Version classiqueVersion mobile

L’Emprunt linguistique

 | 
Louis Deroy

Quatrième partie. Processus et Adaptation

Chapitre XI. Erreurs d’identification et faux apparentages

Texte intégral

  • 1 P. Bourdan, Carnet de retour avec la Division Leclerc, Paris, 1945, p. 14.

1En 1944, avant le débarquement de Normandie, la Division Leclerc, formée en Afrique, avait été transférée en Angleterre et installée provisoirement dans des cantonnements de campagne. Période d’attente dont Pierre Bourdan nous a fait le récit pittoresque. « Les chauffeurs arabes, écrit-il, dont les moments de flânerie coïncidaient invariablement avec l’apparition d’un rare soleil, étaient un constant sujet d’intérêt pour les enfants du village qui s’émerveillaient de leur parler guttural. Ces enfants prenaient pour de l’arabe leurs apostrophes saccadées et volubiles en français et j’en entendis un qui disait gravement aux autres : « Sais-tu comme on dit, en arabe, « viens donc manger »  Ça se dit : « Ti vall’ à soup ! » A quoi les autres répondaient en hochant la tête : « Vraiment ? Eh ben alors !… »1.

2Cette histoire d’enfants éclaire bien des infortunes linguistiques. La légèreté n’est certes pas l’apanage des seuls petits Anglais et l’imagination pare volontiers à la déficience de l’information.

3Si l’on songe que les emprunteurs ne sont que rarement des bilingues complets ou de parfaits polyglottes, on admettra sans peine qu’ils se soient parfois trompés en adoptant telle forme ou tel sens d’un mot étranger. Que ce mot ait été ensuite aveuglément et fidèlement adopté par les autres locuteurs, et voilà l’erreur accrochée dans l’usage, en dépit des protestations éventuelles de quelques érudits.

***

  • 2 A. Dauzat, Le génie de la langue française2, nouv. tir., Paris, 1947, p. 120, n. 2.
  • 3 Ch. Bally, Linguistique générale et linguistique française3, Berne, 1950, p. 315 (n° 521).

4Par l’oreille ou par les yeux, certains mots ont été empruntés avec leur forme erronée ou un sens inexact. J’ai déjà cité le français vacarme, qui représente l’exclamation wach arme ! « hélas, pauvre (que je suis) ! » du moyen-néerlandais. De l’allemand trinken « boire », le français a tiré trinquer avec le sens un peu dérivé de « choquer les verres avant de boire »2. La plupart des Français qui emploient l’anglicisme five o’clock pour désigner un certain repas spécial, en ignorent la signification exacte : aussi a-t-on vu des restaurateurs afficher five o’ clock à toute heure, en même temps d’ailleurs qu’ils inscrivaient à leur menu irish stew à l’irlandaise3.

  • 4 Hobson-Jobson. A glossary of colloquial Anglo-Indian words and phrases, and of kindred terms, 2e é (...)
  • 5 G. Subba Rao, Indian Words in English, Oxford, 1954, p. 16 et 111-112.

5Les Anglais installés en Inde au début du 17e siècle ont été vivement intéressés par la célébration de la fête musulmane du Muhar-ram, c’est-à-dire du Nouvel An. A cette occasion, les Mahométans se promenaient en cortèges dans les rues en se frappant la poitrine et en invoquant bruyamment les deux petits-fils du Prophète : Yā Ḥasan ! Yā Ḥasan ! Cette formule, mal comprise, a été curieusement rendue à l’anglaise par Hobson-Jobson, et c’est ainsi que désormais les Anglais de l’Inde désignèrent la procession du Muharram et d’autres fêtes indigènes très bruyantes. Puis, les auteurs d’un glossaire anglo-indien qui est resté célèbre, Henry Yule et A. C. Burnell, firent de Hobson-Jobson le titre de leur livre4, parce qu’ils y voyaient l’exemple typique de l’altération des mots indiens en anglais. En Angleterre, on dit encore parfois un Hobson-Jobson pour désigner un « emprunt fortement déformé ». Mais la formule n’a pas réussi — et c’est peut-être dommage — à pénétrer dans la terminologie linguistique5.

  • 6 M. Devic, Dictionnaire étymologique des mots d’origine orientale, 1876 (publié avec le supplément (...)

6L’erreur peut aussi venir par la voie écrite. C’est une erreur de lecture de l’arabe samt « chemin » qui a donné zénith. Pour des termes rares et difficiles à prononcer, il s’est produit pas mal de confusions de lettres manuscrites, confusions reproduites sans critique par l’imprimerie. Ainsi Lalande parlant dans son Astronomie de l’étoile de première grandeur appelée ordinairement Fomal-haut (en arabe foun-al-haout « la bouche du poisson »), cite cinq à six formes de ce nom prises dans divers auteurs, telles que fomahana, fumahant, fomahaut, fontabant, fomolcuti etc.6

  • 7 Ménage, Dictionnaire étymologique, 1650, puis 1694 ; O. Bloch, dans Le Français Moderne, 3 (1935), (...)

7Il est arrivé qu’on attribuât un sens erroné à un mot emprunté par écrit. Au 16e siècle, un écrivain italien avait publié un ouvrage satirique qui tournait en ridicule les avares en imaginant qu’une société d’avares avait pris comme emblème una lesina, une alène à raccommoder les chaussures : d’où le titre du livre Della famosissima Compagnia della lesina. C’est la traduction de cet ouvrage qui a introduit le mot lésine en français, mais avec le sens erroné d’« avance sordide » tiré d’une fausse interprétation du titre7.

***

  • 8 Cité par B. Migliorini, Calco e irradiazione sinonimica, dans Boletín del Instituto Caro y Cuervo (...)

8Une amusante anecdote raconte qu’un jour une Anglaise en voyage à Paris demanda à un taximan : « Chauffeur, êtes-vous fiancé ? » Elle calquait mécaniquement l’anglais are you engaged ? où le participe signifie à la fois « engagé » et « fiancé »8.

9La même mésaventure serait, paraît-il, arrivée à un jeune étudiant wallon qui, à la fin d’une lettre péniblement composée en néerlandais, avait rendu je vous embrasse par ik gordijnband u : en effet, le dictionnaire, toujours secourable, portait bien embrasse = gordijnband, mais il s’agissait d’une embrasse de rideau.

  • 9 Histoire du langage, trad. de M. et F. Gubler, Paris, 1954, p. 262.

10Mario Pei 9 raconte qu’un professeur de français des États-Unis avait un jour trouvé, dans une composition d’élève, l’expression énigmatique « plateau de frêne » : après quelques recherches, il découvrit que c’était un calque erroné de l’anglais ashtray « cendrier ».

  • 10 A. Carnoy, La science du mot. Traité de sémantique, Louvain, 1927, p. 232.

11Un Canadien, chez qui la pratique de l’anglais avait altéré la connaissance du français, n’avait-il pas écrit sur une plaque à l’entrée d’une propriété : Défense de trépasser sur ce terrain, ce qui voulait traduire Prohibed to trespass on these grounds10.

12Ces exemples ne sont que des plaisanteries, ils n’ont pas de place dans l’usage linguistique réel. Ils ont du moins le mérite de mettre en lumière le mécanisme par lequel d’autres mots et d’autres expressions ont bel et bien pénétré par méprise dans des langues.

13Quand les grammairiens latins ont rendu le grec αἰτιατική (πτῶσις) par accusativus (casus), ils ont à tort prêté à ατιατικός le sens d’αίτιάομαι « accuser », alors que le sens véritable le rattachait à αίτιατός « effectué, causé ».

  • 11 En sanskrit, le sinus trigonométrique est plus fréquemment rendu, à date ancienne, par jyā « corde (...)

14L’Inde ancienne avait devancé l’Europe dans la découverte des principes de la trigonométrie. Ce fait n’a pas échappé aux Arabes du Moyen Age, qui n’ont pas manqué de puiser dans la science indienne. C’est ainsi qu’ils ont repris à l’Inde le nom qui désignait la demi-corde de l’arc double, sanskrit jīvah, d’où tamoul cīvam. Mais ce mot emprunté a été confondu avec le mot arabe ğayb, qui évoquait peut-être l’arc de cercle, puisqu’il signifiait « ouverture d’un vêtement sur la poitrine, décolleté ». Quand, au 12e siècle, Gérard de Crémone s’est appliqué à rendre en latin médiéval la terminologie mathématique arabe, il a traduit ğayb, avec sa valeur courante, par sinus, qui désignait, en effet, chez les anciens Romains, « le pli arrondi que le pan de la toge fait sur la poitrine en passant d’une épaule sur l’autre ». C’est ainsi que, dans l’Europe médiévale et par suite dans les grandes langues occidentales, sinus a servi à désigner par surcroît, mais abusivement, la demi-corde de l’arc double trigonométrique11.

15Le lapin s’appelle en tchèque králik et en polonais królik, c’est-à-dire « petit roi ». Cette dénomination bizarre est un calque du moyen-haut-allemand küniklīn « lapin », tenu à tort pour le diminutif de künic « roi », alors qu’il remonte, en réalité, au latin cuniculus « lapin ».

16Dans les dialectes italiens du Sud, l’emploi de cattivu et de cattiva avec les sens de « veuf » et de « veuve » est aussi probablement dû à une confusion. On aura calqué par erreur χῆρος « cattivo » (mauvais, méchant) au lieu de χεῖρον « veuve » qui est homophone dans les parlers grecs de l’Italie méridionale, mais naturellement moins fréquent et moins connu.

  • 12 Les exemples accusativus, sinus, cattivu et ange de mer sont cités par B. Migliorini, op. cit., p. (...)

17Le poisson appelé en français ange de mer paraît devoir son origine à une fausse perception zeeëngel du néerlandais zeeëgel « hérisson de mer », c’est-à-dire « oursin »12.

  • 13 K. Sandfeld Jensen, Notes sur les calques linguistiques, dans Festschrift W. Thomsen, 1912, p. 169

18L’étymologie apparente, mais incertaine, qui fait du latin pro-muntorium un composé de pro et de mons, est à l’origine d’une série de calques modernes : allemand Vorgebirge, danois forbjerg, hongrois elöhegység etc. 13

  • 14 M. Rottenberg, L’argot franco-turc du lycée de Galatasaray, dans Le Français Moderne, 5 (1937), p. (...)

19Les mêmes accidents qui se produisent pour des mots isolés, arrivent aussi pour des expressions. Dans le français des élèves turcs du lycée de Galatasaray, à Istanbul, il y avait une étrange expression souvent employée avec une nuance satirique : « les affaires sont devenues fourchettes ». C’était le calque mécanique du turc familier isler çatallasti, le sens du verbe çatalanmak étant « s’embrouiller » et la racine çatal signifiant « fourchette ». Pareillement, les Turcs parlant le français disent volontiers « tomber dans le puits » pour « perdre au jeu » d’après kuyuya düsmek, et « faire sortir la douleur » pour « se venger » d’après aciyi cikarmak14.

  • 15 Cette expression qui signifie « se venger de quelqu’un par une vive critique ou par quelque violen (...)
  • 16 K. Sandfeld, op. cit., p. 173.

20De faux calques d’expressions sont parfois entrés dans l’usage commun d’une langue. Il semble que ce soit le français donner à quelqu’un son fait 15 qui justifie l’allemand einem sein Fett geben (avec Fett « graisse ») et, par là, le danois give en hans fedt16.

***

21Des mots qui sont le plus souvent employés au pluriel ont quelquefois été empruntés sous la forme plurielle et tenus par erreur pour des singuliers. Tels sont, en français, les italianismes céleri, macaroni, mercanti, lazzi, confetti etc. qui ont chez nous un pluriel refait en -s.

  • 17 Cet exemple et le précédent sont repris à E. Haugen, The Analysis of Linguistic Borrowing, dans La (...)
  • 18 Chr. Nyrop, Linguistique et Histoire des mœurs, trad. par E. Philippot, Paris, 1934. p. 172.

22L’italien des États-Unis a repris le pluriel anglais peanuts et en a fait pinozzi, d’où le singulier pinozzo. Pareillement, l’américano norvégien a emprunté le pluriel anglais cars en lui ajoutant sa propre désinence de pluriel -er ; de là karser, d’où se tire automatiquement un singulier kars17. Cela paraît s’être produit assez fréquemment en danois où l’on trouve avec -s au singulier kiks « gâteau sec » (anglais pl. cakes), turnips « navet » (anglais pl. turnips), slips « cravate » (anglais pl. slips), dollars, tanks, francs, films, etc. 18L’allemand dit pareillement der Keks « le gâteau sec » et der Schlips « la cravate ».

  • 19 Ibid., p. 171.

23La forme néerlandise matroos, qui est un singulier et qui a passé comme telle en allemand et dans d’autres langues, provient du pluriel français matelots, dont l’s était prononcé à date ancienne19.

  • 20 G. Alessio, Le origini del francese, Florence, 1946, p. 74.

24Les deux mots français chérubin et séraphin, que nous plurali-sons avec -s, proviennent, par le latin et le grec ancien, des pluriels hébraïques en -īm, kerūḇīm et serāfīm, dont les singuliers sont kerūb et s’raf. Il y a trace de ces singuliers en vieil-italien : cherubo, serafo, d’où dérivent les adjectifs cherubico et serafico. Mais l’italien moderne présente cherubino et seraphino, au pluriel cherubini et seraphini20.

  • 21 S. Simonyi, Oie ungarische Sprache, Strasbourg, 1907, p. 85.

25L’allemand Heiduck (pluriel Heiducken) représente la forme hongroise plurielle hajduk, de hajdu qui désigne le fantassin21.

26Quelquefois une forme fléchie a été empruntée comme si elle était au nominatif. C’est le cas de plusieurs hellénismes populaires en latin, cratera, crepida, panthera, placenta, clamida (chlamyda), sporta, qui paraissent bien représenter les accusatifs grecs κρατήρα, κρηπῖδα, πάνθηρα, πλακοῦντα, χλαμύδα, σπυρίδα. En hongrois, cīrkalom et paradicsom sont issus des accusatifs latins circulum et paradisum.

  • 22 Slawo-deutsches und Slawo-italienisches, Graz, 1884, p. 5.
  • 23 Sitzungsberichte der Preussischen Akademie, 1917, p. 524. Cf. O. Jespersen, Language, Londres, 192 (...)

27C’est le moment de commenter un exemple souvent cité depuis plus d’un demi-siècle. Hugo Schuchardt22 a signalé le premier, en 1884, qu’en indo-portugais, la construction normale casa de gobernador avait fait place à une autre, gobernadors casa, souvent tenue pour un calque fautif de l’anglais governor’s house. Cependant, dès 191723, Schuchardt avait abandonné sa première explication au profit de celle-ci : gobernadors casa serait issu de gobernador su casa « au gouverneur sa maison », construction sans doute calquée sur le modèle d’une langue de l’Inde orientale.

***

28On rencontre, dans l’emprunt, les confusions les plus diverses. Les particules allemandes her « ici, de ce côté-ci » et hin « là, de ce côté-là » semblent avoir été prises pour des impératifs par les Wallons qui les entendaient. Cette fausse identification explique au mieux les verbes liégeois hèrer « pousser vers soi, introduire, fourrer » et hiner « lancer, jeter » :

  • 24 J. Haust, Dictionnaire liégeois, Liège, 1933, p. 317 et 323 ; ces étymologies sont acceptées par J (...)

i s’a hèré l’deût è l’oûy
« il s’est fourré le doigt dans l’œil ».
i s’a hiné è l’êwe
« il s’est jeté à l’eau »24.

  • 25 G.-H. Tailleur, Un langage océanien : le bichlamar, dans Vie et Langage, 3 (1954). p. 294-296.

29Dans le bichlamar, sorte de pidgin english parlé aux Nouvelles Hébrides, le rapport de détermination (génitif) de deux noms est exprimé par la préposition b’lon qui est l’emprunt du verbe anglais belong « appartenir, être à ». En voici quelques exemples : grass b’lon head « herbe de la tête », c’est-à-dire « cheveux » ; bokkiss b’lon music « boîte à musique » ; kaïkaï b’lon oll day « la nourriture de chaque jour, le pain quotidien » ; basket b’lon titi « le panier à seins », c’est-à-dire « le soutien-gorge »25.

  • 26 C. O. Koch, Changements de signification des mots français empruntés par le suédois, dans Studier (...)
  • 27 Peut-être faut-il aussi ranger parmi les méprises dans l’emprunt un dernier exemple très curieux. (...)

30En suédois, tujur « gai et agréable » est tenu pour une abréviation erronée du français toujours gai 26 ou quelque chose de semblable27.

***

  • 28 Sur ce phénomène en général et sur son nom, voir A. Dauzat, L’attraction paronymique dans le franç (...)

31Une espèce particulière de méprise, c’est l’attraction paronymi-que ou étymologie populaire28. Le locuteur qui emprunte un mot étranger, tend à le rattacher abusivement à un mot semblable ou à un groupe de mots semblables de sa langue, à la seule condition de pouvoir établir entre ces mots une liaison sémantique quelconque. Il a dès lors l’impression d’avoir mieux et plus sûrement compris. De là proviennent, dans les diverses langues anciennes et modernes, bon nombre d’altérations de forme et de sens qui ne vont pas sans embarrasser les étymologistes.

  • 29 O. Keller, Lateinische Volksetymologie und Verwandtes, 1891, p. 251 ; H. Lewy, Die semitischen Fre (...)

32En grec ancien, le nom de la datte, comme ce fruit lui-même, est d’origine méditerranéenne (préhellénique) ou proche-orientale. En tout cas, il est difficile de séparer δάκτυλος des formes sémitiques de l’ouest, arabe daqal, hébreu deqel, araméen diqlā « datte ». Il est permis de croire que les Grecs ont abusivement rapproché de δάκτυλος « doigt » une forme empruntée qui aurait dû être *δακλος ou *δακαλος ou *δακυλος, en imaginant quelque ressemblance entre le fruit et la partie du corps précitée29.

  • 30 V. Bérard, De l’origine des cultes arcadiens, Paris, 1894, p. 38.

33La déesse grecque ’Αφροδίτη Έρυκίνη, dont le temple se trouvait au mont Eryx en Sicile, est devenue, en langue punique, Astarté Erekhayim, c’est-à-dire « cause de longue vie »30.

34Les mots grecs ỏρέίχαλκος et χαιρέφυλλον sont devenus, en latin, respectivement aurichalcum d’après aurum et caerefolium d’après folium : l’étymologie populaire n’a porté que sur la moitié du mot.

  • 31 P. de Labriolle, Paroecia, dans Recherches de Science Religieuse, 18 (1928), p. 60-72.

35Dans les premiers siècles de notre ère, les chrétiens de langue grecque employaient fréquemment παροικία « domicile provisoire » pour qualifier le séjour terrestre par opposition à l’éternel séjour céleste appelé κατοικία. De là, sans perdre de vue le sens mystique, on qualifiait couramment de παροικία les associations locales de chrétiens. Quand, vers les 3e et 4e siècles, l’Église a commencé à s’organiser hiérarchiquement, παροικία a été employé pour désigner certaines divisions locales : il y avait la παροικία d’Ephèse, celle de Césarée, etc. Les chrétiens de langue latine empruntèrent le terme d’abord sous la forme paroecia, puis, probablement dès la fin du 4e siècle, sous la forme parochia (parrochia). Cette nouvelle graphie est due vraisemblablement à une étymologie populaire qui a rapproché parochus, vieil emprunt au grec désignant l’aubergiste, le tenancier de relais sur les grands routes de l’Empire. Le rapprochement paronymique était bien amené : l’auberge n’est-elle pas précisément un séjour provisoire ? Plus tard, naturellement, cette nuance s’est effacée et parochia n’a plus eu que le sens local et matériel de « paroisse »31.

  • 32 R. Cavenaile, Influence latine sur le vocabulaire grec d’Égypte, dans Chronique d’Égypte, 52 (1951 (...)
  • 33 Cf. R. Cavenaille, Quelques aspects de l’apport linguistique du grec au latin d’Égypte [il faut li (...)

36Des mots latins empruntés par le grec tardif d’Égypte ont aussi subi de pareilles altérations Le terme militaire primipilarius a pris la forme πρινπιλάριος d’après πρίν « devant », et le nom du vêtement delmatica ou dalmatica est devenu δερματικόν ou δερμα-τίκιον, par analogie de δέρμα « peau »32. Le nom du fonctionnaire impérial ab actis a été transformé en un nom d’agent en -της (prononcé -tis) ἀβάκτης, vraisemblablement par réminiscence d’ ἄβαξ « planche, table, tablette »33.

37Le français flageolet « sorte de haricot » devrait être étymologi-quement *fageolet : il est directement apparenté au picard fageole, à l’ancien provençal faizol, à l’italien faggiuolo (du latin phaseolus), sans exclure un croisement avec l’ancien provençal faiolet, diminutif de *faiol (du latin *fabeolus). L’introduction du premier l dans flageolet est sûrement dû à une étymologie populaire qui prêtait à ce légume les qualités musicales d’un instrument à vent.

  • 34 La variante ayecotli est donnée par l’anthropologue mexicain Alfonso Caso : d’après R. Escarpit, d (...)
  • 35 Outre les dictionnaires étymologiques, voir A. Dauzat, Voyage à travers les mots, Paris, 1947, p. (...)

38Notre haricot, comme nom de légume, est aussi un emprunt altéré par une attraction paronymique. On sait que le mot est venu du nahuatl, langue des Aztèques, où il avait la forme ayacotl, ayacotli ou ayecotli34. En français, cet exotisme s’est accroché à haricot « sorte de ragoût », qui est apparenté au vieux-français harigoter « couper en morceaux ». En français académique, il y a donc deux mots haricot, dont l’un désigne un légume, l’autre une préparation de viande…sans haricots. Mais l’homonymie a fait qu’aujourd’hui, l’art culinaire connaît un haricot de mouton qui est un ragoût avec une garniture de haricots35.

  • 36 J. Deny, « Riche », variété de lapin ? dans Le Français Moderne, 22 (1954), p. 173-174.

39Quand, au 17e siècle, le français a emprunté le terme polonais rys pour désigner le lynx dont on portait alors la fourrure, il l’a d’abord noté rich. Mais bientôt le mot tendit à se confondre avec l’adjectif riche : la confusion fut définitive au 18e siècle, quand la fourrure de lynx fut couramment remplacée, à moindre prix, par une imitation en peaux de lapins de diverses couleurs. Désormais il n’y a plus eu, dans le sentiment du locuteur français, qu’un adjectif riche employé parfois spécialement pour désigner une variété de lapin36.

40L’alémanique sûrkrût, équivalent de l’allemand Sauerkraut, littéralement « chou aigre », a pris, en français, la forme choucroute par attraction de chou.

  • 37 J. Marouzeau, Aspects du français, Paris, 1950, p. 143.

41L’anglais bull dog « chien-taureau » est devenu bouledogue qui fait penser à une tête « en boule ». Country dance « danse campagnarde » a donné contredanse qui n’a que l’air de signifier quelque chose. De l’anglais encore, poker dice « jeu de dé en poker » devient poker d’as, qui suggère un sens inexact37.

  • 38 V. Bérard, op. cit., p. 38.

42Au Moyen Age, les Vénitiens qui dominaient la Grèce, interprétèrent le nom de l’Hymette, montagne non loin d’Athènes, par Il Matto « Le Fou ». Cette appellation s’est si bien établie qu’elle a été ensuite calquée en grec moderne sous la forme Tρελλò βουνό ou Tρελλò βουνό « le mont Fou »38.

  • 39 Le sens premier de sarband est « bandeau, couronne, sorte de coiffure de femme ». De là est venue (...)

43L’espagnol zarabanda, qui procède d’un mot arabe, lui-même emprunté au persan sarband39, désignait une danse lascive, accompagnée de castagnettes. De là vient, en français, la sarabande, qui a été d’abord une danse noble, lente, à trois temps. Mais plus tard, quand le mot s’est popularisé, on y a reconnu abusivement le mot (d’origine germanique) bande « troupe » et sarabande a pris le sens de « ribambelle, troupe agitée, danse rapide aux mouvements entremêlés ». Cette fois, c’est le sens seul, et non la forme, qui a été altéré par l’étymologie populaire.

44La forme embuscade qu’a prise, en français, l’italien imboscata, est due à l’attraction du paronyme embûche.

  • 40 Nouveaux essais de philologie française, Paris, 1904 ; Chr. Nyrop, Linguistique et Histoire des mœ (...)

45Littré attribue à esclavage six acceptions dont la dernière « monopole commercial » est surprenante. Antoine Thomas40 a démontré qu’il s’agissait d’une ancienne forme escavage ou scavage, empruntée au vieil-anglais scavage « taxe payée par les marchands » et attirée par le paronyme plus usité esclavage : c’était sans doute une manière d’exprimer le mécontentement contre l’impôt supporté par les Français commerçant en Angleterre.

  • 41 A. Dauzat, Voyage à travers les mots, Paris, 1947, p. 52.

46L’île de Socotora fournissait anciennement un aloès à saveur particulièrement amère qui prit, en français, le nom de socotrin. Les Français qui, plus encore autrefois qu’aujourd’hui, ignoraient la géographie et n’avaient aucune idée de cette île de la Mer Rouge, transformèrent ce mot tour à tour en sicotrin, cicotin, jusqu’à le faire tomber dans l’attraction de chicot : c’est ainsi que naquit chicotin qui n’est plus employé aujourd’hui que dans l’expression figée « amer comme chicotin »41.

  • 42 Chr. Nyrop, op. cit., p. 139-141. Cf. Ph. M. Palmer, Neuweltwörter im Deutschen, Heidelberg, 1939, (...)

47Dans son Histoire de la Nouvelle France parue en 1609, Marc Lescarbot raconte qu’il participa un jour, dans une tribu algon-quine, à un banquet de fête appelé tabaguia dans la langue indigène et, par emprunt, tabagie en français. Pour eux, c’était surtout une mangeaille où l’on absorbait particulièrement des viandes, parfois de la chair des ennemis. L’usage du tabac y était trop réduit pour avoir donné le nom de la fête. Mais, dès le milieu du 17e siècle, nous voyons s’établir un rapport en français entre le xénisme tabagie et le mot déjà bien connu tabac. Au sens propre, tabagie n’était pas utilisable en relation avec la civilisation européenne. Mais du moment qu’on le rattachait d’une façon quelconque au tabac, il devenait susceptible d’être emprunté et d’un emploi facile. Ce fut fait dès la seconde moitié du 17e siècle. On manquait, en France, d’une désignation commode pour les lieux publics où l’on fumait. On aurait pu inventer un dérivé régulier *tabaquerie : mais peut-être à la faveur de son parfum exotique, c’est tabagie qui s’imposa, dans une acception nouvelle due à une étymologie populaire42.

  • 43 Chr. Nyrop, op. cit., p. 279-285.

48Le vieux-norrois gardr, apparenté au gotique gards et à l’anglais yard, signifie « enclos, clôture ». Il survit notamment en danois dans les composés kaalgaarr « plantation de choux », vingaard « vignoble », aalegaard « trou d’anguilles », fiskegaard « égrilloir », laxegaard « avaloire à saumons ». Ce mot a été autrefois apporté par les Vikings en Normandie, où le terme gort ou gord désigne une installation de pêche en rivière, un rang de perches disposées en angle et fermées par un filet où les poissons viennent se prendre. Comme le passage de gardr à gort ou gord est phonétiquement injustifiable, on doit penser que le mot a été altéré par une attraction paronymique et confondu avec un ancien gort, gord, gurt, gourt « eau courante », issu régulièrement du latin gurges « gouffre, tournoiement d’eau, remous43 ».

  • 44 O. Bloch dans Le Français Moderne, 3 (1935), p. 16 n. 4 ; G. Esnault, même revue II (1943), p. 207 (...)

49Au 16e siècle, les lansquenets en service en France, employaient volontiers, sous une forme abrégée par réticence, un juron allemand dass dich Gott… « que Dieu te… » Les Français, reprenant telles quelles ces syllabes incompréhensibles pour eux, les transcrivirent d’abord dasticot, puis les interprétèrent en d’asticot (déjà chez Agrippa d’Aubigné). Il semble qu’il y avait eu aussi une altération *dastipot, supposée par le sobriquet dastipoteur appliqué aux Allemands selon le témoignage de Henri Estienne. Il a été créé aussi un verbe dérivé dasticoter, parfois tastigoter « parler allemand, contredire, quereller ». Mais de la forme d’asticot arrangée par l’étymologie populaire, on a tiré un autre verbe asticoter attesté depuis 1747 et aujourd’hui encore de couleur plutôt populaire44.

  • 45 F. Brunot, Histoire de la langue française, IX, p. 995 ; G. Esnault dans Le Français Moderne, 18 ( (...)
  • 46 A. Dauzat, L’attraction paronymique dans le français populaire contemporain, dans Études de lingui (...)
  • 47 F. Desonay, La vivante histoire du français, Bruxelles, 1946, p. 105.

50L’attraction paronymique est, comme il est naturel, particulièrement fréquente dans la langue populaire et dans l’argot. Aux environs de 1800, les Kaiserlicks furent appelés, par les gens du peuple et les soldats, des Quinze reliques45. Pendant la guerre de 1914-1918, les avions allemands qui avaient bombardé Paris, les Gothas, furent appelés des godasses dans le parler populaire46 ; l’allemand Minenwerfer devint, chez les poilus, mine à faire peur47.

  • 48 A. Dauzat, Les mots d’emprunt dans l’argot français, dans Étude de Linguistique française2, Paris, (...)
  • 49 A. Dauzat, La vie du langage3, Paris, p. 301 ; F. Mackenzie, Les relations de l’Angleterre et de l (...)

51C’est évidemment une étymologie populaire qui a transformé les expressions italiennes esser di mezzo, non c’è mezzo en être de mèche, il n’y a pas mèche de l’argot français48. Dans le même parler, l’anglicisme knock-out, prononcé approximativement nokaout, a été transformé en moka49.

  • 50 F. Mackenzie, op. cit., p. 149-150.
  • 51 E. Pichon, L’enrichissement lexical dans le français d’aujourd’hui, dans Le Français Moderne, 3 (1 (...)

52Chez certains sportifs peu cultivés, le pool est devenu la poule, et ready a été changé en radis50. Pour le speaker de la radio, il est arrivé qu’on entendit l’expliqueur51. Un Français qui avait vu New York fort rapidement, parlait même de YEmpailleur, désignant par là le célèbre Empire State Building, familièrement appelé l’Empire (à l’anglaise, à peu près empaīər).

  • 52 E. F. Haden et E. A. Joliat, Le genre grammatical des substantifs en franco-canadien empruntés à l (...)

53En franco-canadien, on a emprunté le terme anglais somerset « culbute » sous la forme très amusante de saut morisette52.

  • 53 A. Menarini, L’italo-americano degli Stati Uniti, dans Lingua Nostra, 1 (1939), p. 156.

54Aux États-Unis, les shovelers of the rail road « ouvriers de la voie aux chemins de fer » sont devenus, en italo-américain, les sciabolatori del Re Erode « les sabreurs du roi Hérode »53.

  • 54 A(drien) B(ernelle), Le chameau, pour les Russes, est-il un animal lubrique ? dans Vie et Langage, (...)

55A côté du latin écrit elephantus, pure transcription du grec έλέφαντος (génitif d’έλέφας), il a dû exister une forme vulgaire susceptible de rendre compte à la fois de vieux-français olifant, éliminé plus tard par l’emprunt savant éléphant, et du gotique ulbandus, attesté en Mésie vers le 4e siècle après J.-.C. et appliqué à un autre animal exotique, le chameau. Or le terme gotique a été repris anciennement par le slave, mais déformé par une étymologie populaire. En effet, il y a pris la forme velĭbondŭ puis velĭblondŭ qui signifie « le grand débauché » (russe moderne verbl’oud). C’est pourquoi le chameau a, chez les Slaves, la réputation d’un animal lubrique54.

56L’espagnol hamaca, d’où vient le français hamac, est emprunté au caraïbe de Haïti. En regard du modèle espagnol, l’allemand Hängematte et le néerlandais hangmat « natte suspendue » sont de beaux exemples d’étymologie populaire.

  • 55 M. Mayrhofer, Orientalisches in unserer Muttersprache, dans Sprache und Schrift, I, 3 (1948), p. 4 (...)

57Il y a une espèce de singe qui s’appelle curieusement en allemand Meerkatze et en hollandais meerkat « chat de mer », alors qu’il ne ressemble nullement à un chat et n’a, avec la mer, d’autre rapport que celui de son importation ancienne en Europe probablement par la voie maritime. En réalité, il s’agit de la déformation d’un nom indien que nous connaissons bien par le sanskrit markatah « singe »55.

  • 56 A. Carnoy, La science du mot. Traité de sémantique, Louvain, 1927, p. 230.

58Si les tomates ont été et sont encore quelquefois dénommées pommes d’amour, c’est par une confusion de l’italien pomi dei Mori « pommes des Maures ». A cette étymologie populaire se rattachent les calques love apples de l’anglais et Liebesapfel de l’allemand56.

  • 57 S. Simonyi, Die ungarische Sprache, Strasbourg, 1907, p. 58.

59En hongrois, cinterem « la salle (terem) d’étain (cin) » est une déformation du latinisme coemeterium « cimetière » et tuba rôsza « la rose des pigeons » est un enjolivement du latin tuberosa. On est tenté de croire, à première vue, que mérföld « espace d’un mille (mesure) » est un composé ancien de mér « mesurer » et föld « champ, terrain ». En réalité, comme l’atteste une forme ancienne mélyföld, il s’agit de l’emprunt du mot allemand Meile « mille » altéré par un rapprochement secondaire avec mér « mesurer »57.

  • 58 P. Peeters, Les traductions orientales du mot Martyr, dans Analecta Bollandiana, 39 (1921), p. 59.

60Le vieil-arménien, qui avait emprunté au grec chrétien le terme martiros (éliminé plus tard par l’iranisme vkay « témoin, martyr ») l’a spontanément et abusivement mis en rapport avec les mots du fonds ancien mart « combat » et martel « combattre ». Cette étymologie populaire explique que souvent, dans les textes hagiographiques, on applique aux martyrs un passage d’une lettre de saint Paul, I Tim., 6, 12, ἀγωνίζου τòν καλòν ἀγῶνα τῆς πίστεως, littéralement « Combats le bon combat de la foi » (en arménien martir zbarwokh martn hawatoç)58.

  • 59 Le mot ancien, défendu par les puristes, pour désigner l’école est l’arabisme mektep : G. L. Lewis(...)

61Le turc récent okul est l’emprunt du français école, mais altéré par une rencontre avec le verbe indigène okumak « lire »59.

  • 60 Cf. H. P. Judd, M. Κ. Pukui et J. E. G. Stokes, Introduction to the Hawaiian Language, Honolulu, 1 (...)

62Le hawaïen qui — on l’a vu (p. 243) — fait subir aux mots étrangers de graves altérations phonétiques, a fait Pukikí de l’anglais Portuguese. On peut se demander dans quelle mesure cette forme a été influencée par l’attraction paronymique de l’adjectif indigène pukikí « fort, violent, impétueux »60.

  • 61 S. Ichikawa, Foreign Influences in the Japanese Language, Tokyo, 1928, p. 7-8.

63Empruntant l’anglais serge, le japonais en a fait seruji d’après ses habitudes de syllabation. Mais, dans ce nom, -ji a été senti comme s’il s’agissait du mot ji « étoffe », de sorte que l’on trouve aussi à côté de seruji, une forme seru qui rime d’ailleurs avec neru « flanelle »61.

  • 62 A. Dauzat, dans Le Français Moderne, 13 (1945), p. 246-247.

64On serait tenté de croire que notre mot typhon représente, par l’intermédiaire éventuel du latin tỹphōn, le grec ancien τυφῶν qui désignait, comme nom commun, un vent de tempête, une trombe (on sait que, comme nom propre, Τυφών est le père des Vents dans la mythologie grecque). La réalité est plus compliquée. Il faut, en effet, remonter au chinois classique ou du Nord tafong, composé de ta « grand » et fong « vent », qui présente, dans le Sud, une forme un peu différente taïfoun. Tandis que le portugais tufão procède probablement de tafong, c’est à taïfoun que remonte l’anglais typhon, prononcé taïfoun. L’allemand Taifun a été emprunté oralement à l’anglais dont il reproduit la prononciation. Au contraire, l’on doit reconnaître un emprunt écrit dans le français typhon, dont procèdent l’italien tifone et l’espagnol tifon. Le sens de typhon « cyclone des mers intertropicales » ne laisse pas douter que l’origine en soit le chinois tafong qui s’applique, en effet, à des tourbillons de cette sorte dans les mers de Chine et du Japon. Mais la graphie anglaise avec y et ph, reprise par le français, ne serait pas justifiable si l’on n’admettait pas qu’au moment de son emprunt en anglais, le terme chinois a été rapproché du vieux mot grec τυφῶν et confondu avec lui62. Si l’on songe que la connaissance du grec et même de la mythologie grecque n’appartenait qu’à une classe cultivée relativement réduite, on conclura — et cette conclusion vaut pour bon nombre d’exemples — que l’étymologie populaire est quelquefois, souvent peut-être, une étymologie pseudo-savante.

65En multipliant, à dessein, les exemples d’étymologies populaires, j’espère avoir montré à suffisance que les anomalies qui interviennent dans l’emprunt sont le plus souvent de cette nature.

66L’emprunt est, pour l’étymologie populaire, le domaine assurément le plus favorable. Il y a là une réaction naturelle de l’esprit qui cherche à comprendre malgré tout le mot qu’il accueille. Il peut arriver aussi que le pérégrinisme ne soit pas accepté ou ne soit pas conservé dans l’usage : c’est alors une autre forme de réaction dont les aspects vont faire le sujet du chapitre suivant.

Notes

1 P. Bourdan, Carnet de retour avec la Division Leclerc, Paris, 1945, p. 14.

2 A. Dauzat, Le génie de la langue française2, nouv. tir., Paris, 1947, p. 120, n. 2.

3 Ch. Bally, Linguistique générale et linguistique française3, Berne, 1950, p. 315 (n° 521).

4 Hobson-Jobson. A glossary of colloquial Anglo-Indian words and phrases, and of kindred terms, 2e éd. par William Crooke, Londres, 1903.

5 G. Subba Rao, Indian Words in English, Oxford, 1954, p. 16 et 111-112.

6 M. Devic, Dictionnaire étymologique des mots d’origine orientale, 1876 (publié avec le supplément d’E. Littré, Dictionnaire de la langue française, Paris, 1877), p. 111.

7 Ménage, Dictionnaire étymologique, 1650, puis 1694 ; O. Bloch, dans Le Français Moderne, 3 (1935), p. 3 ; A. Meillet, Sur l’êtymologie du français, dans Linguistique historique et linguistique générale, II, Paris, 1936, p. 144 ; et les dictionnaires étymologiques.

8 Cité par B. Migliorini, Calco e irradiazione sinonimica, dans Boletín del Instituto Caro y Cuervo (Bogota), 4 (1948), p. 19.

9 Histoire du langage, trad. de M. et F. Gubler, Paris, 1954, p. 262.

10 A. Carnoy, La science du mot. Traité de sémantique, Louvain, 1927, p. 232.

11 En sanskrit, le sinus trigonométrique est plus fréquemment rendu, à date ancienne, par jyā « corde d’arc » (devenu en tamoul et ciyai), et avec plus d’exactitude par jyārdhah « demi-corde d’arc ». Le sens habituel de jīvah est « vie, principe de vie, vivant » : au sens de « corde d’arc », jïvah est rare et peut-être dû à une confusion secondaire entre deux groupes lexicaux représentant des racines indo-européennes semblables (cf. grec ancien βιός « arc » et βίος « vie »). — Le mot latin sinus a été pour la première fois emprunté au latin savant, pour être employé dans un ouvrage français, par A. Girard en 1626.

12 Les exemples accusativus, sinus, cattivu et ange de mer sont cités par B. Migliorini, op. cit., p. 19-20.

13 K. Sandfeld Jensen, Notes sur les calques linguistiques, dans Festschrift W. Thomsen, 1912, p. 169.

14 M. Rottenberg, L’argot franco-turc du lycée de Galatasaray, dans Le Français Moderne, 5 (1937), p. 165.

15 Cette expression qui signifie « se venger de quelqu’un par une vive critique ou par quelque violence », n’est plus d’usage fréquent. On entend plus souvent l’expression analogue dire à quelqu’un son fait, qui signifie « lui dire ses vérités ».

16 K. Sandfeld, op. cit., p. 173.

17 Cet exemple et le précédent sont repris à E. Haugen, The Analysis of Linguistic Borrowing, dans Language, 26 (1950). p. 218.

18 Chr. Nyrop, Linguistique et Histoire des mœurs, trad. par E. Philippot, Paris, 1934. p. 172.

19 Ibid., p. 171.

20 G. Alessio, Le origini del francese, Florence, 1946, p. 74.

21 S. Simonyi, Oie ungarische Sprache, Strasbourg, 1907, p. 85.

22 Slawo-deutsches und Slawo-italienisches, Graz, 1884, p. 5.

23 Sitzungsberichte der Preussischen Akademie, 1917, p. 524. Cf. O. Jespersen, Language, Londres, 1922, p. 213-214.

24 J. Haust, Dictionnaire liégeois, Liège, 1933, p. 317 et 323 ; ces étymologies sont acceptées par J. Warland, Glossar und Grammatik der germanischen Lehnwörter in der wallonischen Mundart Malmedys, Liège, 1940, p. 122 et 126.

25 G.-H. Tailleur, Un langage océanien : le bichlamar, dans Vie et Langage, 3 (1954). p. 294-296.

26 C. O. Koch, Changements de signification des mots français empruntés par le suédois, dans Studier i Modem Språkvetenskap, 11 (1931), p. 243.

27 Peut-être faut-il aussi ranger parmi les méprises dans l’emprunt un dernier exemple très curieux. Les Japonais, rapporte le Comte Dillon en 1904, désignent les chiens par le mot kame depuis qu’ils ont observé la manie des Européens, en l’occurrence des Anglais, d’appeler constamment leurs chiens comel ! comel ! Cela n’est pas invraisemblable. D’autres langues ont emprunté des mots relatifs au dressage des chiens : ainsi l’impératif français couche ! a passé en suédois couche, en allemand kusch, en hongrois kus, puis kuski (avec ki « par ici »), d’où en roumain kuški (C. O. Koch, op. cit., p. 241 ; S. Simonyi, Die ungarische Sprache, Strasbourg, 1907, p. 74). Les Japonais auraient fait de même, mais en se méprenant sur le sens du mot.

28 Sur ce phénomène en général et sur son nom, voir A. Dauzat, L’attraction paronymique dans le français populaire contemporain, dans Études de linguistique française1, Paris, 1946, p. 253-261.

29 O. Keller, Lateinische Volksetymologie und Verwandtes, 1891, p. 251 ; H. Lewy, Die semitischen Fremdwörter im Griechischen, Berlin, 1895, p. 20 ; J. B. Hofmann, Etymologisches Wörterbuch des Griechischen, 1950, p. 51. Mais E. Boisacq, Dictionnaire étymologique de la langue grecque1, 1950, repousse cette étymologie.

30 V. Bérard, De l’origine des cultes arcadiens, Paris, 1894, p. 38.

31 P. de Labriolle, Paroecia, dans Recherches de Science Religieuse, 18 (1928), p. 60-72.

32 R. Cavenaile, Influence latine sur le vocabulaire grec d’Égypte, dans Chronique d’Égypte, 52 (1951). p. 403.

33 Cf. R. Cavenaille, Quelques aspects de l’apport linguistique du grec au latin d’Égypte [il faut lire : du latin au grec…], dans Aegyptus, 32 (1952), p. 193.

34 La variante ayecotli est donnée par l’anthropologue mexicain Alfonso Caso : d’après R. Escarpit, dans Vie et Langage, 2 (1953), p. 250.

35 Outre les dictionnaires étymologiques, voir A. Dauzat, Voyage à travers les mots, Paris, 1947, p. 29-30 ; Haricot et haricot (de mouton), dans Vie et Langage, 2 (1953), p. 65-66.

36 J. Deny, « Riche », variété de lapin ? dans Le Français Moderne, 22 (1954), p. 173-174.

37 J. Marouzeau, Aspects du français, Paris, 1950, p. 143.

38 V. Bérard, op. cit., p. 38.

39 Le sens premier de sarband est « bandeau, couronne, sorte de coiffure de femme ». De là est venue la danse du sarband, le sarband.

40 Nouveaux essais de philologie française, Paris, 1904 ; Chr. Nyrop, Linguistique et Histoire des mœurs, trad. par E. Philippot, Paris, 1934, p. 208.

41 A. Dauzat, Voyage à travers les mots, Paris, 1947, p. 52.

42 Chr. Nyrop, op. cit., p. 139-141. Cf. Ph. M. Palmer, Neuweltwörter im Deutschen, Heidelberg, 1939, p. 126-127.

43 Chr. Nyrop, op. cit., p. 279-285.

44 O. Bloch dans Le Français Moderne, 3 (1935), p. 16 n. 4 ; G. Esnault, même revue II (1943), p. 207 ; et les dictionnaires étymologiques.

45 F. Brunot, Histoire de la langue française, IX, p. 995 ; G. Esnault dans Le Français Moderne, 18 (1950), p. 138.

46 A. Dauzat, L’attraction paronymique dans le français populaire contemporain, dans Études de linguistique française2, Paris, 1946, p. 256-257.

47 F. Desonay, La vivante histoire du français, Bruxelles, 1946, p. 105.

48 A. Dauzat, Les mots d’emprunt dans l’argot français, dans Étude de Linguistique française2, Paris, 1946, p. 275-276.

49 A. Dauzat, La vie du langage3, Paris, p. 301 ; F. Mackenzie, Les relations de l’Angleterre et de la France d’après le vocabulaire, Paris, 1931, tome I, p. 149-150 ; J. Marouzeau, Aspects du français, Paris, 1950, p. 144.

50 F. Mackenzie, op. cit., p. 149-150.

51 E. Pichon, L’enrichissement lexical dans le français d’aujourd’hui, dans Le Français Moderne, 3 (1935), p. 326.

52 E. F. Haden et E. A. Joliat, Le genre grammatical des substantifs en franco-canadien empruntés à l’anglais, dans Publications of the Modern Language Association of America, 55 (1940), p. 840-841.

53 A. Menarini, L’italo-americano degli Stati Uniti, dans Lingua Nostra, 1 (1939), p. 156.

54 A(drien) B(ernelle), Le chameau, pour les Russes, est-il un animal lubrique ? dans Vie et Langage, 2 (1953), p. 298.

55 M. Mayrhofer, Orientalisches in unserer Muttersprache, dans Sprache und Schrift, I, 3 (1948), p. 42.

56 A. Carnoy, La science du mot. Traité de sémantique, Louvain, 1927, p. 230.

57 S. Simonyi, Die ungarische Sprache, Strasbourg, 1907, p. 58.

58 P. Peeters, Les traductions orientales du mot Martyr, dans Analecta Bollandiana, 39 (1921), p. 59.

59 Le mot ancien, défendu par les puristes, pour désigner l’école est l’arabisme mektep : G. L. Lewis, Teach yourself Turkisch, Londres, 1953, p. VI.

60 Cf. H. P. Judd, M. Κ. Pukui et J. E. G. Stokes, Introduction to the Hawaiian Language, Honolulu, 1945, vocabulaire.

61 S. Ichikawa, Foreign Influences in the Japanese Language, Tokyo, 1928, p. 7-8.

62 A. Dauzat, dans Le Français Moderne, 13 (1945), p. 246-247.

© Presses universitaires de Liège, 1956

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search