Version classiqueVersion mobile

L’Emprunt linguistique

 | 
Louis Deroy

Quatrième partie. Processus et Adaptation

Chapitre IX. Les degrés de la pénétration

Texte intégral

  • 1 M. L. Sjoestedt, L’influence de la langue anglaise sur un parler local irlandais, dans Étrennes E. (...)

1L’emprunt est un intrus. Il n’est pas reçu d’emblée dans la langue emprunteuse à l’égal des mots indigènes. Il s’insinue peu à peu, se travestit, se fait familier, laisse oublier son origine étrangère. Sa pénétration est différente selon les classes sociales et même elle varie d’un individu à l’autre, selon l’âge, le degré de culture, les traditions familiales, les opinions politiques, le sexe1. Aussi faut-il distinguer, sous l’unique étiquette conventionnelle d’emprunt, des catégories très diverses, depuis la citation étrangère jusqu’à l’emprunt insoupçonné. Vice ou vertu du langage, l’emprunt a naturellement ses degrés. Je vais tâcher d’en décrire les principaux.

***

2L’influence la moins perceptible qu’une langue exerce sur une autre, se trouve sans doute dans l’emprunt de sens. Comme il n’y a pas de forme nouvelle, le locuteur non averti croit aisément qu’il n’y a rien d’autre qu’une évolution sémantique régulière. Encore que la signification puisse être très importante, l’emprunt de sens n’affecte que superficiellement le système linguistique. Je renvoie à ce que j’ai dit plus haut de cet emprunt.

***

  • 2 Ch. Bally, Linguistique générale et linguistique française3, Berne, 1950, p. 304, n° 499. — L’ital (...)

3Une façon adoucie et également peu perceptible d’adopter un mot ou un tour étranger, c’est de le décalquer, c’est-à-dire de créer un équivalent indigène sur la base d’une correspondance lexicale antérieure. Ainsi, il y a un calque quand le grec συνείοησις est rendu par le latin conscientia sur la base d’une correspondance συν- = con- et οίδα = sciō. Il y a aussi un calque quand le flamand de Belgique dit hij komt van te zeggen d’après le modèle du français il vient de dire. Le calque est donc un « emprunt par traduction »2.

  • 3 Néanmoins beaucoup de linguistes rangent l’emprunt de sens dans la catégorie du calque. Cette conf (...)

4Il importe de noter que le calque lexical se distingue de l’emprunt de sens parce qu’il produit un mot nouveau. Le latin conscientia a été bel et bien forgé de toutes pièces pour rendre συνείδησις : c’est un calque. En revanche, casus existait déjà au sens de « chute » avant de recevoir celui de « cas » d’après πτωσις : c’est un emprunt de sens3.

  • 4 S. Jannaccone, Recherches sur les éléments du vocabulaire latin de l’Empire, I, Paris, 1950, p. 88

5Ce qui montre que le calque est une manière adoucie d’emprunter sans heurter le sentiment linguistique des usagers, c’est que certains mots ont été d’abord calqués, puis seulement empruntés. Ainsi le grec ἐτυμολογία, rendu par veriloquium chez Cicéron, a été ultérieurement repris sous la forme etymologia par Quintilien4.

6Ce qui est emprunté par le moyen du calque, ce n’est pas la forme externe du mot, ni le sens seul, mais cet élément immatériel que les linguistes appellent parfois la « forme interne ». Il faut donc que l’emprunteur perçoive dans le mot étranger une forme interne qui corresponde à une étymologie vraie ou fausse. L’étymologie populaire, qui n’est autre chose que l’attribution arbitraire d’une forme interne à un mot qui n’en avait pas, suffit à rendre le mot susceptible d’être calqué.

  • 5 Cf. notamment B. Unbegaun, Le calque dans les langues slaves littéraires, dans Revue des Études Sl (...)

7Le calque suppose donc toujours un bilinguisme plus ou moins parfait. Si le bilinguisme est limité aux classes cultivées de la société, les calques ont généralement un caractère savant ou littéraire. Là où le bilinguisme est populaire, les calques le sont aussi. Le calque de syntagme ou calque phraséologique se trouve tant au degré populaire qu’au degré cultivé. Au contraire, le calque lexical, qui comporte une création de mot toujours plus ou moins artificielle, est l’apanage des gens savants et ne se produit qu’exceptionnellement dans la langue du peuple. Toutefois les traductions d’oeuvres étrangères aident beaucoup de calques à se vulgariser5.

8Que les mots composés soient les plus souvent calqués, cela se comprend sans peine : c’est là que la forme interne est le plus clairement perceptible.

9Mais le bilinguisme ne suffit pas à expliquer que l’on ait préféré au simple emprunt, ce raffinement qu’est le calque. Il n’en est que la condition. La cause de ce choix se trouve dans le désir d’éviter la forme étrangère par purisme ou, comme ce fut le cas notamment à l’époque romantique, par nationalisme.

  • 6 A. Meillet, Esquisse d’une histoire de la langue latine5, Paris, 1948, p. 215.
  • 7 M. Leumann, Schwer erkennbare griechische Wörder im Latein, dans Die Sprache, 1(1949) = Festschrif (...)
  • 8 A. Meillet, op. cit., p. 219-220.
  • 9 Ibid., p. 115.

10On trouve, en latin, toute une série de calques remarquables du grec. Ainsi pour rendre ποιότης, terme philosophique inventé par Platon et répandu par Aristote pour exprimer le fait d’être tel ou tel, d’avoir telle ou telle propriété, Cicéron a volontairement créé quālitās. Pareillement ποσότης a été transposé en quantitās, et μεσάτης en medietās, qui est devenu notre moitié6. Complures « plusieurs », qui est morphologiquement isolé, ne s’explique bien que si on le considère comme un calque du grec hellénistique συμπλείονες7. Συκωτόν, terme culinaire qui désignait un foie préparé avec des figues, a été calqué en ficatum : en latin vulgaire, le nom du mets a aussi servi, par extension, à désigner l’organe, comme on le voit par les formes romanes, français foie et italien fegato. Cherchant pour désigner le songe un mot possédant une noblesse et un ton sérieux qui manquaient à somnium dégradé par l’usage, Virgile a créé insomnium d’après ἐνύπνιον d’Homère8. De même, auricomus reproduit χρυσόκομος. Déjà Livius Androni-cus avait appelé quinquertiones les athlètes du πένταθλον9.

  • 10 A. Carnoy, La science du mot. Traité de sémantique, Louvain, 1927, p. 74-75 et 231-232.

11C’est la langue savante qui fournit les exemples les plus nombreux : essentia a été imité de οὐσία, sensatio de αἲσθησις, suppositio de ὑπόθεσις, passio de πάθος, praedicamentum de κατηγορία, conjugate de συζυγία, participium de μετοχή, conscientia de συνείδησις etc. 10

  • 11 Cf. A. Ernout, Les adjectifs latins en -ōsus et en -ulentus, Paris, 1949, p. 13-85.

12Le calque repose sur un système de correspondances non seulement entre les thèmes, mais entre les préfixes et les suffixes. Ce dernier point est bien illustré par les exemples suivants. Le vocabulaire des savants, des techniciens et des médecins grecs comportait un grand nombre d’adjectifs en -ώδης exprimant la possession d’une qualité ou d’une caractéristique. En latin, à un moment qu’on ne peut préciser, le suffixe -ōsus a été senti comme l’équivalent de -ωδης par ceux qui connaissaient les deux langues. Cette équivalence apparaît bien dans toute une série d’adjectifs qui ont été empruntés par le latin au grec avec une adaptation du suffixe ou qui ont été formés en latin sur des thèmes empruntés au grec et parallèlement à des adjectifs en -ώδης : par exemple, ἀργιλλώδης argillōsus « argileux », βολβώδης bulbōsus « bulbeux », θυμώδης thymõsus « riche en thym », κηριώδης (κηρώδης) cērōsus « riche en cire », λεπρώδης leprōsus « lépreux, corrompu », ναυτιώδης nauseōsus « qui cause des nausées, nauséabond », νιτρώδης nitrōsus « nitreux, qui contient du nitre », πετρώδης petrōsus « pierreux, rocheux », πυξώδης buxōsus « pareil au buis, couleur de buis », ρητινώδης rēstnōsus « résineux », σκοπελώδης scopulōsus « semé d’écueils, rocheux », στροφώδης strophōsus « qui souffre de coliques », et une douzaine d’autres cas semblables. Une fois reconnue cette correspondance suffixale entre le grec et le latin, on aperçoit nettement que de nombreux adjectifs en -ōsus, surtout de la langue savante et technique, sont en réalité très probablement des calques du grec : ἀλευρώδης farinōsus « à l’aspect farineux », έρευγματώδης ructuōsus « qui a des rots », καρκινώδης canc(e)rōsus « cancéreux », κεγχρώδης grānōsus « graineux, grenu », μολυβδώδης pluntbōsus « qui contient du plomb », νεκρώδης mortuōsus « semblable à un mort », όδυνώδης dolōrōsus « douloureux », σπογγώδης fungōsus « spongieux », ὑμενώδης membranōsus « membraneux », φλεβώδης venōsus « veineux, plein de veines », φλογώδης flammōsus, « enflammé, brûlant », χοιραδώδης strumōsus « scrofuleux », χολώδης fellōsus et biliōsus « bilieux », χυλώδης liquāminōsus « juteux », et un bon nombre d’autres cas analogues11.

13Toute une série de termes savants et religieux d’origine gréco-latine se sont répandus par calques successifs dans de nombreuses langues européennes. Il suffira de choisir quelques exemples :

  • grec συνείδησις : latin conscientia, gotique mipwissei, vieux-haut-allemand giwissī, allemand Gewissen, néerlandais geweten, danois samvittighed, suédois samvete, russe, sovest’, finnois omatunto etc.
  • grec περίστασίς : latin circumstantia, allemand Umstand, néerlandais omstandigheid, danois omstoendighed, russe obstojatel’stvo, serbe okolnost, roumain împrejurare etc.
  • grec ἐκδιδουν : latin edere (libros), allemand ausgeben, néerlandais uitgeven, danois udgive, polonais wydać, russe izdavat’ (izdanie « édition » emprunté par le serbe), finnois ulosantaa etc.12.
  • latin misericors : gotique armahairts, allemand barmherzig, russe miloserdyj. 13
  • grec σωτήρ : latin salvator, allemand Heiland, hongrois üdvözitö14.
  • grec ἐγχιρίδιου : latin manualis, allemand Handbuch, anglais handbook, néerlandais handboek, russe rukovodstvo etc.15.
  • latin paeninsula : français presqu’île, allemand Halbinsel, néerlandais schiereiland, danois halvø, russe poluóstrov, hongrois félsziget, finnois puolisaari16, hawaïen ’anemoku 17
  • grec λευκάκανθα, ἄκανθα λευκή : latin alba spina, spina alba (français aubépine), espagnol espino blanco, italien biancospino, spino bianco, allemand Weissdorn, basque arantzuri, elorrizuri18.
  • grec ἡλιοτρόπιον : latin (herba) solaris, solago, italien girasole, espagnol catasol, français tournesol (emprunté par l’anglais turnsole), allemand Sonnenwende, breton trôhéol, basque gireiguzki19.

14A l’époque moderne, tandis que certaines langues, comme le français et l’anglais, empruntaient des termes savants au grec et au latin ou en créaient avec des éléments grecs ou latins, l’allemand a souvent préféré les rendre par des calques :

  • 20 Cf. hawaïen anawaena, de ana « mesure » et waena « milieu, au milieu, entre » : H. P. Judd, M. K. (...)
  • 21 L. H. Gray, Foundations of Language, 2e impr., New-York, 1950, p. 135-136.

fr. diamètre, angl. diameter, all. Durchmesser20.
fr. rhinocéros, angl. rhinoceros, all. Nashorn.
fr. téléphone, angl. telephone, all. Fernsprecher.
fr. traduire, angl. translate, all. übersetzen.
fr. ventriloque, angl. ventriloquist, all. Bauchredner21.

  • 22 A. Meillet, Comment les mots changent de sens (cf. ci-dessus p. 191 n. 1), p. 261 ; S. Simonyi, Di (...)

15Les anciens Germains désignaient le camarade de l’armée par une expression suggestive « qui mange le pain avec (d’autres) » : gotique gahlaifs, vieux-haut-allemand galeipo. Selon toute apparence, cette expression a été calquée en roman : français compain (copain) et compagnon, italien compagno. Le calque s’est étendu, semble-t-il, au hongrois kenyerespajtás « copain, compagnon, compère » (de kenyér « pain » et pajtâs « camarade »). On ne sait pas sûrement si l’arménien ənker « qui mange avec, compagnon » a été influencé par le gotique ou est une formation parallèle22.

16Les emprunts dans les langues modernes ont pris souvent aussi la forme adoucie du calque. De nombreux exemples ont été fréquemment cités, parmi lesquels il est embarrassant de choisir :

  • français bescuit, puis biscuit : italien biscotto, espagnol bizcocho, néerlandais beschult, anglais biscuit, allemand Zwieback, Zweiback, hongrois kétszersült, serbe dvopek.
  • français demi-monde : allemand Halbwelt, russe polusvět.
  • allemand Übermensch : français surhomme, russe sverkhčelovek.
  • anglo-américain skyscraper : français gratte-ciel, allemand Wolkenkratzer, russe skrebnica neba23.
  • français arrière-pensée : anglais afterthought, allemand Hintergedanke, danois bagtanke, russe zadnjaja mysl’, hongrois utógon-dolat, grec moderne ỏπισθοβουλία24.
  • anglais freethinker : français libre-penseur, allemand Freidenker, néerlandais vrijdenker, italien libro pensatore, espagnol librepensador25.
  • anglais blue-stocking : français bas-bleu, allemand Blaustrumpf, néerlandais blauwkous, danois blaas-trømpe, russe sinij čulok26.
  • italien cavolfiore : français chou-fleur, allemand Blumenkohl, néerlandais bloemkool27.
  • français courtois : allemand höflich, néerlandais hoffelijk, hongrois udvarias28.
  • anglais international; français international, allemand international : danois mellemfolkelig, hongrois nemzetközi, russe meždu-narodnyj, grec moderne διεθυής29.
  • anglais railroad, railway : français chemin de fer, voie ferrée, d’où italien strada ferrata ; allemand Eisenbahn, d’où italien ferrovia, danois et norvégien jernbane, suédois järnväg, islandais járnbraut ; néerlandais spoorweg30, russe želéznaja doróga31, hawaïen alăâhaǒ32. — français gentilhomme : anglais gentleman.
  • anglais loudspeaker : français haut-parleur, russe gromkogovo-ritel’.
  • (latin creditor), allemand Gläubiger : polonais wierzyciel, croate vjerovnik.
  • français entreprise : allemand Unternehmen, croate poduzeće, slovène podjetje33.
  • 34 J. Orr, L’empreinte du français sur l’anglais, dans Le Français Moderne, 16 (1948), p. 245.

17Il n’y a pas que des calques de mots. Des expressions plus ou moins longues ont été souvent aussi transposées d’une langue à l’autre. Ainsi, c’est l’ancien français Comment le faites-vous ? qui est à l’origine du hollandais Hoe maakt U het ? et de l’anglais How do you fare, devenu ultérieurement How do you do ? 34

  • 35 F. Mackenzie, Les relations de l’Angleterre et de la France d’après le vocabulaire, Paris, 1939, t (...)
  • 36 F. Brunot et Ch. Bruneau, Précis de grammaire historique de la langue française, nouv. éd., Paris, (...)

18Inversement notre expression vers blanc remonte à l’anglais blank verse35, et l’homme de la rue à the man in the street36.

  • 37 S. Ichikawa, Foreign Influences in the Japanese Language, Tokyo, 1929, p. 37.

19On ne sait pas sûrement si la formule littéraire française couleur locale est calquée de l’anglais local colour, ou si c’est l’inverse qui est vrai. Mais il y a certainement un calque des précédents dans le néerlandais plaatselijke kleur, l’allemand Lokalfarbe, l’italien colóre locale, comme dans le japonais chihō shoku37.

20Dans le jargon du turf, de l’athlétisme et du cyclisme, l’expression (finir) dans un mouchoir ou sur un mouchoir en parlant des concurrents qui terminent la course en un paquet serré, est calquée de l’anglais in a handkerchief.

  • 38 A. Carnoy, La science du mot. Traité de sémantique, Louvain, 1947, p. 232 ; K. Sandfeld, Notes sur (...)

21C’est le français faire la cour à quelqu’un qui a servi de modèle au néerlandais het hof aan iemand maken et à l’allemand einem den Hof machen38.

22Mais il n’est pas toujours facile ni même possible d’établir dans quel idiome a pris naissance une expression que l’on trouve calquée dans une série de langues. On peut supposer que la progression correspond à la direction des grands courants culturels et littéraires. Mais l’hypothèque paraît bien fragile quand on songe à la complexité de l’histoire des langues. A moins que l’on n’accepte la possibilité d’une concordance naturelle sans influence extérieure dans la création, il est bien tentant de trouver dans le grec βαθς ὒπυος (Théo-crite, VIII 65) le modèle du latin somnus profondus (Apulée), du français profond sommeil, de l’allemand tiefer Schlaf, du suédois djup sömn, du finnois syvä uni. Mais d’où vient la même expression en arabe ? Il serait difficile de le dire. On comprend qu’il soit dans bien des cas plus prudent, du moins provisoirement, de juxtaposer les expressions des diverses langues sans préciser la direction du calque. Je m’en tiendrai à cette règle en citant ici quelques autres exemples probables de calque d’expressions :

  • français pêcher en eau trouble, allemand in trübem (Wasser) fischen, suédois fiska i grumligt vatten, finnois kalastella sameassa (vedessä).
  • français ni chair ni poisson, allemand weder Fisch noch Fleisch, russe ni ryba ni mjaso, bulgare ni riba ni meso, hongrois sem hal sem hús, italien nè carne ne pesce, espagnol ni es carne ni pescado.
  • français dent de sagesse, italien dente del giudizio, portugais dente de siso, allemand Weisheitszahn, danois visdomstand, russe zub mudrosti, bulgare mădreci zăbi (pluriel), hongrois bölcseség foga, roumain măsea de minte39.
  • latin oculum pullinum (7e s.), français œil de perdrix, hollandais eksteroog, allemand Hühnerauge, Elsternauge, Krähenauge, slovène et croate kurje oko, tchèque kuří oko, hongrois tyúkszem40.
  • 41 Β. Migliorini, Calco e irradiazione sinonimica, dans Boletín del Instituto Caro y Cuervo (Bogota), (...)
  • 42 Β. Unbegaun, op. cit
  • 43 B. Migliorini, loc. cit.

23Le calque est un procédé d’emprunt bien plus fréquent dans certaines langues que dans d’autres. L’allemand y recourt plus souvent que l’anglais ; l’espagnol plus souvent que l’italien41 ; le croate, le slovène, le tchèque et le sorabe plus souvent que le polonais, le russe, le serbe et le bulgare42 ; le tibétain plus souvent que le cambodgien43. Des raisons diverses expliquent ces comportements : type de langue, bilinguisme plus ou moins répandu, nationalisme, classe sociale emprunteuse etc. Il serait bien difficile d’établir des règles générales.

***

  • 44 Max Niedermann parle, dans ce cas, d’emprunt brut.
  • 45 Je reprends le terme xénisme à Jean Psichari, Essai sur le grec de la Septante, dans Revue des Étu (...)

24Comparé au calque et à l’emprunt de sens, qui sont des emprunts partiels, l’emprunt de mot est un emprunt total44. Mais, au point de vue de l’usage à un moment donné de l’histoire d’une langue, c’est-à-dire de la synchronie, l’emprunt total se présente lui-même, paradoxalement, avec de multiples nuances d’extension. On peut distinguer deux catégories : les pérégrinismes ou xénismes, c’est-à-dire les mots sentis comme étrangers et en quelque sorte cités (les Fremdwörter des linguistes allemands) et les emprunts proprement dits ou mots tout à fait naturalisés (les Lehnwörter)45. A la rigueur et théoriquement, les pérégrinismes pourraient être exclus d’une étude des emprunts. Pratiquement, ce serait irréalisable, car il n’est pas possible de tracer une limite précise entre les deux catégories. Non seulement l’usage varie selon les époques, mais à tout moment il comporte un certain flou, que ne supprime même pas la tyrannie de la grammaire normative.

  • 46 Cf. L. H. Gray, Foundations of Language, 2e impr., New-York, 1950, p. 131-132 ; B. Migliorini, Cor (...)
  • 47 Cf. la juste remarque de J. Psichari, Études de philologie néo-grecque, Paris, 1892, p. 161-162, s (...)
  • 48 Voir, par exemple, les remarques de S. Simonyi, Die ungarische Spraehe, Strasbourg, 1907, p. 57-58 (...)

25Le pérégrinisme appartient souvent à la langue cultivée, savante, écrite46. Mais ce n’est évidemment pas une règle : il suffit de songer au vocabulaire des sports. En réalité, le pérégrinisme appartient surtout aux langues spéciales 47 et il ne devient un emprunt proprement dit que s’il est employé non plus occasionnellement, mais couramment dans la langue commune. A ce dernier stade, il se confond avec les mots héréditaires et seul le linguiste ou le locuteur cultivé, connaissant la langue étrangère, est capable de le déceler48.

26Nous ne manquons pas en français de ces xénismes depuis longtemps revêches à toute assimilation populaire. Il y a d’abord et avant tout les latinismes : alter ego, atrium, crescendo, de cujus, de facto, de jure, distinguo, ex cathedra, deus ex machina, facies, humus, imprimatur, ipso facto, magister, sine die, virago. Il y a aussi les anglicismes qui désignent des objets ou des notions demeurées anglaises ou américaines : attorney, bill, board, chairman, clergyman, fieldmarshal, horse-guard, kilt, lord, pale-ale, ranch, sherif, squire, tomahawk, tomato juice, tommy, tory, union-jack, whig, yankee.

27Sans désigner des notions proprement anglo-saxonnes, combien d’autres anglicismes restent parfaitement inassimilés en français et font l’effet de citations étrangères pour le locuteur ordinaire : all right, darling, drink, gentleman-farmer, good-bye, grill-room, high-life, (at) home, jumper, lavatory, lady, porridge, rocking-chair, roof-garden, select, sex-appeal, sweater, tailor-made, tea-gown, up to date, world’s fair.

  • 49 Par exemple, sur les anglicismes sentis en espagnol et en hispano-américain, R. J. Alfaro, El angl (...)

28Bien des pérégrinismes vivent ainsi en marge de la langue courante. Qu’il suffise de rappeler les fameuses pages rouges du « Nouveau Petit Larousse Illustré » ! Et il en va naturellement de même dans les autres langues49.

  • 50 J. J. Salverda de Grave, L’influence de la langue française en Hollande d’après les mots empruntés(...)
  • 51 « Un très grand nombre de mots grecs de Juvénal sont à interpréter stylistique-ment comme des cita (...)
  • 52 « Quand de Hérédia écrit :
    Partout sonne l’appel clair des buccinateurs, il ne considère pas buccin (...)
  • 53 Cf. J. Marouzeau, Aspects du français, Paris, 1950, p. 147-148.
  • 54 A. Ernout, dans Mélanges Desrousseaux, p. 161 ; Les adjectifs latins en -ōsus et en -ulentus, Pari (...)

29L’emploi d’un pérégrinisme, du moins hors de la langue spéciale où il est parfaitement adapté et courant, est voulu, souligné, et correspond à une intention50 : souci de précision chez l’ingénieur qui parle de compound, snobisme chez la mondaine qui appelle son interlocuteur darling, enjouement chez l’écolier qui s’en va en disant bye-bye, dénigrement chez l’auteur satirique qui ne cite un mot que pour le déplorer51, évocation chez l’historien, le romancier et le poète soucieux de couleur locale52. Pour ménager l’effet du xénisme sur l’auditeur ou sur le lecteur, on entoure souvent la citation de certaines précautions. En parlant, on change de ton, on ralentit le débit, on détache le mot du contexte. Dans le style écrit, on reproduit la graphie étrangère, on souligne le mot, on le met en caractères italiques, on l’encadre de guillemets, on le commente, on ajoute en incise « comme disent les Anglais » ou une expression analogue53. Ainsi Cicéron (ad Att., 12, 45) cite άκηδία sous sa forme grecque : ce n’est que plus tard, dans le latin de l’Église, qu’acēdia est vraiment emprunté et produit un adjectif dérivé *acēdiōsus, altéré en accidiōsus54. Plus anciennement, Ennius introduisait en latin, le terme grec aer avec un commentaire :

  • 55 Cf. A. Meillet, Esquisse d’une histoire de la langue latine5, Paris, 1948, p. 193-194.

Istic est is Juppiter quem dico, quem Graeci vacant Aerem, qui ventus est et nubes, imber postea, atque ex imbre frigus, ventus post fit, aer denuo55.
« Voilà ce Jupiter que je nomme, que les Grecs appellent aer, qui est vent et nuages, ensuite pluie, après la pluie froid, et qui devient alors vent et encore aer ».

  • 56 Naturen Bloeme, III, vers 2115 : cité par J. J. Salverda de Grave, L’influence de la langue frança (...)

30En hollandais moderne, le nom français d’oiseau geai (dialectal gai) est parfaitement assimilé sous la forme gaai. Il n’en a pas toujours été ainsi : un poète moyen-néerlandais, Jacques de Maerlant, écrivait : « C’est un oiseau qui s’appelle geai en français »56.

  • 57 Textes cités par E. De Ullmann, Les anglicismes dans la poésie de Musset, dans Le Français Moderne(...)

31L’anglicisme outlaw n’a pas été introduit d’un seul coup dans l’usage français. En 1830, Alfred de Vigny écrit dans le Journal d’un poète : « Les ministres sont outlaws, hors la loi, et y ont placé le roi ». En 1838, Augustin Thierry emploie le mot sans commentaire, mais à propos de l’Angleterre. Puis le mot entre dans l’usage courant. On lit chez Lemaître en 1899 : « Le Parisien… dépossédé de Paris, outlaw dans sa propre ville »57.

  • 58 Ed. Ristelhuber, Paris, 1885, tome I, p. 182-183.
  • 59 En vieil-anglais, les mots du fonds anglo-saxon sont parfois accouplés avec des termes franco-norm (...)

32Il n’est pas rare de constater que le besoin de joindre au xénisme sa traduction ou un équivalent indigène est devenu une habitude invétérée et que des expressions doubles se sont ainsi figées dans l’usage, attestant pour le linguiste un stade intermédiaire de la pénétration de l’emprunt. Henri Estienne avait signalé cette manière de parler et d’écrire dans un de ses fameux Dialogues du nouveau langage françois italianizé58 : « (Je) vous feray entendre quant à l’usage des mots Italiens, une autre sorte de schiocchesse…, c’est qu’ils usent du mot Italien et puis adjoustent le Frances : comme s’ils avoyent quelques remors de conscience d’user d’un mot estranger et incognu, sans adj ouster l’exposition. Et (qui est bien davantage) ceci se trouve avoir esté faict par aucuns en leurs escrits mesmement, qu’ils ont mis en lumiere. Et, n’ya-pas long temps qu’en lisant un livre intitulé Les epistres des princes, j’y vi un exemple de ce que je vous di. car l’auteur ayant mis ce mot forussites adj ouste et bannis : comme s’il voulet mettre le texte, et puis la glose. » 59

  • 60 J. J. Salverda de Grave, op. cit., p. 107 et 164.
  • 61 C. O. Koch, Changements de signification des mots français empruntés par le suédois, dans Studier (...)

33En néerlandais, on trouve part noch deel, nul en van gener waarde, geen oogenblik geen moment60, et en suédois hela tutten « tout entier »61.

  • 62 E. Weekley, The Romance of Words, Londres, 1925, p. 135 ; W. B. Schlowsky, Wortkreuzungen im Germa (...)
  • 63 W. Β. Schlowsky, loc. cit.
  • 64 C. O. Koch, op. cit., p. 247.
  • 65 Chr. Nyrop, Linguistique et Histoire des mœurs, trad. fr. par E. Philippot, Paris, 1934. p.60.

34Parfois le pérégrinisme est associé à son équivalent autochtone dans un seul mot composé. Ainsi, en anglais, greyhound est, en réalité, composé de l’islandais grey « chien » et de l’anglais équivalent hound ; peajacket « vareuse » comporte un premier élément emprunté au hollandais pij « bure » et le terme anglais jacket en guise de déterminatif62. En allemand de l’Est, le composé Lugenwiese comprend le mot russe lug « pré, prairie » et sa traduction allemande Wiese63. Le suédois connaît haricotbönor, où bönor signifie « haricots »64, et Här-Munser, dont le second terme est une altération du français Monsieur65.

  • 66 A. F. Buflington, dans Studies in honor S. A. Walz, 1941, p. 66 ; E. Haugen. Problems of Bilingual (...)

35Mais ce sont là des formations exceptionnellement figées. Plus fréquemment, les mots étrangers et indigènes coexistent pendant un certain temps, puis le doublet se réduit soit par élimination d’un des deux termes, soit par différenciation progressive des sens. Actuellement, dans l’allemand des États-Unis, on observe une hésitation dans l’emploi de geld et de money, de disch et de table, de schulmeeschter et de teacher66. On ne peut prédire ce qu’il en adviendra.

  • 67 E. Bourciez, Éléments de linguistique romane4, Paris, 1946, p. 316.
  • 68 Cf. F. Desonay, La vivante histoire du français, Bruxelles, 1946, p. 49.

36Dans certains cas historiques, un des deux synonymes temporaires a été éliminé. Quelquefois, c’est le pérégrinisme qui n’a pas réussi à s’imposer. Ainsi, en français, épée (du latin spatha) et lard (du latin laridum) se sont maintenus malgré la concurrence momentanée, en ancien français, des germanismes brant et bacon67. Parmi tant de termes courtois empruntés au français par l’allemand médiéval, peu se sont à ce point naturalisés qu’ils aient subsisté depuis le 13e siècle jusqu’à nos jours68.

  • 69 E. Bourciez, loc. cit.
  • 70 A. Boileau, Les emprunts, dans Revue des Langues Vivantes, 8 (1942), p. 98-99.
  • 71 G. Alessio, Le origini del francese, Florence, 1946, p. 140.

37D’autres fois — et ce sont les cas auxquels nous nous intéressons ici —, le pérégrinisme a finalement pris la place du mot autochtone. Ainsi, en français, les germanismes haie, banc, danser ont éliminé respectivement soif (latin saepem), eschante (latin scantnum)69, et batter (latin ballāre)70. Pas mal de latinismes savants, empruntés au temps de la Renaissance ou un peu plus tard, ont éliminé des termes vieux-français issus par tradition régulière des mêmes mots latins : ainsi amateur l’a emporté sur ameour, abhorrer sur avorir, bref sur brief, collecte sur colloite, débiteur sur detteur, interroger sur interver, légume sur lëun, subtil sur soutil, chirurgien sur surgien, tribut sur trëut71.

38La synonymie entre un terme indigène et un pérégrinisme peut aussi se réduire par différenciation des sens : le mot étranger trouve par là sa raison de subsister dans la langue emprunteuse. En français, soudard, concurrencé par l’italianisme soldat, est devenu péjoratif. L’emprunt savant des latinismes naviguer et séparer a entraîné le rétrécissement et la spécialisation des vieux verbes traditionnels nager et sevrer. Mastiquer s’est maintenu à côté de mâcher parce qu’il a pris une valeur quelque peu médicale.

39En allemand, des nuances sensibles d’emploi séparent les synonymes apparents Haupt, Führer et Chef. Tandis que les deux premiers termes expriment particulièrement la supériorité qui repose sur le prestige ou la valeur personnelle, le gallicisme Chef est employé très couramment pour désigner celui qui est chargé de la direction administrative d’un département ou d’une entreprise (Chefarzt, Chefredakteur). La distinction est nettement marquée quand le même homme politique est qualifié en même temps de Sozialistenführer et de Chef der Opposition.

  • 72 J. Orr, L’empreinte du français sur l’anglais, dans Le Français Moderne, 16 (1948), p. 244 ; G. Al (...)
  • 73 J. Orr, op. cit., p. 247.

40C’est le moment de rappeler qu’en anglais, les gallicismes veal, beef et mutton se sont spécialisés comme termes de boucherie et de cuisine, en regard des noms anglo-saxons calf, ox et sheep réservés à la désignation des animaux sur pied. Il existe en anglais, par suite du riche apport franco-normand, de très nombreux doublets à peu près synonymes, qui ne se distinguent que par une nuance légère d’emploi, les mots anglo-saxons étant restés humbles, concrets, terre-à-terre, tandis que les gallicismes sont plus intellectuels, plus abstraits, plus élégants. Il suffira de citer to feed et to nourish, to hold back et to retain, to forgive et to pardon, to build et to construct, smell et odour, clothes et dress, storm et tempest, bloom et flower72. L’introduction de tels gallicismes a eu, en anglais, une conséquence tout à fait remarquable que John Orr a finement décrite : « Pendant plus de deux cents ans, c’est-à-dire pendant sept ou huit générations, écrit-il, les Anglais, pour exprimer des idées tant soit peu abstraites, des idées se rapportant aux choses de l’intelligence, employaient des mots qui faisaient figure d’étrangers, ou qui sentaient l’école plutôt que le foyer, des mots qui avaient à côté d’eux d’autres mots plus humbles, plus humbles mais aussi plus intimes, mots qui, eux, servaient à exprimer des sentiments, des choses qui tiennent le plus étroitement au cœur d’un être humain : ses affections familiales, son travail, sa maison, ses amours. Aujourd’hui, les mots de ces deux espèces sont également anglais. Mais si, parmi les peuples d’Europe, l’Anglais de nos jours se caractérise par une certaine méfiance à l’égard des théories et des formules intellectuelles, s’il intègre moins facilement que d’autres ses doctrines et sa vie, s’il se sent même mal à l’aise dans la théorie, c’est, je crois, parce qu’il a existé dans la conscience de la communauté anglaise, une véritable fissure linguistique et que cet état de choses a duré assez longtemps pour que se forme et que s’établisse une attitude d’esprit qui est devenue l’un des traits fondamentaux et distinctifs de notre psychologie nationale »73.

***

41Si les doublets découvrent bien certains aspects de l’adoption progressive des mots étrangers dans une langue, il faut ajouter tout de suite que cela ne s’applique qu’à une partie des emprunts. Les degrés de la pénétration peuvent se présenter tout autrement. Sans vouloir épuiser les aspects multiples de la question, je signalerai seulement quelques autres cas importants.

  • 74 F. Brunot, La pensée et la langue, Paris, 1922, p. 48.
  • 75 T. E. Karsten, Les anciens Germains, adapt. fr. par F. Mossé, Paris, 1931, p. 118-119.

42Tandis que certains emprunts sont employés par tous les locuteurs d’une langue, d’autres « restent à la surface et ne sont en usage que dans des groupes ethniques ou sociaux plus ou moins étendus »74. Tous les Français, certes, ne se servent pas de l’américanisme best seller et toutes les Françaises n’emploient pas couramment le mot tea-gown. « Il faut, écrivait Karsten, tenir compte des différentes couches sociales d’une population tout comme on fait la distinction entre les divers styles d’une langue littéraire. C’est ainsi que le suédois littéraire de Finlande, qui reflète surtout l’usage des classes cultivées, n’a emprunté que peu de chose aux Finnois, alors que la classe plus étendue des paysans et des ouvriers suédois qui vivent en contact quotidien avec les Finnois et sont, aujourd’hui comme autrefois, au même niveau intellectuel, leur a fait des emprunts nombreux »75.

  • 76 J. Feller, Notes de philologie wallonne, Liège et Paris, 1912, p. 313-314 ; G. Cohen, dans Mélange (...)

43La pénétration peut être aussi géographiquement limitée. Du moyen-haut-allemand hûbe (moderne Haube) procède le vieux-français hobe « cabane, maisonnette » et, par là, le diminutif hobette attesté à Lille depuis 1491. Le mot n’a jamais été emprunté en français commun. Il se trouve dialectalement en lorrain (hobette) et en wallon liégeois (houbette, verviétois houbote, gaumais ho bète, namurois obète). Au 18e siècle, haubette et aubette se trouvaient dans le français régional du Nord et de l’Est de la France. Le rouchi a gardé obète. Aujourd’hui, aubette subsiste dans le français de Belgique, où il est très vivant dans le sens de « kiosque (à journaux) » et de « petit abri sur la voie publique »76.

44Pareillement de nombreux anglicismes sont entrés dans le français au Canada, alors qu’ils demeurent inconnus en France : par exemple, commodités avec le sens de « denrées alimentaires ».

  • 77 R. Denis, L’anglicisme dans le parler franco-canadien de la province de Québec (Canada), thèse de (...)

45Dans d’autres cas, l’anglicisme est bien assimilé en franco-canadien, tandis qu’en France, il est un xénisme encore senti : p. ex. lunch désigne couramment le repas de midi au Canada, mais en France, c’est le nom à l’anglaise donné à un repas froid servi avant une cérémonie, particulièrement avant des noces77.

  • 78 A. Dauzat, Voyage à travers les mots, Paris, 1947, p. 50-51.

46La limitation géographique se conjugue avec une gradation littéraire dans le cas de l’italianisme cavale. « Le mot a franchi les Alpes à l’époque de la Renaissance, puis il s’est propagé suivant deux grands courants : l’un s’est étalé dans le Midi, où il a submergé l’ancien mot ègo (du latin equa) ; l’autre a remonté la vallée du Rhône et de la Saône, d’où il a gagné la Wallonie ; une branche s’est approchée de Paris, où le terme n’a pas été vivant, mais a été adopté seulement comme mot littéraire »78.

***

47Les degrés de la pénétration se marquent naturellement dans les variations de la prononciation et de la graphie des mots. Théoriquement, les xénismes gardent le plus souvent leur forme étrangère ; les emprunts communément employés tendent à s’adapter aux habitudes articulatoires et graphiques de la langue emprunteuse, pour autant — et c’est vrai surtout à l’époque actuelle — que l’orthographe étrangère ne soit pas déjà trop ancrée dans l’usage par l’action de publications spéciales.

  • 79 Exemples cités par R. Frey, Das englische Lehnwort im modernsten Französisch (nach Zeitungsexzerpt (...)

48Au 19e siècle et au début du 20e, on a entrepris d’appeler à l’anglaise season, la période caractérisée habituellement par une activité donnée. Puis, la notion étant devenue familière, on a écrit simplement saison, ce qui réduit l’ancien emprunt de mot à un emprunt de sens79.

49L’adaptation va plus loin encore quand l’anglicisme back, d’abord repris tel quel pour désigner le joueur d’arrière dans une équipe de football, a été ensuite remplacé en France (mais pas en Belgique) par la traduction arrière.

50Notons que parfois l’adaptation graphique est inversée. L’anglais roastbeef a été noté rôt-de-bif en 1698, avant de recevoir en 1798 la graphie plus proche de l’anglais rosbif, qui lui est restée. Aujourd’hui, par une réaction qui ne vient pas seulement des snobs, mais des gens de plus en plus nombreux qui apprennent l’anglais, on tend à substituer à la forme francisée bifteck, la graphie anglaise authentique beefsteak.

51On en concluera qu’il est dangereux de tirer de la seule forme, plus ou moins adaptée, d’un emprunt, un argument touchant sa pénétration dans l’usage.

***

52Mais une fois qu’un mot d’emprunt a été adopté dans une langue au point que le locuteur non averti n’en sent plus du tout l’origine étrangère, il est de règle que désormais il évolue phonétiquement comme les mots de l’ancien fonds. On observe clairement le phénomène dans certains hellénismes anciens du latin où la voyelle intérieure a été traitée, après l’emprunt, à la manière latine, c’est-à-dire fermée et parfois amuie. Il suffit de comparer les formes des deux langues en restituant l’étape latine intermédiaire :

  • 80 A. Meillet, Esquisse d’une histoire de la langue latine5, Paris, 1948, p. 92-93 ; G. Alessio, Le o (...)

βαλανεῖον : *balaneum > balineum, balneum.
καμάρα : *camara > camera.
καταπέλτης *catapetta > catapulta.
κόθορνος : *cotornus > cot(h)urnus.
πατάνα : *patana > patina.
σκυτάλα : *scutala > scutula.
τάλαντον : Halantum > talentum.
τρυτάνα : *trutana > trutina80.

  • 81 Cf. entre autres F. de Grand Combe, De l’anglomanie en français, dans Le Français Moderne, 22 (195 (...)

53Comme les mots indigènes, les mots parfaitement empruntés sont aussi parfois abrégés par commodité. Bon nombre d’anglicismes ont subi ce traitement en français : box-calf a été réduit à box, boy-scout à scout, câblogramme à câble, cargo-boat à cargo, catch as catch can à catch, cocktail-party à cocktail, cross-country à cross, dancing-hall à dancing, fox-terrier et fox-trott à fox, goal-keeper à goal, jazz-band à jazz, lawn-tennis à tennis, living-room à living, selling race à selling, smoking-jacket à smoking, steeple-chase à steeple, tramway à tram, trench-coat à trench, trolleybus à trolley, water-closet à water, etc.81

54On peut dire qu’un emprunt est tout à fait entré dans l’usage quand il se prête à la dérivation ou à la composition au même titre qu’un mot autochtone. Beaucoup d’anglicismes ont ainsi fructifié en français : amateurisme, boycottage, catcheur, clownesque, clownerie, cocktailiser, cokerie, footballeur, handicaper, interviewer, lyncher, pamphlétaire, panoramique, shooteur, scoutisme, sportif, sportivité, stockiste etc.

  • 82 J. J. Salverda de Grave, L’influence de la langue française en Hollande d’après les mots empruntés(...)

55Il n’est pas moins instructif d’observer le sort des mots français à l’étranger, par exemple en hollandais. Des verbes ont été préfixés à la mode germanique : verne gli geren, verruineren, voorbijpasser en. Des noms ont été suffixés pour former des verbes : bankroeten « faire banqueroute », plezieren « procurer du plaisir ». En hollandais encore, il est très typique que des emprunts aient été suffixés pour être intégrés dans une catégorie lexicale existante : parmi les noms d’agent en -er, voici dragonder et medeciner ; parmi les noms d’action en -schap, ambasaetschap ; parmi les adjectifs légèrement péjoratifs en -ies, barbaries, enthousiasties, nomadies, protectionisties, parasities82.

  • 83 L. Bloomfield, Language, New-York, 1933, p. 454.

56En anglais, chauffeur (prononcé chowfə) a été si bien associé aux noms d’agents en -er qu’on en a tiré, par suppression du suffixe, un verbe to chauffe : p. ex. I had to chauffe my mother around all day83.

57Quand un mot étranger présente, dans la langue emprunteuse, de telles marques de vitalité et de productivité, il n’est évidemment plus l’hôte ou le voyageur que l’on reçoit par occasion : il est un membre définitivement adopté de la famille. C’est le dernier et suprême degré de l’emprunt.

Notes

1 M. L. Sjoestedt, L’influence de la langue anglaise sur un parler local irlandais, dans Étrennes E. Benveniste, Paris, 1928, p. 84, note qu’en Irlande, les jeunes filles de quatorze à vingt ans emploient plus d’anglicismes et s’essaient plus volontiers à l’anglais que les jeunes gens du même âge. La raison se trouve sans doute dans une recherche spécialement féminine de l’originalité, dans une plus grande sensibilité à la mode et au snobisme, et parfois dans quelque calcul pratique en vue d’une émigration éventuelle.

2 Ch. Bally, Linguistique générale et linguistique française3, Berne, 1950, p. 304, n° 499. — L’italien dit calco, l’anglais loan translation, translation loan word ou calque, l’allemand Lehnübersetzung, Übersetzungsentlehnung, Übersetzungslehnwort ou Abklatsch. Ci. J. Marouzeau, Lexique de la terminologie linguistique3, Paris, 1951. p. 41-42 ; B. Migliorini, Calco e irradiazione sinonimica, dans Boletín del Instituto Caro y Cuervo (Bogota), 4 (1948), p. 14-15.

3 Néanmoins beaucoup de linguistes rangent l’emprunt de sens dans la catégorie du calque. Cette confusion est regrettable.

4 S. Jannaccone, Recherches sur les éléments du vocabulaire latin de l’Empire, I, Paris, 1950, p. 88.

5 Cf. notamment B. Unbegaun, Le calque dans les langues slaves littéraires, dans Revue des Études Slaves, 12 (1932) ; M. Deanović, Osservazioni sulle origini dei calchi linguistici, dans Archivum Romanicum, 18 (1934), p. 129-142 ; B. Migliorini, op. cit., p. 16.

6 A. Meillet, Esquisse d’une histoire de la langue latine5, Paris, 1948, p. 215.

7 M. Leumann, Schwer erkennbare griechische Wörder im Latein, dans Die Sprache, 1(1949) = Festschrift W. Havers, p. 204, n. 1.

8 A. Meillet, op. cit., p. 219-220.

9 Ibid., p. 115.

10 A. Carnoy, La science du mot. Traité de sémantique, Louvain, 1927, p. 74-75 et 231-232.

11 Cf. A. Ernout, Les adjectifs latins en -ōsus et en -ulentus, Paris, 1949, p. 13-85.

12 Ces trois exemples sont cités par K. Sandfeld Jensen, Notes sur les calques linguistiques, dans Festschrift W. Thomsen, 1912, p. 170-171.

13 A. Meillet, Comment les mots changent de sens, dans L’Année Sociologique, 1905-1906, reproduit dans Linguistique historique et linguistique générale (I), nouv. éd., Paris, 1948, p. 249-250.

14 S. Simonyi, Die ungarische Sprache, Strasbourg, 1907, p. 78.

15 B. Migliorini, Calco e irradiazione sinonimica, dans Boletín del Instituto Caro y Cuervo (Bogota), 4 (1948), p. 17.

16 Κ. Sandfeld, op. cit., p. 168.

17 De ’ane « presque » et moku « île » : H. P. Judd, M. Κ. Pukui et J. E. G. Stokes, Introduction to the Hawaiian Language, Honolulu, 1945, lexique.

18 Basque arantz et elorri « épine », zuri « blanc » : V Bertoldi, Calchi baschi dal latino e dal romanzo, dans Archivum Romanicum, 18 (1934), p. 221.

19 Basque gire « tourner » et iguzhi « soleil » : V. Bertoldi, op. cit., p. 222.

20 Cf. hawaïen anawaena, de ana « mesure » et waena « milieu, au milieu, entre » : H. P. Judd, M. K. Pukui et J. E. G. Stokes, op. cit., lexique.

21 L. H. Gray, Foundations of Language, 2e impr., New-York, 1950, p. 135-136.

22 A. Meillet, Comment les mots changent de sens (cf. ci-dessus p. 191 n. 1), p. 261 ; S. Simonyi, Die ungarische Sprache, Strasbourg, 1907, p. 78.

23 Ces quatre exemples sont cités par K. Sandfeld Jensen, Notes sur les calqua linguistiques, dans Festschrift W. Thomsen, 1912, p. 168.

24 Ibid., p. 171 ; A. Carnov, La science du mot. Traité de sémantique, Louvain, 1927, p. 231.

25 V. Pisani, L’etimologia, Milan, 1947, p. 78.

26 K. Sandfeld, op. cit., p. 171.

27 V. Pisani, loc. cit.

28 K. Sandfeld, loc. cit.

29 Loc. cit.

30 V. Pisani, op. cit., p. 76 ; B. Migliorini, Calco e irradiazione sinonimica, dans Boletín del Instituto Caro y Cuervo (Bogota), 4 (1948), p. 18.

31 B. Unbegaun, Le calque dans les langues slaves littéraires, dans Revue des Études Slaves, 12 (1932).

32 De ala « chemin » et hao « fer » : H. P. Judd, M. Κ. Pukui et J. E. G. Stokes, Introduction to the Hawaiian Language, Honolulu, 1945, s. v.

33 Cet exemple et le précédent sont repris à B. Unbegaun, op. cit.

34 J. Orr, L’empreinte du français sur l’anglais, dans Le Français Moderne, 16 (1948), p. 245.

35 F. Mackenzie, Les relations de l’Angleterre et de la France d’après le vocabulaire, Paris, 1939, t. I, p. 44.

36 F. Brunot et Ch. Bruneau, Précis de grammaire historique de la langue française, nouv. éd., Paris, 1937, p. 180.

37 S. Ichikawa, Foreign Influences in the Japanese Language, Tokyo, 1929, p. 37.

38 A. Carnoy, La science du mot. Traité de sémantique, Louvain, 1947, p. 232 ; K. Sandfeld, Notes sur les calques linguistiques, dans Festschrift W. Thomsen, 1912, p. 172.

39 K. Sandfeld, op. cit., p. 172-173 ; O. J. Tallgren-Tuulio, Locutions figurées calquées et non calquées. Essai de classification pour une série de langues littéraires, dans Mémoires de la Société Néo-philologique de Helsingsfors, 9 (1932), p. 277-324.

40 B. Unbegaun, Le calque dans les langues slaves littéraires, dans Revue des Études Slaves, 12 (1932), p. 30.

41 Β. Migliorini, Calco e irradiazione sinonimica, dans Boletín del Instituto Caro y Cuervo (Bogota), 4 (1948), p. 16.

42 Β. Unbegaun, op. cit

43 B. Migliorini, loc. cit.

44 Max Niedermann parle, dans ce cas, d’emprunt brut.

45 Je reprends le terme xénisme à Jean Psichari, Essai sur le grec de la Septante, dans Revue des Études Juives, 1908, p. 161-210, reproduit dans Quelques travaux de linguistique, de philologie et de littérature hellénique 1884-1928, Paris, 1930, p. 831-891. A Fremdwort et Lehnwort correspondent respectivement en anglais aliens et denizens (ou naturalized), en italien forestierismi et prestiti.

46 Cf. L. H. Gray, Foundations of Language, 2e impr., New-York, 1950, p. 131-132 ; B. Migliorini, Correnti dotte e correnti popolari nella lingua italiana, dans Lingua Nostra, 1 (1939), p. 1-8, spécialement p. 5.

47 Cf. la juste remarque de J. Psichari, Études de philologie néo-grecque, Paris, 1892, p. 161-162, sur les latinismes juridiques à Byzance.

48 Voir, par exemple, les remarques de S. Simonyi, Die ungarische Spraehe, Strasbourg, 1907, p. 57-58 ; de F. Mackenzie, Les relations de l’Angleterre et de la France d’après le vocabulaire, Paris, 1939, tome II, p. 7 ; de V. Pisani, L’etimologia, Milan, 1947, p. 66-67. — Plusieurs linguistes, notamment de l’école américaine, admettent que dans une langue, à côté du système phonologique fondamental correspondant au fonds ancien (y compris les emprunts parfaitement assimilés), il peut exister un ou plusieurs autres systèmes phonologiques auxquels le locuteur rattache des catégories de mots étrangers, termes savants et pérégrinismes plus ou moins adaptés. Ainsi, selon Miss Handerson, les Siamois auraient conscience de trois systèmes simultanés, le premier valant pour les mots indigènes, le second pour des mots étrangers « naturalisés » (sanskrits, anglais), le troisième enfin pour de véritables xénismes. Cf. Ch. C. Fries et K. L. Pike, Coexistent Phonemic Systems, dans Language, 25 (1949), p. 29-50 ; E. J. Henderson, The Phonology of Loan-Words in some South-East Asian Languages, dans Transactions of the Philological Society, 1951, p. 131-158 ; aussi H. Vogt, Language Contacts, dans Word, 10 (1954), p. 370-371. Je pense qu’une langue ne possède jamais qu’un seul système phonologique dont les usagers ont conscience et auquel ils tendent spontanément à conformer les mots repris à l’étranger. La connaissance et l’emploi d’un certain nombre de pérégrinismes n’impliquent pas, à mon avis, la conscience d’un second système phonologique indépendant du premier. Ceci n’est vrai que chez des bilingues véritables, qui conforment naturellement les mots étrangers intercalés dans la première langue au système phonologique de la seconde langue : c’est dire qu’ils ne les tiennent pas pour empruntés.

49 Par exemple, sur les anglicismes sentis en espagnol et en hispano-américain, R. J. Alfaro, El anglicismo en el español contemporaneo, dans Boletín del Instituto Caro y Cuervo, 4 (1948), p. 115-118.

50 J. J. Salverda de Grave, L’influence de la langue française en Hollande d’après les mots empruntés, Paris, 1913, p. 33.

51 « Un très grand nombre de mots grecs de Juvénal sont à interpréter stylistique-ment comme des citations : ce sont des mots qu’il cite précisément pour les réprouver, pour en déplorer l’emploi : on ne saurait donc les mettre à son compte ». J. Perret, Les hellénismes du vocabulaire latin, dans L’Information Littéraire, 3 (1951), p. 190.

52 « Quand de Hérédia écrit :
Partout sonne l’appel clair des buccinateurs, il ne considère pas buccinateur comme un mot français, mais comme un mot latin qui doit évoquer devant nos yeux, à la fin de ce vers où tous les mots pourraient s’appliquer à une armée moderne, les légions de Scipion : le mot n’a de valeur expressive que parce qu’il n’est pas français ». F. Brunot et Ch. Bruneau, Précis de grammaire historique de la langue française2, Paris, 1937, Ρ. 181. Remarquons cependant que l’adaptation de la finale amortit l’effet du pérégrinisme et produit en quelque sorte un stade intermédiaire.

53 Cf. J. Marouzeau, Aspects du français, Paris, 1950, p. 147-148.

54 A. Ernout, dans Mélanges Desrousseaux, p. 161 ; Les adjectifs latins en -ōsus et en -ulentus, Paris, 1949, p. 13.

55 Cf. A. Meillet, Esquisse d’une histoire de la langue latine5, Paris, 1948, p. 193-194.

56 Naturen Bloeme, III, vers 2115 : cité par J. J. Salverda de Grave, L’influence de la langue française en Hollande d’après les mots empruntés, Paris, 1913, p. 42.

57 Textes cités par E. De Ullmann, Les anglicismes dans la poésie de Musset, dans Le Français Moderne, 17 (1949), p. 95-96.

58 Ed. Ristelhuber, Paris, 1885, tome I, p. 182-183.

59 En vieil-anglais, les mots du fonds anglo-saxon sont parfois accouplés avec des termes franco-normands. L. H. Gray, Foundations of Language2, New-York, 1950. p. 138, cite ces exemples du « Book of Common Prayer » : to acknowledge and confess, not dissemble nor cloke, assemble and meet together, pray and beseech, mortify and kill, perceive and know, power and might. L’ordre de la première formule empêche de croire que le mot indigène a été ajouté au gallicisme pour l’expliquer.

60 J. J. Salverda de Grave, op. cit., p. 107 et 164.

61 C. O. Koch, Changements de signification des mots français empruntés par le suédois, dans Studier i Modem Spràkvetenskap, 11 (1931), p. 247. Une autre expression citée par Koch, kaffe med avec procède de l’ellipse du français café avec le petit verre de cognac. Puis, avec n’étant plus bien compris, on a intercalé med « avec », comme si avec était le nom de la liqueur. Ce n’est donc pas exactement le phénomène étudié ici. — Je ne crois pas devoir joindre non plus les expressions romanches par utile et nütze, Zèle et Eifer, qui sont citées par J. J. Salverda de Grave, op. cit., p. 107, d’après R. Brandsteter, Das Schweizerdeutsche Lehngut im Romontschen, Lucerne, 1905, p. 82. Le procédé ne vise pas apparemment à faciliter la compréhension du xénisme : l’ordre des termes serait inversé. Je pense qu’il s’agit de tautologies semblables à celles qui existent dans des documents de Wallonie : estable ou abattoux, ahessier et servir, digue ou batte, contusion ou boursay, tresses ou jarbres (cf. E. Renard, Expressions tautologiques dans l’ancien wallon, dans Mélanges J. Haust, 1939, p. 329-346). Le but est de préciser ou de renforcer la notion à l’usage de bilingues plus ou moins parfaits. — Le même procédé a existé dans les anciens documents coptes d’Égypte où souvent un mot grec est intercalé après son équivalent copte par une habitude de bilingues qui n’implique pas forcément l’adoption de ces hellénismes dans la langue. Cf. J. Vergote, Het probleem van de Koine, dans Philologische Studiën, 6 (1934-35), p. 34 et 85-88.

62 E. Weekley, The Romance of Words, Londres, 1925, p. 135 ; W. B. Schlowsky, Wortkreuzungen im Germanisch-Romanischen, dans Indogermanische Forschungen, 49 (1931). p. 112.

63 W. Β. Schlowsky, loc. cit.

64 C. O. Koch, op. cit., p. 247.

65 Chr. Nyrop, Linguistique et Histoire des mœurs, trad. fr. par E. Philippot, Paris, 1934. p.60.

66 A. F. Buflington, dans Studies in honor S. A. Walz, 1941, p. 66 ; E. Haugen. Problems of Bilingualism, dans Lingua, 2 (1950), p. 273.

67 E. Bourciez, Éléments de linguistique romane4, Paris, 1946, p. 316.

68 Cf. F. Desonay, La vivante histoire du français, Bruxelles, 1946, p. 49.

69 E. Bourciez, loc. cit.

70 A. Boileau, Les emprunts, dans Revue des Langues Vivantes, 8 (1942), p. 98-99.

71 G. Alessio, Le origini del francese, Florence, 1946, p. 140.

72 J. Orr, L’empreinte du français sur l’anglais, dans Le Français Moderne, 16 (1948), p. 244 ; G. Alessio, op. cit., p. 156.

73 J. Orr, op. cit., p. 247.

74 F. Brunot, La pensée et la langue, Paris, 1922, p. 48.

75 T. E. Karsten, Les anciens Germains, adapt. fr. par F. Mossé, Paris, 1931, p. 118-119.

76 J. Feller, Notes de philologie wallonne, Liège et Paris, 1912, p. 313-314 ; G. Cohen, dans Mélanges A. Thomas, Paris, 1927, p. 109-120 ; résumé dans Vie et Langage, 3 (1954), p. 269-270.

77 R. Denis, L’anglicisme dans le parler franco-canadien de la province de Québec (Canada), thèse de Paris, 1952, p. 14 et 83.

78 A. Dauzat, Voyage à travers les mots, Paris, 1947, p. 50-51.

79 Exemples cités par R. Frey, Das englische Lehnwort im modernsten Französisch (nach Zeitungsexzerpten von 1920-1940), Zurich, 1943, p. 98 ; aussi p. 61 s. v. event.

80 A. Meillet, Esquisse d’une histoire de la langue latine5, Paris, 1948, p. 92-93 ; G. Alessio, Le origini del francese, Florence, 1946, p. 51.

81 Cf. entre autres F. de Grand Combe, De l’anglomanie en français, dans Le Français Moderne, 22 (1954), Ρ. 197.

82 J. J. Salverda de Grave, L’influence de la langue française en Hollande d’après les mots empruntés, Paris, 1913, p. 101.

83 L. Bloomfield, Language, New-York, 1933, p. 454.

© Presses universitaires de Liège, 1956

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search