Version classiqueVersion mobile

L’Emprunt linguistique

 | 
Louis Deroy

Cinquième Partie. Effets et Profits

Chapitre XIII. Témoins à interroger

Texte intégral

1Les linguistes qu’un purisme excessif n’aveugle pas, s’accordent à reconnaître que, tout compte fait, les emprunts enrichissent les langues qui les prennent. Mais il faut dire aussi le profit d’un autre ordre que l’étude des emprunts apporte d’une part à la linguistique, d’autre part à l’histoire.

  • 1 H. Frei, Monosyllabisme et polysyllabisme dans les emprunts linguistiques, dans Bulletin de la Mai (...)

2D’abord l’étude de l’emprunt apporte aux linguistes de précieuses clartés tant sur la langue donneuse que sur la langue preneuse. « Les emprunts, écrit Henri Frei1, peuvent fournir des indications sur le système et les tendances de la langue qui emprunte et servir ainsi en quelque sorte de réactifs pour déceler des carac- tères qui n’apparaîtraient pas aussi visiblement si l’on se bornait à l’étude du vocabulaire autochtone ». Spécialisant alors son observation, il note combien les formes prises par les emprunts mettent en lumière l’opposition entre les langues à mots longs (italien) et celles à mots courts (anglais), entre les langues tendant au polysyllabisme (japonais) et celles tendant au monosyllabisme (chinois).

  • 2 F. Martini, De la réduction des mots sanskrits passés en cambodgien, dans Bulletin de la Société d (...)

3Les tendances phonologiques fondamentales du cambodgien sont mises en lumière d’une façon particulièrement vive par l’examen des mots que cette langue a empruntés au sanskrit et au pâli ; réduction du nombre de syllabes à deux au maximum, allongement de la voyelle en syllabe ouverte, impossibilité d’avoir à la finale une consonne sonore, une aspirée ou un groupe de consonnes2.

  • 3 W. von Wartburg, Les origines des peuples romans, trad. de l’allemand par C. Cuénot de Maupassant, (...)

4La considération des emprunts apporte des profits aussi touchant la phonétique historique de la langue emprunteuse. Ainsi, la présence en français d’un grand nombre de mots et d’autres éléments d’origine francique suggère l’hypothèse que l’évolution propre du parler d’oïl est due à une influence germanique profonde. Le parler d’oïl s’est ainsi différencié de plus en plus du parler d’oc, qui demeure tout proche des sons du latin parlé. Il suffit de comparer les mots français rive, vie, porter, miel, flour (devenu fleur) aux formes provençales correspondantes riba, vida, portar, mel, flor. La ligne de démarcation entre les domaines d’oïl et d’oc, telle qu’elle se dessine au Moyen Age, s’identifie assez exactement avec la limite méridionale des établissements germaniques consécutifs aux invasions franques des 5e et 6e siècles3.

  • 4 L’étude essentielle sur cette question est celle d’Eva Fiesel, Das grammatische Geschlecht im Etru (...)

5La morphologie de la langue emprunteuse peut aussi parfois être éclairée par l’étude des emprunts, surtout s’il s’agit d’une langue mal connue par les sources directes. Si, par exemple, nous pouvons presque sûrement affirmer que l’étrusque ne possédait pas de distinction morphologique des genres, mais seulement des moyens secondaires de souligner, à l’occasion, le sexe naturel, nous le devons en bonne partie à l’examen des nombreux mots, notamment des noms propres, empruntés au grec ancien4.

  • 5 Voir p. 169.

6Enfin, le fait que le turc contemporain a emprunté au persan la conjonction ki « que » et les constructions syntaxiques qu’elle permet5, nous laisse supposer que les Turcs du 20e siècle ont dû être souvent gênés par la complication et le manque de clarté des tours dont ils se servaient jusqu’à ce moment. L’emprunt nous découvre un des aspects de l’adaptation d’une vieille langue aux nécessités d’expression de la pensée moderne.

***

7Mais les emprunts, ces transfuges, apportent surtout, au linguiste, des indications sur la langue d’où ils viennent. Certains s’expriment spontanément et nettement, mais il en est d’autres qu’il faut habilement « cuisiner ». Il y a des témoignages qu’il faut interpréter et qui ne s’éclairent que par recoupement.

  • 6 Cf. A. Ernout, Les éléments étrusques du vocabulaire latin, dans Bulletin de la Société de Linguis (...)

8Que nous interrogions donc les emprunts, et voici que nous découvrons, de la langue donneuse, des mots jusqu’ici inconnus. C’est le cas, par exemple, des mots latins assez nombreux auxquels nous avons des raisons solides d’attribuer une origine étrusque et qui ne sont pas accessibles dans les inscriptions étrusques conservées : verna, puteus, fenestra, bargus et bargina, taberna, urna etc.6

  • 7 Cette précision est donnée par le lexicographe Festus.
  • 8 M. Leumann, Schwer erkennbare griechische Wörter im Latein, dans Festschrift W. Havers = Die Sprac (...)

9Parfois ce sont des sens inconnus de mots attestés que nous révèlent les emprunts. Ainsi Plaute emploie huit fois, dans sa comédie Les Ménechmes, le mot spinter (souvent écrit spinther dans les manuscrits) pour désigner un bracelet que les femmes portaient au haut du bras gauche7. Il s’agit évidemment du grec σφιγκτήρ, Or celui-ci ne présente, dans les textes grecs, que les sens de « lien, bandage, bandeau » et « muscle annulaire », jamais celui de « bracelet ». Plaute a dû emprunter le mot à un grec hellénistique qui nous est encore mal connu, en dépit des apports récents de la papyrologie. On peut en dire autant du latin scutica « fouet » attesté par Horace et par Ovide : il procède sûrement de σκυθική, mais les textes grecs ne nous font connaître que σκυθικαί, nom d’une espèce de chaussures8.

10De la langue donneuse les emprunts nous font aussi connaître certaines particularités phonétiques, certains traits de la prononciation que la graphie traditionnelle de cette langue ne suffit pas à indiquer.

  • 9 Cf. A. Menarini, L’italo-americano degli Stati Uniti, dans Lingua Nostra, 1 (1939), P. 152-160.
  • 10 Cf. W. A. Craigie, Inflected English, Oxford, 1945, p. 109-110.

11Si nous ignorions la prononciation de l’anglais ou plus exactement de l’anglo-américain, les anglicismes de l’italo-américain seraient pour nous une révélation : èmma « ham », aiscrima « ice cream », batti « but », grini « green », làiti « light », bòrdu « board », còttu « coat », munnu « moon », òllu « hall », smóllu « small », bòttu « boat », ledì « lady », nèva « never », sista « sister », sciumèca « shoemaker » etc. 9Notre connaissance se préciserait encore plus par le recoupement du lituanien des États-Unis : streikas « strike », mi-tingas « meeting », stakas « stock », faitas « fight », maineris « miner », mailis « mile », biznis « business », prapartē « property », futbolē « football » etc.10

  • 11 Cf. A. Rahlfs, Griechische Wörter im Koptischen, dans Sitzungsberichte der Königlichen Preussische (...)

12D’après la notation copte des emprunts grecs où κ est rendu par la lettre čima devant ι, ε, η et ει, nous savons que, depuis le 4e siècle après J.-C, le kappa avait, en grec, une prononciation palatale11.

  • 12 A. Meillet, Aperçu d’une histoire de la langue grecque6, 1948, p. 316.

13Tandis que la prononciation i de η s’était établie dans la plus grande partie du domaine grec dès l’époque hellénistique, le timbre e avait subsisté dans la région du Pont : la preuve en est la prononciation des mots grecs empruntés, sans doute du 4e au 7e siècle après J.-C, par l’arménien12.

  • 13 A. Mirambel, Le gamma intercalaire et les emprunts grecs en vieux slave, dans Revue des Études Sla (...)

14On utilise, comme un témoignage essentiel, les graphies vieux-slaves de mots grecs empruntés pour établir la chronologie et éclaircir l’histoire du « gamma irrationnel » intercalaire qui s’est développé sporadiquement en grec postclassique et médiéval13.

  • 14 A. Dauzat, La géographie linguistique, Paris, 1922, p. 41.

15Des considérations phonétiques nous obligent à supposer que *ke, *ki du latin classique, devenus *kye *kyi dès l’antiquité dans l’usage vulgaire, ont dû se changer en *tye *tyi avant de devenir *tše *tše ou tse *tsi d’où se si) dans les langues romanes. Par exemple, le latin vulgaire cepolla (classique caepulla) n’est pas devenu l’italien cipoletta, l’ancien provençal cebula, le français ciboule, etc. sans passer par une forme intermédiaire Hyepola : cette forme est précisément attestée indirectement par le basque tipola, emprunté au latin vulgaire tardif14.

  • 15 E. Bourciez, Précis historique de phonétique française8, Paris, 1937, p. 172.

16Les gallicismes passés en anglais aux 11e, 12e et 13e siècles témoignent de la prononciation réelle de l’ancien français. Par exemple, channel nous assure que ch valait tch dans la forme française ancienne chanel (fr. mod. chenal, chéneau), comme le prouve par ailleurs la forme wallonne liégeoise tchènå15.

  • 16 G. Alessio, Le origini del francese, Florence, 1946, p. 157.

17La graphie merzî des anciens poètes haut-allemands nous assure que le mot merci sonnait bien mertsi en ancien français16.

  • 17 S. Simonyi, Die ungarische Sprache, Strasbourg, 1907, p. 58.

18Les emprunts du hongrois au slave ont aussi permis certaines conclusions très importantes concernant la phonétique historique du slave. Ainsi les formes hongroises konc « morceau, part, pâture », galamb « pigeon » et gerenda, « poutre » nous assurent qu’en Slovénie, au moment de l’emprunt, ą et ę des mots vieux-slaves kǫs, golǫb, gręda étaient encore prononcés comme des voyelles nasales17.

***

19Il est évident que les emprunts nous font aussi connaître quelquefois, de la même façon, des particularités morphologiques et syntaxiques de la langue donneuse sur lesquelles nous manquons par ailleurs de témoignages directs. En somme, les emprunts nous permettent de restituer, dans une certaine mesure, des états anciens de langues qui ont ensuite disparu ou qui ont fortement changé.

  • 18 T. E. Karsten, Les anciens Germains, adaptation française de F. Mossé, Paris, 1931, p. 121 et 161  (...)

20Ainsi la source la plus ancienne et la plus sûre que l’on possède pour la connaissance du germanique commun consiste dans les nombreux emprunts germaniques qui ont pénétré dans les langues finnoise et lapone plusieurs siècles avant J.-C. Ce fut le mérite de Vilhelm Thomsen, en 1869, de faire connaître ces témoignages dont l’importance est extrême en raison du caractère extraordinai-rement conservateur des langues emprunteuses18.

  • 19 A. G. Haudricourt, Comment reconstruire le chinois archaïque, dans Word, 10 (1954), p. 351-364.

21Pour reconstruire le chinois archaïque, les sinologues disposent de deux sources qui se complètent : d’une part, l’étude et la comparaison des dialectes disséminés en Chine, en Corée, au Japon et au Vietnam ; d’autre part, l’utilisation des anciens emprunts chinois en miao, en thai, en vietnamien, en khmer et dans d’autres langues extrême-orientales19.

  • 20 Sur le nom d’un contenant à entrelacs dans le monde méditerranéen, dans Bulletin de la Société de (...)
  • 21 Cf. entre autres A. Cuny, Les mots du fonds préhellénique en grec, latin et sémitique occidental, (...)
  • 22 Cf. A. Meillet, Aperçu d’une histoire de la langue grecque6, 1948, p. 65.
  • 23 Ibid.
  • 24 Parmi les exposés récents : C. Battisti, dans Studi Etruschi, 17 (1943). p. 265-269 ; G. Alessio, (...)

22C’est aussi grâce à la survivance de nombreux mots comme emprunts dans diverses langues des régions périméditerranéennes que la linguistique moderne a pu restituer, à larges traits, un substrat linguistique méditerranéen, antérieur à l’arrivée des parlers indoeuropéens et sémitiques. Ces emprunts qui ont, en quelque sorte, échappé au naufrage d’une grande famille linguistique et qui ont surnagé de ci de là sous des formes aberrantes, ont reçu, de Marcel Cohen20, le nom suggestif de « mots-bouchons ». Ceux qui demeurent en grec, témoignent de l’existence d’une langue préhellénique ; ceux qui survivent en Espagne rappellent l’ibérique et il en va de même d’autres régions, sans oublier l’Italie où le substrat dit « tyrrhénien » a été mêlé avec l’aspect plus récent d’une langue non indo-européenne, l’étrusque. On a pu même instituer une comparaison d’éléments phonétiques, morphologiques et lexicaux méditerranéens décelés dans des langues postérieures éparses. Il suffira de rappeler, par exemple, que les différents parlers rattachés au substrat méditerranéen paraissent caractérisés par une absence de distinction entre les occlusives sourdes et les occlusives sonores. Parmi les concordances lexicales, relevons notamment celle de l’hébreu pilèĝèŝ, de l’arabe belqīs, du grec παλλακίς et du latin pellex « concubine, courtisane »21 ; celle du grec σΰκον, du latin ficus et de l’arménien thuz « figue »22 ; celle du grec (F)ρόδον, du latin rosa et d’une ancienne forme iranienne représentée par le persan gul et l’arménien vari « rose »23 ; celle des multiples noms de montagnes qui, de l’Espagne à l’Inde, représentent une même base *mala24. Il n’est pas possible de s’étendre davantage ici sur cette question complexe et encore mal éclaircie, qui a provoqué déjà une abondante littérature.

***

  • 25 Substrat et emprunt en roman et en germanique, Copenhague et Bucarest, 1948, p. 142.
  • 26 Linguistique et Histoire des mœurs, trad. par E. Philippot, Paris, 1934, p. 68

23Les emprunts sont aussi des témoins d’histoire. « Car, écrivait justement Vigo Bröndal25, chaque courant de civilisation, qui touche plus que superficiellement une population, laissera des traces dans la langue de celle-ci. Une langue est, comme on l’a souvent remarqué, un musée historique et culturel ». Kristoter Nyrop allait plus loin : « Il est toujours intéressant, dit-il26, d’étudier dans une langue les éléments étrangers. Ils nous révèlent tant de choses à la fois sur la nation qui fournit et sur celle qui emprunte ! On n’exagère pas beaucoup en disant qu’on pourrait écrire de grands chapitres de l’histoire du développement culturel d’un peuple rien qu’en se servant des mots étrangers auxquels il a donné droit de cité ».

  • 27 F. Mackenzie, Les relations de l’Angleterre et de la France d’après le vocabulaire, Paris, 1939, t (...)

24L’exagération est évidente et appelle des réserves nuancées. Ferdinand Brunot a justement remarqué, dans Les mots, témoins de l’histoire, qu’il n’existe pas de synchronisme parfait entre le développement de la pensée et celui de la langue. Néanmoins, les études linguistiques peuvent quelquefois apporter à l’histoire des précisions que ne donnent pas les autres sources, et il arrive qu’elles conduisent, sur ce point, à des paradoxes d’autant plus séduisants peut-être qu’ils sont plus difficiles. « Pourquoi, par exemple, la France, pays agricole, donne-t-elle aux pays anglo-saxons les termes industrial, industrialist et industrialism ? Pourquoi nationalisme et patriotisme sont-ils nés, paraît-il, dans le même pays où le philosophe Bentham créa le mot international ? Comment le pays du puritanisme fournit-il, sous le règne de Victoria même, les doctrines du néo-malthusianisme ? On pourrait multiplier presque indéfiniment les exemples de ce genre. Chloroforme et antisepsie, par exemple, sont des gallicismes comme termes de chimie ; comme termes de médecine, ce sont des anglicismes27 ».

  • 28 Ibid.

25La valeur culturelle des emprunts varie selon qu’ils ont été faits par la voie écrite ou par la voie orale. L’emprunt visuel ne laisse supposer qu’une relation indirecte entre la nation et le pays emprunteur, tandis que l’emprunt auditif implique un contact direct et même une certaine intimité des rapports. Les Français, par exemple, qui ne connaissent le mot anglais coaltar « goudron tiré de la houille » que par l’écriture — et c’est souvent le cas à Paris — le prononcent comme un trisyllabe, tandis qu’il est un disyllabe, à l’anglaise, sur la côte normande, où les marins l’apprennent par l’oreille28.

  • 29 Cf. V. Bröndal, Substrat et emprunt en roman et en germanique, Copenhague et Bucarest, 1948, p. 14 (...)

26Il ne faut pas non plus mettre sur le même pied les emprunts occasionnels ou périphériques et les autres. Tandis que les mots pris isolément par une nation civilisée à la périphérie de son domaine, ne témoignent en général que d’un intérêt économique, culinaire ou ethnographique pour des produits étrangers et souvent exotiques, en revanche les emprunts qui ont rayonné d’un pays vers les régions voisines décèlent des courants de civilisation non négligeables pour l’historien29. L’emprunt en français de coche, banane, kangourou et tomahawk n’a pas la même signification que celui des italianismes cavalerie, fantassin, soldat, canon et de tant d’autres déjà cités, qui montrent que l’Italie de la Renaissance a donné à la France le modèle de l’organisation militaire.

  • 30 Influence latine sur le vocabulaire grec d’Égypte, dans Chronique d’Égypte, 52 (1951). p. 403-404.

27On peut encore classer les emprunts en catégories relatives à la vie publique, à la vie sociale, à la vie privée, et mesurer du même coup l’orientation et la profondeur de l’influence étrangère sur le plan de la civilisation. Ce classement est celui qui a été adopté par J. J. Salverda de Grave dans ses Franse woorden in het Nederlands et qui a été ensuite appliqué aux mots français d’origine italienne et néerlandaise par ses disciples B. Wind et M. Valkhoff. Les domaines de la vie publique sont les arts, les sciences, les lettres, la guerre, l’armée, la marine, le culte, l’administration, la monnaie. Par vie sociale, on entend ce qui touche au commerce, à l’agriculture, à l’industrie et à d’autres activités professionnelles. Le reste appartient à la vie privée. Il est évident que les emprunts relatifs à la vie privée impliquent une pénétration très profonde de l’influence étrangère. Robert Cavenaile 30 l’a spécialement fait remarquer à propos des latinismes dans le grec hellénistique d’Égypte.

  • 31 Quelques observations sur les mots d’emprunt, dans Mélanges Cam. Chabaneau (= Romanische Forschung (...)
  • 32 Colonizzazioni nell’ antico Mediterraneo occidentale alla luce degli aspetti linguistici, Naples, (...)

28Enfin, toujours dans le but de caractériser le témoignage historique et culturel des mots d’emprunts, J. J. Salverda de Grave les répartit différemment en emprunts techniques et emprunts nοn-techniques31. Les emprunts techniques sont ceux qui entrent dans une langue avec des objets nouveaux ou des notions jusque là ignorées. Ce sont les emprunts appelés aussi nécessaires, dont j’ai déjà longuement traité plus haut. Parmi les exemples les plus typiques, il faut citer les noms de métaux : la linguistique rejoint ici l’archéologie pour retracer les voies d’exportation historiques, protohistoriques et même préhistoriques. Vittorio Bertoldi 32 a montré, d’après la zone d’expansion de l’hellénisme cuprum en Occident, que le courant de civilisation qui a apporté la connaissance et la technique du cuivre dans la Méditerranée occidentale, a laissé de côté l’Italie et la Dacie pour se répandre en Gaule, en Aquitaine et en Ibérie, avec Marseille comme centre d’expansion.

  • 33 A. G. Haudricourt, Ce que peuvent nous apprendre les mots voyageurs, dans Mélanges d’Histoire Soci (...)

29L’examen de certains noms du zinc montre que le point de départ de la technique d’extraction de ce métal se trouve très probablement en Iran. Le mot persan tutiya est apparemment passé d’une part dans l’Inde, où tuta et tuttha désignent le sulfate de zinc, puis, par extension, les sulfates en général. Il a été d’autre part emprunté par l’arabe, qui l’a transmis au latin médiéval et, par là, à des langues européennes (français tuthie ou tutie « oxyde de zinc »). Enfin le turk aussi a repris le mot : le turc (osmanli) tutya est à l’origine du géorgien tutava « zinc », tandis que la forme plus altérée tunç a donné le kachgarien (Asie centrale) tuç « laiton (alliage de cuivre et zinc) », ainsi que le géorgien tuc et le roumain tuciu « fonte de fer »33.

  • 34 Le Langage, nouv. éd., Paris, 1939, p. 268.

30Entraînés par les objets qu’ils désignent, les mots de civilisation s’éloignent parfois très fort de leur domaine originel : ce sont eux qu’on appelle les « mots voyageurs ». A leur propos, Joseph Vendryes34 a justement formulé l’observation suivante : « En faisant le compte des mots empruntés au latin par les peuples septentrionaux, Bretons, Irlandais, Anglo-Saxons, Allemands, Baltes, Slaves, on s’aperçoit que ce sont à peu près les mêmes ; et parmi ces mots un bon nombre avaient déjà été empruntés par les Latins aux Grecs ».

  • 35 Quelques observations sur les mots d’emprunt, dans Mélanges Chabaneau (= Romanische Forschungen, 2 (...)

31Une remarque analogue de J. J. Salverda de Grave concerne les gallicismes non-techniques plus récents que l’on trouve en hollandais, en allemand, en suédois : ce sont, pour les deux tiers à peu près, les mêmes mots, alors qu’ils ont été pris souvent indépendamment. On dirait, ajoute le linguiste hollandais, « que chez les peuples germaniques, il y a des idées qu’on exprime de préférence par un mot français sans que cette idée soit particulièrement française. » Ce fait assurément « ne peut pas être l’effet du hasard »35.

32Ces observations capitales pour l’historien préoccupé de suivre la progression des courants de civilisation à travers les mers et les continents, m’amènent à parler des emprunts non-techniques comme témoins d’histoire.

  • 36 Paris, 1939, tome I, p. 153-154.

33Pour être parfois moins catégoriques et moins enclins aux longues pérégrinations que les emprunts techniques, ils apportent, eux aussi, à l’historien des indications précieuses. Ce sont des emprunts sans absolue nécessité qui, à la désignation de choses déjà connues de l’emprunteur, ajoutent une finesse de pensée, une nuance affective, une note évocatrice. Avec eux, nous pénétrons dans la pensée des emprunteurs et, sur un plan plus général, dans la mentalité des peuples. La philosophie de l’histoire trouve ici une ample moisson de questions à méditer. C’est une de ces questions qu’a essayé d’éclaircir Frazer Mackenzie dans son étude des Relations de l’Angleterre et de la France d’après le vocabulaire36 : « Dans quelle mesure est justifiée l’opposition que l’on fait parfois entre le caractère pratique des Anglo-Saxons, qui se passent volontiers de l’analyse intellectuelle et dogmatique des institutions et des idées, et l’esprit essentiellement analytique des Français. On sait, par exemple, que le système parlementaire anglais est une institution adaptée presque inconsciemment par le travail de plusieurs siècles au génie de la race anglo-saxonne. Le parlement français actuel, au contraire, dans son rôle comme corps législatif, est une importation ; mais le terme parlementarisme n’est pas un apport anglais et n’apparaît guère que trente ans après l’adoption en France de l’institution. Les Français ont établi et retransmis à l’Angleterre la théorie de ce parlementa risme dont ils lui avaient pris les institutions. On se rappelle que le terme fut créé par Napoléon III.

34 L’internationalisme est-il, comme international, un anglicisme ? Bentham, créateur de l’adjectif, n’a pas employé le substantif abstrait qu’on ne relève en anglais qu’un siècle environ après l’adjectif. De même les mots scout et touriste sont des anglicismes, mais le scoutisme et le tourisme n’évoquent-ils pas des associations plus abstraites que le touring et le scouting anglais ? Le snobisme, ayant fait en France l’objet de toute une étude systématique, le mot a été récemment importé en Angleterre, avec des signifi- cations nouvelles, par les critiques littéraires, qui l’écrivent en italiques, signe infaillible de son origine étrangère. Le mot de Tackeray était plutôt snobishness. Des exemples semblables abondent et, à cet égard, la rubrique pantheist, dans l’« Oxford English Dictionary, est particulièrement intéressante. Panthéiste a été créé par le philosophe Toland, qui n’a pas, toutefois, employé le mot panthéisme, encore que ce dernier figure en français dans le même texte que panthéiste. Nous voyons dans cette désinence -isme, un suffixe français et tout particulièrement parisien. Parisien aussi le mot communisme, qui aurait été prononcé pour la première fois vers 1840, dans un salon de Paris, et aurait, dès avant 1848, fait le tour de l’Europe ».

  • 37 H. F. Muller, Quelques remarques sur le français canadien, dans Mélanges A. Dauzat, [1951], spécia (...)

35Un autre contraste franco-anglais se présente aujourd’hui au Canada avec une implacable réalité. Pour des raisons de travail et de commerce, les Canadiens français ne peuvent pas ignorer d’innombrables termes anglais : ils les connaissent et ils en lardent leur français. Il en résulte, dans le sentiment linguistique, une situation inquiétante : c’est le risque d’un sentiment d’infériorité du français vis-à-vis de l’anglais. En apparence « la langue sérieuse, la langue qui sert à quelque chose dans notre vie industrialisée, écrit H. F. Muller, c’est l’anglais, le français étant une fantaisie populaire et sentimentale, dont il faudra un jour s’émanciper »37. Il y a là un danger que ne se cachent pas les défenseurs de la langue française au Canada.

***

36Après avoir tâché d’isoler certains aspects spéciaux de l’apport des mots d’emprunt à l’histoire, je terminerai en essayant d’apprécier ce témoignage dans son ensemble. En effet, l’étude générale des emprunts d’une langue autorise parfois de larges conclusions qui intéressent l’historien non moins que le linguiste.

  • 38 Cette seconde édition reproduit, en y ajoutant un index des mots cités, le texte paru d’abord comm (...)

37On sait, par l’archéologie et par l’histoire, le rôle éminent joué par la Mésopotamie suméro-akkadienne dans l’essor de la civilisation aux 3e et 2e millénaires avant notre ère. La contrepartie linguistique de cette étude se trouve dans un ouvrage malheureusement vieilli de Heinrich Zimmern, Akkadische Fremdwörter als Beweis für babylonischen Kultureinfluss, dont la seconde édition date de 191738. Il y manque notamment les emprunts akkadiens dans les langues récemment étudiées que sont le hourrite et le hittite. Néanmoins, on aperçoit, grâce au classement des mots en catégories idéales, l’apport mésopotamien aux peuples du Proche-Orient et de la Méditerranée orientale dans les domaines de l’administration, de la guerre, du commerce, de la religion, des sciences et des techniques.

  • 39 A. Meillet, Aperçu d’une histoire de la langue grecque6, 1948, p. 305.

38L’examen des emprunts en arménien classique montre que la plupart des hellénismes n’y apparaissent qu’à partir de l’époque chrétienne et que les rares mots grecs empruntés à date plus ancienne sont venus par l’intermédiaire de l’iranien qui, lui-même, les a perdus en partie. Le slave n’a pas non plus reçu de mots grecs avant l’époque chrétienne39.

  • 40 T. E. Karsten, Les anciens Germains, adaptation française de F. Mossé, Paris, 1931, p. 137.

39Dans les échanges anciens de mots entre Celtes et Germains, ces derniers semblent avoir été, au début, exclusivement emprunteurs. Ce n’est que plus tard, après la décadence de la domination sociale et politique des Celtes, que les Germains fournirent, à leur tour, des termes à ces derniers40.

  • 41 Romanica Germanica, tome I, Berlin et Leipzig, 1934 ; Die germanische Siedlung in Belgien und Nord (...)
  • 42 Notamment : Germanisches Volkserbe in Wallonien und Nordfrankreich, Bonn, 1937.

40On ne soupçonnerait presque rien de l’influence culturelle des Francs en Gaule sans les pénétrantes études de plusieurs romanistes et particulièrement d’E. Gamillscheg41. Menant de pair la toponymie et la lexicologie, il nous révèle, à côté des centres d’expansion et de colonisation germaniques en Gaule, les domaines de la pensée atteints par la langue des Barbares. Les nombreuses polémiques suscitées par des travaux analogues, mais tendancieux, comme ceux de F. Petri42, doivent toutefois nous mettre en garde contre la tentation de faire dire aux mots plus qu’ils ne peuvent dire.

41L’étude des plus anciens gallicismes de l’anglais apporte aussi une précision historique sur la composition ethnique des classes dirigeantes et influentes en Angleterre aux 11e, 12e et 13e siècles. Que l’on mette, en effet, en regard, avec leurs dates d’apparition en Angleterre, les formes suivantes dont la phonétique révèle l’appartenance dialectale :

Formes normandes
cancheler 1066
capellane 1100
calange 1225
castaine 1398
reward 1315
machon 1165
parson 1250
Formes parisiennes
chanceler 1300
chapelain 1300
challenge 1300
chasteine 1320
regard 1430
mason 1300
person 1225
convey 1300 convoy 1375

  • 43 F. Mackenzie, Les relations de l’Angleterre et de la France d’après le vocabulaire, Paris, 1939, t (...)

42De cette confrontation et de bien d’autres, il ressort — et cette conclusion est généralement acceptée — qu’il y a eu d’abord une prédominance normande qui a persisté, après 1066, pendant près de trois siècles. Mais vers 1300 apparaît une influence parisienne qui se mêle d’abord à l’élément normand, tant et si bien que depuis 1300 et, en tout cas, depuis 1350, des invasions de termes purement parisiens remplacent peu à peu les termes normands antérieurs43.

  • 44 F. Mackenzie, op. cit., tome I, p. 48 et 268-281.
  • 45 Notes sur la chronologie des anglicismes en français classique et postclassique, dans Le Français (...)

43Dans le domaine des emprunts, le français a plus donné qu’il n’a reçu. Cela ne veut pas dire qu’il n’ait pas largement emprunté et de telle façon que l’historien puisse tirer profit de certains bilans. Celui des anglicismes a été fort bien dressé par Frazer Mackenzie en 1939 44 et par E. De Ullmann en 194045. Avant la Révocation de l’Édit de Nantes en 1684, un maigre contingent de 63 anglicismes montre une très faible influence anglaise dans des domaines divers. Après 1684, pendant un demi-siècle, des voyageurs et des émigrés notamment favorisent l’entrée en français de quelques 197 mots anglais relatifs surtout à la religion, à la politique et à l’administration. La publication, en 1733, des « Lettres philosophiques ou Lettres sur les Anglais » de Voltaire a inauguré une recrudescence et une nouvelle orientation de l’apport anglais : on a compté, sur un demi-siècle, quelque 328 anglicismes nouveaux concernant moins les domaines religieux et politico-administratifs que la vie économique, les sciences et les lettres. C’est au cours de cette période, vers 1760, que se déclenche, en France, la révolution industrielle sur le modèle de l’Angleterre. Il en résulte un perpétuel va-et-vient de termes nécessaires à l’expression des idées nouvelles. La Révolution de 1789, qui a bouleversé tant de notions, n’a pas modifié grandement le courant de l’anglicisme. Entre la Révolution et la chute de l’Empire à Waterloo en 1815, 215 mots sont encore repris à l’anglais : on constate un renouveau de l’influence politique et administrative, une progression des apports scientifiques, mais une baisse des contacts littéraires. La compéné-tration anglo-française atteint son apogée sous la Restauration. Le Jockey-Club français, institution essentiellement mondaine établie il y a un peu plus d’un siècle, fait alors pénétrer l’anglomanie dans tout le monde élégant. Dans la seconde moitié du 19e siècle et au début du 20e, on voit le contact entre les sociétés anglaise et française se développer à un niveau plus populaire qu’auparavant.

  • 46 R. J. Alfaro, El anglicismo en el español contemporaneo, dans Boletín del Instituto Caro y Cuervo, (...)

44En espagnol et plus spécialement en hispano-américain, l’histoire des emprunts reflète le cours des événements. Alors que pendant le 18e siècle et la majeure partie du 19e, on observait surtout une influence française, particulièrement idéologique et littéraire, en revanche, depuis la fin du 19e siècle, nous assistons à une croissance de l’influence anglaise favorisée par la presse, le commerce et l’industrie, les sciences, le cinéma, les voyages, les sports et les relations de politique internationale. En regard des 851 gallicismes relevés naguère par Baralt, Alfaro a pu compter, en hispano-américain moderne, quelque 1200 anglicismes46.

  • 47 A. Dauzat, Les mots d’emprunt dans l’argot français, dans le volume Études de linguistique françai (...)

45Il n’est pas jusqu’à la petite histoire des bandes de malfaiteurs que nous n’apercevions à travers les emprunts de l’argot. Dans l’argot français, par exemple, on trouve beaucoup de mots empruntés à l’Italie : à l’italien commun, au fourbesque, aux dialectes du Piémont et de la Lombardie. « Aucun mot ne révèle une origine ou des caractères génois, corses ou napolitains, malgré les relations maritimes entre Marseille, Gênes et Naples. Les rapports entre les malfaiteurs français et l’Italie avaient lieu uniquement par la voie terrestre. C’est par la Provence, centre de ralliement des malfaiteurs, que la plupart des mots italiens ont pénétré en argot. Ces emprunts n’apparaissent en nombre qu’à la fin du xvie siècle, cinquante ans après la création de la peine des galères ; la source vraiment argotique tarit, à la fin du xixe siècle, après la suppression du dernier bagne provençal »47.

Notes

1 H. Frei, Monosyllabisme et polysyllabisme dans les emprunts linguistiques, dans Bulletin de la Maison Franco-Japonaise, 8 (1936), n° 1, p. 80.

2 F. Martini, De la réduction des mots sanskrits passés en cambodgien, dans Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, 50 (1954), p. 244-261.

3 W. von Wartburg, Les origines des peuples romans, trad. de l’allemand par C. Cuénot de Maupassant, Paris, 1941, p. 145 ss.

4 L’étude essentielle sur cette question est celle d’Eva Fiesel, Das grammatische Geschlecht im Etruskischen, Göttingen, 1921. Cf. le résumé de la thèse dans G. Devoto, Storia della lingua di Roma, Bologne, 1940, p. 47-48.

5 Voir p. 169.

6 Cf. A. Ernout, Les éléments étrusques du vocabulaire latin, dans Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, 30 (1930), p. 82-112, reproduit dans le volume Philologica, Paris, 1946, p. 21-51.

7 Cette précision est donnée par le lexicographe Festus.

8 M. Leumann, Schwer erkennbare griechische Wörter im Latein, dans Festschrift W. Havers = Die Sprache, 1 (1949), p. 205.

9 Cf. A. Menarini, L’italo-americano degli Stati Uniti, dans Lingua Nostra, 1 (1939), P. 152-160.

10 Cf. W. A. Craigie, Inflected English, Oxford, 1945, p. 109-110.

11 Cf. A. Rahlfs, Griechische Wörter im Koptischen, dans Sitzungsberichte der Königlichen Preussischen Akademie der Wissenschaften, 1912, n° 45, p. 1036-1046 : cité par S. Gaselee, The Pronounciation of Greek in Christian Egypt, dans Classical Review, 30 (1916), p. 6-7.

12 A. Meillet, Aperçu d’une histoire de la langue grecque6, 1948, p. 316.

13 A. Mirambel, Le gamma intercalaire et les emprunts grecs en vieux slave, dans Revue des Études Slaves, 26 (1950), p. 125-130.

14 A. Dauzat, La géographie linguistique, Paris, 1922, p. 41.

15 E. Bourciez, Précis historique de phonétique française8, Paris, 1937, p. 172.

16 G. Alessio, Le origini del francese, Florence, 1946, p. 157.

17 S. Simonyi, Die ungarische Sprache, Strasbourg, 1907, p. 58.

18 T. E. Karsten, Les anciens Germains, adaptation française de F. Mossé, Paris, 1931, p. 121 et 161 ; A. Meillet, Vilhelm Thomsen, dans Linguistique historique et linguistique générale, II, Paris, 1936, p. 187-188.

19 A. G. Haudricourt, Comment reconstruire le chinois archaïque, dans Word, 10 (1954), p. 351-364.

20 Sur le nom d’un contenant à entrelacs dans le monde méditerranéen, dans Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, 27 (1927), p. 81-120.

21 Cf. entre autres A. Cuny, Les mots du fonds préhellénique en grec, latin et sémitique occidental, dans Revue des Études Anciennes, 11 (1910), p. 154-164.

22 Cf. A. Meillet, Aperçu d’une histoire de la langue grecque6, 1948, p. 65.

23 Ibid.

24 Parmi les exposés récents : C. Battisti, dans Studi Etruschi, 17 (1943). p. 265-269 ; G. Alessio, même revue 19 (1946-47), p. 142 ; F. Ribezzo, dans Archivio Glottologico Italiano, 35 (1950), p. 50.

25 Substrat et emprunt en roman et en germanique, Copenhague et Bucarest, 1948, p. 142.

26 Linguistique et Histoire des mœurs, trad. par E. Philippot, Paris, 1934, p. 68

27 F. Mackenzie, Les relations de l’Angleterre et de la France d’après le vocabulaire, Paris, 1939, tome I, p. 153.

28 Ibid.

29 Cf. V. Bröndal, Substrat et emprunt en roman et en germanique, Copenhague et Bucarest, 1948, p. 143-144.

30 Influence latine sur le vocabulaire grec d’Égypte, dans Chronique d’Égypte, 52 (1951). p. 403-404.

31 Quelques observations sur les mots d’emprunt, dans Mélanges Cam. Chabaneau (= Romanische Forschungen, 23), Erlangen, 1907, p. 147 ; L’influence de la langue française en Hollande d’après les mots empruntés, Paris, 1913, p. 50.

32 Colonizzazioni nell’ antico Mediterraneo occidentale alla luce degli aspetti linguistici, Naples, 1950, p. 101-103.

33 A. G. Haudricourt, Ce que peuvent nous apprendre les mots voyageurs, dans Mélanges d’Histoire Sociale, 1 (1942), p. 26-30.

34 Le Langage, nouv. éd., Paris, 1939, p. 268.

35 Quelques observations sur les mots d’emprunt, dans Mélanges Chabaneau (= Romanische Forschungen, 23), Erlangen, 1907, p. 148-149.

36 Paris, 1939, tome I, p. 153-154.

37 H. F. Muller, Quelques remarques sur le français canadien, dans Mélanges A. Dauzat, [1951], spécialement p. 234.

38 Cette seconde édition reproduit, en y ajoutant un index des mots cités, le texte paru d’abord comme Renunziationsprogramm der Philosophischen Fakultät der Universität Leipzig für 1913-1914.

39 A. Meillet, Aperçu d’une histoire de la langue grecque6, 1948, p. 305.

40 T. E. Karsten, Les anciens Germains, adaptation française de F. Mossé, Paris, 1931, p. 137.

41 Romanica Germanica, tome I, Berlin et Leipzig, 1934 ; Die germanische Siedlung in Belgien und Nordfrankreich, dans Abhandlungen der Preussischen Adakemie der Wissenschaften, philol.-hist. Kl., Berlin, 1938.

42 Notamment : Germanisches Volkserbe in Wallonien und Nordfrankreich, Bonn, 1937.

43 F. Mackenzie, Les relations de l’Angleterre et de la France d’après le vocabulaire, Paris, 1939, tome II, p. 43.

44 F. Mackenzie, op. cit., tome I, p. 48 et 268-281.

45 Notes sur la chronologie des anglicismes en français classique et postclassique, dans Le Français Moderne, 8 (1940), p. 345-349.

46 R. J. Alfaro, El anglicismo en el español contemporaneo, dans Boletín del Instituto Caro y Cuervo, 4 (1948), p. 102-115.

47 A. Dauzat, Les mots d’emprunt dans l’argot français, dans le volume Études de linguistique française2, Paris, 1946, p. 281.

© Presses universitaires de Liège, 1956

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search