Version classiqueVersion mobile

L’Emprunt linguistique

 | 
Louis Deroy

Cinquième Partie. Effets et Profits

Chapitre XII. Réaction et purisme

Texte intégral

1Il y a, dans Pétrus de Marcel Achard, une petite scène qui, pour être policière, n’en est pas moins amusante et instructive pour un linguiste. Il s’agit de l’interrogatoire d’une jeune femme par un commissaire, assisté de l’agent Macreuse qui prend note :

  • 1 Petrus, I, 2 = La Petite Illustration, 31 mars 1934, p. 6.

Le commissaire : Profession ?
Migo : Je suis girl.
Le Comm. (finement) : On sait ce que ça veut dire !
Macreuse : Pas moi !
Le Comm. : Alors, vous êtes girl ?
Macreuse (la plume en l’air) : Je vous demande pardon.
Qu’est-ce que c’est, girl ?
Le Comm. : Ça veut dire « fille » en anglais.
Macreuse : Ah ! bon ; alors, je mets : profession, fille.
Le Comm. : Ne mettez pas fille, mettez girl.
Macreuse (résigné) : Et ça s’écrit comme ça se prononce, bien entendu ?
Le Comm. (excédé) : Écrivez danseuse, si vous préférez.
Macreuse : Je préfère1.

2L’attitude de Macreuse est celle que prend tout naturellement, devant un terme inconnu, l’homme de la rue sans snobisme et sans fausse honte. Le pérégrinisme est pour lui comme une passerelle branlante où il ne s’aventure pas sans une absolue nécessité, et il préfère, chaque fois que c’est possible, employer les mots que tout le monde comprend. Cette résistance passive du locuteur commun explique bien pourquoi tant de mots étrangers arrivent tardivement ou même n’arrivent jamais à passer des langues spéciales ou de la langue littéraire jusque dans l’usage ordinaire ou populaire.

3Le locuteur cultivé, plus sensible au désir d’exprimer certaines nouveautés ou certaines nuances, est généralement plus réceptif. Il réagit pourtant, mais avec mesure, en faisant un choix et d’après des critères particuliers qui existent aussi, mais moins marqués, chez l’homme du peuple.

***

4Il arrive que le locuteur soit rebuté par un mot étranger simplement parce que la forme lui en paraît disgracieuse et malsonnante. Quand le maître de philosophie du Bourgeois Gentilhomme (II, VI) a énuméré les figures de la logique qu’on appelle Barbara, Celarent, Darii, Ferio, Baralipton, etc., Monsieur Jourdain se récrie : « Voilà des mots qui sont trop rébarbatifs. Cette logique-là ne me revient point. Apprenons autre chose qui soit plus joli ».

5Au 19e siècle, Viennet dans son Épître à Boileau se montrait, non sans parti pris, horrifié des anglicismes apportés en France en même temps que le chemin de fer. On n’entend, écrivait-il,

  • 2 Épîtres et Satires, 5e éd., Paris, 1860, p. 356-361 : A Boileau. Sur les mots nouveaux.

« que des mots à déchirer le fer,
Le railway, le tunnel, le ballast, le tender,
Express, trucks et wagons : une bouche française
Semble broyer du fer et mâcher de la braise »2.

  • 3 Gramática Castellana de l’Académie d’Espagne, p. 295 n. 1, cité par J. Damourette et E. Pichon, De (...)

6Depuis longtemps, l’Académie espagnole a protesté contre l’invasion de néologismes barbares et absurdes, de vocables exotiques dont la rudesse et la dureté répugnent tant aux oreilles espagnoles3.

7Le sujet qui parle une langue n’aime pas que l’on contrarie ses habitudes de prononciation.

  • 4 Profilo di storia linguistica italiana2, Florence, 1954, p. 148.

8« En italien moderne, note Giacomo Devoto, on accepte sciovinismo et on refuse chauffeur, uniquement parce que le premier ne comporte qu’un problème d’adaptation orthographique, sans violence, tandis que le second bute contre une voyelle mixte telle que eu [ö], qui répugne à l’italien, même à celui du novecento »4.

  • 5 S. Ullmann, Précis de sémantique française, Paris et Berne, 1952, p. 150-151.

9Sans doute ces réactions relèvent-elles, pour une part, d’impressions subjectives variables selon les hommes et selon les temps. Il s’y glisse souvent, plus ou moins consciemment, des partis pris. Ce n’est pas sans quelque partialité patriotique que le poète Alfieri admirait, dans l’italien capitano, un vocable « sonore, complet, né en Italie », tandis qu’il trouvait le français capitaine « pitoyable, nasillard, mutilé par les Gaulois » et l’anglais captain « écorché dans la gorge des âpres Britanniques5 ».

  • 6 « A force d’entendre le même terme baroque, la même expression étrangère, ces mots deviennent moin (...)

10Il faut aussi tenir compte d’une certaine accoutumance. Quand le besoin nous force à employer des emprunts techniques désagréables à l’oreille, nous nous habituons peu à peu à leur dissonance6, comme nous ne voyons plus les traits disgracieux des personnes que nous sommes tenus de fréquenter.

  • 7 E. Sapir, Le Langage, trad. de S. M. Guillemin, Paris, 1953, p. 184-185. Le linguiste américain fa (...)

11Néanmoins, la réaction contre la forme étrange des mots empruntés est un phénomène dont on ne peut nier la fréquence et l’importance. Tout compte fait, elle manifeste une attitude psychologique complexe où les sentiments esthétiques se mêlent à des réflexes phonologiques et à des habitudes morphologiques. Edward Sapir l’a concrètement décrite à propos de la réceptivité anglaise et allemande à l’emprunt. « L’anglais, écrit-il, a longtemps cherché le mot complètement unifié, indécomposable, qu’il soit monosyllabique ou polysyllabique ; des mots tels que credible, certitude, intangible, sont facilement adoptés par l’anglais parce que chacun représente une idée complète et bien nuancée, et parce que l’analyse de leur forme (cred-ible, cert-itude, in-tangible) n’est pas un réflexe inévitable du subconscient (cred, cert, tang n’ont en anglais aucun sens comparable à celui de good dans goodness, bonté) ; un mot tel que intangible, une fois acclimaté, prend une unité psychologique aussi simple que celle de monosyllabes comme vague, thin (mince), grasp (saisir). En allemand, pourtant, les mots polysyllabiques tendent à se décomposer en éléments principaux ; c’est pourquoi la grande quantité de mots latins et français empruntés à l’apogée de l’influence française n’ont pas pu se maintenir dans la langue allemande. On trouve des hybrides latins-allemands comme kredibel (croyable) et d’autres français-allemands tels que reussiren (réussir), qui n’ont rien qui puisse satisfaire le génie de la langue ; le subconscient semble dire « je veux bien accepter kredibel, mais il me faut savoir avant » ce que signifie kred ». L’allemand a donc trouvé plus normal, en général, de créer des mots nouveaux avec ses propres ressources, » à mesure que la nécessité s’en faisait sentir »7.

***

12Le locuteur de bon sens réagit aussi contre l’emprunt quand l’usage lui en paraît dicté par un snobisme ou un pédantisme ridicule.

  • 8 H. Estienne, Deux dialogues du nouveau langage françois italianizé, éd. P. Ris-telhuber, Paris, 18 (...)

13C’est pour cette raison qu’au 16e siècle, en France, Henri Estienne parodiait la mode italianisante des courtisans, représentés par son personnage Philausone. « Il n’y a pas long temps, écrit-il, qu’ayant quelque martel in teste (ce qui m’advient souvent pendant que je fay ma stanse en la cour) et à cause de ce estant sorti apres le past pour aller un peu spaceger, je trouvai par la strade un mien ami, nommé Celtophile. Or voyant qu’il se monstret estre tout sbigotit de mon langage (qui est toutesfois le langage courtisa nesque, dont usent aujourdhuy les gentils-hommes Francés qui ont quelque garbe, et aussi desirent ne parler point sgarbatement) je me mis à ragionner avec luy touchant iceluy, en le soustenant le mieux qu’il m’estet possible. Et voyant que nonobstant tout ce que je luy pouves alleguer, ce langage italianizé luy semblet fort strane, voire avoir de la gofferie et balorderie, je pris beau- coup de fatigue pour luy caver cela de la fantaisie »8.

14Plus tard, au temps du Romantisme, Alfred de Musset s’est ingénié, dans quelques poèmes, à ridiculiser l’anglomanie des dandys de son temps. On lit, dans Les secrètes pensées de Rafaël :

« Dans le bol où le punch rit sur son trépied d’or,
Le grog est fashionable »

15et dans Mardoche :

  • 9 Cité par S. Ullmann, Précis de sémantique française, Paris et Berne, 1952, p. 170.

« And how do you do, mon bon père, aujourd’hui »9.

16A la même époque, voici encore Viennet qui, dans son Épître à Boileau, s’attaque aux anglicismes avec une outrance pédantesque et ridicule :

« Faut-il, pour cimenter un merveilleux accord
Changer l’arène en turf et le plaisir en sport ?…
Montrer, au lieu de Phèdre, une lionne anglaise
Qui, dans un handicap ou dans un steeple-chase,
Suit de l’œil un wagon de sportsmen escorté
Et fuyant sur le turf par un truck emporté ? »

  • 10 Cf. M. Kuttner, Anglomanie im heutigen Französischen, dans Zeitschrift für französische Sprache un (...)

17Des auteurs français plus récents ont souligné, de la même façon, la manie ridicule d’employer, sans raison ni mesure, des termes étrangers10.

  • 11 Voir les textes cités par G. Subba Rao, Indian Words in English, Oxford, 1954, P. 5.

18Dès le 18e siècle, on voit des littérateurs britanniques déplorer l’introduction d’exotismes inutiles dans l’usage familier de la langue anglaise11.

  • 12 J. Marouzeau, Aspects du français, Paris, 1950, p. 141.

19Pareillement, l’excès de gallicismes en allemand moderne n’a pas manqué de produire un effet risible. Un humoriste citait cette phrase amusante : Die elegante Mondäne kokettierte im Salon des Hotels mit dem Militär-Attache der Alliierten12.

***

20Aux yeux des gens de bon ton, c’est faire montre de vulgarité et de trivialité que d’user de mots empruntés à des dialectes, à des patois ou à des langues parlées par des étrangers de basse condition. L’importance sociale de ces « bourgeois » fait en sorte qu’il y a là aussi un rempart non négligeable contre l’emprunt ou du moins contre certains emprunts.

21Dans la région liégeoise, où le wallon est encore parlé couramment, surtout dans la classe populaire, il n’est pas rare de trouver des personnes qui affichent un mépris profond de toute forme dialectale et même font mine de ne pas comprendre ceux qui parlent le dialecte. Beaucoup n’ont pas ce mépris, mais évitent ce parler qui n’est pas de bon ton. Combien de pères et de mères qui usent familièrement du wallon entre eux, s’adressent en français à leurs enfants avec le sentiment de les aider ainsi à gravir un échelon social de plus !

  • 13 Les hellénismes du vocabulaire latin, dans L’Information Littéraire, 3 (1951), p. 186.
  • 14 Ep., 54, 1 : uni tamen morbo quasi adsignatus sum, quem quare Graeco nomine appellem nescio ; sali (...)

22A cette position du dialecte chez nous correspond, dans certains pays, le sort de certaines langues étrangères. Ce fut curieusement le cas du grec à la belle époque de la Rome antique. En effet, à côté du grec littéraire et scientifique où puisaient les plus grands esprits, à côté aussi du grec des aristocrates raffinés, il y avait à Rome le grec vulgaire, le grec parlé un peu partout par des métèques intrigants, par des nouveaux riches hellénomanes, par des trafiquants de tout poil et par une multitude d’affranchis et d’esclaves orientaux. Aux yeux des Romains respectueux des saines traditions, cela contribuait à donner au grec, en général, une teinte triviale. « Les railleries de Juvénal à l’égard de la poésie hellénisante, écrit Jacques Perret13, doivent quelque chose à l’irritation que lui ont fait éprouver parasites et intrigants de langue grecque. Le purisme spécifiquement latin d’un Térence ou d’un César est refus conjoint des vulgarités argotiques et du pédantisme ». Alors que la médecine latine tenait le meilleur de ses règles et de son vocabulaire de la médecine grecque, Sénèque, faisant allusion à son asthme dans une de ses Lettres à Lucilius, répugne à employer asthma : « Il y a cependant, écrit-il, une maladie à laquelle je suis en quelque sorte voué : je ne vois pas pourquoi je la désignerais d’un nom grec, puisqu’on peut fort bien l’appeler (en latin) suspirium »14.

***

  • 15 Terme technique d’orfèverie signifiant « incrustation », comme il ressort du récit du même inciden (...)
  • 16 Suétone, Tibère, 71.

23Au fond, il y a toujours, dans toute réaction, une préférence pour ce qui vient de chez soi, de sa région ou de son pays. Mais il arrive que ce « campanilisme » ou ce nationalisme soit la raison principale qui s’oppose à l’intrusion d’éléments étrangers. Chez les anciens Romains, dont on connaît la fierté nationale, on voit ainsi quelquefois le sens de l’État se manifester jusque dans l’usage linguistique. Nous en avons un bel exemple dans cet épisode de la vie de Tibère que nous rapporte Suétone : « Quoiqu’il parlât le grec couramment et sans peine, il n’en fit pas usage à tout propos et il s’en abstint surtout au Sénat ; c’est ainsi qu’avant de prononcer le mot monopolium, il s’excusa d’avoir à employer un mot étranger. Une autre fois même, ayant entendu dans la lecture d’un sénatusconsulte le mot έμβλημα15, il estima qu’il fallait changer ce terme et chercher un mot de chez nous pour remplacer ce terme étranger, ou, si l’on n’en trouvait pas, recourir au besoin à une périphrase pour exprimer la chose. Il interdit également à un soldat, auquel on demandait son témoignage en grec, de répondre autrement qu’en latin »16.

  • 17 E. Norden, op. cit., p. 44 ; S. Jannaccone, op, cit., p. 90.

24Le sentiment patriotique qui dicte cette attitude, se découvre bien à l’étude des ouvrages de Tacite qui vécut à la même époque. Tacite n’emploie que très rarement des mots grecs. Pour lui, ce n’est pas uniquement une loi stylistique, mais c’est l’expression d’une conscience nationale très élevée. Tout en respectant les grands écrivains de la Grèce classique, il distingue, pour le présent, l’Ouest de l’Est. D’un côté, c’est le fondement de l’Empire, où s’enracine la fierté nationale. De l’autre, dans cet Orient où se range la Grèce, c’est la source du mal qui annihile à la fois la religion, la morale et le patriotisme17.

  • 18 F. Desonay, La vivante histoire du français, Bruxelles, 1946, p. 47.

25La réaction nationaliste apparaît le plus clairement aux périodes d’exaspération générale qui accompagnent et suivent les guerres, les conflits, les occupations militaires. L’Angleterre médiévale nous en offre une belle illustration. Après sa victoire de 1066, Guillaume le Conquérant, prince français, a implanté en Angleterre la culture et la langue françaises. Pendant près de trois siècles, le français se répand avec l’aisance d’une langue supérieure. A la cour comme au prétoire, en chaire de vérité comme à l’école, l’anglais, tel un dialecte populaire, est battu en brèche et même menacé d’extinction. C’est la guerre de Cent ans qui va alors sauver l’anglo-saxon. « Dans le moment qu’elles s’unissent contre l’étranger, les deux races de la grande île — celle des conquérants normands, celle qui remonte aux invasions saxones — réalisent un front commun qui sera, aussi, celui de la langue. Le français est devenu l’ennemi. A partir du milieu du xive siècle, le recul du français se précipite presque aussi rapidement que ses progrès avaient été foudroyants »18.

  • 19 A. Meillex, Aperçu d’une histoire de la langue grecque3, Paris, 1948, p. 319-320.

26Quand, au début du 19e siècle, la Grèce a repris, contre la domination turque, conscience de son unité nationale, le besoin se fit sentir aussi d’une unité linguistique qui dominât les divergences entre les parlers populaires locaux. La base en fut la langue écrite, la κοινή littéraire dont l’Église avait conservé la tradition. Mais le réveil national se manifesta aussi par une épuration linguistique générale et unanime. « La conquête turque avait empli les parlers locaux de mots empruntés aux langues de l’Islam. On a évité tous ces mots dans la langue écrite, et peu à peu aussi dans la langue parlée. On a restauré largement le vocabulaire national qu’il a fallu reprendre en grande partie aux textes écrits… Les Grecs n’ont pas été seuls à procéder ainsi : en se donnant des langues écrites, l’une dans la partie de leur nation conquise par la Russie, l’autre en Turquie, les Arméniens en ont éliminé rigoureusement tous les mots d’origine islamique et ont repris quantité de termes à la langue de leurs anciens textes. Les Slaves des Balkans, Serbes et Bulgares, et les Roumains ont procédé de même. L’expulsion des termes islamiques a été une marque du réveil des nations chrétiennes, soit qu’elles aient obtenu une autonomie, soit qu’elles aient dû se contenter de se grouper autour de leur église nationale »19.

  • 20 L. H. Gray, Foundations of Language, 2e impr., New-York, 1950, p. 320.

27Pareillement, l’intense nationalisme qui s’est développé en Iran à l’époque moderne, a déterminé un effort pour purifier la langue persane de ses éléments arabes20.

  • 21 F. Desonay, op. cit., p. 90.

28La défaite de l’Empire napoléonien à Waterloo en 1815 a donné libre cours à une vague de réaction politique, mais aussi d’hostilité linguistique. En Allemagne et en Espagne, le français a été systématiquement honni. Quant à l’Angleterre, elle raviva sa gallophobie, déjà consacrée par la proscription du français en 1755. Sans doute, le traité de Vienne fut encore passé en français : mais Talleyrand y avait sans doute été pour quelque chose21.

  • 22 A. Schirmer, Deutsche Wortkunde (Sammlung Göschen, 929), Berlin et Leipzig, 1926, p. 24.

29Après la guerre de 1870, l’administration allemande des postes et des chemins de fer a substitué einschreiben à rekommandieren, Postanweisung à Mandat, Bahnsteig à Perron, Rückfahrkarte à Retourbillet22.

  • 23 Cf. J. Marouzeau, Aspects du français, Paris, 1950, p. 142.

30Au cours de la guerre 1914-1918, les Allemands ont mené une campagne pour éliminer par exemple Telephone au profit de Fernsprecher et Modistin au profit de Putzmacherin. En Italie, entre les deux guerres, le nationalisme mussolinien prétendit remplacer menu par lista ou minuta, cocktail par arlecchino, chauffeur par autista, vernissage par giorno della vernice, bridge (jeu) par ponte, etc. Il faut bien dire que le nationalisme excessif aboutit à d’indéfendables enfantillages23.

  • 24 E. Bourciez, Éléments de linguistique romane4, Paris, 1946, p. 739.

31Les Canadiens français serrent sans doute plus que nous les coudes contre l’anglicisme : ainsi, ils se servent de l’expression char urbain à l’exclusion de l’anglais tramway que les Français ont, eux, si bien accepté qu’ils l’abrégent en tram24.

  • 25 Cf. F. Mackenzie, Les relations de l’Angleterre et de la France d’après le vocabulaire, Paris, 193 (...)

32Je rappelle enfin que des écrivains français de la période contemporaine se sont élevés, au nom du nationalisme, contre l’adoption inconsidérée des mots étrangers. L’emploi croissant de pareils vocables équivaut selon leur chef de file, Remy de Gourmont, à une reconnaissance du vasselage intellectuel de la France25.

***

33Tout voisins des nationalistes, voici enfin les puristes. Le purisme linguistique est l’attitude défensive des gens, généralement cultivés, qui considèrent leur langue maternelle ou du moins leur langue familière comme un patrimoine à conserver avec une pieuse fidélité. C’est un nationalisme culturel. Il ne se manifeste généralement que devant une invasion massive de pérégrinismes qui menacent de défigurer l’aspect et la structure de la langue preneuse.

  • 26 Cf. A. Ernout, Aspects du vocabulaire latin, Paris, 1954. p. 79-80.

34Dans l’ancienne Rome, Cicéron, soucieux de rendre accessibles à ses compatriotes les divers aspects de la pensée hellénique, mais non moins soucieux de sauvegarder la pureté de la langue latine, a évité, autant qu’il a pu, de transcrire purement et simplement des mots grecs. « Tu sais bien, dit-il dans les Tusculanes, que je n’ai pas plus l’habitude de parler grec en latin que de parler latin en grec ». Il recourt à des traductions dont il n’est pas toujours satisfait, à des paraphrases qui ne sont pas toujours commodes, et il n’accepte de mots grecs que s’ils sont déjà vulgarisés ou s’ils sont tout à fait irremplaçables26.

  • 27 J. Psichari, Études de philologie néo-grecque, Paris, 1892, p. LIII.

35Il est remarquable qu’à Byzance, la réaction puriste grecque s’est produite, notamment chez Procope, quand la pression du latin était la plus forte et systématiquement organisée. Plus tard, une fois le danger écarté, à partir du 6e siècle, les écrivains se remettent à citer, sans scrupule, des mots latins en grec27.

  • 28 Cf. G. Waringhien, L’emprunt, dans Vie et Langage, 1 (1952), p. 402.

36En français moderne, les puristes visent surtout les anglicismes, de loin plus nombreux que les autres xénismes. De longues discussions ont eu et ont encore pour objet l’acceptation ou le refus de tel ou tel mot repris, sans nécessité absolue, à la langue anglaise. L’adoption de réaliser pour « concevoir, se rendre compte », qui semble aujourd’hui accomplie, n’a pas été sans provoquer d’âpres querelles de grammairiens. Il en va de même pour contrôler au sens de « dominer », pour ignorer au sens de « négliger », et naturellement pour baser contre lequel l’académicien Royer-Collard avait fulminé : « S’il entre, je sors »28.

  • 29 Depuis peu, living semble cependant concurrencé par salle de séjour dans la terminologie commercia (...)

37Il est bien difficile de s’opposer à l’usage. En dépit des remarques pertinentes et des créations suggestives d’André Thérive, il paraît bien sûr que formule ne sera pas substitué à slogan, ni chaise à bascule à rocking-chair, ni semaine anglaise à week-end, ni surtout vivoir à living-room déjà abrégé couramment en living29.

38N’en déplaise aux puristes, les Français d’aujourd’hui ne sont pas prêts à abandonner fair-play pour « franc jeu », gangster pour « bandit », raid pour « coup de main, expédition », standing pour « position, situation financière », stopper pour « arrêter », superviser pour « surveiller, diriger ».

39On imagine aisément que parfois chez un écrivain se pose, comme un cas de conscience, le choix entre le refus puriste et l’adoption admirative de l’emprunt. Nous en saisissons un bel exemple déjà dans l’antiquité romaine. A côté de l’ancien adjectif triquetrus « triangulaire », apparemment réservé à l’usage des gromaticiens. l’ancien latin avait repris au grec le terme de géométrie trigonum. Plus tard, Cicéron avait mis à la mode le calque triangulus d’apparence plus latine. Au deuxième siècle après J.-C, Germanicus Julius Caesar, neveu et fils adoptif de Tibère, revenu ébloui d’un voyage dans l’Orient grec, avouait, dans ses Aratea, son scrupule de ne point garder l’hellénisme trigonum condamné sans doute par le bon usage :

  • 30 Exposé en détail par E. Norden, Dreieck, dans Neue Jahrbücher für Wissenschaft und Jugendbildung, (...)

cur divite lingua
Graecia praecurram potiusque triangula dicam ?
« Pourquoi, Grèce au riche langage, faut-il me poser en rival et marquer une préférence en disant triangula ? »30

40A l’époque moderne, en Asie et en Afrique, de nombreux pays qui sont économiquement et scientifiquement attardés, mais qui ont pris conscience de leur nationalité, se trouvent devant un choix difficile : faut-il, en même temps que la science, la technique et la culture européennes et américaines, emprunter une terminologie déjà largement répandue, ou faut-il, suivant l’essor nationaliste, s’astreindre à utiliser un patrimoine linguistique pur de toute influence étrangère ?

  • 31 P. Safa, La révolution linguistique et le problème des termes scientifiques en Turquie, dans Civil (...)

41En Turquie, par exemple, le courant excessivement puriste qui s’était établi après la révolution de 1923, tend maintenant à moins de rigueur, surtout depuis la mort d’Ataturk en 1945. Des linguistes s’efforcent de distinguer ce qui est à emprunter et ce qui ne doit pas l’être. C’est évidemment l’usage qui ratifiera, en fin de compte, ces directives31.

  • 32 S. K. Chatterij, Hindi, the National Language of India, and its Modernization, dans Civilisations, (...)

42Le problème de la modernisation se pose pareillement dans l’Inde contemporaine où l’hindi, troisième langue du monde par le nombre des usagers, a été proclamé langue nationale. Tandis que certains savants et hommes politiques estiment que le sanskrit, qui est comme le latin de l’Inde, est à même de fournir tous les néologismes nécessaires à la science et à la pensée, d’autres, considérant que toute la population n’est pas — tant s’en faut — familière avec le sanskrit, se prononcent pour l’adoption en masse de mots étrangers, particulièrement de mots anglais, et cette opinion rencontre naturellement celle des Indiens musulmans du Pakistan dont la langue nationale, l’ourdou, a bien plus puisé dans l’arabe et dans le persan que dans le sanskrit. Il semble, d’après le cours des choses, qu’il s’établira un compromis. En attendant, la situation reste confuse et l’on trouve concurremment, par exemple pour désigner l’électricité, le terme hindi bijlî, les mots sanskrits vidyut, et tadit, et diverses formes adaptées de l’anglais electricity. A côté de l’anglais telephone, prononcé à l’indienne, certains puristes proposent un calque sanskrit tel que, par exemple, dūrobhāṣa-32.

  • 33 G. W. Broomfield, The Re-bantuization of the Swahili Language, dans Africa, 4 (1931), p. 77 ss. (r (...)

43Il n’est pas jusqu’à l’Afrique centrale où des Européens ont lancé l’idée de « rebantouiser » le swahili en le dépouillant de ses trop nombreux arabismes. Mais peut-on raisonnablement revenir beaucoup en arrière ? 33

***

44La réaction contre l’emprunt se manifeste de diverses façons. Il peut y avoir d’abord refus préventif. Pour exprimer une notion nouvelle, dont on hésite à reprendre l’appellation étrangère, on recourt à un mot indigène auquel on prête un sens nouveau (emprunt sémantique), à un archaïsme désuet que l’on remet en usage, à un calque ou à un néologisme forgé pour la circonstance au moyen d’éléments traditionnels. Tous ces phénomènes ont déjà été signalés dans les chapitres antérieurs. A un second degré, la réaction de la communauté peut faire en sorte que beaucoup de mots étrangers ne dépassent jamais le stade de pénétration des pérégrinismes et ne sont donc jamais proprement empruntés et assimilés.

45Mais les cas où la réaction se manifeste le plus clairement sont ceux où des mots qui ont été bel et bien empruntés pendant un certain temps, sont ensuite systématiquement éliminés et remplacés par des formes indigènes.

  • 34 E. Pichon, L’enrichissement lexical dans le français d’aujourd’hui, dans Le Français Moderne, 3 (1 (...)
  • 35 M. Pei, Histoire du langage, trad. de M. et F. Gubler, Paris, 1954, p. 106.
  • 36 Ibid.
  • 37 S. Ichikawa, Foreign Influences in the Japanese Language, Tokyo, 1929, P. 38-39.

46Ainsi, en français, hinterland tend à céder la place à son calque arrière-pays34. En allemand, l’ancien latinisme Aquaedukt a été remplacé par le calque Wasserleitung35. En anglais, la forme de création savante stenography (empruntée par le français) est progressivement éliminée par shorthand36. En japonais, entre 1920 et 1930, on a substitué chishiki kaikyū à intelligentsia, et untenshu à chauffeur37.

  • 38 Cf. J. Pignon dans Le Français Moderne, 10 (1942), p. 197-208 ; dans Vie et Langage, 1 (1952), p. (...)
  • 39 G. Devoto, Lingue speciali. Le cronache del calcio, dans Lingua Nostra, 1 (1939), p. 18.

47On observe particulièrement ce phénomène dans la langue des sports. Beaucoup de mots étrangers sont éliminés quand la notion qu’ils représentent entre dans les moeurs et gagne des couches sociales moins sensibles à l’attrait du snobisme. Aux courses de chevaux, par exemple, turf a cédé le pas à pelouse. Dans la langue du football, on dit maintenant de plus en plus en France but au lieu de goal, arrière au lieu de back, tir au lieu de shot38. Il en va exactement de même en Italie où quantité d’anglicismes ont été remplacés, entre 1920 et 1940 environ, par des équivalents italiens : football par calcio, team par squadra, trainer par allenatore, goalkeeper par portiere, etc. 39

***

48Le comportement à l’égard de l’emprunt, le degré de réceptivité ou de résistance, varie de façon considérable selon les langues et selon les peuples, selon les époques et selon les conditions sociales et politiques, selon les mots et selon les individus.

  • 40 V. Pisani, L’etimologia, Milan, 1947, Ρ. 65-66.
  • 41 A. Boileau, Les emprunts, dans Revue des Langues Vivantes, 8 (1942), p. 145.
  • 42 E. De Ullmann, Couleur locale anglaise et théâtre français, dans Mélanges A. Dauzat, [1951], spéci (...)
  • 43 M. Pei, Histoire du langage, trad. de M. et F. Gubler, Paris, 1954, p. 106-107.
  • 44 Some Observations on Mixed Languages, dans Actes du IVe Congrès International de Linguistes, Copen (...)

49On observe que les emprunts s’opèrent d’autant plus aisément qu’il y a plus de ressemblance entre la langue donneuse et la langue preneuse. L’italien, par exemple, accepte plus facilement un dia-lectisme du Sud que du Nord, plus facilement un gallicisme qu’un anglicisme40. Les dialectes exposés empruntent plus que les langues nationales, qu’entravent de multiples conventions académiques41. Pour la même raison, la langue populaire et l’argot empruntent plus rapidement que la langue littéraire et académique. La prose offre aussi moins de résistance que la poésie : en France, le drame en vers s’est seulement accommodé des anglicismes à partir de Victor Hugo42. Parmi les langues nationales, on peut dire, par exemple, que le français est plus réceptif que l’allemand, l’anglais plus que le français. A ce point de vue, la réceptivité de l’anglais, comme celle du persan, est presque illimitée. Mieux encore, l’albanais ne renferme que 8 % de mots indigènes, le reste provenant de sources romane, slave, turque et grecque43. On ne peut toutefois accepter les conclusions trop rigide d’Otakar Vočadlo 44 qui établit une échelle de réceptivité des langues et les classe, selon leur structure, en langues homogènes, langues amalgamées et langues hétérogènes.

50On peut dire aussi que la résistance linguistique diffère selon les peuples. Ce caractère, qui ne se distingue pas toujours du précédent, est évident dans certains cas. Si, par exemple, le grec ancien classique a peu emprunté, il faut en voir la cause dans l’état d’esprit national des contemporains de Périclès et de Démosthène. L’usage de l’adjectif βάρβαρος est significatif à cet égard. A la période archaïque, βάρβαρος s’appliquait à toute langue humaine inintelligible aussi bien qu’aux cris des oiseaux. Au 5e siècle avant J.-C, βάρβαρος est devenu, en outre, péjoratif. Le monde grec s’est donné une nouvelle philosophie morale et politique et il a pris conscience de la supériorité de sa civilisation. A la notion de linguistiquement inintelligible, βάρβαρος a ajouté celle de brutal, d’ignorant, de sauvage. On comprend que pareil mépris des Grecs pour les étrangers, pour leurs langues et pour leurs mœurs les ait retenus d’emprunter beaucoup de mots.

  • 45 M. Lejeune, La curiosité linguistique dans l’antiquité classique, dans Conférences de l’Institut d (...)

51C’est paradoxalement de la Grèce que les Latins apprirent le mépris de l’étranger. Ils empruntèrent au grec le mot barbarus, d’abord avec son acception de non-grec (pour Plaute, les Latins sont des barbari), puis pour désigner tout ce qui n’était ni grec ni latin. Du coup, barbarus devenait péjoratif en latin aussi, et c’était une barrière de mépris qui allait empêcher le latin de la belle époque d’emprunter beaucoup à d’autres langues que le grec45.

  • 46 F. Desonay, La vivante histoire du français, Bruxelles, 1946, p. 84. Cf. J. Amsler, La langue du f (...)

52Aujourd’hui même, il nous est donné d’observer directement une différence de comportement linguistique entre deux groupes ethniques parlant une même langue. Je veux parler des Français de France et des Belges de langue française. Plus habitués, en général, que les Français d’entendre autour d’eux des mots germaniques, les Belges non cultivés ont moins qu’eux le sentiment du purisme. Dans la langue du football, par exemple, là où les Belges en général n’hésitent pas à employer couramment, en écrivant comme en parlant, les anglicismes goal, goal keeper, back, half, shot, shoter, hands, penalty et corner, les Français usent maintenant plus volontiers de traductions : respectivement but, gardien de but, arrière, demi, tir, tirer, coup de main (ou main), coup franc et coup de coin46.

  • 47 S. Ullmann, Précis de sémantique française, Paris et Berne, 1952, p. 173-179.

53La réceptivité d’une même langue aux emprunts varie, par ailleurs, selon les époques. L’exemple du français est bien connu. Après l’usage hétéroclite du Moyen Age et les latinismes en masse de la littérature humaniste, le 16e siècle adopta une position libérale qu’énonce bien la formule de Ronsard : « Plus nous aurons de mots dans notre langue, plus elle sera parfaite ». On aboutit alors notamment aux excès de l’italianisme et à une réaction générale qui caractérise le 17e siècle. Malherbe, qui veut une langue compréhensible même pour les crocheteurs du Port-au-foin, fait la guerre aux emprunts (latinismes, italianismes, hispanismes) autant qu’aux termes techniques, aux archaïsmes, aux néologismes et aux régionalismes. Vaugelas est, à l’occasion, aussi dogmatique que Malherbe. Au 18e siècle, avec Voltaire, Rousseau et d’Alembert notamment, c’est le retour au libéralisme. On enrichit la langue par des termes techniques, des innovations et des emprunts, surtout de l’anglais. Au 19e siècle, les romantiques ont continué à faire largement appel aux emprunts comme aux archaïsmes, non sans provoquer des réactions qui se prolongent aujourd’hui47.

  • 48 Cette courbe repose sur un travail de statistique encore partiel exécuté d’abord par O. Jespersen, (...)

54Les mêmes variations historiques sont évidentes en anglais. Pour les gallicismes en particulier, on a pu établir une courbe reflétant mathématiquement les progrès et les reculs de la pénétration du 11e au 19e siècle48. Notons en passant, d’après ce calcul, que la vie de la langue n’est pas toujours exactement parallèle à celle de la pensée et de la culture, et qu’elle réagit parfois de façon surprenante.

  • 49 A. Ernout, Les éléments dialectaux du vocabulaire latin, Paris, 1909, p. 1-2.

55Les conditions de vie sociale et politique déterminent forcément, vis-à-vis de l’étranger, une attitude qui se reflète dans l’usage linguistique. Une langue parlée par une population stable, dont les membres se marient entre eux et exercent des métiers sédentaires, se modifie lentement et n’accueille qu’un petit nombre de mots étrangers. Ces causes expliquent, par exemple, le caractère remarquablement conservateur de l’islandais et, dans une mesure moindre, du corse et du sarde. En revanche, le grand nombre de contacts avec des populations alloglottes favorise les emprunts. En latin préclassique, par exemple, « la rapidité de l’évolution linguistique coïncide avec les changements également rapides et profonds qu’ont subis à Rome les institutions familiales, économiques et politiques, et l’étendue de la cité elle-même. Le caractère composite qu’a eu dès le début la population romaine est justement l’une des choses qui sont le plus propres à hâter le cours de l’évolution linguistique49 ».

  • 50 Cf. E. Pousland, Étude sémantique de quelques gallicismes en anglo-américain, dans Le Français Mod (...)

56Le nivellement de toutes les classes d’une société est aussi un facteur puissant contre l’emprunt, du moins contre certains emprunts, en même temps que contre certains enrichissements néologiques. Consciemment ou inconsciemment, les hommes, même cultivés, simplifient leur langage, se mettent à parler comme tout le monde, et éprouvent de moins en moins le souci d’exprimer certaines subtilités50.

  • 51 Cf. Ch. Bruneau, Regard d’ensemble sur la langue française d’aujourd’hui, dans Neophilologus, 1949 (...)

57Enfin, faut-il rappeler que l’état de guerre produit un surcroît de nationalisme tel que les mots apportés par l’ennemi, notamment en cas d’occupation militaire, sont frappés d’infamie, échappent à l’assimilation et sont rapidement oubliés une fois la paix retrouvée. Le français a évidemment perdu dès 1944 des germanismes comme Ausweis et Werbestelle, familiers mais non assimilés quelques années auparavant51.

58Chaque emprunt est, dans une certaine mesure, un cas spécial. C’est pourquoi on peut dire que la réceptivité ou la réaction est variable selon les mots. Pourquoi les uns s’assimilent-ils vite, les autres lentement ou pas du tout ? J’ai déjà répondu, chemin faisant, plus ou moins complètement à cette question et il est inutile de revenir sur la pénétration et l’adaptation des mots empruntés (chapitre IX).

59J’insisterai plutôt ici sur un dernier aspect de la réaction contre l’emprunt, à savoir sa variabilité selon les individus. Henri Estienne, dans ses Deux Dialogues, a distingué avec raison l’attitude des hommes et celle des femmes à l’égard des italianismes dans le français de la Renaissance :

  • 52 Deux dialogues du nouveau langage françois italianizé, éd. Ristelhuber, Paris, 1885, tome I, p. 11 (...)

Celtophile : Mais vous ne m’avez point encore parlé des dames de la cour, aussi bien que des gentilshommes. Or ay-je une question à vous faire touchant ces dames : asçavoir si elles aussi prennent plaisir de farcir leur langage d’herbes cueillies es jardins d’Italie.
Philausone : Ceci ne leur est pas si ordinaire, à dire la vérité : tant pour ne hanter pas tant ces jardins, qu’aussi pour n’avoir pas tant de hardiesse. Mais aucunes qui y font volontiers leurs pourmenades, sçavent bien choisir des plus fines herbes. De ce nombre est une, à laquelle j’ouy dire il n’y a pas long temps, J’ay esté toute sbigottite : pour signifier, J’ay esté toute estonnee52.

  • 53 Abrégé de l’Art poétique, éd. Blanch., VII, 921. Cf. F. Brunot, Histoire de la langue française, t (...)

60Le sentiment n’est pas le même non plus d’un écrivain à l’autre à la même époque. Parmi les poètes de la Pléiade, Ronsard notamment propose d’accueillir des mots dialectaux dans le vocabulaire français. « Ne se faut soucier, écrit-il, si les vocables sont Gascons, Poicteuins, Normans, Manceaux, Lionnois ou d’autres païs, pourueu qu’ils soient bons et que proprement ils signifient ce que tu veux dire »53. Mais Vauquelin de la Fresnaye, normand comme Malherbe, n’est pas aussi libéral. Il recommande bien, dans son Art Poétique François, d’acquérir

61« L’idiome Norman, l’Angeuin, le Manceau,

  • 54 Les diverses poésies de Jean Vauquelin, sieur de la Fresnaie, éd. J. Travers, Caen, 1869, p. 13 et (...)

62Le François, le Picard, le poli Tourangeau », mais il qualifie de « langage inouy » les dialectes de la Gascogne, du Languedoc, de l’Albigeois et de la Provence54.

63Après les écrivains, j’en arrive enfin aux grammairiens et aux censeurs du bon usage. Ici aussi, ici surtout les opinions divergent sur l’accueil à réserver aux mots et aux tours étrangers. Pour le seul français, il faudrait citer tous les auteurs de livres du genre « Corrigeons-nous » ou « Dites… ne dites pas », les Abel Hermant, André Thérive, Deharveng, Hanse, et bien d’autres.

  • 55 F. Brunot, La pensée et la langue, Paris, 1922, p. 50.

64Je me bornerai à relever les opinions de quelques linguistes prudents sur le problème actuel de l’emprunt dans des langues diverses. Voici, par exemple, une conclusion un peu désabusée de Ferdinand Brunot au sujet des emprunts savants : « En somme tous ces noms empruntés ont beaucoup augmenté la richesse du vocabulaire français aux dépens de son ancienne homogénéité. Il n’est pas certain que cette invasion fût nécessaire. La langue vulgaire s’était fait en divers domaines des termes fort propres. Des progrès étaient possibles, les moyens ne manquaient pas. Jusqu’où fussent-ils allés ? On ne raisonne pas par hypothèse sur des faits historiques »55.

  • 56 Précis de grammaire historique de la langue française, nouv. éd., Paris, 1937, p. 192.

65Touchant spécialement l’apport récent d’anglicismes qui a suscité une vive réaction des puristes, le même linguiste conjointement avec Charles Bruneau écrivait : « Il semble, à bien peser les faits, » que l’influence anglaise (et américaine) soit assez superficielle » et doive laisser dans notre langue assez peu de traces : le français possède un vocabulaire riche et varié ; la société française a conscience d’elle-même et de son originalité : nous n’accepterons plus de l’anglais, au xxe siècle, l’équivalent de ce que nous avons reçu de l’italien, par exemple, au xvie siècle. Il nous paraît donc que, d’une manière générale, l’anglicisation de notre vocabulaire a été singulièrement exagéré et que les cris d’alarme poussés par les puristes ne révèlent pas un danger bien grave56 ».

  • 57 J. Orr, Les anglicismes du vocabulaire sportif, dans Le Français Moderne, 3 (1935). p. 296-297.

66D’Angleterre, le romaniste John Orr voit les faits avec un certain recul et beaucoup de finesse. Son opinion touchant le français vaut pour d’autres langues. « C’est, dit-il, l’emprunt intégral, de forme et de fonds, qui éveille, en général, l’animosité de ceux qui se posent en défenseurs de la pureté du langage national. A tort, croyons-nous. Les emprunts de ce genre ne font guère qu’augmenter le lexique des langues spéciales et ne portent guère atteinte à l’économie générale de la langue commune. Il est certain que des termes techniques peuvent se généraliser, par la métaphore, par exemple, […] et devenir ainsi de la monnaie courante du langage. Mais, au fond, il importe peu pour la langue que le joueur de tennis parle de lobs, de drives et de smashes, que le boxeur distingue le swing de l’upper-cut ou le joueur de football, le dribble du shot… » 57

67Dans les langues germaniques, l’emprunt, pour Armand Boileau, laisse tout compte fait, un profit. La langue emprunteuse s’enrichit puisqu’« elle devient par là plus apte à marquer les nuances les plus délicates. L’anglais a-t-il perdu son caractère germanique parce que la moitié de son vocabulaire est d’origine romane ? Au contraire, cette circonstance a fait de cette langue un instrument bien plus souple.

68C’est pourquoi on aurait tort, en néerlandais, par exemple, de s’opposer, par un souci exagéré de purisme, à l’emploi de mots français, comme on a trop souvent tendance à le faire chez nous. Les Hollandais ne se font pas faute de recourir à des mots français ou allemands. Il ne s’agit pas d’encourager l’abus de mots de ce genre, mais on doit reconnaître que dans bien des cas cet apport étranger a donné à la langue néerlandaise une puissance d’expression affective qu’elle ne posséderait pas autrement.

  • 58 A. Boileau, Les emprunts, dans Revue des Langues Vivantes, 8 (1942), p. 99.

69La langue étant quelque chose de vivant, point n’est besoin d’en déterminer par décret le développement. On a beau proscrire l’emploi de termes étrangers en Allemagne, il y en a tout de même un grand nombre qui résistent victorieusement, précisément parce qu’ils sont nécessaires »58.

70Sans passer en revue les problèmes qui se posent dans toutes les langues, je terminerai par un trait de sagesse orientale. Sanki Ichikawa, professeur à l’Université de Tokyo, écrivait en 1929 au sujet des emprunts en japonais : « Notre pays est une nation omnivore, prête à prendre et à assimiler tout ce qui est à même d’alimenter sa vie. Aussi, quant à moi, je suis fermement convaincu que les emprunts au vocabulaire anglais doivent être prudemment guidés, sagement encouragés et non condamnés sur la base d’un purisme sentimental. Ainsi notre langue sera la plus riche, la plus souple et la plus expressive qui soit, grâce à tous ces éléments étrangers que nous ferons nôtres.

  • 59 S. Ichikawa, Foreign Influences in the Japanese Language, Tokyo, 1929, p. 39-40.

71Toutes les langues sont dans un état de constante fluctuation : la nôtre aussi doit subir des changements en suivant la vie de la nation. La vieille bouteille n’est pas apte à contenir le vin nouveau, mais en fabriquant une nouvelle, évitons, autant que nous le pouvons, d’avoir recours aux modèles chinois, car la concision extrême du chinois [écrit] risque de nous mener à l’erreur et à la confusion, si nous ne voyons pas de nos propres yeux les signes d’écriture. D’innombrables termes nouveaux d’ordre culturel et technique ont été traduits à l’aide de mots chinois, et le résultat, c’est qu’ils sont compris uniquement par l’œil et non par l’oreille. Dans ces cas, je ne vois pas qu’il soit sage de traduire. Efforçons-nous plutôt de familiariser l’anglais avec notre vie — il en fait déjà partie bien plus qu’on ne l’imagine généralement — de sorte que nous ne considérions plus les mots anglais comme des « étrangers indésirables », mais que nous essayions de » les intégrer purement et simplement dans l’organisme de notre » langue »59.

Notes

1 Petrus, I, 2 = La Petite Illustration, 31 mars 1934, p. 6.

2 Épîtres et Satires, 5e éd., Paris, 1860, p. 356-361 : A Boileau. Sur les mots nouveaux.

3 Gramática Castellana de l’Académie d’Espagne, p. 295 n. 1, cité par J. Damourette et E. Pichon, Des mots à la pensée, tome I, 2e éd., Paris, 1951, p. 150 ; Gramática de la lengua española9, Madrid, 1931, p. 438.

4 Profilo di storia linguistica italiana2, Florence, 1954, p. 148.

5 S. Ullmann, Précis de sémantique française, Paris et Berne, 1952, p. 150-151.

6 « A force d’entendre le même terme baroque, la même expression étrangère, ces mots deviennent moins rébarbatifs, plus familiers et puis, en fin de compte, le peuple les adopte définitivement… A la longue, on ne trouve plus rien de répréhensible aux anglicismes les plus audacieux et les plus flagrants. » R. Denis, L’anglicisme dans le parler franco-canadien de la province de Québec (Canada), thèse de Paris, 1952, p. 50.

7 E. Sapir, Le Langage, trad. de S. M. Guillemin, Paris, 1953, p. 184-185. Le linguiste américain fait ensuite (p. 185-186) des observations analogues au sujet de la réceptivité différente du cambodgien et du tibétain vis-à-vis du sanskrit.

8 H. Estienne, Deux dialogues du nouveau langage françois italianizé, éd. P. Ris-telhuber, Paris, 1885, tome I, p. 3-4. Explication des italianismes : stanza « demeure », pasto « dîner », spasseggiare « se promener », strada « rue », sbigottito « effrayé », suff. -esco, garbo « bonne grâce », sgarbatamente « sans grâce », ragionare « raisonner », strano « étrange », gofferia « sottise », balorderia « balourdise », cavare « tirer », fantasia « opinion, pensée ».

9 Cité par S. Ullmann, Précis de sémantique française, Paris et Berne, 1952, p. 170.

10 Cf. M. Kuttner, Anglomanie im heutigen Französischen, dans Zeitschrift für französische Sprache und Literatur, 48 (1926), p. 446-465.

11 Voir les textes cités par G. Subba Rao, Indian Words in English, Oxford, 1954, P. 5.

12 J. Marouzeau, Aspects du français, Paris, 1950, p. 141.

13 Les hellénismes du vocabulaire latin, dans L’Information Littéraire, 3 (1951), p. 186.

14 Ep., 54, 1 : uni tamen morbo quasi adsignatus sum, quem quare Graeco nomine appellem nescio ; salis enim apte dici suspirium potest. Cf. E. Norden, Dreieck. Ein Beitrag zur Geschichte des Fremdwörtergebrauches im Altertum, dans Neue Jahrbücher für Wissenschaft und Jugendbildung, 1925, p. 43 ; S. Jannaccone, Recherches sur les éléments grecs du vocabulaire latin de l’Empire, I, Paris, 1950, p. 90.

15 Terme technique d’orfèverie signifiant « incrustation », comme il ressort du récit du même incident par Dion Cassius, Histoire Romaine, LVII, 15, 2.

16 Suétone, Tibère, 71.

17 E. Norden, op. cit., p. 44 ; S. Jannaccone, op, cit., p. 90.

18 F. Desonay, La vivante histoire du français, Bruxelles, 1946, p. 47.

19 A. Meillex, Aperçu d’une histoire de la langue grecque3, Paris, 1948, p. 319-320.

20 L. H. Gray, Foundations of Language, 2e impr., New-York, 1950, p. 320.

21 F. Desonay, op. cit., p. 90.

22 A. Schirmer, Deutsche Wortkunde (Sammlung Göschen, 929), Berlin et Leipzig, 1926, p. 24.

23 Cf. J. Marouzeau, Aspects du français, Paris, 1950, p. 142.

24 E. Bourciez, Éléments de linguistique romane4, Paris, 1946, p. 739.

25 Cf. F. Mackenzie, Les relations de l’Angleterre et de la France d’après le vocabulaire, Paris, 1939, tome I, p. 50.

26 Cf. A. Ernout, Aspects du vocabulaire latin, Paris, 1954. p. 79-80.

27 J. Psichari, Études de philologie néo-grecque, Paris, 1892, p. LIII.

28 Cf. G. Waringhien, L’emprunt, dans Vie et Langage, 1 (1952), p. 402.

29 Depuis peu, living semble cependant concurrencé par salle de séjour dans la terminologie commerciale.

30 Exposé en détail par E. Norden, Dreieck, dans Neue Jahrbücher für Wissenschaft und Jugendbildung, 1925, p. 35-46.

31 P. Safa, La révolution linguistique et le problème des termes scientifiques en Turquie, dans Civilisations, 2 (1952), p. 41-46.

32 S. K. Chatterij, Hindi, the National Language of India, and its Modernization, dans Civilisations, 2 (1952), p. 19-32.

33 G. W. Broomfield, The Re-bantuization of the Swahili Language, dans Africa, 4 (1931), p. 77 ss. (réponse au pasteur K. Roehl).

34 E. Pichon, L’enrichissement lexical dans le français d’aujourd’hui, dans Le Français Moderne, 3 (1935), p. 327.

35 M. Pei, Histoire du langage, trad. de M. et F. Gubler, Paris, 1954, p. 106.

36 Ibid.

37 S. Ichikawa, Foreign Influences in the Japanese Language, Tokyo, 1929, P. 38-39.

38 Cf. J. Pignon dans Le Français Moderne, 10 (1942), p. 197-208 ; dans Vie et Langage, 1 (1952), p. 231-233 ; J. Amsler dans Vie et Langage, I (1952), p. 33-35.

39 G. Devoto, Lingue speciali. Le cronache del calcio, dans Lingua Nostra, 1 (1939), p. 18.

40 V. Pisani, L’etimologia, Milan, 1947, Ρ. 65-66.

41 A. Boileau, Les emprunts, dans Revue des Langues Vivantes, 8 (1942), p. 145.

42 E. De Ullmann, Couleur locale anglaise et théâtre français, dans Mélanges A. Dauzat, [1951], spécialement p. 347.

43 M. Pei, Histoire du langage, trad. de M. et F. Gubler, Paris, 1954, p. 106-107.

44 Some Observations on Mixed Languages, dans Actes du IVe Congrès International de Linguistes, Copenhague, 1938, p. 169-176 ; critiqué par E. Haugen, The Analysis of Linguistic Borrowing, dans Language, 26 (1950), p. 225.

45 M. Lejeune, La curiosité linguistique dans l’antiquité classique, dans Conférences de l’Institut de Linguistique de Paris, 8 (1940-48), Paris, 1949, p. 59-60.

46 F. Desonay, La vivante histoire du français, Bruxelles, 1946, p. 84. Cf. J. Amsler, La langue du football, dans Vie et Langage, I (1942), p. 33-35.

47 S. Ullmann, Précis de sémantique française, Paris et Berne, 1952, p. 173-179.

48 Cette courbe repose sur un travail de statistique encore partiel exécuté d’abord par O. Jespersen, Growth and Structure of the English Language, Oxford, 1938, § 95. puis complété par A. Koszul, Note sur la courbe des emprunts de l’anglais au français, dans Bulletin de la Faculté des Lettres de Strasbourg, 15 (1936-1937), p. 79-82.

49 A. Ernout, Les éléments dialectaux du vocabulaire latin, Paris, 1909, p. 1-2.

50 Cf. E. Pousland, Étude sémantique de quelques gallicismes en anglo-américain, dans Le Français Moderne, 3 (1935), p. 263.

51 Cf. Ch. Bruneau, Regard d’ensemble sur la langue française d’aujourd’hui, dans Neophilologus, 1949 (p. 3 du tirage à part).

52 Deux dialogues du nouveau langage françois italianizé, éd. Ristelhuber, Paris, 1885, tome I, p. 117.

53 Abrégé de l’Art poétique, éd. Blanch., VII, 921. Cf. F. Brunot, Histoire de la langue française, tome II, 3e éd., 1947, p. 175 n. 2.

54 Les diverses poésies de Jean Vauquelin, sieur de la Fresnaie, éd. J. Travers, Caen, 1869, p. 13 et 72

55 F. Brunot, La pensée et la langue, Paris, 1922, p. 50.

56 Précis de grammaire historique de la langue française, nouv. éd., Paris, 1937, p. 192.

57 J. Orr, Les anglicismes du vocabulaire sportif, dans Le Français Moderne, 3 (1935). p. 296-297.

58 A. Boileau, Les emprunts, dans Revue des Langues Vivantes, 8 (1942), p. 99.

59 S. Ichikawa, Foreign Influences in the Japanese Language, Tokyo, 1929, p. 39-40.

© Presses universitaires de Liège, 1956

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search