Version classiqueVersion mobile

L’Emprunt linguistique

 | 
Louis Deroy

Cinquième Partie. Effets et Profits

Chapitre XIV. Langues mixtes et langues internationales

Texte intégral

1Le pessimisme et l’optimisme ne sont, on le sait, que des façons opposées de considérer les mêmes choses : l’un déplore que son verre soit déjà à demi vide, l’autre se réjouit de le voir encore à demi plein. Ce contraste d’attitudes mentales se retrouve devant l’emprunt linguistique. Pour l’optimiste, l’emprunt est un enrichissement de la langue ; pour le pessimiste, il en est une altération regrettable.

  • 1 A. Meillet, Introduction à l’étude comparative des langues indo-européennes8, Paris, 1937, p. 21-2 (...)
  • 2 Ch. Bally, Linguistique générale et linguistique française3, Berne, 1950, p. 19 (n° 10).

2Objectivement, il est réel que les emprunts modifient l’aspect et même, en partie, la structure des langues qui les adoptent. Cette modification est superficielle quand il s’agit de mots isolés repris même en grand nombre à des langues différentes. Ainsi, quel qu’en soit le nombre, les anglicismes ne changent rien ou presque rien à la structure du français1. Au contraire, les emprunts au latin ont pénétré dans le tissu même du français et en ont modifié très sensiblement l’aspect2.

  • 3 Page 29.

3J’ai montré plus haut que l’emprunt de mot entraîne, dans certains cas, l’emprunt de phonèmes. Il en résulte une modification plus profonde, un trouble du système phonétique que Meillet a bien mis en lumière dans son Introduction3. « A Rome, écrit-il, un ancien ou devient ū et un ancien *dh après ū devient b devant voyelle : à lit. raũdas, got. rauÞs, v. irl. rūad « rouge, etc. répondrait donc *rūbus ; mais, dans d’autres parlers latins, ou est représenté par ō, par exemple à Préneste : au moins par son ō, rōbus n’est pas un mot romain ; dans certains parlers latins, *dh est représenté par f entre voyelles : de là rūfus ; le mot romain attendu *rūbus n’est pas attesté directement, mais il subsiste dans des dérivés rūbīgō (à côté de rōbīgō) et rūbidus. Quand les circonstances historiques déterminent beaucoup d’emprunts de ce genre, la phonétique d’une langue finit par offrir un aspect incohérent : c’est le cas du latin qui comprend nombre d’éléments sabins ou, parmi les langues modernes, de l’anglais où il entre des dialectes divers et même du nordique et aussi un large vocabulaire roman. Les emprunts à la langue écrite sont, dans la période historique, une autre cause de trouble ; ainsi le français a pris au latin écrit une quantité de mots : par exemple frágilem a abouti à frêle, mais plus tard on a pris au latin écrit le même mot en en faisant fragile ; et le traitement de ces emprunts diffère d’une époque à l’autre ; ainsi le c de caritas, emprunté dès les premiers temps du français, est traité dans charité comme il l’est dans le mot traditionnel cher, tandis que le c de canticum, emprunté plus tard, a été traité dans cantique autrement que le c de cantare dans le mot français traditionnel chanter ».

  • 4 V. Bröndal, Substrat et emprunt en roman et en germanique, Copenhague et Bucarest, 1948, p. 141.

4Une fois que des éléments morphologiques et syntaxiques sont, à leur tour, empruntés, l’altération devient plus grave et elle peut, s’il en existe un grand nombre, être si profonde que l’on a le droit de parler non plus seulement d’emprunt, mais de mélange ou de fusion de langues4.

  • 5 2e éd., Halle, 1886.
  • 6 Language and the Study of Language, 1867, p. 198 s. Cf. O. Jespersen, Language, Londres, 1922, p. (...)
  • 7 Surtout dans Slawo-deutsches und Slawo-italienisches, Graz, 1885, particulièrement p. 5. Cf. Hugo (...)
  • 8 Cf. S. Simolyi, Die ungarische Sprache, Strasbourg, 1907, p. 57.
  • 9 Cf. E. Windisch, Zur Theorie der Mischsprachen und Lehnwörter, dans Berichte über die Verhandlunge (...)

5La notion de langue mixte a été d’abord formulée par Hermann Paul dans le chapitre Sprachmischung de ses Principien der Sprachgeschichte5. Contestée comme une impossible monstruosité par Max Müller, par A. Schleicher et surtout par W. D. Whitney6, cette notion a connu, au contraire, une large diffusion grâce aux ouvrages de Hugo Schuchardt7. Pour celui-ci, toutes les langues sont mêlées. Même les parlers des anthropophages des îles Fidji contiennent des éléments étrangers8. Il n’y a historiquement pas plus de langues pures que de races sans mélange9.

  • 10 A. Meillet, Les effets du bilinguisme…, dans Linguistique historique et linguistique générale, II, (...)
  • 11 A. Meillet, La méthode comparative en linguistique générale, Oslo, 1925, rééd. Paris, 1954, p. 82  (...)
  • 12 I. Epstein, La pensée et la polyglossie, Lausanne, 1915 : cité et commenté par J. Vergote, Het pro (...)

6L’affirmation est évidemment paradoxale et des linguistes ultérieurs, en particulier Antoine Meillet, ont riposté avec non moins d’assurance, en se plaçant, il est vrai, sur le plan de la synchronie, qui n’était pas celui de Schuchardt : « Si fort qu’ils pensent à une autre langue, les individus ont toujours l’intention d’employer les ressources d’une langue définie »10. Sauf cas anormal, le locuteur a le sentiment de parler une seule langue, pas un mélange de deux11. Même chez les bilingues parfaits, une langue — généralement la maternelle — est tenue pour principale, l’autre pour accessoire12.

7Nous constatons donc un désaccord formel entre des linguistes qui se placent à des points de vue différents. En effet, l’observation objective du matériel d’une langue est une chose, l’impression subjective du locuteur une autre chose, et la question est de savoir par quel critère se définit et se classe une langue.

  • 13 Dans Scientia, 15 (1914), reproduit dans Linguistique historique et linguistique générale, (I), 2e(...)
  • 14 On peut ajouter aujourd’hui des précisions à l’opinion de Meillet grâce à l’étude de Suzanne Sylva (...)

8Meillet s’en est longuement expliqué dans son article Le problème de la parenté des langues, où il n’a pas craint de rencontrer les cas extrêmes. « Quand, dit-il13, une langue est adoptée par une population qui perd son idiome indigène, le changement du système linguistique peut se précipiter ; la prononciation peut alors changer d’un coup ; la grammaire peut être simplifiée à l’extrême, comme il est arrivé dans les parlers créoles. Ici encore, certains linguistes seront tentés de parler de langues mixtes ; mais le mail tériel de la langue appartient à un idiome défini ; le créole de la Réunion ou de la Martinique est du français imparfait, mais c’est du français ; car c’est à l’imitation seule du français de leurs maîtres que les nègres l’ont constitué. La plus grande partie de la conjugaison a été sacrifiée ; mais ce qui en subsiste, l’infinitif, est français, et l’on n’y trouve pas le moindre élément africain14. Il y a eu perte brusque d’une très grande partie d’un système grammatical au moment où une population de langue très différente et placée dans une situation sociale inférieure a appris une langue nouvelle. Les changements portent sur l’ensemble de chaque système et l’on peut relier le système ancien au nouveau par un ensemble de formules de transformation. D’ailleurs, au début du moins, il subsiste toujours dans le système nouveau une portion notable du système ancien et le peu que le créole a de grammaire est de la grammaire française. Tout ce qu’exige la définition, c’est qu’entre deux moments du développement de la langue immédiatement voisins l’un de l’autre, il y ait continuité dans l’emploi du système grammatical ».

  • 15 A. Meillet, Introduction au volume Les Langues du monde, Paris, 1924, p. 5-8 ; reproduit dans la 2(...)

9Ainsi Meillet n’accepte d’appeler mixtes que les langues qui manquent de critères classificateurs. « Dans les langues où le système morphologique ne comporte pas de formations obtenues par des variations compliquées des mots, comme celles d’Extrême-Orient ou certains idiomes soudanais, on peut se représenter de véritables mélanges de langues. Au contraire, une langue comme le latin ne peut se mélanger à aucune autre : on emploie ou on n’emploie pas la morphologie latine ; si on l’emploie, on parle latin, quelque vocabulaire qu’on y joigne ; si on ne l’emploie pas, on ne parle pas latin, même quand le vocabulaire est purement latin. Mais il est concevable qu’une langue telle que l’annamite, où toute la grammaire consiste dans la manière de grouper des mots invariables, puisse se mêler à une autre. Par suite, dans les cas de ce genre, non seulement il est presque impossible d’établir une classification généalogique et de la démontrer, faute d’avoir des données morphologiques par lesquelles seules la preuve se laisse administrer avec rigueur ; mais il n’est pas évident que le principe de la classification généalogique s’applique »15.

10Nous rejoignons par là l’opinion de Joseph Vendryes, plus favorable apparemment à la notion de langue mixte, mais partant en réalité des mêmes principes. Laissant de côté, dans Le Langage, la question insoluble du tsigane arménien et du tsigane anglais, il poursuit : « Toutefois, il peut arriver qu’une langue commune résuite d’un mélange de langues différentes à doses à peu près égales : c’est le cas du sabir des ports de la Méditerranée. Ce sabir résulte d’un mélange de français et d’espagnol, de grec, d’italien et d’arabe. Toutes ces langues ont contribué à la formation du sabir en mettant en commun surtout des faits de vocabulaire : les particularités grammaticales de chacune se sont effacées.

11Le pidgin-english qui sert de langue commune dans les ports de l’Extrême-Orient, ou le broken-english, employé par les indigènes de la Sierra-Leone, sont, comme le sabir, des langues mixtes. Le pidgin-english a pour base le chinois, lequel est justement caractérisé par son peu de grammaire. C’est à proprement parler du chinois dont les mots sont anglais. Avec le vocabulaire anglais, qui d’ailleurs se prêtait remarquablement à cet usage, on a bâti des phrases où l’ordre des mots est exactement celui du chinois. Cela fait une combinaison souvent piquante et qui prouve l’affinité, déjà signalée, entre les deux idiomes. Ici, nous avons bien une langue donnée à la base du mélange ; mais le caractère même de cette langue, à peu près dépourvue de grammaire, la disposait particulièrement au rôle qui lui a été dévolu.

12Les parlers créoles pourraient être cités aussi en exemples de langues mixtes. Ils reposent sur une langue européenne, le français, l’espagnol ou l’anglais ; mais ces langues y apparaissent dépouillées de leurs particularités morphologiques, réduites en quelque sorte à l’état de poussière. C’est un sable dont la chaux a disparu, des pierres sans ciment, une substance délayée et amorphe. La nécessité de converser pour les échanges com- merciaux avec des négociants étrangers a contraint les indigènes à apprendre la langue étrangère, laquelle a fini par remplacer la langue maternelle. Mais l’apprentissage n’a jamais été complet : il s’est borné aux caractères superficiels de la langue, aux expressions qui représentaient les objets usuels et les actes essentiels de la vie : l’élément interne du langage, avec ses complications délicates, n’a pas été assimilé par l’indigène.

13On pourrait dire qu’il y a, à ce phénomène, des raisons sociales.

  • 16 J. Vendryes, Le langage, nouv. éd., 1939, p. 344-348.

14Les parlers créoles sont des parlers d’êtres inférieurs et subalternes auxquels leurs supérieurs n’ont jamais pris la peine ni eu l’envie de faire parler une langue correcte. Ce sont donc en une certaine mesure des langues spéciales, tout comme l’étaient pour des raisons différentes les parlers tsiganes mentionnés plus haut. Mais il reste que nous avons dans les parlers créoles, comme dans le sabir, le pidgin-english ou le broken-english, des langues mixtes résultant de la fusion de deux ou plusieurs idiomes, et qui, étant dépourvues de morphologie caractéristique, ne peuvent être revendiquées exactement par aucun des idiomes qui les composent. C’est un vrai cas d’hybridation linguistique »16.

  • 17 O. Jespersen, Language, Londres, 1922, p. 212-213.

15Il apparaît donc que Meillet et Vendryes ne s’accordent pas sur le caractère des parlers créoles. L’un pense que les Créoles croient toujours parler le français, l’anglais ou l’espagnol selon les cas. L’autre y voit des langues spéciales distinctes, fort imparfaites dès l’origine et que les usagers n’ont jamais songé à assimiler aux langues européennes dont elles procèdent. On le voit, le désaccord laisse le principe intact. Tout dépend du sentiment des locuteurs touchant la langue qu’ils parlent. Otto Jesperen a formulé le problème de façon imagée à propos de la fusion d’éléments vieil-anglais et Scandinaves d’où est sorti le moyen-anglais : « Dans la plu- part des mélanges de langues, écrit-il, les divers éléments de- meurent distincts et peuvent être séparés, exactement comme, après avoir mêlé un paquet de cartes à jouer, vous pouvez en tirer les cœurs, les piques etc. ; mais dans le cas de l’anglais et du scandinave, nous avons une fusion plus subtile et plus inti- me, absolument comme, quand vous mettez un morceau de sucre dans une tasse de thé et que, quelques minutes plus tard, vous êtes tout à fait incapable de dire où est le thé et où est le sucre (which is tea and which is sugar) »17.

***

16Les langues que l’on peut appeler « mixtes » se constituent donc dans des conditions bien spéciales. Elles impliquent, en réalité, un bilinguisme, mais fort imparfait.

17Nous avons encore aujourd’hui l’occasion de saisir sur le vif, chez nous, le mode de formation des langues mixtes du genre créole. Tandis que les Liégeois d’une certaine culture emploient le « bon français », conforme au parler des bourgeois de Paris, tandis que d’autres, moins puristes, y mêlent des traits régionaux en nombre limité qui en font un « français régional », il reste pas mal de gens peu cultivés, patoisants, qui n’ont jamais appris le français de façon systématique et qui ne le parlent qu’à l’occasion, en décalquant inconsciemment leur wallon.

  • 18 L. Remacle, Bilinguisme et orthophonie, dans Bulletin de la Commission de Toponymie et Dialectolog (...)

18« Accoutumés au dialecte qui pour beaucoup d’entre eux fut encore la langue maternelle et demeure la langue usuelle et familière, ils ont, dans leurs organes vocaux, dans leurs organes auditifs, dans leur conscience même, un ensemble d’habitudes linguistiques différent du système français correspondant »18.

  • 19 Cette appellation est proposée par L. Remacle, op. cit., p. 116. — Récemment, il a paru quelques o (...)

19Dans ces conditions, ils dégradent tellement ce qu’ils croient être du français qu’on doit penser à un véritable parler mixte qui mériterait de s’appeler le « franco-wallon »19. On peut s’en faire une idée par les deux courts passages qui suivent, encore que la graphie à la française de beaucoup de mots ne laisse pas apparaître la couleur patoisante de la prononciation.

20Dans « Les ceux de chez nous » (p. 40), Marcel Remy décrit l’incursion de deux gamins, compagnons de son enfance, dans une métairie :

21« Les deux de chez Mohette, c’est vraiment deux crapuleux, savez-vous.

22Chez Pôrtugal, ils ont dâré et clappé dans les poules avec des corixhes qu’il y a une bassette qu’a happé une telle peur qu’elle s’a été sauver dans le trou du chien qui l’a roufflée bas qu’elle s’a cassé une patte qu’on lui a racommôdé avec deux petits bois. Et une autre poule, une joleie de la grosse sorte, s’a laissé tomber dans le flot, il a fallu la rasèchi avec une houppe. Le grand Ρôrtugal se jurait l’âme hors du corps et moi je me riais tout mort ».

23On retrouve la même langue mêlée dans les ouvrages d’Aimé Quernol, par exemple dans « Sabine » (début) :

24« Oscar, ça c’est un binamé facteur. Ce n’est pas comme celui d’avant qui était si vièrmouyeux qu’on ne savait rien tirer hors de lui et qui ne répondait même pas presque quand c’est qu’on lui disait bonjour ».

25Le franco-wallon est proprement une langue dont la morphologie et la majeure partie du vocabulaire sont françaises, mais qui est coulé dans le moule de la syntaxe wallonne. Ce qui le différencie des parlers créoles, c’est qu’il se situe au niveau des patois de plus en plus dominés par le français commun, tandis que le créole, coupé d’une France lointaine, est devenu tel quel la langue d’un peuple autonome.

  • 20 J. Vergote, Het probleem van de Koine, dans Philologische Studien, 5 (1933-34), p. 22-23 ; M. Pei, (...)

26La manière dont la seconde langue a été apprise est donc très importante et le rang social des « bilingues » est un élément qu’on ne peut négliger. Quand des coolies chinois ou des nègres peu civilisés sont entrés en rapport avec des commerçants européens, ils n’ont pas essayé d’apprendre bien la langue étrangère : il leur suffisait de pouvoir se faire comprendre. A cet effet, ils ont aligné les mots étrangers selon la manière qui leur était familière dans leur propre langue. Il s’agissait souvent de langues ayant une structure syntaxique simple. Les Européens, de leur côté, loin de se soucier d’enseigner une langue correcte à ces sauvages, se sont mis, pour s’adresser à eux, à imiter leur manière de parler, comme souvent on fait avec les enfants. Ainsi sont nées les langues bâtardes : créole, pidgin english, sabir nord-africain, cocoliche d’Argentine, papiamento de Curaçao etc. 20La lingua franca qui s’est constituée au Moyen Age dans la Méditerranée avec des éléments italiens, français, arabes etc., est un parler du même ordre.

  • 21 M. Lejeune, La curiosité linguistique dans l’antiquité classique, dans Conférences de l’Institut d (...)

27On peut se demander s’il n’a pas existé un sabir maritime et commercial de nature analogue dans la Méditerranée du temps d’Homère : du moins, a-t-on proposé, mais sans raison solide, d’interpréter en ce sens un vers (XIX, 175) de l’Odyssée : ἄλλη δ’ ἄλλων γλῶσσα μεμιγμένη21.

28De nos jours même, la nécessité de s’entendre momentanément avec les gardiens et avec des compagnons d’autres nationalités dans les camps de déportés en Allemagne pendant la guerre de 1940-1945, a fait surgir d’éphémères sabirs qui nous font bien saisir la nature du phénomène linguistique. En voici quelques phrases typiques où les mots, généralement allemands, sont construits selon une syntaxe très simplifiée, sinon simpliste :

  • 22 F.-L. Max, Argots et sabirs des camps de déportés, dans Le Français Moderne, 14 (1946), p. 168-173 (...)

Alès Fransoz viel organisieren
« Les Français se débrouillent bien » ;
Ich brod, Kamarad comme ci comme ça
« J’avais du pain, il me l’a volé » ;
Ich viel Arbeit, ich morgen crematorium
« Si je travaille trop, je serai bientôt mort »22.

***

29Les emprunts et les influences étrangères n’ont pas produit que des sabirs. Il y a, en deça de ce mélange exceptionnel des langues, qui représente la conséquence extrême de l’emprunt, un autre effet, moindre celui-là et à considérer sous un autre angle : l’internationalisme linguistique. Je ne veux pas parler des langues que l’assimilation d’un grand nombre de mots et d’autres éléments étrangers a rendues plus faciles à comprendre et à manier par des gens de nations diverses. J’ai en vue la constitution progressive d’une unité linguistique entre tous les peuples du monde, vieux rêve souvent caressé et jamais réalisé en dépit de multiples essais pour créer des langues répondant à cet idéal. Ce n’est pas l’endroit de décrire et d’apprécier ces langues artificielles, dont la plus connue est sans doute l’espéranto. Je ne veux que mentionner ici l’existence, grâce à la multiplicité des emprunts, de certaines communautés linguistiques réelles réunissant des langues diverses, et même sur un plan plus large, d’un véritable fonds linguistique international.

  • 23 K. Sandfeld, Linguistique balkanique, Paris, 1930, p. 3 ss., notamment p. 7 et 18 ; M. Niedermann, (...)

30K. Sandfeld a mis en lumière la réalité d’un véritable groupe balkanique réunissant le grec, l’albanais, le bulgare, le serbe, le roumain et le turc osmanli. Dans ce groupe, l’influence grecque byzantine a créé une unité culturelle qui rappelle la latinité de l’Europe occidentale. Dans le lexique et dans la syntaxe, les concordances sont frappantes. Le nom grec du maître d’école δασκαλος est devenu en albanais dhaskál, en bulgare daskal, en serbe dascal, en roumain dascăl. Le nom de la tuile, κεραμίδα, a donné le turc keremit, l’albanais qeramidhe, le bulgare keremida, le serbe ćeremida, le roumain cărămidă (ce dernier avec le sens de « brique »). Sur tout le domaine balkanique ou presque, on dit pareillement « il est resté sans bouche » pour « il s’est tu » et « il ne peut pas qu’il fasse » pour « il ne peut pas faire », avec, dans ce dernier cas, une élimination parallèle de l’infinitif au profit d’une proposition subordonnée23.

  • 24 Précis de grammaire historique de la langue française, nouv. éd., Paris, 1937, p. 185-186.

31Mais c’est surtout l’expansion et l’influence des langues romanes et germaniques qui produit aujourd’hui un véritable internationalisme linguistique à l’échelle mondiale. « Depuis que la facilité des communications a rendu les échanges fréquents, écrivent F. Brunot et Ch. Bruneau24, depuis surtout que la télégraphie sans fil a supprimé, en quelque sorte, les distances et les frontières, il s’est constitué, à côté des vocabulaires propres à chaque nation, une sorte de vocabulaire commun à l’humanité entière. Les sciences possédaient déjà des vocabulaires mondiaux ; un mot tel que théâtre existe dans presque toutes les langues du monde. Sous l’influence de tendances nationalistes, l’on s’est efforcé parfois de traduire ces noms : l’allemand emploie Fahrkarte à côté de Billet, le tchèque divadlo au lieu de théatre. Mais, dans l’ensemble, les mots intraduisibles (home, Gemütlichkeit) deviennent de plus en plus rares. La langue du grand commerce, celle de la banque, du sport, de la mode elle-même, deviennent internationales. Le mathématicien, le chimiste, le philologue s’entendent, malgré la diversité des langues, grâce à leur vocabulaire en partie commun ; l’homme de la rue, qui jadis ne se comprenait pas d’un pays à l’autre, commence à posséder, lui aussi, dans son vocabulaire, un nombre croissant de mots communs : que l’on songe seulement à ceux qu’a introduits en France le cinématographe ».

  • 25 A. Dauzat, Le génie de la langue française2, Paris, 1944, p. 96 ; Voyage à travers les mots, Paris (...)
  • 26 M. Schöne, Vie et mort des mots, Paris, 1947, p. 27.
  • 27 Ibid., p. 28.

32Ainsi, c’est dans les langues des sciences que l’internationalisme lexical paraît le plus largement réalisé25. Ce courant remonte à la célèbre Encyclopédie de Diderot, qui lança un très grand nombre de mots savants formés de racines grecques, ou mi-grecques mi-latines26. Soucieux avant tout de clarté, les hommes de science de tous les pays se sont appliqués à uniformiser de plus en plus leurs terminologies. Comme beaucoup de termes techniques n’ont pas cessé de pénétrer dans l’usage ordinaire, il en résulte un certain internationalisme des mots même au niveau de l’homme de la rue. L’exemple le plus connu et sans doute la manifestation la plus heureuse de cet internationalisme lexical est la nomenclature du système métrique qui a été fixée en France en 1795, qui est aujourd’hui obligatoire dans une cinquantaine de pays avec leurs colonies et dont l’usage est facultatif dans le monde entier27.

  • 28 M. Pei, op. cit., p. 265.

33Il faut en dire autant de la notation italienne de la musique, aujourd’hui répandue par toute la terre non seulement chez les musiciens, mais, on peut le dire, dans toutes les couches de la population28.

  • 29 Cf. A. Meillet, Le sens linguistique de l’unité latine, dans Linguistique historique et linguistiq (...)

34Si l’on restreint l’examen au cadre de l’Europe occidentale et de l’Amérique anglo-espagnole, l’internationalisme linguistique se révèle, sans contredit, avec une densité encore plus saisissante. Grâce aux multiples emprunts réciproques et particulièrement aux nombreux termes repris en commun au grec et au latin, l’air de famille s’étend des langues romanes aux langues germaniques et, dans une mesure moindre, aux langues slaves. Avec un minimum de connaissances, le locuteur passe sans difficulté du français combinaison à l’italien combinazione, à l’espagnol combinacion, au portugais combinação, au néerlandais combinatie, à l’allemand Kombination, à l’anglais combination29.

  • 30 Notes sur les calques linguistiques, dans Festschrift W. Thomsen, 1912, p. 166.

35Mais il n’y a pas qu’un internationalisme des mots. Il faut tenir compte aussi, au-delà des mots, d’un véritable internationalisme de la pensée qui fait en sorte que l’on peut presque toujours rendre un mot d’une langue européenne par un mot d’une autre langue européenne, ce qui n’est pas toujours possible dans la traduction d’une langue sémitique ou extrême-orientale, par exemple. Pour expliquer cette « mentalité européenne » — selon l’expression de Charles Bally —, il importe de déceler des influences linguistiques qui, pour être plus subtiles que celle des mots empruntés, se sont insinués souvent plus profondément, en rencontrant moins de résistance. Kr. Sandfeld30 l’a justement noté : « Les langues européennes, dit-il, surtout sous leurs formes littéraires, portent une empreinte d’unité provenant non seulement de la communauté d’origine de la plupart d’entre elles, mais aussi des influences multiples qu’elles ont exercées les unes sur les autres. Dans ces influences, il faut accorder une large part aux emprunts de traduction, aux expressions calquées sur une langue étrangère ».

36Ainsi les emprunts, totaux ou partiels, ont percé d’innombrables brèches dans les cloisons, apparemment étanches, qui séparent les langues européennes. De plus en plus, ces brèches se multiplient et s’élargissent et l’on entrevoit la lointaine possibilité de langues qui ne différeraient plus que par quelques particularités de structure et par les mots « vides », tandis que les mots significatifs seraient les mêmes ou à peu près.

  • 31 Roman illustré par l’auteur : traduit de l’anglais par Raymond Queneau, Paris, 1946.
  • 32 Cf. Le petit courrier de Ménage, dans Le Français Moderne, 15 (1947), p. 205-206.

37On songe à tel passage tout à fait charmant du Peter Ibbetson de George Du Maurier31. Peter Ibbetson y conte ses relations d’enfant avec la jeune Mimsey, qui était « pleine de ressources ». Elle avait inventé deux nouvelles langues appelées le « Frankingle » et l’« Inglefranck ». Cela consistait à angliciser les noms et les verbes français, puis à les conjuguer et à les prononcer à l’anglaise, et vice versa. Par exemple, s’il faisait froid et que la fenêtre de la salle de travail était ouverte, elle lui disait en Frankingle : Dispeach yourself to ferm the feneeter, Jojo. It geals to pierfend ! We shall be inrhumed ! Et s’il ne comprenait pas immédiatement, elle reprenait : Jojo, il frise à splitter les stones ; make aste et chute le vindeau, mais chute le donc vite. Je snize déjà. Et cela, c’était de l’Inglefrank32.

  • 33 Une langue universelle ? Et laquelle ? dans Vie et Langage, 3 (1954), p. 462-465.

38Cette charmante plaisanterie n’est peut-être pas aussi dépourvue d’intérêt qu’il semble au premier abord. Elle met en lumière l’existence d’une véritable communauté franco-anglaise d’expression, qui est marquante dans le monde moderne et qui se présente comme la meilleure base pour constituer une langue internationale vraiment pratique. « L’expérience même des réunions internationales tenues sous les auspices de l’Unesco, écrit Aurélien Sauvageot33, suggère la solution à laquelle il faut penser. Dans ces assemblées, l’anglais et le français se mêlent perpétuellement, et il suffit de jeter un coup d’œil sur les publications qui en résultent pour découvrir qu’un jargon est en train de se former qui est surtout riche de termes que les deux grandes langues occidentales de civilisation ont empruntés l’une et l’autre au fonds commun de la terminologie scientifique moderne : le lexique gréco-latin. Quant aux tournures, elles sont également stéréotypées. Ce sont celles qui se rencontrent le plus souvent et la fois dans un texte abstrait anglais et français, à quelques nuances près, qui sont de peu d’importance pour celui qui juge les choses, sinon de Sirius, du moins en prenant comme point de vue l’arabe, le japonais, le siamois ou tel autre idiome « exotique ». »

39Il n’échappe pas à M. Sauvageot que la langue internationale dont on promouvrait ainsi la constitution, serait bel et bien une langue occidentale. Mais c’est à ses yeux le meilleur fondement que l’on puisse trouver pour une pareille entreprise et si Français et Anglais devaient acquérir cette langue avec plus d’aisance que les représentants d’autres nations, du moins perdraient-ils une bonne part de cette supériorité qui écrase l’homme de Djakarta ou de Karachi quand il s’efforce de parler — avec quel mérite — l’anglais ou le français.

40On voit là une conséquence pratique extrême des emprunts linguistiques répandus sur de larges domaines. Nous sommes sans doute en bordure d’une question nouvelle, distincte de celle qui nous a occupés. Mais il n’était pas sans intérêt, à la fin de cet exposé, de souligner brièvement la connexion des deux problèmes.

Notes

1 A. Meillet, Introduction à l’étude comparative des langues indo-européennes8, Paris, 1937, p. 21-22.

2 Ch. Bally, Linguistique générale et linguistique française3, Berne, 1950, p. 19 (n° 10).

3 Page 29.

4 V. Bröndal, Substrat et emprunt en roman et en germanique, Copenhague et Bucarest, 1948, p. 141.

5 2e éd., Halle, 1886.

6 Language and the Study of Language, 1867, p. 198 s. Cf. O. Jespersen, Language, Londres, 1922, p. 213.

7 Surtout dans Slawo-deutsches und Slawo-italienisches, Graz, 1885, particulièrement p. 5. Cf. Hugo Schuchardt-Brevier. Ein Vademekum der allgemeinen Sprachwissenschaft, zusammengestellt und eingeleitet von Leo Spitzer, Halle, 2e éd., 1928.

8 Cf. S. Simolyi, Die ungarische Sprache, Strasbourg, 1907, p. 57.

9 Cf. E. Windisch, Zur Theorie der Mischsprachen und Lehnwörter, dans Berichte über die Verhandlungen der Königlich Sächsischen Gesellschaft der Wissenschaften zu Leipzig. Philol.-hist. Classe, 49 (1897), p. 104 et 118.

10 A. Meillet, Les effets du bilinguisme…, dans Linguistique historique et linguistique générale, II, Paris, 1936, p. 107-108.

11 A. Meillet, La méthode comparative en linguistique générale, Oslo, 1925, rééd. Paris, 1954, p. 82 ; E. Haugen, The Analysis of Linguistic Borrowing, dans Language, 26 (1950), p. 210-211.

12 I. Epstein, La pensée et la polyglossie, Lausanne, 1915 : cité et commenté par J. Vergote, Het probleem van de Koine, dans Philologische Studiën, 5 (1933-34), p. 16-24.

13 Dans Scientia, 15 (1914), reproduit dans Linguistique historique et linguistique générale, (I), 2e éd., Paris, 1926, réimpr. 1948, p. 85.

14 On peut ajouter aujourd’hui des précisions à l’opinion de Meillet grâce à l’étude de Suzanne Sylvain, Le créole haïtien. Morphologie et syntaxe (Wetteren, 1936) et à l’excellent commentaire de Marcel Cohen dans Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, 38 (1937), comptes rendus p. 21-26. En gros, la morphologie du créole haïtien est une simplification de celle du français, mais elle est coulée dans le moule d’une syntaxe négro-africaine. Les phonèmes sont sensiblement les mêmes que ceux du français. Quant au vocabulaire, il est essentiellement français et ne compte pas plus de 170 mots d’origine africaine.

15 A. Meillet, Introduction au volume Les Langues du monde, Paris, 1924, p. 5-8 ; reproduit dans la 2e édition, Paris, 1953, et sous le titre Introduction à la classification des langues, dans Linguistique historique et linguistique générale, II, Paris, 1936, p. 61-62.

16 J. Vendryes, Le langage, nouv. éd., 1939, p. 344-348.

17 O. Jespersen, Language, Londres, 1922, p. 212-213.

18 L. Remacle, Bilinguisme et orthophonie, dans Bulletin de la Commission de Toponymie et Dialectologie, 17 (1943), p. 121.

19 Cette appellation est proposée par L. Remacle, op. cit., p. 116. — Récemment, il a paru quelques ouvrages écrits en franco-wallon : M. Remy, Les ceux de chez nous, Liège, 1941 ; A. Quernol, Toussaint de chez Dadite2, Bruxelles, 1939 ; Babette, Bruxelles, 1939 ; Lambert-d’au-moulin, Tongres, 1941 ; Sabine, Liège, 1945 ; Alexis Canon, Liège, 1946 ; Lisa, Liège, 1950.

20 J. Vergote, Het probleem van de Koine, dans Philologische Studien, 5 (1933-34), p. 22-23 ; M. Pei, Histoire du langage, trad. de M. et F. Gubler, Paris, 1954, p. 136-137 et 270-272. Sur les langues mixtes, voir l’appendice bibliographique p. 424-425.

21 M. Lejeune, La curiosité linguistique dans l’antiquité classique, dans Conférences de l’Institut de Linguistique de V Université de Paris, 8 (1940-48), Paris, 1949, p. 56.

22 F.-L. Max, Argots et sabirs des camps de déportés, dans Le Français Moderne, 14 (1946), p. 168-173, spécialement p. 172-173.

23 K. Sandfeld, Linguistique balkanique, Paris, 1930, p. 3 ss., notamment p. 7 et 18 ; M. Niedermann, L’interpénétration des langues (1949), reproduit dans Recueil Niedermann, 1950, spéc. p. 25-26.

24 Précis de grammaire historique de la langue française, nouv. éd., Paris, 1937, p. 185-186.

25 A. Dauzat, Le génie de la langue française2, Paris, 1944, p. 96 ; Voyage à travers les mots, Paris, 1947, p. 133-134 ; M. Pei, op. cit., p. 266-267.

26 M. Schöne, Vie et mort des mots, Paris, 1947, p. 27.

27 Ibid., p. 28.

28 M. Pei, op. cit., p. 265.

29 Cf. A. Meillet, Le sens linguistique de l’unité latine, dans Linguistique historique et linguistique générale, (I), 2e éd., réimpr., Paris, 1948, p. 319-320.

30 Notes sur les calques linguistiques, dans Festschrift W. Thomsen, 1912, p. 166.

31 Roman illustré par l’auteur : traduit de l’anglais par Raymond Queneau, Paris, 1946.

32 Cf. Le petit courrier de Ménage, dans Le Français Moderne, 15 (1947), p. 205-206.

33 Une langue universelle ? Et laquelle ? dans Vie et Langage, 3 (1954), p. 462-465.

© Presses universitaires de Liège, 1956

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search