Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La théorie des catégories

 | 
Arnaud Dewalque
, 
Bruno Leclercq
, 
Denis Seron

L’autonomie des catégories syntaxiques (Husserl, Heidegger, Pfänder)

Arnaud Dewalque

Texte intégral

1Comme on sait, la réforme entreprise par Husserl dans les Recherches logiques ne se limite pas à la fondation d’une logique pure, antipsychologiste, basée sur la distinction fondamentale entre, d’une part, la sphère des significations idéales, et d’autre part, la sphère des choses et des processus psychiques réels. On doit aussi à Husserl d’avoir identifié et distingué, au sein même de la logique pure, plusieurs couches de problèmes qui, jusque-là, n’avaient le plus souvent pas été explicitement séparées. Une fois déterminé le domaine général de la logique pure, il est apparu en effet que ce domaine n’était pas homogène, mais présentait une certaine structure ou une certaine « stratification », en fonction de laquelle différentes sous-disciplines devaient être délimitées les unes par rapport aux autres. Ce travail de délimitation a donné lieu à plusieurs distinctions importantes. Il a d’abord amené Husserl, dans la iveRecherche logique, à diviser la logique pure en deux théories distinctes : une « grammaire pure » — baptisée dans la seconde édition « grammaire pure logique » (reine logische Grammatik) — et une « théorie pure de la validité » (reine Geltungslehre). Cette division repose sur la distinction entre deux « sphères » de lois logiques :

  • 1 E. Husserl, Logische Untersuchungen (désormais cité LU), Bd. II/1, Halle, Niemeyer, 1913, Recherche (...)

Il y a, au sein de la logique pure, une sphère de lois qui font abstraction de toute objectivité, et qui, à la différence des lois logiques au sens usuel et prégnant du mot, devraient à juste titre être qualifiées de lois de grammaire pure logique. Mieux encore, nous opposerons à la morphologie pure des significations la théorie pure de la validité qui la présuppose1.

  • 2 E. Husserl, LU IV, p. 340.

2Avec la grammaire pure logique, nous nous trouvons dans « ce domaine logique élémentaire » où « les questions concernant la vérité, l’objectivité, la possibilité objective, demeurent encore hors de jeu »2. Son problème est seulement de savoir à quelles conditions et en vertu de quelles lois des significations isolées (« figure », « carré », « rond », « est », « cette », etc.) peuvent entrer en combinaison et former une signification unitaire sensée (« Cette figure est un carré »), par opposition à une suite de significations dépourvue de sens unitaire (« rond cette est »). Autrement dit, la tâche de la grammaire pure logique est l’étude des formes de signification et de leur complexion en significations composées. La difficulté à se pourvoir d’une conception correcte d’une telle étude vient du fait qu’elle allie deux aspects qui peuvent sembler, à première vue, difficilement conciliables. D’une part, elle est appelée à partir du discours, des signes sensibles — des mots tracés sur le papier, prononcés ou entendus — et de leur combinaison en complexes de signes (en expressions composées, en phrases, etc.). C’est pourquoi on est fondé à parler d’une grammaire pure logique. D’autre part, l’appartenance de cette « grammaire » à la logique pure situe eo ipso l’investigation à un tout autre niveau que celui des langues factuelles données et de leur armature grammaticale respective. L’ambition de Husserl est plutôt de dégager, sous cette armature factuelle, des « catégories de signification » (Bedeutungskategorien), c’est-à-dire des formes logiques fondamentales qui correspondent aux parties du discours, et — conjointement — des lois logiques qui sont fondées sur ces catégories et qui déterminent a priori toutes les connexions syntaxiques possibles. Dans la mesure où elle est tournée vers les formes de signification, en tant que ces formes sont de pures formes logiques, la grammaire pure logique est également appelée « morphologie pure des significations ».

  • 3 E. Husserl, Logik. Vorlesung 1902/03, dans Husserliana Materialien (désormais cité HuaMat), Bd. II, (...)
  • 4 E. Husserl, LU IV, p. 294.
  • 5 A. Pfänder, note inédite tirée du Nachlaß (voir infra), cote : Pfänderiana 16.07.31/201 (feuillet p (...)

3Maintenant, ce que remarque Husserl en établissant une ligne de démarcation entre cette morphologie pure des significations et la théorie pure de la validité, c’est qu’il est totalement indifférent, pour la première, que les significations unitaires qui satisfont les conditions du sens satisfaissent ou non ces autres conditions qui garantissent leur validité objective ; il est indifférent qu’elles puissent être vraies a priori (« Cette figure géométrique est un carré ») ou qu’elles soient une absurdité et, logiquement parlant, un contresens (« Ce carré est rond »). Un contresens est encore un sens. Comme le remarque Husserl dans ses cours, une proposition comme « Un carré rond est l’intégrale d’une botte » est certes absurde, mais elle n’en forme pas moins un sens unitaire, sans quoi elle ne pourrait même pas nous faire rire3. La grammaire pure logique ne s’intéresse qu’aux conditions du sens, que ce sens soit absurde ou porteur d’objectivité. La partie de la logique baptisée théorie pure de la validité, en revanche, s’intéresse précisément aux conditions a priori de la vérité ou de l’objectivité, ainsi qu’aux lois qui garantissent la « non-absurdité » des connexions entre significations. C’est là, on le voit imédiatement, un problème logique de niveau plus élevé, qui ne se pose que si les significations composées ont déjà rempli les conditions fixées par la grammaire pure logique, donc sont des significations unitaires sensées. Si l’on considère le problème de la validité comme le problème « logique » par excellence, on peut encore dire que les lois de la grammaire pure logique « ne sont pas encore ce qu’on appelle des lois logiques au sens fort du mot »4. Dans les termes de Pfänder — qui, dans ses notes de cours, paraphrase très souvent Husserl —, il s’agit de lois « pré-logiques » (vorlogischen) qui concernent seulement « l’unification de concepts en une signification » (die Vereinigung von Begriffen zu einer Bedeutung), c’est-à-dire — encore une fois — « l’évitement du non-sens » (Vormeidung des Unsinnes) et non du contresens5.

4C’est là un premier résultat du travail de démarcation entrepris par Husserl. Plus tard, dans Logique formelle et logique transcendantale (§§ 13-15), le même travail de démarcation l’a amené à diviser à son tour la théorie pure de la validité en deux sous-disciplines : la « logique formelle de la non-contradiction » et la « logique formelle de la vérité ». Il en est résulté, en définitive, une « triple stratification » de la logique pure, les lois des strates supérieures n’étant applicables que dans le cadre défini par les lois des ou de la strate inférieure. Ainsi, les lois qui préservent de la non-contradiction ou du contresens ne s’appliquent qu’à des complexes de significations qui ont déjà satisfait les lois de la grammaire pure logique, donc qui ont un sens unitaire, car pour une expression insensée, la question de savoir si elle est contradictoire ou non ne se pose même pas. Pareillement, la question de la vérité d’une proposition ne se pose que pour les propositions qui, premièrement, constituent une signification unitaire sensée ou sont « bien formées » et, deuxièmement, sont non-contradictoires.

  • 6 Pour certains aspects de cette évolution, on pourra se reporter à l’étude de Lina Rizzoli publiée d (...)
  • 7 Jocelyn Benoist mentionne quelques objections qui ont été faites à la grammaire pure logique à la f (...)
  • 8 Voir la contribution de Bruno Leclercq dans ce volume.

5Je ne reviendrai pas, dans ces pages, sur l’évolution de Husserl et sur les divergences que l’on peut relever entre la conception initiale des Recherches logiques et celle qui sera finalement exposée dans Logique formelle et logique transcendantale6. Je n’examinerai pas non plus les importantes difficultés que soulève le projet même d’une grammaire pure logique et les objections qui ont pu lui être adressées de divers côtés7 — notamment dans la logique moderne qui, à la suite de Frege, a pris ses distances à l’égard de l’analyse traditionnelle des propositions en termes de formes nominales, adjectives8, etc. Mon objectif sera plutôt de mettre en évidence un phénomène qui, à mon sens, est appelé à jouer un rôle fondamental dans la construction d’une grammaire pure logique : la reconnaissance de l’« autonomie » des catégories de signification, non seulement à l’égard de la grammaire au sens usuel du terme (la grammaire en tant que science empirique d’une langue factuelle), mais aussi à l’égard des catégories ontologiques et, plus spécialement, à l’égard des catégories de l’ontologie traditionnelle (chose, propriété, activité, etc.).

  • 9 Voir, sur ce point, la contribution de Denis Seron dans ce volume.

6Bien sûr, du point de vue de la grammaire pure logique, la question de l’articulation entre logique et ontologie se pose sous un angle très particulier, puisqu’il n’est encore nullement question de la validité objective des significations ni, par conséquent, d’une quelconque équivalence entre la vérité d’une proposition et l’existence de l’objet ou de l’état de choses correspondant. Il faut manifestement se garder ici de placer sur le même pied deux discours husserliens sur les catégories logiques : d’abord, l’idée que les catégories logiques sont autonomes à l’égard des catégories ontologiques ; ensuite, l’idée que les catégories de la logique formelle peuvent être « converties » en catégories de l’ontologie formelle9. En réalité, dans ces deux cas, on ne donne pas exactement le même sens à l’expression « catégories logiques ». Plus exactement, on envisage ces catégories à un niveau différent dans l’édifice de la logique pure. Dans le premier cas, on les envisage au niveau de la grammaire pure logique, en étudiant leur fonction du seul point de vue du sens (par opposition au non-sens). Dans le second, on les envisage au niveau de la théorie de la validité, en étudiant leur fonction du point de vue de la non-contradiction (par opposition au contresens). Or, on voit que le problème de l’articulation logico-ontologique ne se pose pas de la même façon dans les deux cas.

7Du point de vue de la théorie de la validité, la question est de savoir à quelles conditions un objet existant peut correspondre aux significations. Husserl y répond par la thèse de la convertibilité des catégories et des lois de la logique formelle en catégories et en lois de l’ontologie formelle. Il est facile de voir que cette thèse s’appuie sur des constatations appartenant à la théorie pure de la validité — par exemple : la constatation qu’aucun objet ne pourra correspondre par principe à la signification « p et non-p », car celle-ci viole les lois de la validité, etc.

8Sur le terrain de la grammaire pure logique, en revanche, il n’est pas encore question de validité. Néanmoins, le problème de l’articulation logico-ontologique se pose déjà. Simplement, il se pose en un sens tout différent. La question, là, est de savoir si le caractère sensé d’une connexion de signification signifie la même chose que sa conformité aux connexions ontologiques correspondantes. On peut se demander, par exemple, dans quelle mesure la relation logique qui est instaurée, dans un jugement catégorique, entre le sujet et le prédicat, n’est pas la simple transposition, au niveau des significations, de la relation ontologique entre les contenus visés. Mais la même question se pose pour toutes les significations complexes, y compris pour les significations non propositionnelles : s’il semble possible d’analyser une signification comme « feuille blanche » à l’aide des catégories ontologico-matérielles de chose et de propriété, on s’aperçoit vite que, dans toute une série de cas, l’articulation logique des significations ne reflète pas l’articulation ontologique des objets. Le cas le plus évident est assurément celui où l’on n’a pas affaire à un substantif qui désigne un concretum (« feuille »), mais à un substantif qui désigne un abstractum (« blancheur »). Dans ce cas, on se trouve face à une signification nominale qui renvoie, non pas à une chose ou à une substance, mais à une propriété ou à un accident, c’est-à-dire à une entité ontologique « dépendante », relative à une chose (le fait, pour telle ou telle chose, d’être blanche). Or cette signification peut entrer en combinaison avec d’autres significations sans aboutir pour autant à un non-sens (« blancheur éblouissante » est une expression sensée qui ne reflète pas pour autant les connexions ontologiques, puisque la propriété « blanc » y est traitée logiquement comme un substantif et non comme un adjectif). Ce contre-exemple simple suffit à montrer que le fait, pour une signification, d’« être sensée », n’équivaut pas au fait de « refléter les catégories ontologiques ». Les lois de la grammaire pure logique ne pourront donc pas être déduites d’une quelconque conformité aux connexions ontologiques.

9Bref, l’idée même de grammaire pure logique exige quelque chose comme une autonomie des catégories logiques à l’égard des catégories ontologiques. Les catégories logiques — même lorsqu’elles ont un analogon ontologique et renvoient directement à un objet dans le monde (comme les catégories de substantif, adjectif, etc.) — ne sont pas, dans chaque cas donné, le simple reflet des catégories ontologiques correspondantes (chose, propriété, etc.) — en admettant bien sûr que ces deux séries de catégories aient tout de même quelque chose en commun.

10Dans les pages suivantes, je commencerai par retracer les grandes lignes de l’analyse husserlienne des connexions syntaxiques, en montrant que la thèse de l’autonomie des catégories de signification à l’égard des catégories ontologiques y occupe une place importante. J’examinerai ensuite la reformulation de l’analyse husserlienne chez Heidegger et Pfänder.

1. L’analyse husserlienne des connexions syntaxiques

  • 10 Sur ce qui suit, cf. E. Husserl, Logik. Vorlesung 1902/03, HuaMat II, p. 80 sq.
  • 11 E. Husserl, « Présentation des Recherches logiques par l’auteur », dans Articles sur la logique, tr (...)

11Husserl enseigne que, pour mener à bien la tâche de la grammaire pure logique, c’est-à-dire pour faire l’« anatomie de l’idée de proposition », il convient de faire abstraction de plusieurs choses. Outre les Recherches logiques, on peut se reporter aussi au cours de logique de 1902-1903, dans lequel trois délimitations sont clairement mentionnées10. 1) D’abord, il ne faut pas seulement mettre entre parenthèses la question de la validité objective ou, phénoménologiquement parlant, du possible « remplissement » des intentions de signification ; il faut aussi faire abstraction de « tout ce qui donne aux significations une relation à un objet particulier et à un domaine scientifique », et considérer uniquement la forme des significations. Cette restriction interdit d’emblée que l’on se réfère sur le plan logique aux catégories de la logique traditionnelle (chose, propriété, activité), qui sont des catégories « matérielles » du domaine « nature ». 2) Ensuite, il faut aussi faire abstraction du revêtement grammatical : la logique, écrit Husserl, « ne peut rien apprendre de la grammaire » ; tout au plus l’analyse grammaticale peut-elle « aiguillonner » la logique, lui fournir des « incitations » (Anregungen) à poser telle ou telle distinction. 3) Enfin, il faut également laisser de côté toutes les « lois psycho-physiques » qui régissent le déroulement des opérations représentatives et judicatives dans la conscience. Seules les significations en tant que contenus idéaux entrent ici en jeu. Encore une fois, tout cela est connu. L’essentiel, pour le problème qui nous occupe, est que l’élucidation phénoménologique à laquelle se livre Husserl touche aussi bien les lois de connexion des significations — c’est-à-dire ce « groupe de lois, jusqu’ici à peine effleuré, assez trivial par son contenu, mais extrêmement important pour comprendre la logique »11 — que leur autonomie à l’égard des catégories ontologiques.

12Il convient d’abord de remarquer que tout un pan des analyses husserliennes vise à doter l’étude des connexions syntaxiques d’un fondement descriptif solide. Avant même de pouvoir formuler les lois élémentaires de la grammaire pure, il est nécessaire d’établir toute une série de distinctions de première importance et de fixer les concepts fondamentaux de la théorie pure des significations. Ce travail d’analyse est déjà bien visible dans la quatrième Recherche logique, mais il est largement à l’œuvre, surtout, dans les cours de logique. Husserl a ainsi mis en place, progressivement, un vaste arsenal conceptuel dont les grandes lignes sont aisément identifiables.

  • 12 E. Husserl, LU IV, Introduction, p. 294.
  • 13 E. Husserl, Alte und Neue Logik. Vorlesung 1908/09, HuaMat VI, p. 60. Par ailleurs, abstraction fai (...)

13Premièrement, les connexions entre significations nominales, adjectives, verbales et adverbiales sont toujours ramenées à la distinction fondamentale entre significations dépendantes, qui ont besoin d’un complément, et significations indépendantes, qui suffisent par elles-mêmes à constituer une signification unitaire. Cette distinction, que Husserl prend toujours comme point de départ de ses considérations logico-grammaticales, est expressément appelée à servir de « fondement » pour la théorie des catégories logiques12. L’expression même d’« élément dépendant » — qui est occasionnellement utilisée dans la logique traditionnelle — reçoit du même coup une signification plus rigoureuse, mais aussi plus précise. Dans ses cours, Husserl distingue ainsi deux types de dépendance ou deux formes différentes du « besoin de complément » (Ergänzungsbedürftigkeit) qui caractérise les significations dépendantes : la dépendance « unilatérale » (einseitige) et la dépendance « bilatérale » (zweiseitige). Le mot « et », par exemple, est l’expression d’une signification dépendante bilatéralement : pour former une signification unitaire, la « forme de liaison » exprimée par le mot « et » doit être complétée par deux significations (« Socrate et Platon »). La signification unitaire « Socrate et Platon » est aussi, en un sens, « incomplète » au regard d’une signification propositionnelle totale, mais elle réclame pour complément une seule signification partielle, à savoir une signification pouvant occuper la fonction du prédicat (« Socrate et Platon sont… (quelque chose) »). Il y a donc des « degrés » ou des « niveaux » (Stufen) de dépendance différents13.

  • 14 E. Husserl, Logik und allgemeine Wissenschaftstheorie. Vorlesungen 1917/18, Hua XXX, p. 126.
    On pour (...)
  • 15 E. Husserl, Alte und Neue Logik. Vorlesung 1908/09, HuaMat VI, p. 73. Voir encore, par ex., Logik u (...)

14Deuxièmement, Husserl distingue la « liaison » ou « complexion » de significations et leur « modification » en significations relevant d’une autre catégorie logique. — Pour ce qui est de la complexion ou de la « complication » (Komplikation) des significations, Husserl fait essentiellement valoir le modèle mathématique d’après lequel les significations a et b peuvent être reliées entres elles de façon à former une somme (a + b) qui constitue à son tour un élément pour de nouvelles combinaisons, et ainsi de suite. La progression des connexions syntaxiques les plus élémentaires aux connexions les plus complexes prendra la forme d’une addition faisant chaque fois intervenir deux termes et pouvant être réitérée, en droit, à l’infini : (a + b) + c, (a + b) + (c + d)14, etc. — Pour ce qui est de la modification d’une signification, c’est-à-dire de sa transformation en une signification de catégorie différente, c’est surtout le processus de « nominalisation » qui est pris en compte, par exemple la nominalisation d’un adjectif (« rouge » → « rougeur »), mais aussi et surtout la nominalisation de formations signitives complexes, comme les significations propositionnelles (« a est b » → « le fait que a est b »). La distinction établie dans les cours entre le « noyau » (Kern) et la « forme » de la signification permet de rendre compte de ces modifications. Ainsi, l’adjectif « rouge » (rot) et le substantif « rougeur » (Röte) ont un « noyau identique », mais des formes différentes15.

  • 16 E. Husserl, Alte und Neue Logik. Vorlesung 1908/09, HuaMat VI, respectivement p. 71 et p. 66. Toute (...)

15Troisièmement, cette analyse des connexions logiques est encore consolidée, dans les cours, par l’introduction de la distinction entre « forme » et « matière » de la signification. La matière est ce qui confère à la signification une certaine orientation objective, un « rapport à la chose ». De ce point de vue, il apparaît rapidement qu’il y a des significations partielles qui sont sachhaltig ou sachbezüglich, qui renvoient à un corrélat objectif (à des objets, des propriétés, des relations), et d’autres qui sont de « purs éléments formels » (reine Formelemente), comme « est », « et », « de »16, etc. Ces dernières significations, qui étaient souvent laissées pour compte dans la logique traditionnelle, sont dépourvues de matière, c’est-à-dire qu’elles peuvent s’appliquer à tout et n’importe quoi. Elles n’ont aucun corrélat matériel déterminé dans le monde.

  • 17 L’énumération des lois donnée dans ce qui suit ne se veut évidemment pas exhaustive. Nous ne pouvon (...)

16Bien qu’elles soient susceptibles d’être remaniées et approfondies, ces distinctions (entre dépendance et indépendance, complexion et modification, forme et matière, ainsi que toutes leurs sous-distinctions) constituent une base descriptive suffisamment solide pour permettre la formulation de certaines lois (L) fondamentales de la grammaire pure logique17. Husserl remarque d’abord que toute signification, qu’elle soit indépendante ou dépendante, qu’elle soit simple ou complexe, est susceptible d’entrer en combinaison avec d’autres significations pour former une signification unitaire. On peut voir là une première thèse fondamentale :

  • 18 E. Husserl, Alte und Neue Logik. Vorlesung 1908/09, HuaMat VI, p. 63. Husserl exprime aussi la même (...)

(L1) Toutes les significations, y compris les propositions pleines et entières, sont toujours de nouveau un matériau pour de possibles complexions de significations18.

  • 19 Cf. E. Husserl, Alte und Neue Logik. Vorlesung 1908/09, HuaMat VI, p. 60.

17Cette observation implique notamment que la théorie traditionnelle du « raisonnement » — comprise comme théorie des complexions de propositions — appartient elle aussi, pour sa partie fondamentale, à la grammaire pure logique. Inversemment, on voit que la grammaire pure logique couvre tout le champ des connexions entre significations, y compris les connexions entre significations propositionnelles. De ce point de vue, une signification propositionnelle complète et indépendante (« Socrate est mortel ») peut être modifiée en signification propositionnelle dépendante, par exemple par l’adjonction d’un connecteur (« et », « car », « si… alors », « donc », etc.) qui appelle la liaison de cette signification propositionnelle à une autre proposition (« Donc Socrate est mortel »)19. Une analyse plus précise montre que cette « dépendance », à nouveau, est susceptible d’admettre des degrés différents ; il est alors possible de distinguer la dépendance proprement dite, par exemple celle du conséquent dans une proposition totale de la forme si… alors (« Si Socrate est un homme, alors Socrate est mortel »), et les connexions qui laissent subsister les parties propositionnelles « pour soi », comme dans la simple juxtaposition exprimée par et (« Socrate est un homme et Socrate est mortel »).

18Ces différences plus spéciales n’ont pas à nous occuper ici. En revanche, une autre thèse plus spécifique doit être mentionnée, à savoir que dans une signification totale, seules les significations partielles de même catégorie sont substituables salva significatione, ou — ce qui revient au même :

  • 20 E. Husserl, Logik und allgemeine Wissenschaftstheorie. Vorlesungen 1917/18, Hua XXX, p. 125.

(L2) Toute représentation peut être remplacée par toute autre représentation de la même catégorie de représentation20.

En d’autres termes, le principe husserlien pour la distinction des catégories de signification est le principe de substituabilité : une signification appartient à la même catégorie qu’une autre signification si elle peut lui être substituée sans provoquer de non-sens.

  • 21 E. Husserl, Alte und Neue Logik. Vorlesung 1908/09, HuaMat VI, p. 74. Cf. encore M. Heidegger, Die (...)

19Une autre thèse soulignée par Husserl est qu’il n’y a pas de significations purement matérielles, dépourvues de forme : il est impossible de concevoir une signification sans que cette signification ait en même temps une forme nominale, adjective, etc. « Sans une telle forme », écrit Husserl, la signification n’est « absolument pas pensable »21 — a fortiori, elle ne peut entrer en combinaison avec d’autres significations pour former une proposition ou un raisonnement. Toutes les significations, y compris celles qui se rapportent directement à un corrélat objectif matériel (à un objet, une propriété, etc.), possèdent une « forme » ou appartiennent à une catégorie logique déterminée. Il faut donc bien distinguer le corrélat ontologique des significations et leur forme logique :

  • 22 E. Husserl, Alte und Neue Logik. Vorlesung 1908/09, HuaMat VI, p. 66.

(L3) Il n’arrive pas et il ne peut jamais arriver que des significations qui sont simplement matérielles — c’est-à-dire qui renvoient à quelque chose de concret (auf Sachhaltiges) sans revêtir aucune forme — interviennent dans la proposition22.

  • 23 E. Husserl, LU IV, § 8, p. 313 n.
  • 24 E. Husserl, LU IV, § 2, p. 296.
  • 25 K. Twardowski, Zur Lehre vom Inhalt und Gegenstandder Vorstellungen, München-Wien, Philosophia Verl (...)

20Deux autres thèses revêtent une importance fondamentale pour le problème de l’articulation logico-ontologique. En réalité, ce problème se scinde, chez Husserl, en deux sous-questions qui présentent une « étroite parenté »23. La première, formulée au § 2 de la iveRecherche logique, est de savoir si « la complexité [litt. : le caractère composé] ou la simplicité des significations » constitue « un simple reflet » (ein bloßer Reflex) de la complexité ou de la simplicité des objets auxquels elle se rapporte24. Ou encore, dans les termes de Twardowski, qui discute déjà cette question au § 14 de sa thèse d’habilitation, elle est de savoir « si, à chaque partie d’un contenu de représentation, correspond une partie déterminée de l’objet représenté par lui »25. Husserl répond à cette question par la négative. Son argument est que, d’une part, des significations composées peuvent désigner des objets simples (c’est le cas de l’expression « objet simple » elle-même), et que d’autre part, des significations simples peuvent désigner des objets composés (comme l’expression « quelque chose », Etwas, qui, en vertu de sa généralité formelle, désigne aussi bien quelque chose de composé que quelque chose de simple).

  • 26 E. Husserl, LU IV, § 2, p. 296-297. Je ne m’étendrai pas ici sur le développement de cette question (...)

(L4) Des significations composées peuvent « représenter » des objets simples […]. Mais il est vrai aussi, inversement, que des significations simples « représentent » des objets composés26.

  • 27 E. Husserl, LU IV, § 8, p. 313.

21La seconde question est soulevée par Husserl au § 8 de la iveRecherche logique. Elle est de savoir « si la dépendance de la signification ne réside à proprement parler que dans la dépendance de l’objet signifié »27. Autrement dit, il s’agit d’établir si le parallélisme entre signification et objet est tel que toute signification catégorématique ou indépendante se rapporte à un objet indépendant et que toute signification syncatégorématique ou dépendante se rapporte à un objet dépendant. Or, ici encore, il y a une autonomie complète entre connexions logiques et connexions ontologiques : des significations dépendantes peuvent désigner des objets indépendants, et inversement des significations indépendantes peuvent désigner des objets dépendants. Il est donc impossible par principe de déduire le caractère simple ou composé de l’objet, tout comme son caractère indépendant ou dépendant, du caractère des significations, et vice versa. Bien sûr, en tant qu’elles sont animées par une « intention », au sens phénoménologique du terme, les significations se dirigent nécessairement vers un objet, elles possèdent un corrélat objectif ; mais il est indifférent, pour la forme signitive elle-même, que ce corrélat soit un objet dépendant ou indépendant :

(L5) Tout moment dépendant peut en général […] être transformé en objet d’une signification indépendante, comme par exemple : rougeur, figure, égalité, grandeur, unité, existence.

La suite du passage mérite d’être citée in extenso :

  • 28 E. Husserl, LU IV, § 8, p. 313-314.

On voit, d’après ces exemples, que ce n’est pas seulement aux moments objectifs matériels, mais aussi aux formes catégoriales que correspondent des significations indépendantes qui portent spécialement sur ces formes, et, dans cette mesure, en font des objets en soi ; tandis que ces derniers ne sont pas pour autant en soi au sens de l’indépendance. La possibilité de significations indépendantes orientées sur des moments dépendants n’a rien de surprenant, si nous songeons que la signification « représente » sans doute quelque chose d’objectif, mais n’a pas encore pour autant le caractère d’une copie (Abbildes) ; au contraire, son essence réside bien plutôt dans une certaine intention qui, précisément selon le mode propre de l’intention, peut « être dirigée » sur toute chose indépendante aussi bien que dépendante28.

Il y a là une objection de principe à l’encontre de toute tentative consistant, consciemment au non, à analyser la structure des propositions judicatives à partir de celle de leurs corrélats objectifs. Bien sûr, les significations propositionnelles sont dirigées sur un objet — ou plutôt, comme dira Husserl dans son cours de 1908, Ancienne et nouvelle logique, sur un état de choses —, tout comme les « significations partielles », infra-propositionnelles, sont dirigées sur des parties d’état de choses. Mais ce caractère intentionnel n’a jamais le sens d’un parallélisme entre le plan logique et le plan ontologique, puisqu’une signification de même « forme » — par exemple de forme nominale — peut se rapporter par principe aussi bien à un état de choses (à une complexion d’objets), à une propriété (à un « moment » d’objet), à une « forme catégoriale » (« être »), etc., qu’à un objet au sens traditionnel.

  • 29 E. Husserl, Logik und allgemeine Wissenschaftstheorie. Vorlesungen 1917/18, Hua XXX, p. 93.

22Que retenir de ces indications ? Bien sûr, le projet d’une morphologie pure des significations, tel qu’il est exposé dans la quatrième Recherche logique et même dans les cours ultérieurs, ne dépasse pas le stade des considérations programmatiques. Il demanderait certainement à être précisé ou clarifié sur bon nombre de points. Ainsi que je l’ai annoncé, je n’examinerai pas les critiques qui ont été adressées à Husserl, et je m’en tiendrai à une seule question : comment doivent se présenter désormais une « théorie du concept » et une « théorie du jugement » si l’on avalise les indications données par Husserl ? Husserl lui-même n’a pas appliqué les analyses de la quatrième Recherche aux « parties » de la logique traditionnelle. Seul le cours de Logique de 1896 — qui est antérieur au projet d’une grammaire pure logique et demeure, sur le problème des complexions de significations, assez laconique — présente encore l’articulation traditionnelle en théorie du concept, du jugement et du raisonnement. Dans tous ses autres cours, comme dans Logique formelle et logique transcendantale (qui marque le point culminant de tous ces développements), Husserl se tourne vers des questions plus fondamentales et plus générales concernant l’essence des significations et leur élucidation méthodique, mais à aucun moment il ne rédige à proprement parler une grammaire pure logique. Il s’est contenté d’en esquisser la forme et d’en fixer la place dans l’édifice de la logique pure. Même dans le cours de logique de 1917-18, qui est certainement le plus détaillé sur ce point, Husserl se défend expressément de donner une présentation « systématique » et « complète » de la grammaire pure29. C’est donc en dehors du corpus husserlien qu’il convient de chercher la mise en œuvre concrète d’une telle grammaire. On en trouve un exemple significatif dans l’Habilitationschrift de Heidegger, mais aussi et surtout dans la Logique de Pfänder.

2. La reformulation de l’analyse husserlienne dans l’Habilitationsschrift de Heidegger

  • 30 On sait, depuis Grabmann, que son auteur véritable est Thomas d’Erfurt, qui a vécu après Duns Scot (...)

23Parmi les héritiers de Husserl, Heidegger est assurément l’un des premiers a avoir repris l’idée d’une grammaire pure logique. Comme on sait, il s’est servi de cette idée, dans son Habilitationsschrift (1915), pour interpréter le traité De modis significandi qui, à l’époque, était encore attribué à Duns Scot30. Heidegger procède en deux temps. Dans le premier, il fixe et clarifie l’idée de « grammaire spéculative » en reformulant les principales thèses de Husserl. Dans le second, il analyse les catégories de signification décrites dans le traité De modis significandi.

  • 31 M. Heidegger, Die Kategorien- und Bedeutungslehre des Duns Scotus, dans Gesamtausgabe (désormais ci (...)
  • 32 Ibid., p. 303.
  • 33 Ibid., p. 338.

24L’une des idées directrices de l’Habilitationsschrift est que la logique scolastique peut et doit être étudiée du point de vue de la « teneur logique pure, détachée du psychique ». Arguant que Bolzano attribuait déjà ce point de vue « purement logique » aux Grecs, Heidegger, emboîtant le pas à la « découverte » husserlienne de Bolzano, entend montrer que la même observation est applicable à la philosophie scolastique31. Autrement dit, le « monde des significations » doit être traité ici aussi comme un « domaine autonome »32. Bien sûr, l’objectivisme logique demeure une idée moderne et les textes scolastiques n’opèrent pas de séparation thématique stricte, au sein de la théorie des significations, entre le plan logico-objectif et le plan « noétique », relatif aux actes. C’est pourquoi il est d’abord nécessaire de réaliser une délimitation de la sphère logique similaire à celle opérée par Husserl. D’une part, la théorie des significations doit faire abstraction de toute « chaîne causale psycho-physiologique » : il est tout à fait indifférent, d’un point de vue logique, que la saisie d’un signe entraîne le « surgissement » (Entstehung) de telle ou telle signification dans notre conscience, par exemple que la perception d’un mot tracé à l’encre sur une feuille de papier provoque un stimulus qui « cause » l’apparition d’une signification. De même, le développement historique des significations tombe totalement hors du champ d’investigation de la grammaire pure logique33. D’autre part, il ne s’agit pas non plus de rabattre la grammaire et la logique l’une sur l’autre, comme si la grammaire était déductible de la logique ou était par elle-même affectée d’une teneur logique ; il s’agit au contraire de les maintenir séparées. Simplement, l’ambition est de dégager la « structure logique » qui est à l’œuvre derrière l’« esprit de la langue » :

  • 34 Ibid., p. 339.

L’exigence de la logique d’une grammaire n’a pas besoin de présupposer l’opinion théorique d’après laquelle l’usage grammatical se laisserait dériver (ableiten) de lois logiques. La question de savoir comment la langue est devenue ce qu’elle est, à quels facteurs créateurs elle doit son existence, n’est pas un problème de la logique. On peut penser ce que l’on veut de l’essence, de la tâche et de l’articulation de la linguistique (Sprachwissenschaft), il faut accorder que les formations linguistiques ont des significations. Et c’est seulement avec celles-ci qu’intervient la réflexion philosophique, pour remonter par réduction (reduktiv) aux moments catégoriaux et les apprécier à l’aune du système de la théorie des catégories. Mais ces conditions logiques de la langue — plus exactement : des significations — ne doivent pas être prises pour des causes concrètes du développement phonétique de la langue ni surtout pour ses seules causes. Néanmoins, l’esprit de la langue (Sprachgeist), le facteur créateur du développement de la langue, a aussi, en tant qu’esprit, une structure logique déterminée au sens où on l’a indiqué ; c’est elle et seulement elle que la logique de la langue veut faire ressortir34.

  • 35 Ibid., p. 341.
  • 36 Ibid., p. 323. Pour la référence à Husserl, voir surtout ibid., p. 327-328.
  • 37 Ibid., p. 323-325.
  • 38 Id.

25Une fois admises ces séparations de principe entre les plans psychologique, logique et grammatical, tout danger de psychologisme se trouve en principe écarté, et Heidegger peut appliquer à la scolastique une méthode d’analyse hybride, faisant intervenir des considérations portant, d’une part, sur les actes de signification, d’autre part, sur les significations prises objectivement35. Les modi significandi peuvent dès lors être rapportés aussi bien à des actes de signification qu’aux corrélats intentionnels correspondants, constitués à travers ces actes. Ils désignent autant de « catégories de signification » dont la « légalité immanente » détermine les relations mutuelles entre significations concrètes ; en termes scolastiques : les modi significandi renferment le principium efficiens intrinsecum constructionis36. Reprenant à son compte l’« image pertinente » de Lotze, Heidegger décrit les significations isolées comme les « pierres de construction » ou les « briques » (Bausteine) qui servent à construire des entités logiques plus élevées37. Il précise en outre que cette construction fonctionne selon un principe dual : puisque toute construction a la forme d’un rapport de dépendance, c’est-à-dire « résulte de la dépendance (Abhängigkeit) d’un élément à l’égard d’un autre », il n’y a chaque fois que deux éléments qui entrent en jeu, l’élément « dépendant » et l’élément « déterminant »38. Les complexions propositionnelles s’expliquent alors par un ensemble de constructions successives qui font chacune intervenir deux et seulement deux éléments : adjectif-substantif, substantif-verbe, verbe-adverbe, etc.

  • 39 Ibid., p. 337. En faisant de la sémantique une partie de la logique, Heidegger se ralie en même tem (...)
  • 40 La théorie du jugement est synonyme, pour Heidegger, de « théorie de la structure du sens (Sinnstru (...)
  • 41 M. Heidegger, GA 1, p. 337.

26À la suite de Husserl, Heidegger réserve l’étude de ces contructions à une partie déterminée de la logique qu’il nomme la « théorie des significations » (Bedeutungslehre) et qu’il oppose à la « théorie du jugement (Urteilslehre) et à la « théorie de la science (Wissenschaftslehre)39. On constate là, en même temps, un certain écart par rapport à la conception husserlienne. Certes, le principe de cette division est similaire à celui mis en avant par Husserl : en tant que première partie de la logique, la théorie des significations ne s’occupe encore nullement de la vérité ou de la fausseté des propositions. Mais ce principe — comme du reste toute cette division de la logique40 — est ici reformulé avec une terminologie empruntée à la « théorie des valeurs » du néokantisme de Bade. La théorie des significations n’a pas encore affaire à la « valeur de vérité » (Wahrheitswert) ; mais pourtant, en tant que partie de la logique, c’est-à-dire en tant que partie de la « théorie du sens théorique » (c’est la définition néokantienne), la grammaire pure n’a pas non plus affaire à des formations « neutres » sur le plan axiologique, car pour les néokantiens de Bade, le sens est toujours fondé sur des valeurs qui « valent » (gelten). L’étude des significations est donc guidée par une valeur, qui n’est pas la valeur de vérité, mais qui conditionne néanmoins l’émergence d’un sens théorique. Heidegger nomme cette valeur, en reprenant une expression de Lotze, « valeur syntaxique » (syntaktischen Wert)41.

  • 42 Sur le bien-fondé, mais aussi et surtout sur les limites de ce rapprochement, cf. A. Dewalque, « Va (...)
  • 43 M. Heidegger, GA 1, p. 311.

27Il n’est pas nécessaire de s’attarder sur cette reformulation « axiologique » de l’idée de grammaire pure logique ; elle s’inscrit dans l’ensemble de la stratégie argumentative de Heidegger, qui rabat systématiquement l’une sur l’autre, dans ses Frühe Schriften, la « logique de l’idéalité » de Husserl et la « logique de la validité » de Rickert (qui est une théorie axiologique du sens)42. Ce qui est plus important, en revanche, c’est que le problème de l’articulation logico-ontologique s’y trouve posé une nouvelle fois. Si toute signification en tant que telle possède nécessairement une forme, pour quelle raison telle signification, dans un cas donné, a-t-elle telle forme plutôt que telle autre ? Il serait tentant de répondre : en raison du corrélat noématique qui est pris en vue par l’acte de signifier. Selon ce qui est visé, la signification prendrait telle ou telle forme. La forme serait donc déterminée, dans chaque cas, par la « matière » (Materie) catégoriale au sens de Lask ; en termes scolastiques, on dirait qu’à chaque modus significandi, à chaque mode de signification, « correspond » un modus essendi, un mode d’être, et que ce mode d’être est déterminant pour le mode de signification43. Or, nous savons que cette réponse — qui fait des connexions logiques un simple « calque » des connexions ontologiques — est insatisfaisante. Aussi Heidegger ne l’évoque-t-il que pour la nuancer. Il procède en trois temps.

  • 44 Ibid., p. 312-313.

28D’abord, remarque-t-il, Duns Scot (c’est-à-dire Thomas D’Erfurt) a relevé trois significations qui ont valeur de contre-exemples : (a) deitas, (b) « être-aveugle » (Blindheit), (c) « chimère ». La signification (a) est de genre féminin, or si l’on admet que le genre appartient à la forme de signification (ce que refusait Lotze), cette dernière ne trouve aucun correspondant dans la réalité, car ce qui est visé par le terme de « déité » n’a, dans le chef du pseudo-Scot, rien de féminin. Une constatation similaire vaut pour les significations (b) et (c), qui désignent respectivement une « privation » et une « fiction », pour ainsi dire des non-réalités. Leur forme logique ne peut donc pas être référée à une catégorie ontologique — du moins, pas directement : le parallélisme ne peut être maintenu qu’à admettre un certain « détour », en disant par exemple que les significations qui désignent des privations (le fait d’être-aveugle) reçoivent leur forme en fonction de l’habitus correspondant (le fait d’être-voyant)44, etc.

  • 45 Ibid., p. 314.
  • 46 Ibid., p. 315.

29Ensuite, Heidegger insiste sur le fait que, dans le principe du parallélisme entre modus significandi et modus essendi, l’esse du modus essendi ne doit pas seulement être entendu au sens de l’« effectivité réelle de la nature » (reale Naturwirklichkeit). L’une des idées centrales de l’Habilitationsschrift, en effet, est que l’ens scotiste ne désigne pas seulement un étant réel au sens des sciences de la nature, mais bien l’objectivité formelle la plus vide de l’« objet en général ». Par conséquent, le parallélisme entre les formes logiques et les catégories ontologiques ne signifie nullement un assujetissement à une ontologie matérielle au sens husserlien du terme. Heidegger s’exprime ici en termes laskiens : le « domaine de souveraineté » (Herrschaftsbereich) des formes logiques recouvre le domaine ontologico-formel universel du « quelque chose quelconque » (Etwas überhaupt), ce qui signifie que les formes logiques peuvent englober tout et n’importe quoi, y compris un matériau lui-même logique et non sensible (« valant »)45. Dès lors, on peut bien affirmer que les formes de signification ont leur « origine » (Ursprung) dans l’effectivité réelle de la nature, à condition de comprendre cette affirmation à la manière lotzéenne, comme si les catégories logiques étaient l’« ombre » des catégories ontologiques — ce que Heidegger reformule comme ceci : les formes de significations, en tant précisément que catégories formelles, présentent un certain « effacement » ou « estompage » (Verblassung) au regard des catégories de l’effectivité réelle46.

30Enfin, il reste à déterminer à quoi se rapportent directement les formes de signification. Les remarques précédentes, effectivement, ne font que repousser le problème. Elles montrent seulement que les modi significandi ne peuvent pas être « déduits » sans plus des modi essendi, car ils ne s’y rapportent qu’indirectement. À quoi se rapportent-ils donc « immédiatement » (unmittelbar) ? Réponse : aux modi intelligendi, c’est-à-dire aux modes de conception, aux manières dont on « saisit » les objets dans la conscience. Ce n’est pas l’objet « en soi » qui peut servir de principe de différenciation des formes de significations, mais bien l’objet « pour moi », l’objet en tant qu’il est « visé » (gemeint) dans la connaissance. Ce qui est déterminant, autrement dit, c’est l’intervention de ce que l’on pourrait appeler les « modes intentionnels », qui servent pour ainsi dire d’intermédiaire entre les catégories logiques et les catégories ontologiques :

  • 47 Ibid., p. 316.

La signification d’une expression n’est donc pas rapportée à un objet dans la mesure où il existe en soi et par soi, indépendamment de la conscience, mais elle lui est rapportée en tant qu’objet connu. Tout ce qui est visé intentionnellement (alles intentional Gemeinte) peut être saisi dans des significations, et seul ce qui existe objectivement d’une quelconque manière, ce qui est intentionnel pour la conscience, peut être « exprimé » dans des significations47.

  • 48 Ibid., p. 315.
  • 49 On pourrait se demander pourquoi Heidegger ne renonce pas purement et simplement au parallélisme lo (...)

31Heidegger aboutit ainsi au résultat suivant : bien que les actes de signification soient dirigés par essence vers un corrélat objectif, vers un « quelque chose » qui est signifié, les formes de signification (modi significandi) ne se rapportent pas directement aux catégories ontologiques (modi essendi), mais elles s’y rapportent seulement indirectement, à savoir par l’intermédiaire des différentes manières de concevoir ou de « saisir » ce corrélat objectif (modi intelligendi). Heidegger ne rejette donc pas l’idée d’un parallélisme logico-ontologique, car les catégories ontologiques sont bien le « principe dernier » servant à différencier les formes de signification48 ; mais il considère que les catégories ontologiques ne peuvent remplir ce rôle que dans la mesure où l’objet est visé selon un certain mode intentionnel49.

  • 50 Ibid., p. 342-343.
  • 51 Ibid., p. 345.

32Une fois fixée l’idée de grammaire pure et une fois précisée l’autonomie des connexions logiques, la seconde partie des développements de Heidegger est consacrée à l’exposition desdits modi significandi. Cette analyse plus « ponctuelle », attachée tour à tour à chaque forme de signification, est toutefois précédée encore par des considérations plus générales sur la structure des significations complexes. À nouveau, l’enjeu est avant tout de retrouver, sous les termes du pseudo-Scot, les outils d’analyse mis en place par Husserl. Heidegger commence par appliquer à la théorie scolastique la distinction cardinale entre significations dépendantes et significations indépendantes. Les modi significandi se divisent en deux classes principales : la première est celle du modus significandi essentialis, qui confère à la signification une « consistence » (Bestand) indépendante sans que cela nécessite un complément ; la seconde, celle du modus significandi accidentalis, qui complète le modus essentialis et « s’édifie sur lui » (baut sich auf ihm auf), au sens où la signification posée sur le mode « accidentel » ne peut pas « consister » (Bestehen) sans être reliée à une signification posée sur le mode « essentiel »50. Ces distinctions constituent la « structure formelle » (formale Gerüst) dans laquelle viennent s’insérer les « parties du discours »51.

  • 52 Ibid., p. 347 et p. 348 : « Le nomen signifie son objet, qu’il existe ou non. Ainsi, le nom “Socrat (...)
  • 53 Ibid., p. 355-356. Curieusement, la différence entre substantif et adjectif est ici minimisée, puis (...)
  • 54 Id.
  • 55 Ibid., p. 369. Pour tous les modes accidentels du nom répertoriés par le pseudo-Scot, cf. la liste (...)
  • 56 Ibid., p. 381.
  • 57 Ibid., p. 382 et p. 390.
  • 58 Ibid., p. 388.
  • 59 Ibid., p. 390.
  • 60 Ibid., p. 392.
  • 61 Ibid., p. 395-398.

33Maintenant, ces « parties du discours », quelles sont-elles ? D’après le traité De modi significandi, elles sont au nombre de huit : (1) nom, (2) pronom, (3) verbe, (4) adverbe, (5) participe, (6) conjonction, (7) préposition et (8) interjection. Pour chacune de ces formes, Heidegger indique sa « fonction de signification » propre et, le cas échéant, les « modes » en lesquels elle se déploie (sur lesquels je ne m’étendrai pas ici). Ainsi le nom, soit la catégorie logique (1), exprime « un objet en tant qu’objet » (einen Gegenstand als Gegenstand) — par quoi il ne faut évidemment pas entendre un objet « réel » (real), mais tout « quelque chose quelconque », donc aussi bien un objet logique ou mathématique, qui n’existe pas à la manière d’une chose52. Par opposition au nomen adjectivum, dont la fonction logique est de « déterminer » (bestimmen) quelque chose et qui est qualifié pour cette raison de modus adjacentis, le nomen substantivum est un mode « indépendant », qui n’a pas besoin d’être « fondé » sur autre chose et qui n’est donc pas « adjacent » à une autre signification53. Il reste que, comme l’avait thématisé Husserl dans sa théorie des « modifications », il est évidemment possible de passer d’un mode à l’autre, en particulier de « nominaliser » un adjectif54. Un adjectif, donc une signification dépendante, peut toujours former, soit par composition avec une signification substantive, soit par modification, une signification indépendante. Mais, remarque plus loin Heidegger, l’inverse est également possible : un nom substantif peut être modifié de telle sorte qu’il inclue, dans sa fonction de signification, un moment dépendant. Les cas, par exemple (en latin : nominatif, génitif, datif, accusatif, vocatif, ablatif), ne sont pas simplement, d’après le pseudo-Scot, des modifications affectant le mot, mais des modifications de la fonction logique et des combinaisons de significations possibles. À ce titre, ce sont des formes de signification « accidentelles »55, etc. Le pronom, soit la catégorie logique (2), signifie aussi, comme le nom, un objet en tant qu’objet, mais il possède néanmoins, selon le pseudo-Scot lu par Heidegger, une fonction de signification propre. Alors que le nom signifie son objet en le déterminant, le pronom ne le détermine pas. Par exemple, comme l’a remarqué Hegel, le pronom démonstratif « ceci », qui désigne quelque chose ici et maintenant, peut s’appliquer à une infinité d’objets — ce qui, selon Heidegger, viendrait confirmer l’interprétation (pseudo-) scotiste. La catégorie logique (3), celle du verbe, a pour fonction de signifier, non pas un objet, mais un « état de choses » (Sachverhalt) ou, comme dit Heidegger, un « état de l’objet » (Gegenstandsverhalt)56. C’est aussi le cas de la catégorie (5), celle du participe ; mais il y a entre (3) et (5) une différence modale : le verbe désigne l’état de choses sur le mode « distant », c’est-à-dire comme un état de choses qui « vaut de l’objet » et qui est en quelque sorte distinct de lui, alors que le participe pose l’état de choses comme « lié » à l’objet, ne faisant qu’un avec lui57. Dans les deux cas, le mode de signification « exige analytiquement » un objet, car il n’y a pas d’état de choses sans « choses » ou sans « objets » qui le composent58. En revanche, le mode « verbal » n’implique aucune détermination temporelle, car un verbe peut tout aussi bien désigner un état de choses relatif à des objets logiques ou mathématiques (intemporels) qu’un état de choses relatif à des choses réelles. C’est pourquoi le temps n’est qu’un « mode accidentel » des significations verbales59. La fonction de l’adverbe — catégorie (4) — se rattache directement à celle du verbe (ou du participe) : elle consiste à déterminer l’appartenance de l’état de choses à l’objet60. La fonction de la conjonction — (6) — est de relier les membres d’une compositio ; celles de la préposition — (7) — et de l’interjection — (8) — sont respectivement de déterminer les « relations » entre noms, telles qu’elles sont fixées par les cas, et de déterminer un verbe ou un participe en leur conférant une teneur « émotionnelle » (ce qui distingue les interjections des adverbes, ces derniers ne rapportant pas nécessairement la signification verbale à des actes émotionnels)61.

  • 62 Je reprends ici l’expression tout à fait appropriée d’O. Boulnois, art. cit., p. 278.

34Nul doute que ces développements « concrétisent » en quelque sorte le projet husserlien, en se conformant dans l’ensemble à l’idée de grammaire pure logique qui avait été fixée dans la iveRecherche logique. Néanmoins, cette concrétisation demeure nécessairement limitée en raison de son orientation sur la pensée scolastique. À aucun moment, en effet, Heidegger ne prétend forger une grammaire pure logique en son nom propre ; il se contente de reprendre et d’interpréter sous un angle « moderne » — celui de la philosophie husserlienne et de la théorie néokantienne conjuguées — le traité De modi significandi. On ne trouve là, en fin de compte, qu’une « paraphrase philosophique » — certes très riche et instructive — de la théorie des catégories du pseudo-Scot62. On peut par exemple se demander si certaines formes de signification distinguées là ne sont pas en fait réductibles les unes aux autres, ou bien — à l’inverse — s’il ne faut pas « enrichir » cet inventaire en y ajoutant de nouvelles formes, etc. Un tel questionnement implique évidemment de quitter le point de vue interprétatif ou exégétique auquel s’en tient Heidegger.

35Je pense que c’est Alexander Pfänder qui, reprenant l’idée husserlienne d’une grammaire pure logique à son propre compte, en a offert, sur une voie « non-exégétique », la réalisation la plus complète et la plus systématique.

3. La reformulation des analyses husserliennes dans la Logique de Pfänder

  • 63 Outre les nombreux travaux d’Herbert Spiegelberg, l’ouvrage de référence sur ce point demeure l’étu (...)
  • 64 Lettres de Pfänder à Husserl du 25 juillet 1904 et du 20 mars 1905, HuaDok III/2, p. 131-132.
  • 65 Lettre de Pfänder à Husserl du 29 septembre 1909, HuaDok III/2, p. 139-140.
  • 66 Je me référerai ici à la première et à la dernière édition : A. Pfänder, Logik, Halle, Niemeyer, 19 (...)

36On connaît bien le jugement ambivalent porté par Husserl à l’encontre des phénoménologues munichois, anciens élèves de Theodor Lipps, que sont Pfänder, Daubert et Reinach63. Je rappelle en quelques mots le contexte dans lequel s’inscrit la Logique de Pfänder. Pfänder avait commencé à étudier les Recherches logiques en juillet 1904 et y avait trouvé des « fondements sûrs pour une continuation durable et féconde », y puisant l’inspiration pour ses propres cours de logique64. Dès septembre 1909, sur l’incitation de Husserl, Pfänder avait entrepris la rédaction d’un « petit manuel de logique » qui n’a finalement vu le jour qu’en 1921, sous une forme bien plus étendue65. La Logique, dédiée au soixantième anniversaire de Husserl (le 8 avril 1919), est parue initialement dans le quatrième tome du Jahrbuch für Philosophie und phänomenologische Forschung, co-édité par Pfänder lui-même66.

  • 67 Cet aspect se trouve à mon sens largement sous-représenté dans les études consacrées à Pfänder, à c (...)
  • 68 Cf. A. Pfänder, « Exzerpte zu Husserl “Logische Untersuchungen” » (automne-hiver 1904), Pfänderiana(...)

37Si Husserl a suivi la voie ascendante qui mène de la tripartition habituelle de la logique (théorie du jugement, du concept et du raisonnement) à une « morphologie pure des significations », on peut dire que Pfänder s’est employé de son côté à développer cette théorie pure dans toutes ses ramifications et à « redescendre », à partir d’elle, aux différentes formations logiques traditionnelles67. Plusieurs sources consignées dans le Nachlass de Pfänder à Munich témoignent de cette dette envers les Recherches logiques. D’abord, on a conservé des notes de lecture très détaillées qui montrent que Pfänder a lu avec attention les Recherches68. Ensuite, on a conservé également les manuscrits de ses cours du semestre d’hiver 1905/06, qui contiennent plusieurs références et allusions à Husserl. Parmi ces références, celles consacrées à la iveRecherche occupent une place particulièrement importante. Comme on va le voir, plusieurs d’entre elles sont la reprise directe, presque mot à mot, des thèses husserliennes.

  • 69 Note du 25 janvier 1906, dans A. Pfänder, « Logik und Erkenntnislehre » (1905/06), Pfänderiana B I- (...)
  • 70 A. Pfänder, Logik 19211, p. 166 [= Jahrbuch… IV, p. 300] ; 20004, p. 157. Ce dernier verdict peut p (...)

38Dans la Logique, l’objectif de Pfänder est de corriger ou de préciser les vues traditionnelles. La théorie traditionnelle du concept, note Pfänder dans son cours de 1906, nous « laisse en plan » (läßt im Stich) lorsque l’on veut étudier les connexions des concepts qui donnent lieu à des concepts composés — i.e. à des significations isolées — ou à des jugements — des significations propositionnelles69. Il s’agit plus exactement de remédier à deux lacunes fondamentales qui affectent habituellement l’analyse des significations. D’abord, la logique traditionnelle s’en tient le plus souvent aux « concepts d’objets » (Gegenstandsbegriffe), c’est-à-dire aux concepts qui ont un référent concret dans l’effectivité, qui renvoient à une chose, une propriété ou une activité. Partant, elle reste aveugle à un double fait. D’une part, elle ne voit pas que certains concepts (comme et, ou, etc.) ne possèdent qu’une fonction simplement logique. Pfänder nomme ces concepts des « concepts purement fonctionnels » (rein funktionierenden Begriffe) : et, ou, mais, certes, etc. Il les distingue des « concepts reliants » (in-Beziehung-setzenden Begriffe), c’est-à-dire de ceux qui visent une relation « dans la chose même » (par exemple une relation spatio-temporelle entre des objets effectifs, comme le fait que le livre se trouve sur la table). Ensuite, la logique traditionnelle ne voit pas que les concepts d’objet contiennent eux-mêmes « certaines fonctions logiques » qui leur sont « immanentes ». On reconnaît, ici aussi, les deux observations faites par Husserl suite à la distinction entre « forme » et « matière » de la signification : il y a des significations purement formelles, mais pas de significations purement matérielles. Parce qu’elle n’a pas dégagé cette thèse de façon suffisamment claire et univoque, la logique traditionnelle reste sur ce point, écrit Pfänder, « parfaitement insuffisante »70.

  • 71 Cette terminologie est celle qui a finalement été retenue dans la Logique (1919). Les notes de cour (...)

39Comme l’avait noté Husserl, les significations qui se caractérisent par un renvoi à la chose même, par une certaine Sachbezüglichkeit, endossent toujours en même temps, en tant que significations, une forme ou une fonction logique propre, qui doit être soigneusement distinguée de ce renvoi au plan ontologique. Repartant de cette idée, Pfänder entreprend de dégager systématiquement les fonctions logiques qui caractérisent les « concepts d’objets » (sc. les significations qui sont sachbezüglich), ceux-ci étant répartis d’après les quatre catégories logiques privilégiées dans la logique traditionnelle : les « concepts substantifs » (Substantivbegriffe), les « concepts adjectifs » (Adjectivbegriffe), les « concepts d’action » (Tunbegriffe) et les « concepts adverbiaux » (Adverbialbegriffe). À chacune de ces catégories logiques correspondent des lois d’essence qui déterminent l’emploi et la connexion des concepts entre eux. Ainsi, seuls les concepts substantifs sont « indépendants » au sens de Husserl, c’est-à-dire forment par soi une signification unitaire complète. C’est pourquoi Pfänder les nomme « concepts principaux » (Hauptbegriffe), par opposition aux « concepts adventices » (Nebenbegriffe) qui désignent les concepts « dépendants », c’est-à-dire ne pouvant former une signification unitaire complète sans être connectés à un concept principal. En ce sens, on pourrait également qualifier les concepts relationnels et les concepts purement fonctionnels de « concepts adventices », car ils sont eux-mêmes dépendants. Mais Pfänder réserve cette appellation aux concepts d’objets. On obtient donc les distinctions suivantes71 :

Image 1000000000000459000000EAD124EE18D5569530.jpg

40Tous les concepts, à l’exception de (1), ont besoin d’un complément qui fait intervenir, ultimement, au moins un concept principal. Comme Husserl, Pfänder distingue encore les concepts unilatéralement dépendants, comme (2), et les concepts bilatéralement dépendants, comme (5). Dans ses notes de cours, il symbolise cette distinction à l’aide de la représentation graphique suivante :

Image 1000000000000064000000255D57BD8A66DFDBDE.jpgeinseitige
Ergänzungsbedürftigkeit

Image 10000000000000940000002784D75D7A8863B396.jpgzweiseitige
Ergänzungsbedürftigkeit

41Tous les concepts dépendants, d’après leur essence même, ne peuvent être employés qu’en combinaison et ce, en respectant des lois de connexion bien déterminées. Je cite une note inédite qui, sur ce point précis, me semble particulièrement claire :

  • 72 Note non datée, « Materialien zum Logik-Colleg 1905/06 », Pfänderiana B V-2 (feuillet 202) : « Die (...)

Les significations se tiennent sous des lois qui règlent leur liaison en de nouvelles significations. Car à toute signification dépendante appartient une loi. Dans toute liaison de significations, des légalités sont à l’œuvre, puisque les formes reliantes sont des significations dépendantes (toute liaison se tient sous des lois). Dans une unité qui résulte d’une liaison et qui est donnée de façon sensée, nous ne pouvons pas tirer au sort les éléments en les mélangeant arbitrairement. La légalité est inhérente aux catégories de signification ; elle est a priori et apodictiquement évidente. L’impossibilité de relier des significations données renvoie donc à une loi générale, d’après laquelle il est établi de manière générale que des significations relevant des mêmes catégories de signification, reliées dans le même ordre et suivant les mêmes formes pures, ne doivent pas donner lieu à un résultat unitaire72.

  • 73 A. Pfänder, « Logik und Erkenntnislehre » (1905/06), Pfänderiana B I-3 (feuillet 8).

Ces lois ne sont pas fondées sur la capacité humaine ni sur la constitution innée de la pensée humaine, mais sur la « nature des concepts »73. Toute interprétation « innéiste » ou « anthropologiste » est donc exclue d’emblée. En outre, les lois de connexion des significations s’étendent aussi bien dans ce que la logique traditionnelle nomme la théorie du concept que dans la théorie du jugement ou, si l’on préfère réserver le terme « jugement » aux actes judicatifs, dans la théorie des propositions.

  • 74 Sauf erreur, Pfänder ne thématise pas directement ces trois types de connexions syntaxiques. J’étab (...)

42D’une part, les lois de connexion des significations ne sont évidemment pas restreintes aux lois concernant la formation des propositions. Elles concernent d’abord et avant tout la formation de toute signification unitaire ou, si l’on veut, de toute signification « bien formée » (au sens où l’on parle, en calcul des propositions, de « propositions bien formées »). Il faut en effet tenir compte de tous les cas où certaines connexions sont valides et forment une signification unitaire (sensée) sans que cette signification soit une signification propositionnelle, par exemple la signification totale « feuille blanche ». À cet égard, il convient d’ailleurs de rappeler à nouveau que les lois établies dans la grammaire pure logique ne concernent nullement la vérité ou la fausseté des connexions logiques — caractères qui sont habituellement réservés aux propositions —, mais seulement leur caractère bien formé ou sensé. Maintenant, si l’on recense les types de connexions possibles qui donnent des significations unitaires, donc si l’on exclut les connexions « impossibles », qui ne donnent pas des significations unitaires (comme — d’après Pfänder — la connexion entre concepts averbiaux et concepts relationnels), il semble que l’on puisse isoler trois types de connexions valides : (a) les connexions directes qui produisent une signification indépendante (par exemple la combinaison entre le concept principal « livre » et le concept adventice « rouge » dans l’expression « livre rouge »), (b) les connexions directes qui produisent une signification unitaire dépendante, ayant besoin d’un complément (« tournant rapidement »), et (c) les connexions indirectes, qui nécessitent un concept intermédiaire74.

43Par connexion directe, on entend ici une connexion bien formée qui peut avoir lieu entre deux termes sans l’intermédiaire d’un troisième. La seule condition pour que cette connexion donne une signification bien formée est que les significations dont elle est composée, prises isolément, soient des significations bien formées. Une telle connexion sera dite indépendante si la signification totale qu’elle engendre est par soi une signification unitaire ou une signification bien formée ; en revanche, elle est dépendante si elle a besoin d’un complément pour constituer une signification unitaire. On peut encore dire, de façon équivalente, qu’une connexion dépendante entre x et y est une connexion qui ne peut donner lieu à une signification unitaire qu’à la condition qu’il y ait une autre connexion reliant x à z ou y à z. Dans le cas des connexions indirectes, il faut que chaque membre (par exemple x, z) soit en connexion avec un troisième terme (y) qui occupe une position intermédiaire (au sens où la connexion x-z ne peut être valide que dans la séquence x-y-z, c’est-à-dire ne peut s’effectuer qu’indirectement, par l’intermédiaire des connexions x-y et y-z).

44Cette grille d’analyse permet d’élucider bon nombre de connexions logiques en établissant des lois qui valent pour les significations appartenant à toutes les catégories logiques distinguées précédemment. Ainsi, la connexion directe indépendante (a) régit les combinaisons entre concepts de catégorie (1) et concepts de catégorie (2) (par exemple « feuille » + « blanche »), mais aussi entre (1) et (3) (« pierre » + « tombe »). Une combinaison (b), directe mais aboutissant à une signification dépendante, peut avoir lieu entre (4) et (2) (« complètement » + « blanche ») et entre (3) et (4) (« tombe » + « rapidement »). Le même type de connexion s’applique aux combinaisons entre (6) et (2) (« et » + « blanche ») ou entre (6) et (3) (« et » + « tombe »). Dans ce cas, on ne pourra obtenir une signification indépendante que par l’ajout d’un concept substantif (« une feuille complètement blanche », « la pierre tombe rapidement »). Ces derniers cas diffèrent des précédents en ceci que les significations unitaires obtenues sont des significations dépendantes qui ne peuvent pas être complétées directement par un concept substantif (indépendant), mais seulement par un concept lui-même dépendant, dont le genre est déterminé a priori par la signification obtenue (par exemple, « noire » dans « noire et blanche », « roule » dans « roule et tombe », etc.). Pour cette raison, on peut dire que les concepts adverbiaux sont des concepts dépendants qui se rapportent à d’autres concepts dépendants, donc des concepts dépendants au deuxième degré. Enfin, une combinaison indirecte (c), nécessitant un concept intermédiaire, régit par exemple les rapports entre (1) et (1) ou entre (1) et (4). Ainsi, deux concepts principaux ne peuvent être connectés l’un à autre que par l’intermédiaire d’un troisième concept, par exemple d’un concept verbal (« eau » et « aquarium » dans « l’eau remplit l’aquarium »), d’un concept purement fonctionnel (« le livre et l’encrier ») ou d’un concept relationnel (« livre » et « table » dans « le livre sur la table »). De même, un concept adverbial ne peut être rapporté à un concept principal que par l’intermédiaire d’un concept verbal (« turbine » et « lentement » dans « la turbine tourne lentement »), etc. Tout ceci concerne la formation de significations unitaires non propositionnelles.

  • 75 Sur ce point, cf. A. Pfänder, Logik 19211, p. 186 sq. [= Jahrbuch… IV, p. 320 sq.] ; 20004, p. 177 (...)
  • 76 A. Pfänder, « Logik und Erkenntnislehre » (1905/06), Pfänderiana B I-3 (feuillet 7).

45D’autre part, il va de soi que, comme toute proposition peut être envisagée en tant que signification unitaire complexe, il est également possible de tirer de l’analyse des significations des lois relatives aux significations propositionnelles ou à ce que la logique traditionnelle — qui, à l’exception de Bolzano, ne dispose pas encore d’une distinction claire entre les actes de signification et les significations « en soi » — appelle le jugement. La morphologie pure des significations permet donc également de dégager la structure logique minimale de la proposition75. Selon Pfänder, toute proposition contient au moins un concept substantif (comme concept-sujet), un concept d’action (exprimé le plus souvent par le verbe, mais constituant le concept-prédicat), un concept reliant (éventuellement exprimé par la copule, mais souvent implicite), et deux concepts purement fonctionnels (à savoir la synthèse prédicative, Hinbeziehung, et la position ou affirmation judicative, Behauptung, qui ne peuvent être ni sujet ni prédicat). En revanche, les concepts adventices (2) et (4) sont des concepts inessentiels à la formation d’un jugement, c’est-à-dire qu’ils peuvent être supprimés sans que le jugement cesse d’être un jugement. En outre, il est clair que tous ces concepts désignent des fonctions logiques au sein de la proposition qui, encore une fois, ne sont pas interchangeables. Par exemple, un concept adjectif ne peut jamais assumer la fonction de sujet logique. Quel que soit le référent du sujet dans le monde, et quelle que soit la catégorie ontologique à laquelle ce référent appartient, le sujet du jugement appartient toujours à la catégorie (1). Il convient à cet égard d’écarter certains cas qui, de prime abord, peuvent paraîtres trompeurs. Par exemple, dans la proposition « Rouge est une couleur », la signification « rouge » est un concept substantif, bien que son référent soit une propriété, c’est-à-dire une entité dépendante, qui ne peut exister sans autre chose. Si je dis « Rouge est monosyllabique », mon jugement repose sur une suppositio materialis : le sujet véritable de la proposition est le mot « rouge », qui est encore un concept substantif. De même, si je juge que « Rouge est le plus souvent un concept adjectif », je ne me réfère en réalité ni au mot « rouge » ni à la propriété chosique qu’il désigne, mais bien au concept de rouge (Pfänder parle, dans ce cas, de « supposition logique »)76.

  • 77 A. Pfänder, Logik 19211, p. 10 [= Jahrbuch… IV, p. 144] ; 20004, p. 5.

46Il n’est pas nécessaire, ici, d’étudier toutes ces lois en détail. Ce qui importe, à nouveau, c’est qu’elles sont rigoureusement autonomes vis-à-vis des connexions objectives, relatives à la « chose même ». Cette autonomie n’a pas besoin d’être démontrée pour les catégories (5) et (6), qui ne se réfèrent pas à des entités ontologiques, mais elle doit en revanche être établie pour tous les Gegenstandsbegriffe. Négativement parlant, il faut commencer par écarter toute idée d’un quelconque assujetisement des significations à leur corrélat intentionnel. Assurément, toute pensée a un corrélat intentionnel. On peut donc très bien opérer un classement des significations et des jugements d’après leurs « objets » intentionnels. Mais il reste qu’on n’obtient ainsi que des « faux genres (unechten Arten) de jugement » : « Une telle répartition, ajoute Pfänder, n’a […] pas de valeur proprement logique »77. Si toute pensée à un objet, elle n’est pas limitée pour autant à une catégorie d’objets. Par principe, les pensées

peuvent de prime abord se rapporter à n’importe quelle catégorie d’objets. Ce ne sont pas seulement n’importe quelles choses, mais aussi n’importe quels états, propriétés des choses, n’importe quels processus, activités, effets, relations et rapports, qui peuvent être les objets de la pensée et des pensées.

  • 78 A. Pfänder, Logik 19211, p. 54-55 [= Jahrbuch… IV, p. 188-189] ; 20004, p. 49.

47Inversement, si tout jugement, quelle que soit sa forme logique, peut se rapporter à n’importe quel objet, alors, conclut Pfänder, on ne peut pas, « de la division purement logique des jugements », tirer des catégories objectives déterminées à la manière de Kant78. Les notes de cours, en particulier, montrent que Pfänder reprend directement l’enseignement husserlien de la quatrième Recherche logique, en particulier les lois (L4) et (L5) mentionnées plus haut. La loi (L4) est clairement reformulée dans un passage du cours « Logique et théorie de la connaissance » vraisemblablement rédigé en janvier 1906 :

  • 79 A. Pfänder, « Logik und Erkenntnislehre » (1905/06), Pfänderiana B I-3 (feuillet 168) : « Zusammeng (...)

Des concepts composés (« objet simple ») peuvent désigner des objets simples. Des concepts simples (quelque chose, un) peuvent désigner des objets composés. Chaque partie d’un concept composé ne correspond pas à une partie de l’objet (exemple de Bolzano : pays sans montagnes)79.

En ce qui concerne la loi (L5), je cite deux notes inédites qui me semblent plus claire encore, si c’est possible, que la formulation husserlienne. La première est à nouveau tirée du cours de Pfänder intitulé « Logique et théorie de la connaissance » ; elle est datée du 26 janvier 1906 :

  • 80 Note du 26 janvier 1906, dans A. Pfänder, « Logik und Erkenntnislehre » (1905/06), Pfänderiana B I- (...)

L’indépendance et la dépendance des concepts ne coïncident pas avec l’indépendance et la dépendance des mots. […] L’indépendance et la dépendance des concepts ne coïncide pas non plus avec l’indépendance et la dépendance des objets visés80.

La seconde note appartient manifestement au cours d’« Exercices de logique » qui a eu lieu à la même époque ; elle est une paraphrase directe du § 8 de la quatrième Recherche :

  • 81 A. Pfänder, « Materialien zum Logik-Colleg 1905/06 », Pfänderiana B V-2 (feuillet 187, original por (...)

Des objets dépendants peuvent être visés au moyen de concepts indépendants : par exemple rougeur, figure, égalité, grandeur, unité, être. Donc, des formes catégoriales peuvent elles aussi être les objets de significations indépendantes81.

  • 82 A. Pfänder, « Materialien zum Logik-Colleg 1905/06 », Pfänderiana B V-2 (feuillet 177, original por (...)

48Bref, comme Husserl, Pfänder souligne la possibilité d’« isoler en pensée » certaines propriétés, c’est-à-dire de saisir sous forme indépendante des « moments dépendants ». Mais alors que Husserl ne mentionnait (dans la quatrième Recherche logique) que l’autonomie de la forme logique occupant la fonction du sujet, donc l’autonomie propre aux Hauptbegriffe, Pfänder étend ce constat à toutes les catégories logiques. Il entreprend ainsi de montrer, pour chacune d’entre elles, qu’elles sont totalement autonomes vis-à-vis des catégories ontologiques. Les Substantivbegriffe, lit-on dans les notes de cours de 190682, ne se réfèrent pas seulement à des choses, mais peuvent désigner des propriétés (« le rouge », « la couleur »), des processus (« la chute », « le mouvement ») ou des relations (« la similitude »). Mais il faut en dire autant des Adjektivbegriffe et des Verbalbegriffe : les premiers ne se réfèrent pas seulement à des propriétés, mais peuvent aussi se référer à des processus (« la pierre qui tombe ») ou à des relations (« deux pierres semblables l’une à l’autre ») ; les derniers, eux, ne se réfèrent pas seulement à des processus, mais peuvent aussi désigner des « états » (« reposer ») ou des relations (« ressembler à »).

49On retrouve les mêmes exemples dans la Logique, où ils servent à mettre en évidence l’autonomie des catégories logiques à l’égard des catégories ontologiques. Ainsi, dans le jugement « Le rouge est une couleur », le concept de « rouge » se rapporte à un objet dépendant, qui ne peut pas exister sans un autre objet (par exemple le livre dont la couverture est rouge) ; mais cet objet dépendant reçoit ici une forme logique indépendante. L’essence de tous les Hauptbegriffe, écrit Pfänder, est précisément de saisir l’objet auquel ils se rapportent de façon indépendante. Mais ils ne désignent pas pour autant des choses au sens strict :

  • 83 A. Pfänder, Logik 19211, p. 174 [= Jahrbuch… IV, p. 308] ; 20004, p. 165.

Si nous appelons cette forme d’indépendance une catégorie logique, alors cette catégorie logique doit être rigoureusement distinguée de la catégorie concrète de la « chose » (von der sachlichen Kategorie des„ Dinges“)83.

  • 84 A. Pfänder, Logik 19211, p. 177 [= Jahrbuch… IV, p. 311] ; 20004, p. 168.

Ensuite, dans l’énoncé « Le sol est caillouteux », le concept de « caillouteux », selon Pfänder, ne vise pas un objet dépendant, mais un objet indépendant (en l’occurrence les « cailloux » qui se trouvent dans le sol, qui ne cessent pas d’exister si on les extrait du sol et qui ne constituent pas des « propriétés » du sol). Simplement, l’objet indépendant « cailloux » est seulement saisi « par la pensée » de façon dépendante. Dans ce cas aussi, « ressort de manière particulièrement claire la différence et la place différente de la catégorie logique et de la catégorie ontologique »84.

50Pareillement, si l’on doit concéder qu’à tout Tunbegriff correspond un objet dépendant, comme dans la proposition « La pierre se meut », dans laquelle le mouvement n’existe pas sans la pierre, il reste que cet objet dépendant n’est pas nécessairement une activité :

  • 85 A. Pfänder, Logik 19211, p. 177-178 [= Jahrbuch… IV, p. 311-312] ; 20004, p. 168.

La distinction de la catégorie logique et de la catégorie ontologique est à nouveau particulièrement claire dans les cas où la catégorie concrète (sachliche) est une autre que la catégorie logique appliquée sur elle. Par exemple, dans les propositions « Le ciel bleuit », « La prairie verdoie », on a en vue, par les mots « bleuit » et « verdoie », des objets dépendants dans la chose même (sachlich), mais étant immobiles ; cependant, ils sont en même temps saisis par la simple pensée comme une action qui se déroule dans le temps, sans pour autant être interprétés eux-mêmes comme une action85.

  • 86 A. Pfänder, Logik 19211, p. 179 [= Jahrbuch… IV, p. 313] ; 20004, p. 169.

L’autonomie des catégories logiques (1), (2) et (3) semble donc acquise. Cela dit, on peut se demander si l’autonomie des catégories logiques est effectivement démontrée dans la même mesure pour toutes les catégories. Il semble que ce ne soit pas le cas, étant donné que certaines formes logiques (comme les Tunbegriffe) ne peuvent pas désigner d’objet indépendant ; dans ce cas, il semble que l’autonomie ne vaille que pour des caractères secondaires, comme le fait de désigner un processus temporel ou une propriété. La même remarque vaut en ce qui concerne la catégorie (4), soit celle des « concepts adverbiaux ». De fait, si on peut admettre que ces concepts — à la manière des concepts d’action — ne désignent pas toujours un processus effectif, il n’est pas évident qu’ils puissent indifféremment avoir pour corrélat un objet dépendant ou un objet indépendant. Dans l’expression « une turbine tournant rapidement », le mot « rapidement » désigne une détermination dépendante : la rapidité est un caractère relatif au mouvement ou, comme dirait Sigwart, une « modification » de l’activité consistant à tourner ; elle cesse donc d’exister si le mouvement disparaît (et on pourrait ajouter qu’il s’agit même, par contraste avec la propriété d’une chose, d’une détermination dépendante au deuxième degré, qui ne peut être rapportée directement à l’objet indépendant « turbine », mais seulement au mouvement de la turbine, c’est-à-dire à un objet lui-même dépendant, puisque l’existence du mouvement en question dépend de l’existence de la turbine). Pfänder pense toutefois qu’il existe des exceptions. Par principe, il est même possible, poursuit-il, qu’une signification unitaire composée d’un concept substantif, d’un concept adjectif et d’un concept adverbial — donc d’un concept indépendant, d’un concept dépendant au premier degré et d’un concept dépendant au second degré — se rapporte en réalité à trois « objets » qui existent indépendamment l’un de l’autre, comme dans le concept composé der rostig beschiente Eisenbahndamm (qui se traduirait par : « la voie ferrée composée de rails avec de la rouille »), où le concept adverbial rostig (« avec de la rouille », litt. « rouillement ») et le concept adjectif beschiente (« composée de rails », litt. « raillée ») se rapporteraient tous deux à un objet indépendant — respectivement : la rouille (Rost) et les rails (Schienen)86.

  • 87 Id.

51Quoi qu’il en soit, même si la séparation entre le plan logique des significations et le plan ontologique des objets est parfois difficilement démontrable de facto, elle reste admissible en droit. Les catégories logiques sont par principe irréductibles aux catégories ontologiques, et « la construction des objets par la simple pensée (bloß gedankliche) se distingue […] de la construction concrète (sachlichen) des mêmes objets »87. Si l’on admet cette analyse, alors le rapport entre les catégories logiques et la catégories ontologiques devra être formulé comme suit :

  • 88 A. Pfänder, Logik 19211, p. 175 [= Jahrbuch… IV, p. 309] ; 20004, p. 165-166.

Les catégories logiques ne sont ni des catégories ontologiques, ni dérivées des catégories ontologiques. Elles embrassent les objets seulement avec des formes de pensée (nur mit gedanklichen Formen)88.

Notes

1 E. Husserl, Logische Untersuchungen (désormais cité LU), Bd. II/1, Halle, Niemeyer, 1913, Recherche IV, p. 295. Sauf indication contraire, toutes les citations en français mentionnées ici sont empruntées à la traduction de H. Élie, A. L. Kelkel et R. Schérer, Recherches logiques, Paris, P.U.F., 20024, qui reprend en marge la pagination allemande.

2 E. Husserl, LU IV, p. 340.

3 E. Husserl, Logik. Vorlesung 1902/03, dans Husserliana Materialien (désormais cité HuaMat), Bd. II, Dordrecht, Kluwer, 2001 p. 79.

4 E. Husserl, LU IV, p. 294.

5 A. Pfänder, note inédite tirée du Nachlaß (voir infra), cote : Pfänderiana 16.07.31/201 (feuillet portant le n° 100).

6 Pour certains aspects de cette évolution, on pourra se reporter à l’étude de Lina Rizzoli publiée dans ce volume.

7 Jocelyn Benoist mentionne quelques objections qui ont été faites à la grammaire pure logique à la fin de son article « Le catégorial, entre grammaire et intuition », dans J.-F. Courtine (dir.), Phénoménologie et logique, Paris, Presses de l’ENS, 1996, p. 48 sq. Pour une discussion critique du projet husserlien, voir aussi l’étude de Philippe Ducat dans le même volume, « Que veut la “grammaire purement logique” de Husserl ? », ibid., p. 65-81.

8 Voir la contribution de Bruno Leclercq dans ce volume.

9 Voir, sur ce point, la contribution de Denis Seron dans ce volume.

10 Sur ce qui suit, cf. E. Husserl, Logik. Vorlesung 1902/03, HuaMat II, p. 80 sq.

11 E. Husserl, « Présentation des Recherches logiques par l’auteur », dans Articles sur la logique, trad. fr. J. English, Paris, P.U.F.,21995, p. 206 (le texte allemand original est paru en 1901 dans le n° 25 du Vierteljahrsschrift für wissenschaftliche Philosophie, p. 261).

12 E. Husserl, LU IV, Introduction, p. 294.

13 E. Husserl, Alte und Neue Logik. Vorlesung 1908/09, HuaMat VI, p. 60. Par ailleurs, abstraction faite de ces précisions, l’analyse husserlienne des phénomènes de dépendance logique soulève à son tour de nouveaux problèmes. D’un côté, il semble par exemple que la dépendance soit un caractère relatif, et qu’une même signification puisse être considérée tantôt comme indépendante tantôt comme dépendante. C’est particulièrement le cas des formations nominales : contrairement à un adjectif, un nom n’a pas besoin d’un complément pour faire sens. D’un autre côté, Husserl tend à considérer que les seules significations indépendantes stricto sensu sont les significations propositionnelles, donc qu’un nom isolé est « incomplet » aussi longtemps que ne s’y ajoutent pas le minimum de syntagmes nécessaires à la formation d’une proposition. Il y a donc, chez Husserl, un certain privilège de la forme propositionnelle qui pourrait être remis en question.

14 E. Husserl, Logik und allgemeine Wissenschaftstheorie. Vorlesungen 1917/18, Hua XXX, p. 126.
On pourrait rattacher ce principe d’articulation duale aux analyses développées dans la Logique de Wundt, qui insiste particulièrement sur ce point.

15 E. Husserl, Alte und Neue Logik. Vorlesung 1908/09, HuaMat VI, p. 73. Voir encore, par ex., Logik und allgemeine Wissenschaftstheorie. Vorlesungen 1917/18, Hua XXX, p. 112.

16 E. Husserl, Alte und Neue Logik. Vorlesung 1908/09, HuaMat VI, respectivement p. 71 et p. 66. Toutefois, Sachbezüglichkeit ne signifie pas le fait de se rapporter à un corrélat matériel déterminé, car on peut aussi parler de Sachbezüglichkeit pour des significations dont le corrélat est « parfaitement indéterminé », comme « quelque chose » dans la proposition « Un quelconque quelque chose (Irgendetwas) est rouge ».

17 L’énumération des lois donnée dans ce qui suit ne se veut évidemment pas exhaustive. Nous ne pouvons entreprendre ici la reconstruction systématique complète de la grammaire pure husserlienne.

18 E. Husserl, Alte und Neue Logik. Vorlesung 1908/09, HuaMat VI, p. 63. Husserl exprime aussi la même idée en disant que « toute signification est soit une proposition, soit la composante possible d’une proposition », ce qui signifie que « pour toute signification qui n’est pas une proposition, il est toujours possible d’indiquer des propositions qui ont cette signification pour partie » (Logik. Vorlesung 1902/03, HuaMat II, p. 79).

19 Cf. E. Husserl, Alte und Neue Logik. Vorlesung 1908/09, HuaMat VI, p. 60.

20 E. Husserl, Logik und allgemeine Wissenschaftstheorie. Vorlesungen 1917/18, Hua XXX, p. 125.

21 E. Husserl, Alte und Neue Logik. Vorlesung 1908/09, HuaMat VI, p. 74. Cf. encore M. Heidegger, Die Kategorien- und Bedeutungslehre des Duns Scotus, GA 1, p. 311 : « Une signification n’est une signification que dans une forme déterminée, à travers un modus significandi déterminé ». Un examen plus détaillé montrerait que l’on peut faire remonter cette thèse à Lotze.

22 E. Husserl, Alte und Neue Logik. Vorlesung 1908/09, HuaMat VI, p. 66.

23 E. Husserl, LU IV, § 8, p. 313 n.

24 E. Husserl, LU IV, § 2, p. 296.

25 K. Twardowski, Zur Lehre vom Inhalt und Gegenstandder Vorstellungen, München-Wien, Philosophia Verlag, 1982 (= 18941), § 14, p. 92 ; trad. fr. J. English, « Sur la théorie du contenu et de l’objet des représentations », dans E. Husserl, K. Twardowski, Sur les objets intentionnels 1893-1901, Paris, Vrin, 1993, p. 181.

26 E. Husserl, LU IV, § 2, p. 296-297. Je ne m’étendrai pas ici sur le développement de cette question chez Bolzano et Twardowski.

27 E. Husserl, LU IV, § 8, p. 313.

28 E. Husserl, LU IV, § 8, p. 313-314.

29 E. Husserl, Logik und allgemeine Wissenschaftstheorie. Vorlesungen 1917/18, Hua XXX, p. 93.

30 On sait, depuis Grabmann, que son auteur véritable est Thomas d’Erfurt, qui a vécu après Duns Scot et ne défend pas la même théorie de la signification que lui — ce qui, comme l’a noté Boulnois, oblige en fait Heidegger à « faire le grand écart » entre deux conceptions différentes, dont l’unité est extrêmement problématique : l’une, celle de Scot, considère que le signe renvoie à la chose même et non au concept ; l’autre, celle de Thomas D’Erfurt, considère au contraire que le signe renvoie au concept, cf. O. Boulnois, « Entre logique et sémantique : Heidegger lecteur de Duns Scot », dans J.-F. Courtine (éd.), Phénoménologie et logique, op. cit., p. 265-266, et p. 275, note 3.

31 M. Heidegger, Die Kategorien- und Bedeutungslehre des Duns Scotus, dans Gesamtausgabe (désormais cité GA), Bd. 1, Frankfurt/Main, Klostermann, 1978, p. 278-279.

32 Ibid., p. 303.

33 Ibid., p. 338.

34 Ibid., p. 339.

35 Ibid., p. 341.

36 Ibid., p. 323. Pour la référence à Husserl, voir surtout ibid., p. 327-328.

37 Ibid., p. 323-325.

38 Id.

39 Ibid., p. 337. En faisant de la sémantique une partie de la logique, Heidegger se ralie en même temps (sans le savoir) à Thomas d’Erfurt et s’éloigne de Duns Scot, cf. O. Boulnois, art. cit., p. 277.

40 La théorie du jugement est synonyme, pour Heidegger, de « théorie de la structure du sens (Sinnstruktur) », et la théorie de la science est présentée comme la « théorie des différenciations structurelles (Strukturdifferenzierungen) et de leurs formes systématiques » (GA 1, p. 337). Toute cette terminologie est étroitement liée à celle de Rickert et, surtout, à celle de Lask.

41 M. Heidegger, GA 1, p. 337.

42 Sur le bien-fondé, mais aussi et surtout sur les limites de ce rapprochement, cf. A. Dewalque, « Validité du sens ou idéalité des significations ? Rickert et Husserl : deux variétés de logique pure », dans Études philosophiques 2008/I, p. 97-115.

43 M. Heidegger, GA 1, p. 311.

44 Ibid., p. 312-313.

45 Ibid., p. 314.

46 Ibid., p. 315.

47 Ibid., p. 316.

48 Ibid., p. 315.

49 On pourrait se demander pourquoi Heidegger ne renonce pas purement et simplement au parallélisme logico-ontologique, au lieu de maintenir une sorte de parallélisme « indirect ». La raison doit manifestement être cherchée dans la théorie laskienne de la différenciation des significations par leur matériau, qui a eu une forte influence sur Heidegger (pour une présentation de la conception laskienne sur ce point, on se référera à S. Nachtsheim, Emil Lasks Grundlehre, Tübingen, J.C.B. Mohr (Paul Siebeck), 1992, essentiellement p. 133-136).

50 Ibid., p. 342-343.

51 Ibid., p. 345.

52 Ibid., p. 347 et p. 348 : « Le nomen signifie son objet, qu’il existe ou non. Ainsi, le nom “Socrate” désigne la signification “Socrate” dans la mesure où elle est justement la teneur d’un acte conférant une signification, mais non le Socrate réel dans la mesure où il existe ».

53 Ibid., p. 355-356. Curieusement, la différence entre substantif et adjectif est ici minimisée, puisqu’elle semble se ramener à une simple différence de « mode de signification » affectant la catégorie générale du nom.

54 Id.

55 Ibid., p. 369. Pour tous les modes accidentels du nom répertoriés par le pseudo-Scot, cf. la liste citée par Heidegger, p. 366.

56 Ibid., p. 381.

57 Ibid., p. 382 et p. 390.

58 Ibid., p. 388.

59 Ibid., p. 390.

60 Ibid., p. 392.

61 Ibid., p. 395-398.

62 Je reprends ici l’expression tout à fait appropriée d’O. Boulnois, art. cit., p. 278.

63 Outre les nombreux travaux d’Herbert Spiegelberg, l’ouvrage de référence sur ce point demeure l’étude de K. Schuhmann, Die Dialektik der Phänomenologie, Bd I : Hüsserl über Pfänder, Den Haag, Nijhoff, 1973.

64 Lettres de Pfänder à Husserl du 25 juillet 1904 et du 20 mars 1905, HuaDok III/2, p. 131-132.

65 Lettre de Pfänder à Husserl du 29 septembre 1909, HuaDok III/2, p. 139-140.

66 Je me référerai ici à la première et à la dernière édition : A. Pfänder, Logik, Halle, Niemeyer, 19211 (Sonderdruck aus Jahrbuch für Philosophie und phänomenologische Forschung IV) ; Heidelberg, C. Winter, 20004 (texte édité et introduit par M. Crespo, reprint de 19633 avec l’avant-propos de Herbert Spiegelberg).

67 Cet aspect se trouve à mon sens largement sous-représenté dans les études consacrées à Pfänder, à commencer par les Pfänder-Studien éditées par H. Spiegelberg et E. Avé-Lallemant, The Hague-Boston-London, Nijhoff, 1982 (Phaenomenologica 84), qui laissent les questions de logique à l’arrière-plan.

68 Cf. A. Pfänder, « Exzerpte zu Husserl “Logische Untersuchungen” » (automne-hiver 1904), Pfänderiana B VI-2. Je cite les manuscrits d’après leur cote officielle dans le Nachlass de Pfänder conservé à la Bayerische Staatsbibliothek München (tous les documents cités ici appartiennent au groupe B : Logik und Erkenntnistheorie). La numérotation des feuillets, ajoutée à titre indicatif, correspond à la numérotation des facsimilés qui m’ont été transmis par la bibliothèque en date du 26 avril 2006. Pour un aperçu du Nachlass, voir Pfänder-Studien, op. cit., p. 371-379.

69 Note du 25 janvier 1906, dans A. Pfänder, « Logik und Erkenntnislehre » (1905/06), Pfänderiana B I-3 (feuillet 182) : « Die traditionelle Begriffslehre läßt im Stich, wenn man sie auf einzelne Begriffe anwenden will. Sie läßt im Stich, wenn man die Zusammensetzung von Begriffen zu Begriffen und Urteilen verfolgen will ».

70 A. Pfänder, Logik 19211, p. 166 [= Jahrbuch… IV, p. 300] ; 20004, p. 157. Ce dernier verdict peut paraître très sévère. Comme le montrerait un examen détaillé des manuels de Sigwart, Lotze ou même Wundt, l’idée d’une syntaxe logique est bien présente — quoique sous une forme plus ou moins dissimulée — dans la logique traditionnelle. J’ai développé cette idée dans une version élargie de la présente étude, cf. A. Dewalque, « Archéologie de la grammaire pure logique », dans Bulletin d’analyse phénoménologique (à paraître).

71 Cette terminologie est celle qui a finalement été retenue dans la Logique (1919). Les notes de cours de 1905-06 (Pfänderiana B I-3) présentent certaines divergences. Pour (2), Pfänder parlait parfois d’Eigenschaftsbegriffe ; pour (3), de Verbalbegriffe ou de Thätigkeitsbegriffe, etc. On reconnaît, à travers ces termes, les formulations employées par Wundt. Ces divergences sont certes purement terminologiques et, à ce titre, tout à fait secondaires. Il est toutefois intéressant de remarquer que le terme d’Eigenschaftsbegriffe a finalement été écarté, puisque les concepts visés en (2) peuvent désigner aussi bien des processus ou des relations que des propriétés. La séparation conséquente entre catégories logiques et catégories ontologiques (sur laquelle je reviendrai infra) doit ainsi se refléter jusque dans la terminologie.

72 Note non datée, « Materialien zum Logik-Colleg 1905/06 », Pfänderiana B V-2 (feuillet 202) : « Die Bedeutungen stehen unter Gesetzen, welche ihre Verknüpfung zu neuen Bedeutungen regeln. Denn zu jeder unselbständigen Bedeutung gehört eine Gesetz. In aller Bedeutungsverknüpfung sind Gesetzmäßigkeiten wirksam, da die verknüpfenden Formen unselbständige Bedeutungen sind (alle Verknüpfung untersteht Gesetzen). In sinnvoll gegebene Verknüpfungseinheit dürfen wir die Elemente nicht willkürlich durcheinander würfeln. Die Gesetzmäßigkeit haftet an den Bedeutungskategorien und ist a priori und apodiktisch evident. Die Unmöglichkeit der Verknüpfung gegebenen Bedeutungen weist also hin auf ein allgemeines Gesetz, wonach überhaupt Bedeutungen der entsprechenden Bedeutungskategorien, in gleicher Ordnung und nach Maßgabe derselben reiner Formen verknüpft, eines einheitlichen Ergebnisses entbehren müssen ».

73 A. Pfänder, « Logik und Erkenntnislehre » (1905/06), Pfänderiana B I-3 (feuillet 8).

74 Sauf erreur, Pfänder ne thématise pas directement ces trois types de connexions syntaxiques. J’établis moi-même cette distinction à partir des indications qu’il donne pour chaque catégorie logique.

75 Sur ce point, cf. A. Pfänder, Logik 19211, p. 186 sq. [= Jahrbuch… IV, p. 320 sq.] ; 20004, p. 177 sq.

76 A. Pfänder, « Logik und Erkenntnislehre » (1905/06), Pfänderiana B I-3 (feuillet 7).

77 A. Pfänder, Logik 19211, p. 10 [= Jahrbuch… IV, p. 144] ; 20004, p. 5.

78 A. Pfänder, Logik 19211, p. 54-55 [= Jahrbuch… IV, p. 188-189] ; 20004, p. 49.

79 A. Pfänder, « Logik und Erkenntnislehre » (1905/06), Pfänderiana B I-3 (feuillet 168) : « Zusammenges. Begr. („ einf. Gegenst.“) können einfache Gegenst. meinen. Einf. Begr. (Etwas, Eins) können zusammenges. Gegenst. meinen. Nicht jeden Teil e. zusammenges. Begr. Entspricht e. Teil der Gegenst. (Bolzano’s Beispiel : Land ohne Berge) ».

80 Note du 26 janvier 1906, dans A. Pfänder, « Logik und Erkenntnislehre » (1905/06), Pfänderiana B I-3 (feuillet 5) : « Selbständigkeit und Unselbständigkeit der Begriffe fällt nicht zusammen mit der Selbständigkeit und Unselbständigkeit der Wörter. […] Selbständigkeit und Unselbständigkeit der Begriffe fällt auch nicht zusammen mit der Selbständigkeit und Unselbständigkeit der gemeinten Gegenstände ». Pour illustrer la deuxième partie de la note, Pfänder mentionne les concepts de « rougeur, égalité, grandeur, unité, être ».

81 A. Pfänder, « Materialien zum Logik-Colleg 1905/06 », Pfänderiana B V-2 (feuillet 187, original portant le n° 93) : « Unselbständige Gegenstände können von selbständigen Begriffen gemeint sein : z. B. Röthe, Figur, Gleichheit, Größe, Einheit, Sein. Also auch kategoriale Formen können Gegenstände selbständigen Bedeutungen sein ». Cf. aussi ibid. (feuillet 201, original portant le n° 100) : « Selbständige Bedeutung kann sich auf einen unselbständigen Gegenstand beziehen (z. B.unselbständiges Moment“, Röthe, Figur, Gleichheit, Größe, Einheit, Sein). Jeder unselbständige Gegenstand kann von einer selbständigen Bedeutung gemeint werden. Also auch kategoriale Formen. »

82 A. Pfänder, « Materialien zum Logik-Colleg 1905/06 », Pfänderiana B V-2 (feuillet 177, original portant le n° 88).

83 A. Pfänder, Logik 19211, p. 174 [= Jahrbuch… IV, p. 308] ; 20004, p. 165.

84 A. Pfänder, Logik 19211, p. 177 [= Jahrbuch… IV, p. 311] ; 20004, p. 168.

85 A. Pfänder, Logik 19211, p. 177-178 [= Jahrbuch… IV, p. 311-312] ; 20004, p. 168.

86 A. Pfänder, Logik 19211, p. 179 [= Jahrbuch… IV, p. 313] ; 20004, p. 169.

87 Id.

88 A. Pfänder, Logik 19211, p. 175 [= Jahrbuch… IV, p. 309] ; 20004, p. 165-166.

© Presses universitaires de Liège, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540