Version classiqueVersion mobile

L’Emprunt linguistique

 | 
Louis Deroy

Quatrième partie. Processus et Adaptation

Chapitre VIII. Les intermédiaires

Texte intégral

1Comment le portugais crioulo a-t-il été emprunté par le néerlandais sous la forme kreool ? Par l’intermédiaire du français créole, ancien criole, repris lui-même à l’espagnol criollo. Comment l’anglais handicap a-t-il pénétré dans le français commun ? Par l’intermédiaire de l’argot du turf, puis des autres sports. Voilà, en deux phrases, le problème des intermédiaires. Il s’agit de déterminer les multiples filières par lesquelles un mot peut pénétrer dans une langue.

  • 1 Cf. entre autres : A. Meillet, Comment les mots changent de sens, dans L’Année Sociologique, 1905- (...)

2Il est, en principe, évident que l’emploi d’un mot ou d’un tour étranger, comme l’introduction de n’importe quel néologisme, est d’abord une initiative individuelle. Puis l’emprunt s’étend à un cercle plus vaste, à un groupe social défini (les termes techniques ne dépassent pas ce stade) avant de pénétrer dans l’usage commun1. L’acquisition progressive d’emprunts implique donc des intermédiaires internes, c’est-à-dire des individus et des groupes restreints qui, oralement ou par écrit, en répandent l’usage. Puisque ces individus et ces groupes ont, au préalabale repris le mot ou le tour nouveau hors de leur groupe linguistique et pas forcément au premier fournisseur, il faut compter aussi des intermédiaires externes. Je vais essayer d’examiner ces divers intermédiaires en suivant, le plus possible, l’ordre chronologique, c’est-à-dire en partant du premier fournisseur.

3On verra que la limite entre les intermédiaires externes et les intermédiaires internes n’est pas toujours aussi tranchée dans la réalité que dans la théorie.

***

4Pour passer de la langue d’un pays à celle d’un autre quand il n’y a pas de frontière commune ni de contact direct, un mot emprunté peut être transmis par une ou plusieurs autres langues situées géographiquement dans l’intervalle. Le mot hussard, par exemple, nous est venu du hongrois par l’allemand.

5Il arrive aussi que l’intermédiaire soit une nation qui exerce un trafic commercial entre deux autres pays. Ce fut, entre l’Extrême-Orient et les pays occidentaux, le rôle des Malais, à qui nous devons, par exemple, les mots chinois sampan et jonque. Ce fut le cas aussi des Italiens, notamment des Vénitiens, qui trafiquaient entre l’Europe occidentale d’une part, la Turquie, la Grèce, l’Égypte d’autre part : qu’on songe à la transmission des mots arsenal, douane et café.

6Certaines langues doivent leur rôle d’intermédiaire géographique à des accidents de l’histoire : telle est, pour l’arabe, l’invasion de l’Afrique du Nord, de la Sicile et de l’Espagne, et, pour l’Espagnol, la découverte de l’Amérique. J’ai donné plus haut de nombreux exemples qui en sont l’illustration (p. 27 et 35).

7La situation géographique conditionne aussi, mais dans une moindre mesure, le rôle d’intermédiaire des grandes langues dites culturelles. Ce n’est pas un hasard que l’anglais club ait été emprunté en turc sous une forme klüp dont le vocalisme dénonce l’intermédiaire du français. Mais d’autres éléments historiques viennent ici déterminer les courants d’influence : il suffira de rappeler que coğrafya « géographie » est venu du grec au turc par l’entremise des Arabes et que notre abricot nous est venu du latin après être passé par le grec tardif, l’arabe et le catalan. Ce sont là des faits suffisamment connus pour que nous puissions nous dispeaser d’en donner le détail.

  • 2 A. Ernout, Les éléments étrusques du vocabulaire latin, dans Bulletin de la Société de Linguistiqu (...)

8Des documents historiques ou des attestations linguistiques sont les moyens qui normalement permettent de retracer l’itinéraire suivi par les emprunts entre deux langues voisines. Il arrive cependant que le manque de ces moyens oblige les linguistes à formuler seulement des hypothèses. Dans certains cas, des altérations spéciales de la forme de l’emprunt laissent deviner avec assez de prohabilité quel a dû être l’intermédiaire. Ainsi, dans les termes latins sporta « corbeille » et orca « baleine », l’assourdissement des occlusives t et c, en même temps que la syncope de la voyelle intérieure, laisse penser qu’il pourrait s’agir des mots grecs (à l’accusatif) σπυρίδα et ὄρυγα, mais apportés dans le Latium par les Étrusques2.

  • 3 Kr. Sandfeld, Linguistique balkanique, Paris, 1930, p. 22.

9Il en va de même au sujet des mots grecs byzantins qui se sont répandus dans les autres langues balkaniques. Souvent, c’est la forme qui révèle les intermédiaires. Ainsi les mots roumains colibă et corabie ne peuvent pas venir directement de καλύβα « cabane » et de καράβι « navire » : on devrait avoir dans ce cas *călivă et *cărave. On ne peut les expliquer qu’en recourant à l’intermédiaire des formes bulgares koliba et korab (vieux-bulgare korabĭ), dont l’o pour a est normal. 3

  • 4 Ibid., p. 50-51.

10Il reste néanmoins des cas où le doute subsiste sur la voie suivie par l’emprunt. Il est difficile, par exemple, de savoir exactement par où les mots latins ont pénétré en grec postclassique et byzantin. Si les mots d’ordre militaire, juridique ou politique ont des chances de provenir, pour une grande partie, des classes dominantes de l’Empire d’Orient, on a le droit de se demander si les autres mots n’auraient pas passé par le « latin balkanique », c’est-à-dire par le latin qui était parlé populairement dans les régions balkaniques aux premiers siècles après J.-C. et qui a survécu dans le roumain et dans une autre langue romane aujourd’hui disparue, le dalmate4.

***

11Parmi les intermédiaires externes, il faut aussi accorder une attention particulière aux minorités alloglottes englobées dans une nation et devenues temporairement bilingues avant d’être tout à fait assimilées.

12Dans la Rome antique, il y a eu, pendant de longues périodes, des minorités d’artisans, de commerçants, d’hommes de sciences ou de lettres, d’esclaves, qui continuaient de parler les uns étrusque, les autres grec et qui n’ont été complètement romanisés qu’après un bilinguisme prolongé. Pour ce qui est des Grecs, il faut ajouter le fort contingent de soldats étoliens, crétois et autres qui côtoyaient les Romains dans les légions. Sans que l’on puisse éclaircir tous les mots dans le détail, il n’est pas douteux que cette situation explique l’introduction en latin d’une foule d’hellénismes et d’un grand nombre de vocables étrusques.

13L’étonnante proportion de germanismes dans les parlers gallo-romans se justifie par des circonstances analogues. On sait qu’une forte minorité d’envahisseurs germaniques, établie en Gaule, surtout septentrionale, au 5e siècle de notre ère, n’a été romanisée complètement qu’après trois ou quatre siècles de bilinguisme temporaire.

  • 5 L’élément slave dans le lexique roumain, dans Mélanges Mario Roques, t. IV, Paris, 1952, p. 153-16 (...)

14Le rôle des minorités étrangères progressivement assimilées a été souligné, à propos du roumain, par M. Krěpinský5. Il faut savoir que les Roumains, séparés du reste de la latinité et entourés de Slaves depuis le 6e siècle de notre ère, ont subi encore aux 9e et 10e siècles une nouvelle poussée bulgare. Il en est résulté depuis le iie siècle une séparation en deux communautés qui ont, dès lors, évolué séparément : au nord, les Daco-Roumains ou Roumains proprement dits et, au sud, en Macédoine, les Macédo-Roumains ou Aroumains. Étudiant les emprunts au slave dans les deux groupes, M. Krěpinský distingue trois catégories. D’abord les emprunts qui se retrouvent pareils en daco-roumain et en macédo-roumain et qui datent donc d’avant le iie siècle. Ensuite, les éléments slaves qui se trouvent seulement dans un des deux groupes ou qui y ont des formes différentes, impossibles à ramener à un même prototype : sauf accident, ce sont des emprunts d’après la séparation. Enfin, dans un tiers des cas, les Roumains du nord et ceux du sud ont recouru, pour exprimer les mêmes notions, à des mots slaves, mais, chose curieuse, à des mots différents. Pourquoi avoir abandonné ainsi concuremment des noms latins pour les remplacer par des termes slaves ? Ce n’est pas l’effet du hasard et, pour M. Krěpinský, il n’y a qu’une réponse possible : ce ne sont pas les Roumains qui ont pris l’initiative d’emprunter ces éléments au slave, mais ce sont les slaves parlant également le roumain qui les ont introduits dans l’usage des deux communautés roumaines. Si les nécessités de la vie commune ont amené ces Slaves à acquérir aisément les éléments de la langue roumaine qu’ils entendaient tous les jours pour désigner les objets et les activités de la vie courante, en revanche, ils ont conservé les dénominations slavespour des objets, des produits, des usages et des notions moins ordinaires. C’est le grand nombre de Slaves roumanisés et la similitude des conditions sociales dans les deux communautés roumaines qui ont produit ce parallélisme surprenant d’emprunts faits séparément. M. Krěpinský propose d’appeler « résidu » cette espèce particulière d’emprunt que l’on pourrait dénommer aussi « emprunt de superstrat ».

15La minorité étrangère incorporée peut être composée quelquefois de spécialistes d’un art ou d’une technique. Dans ce cas, la langue emprunteuse leur reprend naturellement en premier lieu ou même exclusivement les termes relatifs à leur spécialité. Dans l’ancienne Rome, il semble que certains artisanats aient été exercés en majorité par des Étrusques. Il n’est dès lors pas étonnant que, parmi les mots étrusques identifiés jusqu’ici en latin, il se trouve tant de termes techniques.

  • 6 E. Legros, Éléments romans dans le parler des forgerons « wallons » de l’Uppland, dans Mélanges Ka (...)

16Un phénomène comparable s’est produit à l’époque moderne en Suède. Au début du 17e siècle, un important groupe d’émigrés, en majorité wallons des pays de Liège et de Namur, introduisirent dans l’Uppland, notamment à Österby, Söderfors et Lövsta, la méthode « wallonne » d’affinage du fer. Leurs descendants, qui continuent à se dire « Wallons », ont depuis longtemps adopté la langue suédoise, mais il subsiste, grâce à eux, dans le langage technique de la métallurgie suédoise d’aujourd’hui et de naguère, pas mal de termes wallons ou communs au wallon et à d’autres parlers gallo-romans. Tels sont par exemple gös « gueuse », lupp « loupe », kule « coulée (coulêye) », goujar « goujard », makett « makète », korrâ « coron », block « bloc », lavett « lavette », palett « palette », husett « housette (hozète) », tourné « tournée (tournêye) », harspay « hache-paille », bastard « bastard » et picko « picot »6.

  • 7 Phonétique du dialecte de Miistair, Zurich, 1938.
  • 8 W. von Wartburg, Problèmes et méthodes de la linguistique, traduit de l’allemand par P. Maillard, (...)

17Une minorité étrangère très particulière peut être constituée uniquement de femmes. On avait justement observé que, dans la vallée grisonne de Münster, le dialecte romanche de Müstair tranchait phonétiquement d’une façon marquée sur celui du village voisin de Santa-Maria. « La cause en est, comme l’a montré Schorta7, dans le fait que les hommes de Müstair, qui sont de religion catholique, prennent plus volontiers leurs femmes dans le Vintschgau avoisinant, également catholique, que dans le bourg réformé de Santa-Maria. Ces femmes, introduites par mariage, sont de langue allemande et ont transporté dans le romanche de Miistair, toute une série d’habitudes articulatoires germaniques.8 »

***

  • 9 A. Meillet, Comment les mots changent de sens (cf. ci-dessus p. 191 n. 1), p. 250-251.
  • 10 Cf. entre autres L. H. Gray, Foundations of Language, 2e impr., New-York, 1950, p. 262-263.

18Des minorités alloglottes fort spéciales et très influentes sont constituées par les cours royales ou princières d’origine étrangère. Un exemple démonstratif se trouve en Angleterre, au Moyen Age, après l’invasion franco-normande. Les nobles anglais qui touchaient à la classe dirigeante française, se mirent, de bon ou de mauvais gré, à user du français et, même en parlant anglais, à employer des mots et des tours repris au français et tenus pour plus distingués. Cette habitude s’est étendue peu à peu à toutes les classes de la nation. C’est ainsi qu’en anglais les termes host et army ont éliminé l’ancien here 9 et que, comme il sied à un monde qui ignore les animaux dont il mange la viande, veal (v.-fr. viël), pork, mutton, beef, se sont imposés comme termes culinaires et se sont opposés aux vieux noms calf, swine, sheep et ox, réservés dès lors aux bêtes sur pied10.

  • 11 H. Estienne, Deux dialogues du nouveau langage françois italianizé, éd. Ristel-huber, Paris, 1885, (...)

19Il est notoire aussi que c’est par l’usage de la cour royale de France que la plupart des italianismes ont passé dans le français du 16e siècle : les Italiens en grand nombre y formaient « une petite Italie » et, pour les imiter, les courtisans se mirent les premiers à « mescoler des vocables italiens parmi les Françès »11. Puis l’usage de la cour se répandit, en s’altérant, dans les différentes classes de la société française.

***

  • 12 Ce calque a été éclairci par A. Thomas, L’étymologie du mot français compagnon, dans Comptes rendu (...)
  • 13 Cf. la mise au point d’Élisée Legros, Le Nord de la Gaule romane, dans Bulletin de la Commission R (...)

20Les mercenaires et les soldats d’origine étrangère stationnés assez longuement dans un pays constituent, en quelque sorte, une espèce de minorité alloglotte en passe de s’assimiler, à moins que l’hostilité des habitants ne les en empêche. Dès avant les invasions du 5e siècle, des termes germaniques d’ordre militaire ont été introduits dans le latin de Gaule, d’Espagne, d’Italie et de Rhétie. On voit alors *werra « guerre » l’emporter progressivement sur bellum, *helm « heaume » sur cassis et galea, *sporo « éperon » sur calcar, *wardan « garder » sur observare, *sturmjan« (v. fr.) estormir » sur aggredi. Brant s’introduit à côté de spatha « épée » pour désigner une arme un peu différente. Un composé germanique analogue au gotique gahlaiba est calqué sous la forme companio « compagnon d’armes »12. Cette influence est due évidemment aux soldats germains adjoints, en ce temps-là, à l’armée romaine13.

  • 14 Cf. W. von Wartburg, Évolution et structure de la langue française3, Paris, 1946, p. 214-215 ; F. (...)

21Ce sont les mercenaires allemands, surtout rhénans et suisses de langue allemande, engagés dans les régiments de France sous l’ancien régime, qui ont apporté au français certains mots nouveaux comme bivac ou bivouac, cible, képi, lansquenet et loustic14.

  • 15 Les Espagnols ont confondu vrunt, forme bruxelloise de vroonte « prison », avec le terme mieux con (...)
  • 16 G. Cohen, Le parler belge, dans Vie et Langage, 3 (1954), p. 268.

22Du régime espagnol, le français de Belgique a gardé, après plus de trois siècles, quelques termes particuliers comme amigo, appellation plaisante de la prison de ville15, et probablement quartier, qui désigne, comme l’espagnol cuarto et contrairement à l’usage du français, un appartement, une chambre, une partie de maison16.

  • 17 A. Dauzat, Dictionnaire étymologique de la langue française4, Paris, 1949, s. v. guitoune ; F. Des (...)

23La présence en France, pendant la guerre de 1914-1918, de nombreuses troupes nord-africaines a fait passer l’arabe kîtoun dans l’argot : on dit encore guitoune pour « tente, maisonnette »17.

***

  • 18 A. Boileau, Les emprunts, dans Revue des Langues Vivantes, 8 (1942), p. 147.
  • 19 Voir notamment Th. Steche, Zeit und Ursachen der hochdeutschen Lautverschiebung, dans Zeitschrift (...)

24Les dialectes, patois et parlers régionaux frontaliers peuvent constituer aussi une des étapes par lesquelles passe un élément emprunté avant de pénétrer dans la langue commune ou nationale. Dans l’usage du locuteur régional, le xénisme passe presque inconsciemment du parler marginal à la langue commune. Ensuite, il est repris par des sujets plus éloignés et finalement par l’ensemble de la population18. C’est ainsi que s’est propagée, en vieux-haut-allemand, la mutation consonantique qui a transformé les occlusives sourdes en fricatives. Il est certain que cette évolution, par laquelle le haut-allemand s’est différencié du bas-allemand, est partie des territoires situés le plus au sud (Alémanie, Bavière). Il est vraisemblable que l’origine se trouve dans le mélange intensif intervenu là entre des locuteurs allemands et les habitants de territoires conquis19. La nouvelle prononciation fricative s’est alors répandue de proche en proche jusqu’à être la règle sur le vaste territoire haut-allemand, puis même finalement sur l’Allemagne entière, quand le haut-allemand de Luther aura supplanté le bas-allemand comme langue nationale.

  • 20 L’étymologie du mot wallon a été établie par J. Warland dans Bulletin du Dictionnaire Wallon, 18 ( (...)

25Voici un autre exemple où la transmission a été assurée par un dialecte. Le francique *hukila « motte, petite masse » a d’abord donné l’ancien wallon liégeois houye (écrit hulhe en 1278, xhouille en 1457), d’où vient le liégeois moderne hoye. Spécialisé au sens de « bloc de charbon fossile », puis de « charbon » en général, après la découverte des premières veines de Hesbaye en 1195, le mot wallon, sous sa forme ancienne, s’est répandu depuis le 16e siècle à travers le domaine français avec les graphies houille et parfois ouille20.

26Entre l’allemand Sauerkraut et le français choucroute, il faut intercaler la forme dialectale alsacienne sûrkrût qui fut d’abord francisée en sorcrote, puis altérée par une étymologie populaire.

  • 21 R. J. Alfaro, El anglicismo en el español contemporaneo, dans Boletín del Instituto Caro y Cuervo, (...)

27Pour expliquer comment certains anglicismes populaires ont pénétré dans l’hispano-américain, il importe de tenir compte du parler espagnol des régions situées à la limite du Mexique et des États-Unis, où l’on trouve aujourd’hui encore des « pochismos » prometteurs, comme marqueta au lieu de mercado « marché », quidnapear au lieu de secuestrar « enlever (quelqu’un) », yob au lieu de empleo « emploi, prolession »21.

***

28Parmi les fractions sociales qui constituent les intermédiaires internes dont j’ai défini le rôle au début de ce chapitre, il faut faire une place aux groupes et aux personnes qui séjournent ou ont séjourné à l’étranger. C’est le cas particulièrement des soldats, colons, diplomates, fonctionnaires, techniciens, commerçants qui se sont fixés pour un certain temps hors des frontières par suite d’une mission officielle ou privée, d’une occupation militaire, d’un engagement au service d’une autre nation, d’une fonction ou d’une entreprise aux colonies.

29Il est très vraisemblable, même si nous n’en avons pas la preuve nette, que pas mal d’éléments étrangers du latin ont été rapportés par des légionnaires d’Afrique, d’Espagne, de Gaule, de Germanie et d’Orient.

30Au Moyen Age, ce sont pareillement les Croisés qui ont ramené d’Orient des mots comme caravane, gazelle et mamelouk (d’abord sous la forme mamelos).

31Les termes de fortification moyen-néerlandais bolwerc et blochuus, devenus en français moderne boulevard et blocus, ont été empruntés vers les 14e et 15e siècles dans les régions flamandes des Pays-Bas, sans doute par les armées françaises qui y combattirent souvent entre les règnes de Philippe-le-Bel et de Louis XI.

  • 22 Sur les guerres comme introductrices de mots étrangers, voir M. Schöne, Vie et mort des mots, Pari (...)

32A date récente, les tirailleurs d’Afrique, les marsouins de Saïgon, les goumiers, les spahis ont rapporté dans leur giberne, de leurs campagnes lointaines, bien des exotismes. Il n’est plus besoin d’aller à Alger pour entendre parler de toubib et de gourbi22.

  • 23 C. F. Van Dam, De spaanse woorden in het Nederlands, dans Bundel C. De Vooys, Groningue, 1940, p. (...)

33C’est par l’intermédiaire de leurs colonies d’Insulinde que les Hollandais ont emprunté certains termes portugais : ainsi moradoor, kasties, mesties, sinjo, qui représentent respectivement les mots portugais morador « habitant », castiço « de race pure », mestiço « de sang mêlé » et senhor « monsieur, maître »23.

34Moins nombreux, mais plus influents sur l’usage linguistique, les étudiants et les professeurs qui séjournent dans des écoles étrangères sont aussi des transmetteurs d’emprunts.

35Au Moyen Age, il convient de souligner, à ce propos, le rôle joué par la célèbre Université de Paris où des milliers d’écoliers accourus des quatre coins d’Europe suivaient des cours donnés, il est vrai, en latin, mais s’en retournaient néanmoins nantis d’un fort précieux bagage en langue d’oïl. Est-il besoin de dire que l’Université de Paris, comme bien d’autres grandes écoles d’autres pays, continue à jouer brillamment aujourd’hui ce rôle de dispensatrice ?

  • 24 J. Salverda de Grave, Quelques observations sur les mots d’emprunt, dans Mélanges Chabaneau (= Rom (...)

36Depuis longtemps, les jeunes gens hollandais qui veulent se faire pasteurs de l’Église Wallonne en Hollande, vont en Suisse romande pour se perfectionner dans l’usage du français. C’est là qu’ils ont trouvé et employé fréquemment le verbe mémoriser au sens, hors d’usage en France, d’« apprendre par cœur ». C’est de là que vient l’emprunt néerlandais memoriseren24.

37Il n’est d’ailleurs pas toujours nécessaire que ces étudiants se rendent à l’étranger. Il suffit qu’ils fréquentent une école étrangère fixée dans leur pays. C’est ainsi, par exemple, que les élèves turcs du lycée de Galatasaray à Istanbul ont contribué à répandre bon nombre de termes français ou demi-français dans des couches de plus en plus larges de la population de la Turquie moderne 3.

***

38Les marins aussi forment, en marge de la communauté nationale, un groupe social important en contact continuel avec l’étranger. La langue technique de la marine contient, dans tous les pays, de nombreux termes empruntés et elle tend même, pour des raisons pratiques, vers un certain internationalisme qui varie forcément selon les mers, les époques, les grandeurs et les décadences maritimes. Si beaucoup de ces termes demeurent connus des seuls marins, il y en a cependant pas mal d’autres qui sont entrés dans l’usage général des diverses langues. Parmi eux figurent de nombreux termes d’origine étrangère qui sont donc empruntés par l’intermédiaire des marins.

  • 25 E. Bourciez, Éléments de linguistique romane4, Paris, 1946, p. 188-189 et 498 ; P. Burguière, Les (...)

39Dans la Méditerranée, au Moyen Age et au début des temps modernes, la langue maritime a été surtout italienne. En français, calme, qui s’appliquait primitivement à la mer, procède, par le parler des marins méridionaux, de l’italien calma, issu lui-même du grec tardif καΰμα « temps chaud, beau temps ». Pareillement bonace « calme de la mer » procède, par l’intermédiaire des marins provençaux, de l’italien bonaccia, qui représente la forme euphé-mistique du latin vulgaire *bonacia, au lieu de malacia emprunté du grec μαλακία « calme plat de la mer ». L’adjectif bonasse « calme », qui a pris le sens figuré de « débonnaire » au 17e siècle, remonte au dérivé italien bonaccio. Galère vient aussi, en passant par une forme resuffixée catalane, de galea, terme repris par les marins italiens au grec byzantin γαλαῖα. Chiourme représente le génois ciurma, qui remonte à celeusma, emprunt latin du grec κέλευσμα25.

  • 26 D. C. Hesseling, Les mots maritimes empruntés par le grec aux langues romanes, dans Verhandelingen (...)

40En grec médiéval et moderne, pas mal d’éléments ont été repris à l’italien par l’intermédiaire des marins : κορδελλα, καλάνκα, μπουνάτσα, etc. 26J’ai signalé particulièrement plus haut (p. 86) que cette influence pourrait avoir produit la classe morphologique d’impératifs en du type τρέχα.

  • 27 J. M. Chalet, La langue maritime turque et sa formation, dans La Revue Maritime, n. s. 207 (mars 1 (...)

41Pour avoir régulièrement, depuis le Moyen Age, recouru à des spécialistes vénitiens et génois en matière de navigation, les Turcs ont aussi emprunté à l’italien un grand nombre de termes maritimes : pruva « proue », pupa « poupe », karina « carène », çima « filin », kumpanya « compagnie », sigorta « assurance », kontu-rato « contrat », et des impératifs comme alarga « au large », alabanda « bordée », yisa « hisse », alesta « paré », qui gouvernent leur complément sans inversion contrairement à la syntaxe turque27.

  • 28 V. Bertoldi, Antiche correnti du cultura greca nel Mediterraneo occidentale, dans La parola del Pa (...)

42On trouve évidemment ici de remarquables exemples de mots voyageurs. Tel est le grec massaliote κάραβος, d’où vient le latin carabus, qui a donné, au Moyen Age, l’espagnol carabo, le portugais càravo et, par dérivation, caravela, notre caravelle. L’arabe ghurāb a la même origine. En basque, le mot a pris une forme gabarra, qui s’est répandue en catalan, en espagnol, en italien, en provençal et, par le gascon, en français (gabarre)28.

  • 29 Chr. Nyrop, Un prétendu mot Viking, dans Linguistique et Histoire des mœurs, trad. E. Philippot, P (...)

43Un autre exemple curieux est le moyen-néerlandais mat(t)enoot (*mat-genoot) « compagnon de couche » (les marins subalternes étaient associés deux par deux) que l’ancien français a repris, au 14e siècle, sous la forme matenot, puis matelot. Mais, dans la seconde moitié du 16e siècle, le pluriel fréquent matelots (prononcé mat’lôs) a été remprunté par méprise comme singulier par le hollandais, matroos, puis de là le mot est devenu, par la langue maritime, en allemand Matrose, en danois, norvégien, suédois, islandais et russe matros29.

44Qu’il suffise pour terminer d’énumérer encore une série de mots français d’usage quotidien qui sont empruntés à des langues étrangères et qui nous sont parvenus en passant par le langage des marins : du hollandais, lest, équiper, amarrer, marsouin ; du norrois, hisser, vague, cingler ; de l’espagnol, flottille, embargo ; du provençal, chavirer, remous, etc.

***

45En se répandant d’un pays à l’autre, les grandes religions transportent avec elles, sinon toujours des langues liturgiques, du moins un vocabulaire spécial. J’ai parlé, à un autre propos, de l’expansion du sanskrit et du pâli dans le Moyen-Orient et dans l’Extrême-Orient comme langues du bouddhisme. J’ai souligné en même temps la fortune de l’arabe liée à celle de l’islamisme. Il suffira ici de reprendre, sur un domaine plus proche, quelques exemples touchant le christianisme, qui montrent comment des mots étrangers ont été empruntés dans des langues communes en passant par le parler spécial des prêtres et des gens d’église.

  • 30 Il ne s’agit pas d’un judéo-grec, mais de la κοινή en usage hors de la Palestine, avec un nombre l (...)
  • 31 A. Meillet, Aperçu d’une histoire de la langue grecque6, Paris, 1948, p. 255-256 et 305-306 ; G. B (...)
  • 32 Cf. T. E. Karsten, Les anciens Germains, adapt. fr. par F. Mossé, Paris, 1931, p. 205-206.

46Bien plus que l’hébreu et l’araméen, c’est le grec hellénistique, légèrement entaché de traits sémitiques30, qui a été la langue d’expansion du christianisme primitif, non seulement en Orient, mais même à Rome au moins jusqu’au 3e siècle après J.-C.31 C’est la version grecque du Nouveau Testament qui est à la base notamment des traductions arméniennes, slave, gotique et latine. A l’époque moderne, dans le cadre des innombrables missions catholiques et protestantes, c’est de la version latine qu’on est communément parti pour rendre les textes sacrés dans les multiples langues du monde. A tous les échelons de cette propagation, des mots et des sens nouveaux ont été empruntés dans les divers idiomes et parfois y ont élargi leur valeur et leur emploi. Il serait long de faire le bilan des emprunts de ce type dans les langues des nations christianisées. Ainsi la meilleure part des hellénismes en arménien est d’origine ecclésiastique. Pour ce qui concerne le germanique de l’ouest ou westique, les savants ne s’accordent pas tout à fait sur la question de l’origine gréco-gotique ou gréco-latine de certains emprunts faits par la langue religieuse32.

  • 33 D’après L. H. Gray, Foundations of Language, 2e impr., New-York, 1950, p. 134.

47Si l’évêque demeure un personnage religieux, son nom (grec ἐπίσκοπος) transmis par l’Église, fait partie aujourd’hui du vocabulaire familier d’innombrables langues : italien vescovo, sicilien vispiku, espagnol obispo, portugais bispo, catalan et provençal evesque, français évêque, breton eskop, gallois esgob, néerlandais bisschop, allemand Bischof, anglais bishop, suédois biskop, tchèque biskup, albanais üpeshkup, peshkop etc.33, arabe et persan usquf, swahili askofu etc. etc.

  • 34 A. Ernout, Le vocabulaire latin [1950], dans le volume Philologica, Paris, 1946, p. 17-19 ; G. Ale (...)

48Pour en revenir encore une fois au français, il n’est sans doute pas inutile de rappeler que des mots comme chérubin, ange, clerc, diable, gêne, paradis, parole, pharisien, prêtre, scandale, qui sont sur les lèvres les moins cléricales, sont des emprunts entrés par la porte du christianisme et qui remontent, par le latin, au grec et souvent à l’hébreu. Peut-être est-ce plus surprenant encore pour semaine et siècle (au sens de « monde ») qui, calqués du grec en latin après l’avoir été de l’hébreu en grec, représentent, sous ce voile, des notions hébraïques34.

***

49L’argot des sportifs est aussi, à l’époque moderne, une étape intermédiaire par laquelle s’insinuent pas mal d’emprunts à des langues étrangères. Libéré de tout contrôle administratif ou littéraire, entraîné en revanche par le snobisme ou par un certain internationalisme, cet argot absorbe facilement des xénismes, même les plus rébarbatifs. Il s’agit dans les langues européennes presque toujours d’anglicismes.

50La popularité de beaucoup de sports fait en sorte que pas mal de ces termes spéciaux sont connus d’un vaste public et il faut bien dire que même les non-sportifs de toutes les classes de la société sont tenus de connaître certains mots et certaines métaphores. A vrai dire, ce sont ces derniers éléments qui sont les seuls emprunts complets, qu’ils soient ou non enregistrés officiellement par une Académie. Qui aujourd’hui, dans les pays de langue française, ignore ou peut se permettre d’ignorer ce que signifient les mots box, challenge et challenger, crack, derby, disqualifier, doper et doping, favori, forcing, forfait, forme (= disposition physique), handicap et handicaper, knock-out, leader, manager, match, outsdider, performance, rallye, record, score, sprint, supporter, swing et uppercut ? Irrésistiblement, la langue spéciale des sports influence la langue commune et littéraire. Les syntagmes du type jouer le championnat, courir le cent mètres, sont maintenant, par l’influence anglaise, devenus monnaie courante.

  • 35 J. Orr, Les anglicismes du vocabulaire sportif, dans Le Français Moderne, 3 (1935) ; F. Mackenzie, (...)

51Il convient de remarquer qu’en France, l’influence anglaise, souveraine dans les sports récents, le football, le rugby, l’athlétisme, la boxe anglaise, le basket-ball, le tennis, le golf, le turf, le water-polo etc…, est en revanche presque absente de la terminologie des sports et des jeux anciens tels que la lutte, la boxe française, l’escrime, la chasse, les boules et le billard. Il faut noter aussi que, parmi les sports marqués par l’anglicisme, tous ne sont pas pareillement populaires et n’ont pas la même influence sur l’usage général du français. C’est ainsi que des termes anglais originellement propres au turf, tels que disqualifier, handicap, leader, performance, outsider, ne se sont popularisés qu’une fois étendus, par analogie, à l’athlétisme et surtout au cyclisme35. Il y a donc des différences notoires dans le rôle d’intermédiaire interne que jouent les groupes sportifs d’une nation.

  • 36 R. J. Alfaro, El anglicismo en el español contemporaneo, dans Boletín del Instituto Caro y Cuervo, (...)

52Les phénomènes sont en général les mêmes pour les anglicismes dans les autres langues, par exemple en espagnol36.

  • 37 F. Bar, Le langage de la lutte, dans Vie et Langage, 3 (1954), p. 371-376.

53Le judo et le jiu-jitsu ont une terminologie en partie japonaise37, mais ces sports sont trop peu répandus pour que des termes aient pu pénétrer hors de cercles très restreints.

***

54Dans beaucoup de pays, la cour royale ou princière, les milieux aristocratiques, parfois la haute bourgeoisie et les classes cultivées ont pris l’habitude de parler entre eux une langue étrangère représentative d’une civilisation brillante et raffinée. Naturellement, les gens des classes moyennes et inférieures ont essayé de les imiter en reproduisant leurs façons d’agir et de parler. C’est ainsi que pas mal de mots non-techniques passent dans l’usage commun de certaines langues.

  • 38 A. Meillet, Comment les mots changent de sens (cf. ci-dessus p. 191, n. 1), p. 251, qui se réfère (...)

55« Ainsi des mots germaniques qui désignaient anciennement le « chef », le « seigneur », à savoir frô et truhtin, le premier n’apparaît plus en vieux-haut-allemand qu’en fonction de vocatif pour interpeller, et le second sert presque uniquement à désigner « Dieu » (le seigneur céleste) ; le chef terrestre, le seigneur est désigné par un mot calqué sur le latin senior, le mot hêrro et ce mot nouveau, emprunté par l’aristocratie germanique à la nomenclature latine, a si bien remplacé dans tout l’ensemble de l’allemand les vieux mots que, dès le xie siècle, le vieux-haut-allemand tend à employer hêrro même pour Dieu et qu’aujourd’hui seul subsiste le mot Herr. »38

  • 39 F. Desonay, La vivante histoire du français, Bruxelles, 1946, p. 46 et 49.

56Il est remarquable qu’on retrouve en moyen-haut-allemand des titres de la féodalité française comme prime, vassal etc., qui ont intéressé d’abord ceux qui les portaient et les gens de leur cour. Plus curieusement encore ces titres ont passé, par les Croisades, dans le lexique arabe du 12e siècle : brinz, kund, barouans etc. 39

  • 40 J. J. Salverda de Grave, L’influence de la langue française en Hollande d’après les mots empruntés(...)

57En Allemagne encore au 17e siècle, le français était devenu la langue à la mode dans les cours princières d’abord, puis dans l’aristocratie, dans le monde des fonctionnaires et, enfin, dans la haute bourgeoisie. Le peuple, lui, imitait les grands. C’est ainsi que dans le Mecklembourg par exemple, qui n’a jamais eu ni de relation directe avec la France, ni d’occupation française notable, ni de colonie importante d’émigrés français, on trouve, comme ailleurs en Allemagne, un bon nombre de mots d’emprunt français non-techniques40.

  • 41 Ch. Bastide, Anglais et français au xviie siècle, Paris, 1912, p. 56.

58Il faut pareillement tenir compte en Angleterre, au 17e siècle, de la gallomanie qui règna à la cour de Charles Ier après son mariage avec une fille de Henri IV de France, et de Charles II après son exil en France41.

  • 42 J. J. Salverda de Grave, op. cit., p. 128-129 ; cf. aussi p. 118 ss. et 134 ss.

59Il ne faut pas oublier non plus qu’en Hollande, le français a été la langue de la cour jusqu’au 19e siècle et que le prestige de notre langue a, de ce fait, été grand pendant des siècles dans les milieux aristicratiques et bourgeois qui donnaient le ton. C’est par là, bien plus que par les contacts d’écoles et d’affaires, que sont entrés en hollandais tant de termes de la conversation et de vocables mondains. C’est aussi ce qui explique que, depuis le 19e siècle, lorsque le hollandais est devenu la langue de la cour, les emprunts français ont brusquement diminué : un mot comme épatant est venu trop tard pour être emprunté42.

60Point n’est besoin de plus d’exemples pour montrer le rôle d’intermédiaire interne joué par les hautes classes de la société.

***

61Il n’est pas nécessaire d’insister beaucoup sur la fonction d’intermédiaire que remplit, dans une très large mesure, l’administration organisée par un pouvoir central.

  • 43 J’ai déjà parlé de cette influence p. 35-36 et 132.

62L’essentiel de l’influence latine sur le grec postclassique en Grèce, en Asie Mineure et en Égypte notamment, est d’ordre administratif et la pénétration n’a guère dépassé ce stade43.

  • 44 W. von Wartburg, Les origines des peuples romans, traduit de l’allemand par Cl. Cuénot de Maupassa (...)

63En Gaule romane, les germanismes qui ont pénétré plus au sud que la poussée franque contre Syagrius, sont pour la plupart des termes appartenant à l’administration féodale et aux institutions militaires : par exemple fief et baron. Ils ont été transmis par les seigneurs du Nord lors de la prise de possession politique et militaire du Midi44. La francisation ultérieure des dialectes méridionaux s’est produite, pour une part appréciable, par le même canal.

64A l’époque moderne l’influence des métropoles sur les colonies et sur leurs langues revêt naturellement aussi un aspect administratif important. Faut-il ajouter que cet intermédiaire à lui seul n’apporte guère que des éléments de surface et susceptibles de tomber en désuétude avec le premier changement de régime politique ?

***

  • 45 M. L. Sjoestedt, L’influence de la langue anglaise sur un parler local irlandais, dans Étrennes E. (...)

65Comme dans l’administration, il y a, dans l’organisation matérielle de la vie de tous les jours, une sorte de voie hiérarchique par laquelle l’influence s’irradie sur le territoire environnant. Les termes de civilisation matérielle pénètrent dans les campagnes par l’entremise de la petite ville, centre d’échange et modèle imité. Le phénomène a été souligné particulièrement par Marie-Louise Sjoestedt à propos de la propagation des anglicismes dans un parler local irlandais. Ustensiles, denrées, tissus et articles que le pêcheur ou le cultivateur achète à la ville, édifices qu’il voit dans cette ville, gens de métier qu’il y rencontre, gardent naturellement dans son langage les noms qu’ils portent à la ville, c’est-à-dire des noms anglais. Ainsi s’explique la pénétration dans de petits villages d’anglicismes comme pláta « assiette » (angl. plate) ; rásúr « rasoir » (angl. razor), lampa « lampe » (angl. lamp), guna « fusil » (angl. gun), match « allumette » (angl. match), hata « chapeau » (angl. hat), sciúicre « sucre » (angl. sugar), oráiste « orange » (angl. orange), gárda « gardien de la paix » (angl. guard), táiliuir « tailleur » (angl. taylor), séipéal « église » (non anglicane : angl. chafel), cúirt « tribunal » (angl. court), siopa « boutique » (angl. shof).45

***

  • 46 F. Brunot, La pensée et la langue, Paris, 1922, p. 49 ; G. Alessio, Le origini del francese, Flore (...)
  • 47 G. Alessio, op. cit., p. 146.

66Les ouvrages écrits sont des introducteurs non négligeables de mots et de tours étrangers. Des écrivains d’origine provinciale ont inséré dans leurs livres et, par là, quelquefois introduit en français parisien certains dialectismes. Ainsi, anciennement, des vocables tourangeaux ont été connus par Rabelais, des vendômois par Ronsard, des gascons par Marot, Montluc et Montaigne, des normands par Jean Doublet, etc. A l’époque moderne, on en trouve pas mal chez Georges Sand et chez de nombreux poètes et romanciers parmi lesquels il ne faut pas oublier les Canadiens46. Pieuvre, qui représente le latin polypus dans le dialecte des îles Anglo-Normandes, est passé en français dès 1866 avec le roman de Victor Hugo, Les Travailleurs de la Mer, et l’on sait que la forme italienne fiovra est issue de la traduction du roman français47.

67Le journalisme contribue naturellement aussi à l’emprunt. En voici un bel exemple. En mars 1906, une explosion de grisou dans un charbonnage avait endeuillé la petite localité de Cour-rières dans le Pas-de-Calais. Les journalistes venus spécialement de Paris, ayant entendu dire par des sauveteurs de Mons qu’un certain nombre de mineurs avaient rescapé, prirent cette forme picarde, équivalente du français réchappé, pour un terme technique de la mine et le reproduisirent dans le titre et le texte de leurs reportages. Il n’en fallut pas davantage pour que le mot entrât dans l’usage général au sens de « sorti sain et sauf d’une catastrophe ».

68Les livres et les journaux apportent aussi, bien entendu, des termes repris à des langues étrangères plus ou moins lointaines : Champlain a fait connaître manitou, Delavigne a lancé paria, Balzac est peut-être responsable de yatagan et de chibouque.

  • 48 Dans Histoire de la littérature française de 1789 à nos jours, 1936. Cf. J. Ch. Guerlin de Guer, L (...)

69Le rôle d’introducteur appartient sans doute, par excellence, aux romans qu’A. Thibaudet48 a dénommés « planétaires » et aux grands reportages journalistiques aujourd’hui à la mode. Cela ne signifie pas évidemment que tous les termes étrangers cités dans ces écrits doivent être tenus pour des emprunts. Mais certains d’entre eux sont demeurés depuis lors dans l’usage commun.

  • 49 Cf. O. Jespersen, Language, Londres, 1922, p. 210.
  • 50 J. Brenous, Étude sur les hellénismes dans la syntaxe latine, Paris, 1895, p. 30 et n. 1.

70Les traducteurs sont responsables aussi d’un nombre considérable d’emprunts. Combien de ces intrus sont dus à la paresse ou à la fatigue d’un traducteur qui n’a pas assez cherché dans sa langue l’équivalent peu connu, le dérivé ou le composé possible, la manière de tourner autrement l’expression49 ! Mais combien aussi d’excellentes acquisitions popularisées par des traductions réputées ! Ainsi la traduction de Plutarque par Amyot a provoqué, en son temps, un véritable enrichissement et un réel assouplissement du français. C’est d’alors qu’on a, à l’imitation du grec, étendu l’emploi de l’adjectif neutre comme substantif dans le propre, le nécessaire ; qu’on a usé de la locution superlative des plus habiles, des plus savants ; qu’on a utilisé l’infinitif sans article en fonction de nom dans des tours comme si manier les affaires publiques, gouverner une armée… sont choses honorables et glorieuses, etc. 50

  • 51 G. Bardy, Traducteurs et adaptateurs au quatrième siècle, dans Recherches de Science Religieuse, 3 (...)

71A la fin de l’antiquité romaine, la recrudescence, depuis 350 environ après J.-C, de traductions latines d’ouvrages grecs profanes (médecine etc.) et chrétiens explique l’afflux incontrôlé d’hel lénismes techniques dans le latin tardif51.

  • 52 J. Vendryes, Le langage, nouv. éd., Paris, 1939, p. 227, et les dictionnaires étymologiques.
  • 53 E. Benveniste, Deux mots anglais en français moderne, dans Le Français Moderne, 15 (1947), p. 1-4.

72Dans le cas particulier des traductions françaises de l’anglais, on conçoit qu’on ait conservé presque tels quels certains termes d’apparence française tels qu’indésirable52, international et sténographie53. Pour l’étymologiste, il y a là de véritables pièges.

***

73A l’époque moderne se sont développés d’extraordinaires moyens de transmission rapide et lointaine des notions et des mots. Sans compter les chemins de fer internationaux, les automobiles et les avions qui favorisent et multiplient les contacts entre les hommes de langues différentes, on a vu se répandre de façon croissante le journal, la radio, le cinéma muet puis sonore, enfin la télévision. Il n’y a plus aujourd’hui de pays qui demeure tout à fait à l’écart des grandes voies terrestres et maritimes. Les objets, les usages, les modes et les façons de les désigner dans leur pays d’origine peuvent d’un seul coup être connus dans tous les coins de la terre. Naturellement, tout n’est pas empruntable et les groupes nationaux ne sont pas toujours prêts à emprunter. Mais il faut bien dire que les occasions d’emprunter se multiplient et qu’il y a une tendance de plus en plus marquée à créer et à fixer, dans certains domaines de l’activité et de la pensée humaine, un vocabulaire réellement international.

  • 54 M. Schöne, Vie et mort des mots, Paris, 1947, p. 30-31.

74Il n’est pas sans intérêt de souligner le fait que les moyens modernes de transmission donnent de plus en plus à l’emprunt visuel ou écrit la primauté par rapport à l’emprunt auditif ou oral, qui était la règle presque générale aux époques anciennes. La radio, pourtant, nous maintient auditeurs. Mais le livre, le journal, la revue hebdomadaire ou mensuelle apportent presque toujours la forme écrite correspondant à la prononciation entendue, tant et si bien que, le lecteur l’emportant sur l’auditeur par un respect traditionnel de la graphie, le plus souvent le mot étranger se prononce entièrement ou partiellement comme il s’écrit. L’importation purement orale devient l’exception et c’est pourquoi Maurice Schöne a tenu à en relater un exemple curieux conditionné par les circonstances particulières de la guerre 1940-1945 après le débarquement de Normandie. « Car il a fallu, écrit-il, des circonstan- » ces toutes particulières pour qu’en l’espèce la radio jouât seule, sans que le journal pût prendre son rôle. Je pense particulièrement à la voiture automobile légère de l’armée américaine, la Jeep. Radio-Londres nous tenait plusieurs fois par jour au courant de ses exploits, de ses randonnées, de ses apparitions soudaines dans des villes où personne ne l’attendait. La radio nous parlait de la Jeep, mais les journaux de la « collaboration n’en parlaient pas — et pour cause. S’ils avaient pu s’en mêler, ils eussent écrit, bien sûr, la Jeep, puisque c’est son nom. Et dans ces conditions, les trois quarts des Français l’eussent appelée la « Jèpe. Seulement, la radio, alors, avait le monopole de la voix libre, en même temps que l’exclusivité de la forme orale. Et voilà pourquoi, lorsque les Américains ont fait leur entrée dans la capitale, tous les Parisiens ont reconnu la Jeep et en l’appelant par son nom, Jip, ou mieux Djip. »54

***

75Puisque j’ai parlé de groupes sociaux bilingues, j’en viens, pour finir, à la question de savoir dans quelle mesure les emprunts impliquent un bilinguisme des intermédiaires ou des premiers emprunteurs.

  • 55 J. Vendryes, op. cit., p. 341 ; suivi par J. Sjögren, Le genre des mots d’emprunt norrois en norma (...)
  • 56 M. H. Roberts, The Problem of the hybrid Language, dans Journal of English and Germanic Philology, (...)

76L’emprunt d’un nom ne suppose pas forcément que l’on parle la langue à laquelle on emprunte55. Il suffit que l’on répète plus ou moins exactement un terme que l’on a entendu ou lu à propos d’un objet ou d’une activité concrète aisément identifiable. Mais il va sans dire que beaucoup de noms, surtout ceux qui ont une valeur abstraite naturellement plus difficile à saisir, sont introduits par des bilingues complets ou partiels. Toujours et presque partout, il se trouve des individus bilingues ou du moins capables de comprendre et de parler, fût-ce incorrectement, une langue étrangère. Faut-il dire que l’importation opérée par un bilingue isolé ne s’impose qu’avec peine et qu’elle reste souvent superficielle et réduite en comparaison de ce que produit le bilinguisme durable de certains groupes ethniques importants, comme c’est le cas par exemple au Canada, en Irlande, en Écosse et en Belgique56 ?

  • 57 Sur une période de bilinguisme en France, dans Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscri (...)

77On reprend des adjectifs ou des verbes moins aisément que des noms. A propos de haïr et choisir, tarir et saisir, blanc, brun, bleu et blond, qui sont notoirement en français des mots d’origine germanique, A. Meillet57 a écrit : « Pour que soient empruntés certains termes qui ne traduisent pas l’emprunt d’un élément de civilisation, il faut qu’il y ait eu des gens pratiquant à la fois les deux langues, ayant les deux langues présentes simultanément à l’esprit, et qui recouraient au vocabulaire de l’une ou de l’autre langue suivant leur commodité ».

78L’emprunt de pronom implique sûrement un bilinguisme : je l’ai signalé plus haut (p. 71) a propos de they, them (their) en anglais.

79Parmi les éléments morphologiques, il semble que l’on ne puisse reprendre les désinences étrangères sans connaître la structure de la langue donneuse. En revanche, les préfixes et les suffixes ne sont pas empruntés directement : en général, on les tire après coup de noms empruntés. C’est parce que le français avait emprunté, par exemple, une série de noms en -ade à l’italien, au provençal et à l’espagnol, que l’on a pris conscience de la nature de ce suffixe et qu’on l’a remplacé analogiquement dans d’autres mots. Cela n’implique aucun bilinguisme.

  • 58 Sur le bilinguisme, dans le volume précité, p. 101-102 ; même opinion chez A. Boileau, Les emprunt (...)

80Malgré l’avis de Meillet58, j’hésite à croire que l’emprunt de phonéme implique l’usage préalable de la langue étrangère. Que l’on répète, en faisant un effort de fidélité, la prononciation entendue d’une série de mots étrangers qui comportent un même son inconnu, cela ne nécessite aucune analyse linguistique préalable. Les amateurs de sport qui, de nos jours, emploient des termes anglais en les prononçant correctement, ne connaissent pas pour autant la langue anglaise. Mais, en réalité, l’emprunt de son est le plus souvent le résultat d’un bilinguisme étendu et durable.

  • 59 Sur le calque, voir entre autres M. L. Sjoestedt, L’influence de la langue anglaise sur un parler (...)
  • 60 J. Pohl, Langages et visages de Bruxelles, dans Vie et Langage, 2 (1953), p. 509-510.

81Quant à l’emprunt de sens, au calque et à l’emprunt de syntagme, ils ne sont réalisables que si l’on comprend et même si l’on parle la langue modèle59. Parce que les parlers flamands n’usent pas du subjonctif, les gens du petit peuple bruxellois, même originaire d’une région romane, le négligent souvent dans leur français. On entend dire par exemple : Il vaut mieux qu’il gelait… ou ils ne construisent plus avant que c’est payé60. Il n’y a pas de doute : les auteurs de ces phrases imparfaites ne peuvent être que des bilingues.

82En somme, si le bilinguisme n’est pas nécessaire pour justifier l’emprunt de la plupart des éléments lexicaux, c’est-à-dire des noms à valeur concrète, des adverbes, des interjections, des préfixes et des suffixes (ces derniers étant sentis comme des membres de composés), il paraît, en revanche, que seuls les bilingues peuvent reprendre à l’étranger des noms abstraits, des éléments flexionnels, des syntagmes et des sens. Le calque implique aussi le bilinguisme, tandis que j’hésite à appeler de ce nom le minimum de connaissance linguistique que supposent certains emprunts d’adjectifs et de verbe.

  • 61 Sur l’implication du bilinguisme par l’emprunt, voir notamment : E. Windisch, Zur Theorie der Misc (...)

83Voilà l’aspect général de la question. Mais il y a, dans la réalité, une infinité de cas particuliers qui mériteraient chacun un examen attentif. On pourrait discuter, sans peut-être les résoudre catégoriquement, certains problèmes, par exemple la question suivante qui concerne les arabismes. Le fait que les mots arabes empruntés par l’Espagne conservent l’article al- (algodón « coton » etc.), tandis que ceux empruntés par la Sicile et l’Italie n’ont pas cet article (cotone, etc.) est-il une raison de penser que le bilinguisme était plus répandu et plus parfait en Italie qu’en Espagne ou l’inverse ? La question est délicate et souligne à merveille l’intérêt que peut présenter quelquefois l’étude des intermédiaires de l’emprunt61.

84A première vue, on pourrait attribuer un bilinguisme plus poussé aux Espagnols qui, en reprenant al-, paraissent faire la preuve d’une certaine connaissance de la structure de la langue arabe Mais une solution toute différente a été proposée par J. Melander dans une page pleine de finesse que je me plais à citer pour achever ce chapitre. « Il est possible, écrit-il, que les Espagnols parlant latin aient été soumis à une plus forte influence linguistique de la part des envahisseurs, de sorte que la langue étrangère aurait agi sur eux plus mécaniquement que ce ne pouvait être le cas en Sicile et en Italie. Nous croyons pourtant que la cause est plus profonde et qu’il faut la chercher dans les différences de culture linguistique entre les deux peuples qui ont fait les emprunts.

85La Sicile et tout le Sud de l’Italie avaient été dominés, bien avant l’invasion musulmane, par la civilisation grecque. On y parlait grec aussi bien que latin, et le grec a laissé jusqu’à nos jours de nombreuses traces dans les dialectes locaux. Comme le grec possédait un article défini, la population était familiarisée depuis longtemps avec la notion d’article et se trouvait mieux armée pour séparer à coup sûr cet élément morphologique des substantifs orientaux.

86En Espagne au contraire, on ne parlait qu’une seule langue, le latin. L’unité de langue a souvent pour conséquence que les sujets parlants réfléchissent peu sur la structure de leur langue. L’article défini qui était en train de se constituer en espagnol n’avait donc pas dû atteindre le même degré de netteté dans la conscience linguistique de la population. C’est pourquoi l’article arabe al- aura été pris pour une partie intégrante du substantif et lui sera resté incorporé lors de l’emprunt.

  • 62 J. Melander, Les mots d’emprunt orientaux en français, dans Studia Neophilolo-gica (Uppsala), V, 3 (...)

87Il ne me paraît pas invraisemblable que le bilinguisme des régions italiennes qui, les premières, furent exposées au contact de la langue arabe, ait préservé les Italiens de l’erreur linguistique que commettaient les Espagnols »62.

Notes

1 Cf. entre autres : A. Meillet, Comment les mots changent de sens, dans L’Année Sociologique, 1905-1906, reproduit dans Linguistique historique et linguistique générale (I), nouv. éd., Paris, 1948, p. 254-255 ; P. Peeters, Les traductions orientales du mot Martyr, dans Analecla Orientalia, 39 (1921), p. 50-53 ; J. Vergote, Het probleem van de Koine, dans Philologische Studiën (Louvain), 4 (1932-33), p. 92 ; B. Wind, Les mots italiens introduits en français au xvie siècle, thèse d’Amsterdam, Deventer, 1928, p. 16 ; A. Boileau, Les emprunts, dans Revue des Langues Vivantes, 8 (1942), p. 146.

2 A. Ernout, Les éléments étrusques du vocabulaire latin, dans Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, 30 (1930), reproduit dans le volume Philologica, Paris, 1946, p. 25 et 49.

3 Kr. Sandfeld, Linguistique balkanique, Paris, 1930, p. 22.

4 Ibid., p. 50-51.

5 L’élément slave dans le lexique roumain, dans Mélanges Mario Roques, t. IV, Paris, 1952, p. 153-162.

6 E. Legros, Éléments romans dans le parler des forgerons « wallons » de l’Uppland, dans Mélanges Karl Michaëlsson, Göteborg, 1952, p. 311-315 (avec la bibliographie antérieure).

7 Phonétique du dialecte de Miistair, Zurich, 1938.

8 W. von Wartburg, Problèmes et méthodes de la linguistique, traduit de l’allemand par P. Maillard, Paris, 1946, p. 39-40.

9 A. Meillet, Comment les mots changent de sens (cf. ci-dessus p. 191 n. 1), p. 250-251.

10 Cf. entre autres L. H. Gray, Foundations of Language, 2e impr., New-York, 1950, p. 262-263.

11 H. Estienne, Deux dialogues du nouveau langage françois italianizé, éd. Ristel-huber, Paris, 1885, t. I, p. 38, et t. II, p. 238. Cf. J. J. Salverda de Grave, L’influence de la langue française en Hollande d’après les mots empruntés, Paris, 1913, p. 137.

12 Ce calque a été éclairci par A. Thomas, L’étymologie du mot français compagnon, dans Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1931, p. 79-85, avec une note additionnelle de J. Vendryes, p. 85-86.

13 Cf. la mise au point d’Élisée Legros, Le Nord de la Gaule romane, dans Bulletin de la Commission Royale de Toponymie et Dialectologie, 16 (1942), p. 165-166, notamment d’après les ouvrages de W. von Wartburg et d’E. Gamillscheg.

14 Cf. W. von Wartburg, Évolution et structure de la langue française3, Paris, 1946, p. 214-215 ; F. Desonay, La vivante histoire du français, Bruxelles, 1946, p. 81 ; et les dictionnaires étymologiques.

15 Les Espagnols ont confondu vrunt, forme bruxelloise de vroonte « prison », avec le terme mieux connu vrunt, variante dialectale de vriend « ami ». Cf. J. Vercoullie, Beknopt etymologisch woordenboek der Nederlandsche taal, 3e éd., 1925, s. v. vrunt.

16 G. Cohen, Le parler belge, dans Vie et Langage, 3 (1954), p. 268.

17 A. Dauzat, Dictionnaire étymologique de la langue française4, Paris, 1949, s. v. guitoune ; F. Desonay, op. cit., p. 105.

18 A. Boileau, Les emprunts, dans Revue des Langues Vivantes, 8 (1942), p. 147.

19 Voir notamment Th. Steche, Zeit und Ursachen der hochdeutschen Lautverschiebung, dans Zeitschrift für Deutsche Philologie, 62 (1935), p. 1-56 ; W. von Wartburg, Problèmes et méthodes de la linguistique, Paris, 1946, p. 40.

20 L’étymologie du mot wallon a été établie par J. Warland dans Bulletin du Dictionnaire Wallon, 18 (1933), p. 117-128, et reprise en résumé dans Glossar und Grammatik der germanischen Lehnwörter in der wallonischen Mundart Malmedys, Liège et Paris, 1940, p. 135-136. Cf. aussi L. Remacle, Les variations de l’h secondaire en Ardenne liégeoise, Liège et Paris, 1944, p. 235.

21 R. J. Alfaro, El anglicismo en el español contemporaneo, dans Boletín del Instituto Caro y Cuervo, 4 (1948), p. 115 s.

22 Sur les guerres comme introductrices de mots étrangers, voir M. Schöne, Vie et mort des mots, Paris, 1947, p. 26 ; aussi F. Desonay, op. cit., p. 37.

23 C. F. Van Dam, De spaanse woorden in het Nederlands, dans Bundel C. De Vooys, Groningue, 1940, p. 33.

24 J. Salverda de Grave, Quelques observations sur les mots d’emprunt, dans Mélanges Chabaneau (= Romanische Forschungen, 23), Erlangen, 1907, p. 151.
M. Rottenberg, L’argot franco-turc du lycée de Galatasaray, dans Le Français Moderne, 3 (1935). p. 169.

25 E. Bourciez, Éléments de linguistique romane4, Paris, 1946, p. 188-189 et 498 ; P. Burguière, Les mots voyageurs, dans Vie et Langage, 1 (1952), p. 245-246.

26 D. C. Hesseling, Les mots maritimes empruntés par le grec aux langues romanes, dans Verhandelingen der Koninklijke Akademie van Wetenschappen te Amsterdam, afd. Letterkunde, n. r. 5, n° 2 (1903), p. 7-8.

27 J. M. Chalet, La langue maritime turque et sa formation, dans La Revue Maritime, n. s. 207 (mars 1937).

28 V. Bertoldi, Antiche correnti du cultura greca nel Mediterraneo occidentale, dans La parola del Passato, 1 (1946), p. 36-37 ; G. Alessio, Le origini del francese, Florence, 1946, p. 146.

29 Chr. Nyrop, Un prétendu mot Viking, dans Linguistique et Histoire des mœurs, trad. E. Philippot, Paris, 1934, p. 167-187.

30 Il ne s’agit pas d’un judéo-grec, mais de la κοινή en usage hors de la Palestine, avec un nombre limité de sémitismes dus à l’emploi de cette langue par des hommes d’origine juive ; cf. un résumé des controverses par J. Vergote, Het probleem van de Koine, dans Philologische Studiën (Louvain), 4 (1932-33), p. 190-212.

31 A. Meillet, Aperçu d’une histoire de la langue grecque6, Paris, 1948, p. 255-256 et 305-306 ; G. Bardy, Formules liturgiques grecques à Rome au ive siècle, dans Recherches de Science Religieuse, 30 (1940), p. 109-112. Cf. du même, La culture grecque dans l’occident chrétien au 1 ve siècle, même revue, 29 (1939), p. 5-58.

32 Cf. T. E. Karsten, Les anciens Germains, adapt. fr. par F. Mossé, Paris, 1931, p. 205-206.

33 D’après L. H. Gray, Foundations of Language, 2e impr., New-York, 1950, p. 134.

34 A. Ernout, Le vocabulaire latin [1950], dans le volume Philologica, Paris, 1946, p. 17-19 ; G. Alessio, Le origini del francese, Florence, 1946, p. 72-74 ; A. Carnoy, a science du mot. Traité de sémantique, Louvain, 1927, p. 135.

35 J. Orr, Les anglicismes du vocabulaire sportif, dans Le Français Moderne, 3 (1935) ; F. Mackenzie, Les relations de l’Angleterre et de la France d’après le vocabulaire, Paris, 1939, tome I, p. 131-136 ; R. Frey, Das englische Lehnwort im modernsten Französisch (nach Zeitungsexzerpten von 1920-1940), Zurich, 1943, passim ; J. Amsler, La langue du football, dans Vie et Langage, 1 (1952), p. 33-35, et Le volley-ball à la recherche de son langage, ibid., p. 82-85 ; G. Couze, La langue du cyclisme, ibid., p. 136-138 ; J. Pignon, La langue du rugby, ibid., p. 231-233.

36 R. J. Alfaro, El anglicismo en el español contemporaneo, dans Boletín del Instituto Caro y Cuervo, 4 (1948), p. 108.

37 F. Bar, Le langage de la lutte, dans Vie et Langage, 3 (1954), p. 371-376.

38 A. Meillet, Comment les mots changent de sens (cf. ci-dessus p. 191, n. 1), p. 251, qui se réfère à Ehrismann dans Zeitschrift für Deutsche Wortforschung, 7, p. 173 ss.

39 F. Desonay, La vivante histoire du français, Bruxelles, 1946, p. 46 et 49.

40 J. J. Salverda de Grave, L’influence de la langue française en Hollande d’après les mots empruntés, Paris, 1913, p. 145-148.

41 Ch. Bastide, Anglais et français au xviie siècle, Paris, 1912, p. 56.

42 J. J. Salverda de Grave, op. cit., p. 128-129 ; cf. aussi p. 118 ss. et 134 ss.

43 J’ai déjà parlé de cette influence p. 35-36 et 132.

44 W. von Wartburg, Les origines des peuples romans, traduit de l’allemand par Cl. Cuénot de Maupassant, Paris, 1941, p. 130-131 ; E. Legros, Le Nord de la Gaule romane, dans Bulletin de la Commission Royale de Toponymie et Dialectologie, 16 (1942), p. 170.

45 M. L. Sjoestedt, L’influence de la langue anglaise sur un parler local irlandais, dans Étrennes E. Benveniste, Paris, 1928, p. 96.

46 F. Brunot, La pensée et la langue, Paris, 1922, p. 49 ; G. Alessio, Le origini del francese, Florence, 1946, p. 144.

47 G. Alessio, op. cit., p. 146.

48 Dans Histoire de la littérature française de 1789 à nos jours, 1936. Cf. J. Ch. Guerlin de Guer, Les romans planétaires, dans Le Français Moderne, 14 (1946), p. 41-47.

49 Cf. O. Jespersen, Language, Londres, 1922, p. 210.

50 J. Brenous, Étude sur les hellénismes dans la syntaxe latine, Paris, 1895, p. 30 et n. 1.

51 G. Bardy, Traducteurs et adaptateurs au quatrième siècle, dans Recherches de Science Religieuse, 30 (1940), p. 257-306 ; S. Jannaccone, Recherches sur les éléments grecs du vocabulaire latin de l’Empire, tome I, Paris, 1950, et tome II annoncé.

52 J. Vendryes, Le langage, nouv. éd., Paris, 1939, p. 227, et les dictionnaires étymologiques.

53 E. Benveniste, Deux mots anglais en français moderne, dans Le Français Moderne, 15 (1947), p. 1-4.

54 M. Schöne, Vie et mort des mots, Paris, 1947, p. 30-31.

55 J. Vendryes, op. cit., p. 341 ; suivi par J. Sjögren, Le genre des mots d’emprunt norrois en normand, dans Romania, 54 (1928), p. 407.

56 M. H. Roberts, The Problem of the hybrid Language, dans Journal of English and Germanic Philology, 36 (1939), p. 25.

57 Sur une période de bilinguisme en France, dans Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1931, reproduit dans Linguistique historique et linguistique générale, II, Paris, 1936, p. 93.

58 Sur le bilinguisme, dans le volume précité, p. 101-102 ; même opinion chez A. Boileau, Les emprunts, dans Revue des Langues Vivantes, 8 (1942), p. 96.

59 Sur le calque, voir entre autres M. L. Sjoestedt, L’influence de la langue anglaise sur un parler local irlandais, dans Étrennes E. Benveniste, Paris, 1928, p. 120 ; sur l’emprunt syntaxique, A. Meillet, Sur le bilinguisme, vol. cité, p. 101-102, et Sur une période de bilinguisme en France, vol. cité, p. 95 et 101-102.

60 J. Pohl, Langages et visages de Bruxelles, dans Vie et Langage, 2 (1953), p. 509-510.

61 Sur l’implication du bilinguisme par l’emprunt, voir notamment : E. Windisch, Zur Theorie der Mischsprachen und Lehnwörter, dans Berichte über die Verhandlungen der Königlich Sächsischen Gesellschaft der Wissenschaften zu Leipzig. Philol.-hist. Classe, 49 (1897), p. 104, 107, 110, 111 (bilinguisme nécessaire) ; H. Paul, Principien der Sprachgeschichte, Halle, 1920, p. 391 (moins catégorique que Windisch) ; O. Jespersen, Language, Londres, 1922, chap. XI, § 10 (comme Windisch) ; J. Vendryes, Le langage, nouv. éd., Paris, 1939, p. 341 (pas de bilinguisme dans l’emprunt de vocabulaire) ; J. Sjögren, op. cit. (comme Vendryes).

62 J. Melander, Les mots d’emprunt orientaux en français, dans Studia Neophilolo-gica (Uppsala), V, 3 (1933), p. 101-102. Cf. les remarques de Jean Bourciez dans les notes additionnelles à E. Bourciez, Éléments de linguistique romane4, Paris, 1946, p. 730.

© Presses universitaires de Liège, 1956

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search