Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La théorie des catégories

 | 
Arnaud Dewalque
, 
Bruno Leclercq
, 
Denis Seron

De la proposition à l’état de choses : Husserl lecteur de Bolzano

Guillaume Fréchette

Texte intégral

  • 1 La liste complète des abréviations utilisées ici se trouve en bibliographie.
  • 2 D’autres influences que celle de Bolzano entrent ici en jeu : de manière prépondérante, on pensera (...)
  • 3 Voir Hua XX/1, p. 298-299.

1Dans ce qui suit, je vais tenter de retracer les différentes étapes dans le travail de Husserl qui l’ont mené, de 1894 à 1900, à élaborer le concept d’état de choses qui est à l’œuvre dans les Recherches logiques (Rl)1. On verra que si Husserl, influencé notamment par la Wissenschaftslehre (WL) de Bolzano, peut introduire dès 1894 une distinction tranchée dans la sphère des représentations entre acte de représentation, contenu objectif de représentation et objet représenté qui demeurera un acquis durable pour ses travaux ultérieurs, il n’en demeure pas moins que l’introduction d’une tripartition tout aussi nette au niveau judicatif lui pose des problèmes évidents2. En fait, et c’est ce que je tenterai de mettre en évidence ici, ce n’est qu’à partir des Rl que la tripartition entre jugement, proposition et état de choses est thématisée de manière univoque : alors qu’il parvient plutôt aisément dès 1894 à intégrer le concept bolzanien de représentation en soi dans son travail, l’interprétation à donner du concept bolzanien de proposition en soi et à son rôle pour la logique pose à Husserl des difficultés plus considérables. Il explore alors plusieurs avenues qui témoignent des difficultés inhérentes à établir une théorie qui rende compte de la relation entre les considérations d’ordre formel-ontologique et celles d’ordre formel-sémantique3. Ce sont ces différentes avenues que nous allons parcourir ici.

2Après avoir esquissé brièvement les étapes de la réception de Bolzano par Husserl (1), je vais résumer les grandes lignes de la conception bolzanienne de la proposition (2) ainsi que de la conception husserlienne de la proposition et de l’état de choses dans les Rl (3). Cela me permettra ensuite de discuter trois différentes conceptions de la proposition et de l’état de choses élaborées par Husserl pendant la période menant aux Rl. Une première conception est celle qu’on retrouve dans certains textes de 1894 qui montrent qu’à cette époque, Husserl n’avait pas encore distingué entre la proposition et l’état de choses (4). Une seconde conception, dont le développement est plus difficilement identifiable, est basée sur une interprétation de la proposition en termes de jugement in specie, interprétation qui constitue un élément essentiel de la conception des Rl (5). Enfin, je présenterai une troisième conception de la proposition et de l’état de choses, celle de la Logik de 1896, qui délimite plus explicitement la proposition de l’état de choses, sans toutefois réunir toutes les caractéristiques de la conception des Rl (6).

1. La réception de Bolzano par Husserl

  • 4 Voir le récit de Husserl de 1913 reproduit dans Hua XX/1, p. 297, ainsi que Cantor (1) et Stolz (1) (...)
  • 5 Voir Husserl, ibid. ainsi que Kraus (1), p. 154.
  • 6 Dans une discussion de juin 1935 rapportée par Osborn (1), p. 18, Husserl dit s’être procuré la WL (...)

3Bien qu’on puisse identifier cette période des travaux de Husserl menant aux Recherches logiques avec certitude, il en va tout autrement de la réception de l’œuvre de Bolzano par le jeune Husserl. On sait qu’il a pris connaissance des travaux du mathématicien Bolzano par le biais des travaux de Stolz et Cantor des années 1881 et 18834, qu’il a assisté à un cours de Brentano à Vienne en 1885 portant entre autres sur les Paradoxes de l’infini de Bolzano5, mais en ce qui concerne la période s’échelonnant de 1885 à 1893-1894, les documents permettant d’apprécier l’évaluation husserlienne de Bolzano sont plutôt rares. On peut certes supposer que Husserl s’est procuré la Wissenschaftslehre (WL) de Bolzano dans le courant des années 1880, mais les répercussions de l’œuvre de Bolzano dans les écrits de Husserl antérieurs à 1894 sont difficiles à identifier6.

4En ce sens, la remarque de l’Esquisse d’une préface aux Recherches logiques de 1913, selon laquelle Husserl vit dans les concepts de proposition et de représentation de Bolzano d’abord des abscondités métaphysiques, peut se rapporter aussi bien aux années 1880 qu’aux années 1890. Quoi qu’il en soit, bien qu’il ne date pas lui-même le moment où sa conception des propositions et des représentations bolzaniennes a changé, c’est au plus tard en 1894 que Husserl comprend tout à coup le sens de la conception bolzanienne, comme en fait foi le manuscrit Objets intentionnels (OI) rédigé au printemps de 1894, où il introduit une distinction entre le domaine subjectif et objectif très influencée par Bolzano. Dans la mesure où c’est à partir de ce manuscrit que les idées sous-jacentes aux Recherches logiques font leur première apparition, il est raisonnable de penser que c’est essentiellement entre 1894 et 1900 que Husserl essaie d’adapter les idées de Bolzano à ses propres théories du jugement et de la représentation.

2. La proposition en soi bolzanienne

  • 7 J’emploie ici « analyse » comme synonyme de « définition ». Pour Bolzano, une explication (Verständ (...)

5Afin de bien comprendre les difficultés de Husserl dans son interprétation du concept bolzanien de proposition en soi, penchons nous d’abord sur ce que dit Bolzano de la proposition en soi dans la WL. Bolzano n’offre pas d’analyse ou de définition (Erklärung) du concept de proposition en soi, mais en propose certaines explications (Verständigung), dont une qui d’un certain point de vue pourrait jouer le rôle d’une analyse7. Au § 19 de la WL, on peut lire que

(1) la proposition en soi n’est ni une proposition pensée, ni une proposition exprimée ;

  • 8 Voir WL I, p. 77 : « Wie ich aber in der Benennung : „ ein ausgesprochener Satz“den Satz selbst off (...)

(2) les propositions en soi ne sont pas en relation de dépendance avec les propositions pensées et exprimées8.

  • 9 Bolzano traite de la distinction entre adjectifs modificationnels et déterminants notamment dans WL(...)

6Cette distinction entre proposition en soi et proposition exprimée ou pensée n’est pas une distinction de genre : il n’y a pas dans l’ensemble des propositions, celles qui sont en soi et celles qui sont pensées ou exprimées. De « proposition pensée » et « proposition exprimée », on ne remonte pas à « proposition », mais plutôt aux substantifs « pensée » et « expression ». C’est que les adjectifs « pensée » et « exprimée » agissent ici sur le substantif au sens modificationnel, et non au sens déterminant9. Ainsi, une proposition exprimée n’est rien d’autre que l’expression d’une proposition, comme une proposition pensée n’est rien d’autre que la pensée d’une proposition.

  • 10 Comparer Leibniz (1), p. 191 sq. Les réserves émises par Bolzano au § 21 sont relativement peu conv (...)

7Au § 21 de la WL, avec en arrière-fond la distinction d’adjectifs déterminants et modificationnels, Bolzano est d’accord pour dire que le concept leibnizien [cogitatio possibilis] est équivalent au concept [proposition en soi], bien qu’il émette certaines réserves quant à l’analyse leibnizienne10. Si on fait abstraction de ces réserves, on peut donc construire une analyse de la proposition bolzanienne en s’inspirant de l’analyse leibnizienne de cette manière :

  • 11 J’emploie l’expression « matièreB » pour exprimer le concept bolzanien de matière (Stoff) et pour l (...)

Proposition en soi :
x est une proposition en soi ≡ ◊ (∃y) (∃p) (y est une p & x est la matièreB de y) où
p est une pensée que S et
S est un jugement11.

  • 12 Pour Bolzano, les concepts [réalité] et [effectivité] (Wirksamkeit) sont équivalents. Voir Bolzano (...)

8Cette définition fait intervenir une relation dont je n’ai pas encore parlé. Il s’agit de celle qui est exprimée par le prédicat à deux places « … est la matièreB de_ ». Cette relation est centrale dans la logique de Bolzano : les expressions susceptibles de saturer la place gauche du prédicat sont exclusivement des noms d’objets logiques (des noms de proposition, mais aussi de représentation, d’intuition en soi, etc.) alors que les expressions susceptibles de saturer la place droite du prédicat sont des noms d’objets réels, et plus spécifiquement de phénomènes mentaux (des noms de jugements, de représentations et d’intuitions subjectives, etc.). Pour Bolzano, ce qu’on nomme les actes en phénoménologie sont des phénomènes mentaux (Erscheinungen). S’ils se dirigent sur des objets, s’ils représentent quelque chose, c’est essentiellement en tant qu’ils sont la matièreB d’une proposition ou d’une représentation en soi sous laquelle tombe un objet. Au sens propre, les phénomènes mentaux n’ont pas la propriété de représenter un objet ou de signifier quelque chose : une propriété qui leur est essentielle est celle d’être une modification dans l’âme (Veränderung in der Seele), ce sont des entités réelles (wirklich)12 qui interviennent dans des chaînes causales : la seule manière dont on peut parler de portée sémantique dans leur cas, c’est parce qu’ils sont le support d’une matièreB qui, elle (une proposition ou une représentation) est engagée dans une relation sémantique. En ce sens, le jugement et la représentation subjective, pour Bolzano, ne sont pas des candidats fiables lorsqu’on veut étudier les questions de sémantique.

3. La proposition et l’état de choses dans les Rl

9Je me bornerai ici à reprendre succinctement les grandes lignes de la conception de la proposition et de l’état de choses dans les Rl. En ce qui concerne la première, elle est étroitement liée au concept de matière (Materie) d’un jugement. Si on prend pour acquis d’une part que la proposition est un concept sémantique, qu’elle est donc une signification, et que, d’autre part, Husserl défend une théorie de la signification en terme de Spezies, d’espèce, on est fondé à dire que la relation entre la matière du jugement et le jugement lui-même est celle qui a lieu entre l’espèce et l’individu. Cette relation, je vais l’appeler ici la relation d’instanciation.

10On peut donc dire que, dans les Recherches logiques à tout le moins, Husserl opte pour une définition de la proposition en termes d’instanciation. On pourrait reprendre la définition bolzano-leibnizienne en la modifiant légèrement :

Proposition husserlienne :
x est une proposition en soi ≡ ◊ (∃y) (∃p) (y est une p & y instancie x) où
p est une pensée que S et
S est un jugement.

  • 13 J’utilise les crochets carrés pour construire des noms de concepts (noms de représentations et de p (...)

11Mon jugement « 2 + 2 = 4 » d’aujourd’hui et celui d’hier par exemple ont pour matière la proposition [2 + 2 = 4]13 ; ils instancient la proposition [2 + 2 = 4].

12Pour Husserl, il n’est pas nécessaire pour une espèce d’avoir des exemplaires. Plus encore, il y a certaines espèces pour lesquelles il semble impossible, dans un sens à préciser, qu’elles aient des exemplaires.

  • 14 Hua XIX/2, p. 110 (mes italiques). Sauf indication, les quelques traductions françaises des citatio (...)

Il y a donc d’innombrables significations, qui sont dans le sens habituel relatif du mot des significations simplement possibles, alors qu’elles ne sont jamais exprimées et qu’elles ne peuvent jamais l’être en vertu des limites des facultés cognitives humaines14.

Ce sens précis de l’impossibilité, c’est que la limitation modale est restreinte aux limites des facultés cognitives humaines. Il semble donc que pour Husserl, la possibilité qu’un individu non humain ayant des états mentaux tels lui permettant par exemple de poser des jugements composés de plusieurs milliards de représentations (ou même d’un nombre infini de représentations) est en soi suffisante à assurer la relation d’instanciation qui caractérise chez lui la proposition. Les exemplaires d’une proposition ne sont donc pas liés à la contingence des facultés cognitives humaines.

13Mais Husserl emploie dans la même citation une autre description : des significations qui ne sont jamais exprimées. Sous cette description, il est clair qu’il n’est pas seulement question des jugements cognitifs spéciaux d’un individu non humain. Beaucoup de propositions ne sont jamais exprimées et cela ne dépend pas des limites cognitives humaines. Combien de raisins ont mûri sur les vignes italiennes en 1837, pour reprendre l’exemple bolzanien : il est clair ici que même un individu non-humain vivant aujourd’hui avec des facultés cognitives supérieures aux humains n’est pas en mesure d’émettre un jugement ayant pour matière la proposition vraie identifiant ce nombre. Il n’y a qu’une seule proposition vraie de la forme [Le nombre de raisins ayant mûri sur les vignes italiennes en 1837 est n]. La seule proposition vraie ayant cette forme n’est jamais exprimée, mais cela n’est pas le cas en vertu des limites des facultés cognitives humaines, mais simplement en raison de l’absence contingente des données nécessaires à affirmer un jugement qui soit l’exemplaire de la seule proposition vraie de la forme [Le nombre de raisins ayant mûri sur les vignes italiennes en 1837 est n]. On a donc ici un second concept de possibilité, selon lequel une information précise n’existe pas, mais pourrait en principe exister.

14Je suis d’avis que la relation d’instanciation que j’ai employée pour définir le concept husserlien de proposition engage à la fois l’un et l’autre de ces concepts de possibilité, comme j’ai voulu le souligner dans l’italique de la citation. En fait, dans la première des Rl, Husserl semble prêt à aller encore plus loin, en soutenant que la relation d’instanciation est préservée même là où les propositions expriment des contradictions.

15On le voit, qu’une proposition soit définie par la relation d’instanciation dans laquelle elle est engagée avec des jugements (que ceux-ci soient des jugements que je prononce actuellement, possiblement, ou de manière non-positionnelle dans un remplissement symbolique), c’est là un aspect irréductible du concept de proposition de Husserl dans les Rl.

  • 15 Pour illustrer cette différence, on peut dire que, pour Bolzano, il est impossible que la propositi (...)
  • 16 Voir à cet effet la loi de permutabilité dans Hua XIX/1, p. 428.

16Mais alors, quelle est la différence entre la proposition husserlienne et la proposition bolzanienne ? Je me bornerai ici à souligner que Bolzano ne caractérise pas la relation exprimée par le prédicat « … est la matièreB de_ » comme une relation d’instanciation. En fait, la conception modale de l’instanciation proposée par Husserl ne cadre pas dans la sémantique bolzanienne, car pour Bolzano, les jugements sont les seuls actes propositionnels. Un acte propositionnel qui n’aurait pas le caractère de positionnalité n’est pas, pour Bolzano, un jugement, mais une simple représentation de proposition15. Chez Bolzano, il n’y a pas d’actes propositionnels non-positionnels, comme c’est le cas chez Husserl dans les Rl16.

  • 17 Comme l’a déjà remarqué Reinach (1), p. 116, certains passages des Prolégomènes manifestent encore (...)

17En ce qui concerne l’état de choses, on peut partir du principe interprétatif que Husserl le distingue nettement des propositions dans les Rl17. Les états de choses sont ce qui rend vraies les propositions par lesquelles ils sont représentés (Hua XIX/2, 654), ce sont des corrélats objectifs du jugement (Hua XIX/1, 445sq.) qui sont ontologiquement indépendants de l’acte de juger, de la même manière que les objets de représentation sont ontologiquement indépendants des actes dans lesquels ils sont représentés. Alors que l’on retrouve l’une ou l’autre de ces caractéristiques dans les différentes conceptions de l’état de choses issues de l’école brentanienne, le fait d’être ce qui rend vraie une proposition est une caractéristique propre au concept husserlien d’état de choses.

  • 18 Voir Hua XX/1, p. 298-299.

18C’est notamment grâce à cette conception de l’état de choses, couplée avec celle de la proposition, que Husserl parvient à thématiser la relation entre les considérations d’ordre formel-ontologique et celles d’ordre formel-sémantique, à propos de laquelle il remarque en 1913 que c’est précisément ce qui manquait à la logique bolzanienne18. Afin d’évaluer le verdict de Husserl à l’égard de Bolzano, il faudrait ici au moins montrer dans quelle mesure une ontologie comportant des états de choses supplante l’ontologie bolzanienne qui, plus économe, peut se passer de ces derniers. Nous devrons cependant laisser de côté cette question pour nous pencher maintenant sur les développements qui ont mené Husserl à la conception qu’il défend de la relation en question dans les Rl.

4. Proposition et état de choses en 1894

  • 19 Husserl (1) et Twardowski (1). En 1905, Husserl revient sur cet essai rédigé « en réaction à Twardo (...)

19Au printemps de 1894, Husserl rédige un essai consacré au thème des objets intentionnels en réaction à la thèse d’habilitation de Twardowski19. La thèse de Twardowski est sans nul doute un des éléments majeurs qui a incité Husserl à s’intéresser attentivement à la WL. En effet, Twardowski développe dans cet ouvrage une distinction entre acte, contenu et objet de représentation qui associe le contenu d’un acte à la représentation en soi bolzanienne. Partant de cette distinction, il construit ensuite une critique de la thèse bolzanienne d’après laquelle il y a des représentations sans objet. Cette critique lui permet alors de développer une théorie des objets intentionnels selon laquelle toute représentation a à la fois un contenu et un objet.

  • 20 Pour l’essentiel, les critiques de Husserl à l’endroit de Twardowski sont déjà formulées dans OI. C (...)

20Bien que Husserl s’oppose sur plusieurs points à la théorie twardowskienne, il n’en demeure pas moins qu’il fait sienne l’idée de Twardowski d’interpréter le contenu représentationnel d’un acte au sens d’une représentation en soi bolzanienne20. Mais ni Twardowski dans sa thèse d’habilitation, ni Husserl dans OI n’accordent d’attention particulière au contenu de jugement. Twardowski n’applique pas les résultats de ses travaux sur la représentation au niveau du jugement et, bien que Husserl discute à quelques endroits des états de choses, aucun indice dans le texte ne permet de déterminer avec certitude s’il entend par là autre chose qu’un contenu dont l’existence dépend d’un acte de jugement. Dans ce texte, la relation entre proposition et état de choses ainsi que leurs statuts ontologiques respectifs n’est pas discutée.

21Quelques mois après la rédaction d’OI, Husserl se tourne vers cet aspect du problème. Dans un manuscrit de décembre 1894, il met sur papier quelques notes relatives à certains concepts de la WL et à leurs occurrences dans l’œuvre, visiblement afin de pouvoir plus tard recourir à ces passages. Il s’agit d’un manuscrit contenu dans le fascicule K I 18, regroupant des textes de 1894 encore non-publiés concernant les catégories et la logique pure. Le passage qui m’intéresse ici se trouve dans le feuillet 28a :

Sehr beachtenswert sind die Ausführungen Bolzano’s über den Begriff der formalen Wahrheit, I 140.
Objektive Wahrheiten = Wahrheiten an sich, wirkliche Wahrheiten 123 und 124 Begriff des Satzes an sich = des vorgestellten Sachverhalts. S. 77
Vorstellung an sich = die begriffliche Bestimmung
Urteil 154ff.
Erkenntnis = richtiges Urteil 163
Vorstellungsgegenstand (218ff)
Begriff derselben Bolzano §48-49 (K I 18/28a).

Dans ce passage, Husserl identifie le concept de proposition en soi avec celui d’un état de choses représenté, tout en renvoyant à un passage de la WL qu’il a longuement étudié et annoté. Dans le passage en question de la WL, Bolzano introduit le concept de proposition en soi de la manière suivante :

Unter einem Satze an sich verstehe ich nur irgend eine Aussage, daß etwas ist oder nicht ist; gleichviel, ob diese Aussage wahr oder falsch ist; ob sie von irgend Jemand in Worte gefaßt oder nicht gefaßt ist, ja auch im Geiste nur gedacht oder nicht gedacht worden ist (WL I, 77).

  • 21 Les passages soulignés des citations sont ceux que Husserl a soulignés dans son exemplaire de la WL(...)

Par proposition en soi, j’entends uniquement un énoncé quelconque que quelque chose est ou n’est pas, et cela peu importe si cet énoncé est vrai ou faux ; s’il est saisi en mots par quelqu’un ou non et même indépendamment du fait d’avoir été simplement pensé ou non dans l’esprit (WL I, 77)21.

La liste de concepts dans K I 18/28a renvoyant aux passages de la WL introduisant ces concepts, il est clair que Husserl identifie ce passage à l’explication bolzanienne de la proposition en soi. En gardant à l’esprit l’équivalence qu’il fait entre proposition en soi et état de choses représenté dans la liste de concepts, on peut donc considérer que Husserl comprend le passage cité à la fois comme une explication de ce qu’est un état de choses représenté.

  • 22 Voir le manuscrit Q13, p. 4, du Nachlass de Husserl, traduit en anglais dans Stumpf (1). Comparer é (...)
  • 23 Comparer notamment Stumpf (2), p. 312-313 ; (4), p. 60 sq. et 80 sq., ainsi que (5), p. 392. Sur l’ (...)

22Comment en arrive-t-il à cette compréhension ? La subordonnée « que quelque chose est » (dass etwas ist) employée ici par Bolzano, Husserl semble la comprendre au sens de ce que les subordonnées, les dass-Sätze, expriment dans l’École de Brentano, à savoir les contenus de jugement, ce que Stumpf nomme déjà dans ses cours de 1888 les états de choses. Cette compréhension n’aurait rien de fortuit : Husserl assista aux cours de Stumpf de 1888 et avait en sa possession les Leitfaden zur Logik, un syllabus de cours que Stumpf distribua alors à ses étudiants22. Pourquoi alors employer l’expression « état de choses représenté » lorsque l’expression « état de choses » aurait pu suffire ? Si on part du concept stumpfien d’état de choses, les deux expressions sont visiblement synonymes : en tant qu’objets spécifiques des actes de jugement, les états de choses sont représentés par les jugements, de la même manière que les objets sont représentés par les représentations. C’est la thèse brentanienne et stumpfienne selon laquelle tout jugement est fondé sur des représentations qui assure l’identité de la relation entre représentation et objet avec la relation entre jugement et état de choses23. Si Husserl, à cet endroit, a effectivement à l’esprit l’état de choses stumpfien, on peut comprendre qu’état de choses représenté et proposition soient alors identifiés : tant que la distinction entre contenu et objet de représentation n’est pas appliquée au niveau du jugement, rien ne permet de statuer sur la différence entre proposition et état de choses, ni de déterminer quel statut ontologique a l’état de choses.

  • 1 Nous ne pouvons présumer ici avec certitude que les notes marginales de Husserl dans WL II, p. 101, (...)

23Cette tendance à identifier la proposition bolzanienne avec un état de choses est attestée à d’autres endroits, et notamment dans une note de marge du deuxième tome de la WL :1

Bolzano, WL, II, 101, lignes 27-29

Husserl

[Undwie ich Vorstellungenmiteinander verträglich oder unverträglich nannte, je nachdem es gewisse Gegenstände, die sie gemeinschaftlich vorstellen, gibt oder nicht gibt : ] so nenne ich jetzt Sätze miteinander verträglich

oder unverträglich, je nachdem es gewisse Vorstellungen, durch welche sie insgesammt wahr gemacht werden können, gibt oder nicht gibt.

Das muß anders gefasst werden. Sie „ enthalten“einen und denselben unbestimmten Sachverhalt (…).

24Afin de comprendre la nature de ce commentaire de Husserl, quelques explications sont nécessaires. Dans le § 154 du deuxième tome de la WL duquel est tiré ce passage, Bolzano définit la compatibilité entre propositions en fonction des représentations qui peuvent être variées dans les propositions. Les propositions vraies [la rose est rouge], [la rose a un parfum agréable] et [la rose est une fleur] sont pour Bolzano compatibles dans la mesure où la représentation [la rose] comprise dans les trois propositions peut être considérée comme une représentation qu’on peut faire varier de manière arbitraire tout en préservant la vérité des trois propositions. Si, en faisant varier [la rose] par [l’œillet] ou encore par [la tulipe], toutes les propositions de départ préservent leur vérité, alors c’est que les propositions sont compatibles. Si ce n’est pas le cas, alors les propositions sont incompatibles. C’est ce que Bolzano veut dire lorsqu’il écrit, dans le passage retenu par Husserl, que les propositions sont compatibles s’il y a certaines représentations par lesquelles elles sont rendues vraies toutes ensemble.

25La réaction de Husserl face à ce passage est donc de dire que les propositions sont compatibles parce qu’elles « comprennent » la seule et même variable d’état de choses. Je traduis ici « unbestimmter Sachverhalt » par « variable d’état de choses » car Husserl poursuit son commentaire un peu plus bas en ces termes :

Irgendetwas hat zwei Brüste ; Irgendetwas hat zwei Flügel : allgemein : Unverträglichkeit. Ein Löwe hat eine Brust ; ein Löwe hat einen Flügel. Jetzt haben wir anstatt der Vorstellung, die wir als„ veränderlich“einbrachten, eigentlich Variable oder Unbestimmte. Die beiden Satzpaare für beliebige Werte der Unbestimmten verträglich bzw. Unverträglich. Irgendetwas und dasselbe Irgendetwas ; ein Löwe und derselbe Löwe !

  • 24 C’est Husserl qui parle ici de variable pour décrire la partie d’une représentation ou d’une propos (...)

Ici, Husserl veut visiblement faire varier la représentation [lion] dans les propositions [un lion a une poitrine] et [un lion a une aile] en utilisant comme « variable » la représentation [quelque chose]24. Je laisse de côté ici l’interprétation du sens de cette note, à savoir si Husserl esquisse ici une critique de la conception bolzanienne ou s’il tente de composer un exemple pour illustrer cette conception. Ce qui m’intéresse est essentiellement l’idée selon laquelle ce n’est pas le fait, selon Husserl, qu’il y a des représentations variables de la représentation de départ qui explique que des propositions sont compatibles, mais plutôt le fait que les propositions contiennent un même état de choses lorsqu’elles sont variées.

26Ni dans ses notes en marge de la WL, ni dans d’autres écrits publiés, Husserl n’a développé plus à fond cette idée. En fait, il semble adhérer en partie à l’idée de Bolzano : il semble d’accord sur le fait que la méthode des variations permet de statuer sur la compatibilité (et sur toute autre relation logique) entre propositions, mais sa conception de la variation n’a rien à voir avec la méthode bolzanienne. Ce qui est varié, ce sont les représentations en soi, et par extension les propositions en soi, et non les objets qu’ils représentent. Visiblement, Husserl confond ici proposition et état de choses.

  • 25 Dans le traitement d’OI que je propose dans cette section, je passe sous silence deux parties d’OI (...)

27Comme je l’ai laissé entendre au début de cette section, Husserl accorde relativement peu d’attention à la question de la relation entre jugement, proposition et état de choses dans OI. De plus, les passages d’OI qui abordent cette question sont tout sauf univoques. Husserl distingue la proposition du jugement, sans toutefois discuter la nature de cette distinction. Pour décrire la relation entre proposition et état de choses, il emploie certes le prédicat « … représente_ » (OI, 143), mais il ne propose pas d’explication univoque du statut ontologique des états de choses : ceux-ci sont « reconnus comme subsistants » (als bestehend anerkannt) dans des jugements affirmatifs (OI, 146), bien qu’ils demeurent « immanents aux représentations » (OI, 147). Husserl emploie notamment les termes « équivalence » et « compatibilité » pour décrire des relations entre états de choses (OI, 170), alors que ce sont là des relations dans lesquelles entrent non pas des états de choses mais bien des propositions. Si Husserl parvient en 1894 à intégrer le concept de représentation en soi bolzanien dans son analyse de l’acte de représentation, il se montre nettement indécis quant au statut ontologique et au rôle sémantique à donner aux propositions en soi bolzaniennes. Elles sont parfois comprises comme des états de choses, elles sont comprises ailleurs comme représentant des états de choses, ces derniers « subsistant » d’une certaine manière tout en étant immanents aux représentations25.

5. La proposition comme jugement in specie

  • 26 Voir Hua XXII, p. 152-161, ainsi que Palágyi (1).
  • 27 Voir Hua XXII, p. 156-157 : « En ce qui concerne spécialement mes concepts de significations “idéal (...)
  • 28 Plusieurs éléments peuvent appuyer la validité de ce second antécédent : on sait que Husserl était (...)
  • 29 Husserl affirme certes que c’est grâce à la conception lotzienne du valoir (Gelten) des proposition (...)

28Les notes de lecture en marge de l’exemplaire de la WL de Husserl sont datables dans la mesure où on les prend isolément et qu’on parvient à associer des passages isolés à d’autres textes de Husserl qui, eux, sont datés. Or, dans le cas des notes de Husserl qui témoignent d’une interprétation de la proposition comme jugement in specie, leur datation n’est pas évidente. Elles datent au plus tard de la période de rédaction des Rl, si on en croit le récit autobiographique auquel se livre Husserl dans sa recension de Palágyi de 190326. Dans cette recension, Husserl avance que sa conception de la proposition comme jugement in specie n’est pas issue directement de Bolzano, mais plutôt que c’est par l’intermédiaire de Lotze qu’il put donner ce sens aux propositions bolzaniennes27. Si la remarque autobiographique de Husserl est exacte, et si son étude de la logique de Lotze était déjà entamée en 189428, alors on peut supposer qu’encore en 1894, Husserl se montrait réticent à considérer les propositions comme des universaux instanciés au sens de Lotze, comme en fait foi un autre passage du manuscrit K I 1829 :

So drückt auch „Satz“ kein reales Moment aus, weil die Betrachtung auf die Gegenständlichkeit der Erkenntnis gerichtet ist. Wenn ich von Sätzen spreche, meine ich nicht Sätze als Genera oder Spezies von realen Momente, sondern ich meine diese idealen Einheiten in ihrer Beziehung zu dem, was in ihnen vorgestellt ist, z.B. Gegenständlichkeiten (K I 18/12b).

  • 30 Les résultats de ces travaux sont contenus dans le manuscrit K I 59. Hauser (1), p. 164-169, a étud (...)

29On sait également que Husserl s’est consacré intensivement à l’étude de Lotze entre 1895 et 189730. Il est donc raisonnable de penser — toujours en supposant l’exactitude de la remarque autobiographique de Husserl — que sa conception de la proposition en soi bolzanienne en termes de Spezies date de la même époque.

30Penchons nous plus en détail sur cette conception de la proposition en soi en termes de Spezies de jugements en commençant par l’annotation suivante :

Bolzano

Husserl

Mit dieser Benennung [„ ausgesprochener oder durch Worte ausgedruckter Satz“, GF] bezeichne ich nämlich jede (meistens aus mehren, zuweilen aber auch aus einem einzigen Worte bestehende) Rede, wenn durch sie irgend etwas ausgesagt oder behauptet wird, wenn sie mithin immer Eines von Beiden, entweder wahr oder falsch […] wenn sie (wie man auch sagen kann) entweder richtig oder unrichtig seyn muß (WL I, 76).

Nicht ausgesprochen vermengt Bol zano mit nicht in Worten ausgedrückt und später = gedachter Satz. Aber zumeist versteht er darunter Sätze, die Gegenstände von Gedanken sind, wie er dann weiter sagt„ das Denken an ihn“, S. 78,„ gedacht oder vorgestellt“ S. 99.

31Une proposition en soi, dans l’interprétation avancée ici par Husserl, est une proposition qui n’est pas prononcée, ce qui revient selon lui aussi à une proposition pensée. De cette manière, il comprend les propositions en soi bolzaniennes comme des propositions qui sont l’objet de pensées.

32Ici encore, on voit de quelle manière Husserl associe la proposition en soi de Bolzano à la pensée ou à la représentation d’un objet, et cette interprétation est cohérente avec celle émise dans le manuscrit K I 18/28a.

33Qu’est-ce donc qu’une proposition en soi bolzanienne pour Husserl ? Elle a la propriété d’être l’objet (l’état de choses) d’une pensée non-positionnelle, mais elle n’est par principe jamais prononcée, et jamais jugée. Dans une note en marge de la page suivante, il fait la remarque suivante :

Bolzano

Husserl

Gott, als der Allwissende, kennt nicht nur alle wahren, sondern auch alle falschen Sätze ; nicht nur diejenigen, die irgend ein geschaffenes Wesen für wahr hält, oder von denen es sich nur reine Vorstellung macht, sondern auch jene, die Niemand für wahr hält, oder sich auch nur vorstellt, oder je vorstellen wird (WL I, 77).

Verhältnis von Vorstellung, Urteil und Satz. Vgl. 99. Daß Bolzano das Urteil in specie meint, zeigt das beifällige Zitat aus Mehmel.

34La citation de Mehmel que Bolzano, selon Husserl, approuverait, ne se trouve pas à la page 99 de la WL, mais plutôt aux pages 85 et 93. On peut croire en effet que Bolzano approuve la définition de Mehmel à la page 85 : au § 21.3, Bolzano discute certaines définitions de la proposition qui s’accordent avec sa conception de la proposition en soi : elles s’accordent cependant toutes sur un seul aspect de sa conception, à savoir le caractère objectif de la proposition en soi. C’est dans cette optique que Bolzano émet son approbation à la définition de Mehmel en page 85 :

Das Urtheil objectiv, das ist, mit Abstraction von dem Geiste, dessen Handlung es ist, betrachtet, heißt ein Satz. Es muß nothwendig so viel Arten von Sätzen geben, als dem Geiste Handlungsweisen des Setzens zukommen (Mehmel (1), 48).

D’un point de vue objectif, c’est-à-dire en faisant abstraction de l’esprit dont il est l’action, on appelle un jugement une proposition. Il doit nécessairement y avoir autant de genres de propositions qu’il y a de types d’actions positionnelles qui sont des attributs de l’esprit (Mehmel (1), 48).

Or, il faut distinguer deux choses dans cette citation : d’une part, dans la première phrase, le caractère objectif de la proposition vis-à-vis du jugement qui, lui, est une action de l’esprit, et d’autre part, dans la seconde phrase, ce qu’on pourrait appeler la loi des genres :

(Mehmel)
Le nombre de genres de propositions est nécessairement égal au nombre de genres d’actes positionnels.

  • 31 Je me permets cette liberté dans la mesure où le substantif « Satz » est fréquemment employé dans l (...)

35Je traduis ici « Handlungsweisen des Setzens » par « genres d’actes positionnels »31. Mais j’aurais très bien pu traduire ici Weisen et Arten par « espèces », et en fait, cela aurait été plus explicite : Si Husserl voit dans l’approbation bolzanienne de la citation de Mehmel une approbation de la conception de la proposition en termes de jugements in specie, c’est qu’il voit cette approbation comme concernant également la loi des genres formulée par Mehmel. Or, ce n’est pas le cas, et c’est ce que confirme Bolzano lorsque, à la page 93 de la WL, il revient sur la première partie de la citation de Mehmel, en laissant tomber la seconde, pour préciser qu’elle n’apporte pas une définition de la proposition, mais plutôt que, techniquement, Mehmel, à cet endroit et plus loin dans ses démonstrations, ne peut offrir qu’une définition du jugement, et non de la proposition. Cela est donc la preuve que Bolzano, contrairement à ce que Husserl croit, n’approuve pas la loi de Mehmel :

Wenn Mehmel (a.a. O) schrieb, daß man das Urtheil objectiv, d.h. mit Abstraction von dem Geiste, dessen Handlung es ist, betrachtet, einen Satz nenne: so sah er diese Worte gewiß selbst nicht für eine Erklärung jenes Begriffes an. Aber auch an keiner andern Stelle seines Buches finden wir eine solche; sondern nur […] begegnen wir einer Erklärung des Urtheils […] (WL, 93).

Lorsque Mehmel écrit (loc. cit) que le jugement, considéré objectivement, c’est-à-dire en faisant abstraction de l’esprit dont il est l’action, se nomme une proposition, il n’a certainement pas envisagé ces mots comme une analyse de ce concept. Et on ne trouve une telle analyse nulle part ailleurs dans son livre. On n’y rencontre qu’une analyse du jugement (WL I, 93).

Bolzano n’accepte donc ni la loi de Mehmel, ni la thèse que les propositions sont à comprendre comme des jugements in specie, bien que Husserl semble convaincu du contraire à la lecture de WL I, 77 et 85. Or, fait intéressant à noter, il en sera convaincu au moins jusqu’en 1913, du moins en ce qui concerne ce passage tiré de la WL I, 85, et cela malgré le fait qu’il atteste, également en 1913, que c’est grâce à Lotze qu’il put formuler sa conception de la proposition comme jugement in specie. C’est ce que montre cette note consacrée à Bolzano dans les Ideen :

En ce qui concerne le concept bolzanien de « jugements en soi », de « propositions en soi », on peut voir à partir des exposés de la Théorie de la science que Bolzano n’a jamais clarifié le sens propre de sa conception pionnière. Qu’on se retrouve ici en face de deux interprétations possibles en principe, qui seraient toutes deux à désigner comme « jugement en soi » : ce qui est spécifique dans le vécu de jugement (l’idée noétique) et son idée noématique corrélative, ça, Bolzano ne l’a jamais vu. Ses descriptions et ses élucidations sont équivoques. Bien qu’un emploi occasionnel (voir loc. cit., I, 85, la citation approbatrice tirée de la Doctrine de la pensée de Mehmel) semble s’y opposer, Bolzano avait en tout cas, en tant que mathématicien de tendance objective, le concept noématique en vue (Hua III/1, 218-219).

  • 32 Et cela même s’il est hors de tout doute qu’il a lu WL I, p. 93, puisqu’il y a souligné deux passag (...)

36Cette note confirme que, encore en 1913, Husserl voyait dans le passage tiré de WL I, 85, une approbation bolzanienne de la conception de Mehmel. Le seul moyen de faire concorder son interprétation de la proposition bolzanienne comme jugement in specie dans le passage tiré de WL I, 85 avec la note autobiographique attestant sa dette envers Lotze est de minimiser la portée du passage en question en le traitant comme une exception, et c’est ce que fait Husserl dans ce passage des Ideen. Cela nous montre au moins qu’en 1913, Husserl n’avait pas encore porté attention à la critique bolzanienne à l’égard de Mehmel en WL I, 9332. Mais surtout, cela montre que Husserl, après les Rl, ne tient pas pour plausible qu’il ait pu, avant les Rl, interpréter la proposition en soi bolzanienne en termes de jugement in specie indépendamment de l’intermédiaire de Lotze.

  • 33 Voir Hua XXII, p. 156.
  • 34 Voir Husserl (2), p. 379.

37En regroupant les données recueillies dans cette section, on s’aperçoit que le développement du concept de proposition comme jugement in specie a été plus complexe que Husserl le laisse entendre en 1903 : même si le récit autobiographique de Husserl est exact et que c’est grâce à Lotze qu’il a pu interpréter le concept bolzanien de proposition en soi en termes de jugement in specie, on sait qu’en 1894, il refusait pourtant cette interprétation. C’est donc dire que dès 1894, il avait déjà en vue la variété d’interprétations possibles du concept bolzanien de proposition, sans toutefois pouvoir se fixer sur une interprétation à lui donner. En ce sens, on peut fortement douter que c’est « d’un seul coup »33, comme il le mentionne en 1903, ou encore « tout d’un coup »34, comme il le répète dix ans plus tard, que Husserl en est venu, grâce à Lotze, à sa conception de la proposition des Rl.

6. Proposition et état de choses dans les cours de logique de 1896

38La publication récente des cours de logique professés par Husserl à Halle en 1896 a pu apporter des éclaircissements importants sur la genèse des Rl. Au premier abord, il est frappant de voir Husserl reprendre presque systématiquement non seulement la division des deux premiers livres de la WL (théorie des représentations (livre I), théorie des propositions et des inférences (livre II)), mais également la thématique des paragraphes les plus importants de ces deux premiers livres. Cette approche ne l’empêche cependant pas de proposer certaines thèses originales qui se présentent comme une première esquisse de la théorie de la signification des Rl. Husserl introduit notamment une distinction entre représentations au sens étroit et représentations au sens large qu’on ne retrouvera pas dans les Rl, et qui constitue une première tentative d’offrir un traitement de la relation entre jugement, proposition et état de choses qui soit analogue à celle déjà établie entre acte de représentation, contenu (ou représentation objective) et objet. Ce passage de Logik résume assez bien la distinction :

Sätze sind selbst Vorstellungen, aber Vorstellungen im weiteren Sinn. Ihre Gegenstände sind Sachverhalte, während die Gegenstände von Vorstellungen in dem engeren Sinn des ersten Abschnitts nicht Sachverhalte sind. Wir haben diesen Unterschied zwischen Gegenstand und Sachverhalt, zwischen Vorstellung und Satz als einen letzten und nicht weiter definierbaren hingestellt (Logik, 133).

Les propositions sont elles-mêmes des représentations, bien que dans un sens large. Leurs objets sont des états de choses, alors que les objets des représentations au sens étroit de la première partie [du cours] ne sont pas des états de choses. Nous avons posé cette distinction entre objet et état de choses, entre représentation et proposition comme ultime et indéfinissable (Logik, 133).

Cette distinction entre sens étroit et sens large constitue visiblement une première tentative de traiter propositions et représentations en soi comme des entités de même classe. Dans les textes que nous avons étudiés dans les sections précédentes, ce traitement n’avait été suggéré nulle part. Cependant, bien que Husserl aborde ici un aspect essentiel de ce qu’ont en commun les représentations et les propositions en soi, sa distinction porte nominalement à confusion : est-ce que le fait pour les propositions d’appartenir à la même classe d’entités que les représentations est garanti par le fait que les premières, au sens large, sont réductibles aux secondes ? Dans ce cas, cela reviendrait à dire qu’il y a certes des représentations, mais qu’il n’y a pas véritablement de propositions. Pour une théorie sémantique, cela est une thèse peu attrayante. Ou plutôt est-ce que l’emploi des termes « étroit » et « large » est destiné à distinguer deux types d’analyse, c’est-à-dire une analyse qui serait, au sens étroit, strictement logique et d’appartenance plus bolzanienne, mais qui tiendrait compte, au sens large, de la manière dont les objets sont donnés dans les actes de représentation et de jugement comme étant un élément de plein droit pour la logique (une logique qui serait alors plus près de celle de Brentano) ? Cette dernière interprétation est plus attrayante que la première, mais comme Husserl ne prend pas le soin d’expliquer le sens de cette distinction, je ne m’y attarderai pas plus longtemps.

39Indépendamment de l’interprétation qu’on donne à cette distinction, il n’en demeure pas moins qu’elle s’éloigne considérablement de la distinction bolzanienne entre représentation et proposition en soi. Chez Bolzano, la distinction entre proposition et représentation est définissable : les propositions ont des valeurs de vérité que les représentations n’ont pas et les représentations sont des parties de propositions qui ne sont pas elles-mêmes des propositions. Il semble donc que Husserl, dans ses cours de logique de 1896, ne maîtrise pas encore complètement la distinction catégoriale, à l’intérieur de l’ontologie, entre objets et états de choses. L’état de choses est pour lui l’objet du jugement, mais le statut de cet objet est encore obscur. À la place d’une distinction catégoriale, dans l’ontologie, entre objet et état de choses, qui correspondrait à une distinction catégoriale dans la sémantique entre représentation et proposition, Husserl travaille en 1896 avec une distinction entre sens étroit et sens large. Les représentations ont un objet au sens étroit : les propositions ont un objet (un état de choses) seulement au sens large. Au sens étroit, une proposition a le même objet que sa représentation sujet. Ces exemples donnés par Husserl dans la première partie du cours illustrent bien le caractère de la distinction :

In einem engeren Sinn würden wir den Sachverhalt, dass das Theater gegenüber unserer Universität liegt, nicht einen Gegenstand nennen, während in diesem engeren Sinn das Theater, die Universität wohl Gegenstände sind. In diesem engeren Sinn ist ein rundes Viereck ein Gegenstand (obschon natürlich ein nicht existierender), aber nicht der Sachverhalt, dass ein Viereck rund ist (der wieder absichtlich als absurder gewählt ist) (Logik, 51-52).

Dans un sens étroit, on ne nommerait pas l’état de choses selon lequel le théâtre est situé en vis-à-vis de notre université un « objet », alors que dans un sens étroit, le théâtre et l’université sont bien des objets. Dans ce sens étroit, un carré rond est un objet (bien que, naturellement, un objet non existant), mais non pas l’état de choses selon lequel un carré est rond (qui est à nouveau choisi sciemment comme un état de choses absurde) (Logik, 51-52).

  • 35 C’est le cas également dans Logik, p. 230 : « Die fundamentale Unterscheidung zwischen Gegenständen (...)

La distinction entre sens étroit et sens large, Husserl ne l’applique donc pas seulement pour déterminer ce qu’est une proposition, mais également pour déterminer le statut de l’état de choses35.

  • 36 Voir Logik, p. 71 sq.

40En plus de la distinction entre sens étroit et sens large, on remarquera dans la citation que Husserl emploie également une distinction entre trois sens (ou trois types d’analyse ?) de ce qu’est un domaine d’objets (Umfang), c’est-à-dire trois sens (ou types d’analyse) de ce qu’est l’objectualité d’une représentation36. C’est pour cette raison qu’il dit ici que le carré rond est un objet (et qui plus est au sens étroit du terme) : en distinguant entre un domaine d’objets réel, un domaine idéal et un domaine hypothétique, Husserl peut affirmer qu’en fonction du domaine réel d’objets, la représentation [carré rond] est une représentation vide, mais qu’en fonction du domaine idéal, dans lequel tombent les objets représentés ayant une propriété donnée, la représentation est objectuelle. La représentation [Zeus] est quant à elle objectuelle en fonction du domaine hypothétique (celui de la mythologie grecque).

  • 37 Husserl avait alors refusé catégoriquement toute forme d’interprétation pluraliste de ce qu’est un (...)
  • 38 Cela est d’autant plus frappant que la même année (Hua XXII, p. 349-350), il insistait dans sa crit (...)

41Il est frappant de constater ici que Husserl adopte précisément le type de position vis-à-vis des représentations sans objet qu’il avait critiqué deux ans plus tôt dans OI37. Et bien qu’il introduise différents types de domaine d’objet pour les représentations, curieusement, cette variété n’a pas d’analogue du côté des états de choses : au sens étroit, il nie que la proposition [un carré est rond] puisse se rapporter à un état de choses. Sur le plan ontologique donc, Husserl n’est pas encore en mesure en 1896 de présenter une conception cohérente des catégories ontologiques de l’objet et de l’état de choses38.

42On peut dire également qu’il n’a pas encore complètement clarifié à qui, de l’état de choses ou de la proposition, revient de plein droit le rôle sémantique :

Man nennt die Vorstellung eines runden Vierecks eine falsche Vorstellung, die Vorstellung vom ersten deutschen Kaiser eine wahre. […] Im eigentlichen Sinn ist es der Satz, dass es einen ersten deutschen Kaiser gibt, welcher wahr ist. Aber wir werden sehen, dass diese Auffassung sich nicht gut durchführen lässt und dass auch bei Nichtsätzen das Reden von Wahrheit und Falschheit einen guten Sinn haben kann. Allerdings werden wir diese Prädikate mit Vorliebe in Bezug auf Sätze, oder genauer noch: auf Sachverhalte, wie wir die Prädikate existierend und nichtexistierend mit Vorliebe auf Gegenstände im engeren Sinn anwenden (Logik, 52-53).

On nomme la représentation d’un carré rond une représentation fausse, la représentation du premier empereur allemand une représentation vraie. […] Au sens propre, c’est la proposition qu’il y a un premier empereur allemand qui est vraie. Mais nous allons voir que cette conception ne se laisse pas bien mettre en pratique et que le discours sur la vérité et sur la fausseté peut très bien faire sens aussi dans un contexte non-propositionnel. En effet, nous allons employer ces prédicats de préférence en rapport à des propositions, ou plus exactement encore : à des états de choses, comme nous appliquerons les prédicats existant et non-existant de préférence à des objets au sens étroit (Logik, 52-53).

Husserl semble ici chercher un moyen de coordonner les catégories sémantiques avec les catégories ontologiques en insistant sur le fait que, dans un sens qui reste à déterminer, les prédications de vérité (et de fausseté) qu’on applique normalement aux propositions ne sont pas sans lien avec les prédications qu’on attribue aux états de choses. Toutefois, il exagère un peu cette intuition en allant jusqu’à dire que les prédicats de vérité et de fausseté s’appliquent certes aux propositions, mais que dans un sens encore plus exact, c’est aux états de choses qu’ils s’appliquent. De plus, on peut comprendre que la prédication d’existence (ou de non-existence) est appliquée « de préférence » à des objets, mais il est difficile de voir en quoi, « de manière analogue », la prédication de vérité (ou de fausseté) est appliquée de préférence à des états de choses.

  • 39 Voir Logik, p. 269 : « Ein Sachverhalt kann sich nun wieder aus Sachverhalten, evtl. sogar aus Urte (...)

43On remarquera également l’indécision de Husserl quant au statut à donner à l’état de choses dans le cours du semestre précédant celui du cours de 1896 et reproduit dans le même tome que ce dernier : les états de choses, écrit-il, sont reconnus comme existants dans des jugements affirmatifs, mais leur constitution est hybride : ils peuvent être constitués à partir de jugements et d’états de choses à la fois39.

  • 40 Voir Logik, p. 219 : « [D]ie objektive Vorstellung verbürgt nicht die Richtigkeit des bezüglichen U (...)

44Enfin, pour conclure ce bref aperçu de la compréhension husserlienne de la relation entre proposition et état de choses en 1896, notons une autre divergence importante entre la conception de 1896 et celle des Rl sur la question de la vérité des propositions : une des propriétés centrales de l’état de choses dans les Rl est celle de rendre vraies les propositions, et par extension d’assurer la justesse des jugements. Or, en 1896, Husserl ne leur attribue pas encore ce rôle : ce qui garantit la justesse d’un jugement, c’est la vérité d’une proposition, et non la subsistance d’un état de choses40. Sur ce point, on peut dire que Husserl est ici définitivement bolzanien, et même autrement plus qu’il ne pourra l’être dans les Rl.

7. Remarques finales

45Nous avons vu dans la deuxième et la troisième sections que Bolzano dans la WL et Husserl dans les Rl défendent deux conceptions de la proposition sensiblement différentes. Cette différence a lieu au niveau de la relation entre jugement et proposition : chez Husserl les jugements instancient des propositions, ce qui n’est pas le cas des propositions bolzaniennes. Conséquemment, du point de vue des Rl, la conception husserlienne de la proposition définie au moyen du prédicat « … instancie_ » se distingue de celle de Bolzano.

46Dans la quatrième section, nous avons vu que, dans les textes de 1894 que nous avons abordés, Husserl ne fait pas encore de distinction tranchée entre le concept de proposition en soi et celui d’état de choses. Qui plus est, les deux concepts sont souvent assimilés l’un à l’autre, et lorsque ce n’est pas le cas, Husserl semble comprendre l’état de choses comme un contenu de jugement au sens de Stumpf.

47Nous nous sommes penchés dans la cinquième section sur l’interprétation de la proposition bolzanienne en termes de jugement in specie. Nous avons montré qu’il y a des raisons de douter que le récit autobiographique de Husserl sur le rôle de médiateur joué par Lotze dans le développement de son interprétation de la proposition en soi comme jugement in specie reflète fidèlement le développement complexe de cette interprétation, puisque en 1894, Husserl refusait une interprétation de la proposition en termes de Spezies.

  • 41 En supposant la vérité de l’antécédent, cela n’a pas nécessairement pour conséquence de minimiser l (...)

48D’autre part, la note marginale en WL I, 77 atteste d’une interprétation de la proposition en soi en termes de jugement in specie. Bien que nous ne soyons pas en mesure de dater cette note avec certitude, il est plausible qu’elle remonte à quelque part entre 1894 et 1897. On ne peut donc déterminer si elle a été écrite sous l’influence de Lotze ou avant que cette influence soit intervenue, mais il n’est pas exclu qu’elle l’ait été avant, puisque en 1894, Husserl voyait déjà l’interprétation de la proposition en soi comme jugement in specie comme une possibilité. Si elle a été écrite avant que l’influence de Lotze ne fasse son effet « d’un seul coup », cela nous donne une raison de plus de remettre en cause la fidélité aux faits du récit autobiographique de Husserl en 1903 et 191341.

49Nous avons vu dans la sixième section que Husserl distingue entre la proposition et l’état de choses de manière plus tranchée qu’en 1894, sans toutefois attribuer aux états de choses toutes les caractéristiques qu’il leur attribuera dans les Rl. La distinction qu’il avance, entre sens étroit et sens large, n’est cependant pas suffisamment élaborée pour pouvoir thématiser de manière univoque la nature de la distinction qu’il introduit entre proposition et état de choses.

  • 42 Ce texte est une version révisée de la conférence présentée au colloque « catégories logiques et ca (...)

50On peut donc dire que c’est au plus tôt à partir de 1897 que Husserl introduit une distinction entre jugement, proposition et état de choses qui soit analogue à celle qui est déjà mise en place en 1894 entre acte de représentation, contenu (objectif) de représentation (ou représentation en soi) et objet. En se penchant sur les différentes avenues interprétatives qu’il a parcourues de 1894 à 1896, nous avons pu voir que le principal problème auquel il a fait face est celui de déterminer le rôle de l’état de choses versus celui de la proposition. Autant que l’influence de Bolzano a été importante dans la détermination du rôle de cette dernière, elle n’a pu être profitable dans la détermination du rôle de l’état de choses42.

Bibliographie

Bibliographie

Abréviations utilisées :

Bolzano

WL Dr. Bernard Bolzanos Wissenschaftslehre. Versuch einer ausführlichen und grösstentheils neuen Darstellung der Logik mit steter Rücksicht auf deren bisherige Bearbeiter, herausgegeben von mehren seiner Freunde, mit einer Vorrede des Dr. J. Ch. A. Heinroth, 4 volumes, Sulzbach, Seidelsche Buchhandlung, 1837 (reprint Aalen, Scientia Verlag, 1981).

Husserl

Logik : Logik. Vorlesungen 1896, éd. Elisabeth Schuhmann, Dordrecht, Kluwer Academic Publishers, 2001.

Hua III/1 : Ideen zu einer reinen Phänomenologie und phänomenologischen Philosophie. Erstes Buch, éd. Karl Schuhmann, Den Haag, Martinus Nijhoff, 1976.

Hua XIX/1 : Logische Untersuchungen. Zweiter Band. I. Teil. Untersuchungen zur Phänomenologie und Theorie der Erkenntnis, éd. Ursula Panzer, Den Haag, Martinus Nijhoff, 1984.

Hua XIX/2 : Logische Untersuchungen. Zweiter Band. II. Teil. Untersuchungen zur Phänomenologie und Theorie der Erkenntnis, éd. Ursula Panzer, Den Haag, Martinus Nijhoff, 1984.

Hua XX/1 : Entwürfe zur Umarbeitung der VI. Untersuchung und zur Vorrede für die Neuauflage der Logischen Untersuchungen Sommer 1913, éd. Ullrich Melle, Dordrecht, Kluwer Academic Publishers, 2002.

Hua XXII : Aufsätze und Rezensionen (1890-1910), éd. Bernhard Rang, Den Haag, Martinus Nijhoff, 1979.

Hua XXVI : Vorlesungen über Bedeutungslehre Sommersemester 1908, éd. Ursula Panzer, Den Haag, Martinus Nijhoff, 1987.

Huabw 1 : Briefwechsel. Band 1. Die Brentanoschule, éd. Karl und Elisabeth Schuhmann, 1994.

K i 18 : « Kategorie. Die Sphäre des kategorial Gültigen : reine Logik. Ein Konvolut über Analytisch-Apriori. An extra. Darin Umschlag : formal von Dezember 1894, zum Teil älter. Vgl. Konvolut September A n. » Manuscrit, Archives Husserl, Leuven.

Renvois par auteur :

Bergman, S.H. (1) Das philosophische Werk Bernard Bolzanos mit Benutzung ungedruckter Quellen kritisch untersucht, Niemeyer, Halle, 1909 (reprint Hildesheim, Olms, 1970).

Bolzano, B. (1) Dr. B. Bolzanos Athanasia oder Gründe für die Unsterblichkeit der Seele. Ein Buch für jeden Gebildeten, der hierüber zur Beruhigung gelangen will, 2e éd. révisée, Sulzbach, Seidel, 1838 (reprint Minerva GmbH, Frankfurt, 1970).

Bolzano, B. (2) Paradoxien des Unendlichen, Hambourg, Meiner, 1975.

Bolzano, B. (3) Der Briefwechsel B. Bolzano’s mit F. Exner, 4e tome de la série Bernard Bolzano’s Schriften, édité par Eduard Winter, Königliche Böhmische Gesellschaft der Wissenschaften in Prag, 1935.

Brentano, F. (1) Die Psychologie vom empirischen Standpunkte. Band 2, Hamburg, Meiner, 1911.

Cairns, D. (1) Conversations with Husserl and Fink, Dordrecht, Kluwer, 1976.

Cantor, G. (1) « Ueber unendliche, lineare Punktmannigfaltigkeiten. 5. Fortsetzung » in Mathematische Annalen, Band 21, 1883, S. 545-591.

Fisette, D. (1) Lecture frégéenne de la phénoménologie, Combas, L’Éclat, 1994.

Føllesdal, D. (1) « Husserl’s Conversion from Psychologism and the Vorstellung-Meaning-Reference Distinction : Two Separate Issues », in Dreyfus, H.L. (éd.), Husserl, Intentionality and Cognitive Science, Cambridge, MIT Press, 1982, S. 52-56.

Fréchette, G. (1) « Husserl et Daubert sur la notion d’état de choses », in Fisette, D., Lapointe, S. (éds), Aux origines de la phénoménologie. Husserl et le contexte des Recherches logiques, Québec-Paris, Presses de l’Université Laval-Vrin, 2003, p. 205- 220.

Fréchette, G. (2) Gegenstandslose Vorstellungen. Bolzano und seine Kritiker, Sankt Augustin, Academia, 2010.

Frege, G. (1) « Rezension von Dr. E. G. Husserl : Philosophie der Arithmetik », in Zeitschrift für Philosophie und Philosophische Kritik, 103 (1894), p. 313-332.

Gerlach, H.M & Sepp, H.R. (éds) (1) Husserl in Halle : Spurensuche im Anfang der Phänomenologie, Frankfurt, Lang, 1994.

Hauser, K. (1) « Lotze and Husserl », in Archiv für Geschichte der Philosophie, vol. 85, 2003, p. 152-178.

Husserl, E. (1) « Husserls Abhandlung ‚intentionale Gegenstände’. Edition der ursprünglichen Druckfassung » (éd. Karl Schuhmann), in Brentano Studien, III, 1990/91, p. 142-176.

Husserl, E. (2) Articles sur la logique, tr. fr. J. English, Paris, PUF, 1975.

Kraus, O. (1) Franz Brentano. Zur Kenntnis seines Lebens und seiner Lehre. München, C.H. Beck, 1919.

Künne, W. (1) Bernard Bolzano. Leben und Werk (Manuscrit ; à paraître).

Künne, W. (2) « Bolzano et (le jeune) Husserl sur l’intentionnalité », Philosophiques, 36/2 (2009), p. 307-354.

Leibniz, G.W. (1) Die philosophischen Schriften, Band 7 (éd. Gerhardt), Berlin, Weidmann, 1890.

Marty, A. (1) Untersuchungen zur Grundlegung der allgemeinen Grammatik und Sprachphilosophie, Halle, Niemeyer, 1908 (reprint Hildesheim, Olms, 1976).

Mehmel, G.E.A. (1) Versuch einer vollständigen analytischen Denklehre als Vorphilosophie und im Geiste der Philosophie, Erlangen, Walther, 1803.

Osborn, A. (1) The Philosophy of Edmund Husserl in its Development from his Mathematical Interests to his First Conception of Phenomenology in Logical Investigations, New York, International Press, 1934.

Palágyi, M. (1) Der Streit der Psychologisten und Formalisten in der modernen Logik, Leipzig, 1902.

Reinach, A. (1) Sämtliche Werke, premier tome, (éd. B. Smith & K. Schuhmann), Munich, Philosophia Verlag, 1989.

Reiner, H. & Schuhmann, K. (1) « Ein Protokoll aus Husserls Logikseminar vom Winter 1925 », in Husserl Studies, 6, 1989, p. 199-204.

Stolz, O. (1) « B. Bolzano’s Bedeutung in der Geschichte der Infinitesimalrechnung », in Mathematische Annalen, Band 18, 1881, S. 255-279.

Stolz, O. (2) « Zur Geometrie der Alten, insbesondere über ein Axiom des Archimedes », in Mathematische Annalen, Band 22, 1883, S. 504-519.

Schuhmann, K. (1) Husserl-Chronik. Denk- und Lebensweg Edmund Husserls, Den Haag, Martinus Nijhoff, 1977.

Spiegelberg, H. (1) The Phenomenological Movement. A Historical Introduction, 3e édition, Den Haag, Martinus Nijhoff, 1982.

Spiegelberg, H. (2) « From Husserl to Heidegger. Excerpts From a 1928 Freiburg Diary by W. R. Boyce Gibson », in The Journal of the British Society for Phenomenology, 1 (1971), p. 58-83.

Stumpf, C. (1) « Syllabus for Logic 1888 », in Rollinger, R. Husserl’s Position in the School of Brentano, p. 311-337.

Stumpf, C. (2) Renaissance de la philosophie. Quatre articles, trad. et éd. par Denis Fisette, Paris, Vrin (à paraître).

Stumpf, C. (3) « Erscheinungen und psychische Funktionen », in Abhandlungen der Königlichen Preussischen Akademie der Wissenschaften, philosophisch-historische Klasse, IV, Berlin, Reimer, 1905.

Stumpf, C. (4) Erkenntnislehre, vol. 1, Leipzig, Barth, 1939.

Stumpf, C. (5) Erkenntnislehre, vol. 2, Leipzig, Barth, 1940.

Twardowski, K. (1) Zur Lehre vom Inhalt und Gegenstand der Vorstellungen. Eine psychologische Untersuchung, Wien, Hölder, 1894 (reprint Munich, Philosophia Verlag, 1982).

Notes

1 La liste complète des abréviations utilisées ici se trouve en bibliographie.

2 D’autres influences que celle de Bolzano entrent ici en jeu : de manière prépondérante, on pensera à celle de Frege (et tout particulièrement Frege (1), paru en 1894), à propos de laquelle Husserl dira encore en 1928 qu’elle fut décisive. Pour 1928, voir Spiegelberg (1), p. 66 ; (2), p. 151. Voir également Føllesdal (1), p. 53, pour un témoignage concordant, ainsi que Fisette (1), p. 14-32, pour une évaluation de l’influence de Frege sur Husserl entre la Philosophie de l’arithmétique et les Rl. On pensera également à l’influence de Lotze, dont je traiterai un peu plus loin, mais également à celle, encore peu documentée, de James quant à la nouvelle conception de la représentation que développe Husserl entre 1893 et 1894. Voir à cet effet Cairns (1), p. 36, Schuhmann (1), p. 41, ainsi que Hua XXIV, p. 443.

3 Voir Hua XX/1, p. 298-299.

4 Voir le récit de Husserl de 1913 reproduit dans Hua XX/1, p. 297, ainsi que Cantor (1) et Stolz (1) et (2).

5 Voir Husserl, ibid. ainsi que Kraus (1), p. 154.

6 Dans une discussion de juin 1935 rapportée par Osborn (1), p. 18, Husserl dit s’être procuré la WL à l’époque chez un marchand de livres d’occasion, mais aucune date précise n’est mentionnée.

7 J’emploie ici « analyse » comme synonyme de « définition ». Pour Bolzano, une explication (Verständigung) est plus large qu’une analyse ou définition (Erklärung), cette dernière étant une sous-classe de la première. L’explication vise seulement à faire comprendre à un interlocuteur, avec plus ou moins d’exactitude, ce qu’un signe signifie (WL IV, p. 547). Les formes d’entente entre interlocuteurs basées sur des démonstratifs (comme « ceci est une chaussure ») ou des synonymes (comme « un soulier n’est rien d’autre qu’une chaussure ») sont ce que Bolzano nomme des explications. L’analyse ou la définition, ce que Bolzano appelle l’Erklärung ou la Begriffserklärung, est une variété plus spécialisée de l’explication : une analyse au sens de Bolzano est une décomposition du concept en parties qui n’interviennent pas au niveau du concept à analyser. Lorsque je dis d’une harmonique que c’est la note résultant d’une tonique jouée à une fréquence supérieure ou inférieure de sa fréquence naturelle, je viens de procéder à l’analyse, au sens de Bolzano, du concept d’harmonique. L’analyse n’a pas besoin d’être complète, c’est-à-dire de décomposer le concept en ses parties élémentaires. Sur le concept d’explication, voir WL IV, p. 243-245, 488-490 et 542-545. Sur le concept d’analyse, voir WL IV, p. 330-350.

8 Voir WL I, p. 77 : « Wie ich aber in der Benennung : „ ein ausgesprochener Satz“den Satz selbst offenbar von seiner Aussprache unterscheide ; so unterscheide ich in der Benennung„ ein gedachter Satz“den Satz selbst auch noch von dem Gedanken an ihn. […] [W]as man sich unter einem Satze denkt, wenn man noch fragen kann, ob ihn auch Jemand ausgesprochen oder nicht ausgesprochen, gedacht oder nicht gedacht habe, ist eben das, was ich einen Satz an sich nenne […] ».

9 Bolzano traite de la distinction entre adjectifs modificationnels et déterminants notamment dans WL I, p. 258. Cette distinction a connu une postérité notoire auprès de Brentano et de ses étudiants, notamment chez Brentano (1), p. 60-63, Twardowski (1), p. 13 sq., Marty (1), p. 60, 345, 353, 501, 518 sq., et Bergman (1), p. 61.

10 Comparer Leibniz (1), p. 191 sq. Les réserves émises par Bolzano au § 21 sont relativement peu convaincantes, comme l’a montré Künne (1).

11 J’emploie l’expression « matièreB » pour exprimer le concept bolzanien de matière (Stoff) et pour le distinguer du concept husserlien de matière (Materie).

12 Pour Bolzano, les concepts [réalité] et [effectivité] (Wirksamkeit) sont équivalents. Voir Bolzano (1), p. 85 ; (2), p. 111.

13 J’utilise les crochets carrés pour construire des noms de concepts (noms de représentations et de proposition). Dans cette utilisation, « xyz » exprime [xyz] et désigne xyz (lorsqu’il y a xyz).

14 Hua XIX/2, p. 110 (mes italiques). Sauf indication, les quelques traductions françaises des citations que je propose dans ce texte sont les miennes.

15 Pour illustrer cette différence, on peut dire que, pour Bolzano, il est impossible que la proposition [un triangle n’est pas un triangle] soit instanciée dans un acte propositionnel. Voir notamment WL I, p. 176 et Bolzano (3), p. 84 sq. Künne (2) offre une étude comparative détaillée de la relation entre la proposition husserlienne (dans les Rl) et la proposition bolzanienne.

16 Voir à cet effet la loi de permutabilité dans Hua XIX/1, p. 428.

17 Comme l’a déjà remarqué Reinach (1), p. 116, certains passages des Prolégomènes manifestent encore une confusion (au moins terminologique) entre les propriétés des propositions et celles des états de choses.

18 Voir Hua XX/1, p. 298-299.

19 Husserl (1) et Twardowski (1). En 1905, Husserl revient sur cet essai rédigé « en réaction à Twardowski » dans une lettre à Meinong. Voir Huabw1, p. 144.

20 Pour l’essentiel, les critiques de Husserl à l’endroit de Twardowski sont déjà formulées dans OI. Cependant, elles sont exposées plus explicitement dans la recension de l’ouvrage que Husserl préparait en 1896. Voir Hua XXII, p. 349-356.

21 Les passages soulignés des citations sont ceux que Husserl a soulignés dans son exemplaire de la WL.

22 Voir le manuscrit Q13, p. 4, du Nachlass de Husserl, traduit en anglais dans Stumpf (1). Comparer également Stumpf (2), p. 157-158 : « Qu’à un jugement corresponde un contenu de jugement spécifique qui serait à séparer d’un contenu de représentation (la matière) et qui s’exprimerait linguistiquement dans des subordonnées [daß-Sätzen] ou dans la forme infinitive substantivée, c’est ce que Brentano a clairement mis en évidence il y a déjà trois décennies dans ses leçons sur la logique. Avant lui, Bernhard [sic] Bolzano parlait déjà de la ‘proposition en soi’ dans le même sens. J’utilise pour ce contenu de jugement spécifique l’expression état de choses. » Original allemand dans Stumpf (3), p. 29-30.

23 Comparer notamment Stumpf (2), p. 312-313 ; (4), p. 60 sq. et 80 sq., ainsi que (5), p. 392. Sur l’état de choses chez Stumpf, voir aussi Fréchette (1), p. 205-207.

24 C’est Husserl qui parle ici de variable pour décrire la partie d’une représentation ou d’une proposition qui est sujette à variations. Il est toutefois préférable de ne pas confondre les deux, dans la mesure où la logique des variations de Bolzano ne traite pas la partie d’une représentation ou d’une proposition sujette à variations exactement comme on traite une variable en mathématiques.

25 Dans le traitement d’OI que je propose dans cette section, je passe sous silence deux parties d’OI (p. 148 et p. 164) où Husserl discute des états de choses, car ces passages sont des révisions datées de 1900 et non de 1894. Voir le commentaire de Schuhmann à cet effet dans OI, p. 175 et p. 176. Je passe ici également sous silence l’édition de l’essai de 1894 proposée dans Hua XXII, p. 303-348, car elle identifie faussement le manuscrit reproduit en 339-348 comme ayant été rédigé en 1894. Or, Schuhmann (OI, p. 137-142) a montré que cette section du texte de l’édition des Husserliana date plutôt de 1898 ou 1899.

26 Voir Hua XXII, p. 152-161, ainsi que Palágyi (1).

27 Voir Hua XXII, p. 156-157 : « En ce qui concerne spécialement mes concepts de significations “idéales”, de contenus idéaux de représentation et de jugement, ils ne proviennent absolument pas à l’origine, comme le dit déjà l’expression “idéal”, de la logique de Bolzano, mais de celle de Lotze. […] [C]’est d’abord l’assimilation intime de ces réflexions de Lotze […] qui m’a donné la clé pour pénétrer dans les conceptions de Bolzano […] et dans les trésors de sa Théorie de la science […]. Et il est aussi devenu clair que ce sens identique ne peut être rien d’autre que le général, l’espèce, par rapport à un certain moment présent dans tous les énoncés actuels du même sens, qui rend possible l’identification […] ». Cité selon la trad. fr. dans Husserl (2), p. 216.

28 Plusieurs éléments peuvent appuyer la validité de ce second antécédent : on sait que Husserl était en possession du Mikrokosmos de Lotze dès 1880 (voir Schuhmann (1), p. 8) et que l’examen de reconnaissance de son doctorat à Halle en 1887 portait sur la théorie des signes locaux de Lotze (voir Gerlach & Sepp (1), p. 161-174). De plus, Stumpf ayant supervisé l’habilitation de Husserl à Halle et étant lui-même un étudiant et un proche de Lotze, on peut supposer que Lotze fut un thème de prédilection entre les deux philosophes. Sur la relation entre Lotze et Husserl et sur d’autres éléments allant en ce sens, voir Hauser (1), p. 161 sq. et Beyer (1), p. 131 sq.

29 Husserl affirme certes que c’est grâce à la conception lotzienne du valoir (Gelten) des propositions qu’il a pu forger son interprétation des propositions bolzaniennes dans les Rl (Husserl (2), p. 216). Comme Künne (2) et Beyer (1), p. 138-152, le suggèrent, on peut toutefois se demander dans quelle mesure exactement cette conception a véritablement joué un rôle, lorsqu’on considère les affinités de l’abstraction idéatrice lotzienne avec la conception husserlienne des propositions en soi comme Spezies de jugement. C’est pour cette raison que je parle ici d’« universaux instanciés au sens de Lotze » et non de propositions comme appartenant au domaine du valoir.

30 Les résultats de ces travaux sont contenus dans le manuscrit K I 59. Hauser (1), p. 164-169, a étudié ce manuscrit et en discute certains extraits. Je reprends la datation du manuscrit K I 59 des Archives Husserl (1895-1897) contre celle de Schuhmann (1), p. 26, qui date ce manuscrit du début des années 1890. Schuhmann cite un passage tiré d’un feuillet contenu dans les épreuves de Ideen II qui contribue à éclaircir la réception husserlienne de Bolzano via Lotze (je cite ici avec les italiques utilisés par Schuhmann dans sa transcription de la sténographie de Husserl) : « Der entscheidende Impuls des„ Platonismus“(„ er ging von Lotze aus“) hat H. erreicht. H. macht Lotzes Erkenntnistheorie zum Thema intensivster Studien. Die damaligen Niederschriften mit der Kritik Lotzes (= MS K I 59) wollte H. noch bei dem Druck der Prolegomena als Beilage verwerten. Den„ Platonismus“nahm H. allerdings zunächst mehr auf Probe an — zur inneren Sicherheit brauchte ich noch manche Jahre. »
Cf. Brentano (17), Buch II, p. 10 sq.

31 Je me permets cette liberté dans la mesure où le substantif « Satz » est fréquemment employé dans les logiques de l’époque en relation avec l’infinitif « setzen » duquel il est issu.

32 Et cela même s’il est hors de tout doute qu’il a lu WL I, p. 93, puisqu’il y a souligné deux passages concernant Aristote et les Stoïciens.

33 Voir Hua XXII, p. 156.

34 Voir Husserl (2), p. 379.

35 C’est le cas également dans Logik, p. 230 : « Die fundamentale Unterscheidung zwischen Gegenständen im engeren Sinn und Sachverhalten in Betracht ziehend, können wir behaupten, dass alle einfachen Sachverhalte kategorische Gliederung haben. »

36 Voir Logik, p. 71 sq.

37 Husserl avait alors refusé catégoriquement toute forme d’interprétation pluraliste de ce qu’est un domaine d’objet (un refus qu’il reformulera alors dans les Rl). Voir à cet effet OI, p. 159. J’ai analysé la position de 1894 dans Fréchette (2), p. 295 sq.

38 Cela est d’autant plus frappant que la même année (Hua XXII, p. 349-350), il insistait dans sa critique à Twardowski sur une distinction tranchée entre la teneur psychologique et la teneur idéale-logique d’une représentation.

39 Voir Logik, p. 269 : « Ein Sachverhalt kann sich nun wieder aus Sachverhalten, evtl. sogar aus Urteilen oder aus Sachverhalten und Urteilen zusammensetzen. »

40 Voir Logik, p. 219 : « [D]ie objektive Vorstellung verbürgt nicht die Richtigkeit des bezüglichen Urteils. Was ist also über die objektive Vorstellung hinaus das Identische in allen richtigen Urteilen, welche den Gegenstand eben dieser selben objektiven Vorstellung affirmieren ? Ich sehe nicht, dass darauf eine andere Antwort gegeben werden kann als : die objektive Wahrheit. »

41 En supposant la vérité de l’antécédent, cela n’a pas nécessairement pour conséquence de minimiser l’importance de Lotze dans le développement de l’interprétation de la proposition bolzanienne comme jugement in specie. Positivement, cela permet de faire intervenir d’autres paramètres dans l’évaluation de ce développement, comme justement l’importance de ce renvoi à la Denklehre de Mehmel par le biais de Bolzano, qui refera surface non seulement en 1913 dans les Ideen, mais également, de manière indirecte, dans un séminaire de logique de 1925. Voir à cet effet le protocole du séminaire rédigé par Hans Reiner et reproduit dans Reiner & Schuhmann (1), p. 202 sq.

42 Ce texte est une version révisée de la conférence présentée au colloque « catégories logiques et catégories ontologiques » tenu à Liège les 5 et 6 mai 2006. Je remercie les participants pour leurs interventions stimulantes ainsi que Denis Fisette pour ses commentaires éclairants.

Notes de fin

1 Nous ne pouvons présumer ici avec certitude que les notes marginales de Husserl dans WL II, p. 101, sont effectivement datées de 1894. J’utilise ici ces notes dans la mesure où elles témoignent d’une certaine similitude avec l’interprétation avancée par Husserl dans K I 18 ainsi que dans Sur les objets intentionnels, textes datés de 1894.

© Presses universitaires de Liège, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540