Version classiqueVersion mobile

La théorie des catégories

 | 
Arnaud Dewalque
, 
Bruno Leclercq
, 
Denis Seron

L’inflexion ontologique des analyses husserliennes des contenus dépendants

Wioletta Miskiewicz

Texte intégral

  • 1 Husserliana XIX/1, Logische Untersuchungen II/1, Untersuchungen zur Phänomenologie und The (...)

In der Tat fällt alles Logische unter die korrelativ zusammengehörigen Kategorien Bedeutung und Gegenstand1.

1Le principal apport husserlien original à la théorie des catégories est d’avoir déplacé la question des catégories de la logique transcendantale vers l’ontologie formelle et l’ontologie matérielle. Articulé par le biais de l’idée de la corrélation (Korrelationsgedanke), ce déplacement se situe au cœur même du grand projet husserlien et représente bien la gageure qu’il a toute sa vie soutenue. C’est seulement en 1929, dans Logique formelle et logique transcendantale, que Husserl pense pouvoir enfin résoudre les difficultés que cela pose :

  • 2 E. Husserl, Logique formelle et logique transcendantale, trad. fr. S. Bachelard, Paris, P. (...)

Est-ce déjà clair ce que signifie vraiment : être tantôt orienté vers les jugements en général et tantôt orienté vers l’objectité en général, et cela avec une généralité formelle ? Le sens d’une ontologie formelle face à une ontologie matérielle (…) est-il déjà suffisamment transparent ? […] En fait, déjà à l’époque des Logische Untersuchungen et encore longtemps après, j’ai éprouvé des difficultés à cet égard2.

  • 3 Cf. aussi la note de P. Ricœur dans E. Husserl, Idées directrices pour une phénoménologie, (...)

Dans le § 27b de cette même Logique formelle et logique transcendantale, Husserl résume remarquablement le tournant ontologique de l’apophantique en retraçant le chemin suivi par les Prolégomènes de l’apophantique formelle à l’ontologie formelle — ontologie formelle qui dans son extension la plus vaste, identifiée à la logique pure, est la mathesis universalis3.

2Il n’est pas question, dans le cadre restreint de notre propos, de traiter de ce sujet capital ni d’exposer la solution du problème. Cependant il constitue l’horizon de ce texte. Notre intérêt porte principalement sur la compréhension husserlienne du concept de l’ontologie et plus précisément sur l’étude du moment où cette compréhension — et avec elle une réhabilitation bien particulière de l’ontologie — surgit pour la première fois.

1. Gnoséontologie4 : Conversion phénoménologique de l’ontologie

  • 4 Depuis la fin des années 1980, j’utilise les termes « gnoséontologie » et « gnoséontologiq (...)
  • 5 Cf. C. Ortiz Hill, « Husserl, Frege and “the Paradox” », Manuscrito 23/2 (octobre 2000), p (...)

3Du point de vue de l’histoire de la philosophie, ce déplacement husserlien de la question des catégories de la logique transcendantale vers l’ontologie formelle et l’ontologie matérielle a une descendance singulière. D’une part, il mène à l’herméneutique du Dasein de Heidegger (la logique transcendantale, en tant qu’analyse de la subjectivité transcendantale, devient chez celui-ci l’herméneutique existentiale du Dasein) ; d’autre part, le concept de Bedeutungskategorie de Husserl constitue l’origine incontestable et — pour une fois — incontestée d’un important concept de la logique contemporaine, celui de catégorie syntactique développé par un élève de Twardowski — Ajdukiewicz. Le concept de catégorie syntactique d’Ajdukiewicz a ouvert un riche domaine de recherche en logique contemporaine (comme, par exemple, la grammaire categorielle de Lambek (1958), puis les grammaires de Montague). Dans sa réception et son développement par un autre élève de Twardowski — Leśniewski —, l’idée de catégorie syntactique de Husserl côtoie fructueusement la théorie des types de Russell5.

  • 6 J.-L. Marion, « Avant-propos » à Phénoménologie et métaphysique, Paris, P.U.F., 1984, p. 7
  • 7 Husserliana XXII, Aufsätze und Rezensionen (1890-1910), éd. B. Rang, La Haye, Nijhoff, 197 (...)

4Cette descendance hybride par rapport à des tendances philosophiques opposées trouve entre autres sa justification dans ce que Marion appelle « l’exterritorialité métaphysique de la phénoménologie »6. Husserl refuse obstinément, et jusqu’à la fin de sa vie, la détermination de sa philosophie dans les catégories ontologiques traditionnelles. L’évolution de sa compréhension de Bolzano est marquante à cet égard et sa polémique avec Ingarden (Idealismusstreit) en constitue un témoignage éloquent. Cependant, ceci ne veut pas dire que la dimension métaphysique et ontologique soit absente de la phénoménologie. Dès 1897, soit avant les Recherches Logiques, Husserl parle de la signification métaphysique7 des résultats de ses recherches et est forcé de constater que ses propres analyses de la conscience prennent une tournure métaphysique et ontologique.

5Husserl souligne, toujours et sans réserve, le mérite de Brentano d’avoir été le premier à éviter le sempiternel ontologisme de la philosophie de la conscience. Sa méfiance à l’égard de l’ontologie ne faiblit jamais et sa distance par rapport à la métaphysique est constante et s’exprime bien dans son utilisation parcimonieuse du mot « ontologie ».

  • 8 C’est ainsi que, dans une lettre à Natorp, il reconnaît avoir dépassé sa phase (passagère) (...)
  • 9 Le projet husserlien du retour aux choses elles-mêmes n’est pas un programme visant à étud (...)

6Au départ, quand Husserl utilise ce terme, c’est généralement pour se démarquer d’une position ontologique ou éventuellement pour dénoncer une erreur d’attribution d’une détermination ontologique. Plus tard, l’Idealismusstreit s’articule principalement sur la question du statut ontologique des essences, des Bedeutungen an sich ou de l’Ego transcendantal et dans ce contexte Husserl est amené à se défendre contre l’idéalisme platonicien8. Or, il n’y a pas de doute, et on le voit particulièrement bien dans ses échanges avec Ingarden, que Husserl s’oppose toujours à la mise en relation de sa phénoménologie et de l’ontologie dans le sens aristotélicien, à savoir d’une science sur ce que c’est qu’être en général et même dans le sens de l’étude de l’être des essences, de l’étude de ce que sont les choses en elles-mêmes. Et en ce sens « topologique » de l’ontologie, on peut, de fait, parler de l’exterritorialité de la phénoménologie, au sens où ses Bedeutungen an sich n’existent nulle part (au-delà de leurs concrétisations, bien effectives celles-là) : ni — et Husserl ne cesse de le répéter — parmi les idées platoniciennes, ni même parmi les noumènes de Kant9. Mais l’affirmation de l’exterritorialité ontologique n’est pas encore assez radicale, dans le sens où elle n’inclut pas l’affranchissement husserlien de la topologie cartésienne de la connaissance.

  • 10 Husserl a beaucoup lu Leibniz « dans ses jeunes années » : « In jungen Jahren habe ich mit (...)

7Si Husserl recourt malgré tout à l’idée d’ontologie, c’est plutôt au sens leibnizien10 selon lequel la métaphysique a pour objet tout ce qu’il est possible de connaître et pas seulement ce qui existe, donc ce qui n’est pas réel (real) tout autant que ce qui l’est. Ainsi, en partant de la division des catégories logiques en catégories de signification et en catégories formelles ontologiques — dont nous allons parler plus tard —, Husserl développe le projet d’étudier les spécifications de la catégorie formelle ontologique suprême, à savoir de la catégorie du « quelque chose en général » dans le cadre d’une théorie apriorique de l’objet en général.

8C’est seulement en 1910 que Husserl introduira le terme ontologie formelle pour désigner cette science (le terme sera présent dans les corrections de la deuxième édition des Recherches Logiques). En évoquant la première édition des Recherches Logiques dans une note en bas de page du § 10 des Ideen…, Husserl souligne :

  • 11 Idées..., trad. fr. P. Ricœur, p. 42.

À l’époque [de la première édition — WM] où je n’osais pas encore adopter l’expression d’ontologie, devenue choquante pour diverses raisons historiques ; je désignais leur étude [...] comme un fragment d’une « théorie a priori de l’objet en tant que tel », ce que A. Meinong a rassemblé sous le titre de Théorie de l’Objet (Gegenstandstheorie). Au contraire, je tiens maintenant pour plus correct, en tenant compte du changement de situation de notre époque, de remettre en vigueur l’ancienne expression d’ontologie11.

  • 12 Ibid., p. 40.

9L’ontologie formelle doit donner le cadre apriorique et nécessaire pour toutes les ontologies « matérielles » et, comme telle, elle a la fonction de mathesis universalis, elle est la science eidétique de l’objet en général. Le « matériel » est ici subordonné au « formel » parce que « l’ontologie formelle contient en soi en même temps les formes de toutes les ontologies possibles [entendons de toutes les ontologies “authentiques”, “matérielles”] et […] prescrit aux ontologies matérielles une législation formelle commune »12. On voit ici clairement que, dans l’expression « ontologie formelle », c’est « formelle » qui fait toute la différence, et que dans l’idée de cette méta-ontologie il ne s’agit point de passer au niveau ontiquement supérieur. L’unique topologie qu’on peut envisager ici, c’est la topologie post-cartésienne de la connaissance : l’intérieur de la conscience et la transcendance du monde.

  • 13 Cf. V. Descombes, La Denrée mentale, Paris, Minuit, 1995.
  • 14 Hua XVII, Formale und Transzendentale Logik, éd. P. Janssen, La Haye, Nijhoff, 1974, p. 26 (...)
  • 15 « wesentlich neuen und streng wissenschaftlichen Stil der Philosphie », Hua XVII, p. 256.3 (...)

10Cependant, tout en continuant la fondation épistémologique initiée par Descartes, Husserl procède en fait sans tenir compte de la topologie gnoséologique intérieur/extérieur de la conscience13. Sa pensée se situe au-delà du dualisme des substances. Du point de vue systématique, l’essentiel de l’ontologie méthodologique à laquelle Husserl invitera Ingarden — nous le verrons plus tard —, est à trouver dans les analyses phénoménologiques intentionnelles affranchies, au niveau des analyses effectives de la conscience vivante, de la distinction entre le moi et le non-moi. En éternel commençant qu’il affirme d’être, et non sans une certaine arrogance à l’égard de l’histoire de la philosophie, Husserl répète à sa manière l’antique geste philosophique de Parménide : délaissant la corrélation sujet/ objet, son « Korrelationsgedanke » dévoile à la fois le caractère intentionnel de l’être et le caractère intentionnel de la pensée. Husserl reconnaît équitablement ces deux modalités fondamentales de l’intentionnalité signifiante. C’est un aspect généralement méconnu de la sémantique phénoménologique. Lorsqu’il analyse ces deux modalités dans les termes de l’intentionnalité antéprédicative, il tient compte de l’articulation temporelle de l’être et de la pensée. Husserl affronte de cette manière non seulement toutes les difficultés du double caractère fluent-stagnant (strömend-stehend) du flux de la conscience mais aussi celles de l’historicité de ses objets. Il amorce finalement une théorie de l’objectité (Gegenständlichkeit) qui tient compte aussi bien de la temporalité de l’expérience vivante des objets et de leur identité dans le temps que du « hors temps » particulier de l’objectité de ce qui est idéal (« Gegenständlichkeit des Idealen »)14. Cette perspective est à la fois ontique et génétique. Husserl la désigne comme un « style essentiellement nouveau et scientifiquement exact de la philosophie »15, basé sur ce caractère immédiat de la connaissance et élaboré en s’expliquant davantage avec Twardowski et Dilthey qu’avec Frege.

  • 16 Hua XIX/1, p. 243 n.

11La première percée de ce style philosophique original date d’avant l’articulation transcendantale de la phénoménologie et même d’avant les Recherches Logiques. Car c’est déjà bien avant de réhabiliter l’ontologie dans l’idée de l’ontologie formelle que Husserl affirme la présence de la dimension métaphysique dans ses investigations. En constatant la tournure particulière que prennent ses analyses, il affirme une « conversion ontologique décisive d’une pensée évidente en pensée d’une loi pure d’essence » (entscheidende ontologische Umwendung des Evidenzgedankens in den einer reinen Wesensgesetzlichkeit)16.

  • 17 Notons en passant que, dans les Leçons sur la théorie de la signification de 1908, Husserl (...)
  • 18 Husserl le dit à plusieurs reprises, entre autres dans les lettres à Ingarden, cf. E. Huss (...)

12Une « conversion ontologique » si précoce pourrait être comprise comme un véritable tournant ontologique (dans le sens d’un revirement, changement de position générale) dans la philosophie de Husserl et en conséquence identifié comme la véritable origine de cet idéalisme qu’on a tellement reproché à Husserl par la suite. Par une espèce de précaution bienveillante, on pourrait donc être tenté de ne pas donner trop d’importance à ces propos et de les classer parmi des imprécisions ou des inconsistances sans importance pour l’ensemble du monumental projet husserlien, lequel — il faut le dire —, en raison même de son originalité, se retrouve parfois en porte-à-faux vis-à-vis des différents concepts de la philosophie académique. Mais la question de l’articulation réciproque de la phénoménologie et de l’ontologie17 est trop importante pour procéder ainsi. Qui plus est, seule la compréhension de cette éclosion d’une dimension ontologique et métaphysique dans les plus anciennes analyses de Husserl permet d’approcher la question très débattue de ce qu’on appelle le tournant transcendantal (autour de 1907). Nous sommes là à la source de l’intuition originale du transcendantal chez Husserl, une intuition — selon ses propres paroles — jamais comprise par ses élèves18.

  • 19 Lettre à Ingarden du 02.12.1929, ibid., p. 55.

13Il s’agit donc de comprendre comment les analyses de Husserl ont pu prendre une tournure ontologique, dans le sens d’acquérir une certaine dimension ontologique, sans que son refus catégorique de la priorité du questionnement ontologique sur les recherches consacrées aux aspects intentionnels et phénoménologiques (Voranstellung des Ontolog (ischen) vor dem Intentional-phänomenologischen)19 de la connaissance soit remis en question. Husserl — nous l’avons dit — revendiquera en ce sens toujours cet aspect du brentanisme. Cependant la dimension métaphysique s’articule chez lui d’une façon originale et qu’il s’agit de comprendre. Son ontologie phénoménologique correspond à une nouvelle catégorie philosophique.

  • 20 Lettre du 21.12.1930, ibid., p. 61.
  • 21 Ibid., p. 64 : « Sie werden die Ontologie (und Metaphysik) darum nicht verlieren, aber in (...)

14En incitant — dans les années 30 — Ingarden à réviser son « attitude ontologique »20 par le biais d’une véritable conversion phénoménologique, Husserl affirme : « Vous n’allez pas, pour cette raison [donc : en effectuant une telle conversion — WM], perdre l’ontologie (ni la métaphysique), mais vous allez la retrouver, dans un sens plus profond et dans une démarche méthodologique nouvelle »21.

15En quoi doit consister cette conversion phénoménologique de l’ontologie ? Quel est le sens plus profond de la métaphysique ? Quelle est la démarche méthodologique nouvelle qui permet de l’accomplir ?

  • 22 Ibid., p. 165-167 ; cf. aussi R. Ingarden, brouillon de la lettre de 1918, dans Analecta H (...)
  • 23 Hua I, Cartesianische Meditationen und Pariser Vorträge, éd. S. Strasser, La Haye, Nijhoff (...)

16Comme nous le savons, l’invitation husserlienne lancée à Ingarden en 1930 ( !), qui vise à l’encourager à entamer une « démarche méthodologique nouvelle » et à abandonner l’ontologisme dans lequel il est tombé selon Husserl, ne trouve pas de compréhension chez Ingarden. Ce dernier s’en explique longuement dans un commentaire de la lettre de Husserl22. Husserl, de son côté, voit la raison principale du danger d’ontologisme dans le manque de radicalité dans la pratique des réductions et renvoie volontiers à ses Méditations Cartésiennes23 pour y trouver un bon exemple.

2. L’objet : la conversion ontologique des analyses des contenus non-autonomes

17Selon ses propres paroles, Husserl constate la dimension ontologique dans ses analyses durant les travaux sur la théorie des touts et des parties et plus précisément au moment de la préparation de l’étude sous-titrée : « Études psychologiques pour la logique élémentaire », publiée en 1894 dans les Philosophische Monatshefte (30). Nous y trouvons en fait la première exposition de la théorie des touts et des parties.

  • 24 Selon le témoignage de W. R. Boyce Gibson de la fin des années vingt, Husserl conseille la (...)
  • 25 Sauf si on ne peut induire qu’ils existent. Husserl présuppose ici l’application possible (...)

18Cette théorie des touts et des parties est fondamentale pour l’ontologie formelle et pour la phénoménologie en général, car les notions d’analytique et de synthétique y sont introduites à l’occasion de l’analyse des concepts des objets dépendants et indépendants24. Husserl commence son étude par un Gedankenexperiment relatif aux asymétries dans les expériences d’imagination. Il observe qu’on peut imaginer certaines parties d’un tout sans ce tout, alors que d’autres parties sont inimaginables sans leur tout. Ainsi, je peux imaginer la tête d’un cheval sans imaginer simultanément l’animal entier, mais je ne peux imaginer l’intensité sans la qualité qui l’accompagne (comme dans le cas de la couleur ou du parfum). Ceci n’est pas dû au fait que ces « aspects » apparaissent toujours ensemble. Nous pouvons très bien imaginer comme dissociés les contenus que nous avons toujours vus ensemble, par exemple les contenus présentant les choses jointes d’une manière causale. Corrélativement au constat qu’à partir des contenus simples ou complexes dans la conscience, on ne peut rien dire au sujet des objets dont ils sont les présentations25 (ces objets peuvent avoir l’une ou l’autre détermination : simple, ou complexe), Husserl observe :

  • 26 « Psychologische Studien zur elementaren Logik », Philosophische Monatshefte 30 (1894), au (...)

Nous appelons non autonome un contenu au sujet duquel nous avons l’évidence que le changement ou la suppression d’au moins un des contenus donnés avec lui (sauf ceux qui sont enfermés en lui) doit le changer ou le supprimer lui-même ; autonome un contenu pour lequel ce n’est pas le cas ; pour celui-ci, il n’y a aucune absurdité à penser que la suppression de tous les contenus simultanés le laisserait lui-même intact. Dans la première sorte de contenus, nous avons l’évidence, on pourrait aussi s’exprimer de cette façon, que, tels qu’ils sont, ils ne sont possibles que comme parties de touts plus vastes, tandis que dans la seconde sorte de contenus une telle évidence fait défaut26.

  • 27 Hua XXII, p. 93.04 ; « Études psychologiques... », p. 124.
  • 28 Id. Nous constatons que, déjà en 1894, pour souligner l’aspect objectif, Husserl utilise « (...)

19L’aspect crucial de cette analyse est donné par l’affirmation husserlienne que « cette relation [de dépendance entre certains contenus — WM] elle-même ne porte ni sur les contenus dans la conscience, ni sur leurs rapports dans la conscience, mais seulement sur les choses objectives »27. Et Husserl d’ajouter : « Les choses objectives (die objektiven Dinge) agissent les unes sur les autres et conditionnent par là des relations de dépendance (Abhängigkeitsbeziehungen) entre les apparences (Erscheinungen) perçues et donc aussi entre les teneurs intuitives. »28 L’explicitation de cette différence est capitale. Il n’est même pas envisageable pour Husserl que ces relations de dépendance entre les apparences puissent être conditionnées matériellement par les déterminations dues à l’anatomie ou à la chimie du cerveau (même si on peut les articuler dans des termes neurophysiologiques).

20Nous assistons là à un moment capital dans l’évolution de la pensée de Husserl : l’ouverture du champ d’expérience phénoménologique. Les « Études psychologiques pour la logique élémentaire » ont une valeur exceptionnelle de ce point de vue, car elles constituent une préfiguration de l’expérience phénoménologique des essences par le biais de l’intuition des connexions qui relèvent des lois.

  • 29 Note de Husserl sur son exemplaire de l’article. Cf. E. Husserl, La Philosophie comme scie (...)
  • 30 C. Stumpf, Über den psychologischen Ursprung der Raumvorstellung, Leipzig, Hirzel, 1873, p (...)

21Réfléchissons un peu sur cette analyse des contenus de la conscience. Comme c’est le cas dans la première édition des Recherches Logiques, le concept de contenu que Husserl utilise ici correspond à un contenu interne de la conscience. On pourrait dire aussi qu’il représente une donnée « expérimentale » de la recherche, la saisie réflexive du vécu dans l’introspection. Le point de départ psychologique — dans l’introspection — des analyses est flagrant. Mais pour Husserl (il le dira plus tard), ces concepts psychologiques immanents, source de la connaissance sur ce qui est possible et ce qui n’est absolument pas possible, ne subissent — dans leur perception — qu’une naturalisation superficielle pour devenir des données phénoménologiques. Il observe : « Il manque une distinction rigoureuse entre la formation de concepts psychologiques de type naturaliste et celle de concepts psychologiques immanents qui n’ont subi qu’une naturalisation superficielle dans leur perception. C’est là une distinction méthodologique décisive. »29 La présence même de ce passage dans les analyses de la naturalisation superficielle est pour lui parfaitement secondaire par rapport aux véritables enjeux de la recherche, par rapport à l’importance heuristique des descriptions, importance qui se confirme par la découverte des propriétés de ces contenus superficiellement naturalisés : de la distinction du caractère autonome pour les uns, et non autonomes pour les autres. Cette distinction, reprise à Stumpf (selbstständige und unselbstständige Inhalte)30, en tant que telle résulte pour Husserl — et c’est décisif — des expériences cognitives effectivement accessibles (les contenus autonomes sont aussi caractérisés comme « représentables pour soi »). Donc c’est une connaissance empirique qui permet d’accéder à des connaissances qui selon toute évidence ne sont pas fondées dans cette expérience empirique, mais dont la validité est apriorique. Husserl y cherche les formes d’interdépendance des parties au sein des unités (des touts) et il constate que ces formes d’interdépendance ne sont pas fondées dans ces expériences.

22Il est vrai que les premières évidences de ces expériences d’imagination sont des vécus psychiques. Par contre les objets auxquels elles réfèrent ne sont pas des contenus effectifs de la conscience. Les relations effectives entre les objets ne le sont pas non plus. Les connaissances acquises grâce aux analyses des dépendances des touts et des parties — tout en étant un contenu effectif de la conscience — concernent la situation des choses au-delà de la conscience, elles la transcendent d’une manière singulière. Leur évidence n’est pas fondée dans l’introspection.

  • 31 Hua XXII, p. 93.32 ; « Études psychologiques... », art. cit., p. 125.

23Husserl ne craint pas ici de souligner le caractère psychologique et descriptif (introspectif) de l’analyse, mais il met en avant la modification de ce caractère au cours de la description : « Nous sommes partis ici des phénomènes qui se présentent immédiatement à la réflexion, des choses qui apparaissent ; c’est en nous appuyant sur leur teneur intuitive que nous avons montré le trait caractéristique de l’autonomie. »31 Le contenu (Inhalt) psychique est remplacé par la teneur (Gehalt) intuitive d’un constat.

24Nous l’avons dit : cette impossibilité de penser autrement ne tient pas à nos déterminations neurophysiologiques. Donnons encore la parole à Husserl (iiieRecherche Logique) :

  • 32 RL II/2,p. 21/22, Hua XIX/1, p 243 ; traduction française WM. La traduction française de r (...)

Quand, par conséquent, le petit mot de pouvoir apparaît en relation avec le terme prégnant de penser, ce que l’on vise par là, ce n’est pas une nécessité subjective, c’est-à-dire une incapacité subjective, un ne-pas-pouvoir-se-representer-autrement, mais une nécessité objective, un ne-pas-pouvoir-être-autrement (ist nicht subjektive Notwendigkeit, d.i. subjektive Unfähigkeit des Sich-nicht-anders-vorstellen-könnens, sondern Notwendigkeit des Nicht-anderssein-könnens)32.

Dans la seconde édition, cette nécessité objective est en outre qualifiée d’« idéale » (objektiv-ideale Notwendigkeit). Le passage se poursuit ainsi :

  • 33 Id ; traduction française WM.

L’essence de chaque nécessité objective réside dans une conformité à des lois chaque fois déterminées (das Wesen jeder objektiven Notwendigkeit liegt und findet seine Definition in einer jeweils bestimmten Gesetzlichkeit)33.

La seconde édition précise les choses de la manière suivante :

  • 34 Id. ; traduction française WM.

Une nécessité objective, en général, équivaut à une existence fondée sur une conformité objective à des lois (objektive Notwendigkeit überhaupt gleichwertig ist mit Sein auf Grund objektiver Gesetzlichkeit)34.

C’est de cette manière, à savoir par le biais du mot être dans l’expression « ne-pas-pouvoir-être-autrement », que la dimension ontologique fait irruption dans les investigations de Husserl. Les données recueillies dans l’expérience empirique ne peuvent être comprises sans l’introduction d’un élément non-contingent, d’un « cela ne peut pas être autrement ». De ce réquisit d’un débordement de l’évidence empirique, qui transgresse les préconisations générales énoncées par Husserl, ce dernier dit déjà, dans le compte rendu de cette étude en 1897 : c’est de la métaphysique.

25Mais par quoi est justifiée cette croyance si forte, qu’elle permet à Husserl de promulguer des lois pour assurer à des connaissances une « forme qui soit objective d’une façon facilement visible » ?

  • 35 Hua XXII, p. 133 n. ; Articles sur la logique (1890-1913), op. cit., p. 179 n.

Dans le cas de plusieurs contenus non autonomes relativement les uns aux autres, la loi déclare que de tels contenus, appartenant au genre des contenus dépendants, ne peuvent exister qu’en jonction les uns avec les autres. On voit alors immédiatement [je souligne — WM] que cette importante différence n’est pas limitée aux contenus, mais qu’elle est applicable d’une manière générale aux objets, ce qui lui confère une signification métaphysique35.

  • 36 Nous retraduisons ce fragment pour souligner l’aspect effectif, vécu, de la pensée d’évide (...)
  • 37 « Mit anderen Worten: objektive Notwendigkeit überhaupt bedeutet nichts anders als objekti (...)

26Dans une note de la deuxième édition, Husserl commentera que nous sommes devant une « conversion ontologique décisive de la pensée de l’évidence dans la pensée d’une pure loi d’essence, (entscheidende ontologische Umwendung des Evidenzgedankens in den einer reinen Wesensgesetzlichkeit) »36. Cette conversion ontologique réside donc dans l’évidence que ce qui est impossible est impossible à cause de relations entre choses et non à cause de relations entre présentations. Être objectivement nécessaire, c’est pour Husserl être fondé selon des lois37, ce qui relève donc de l’ontologie et plus précisément de l’ontologie formelle.

27Le point de rupture entre le psychologisme et la phénoménologie est clairement donné par la détermination de la fondation de la validité des connexions (et donc des lois que ces connexions impliquent) : fondation empirique pour le psychologisme et fondation apriorique pour la phénoménologie husserlienne. Comme le souligne Husserl dans les Recherches Logiques (première édition), il ne s’agit pas pour lui de « la question psychologique de la genèse des représentations (ou dispositions représentatives) » mais bien de « l’origine logique » (Einsicht in das Wesen der bezüglichen Begriffe, Vergegenwärtigung des Wesens). Dans la deuxième édition, il précisera qu’il s’agit de « l’origine phénoménologique », et de la « présentification intuitive de l’essence dans l’idéation adéquate » (intuitive Vergegenwärtigung des Wesens in adäquater Ideation).

28Dans ce qui suit, nous allons montrer l’impact de ces découvertes sur l’apophantique.

3. La signification : l’impossibilité apriorique et les catégories de signification

29Nous l’avons déjà dit, Husserl s’oppose à l’idée de la mise en relation de sa phénoménologie et de l’ontologie dans le sens aristotélicien d’une science de ce que c’est qu’être en général et même dans le sens de l’étude de l’être des essences. Nous avons esquissé de quelle façon originale il conçoit cependant la dimension « ontologique », et plus précisément « ontologico-méthodologique » de sa phénoménologie.

  • 38 « Sunt ergo ea quae sunt in voce, earum quae sunt in anima passionum, notae », cf. Aristot (...)

30Ceci n’est pas la seule divergence doctrinale massive de la phénoménologie de Husserl par rapport au Stagirite. L’autre différence, tout aussi importante, concerne le rôle du langage. Pour Husserl, la langue n’est pas un intermédiaire entre l’homme et le monde38. La signification ne doit pas être approchée comme une entité objective (logique ou autre) s’interposant entre la conscience et le monde, entre l’acte et le référent, mais essentiellement comme une modalité spécifique d’acte, dont l’expérience effective correspond avant tout à une modalité signifiante. Cette dernière est, à côté de la modalité objective, l’une des deux modalités intentionnelles fondamentales de la connaissance. Ce qui est décisif, c’est l’intention signifiante qui — en fonction de l’acte — anime soit l’expression soit la saisie de l’objet, et qui anime donc aussi bien l’acte langagier (expression, exclamation, nomination, etc.) que l’acte objectif (perception, imagination, etc.). La signification, telle qu’elle entre dans la composition de l’unité systématique d’une science est, comme le dira bien plus tard Ingarden une « idéalisation de second degré », résultat de la réflexion sur les actes animés par l’intention signifiante. Elle est une articulation rigoureuse des essences des actes dans les expressions et dans les saisies objectives.

31Lorsqu’il s’agit cependant de la science, de la science en tant qu’unité systématique d’une théorie complète — comme elle doit l’être selon Husserl -, lorsqu’il s’agit de l’essence de la science, il n’est plus pour Husserl question des actes, mais des produits : « C’est la signification et non l’acte de signifier, le concept et la proposition, et non la présentation et le jugement qui […] doivent être l’objet général de la recherche » de la science sur la science.

32C’est pourquoi, comme l’annonce clairement le titre du § 67 des Prolégomènes, la tâche première de la logique pure, en tant que science de la science, est la fixation des catégories de signification pures, des catégories objectives pures et de leurs connexions réglées par des lois. Les catégories de signification pures sont traitées par Husserl dans la théorie de la grammaire pure de la iveRecherche Logique et les catégories pures de l’objectité dans la vieRecherche Logique.

33La seconde tâche de la logique pure concerne les lois et les théories qui sont fondées dans ces catégories, et plus précisément la vérité ou la fausseté des significations en général purement en fonction de leurs configurations catégoriales ainsi que, corrélativement, l’existence ou l’inexistence des objets en général et des état de choses en général, également en raison de leurs formes catégoriales pures. C’est le domaine des lois à respecter pour toute recherche théorique, des lois de justification formelle ultime de toute théorie valable.

  • 39 RL II/1, p. 109.
  • 40 RL II/2, p. 115.

34Dans cette science des sciences qui est la logique pure et que Husserl veut élaborer, la grammaire pure a un rôle primordial. En tant que théorie, toute science est une complexion idéale de significations39. La grammaire pure a aussi pour tâche de mettre en évidence cette complexion par le biais d’une morphologie des significations40 qui, tout en opérant avec les catégories de signification (Bedeutungskategorien), laisse de côté toutes les particularités concrètes des significations. La théorie de la grammaire pure est à la fois l’explication théorique et la justification apriorique des différences grammaticales. Husserl y applique sa théorie des touts et des parties : « Il s’agit là d’une constatation (Feststellung) des formes primitives et d’une vue d’ensemble systématique de la multiplicité illimitée des autres formes, qui doivent êtres dérivées à partir d’elles par complication et modification ».

35Ici comme dans l’élaboration de la théorie des touts et des parties, Husserl cherche à découvrir les fondations aprioriques en partant des descriptions psychologiques :

  • 41 RL II/2, p. 112.

Partout où, dans des significations données, nous saisissons avec évidence l’impossibilité de la connexion, cette impossibilité nous renvoie à une loi absolument générale d’après laquelle, nécessairement, des significations en général, appartenant aux catégories de signification correspondantes, combinées dans le même ordre et conformément aux mêmes formes pures, ne peuvent constituer d’unité — en un mot, c’est là une impossibilité a priori41.

  • 42 C’est à Marty que Husserl reprend cette distinction terminologique d’origine médiévale. Ma (...)

36La distinction fondamentale de la théorie de la grammaire pure est celle qui sépare les significations catégorématiques d’une part et les significations syncatégorématiques de l’autre42. Pour Husserl, les significations complexes en général se composent de significations partielles. Certaines de ces significations partielles sont des significations syncatégorématiques (par exemple de fer dans l’expression complexe l’homme de fer), à savoir des significations qui nécessitent absolument un accomplissement, qui sont dépendantes dans leur être d’un quelque chose à venir. Pour Husserl, ces significations syncatégorématiques sont non autonomes selon leur essence, d’une façon apriorique.

37Une signification simple est pour Husserl une particule élémentaire de sens. La question se pose alors de savoir si une expression syncatégorématique — par définition incomplète — peut être aussi considérée comme une particule élémentaire de sens. Comment, demande Husserl dans le § 6 de la iveRecherche, distinguons-nous les expressions syncatégorématiques des expressions incomplètes abrégées ou lacunaires ? Car de prime abord on pourrait être tenté de considérer les syncatégorèmes comme les autres parties de l’expression telles que les lettres ou les syllabes. Pour Husserl, nous n’avons pas d’autre moyen, pour répondre à cette question, que de recourir à l’évidence du caractère d’unité (Einheitlichkeit) de la signification correspondante dans le cas des expressions syncatégorématiques (par ex. plus grand qu’une maison) et de son absence pour les autres expressions incomplètes (par ex. Caesar… qui… duabus). Une expression syncatégorématique, même si elle nécessite d’être complétée, est néanmoins une pour notre compréhension (et donc pour notre imagination), donc elle a une signification unitaire, fût-elle incomplète :

  • 43 RL II/2, p. 99.

Les syncatégorèmes sont compris, même quand ils sont isolés ; ils sont conçus (aufgefasst) comme des porteurs de moments de signification déterminés quant à leur contenu, moments qui réclament un certain complément, à savoir un complément qui, bien que non-déterminé quant à sa matière, soit cependant quant à sa forme co-déterminé par le contenu donné et ainsi délimité selon une loi43.

L’incomplétude de la signification syncatégorématique la rend dépendante — selon l’exigence du sens — d’une autre signification qui, seule, peut combler son manque — formel — de sens. Cette exigence de la plénitude formelle du sens nous renvoie vers les autres significations d’une manière non contingente mais selon une nécessité du sens. Car c’est « le fait le plus important du domaine de la signification, l’existence d’un système de lois qui le régissent ». De la même façon, certaines autres liaisons sont impossibles au nom de cette même exigence du sens (la vérité est ici toujours hors considération). Car les non-sens, les liaisons qui vont à l’encontre de la nature du domaine de la signification, sont déterminés par des lois. Ces harmonies et ces incompatibilités aprioriques trouvent leur expression grammaticale dans les « règles qui régissent l’enchaînement grammatical des parties du discours ».

38L’importance des expressions syncatégorématiques est pour Husserl fondamentale : elles sont pour lui les fondements originaires (ursprünglich) des différences grammaticales et du concept de la matière grammaticale (nominale, adjective, etc.). La théorie aboutit à l’idée de catégorie de signification (Bedeutungskategorie) à laquelle appartiennent les significations relevant de la même matière grammaticale. Les catégories de signification révèlent une importante propriété formelle de la science en tant que théorie au sens rigoureux, à savoir dans l’unité théorique systématique et complète d’explication :

  • 44 RL II/2 p. 113.

Quand on substitue librement les unes aux autres des matières à l’intérieur de leur catégorie, il peut en résulter des significations (des propositions entières ou des membres possibles des propositions) fausses, absurdes ou risibles, mais il doit nécessairement en résulter des significations unitaires ou des expressions grammaticales dont le sens peut être réalisé comme unité de sens. Dès que nous transgressons les frontières des catégories, il n’en est plus de même44.

  • 45 « La première percée de cet a priori corrélationnel universel de l’objet d’expérience et d (...)

39Dans la tâche de la construction de la mathesis universalis, cette découverte est fondamentale. Husserl y voit une loi apriorique de la formation des significations selon les formes syntaxiques. Mais pas uniquement. Car selon cette loi la morphologie formelle des significations relève aussi de matières syntaxiques. Dans cet entrelacement de matière et de forme, qui est exprimé par la catégorie de signification, s’articulent pour la première fois clairement à la fois l’immensité de l’ambition (de la mission, dira Husserl) et la difficulté inouïe du projet phénoménologie dont le prométhéisme s’exprimera avec force dans la Krisis45.

Conclusion

40Le concept de Bedeutungskategorie est à l’origine de la théorie des catégories syntactiques de Kazimierz Ajdukiewicz. Pour comprendre l’analyse formelle à laquelle Ajdukiewicz, mais aussi Leśniewski, ont soumis le concept husserlien, il faudrait exposer tout d’abord encore la théorie des modifications des significations que Husserl développe aussi dans la iveRecherche Logique et le modèle formel du langage unitaire de science qu’il y propose finalement.

  • 46 Hua XIX/1, p. 341.07 ; RL II/2, p. 128.

Il s’agit (…) de saisir avec évidence que toutes les significations possibles, en général, s’intègrent à des formes catégoriales rigoureuses et que le domaine de signification en général est régi par un système de lois a priori d’après lequel toutes les formes possibles dépendent systèmatiquement d’un petit nombre de forme primitives déterminées par des lois d’existence46.

  • 47 Hua XIX/1, p. 340.09

41Dans la iveRecherche Logique, cette forme primitive, c’est la combinaison conjonctive de significations, « la simple forme basique de l’association collective à deux membres » (die schlichte Grundform zweigliedriger kollektiver Verknüpfung)47.

  • 48 Hua XIX/1, p. 340.03, et le texte en bas de page ; RL II/2 (1re éd.), p. 127.

42Dans la deuxième édition des Recherches Logiques, Husserl élargira son « modèle » basé sur la combinaison conjonctive en lui juxtaposant la « connexion disjonctive et hypothétique de proposition »48.

43En fusionnant cette forme primitive de combinaison avec la modification nominale désignée symboliquement, Husserl obtient une représentation structurale de la construction du langage : ((M et N) et P) et Q, etc.

  • 49 Hua XIX/1, 340.01 ; RL II/1, p. 126-127.

Si on substitue au fur et à mesure à un terme simple une connexion de ces formes, et si, ce faisant, on applique toujours la loi primitive d’existence, il en résulte des (…) formes emboîtées les unes dans les autres selon un certain ordre de complication, formes dont la validité est garantie en vertu des lois de la déduction. (…) On comprend alors immédiatement que ces complications peuvent se développer in infinitum — selon une combinatoire que l’on peut anticiper dans son ensemble — que chaque forme nouvelle demeure liée à la même catégorie de signification, comme étant la sphère de variation possible de ses termes, et que tant que cette sphère est maintenue, toutes les combinaisons de signification que l’on peut former de cette sorte, doivent nécessairement exister, c’est-à-dire présenter un sens unitaire49.

Du point de vue de l’explicitation doctrinale de la phénoménologie, l’aspect crucial du concept de la catégorie de signification est donné par le fait qu’elle réunit les deux a priori : a priori analytique formel et a priori synthétique matériel. Conformément à la théorie des touts et des parties, les dépendances comme telles ont le caractère apriorique analytique (formel), mais le genre de la dépendance est un a priori synthétique (matériel).

44Du point de vue de la théorie de connaissance, l’existence des jugements synthétiques a priori ne va pas de soi. C’est pourtant ce que découvre Husserl dans les analyses que nous avons étudiées : la couleur est impensable sans extension, l’expression syncatégorématique est impensée sans son remplissement, la somme de deux cotés d’un triangle est plus grande que son troisième côté… Les jugements synthétiques « typiques » viennent de l’expérience. Mais la valeur heuristique des jugements synthétiques aprioriques est fondamentale et l’évidence phénoménologique des jugements synthétiques a priori est encore une autre articulation du caractère gnoséontologique des analyses husserliennes.

45La théorie des catégories sémantiques proprement dite, aussi bien que la question de l’a priori synthétique, sont deux aspects systématiques majeurs de la théorie husserlienne des catégories de signification. Nous ne pouvons entrer ici dans l’examen approfondi de ces questions. Ce que, par contre, nous espérons avoir montré, c’est la manière dont le champ d’analyse proprement phénoménologique a été ouvert, celui-là même que Husserl déploiera par la suite comme domaine d’expérience immédiate d’essences — Wesensschau — et qui devrait faire de la phénoménologie une philosophie pratique, un empirisme modéré et apriorique.

  • 50 Le verbe tourner « exprime une notion de mouvement approprié pour mettre, présenter, dirig (...)

46L’inflexion ontologique des pensées du philosophe pendant le travail de description de ses propres contenus de conscience constitue la cheville ouvrière de l’analyse phénoménologique bien comprise, sa tournure « métaphysique » ou plus précisément gnoséontologique50. Durant la description introspective de ses propres états mentaux, le philosophe doit faire preuve d’une maîtrise de ses pensées, d’une capacité de distinguer dans le flux encore naturel de ses cogitations la présence de contenus (leur teneur — dira Husserl pour souligner la différence) nécessairement fondée « ailleurs » que dans le flux temporel de sa propre conscience, sans pour autant impliquer l’existence d’une autre dimension ontique.

Notes

1 Husserliana XIX/1, Logische Untersuchungen II/1, Untersuchungen zur Phänomenologie und Theorie der Erkenntnis, éd. U. Panzer, Nijhoff, La Haye, 1984 (par la suite Hua XIX/), p. 100/101.

2 E. Husserl, Logique formelle et logique transcendantale, trad. fr. S. Bachelard, Paris, P.U.F., 1957, p. 144.

3 Cf. aussi la note de P. Ricœur dans E. Husserl, Idées directrices pour une phénoménologie, trad. fr. P. Ricœur, Paris, Gallimard, 1950 (par la suite : Idées...…), p. 40.

4 Depuis la fin des années 1980, j’utilise les termes « gnoséontologie » et « gnoséontologique » pour désigner l’ontologie méthodologique de Husserl et la particularité de son idéalisme transcendantal. Ce néologisme désigne l’originalité ontologique de la phénoménologie husserlienne et de son tournant transcendantal. Je m’en suis servie dans ma thèse Le Projet de la phénoménologie de la raison et le paradigme représentationnel de la philosophie de la conscience (Paris, 2000), dans le contexte de la théorie de l’intentionnalité généralisée dont les développements se situent entièrement au-delà de la topologie gnoséologique intérieur/extérieur. On le trouve également dans un contexte non phénoménologique, par exemple chez Pierre-Damien Somé : Dialectique réflexive et « gnoséontologie » thomiste : approche méthodologique et théorétique du néothomisme transcendental du père André Marc, S.J., Rome, Estratto Filosofia, 1986.

5 Cf. C. Ortiz Hill, « Husserl, Frege and “the Paradox” », Manuscrito 23/2 (octobre 2000), p. 101-132.

6 J.-L. Marion, « Avant-propos » à Phénoménologie et métaphysique, Paris, P.U.F., 1984, p. 7.

7 Husserliana XXII, Aufsätze und Rezensionen (1890-1910), éd. B. Rang, La Haye, Nijhoff, 1979 (par la suite : Hua XXII), p. 133 n. ; E. Husserl, Articles sur la logique (1890-1913), trad. J. English, Paris, P.U.F., 1975, p. 179 n.

8 C’est ainsi que, dans une lettre à Natorp, il reconnaît avoir dépassé sa phase (passagère) de platonisme passif : « Wobei ich noch bemerken darf, dass ich schon seit mehr als einem Jahrzehnt die Stufe des statischen Platonismus überwunden und der Phänomenologie als Hauptthema die Idee der Transzendentalen Genesis gestellt habe » (cité d’après H.-G. Gadamer, Wahrheit und Methode, Tübingen, J.C.B. Mohr (Paul Siebeck), 1986, p. 247 n., lettre du 29.06.1918).

9 Le projet husserlien du retour aux choses elles-mêmes n’est pas un programme visant à étudier ce que sont les choses elles-mêmes, mais à revenir vers leur réalité vivante, vers leur caractère effectif et concret dans leur déroulement empirique.

10 Husserl a beaucoup lu Leibniz « dans ses jeunes années » : « In jungen Jahren habe ich mit offenen Augen öfters in der Erdmann-Ausgabe von Leibniz gelesen und zweifellos hat das auf mich, so sehr anders ich damals noch eingestellt war, stark gewirkt. So wurde ich emfänglich für einige wichtige Ausführungen Lotzes, desgleichen für Lambert und Bolzano, und befähigt zu der für mich entscheidenden Umwendung » (Hua Dokumente Band I, Husserl-Kronik, par Karl Schumann, La Haye, Nijhoff, 1977, p. 26.

11 Idées..., trad. fr. P. Ricœur, p. 42.

12 Ibid., p. 40.

13 Cf. V. Descombes, La Denrée mentale, Paris, Minuit, 1995.

14 Hua XVII, Formale und Transzendentale Logik, éd. P. Janssen, La Haye, Nijhoff, 1974, p. 268.13.

15 « wesentlich neuen und streng wissenschaftlichen Stil der Philosphie », Hua XVII, p. 256.33.

16 Hua XIX/1, p. 243 n.

17 Notons en passant que, dans les Leçons sur la théorie de la signification de 1908, Husserl utilise l’adjectif « ontique » comme pur et simple synonyme de « phénoménologique » (Hua XXVI, Vorlesungen über Bedeutungslehre. Sommersemester 1908, éd. U. Panzer, Dordrecht, Nijhoff, 1987).

18 Husserl le dit à plusieurs reprises, entre autres dans les lettres à Ingarden, cf. E. Husserl, Briefe an Roman Ingarden, éd. R. Ingarden, La Haye, Nijhoff, 1968 (Phaenomenologica 24).

19 Lettre à Ingarden du 02.12.1929, ibid., p. 55.

20 Lettre du 21.12.1930, ibid., p. 61.

21 Ibid., p. 64 : « Sie werden die Ontologie (und Metaphysik) darum nicht verlieren, aber in einem vertieften Sinn und in neuem method (ologischem) Gang wiedergewinnen ».

22 Ibid., p. 165-167 ; cf. aussi R. Ingarden, brouillon de la lettre de 1918, dans Analecta Husserliana II (1972), p. 357-374 ; « Lettre à Husserl sur la vie Recherche logique et l’idéalisme », trad. fr. P. Heulot-Limido, dans Alter 7 (1999), p. 309-329 ; « Die vier Begriffe der Transzendenz und das Problem des Idealismus bei Husserl », dans Analecta Husserliana I (1971), p. 36-74 ; « Bemerkungen zum Problem Idealismus-Realismus », dans Jahrbuch für Philosophie und phänomenologische Forschung (1929), p. 159-190 ; « Über den transcendantalen Idealismus bei E. Husserl », dans H.L. Van Breda, J. Taminiaux (éds), Husserl et la pensée moderne — Husserl und das Denken der Neuzeit, La Haye, Nijhoff, 1959, p. 190-204.

23 Hua I, Cartesianische Meditationen und Pariser Vorträge, éd. S. Strasser, La Haye, Nijhoff, 1963.

24 Selon le témoignage de W. R. Boyce Gibson de la fin des années vingt, Husserl conseille la théorie des touts et des parties de la iiie Recherche comme le meilleur point de départ pour l’étude de son œuvre : « the best starting point » (Hua XIX/I, Introduction, p. xli n.).

25 Sauf si on ne peut induire qu’ils existent. Husserl présuppose ici l’application possible de sa théorie aux objets non intuitionnables immédiatement tels, par exemple, les objets logiques, les nombres très grands, etc.

26 « Psychologische Studien zur elementaren Logik », Philosophische Monatshefte 30 (1894), auj. rééd. dans Husserliana XXII, p. 95.05 ; trad. fr. J. English, « Études psychologiques pour la logique élémentaire », dans E. Husserl, Articles sur la logique (1890-1913), op.cit., p. 127.

27 Hua XXII, p. 93.04 ; « Études psychologiques... », p. 124.

28 Id. Nous constatons que, déjà en 1894, pour souligner l’aspect objectif, Husserl utilise « teneur » (Gehalt) et non « contenu » (Inhalt).

29 Note de Husserl sur son exemplaire de l’article. Cf. E. Husserl, La Philosophie comme science rigoureuse, trad. fr. M. B. de Launay, Paris, P.U.F., 1989, p. 36 (souligné WM). Pour le texte allemand original : Hua XXV, Aufsätze und Vortrâge (1911-1921), éd. T. Nenon & H. R. Sepp, La Haye, Nijhoff, 1987.

30 C. Stumpf, Über den psychologischen Ursprung der Raumvorstellung, Leipzig, Hirzel, 1873, p. 109.

31 Hua XXII, p. 93.32 ; « Études psychologiques... », art. cit., p. 125.

32 RL II/2,p. 21/22, Hua XIX/1, p 243 ; traduction française WM. La traduction française de référence, à savoir « incapacité subjective de ne pas pouvoir être autrement », est évidemment fautive : l’impossibilité de Non-A équivaut à la nécessité de A, et la traduction revient donc à parler de la nécessité subjective de pouvoir se représenter autrement, ce qui n’est certes pas la signification de la phrase.

33 Id ; traduction française WM.

34 Id. ; traduction française WM.

35 Hua XXII, p. 133 n. ; Articles sur la logique (1890-1913), op. cit., p. 179 n.

36 Nous retraduisons ce fragment pour souligner l’aspect effectif, vécu, de la pensée d’évidence, cf. RL 2/II, n. 22 : « La conversion ontologique amorcée par cette proposition, et décisive pour le contenu du reste de notre recherche, de l’idée d’évidence en celle d’une loi pure d’essence » ; Hua XIX/1,n. 243.

37 « Mit anderen Worten: objektive Notwendigkeit überhaupt bedeutet nichts anders als objektive Gesetzlichkeit, bzw. Sein auf Grund objektiver Gesetzlichkeit (seconde édition: „gleichwertig“) ».

38 « Sunt ergo ea quae sunt in voce, earum quae sunt in anima passionum, notae », cf. Aristote, De interpretatione, 16a 3 sq.

39 RL II/1, p. 109.

40 RL II/2, p. 115.

41 RL II/2, p. 112.

42 C’est à Marty que Husserl reprend cette distinction terminologique d’origine médiévale. Marty distingue les « signes syncatégorématiques » des « signes catégorématiques », ces derniers étant pour lui synonymes des « noms ». Marty appelle « nom » l’expression d’une représentation (Vorstellung), un signe qui évoque un concept par exemple « le fondateur de l’éthique », à la différence de simples co-signifiants dans les expressions complètes (par ex. « du vieux continent »).

43 RL II/2, p. 99.

44 RL II/2 p. 113.

45 « La première percée de cet a priori corrélationnel universel de l’objet d’expérience et de ses modes de donnée (tandis que je travaillais à mes Recherches logiques, environ l’année 1898) me frappa si profondément que depuis le travail de toute ma vie a été dominé par cette tâche d’élaboration de l’a priori corrélationnel », cf. Hua VI, Die Krisis der europäischen Wissenschaften und die transzendentale Phänomenologie, éd. W. Biemel, La Haye, Nijhoff, 1976, p. 169 ; E. Husserl, La Crise des sciences européennes et la phénoménologie transcendantale, tr. fr. G. Granel, Paris, Gallimard, 1976, p. 189. Cf. W. Miskiewicz, « Le Sphinx de la connaisssance : Husserl et l’énigme de l’a priori corrélationnel », dans Revue de Métaphysique et de Morale 1994/3.

46 Hua XIX/1, p. 341.07 ; RL II/2, p. 128.

47 Hua XIX/1, p. 340.09

48 Hua XIX/1, p. 340.03, et le texte en bas de page ; RL II/2 (1re éd.), p. 127.

49 Hua XIX/1, 340.01 ; RL II/1, p. 126-127.

50 Le verbe tourner « exprime une notion de mouvement approprié pour mettre, présenter, diriger... d’une certaine façon » (Trésor de la Langue Française). C’est en ce sens que nous utilisons ici le terme « tournure » pour expliciter le procédé cognitif de Husserl. La « tournure métaphysique » exprime pour nous une notion d’action, l’inflexion volontaire des pensées vers une modalité cognitive particulière (en l’occurrence propre à la phénoménologie transcendantale). Les différentes réductions que Husserl pratique sont des techniques pour faciliter ce travail.

© Presses universitaires de Liège, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search