Version classiqueVersion mobile

La théorie des catégories

 | 
Arnaud Dewalque
, 
Bruno Leclercq
, 
Denis Seron

Forme et matériau de la pensée dans la conception husserlienne du catégorial

Lina Rizzoli

Texte intégral

1Comme on sait, la phénoménologie n’a jamais été comprise par son fondateur comme une doctrine arrivée à maturité. Husserl a plutôt soumis sa conception à une auto-critique constante qui l’a conduit à réviser constamment aussi bien sa conception gnoséologique que sa méthode. La conséquence la plus importante de ce travail critique réalisé en permanence par Husserl réside sans aucun doute dans le changement de sens progressif affectant la conceptualité qu’il a esquissée au cours de ses analyses, et qu’il a utilisée de façon opératoire.

  • 1 Hua XIX/1, p. 259.
  • 2 Hua XVII, p. 54.

2Dans ce contexte, le cas des catégories formelles de signification et des catégories objectives semble constituer une exception importante, car la définition formelle des catégories élaborée par Husserl dans les Recherches logiques (1900/01) se retrouve quasiment inchangée dans son ouvrage tardif, Logique formelle et logique transcendantale (1929). De plus, dans ce dernier texte, Husserl renvoie souvent aux Recherches logiques. La plupart du temps, cela se produit dans les passages où il thématise le rapport entre apophantique formelle et ontologie formelle. Un élément supplémentaire contribue à renforcer l’impression que la conception husserlienne des catégories formelles de signification et d’objet est la même dans les deux ouvrages, bien qu’ils aient été rédigés avec plus de vingt ans d’écart. Car la conception de la formalisation sur laquelle se fonde la théorie des catégories formelles semble elle aussi identique dans les deux traités. Ainsi, la formalisation, d’après les Recherches logiques, consiste en ceci que, dans une proposition donnée, « toutes les déterminations objectives (sachhaltigen) se trouvent remplacées par de l’indéterminé, et cet indéterminé se trouve ensuite saisi comme variable illimitée »1. La même définition « formelle » du processus de formalisation est reprise par Husserl non seulement dans les Idées I, mais aussi dans Logique formelle et logique transcendantale, dans la mesure où il y détermine la formalisation comme la « saisie des noyaux objectifs (sachhaltigen Kerne) en tant qu’éléments quelconques indéterminés, linguistiquement en tant que termes indéterminés : S, p et autres termes semblables »2.

  • 3 Hua XVIII, p. 26-32.
  • 4 Ibid., p. 32-34.
  • 5 Hua XVII, p. 230-234.
  • 6 Ibid., p. 209 sq.
  • 7 L’adjectif « intellectuel » traduit le terme allemand gedanklich (N.d.T.).

3Si la définition du processus de formalisation est la même dans les Recherches logiques et dans Logique formelle et logique transcendantale, on ne peut toutefois pas manquer de voir que se trouve défendue de manière générale, dans les deux textes, une conception différente de la connaissance formalisée. En 1900, Husserl qualifie la logique pure de discipline idéale, pré-métaphysique, qui, en tant que théorie générale de la science, ne doit pas seulement être opposée aux sciences réelles-empiriques, mais aussi aux sciences idéales3. Le primat systématique de la logique pure sur l’ensemble des sciences dépend en premier lieu du caractère formel de ses vérités, en vertu duquel celles-ci sont pures de tout impact empirique et peuvent valoir de façon illimitée4. Dans Logique formelle et logique transcendantale, Husserl est encore convaincu que la formalisation logicomathématique de la connaissance a pour but la généralisation et la purification des vérités logiques. Cependant, il souligne avec force, dans cet écrit tardif, qu’aucune considération formalisante ne peut suffire à affranchir la connaissance de son lien avec le monde réel. Comme toute science objective, la logique pure est elle aussi rapportée au monde effectif et doit pour cette raison être rangée parmi les sciences positives5. La critique transcendantale de la logique formelle, que Husserl développe en 1929, vise justement à lever le voile sur les présuppositions naturelles de la logique formelle et à rendre visible leur caractère mondain6. Ce qui change donc chez Husserl, entre les Recherches logiques et Logique formelle et logique transcendantale, c’est la perspective gnoséologique dans laquelle l’opération de formalisation est interprétée. Une telle modification n’est pas maintenue dans la définition de la formalisation et dans celle des catégories logico-formelles parce que ce sont des définitions elles-mêmes purement formelles, qui décrivent certes la pratique propre à la pensée formalisante, mais qui ne l’éclairent pas du point de vue de la théorie de la connaissance. La clé pour comprendre la modification de la perspective gnoséologique de Husserl réside selon moi dans les analyses qu’il a consacrées au rapport entre forme intellectuelle et matériau intellectuel7 et, avant tout, dans la théorie des formations-noyaux qu’il a développée vers 1908. Avec cette théorie, l’arsenal analytique de la phénoménologie statique des significations se trouve considérablement enrichi et nuancé. Mais l’impulsion qui a conduit à cette nouvelle détermination des phénomènes catégoriaux de signification ne semble pas avoir dépassé le stade d’un examen statique de la connaissance. Au fondement de la théorie des formations-noyaux, se trouve plutôt l’idée que, à l’égard de la connaissance, l’intuition doit aussi remplir une fonction génétique, à savoir une fonction instauratrice (stiftende). Cette idée fait définitivement éclater le cadre de la proto-phénoménologie des Recherches logiques.

4Pour le montrer, je commencerai par exposer la définition formelle des catégories de signification et des catégories objectives élaborée par Husserl dans les Recherches logiques. J’analyserai ensuite la conception de la forme et du matériau catégorial qu’il a défendue dans cet ouvrage ; j’aimerais en même temps attirer l’attention sur le caractère insuffisant de la conception de l’évidence qu’il y défend. Puis j’analyserai, pour finir, quelques extraits de textes tirés des leçons prononcées par Husserl entre 1905 et 1911, dans lesquels sa nouvelle conception du catégorial, incompatible avec la phénoménologie intemporelle des Recherches logiques, devient progressivement visible.

1. Catégories de signification et catégories objectives

5L’objectif des Recherches logiques, comme on sait, est de clarifier la logique pure sur le plan philosophique et de la consolider sur le plan de la théorie de la connaissance. D’après Husserl, la logique pure doit être comprise comme une théorie scientifique qui présente, sous sa forme la plus haute, un système déductif de fondation, à savoir une théorie de la multiplicité en tant que théorie des formes de théories possibles. Le corrélat gnoséologique de cette théorie est le concept de l’entendement pur que Husserl détermine, au § 60 de la vieRecherche logique, comme la sphère des vérités purement catégoriales, c’est-à-dire des catégories de signification et des catégories objectives. La fondation de la logique pure par la théorie de la connaissance doit résulter phénoménologiquement du fait que l’on se ménage une vision adéquate (Einsicht) de l’essence des vérités logiques formelles et que l’on exhibe ainsi leur possibilité idéale. La façon de procéder à une telle exhibition est toutefois très complexe.

  • 8 Hua XIX/2, p. 713.
  • 9 Id.
  • 10 Id. La définition husserlienne des catégories comme concepts de concepts ne doit pas ici être mal c (...)
  • 11 Hua XIX/1, p. 154.
  • 12 Hua XIX/2, p. 713.

6Bien qu’il s’agisse ici à proprement parler d’exhiber « la possibilité d’intuitions générales qui n’excluent pas seulement de leur teneur intentionnelle tout ce qui est individuel, mais aussi tout ce qui est sensible »8, le point de départ de l’examen gnoséologique, phénoménologique, doit être la conscience concrète de signification. Il faut donc retourner aux formes fondamentales de la conscience logique, c’est-à-dire au jugement de perception ou à d’autres formes de la conscience énonciative qui sont directement fondées dans la conscience sensible. Car seul le caractère actuel de donné (die aktuelle Gegebenheit) qui est celui des concepts catégoriaux de forme dans des représentations concrètes offre une base appropriée pour leur abstraction. La première étape du procédé au moyen duquel une catégorie est fixée doit donc être la réflexion phénoménologique dirigée vers un acte de signification actuel de premier degré. Cette réflexion permet d’abstraire l’essence signitive (bedeutungsmäßige) de l’acte de la teneur psychique du vécu, et d’en faire ensuite l’objet d’une nouvelle réflexion que Husserl appelle « catégoriale » ou « logique » et qui doit spécialement servir à former des catégories logico-formelles et ontologico-formelles. La pureté et le caractère formel des vérités logiques dépendent précisément du fait que celles-ci sont des « concepts de deuxième degré »9 ou, comme dit aussi Husserl, des « concepts de concepts »10. Selon qu’il s’agit de former une catégorie de signification ou une catégorie d’objet, la réflexion catégoriale prend, d’après Husserl, une direction différente. Dans le premier cas, elle se dirige vers la forme déterminée de l’intention logique qui se trouve au fondement de la réflexion. Dans la réflexion catégoriale, cette forme doit être isolée du contenu de la conscience de signification et être posée comme un moment purement formel. De manière générale, cela veut alors dire, chez Husserl, que « les formes logiques sont simplement […] élevées dans l’unité de la conscience […], donc sont elles-mêmes des formes d’intention de signification à nouveau objectivées en species idéales »11. Dans le cas des catégories objectives, l’attention ne se dirige plus vers l’acte, mais vers l’élément objectif (auf das Gegenständliche) qui est visé dans l’acte, et elle se dirige vers lui tel qu’il est visé dans l’acte. Il s’agit, avec ce corrélat de l’acte, de la composante de la conscience que Husserl appelle en 1908 signification ontique ou phénoménologique et qui sera plus tard qualifiée de noème. Par la réflexion catégoriale, ce qui est visé catégorialement se trouve nominalisé et peut ainsi devenir le fondement de l’abstraction propre aux catégories formellement objectives. En ce sens, on lit dans la vieRecherche logique que les catégories formellement objectives ne trouvent pas leur fondement dans les données (Gegebenheiten) de l’intuition sensible, mais dans celles de l’intuition catégoriale — « et ce, avec une relation pure à la forme catégoriale de l’objet total formé catégorialement »12.

  • 13 Cf. Hua XVII, p. 90 sq.

7Comme on l’a déjà souligné, cette conception des catégories élaborée par Husserl dans les Recherches logiques est reprise dans Logique formelle et logique transcendantale. Au § 27 de ce texte, Husserl renvoie explicitement aux pages de son premier ouvrage phénoménologique dans lesquelles il a développé sa théorie des catégories13. Celle-ci serait encore le fondement de sa réflexion. L’interprétation husserlienne du sens et de la portée de la connaissance formelle n’en a pas moins été fortement modifiée dans les années qui suivent la rédaction des Recherches logiques. Son évaluation différente de la logique est liée à la nouvelle conception de la forme et du matériau de la pensée que Husserl développe à partir de 1905. Mais tournons-nous d’abord vers la proto-phénoménologie du catégorial qu’il élabore dans les Recherches logiques.

2. Forme et matériau de la pensée dans les Recherches logiques

  • 14 Par expression primaire, on entend ici la conscience originaire de signification qui est fondée dir (...)
  • 15 Hua XIX/2, p. 664.
  • 16 Dans les Recherches logiques, origine (Ursprung) signifie « non pas genèse, mais exhibition du sens (...)
  • 17 Cf. Hua XIX/2, p. 664 et p. 671.
  • 18 Hua XIX/2, p. 687.
  • 19 Cf. ibid., p. 664.

8Dans les Recherches logiques, la conception husserlienne du catégorial tourne autour de l’idée qu’il y a, dans l’expression primaire14, une « différence absolue »15 entre forme et matériau de la représentation intellectuelle. Cette idée fondamentale influence en premier lieu la manière dont le problème des catégories est ici présenté ou mis en scène. Le fait que le matériau intellectuel et la forme intellectuelle soient des moments absolument hétérogènes signifie en fin de compte, pour Husserl, qu’ils ont une origine phénoménologique différente16, c’est-à-dire qu’ils puisent leur évidence aux sources différentes de l’intuition sensible et de l’intuition formelle-catégoriale17. Alors que les significations de forme sont entendues comme des fonctions catégoriales et, ainsi, comme des réalisations de notre « activité subjective »18, Husserl interprète les éléments matériels comme des composantes sensibles de l’acte19. L’hétérogénéité de la forme intellectuelle et du matériau intellectuel se trouve donc reconduite à celle de la pensée catégoriale et de la perception sensible. Mais cherchons à comprendre de plus près comment Husserl est parvenu à cette conception.

  • 20 Ibid., p. 658-659. On ne peut pas ici relever les contradictions qui affectent la théorie husserlie (...)
  • 21 Hua XIX/2, p. 658.
  • 22 Id.

9Dans ses développements consacrés au catégorial, il part du cas du nom propre, dont la signification dépourvue de forme grammaticale est définie comme « un homologue de la perception de type imagé »20. Husserl voudrait ainsi attirer l’attention sur le « parallélisme »21 qui existe, dans le cas du nom propre, « entre la visée signitive et l’intuition remplissante »22. Grâce à l’absence de forme grammaticale qui caractérise le nom propre, en fonction de laquelle il apparaît comme un pur matériau, la perception pure et simple pourrait ici, en effet,

  • 23 Hua XIX/2, p. 659.

sans l’aide d’actes supplémentaires bâtis sur elle, faire apparaître l’objet qui est visé par l’intention de signification et ce, tel qu’il est visé par elle. L’intention de signification, pour cette raison, trouve dans la simple perception l’acte dans lequel elle se remplit de façon parfaitement adéquate23.

  • 24 Id.
  • 25 « Dans tout énoncé de perception, et il en va de même naturellement pour tout autre énoncé expriman (...)
  • 26 Ibid., p. 664.

10Avec le parallélisme entre la signification propre et la perception sensible, Husserl obtient un modèle qu’il utilise alors comme un « prototype pour l’interprétation du rapport entre signification et intuition »24. Sous sa forme originelle, le modèle du parallélisme sert à décrire le rapport entre les moments de pensée matériels et l’intuition pure et simple. En ce sens, Husserl considère que les moments de pensée matériels trouvent leur remplissement dans la perception pure et simple25. Il serait, en revanche, « vain » et « fondamentalement erroné […] de chercher directement dans la perception ce qui peut remplir [les significations de forme supplémentaires] »26.

  • 27 Ibid., p. 671.
  • 28 Considérons avant tout les développements du § 55 de la vieRecherche logique, dans lequel Husserl p (...)
  • 29 Ibid., p. 686.
  • 30 Au lieu de simples hésitations, on devrait en fait, en ce qui concerne la théorie du catégorial dan (...)

11Mais comment se remplissent donc les significations formelles de fonction ? D’après Husserl, il s’agit de trouver une forme spéciale d’intuition qui, à l’égard des moments formels de signification de la pensée, « accomplit le même service que la simple perception sensible à l’égard des moments matériels »27. La théorie très controversée de la représentation catégoriale (der kategorialen Repräsentation), que Husserl développe au chapitre vii de la vieRecherche logique, tourne précisément autour de cette question : est-il possible qu’il y ait une forme d’intuition capable de correspondre aux significations de forme comme l’intuition sensible correspond aux significations de matériau (et, encore plus originairement, au nom propre) ? En d’autres termes : quels sont les composantes de l’acte qui, dans l’acte catégorial, assument la fonction de représenter intuitivement (anschaulich… repräsentieren) les moments de pensée formels ? Cette formulation de la question portant sur la connaissance catégoriale est tout à fait caractéristique des Recherches logiques. Elle est liée à la décision préalable d’accentuer l’hétérogénéité de la forme et du matériau de la pensée, et de faire du modèle du parallélisme, qui a été élaboré en prenant l’exemple du nom propre, un modèle général pour toute forme d’évidence. Les difficultés qu’apportent avec elles de telles décisions préalables s’annoncent toutefois très clairement dans la manière ambivalente dont Husserl décrit le rapport entre forme et matériau de la pensée au chapitre vii de la vie Recherche logique. Selon qu’il s’agit de défendre la possibilité d’attribuer un caractère intuitif aux significations de forme ou bien l’indépendance de la forme catégoriale à l’égard des éléments de signification matériels, Husserl accentue l’indépendance mutuelle ou l’indépendance relative de ces deux composantes de l’acte28. Cette hésitation, dans la stratégie argumentative de Husserl, fait clairement ressortir ce que sa théorie a d’insuffisant sur le plan phénoménologique. Le fait qu’une formation catégoriale consiste en la composition de fonctions intellectuelles et de contenus sensibles qui, dans une telle composition, conservent leur nature hétérogène, n’est pas très convaincant sur le plan phénoménologique. Ce qui est discutable, dans les analyses de Husserl, c’est déjà le fait qu’il traite le nom propre comme une expression dépourvue de forme et l’utilise ensuite comme modèle pour décrire l’ensemble des représentations nominales. Si le nom propre était vraiment dépourvu de forme comme Husserl le postule, pourrait-on l’articuler dans des connexions catégoriales, comme cela se produit régulièrement ? Mais si le nom propre est tout de même porteur d’une fonction grammaticale, peut-on encore le comprendre comme un homologue verbal de la perception sensible ? Le fait que Husserl considère aussi les représentations nominales et adjectives restantes — qui, dans la proposition, ont manifestement une forme grammaticale et remplissent une fonction catégoriale — comme équivalant aux « perceptions isolées de la sensibilité »29, apparaît naturellement ici encore plus problématique. Les hésitations de Husserl dans la théorie du catégorial prouvent finalement qu’il doutait lui-même de la justesse de sa conception30. Mais pourquoi ne parvient-il pas à tourner définitivement le dos à cette conception encore très rudimentaire de la forme et du matériau de la pensée ?

12L’utilisation du modèle du double parallélisme — d’après lequel se correspondent mutuellement le matériau de pensée et la perception sensible d’une part, la forme de pensée et l’intuition catégoriale d’autre part — n’est pas, dans les Recherches logiques, la conséquence fortuite du caractère superficiel, sur le plan phénoménologique, des analyses husserliennes. Elle est plutôt, je crois, la conséquence nécessaire du manque de maturité méthodique qui caractérise la proto-phénoménologie de Husserl, dans laquelle l’intuition est partout considérée du seul point de vue de sa fonction vérificatrice, mais jamais du point de vue de sa fonction instauratrice (stiftende). Ce nivellement des différentes significations de l’intuition est lié, dans ce texte, à la mise entre parenthèses rigoureuse de la problématique génétique, qui est ici encore marquée au fer rouge par Husserl à titre de simple question psychologique. Mais il entraîne un tel appauvrissement du concept d’intuition qu’il devient impossible, avec lui, de décrire adéquatement tant la perception sensible que la pensée catégoriale.

  • 31 Ibid., p. 242.
  • 32 M. Richir, Méditations phénoménologiques. Phénoménologie et phénoménologie du langage, Grenoble, Mi (...)
  • 33 Sur la neutralité métaphysique des Recherches logiques, cf. J. Benoist, Phénoménologie, sémantique, (...)
  • 34 Hua XIX/2, p. 686.

13C’est là un point décisif, qui éclaire un trait essentiel de la conception de la vérité défendue dans les Recherches logiques. Comme on sait, cette conception est totalement centrée sur l’activité vérificatrice de l’intuition et sur sa capacité à correspondre au signifier. La possibilité de cette correspondance vaut, aux yeux de Husserl, comme garantie pour le fait d’attribuer, à ce qui est pensé, une vérité objective. Elle apporte la preuve phénoménologique que l’intention de signification est correcte, c’est-à-dire que ce qu’elle vise « existe » (« besteht ») ou est vrai. Mais d’où l’intuition tire-t-elle son pouvoir vérificateur ? Qu’est-ce donc qui garantit qu’une intention intuitive est aussi une intention correcte, à laquelle on peut attribuer une vérité objective ? L’équivalence de l’être objectif et de l’être-donné-intuitivement peut-elle être démontrée phénoménologiquement ? La réponse, ici, doit être négative, car la pensée et l’être ne sont pas des grandeurs comparables que l’on peut juxtaposer et comparer l’une à l’autre. Leur correspondance ne peut qu’être postulée fondamentalement par celui qui pense, et elle vaut alors comme une prise de position contre le scepticisme, sans que l’on soit contraint pour autant, soit dit en passant, de prendre une décision métaphysique en faveur du réalisme ou de l’idéalisme. Pour la phénoménologie aussi, le parallélisme de la pensée et de l’être représente un postulat fondamental (eine prinzipielle Annahme), qui peut certes être exprimé de façon lapidaire, mais qui ne peut pas être fondé. « Ce que nous ne pouvons pas penser », lit-on par exemple dans la iiieRecherche logique, « ne peut pas être ; ce qui ne peut pas être, nous ne pouvons pas le penser »31 — la pensée ne désignant pas ici la représentation au sens subjectif, mais la pensée « au sens propre », à savoir la pensée évidente, adéquate et éidétique. Cette « tautologie symbolique […] du penser et de l’être »32 représente — non seulement dans les Recherches logiques, mais aussi dans tous les écrits de Husserl — la présupposition fondamentale de sa méthode, qui s’appuie en effet de façon programmatique sur la fonction clarifiante de l’intuition. Mais dans les Recherches logiques, contrairement à ce qui se passe dans les autres textes de Husserl, la signification méthodique de ce postulat n’est pas mise en évidence. Elle est plutôt imposée dogmatiquement au lecteur comme une vérité ultime, incontestable, parce qu’elle a justement le grand avantage de réfuter le scepticisme sans pousser à adopter une prise de position métaphysique33. C’est précisément parce que le fait de postuler une tautologie symbolique de la pensée et de l’être ne rend pas immédiatement nécessaire une explication « métaphysique » concernant l’origine de ce postulat que le modèle du parallélisme représente un instrument utile pour la mise entre parenthèses de la question métaphysico-psychologique portant sur la genèse de la pensée et de la connaissance. C’est aussi en ce sens qu’il est employé dans les Recherches logiques, où il ne sert pas seulement à rendre intuitif le rapport de correspondance pré-phénoménologique entre la pensée et l’être, mais aussi à décrire le rapport phénoménologique de l’intuition (en tant qu’équivalent de l’être) et de la signification vide. La possibilité du rapport de correspondance ou de recouvrement entre signification et intuition offre ici un critère de vérification avec lequel la question de la vérité peut être traitée indépendamment de la question de son origine. L’évidence (en tant que constatation de la correspondance possible de la signification et de l’intuition) est du même coup décrite comme une expérience intemporelle, qui pour cette raison est reproductible à l’infini, car elle survient à un moment dépourvu d’horizon. Mettre entre parenthèses la question de la genèse et du devenir temporel de la connaissance, cela conduit donc, dans les Recherches logiques, à fractionner le temps en une multiplicité infinie de moments absolus, qui peuvent tous être insérés dans une actualité intemporelle. La correspondance de l’intuition et du concept se déroule elle aussi dans cette sphère de pure actualité et s’y épuise. Aussi Husserl a-t-il naturellement raison d’affirmer que les significations objectives (sachhaltigen), nominales et adjectives, sont l’expression de l’expérience perceptive sensible. Toutefois, il a manifestement tort d’interpréter ce rapport expressif au sens d’une équivalence ou d’une correspondance que l’on peut constater dans la sphère extra-temporelle de l’actualité phénoménologique. Car ce rapport est manifestement ici de genre génétique. Les contenus sensibles sont saisis et conceptualisés dans la pensée, c’est-à-dire soumis à une transformation qui, une fois produite, ne peut plus être effectuée à rebours. La pensée reste ainsi liée à son fondement sensible, mais lui devient en même temps — et une fois pour toutes — incommensurable. Cette activité transitive caractérisant la conceptualisation originaire ne peut cependant pas être fixée dans la sphère du présent intemporel qui est celle où se déploient les analyses phénoménologiques des Recherches logiques. Il n’est donc pas surprenant que Husserl doive finalement admettre ici que « la situation dans le domaine des intuitions pures et simples » ne lui est pas devenue « totalement transparente par la comparaison de ces intuitions à l’intérieur et à l’extérieur d’une fonction de relation »34. Avec l’arsenal conceptuel des Recherches logiques, en effet, la transformation qui affecte la perception pure et simple lors de son insertion dans une connexion catégoriale ne peut naturellement pas être décrite. Husserl reviendra toutefois très bientôt sur ce problème resté irrésolu dans les Recherches logiques.

3. Intuition instauratrice et pensée conceptualisante

  • 35 Cf. HuaMat V.
  • 36 Ibid., p. 145.
  • 37 Ibid., p. 144.

14La question de la formation originaire des concepts a en réalité été explicitement thématisée par Husserl dès 190535. Ses analyses le conduisent alors à de nouveaux résultats, qui rendent nécessaire une profonde révision de sa théorie phénoménologique de la connaissance. L’idée fondamentale de sa nouvelle conception est maintenant qu’il existe, entre les objectivations pures et simples d’un côté, et les objectivations intellectives de l’autre, « une différence radicale »36 en vertu de laquelle il faut exclure la possibilité de leur coexistence à l’intérieur de la conscience catégoriale. Pour être exprimée et pouvoir fonctionner au niveau prédicatif, la perception pure et simple doit « avoir fait l’objet d’une saisie et d’une mise en forme intellectives »37.

Die Nominalisierung ist sozusagen eine Intellektuierung der Anschauung, zum Mindesten ein erster Anfang davon, der vorausgesetzt ist, damit jene höheren intellektiven Gestaltungen zustande kommen können, welche in den prädikativen Urteilen und Urteilsgeweben bzw. den Säzten und Saztgeweben als die logische Form sich abheben lassen.

  • 38 Ibid., p. 133 (je souligne, L.R.).

La nominalisation est pour ainsi dire une intellectualisation de l’intuition ; elle en constitue, à tout le moins, un commencement, qui est présupposé pour que puissent apparaître ces formations intellectives plus élevées qui, dans les jugements prédicatifs et dans les tissus judicatifs ou dans les propositions et les tissus propositionnels, peuvent être mises en évidence à titre de formes logiques38.

  • 39 Ibid., p. 145.

15La saisie intellective et la nominalisation originaire de l’intuition sensible sont décrites ici — soit dit en passant — comme un commencement (c’est-à-dire un événement temporel) qui doit être présupposé (c’est-à-dire qui doit se produire) pour que la vie intellective plus élevée de la conscience puisse se déployer. Il est aisé de constater l’écart qui sépare cette conception de celle des Recherches logiques, puisque Husserl considère maintenant la conceptualisation nominalisante d’une intuition comme un processus de transformation qui provoque une discontinuité temporelle dans la vie de la conscience. La mise en avant du caractère de transformation caractérisant la conscience conceptualisante (ou l’intellectualisation, comme le dit Husserl dans le passage cité) suffit déjà ici à faire éclater le cadre de la phénoménologie a-temporelle de la connaissance développée dans les Recherches logiques. La prise de distance de Husserl à l’égard de sa conception antérieure devient ensuite de plus en plus claire. Il remarque en effet à présent que la transformation conceptualisante de l’intuition sensible a lieu dans « un nouvel acte »39, qui s’édifie sur la perception pure et simple, et qui fait de son objet l’objet d’une prédication. Les fonctions prédicatives

erhalten das ursprüngliche Vorstellungsbewusstsein, das der Wahrnehmung in unserem Beispiel, nicht unmodifiziert, es nur mit einem Rankenwerk von synthetischen Formen umgebend. Vielmehr wird nun das Angeschaute zu einem Diesda, zu einem Gegenstand- „worüber“ und „in-Betreff-dessen“, kurzum es scheint, dass man sagen muss, dass eigentlich ein über die Wahrnehmung sich breitender oder in ihr fundierter Akt das leistet, was man zuerst der Wahrnehmung selbst zuzuweisen geneigt ist.

  • 40 Ibid., p. 133. Cf. aussi Hua XX/2, p. 270-271.

ne reçoivent pas telles quelles la conscience originaire de représentation — dans notre exemple : la conscience de perception — en l’enveloppant seulement par des formes synthétiques comme par un ensemble de sarments. Ce qui est intuitionné devient plutôt un ceci-là, un objet « sur lequel » et « à propos duquel » [on énonce quelque chose] ; bref, il semble que l’on doive dire que c’est en fait un acte qui s’étend au-delà de la perception ou un acte fondé en elle qui accomplit ce que l’on est d’abord enclin à mettre au compte de la perception elle-même40.

  • 41 « La visée synthétique n’est pas seulement une visée qui se vit dans une unité sensible, mais une v (...)

16La modification de conscience qui a lieu avec la conceptualisation fait apparaître la différence temporelle entre un avant et un après, car elle est une activité créatrice41 au moyen de laquelle de nouvelles formations catégoriales sont constituées :

Sage ich: „diese Kreide“, so ist das eine eigentümliche Bewusstseinsmodifikation eines Urteils „Dies ist Kreide“. Das Erkennen des Dies als Kreide besagt also: zunächst das Urteil vollziehen und dann als sein „Ergebnis“, wie wir es nannten, die als Kreide bestimmte Sache, auf die durch das Dies hingewiesen ist, vorstellungsmäßig konstituieren.

  • 42 HuaMat V, p. 144 (je souligne, L.R.).

Si je dis : « cette craie », c’est là une modification de conscience d’un genre propre affectant un jugement du type « ceci est une craie ». La connaissance de ce ceci en tant que craie signifie donc : d’abord accomplir le jugement et ensuite constituer dans une représentation, en tant que « résultat » de ce jugement, la chose que nous avons qualifiée de « craie », et à laquelle renvoie le « ceci »42.

  • 43 Cf. ibid., p. 144 sq.
  • 44 « La représentation “Heinrich” n’est pas tout à fait la même que l’intuition que j’ai de Heinrich ( (...)
  • 45 « Naturellement, [les actes nominaux] ne sont proprement représentatifs qu’en vertu de leur activit (...)

17La formation originaire d’un concept, qui transforme une unité de sens perceptive en une formation idéale, Husserl la caractérisera, dans la phénoménologie génétique, comme un processus d’idéalisation. Avec l’idéalisation, il s’agit à présent précisément, sur la base de la spontanéité pure des activités catégoriales, de s’élever au-delà du niveau de l’expérience sensible, qui est ainsi comprise comme un étage inférieur de la connaissance. Mais, dès 1905, Husserl semble avoir cessé de considérer l’intuition sensible comme une instance simplement vérificatrice, qui doit correspondre à la signification et venir la remplir ; il la considère désormais comme une couche autonome de l’expérience qui est dépassée (aufgehoben) et transformée dans la pensée. La conceptualisation intellectuelle d’un contenu sensible reçoit ainsi le sens d’une expérience instauratrice qui débouche sur la fixation de la signification d’un concept. Cette revalorisation de la fonction instauratrice de l’intuition représente à mon sens le premier pas de Husserl en direction de la phénoménologie génétique, car elle le pousse à tourner aussi son attention vers la dimension temporelle de la connaissance. Bien que le déploiement de la phénoménologie génétique de Husserl exigera encore de nombreuses années, la découverte de la fonction génétique de l’intuition a des conséquences immédiates sur la manière dont il comprend l’expérience catégoriale. Aussi s’efforce-t-il, dès 1905, d’élaborer un modèle de connaissance grâce auquel il soit possible de faire droit à la connexion temporelle-génétique entre les expériences de conscience, quand bien même cela se passe encore dans le contexte de la description statique. Il ne s’agit donc pas encore de thématiser pour eux-mêmes des processus temporels de l’expérience, mais plutôt de décrire les « résultats » de processus temporels, pris dans leur dépendance à l’égard de tels processus. Le modèle des couches d’expérience essentiellement différentes, fondées les unes dans les autres, qui est devenu célèbre avec les Idées, doit justement, à mon sens, avoir pour fonction de présenter de manière synchronique des rapports de dépendance qui, à l’origine, ont un sens temporel. En réalité, la découverte de la fonction consistant, pour la perception pure et simple, à instaurer des significations, conduit en premier lieu à tracer une ligne de démarcation claire entre les objectivations sensibles et les objectivations catégoriales — ce qui rend possible, dans le même temps, une détermination plus précise du sens de la dépendance fonctionnelle entre deux niveaux d’expérience43. En 1908/09, cette nouvelle conception est définitivement acquise. L’objectivation sensible se trouve maintenant clairement détachée de l’objectivation catégoriale, même dans le cas du nom propre44. La catégorialité des représentations nominales est soulignée et la force représentative du nom est rendue dépendante par son appartenance à une connexion prédicative45. L’unité et le caractère de totalité des formations catégoriales passent ainsi à l’avant-plan, en même temps que la co-appartenance originaire de la forme et du matériau catégorial, inévitablement, devient elle aussi visible :

Sie [Aussage] können mehrere nominale Vorstellungen enthalten. Eine Vertauschung derselben im Satzganzen ergibt einen neun Satz. Derselbe Name an neuer Stelle leistet gedanklich etwas Neues. In sich selbst ist die nominale Vorstellung dieselbe, und meint sie dasselbe, aber im Ganzen hat sie eine neue Funktion; und da das Ganze ein Meinungsganzes ist, ein vorstellendes Ganzes, so müssen wir von einer neuen Vorstellungsfunktion sprechen. Die Funktionsform ist dabei etwas mit dem eigenen Gehalt sich verschmelzendes, denn irgendwie fungieren muß der Name immer, mit seinem eigenen Vorstellungsgehalt verwoben hat er eine funktionale Charakteristik, die auf das umfassende Vorstellungsganze hinweist.

  • 46 Ibid., p. 55.

Ils [les énoncés] peuvent contenir plusieurs représentations nominales. Leur interversion dans le tout propositionnel débouche sur une nouvelle proposition. Le même nom, placé à un autre endroit, effectue quelque chose de nouveau sur le plan intellectuel. En elle-même, la représentation nominale est la même, et elle vise la même chose, mais dans le tout, elle a une nouvelle fonction ; et puisque le tout est un tout de l’intention, un tout représentatif, nous devons parler d’une nouvelle fonction de représentation. La forme relative à la fonction est par là quelque chose qui se fond avec la teneur propre, car le nom doit toujours fonctionner d’une quelconque manière ; lié à sa propre teneur de signification, il a une caractéristique fonctionnelle qui renvoie au tout de la représentation dans son ensemble46.

  • 47 Comme appendice i à Logique formelle et logique transcendantale, Husserl publie un texte (« Formes (...)
  • 48 « Dans la proposition sont unifiées des significations partielles, qui sont des significations maté (...)
  • 49 Ibid., p. 74.
  • 50 Ibid., p. 75-76.
  • 51 Ibid., p. 73.

18La conception du noyau et de la forme-noyau, que Husserl développe en 1908 dans le cours Ancienne et nouvelle logique et qui est encore défendue par la suite dans Logique formelle et logique transcendantale47, présuppose manifestement cette nouvelle conception du catégorial, dans laquelle le caractère de totalité de la formation catégoriale et la co-appartenance de la forme et du matériau de la pensée passent à l’avant-plan48. L’opposition artificielle entre la forme et le matériau des objectivités catégoriales, dont part Husserl dans les Recherches logiques, semble maintenant définitivement dépassée. Ce qui est mis en évidence à présent, c’est plutôt la dépendance mutuelle des deux moments : « Teneur et forme sont fondus l’un dans l’autre, indissolublement un. »49 Cela vaut d’autant plus que Husserl enrichit maintenant sa théorie des significations du couple conceptuel composé de la forme-noyau (ou du type catégorial) et de la teneur-noyau (ou du matériau-noyau)50, avec lesquels il tente de décrire les « formes internes »51 de ces significations simples qui, dans les Recherches logiques, étaient encore considérées comme équivalant aux intuitions isolées de la sensibilité.

  • 52 Ibid., p. 76.
  • 53 Cf. ibid., p. 77.
  • 54 Hua XXX, p. 113.

19Outre la forme prédicative et le matériau prédicatifque reçoit une représentation en contexte catégorial, on peut donc encore exhiber à même la matière prédicative, d’après Husserl, une autre dualité de forme et de matériau, une dualité à laquelle il faut reconnaître un « sens plus profond »52 qu’à la première. Pour le montrer, Husserl, dans Ancienne et nouvelle logique, compare différents syntagmes comme similitude et similaire ou rouge (rot) et rougeur (Röte). Bien qu’ils ne soient pas identiques l’un à l’autre, ces deux termes ont manifestement, à chaque fois, un point commun sur le plan du contenu, à savoir un matériau commun, que Husserl appelle contenu-noyau primitif ou matériau-noyau, et qui est toujours aussi d’un type catégorial déterminé (par exemple nominal, adjectif, relationnel). Le concept de la pure « teneur-noyau » (Kerngehalt) doit correspondre à celui de « terme » (Terminus) tiré de la logique traditionnelle53. En distinguant le contenu-noyau primitif et le matériau-noyau, on ménage de la sorte l’accès à un nouveau niveau analytique de la théorie des significations, un niveau qui est manifestement plus profond que celui de la formation syntactique. Mais qu’est-ce que cela signifie au juste ? Dans Ancienne et nouvelle logique, cela reste encore, à mon avis, passablement confus, car Husserl semble y traiter comme équivalentes les diverses formes-noyaux que peut admettre une teneur-noyau primitive, passant encore du même coup à côté de la conséquence la plus importante de son progrès analytique. Il en va autrement dans le cours de 1911, Logique en tant que théorie de la connaissance, dans lequel la forme originaire de donation des formations-noyaux est distinguée de ses éventuelles modifications. Husserl remarque en outre, dans ce cours, que la variabilité du type catégorial d’une teneur-noyau (par opposition à celui de la forme syntactique) est très limitée et ne concerne à proprement parler que certains syntagmes dans lesquels le « passage à la forme nominale »54 est possible — ou inversement (similaire-similitude ou roi-royal). Mais dans ces cas aussi, on peut distinguer le type catégorial originaire des formations-noyaux (substantivité, adjectivité en tant que caractère de propriété ou en tant que caractère de relation) de sa modification après coup. Les significations primitives, qui naissent de la conceptualisation originaire (de premier niveau) des teneurs sensibles, semblent donc recevoir directement leur forme interne du matériau à travers lequel elles s’accomplissent.

  • 55 Cf. Hua XVII, p. 220 sq., et D. Lohmar, Edmund Husserls Formale und transzendentale Logik, Darmstad (...)
  • 56 Hua VI, p. 359.
  • 57 Ibid., p. 40.

20C’est précisément cet aspect de la théorie des formations-noyaux qui témoigne, selon moi, de la prise de distance que Husserl a résolument adoptée à l’égard de l’ancienne conception des Recherches logiques. Car avec le concept de formation-noyau en tant qu’unité inséparable de forme-noyau et de matériau-noyau, Husserl voudrait manifestement attirer l’attention sur le fait qu’une forme pure du catégorial, c’est-à-dire une fonction intellectuelle qui est indépendante de tout fondement matériel, peut tout aussi peu exister qu’un matériau pur. Comme le contour et la figure qui est tracée par lui, la forme et le matériau de la pensée apparaissent avec le même processus et au même moment, car ils ont une origine commune qui doit être cherchée dans le royaume infini de l’expérience sensible. Le mythe de la raison logique pure est ainsi détrôné avec force. Husserl tirera les dernières conséquences de cette conception dans Logique formelle et logique transcendantale, où il affirme comme on sait la pertinence des noyaux matériels pour l’évidence qui est celle la connaissance formalisée, et où il reproche ainsi à la logique d’avoir oublié sa propre liaison au monde concret de l’expérience sensible55. Mais même dans Logique formelle et logique transcendantale, il ne s’agit pas pour Husserl de nier de façon sceptique la validité objective des vérités logico-formelles. Le développement de la phénoménologie génétique a toutefois modifié en profondeur sa conception de l’objectivité. « L’objectivité exacte est l’activité de la méthode » (Exakte Objektivität ist Leistung der Methode)56, écrit Husserl dans la Krisis, une activité qui « se déroule en tant qu’objectivation méthodique du monde intuitif »57. L’objectivité logique doit être opposée au monde originaire, « simplement subjectif-relatif » et pré-scientifique, dans lequel elle puise son sens ultime. Cette opposition ne vise naturellement pas, chez Husserl, à mettre en question la vérité de la raison logique. Mais elle soulève la question de son sens et invite ainsi à réfléchir à la contingence factuelle de son absolutisation.

(Traduit de l’allemand par Arnaud Dewalque.)

Notes

1 Hua XIX/1, p. 259.

2 Hua XVII, p. 54.

3 Hua XVIII, p. 26-32.

4 Ibid., p. 32-34.

5 Hua XVII, p. 230-234.

6 Ibid., p. 209 sq.

7 L’adjectif « intellectuel » traduit le terme allemand gedanklich (N.d.T.).

8 Hua XIX/2, p. 713.

9 Id.

10 Id. La définition husserlienne des catégories comme concepts de concepts ne doit pas ici être mal comprise, comme si ces concepts de deuxième degré devaient être obtenus par la même méthode d’abstraction que les concepts normaux. La réflexion catégoriale ne conduit pas à la subsomption d’un objet sensible sous une species qui lui est supra-ordonnée. Elle permet plutôt la saisie formalisée de formes de signification et de formes d’objet qui, dans l’acte logique originaire, sont liés à des moments de signification matériels (stofflichen) et ne se trouvent pas thématisés pour eux-mêmes. Les catégories ne sont pas formées par abstraction généralisante, mais par abstraction formalisante, à savoir par le fait que certains moments formels de l’intention de signification ou de ce qui est visé catégorialement sont fixés tandis que leurs moments matériels sont saisis comme infiniment variables.

11 Hua XIX/1, p. 154.

12 Hua XIX/2, p. 713.

13 Cf. Hua XVII, p. 90 sq.

14 Par expression primaire, on entend ici la conscience originaire de signification qui est fondée directement dans la sensibilité. Il faut naturellement en abstraire la catégorialité de degré supérieur, dans laquelle le matériau intellectuel est lui-même un matériau formalisé. Les analyses husserliennes se rapportent donc de prime abord au cas du jugement de perception.

15 Hua XIX/2, p. 664.

16 Dans les Recherches logiques, origine (Ursprung) signifie « non pas genèse, mais exhibition du sens intuitif, de la signification propre » (E. Husserl, Briefwechsel, t. II, p. 27). Cf. B. Bégout, La Généalogie de la logique. Husserl, l’antéprédicatif et le catégorial, Paris, Vrin, 2000, p. 49-52.

17 Cf. Hua XIX/2, p. 664 et p. 671.

18 Hua XIX/2, p. 687.

19 Cf. ibid., p. 664.

20 Ibid., p. 658-659. On ne peut pas ici relever les contradictions qui affectent la théorie husserlienne du nom propre dans les Recherches logiques. Cf., sur ce point, J. Benoist, Entre acte et sens. La théorie phénoménologique de la signification, Paris, Vrin, 2002, p. 227-240, et L. Rizzoli, « Il significato del nome proprio in Husserl. Dalla fenomenologia statica alla fenomenologia genetica del significato empirico », Magazzino di filosofia (2004), p. 8-30.

21 Hua XIX/2, p. 658.

22 Id.

23 Hua XIX/2, p. 659.

24 Id.

25 « Dans tout énoncé de perception, et il en va de même naturellement pour tout autre énoncé exprimant l’intuition dans un certain sens primaire », nous trouvons « […] des éléments ultimes présents dans les termes — nous les appelons les éléments matériels (stoffliche Elemente) — qui trouvent un remplissement direct dans l’intuition (perception, imagination, etc.) » (ibid., p. 664). Cf. aussi ibid., p. 671.

26 Ibid., p. 664.

27 Ibid., p. 671.

28 Considérons avant tout les développements du § 55 de la vie Recherche logique, dans lequel Husserl présente ses arguments en faveur de l’hypothèse d’une représentation catégoriale. Pour fonder cette hypothèse, Husserl doit montrer, d’une part, que les significations relatives à la forme admettent différents modes de donation, c’est-à-dire peuvent être données, dans le régime catégorial, aussi bien de manière signitive que de manière intuitive. Mais d’autre part, il doit pouvoir montrer que le caractère intuitif des significations relatives à la forme ne peut pas être réduit à celui du fondement sensible dans lequel le régime catégorial est fondé. De celui-ci peut tout au plus dépendre, d’après Husserl, l’évidence des significations matérielles. Le mode d’argumentation de Husserl se fait ici très hésitant. Contre la conception d’après laquelle il n’y a aucune différence entre la forme de donation des significations relatives à la forme dans les actes de pensée intuitifs et dans les actes de pensée non intuitifs, il souligne que de telles significations relatives à la forme sont absolument dépendantes et sont « empreintes de chaque caractère essentiel dont le tout est imprégné, et qui lui est propre en tant que tout » (Hua XIX/2, p. 698 ; trad. fr. H. Élie, A.L. Kelkel et R. Schérer, Recherches logiques, Paris, P.U.F., 20024, p. 205). L’acte catégorial est donc considéré sans exception comme un tout unitaire qui se remplit unitairement. Mais cette conception repasse immédiatement au second plan lorsque Husserl remarque « qu’en dépit de tous les changements d’actes fondateurs et de formes d’appréhension, le contenu représenté est unique pour chaque espèce d’acte fondé » (ibid., p. 699 ; trad. fr. mod., p. 206). Le représentant des significations catégoriales relatives à la forme doit être identique dans tous les régimes intuitifs des mêmes synthèses catégoriales, car il est de nature catégoriale, c’est-à-dire idéale. Mais de cette façon, on affirme à nouveau avec force son indépendance à l’égard des représentants sensibles des moments de signification matériels, puisque de tels représentants ne diffèrent pas seulement spécifiquement dans chaque accomplissement d’acte, mais diffèrent aussi individuellement.

29 Ibid., p. 686.

30 Au lieu de simples hésitations, on devrait en fait, en ce qui concerne la théorie du catégorial dans les Recherches logiques, parler de deux conceptions qui coexistent l’une à côté de l’autre. Car il n’est pas vrai que toutes les analyses descriptives de Husserl se conforment à la caractérisation générale du catégorial que je viens de présenter et que Husserl élabore dans les §§ 40-45 de la vie Recherche logique. Husserl n’est pas toujours resté fidèle à l’idée fondamentale de cette conception, d’après laquelle le remplissement d’un énoncé de perception présuppose la double intervention de la perception catégoriale et de la perception sensible, respectivement, pour les significations relatives à la forme et pour les moments de signification matériels. Comme je l’ai déjà remarqué, il semble avoir pris à l’occasion un autre point de départ que la décomposition de l’énoncé catégorial en éléments matériels et formels, et avoir considéré l’intention catégoriale de signification comme une unité catégoriale à laquelle correspond une intention intuitive catégoriale totale, qui est rapportée à un état de choses catégorial. Cette hésitation dans la théorie husserlienne du catégorial — qui peut notamment être constatée dans les développements des §§ 46, 47 et 48 — ne doit pas être sous-estimée, car elle contient déjà en germe la conception husserlienne ultérieure de la vérité prédicative, que l’on ne peut toutefois pas aborder ici. Aux derniers passages mentionnés se rapportent les interprétations de J. Benoist, Phénoménologie, sémantique, ontologie. Husserl et la tradition logique autrichienne, Paris, P.U.F., 1997, p. 132 sq., et de D. Lohmar, Erfahrung und kategoriales Denken. Hume, Kant und Husserl über vorprädikative Erfahrung und prädikative Erkenntnis, Dordrecht, Kluwer, 1998, p. 166 sq. ; « Husserl’s Concept of Categorial Intuition », dans D. Zahavi, F. Stjernfelt (éds), One Hundred Years of Phenomenology. Husserl’s Logical Investigations Revisited, Dordrecht, Kluwer, 2002, p. 93-108. Seebohm remarque aussi que, dans les Recherches logiques, on entend par intuition catégoriale « l’articulation catégoriale d’un objet de perception donné par les sens » (Th. Seebohm, « Kategoriale Anschauung », dans Phänomenologische Forschungen 23, 1990, p. 20) et non la saisie de la forme catégoriale pour elle-même (cf. ibid., p. 12). Ce qui me paraît toutefois problématique, c’est la manière dont Husserl, dans ce texte, oppose l’une à l’autre la forme et la matière du catégorial, tout comme le fait que le contraste net entre les deux moments le conduit à chercher, pour en rendre compte, des sources d’intuitivité séparées — raison pour laquelle il doit alors aussi admettre que, dans le cas de l’intuition catégoriale, il manque l’« unité immédiate de la représentation » (unmittelbare Einheit der Repräsentation) (Hua XIX/2, p. 705) que l’on peut constater dans le cas de l’intuition sensible. L’opposition tranchée entre forme catégoriale et matériau sensible reste dominante dans les Recherches logiques. Elle représente le fondement de la théorie husserlienne de la représentation catégoriale et de sa conception de l’abstraction catégoriale. C’est en elle, à mon avis, que se trouve finalement aussi la raison qui, plus tard, poussera Husserl à rejeter la théorie de la représentation catégoriale. Cf. Hua XIX/2, p. 535.

31 Ibid., p. 242.

32 M. Richir, Méditations phénoménologiques. Phénoménologie et phénoménologie du langage, Grenoble, Millon, 1992.

33 Sur la neutralité métaphysique des Recherches logiques, cf. J. Benoist, Phénoménologie, sémantique, ontologie…, op. cit., p. 201 sq., et D. Zahavi, F. Stjernfelt (éds), op. cit., p. 93-108.

34 Hua XIX/2, p. 686.

35 Cf. HuaMat V.

36 Ibid., p. 145.

37 Ibid., p. 144.

38 Ibid., p. 133 (je souligne, L.R.).

39 Ibid., p. 145.

40 Ibid., p. 133. Cf. aussi Hua XX/2, p. 270-271.

41 « La visée synthétique n’est pas seulement une visée qui se vit dans une unité sensible, mais une visée qui crée une unité synthétique entre les sensibilités. Elle est ce qu’il y a de créateur dans la pensée, une fonction créatrice : une fonction d’aperception créatrice » (Hua XX/2, p. 254).

42 HuaMat V, p. 144 (je souligne, L.R.).

43 Cf. ibid., p. 144 sq.

44 « La représentation “Heinrich” n’est pas tout à fait la même que l’intuition que j’ai de Heinrich (un acte intuitif, positionnel). L’intuition peut s’estomper, se changer en une conscience constante d’unité, la représentation propre n’en continue pas moins à exprimer [quelque chose] dans le même sens. L’intuition qui lui appartient (qui peut trouver son expression dans le concept nominal propre) est une visée, et toutes ces visées se recouvrent, elles visent justement la même chose, le même objet. C’est ce qui se passe aussi avec la représentation relative à un concept propre. Mais elle opère par conceptualisation : elle appartient au niveau de conceptualisation qui se trouve au-dessus du niveau de la visée, mais qui est lui-même une visée, une visée de niveau plus élevé. Et la conceptualisation propre est présupposée pour qu’une expression nominale — un nom propre — soit possible » (Hua XX/2, p. 231 ; cf. aussi ibid., p. 270).

45 « Naturellement, [les actes nominaux] ne sont proprement représentatifs qu’en vertu de leur activité prédicative ; ils font de quelque chose, à l’intérieur de la prédication, un objet-sur-lequel (Gegenstand-worüber) [on énonce quelque chose], ils constituent en général les substrats pour toutes les déterminations et les identifications ; or c’est justement à cela qu’appartient la prédication » (Hua XXVI, p. 69).

46 Ibid., p. 55.

47 Comme appendice i à Logique formelle et logique transcendantale, Husserl publie un texte (« Formes syntactiques et matériaux syntactiques, formes-noyaux et matériaux-noyaux », Hua XVII, p. 299 sq.) dans lequel il reprend et développe à nouveaux frais la théorie du cours Ancienne et nouvelle logique. Mais sur le fond, les développements rassemblés dans cet appendice correspondent aux considérations du cours Logique en tant que théorie de la connaissance, prononcé par Husserl en 1910/11 à Göttingen et publié dans le volume XXX des Husserliana. Cf. Hua XXX, p. 106 sq.

48 « Dans la proposition sont unifiées des significations partielles, qui sont des significations matérielles, et d’autres significations, des significations simplement formelles, qui ne contiennent rien de matériel […]. Mais si nous y regardons de plus près, il y a à nouveau du formel dans toutes les expressions objectives (sachhaltigen), et pas simplement du matériel. Il n’arrive pas et ne peut jamais arriver que se présentent dans une proposition des significations qui sont simplement matérielles, c’est-à-dire qui indiquent quelque chose d’objectif (Sachhaltiges) sans quelque forme que ce soit. Et ce qui donne la forme ne réside pas dans des significations nouvelles, ajoutées du dehors, à savoir les significations relatives à la forme. Un tout n’est en effet jamais une somme de matériaux et de formes, un tout est l’unité de parties, et chaque partie, en tant que partie, a déjà sa forme, et les parties prises dans leur forme se regroupent dans l’unité du tout qui est à nouveau l’unité d’un matériau mis en forme, dans laquelle les matériaux de toutes les parties et les formes de toutes les parties forment une unité » (HuaMat VI, p. 66).

49 Ibid., p. 74.

50 Ibid., p. 75-76.

51 Ibid., p. 73.

52 Ibid., p. 76.

53 Cf. ibid., p. 77.

54 Hua XXX, p. 113.

55 Cf. Hua XVII, p. 220 sq., et D. Lohmar, Edmund Husserls Formale und transzendentale Logik, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2000, p. 159 sq. Sur le sens particulier de la critique transcendantale de la logique chez Husserl, cf. D. Lohmar, « The Transition of the Principle of Excluded Middle from a Principe of Logik to an Axiom : Husserl’s Hesitant Revisionism in Logic », dans The New Yearbook of Phenomenology and Phenomenological Philosophy IV (2004), p. 64-68.

56 Hua VI, p. 359.

57 Ibid., p. 40.

Auteur

© Presses universitaires de Liège, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search