Version classiqueVersion mobile

L’Emprunt linguistique

 | 
Louis Deroy

Quatrième partie. Processus et Adaptation

Chapitre Χ. Le sort des immigrés

Texte intégral

1J’ai tâché de montrer, dans le chapitre précédent, qu’il y a des mots étrangers qui gardent leur air étranger, et d’autres, surtout empruntés par la voie orale et populaire, qui s’adaptent plus ou moins parfaitement aux habitudes et aux cadres de la langue preneuse. Comment se réalise cette adaptation ? C’est la question qui se pose maintenant. Il est évident qu’il s’agit ici surtout d’emprunts proprement dits et guère de pérégrinismes, puisque ceux-ci conservent le plus souvent leur forme originelle. Pour prendre une comparaison sociologique, l’enquête porte sur des étrangers déjà immigrés, installés à demeure et qui ont pris déjà des habitudes de vie nouvelle.

***

  • 1 La perception des sons d’une langue étrangère, dans Travaux du Cercle Linguistique de Prague, 4, p (...)

2La première adaptation que subit un mot emprunté est phonétique et, dans une certaine mesure, phonologique. En règle générale, les emprunteurs s’efforcent de reproduire avec exactitude la prononciation étrangère, s’ils l’ont entendue et si elle ne leur semble pas trop rébarbative, mais les résultats sont souvent imparfaits. Les phonèmes familiers de la langue maternelle tendent spontanément à se substituer à des sons inhabituels et rebutants. Une anecdote racontée par E. L. Polivanov 1 illustre bien le caractère inconscient de cette substitution. Un étudiant japonais demandait un jour à son professeur si la prononciation correcte du mot européen drama était dzurama ou dorama. Et comme le professeur lui répondait que ce n’était ni l’un ni l’autre, mais bien drama, l’étudiant acquiesça en disant : « Ah ! oui, c’est dorama ». Le syllabisme habituel de la langue japonaise revenait, même à son insu, dans sa prononciation.

  • 2 B. Migliorini, art. Prestito. — Linguistica, dans Enciclopedia Italiana di Scienze, Lettere ed Art (...)

3L’adaptation articulatoire varie selon la forme du mot, selon la différence de structure des idiomes et selon la voie suivie par l’emprunt2.

  • 3 Cf. F. Brunot, La pensée et la langue, Paris, 1922, p. 47.

4La forme du mot étranger entraîne parfois une telle difficulté de prononciation que l’assimilation est presque irréalisable. Ainsi, c’est probablement à cause de sa forme et de sa prononciation étrange que highlife n’est pas parvenu à entrer comme club et tilbury dans l’usage français ordinaire3.

  • 4 N. S. Troubetzkoy, Principes de phonologie, traduit par J. Cantineau, Paris, 1949. p. 54 ; Ch. Bal (...)
  • 5 Avec u valant naturellement ou du français.
  • 6 Ces trois signes signifient respectivement « tous », « joie » et « section ».— H. Frei, Monosyllab (...)
  • 7 Chr. Nyrop, Linguistique et Histoire des mœurs, trad. par E. Philippot, Paris, 1934, p. 79.

5La structure des langues en présence joue aussi un grand rôle. L’altération est forcément plus grave si le mot est emprunté par une langue de structure très différente que s’il passe dans un parler relativement pareil à la langue donneuse. Le système phonologique d’un idiome est un gabarit ou un crible normalement inévitable4. Tandis que l’anglais club est devenu en français club (prononcé cleub ou club) et en allemand Klub (prononcé cloup) avec une modification légère par le fait qu’il s’agit d’un même type de parler indo-européen, en revanche il a subi des altérations profondes en passant dans des langues d’autres familles : finnois klubi, japonais kurabu5, chinois 1-lö4-pu4 (composé de trois signes)6. Pourtant les langues structurellement pareilles ne montrent pas toujours la même sensibilité : si les Anglais s’accommodent vite des formes étrangères, parce qu’ils sont habitués de manier un vocabulaire hétéroclite, en revanche les Italiens n’acceptent guère d’emprunt qu’italianisé, tel ce charmant chellerina qu’ils ont tiré de l’allemand Kellnerin « servante de restaurant »7.

6Enfin, la prononciation de l’emprunt s’écarte plus ou moins du modèle étranger selon qu’il a suivi, à l’origine, la voie savante ou la voie populaire. En effet, si l’emprunteur est un homme cultivé qui connaît la langue étrangère, il reproduit fidèlement les sons qu’il a entendus ou prononce correctement les graphies qu’il a lues. Si l’autorité de cet homme est grande ou s’il s’adresse d’abord à un cercle nombreux de gens cultivés comme lui, l’emprunt a une certaine chance d’être introduit dans l’usage commun avec une prononciation exacte. C’est assez souvent le cas aujourd’hui pour les anglicismes.

7Mais si l’emprunteur n’est pas cultivé, s’il est un homme du peuple qui ne connaît pas la langue étrangère, il reproduit à sa guise ce qu’il a cru entendre ou prononce à sa façon ce qu’il a lu. Comme la majorité des locuteurs de tous les pays ne sont pas bilingues ou polyglottes, il n’est pas surprenant que beaucoup d’emprunts aient subi, partout et toujours, des altérations de forme.

8Il est donc inexact, à mon sens, de dire, comme on le fait souvent, que les emprunts anciens sont plus altérés parce qu’ils étaient presque toujours oraux ou auditifs, tandis que les emprunts récents sont plus fidèlement conservés parce qu’ils sont, en général, écrits ou visuels. S’il y a, touchant l’adaptation des emprunts, une différence entre les temps anciens et les temps modernes — encore ne faut-il pas exagérer cette différence —, n’est-ce pas plutôt que la moyenne de culture intellectuelle et d’information a sensiblement monté dans beaucoup de régions du monde depuis la lointaine antiquité ?

  • 8 Déjà cité comme typique par E. Devic, Dictionnaire étymologique des mots d’origine orientale, 1876 (...)
  • 9 E. Bourciez, Éléments de linguistique romane4, Paris, 1946, p. 188.
  • 10 A. L. Davis et R. I. MacDavid Jr., dans American Speech, 24 (1949), p. 249-255.
  • 11 O. Bloch et W. von Wartburg, Dictionnaire étymologique de la langue française3, Paris, 1950, s. v. (...)

9Ainsi donc, ce ne sont pas, à proprement parler, les emprunts oraux, mais les emprunts « populaires » qui sont le plus sujets à s’altérer. A cette catégorie appartiennent des mots comme le français colichemarde, issu du nom allemand de son inventeur supposé, Koenigsmark8 ; comme le calabrais ardeḍḍa « sangsue », emprunté au grec ἀβδέλλα9 ; comme l’anglo-américain shivaree, tiré du français charivari10 ; comme le français benjoin, qui remonte à l’arabe lubân djâwi « encens de Java »11.

  • 12 Autres exemples dans F. Mackenzie, op. cit., p. 145.

10Quand un grand nombre des emprunteurs en viennent à se familiariser avec la langue donneuse et acquièrent même un certain bilinguisme, on constate une tendance à conserver la graphie authentique, à réduire l’adaptation articulatoire et à serrer de plus près la prononciation étrangère. Il est aisé d’observer le phénomène dans les anglicismes du français. Jadis, on avait fait boulingrin de bowling-green, et redingote de riding-coat. Aujourd’hui, trop de gens connaissent l’anglais pour qu’on n’adopte pas d’emblée sweater et bulldozer. Bien mieux : après avoir connu les formes splin et toste au 18e siècle, on est revenu depuis le 19e, aux graphies anglaises spleen et toast12.

  • 13 R. Cavenaille, Influence latine sur le vocabulaire grec d’Égypte, dans Chronique d’Égypte, 52 (195 (...)

11En Égypte, sous l’occupation romaine, les mots latins empruntés au grec ont été d’abord adaptés, puis cette façon de faire a disparu peu à peu au fur et à mesure que s’étendait la connaissance de la langue latine13.

  • 14 M. L. Wagner, dans Zeitschrift für Romanische Philologie, 54 (1934), p. 120, à propos de l’ouvrage (...)
  • 15 Étude de Trager citée par E. Haugen, The Analysis of Linguistic Borrowing, dans Language, 26 (1950 (...)

12En guarani (Amérique du Sud), les phonèmes l et ll (l mouillé) des emprunts espagnols étaient anciennement remplacés, dans la prononciation indigène, par les sons approchants r et y. Plus tard, les Guaranis ont appris à articuler des latérales et dès lors l et ll ont subsisté dans les hispanismes récents : c’est ainsi que lleístas a été réintroduit à côté de l’ancien yeista, qui demeure en usage14. Pareillement, on a pu classer les hispanismes du Tao (Bolivie) en anciens, plus récents et très récents, d’après des critères phonétiques15.

13Le même recul de l’adaptation a été observé dans les anglicismes de l’allemand de Pennsylvanie aux États-Unis.

  • 16 Cf. F. Brunot et Ch. Bruneau, Précis de grammaire historique de la langue française2, Paris, 1937, (...)

14Ainsi donc, les emprunts écrits, savants, faits à des langues connues d’une bonne partie des locuteurs, ne sont pas ou sont très peu adaptés dans la prononciation de la langue emprunteuse16.

***

15Il y a quatre façons d’adapter la prononciation d’un mot étranger : négliger les phonèmes inconnus ou imprononçables, leur substituer des phonèmes usuels, introduire des phonèmes nouveaux pour donner au mot un air familier, déplacer le ton conformément aux règles de la langue emprunteuse.

  • 17 C’est la Quantitätsausgleich d’Ernst Gamillscheg. Cf. A. Boileau, Le problème du bilinguisme et la (...)

16Nous trouvons en gallo-roman un exemple de la première façon. On sait que le latin vulgaire ne différenciait plus les voyelles longues et les voyelles brèves. Empruntant des mots germaniques qui se caractérisaient par une voyelle radicale longue, les locuteurs de l’ancienne Gaule ont négligé cette particularité et ont opéré un nivellement quantitatif des voyelles17. C’est ainsi que, par exemple, le francique *laubja (allemand Laube) « tonnelle, feuillée » a donné le français loge.

  • 18 G. L. Lewis, Teach yourself Turkish, Londres, 1953, p. 22-23.

17Le turc ne connaît, à la finale des mots, que des consonnes sourdes. Quant un terme emprunté se termine par une sonore, le locuteur entend apparemment et reproduit en général une sourde : l’arabe kitâb « livre » est prononcé et parfois écrit kitap, le persan rang « couleur » est devenu renk, le français garde-robe a pris la forme gardrop et l’anglais bridge (jeu) s’est changé en briç18.

  • 19 A. Menarini, L’italo-americano degli Stati Uniti, dans Lingua Nostra, 1 (1939), p. 155.

18L’italien des États-Unis néglige le h- des mots empruntés à l’anglais : on trouve ainsi àusa pour house, a mocci pour how much, òllu pour hall, òrsi pour horse, òsbiru pour husband, comía pour come here19.

19Le plus souvent, l’emprunteur qui ne possède pas, dans son parler, certains phonèmes rencontrés dans la langue donneuse, ne se borne pas à les laisser tomber : il leur substitue des phonèmes usuels approximativement pareils. Cette substitution constitue une seconde façon très fréquente d’adapter un emprunt.

  • 20 Sur la proximité de f et h et leur interversion possible, voir notamment les doublets latins (hare (...)
  • 21 R. Menendez Pidal, Origines del español2, Madrid, 1929, p. 41 ; N. Â. Nielsen, La théorie des subs (...)

20A l’époque romaine, les anciens Ibères qui, comme les Basques modernes, ne connaissaient pas de f, se sont trouvés embarrassés pour reproduire les mots latins comportant ce phonème. Ils lui ont substitué h, qui était la consonne la plus proche dans leur système phonologique20. Cette substitution s’est ensuite étendue des provinces du Nord à toute l’Espagne avec la prédominance castillane et l’on sait qu’elle caractérise aujourd’hui l’espagnol parmi les autres langues romanes21.

  • 22 B. Pottier, L’influence française sur le vocabulaire espagnol, dans Vie et Langage, 3 (1954), p. 3 (...)
  • 23 Mais dans les emprunts écrits juist et agent, j a, comme c’est la règle en néerlandais, la valeur (...)
  • 24 A. Boileau, op. cit., p. 148.
  • 25 O. Jespersen, Language, Londres, 1922, p. 207.
  • 26 A. Marre, Vocabulaire des mots d’origine européenne présentement usités dans la langue malgache, C (...)

21Les chuintantes ch et j, qui nous sont familières en français, manquent dans beaucoup de langues. Quand celles-ci empruntent des termes français, elles substituent à ces chuintantes d’autres phonèmes, généralement des sifflantes. C’est le cas en espagnol où la substitution se marque même souvent dans la graphie : clisé « cliché », tirabuzón « tire-bouchon », bisuteria « bijouterie », charretera ou jarretera « jarretière », chaqué ou yaqué « jaquette »22. En néerlandais, le maintien habituel de l’orthographe française et l’existence d’une prononciation à la française chez les personnes cultivées n’empêchent pas que la substitution soit courante dans le parler populaire : gendarm se prononce zan’dārm, congé kon’zé, et changeeren san’zēren23. Un terme intellectuel comme genie qui garde le j français chez les gens cultivés, présente non moins souvent zy ou même ζ chez les autres. Pareillement, la sonore française j est prononcée š (ch) en allemand 24 et sy en suédois25. Plus loin de nous, le malgache rend le j français par dz ou z, et le ch par s : orandzy « orange », zaridéna « jardin », foromazy « fromage », forosety « fourchette », sovaly « cheval »26.

22J’ai déjà signalé plus haut, à propos de l’emprunt de phonème, que le w du francique avait été rendu, dans le gallo-roman central et méridional, par gw, devenu ultérieurement : par exemple *werra est devenu guerre.

  • 27 M. Niedermann, L’interpénétration des langues (1949), reproduit dans Recueil Niedermann, 1954, spé (...)

23Le russe, qui ne possède pas les voyelles eu [ö] et u [ü], a emprunté les mots français liqueur et bureau en leur donnant les formes likër [likyor] et bjuro27.

  • 28 A. R. Gonçalves Vianna, Les vocables malais empruntés au portugais, dans Recueil Ch. de Harlez, 18 (...)

24Le malais substitue dy à z et b à v dans les emprunts portugais : camisa « chemise » est rendu par kamédya, mesa « table » par médya, viola « guitare » par bióla28.

  • 29 A. Menarini, L’italo-americano degli Stati Uniti, dans Lingua Nostra, 1 (1939). p. 154-156. La sub (...)

25Les mots anglais passés en italo-américain sont aussi déformés par certaines substitutions. On les reconnaît sans peine dans les exemples suivants : aironó « I don’t know », auzziòni « auction », bigghi màufu « big mouth », cummòni « good morning », cunnàiti « good night », dètti « that », dóra « daughter », guài « why », muvipicciu « moving picture », squèra « sweater », vazzumàra « what’s the matter ? », vuòra « water »29.

  • 30 H. P. Blok, A Swahili Anthology, with notes and glossaries. Vol. I : Ki-unguja Texts (Dialect of Z (...)

26Le swahili n’a pas la même variété de phonèmes que l’arabe et il est parfois réduit à confondre sous la même prononciation deux mots arabes phonétiquement distincts : ainsi harufu est en même temps la « lettre », arabe harf, et le « parfum », arabe ‘arf30.

27Un troisième procédé d’adaptation des emprunts consiste à introduire dans le mot des phonèmes supplémentaires pour éviter des suites de sons gênants et pour donner ainsi, au mot étranger, une allure pareille à celle des mots indigènes.

  • 31 A. Meillet, Esquisse d’une histoire de la langue latine5, Paris, 1948, p. 91 ; A. Ernout, Aspects (...)

28Ainsi, le latin qui n’était pas familiarisé avec les groupes con-sonantiques cn, cm et mn, les a évités en insérant une voyelle : grec τέχνα est devenu tecina, δραχμα dracuma et μνά mina31.

  • 32 J. Haust, Dictionnaire liégeois, Liège, 1933, s. v. sployon et hintche ; J. Warland, Glossar und G (...)

29Le groupe sl du francique *slido « traîneau » a été rendu par (e)scl en gallo-roman : vieux-français esclaon, esclan, wallon liégeois sclèyon scliyon, scloyon, puis splèyon, sployon. De même *slinka « main gauche » est devenu en vieux-français esclenche, en wallon liégeois sclintche, clintche, hlintche, hintche32.

  • 33 G. L. Lewis, Teach yourself Turkish, Londres, 1953, p. 23.

30Le turc répugne à avoir deux consonnes ensemble au commencement d’un mot et il tend naturellement à en modifier la disposition, en ajoutant une voyelle, prothétique ou épenthétique, quand le cas se présente dans un emprunt. Par exemple sterling est adapté en isterlin, steamboat en istimbot, schlepp (sorte de cargo) en silep, train en tiren (aussi tren), club en külüp (aussi klüp)33.

  • 34 A. Sauvageot, dans Les Langues du Monde par un groupe de linguistes sous la direction d’A. Meillet (...)

31Dans les langues ouraliennes aussi, un mot ne peut pas normalement commencer par plus d’une consonne et il doit être terminé dans tous les cas par une voyelle. Le hongrois moderne a quelquefois dérogé à cette règle : c’est ainsi que le français « blouse » est resté bluz à Budapest. Mais le finnois a gardé jusqu’aujourd’hui les vieilles habitudes intactes : il a pris au suédois strand sous la forme ranta « rive », flicka sous la forme likka « fille », propaganda sous la forme ropakanta34. Seul le finnois des émigrés aux États-Unis a admis quelques exceptions à cette règle (voir p. 90).

  • 35 J. Faublée, dans Les Langues du Monde2, Paris, 1952, p. 655-656.
  • 36 A. Marre, Vocabulaire des mots d’origine européenne présentement usités dans la langue malgache, C (...)

32Le malgache n’admet pas de groupes de consonnes, sauf ceux à nasales (mp, nt etc)35. C’est ce qui explique la syllabation forcée des emprunts français suivants : alimoára « armoire », birika « brique », foromazy « fromage », forosety « fourchette », hosipisy « hospice », zaridéna « jardin »36.

  • 37 S. Ichikawa, Foreign Influences in the Japanese Language, Tokyo, 1929, passim ; D. Carr, Comparati (...)

33En japonais et en hawaïen, de nombreux emprunts présentent de beaux exemples d’adaptation complexe à la fois par substitution et par addition de voyelles épenthétiques et paragogiques. Ces deux langues sont caractérisées par un clavier consonantique relativement pauvre et par une tendance à décomposer le mot en une série de syllabes ouvertes, notamment la dernière. Sans qu’il soit nécessaire de commenter le détail, on reconnaîtra aisément, dans les emprunts à des langues européennes, la nature des substitutions et des insertions. Le japonais a repris à l’anglais bisuketto « biscuit », bisuteki « beefsteak », gareezi « garage », garando « ground », huinissyu « finisch », kakuteru « cocktail », maneezyaa « manager », omuretsu « omelette », rinoryūmu « linoleum », sisutemu « system », sutoraiki « strike », syoppu « shop ». Du portugais viennent karumera « caramelo », kasutēra « castela », marumero « marmelo » ; du hollandais hōhī « koffie », koppu « kop », zukku « dock » ; et du français garuson « garçon », syānpān « champagne » et syumüzu « chemise »37.

  • 38 D. Carr, op. cit. ; M. P. Judd, M. Κ. Pukui et J. E. G. Stokes, Introduction to the Hawaiian Langu (...)

34La pauvreté du système phonologique hawaïen provoque tant de substitutions (notamment au moyen de k qui remplace t, d, th, s, z, ch, j et g) qu’il faut tout un entraînement pour identifier de nombreux anglicismes : akimalala « admiral », alani « orange », alepapeka « alphabet », koka « soda », kokele « hotel », kokoleka « chocolat », koloka « cloak », kope « coffee », kula « school » et « gold », kūlina « corn », mikini « machine », okomopila « automobile », pai-kikala « bicycle », pakeke « bucket » et « pocket », penikala « pencil », pia « beer », puke « book » etc. 38

35Enfin, l’adaptation de l’emprunt comporte un quatrième aspect : la modification éventuelle de la qualité et de la place de l’accent dans le mot. On connaît, pour en faire souvent l’expérience, la différence profonde qui sépare, sur ce point, l’anglais du français. La place initiale de l’accent donne à des gallicismes de l’anglais une prononciation à peine reconnaissable pour un Français, parce que les syllabes suivantes sont, par contrecoup, fortement réduites : comfortable se prononce à peu près « cámfətəbəl », sovereign « sóvərin », natural « nêtchərəl ». Et les Anglais sont aussi dépaysés quand ils entendent un Français accentuer sur la syllabe finale des anglicismes comme reporter ou gentleman. Or, ce transfert aux emprunts de la manière d’accentuer les mots indigènes est un phénomène tout spontané.

  • 39 Ν. S. Troubetzkoy, Principes de phonologie, traduit par J. Cantineau, Paris, 1949, p. 55.

36Les Russes ont une façon bien spéciale d’accentuer : tandis que les syllabes non accentuées sont brèves, les syllabes accentuées, en revanche, sont toujours longues et ont dans le mot des places variables selon le sens. Quand un russe parle tchèque, ou bien il accentue correctement les syllabes initiales des mots, mais les allonge toutes à tort, ou bien il reproduit correctement les syllabes longues ou brèves du tchèque, mais accentue seulement, à tort, la première syllabe longue du mot39.

  • 40 Sur ces changements d’accent, voir A. Boileau, Les emprunts, dans Revue des Langues Vivantes, 8 (1 (...)

37Quand du 5e au 8e siècle de notre ère, des mots franciques sont passés en gallo-roman, l’accent germanique sur la syllabe radicale s’est déplacé sur la pénultième, entraînant une évolution phonétique ultérieure toute différente de ce qui s’est produit en germanique40.

  • 41 Ch. Bally, Linguistique générale et linguistique française3, Berne, 1950, p. 328 (n° 551) ; E. Kau (...)
  • 42 Β. Danielsson, Studies on the Accentuation of polysyllabic Latin, Greek and Romance Loan-Words in (...)

38Il arrive aussi pourtant qu’il n’y ait pas d’adaptation tonique et que l’emprunteur conserve l’accent étranger du mot. Dans ce cas, les emprunts se distinguent des mots indigènes par une accentuation spéciale. Ainsi, en allemand, beaucoup d’emprunts font exception au régime de l’accent germanique. On dit Struktúr, Funktión, Infanteríe, Offizíer, nationál, originell, induktiv, ignorieren. La tendance populaire est cependant à l’uniformisation et, à côté de Büró, par exemple, il n’est pas rare d’entendre Büro41. Pareillement, en anglais, l’accent tend toujours à se reporter sur la syllabe initiale ou du moins vers elle. C’est ainsi que les emprunts natión, tyranníze, objurgáte, par exemple, sont devenus progressivement nátion, tyrannize et objúrgate ou même óbjurgate42.

***

  • 43 Parmi les exposés récents de la question, citons en particulier : M. Lejeune, Traité de phonétique (...)

39L’adaptation phonétique d’un mot étranger emprunté par la voie orale est, en principe, un phénomène spontané et isolé. Pareil emprunt est un accident lexical résolu pour lui-même d’après les habitudes articulatoires de l’emprunteur, mais sans règle préétablie. Toutefois, quand il existe plusieurs termes empruntés notoirement à une langue déterminée, le locuteur peut reconnaître certaines correspondances qu’il étend ultérieurement à d’autres emprunts. Il est rare que les grammairiens les codifient strictement et il s’agit presque toujours de tendances et non de règles. Aussi ne faut-il pas s’étonner si les linguistes modernes n’arrivent pas à préciser exactement, par exemple, suivant quels systèmes d’équivalences les mots grecs anciens ont été adaptés en latin à certaines époques de l’histoire de la latinité. On ne peut s’attendre à restituer quelque chose de semblable à la phonétique historique du latin. Il faut prévoir une part très large d’exceptions, de flottements, de décalages entre les usages vulgaires et cultivés tant du côté grec que du côté latin43.

  • 44 Exposé général de la question dans : S. Anavaratavinayakam Pillai, The Sanskritic Element in the V (...)

40Le tableau est similaire dans le cas d’autres langues connues pendant une très longue période, tels le sanskrit et les parlers dravidiens du Sud de l’Inde. Le sanskrit gatih « mouvement » a donné, en tamoul, keti avec un e, mais dhanam « bien, fortune » est devenu tanam avec un a. Cakram « cercle, roue » est emprunté en tamoul sous deux formes cakkiram et cakkaram, et hrdayam est représenté dans la même langue par itayam et, plus récemment, par irutayam44.

  • 45 La vivante histoire du français, Bruxelles, 1946, p. 83.

41La question des équivalences phonétiques senties et appliquées par l’emprunteur est bien posée dans ces quelques lignes de Fernand Desonay à propos du français. « Ces équivalences, écrit-il45, trouvent d’autant plus malaisément le point d’équilibre que le domaine linguistique de la langue prêteuse est d’appartenance plus lointaine. Aussi longtemps qu’une « parlure » romane enrichit son vocabulaire par des contacts avec des parlers sœurs (c’est le cas, nous l’avons vu, des emprunts faits par le français à l’italien, à l’espagnol), le sentiment des équivalences phonétiques joue sans nulle peine : trivellino donnera tout naturellement, trivelin ; medianoche fera mêdianoche. Autre guitare, s’il s’agit d’acclimater le chinois ginsen ou l’indoustani rajput ».

42Il y a, en particulier, un cas où les équivalences phonétiques jouent avec un maximum d’aisance : c’est celui des transpositions mécaniques d’un dialecte ou d’un patois à un autre à l’intérieur d’une même langue. Il n’y a généralement pas de barrière lexicale morphologique et syntaxique et les seuls différences sont d’ordre phonétique : aussi le locuteur averti franchit-il sans hésiter cet étroit fossé. Le phénomène est assuré pour les dialectes de la Grèce ancienne et Antoine Meillet en a nettement souligné l’importance.

  • 46 A. Meillet, Aperçu d’une histoire de la langue grecque6, Paris, 1948, p. 77-78. Cf. aussi dans Jou (...)

43« Les individus, écrit-il, qui parlent deux dialectes différents d’une même langue savent, quand ils empruntent à un dialecte différent du leur, faire les transpositions nécessaires pour adapter les éléments empruntés, au moins dans une certaine mesure. Un ionien savait que, pour ioniser un mot dorien, il fallait y remplacer α par η ; un Athénien savait que, pour atticiser un mot ionien, il fallait remplacer σσ par ττ, ρσ par ρρ, -ιη par -ια, et ainsi de suite. Toutefois ces transpositions sont fréquemment incomplètes, et le fait que les parlers grecs ont emprunté des mots les uns aux autres se traduit par des incohérences dans les correspondances phonétiques. Par exemple, rien dans la forme du nom de la « paix ἰpāvā de certains parlers occidentaux n’avertit qu’il soit emprunté ; mais εἰραυα à Delphes, εἰρηνα ou ίρηνα en Crète avec leur η, ou ἰpāvā en arcadien, en béotien, en laconien avec leur ι avertissent que partout le mot vient de l’ionien ; le flottement thessalien entre ἰρειυα et ἰραυα suffirait à éveiller l’attention. Ici, la forme dénonce l’emprunt ; mais la plupart du temps l’adaptation au dialecte emprunteur a été parfaite et la forme ne révèle rien. On ne saurait donc dire ni tout ce que chaque parler grec doit à chacun des autres, ni ce que, en particulier, tous les autres parlers doivent à la première grande langue grecque de civilisation qu’on connaisse, l’ionien »46. Ces transpositions mécaniques populaires ne vont pas naturellement sans certaines méprises amusantes. Les Liégeois qui parlent à la fois le français et le wallon, sont familiarisés avec l’équivalence -eau = -ê que l’on trouve, par exemple, dans château = tchèstê, couteau = coûté, pourceau = pourcê, gâteau = wastê, poireau = porê, etc. Mais il suffit de savoir que le wallon potê signifie « flaque » pour apprécier la plaisante satire du poète wallon contre les riches prétentieux :

  • 47 J. Vrindts, Vîx Lîge. Contes et Râvions, Liège, s. d., p. 49 : fin du sonnet intitulé Ji vous, ji (...)

………………………………………..
N’a wère, à sfèye qu’alléve à messe,
Li mame qu’aime bin dè l’petter haut,
Vina lî braire distan l’fignesse :
« Ne marchez pas dans les poteaux ! »47
(Récemment à sa fille qui allait à la messe, La mère, qui aime de prendre de grands airs,
Vint lui crier de la fenêtre :
« Ne marchez pas dans les … flaques ! »)

***

  • 48 Pages 42, 77, 148 et 342.
  • 49 Ibid., p. 44.
  • 50 J. Orr, Les anglicismes du vocabulaire sportif, dans Le Français Moderne, 3 (1935), p. 298. — Sur (...)

44Il n’y a pas seulement, dans une même langue, des adaptations diverses de mots étrangers différents, mais, comme on l’a déjà vu plus haut, le même emprunt se présente souvent avec plusieurs formes et surtout plusieurs prononciations concurrentes. Sans doute, les défenseurs du bon usage tâchent-ils de fixer et d’imposer une prononciation unique. Mais le respect des réalités les oblige à admettre pas mal d’inconséquences et de flottements. Dans « Comment on prononce le français », Philippe Martinon note que l’on entend square et quaker avec a et è, Schoenbrunn avec eu, mais Groenland avec oë ; qu’on nasalise on dans micron et Robinson, mais pas dans omicron et Edison ; que tramway se prononce avec w = ou, mais wagon avec w = v, etc.48 Le mot yacht a trois prononciations admises et justifiables : yac, yact et yote49. Selon la classe sociale du locuteur, meeting se dit métingue ou mitin’g, et outsider est prononcé outsidère ou aoutsaïdeur50.

  • 51 Références chez B. E. Vidos, dans Le Français Moderne, 8 (1940), p. 139.

45Il est anormal que la prononciation d’un mot demeure flottante et l’on peut dire que l’évolution régulière doit apporter finalement une unification, en commençant par la langue cultivée et littéraire. Ainsi l’espagnol cerbatana a pris d’abord, en français, de multiples formes serbatane, serbataine, cerbatine, sarbatane, sarbacane, sarbatenne, sarbataine, cerbacane, salbaquanne, soubatarne, puis la seule ortographe sarbacane a été choisie et fixée pour le bon usage51.

  • 52 Cf. E. Pousland, dans Le Français Moderne, 3 (1935), p. 254-257.
  • 53 En vieil-espagnol, χ valait le français ch. L’espagnol moderne écrit Mejico et garde à peu près la (...)

46Quand c’est possible, l’emprunteur averti essaie de conserver au mieux la forme et la prononciation étrangères. Mais il arrive fréquemment que la fidélité à la graphie provoque une altération secondaire de la prononciation. Ainsi, en anglo-américain, chic est populairement prononcé « tchic » et garage « garadje », parce que ch et g ont normalement ces valeurs dans l’écriture anglaise52. Anciennement, en français et en anglais, le toponyme Mexico était prononcé correctement mèchico : aujourd’hui, Français et Anglais disent mèksico par réaction de la graphie sur la proncnciation53. C’est aussi la graphie qui a fait qu’en français moderne, sidecar et iceberg ont i comme « cire », que shampooing fait oin comme « poing », que rail et souvent cocktail présentent ail comme « émail », enfin que reporter, pull-over et bluff ont populairement u comme « bulle » et -er comme « fer ».

  • 54 F. Mackenzie, op. cit., p. 148-149.

47Cette réaction de la graphie explique aussi le plus souvent les demi-adaptations d’emprunts où voisinent des phonèmes indigènes et des phonèmes étrangers, comme dans standing, dancing et interview, qui se prononcent avec an et in à la française, mais avec -ing et -iew (iou) à l’anglaise54.

***

48Il y a aussi une adaptation graphique, car les mots empruntés peuvent recevoir une forme écrite différente de l’orthographe étrangère. C’est forcément la règle pour les emprunts écrits quand la langue emprunteuse emploie une écriture d’un autre type que celle de la langue donneuse : la transcription d’un mot arabe ou chinois est, chez nous, une adaptation.

  • 55 Voir entre autres E. Kaufmann, Der Fragenkreis ums Fremdwort, dans Journal of English and Germanic (...)

49Si les écritures sont superposables, l’adaptation graphique ne se trouve logiquement que pour des emprunts oraux : l’emprunteur tend à noter sa prononciation (plus ou moins déformée par rapport au modèle) suivant les conventions de son écriture nationale. La graphie des gallicismes en allemand est un bel exemple : Büro, Fassade, Klischee, Konzert, Kurier, Likör, Militär, Order, Pläsir, Schofför, Zivil etc.55. A date ancienne, en français, les anglicismes, généralement empruntés par la voie orale, recevaient une orthographe conforme à la prononciation francisée : bébé « baby », bifteck « beefsteak », boulingrin « bowling-green », chèque « check », comité « comittee », dispensaire « dispensary », paquebot « packet-boat », redingote « riding-coat », revue « review », rosbif « roast-beef » etc.

  • 56 G. Waringhien, L’emprunt, dans Vie et Langage, 1 (1952), p. 404.
  • 57 Charles Maurras écrivait interviouve : cette graphie est appuyée par E. Pichon dans Le Français Mo (...)

50On sait qu’il n’en va plus de même aujourd’hui que les grandes langues étrangères sont connues d’un plus grand nombre de Français. Il convient pourtant de signaler que maints érudits et écrivains ont essayé de raviver la vieille habitude de franciser la graphie des emprunts. Le chef de file de ces puristes a été Remy de Gour-mont qui, dès 1899, demandait que l’on écrivît bifetèque, biocause, boucmacaire, codaque, groume, quipesèque, smoquine, stoque, tiquet, zingue etc. Plus récemment, Marcel Aymé, Raymond Queneau, Etiemble et quelques autres se sont divertis à écrire chorte, coquetel-(le), pineupe, spiqueur, squi, vatère, vécé, yanqui sans oublier Holivoude et — non sans intention humoristique et satirique — Nouillorque56. La graphie interviou, interviouver est appuyée par des autorités linguistiques57, mais reste loin de s’imposer.

  • 58 La Calprenède cité par E. De Ullmann, Couleur locale anglaise et théâtre français, dans Mélanges A (...)
  • 59 Le nom du célèbre missionnaire et saint catholique François Xavier a été repris et adapté de l’esp (...)
  • 60 Voir entre autres : Chr. Sénéchal, Faut-il traduire les prénoms étrangers ? dans Le Français Moder (...)

51Un cas particulier est l’adaptation graphique des noms propres de lieux et de personnes. Encore une fois, nous voyons qu’anciennement les Français arrangeaient à leur manière les noms étrangers bien connus : Bouquinquant « Buckingham », Soubtantonne 58 « Southampton », Boccace « Boccacio », Xavier « Xaver (espagnol) »59, Ratisbonne « Regensburg », Nuremberg « Nürnberg », Naples « Napoli », Douvres « Dover » etc. A date plus récente, l’habitude est plutôt de respecter la graphie étrangère, mais il se pose néanmoins divers problèmes sur lesquels l’accord n’est pas entièrement fait60. Dans quelle mesure faut-il franciser la graphie des noms de famille portés par des personnages historiques d’autres pays ou par des étrangers naturalisés en France ? On écrit à la française Pouchkine et Boccace, mais non Shakespeare et Washington. Dans quelle mesure les prénoms étrangers doivent-ils être remplacés par les formes françaises équivalentes ? On parle bien de François Bacon, de Henri Heine, de Jean-Sébastien Bach, mais de Luigi Pirandello, de Franz Listz et de Karl Marx. Il ne serait pas admis de dire en français Guillaume Shakespeare, pas plus qu’en anglais John Racine ou Julius Romains.

52Convient-il de respecter ou d’adopter les toponymes étrangers ? Il semble que pour des villes et des régions bien connues, on ne puisse guère remplacer les francisations traditionnelles par des graphies étrangères : il n’y a aucune raison de substituer Firenze à Florence, Köln à Cologne, Dover à Douvres, London à Londres, Napoli à Naples, Nürnberg à Nuremberg, Regensburg à Ratisbonne Toutefois certaines francisations sont tombées en désuétude pour des raisons diverses. On n’a guère l’occasion de citer Cassovie (de l’allemand Kaschau), et, s’il est besoin d’en parler quelquefois, on reprend plutôt, surtout par écrit, le nom actuel Kosice. Inspruck reposait sur une prononciation régionale exacte, mais peu connue : la forme allemande officielle Innsbruck l’a emporté dans l’usage international. Dans certains cas, des bouleversements politiques importants ont causé des changements onomastiques qu’on ne peut refuser : Constantinople, c’est évidemment Istanbul, mais avant les Turcs, et André Gide a pu écrire : « Ce que j’admire en Leningrad, c’est Saint-Pétersbourg ».

***

53N’en finissons pas avec l’adaptation phonétique des emprunts sans signaler le cas très particulier du chinois. On parle souvent, mais à tort, du monosyllabisme du chinois. En réalité, dans la langue parlée, un grand nombre de mots sont polysyllabiques et l’on peut dire que la tendance naturelle s’accentue vers le polysyllabisme. Mais cette tendance est contrecarrée par le caractère opposé du chinois écrit. Il faut savoir que l’écriture chinoise représente les notions par des idéogrammes qui valent phonétiquement une syllabe simple de la langue parlée (prononcée parfois différemment selon les dialectes). De là résulte l’aspect isolant ou monosyllabique du chinois écrit.

54Le chinois parlé emprunte facilement des mots étrangers, même polysyllabiques, et il les adapte à ses habitudes de prononciation, variables selon les régions. Mais dès que l’emprunt doit être écrit idéographiquement, force est de transformer l’emprunt formel en emprunt sémantique. Ainsi le sanskrit bouddhique buddhisat-tvam est devenu en chinois parlé bousa, mais il est écrit au moyen d’un idéogramme qui a la valeur fo à Pékin et fe dans le Sud. L’anglais dozen avait pris, dans l’usage oral de Shangaï, la prononciation tat’sen, qui s’était aussi répandue ailleurs. Mais l’idéogramme employé pour l’écrire avait une valeur tañ à Shangaï et ta à Pékin : c’est finalement cette prononciation monosyllabique qui s’est imposée et a éliminé tat’sen. Il en va de même pour l’anglais telephone emprunté à Shangaï avec une prononciation telifong. Quand l’objet a été assez connu en Chine et qu’on a voulu l’écrire, on s’est servi de deux idéogrammes associés, l’un signifiant l’électricité et prononcé tiεn, l’autre représentant la parole et valant hwa. Par l’influence de la langue écrite, le téléphone n’a bientôt plus été appelé telifong, mais tien-hwa.

55Cette lutte de la langue parlée et de la langue écrite est continuelle et l’on devine que la dernière jouit d’un prestige et d’une influence qui l’aident à l’emporter souvent dans l’usage. Cependant, la langue parlée résiste parfois victorieusement, surtout quand il s’agit de noms très courants : kafi « café », k’ok’o « cacao ». On recourt alors, pour les écrire, à des signes spéciaux ou à des idéogrammes possédant la valeur phonétique convenable.

  • 61 Ting Ming Tchen, L’emprunt des mots étrangers dans la langue chinoise, dans Proceedings of the Thi (...)

56Les procédés du chinois écrit freinent regrettablement l’évolution linguistique : on devine à quelles difficultés se heurte, en Chine, l’adoption du vocabulaire scientifique international61.

***

57Outre l’adaptation phonétique, les mots empruntés subissent souvent aussi une accomodation morphologique spontanée ou progressive, qui leur permet de fonctionner aisément et clairement dans le système de la langue emprunteuse.

  • 62 A. Menarini, L’italo-americano degli Stati Uniti, dans Lingua Nostra, 1 (1930). p. 154 ss.

58L’accomodation la plus simple consiste à intégrer dans un groupe lexical et fonctionnel, moyennant un léger arrangement de la finale. J’ai déjà dit que cette adaptation touchait à la phonétique en ce sens que l’emprunteur peut avoir l’oreille habituée à une certaine structure phonique du mot. Par exemple, les Italiens ont une propension marquée pour les noms en -o (pluriel -i) et en a (pluriel -e). Mais l’adjonction de pareilles finales et surtout le choix du masculin -o ou du féminin -a comporte une intégration morphologique. Qu’il suffise de rappeler l’adaptation de l’allemand Kellnerin en Celerina, et celle du français billet en biglietto. Pareillement en italo-américain (avec une teinte dialectale), on a fait aiscrima de ice cream, tichètta de ticket, còttu de coat, òllu de hall, natinchi de nothing, mais aussi vindò de window et sciumèca de shoemaker62.

  • 63 J. Morawski, Des mots français en polonais : voyelles finales et atones, dans Revue des Études Sla (...)

59De la même manière, le polonais ajoute, au besoin, ses finales communes -a, -ja, -ka aux gallicismes qu’il a reçus (directement ou par l’allemand) : kanapa « canapé », klisza « cliché », szosa « chaussée », galanteria « galanterie, politesse, article de modes ou de fantaisie », karoseria « carrosserie », matinka « matinée (au théâtre) » ; mais seule la graphie a été changée dans biuro, serso, palto, kare (carré), koli, kanwa (canevas)63.

  • 64 Liste chez R. Cavenaile, Quelques aspects de l’apport linguistique du grec au latin d’Égypte [il f (...)

60On sait que, selon le même système, l’étrusque a fait de Γλαυκός Glauce, de Γραικός Creice etc., parce que -e était la finale nominale ordinaire. Le latin se servait de -us -a, -um, tandis que le grec employait -ος, -η, -ov. <ardivement, en grec hellénistique, les noms de choses prenaient habituellement la finale -ιον (-ιν) < de là l’adaptation des latinismes caliga en καλίκιν, de lorica en λωρίκιν, de scutella en σκουτλιον, de nummus en νονμμιον, de lamina en λάμνιον, etc64.

  • 65 Dans le traité Tantravārttika : cité par M. Mayrhofer, Die Substrattheorien und das Indische, dans (...)

61Nous trouvons le même phénomène bien attesté dans l’Inde ancienne, où le sanskrit a subi très tôt l’influence dravidienne. Un commentateur du 7e siècle après J.-C, Kumārila Bhatta, nous donne la règle d’adaptation des mots dravidiens en sanskrit : il faut, dit-il, les transposer dans la classe nominale (thématique) en -a-. Ainsi les noms dravidiens cor « bouillie de riz », naḍer « chemin », pāp « serpent » (qui survivent dans le tamoul cōṟu « riz cuit », le canarais naḍe « chemin », le tamoul pāmpu et le canarais pāvu « serpent ») deviennent obligatoirement en sanskrit cora-, naḍera-, pāpa-65.

  • 66 L. L. Hammerich, The Russian Stratum in Alaskian Eskimo, dans Slavic Word, n° 3 = Word, 10 (1954), (...)

62En esquimau de l’Alaska, les noms russes empruntés à date ancienne sont pourvus généralement de la finale -q (postvélaire) ou -k (vélaire) caractéristique des noms à l’absolutif : p. ex. kašitaq « gazéta », kalantāsaq « karandáš » (crayon), kaltūfilaq « kartófel’ » (pomme de terre), paltuk « pal’to » (manteau)66.

  • 67 R. Cavenaile, op. cit., p. 198.

63L’insertion d’un verbe emprunté dans la conjugaison indigène ne va pas naturellement sans une substitution de finale, plus apparente en général que dans les noms. En grec hellénistique, la finale verbale la plus familière était -εύειν (-τεύειν). Aussi n’est-il pas surprenant que les verbes latins rogare, expungere, ambire, delegare, confirmare, tractare, defendere, expeliere aient pris respectivement les formes ῥογεύιν, ἐκσφουγγεύειν, ἀμβιτεύειν, δηληγατίυειν, κομφιρματεύειυ, τρακτεύειυ, *δηφηντεύειν (cf. δηφηντεύσις), * ἐξπελ-λεύειυ (cf. ἐξπελλεύτης)67.

  • 68 A. Boileau, Les emprunts, dans Revue des Langues Vivantes, 8 (1942), p. 149 ; Le problème du bilin (...)

64En passant du francique au gallo-roman, on constate que les verbes en -ōn et en -an prennent la finale latine -are, tandis que les verbes en -jan entrent dans la classe en -ire. Ainsi *wardōn a été transformé en *wardare (wallon liégeois wårder, français garder), *bukōn en *bucáre (wallon liégeois bouwer, vieux-français buer), *bannjan en *bannire (français bannir), *warnjan en *warnire (français garnir), etc. 68

  • 69 J. Morawski, op. cit., p. 179 ss.

65Le polonais a adapté des verbes français en leur adjoignant son suffixe -ować : blamować « blâmer », etablować « établir »69.

  • 70 Notons que -i est la finale d’infinitif normale en dialecte italien de Sicile.
  • 71 A. Menarini, op. cit.

66L’italo-américain nous fournit encore ici des exemples très suggestifs : draivare « to drive », giumpare « to jump », polasciare « to polish », bittare « to beat », ringhi 70 « to ring », machi « to make », itti « to eat », trinchi « to drink » etc.71.

  • 72 P. Schach, dans Symposium, 3 (1949), p. 120 : cité par E. Haugen, The Analysis of Linguistic Borro (...)
  • 73 J. Morawski, op. cit.

67Les adjectifs anglais en -y reçoivent sans peine une finale -ig quand ils sont empruntés en allemand des États-Unis : bossy est rendu par bassig, funny par fonnig, tricky par tricksig72. En polonais, les suffixes -ny, -ki et -owy servent à accommoder des adjectifs d’origine française : pikantny, szarmancki, barokowy73.

  • 74 R. Cavenaile, op. cit., p. 193.

68L’accommodation suffixale est un phénomène parallèle à l’emprunt de suffixe : on les trouve parfois dans les mêmes mots. Ainsi, dans la κοινή grecque, les noms latins en -tor et en -arius ont été souvent empruntés avec leurs suffixes (-τωρ, -αριος), mais il est arrivé aussi que le suffixe grec équivalent -της (-ίτης) ait été substitué aux suffixes latins : on trouve, par exemple, dans les papyrus d’Égypte, ἐξάτης à côté de ἐξάκτωρ (latin exactor), βεστιαρίτης à côté de βεστιάριος (latin vestiarius), κελλαρίτης à côté de κελλάριος (latin cellarius)74.

***

69De la même manière qu’on affuble un emprunt d’un suffixe ou d’une finale indigène, il arrive, à vrai dire moins souvent, qu’on lui ajoute un préfixe.

  • 75 E. Haugen, op. cit., p. 221.

70Aux États-Unis, l’allemand de Pennsylvanie a tiré Getschäbber du verbe emprunté à l’anglais to jabber75.

  • 76 Ch. Bally, Linguistique générale et linguistique française3, Berne, 1950, p. 304 (n° 499).

71Cette accommodation spéciale apparaît particulièrement en allemand dans certains calques du français. Il suffit de comparer tiré par les cheveux et an der Haaren herbeigezogzn, ne rien laisser à désirer et nichts zu wünschen übrig lassen, mener par le bout du nez et an der Nase herumführen, cela ne compte pas et das zählt nicht mit76.

***

72Dans les langues où les mots n’ont pas une seule forme fixe, mais deux ou plusieurs formes constituant une flexion, les mots d’emprunt sont tenus de s’intégrer dans ce système pour pouvoir être employés comme les mots indigènes. Cette adaptation flexionnelle comporte deux aspects ou, si l’on veut, deux étapes.

73D’abord les mots empruntés à des langues flexionnelles perdent, d’un coup ou peu à peu, les marques de leur flexion. Sans doute, le plus souvent, un mot n’est emprunté que sous une seule forme où il n’y a pas de trace apparente de flexion, si ce n’est pour le locuteur savant. Il n’importe au Français que agenda et mercanti soient des pluriels, récépissé un infinitif, veto une forme conjuguée à la première personne du singulier, imprimatur un subjonctif, bravo un adjectif épithète : pour lui, ce sont des noms, porteurs d’une certaine signification. La flexion originelle a été perdue dès le moment où ces mots sont entrés dans l’usage ordinaire.

  • 77 Cf. entre autres A. Dauzat, Les pluriels italiens en français, dans Le Français Moderne, 3 (1935), (...)
  • 78 J. Damourette et E. Pichon, Des mots à la pensée, t. II, Paris [1931], p. 457, § 761.

74Il n’y a que les emprunts savants, introduits d’abord dans des langues spéciales, qui ont été repris sous deux ou plusieurs formes. Les philologues disent erratum avec un pluriel errata, les musiciens soprano soprani et lied lieder, les mathématiciens maximum maxima, les astronomes nova novae, les anglomanes gentleman gentlemen. Mais au fur et à mesure que de pareils termes deviennent plus répandus dans l’usage, ils perdent ces singularités flexionnelles77. Dans l’usage courant, on dit des sopranos, des solos, des lieds, des maximums, des cicerones, des dilettantes, des wattmans, des sanatoriums, des memorandums. Peu importe que mercanti, macaroni, agenda soient déjà des pluriels en italien et en latin : pour le français, ce sont des singuliers, qui font, au pluriel, mercantis, macaronis, agendas. Sans doute, l’orthographe officielle et académique fait-elle encore, en ce domaine, des distinctions surprenantes et peu justifiables : mais d’écrire « des forum, des extra, des duplicata, des crescendo », cela ne change rien au sentiment linguistique de l’homme de la rue. On ne dit pas, par fidélité au modèle arabe, Targui, pluriel Touareg, et chérif, pluriel chorfa, mais bien un Touareg, des Touaregs, un chérif, des chérifs. Enfin, la disparition du Théâtre Italien à Paris a entraîné celle des snobs qui déclinaient bravo, brava, bravi, brave, selon le nombre et le sexe des acteurs qu’ils applaudissaient. Aujourd’hui, bravo est une interjection invariable en même temps qu’un mot dont le pluriel est bravos78.

  • 79 O. Jespersen, Language, Londres, 1922, p. 213.

75La tendance de l’usage n’est pas différente en anglais moderne. On avait emprunté anciennement des formes doubles comme fungus et, au pluriel, fungi, comme formula et formulae. Mais on emploie de plus en plus les pluriels funguses, formulas, ainsi que ideas, circuses et museums79.

  • 80 Les poètes latins classiques ont souvent emprunté les formes de la flexion grecque.
  • 81 Voir entre autres : W. Kahle, De vocabulis graecis Plauti aetate in sermonem latinum vere receptis(...)

76Ainsi donc se réalise, d’emblée ou après coup, le deuxième stade de l’accommodation flexionnelle : l’emprunt revêt les marques d’une flexion fréquente ou régulière dans la langue emprunteuse. C’est très remarquable dans une langue comme le latin dont la flexion nominale comprend six cas à chaque nombre. Les mots empruntés au grec prennent, sauf en poésie80, toutes les formes d’une flexion latine : ’Αλκμήνη (génitif -ης) fait Alcmèna, Alcmēnae, Alcmēnam etc. ; ’Αντιφῶν (génitif -ώντος) devient Antiphō, Anti-phōnis, Antiphōnem etc. ; κρηπίς (génitif κρηπΐδος, accusatif κρηπϊδα) donne crepida, crepidae, crepidam etc. ; γλαύκωμα (génitif -ατος) est adapté en glaucuma, glaucumae, glaucumam etc. 81

  • 82 W. A. Craigie, Inflected English (Society of Pure English, Tract N° 64), Oxford, 1945, p. 108-111.

77Il existe encore, aux États-Unis, des colonies lituaniennes qui parlent et écrivent le lituanien et publient, dans cette langue, des journaux farcis naturellement, comme la conversation, de mots anglo-américains. Ces emprunts reçoivent, au masculin, les finales -as (sportas) et moins souvent -is ou ius (automobilis ou automobilim), tandis qu’au féminin, ils prennent -a (farma) ou ē (futbolē). Ainsi, avec un contraste frappant, un mot anglais comme strike, pourvu au maximum de trois formes (singulier strike, pluriel strikes, rarement génitif singulier strike’s) reçoit d’un coup une déclinaison complète très archaïque et proche encore du modèle indo-européen, avec trois nombres (singulier, duel et pluriel) et sept cas (nominatif, génitif, datif, accusatif, instrumental, locatif et vocatif)82.

  • 83 M. L. Sjoestedt, L’influence de la langue anglaise sur un parler local irlandais. dans Étrennes E. (...)

78Naturellement, l’adaptation n’est pas toujours aussi complexe et elle se borne le plus souvent à l’adjonction d’une désinence de pluriel. Ceci peut d’ailleurs modifier sensiblement l’aspect du mot, comme il arrive par exemple aux anglicismes de l’irlandais : matchanna « allumettes », frencheanna « (des) Français, stólanna « chaises » (aussi pluriel fort stóil)83.

***

79Dans l’adaptation morphologique s’insère la question du genre grammatical. On sait que toutes les langues n’ont pas de genres grammaticaux et que, dans celles qui en possèdent deux ou plus, il s’agit d’une convention linguistique n’ayant, avec les sexes naturels, qu’un rapport lointain ou partiel.

80Quand un mot passe d’une langue pourvue de genres grammaticaux à une autre qui n’en a pas, il perd forcément sa détermination générique. C’est le cas, par exemple, d’un nom français emprunté par le turc, par le chinois ou par le japonais.

  • 84 E. Pousland, Étude sémantique de quelques gallicismes en anglo-américain, dans Le Français Moderne(...)

81A un degré moindre, les mots français qui passent en anglais, perdent les marques morphologiques de masculins et de féminins. Par exemple, les gallicismes distrait, fiancé, naïve (ce dernier curieusement emprunté sous la forme féminine) s’emploient indifféremment, en anglais, pour les hommes et pour les femmes84.

  • 85 M. Davau, Adjectifs invariables, dans Le Français Moderne, 18 (1950), p. 52.

82Quand, en revanche, un mot est emprunté par une langue pourvue de genres grammaticaux caractérisés, il se pose un problème d’adaptation. Si la langue donneuse ignore le genre, l’emprunt tend normalement à en prendre un. Mais il arrive qu’il reste indéterminé. Ainsi, en français moderne, des adjectifs pris à l’anglais restent indifférents au genre : on dit une personne chic ou select, une tenue shocking, une lettre express, une locomotive compound, une femme snob, une musique swing, une récolte record85.

83Si la langue donneuse connaît le genre grammatical, il y a deux possibilités : ou bien le mot emprunté conserve son genre originel, ou bien il en prend un autre. Le premier cas est régulier quand l’emprunteur est bilingue. Le second cas rejoint celui des mots empruntés à une langue dépourvue de genres grammaticaux. C’est là seulement qu’il y a une adaptation et le problème est de savoir quelles causes déterminent le choix d’un genre plutôt qu’un autre.

84En termes généraux, on peut dire que le genre grammatical nouveau d’un emprunt est choisi d’après le sexe de la personne ou de l’animal désigné, d’après la forme du mot, d’après son sens ou encore, parfois, en raison de facteurs psychologiques qui varient d’un individu à l’autre.

85Si un mot d’emprunt désigne un être vivant nettement sexué, il est, en bonne logique, pourvu du genre grammatical convenable. Nous disons naturellement un pacha et une odalisque, alors que ces mots viennent du turc qui ignore le genre grammatical.

  • 86 E. Sachs, The Gender of English Loan Words in the German of recent Immigrants, dans American Speec (...)

86La forme de l’emprunt peut suffire à entraîner son classement dans un groupe lexical possédant un genre grammatical fixe. Ainsi, en allemand des États-Unis, les anglicismes surtout monosyllabiques, qui ont un sens d’action, sont tenus pour masculins, parce que c’est régulièrement le cas en allemand, où l’on trouve par exemple, der Biss « la morsure », der Trieb « l’impulsion, la tendance », der Ritt « la chevauchée », der Schlag « le coup », etc. 86

87Souvent, c’est le suffixe ou simplement la finale qui détermine le classement dans une catégorie lexicale. D’une façon très générale, nous avons, en français, le sentiment que les mots terminés par un -e sont féminins et les autres masculins. C’est pourquoi nous masculinisons, par exemple, mica, aléa et facies, qui sont féminins en latin.

  • 87 Cf. A. Seidel, Neues praktisches Fremdwörterbuch. Die wichtisgten Fremdwörter der deutschen Sprach (...)
  • 88 E. Sachs, op. cit.

88En allemand, les noms en -tion et en -age sont toujours féminins, tandis que ceux en -ment sont tous neutres. Cette règle est appliquée spontanément aux mots d’emprunt français et anglais de préférence à ce que pourrait suggérer une connexion sémantique. Parmi les mots repris au français, citons die Avantage, die Agiotage, die Bagage, das A bonnement, das Departement, das Amendement87. De l’anglais, l’allemand des États-Unis présente die Fraction, die Education, die Competition, das Appointment, das Apartment, das Movement88.

  • 89 Références chez R. Frey, Das englische Lehnwort im modernsten Französisch (nach Zeitungsexzerpten (...)
  • 90 E. Sachs, op. cit.

89La connexion formelle peut être proprement homonymique si, indépendamment du sens, l’emprunt est identique ou pareil à un mot indigène. En français, nous disons une garden-party, une cocktail-party parce que le second terme de ces composés anglais s’identifie à notre partie : la preuve en est que l’on écrit en adaptant l’orthographe : une surprise-partie89. En allemand des États-Unis, on trouve der Dish « le plat » d’après der Tisch « la table », alors que les synonymes allemands, die Speise et die Schüssel, sont féminins ; on dit das Paper « le journal, l’article », sans tenir compte du genre des synonymes die Zeitung et der Aufsatz90.

  • 91 Dans les parlers de la Suisse romande, le genre grammatical des emprunts (mis à part les noms où l (...)
  • 92 G. Blun, Un procès sensationnel en Allemagne, dans La libre Belgique, 15 janvier 1954- p. 2 (c’est (...)

90Non moins souvent que par la forme, c’est par le sens qu’est déterminé le genre du mot emprunté91. Il en est ainsi quand le locuteur établit spontanément une connexion avec un terme ou des termes indigènes synonymes. Pour une personne familiarisée avec la langue allemande, le concept « voiture » (der Wagen) est masculin, mais il est féminin pour un Français. Ainsi le locuteur français dit normalement en parlant d’une marque bien connue d’automobiles, une Volkswagen, comme il dit une Citroen, une Ford, une Chevrolet. Mais un journaliste séjournant le plus souvent en Allemagne a pu écrire, en changeant en quelque sorte de conscience linguistique : « Théoriquement, les épargnants ont « droit » à un Volkswagen de 990 marks »92.

  • 93 E. Kaufmann, Der Fragenkreis ums Fremdwort, dans Journal of English and Germanic Philology, 38 (19 (...)

91En allemand, le genre de die Mauer « le mur » (lat. murus, masc.) doit être dû à l’analogie de die Wand « la paroi, la cloison, le mur », et celui de das Fenster « la fenêtre » (lat. fenestra, fém.) a été entraîné par la coexistence ancienne de das Windauge (cf. anglais window)93.

  • 94 E. Sachs, loc. cit.

92On comprend que la connexion sémantique puisse être établie, dans une même langue, avec deux ou trois mots de genres différents et qu’il résulte de là un flottement dans la première phase de l’adaptation. L’allemand des États-Unis nous en fournit de bons exemples. On dit der Bag ou die Bag selon que cet anglicisme est associé à der Beutel ou à die Tasche. Shore a les trois genres selon que l’emprunteur songe à der Strand, die Küste ou das Ufer94.

  • 95 E. Sachs, op. cit. — L’ensemble de la question a été traité en détail, mais sur un domaine local e (...)

93Enfin, hors de l’influence objective du sens et de la forme du mot, il faut faire la part à des facteurs subjectifs qui varient selon les emprunteurs. Le lieu de naissance, la connaissance d’un dialecte, le caractère de l’éducation reçue peuvent modifier le sentiment linguistique. Alors que les immigrants allemands en Amérique disent das Office en songeant à das Amt ou à das Büro, certains, d’origine viennoise, appellent die Office le bureau d’un avocat ou le cabinet d’un médecin parce qu’à Vienne, cela se nomme respectivement die Kanzlei et die Ordination. Pareillement, au lieu de dire der Traffic « le trafic, la circulation » d’après der Verkehr, des Viennois emploient parfois die Traffic simplement parce qu’à Vienne, il existe un mot die Trafik désignant « le bureau de tabac »95.

***

94L’adaptation morphologique des emprunts revêt parfois des aspects singuliers. Il n’est sans doute pas sans intérêt d’en relever quelques exemples à seule fin de montrer jusqu’où s’étendent les possibilités linguistiques.

95En swahili, les noms d’objets, d’instruments et de langues font partie d’une classe nominale spéciale caractérisée par l’usage des préfixes ki- au singulier et vi- au pluriel : par exemple kisu « couteau » visu, « couteaux », kilima « montagne », vilima « montagnes », kiatu « soulier », viatu « souliers ». Quand les Arabes ont introduit, en Afrique orientale, l’usage du livre, le nom de celui-ci, kitab, a pris, en swahili, la forme kitabu, mais il a été senti comme le singulier d’un nom d’objet à préfixe ki-, de sorte qu’on a formé automatiquement un pluriel vitabu « livres ».

  • 96 H. P. Judd, M. Κ. Pukui et J. E. G. Stokes, Introduction to the Hawaiian Language, Honolulu, 1945, (...)

96En hawaïen, påkã « tabac »96 a des chances d’être emprunté à une langue européenne, peut-être à l’anglais tobacco. Compte tenu des substitutions d’occlusives qui interviennent, comme on l’a vu plus haut, dans les mots empruntés par le hawaïen, on peut penser que la forme ancienne a été *kapáka et qu’une confusion s’est produite ultérieurement avec l’article défini ka.

  • 97 H. Hoijer, dans Language, 15 (1939), p. 110-115 : cité par E. Haugen, The Analysis of Linguistic B (...)

97Il arrive qu’un mot change tout à fait de catégorie morphologique. On a rapporté qu’en chiricahua, vieille langue des Apaches de l’Amérique du Nord, les adjectifs espagnols loco « fou » et rico « riche » ont été empruntés comme des verbes97.

  • 98 J. Marouzeau, Aspects du français, Paris, 1950, p. 151-153.

98Mais point n’est besoin d’aller chercher si loin pareilles anomalies. Il en existe en français même où les conjonction latines quamquam (= cancan) et tandem, l’adverbe interim, les formes verbales veto, placet, deficit, lavabo, memento et recepisse sont devenus des substan-tis98.

***

99Outre les adaptations phonétiques et morphologiques, l’emprunt d’un mot entraîne aussi quelquefois des modifications sémantiques. Tâcher de répartir en quelques catégories très larges, les accidents de signification survenus à des mots empruntés, tel est l’objet de la fin de ce chapitre.

  • 99 C. O. Koch, Changements de signification des mots français empruntés par le suédois, dans Studier (...)

100Pour ceux qui apprennent ou même pratiquent déjà une langue étrangère, les emprunts sont souvent de faux amis parce qu’ils n’ont pas, dans la langue emprunteuse, le même sens que dans la langue donneuse. Je ne parlerai pas ici des cas où le sens est demeuré figé, ou presque, dans la langue étrangère, alors qu’il a profondément changé dans la langue originelle. Il est curieux de constater que le suédois väst « gilet » conserve sensiblement la valeur, chez nous désuète, du vieux-français veste99. Mais cette différence de sens n’est pas liée à l’adaptation du gallicisme en suédois.

  • 100 Comment les mots changent de sens, dans l’Année Sociologique, 1905-1906, reproduit dans Linguistiq (...)

101Un trait sémantique qui accompagne souvent l’emprunt d’un mot, c’est la perte de la nuance. On l’observe particulièrement quand des mots sont empruntés à des langues spéciales par la langue commune. « S’ils pénètrent vraiment dans la langue commune et y sont employés couramment, écrivait Meillet100, les mots empruntés ne le font qu’en subissant un changement de sens. La valeur précise et rigoureuse d’un terme tient à l’étroitesse d’un milieu où dominent les mêmes intérêts et où l’on n’a pas besoin de tout exprimer ; sorti de ce milieu étroit auquel il devait sa valeur spéciale, le mot perd immédiatement de sa précision et tend à devenir de plus en plus vague. Pour un marchand des rues, camelote signifie la marchandise quelconque qu’il a entre les mains (et de même pour le chiffonnier) ; en entrant dans la langue commune, le mot a pris le sens vague de « marchandise » de peu de valeur, mauvaise marchandise ».

102Soit encore, par exemple, le mot latin caussa (causa) qui, dans la langue du barreau romain, désignait « une affaire judiciaire, » un procès » ; passant de là dans la langue commune, il n’a plus signifié qu’une affaire et enfin une « chose » si bien qu’il a pu s’appliquer non seulement à une affaire, mais à un « objet » et que chose est devenu l’un des mots les plus vagues de toute la » langue française. Le même mot, emprunté, sous forme savante, à la langue spéciale de la scolastique avec le sens de « cause », qui était le sens général du mot en latin, a passé aussi dans la langue commune, mais avec une valeur de plus en plus imprécise » et sert à désigner non plus la cause efficiente ou la cause finale, mais tout motif d’action : « à cause ? » équivaut à « pourquoi ? » dans la langue populaire. Et ceci n’empêche pas que, au barreau, » il existe un mot cause, emprunté au latin par les juristes, auquel les avocats gardent son sens premier latin « d’affaire judiciaire ».

  • 101 K. Lokotsch, Etymologisches Wörterbuch der europäischen Wörter orientalischen Ursprungs, Heidelber (...)

103Notre mot lascar s’est popularisé en perdant sa signification spéciale. D’origine persane, lascar s’est répandu en Inde vers les 15e-16e siècles pour désigner des espèces de valets d’armée et surtout des matelots de la classe inférieure. De l’hindoustani, le mot a été repris par les navigateurs portugais qui l’ont transmis, vers le 17e siècle, aux Anglais et aux Français avec le sens spécial de « matelot hindou ». L’anglais ne connaît encore que cette signification. En français, dans la langue des marins, au 18e siècle, alors que la France avait perdu la plupart de ses colonies indiennes, lascar en est venu à signifier « mauvais marin », puis « homme rusé ». Enfin, de là, lascar est parvenu en 1834 dans l’argot parisien, puis il s’est répandu en français commun avec le sens d’« homme brave, hardi, malin » et parfois avec une nuance plus nettement péjorative101.

  • 102 Composé de brúdhr « fiancée » et de madhr « homme » (accusatif mann).
  • 103 Chr. Nyrop, Linguistique et Histoire des mœurs, trad. par E. Philippot, Paris, 1934. p. 289-292.

104Si la nuance s’efface ainsi, c’est que le mot emprunté est transplanté dans un milieu linguistique et social où la signification spéciale n’a plus d’appui. Le vieux-norrois brúdhmadhr102, islandais moderne brúdhmadhur, vieux-danois brudemand, désigne l’homme (marié) qui, dans une noce, accompagne le nouveau marié à l’église, s’assied à côté de lui et se tient près de lui dans la procession. Les Vikings ont transporté ce mot en Normandie où l’on trouve bruman et brument dans des textes du 16e siècle et jusque dans les patois modernes, mais avec le sens de « fiancé » ou de « nouveau marié », quelquefois de « gendre ». Sans doute la cérémonie nuptiale a-t-elle été modifiée sur la terre française et le mot a peut-être été rapproché de bru103.

  • 104 Ibid., p. 264-265.

105Le mot emprunté s’adapte naturellement à son nouveau milieu et se trouve ainsi transféré à des choses et à des notions qui ne sont pas complètement identiques à celles qu’il désignait dans son milieu primitif. « Le latin jumentum reçut en Espagne la forme jumento et la signification d’« âne », parce que cet animal était la bête de somme la plus employée dans ce pays ; mais dans le Nord de la France jumentum prit, sous la forme jument, le sens de « femelle du cheval », parce que dans ladite région, cet animal tenait la place de l’âne comme bête de somme. A une époque moderne, le mot espagnol anchoa, qui désigne l’engraulis encrasicholus, s’est répandu sur une grande partie de l’Europe ; il a d’abord pénétré en France, où il a pris la forme anchois, mais conservé sa signification ; puis il s’est avancé au Nord et à l’Est et a reçu des formes telles que Ansjos (dan.) Ansjovis (dan. et suéd.). L’engraulis encrasicholus ne vit pas sur les côtes de la Norvège, ni de la Suède, ni de l’Allemagne, mais dans ces trois pays le nom en question a été transféré à un poisson proche parent qui, comme le véritable anchoa, se conserve dans des épices »104.

  • 105 C. O. Koch, op. cit., p. 241-242. Une liste analogue de gallicismes en danois est donnée par Chr. (...)

106Cette adaptation sémantique de l’emprunt à l’étranger peut demander un certain temps, c’est-à-dire que le sens du mot évolue, sous l’influence de conditions nouvelles, d’une manière différente du mot demeuré dans la langue originelle. En suédois, byrâ désigne, comme son modèle français bureau, un meuble à tiroirs pour écrire, mais il a pris en outre le sens de « secrétaire » et même de « commode ». Kommod, en revanche, veut dire « lavabo, table de nuit ». Chikan équivaut à notre chicane, mais signifie aussi « insulte, vexation, affront ». Färm signifie « preste, prompt », fatal à peu près « fâcheux », facil « complaisant, accomodant » et aussi « raisonnable, modéré » (facīla priser « prix modérés »)105.

  • 106 Deux dialogues du nouveau langage françois italianizè, éd. P. Ristelhuber, Paris, 1885, tome I, p. (...)

107En France, au temps de la Renaissance, certains italianismes ont été introduits avec une dérivation sémantique. On les a fait servir, notait déjà Henri Estienne106, « à un autre usage que l’Italie ne s’en sert… Je vous allegueray pour exemple ce mot Disgratié. car je vous confesse que Disgratié a vrayement son origine du langage Italien, qui dit Dis grattato… mais quelques-uns par ignorance l’appliquent à un autre usage que l’Italie n’a appliqué son Disgratiato. Car au lieu que Disgratiato signifie Malencontreux, ou Malheureux, quelcun qui en passant avet ouy ce mot Disgratié de la bouche de quelque emprunteur (qui n’est pas si ignorant) mais n’avet entendu ce qu’il voulet dire, et toutesfois desiret puis après parer son langage de ce mot nouvellement appris, eut bien grand’haste de dire, Il est disgratié : non pas pour si gnifier. Il est malencontreux, ou, Il est malheureux : mais au lieu de aire, Il est hors de grace : ou, Il n’est plus en grace. Or ne faut-il pas demander s’il fut incontinent suivi des autres courtisans ».

108Le mot d’emprunt a l’avantage d’entrer dans sa nouvelle langue, libre de toute association et de toute attache, du moins théoriquement. Cette liberté le rend sujet à des changements de sens qui surprendraient les usagers de la langue prêteuse. Ainsi, en français moderne, nous disons un bifteck de cheval, sans songer aux exigences d’une étymologie facile en anglais, et nous appelons speaker un annonceur de la radio, alors qu’en Angleterre, le mot est réservé au président d’une assemblée.

  • 107 Cf. K. Lokotsch, op. cit., nos 1443 et 1762.

109La formule arabo-persane de jeu šāh māt « le roi est mort » rapportée d’Orient en Europe au temps des Croisades et adoptée par de nombreuses langues sous des formes diverses (allemand Schachmatt etc.107), a donné en ancien français eschac et mat, en français moderne échec et mat. De cette formule qui appartient à la langue spéciale des joueurs d’échecs, le mot échec a été tiré d’abord pour désigner le jeu, puis il est passé dans la langue commune avec la signification nouvelle d’« insuccès, revers ».

***

110Un cas particulièrement fréquent de modification sémantique attachée à l’adaptation des emprunts, c’est la simplification du sens originel. En effet, très souvent, les mots sont emprutés avec un seul sens, alors qu’ils en possédaient deux ou plusieurs dans la langue donneuse.

  • 108 Le mot en ce sens est de plus en plus concurrencé en Amérique et même en France par Night-Club.
  • 109 Cf. E. Pousland, Étude sémantique de quelques gallicismes en anglo-américain, dans Le Français Mod (...)

111Ainsi, en anglo-américain, le mot français atelier signifie seulement un studio d’artiste, cabaret seulement une boîte de nuit où l’on danse108, bourgeois seulement une personne qui manque de dignité et d’élévation, chef seulement un cuisinier principal dans un restaurant de luxe, cuisine seulement les mets préparés (dans le local appelé en anglais kitchen), liaison seulement des rapports illégitimes entre un homme et une femme, rendez-vous seulement une rencontre passionnelle et souvent de mauvaises mœurs, cliché seulement une banalité, un lieu commun109.

  • 110 J. J. Salverda de Grave, L’influence de la langue française en Hollande d’après les mots empruntés(...)

112En hollandais, l’adjectif repris au français exorbitant ne s’applique qu’à un prix, et le verbe fatigueren n’a que le sens de « retourner la salade ». Beschränkt « borné », emprunté à l’allemand, ne s’applique qu’à l’étroitesse d’esprit110.

  • 111 C. O. Koch, op. cit., p. 239-241.

113En suédois, il y a pas mal de gallicismes qui n’ont qu’un sens réduit par rapport au français : bransch « spécialité, genre », bulletin « bulletin de santé ou météorologique », enlevera « enlever une personne de force ou illégitimement », kadett « élève de l’école navale », kampanj « expédition de propagande », konsideration « estime, égards », pli « bonne tournure, belles manières », unik « merveilleux, épatant »111.

  • 112 S. Simonyi, Die ungarische Sprache, Strasbourg, 1907, p. 86.

114L’italien fortuna a été emprunté par le turc comme terme maritime au seul sens de « tempête ». Du hongrois gyermek « enfant, garçon » vient le polonais giermek qui signifie « page »112.

  • 113 J. Orr, Les anglicismes du vocabulaire sportif, dans Le Français Moderne, 3 (1935), p. 297 ; F. de(...)

115En français, nous ne donnons à des termes comme building, girl, match, meeting, performance, rallye qu’un seul sens technique qui contraste avec la polysémie de ces mots en anglais113.

***

116Ces dernières considérations m’amènent à parler ici des mots empruntés successivement deux fois et parfois davantage par une même langue. En principe, on n’emprunte pas deux fois la même chose. Si on emprunte une seconde fois, c’est que le terme déjà adopté antérieurement n’est plus reconnu parce qu’il n’a pas ou n’a plus la même forme ou le même sens. En somme, on a le sentiment d’emprunter un mot nouveau.

  • 114 Cette bivalence ancienne est attestée dans un grand nombre de langues : C. Tagliavini, Di alcune d (...)
  • 115 S. Ullmann, Précis de sémantique française, Paris et Berne, 1952, p. 222.

117Il est possible que les Latins aient encore senti que pupilla « pupille de l’œil » et pupilla « poupée, jeune fille » étaient un seul et même mot114. Dans le français moderne, en tout cas, nous ne percevons plus de lien entre pupille « prunelle » et pupille « orphelin mineur ». Les deux mots ont été empruntés séparément au latin par le moyen-français, d’abord comme terme juridique, puis comme nom de l’organe115.

118Si le français a repris, par la voie savante, les latinismes captif et blasphémer, c’est que chétif et blâmer ne représentaient plus clairement captivus et blasphemare. Si l’allemand a emprunté Advokat, c’est que Vogt, représentant plus ancien du latin advocatus, s’était figé au sens ancien de « bailli ».

119Du latin schola, nous connaissons surtout le sens de « réunion savante » et d’« école », mais, dans l’usage vulgaire tardivement attesté, le mot avait aussi la valeur de « corporation, association, bande, troupe ». Par certaines entreprises romaines de pêche en Hollande et notamment en Frise, schola s’est répandu dans le parler germanique de ces régions avec le sens spécial de « bande nombreuse de poissons nageant de compagnie » : de là vient le moyen-néerlandais scole, néerlandais moderne school « banc de poissons, de harengs » et par extension « bande, multitude ». Le vieil-anglais sc(e)olu, d’où procède l’anglais moderne shoal « banc (de poissons)3 » et « foule, multitude », a sans doute été emprunté au moyen-néerlandais.

  • 116 V. Bröndal, Substrat et emprunt en roman et en germanique, Copenhague et Bucarest, 1948, p. 152-15 (...)

120Cela n’a pas empêché le néerlandais d’emprunter par ailleurs le latin schola « école » : moyen-néerlandais scole, moderne school ; ni le vieil-anglais de reprendre, à l’époque carolingienne, scol, d’où le moderne school « école ». Les deux emprunts appartiennent à des domaines bien distincts et ont été pris indépendamment116.

  • 117 T. Burrow, Further Dravidian Words in Sanskrit, dans Bulletin of the School of Oriental and Africa (...)

121En sanskrit, le lotus porte notamment les deux noms de kamala-et de kuvalaya- : c’est le double emprunt d’un même terme dravi-dien sous des formes différentes, qui survivent encore dialectalement d’une part dans le kannara kōmale, d’autre part dans le tamoul kuvalai et le kannara kōval117.

  • 118 Le p est passé à h en kannara vers 1000 ap. J.-C. (M. Mayrhofer, loc. cit.).

122En sanskrit encore, nous trouvons deux noms du lézard des murailles, pallī et hālinī : l’un est emprunté au kannara ancien palli, l’autre au kannara récent halli, qui est le même mot118.

  • 119 E. Haugen, The Analysis of Linguistic Borrowing, dans Language, 26 (1950), p. 22 (reborrowing).

123En norvégien des États-Unis, la jeune génération a remprunté, sous une forme plus fidèle, des mots anglais déjà repris, mais déformés par les immigrants antérieurs. Ainsi l’anglais whip présente, en norvégien, une forme ancienne hyppa et une récente wippa ; tavern est pareillement représenté par tavan et toevərn ; surveyor par saver et sørveiər ; mocassin par maggis et magəsin119.

  • 120 K. Lokotsch, Etymologisches Wörterbuch der europäischen Wörter orientalischen Ursprungs, Heidelber (...)

124Le persan dīwān « régistre, bureau, conseil, tribunal » (apparenté à dibīr « scribe ») est passé dans l’arabe dīwān et, de là, s’est répandu en sens divers pour être finalement repris par le français sous trois formes distinctes et indépendantes. D’abord au turc diwan « conseil des ministres, salle du conseil ou de réception », nous avons emprunté, au 16e siècle, divan pour désigner le Conseil du sultan, la salle où il se réunit et, par extension, le gouvernement turc. De l’arabe dīwān « bureau de douane » est venu, par l’ancien italien doana (moderne dogana), le français douane (14e siècle). Enfin, au 19e siècle, divan a été emprunté à l’arabe d’Égypte pour désigner une sorte de sofa120.

  • 121 H. Zimmern, Akkadische Fremdwörter als Beweis für babylonischen Kultur-einfluss, Leipzig, 1915, p. (...)

125Un vieux nom sémitique de l’interprète, déjà connu par l’akkadien targumānu et turgumānu, se présente en arabe sous les formes tarğumān, turğumān. Ce mot est passé dans les langues européennes par deux voies et sous deux formes différentes. Dès le Moyen Age, on trouve, reflétant directement la prononciation arabe (tourdjou-mān), le français drugement (12e siècle), trucheman (14e siècle), puis truchement ; l’italien turcimanno ; l’espagnol et catalan trujamán, truchimán ; le portugais trugimão ; l’allemand Drützelmann, Trüt-schelmann ; et l’anglais druggerman. D’autre part, l’arabe d’Égypte a donné au grec byzantin δραγουμανός, qui a été repris par l’italien dragomanno. De là ont été empruntés le provençal drogoman, le français drogoman puis drogman, l’espagnol et catalan dragoman, le portugais dragomano, l’anglais dragoman, le néerlandais dragoman, drogman, l’allemand Dragoman, le russe dragoman. En français, truchement a eu, aux 16e et 17e siècles, le sens d’interprète en général, puis, dès le 17e siècle, il a pris de plus en plus une valeur figurée que son suffixe -ment favorisait : aujourd’hui, il subsiste seulement dans l’expression par le truchement de. D’autre part, drogman a toujours gardé un caractère exclusivement oriental : il est resté dans la langue de la diplomatie jusqu’à une date récente, sinon jusqu’aujourd’hui, pour désigner les interprètes en poste dans le Levant121.

***

  • 122 F. Boillot, Répertoire des métaphores et mots français tirés des noms de villes et de pays étrange (...)

126Enfin, il y a une dernière catégorie de mots qui ont été empruntés avec une modification de sens : ce sont les noms propres de lieux et de personnes qui sont devenus à l’étranger de simples appella-tifs. Combien d’animaux et de plantes, de produits et d’objets étrangers importés en France s’appellent du nom de leur pays ou de leur ville d’origine : angora (Ankara), astrakan, bougie, brandebourg, bristol, cachemire, calicot, cantaloup, caracul, charleston, cravate (croate), curaçao, faïence (Faenza), gruyère, havane, java, jerez (Xérès ; anglais « sherry »), jersey, landau, madère, malaga, maryland, moka, panama, porto, rugby, topinambour, vernis (Bérénikè en Cyrénaïque)122.

  • 123 O. Bloch, dans Le Français Moderne, 3 (1935), p. 2-3.

127Notre mot bourse au sens financier n’est pas, malgré l’apparence, un emploi figuré de bourse « petit sac destiné à contenir de l’argent ». Ménage déjà l’avait bien vu, mais il n’a pas été suivi pendant longtemps. L’origine est à Bruges, où une place qui servait de lieu de réunion pour les transactions commerciales, était désignée d’après une maison importante qui la bordait : cette demeure, ornée de trois bourses, appartenait à la famille noble des Van der Burse123.

128On pourrait ajouter encore lycée, académie, ghetto et d’autres qui sont devenus des appellatifs dans un grand nombre de langues européennes.

129Un cas particulièrement typique est celui de Vauxhall. Au Moyen Age un aventurier français que les chroniques appellent Falco ou Falcasius, s’était réfugié en Angleterre où il devint, vers 1211, sous le nom de Falkes ou Faukes, capitaine des mercenaires étrangers au service de Jean-Sans-Terre. Pour le récompenser de ses dévoués services, le roi lui donna, sur la rive droite de la Tamise, la terre de Lambeth, aujourd’hui incluse dans Londres. Là Falkes se fit contraire un manoir qui fut dénommé Faukeshall. Après la mort du propriétaire et la ruine du manoir, il s’éleva là, dès le 13e siècle, un village suburbain qui garda le nom de Faukeshall ou Foxhall. Au 16e siècle fut adoptée une graphie Vauxhall, probablement d’après le nom de la famille Vaux qui avait des propriétés dans cette région, mais cela ne paraît pas avoir fait disparaître avant longtemps la prononciation traditionnelle avec f-.

130Vers 1661 furent ouverts à Vauxhall des jardins publics à l’usage des Londoniens. Agrémenté, depuis 1732, de toutes sortes d’amusements publics, de salles de danse et de concert, de théâtre etc., Vauxhall devint le lieu de rendez-vous élégant. Fermé en 1859, Vauxhall devint un quartier habité de Londres, qui donna son nom notamment à une usine d’automobiles transférée aujourd’hui à Luton dans le Bedforshire.

131La vogue du Vauxhall de Londres au 18e siècle a eu ses répercussions hors d’Angleterre. Dès la fin du siècle, dans beaucoup de villes de France, de Belgique et d’autres pays européens furent ouverts des parcs d’agrément pareils à celui de Londres. Jusqu’au début du 20e siècle, le mot vauxhall, devenu simple appellatif en français, a servi à désigner une sorte d’installation foraine. Il en va de même dans d’autres langues et jusqu’en polonais où l’on écrit foksal dès le 18e siècle.

  • 124 L. Tesnière, Les antécédents du nom russe de la gare, dans Mélanges André Mazon — Revue des Études (...)

132Mais c’est en Russie que le mot a poussé le plus loin sa carrière d’appellatif. Des parcs d’agrément appelés voksal furent ouverts dès le 18e siècle dans plusieurs villes. A Saint-Pétersbourg, en 1836-1838, on créa même une ligne de chemin de fer (d’abord à chevaux) qui conduisait les citadins désireux de prendre l’air jusqu’à Pavlovsk où, près du terminus, fut aménagé un parc avec un voksal immense. La vogue de cet établissement qui ne cessa qu’à la révolution de 1917, fut si grande qu’on appela couramment Voksal, puis Vokzal (par analogie de zal « salle ») la gare de Saint-Pétersbourg où l’on s’embarquait pour Pavlovsk. L’usage des gens de la capitale se répandant dans les autres villes, vokzal en est ainsi venu à désigner, en russe, une grande gare urbaine et même une gare de chemin de fer en général : on peut parler aujourd’hui du vokzal de Vladivos-tock. Ainsi un nom propre devenu nom commun a fait un demi tour du monde124.

  • 125 G. Alessio, Le origini del francese, Florence, 1946, p. 155.

133Il y a d’autres exemples curieux. Ainsi les Arabes ont appelé zaytūnī un tissu originaire de Tsentung, ville de Chine. C’est ce mot qui, en passant par l’espagnol setuni, a donné le français satin125.

  • 126 A. Dauzat, Mots français d’origine orientale, d’après des documents fournis par Jean Deny, dans Le (...)

134En turc, Oğuz est le nom des Turcs occidentaux ou Turcomans, ancêtres des Ottomans. A partir du 12e siècle, des Oğuz formèrent un corps d’archers, mercenaires privilégiés des Almohades du Maroc. Ces archers, appelés en arabe al-ghuz ou al-ghoz, subsistèrent jusqu’au 17e siècle, mais ils n’étaient plus que des sortes de policiers, chargés de mettre les fers aux prisonniers, de leur donner le fouet et éventuellement de leur couper la tête. Cela explique que le mot ait été emprunté en portugais comme un nom commun : algoz « bourreau ». D’Espagne ou d’Afrique du Nord, le mot est également passé en Sicile et en Italie. C’est probablement de l’italien algozzino qu’est venu, au 16e siècle, notre appellatif argousin (algousan chez Rabelais) « surveillant des forçats, des galériens »126.

  • 127 M. Mayrhofer, Die Substrattheorien und das Indische, dans Germanisch-Romanische Monatschrift, 34 = (...)

135Enfin, voici un dernier exemple qui nous reporte en Inde méridionale. D’une localité du Dekkan appelée Veḷḷūr (du tamoul veḷḷi « blanc » et ūr « ville ») provenait une pierre précieuse, peut-être l’émeraude. Cette pierre porte en sanskrit un nom dérivé du toponyme, vaiḍūrya-. La forme du moyen-indien veḷuriya-, devenue par métathèse veruḷiya-, a été empruntée par le grec sous la forme βηρύλλιον. Issu de là, le latin beryllus s’est largement répandu non seulement dans les langues romanes (notons en français béryl, béril, briller, bésicles = wallon liégeois bèrikes, etc.), mais aussi dans les langues germaniques, où il rend compte notamment du nom de la lunette (allemand Brille etc.)127.

***

136En passant en revue les multiples exemples cités dans ce chapitre, il a été aisé d’observer que si les emprunts restent parfois tels qu’ils étaient dans la langue donneuse, il leur arrive aussi de se faire une place dans la langue réceptrice, au prix de toutes sortes d’altérations phonétiques, morphologiques et sémantiques.

137On serait tenté de parler d’un « mimétisme linguistique », si cette expression n’évoquait la régularité des lois observées dans les sciences naturelles. En vérité, il n’y a pas ici de règles fixes susceptibles d’être formulées dans le détail. Les cas spéciaux sont légion et il ne manque pas — on va le voir — de méprises et d’accidents graves imputables, sinon au hasard, du moins à la liberté et à la fantaisie incontrôlée de l’esprit humain.

Notes

1 La perception des sons d’une langue étrangère, dans Travaux du Cercle Linguistique de Prague, 4, p. 79 ss. : cité par E. Haugen, The AnalysisoflinguisticBorrowing, dans Language, 26 (1950), p. 215.

2 B. Migliorini, art. Prestito. — Linguistica, dans Enciclopedia Italiana di Scienze, Lettere ed Arti, vol. 28, Rome, 1935, p. 214-215.

3 Cf. F. Brunot, La pensée et la langue, Paris, 1922, p. 47.

4 N. S. Troubetzkoy, Principes de phonologie, traduit par J. Cantineau, Paris, 1949. p. 54 ; Ch. Bally, Linguistique générale et linguistique française3, Berne, 1950, p. 315 (n° 521).

5 Avec u valant naturellement ou du français.

6 Ces trois signes signifient respectivement « tous », « joie » et « section ».— H. Frei, Monosyllabisme et polysyllabisme dans les emprunts linguistiques, dans Bulletin de la Maison Franco-Japonaise, 8 (1936), n° 1, p. 79 ; Ch. Haguenauer, Morphologie du japonais moderne, I, Paris, 1951, p. 78-79.

7 Chr. Nyrop, Linguistique et Histoire des mœurs, trad. par E. Philippot, Paris, 1934, p. 79.

8 Déjà cité comme typique par E. Devic, Dictionnaire étymologique des mots d’origine orientale, 1876 (= supplément à É. Littré, Dictionnaire de la langue française, Paris, 1877), p. 111.

9 E. Bourciez, Éléments de linguistique romane4, Paris, 1946, p. 188.

10 A. L. Davis et R. I. MacDavid Jr., dans American Speech, 24 (1949), p. 249-255.

11 O. Bloch et W. von Wartburg, Dictionnaire étymologique de la langue française3, Paris, 1950, s. v. benjoin.

12 Autres exemples dans F. Mackenzie, op. cit., p. 145.

13 R. Cavenaille, Influence latine sur le vocabulaire grec d’Égypte, dans Chronique d’Égypte, 52 (1951), p. 403.

14 M. L. Wagner, dans Zeitschrift für Romanische Philologie, 54 (1934), p. 120, à propos de l’ouvrage de M. A. Morinigo, Hispanismos en et Guaraní, Buenos Aires, 1931.

15 Étude de Trager citée par E. Haugen, The Analysis of Linguistic Borrowing, dans Language, 26 (1950), p. 126.

16 Cf. F. Brunot et Ch. Bruneau, Précis de grammaire historique de la langue française2, Paris, 1937, p. 183 ; M. Pei, Histoire du langage, trad. de M. et F. Gubler, Paris, 1954, p. 107-108.

17 C’est la Quantitätsausgleich d’Ernst Gamillscheg. Cf. A. Boileau, Le problème du bilinguisme et la théorie des substrats, Bruxelles, 1949 (= Revue des Langues Vivantes, 12), p. 47.

18 G. L. Lewis, Teach yourself Turkish, Londres, 1953, p. 22-23.

19 A. Menarini, L’italo-americano degli Stati Uniti, dans Lingua Nostra, 1 (1939), p. 155.

20 Sur la proximité de f et h et leur interversion possible, voir notamment les doublets latins (harena fasena, hircus fircus, hordeum fordeum, etc.) et wallons liégeois (ouh ouf « porte », rapåh’ter rapåf’ter « apaiser »).

21 R. Menendez Pidal, Origines del español2, Madrid, 1929, p. 41 ; N. Â. Nielsen, La théorie des substrats et la linguistique structurale, dans Acta Linguistica, 7 (1952), p. 2 ss.

22 B. Pottier, L’influence française sur le vocabulaire espagnol, dans Vie et Langage, 3 (1954), p. 301 ; et les dictionnaires. Rappelons qu’en espagnol, ch vaut « tch » et j se rapproche de « ch » allemand.

23 Mais dans les emprunts écrits juist et agent, j a, comme c’est la règle en néerlandais, la valeur y, tandis que g est, même devant e, une spirante vélaire. Cf. J. J. Salverda de Grave, L’influence de la langue française en Hollande d’après les mots empruntés, Paris, 1913, p. 37 ; A. Boileau, Les emprunts, dans Revue des Langues Vivantes, 8 (1942), p. 96 ; E. Blancquaert et C. Tavernier-Vereecken, Systèmes phonologiques et mots d’emprunt franco-néerlandais, dans Mélanges A. Dauzat, [1951], p. 41-46.

24 A. Boileau, op. cit., p. 148.

25 O. Jespersen, Language, Londres, 1922, p. 207.

26 A. Marre, Vocabulaire des mots d’origine européenne présentement usités dans la langue malgache, Châlon-sur-Saône, 1909. Le -y représente une voyelle de timbre particulier tenant lieu de l’e muet du français.

27 M. Niedermann, L’interpénétration des langues (1949), reproduit dans Recueil Niedermann, 1954, spéc. p. 21.

28 A. R. Gonçalves Vianna, Les vocables malais empruntés au portugais, dans Recueil Ch. de Harlez, 1896, p. 344.

29 A. Menarini, L’italo-americano degli Stati Uniti, dans Lingua Nostra, 1 (1939). p. 154-156. La substitution de r à la dentale résulte à la fois d’une particularité de la prononciation sicilienne et napolitaine, et d’une tendance de l’anglais dialectal.

30 H. P. Blok, A Swahili Anthology, with notes and glossaries. Vol. I : Ki-unguja Texts (Dialect of Zanzibar), Leyde, 1948, p. 231.

31 A. Meillet, Esquisse d’une histoire de la langue latine5, Paris, 1948, p. 91 ; A. Ernout, Aspects du vocabulaire latin, Paris, 1954, p. 62.

32 J. Haust, Dictionnaire liégeois, Liège, 1933, s. v. sployon et hintche ; J. Warland, Glossar und Grammatik der germanischen Lehnwörter in der wallonischen Mundart Malmedys, Liège, 1940, p. 245.

33 G. L. Lewis, Teach yourself Turkish, Londres, 1953, p. 23.

34 A. Sauvageot, dans Les Langues du Monde par un groupe de linguistes sous la direction d’A. Meillet et M. Cohen, 2e éd., Paris, 1952, p. 290.

35 J. Faublée, dans Les Langues du Monde2, Paris, 1952, p. 655-656.

36 A. Marre, Vocabulaire des mots d’origine européenne présentement usités dans la langue malgache, Châlon-sur-Saône, 1909.

37 S. Ichikawa, Foreign Influences in the Japanese Language, Tokyo, 1929, passim ; D. Carr, Comparative Treatment of epenthetic and paragogic Vowels in English Loan-Words in Japanese and Hawaiian, dans Semitic and Oriental Studies. A Volume presented to W. Popper, 1951, passim ; N. S. Troubetzkoy, Principes de Phonologie, traduit par J. Cantineau, Paris, 1949, p. 66.

38 D. Carr, op. cit. ; M. P. Judd, M. Κ. Pukui et J. E. G. Stokes, Introduction to the Hawaiian Language, Honolulu, 1945, vocabulaire s. v.

39 Ν. S. Troubetzkoy, Principes de phonologie, traduit par J. Cantineau, Paris, 1949, p. 55.

40 Sur ces changements d’accent, voir A. Boileau, Les emprunts, dans Revue des Langues Vivantes, 8 (1942), p. 148-149 ; Le problème du bilinguisme et la théorie des substrats, Bruxelles, 1946 (= Revue des Langues Vivantes, 12), p. 46-47.

41 Ch. Bally, Linguistique générale et linguistique française3, Berne, 1950, p. 328 (n° 551) ; E. Kaufmann, Der Fragenkreis ums Fremdwort, dans Journal of English and Germanie Philology, 38 (1939), p. 50.

42 Β. Danielsson, Studies on the Accentuation of polysyllabic Latin, Greek and Romance Loan-Words in English, Stockholm, 1948 ; W. J. Entwistle, Aspects of Language, Londres, 1953, réimpr. 1955, p. 256.

43 Parmi les exposés récents de la question, citons en particulier : M. Lejeune, Traité de phonétique grecque, Paris, 1947, p. 51-52 ; M. Niedermann, Précis de phonétique historique du latin2, nouv. tir., Paris, 1940, p. 113-116 ; S. Jannaccone, Recherches sur les éléments grecs du vocabulaire latin de l’Empire, I, Paris, 1950, p. 33-50.

44 Exposé général de la question dans : S. Anavaratavinayakam Pillai, The Sanskritic Element in the Vocabularies of the Dravidian Languages, Madras, 1919.

45 La vivante histoire du français, Bruxelles, 1946, p. 83.

46 A. Meillet, Aperçu d’une histoire de la langue grecque6, Paris, 1948, p. 77-78. Cf. aussi dans Journal des Savants, février-mars 1910, p. 8-9.

47 J. Vrindts, Vîx Lîge. Contes et Râvions, Liège, s. d., p. 49 : fin du sonnet intitulé Ji vous, ji n’ pous. — Notons que l’orthographe de Vrindts lui est propre et diffère notablement du système orthographique de Jules Feller, qui est maintenant couramment en usage chez les wallonisants.

48 Pages 42, 77, 148 et 342.

49 Ibid., p. 44.

50 J. Orr, Les anglicismes du vocabulaire sportif, dans Le Français Moderne, 3 (1935), p. 298. — Sur la prononciation variable des anglicismes, voir aussi F. Mackenzie, Les relations de l’Angleterre et de la France d’après le vocabulaire, Paris, 1939, I, p. 147-148 ; S. Ullmann, Précis de sémantique française, Paris et Berne, 1952, p. 314-315.

51 Références chez B. E. Vidos, dans Le Français Moderne, 8 (1940), p. 139.

52 Cf. E. Pousland, dans Le Français Moderne, 3 (1935), p. 254-257.

53 En vieil-espagnol, χ valait le français ch. L’espagnol moderne écrit Mejico et garde à peu près la prononciation originelle. Sur Mexico en français et en anglais, L. Bloomfield, Language, New-York, 1933, p. 448.

54 F. Mackenzie, op. cit., p. 148-149.

55 Voir entre autres E. Kaufmann, Der Fragenkreis ums Fremdwort, dans Journal of English and Germanic Philology, 38 (1939), p. 50.

56 G. Waringhien, L’emprunt, dans Vie et Langage, 1 (1952), p. 404.

57 Charles Maurras écrivait interviouve : cette graphie est appuyée par E. Pichon dans Le Français Moderne, 3 (1935), p. 326. En faveur d’interviou, je relève notamment : F. Brunot et Ch. Bruneau, Précis de grammaire historique de la langue française2, Paris, 1937, p. 182. En général, sur l’adaptation graphique en français, cf. l’avis favorable d’A. Dauzat, Le génie de la langue française2, nouv. tir., Paris, 1947, p. 121, mais l’avis défavorable de G. Waringhien, loc. cit.

58 La Calprenède cité par E. De Ullmann, Couleur locale anglaise et théâtre français, dans Mélanges A. Dauzat, [1951], p. 341.

59 Le nom du célèbre missionnaire et saint catholique François Xavier a été repris et adapté de l’espagnol Xaver, dont le x ancien valait ch du français (remplacé par j en espagnol moderne). La prononciation française cs est due à une réaction de la graphie. En espagnol même, Xaver était une déformation orale du nom basque Etchaberri signifiant « maison neuve ». — G. Waringhien, dans Vie et Langage, 1 (1952), p. 71.

60 Voir entre autres : Chr. Sénéchal, Faut-il traduire les prénoms étrangers ? dans Le Français Moderne, 3 (1935), p. 349-350 ; E. Pichon, L’appellation française des lieux étrangers, même revue 5 (1937), p. 113-120 ; L. Spitzer, Étais-je à Istanbul ou à Constantinople ? même revue 5 (1937), p. 325-328 ; A. Dauzat, La francisation des noms de famille étrangers, même revue 7 (1939), p. 219-224 ; L. Spitzer, Note sur la prononciation des noms propres, dans Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, 40 (1939), p. 31-45 ; C. Laplatte, Commentaire sur la loi du 3 avril 1950 sur la francisation des noms et prénoms étrangers, dans Revue Internationale d’Onomastique, 3 (1951), p. 118-129.

61 Ting Ming Tchen, L’emprunt des mots étrangers dans la langue chinoise, dans Proceedings of the Third International Congress of Phonetic Sciences, Gand, 1938, p. 392-395.

62 A. Menarini, L’italo-americano degli Stati Uniti, dans Lingua Nostra, 1 (1930). p. 154 ss.

63 J. Morawski, Des mots français en polonais : voyelles finales et atones, dans Revue des Études Slaves, 8 (1928), p. 178-179.

64 Liste chez R. Cavenaile, Quelques aspects de l’apport linguistique du grec au latin d’Égypte [il faut lire : du latin au grec…], dans Aegyptus, 32 (1952), p. 195-196.

65 Dans le traité Tantravārttika : cité par M. Mayrhofer, Die Substrattheorien und das Indische, dans Germanisch-Romanische Monatschrift, 34 = Ν. F. 3 (1953). p. 232, d’après A. C. Burnell, dans Indian Antiquary, 1 (1872), p. 309 ss.

66 L. L. Hammerich, The Russian Stratum in Alaskian Eskimo, dans Slavic Word, n° 3 = Word, 10 (1954), n° 4, p. 401-428.

67 R. Cavenaile, op. cit., p. 198.

68 A. Boileau, Les emprunts, dans Revue des Langues Vivantes, 8 (1942), p. 149 ; Le problème du bilinguisme et la théorie des substrats, Bruxelles, 1946 (= Revue des Langues Vivantes, 12), p. 47 ; G. Alessio, Le origini del francese, Florence, 1946, p. 107.

69 J. Morawski, op. cit., p. 179 ss.

70 Notons que -i est la finale d’infinitif normale en dialecte italien de Sicile.

71 A. Menarini, op. cit.

72 P. Schach, dans Symposium, 3 (1949), p. 120 : cité par E. Haugen, The Analysis of Linguistic Borrowing, dans Language, 26 (1950), p. 219.

73 J. Morawski, op. cit.

74 R. Cavenaile, op. cit., p. 193.

75 E. Haugen, op. cit., p. 221.

76 Ch. Bally, Linguistique générale et linguistique française3, Berne, 1950, p. 304 (n° 499).

77 Cf. entre autres A. Dauzat, Les pluriels italiens en français, dans Le Français Moderne, 3 (1935), p. 148 ; Grammaire raisonnée de la langue française3, Lyon, 1952, p. 108-109.

78 J. Damourette et E. Pichon, Des mots à la pensée, t. II, Paris [1931], p. 457, § 761.

79 O. Jespersen, Language, Londres, 1922, p. 213.

80 Les poètes latins classiques ont souvent emprunté les formes de la flexion grecque.

81 Voir entre autres : W. Kahle, De vocabulis graecis Plauti aetate in sermonem latinum vere receptis, Munster, 1918, p. 16-17 ; S. Jannaccone, Recherches sur les éléments grecs du vocabulaire latin de l’Empire, I, Paris, 1950, p. 38-39, 56-57, 99-102.

82 W. A. Craigie, Inflected English (Society of Pure English, Tract N° 64), Oxford, 1945, p. 108-111.

83 M. L. Sjoestedt, L’influence de la langue anglaise sur un parler local irlandais. dans Étrennes E. Benveniste, Paris, 1928, p. 87.

84 E. Pousland, Étude sémantique de quelques gallicismes en anglo-américain, dans Le Français Moderne, 33 (1935), p. 256-257, 259.

85 M. Davau, Adjectifs invariables, dans Le Français Moderne, 18 (1950), p. 52.

86 E. Sachs, The Gender of English Loan Words in the German of recent Immigrants, dans American Speech, 28 (1953), p. 256-270.

87 Cf. A. Seidel, Neues praktisches Fremdwörterbuch. Die wichtisgten Fremdwörter der deutschen Sprache, Berlin, 1911, s. v.

88 E. Sachs, op. cit.

89 Références chez R. Frey, Das englische Lehnwort im modernsten Französisch (nach Zeitungsexzerpten von 1920-1940), Zurich, 1943.

90 E. Sachs, op. cit.

91 Dans les parlers de la Suisse romande, le genre grammatical des emprunts (mis à part les noms où le sexe naturel est déterminant) serait influencé par la forme externe dans 30 % des cas et par le sens dans 70 % des cas : d’après E. Tappolet, Die alemannischen Lehnwörter in den Mundarten der französischen Schweiz, (I), Bâle, 1913, p. 80-88.

92 G. Blun, Un procès sensationnel en Allemagne, dans La libre Belgique, 15 janvier 1954- p. 2 (c’est moi qui souligne le mot dans la phrase citée).

93 E. Kaufmann, Der Fragenkreis ums Fremdwort, dans Journal of English and Germanic Philology, 38 (1939), p. 52, n. 32.

94 E. Sachs, loc. cit.

95 E. Sachs, op. cit. — L’ensemble de la question a été traité en détail, mais sur un domaine local et dialectal plus difficile à apprécier, par J. Warland, Le genre grammatical des substantifs wallons d’origine germanique, dans Bulletin du Dictionnaire Wallon, 20 (1935), p. 53-86 ; et Glossar und Grammatik der germanischen Lehnwörter in der wallonischen Mundart Malmedys, Liège, 1940, p. 260-273.

96 H. P. Judd, M. Κ. Pukui et J. E. G. Stokes, Introduction to the Hawaiian Language, Honolulu, 1945, vocabulaires, v.

97 H. Hoijer, dans Language, 15 (1939), p. 110-115 : cité par E. Haugen, The Analysis of Linguistic Borrowing, dans Language, 26 (1950), p. 217.

98 J. Marouzeau, Aspects du français, Paris, 1950, p. 151-153.

99 C. O. Koch, Changements de signification des mots français empruntés par le suédois, dans Studier i Modem Språkvetenskap, 11 (1931), p. 239.

100 Comment les mots changent de sens, dans l’Année Sociologique, 1905-1906, reproduit dans Linguistique historique et linguistique générale, (I), nouv. éd., Paris, 1948, p. 255-256.

101 K. Lokotsch, Etymologisches Wörterbuch der europäischen Wörter orientalischen Ursprungs, Heidelberg, 1927, p. 104, n° 1307 ; A. Dauzat, dans Le Français Moderne, 8 (1940), p. 17-18 ; Études de linguistique française2, Paris, 1946, p. 242-243 ; et les dictionnaires étymologiques du français.

102 Composé de brúdhr « fiancée » et de madhr « homme » (accusatif mann).

103 Chr. Nyrop, Linguistique et Histoire des mœurs, trad. par E. Philippot, Paris, 1934. p. 289-292.

104 Ibid., p. 264-265.

105 C. O. Koch, op. cit., p. 241-242. Une liste analogue de gallicismes en danois est donnée par Chr. Nyrop, op. cit., p. 189.

106 Deux dialogues du nouveau langage françois italianizè, éd. P. Ristelhuber, Paris, 1885, tome I, p. 179-181.

107 Cf. K. Lokotsch, op. cit., nos 1443 et 1762.

108 Le mot en ce sens est de plus en plus concurrencé en Amérique et même en France par Night-Club.

109 Cf. E. Pousland, Étude sémantique de quelques gallicismes en anglo-américain, dans Le Français Moderne, 3 (1935), p. 249-263.

110 J. J. Salverda de Grave, L’influence de la langue française en Hollande d’après les mots empruntés, Paris, 1913, p. 168.

111 C. O. Koch, op. cit., p. 239-241.

112 S. Simonyi, Die ungarische Sprache, Strasbourg, 1907, p. 86.

113 J. Orr, Les anglicismes du vocabulaire sportif, dans Le Français Moderne, 3 (1935), p. 297 ; F. de Grand Combe, De l’anglomanie en français, dans Le Français Moderne, 22 (1954), p. 199.

114 Cette bivalence ancienne est attestée dans un grand nombre de langues : C. Tagliavini, Di alcune denominazioni della ’pupilla’, dans Annali dell’Istituto Universitario Orientale di Napoli, n. s. 3 (1949), p. 341-378 ; A. Croibier, La pupille de vos yeux est-elle une poupée ? dans Vie et Langage, 1 (1952), p. 16-18.

115 S. Ullmann, Précis de sémantique française, Paris et Berne, 1952, p. 222.

116 V. Bröndal, Substrat et emprunt en roman et en germanique, Copenhague et Bucarest, 1948, p. 152-153 ; suivi par N. Van Wijk, Franck’s etymologisch woorden-boek der Nederlandsche taal. Supplement, 1936 [rééd. 1949], p. 147.

117 T. Burrow, Further Dravidian Words in Sanskrit, dans Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 12 (1948), p. 370 ; M. Mayrhofer, Die Substrattheorien und das Indische, dans Germanisch-Romanische Monatschrift, 34 = N. F. 3 (1953), p. 237.

118 Le p est passé à h en kannara vers 1000 ap. J.-C. (M. Mayrhofer, loc. cit.).

119 E. Haugen, The Analysis of Linguistic Borrowing, dans Language, 26 (1950), p. 22 (reborrowing).

120 K. Lokotsch, Etymologisches Wörterbuch der europäischen Wörter orientalischen Ursprungs, Heidelberg, 1927, p. 42, n° 526 ; O. Bloch et W. von Wartburg, Dictionnaire étymologique de la langue française2, Paris, 1950, s. v. divan et douane ; J. Marouzeau, Aspects du français, Paris, 1950, p. 146.

121 H. Zimmern, Akkadische Fremdwörter als Beweis für babylonischen Kultur-einfluss, Leipzig, 1915, p. 7 ; K. Lokotsch, op. cit., p. 160, n° 2033 ; O. Bloch et W. von Wartburg, op. cit., s. v. drogman ; A. Dauzat, Dictionnaire étymologique de la langue française10, Paris, 1949, s. v. drogman et trucheman ; J. Marouzeau, Aspects du français, Paris, 1950, p. 146 ; R. Burkart, Truchement, histoire d’un mot oriental en français, Istanbul, 1937, avec le compte rendu et la note G. Gougenheim, dans Le Français Moderne, 6 (1938), p. 83-84, et 7 (1939), p. 53-54 ; R. Arveiller, dans Le Français Moderne, 17 (1949), p. 134.

122 F. Boillot, Répertoire des métaphores et mots français tirés des noms de villes et de pays étrangers, Paris, 1929, s. v. ; J. Marouzeau, Aspects du français, Paris, 1950, p. 173-179.

123 O. Bloch, dans Le Français Moderne, 3 (1935), p. 2-3.

124 L. Tesnière, Les antécédents du nom russe de la gare, dans Mélanges André Mazon — Revue des Études Slaves, 27 (1951), p. 255-266.

125 G. Alessio, Le origini del francese, Florence, 1946, p. 155.

126 A. Dauzat, Mots français d’origine orientale, d’après des documents fournis par Jean Deny, dans Le Français Moderne, 11 (1943), p. 241-242.

127 M. Mayrhofer, Die Substrattheorien und das Indische, dans Germanisch-Romanische Monatschrift, 34 = Ν. F. 3 (1953), p. 237.

© Presses universitaires de Liège, 1956

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search