics est en effet sensiblement différent de celui de la Begriffsschrift. Loin de se défier d’emblée des structures grammaticales traditionnelles, Russell voit en elles un guide relativement sûr pour l’analyse logique :

  • 23 B. Russell, Principles of mathématics (1903), § 46, op. cit., p. 42 ; trad. fr. in Écrits de logiqu (...)

À mon sens, l’étude de la grammaire est susceptible de jeter bien plus de lumière sur les problèmes philosophiques que ne le supposent communément les philosophes. Quoiqu’on ne puisse admettre a priori qu’à une distinction grammaticale correspond une authentique différence philosophique, la première est un début de preuve de l’existence de la seconde et peut le plus souvent être utilisée avec succès comme source de découverte […]. La grammaire me semble au total bien plus nous rapprocher d’une logique correcte que ne le pensent généralement les philosophes ; et dans ce qui suit, sans être notre maître, elle sera notre guide23.

C’est dès lors de la distinction des substantifs, des adjectifs et des verbes que part d’abord Russell dans un projet de « grammaire philosophique » qui rappelle d’autant plus la morphologie pure des significations husserlienne que, comme Husserl, Russell note qu’un même substantif peut tenir tantôt la place d’un sujet, tantôt la place d’un attribut, et que la catégorie de substantif ne coïncide donc pas avec une fonction syntaxique particulière. Comme Husserl, c’est alors la notion de « terme » que Russell met en avant pour parler de toutes les composantes d’une proposition et pour en parler précisément indépendamment de leur fonction syntaxique dans telle ou telle proposition concrète particulière. En plus des composantes qui relèvent de la forme, il y a, dans « Tous les hommes sont mortels », deux « termes », qui occupent ici les fonctions de sujet et d’attribut, mais qui pourraient tenir d’autres fonctions dans d’autres propositions.

  • 24 Ibid.

20Cependant, ce que Russell note aussi immédiatement, c’est que de nombreux substantifs sont en fait des adjectifs et des verbes substantivés, comme c’est le cas pour « humanité », qui est dérivé de « humain », ou pour « suite », qui est dérivé de « suivre ». Or, cela l’amène à penser que, dans la mesure où il dénote le même concept que « humain », le substantif « humanité » doit plutôt être assimilé aux adjectifs — ou prédicats — et être soigneusement distingué d’expressions désignant effectivement des substances comme le font les noms propres, qui sont au fond les plus authentiques « substantifs »24. Et, ainsi, Russell en arrive très rapidement à la fondamentale distinction entre noms propres et termes généraux, ou plutôt entre les objets qu’indiquent ces expressions, c’est-à-dire entre les individus et les concepts.

  • 25 Dans un appendice ajouté in extremis aux Principles, Russell rend d’ailleurs hommage aux analyses t (...)

21On le voit ; prétendument guidée par la grammaire, l’analyse de Russell laisse en fait d’emblée place à des considérations logiques qui imposent un sérieux remaniement des catégories grammaticales traditionnelles… D’ailleurs, Russell abandonnera bientôt complètement les notions de « substantif », d’« adjectif » ou de « verbe », ainsi que la notion générale de « terme » parce que, grâce à Frege25, il prend pleinement conscience de ce que la notion de « fonction propositionnelle » rend tout simplement caduque cette catégorisation. Héritée de la grammaire, l’analyse en « parties du discours » semble en fait dissimuler l’authentique syntaxe logique, qui est celle de la saturation des fonctions par les arguments.

  • 26 Husserl pense là quelque chose qui ressemble évidemment à l’insaturation des fonctions propositionn (...)

22À lire les choses comme nous l’avons fait jusqu’à présent, on ne peut donc, semble-t-il, que donner raison à Yehoshua Bar-Hillel lorsqu’il regrette qu’après avoir dégagé l’idée de « catégories de la signification », Husserl en soit resté aux catégories grammaticales traditionnelles (« matière nominale », « matière adjective », etc.), sans peut-être exploiter suffisamment certaines analyses qui figurent dans les premiers paragraphes de sa quatrième Recherche logique et qui auraient pu le mener à la mise en évidence de la structure « fonctionnelle » de la proposition, à savoir les analyses qui portent sur la distinction entre des contenus de signification dits « catégorématiques », qui, à eux seuls, constituent une unité de signification, et des contenus de signification dits « syncatégorématiques », qui nécessitent de s’adjoindre à d’autres pour composer d’authentiques unités de signification26. Une telle structure fonctionnelle sera d’ailleurs, nous le verrons, au cœur de toutes les grammaires catégorielles inspirées de la quatrième Recherche logique et il est donc d’autant plus regrettable que Husserl lui-même ne l’ait pas vraiment exploitée dans sa propre morphologie pure.

  • 27 Sur ce point, cf. notre article « Les présupposés d’existence de l’école de Brentano à l’école de F (...)

23Mais la supériorité des travaux des fondateurs de la philosophie analytique par rapport aux travaux du fondateur de la phénoménologie sur cette problématique des catégories et des lois de composition des significations semble encore s’accroître si on prend en considération les très riches retombées de l’analyse logique frégéo-russellienne pour l’ontologie. Une bonne part des recherches les plus intéressantes de la philosophie analytique au xxe siècle ont en effet consisté à tirer les conséquences ontologiques de la nouvelle morphologie pure des significations et à transposer l’opposition syntaxique de la fonction propositionnelle insaturée et des arguments qui la saturent dans l’opposition ontologique des concepts (prédicatifs ou relationnels) envisagés en tant que simples fonctions classificatoires dénuées de tout engagement ontologique propre — un concept peut être parfaitement défini sans pour autant être satisfait par quelque objet que ce soit — et des authentiques objets individuels qui peuvent être désignés par un nom propre ou par un « index »27. Les catégories de la signification se font ainsi catégories ontologiques.

  • 28 B. Russell, « De la dénotation » (1905), in Écrits de logique philosophique, op. cit., p. 203-218.

24Paradigmatique à cet égard, l’article de Bertrand Russell sur la dénotation constitue une attaque en règle contre l’ontologie de l’école brentanienne selon laquelle l’utilisation d’une matière nominale en position de sujet présuppose nécessairement l’existence d’un objet correspondant et plus généralement contre le référentialisme sous-jacent à la logique des « termes », référentialisme qu’il avait, notons-le, lui-même endossé à l’époque de la rédaction des Principles of mathematics. Désormais, cependant, Russell souligne que certaines matières nominales en position de sujet ne sont « que » des descriptions conceptuelles qui peuvent très bien n’être satisfaites par aucun objet. Comme c’était déjà le cas dans « Tous les hommes sont mortels », le sujet grammatical de « L’actuel roi de France est chauve » cache en fait un « prédicat » (actuel roi de France) qui ne désigne pas lui-même un objet mais n’est qu’un principe de classification des objets du monde28.

  • 29 R. Carnap, La Construction logique du monde, Paris, Vrin, coll. Mathesis, 2002.
  • 30 W.V.O. Quine, « On what there is », in From a logical point of view, Harvard University Press, 1953

25Cette analyse, qui distingue les descriptions définies des authentiques noms propres et refuse, contre Frege, de leur attribuer aux unes et aux autres un sens et une référence, annonce la distinction de la connaissance par description et de la connaissance par fréquentation et, au-delà, la construction logique de tous les objets de la science à partir des objets de l’expérience sensible. Dans La Construction logique du monde, Carnap s’efforcera de montrer comment on peut caractériser les « objets » physiques, psychologiques puis culturels au travers de descriptions (relationnelles) définies qui sont ou non satisfaites par des configurations de ces seuls objets authentiques que sont les expériences élémentaires29. Et c’est encore sur le fondement de la distinction morphologique entre argument et fonction que Quine identifiera les présupposés ontologiques d’une théorie, non pas dans les fonctions propositionnelles qu’elle met en œuvre, mais dans les variables liées qui les saturent. Comme déjà Carnap avant lui, Quine montre très précisément en quoi la question ontologique, pour autant qu’elle ait un sens déterminé, est nécessairement intrathéorique30.

  • 31 G. Frege, « Dialogue avec Pünjer » (avant 1884), p. 84 ; « Concept et objet » (1892), op. cit., p.  (...)

26Tout cela, qui est évidemment philosophiquement très intéressant, s’inscrit d’ailleurs dans la droite ligne des réflexions de Frege lui-même sur la question d’existence. À côté de la question « métaphysique » de l’existence effective ou non de tel ou tel objet qui est désigné par un nom propre de notre langage : « Leo Sachse existe-t-il ? » — question qui est d’ailleurs un peu vaine puisque cette existence est déjà présupposée par l’utilisation de la constante individuelle « Leo Sachse » —, se pose en fait bien plus souvent la question de l’existence d’objets identifiés à travers des descriptions : « Y a-t-il des organismes vivants sur Mars ? », « Existe-t-il des atomes d’hydrogène comportant trois neutrons dans leur noyau ? », « Il y a-t-il un plus grand nombre naturel ? », etc. Dans ces cas, dit Frege, la question n’est pas de savoir si les objets « organisme vivant sur Mars », « atome d’hydrogène comportant trois neutrons dans leur noyau », « plus grand nombre naturel » existent, mais bien si les concepts « organisme vivant sur Mars », « atome d’hydrogène comportant trois neutrons dans leur noyau », « plus grand nombre naturel » sont ou non satisfaits par des objets31.

27L’idée même d’une transposition ontologique de ces catégories de signification que sont la fonction et l’argument pose évidemment de nombreuses questions, dont certaines ont d’ailleurs été formulées au sein même de l’école analytique. Il reste qu’on peut difficilement contester l’extraordinaire fertilité logique et philosophique de la morphologie pure mise au point par Frege et remaniée par Russell. Et, à l’inverse, on devra sans doute reconnaître que, loin de favoriser l’innovation en matière d’analyse ontologique, les catégories de signification mises en œuvre dans la quatrième Recherche logique husserlienne (substantif, adjectif, etc.) semblent plutôt prolonger, sans vraiment les questionner, des schémas ontologiques traditionnels tels que celui de la substance et de ses qualités ou attributs. Bien sûr, et nous y reviendrons, il y a aussi, dans la phénoménologie husserlienne, des outils extrêmement riches et novateurs pour une ontologie formelle, mais ils ne semblent pas passer par sa morphologie pure, qui reste quant à elle plus intéressante dans la définition de son principe général que dans sa réalisation effective.

Supériorité de l’analyse frégéenne en matière sémantique

28On enfoncera encore un peu plus ce clou si on note que, initialement conçue comme pure syntaxe logique, la morphologie pure frégéo-russellienne a également débouché sur la mise en lumière de lois de composition sémantiques, lois qui, selon la première des objections adressées à Husserl par Bar-Hillel, auraient entièrement échappé à la quatrième Recherche logique.

29En philosophie analytique, la question des catégories sémantiques apparaît avec les paradoxes logiques et la prise de conscience que n’importe quel « objet » ne peut pas prendre la place de n’importe quel autre et que n’importe quelle « fonction » ne peut pas prendre la place de n’importe quelle autre ; certaines de ces substitutions entraînent en effet des expressions apparemment bien formées du point de vue de la syntaxe frégéenne et pourtant dénuées de sens. On sait la solution que Russell propose à ce type de difficultés. Sa théorie des types logiques divise le domaine de variation des valeurs que peut prendre une variable en une multitude de « types » et elle introduit des interdits de substitution entre objets de types différents. Aux contraintes syntaxiques de l’idéographie frégéenne — une fonction doit être saturée par un ou plusieurs arguments — s’ajoutent donc les contraintes sémantiques de la théorie russellienne des types logiques : seuls les arguments de certains types entrent dans le domaine de signifiance de la fonction. Ces deux types de contraintes, cependant, sont chez Russell profondément interdépendantes. En effet, en vertu du projet logiciste, les objets de types logiques supérieurs sont logiquement définis à partir des objets de types inférieurs. Dès lors, toute retranscription idéographique rigoureuse d’une proposition qui viole la séparation des types logiques fait en fait également apparaître la malformation syntaxique de l’expression, puisque certaines fonctions sont saturées par des arguments qui ne sont en fait pas manifestement des « objets » mais sont eux-mêmes des fonctions complexes portant sur les mêmes objets que les fonctions qu’elles prétendent saturer…

30Avec la théorie des types logiques, l’avènement des champs sémantiques dans le langage de la raison apparaît donc moins comme une exigence nouvelle liée à la prise en considération des différents types de contenus signifiés que comme une nécessité inhérente à la morphologie pure elle-même. À cet égard, le travail de Rudolf Carnap dans La Construction logique du monde s’inscrit exactement dans la perspective russellienne. Conformément au projet logiciste, nous l’avons dit, Carnap définit logiquement tous les « objets » de la science les uns à partir des autres dans une gradation de niveaux et de sphères, qui constituent autant de champs sémantiques distincts ; mais, là encore, la distinction de ces champs a un fondement dans la construction syntaxique même des objets qui les constituent, de sorte qu’une violation éventuelle de ces distinctions de niveau serait immédiatement rendue apparente et disqualifiée par la retranscription idéographique complète de l’énoncé.

31C’est à Gilbert Ryle qu’il revient en philosophie analytique d’avoir explicitement fait émerger la problématique des « catégories sémantiques » dans ses rapports ambivalents avec la théorie des types logiques. Dans un article de 1938 intitulé « Categories » et publié dans les Proceedings of the Aristotelian Society, Ryle commence par interpréter la doctrine aristotélicienne des catégories comme une réflexion sur les différents types d’éléments qui peuvent intervenir dans une proposition simple. Pour faire apparaître ces différents types d’éléments ou « facteurs de phrase » (sentence factors), Aristote s’intéresse aux différents types de question qui peuvent être formulées et recevoir une réponse dans une proposition simple. Qui a commis tel ou tel acte ? Qu’a-t-il exactement fait ? Quand ?  ? Combien de fois ? En quelle quantité ? De quelle manière ? Chacun de ces adverbes interrogatifs autorise certains types de réponses et pas d’autres. Ils sont la marque d’une certaine « place » de la proposition qui est par principe réservée à un certain type d’éléments et par principe interdite aux autres :

  • 32 Un peu plus loin, le texte se poursuit en intégrant la catégorie de la substance : « Nous ne pouvon (...)

Ainsi « De quelle dimension ? (how big) » accepte « haut de six pieds », « haut de cinq pieds », « 63 kilos (ten stones) », « 70 kilos (eleven stones) », etc. et n’accepte pas « à cheveux clairs », « dans le jardin », ou « un tailleur de pierre ». « Où ? » accepte des prédicats de lieu, « De quelle sorte ? » accepte des prédicats de genre, « Comment ? (what like) » accepte des qualités, et ainsi de suite. Deux prédicats qui satisfont le même adverbe interrogatif sont de la même catégorie, et deux prédicats qui ne satisfont pas le même adverbe interrogatif sont de catégories différentes32.

  • 33 Qu’en vertu de cette distinction des types de termes, la notion même de « terme » soit suspecte aux (...)
  • 34 Ibid., p. 171.

32Selon la place qu’ils peuvent occuper dans les propositions simples, les « termes » ou « facteurs de phrase » sont classés en types33. Dès lors, l’identification et la classification de ces types de termes ou « catégories » est corrélative de l’identification et de la classification des « variétés de formes propositionnelles »34. Et, au fond, dit Ryle, ce qu’Aristote avait fait en pointant du doigt les formes d’interrogation possibles n’était rien d’autre que la mise en évidence des formes possibles de fonction propositionnelle.

  • 35 Id.

Car, après tout, « fonction propositionnelle », c’est simplement « question » dit de manière sophistiquée. La fonction propositionnelle « x a le nez retroussé » ne diffère de « Qui a le nez retroussé ? » que dans des associations pratiques ; et « Socrate est P » ne montre rien de plus ou de moins que « Où est Socrate ? » ou « Comment (what like) est Socrate ? » ou « Quelle taille a Socrate ? » selon le genre choisi35.

  • 36 À bien des égards, cependant, Aristote montre qu’il n’a pas du tout pris la mesure de cette découve (...)
  • 37 Ibid., p. 174.

33En marquant la place d’une variable par un adverbe interrogatif, Aristote avait donc en quelque sorte anticipé la notion moderne de « fonction propositionnelle ». Mais, en insistant sur la diversité et l’irréductibilité de ces questions les unes aux autres, il avait aussi montré d’emblée qu’il y a plusieurs types de fonctions propositionnelles et que n’importe quel argument ne peut pas occuper n’importe quelle place ni saturer n’importe quelle fonction propositionnelle36. Par là, note Ryle, Aristote excluait donc déjà que la morphologie pure des significations puisse s’en tenir à la seule règle syntaxique de la saturation des fonctions propositionnelles par des arguments. En effet, bien que conformes à cette règle syntaxique, certaines compositions de significations sont néanmoins exclues pour la raison que la fonction propositionnelle n’est pas saturée par un argument qui lui convient ou du moins qui lui convient à cette place-là37.

34Au-delà de la question de la bonne formation syntaxique, se pose la question de la « signifiance » — de la cohérence sémantique —, qui suppose une distinction des « types » ou catégories de « termes » irréductible à la distinction des fonctions syntaxiques :

  • 38 Ibid., p. 181.

Les questions sur les types de facteurs ne sont, d’une certaine façon, que des questions sur les possibilités de co-signifiance de certaines classes d’expressions […]. Deux facteurs de proposition sont de catégories différentes ou de types différents s’il y a des schémas de phrases tels que, quand les expressions pour ces facteurs sont importées comme compléments alternatifs aux mêmes signes de place vide, les phrases résultantes ont un sens dans un cas et sont absurdes dans l’autre38.

  • 39 Ibid., p. 180.

35Le problème de la morphologie pure n’est donc pas seulement celui de la bonne formation syntaxique. Aux règles syntaxiques de base — telles que la saturation d’une fonction propositionnelle par des arguments — s’ajoutent en fait de nouvelles règles, contraignant le type d’arguments pouvant saturer telle ou telle fonction à telle ou telle place39. La question se pose alors de savoir quel est exactement le statut de ces nouvelles règles.

  • 40 Ibid., p. 183.

36Nous avons dit que l’idée sous-jacente à la conception logiciste du « type logique », c’est que les distinctions de champ sémantique et les règles de composition y afférentes sont en fait encore elles aussi de nature syntaxique : il y a bien encore et toujours violation des règles de la « bonne formation » dans la mesure où, en fait, les combinaisons possibles entre les facteurs de différents types sont fonction de la forme syntaxique propre aux facteurs de chaque type logique. Ryle, cependant, ne semble pas vraiment se ranger à ce point de vue. Comme Russell et dans la continuité de ses propres travaux antérieurs — notamment le célèbre « Systematically misleading expressions » —, Ryle dénonce les confusions résultant des discours qui échouent à montrer la forme logique exacte de ce qu’ils énoncent40. Et, en philosophe analytique, il appelle à dissiper ces confusions par une reformulation plus correcte des énoncés obscurs. Mais, manifestement, il ne croit pas ou plus que la solution à toutes les incongruités sémantiques puisse se trouver sur un plan exclusivement syntaxique par une retranscription idéographique rigoureuse.

  • 41 Ibid., p. 180.
  • 42 Id.
  • 43 Ibid., p. 179.

37Tout d’abord, en effet, il considère que les règles de composition qui sont enfreintes ne relèvent pas seulement du plan de l’expression des significations, mais bien de celui des significations elles-mêmes41. Ensuite, Ryle envisage une notion générale de type qui ne se réduit pas à celle de « type logique » et il affirme même explicitement que certaines violations des règles de type ne relèvent pas des problèmes logiques de paradoxes ou de cercles vicieux auxquels Russell s’est intéressé42. Enfin, à travers des critiques qu’il adresse officiellement à Aristote et à Kant, Ryle fait à Frege, Russell et Carnap le reproche de présupposer qu’« il y a un catalogue fini de catégories ou de types »43. Pour Ryle, la liste des types n’est pas et ne pourra jamais être complète ni même capturée par quelques règles de formation prédéfinies, raison pour laquelle le projet idéographique est sans doute voué à l’échec :

  • 44 Id.

Je ne pense pas qu’on puisse jamais dire d’un langage symbolique donné en logique formelle que ses symboles sont maintenant adéquats pour la symbolisation de toutes les différences possibles de type ou de forme44.

Dans la conférence inaugurale des Tarner Lectures — prononcées en de 1953 et publiées l’année suivante sous le titre « Dilemmas » —, Ryle écrira dans la même veine :

  • 45 G. Ryle, « Dilemmas », in Dilemmas, Cambridge, Cambridge University Press, 1954, p. 10.

Certains aristotéliciens loyaux, qui, comme tous les loyalistes ont ossifié l’enseignement du maître, ont traité sa liste des catégories comme si elle fournissait les cases dans lesquelles pourrait ou devrait être rangé chaque terme utilisé ou utilisable dans le discours technique et non-technique. Chaque concept doit être soit de la Catégorie I, soit de la Catégorie II, … soit de la Catégorie X. Mais de nos jours il existe des penseurs qui, loin de trouver cette réserve de cases intolérablement exiguë, la trouvent trop généreuse ; et qui sont prêts à dire de n’importe quel concept qu’on leur présente « Est-ce une Qualité ? Si non, c’est une Relation ». […] La vérité, c’est qu’il n’y pas tout juste deux ou tout juste dix métiers logiques différents qui sont ouverts aux termes et concepts que nous employons dans le discours ordinaire et technique ; il y a un nombre indéfini de tels métiers et un nombre indéfini de dimensions à leurs différences45.

Ces trois remarques convergent vers une conception des champs sémantiques qui, contrairement à celle de La Construction logique du monde, échappe à la théorie des types logiques et, par là, aux seules contraintes syntaxiques ; les contraintes d’intersubstituabilité ne peuvent se réduire aux interdits liés aux différences formelles des types logiques russelliens.

38À cet égard, on le sait, l’évolution de la réflexion de Ryle est symptomatique d’un certain tournant pris par la philosophie analytique dans les années 1930 et 1940. Alors que, dans des textes comme « Systematically misleading expressions » de 1932, Ryle partageait encore l’idée des fondateurs de la philosophie analytique selon laquelle bon nombre de difficultés philosophiques pourraient trouver leur solution ou leur dissolution si, au-delà de leur forme grammaticale apparente, on pouvait en donner une analyse logique exacte, il va, après l’article « Categories » — et notamment, nous le verrons, dans The concept of mind —, mettre davantage d’espoir dans l’élucidation pragmatique du fonctionnement quotidien du langage.

  • 46 L. Wittgenstein, Remarques philosophiques (1930), Paris, Gallimard, 1975, § 1, p. 51-52.

39Or, c’est là, bien sûr, un virage tout à fait similaire à celui que Ludwig Wittgenstein avait pour sa part amorcé dès son retour à l’Université de Cambridge en 1929 : lui qui, en 1921, avait exalté l’ambition idéographique dont son Tractatus explicitait tous les enjeux ontologiques et épistémologiques, s’intéresse, dès les Remarques philosophiques, à la diversité des jeux de langage qui sont opérés quotidiennement. Il ne s’agit plus désormais d’envisager l’élaboration d’un langage idéal, d’une langue de la Raison capable de refléter parfaitement dans sa syntaxe les articulations logiques de la pensée, mais plutôt d’étudier notre langage et de distinguer ce qu’il y a en lui d’essentiel et ce qui est en lui inessentiel à sa fin de représentation46.

  • 47 L. Wittgenstein, Recherches philosophiques (1933-1949), Paris, Gallimard, 2004, § 91, p. 78. Cf. au (...)
  • 48 L. Wittgenstein, Remarques philosophiques (1930), op. cit., § 208, p. 246.
  • 49 L. Wittgenstein, Recherches philosophiques (1933-1949), op. cit., § 133, p. 89.

40Bien sûr, il est utile, dans certaines circonstances et en fonction de certains objectifs, de clarifier les expressions du langage qui sont confuses ou trompeuses ; mais cela ne veut pas dire qu’on vise à terme à constituer le langage parfait47. La clarté, l’exactitude sont des buts relatifs et non absolus48. Remettre le langage en état de marche, ce n’est pas « affiner ou compléter d’une manière extraordinaire le système de règles qui régissent l’emploi de nos mots »49, mais seulement permettre à ces règles de remplir leur fonction logique, quelle qu’elle soit. Et ici on voit poindre un élément essentiel du renoncement au langage idéal. Depuis le Tractatus, en effet, Wittgenstein a pris conscience de ce fait fondamental que le langage a plusieurs fonctions et pas seulement celle de décrire comment est le monde, pas seulement de dire qu’« il en est ainsi ».

  • 50 L. Wittgenstein, Tractatus logico-philosophicus (1921), Paris, Gallimard, 1993, § 4.5, p. 70 : « La (...)
  • 51 L. Wittgenstein, Recherches philosophiques (1933-1949), op. cit., § 23, p. 125.

41Contrairement à ce que soutenait le Tractatus50, il existe une multiplicité indéfinie de sortes de phrases51 ; toutes n’ont pas le même statut parce que toutes n’ont pas le même usage. Or, c’est précisément parce qu’elles négligent cette multiplicité d’usages que la plupart des philosophies du langage — et corrélativement la plupart des ontologies — sont inadéquates :

  • 52 Ibid., partie II, p. 314.

Nous n’avons pas conscience de l’indicible disparité existant entre les jeux de langage quotidiens, parce que les vêtements de notre langage uniformisent tout52.

  • 53 L. Wittgenstein, Recherches philosophiques (1933-1949), op. cit., § 12, p. 33. Cf. aussi Grammaire (...)

Le langage, dit Wittgenstein, est un poste d’aiguillage : ses propositions sont autant de manettes dont l’apparence globalement similaire cache en fait des fonctions différentes53.

  • 54 L. Wittgenstein, Recherches philosophiques (1933-1949), op. cit., § 134, p. 170. Cf. aussi Remarque (...)
  • 55 « Le défaut fondamental de la logique de Russell, et de la mienne également dans le Tractatus, est (...)
  • 56 « Les classifications que font philosophes et psychologues sont comme si on voulait classer les nua (...)
  • 57 L. Wittgenstein, Recherches philosophiques (1933-1949), op. cit., § 664, p. 237.
  • 58 L. Wittgenstein, Grammaire philosophique (1930-1933), op. cit., app. 2, p. 211.
  • 59 Ibid., app. 1, p. 207.

42Le problème, poursuit Wittgenstein, c’est que le langage tout entier a « résonance propositionnelle (Satzklang) »54 et que, comme lui-même dans le Tractatus, on croit donc à tort que le langage n’a qu’une seule fonction, celle d’énoncer des états de choses et de dire qu’il en ainsi55. Comme Frege et Russell, Wittgenstein oppose à la « grammaire de surface », qui se laisse leurrer par les analogies linguistiques56, une « grammaire profonde »57 susceptible de fonder une authentique analyse logique. Comme eux, il affirme notamment que « le schéma sujet-prédicat sert de projection pour un nombre infini de formes logiques différentes »58. Cependant, si l’analyse frégéo-russellienne en termes d’objets et de fonctions propositionnelles a permis de distinguer, sous la similarité des apparences linguistiques, des formes logiques aussi différentes que la simple subsomption d’un objet sous un concept, l’implication formelle, l’affirmation d’existence ou l’affirmation d’identité, elle n’a pas encore, pour Wittgenstein, fait suffisamment droit à la multiplicité des rapports sémantiques voire ontologiques de subsomption d’objets sous des concepts. Ainsi, bien qu’on dise « Ses gestes sont vifs » comme on dit « Ses cheveux sont gris », les rapports de la « propriété » au « substrat » n’ont en fait pas du tout la même valeur ontologique dans l’un et l’autre cas ; une action n’a pas une « propriété » (par exemple celle de la rapidité ; ou bien celle de la bonté) comme les cheveux ont une couleur59.

  • 60 Ibid., § 31, p. 75.
  • 61 Ibid., § 21, p. 67.

43De même, bien qu’ils s’alignent les uns à côté des autres comme les outils sur un établi de menuisier, les mots qui composent ces propositions sont destinés à des usages aussi divers que les outils du menuisier60. Ici encore, les diversités fonctionnelles peuvent être masquées par la similarité des apparences linguistiques : bien que tous trois substantifs, les mots « chaise », « justice » et « désir » répondent en fait à des règles d’usage aussi différentes les unes des autres qu’un tournevis, un ciseau à bois ou un coin à fendre malgré certaines parentés de leur aspect. À qui ignore l’usage qui en est fait dans les divers jeux de langage, tous les mots se ressemblent, comme se ressemblent encore les différentes lignes tracées sur une carte d’état major pour qui ne sait rien de leurs fonctions61. L’analyse pragmatique, par contre, fait apparaître différents types de mots, régis par des règles d’usage très différentes. Et la classification de ces différents types doit aller bien au-delà de la catégorisation « substantifs, adjectifs, verbes, adverbes, ... », puisque aux contraintes syntagmatiques s’ajoutent des impossibilités d’intersubstitution que les linguistes appellent « paradigmatiques » :

  • 62 L. Wittgenstein, Remarques philosophiques (1930), op. cit., § 92, p. 113-114.

Si on nous remontre que le langage peut tout exprimer à l’aide de substantifs, adjectifs et verbes, il nous faut dire qu’il est alors nécessaire, dans chaque cas, de distinguer entre des types tout à fait différents de substantifs, etc., étant donné que des règles grammaticales différentes sont valables pour eux. Ce qui le montre, c’est qu’il n’est pas permis de les substituer l’un à l’autre. Par là se montre que leur caractère de substantifs était seulement du superficiel et que nous avons affaire en réalité à des alliances de mots tout à fait différentes. Les alliances du mot ne sont déterminées que par toutes les règles grammaticales qui régissent un mot et, considéré ainsi, notre langage a une masse de types de mots différents62.

  • 63 L. Wittgenstein, Recherches philosophiques (1933-1949), op. cit., § 15, p. 34 ; § 26, p. 41.
  • 64 L. Wittgenstein, Remarques sur la philosophie de la psychologie (1947-1948), I, op. cit., § 614, p. (...)

44La forme sous laquelle une « signification » est projetée dans le langage — substantif, verbe, adjectif, proposition complète, ... — ne nous dit en fait pas encore quel est son statut, ni quel rapport elle entretient avec le signe linguistique qui la représente. Ainsi, la dénomination — le fait pour un nom d’être « attaché comme une étiquette à une chose »63 — n’est qu’un des jeux de langage, qu’une des fonctions possibles du nom64. Tous les termes que nous appelons « noms » ne désignent pas un objet de la même manière.

  • 65 L. Wittgenstein, Recherches philosophiques (1933-1949), op. cit., § 13, p. 33.

En disant : « Chaque mot du langage désigne quelque chose », nous n’avons encore absolument rien dit, à moins que nous n’ayons expliqué de façon précise quelle distinction nous souhaitons faire65.

Au fond, c’est presque à tort que nous mettons en avant la notion générale de « nom » :

  • 66 Ibid., § 38, p. 48. Cf. aussi Remarques philosophiques (1930), op. cit., § 92, p. 114 : « Si on don (...)

Nous appelons « nom » des choses très diverses ; le mot « nom » caractérise de nombreux types d’emplois différents d’un mot qui sont apparentés les uns aux autres de bien des manières différentes66.

  • 67 « Le concept général de la signification d’un mot recouvre le fonctionnement du langage d’un rideau (...)
  • 68 Ibid., § 3, p. 29.

45Dans une certaine mesure, en laissant croire qu’il n’y a qu’un seul mode de rapport entre les signes linguistiques et les objets du monde, la notion même de « signification » obscurcit le fonctionnement du langage plus qu’elle ne l’éclaire67. Lorsqu’il parle de la signification, Saint Augustin, par exemple, ne décrit qu’un seul jeu de langage, qu’un système de communication particulier, qui « ne recouvre pas tout ce que nous nommons langage »68. Et c’est, on le sait, à montrer le caractère simpliste d’une telle conception de la signification que seront explicitement consacrés les tout premiers paragraphes des Recherches philosophiques.

  • 69 « Un jeu de langage analogue à un fragment d’un autre » (L. Wittgenstein, Remarques sur la philosop (...)
  • 70 Sur la notion d’« air de famille », voir en particulier L. Wittgenstein, Recherches philosophiques (...)

46Si, pour le second Wittgenstein, l’analyse logique — idéographique — frégéo-russellienne ne suffit plus, c’est donc en fait parce qu’il y a une multiplicité irréductible de jeux de langage, entre lesquels n’existent que des analogies partielles69, des « ressemblances de famille (Familienähnlichkeiten) »70, et non une structure idéale commune. Or, cette diversité des jeux de langage quotidiens, que Wittgenstein oppose désormais à l’uniformité forcée et trompeuse de l’idéographie, nous mène à une autre modification majeure que Wittgenstein imprime à sa pensée après le Tractatus.

47Chaque jeu de langage, en effet, se caractérise par des règles particulières de fonctionnement et d’usage, par une « grammaire », qui impose au discours des contraintes supplémentaires à celles qui relèvent de la logique vérifonctionnelle envisagée dans le Tractatus. Wittgenstein prend en particulier conscience de ce qu’il y a, entre les propositions d’un jeu de langage, des rapports nécessaires qui ne concernent pas seulement la forme des propositions complexes mais aussi le contenu des propositions élémentaires. Ainsi, la proposition « Le chat est gris » n’est pas seulement en rapport d’opposition avec sa contradictoire « Le chat n’est pas gris », mais aussi avec des propositions telles que « Le chat est blanc » ou « Le chat est noir ». De même en va-t-il des propositions « Le cendrier est circulaire » et « Le cendrier est triangulaire » ou des propositions « La table est longue de 2 m » et « La table est longue de 3 m ». Or, ces rapports d’opposition ne sont pas de pures et simples contradictions logiques, car ils n’apparaissent pas dans la forme de l’énoncé (comme entre « p » et « non p »), mais ils exigent de tenir compte du sens même de certains des concepts contenus dans la proposition.

  • 71 L. Wittgenstein, Tractatus logico-philosophicus (1921), op. cit., § 6.3751, p. 109.

48C’est entre les concepts, c’est-à-dire entre des éléments infra-propositionnels, que se jouent ces relations nécessaires. Chaque détermination conceptuelle — « gris », « circulaire », « long de 2 m » — ne s’oppose pas à une et une seule détermination contradictoire, mais à toute une série de déterminations qui, appartenant à un même genre, sont incompatibles entre elles : « gris » avec l’ensemble des autres couleurs, « circulaire » avec l’ensemble des autres formes spatiales, « long de 2 m » avec l’ensemble des autres mesures de longueur. Or, ce réseau de relations nécessaires entre des déterminations conceptuelles implique que les propositions élémentaires « Le chat est gris » et « Le chat est noir » ne sont pas indifférentes les unes aux autres, mais qu’elles entretiennent au contraire les unes avec les autres une « parenté élémentaire », c’est-à-dire des « relations internes ». Il y a donc bien, contrairement à ce qu’affirmait le Tractatus71, une

  • 72 L. Wittgenstein, Remarques philosophiques (1930), op. cit., § 76, p. 103.

construction logique qui marche sans l’aide des fonctions de vérité [...] En effet, si différents degrés s’excluent mutuellement, de la présence de l’un suit la non-présence de l’autre. Alors, c’est que deux propositions élémentaires peuvent se contredire72.

  • 73 Ibid., § 3, p. 53.
  • 74 De même qu’il y avait, dans le Tractatus, une transposition ontologique des structures idéographiqu (...)

49C’est donc un nouveau type de contraintes de rationalité que Wittgenstein thématise à partir de 1930. Mais ce qui nous importe ici, c’est évidemment que, par là, Wittgenstein ne met pas seulement à jour un nouveau genre de contresens — des contresens matériels ou régionaux tels que « cette surface est à la fois uniformément verte et uniformément rouge » s’ajoutent aux contresens formels tels que « cette surface est uniformément verte et n’est pas uniformément verte » —, mais qu’il fait aussi apparaître un nouveau genre de non-sens : à côté des non-sens formels que sont les malformations syntaxiques comme « ce nombre est mange », il y a des non-sens matériels que sont les incongruités sémantiques comme « ce nombre est bleu ». En fait, dit Wittgenstein, les notions de « couleur » ou de « nombre » doivent apparaître à la tête de chapitres de la grammaire philosophique73 ; ce ne sont pas là de simples concepts empiriques, mais de véritables concepts formels, des « catégories » qui définissent des types de signification — et peut-être des types d’être74 — particuliers. Chacune de ces catégories détermine en effet un groupe de significations de même « valeur », c’est-à-dire qui peuvent prendre les mêmes places et tenir les mêmes rôles dans un jeu de langage.

  • 75 L. Wittgenstein, Remarques philosophiques (1930), op. cit., § 3, p. 53. Ici encore, il en va de mêm (...)

Quand l’enfant apprend « Bleu est une couleur, rouge est une couleur, vert, jaune, tout cela ce sont des couleurs », il n’apprend rien de neuf sur les couleurs, mais il apprend la signification d’une variable dans des propositions comme « L’image a de belles couleurs », etc. Une proposition de ce genre donne à l’enfant les valeurs d’une variable75.

  • 76 L. Wittgenstein, Remarques philosophiques (1930), op. cit., § 84, p. 108.

Ces variables ont donc tout à la fois pour caractéristique de ne pouvoir recevoir que des déterminations d’un certain type — sous peine de non-sens — et de ne pouvoir, parmi les déterminations de ce type, en recevoir qu’une seule à la fois — sous peine de contresens76.

  • 77 Ibid., § 86, p. 110.
  • 78 « Si elle se présentait sous la forme d’un livre, la grammaire ne consisterait pas simplement en un (...)

50Une difficulté, cependant, du travail du second Wittgenstein, c’est qu’après avoir ainsi montré, contre « l’auteur du Tractatus », la multiplicité des contraintes rationnelles qui régissent le langage et leur irréductibilité aux contraintes rationnelles que prend en charge la seule syntaxe de l’idéographie frégéo-russellienne, il écrase toutes ces distinctions sous les notions génériques de « règle », de « grammaire » et même de « syntaxe ». Ainsi, selon lui, c’est la syntaxe qui interdit une construction comme « A est vert et A est rouge »77. Bien qu’ils ne soient pas du même niveau, les principes qui doivent exclure le contresens formel et le contresens matériel sont, comme ceux qui excluent le non-sens formel et le non-sens matériel, encore et toujours des règles grammaticales ou syntaxiques78. Comme les philosophes analytiques de la première génération, le second Wittgenstein estime donc que toute absurdité repose en définitive sur une violation de règles syntaxiques et que tous les énoncés absurdes, quels qu’ils soient, ne sont en fait bien formés qu’en apparence.

51Parmi les jeux de langage particuliers qui font l’objet d’investigations plus poussées de la part du second Wittgenstein dans les années 1930 et 1940, on trouve, aux côtés du langage mathématique, celui de la psychologie. Très présentes dans les Recherches philosophiques et leurs textes préparatoires, les notions de « douleur », de « croyance », d’« intention », d’« intention de signifier » ou de « vouloir dire » (meaning), feront même l’objet exclusif de manuscrits rédigés dans les années 1947-1948 et publiés de manière posthume sous le titre Remarques sur la philosophie de la psychologie. Ici encore il s’agit de dénoncer une conception « augustinienne » du langage, qui tend à postuler l’existence d’un référent derrière chaque terme du langage, et donc, en psychologie, à envisager l’existence de tout un monde d’objets, états et événements mentaux qui seraient dénommés par les termes psychologiques du langage courant et de la science.

52Cette conception « mentaliste » de la psychologie repose, selon Wittgenstein, sur une interprétation simpliste (augustinienne) des substantifs psychologiques (douleur, croyance, désir, espoir, etc.) comme désignant nécessairement des objets ; et une interprétation simpliste (augustinienne) des énoncés psychologiques (« Je ressens une douleur à la jambe », « J’éprouve de l’amour pour... », « Je souhaite que... », etc.) comme des énoncés nécessairement descriptifs. Et puisque ces « objets désignés » et ces « faits décrits » ne sont pas des objets et des faits « extérieurs », on suppose que ce sont des objets et faits d’un autre genre qui existent ou se déroulent parallèlement aux objets et faits « extérieurs ».

  • 79 L. Wittgenstein, Recherches philosophiques (1933-1949), op. cit. § 307, p. 153.

53Cette critique radicale du mentalisme a parfois mené les commentateurs à rapprocher Wittgenstein du behaviorisme qui conteste l’existence des états mentaux et propose de s’en tenir à l’étude de ce qui est intersubjectivement observable, à savoir les comportements. Wittgenstein se défend pourtant lui-même d’une telle position. Le combat de Wittgenstein est « grammatical »79 et sa cible est l’image — suggérée par un mauvaise interprétation du langage — selon laquelle la psychologie aurait pour objet des réalités mentales à découvrir « sous la surface » des comportements. Wittgenstein ne dit pas pour autant que la psychologie doit s’en tenir à étudier la surface, ou qu’il n’y a rien sous la surface. Wittgenstein conteste plutôt les images mêmes de surface et de profondeur ou d’intérieur et d’extérieur :

  • 80 L. Wittgenstein, Notes sur l’expérience privée et les sense data (1934-1936), Mauvezin, T.E.R., 198 (...)

C’est se fourvoyer exactement de la même manière que de dire qu’il n’y a que surface et rien dessous et de dire qu’il y a quelque chose sous la surface et non pas seulement la surface80.

  • 81 L. Wittgenstein, Remarques sur la philosophie de la psychologie (1947-1948), I, op. cit., § 380, p. (...)
  • 82 L. Wittgenstein, Remarques philosophiques (1930), op. cit., § 57, p. 86-87.
  • 83 L. Wittgenstein, Recherches philosophiques (1933-1949), op. cit., § 246, p. 137.

54Le défaut commun au mentalisme et au behaviorisme est de concevoir le jeu de langage psychologique sur le modèle augustinien. En introduisant dans ce jeu des formules unificatrices telles qu’« état mental », « objet privé » ou « phénomène interne », le mentalisme l’a rendu plus mystérieux qu’il n’était ; il a rangé les termes psychologiques « dans le mauvais tiroir »81. De même, l’introduction d’expressions telles que « Je perçois mes douleurs82 », « Je connais mes désirs » ou « Je sais que j’ai peur »83 a amené plus de confusion que de clarté, dans la mesure où on donne l’illusion d’une similitude de rapports entre d’une part la conscience et ses vécus et d’autre part le sujet et des objets externes. Or, si les impressions visuelles, les douleurs, les désirs ou les peurs sont de simples vécus subjectivement et immédiatement ressentis, on ne peut dire de la conscience qu’elle les a, qu’elle les perçoit ou les connaît, puisque cela impliquerait que ceux-ci soient indépendants d’elle et qu’il soit donc possible qu’elle ne les ait, perçoive ou connaisse pas.

55À l’époque précise où Wittgenstein rédige ces remarques, Ryle travaille quant à lui sur The concept of mind, qui sera publié en 1949. Or, dans cet ouvrage, Ryle critique le mentalisme dans une perspective qui rejoint très largement celle de Wittgenstein : derrière les termes psychologiques de la vie quotidienne, les philosophes — Descartes en tête — ont, dit Ryle, postulé l’existence d’objets et états mentaux par analogie avec le cas des termes et des objets ou états physiques. Cependant, dit Ryle, c’est là mécomprendre l’usage réel et donc la véritable fonction de ces termes psychologiques. Et ce qui est intéressant pour nous, c’est évidemment que Ryle thématise cette mécompréhension dans les termes de l’« erreur de catégorie » :

  • 84 G. Ryle, The concept of mind, Londres, Hutchinson, 1949, p. 16.

J’espère, dit-il d’emblée, prouver que [le dogme du « fantôme dans la machine »] est entièrement faux, et faux non pas dans le détail mais dans le principe même. Ce n’est pas simplement l’assemblage d’erreurs singulières. C’est une seule grosse erreur et une erreur d’un type particulier, à savoir que c’est une erreur de catégorie. Il [le dogme] représente les faits de la vie mentale comme s’ils appartenaient à un type ou à une catégorie logique alors qu’ils appartiennent en fait à une autre84.

Deux pages plus loin, Ryle précise la nature de cette énorme méprise qui est à l’origine de toute une conception erronée du mental :

  • 85 Ibid., p. 18.

Mon objectif déconstructif est de montrer qu’une famille d’erreurs de catégories radicales est la source de la théorie de la double vie. La représentation d’une personne comme un fantôme mystérieusement installé dans une machine provient de l’argument suivant. Puisque les pensées, les sentiments et les actions intentionnelles d’une personne ne peuvent être décrits seulement dans les termes de la physique, de la chimie et de la physiologie, ils doivent être décrits dans des langages homologues (counterpart idioms). Puisque le corps humain est une unité organisée complexe, l’esprit humain doit être une autre unité organisée complexe, bien que faite d’une sorte différente de substance et d’une sorte différente de structure. Ou encore, puisque le corps humain, comme toute parcelle de matière, est un champ de causes et d’effets, l’esprit doit être un autre champ de causes et d’effets, bien que (Dieu soit loué) pas de causes et d’effets mécaniques85.

  • 86 L. Antoniol, Lire Ryle aujourd’hui, Bruxelles, De Boeck, p. 51-62.

56L’argumentaire de The concept of mind a fait l’objet de très nombreux commentaires et les catégories mêmes qui sont ici au centre de la confusion ont été interprétées de différentes manières. En quelques belles pages de son Lire Ryle aujourd’hui, Lucie Antoniol fait en 1993 le point sur ces interprétations86. Après avoir envisagé puis rejeté tour à tour les hypothèses selon lesquelles les catégories confondues seraient celles du corps et de l’esprit, celles de l’événement et de la disposition ou celles de la substance et de la disposition, Lucie Antoniol insiste sur les arguments qui plaident en faveur d’une quatrième interprétation, qui n’oppose pas d’emblée des catégories ontologiques mais bien d’abord des catégories sémantiques :

  • 87 Ibid., p. 58.

On connaît les réactions « allergiques » de Ryle à toute espèce de naming theory of meaning. Or l’erreur des cartésiens consiste précisément à considérer les prédicats mentaux comme des noms et à postuler des lieux et des processus fantomatiques que ces noms puissent désigner. Selon Ryle, le « discours mental » n’a pas pour fonction de nommer quoi que ce soit, mais bien de qualifier les actions et réactions des gens (actions et réactions qui peuvent aussi bien être publiques que privées)87.

Pour Ryle, le problème « catégoriel » semble tout entier résider dans une confusion quant au type de lien qui existe entre certaines expressions du langage et les réalités qu’elles signifient. Plutôt que de dénommer des entités ou événements spécifiques, les termes mentaux serviraient seulement à qualifier les entités et événements désignés par les termes « physiques ». S’appuyant sur un article de Th. W. Bestor, Antoniol formule cette interprétation de manière limpide :

  • 88 Ibid., p. 60.

Ryle veut prouver que nos prédicats mentaux ont une fonction logique « adverbiale » plutôt que « substantive » […]. Ils ne sont pas les noms d’habitants d’un monde spécial. Ils sont les accompagnateurs spéciaux de nos explications des actions et passions ordinaires. Ils nous disent que certaines affaires humaines sont menées ou subies dans certaines dispositions, conduites avec un certain style, d’une certaine manière, dirigées par des personnes prêtes à faire ou subir d’autres choses, ou bien visant un certain résultat88.

Sans doute, d’ailleurs, il y a-t-il là aussi une partie de ce que Wittgenstein a cherché à montrer dans ses propres réflexions sur l’usage des termes psychologiques.

57Or, ce renvoi, par Bestor et Antoniol, à des fonctions logiques « substantive » et « adverbiale » n’est évidemment pas anodin pour notre propos. Tout d’abord, il éclaire de manière particulièrement intéressante la notion même de « catégorie », puisque, dans cette perspective, les termes mentaux comme « désir » ou « croyance » ne se distinguent pas de termes physiques comme « table » ou « chaise » par le fait que les uns et les autres renverraient à des réalités de domaines différents, mais bien par le fait que ces termes mêmes entretiendraient avec les éléments de la réalité qu’ils signifient des relations sémantiques complètement différentes : ce n’est pas la même chose que de dénommer une entité ou de la qualifier… Le type même de lien de sens que les termes du langage entretiennent avec leur signification serait ainsi le premier fondement des distinctions entre champs sémantiques.

  • 89 Ibid., p. 57-58.

58Par ailleurs, comme le souligne d’ailleurs Lucie Antoniol89, le renvoi à des fonctions logiques « substantive » et « adverbiale » inscrit ce problème de l’erreur de catégorie dans la continuité des tout premiers travaux de Ryle et, par là également, dans la continuité des travaux de la première philosophie analytique, en particulier de Russell. Au fond, comme dans « Systematically misleading expressions », il s’agit encore et toujours de dire que la formulation apparente de l’énoncé dans la langue quotidienne est trompeuse et qu’elle dissimule les authentiques articulations logiques du sens exprimé. Dissiper l’illusion suppose dès lors la reformulation de l’énoncé dans un langage dont la syntaxe ferait clairement apparaître les différences de fonction logique des termes de l’énoncé. Une fois encore, ce serait donc à la syntaxe et à ses règles de formation de prendre en charge la sémantique et ses contraintes propres de substituabilité.

59Même lorsqu’on ne croit plus au projet logiciste et à la construction logique des différents objets de discours les uns à partir des autres, on peut donc, comme le fait Ryle, chercher à distinguer différents champs sémantiques par les « fonctions logiques » différentes que jouent les termes dans la structure des phrases du langage. Identifiées à travers les différences d’usage et de rôle pratique, ces « fonctions logiques », qui remplacent les types logiques de Russell et Carnap dans la caractérisation des champs sémantiques, relèvent encore et toujours de la grammaire et ne font que complexifier la distinction morphologique la plus fondamentale — celle de l’argument et de la fonction — qui était à l’origine de la première et principale contrainte syntaxique de tout langage rationnel : la saturation des fonctions par les arguments.

60Bien qu’ils affirment à diverses reprises qu’il n’y a pas une liste finie — un « décalogue » — des catégories, mais une multitude irréductible de champs sémantiques différents, Ryle et le second Wittgenstein réintroduisent constamment l’idée qu’une « grammaire philosophique » devrait pouvoir mettre en évidence les quelques grandes fonctions logiques des termes du langage, fonctions logiques qui constitueraient autant de têtes de chapitres de cette grammaire.

61Alors… ces « fonctions logiques » sont-elles sémantiques ou syntaxiques ? La question semble rester ouverte dans la philosophie analytique du langage ordinaire ; comme d’ailleurs semble rester indéterminé le rôle que peuvent jouer, dans l’identification de ces fonctions logiques, les « parties du discours » qui constituent généralement les « têtes de chapitre » de la grammaire traditionnelle. Wittgenstein et Ryle, nous l’avons vu, se défient des formes substantive ou adjective que peuvent en apparence revêtir les termes du langage. Mais il n’est pas inintéressant de constater que la grammaire plus profonde qu’ils opposent à cette grammaire superficielle peut peut-être encore elle-même être exprimée dans les termes des « parties du discours » ; les termes psychologiques, dirait Ryle, ont « fonction adverbiale ».

Fertilité propre de la quatrième Recherche logique

62Le long parcours que nous avons effectué dans l’histoire de la philosophie analytique semble bien confirmer la puissance et la fertilité des investigations de l’école frégéenne en morphologie pure, investigations qui ne débouchent pas seulement sur la dotation d’une nouvelle syntaxe à la logique contemporaine, mais qui se prolongent aussi par des études sur les contraintes sémantiques de substituabilité, que ce soit dans les termes logicistes de Russell ou du premier Carnap ou dans ceux, plus pragmatiques, des philosophes du langage ordinaire.

63Cette richesse des travaux analytiques sur ces questions ne suffit cependant pas à disqualifier les considérations husserliennes en la matière. Au contraire, ce détour par les recherches « analytiques » sur les lois syntaxiques et sémantiques de composition des significations nous permet d’apprécier désormais, plus justement que le fait Bar-Hillel, les investigations de la quatrième Recherche logique de Husserl. En particulier, il nous faut maintenant nous redemander, d’une part, si, et dans quelle mesure, la morphologie husserlienne manque de profondeur logique et reste prisonnière d’analyses grammaticales superficielles héritées de la tradition ; et, d’autre part, si, et dans quelle mesure, la morphologie pure husserlienne confond catégories syntaxiques et sémantiques au point de n’étudier de manière satisfaisante ni les unes ni les autres.

64Avant d’en revenir à la quatrième Recherche logique elle-même, nous commencerons par faire remarquer que les travaux de Husserl sur la morphologie pure ne se limitent évidemment pas plus à cette quatrième Recherche que ceux de Frege ne se limitent à l’Idéographie. Esquissée en 1901, la problématique de la morphologie pure des significations et de son rôle dans l’édifice de la logique pure sera en effet reconsidérée à plusieurs reprises dans les écrits de Husserl et elle fera notamment l’objet d’une reformulation complète dans Logique formelle et logique transcendantale, l’ouvrage de Husserl le plus achevé sur ces questions.

  • 90 E. Husserl, Logique formelle et logique transcendantale, Paris, P.U.F., Épiméthée, 1957, § 89b, p.  (...)

65Or, il se fait qu’on trouve dans le § 89 de Logique formelle et logique transcendantale une très nette prise en considération de la question de l’incongruité sémantique, qui, comme nous l’avons vu, semblait au moins partiellement écartée de la quatrième Recherche logique. Pour être liés dans une signification unitaire, écrit Husserl, les éléments d’un jugement doivent « avoir affaire les uns aux autres »90. Ainsi, la phrase « cette couleur + 1 donne 3 » n’a

  • 91 Ibid., § 89a, p. 291-292.

pas de sens à proprement parler. […] Les éléments isolés de la proposition ne sont pas dépourvus de sens, ce sont d’honnêtes sens, mais le tout n’offre pas un sens ayant une unité harmonique ; ce n’est pas un tout qui soit lui-même sens91.

Mais cela, dit Husserl, veut donc dire que

  • 92 Ibid., § 89b, p. 294.

la possibilité de la véritable effectuation de la possibilité d’un jugement (en tant qu’opinion) prend racine non seulement dans les formes syntaxiques mais aussi dans les matériaux syntaxiques92.

Aux contraintes formelles de la bonne formation s’ajoutent les contraintes matérielles de la signifiance. Dans la mesure, cependant, où ces dernières portent sur la « matière » de la proposition, elles restent nettement distinctes des premières, qui relèvent exclusivement de sa « forme ».

66Cette distinction de la « forme » et des « matériaux » du jugement est sans doute la clé de la mise à l’écart du problème de la compositionalité sémantique en 1901. Dans la mesure, en effet, où ce problème fait intervenir les « matériaux » du jugement, il ne concerne pas directement la logique formelle, qui était l’objet des Recherches logiques. Pour fonder la logique formelle, Husserl jugeait alors important de distinguer le non-sens du contresens. Mais il ne se préoccupait pas vraiment à cet endroit de bien distinguer le non-sens formel — la malformation syntaxique — du non-sens matériel — l’incongruité sémantique —, pas plus d’ailleurs qu’il ne distinguait soigneusement le contresens formel — la contradiction — du contresens matériel — l’incompatibilité des significations. Le § 89 de Logique formelle et logique transcendantale confirme d’ailleurs explicitement cette explication :

  • 93 Id.

Ce dernier fait [l’intervention des matériaux syntaxiques dans la signifiance], le logicien engagé dans la logique formelle le négligera facilement, du fait que son intérêt est dirigé d’une manière unilatérale vers le syntaxique — dont la multiplicité des formes appartient exclusivement à la théorie logique — et du fait qu’il algébrise les noyaux93.

On voit alors où on peut espérer trouver, chez Husserl, la prise en compte de cette question de l’incongruité matérielle. Puisque le problème de la compositionalité sémantique échappe à la logique formelle sur le plan apophantique, il ne relève pas non plus, sur le plan ontologique, de l’ontologie formelle, mais bien des ontologies matérielles. Et, en effet, on peut dire que l’endroit où Husserl prend cette question à bras le corps, c’est lorsqu’il s’efforce de distinguer plusieurs ontologies matérielles — ou régionales — qui ont chacune leurs contraintes rationnelles spécifiques. En distinguant plusieurs types d’objectivité très différents, Husserl montre l’incongruité d’attribuer aux uns des qualités qui ne reviennent qu’aux autres. Et ce sont en fait ces ontologies régionales qui constituent, chez Husserl, le pendant ontologique des champs sémantiques. Or, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’à cet égard Husserl procède à des investigations fouillées et minutieuses du début à la fin de son œuvre.

  • 94 Sur ce point, cf. mon article « Que le mode de donation dépend du monde de constitution : l’intuiti (...)

67On voudra peut-être lui reprocher de mener « naïvement » ces investigations sur le plan ontologique plutôt que de le faire directement sur le plan apophantique comme les philosophes analytiques. Selon cette objection, Husserl n’aurait pas, sur ce point, pris toute la mesure du tournant linguistique en philosophie et aurait opéré dogmatiquement sa division des ontologies matérielles plutôt que de la déduire de la sémantique. Cette critique, cependant, négligerait entièrement ce qui fait la force de la phénoménologie husserlienne, à savoir que toutes les distinctions ontologiques reposent sur des différences dans la manière dont les objets sont « constitués », c’est-à-dire de la manière dont ils sont visés et intuitionnés. Cela veut dire que, pour Husserl, deux objets ont des statuts ontologiques différents l’un de l’autre si et seulement s’ils n’ont pas le même type de rapport intentionnel à la conscience. Parce qu’ils font l’objet de types de visées de sens fondamentalement différents, une chaise et un désir sont des êtres différents, bien qu’ils puissent l’un et l’autre trouver leur expression linguistique dans des substantifs. Pour Husserl, ce sont donc bien les types de visées de sens — les types sémantiques — qui dictent les types d’être — les types ontologiques — et non le contraire94.

  • 95 Il est d’ailleurs intéressant à cet égard de noter la grande parenté qui existe entre les critiques (...)
  • 96 Sur les rapprochements à faire entre Husserl et Wittgenstein à cet égard, cf. mon « “Voir comme”, n (...)

68À cet égard, l’élucidation phénoménologique de l’ontologie et de ses « régions » se retrouve en fait dans une grande proximité avec la démarche wittgensteinienne ou rylienne95 qui envisage les types d’être à travers les catégories sémantiques, c’est-à-dire à travers les manières spécifiques dont les « objets » du discours sont signifiés par les termes du discours96. Et cette proximité de la phénoménologie husserlienne et de la philosophie analytique du langage s’inscrit aussi certainement dans une opposition commune à l’égard du modèle logiciste selon lequel les différents types d’être seraient en définitive logiquement interdéfinissables, de telle sorte que toutes les différences ontologiques relèveraient encore et toujours de l’ontologie formelle et pourraient, sur le plan apophantique, être exprimées par la syntaxe même de l’idéographie. Comme le feront Wittgenstein et Ryle après lui, Husserl refuse de rabattre les écarts entre ontologies régionales à des différences qui relèveraient de l’ontologie formelle ; corrélativement, il insiste sur l’irréductibilité des catégories sémantiques et des lois de leur composition aux catégories et lois de composition syntaxiques du langage formel de la raison.

69Reste cependant à clarifier à cet égard le statut des catégories de signification mises en avant dans la quatrième Recherche logique. Quand il affirme que toute substitution d’un substantif à un autre engendre une phrase sensée bien que parfois risible, Husserl rapporte clairement ses catégories de la signification à la question du seul non-sens formel. Mais quand Ryle et Wittgenstein distinguent, parmi les substantifs apparents, ceux qui ont une authentique fonction substantive et ceux qui ont plutôt une fonction adverbiale, ils semblent indiquer qu’au-delà de leur rôle à l’égard de la bonne formation syntaxique dans la grammaire superficielle, les « parties du discours » permettent aussi de poser la distinction des champs sémantiques dans une grammaire plus profonde. Et cette idée même de « grammaire profonde » brouille un peu le tableau de la distinction entre catégories sémantiques et catégories syntaxiques si, en définitive, toute violation des lois de composition sémantiques correspond à une violation de règles de bonne formation de la « grammaire profonde » et peut donc disparaître par une reformulation qui serait plus respectueuse de cette dernière.

  • 97 En témoignent notamment les notions de « transformation » et de « structure profonde » (P. Strawson(...)
  • 98 Ibid., p. 207.

70Sur tous ces points, le commentaire que Peter Strawson fait en 1970 de l’article de Ryle « Categories » nous donne peut-être de précieuses pistes de réflexion. Après avoir souligné que la plupart des théoriciens des catégories distinguent nettement les violations des règles grammaticales et les violations des règles liées aux catégories sémantiques — ces dernières n’étant possibles qu’au sein de phrases syntaxiquement correctes —, Strawson signale que certains théoriciens modernes de la grammaire — et ici il fait clairement allusion à l’école chomskyenne97 — considèrent que les violations de règles sémantiques sont encore et toujours des « violations de règles syntaxiques, c’est-à-dire une sorte particulière de phrases grammaticalement incorrectes »98. Il faut dire que ces « grammairiens modernes » opposent explicitement une structure grammaticale profonde à la structure grammaticale superficielle et conçoivent la première comme étant articulée par des catégories et lois de composition plus fondamentales que la seconde :

  • 99 Ibid., p. 210.

« Sincérité » est un nom ; « sourire » est parfois un nom ; « la mort de César » est une expression nominale. Mais le nom « sincérité », disons-nous, est formé à partir de l’adjectif « sincère » ; l’usage de « sourire » comme nom est secondaire par rapport à son usage comme verbe ; l’expression nominale « la mort de César » est dérivée d’une proposition (clause) dans laquelle ne figure pas le nom « mort », mais bien le verbe « mourir ». Ce genre de pensées reçoivent une forme plus systématique dans le travail des grammairiens modernes, qui distinguent les structures grammaticales « profonde » et « superficielle » et étudient leurs relations sous le nom de transformations. L’opération de révéler la structure profonde tend vers la désignation de certaines phrases comme ayant un caractère de base et non dérivé. Ce sont les phrases correspondant aux formes de phrase les plus profondément incrustées dans la structure profonde des phrases données99.

Se posant alors la question des relations entre ces catégories grammaticales profondes et les catégories sémantiques mises en évidence par Ryle, Strawson fait la suggestion suivante :

  • 100 Ibid., p. 209.

On peut juger improbable qu’il n’y ait aucune ligne de connexion qui relie ce réseau [de classes et de relations grammaticales] avec de larges classifications sémantiques des éléments du langage. Déterminer exactement où et comment fonctionnent ces lignes de connexion est sans aucun doute d’une grande difficulté. Mais s’il y en a bien qui fonctionnent — si par exemple il y a certains types d’éléments du langage qui sont fondamentalement (basically) nominaux ou verbaux ou adjectivaux —, alors leur découverte pourrait nous aider à mieux comprendre la place de la notion d’absurdité catégorielle en philosophie100.

  • 101 Ibid., p. 208.

71Que, dissimulées sous la grammaire superficielle des expressions quotidiennes, les catégories et les lois de composition de la grammaire profonde soient tout à la fois syntaxiques et sémantiques, tel est le pari que fait Peter Strawson, représentant éminent de la philosophie analytique « de seconde génération ». Ces catégories et lois de composition de la grammaire profonde constitueraient en fait cette « partie de la syntaxe qui doit se voir reconnaître une base sémantique »101. On voit là en fait une importante torsion imprimée aux thèses de Chomsky, puisque les principes sémantiques ne seraient intégrés aux règles syntaxiques qu’au prix d’une sémantisation de ces dernières. Mais on peut se demander s’il n’y a pas là quelque chose que Husserl essayait également de penser dans la quatrième Recherche logique ; auquel cas le fait de s’être concentré sur le contresens formel plutôt que sur le contresens matériel n’impliquerait pas nécessairement d’avoir réduit la morphologie pure à une pure syntaxe formelle et d’en avoir éliminé complètement la question des catégories sémantiques.

  • 102 Les textes de Benoist sont connus : L’a priori conceptuel : Bolzano, Husserl, Schlick (Paris, Vrin, (...)

72Pour éclairer encore cette question, il nous faut évoquer une autre lecture qui est faite de la quatrième Recherche Logique husserlienne dans le champ de la linguistique contemporaine. Il s’agit de celle de Peer Bundgaard, qui voit, dans le texte de Husserl, des éléments d’une morphologie sémantique annonciatrice de la linguistique cognitive. À cet égard, la lecture de Bundgaard se veut explicitement un contrepoint à celle de Jocelyn Benoist, qui tire, pour sa part, Husserl du côté de Chomsky102.

  • 103 P. Bundgaard, « Configuration sémantique et combinaison syntaxique dans la quatrième Recherche logi (...)
  • 104 Ibid., p. 12.
  • 105 Ibid., p. 9.

73Jusqu’à un certain point, l’interprétation de Bundgaard rejoint en fait celle de Bar-Hillel pour dénoncer le caractère purement syntaxique — et par ailleurs peu novateur — des catégories et lois de composition que Husserl met lui-même en avant dans les §§ 10 et suivants de la quatrième Recherche103. Mais Bundgaard voit dans les paragraphes antérieurs de cette Recherche, et singulièrement dans la distinction des catégorèmes et des syncatégorèmes aux §§ 4 à 9, les ressorts d’une théorie dynamique des formes sémantiques, que Husserl n’aurait cependant pas développée lui-même104 ni même d’ailleurs illustrée dans la quatrième Recherche Logique105.

  • 106 Ibid., p. 7.
  • 107 Ibid., p. 8-9.
  • 108 Ibid., p. 9.

74Comme y insiste Bundgaard, Husserl affirme explicitement que la différence grammaticale entre expressions « complètes » et « incomplètes » n’est pas seulement une articulation linguistique, mais qu’elle est bien « la marque d’une certaine différence dans l’ordre de la signification »106. Pour Bundgaard, la caractérisation même des syncatégorèmes comme significations dépendantes oblige à envisager les rapports entre significations dans les termes méréologiques de la troisième Recherche Logique et à y voir un parallèle avec la structuration perceptive107. Selon lui, les syncatégorèmes ne seraient rien d’autre que ces moments de la signification qui témoignent du mode de connexion des significations en un tout unitaire, c’est-à-dire qu’ils seraient les corrélats du mode de visée synthétique par lequel la signification unitaire est visée108. C’est pourquoi, dit Bundgaard, la distinction husserlienne entre catégorèmes et syncatégorèmes ne relève pas seulement de l’expression linguistique de la pensée, mais

  • 109 Ibid., p. 8.

recouvre une distinction entre deux fonctions sémantiques générales qui, elles, permettent au langage d’exprimer des représentations pré-linguistiques telles que celles-ci ont été composées intentionnellement109.

Cette interprétation est évidemment très originale, puisque beaucoup d’autres voient, au contraire, dans la distinction des catégorèmes et des syncatégorèmes, les fondements d’un principe de composition purement syntaxique qui est analogue à la règle de saturation dans l’idéographie frégéenne et qui, nous allons y revenir, constituera d’ailleurs le principal ressort syntaxique des grammaires catégorielles inspirées de la morphologie pure husserlienne.

  • 110 Ibid., p. 13.
  • 111 Ibid., p. 15.

75Poursuivons la lecture de Bundgaard. À partir du paragraphe 10, la quatrième Recherche Logique abandonne brusquement toute cette question de la compositionalité sémantique pour se concentrer exclusivement sur le problème de la composition syntaxique dans une logique linguistique de distribution linéaire110. Et c’est dans cette perspective restreinte que Husserl se met à dégager des catégories et des lois de composition syntaxiques au travers d’une stratégie de formalisation linguistique axée sur le principe d’intersubstituabilité salva significatione. Il y a là, pour Bundgaard, un tournant dans la quatrième Recherche Logique, « qui inaugure et détermine à la fois ce qu’ on pourrait appeler le chomskyanisme en linguistique et en sciences cognitives »111.

76Par « chomskyanisme », Bundgaard entend la thèse selon laquelle la compositionalité des significations repose entièrement dans les principes d’une syntaxe formelle. Or, entre la linguistique cognitive et le chomskyanisme, l’alternative est la suivante : soit on conçoit la grammaire comme

un moyen de combiner linguistiquement ce qui a déjà été composé intentionnellement, et la grammaire opère donc sous la contrainte de cette composition qui précède et finalise sa « synthèse » linguistique ;

soit on conçoit la grammaire comme

  • 112 Ibid., p. 20.

un système original et originaire muni d’un pouvoir de synthèse qui lui est propre et qui est indérivable de tout autre type de synthèse (notamment la synthèse perceptive)112.

  • 113 Bundgaard cite en particulier L. Talmy, R. Langacker, G. Lakoff, M. Johnson, E. Sweetser, G. Faucon (...)
  • 114 Ibid., p. 25-26.

77Les tenants d’une linguistique purement syntaxique — les « chomskyens » — privilégient la seconde branche de l’alternative : les principes de composition des significations relèvent exclusivement de l’expression linguistique et ne lui sont en rien préalables. Les tenants d’une linguistique cognitive113 affirment quant à eux que la structuration linguistique est elle-même « signifiante », dans la mesure où elle exprime la manière dont les significations sont déjà composées avant même leur formulation langagière. Pour le dire encore autrement, avec Bundgaard, la linguistique chomskyenne postule que « le langage part de zéro », qu’il a « ses propres principes » qu’il impose aux significations lors de leur expression, de sorte que « l’unité des représentations est entièrement tributaire des principes régissant la composition linguistique et seulement linguistique ; l’expérience fournit alors les “briques” référentielles, la syntaxe le mortier synthétisant et constituant ». Par contre, la linguistique cognitive considère que les lois de composition linguistiques ne sont pas « hétérogènes aux lois régissant la configuration dans le domaine perceptif » et que le langage possède donc « les moyens sémantiques et expressifs de spécifier la structure configurative d’un objet d’expérience conformément à la façon dont il a été visé »114.

  • 115 Ibid., p. 28.

78On le comprend, la principale objection que Bundgaard adresse à la position chomskyenne est aussi, pour lui, une raison de penser que les principes de la morphologie pure qui se dessinent à partir du § 10 de la quatrième Recherche Logique sont en fait incompatibles avec le reste des positions husserliennes, qui plaideraient plutôt pour une linguistique cognitive. En effet, dit Bundgaard, un a priori grammatical parfaitement autonome par rapport à la structure de l’expérience ne permet pas de rendre compte comment, à travers le langage, nous exprimons nos intentions concrètes de signification ; un sens unitaire ne peut surgir de l’agencement syntaxique que si celui-ci n’est pas arbitraire mais intrinsèquement lié à la structuration intentionnelle du sens lui-même115. Et il est vrai que c’est là exactement ce que Husserl soutiendra explicitement dans Expérience et jugement ou dans Logique formelle et logique transcendantale. Ainsi, après avoir affirmé dans le § 89 de Logique formelle et logique transcendantale que les éléments du jugement doivent « avoir affaire les uns aux autres », Husserl indique que

  • 116 E. Husserl, Logique formelle et logique transcendantale, op. cit., § 89b, p. 295.

tout juger originel et de même tout juger qui se poursuit avec cohésion a de la cohésion grâce à la cohésion des choses dans l’unité synthétique de l’expérience sur la base de laquelle il repose116.

  • 117 P. Bundgaard, « Configuration sémantique et combinaison syntaxique dans la quatrième Recherche logi (...)

En outre, le « chomskyanisme » qui se dégage des §§ 10 et suivants de la quatrième Recherche semble à Bundgaard incompatible avec certaines des thèses exprimées dans les paragraphes antérieurs. D’une part, un a priori grammatical figé dans une « Satzform » primitive ne permet pas de rendre compte de la possibilité de multiplier à l’infini les formes de signification nouvelles, possibilité dont Husserl confiait pourtant à la morphologie pure la tâche de rendre compte. D’autre part, si on s’en tient à la composition syntaxique, on ne peut plus, selon Bundgaard, opérer de distinction entre significations dépendantes et significations indépendantes, puisque toute signification devient en quelque sorte dépendante de la « Satzform »117.

  • 118 Ibid., p. 19-20.

79On le voit, là où Bar-Hillel voyait de la « confusion » entre syntaxe et sémantique, Bundgaard voit plutôt — comme Jocelyn Benoist, mais en la résolvant en sens inverse — une « tension » entre une approche « sémantico-méréologique » et une approche « résolument syntaxique » de l’a priori grammatical118. Or, cette tension qui existe dans la quatrième Recherche logique est précisément celle qui s’exprime dans toute la tradition des grammaires catégorielles qui trouvent leurs racines dans la morphologie pure husserlienne.

80Car, il nous faut maintenant y revenir, les investigations de la quatrième Recherche logique ont leur fertilité propre et elles ont servi de fondement à des recherches extrêmement riches qui vont de Stanislaw Leśniewski à Richard Montague en passant par Kazimierz Ajdukiewicz ou Yehoshua Bar-Hillel lui-même… Dans cette lignée, s’est en effet développée une morphologie pure des significations plus proche de la grammaire des langues naturelles que l’idéographie frégéenne et qui a par ailleurs donné lieu à son propre formalisme.

81Pour rendre compte du fait que, comme le montrent notamment les antinomies, n’importe quel terme ne peut être substitué à n’importe quel autre, Stanislaw Leśniewski s’est en effet tourné en 1922 vers la morphologie pure husserlienne pour élaborer une théorie des catégories sémantiques concurrente de la hiérarchie russellienne des types logiques qui lui semblait artificielle et dénuée de fondement intuitif. Explicitement inspirée de la quatrième Recherche logique, cette théorie de Leśniewski met en œuvre deux catégories de base (phrases et noms) et permet de construire, à partir d’elles, une multitude de catégories dérivées, comme celle des expressions qui, jointes à un nom, forment avec une lui une phrase ou celle des expressions qui, jointes à un nom, forment avec lui un autre nom.

82Ce principe de construction s’appuie en fait sur la distinction husserlienne des catégorèmes et des syncatégorèmes, mais sa force est évidemment de définir précisément la forme de chaque syncatégorème comme une certaine « fonction » des deux catégories de base. De plus, comme ces catégories dérivées permettent à leur tour de construire de nouvelles catégories dérivées, on a là un principe formel de caractérisation d’un nombre potentiellement infini de catégories, susceptible donc de rendre compte de l’ensemble des formes d’expression du langage logique, y compris de nouvelles formes d’expression qui apparaissent au cours du développement du système logique.

83Comme l’indiquera Leśniewski lui-même quelques années plus tard, cette théorie des catégories sémantiques est en fait équivalente à la théorie des types logiques sur le plan de ses conséquences formelles, mais

  • 119 S. Leśniewski, « Gründüge eines neuen Systems der Grundlagen der Mathematik », 1929, Fundamenta Mat (...)

elle se rapproche plutôt, par son aspect intuitif, de le tradition des « catégories » d’Aristote, des « parties du discours » de la grammaire traditionnelle et des « catégories de signification » d’Edmund Husserl119.

Et, par « intuitif », ce que Leśniewski veut dire, ce n’est pas seulement que sa morphologie pure est plus proche des langues naturelles que l’idéographie frégéo-russellienne, mais aussi et surtout qu’elle ne se contente pas de mettre au point des règles de bonne formation des expressions du langage logique, mais s’efforce en même temps de rendre compte des lois de composition des significations elles-mêmes ; comme chez Husserl, les catégories mises en œuvre et les lois de composition qui les régissent sont directement liées à la possibilité même de faire sens, raison pour laquelle il s’agit, selon Leśniewski, de catégories sémantiques autant que syntaxiques.

  • 120 Ajdukiewicz ajoute en outre un traitement catégoriel des quantificateurs qui manquait à l’entrepris (...)
  • 121 K. Ajdukiewicz, « Die Syntaktische Konnexität », dans Studia Philosophica, 1934, vol. 1, p. 1-27.
  • 122 Ajdukiewicz continue d’utiliser le terme husserlien de « Bedeutungskategorie ».

84En 1935, un disciple de Leśniewski, Kazimierz Ajdukiewicz, développera la théorie de son maître en la dotant d’un langage formel d’index fractionnaires et en la munissant d’algorithmes de résolution qui permettent de vérifier mécaniquement la grammaticalité de séquences de mots120. Comme Leśniewski, Ajdukiewicz insiste sur la capacité qu’a son système de prouver, de façon plus élégante et plus simple que la théorie des types, la mauvaise formation d’énoncés comme ceux des paradoxes logiques. Intitulé « Die Synktaktische Konnexität »121, ce texte d’Ajdukiewicz semble pour sa part accorder une valeur essentiellement syntaxique aux catégories et lois de composition qu’il met en œuvre. Même si cette syntaxe est supposée refléter la nature et les articulations du sens lui-même, force est de constater qu’Ajdukiewicz n’impose pas de contrainte proprement sémantique sur le principe d’intersubstituabilité permettant d’identifier les « catégories de signification »122. Comme le dit Béatrice Godard-Wendling :

  • 123 B. Godart-Wendling, « Les trois premières grammaires catégorielles », in Les Grammaires catégoriell (...)

Recourant au test de la substitution pour répartir les différentes expressions du langage dans diverses classes catégorielles, Ajdukiewicz, qui considère pourtant que « la catégorie d’un mot est déterminée par sa signification », ne retient paradoxalement pas ce critère lors de l’affectation des catégories aux expressions, puisqu’il ne pose aucune contrainte sémantique sur la notion d’interchangeabilité. Il en résulte, par exemple, que les expressions « brille », « siffle » et « danse » se voient assigner la même catégorie, puisque en l’absence de contrainte sémantique, elles deviennent interchangeables dans le contexte « le soleil brille ». La syntaxe d’Ajdukiewicz ne détecte en effet comme « non-phrases » que les amas de mots tels que « peut-être cheval si sera cependant brille », mais accepte comme étant des phrases des séquences sémantiquement déviantes comme « le soleil danse ». De cette absence de contrainte sémantique sur le mécanisme même de répartition des expressions dans diverses catégories, il s’ensuit que toutes les catégories de foncteur utilisées par cette syntaxe pour décrire les langues naturelles finissent par recouvrir ce qui était dénommé par les parties du discours. Ainsi la catégorie de foncteur s/n correspond à la classe des verbes (intransitifs), la catégorie n/n rend compte de tous les articles123, etc.

  • 124 Y. Bar-Hillel, « A quasi arithmetical notation for syntactic description », Language, 1953, vol. 29 (...)

85Les travaux d’Ajdukiewicz inspireront directement la grammaire catégorielle formulée par Yehoshua Bar-Hillel en 1953, ainsi que celle formulée en 1958 par Joachim Lambek, qui s’appuie également sur la théorie des types de Church124. Aussi bien Bar-Hillel que Lambek envisagent de manière purement syntaxique les catégories de la morphologie, dont tous deux montrent le lien avec les traditionnelles « parties du discours ». Disciple de Carnap, dont il a très soigneusement étudié la Syntaxe logique du langage, Bar-Hillel s’efforce par ailleurs de rendre compte du fait que, dans les langues naturelles, des expressions intersubstituables dans certains contextes salva congruitate ne le sont pas dans d’autres ; elles ne sont, dit Carnap, pas « isogènes » mais seulement « apparentées ».

  • 125 R. Montague, « Universal grammar » (1970) et « The proper treatment of quantification in ordinary e (...)

86En s’appuyant sur les opérations d’abstraction et d’applications fonctionnelles qui caractérisent les types chez Church, Richard Montague développera à son tour en 1970 une grammaire catégorielle, qu’il double en outre d’une méthode d’analyse sémantique fondée sur les outils logiques de la sémantique des mondes possibles125. Par un homomorphisme des algèbres syntaxique et sémantique, la méthode de Montague permet de calculer conjointement la bonne formation syntaxique — la « grammaticalité » — et la bonne formation sémantique — la « signifiance » — des phrases. Le système de Montague fournit une méthode de transition des catégories syntaxiques, qu’il appelle simplement « catégories », aux catégories sémantiques, qu’il appelle « types », et donne ainsi un sens précis à l’idée que les articulations syntaxiques « reflèteraient » les articulations du sens lui-même. Mais, bien sûr, ces articulations sont propres à chaque langage, d’autant que, depuis Bar-Hillel, en cela fidèle à Carnap, la liste même des catégories de base peut varier d’un langage à l’autre.

  • 126 Pour une présentation sommaire des grammaires catégorielles et de leurs enjeux, cf. le volume : Les (...)
  • 127 « Dans une morphologie purement logique, il s’agit donc tout d’abord de parvenir à la détermination (...)

87Bien qu’elles s’en écartent très nettement dans leurs développements précis, qui doivent beaucoup aux outils logiques de Frege, Carnap, Tarski, Church ou Kripke, toutes ces grammaires catégorielles héritent de Husserl l’idée même de la morphologie pure, mais aussi la distinction fondamentale entre catégories de base dotées d’une certaine autonomie de signification — les catégorèmes husserliens — et catégories dérivées ne pouvant faire sens qu’en s’inscrivant dans des rapports avec les catégories de base — les syncatégorème husserliens126. Concevoir ces rapports comme des « fonctions » et, sur ce principe, « axiomatiser » les règles de composition catégorielle, tel est évidemment l’apport propre de Leśniewski et ses héritiers au programme que Husserl n’avait fait qu’esquisser127. Mais tous s’efforcent par là de retrouver des catégories correspondant aux traditionnelles « parties du discours », de manière à rendre mieux compte de la morphologie des langues naturelles qu’on ne peut le faire avec les seules catégories morphologiques de l’idéographie frégéenne.

88Il n’est pas inintéressant de souligner que, en héritant de Husserl, les grammaires catégorielles échappent évidemment à certaines des objections que Bundgaard adresse au « chomskyanisme ». En effet, depuis déjà Leśniewski, ces grammaires mettent précisément au centre de leur syntaxe des principes de compositionalité qui se fondent sur une distinction irréductible des catégories de base et des catégories de foncteur et qui permettent de dériver à l’infini de nouvelles catégories de foncteur.

  • 128 C’est l’expression que recommande Denis Miéville dans Un développement des systèmes de Stanislaw Le (...)
  • 129 La position personnelle de Bar-Hillel sur cette question explique d’ailleurs en partie la critique  (...)

89S’agit-il là de catégories purement syntaxiques ou de catégories « sémantico-syntaxiques »128 ? Sur cette question, qui était au cœur du questionnement de Strawson sur Ryle et qui opposait Benoist et Bundgaard dans leurs interprétations de la morphologie pure, les pionniers des grammaires catégorielles — Leśniewski, Ajdukiewicz, Bar-Hillel, ... — sont eux-mêmes partagés129. Il est en tout cas clair que les grammaires catégorielles ne prétendent pas prendre en charge toute la problématique de l’incongruité sémantique dans les langues naturelles ; l’intersubstituabilité salva significatione ne coïncidera jamais totalement avec l’intersubstituabilité salva beneformatione et certaines phrases grammaticalement correctes seront toujours absurdes. Mais continue de se poser la question de savoir si les principes définitoires des catégories dans les grammaires catégorielles — par exemple le choix des noms et des phrases comme catégories de base et la construction de la catégorie des « verbes » comme rapport entre ces deux catégories — sont purement arbitraires puis flanqués de « modèles » ou s’ils rendent compte d’articulations sémantiques préalables, qui, à défaut d’être universelles, seraient peut-être propres à tel ou tel langage.

Notes

1 E. Husserl, Recherches logiques, IV, Paris, P.U.F., Épiméthée, 1959-1963, tome II, Intro, p. 85.

2 Ibid.

3 Ibid., p. 85-86. Cf. aussi « Prolégomènes à la logique pure », in Recherches logiques, op. cit., tome I, § 67, p. 267-270.

4 E. Husserl, Recherches logiques, IV, op. cit., tome II, Intro, p. 85-86.

5 Ibid., § 10, p. 112-113.

6 Ibid., § 10, p. 113-114.

7 Ibid., § 13, p. 125.

8 Ibid., § 13, p. 125-126.

9 Y. Bar-Hillel, « Synctactical and semantical categories », in The Encyclopedia of Philosophy, MacMillan, Londres-New york, 1967, vol. 8, p. 57.

10 Ibid., p. 57.

11 Bar-Hillel rend d’ailleurs explicitement hommage à Husserl sur ce point : « Husserl mérite certainement beaucoup de crédit pour avoir distingué non-sens (Unsinn) et contresens (Widersinn), ou, en termes modernes, pour avoir distingué les séquences (strings) qui violent des règles de formation et les séquences qui peuvent être réfutées par des règles de déduction » (Ibid., p. 58).

12 E. Husserl, Recherches logiques, IV, op. cit., tome II, § 10, p. 113.

13 Y. Bar-Hillel, « Synctactical and semantical categories », op. cit., p. 58.

14 Ibid., p. 58.

15 G. Frege, Idéographie (1879), Paris, Vrin, 1999, § 11, p. 38.

16 B. Russell, Principles of mathematics (1903), Londres, Allen and Unwin, 1964, chap. III, p. 33-41.

17 G. Frege, Idéographie (1879), op. cit., § 11, p. 38.

18 Ibid., p. 37.

19 G. Frege, « Dialogue avec Pünjer » (avant 1884), in Écrits posthumes, Nîmes, Jacqueline Chambon, 1994, p. 74-78 ; « Concept et objet » (1892), in Écrits logiques et philosophiques, Paris, Le Seuil, 1994, p. 135-136 ; « Sens et signification » (1892), in Écrits logiques et philosophiques, op. cit., p. 109 ; pp 115-117.

20 E. Husserl, Recherches logiques, IV, op. cit., tome II, § 4, p. 97.

21 G. Frege, Idéographie (1879), op. cit., § 4, p. 18.

22 E. Husserl, Recherches logiques, IV, op. cit., tome II, § 13, p. 126.

23 B. Russell, Principles of mathématics (1903), § 46, op. cit., p. 42 ; trad. fr. in Écrits de logique philosophique, Paris, P.U.F., 1989, p. 72.

24 Ibid.

25 Dans un appendice ajouté in extremis aux Principles, Russell rend d’ailleurs hommage aux analyses très profondes de Frege quant à la syntaxe du langage symbolique, qu’il regrette d’avoir découvertes un peu tard Principles of mathematics (1903), app. A, § 475, op. cit., p. 501 ; trad. fr. in Écrits de logique philosophique, Paris, P.U.F., 1989, p. 159. Cf. aussi Principia mathematica (1910), Cambridge, Cambridge University Press, 1950, traduction française (très) partielle dans Écrits de logique philosophique, op. cit., p. 225.

26 Husserl pense là quelque chose qui ressemble évidemment à l’insaturation des fonctions propositionnelles. Dans un cours de 1917-1918, Husserl s’intéressera de plus près à l’analyse frégéenne des concepts comme fonction et il renouvellera à l’occasion sa compréhension de la saturation comme remplissement. Sur ce point, cf. les belles analyses de Denis Seron dans le § 12 d’Objet et signification, Paris, Vrin, 2003, p. 186-205.

27 Sur ce point, cf. notre article « Les présupposés d’existence de l’école de Brentano à l’école de Frege », in Philosophie, 2008 (vol. 97), p. 26-41, ainsi que notre Introduction à la philosophie analytique, Bruxelles, De Boeck, 2008.

28 B. Russell, « De la dénotation » (1905), in Écrits de logique philosophique, op. cit., p. 203-218.

29 R. Carnap, La Construction logique du monde, Paris, Vrin, coll. Mathesis, 2002.

30 W.V.O. Quine, « On what there is », in From a logical point of view, Harvard University Press, 1953.

31 G. Frege, « Dialogue avec Pünjer » (avant 1884), p. 84 ; « Concept et objet » (1892), op. cit., p. 137 ; Les Fondements de l’arithmétique (1884), Paris, Le Seuil, 1969, § 53, p. 180-181.

32 Un peu plus loin, le texte se poursuit en intégrant la catégorie de la substance : « Nous ne pouvons pas seulement poser une série de questions à propos d’un individu, dont chacune livre parmi ses réponses un éventail (range) de prédicats possibles de cet individu ; nous pouvons aussi demander à propos de n’importe lequel de ces prédicats “qui l’a ?” ; ou “qu’est-ce qui l’a ?”. Les réponses à ces questions indiqueront des individus ou seront les noms d’individus, comme “Socrate”, “Fido”, “Je” ou “la Reine”. Manifestement ces questions n’engendrent pas des éventails de prédicats, mais des éventails de sujets ou de possesseurs de prédicats, c’est-à-dire de substances particulières. Ainsi, “Socrate” est dans la catégorie de la Substance, là où “au nez retroussé” est dans la catégorie de la Qualité et “mari” dans la catégorie de la Relation. En conséquence de cette extension de sens, “catégorie” ne signifie plus simplement “type de prédicat”, mais “type de terme” où “terme” signifie “facteur qui peut être abstrait dans un éventail de propositions simples, singulières” » (G. Ryle, « Categories », in Proceedings of the Aristotelian Society, 1938, vol. XXXVIII, p. 189-206, réédité dans les Collected papers, London, Hutchinson, vol. 2, p. 170-171).

33 Qu’en vertu de cette distinction des types de termes, la notion même de « terme » soit suspecte aux yeux de Ryle, c’est ce qui apparaît plus loin dans l’article de 1938 : « Il n’y a pas et il ne peut pas y avoir de titre univoque pour tous les significata d’expressions, puisque, s’il y avait un tel titre, tous les significata seraient d’un seul et même type. Et c’est justement ceci qui était erroné depuis le départ dans la terminologie lockienne des “idées” (ideas) ou dans la terminologie meinongienne des “objets”, mots qui furent employés précisément pour accomplir cette tâche impossible » (ibid., p. 180).

34 Ibid., p. 171.

35 Id.

36 À bien des égards, cependant, Aristote montre qu’il n’a pas du tout pris la mesure de cette découverte. En effet, dit Ryle, Aristote « semble avoir pensé que, bien que les termes soient accouplés dans des propositions et qu’il y ait différentes sortes de termes, il n’y a qu’une sorte d’accouplement (coupling) [sous-entendu celui du sujet et du prédicat] » (ibid., p. 175). Plus généralement, Aristote n’aurait tenu aucun compte dans sa logique de son analyse pourtant remarquable des différentes formes de proposition (ibid.).

37 Ibid., p. 174.

38 Ibid., p. 181.

39 Ibid., p. 180.

40 Ibid., p. 183.

41 Ibid., p. 180.

42 Id.

43 Ibid., p. 179.

44 Id.

45 G. Ryle, « Dilemmas », in Dilemmas, Cambridge, Cambridge University Press, 1954, p. 10.

46 L. Wittgenstein, Remarques philosophiques (1930), Paris, Gallimard, 1975, § 1, p. 51-52.

47 L. Wittgenstein, Recherches philosophiques (1933-1949), Paris, Gallimard, 2004, § 91, p. 78. Cf. aussi ibid., § 101, p. 81.

48 L. Wittgenstein, Remarques philosophiques (1930), op. cit., § 208, p. 246.

49 L. Wittgenstein, Recherches philosophiques (1933-1949), op. cit., § 133, p. 89.

50 L. Wittgenstein, Tractatus logico-philosophicus (1921), Paris, Gallimard, 1993, § 4.5, p. 70 : « La forme générale de la proposition est : ce qui a lieu est ainsi et ainsi ».

51 L. Wittgenstein, Recherches philosophiques (1933-1949), op. cit., § 23, p. 125.

52 Ibid., partie II, p. 314.

53 L. Wittgenstein, Recherches philosophiques (1933-1949), op. cit., § 12, p. 33. Cf. aussi Grammaire philosophique (1930-1933), Paris, Gallimard, 1980, § 20, p. 66-67.

54 L. Wittgenstein, Recherches philosophiques (1933-1949), op. cit., § 134, p. 170. Cf. aussi Remarques philosophiques (1930), op. cit., § 85, p. 109.

55 « Le défaut fondamental de la logique de Russell, et de la mienne également dans le Tractatus, est que ce qu’est une proposition y est illustré par deux ou trois exemples qui sont des lieux communs, et est par conséquent présupposé comme compris sur le mode de la généralité » (L. Wittgenstein, Remarques sur la philosophie de la psychologie (1947-1948), I, Mauvezin, T.E.R, 1989, § 38, p. 19).

56 « Les classifications que font philosophes et psychologues sont comme si on voulait classer les nuages selon leur forme » (L. Wittgenstein, Remarques philosophiques (1930), op. cit., § 154, p. 173).

57 L. Wittgenstein, Recherches philosophiques (1933-1949), op. cit., § 664, p. 237.

58 L. Wittgenstein, Grammaire philosophique (1930-1933), op. cit., app. 2, p. 211.

59 Ibid., app. 1, p. 207.

60 Ibid., § 31, p. 75.

61 Ibid., § 21, p. 67.

62 L. Wittgenstein, Remarques philosophiques (1930), op. cit., § 92, p. 113-114.

63 L. Wittgenstein, Recherches philosophiques (1933-1949), op. cit., § 15, p. 34 ; § 26, p. 41.

64 L. Wittgenstein, Remarques sur la philosophie de la psychologie (1947-1948), I, op. cit., § 614, p. 137. Cf. aussi Recherches philosophiques (1933-1949), op. cit., § 27, p. 41 .

65 L. Wittgenstein, Recherches philosophiques (1933-1949), op. cit., § 13, p. 33.

66 Ibid., § 38, p. 48. Cf. aussi Remarques philosophiques (1930), op. cit., § 92, p. 114 : « Si on donne un nom à un corps, on ne peut pas donner un nom dans le même sens à sa couleur, sa forme, sa situation, sa surface. Et inversement ». Cela ne peut que conduire à un emploi très « embrouillé » du mot « objet » (ibid., premier appendice, p. 289).

67 « Le concept général de la signification d’un mot recouvre le fonctionnement du langage d’un rideau de brume qui en rend impossible une vision claire » (L. Wittgenstein, Recherches philosophiques (1933-1949), op. cit., § 5, p. 29).

68 Ibid., § 3, p. 29.

69 « Un jeu de langage analogue à un fragment d’un autre » (L. Wittgenstein, Remarques sur la philosophie de la psychologie (1947-1948), I, op. cit., § 936, p. 196).

70 Sur la notion d’« air de famille », voir en particulier L. Wittgenstein, Recherches philosophiques (1933-1949), op. cit., §§ 66-67, p. 64-65.

71 L. Wittgenstein, Tractatus logico-philosophicus (1921), op. cit., § 6.3751, p. 109.

72 L. Wittgenstein, Remarques philosophiques (1930), op. cit., § 76, p. 103.

73 Ibid., § 3, p. 53.

74 De même qu’il y avait, dans le Tractatus, une transposition ontologique des structures idéographiques — si les faits plutôt que les choses sont les éléments du monde, c’est parce que les propositions plutôt que les mots sont les composantes élémentaires du langage rationnel ; et si le monde se dissout en faits, c’est parce qu’une théorie n’est jamais que l’articulation logique vérifonctionnelle de propositions simples -, il y a également une transposition ontologique des règles de jeux de langage quotidiennes. La grammaire philosophique est aussi une ontologie ; et chaque « chapitre de la grammaire philosophique » livre ainsi un ensemble de connaissances a priori sur un aspect ou une « région » du monde. Non pas, bien sûr, que la grammaire soit dictée par une structure ontologique préalable, mais bien qu’elle soit au contraire le fondement de toute représentation du monde : « Les conventions de la grammaire ne tirent pas leur justification d’une description de ce qui est re-présenté. Toute description de ce genre présuppose déjà les règles de la grammaire » (L. Wittgenstein, Remarques philosophiques (1930), op. cit., § 7, p. 55). Les catégories grammaticales ne sont pas la traduction des différences ontologiques ; c’est au contraire la grammaire qui « dit quel sorte d’objet » est chaque chose (Recherches philosophiques (1933-1949), op. cit., § 373, p. 171). Sur toutes ces questions, qui sont très complexes chez le second Wittgenstein, puisqu’il y a une démarche en deux temps — d’une part reconnaître l’aprioricité des règles et d’autre part indiquer les origines génétiques et pragmatiques de ces règles dans des régularités (des pratiques) et des formes de vie —, cf. notre Introduction à la philosophie analytique, Bruxelles, De Boeck, 2008.

75 L. Wittgenstein, Remarques philosophiques (1930), op. cit., § 3, p. 53. Ici encore, il en va de même pour le concept formel de « nombre », dont le Tractatus disait déjà : « Le concept de nombre n’est rien d’autre que ce qu’il y a de commun à tous les nombres, la forme générale du nombre. Le concept de nombre est le nombre variable » (Tractatus logico-philosophicus (1921), op. cit., § 6.022, p. 96. Cf. aussi Remarques philosophiques (1930), op. cit., § 110, p. 127).

76 L. Wittgenstein, Remarques philosophiques (1930), op. cit., § 84, p. 108.

77 Ibid., § 86, p. 110.

78 « Si elle se présentait sous la forme d’un livre, la grammaire ne consisterait pas simplement en une série ordonnée d’articles, elle montrerait une tout autre structure (…). Il y aurait, par exemple, un chapitre sur les couleurs qui réglerait l’usage des termes de couleurs, mais il n’y aurait pas de chapitre analogue sur ce que la grammaire dit des mots “pas”, “ou” (des constantes logiques). Par exemple, les règles détermineraient qu’il faut utiliser les mots ci-dessus dans toutes les propositions (mais qu’il n’en va pas de même pour les termes de couleur). Et ce “toutes” n’aurait pas le caractère d’une généralité empirique, mais la généralité sans appel d’une règle de jeu supérieure » (L. Wittgenstein, Grammaire philosophique (1930-1933), op. cit., appendice, § 5, p. 221).

79 L. Wittgenstein, Recherches philosophiques (1933-1949), op. cit. § 307, p. 153.

80 L. Wittgenstein, Notes sur l’expérience privée et les sense data (1934-1936), Mauvezin, T.E.R., 1982, p. 51.

81 L. Wittgenstein, Remarques sur la philosophie de la psychologie (1947-1948), I, op. cit., § 380, p. 82.

82 L. Wittgenstein, Remarques philosophiques (1930), op. cit., § 57, p. 86-87.

83 L. Wittgenstein, Recherches philosophiques (1933-1949), op. cit., § 246, p. 137.

84 G. Ryle, The concept of mind, Londres, Hutchinson, 1949, p. 16.

85 Ibid., p. 18.

86 L. Antoniol, Lire Ryle aujourd’hui, Bruxelles, De Boeck, p. 51-62.

87 Ibid., p. 58.

88 Ibid., p. 60.

89 Ibid., p. 57-58.

90 E. Husserl, Logique formelle et logique transcendantale, Paris, P.U.F., Épiméthée, 1957, § 89b, p. 294.

91 Ibid., § 89a, p. 291-292.

92 Ibid., § 89b, p. 294.

93 Id.

94 Sur ce point, cf. mon article « Que le mode de donation dépend du monde de constitution : l’intuition des idéalités », in Idéalisme et phénoménologie, Marc Maesschalk et Robert Brisart (éds), Hildesheim, Olms, 2007, p. 185-210.

95 Il est d’ailleurs intéressant à cet égard de noter la grande parenté qui existe entre les critiques adressées par Ryle et Wittgenstein au mentalisme et le réquisitoire dressé quelques années auparavant par Husserl contre une certaine prétention à voir dans le monde psychique le pur et simple complémentaire ontologique du monde physique Cf. La Crise des sciences européennes et la phénoménologie transcendantale, Paris, Gallimard, Tel, 1976, §§ 10-11 et 60-66.

96 Sur les rapprochements à faire entre Husserl et Wittgenstein à cet égard, cf. mon « “Voir comme”, noèse, jeux de langage et monde de la vie », in Husserl et Wittgenstein. De la description de l’expérience à la phénoménologie linguistique, Jocelyn Benoist et Sandra Laugier eds., Hildesheim, Olms, 2004, p. 187-200.

97 En témoignent notamment les notions de « transformation » et de « structure profonde » (P. Strawson, « Categories », in Ryle, Oscar P. Wood et George Pitcher eds., Londres, Mac Millan, 1970, p. 210).

98 Ibid., p. 207.

99 Ibid., p. 210.

100 Ibid., p. 209.

101 Ibid., p. 208.

102 Les textes de Benoist sont connus : L’a priori conceptuel : Bolzano, Husserl, Schlick (Paris, Vrin, 1999) ; Intentionalité et langage dans les Recherches logiques de Husserl (Paris, P.U.F., 2001) ; Entre acte et sens : la théorie phénoménologique de la signification (Paris, Vrin, 2002). Ces ouvrages très stimulants reçoivent une très belle lecture critique dans l’article de Bundgaard.

103 P. Bundgaard, « Configuration sémantique et combinaison syntaxique dans la quatrième Recherche logique de Husserl », in Recherches husserliennes, 2004, vol. 21, note 11, p. 15.

104 Ibid., p. 12.

105 Ibid., p. 9.

106 Ibid., p. 7.

107 Ibid., p. 8-9.

108 Ibid., p. 9.

109 Ibid., p. 8.

110 Ibid., p. 13.

111 Ibid., p. 15.

112 Ibid., p. 20.

113 Bundgaard cite en particulier L. Talmy, R. Langacker, G. Lakoff, M. Johnson, E. Sweetser, G. Fauconnier, J. Petitot, B. Victori, J.-M. Visetti (ibid., p. 29), mais aussi R. Thom (ibid., p. 30).

114 Ibid., p. 25-26.

115 Ibid., p. 28.

116 E. Husserl, Logique formelle et logique transcendantale, op. cit., § 89b, p. 295.

117 P. Bundgaard, « Configuration sémantique et combinaison syntaxique dans la quatrième Recherche logique de Husserl », op. cit., p. 17.

118 Ibid., p. 19-20.

119 S. Leśniewski, « Gründüge eines neuen Systems der Grundlagen der Mathematik », 1929, Fundamenta Mathematicae, trad. angl. dans Collected works, Dordrecht, Kluwer et Varsovie, Polish Scientific Publisher, 1992, p. 424.

120 Ajdukiewicz ajoute en outre un traitement catégoriel des quantificateurs qui manquait à l’entreprise de Lesniewski. Sur ce point, cf. P. Joray et B. Godart-Wendling, « De la théorie des catégories sémantiques de Leśniewski à l’analyse de la quantification dans la syntaxe d’Ajudkiewicz », in Les Grammaires catégorielles, Langages, déc. 2002, vol. 148, p. 44 sq.

121 K. Ajdukiewicz, « Die Syntaktische Konnexität », dans Studia Philosophica, 1934, vol. 1, p. 1-27.

122 Ajdukiewicz continue d’utiliser le terme husserlien de « Bedeutungskategorie ».

123 B. Godart-Wendling, « Les trois premières grammaires catégorielles », in Les Grammaires catégorielles, Langages, déc. 2002, vol. 148, p. 53.

124 Y. Bar-Hillel, « A quasi arithmetical notation for syntactic description », Language, 1953, vol. 29, p. 47-58 ; trad. fr. dans Langages, 1968, vol. 9, p. 9-22 ; Joachim Lambek, « The mathematics of sentence structure », American Mathematical Monthly, 1958, vol. 65, p. 154-170.

125 R. Montague, « Universal grammar » (1970) et « The proper treatment of quantification in ordinary english » (1973), réédités dans R. Thomason (éd.), Formal philosophy : Selected papers of Richard Montague, New Haven et Londres, Yale University Press, p. 222-246 et 247-270.

126 Pour une présentation sommaire des grammaires catégorielles et de leurs enjeux, cf. le volume : Les Grammaires catégorielles, Langages, déc. 2002, vol. 148, ainsi que le volume : Categorial grammar, Johan Van Benthem (éd.), Amsterdam, John Benjamins publishing company, 1988.

127 « Dans une morphologie purement logique, il s’agit donc tout d’abord de parvenir à la détermination des formes primitives sans quitter le domaine pur que nous venons de décrire. Plus précisément, il faudrait fixer les formes primitives des significations indépendantes, des propositions complètes, avec leurs articulations immanentes et les structures inhérentes aux articulations. Ensuite, les formes primitives de complication et de modification qu’admettent, d’après leur essence, les diverses catégories de membres possibles. Enfin, il s’agit d’une vue d’ensemble systématique de la multiplicité illimitée d’autres formes que l’on peut dériver des premières, par complication ou modification continue » (E. Husserl, Recherches logiques, IV, op. cit., tome II, § 13, p. 124-125).

128 C’est l’expression que recommande Denis Miéville dans Un développement des systèmes de Stanislaw Leśniewski, Protothétique — Ontologie — Mériologie, Berne, P. Lang, 1984, p. 155-156.

129 La position personnelle de Bar-Hillel sur cette question explique d’ailleurs en partie la critique — carnapienne — qu’il adresse à Husserl et Leśniewski.

© Presses universitaires de Liège, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540