Version classiqueVersion mobile

L’Emprunt linguistique

 | 
Louis Deroy

Conclusions

Texte intégral

1J’ai insisté, dans l’introduction de cette étude, sur les connexions multiples de la linguistique et de l’ethnologie en ce qui concerne les emprunts. Ces deux disciplines cachent, sous des matières et des méthodes différentes, un même tour d’esprit. C’est pourquoi, sans doute, au terme de mon exposé linguistique, je retrouve sans surprise la même impression que je ressentais quand j’avais, tout au long d’une après-midi, flâné de salle en salle et de vitrine en vitrine dans l’admirable Musée de l’Homme à Paris.

2Je veux parler surtout de l’impression dominante d’une masse de manifestations humaines aux limites indéfinies, d’où émergent des groupes mieux étudiés que d’autres, par l’effet du hasard ou pour des raisons historiques, et dont on retient curieusement certains détails parce qu’ils s’écartent au maximum de nos conceptions habituelles ou qu’ils correspondent, au contraire, exactement à nos préoccupations.

3Assurément, l’aspect de l’emprunt linguistique qui est le plus susceptible de surprendre le non-spécialiste, c’est son extraordinaire diffusion dans toutes les langues du monde, à toutes les périodes de l’histoire. En français même, quiconque n’est pas familier avec l’étymologie, demeure étonné quand on lui révèle l’importance et la diversité des apports étrangers.

4C’est que, dans le langage, tout est théoriquement empruntable et tout a été, en fait, emprunté, mais pas avec la même facilité ni la même fréquence. Parmi les éléments du lexique, ce sont naturellement les substantifs qui passent avec le plus d’aisance d’une langue à l’autre. Il est moins courant que l’on reprenne des verbes et des ajectifs, tandis que les adverbes, les interjections, les prépositions et les conjonctions — qui ne sont à vrai dire qu’une mince partie du vocabulaire — n’apparaissent empruntés qu’un petit nombre de fois. Enfin, l’emprunt du pronom est exceptionnel, tant celui-ci est étroitement enchâssé dans la structure des langues.

5Mais on emprunte aussi, indirectement, des éléments grammaticaux. Quand les usagers d’une langue ont repris à l’étranger plusieurs mots comportant un même son nouveau, un même accent, un même préfixe ou un même suffixe, il arrive qu’ils isolent cette particularité commune, qu’ils prennent conscience de sa valeur, qu’ils la remploient mécaniquement dans des formations indigènes et qu’ainsi ils en répandent l’usage dans la langue emprunteuse.

6Enfin, on reprend souvent aussi aux langues étrangères des éléments linguistiques qui, pour n’avoir pas la matérialité des sons et des mots, n’en sont pas moins importants : je veux parler des sens et des tours syntaxiques. Par leur nature même, ces emprunts sont ceux pour lesquels il est le plus difficile d’apporter toujours la preuve incontestable que la science réclame.

7L’emprunteur prend naturellement son bien partout où il le trouve. Mais il serait faux de croire que les emprunts d’une langue comme le français, par exemple, viennent forcément des langues étrangères limitrophes ou lointaines. A l’intérieur même du domaine où elle est d’usage commun, une langue peut puiser à des sources fort diverses : substrat et superstrat progressivement éliminés, patois et dialectes apparentés, parlers de minorités alloglottes, langue ancienne conservée par les textes, langues savantes, langues spéciales, argots.

8Souvent d’ailleurs, ce ne sont là que des intermédiaires. De la source authentique à la dernière langue emprunteuse, la transmission des mots, des sens et des tours syntaxiques s’opère de multiples manières. Ici, elle est le fait d’une grande nation située dans l’intervalle géographique, et là elle est réalisée par une petite minorité alloglotte, temporairement bilingue et en passe d’être assimilée. Ailleurs, c’est l’œuvre d’une cour princière ou royale d’origine étrangère, d’un corps de mercenaires, d’un régiment colonial, d’une armée alliée installée dans le pays, des groupes frontaliers patoisants ou dialectaux. D’autres fois, nous trouvons comme intermédiaires des diplomates, des savants, des gens d’affaires qui séjournent à l’étranger, le clergé et les fidèles de religions d’origine étrangère, des fonctionnaires émanant d’une administration centrale, les marins, les sportifs, les livres d’écrivains issus de la province ou de l’étranger, les journaux et la radio.

9Comment se comporte, devant l’abondance des occasions d’emprunter, l’ensemble des sujets qui, du savant à l’homme de la rue, parlent en définitive la même langue, à quelques nuances près ? N’attendons pas une attitude uniforme : c’est seulement à la longue que se constitue une norme plus ou moins rigide et plus ou moins durable, qui s’intègre dans le bon usage général.

10Il y a bien des raisons de refuser un mot étranger que l’on rencontre. Parfois c’est la forme qui paraît rébarbative et incompatible avec les habitudes articulatoires et grammaticales. D’autres fois, l’usager de bon sens rejette des pérégrinismes dont l’emploi reflète pour lui un snobisme ou un pédantisme ridicule. Une autre raison encore est le nationalisme, c’est-à-dire la conscience d’une fierté nationale souvent doublée d’une certaine xénophobie. Enfin, la réaction contre l’emprunt est dictée par le purisme, qui est une forme culturelle du nationalisme, forme plus justifiée certes quand elle ne tombe pas dans une aveugle intransigeance.

11Mais si le locuteur refuse parfois l’emprunt, il trouve souvent aussi d’innombrables raisons d’accueillir le vocable étranger et de lui faire une place appréciable dans sa langue. Dans bien des cas, la raison est légitime. Il y a une véritable nécessité pratique de recourir à l’appellation étrangère si l’on veut désigner exactement et commodément une plante hier encore inconnue, un animal exotique, un produit ou un phénomène naturel récemment découvert, un nouvel objet fabriqué, une technique inventée il y a peu, une institution, une monnaie, une mesure, un poids repris à l’étranger pour un usage régulier. Notre justification est aussi l’utilité pratique quand nous empruntons des termes scientifiques ou philosophiques, quand nous reprenons des noms de personnes et de choses pour décrire l’étranger avec exactitude et pour créer littérairement la couleur locale, quand nous nous approprions des façon simples de désigner certaines notions qui appelleraient, dans la langue indigène, le recours à des périphrases incommodes ou à des expressions sans élégance.

12En revanche, combien d’emprunts n’ont pas de justification pratique et répondent seulement à un besoin affectif. Sans doute, avec les noms de tissus et de vêtements à la mode, avec les termes de politesse et de courtoisie, avec les euphémismes substitués à des mots indigènes jugés grossiers, nous nous trouvons dans des cas limites, encore tout près de la nécessité pratique. Mais ce sont de pures raisons de cœur qui font employer des mots étrangers pour rehausser ou ennoblir une notion, pour évoquer plus finement des nuances délicates de la pensée et du sentiment, pour satisfaire un souci littéraire d’expressivité, pour paraître à la mode et se distinguer du commun, enfin pour dénigrer l’étranger et le tourner en dérision.

13On comprend sans peine que, dans ces conditions, la pénétration du mot étranger dans l’usage présente une variété sensible de degrés. D’une part, l’emprunt est partiel et ne va pas jusqu’à reproduire la forme étrangère : il en est ainsi pour le calque et pour l’emprunt de sens. D’autre part, l’emprunt est total. La forme étrangère est reprise, mais elle n’est pas toujours, pour la cause, introduite dans l’usage commun. Il arrive que l’emploi en soit limité à certaines régions, à certaines classes sociales ou à certains milieux professionnels. Dans certains cas, le locuteur a encore conscience d’employer un vocable étranger : c’est alors un xénisme ou un pérégrinisme. Dans d’autres cas, l’homme de la rue emploie familièrement le mot sans le distinguer du reste du vocabulaire et seul l’érudit, éventuellement armé d’un dictionnaire étymologique, en connaît l’origine étrangère : c’est l’emprunt au sens complet du terme.

14Naturellement, la forme étrangère est sujette à diverses altérations. Le locuteur tend à la conformer le plus possible à ses habitudes linguistiques et aux besoins de son milieu. Cette adaptation se réalise spontanément ou progressivement et elle est vraie surtout de l’emprunt oral. Phonétique, elle consiste à éliminer des sons inconnus, à y substituer éventuellement des sons familiers, à ajouter des voyelles épenthétiques et paragogiques, à déplacer l’accent. Morphologique, elle a pour effet de rendre l’emprunt apte à fonctionner régulièrement dans son nouveau système grammatical. Tantôt, il s’agit de l’intégrer dans une flexion moyennant un arrangement de la finale, tantôt, par exemple dans une langue sans flexion comme le bantou, il s’agit de l’introduire dans une classe nominale au moyen d’une accomodation préfixale. Enfin, l’adaptation se manifeste aussi par une modification du sens. Dans tel mot, le sens spécial s’est banalisé et a perdu sa nuance ancienne. Dans tel autre, l’analogie a transféré le mot d’un domaine sémantique à un autre. Ailleurs, fréquemment, le mot n’a gardé à l’étranger qu’une seule de ses significations originelles. Enfin, bon nombre de toponymes et d’anthroponymes sont devenus, hors de leur pays, de simples appellatifs.

15Dans quelle mesure le linguiste peut-il songer à découvrir des règles nettes en pareille matière ? S’il est vrai qu’en linguistique et notamment en grammaire historique, il n’y a pas de lois au sens physique du terme, mais seulement des tendances, on doit reconnaître que cette opinion se vérifie a fortiori au sujet des emprunts, puisque ceux-ci font, en outre, exception à ces tendances. Pour découvrir et prouver l’emprunt, le linguiste n’a pas mieux à faire que de combiner, avec tout le bon sens possible, l’histoire de l’objet ou de la notion avec l’étude de son nom au points de vue phonétique, morphologique et sémantique. Dans tous les cas, il se doit d’examiner, aussi minutieusement qu’il peut, la chronologie des faits de langue attestés.

16Ainsi menée avec précision, l’étude des emprunts a dès lors d’autres profits. Elle permet au linguiste de déceler plus sûrement les tendances générales des langues. Elle lui fait connaître des mots et des sens disparus de la langue prêteuse. Elle lui découvre des particularités phonétiques anciennes qui n’apparaissent pas dans les graphies attestées. Elle révèle des influences dialectales insoupçonnées. Elle le fait remonter, dans l’histoire de plusieurs langues, plus loin dans le passé que ne le permettent les textes conservés. Elle autorise des hypothèses nouvelles sur certaines langues depuis longtemps disparues, telles que les langues du substrat préindoeuro-péen dans les régions méditerranéennes.

17Enfin, elle éclaire la constitution des langues mixtes, pidgins et créoles, et elle fournit un fondement solide à ceux qui n’ont pas perdu l’espoir de créer un jour une langue internationale vraiment pratique.

18A l’historien, la même étude apporte un autre profit. L’emprunt est, en effet, un témoin précieux des événements politiques, des courants économiques, des grandes découvertes, des progrès scientifiques et techniques, des tendances artistiques, etc.

19Telles sont rapidement esquissées, les conclusions essentielles de cette recherche. D’autres observations moins importantes ont été formulées chemin faisant. Et sans doute n’ai-je pas pu tout dire de ce que nous apprennent « les mots des autres ».

© Presses universitaires de Liège, 1956

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search