Version classiqueVersion mobile

L’Emprunt linguistique

 | 
Louis Deroy

Troisième partie. Causes et Prétextes

Chapitre VII. Raisons de cœur

Texte intégral

  • 1 Le Cœur, II, 1, dans La Petite Illustration du 3 avril 1937, p. 14. Ce passage est cité par R. Fre (...)

1« Prends un tomato juice ! » fait dire quelque part Henry Bernstein à un de ses personnages1. Et les puristes de bondir : c’est bien leur droit. Car enfin, pourquoi ne pas dire en bon français « un jus de tomate » tout simplement ?

2Peut-être, si l’on avait interrogé le dramaturge sur cette question, n’aurait-il pas eu de peine à répondre que la coutume de prendre comme consommation un jus de tomate est américaine et sentie comme étrangère en France ; que cette boisson se présente souvent en boîtes de conserve d’origine américaine avec l’inscription tomato juice ; que l’anglicisme ici dénote un snobisme et classe le personnage dans l’esprit de l’auditeur ou du lecteur ?

3On voit par là qu’un mot emprunté peut à la fois se présenter comme l’étiquette nécessaire d’une nouveauté et se justifier par des raisons de cœur. Dans quelle mesure celles-ci se laissent-elles déceler ? Peut-être ne faut-il pas trop en attendre, s’il est vrai, comme l’a écrit Pascal, que « le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point ». Toutefois, les raisons les plus déraisonnables peuvent avoir un profond intérêt psychologique et parfois des conséquences linguistiques très importantes. Le montrer est le but de ce chapitre.

  • 2 En allemand Luxuslehnwort : cf. E. Tappolet, Die alemannischen Lehnwörter in den Mundarten der fra (...)
  • 3 Foundations of Language, 2e impr., 1950, p. 130.

4Faute d’une appellation simple plus appropriée, les linguistes qualifient souvent d’« emprunt de luxe » 2un emprunt qui est logiquement inutile et qui a été pris alors qu’une désignation existait ou était possible dans la langue emprunteuse. Il est évidemment excessif de dire que pareil emprunt ne répond à aucun besoin. La vérité est qu’il n’y a pas de besoin matériel, mais un autre besoin qui, pour être affectif, n’en est pas moins réel. « Nous pouvons considérer comme un axiome, notait L. H. Gray3, que tout mot emprunté l’est pour une raison qui semble bonne et suffisante à l’emprunteur ».

5Naturellement, le besoin affectif revêt les formes les plus variées et présente des nuances divergentes à l’extrême. Certains cas sont très près de l’utilité matérielle. D’autres, au contraire, en sont aussi éloignés que possible. Je vais essayer, dans la suite de ce chapitre, d’examiner les principales catégories d’emprunts de luxe observés dans les langues. Pour autant qu’il soit possible de peser la gratuité, j’irai du moins inutile au plus dépourvu d’intérêt pratique. Dans bien des cas, la légitimité des emprunts pourra paraître contestable : nous cherchons à voir ce qui les a justifiés avant de relever éventuellement la condamnation des puristes.

***

6On emprunte volontiers, par admiration, des mots et des tournures à une langue que l’on tient pour plus fine, plus élégante, plus riche, représentative d’une civilisation supérieure. J’ai invoqué plus haut comme une cause rationnelle d’emprunt la supériorité culturelle de l’Italie au temps de la Renaissance. J’ajouterai maintenant qu’il faut faire aussi la part au charme que cette Italie a exercé sur les Français non seulement au 16e siècle, mais encore au 17e et au 18e par une sorte de vitesse acquise et malgré une décadence réelle.

  • 4 Sur l’emprunt de noms de tissus et de termes de modes, voir entre autres : K. Zangger, Contributio (...)
  • 5 H. F. Muller, La langue française aux États-Unis pendant la guerre, dans Le Français Moderne, 15 ( (...)

7Il est bien difficile de tracer une limite précise entre l’utilité pratique et la mode ou la fantaisie, quand les mots empruntés concernent des tissus et des vêtements qui ne sont pas justifiés spécialement par des professions ou par des activités particulières4. Comment déterminer si l’emprunt aux Anglais du mohair ou de la redingote était ou non rationnellement justifié en français ? Faut-il refuser aux Françaises le droit d’emprunter aux Espagnoles la résille, aux Indiennes le châle, et même aux Japonaises le kimono sous prétexte qu’il n’y a lieu de se vêtir que par nécessité ? Ce ne sont pas de vieux académiciens puristes qui empêcheront les Espagnoles d’avoir « besoin » de percal, de popelina, de glasé, de cheviot, d’organdi, de linón, de tafetán, de cretona et de cutí. Aux États-Unis, où pourtant, depuis les environs de 1936, le prestige et la vogue du français a notablement baissé, le monde de la mode féminine a continué de puiser dans le vocabulaire français les termes choisis qui doivent faire pression sur la clientèle et déterminer la vente. Le gallicisme est une arme publicitaire qui porte au maximum en ce domaine. Le rabbit skin, dont il fallait se contenter pendant la dernière guerre, s’élevait dans l’estime féminine en devenant lapin, de même que le sheep fleece embellissait en devenant mouton5.

  • 6 Cité par R. Frey, op. cit., p. 29.

8En matière de mode, l’emprunt des termes spéciaux est aussi nécessaire pour les uns que superflu pour les autres. C’est ce qu’illustre bien ce passage d’une pièce de Denys Amiel, Monsieur et Madame Un Tel6 :

Robert : Il est rudement bien votre « tea-gown », vous savez.
Suzanne : Taisez-vous, je n’ai pas encore eu le temps de m’habiller, excusez-moi d’être en négligé !
Georges (désignant le vêtement de sa femme) : Comment avez-vous dit ?
Robert : Comment ?
Georges : Oui, vous l’avez appelé, il me semble, d’un nom…
Robert : Tea-gown… tea-gown : c’est de l’anglais.
Suzanne : C’est son vrai nom.
Goerges : Bon, bon…
Robert : « Déshabillé » si vous voulez… exactement robe de thé, mais ça ne se traduit pas… »

  • 7 Pour l’allemand, E. Kaufmann, Der Fragenkreis ums Fremdwort, dans Journal of English and Germanic (...)

9Avouons-le : une bonne part du chic d’un vêtement nouveau tient à son étiquette : les grands couturiers le savent qui mettent autant de soin à imaginer des désignations originales qu’à créer des modèles. Dans bien des pays, une dénomination anglaise est un signe de distinction : un trench-coat, en France, c’est bien mieux qu’un imperméable, et en Allemagne, c’est bien plus distingué qu’un Wettermantel7.

  • 8 W. Pée, « Kazavik », een stervend woord ? dans De Nieuwe Taalgids, 46 (1953), p. 91-97 ; « Casawè( (...)
  • 9 La même source orientale pourrait être représentée d’un autre côté par l’arabo-persan qasab, d’où (...)

10Il n’est naturellement pas étonnant que de pareils emprunts se démodent vite. Entre cent exemples connus, je ne veux relever que celui de *kasaweika, que Willem Pée a mis récemment en lumière8. C’est le nom, apparemment originaire de l’Europe orientale9, d’une veste large, non ajustée, descendant jusqu’à la ceinture ou jusqu’aux hanches, avec des manches longues et des boutons par devant. Dans l’Est, elle était souvent agrémentée de fourrure et était portée tant par les hommes que par les femmes. En Occident, de la Norvège au Portugal, la mode en a fait un vêtement exclusivement féminin dont la popularité a été rapide, mais passagère. Parmi les formes reconnues aujourd’hui, bornons-nous à citer de l’est à l’ouest : russe kacavejka, ukrainien kacavejka, kacabajka, polonais kacawejka, kacabaj, roumain cataveičă, dialecte saxon kasewoika, alémanique (Suisse) kas(s)aweika, rhénan kas∂wek, alsacien kasseweck, luxembourgeois kasewèck, Schleswig-Holstein kassewei, norvégien kasavaika, flamand kazavik, kazavek, kazevek, wallon ardennais kazavèk, namurois cazawèke, cazawè, liégeois cazawik, cazawé, cazawè, cazawèye, dialecte français vosgien et ardennais kazavek, Anjou casavet, Bretagne (Cancale) causonè, Berry cas-savêque, cazavesse, Gard, Dordogne, Ariège, Pyrénées Orientales cajaveis (pl.), kazabè, Béarn casabè, Provence cazou, cazot, portugais casabeque. Pour éclaircir la propagation du mot, il faudra sans doute recourir à la méthode de la géographie linguistique et à l’histoire de la mode féminine au 19e siècle. Il est évident que le mot est aujourd’hui désuet. En Belgique, par exemple, tant en Flandre qu’en Wallonie, on ne l’emploie plus qu’avec une nuance plaisante pour désigner un vêtement passé de mode et un peu ridicule.

***

  • 10 Chr. Nyrop, Linguistique et Histoire des mœurs. Mélanges posthumes, trad. par E. Philippot, Paris, (...)

11Emprunts de luxe aussi assurément, ceux qui se rapportent à la courtoisie, à la galanterie, aux mœurs raffinées, aux belles manières, à l’élégance. Au Moyen Age, c’est la France qui a été l’institutrice du reste de l’Europe par l’intermédiaire des cours féodales. Des mots français typiques se sont alors répandus dans le monde germanique : en allemand médiéval âmur, damoisêle, kurtisieren, gramerzî, kurtôsîe, embrazieren ; en vieux-norrois kurteis, kurteisi, gramerz etc. L’allemand moderne höflich, d’où vient le danois hoflig, procède d’un ancien calque du français courtois10.

  • 11 E. Tonnelat, Histoire de la langue allemande, Paris, 1927, p. 150.

12Au 16e siècle, la société aristocratique et même la bourgeoisie allemande a éprouvé un nouvel engouement pour la culture française. A cette époque, on emprunte aussi volontiers des formules de politesse, des appellations, des termes de parenté. On entend couramment dans la conversation Monsieur, Dame et Madame, Demoiselle et Mademoiselle, Papa, Mama, Onkel, Tante et Cousine11.

  • 12 Chr. Nyrop, op. cit., p. 24-26.

13La vieille formule de politesse je vous baise la main a été traduite en allemand d’Autriche Ich küss’ die Hand, ce qui se réduisait curieusement à Stian dans l’usage courant de Vienne vers 1900. De Vienne, l’expression était même passée en Hongrie. En danois on en avait fait un mot fréquemment au pluriel bas(e)lemaner, qui devenait parfois bas(e)lementer par analogie de komplimenter12.

  • 13 Ibid., p. 255.

14Dans la même langue danoise, on trouve élégant, bon ton, savoir vivre, comme il faut, négligé13. D’un autre côté, l’anglo-américain a repris comme il faut, distingué, beau monde.

  • 14 Cf. Ibid., p. 254-260.

15Le mot chic est particulièrement typique : lancé à Paris vers 1850 pour signifier ce qui s’appelait auparavant le bon goût, la distinction, l’élégance, il étendit très vite son emploi à la langue surveillée et, bien avant la fin du 19e siècle, était passé à l’étranger comme ambassadeur de la mode parisienne : anglais chic, allemand chic, danois chic, italien scicche, etc. 14

  • 15 D’après S. Simonyi, Die ungarische Sprache, Strasbourg, 1907, p. 60.

16Il est significatif que le français manière, emprunté par l’allemand Manier, soit passé, par le russe maner et manera, jusque dans le votiak manér15.

17Touchant les charmes enviés de l’existence que les hommes s’empruntent d’un pays à l’autre, il convient de faire aussi une place aux nombreux termes culinaires. Un grand nombre sont devenus internationaux. A coup sûr, ils répondent bien moins à un besoin pratique qu’à un souci de raffinement et à une recherche d’originalité. On sait, en particulier, que la cuisine française a joui depuis longtemps d’une grande faveur à l’étranger. N’est-il pas de tradition, surtout dans les restaurants de luxe et sur les grands navires, que le maître-cuisinier, souvent d’origine française, porte le titre de chef ?

***

  • 16 Cité par Germanicus dans Vie et Langage, 3 (1954), p. 286.

18Une forme du raffinement des manières, c’est l’euphémisme. Souvent l’on recourt à des mots étrangers pour éviter des mots indigènes que l’on juge trop directs, sinon grossiers. L’emploi d’une langue étrangère jette comme un voile, un flou sur la pensée et c’est un peu comme si on en laissait à un autre la responsabilité. Si Aurélie des Années d’apprentissage de Wilhelm Meister, le fameux roman de Goethe, hait la langue française, la raison en est la suivante : tant que l’élu de son cœur éprouvait pour elle un grand sentiment, il lui écrivait en allemand, puis il s’est mis à employer le français pour dire ce qu’il aurait rougi d’exprimer dans sa langue16.

  • 17 J. Vendryes, Le langage, nouv. éd., Paris, 1939, p. 257-258 ; E. Kaufmann, Der Fragenkreis ums Fre (...)

19L’emprunt est donc parfois une manière de se dérober ou de s’excuser. L’emploi de water-closet et mieux encore de W.-C. en français s’explique évidemment par euphémisme. Le terme Pissoir n’est pas choquant en allemand comme en français17.

20Le vieux-français bastard (français moderne bâtard) a fait, comme euphémisme commode et élégant, le tour de presque toutes les langues de l’Europe : vieux-norrois bastardhr, danois bastard, anglais bastard, italien et espagnol bastardo, polonais et russe bas-tard.

  • 18 Sur bâtard et herje, voir Chr. Nyrop, Les dénominations des enfants illégitimes, dans Linguistique (...)
  • 19 E. Kaufmann, loc. cit.
  • 20 Chr. Nyrop, op. cit., p. 119.

21Dans les langues Scandinaves, on avait emprunté, pour désigner la femme légère, le terme bas-allemand herge ou herje. Le vieux-français pute se retrouve dans les composés vieux-norrois pútusonr et pútubarn « fils de prostituée »18. L’allemand moderne évite la grossièreté en disant Prostituierte plutôt que Dirne ou Hure19. Il n’est pas moins significatif de voir la fortune, à l’étranger, des mots français maîtresse, cocotte, demi-monde (p. ex. allemand Mätresse, néerlandais maîtresse, suédois et danois mätress etc.)20.

  • 21 A. Carnoy, La science du mot. Traité de sémantique, Louvain, 1927, p. 350.

22Rappelons enfin qu’en de nombreux ouvrages moraux ou philosophiques, on désigne en latin ce qu’on hésite à étaler en langue vulgaire. Sous le voile de cet idiome antique dont Boileau a dit qu’il « brave l’honnêteté », la scatologie et la pornographie même prennent un air neutre et presque sérieux21.

***

23D’autres emprunts sont encore moins nécessaires. Ils n’ont de justification que le désir de rehausser, de faire valoir, d’ennoblir certaines notions.

  • 22 Dans l’hebomadaire Le Hérisson, n° 405 du 14 janvier 1954.

24La publication récente d’une nouvelle revue française de tourisme intitulée « Caravaning » a donné au chansonnier parisien Robert Rocca, journaliste à ses heures, l’occasion de parler fort plaisamment de ce type particulier d’emprunt22. « Caravaning, avouez, dit-il, que c’est bien trouvé. Vous avez deviné qu’il s’agit d’une publication s’adressant à ces particuliers que l’on voit se promener sur les routes avec une roulotte atttachée au dos de leur voiture…

25Une automobile, une roulotte, ce sont des choses qui coûtent les yeux de la tête. On ne pouvait donc pas traiter les adeptes de ce nouveau sport, de nomades ou de roulottiers. Ils se croiraient désobligés. Alors, on a trouvé pour eux le mot « caravaning ». On devait bien ça à des gens qui ont dépensé tant d’argent.

26Au régiment, quand l’adjudant annonçait une marche de nuit, on sentait courir sur les rangs un murmure d’effroi. Murmure vite réprimé à coups de jours de consigne et de salle de po. Si au lieu de marche de nuit, l’adjudant avait plutôt parlé de footing, les fantassins que nous étions se seraient sentis flattés et auraient aussitôt vu la chose sous un autre angle.

27Dans l’industrie cinématographique semble sévir une grave crise d’imagination. C’est au point qu’on nous refait inlassa- blement les mêmes films : « Les Trois Mousquetaires », « La Dame aux camélias », etc…

28Pour lutter contre ce malaise, les cinéastes avaient deux solutions : se soigner avec des médicaments à base de phosphore ou trouver un joli mot… Ils sont allés au plus facile, au plus pressé, ils ont trouvé le mot. Ils appellent ça des « remake ». Sous le couvert de ce vocable barbare, ils peuvent nous raconter toujours les mêmes histoires ».

29Compte tenu d’une large part de plaisanterie, ces lignes montrent bien comment le mot étranger rehausse et ennoblit une notion ordinaire. Les xénismes jouissent d’une espèce de prestige aux yeux de beaucoup de gens. Ils font impression. Les médecins le savent qui emploient des hellénismes et des latinismes tels que céphalalgie pour un simple « mal de tête » et expectorer pour « cracher » ; les juristes aussi qui intercalent dans leurs exposés des distinguo, des quid juris ou des quod non.

  • 23 B. Migliorini, art. Prestito. — Linguistica, dans Enciclopedia Italiana di Scienze Lettere ed Arti(...)
  • 24 E. Kaufmann, op. cit., p. 43.
  • 25 J. Marouzeau, Aspects du français, Paris, 1950, p. 148.

30Il y aurait à citer des séries d’emprunts de cette sorte. Bonne d’enfant du français et bambinaia de l’italien ont fait place à nurse et norsa d’origine anglaise23. En Allemagne, il est autrement distingué de dire transfirieren que schwitzen « suer »24. En France, on se plaît à dire le standard de vie quand le « niveau » y suffirait ; on préfère stopper à « arrêter », home à « maison », week-end à « fin de semaine »25.

  • 26 B. Pottier, La linguistique des enseignes, dans Le Français Moderne, 15 (1947), p. 299-302.

31Le prestige de l’anglicisme est aujourd’hui, en France et ailleurs, un sérieux atout commercial. De là tant d’enseignes étonnantes comme Royal Chemisier, Littoral’s Bar, Moto-Clinique, Baby-Confort, Pressing, Nice-Oftique, Roubaix-Laines et même Chez Tony’s26.

  • 27 Sur ces hellénismes poétiques, J. Brenous, Étude sur les hellénismes dans la syntaxe latine, Paris (...)

32Dans un domaine moins terre-à-terre, c’est une cause du même ordre qui justifie les mots d’emprunt poétiques. Quand Virgile écrit Hesperos pour Vesperugo ou Vespera, quand Horace préfère l’accusatif Eurofen dans les « Odes », alors qu’il écrit Europam dans les « Satires », quand Ovide fait un accusatif Tenedon au lieu de Tenedum, quand tous ces poètes appellent la mer fontus et pelagus et certains vents eurus et zefhyrus, c’est qu’ils avaient le sentiment de reprendre en même temps un peu de l’éclat incomparable de la poésie grecque. Ajoutons cependant que depuis Ennius, c’était devenu une tradition et si respectable qu’elle limitait forcément la place de la fantaisie27.

***

  • 28 Op. cit., p. 185.

33Hors des sévères usages académiques, surtout dans la langue familière, on recourt encore au mot ou au tour étranger pour exprimer ou évoquer des nuances si subtiles, des sentiments si délicats qu’il semble que les mots et les tours habituels n’y suffiraient pas. Lettres, chansons, poésies légères, ouvrages de fantaisie, romans, se prêtent bien à un jeu de substitution où l’emprunt est chargé, par l’inspiration individuelle, des plus fines tonalités. « Loin de toute affectation, de tout soupçon de mièvrerie…, écrit remarquablement Jacques Perret28, le mot grec, lorsque nous le voyons apparaître dans la correspondance de Cicéron ou d’Auguste, trahit l’existence d’une culture bilingue d’un type dont nous n’avons jamais eu chez nous grande expérience, mais qui, pendant les siècles de la suprématie française, quand les personnes cultivées parlaient couramment notre langue à côté de la leur propre, anglais, allemand ou russe, a été bien vivant dans tous les pays de l’Europe. Aujourd’hui même, il suffit de lire un ro- man comme Der Zauberberg de Thomas Mann, pour percevoir à quels effets se prête l’usage d’une seconde langue pleinement possédée : entremêlé aux mots de la langue nationale, le mot étranger déroute les indiscrets, établit entre les interlocuteurs une sorte de complicité, d’intimité ; il réveille les souvenirs de l’adolescence studieuse, des voyages faits autrefois aux terres d’une civilisation plus brillante. La situation des Romains n’était pas différente ; nous oublions trop que le grec était pour eux une langue vivante, celle de Molon et de Charmadas avant d’être celle d’Isocrate et de Platon ; ils suivaient au jour le jour les disputes d’école, l’actualité philosophique et littéraire comme nous dirions, et c’est ainsi qu’ils se délassaient de leurs travaux d’hommes publics ; surtout — et on le voit bien à lire le De Oratore — ils avaient tous derrière eux un grand souvenir, celui de leur voyage en Grèce, quand ils s’étaient faits étudiants. Ce sont les mots de cet univers qui leur remontent aux lèvres dès qu’ils se laissent aller aux loisirs de l’intimité ».

  • 29 J. J. Salverda de Grave, L’influence de la langue française en Hollande d’après les mots empruntés(...)
  • 30 E. Pousland, Étude sémantique de quelques gallicismes en anglo-américain, dans Le Français Moderne(...)
  • 31 K. Jaberg, Pejorative Bedeutungsentwicklung im Französischen, mit Berücksichtigung allgemeiner Fra (...)

34C’est parmi ces emprunts de fantaisie, réservés aux classes raffinées de la société d’un pays, qu’il faut ranger tels emplois calculés d’à propos, et d’affreux en hollandais29, de soupçon (très petite quantité) et de je ne sais quoi en anglo-américain30, de bella musica et d’ail right en français. Quand, dans Le Roi s’amuse de Victor Hugo (II, 1), Saltabadil lance la forme provençale adiusias au lieu du français adieu, c’est pour produire un effet de fantaisie plaisante31.

35A la notation individuelle de la nuance dans une langue soignée bien que familière correspond, sur le plan vulgaire, une recherche directe de l’expression forte. Le recours à des mots et à des tours étrangers considérés comme plus expressifs que les manières indigènes de s’exprimer, est une des façons par lesquelles la langue, surtout populaire, se renouvelle et se rajeunit.

  • 32 L. H. Gray, Foundations of Language, 2e impr., New-York, 1950, p. 131.

36Dans le latin de Plaute, langue de la plèbe urbaine de Rome, il y a une recherche constante de l’expression forte et les emprunts au grec sont des éléments de cette recherche. Pareillement en latin vulgaire, le vieux nom du cheval equus a été évincé par le plus expressif caballus, emprunté comme le grec καβάλλης, le vieux-slave kobyla, l’irlandais capali etc., à une langue méditerranéenne ou danubienne32.

  • 33 O. Jespersen, Language, Londres, 1922, p. 409.

37C’est sans doute à cause de sa consonance bizarre et suggestive que le nom du chef en algonquin (Natick) mugquomp a été emprunté en anglo-américain sous la forme mugwump pour désigner, d’abord plaisamment, un grand personnage, surtout un homme politique éminent, au-dessus des partis33.

  • 34 A. Dauzat, Les mots d’emprunt dans l’argot français, dans le volume Études de linguistique françai (...)

38Dans les argots, dont le propre est de se distinguer de la langue générale par un vocabulaire spécial, souvent imagé et expressif, le rôle des emprunts est de première importance et l’on a justement constaté que le voisinage de langues étrangères en favorise et peut-être en conditionne la formation. C’est un bien amusant paradoxe de qualifier d’emprunts « de luxe » les mots étrangers qu’une recherche populaire d’expressivité a fait entrer dans l’argot français : ainsi s’esbigner, esbroufe, mariole, flemme, frisquet et mercanti de l’italien vulgaire ; godiche, mendigot de l’espagnol ; cambrioler et fayot de provençal ; frichti, moche, chic et flingot de l’allemand ; blasé de l’allemand ou du néerlandais ; trouille d’un patois français de l’Est ; margoulin du normand ; mec, maboul, macache, kif-kif, bèzèf du nord-africain ; moukère et bourricot de l’espagnol en passant par le sabir nord-africain34 ; costaud, rupin et surin du gitan ou romanichel.

***

39L’emprunt par pur snobisme est sans doute celui qui répond au moindre besoin pratique. Il est simplement, mais puissamment enchaîné par le mouvement changeant de la mode. Au niveau du peuple, il est régi par le « snob appeal » ou sentiment qui porte les masses à vouloir s’habiller, consommer, se divertir, parler comme les gens riches, connus, admirés.

  • 35 A. Schirmer, Deutsche Worthunde (Sammlung Göschen, 929), Berlin et Leipzig, 1926, p. 20.
  • 36 Cité ibid., p. 82.

40En Allemagne, au temps de la Gallomanie (die Alamodezeit), il était de bon ton de farcir sa conversation de mots français dans le but avoué de sich en parlant von der Canaille zu distinguieren35. A côté du français, l’italien et l’espagnol sont aussi des sources de distinction. Il n’est pour illustrer cette utilisation des mots étrangers que de citer un document historique, un fragment d’une lettre de Wallenstein relatant comment il repoussa l’attaque du roi Gustave-Adolphe près de Nuremberg : « Das combat hat von frühe angefangen und den ganzen Tag caldissimamente gewährt. Alle Soldaten Ew. Kaiserl. Armee haben sich so tapfer gehalten, als ich in einiger occasion mein Leben lang gesehen und niemand hat einen fallo in valor gezeigt. Der König hat sein Volk über die Massen discoragirt, dass er sie hazardosamente angeführt, dass sie in vorfallenden Occasionen ihm desto weniger trauen werden. Ew. Majestät Armee aber, indem sie gesehen, wie der König repussirt wurde, ist mehr denn je assekurirt worden »36.

41En France, on a surtout connu deux courants de cette sorte, l’italianisme au 16e siècle et l’anglomanie depuis le 18e, sans compter des vogues moindres comme celle des turqueries déclenchées par l’ambassade de Soliman Muta Ferraca en 1669.

  • 37 Exemples et références dans R. Frey, Das englische Lehnwort im modernsten Französisch (nach Zeitun (...)

42Dans les pays de langue française, nous subissons encore aujourd’hui, du moins dans certains milieux, une mode inconsidérée de l’anglicisme, sans doute sous l’influence du cinéma et des romans anglais. Ce n’est pas assez d’être à la page ou au dernier cri : on veut être up to date. On dit all right ou O. K. pour « d’accord », drink pour « consommation », select pour « distingué », shake-hand pour « poignée de mains », sleeping (en sous-entendant car) pour « wagons-lits », talkie pour « film parlant », tea-room pour « salon de thé », lift pour « ascenseur », lahel pour « étiquette », shopping pour « achat, emplette », baby pour « bébé », bye-bye pour « au revoir », le Channel pour « la Manche » etc. 37

43Dans le parler des sportifs se manifeste un désir non moins intense, bien que placé sur un autre plan social, de se singulariser en utilisant des termes anglais qui ne sont nullement intraduisibles. L’anglicisme est presque de règle au golf, sport peu populaire : on dit stick, green, caddie, links, putt, drive, fairway. Au football, en revanche, si on dit encore souvent penalty, dribbler, heading, corner, les anglicismes goal keeper, back, half, forward, shot, hands, encore familiers aux Belges de langue française, sont couramment rendus en France par gardien (de but), arrière, demi, avant, tir et coup de main (en abrégé une main). Combien d’autres termes comme doping, crack, finish, forcing contribuent à donner cet air sportif qui, aux yeux de certains, est presque plus que le sport.

  • 38 J. Brenous, Étude sur les hellénismes dans la syntaxe latine, Paris, 1895, p. 53.
  • 39 Cf. A. Ernout, Aspects du vocabulaire latin, Paris, 1954, p. 79.
  • 40 J. Perret, Les hellénismes du vocabulaire latin, dans L’Information littéraire, 3 (1951), p. 185.

44L’emprunt par snobisme ne date pas d’aujourd’hui. Déjà l’hellénisme offre parfois cet aspect à Rome dans l’antiquité. Surtout après l’occupation de la Grèce et de l’Asie hellénisée, les riches Romains paient des prix fous pour des statues et des tableaux grecs. Désormais on délaisse les marbres de l’Italie pour s’approvisionner aux carrières de Grèce : on construit, se meuble, se fait couper les cheveux ou raser la barbe à la grecque ; on a des cuisiniers, des bouffons, des musiciens, des danseurs, des architectes, des médecins grecs. Dans les hautes classes de la société et dans les milieux moins aisés gagnés par la contagion, la langue grecque jouit d’une faveur qui résiste à toutes les protestations38. C’est la langue que pillent les gens à la mode, ceux qui vivent à l’affut des raffinements, du luxe et de la toilette. Elle fournit le vocabulaire des sports, de la vie de plaisir, de l’amour39. Des Romains de bonne compagnie comme les élégiaques font grand usage de mots venus du grec ; c’est vrai aussi — à en juger par les moqueries de Juvénal — des excentriques ou des viveurs que leurs allures délibérément exotiques situent un peu en marge de la société40.

***

45Mais l’étranger n’a pas que du prestige à nos yeux. L’admiration a un revers fréquent : la moquerie et le dénigrement. Ce n’est pas le moment d’analyser les causes multiples des préjugés nationaux et raciaux. Il y a là des inaptitudes à sortir du conventionnel, des manques d’information, des généralisations hâtives, des rancunes historiques. Nous parlons de filer à l’anglaise, de chercher une querelle d’Allemand, d’être saoul comme un Polonais, de fumer comme un Turc, de tomber sur son prussien, de perdre du temps à des chinoiseries. Nous appelons Grec un tricheur, Juif un marchand malhonnête, Espagnol de la vermine (argot) et nous avons tiré bougre de Bulgare.

  • 41 Je note en passant qu’ils ont été négligés par Arnold M. Rose, L’origine des préjugés, Paris, Unes (...)
  • 42 A. Dauzat, A propos de baragouin : un type de sobriquet ethnique, dans Festschrift E. Tappolet, 19 (...)

46Je ne m’occuperai forcément ici que des aspects linguistiques de la question41. Voici d’abord les cas où des mots étrangers incompris ont été répétés pour signifier justement un parler bizarre ou un pêle-mêle de voix incompréhensible : tels sont, en français, baragouin, qui représente probablement les mots bretons bara « pain » et gwin « vin »42, et vacarme, qui est issu du moyen-néerlandais wach arme, littéralement « hélas ! pauvre (que je suis) ! »

  • 43 Ces exemples et plusieurs autres sont cités par P. M. (Pierre Meile), Échos d’Extrême Orient, dans (...)

47Certaines expressions étrangères souvent entendues sans être bien comprises deviennent spontanément des sobriquets ethniques, toujours un peu moqueurs ou dépréciatifs. Anciennement, en Chine, dans les concessions britanniques, un Anglais s’appelait un A say (prononcé assè ou aïssè) d’après I say « je dis », fréquemment employé par les Anglais pour interpeller au sens de « Dis ! Écoute ! Dites ! Écoutez ! » ; un soldat indien était dénommé Atcha d’après l’interjection indienne fréquente atchha « bon, bien, oui ». A Amoy, port chinois surtout fréquenté par les Portugais, l’étranger était désigné par Aki, du portugais aqui « ici », fréquent pour interpeller quelqu’un. L’emploi continuel de « Dis donc ! » dans la conversation a valu aux Français le sobriquet de Didón en espagnol pendant les guerres napoléoniennes, Didou en sabir nord-africain, Orang-Dîdong en malais (prang = « homme »), Didon en argot italien (notamment chez les soldats de la guerre 1914-1918, pluriel Didoni, puis Bidoni), Didon en argot turc, Deedonk dans le jargon des soldats anglais et américains pendant la guerre 1914-1918 et 1940-1945. Le Nord-Africain a reçu, depuis 1914-1918, le surnom de sidi, parce qu’il s’adressait toujours aux Européens en disant Sidi « Monsieur ». La forme de commandement conte on « venez, avancez » a valu aux Anglais et aux Américains le sobriquet Canton et Cantan de la part des Portugais en 1914-1918 et des Italiens en 1940-194543. En wallon liégeois, le Flamand ou le Hollandais reçoit parfois le nom de Canifichtône parce qu’il répond invariablement à qui lui parle wallon ou français, ik kan niet verstaan « je ne comprends pas », avec la prononciation limbourgeoise.

  • 44 E. Pichon, L’enrichissement lexical dans le français d’aujourd’hui, dans Le Français Moderne, 3 (1 (...)
  • 45 J. Vendryes, Le langage, nouv. éd., Paris, 1939, p. 245.
  • 46 C. O. Koch, Changements de signification des mots français empruntés par le suédois, dans Studier (...)
  • 47 J. Damourette et E. Pichon, Des mots à la pensée, t. I, 2e éd., Paris, 1951, p. 148.
  • 48 Le Figaro du 15 juin 1921, p. 2 : cité par R. Frey, Das englische Lehnwort im modernsten Französis (...)
  • 49 Même nuance en danois : cf. Chr. Nyrop, Qu’est-ce qu’un gentleman ? dans Linguistique et Histoire (...)

48Peut-être n’y a-t-il encore là qu’un jeu pas bien méchant. L’intention est davantage péjorative quand on adopte, pour s’en reservir sur un ton acerbe et railleur, les noms et les titres que les étrangers se donnent à eux-mêmes. En français argotique, Angliche (de l’anglais English) ne désigne un Anglais qu’avec une nuance spéciale de moquerie44. En allemand moderne, Madame est commun et vulgaire : Madamchen était, au début du siècle, à Berlin, une expression du bas-peuple45. En suédois, Madame, Mademoiselle et Monsieur ont aussi perdu toute leur dignité : munsjör est même devenu tout bonnement une injure46. Ceci évoque le wallon liégeois mèn’hêr, qui est emprunté au néerlandais mijnheer et qui s’emploie péjorativement dans des expressions comme on gros mèn’hêr, on pôve mèn’hêr. En français populaire, donzelle, emprunté à l’italien donzella, a perdu toute la distinction qui en faisait un doublet de demoiselle et a fini par signifier une sauteuse47. La critique acerbe est tout entière attachée au remploi du mot étranger dans cette phrase du Figaro : « De fringantes Fräulein flirtaient avec entrain »48. Faut-il ajouter que le gentleman représente toujours chez nous un idéal britannique, que le Français commun apprécie sans doute, mais trouve néanmoins un peu ridicule49. Cette nuance s’extériorise surtout quand on prononce jãtlemã à la française.

  • 50 Cf. A. Ernout, dans le volume Philologica, Paris, 1946, p. 13-14
  • 51 J. Damourette et E. Pichon, loc. cit.
  • 52 J. Vendryes, loc. cit.
  • 53 E. Bourciez, Éléments de linguistique romane4, Paris, 1946, p. 738, n° 472 c.
  • 54 Cf. J. Vendryes, loc. cit. ; J. Damourette et E. Pichon, op. cit., p. 148-149 ; J. Marouzeau, Aspe (...)

49Au niveau du parler populaire et de l’argot, l’encanaillement des mots étrangers est fréquent. Dans le latin de Plaute, philoso-phari, c’est à peu près « barratiner » comme ces phraseurs de Grecs50. Ce que l’Espagnol appelle hablar » parler » et palabra « parole », devient en français hâbler « mentir pompeusement » et palabre « suite de discours aussi longs que vains »51. Il est vrai qu’en espagnol, par revanche, parlar (du français parler) ne se dit qu’en mauvaise part52. En roumain, beaucoup de termes d’origine turque ont pris progressivement, par l’effet de la réaction nationaliste, une valeur péjorative : ainsi tertip « plan, projet » en est venu à signifier « ruse, artifice, truc »53. Il faudrait encore, en français, citer reître de l’allemand Reiter « cavalier », rosse de l’allemand Ross « cheval », lippe de l’allemand Lippe « lèvre », bouquin du flamand boecken « livre », loustic de l’allemand lustig « gai », etc. 54

***

  • 55 E. Pousland, Étude sémantique de quelques gallicismes en anglo-américain, dans Le Français Moderne(...)
  • 56 Ibid., p. 259 et 263.

50Les emprunts de luxe constituent, dans une langue, des éléments particulièrement changeants. On les prend presque à volonté, même pour un usage momentané. On les superpose à de vieux mots, pas toujours vieillis. On les abandonne, on les change avec une rapidité déroutante et trompeuse pour qui apprend une langue étrangère. Ainsi, parmi les nombreux gallicismes de l’anglo-améri-cain, billet doux, tête-à-tête, à merveille, comme il faut, distingué, à la mode, au fait étaient déjà vieillis vers 1935 et l’emploi en était marqué d’une certaine affectation. En revanche, à la même époque, atelier (de peinture), à propos, à la carte, beau monde, bourgeois (péjoratif), entre nous, de luxe, souvenir (bibelot), chic, bric-à-brac étaient en usage dans toutes les classes de la société, sauf parfois le petit peuple, tandis que bête noire, au courant, boudoir, liaison (d’amour illégitime), prestige, soupçon (très petite quantité), faux pas, cachet (marque caractéristique, allure) étaient des termes de la classe cultivée et intellectuelle55. Un exemple est vraiment caractéristique de la mobilité des emprunts de cet ordre. Le gallicisme nonchalant était autrefois connu seulement des gens cultivés des États-Unis et il paraissait même un peu affecté. Or, tandis qu’il se vieillissait, une réclame de cigarettes parut : Be nonchalant, smoke a Mogul. Du coup le mot fut relancé, devint connu de toutes les classes sociales et, en 1935, il était tout à fait d’usage populaire56.

51C’est dire que rechercher les causes de l’emprunt de luxe n’est pas toujours facile et ne va pas sans certains hasards et certains impondérables.

Notes

1 Le Cœur, II, 1, dans La Petite Illustration du 3 avril 1937, p. 14. Ce passage est cité par R. Frey, Das englische Lehnwort im modernsten Französisch (nach Zeitungsexzerpten von 1920-1940), Zurich, 1943, p. 125.

2 En allemand Luxuslehnwort : cf. E. Tappolet, Die alemannischen Lehnwörter in den Mundarten der französischen Schweiz, (I), Bâle, 1913, p. 53. — En principe, l’emprunt de luxe s’oppose à l’emprunt de nécessité étudié dans le chapitre précédent. Cette opposition est commode, même si elle est un peu arbitraire et ne correspond pas toujours aux faits avec toute l’exactitude souhaitable. Cf. sur ce point les remarques de G. Matoré, Le néologisme : naissance et diffusion, dans Le Français Moderne, 20 (1952), p. 88. — Une répartition un peu différente, à trois degrés, est présentée par E. Kaufmann, Der Fragenkreis ums Fremdwort, dans Journal of English and Germanic Philology, 38 (1939), p. 43. Pour ce linguiste, l’emprunt de Kaffee en allemand répondrait à une « obligation d’emprunter » (Lehnzwang), celui de Physik à un « besoin d’emprunter » (Lehnbedürfnis), celui de Toilette à une « inclination à emprunter » (Lehnneigung). Cette répartition n’est pas moins arbitraire que celle adoptée ici.

3 Foundations of Language, 2e impr., 1950, p. 130.

4 Sur l’emprunt de noms de tissus et de termes de modes, voir entre autres : K. Zangger, Contribution à la terminologie des tissus en ancien français attestés dans les textes français, provençaux, italiens, espagnols, allemands et latins, thèse de Zurich, éd. partielle 1945, 50 p. ; A. J. Greimas, La mode en 1830, Essai de description du vocabulaire vestimentaire d’après les journaux de modes de l’époque, thèse de Paris, 1948, 431 p. dactyl., spécialement p. 348-350 ; M. M. Dubois, La langue de la mode vestimentaire. Échanges franco-anglais, dans Vie et Langage, 1 (1952), p. 421-423 ; M. L. Sjoestedt, L’influence de la langue anglaise sur un parler local irlandais, dans Étrennes E. Benveniste, Paris, 1928, p. 91 ; et les articles de B. E. Vidos cités p. 421.

5 H. F. Muller, La langue française aux États-Unis pendant la guerre, dans Le Français Moderne, 15 (1947), p. 89.

6 Cité par R. Frey, op. cit., p. 29.

7 Pour l’allemand, E. Kaufmann, Der Fragenkreis ums Fremdwort, dans Journal of English and Germanic Philology, 38 (1939), p. 43 ss.

8 W. Pée, « Kazavik », een stervend woord ? dans De Nieuwe Taalgids, 46 (1953), p. 91-97 ; « Casawè(k) », un mot qui disparaît ? dans Orbis, 2 (1953), p. 484-488.

9 La même source orientale pourrait être représentée d’un autre côté par l’arabo-persan qasab, d’où vient le maghrébin qeššaba et le mozarabe caçavi. Ces mots désignent une sorte de longue blouse d’origine tantôt égyptienne, tantôt persane. Cf. A. Steiger, Zur Sprache der Mozaraber, dans Sache Ort und Wort. Festschrift J. Jud, 1943, p. 691-693.

10 Chr. Nyrop, Linguistique et Histoire des mœurs. Mélanges posthumes, trad. par E. Philippot, Paris, 1934, p. 71-72 ; G. Alessio, Le origini del francese, Florence, 1946, p. 156-157.

11 E. Tonnelat, Histoire de la langue allemande, Paris, 1927, p. 150.

12 Chr. Nyrop, op. cit., p. 24-26.

13 Ibid., p. 255.

14 Cf. Ibid., p. 254-260.

15 D’après S. Simonyi, Die ungarische Sprache, Strasbourg, 1907, p. 60.

16 Cité par Germanicus dans Vie et Langage, 3 (1954), p. 286.

17 J. Vendryes, Le langage, nouv. éd., Paris, 1939, p. 257-258 ; E. Kaufmann, Der Fragenkreis ums Fremdwort, dans Journal of English and Germanic Philology, 38 (1939), p. 43.

18 Sur bâtard et herje, voir Chr. Nyrop, Les dénominations des enfants illégitimes, dans Linguistique et Histoire des mœurs, trad. par E. Philippot, Paris, 1934, p. 108-110,116 et 118-123.

19 E. Kaufmann, loc. cit.

20 Chr. Nyrop, op. cit., p. 119.

21 A. Carnoy, La science du mot. Traité de sémantique, Louvain, 1927, p. 350.

22 Dans l’hebomadaire Le Hérisson, n° 405 du 14 janvier 1954.

23 B. Migliorini, art. Prestito. — Linguistica, dans Enciclopedia Italiana di Scienze Lettere ed Arti, vol. XXVIII, Rome, 1935, p. 214.

24 E. Kaufmann, op. cit., p. 43.

25 J. Marouzeau, Aspects du français, Paris, 1950, p. 148.

26 B. Pottier, La linguistique des enseignes, dans Le Français Moderne, 15 (1947), p. 299-302.

27 Sur ces hellénismes poétiques, J. Brenous, Étude sur les hellénismes dans la syntaxe latine, Paris, 1895, p. 80 ; A. Meillet, Esquisse d’une histoire de la langue latine6, Paris, 1948, p. 218-220 ; J. Perret, Les hellénismes du vocabulaire latin, dans L’Information Littéraire, 3 (1951), p. 188-189.

28 Op. cit., p. 185.

29 J. J. Salverda de Grave, L’influence de la langue française en Hollande d’après les mots empruntés, Paris, 1913, p. 83-84 ; cf. aussi dans Mélanges Chabaneau (= Romanische Forschungen, 23), Erlangen, 1907, p. 152.

30 E. Pousland, Étude sémantique de quelques gallicismes en anglo-américain, dans Le Français Moderne, 3 (1935), p. 262-263.

31 K. Jaberg, Pejorative Bedeutungsentwicklung im Französischen, mit Berücksichtigung allgemeiner Fragen der Semasiologie, dans Zeitschrift für Romanische Philologie, 29 (1905), p. 58.

32 L. H. Gray, Foundations of Language, 2e impr., New-York, 1950, p. 131.

33 O. Jespersen, Language, Londres, 1922, p. 409.

34 A. Dauzat, Les mots d’emprunt dans l’argot français, dans le volume Études de linguistique française2, Paris, 1946, passim ; Voyage à travers les mots, Paris, 1947 p. 131.

35 A. Schirmer, Deutsche Worthunde (Sammlung Göschen, 929), Berlin et Leipzig, 1926, p. 20.

36 Cité ibid., p. 82.

37 Exemples et références dans R. Frey, Das englische Lehnwort im modernsten Französisch (nach Zeitungsexzerpten von 1920-1940), Zurich, 1943, s. v. ; Cf. aussi F. de Grand Combe, De l’anglomanie en français, dans Le Français Moderne, 22 (1954), passim ; sur baby, voir aussi Ph. Martinon, Comment on prononce le français, 1913. p. 43 n. 4.

38 J. Brenous, Étude sur les hellénismes dans la syntaxe latine, Paris, 1895, p. 53.

39 Cf. A. Ernout, Aspects du vocabulaire latin, Paris, 1954, p. 79.

40 J. Perret, Les hellénismes du vocabulaire latin, dans L’Information littéraire, 3 (1951), p. 185.

41 Je note en passant qu’ils ont été négligés par Arnold M. Rose, L’origine des préjugés, Paris, Unesco, 1951.

42 A. Dauzat, A propos de baragouin : un type de sobriquet ethnique, dans Festschrift E. Tappolet, 1935, p. 66-70, reproduit dans le volume Études de linguistique française2, Paris, 1946 ; J. Vendryes, Encore un mot sur baragouin, dans Le Français Moderne, 8 (1940), p. 1-2 ; A. Dauzat, ibid., 17 (1949), p. 162 ; G. Serra, dans Mélanges A. Dauzat, [1951], p. 291-298. — Autre étymologie dans O. Bloch et W. von Wartburg, Dictionnaire étymologique de la langue française2, Paris, 1950, p. 56.

43 Ces exemples et plusieurs autres sont cités par P. M. (Pierre Meile), Échos d’Extrême Orient, dans Vie et Langage, 1 (1952), p. 229 ; A. Menarini, Peuples et sobriquets, même revue, 2 (1953), Ρ. 14-16 et 171-174 ; M. Brulard, Peuples et sobriquets, 3 (1954), p. 290.

44 E. Pichon, L’enrichissement lexical dans le français d’aujourd’hui, dans Le Français Moderne, 3 (1935), p. 327.

45 J. Vendryes, Le langage, nouv. éd., Paris, 1939, p. 245.

46 C. O. Koch, Changements de signification des mots français empruntés par le suédois, dans Studier i Modem Sprakvetenskap, 11 (1931), p. 247.

47 J. Damourette et E. Pichon, Des mots à la pensée, t. I, 2e éd., Paris, 1951, p. 148.

48 Le Figaro du 15 juin 1921, p. 2 : cité par R. Frey, Das englische Lehnwort im modernsten Französisch, Zurich, 1943, p. 63.

49 Même nuance en danois : cf. Chr. Nyrop, Qu’est-ce qu’un gentleman ? dans Linguistique et Histoire des mœurs, trad. par E. Philippot, 1934, p. 66-97.

50 Cf. A. Ernout, dans le volume Philologica, Paris, 1946, p. 13-14

51 J. Damourette et E. Pichon, loc. cit.

52 J. Vendryes, loc. cit.

53 E. Bourciez, Éléments de linguistique romane4, Paris, 1946, p. 738, n° 472 c.

54 Cf. J. Vendryes, loc. cit. ; J. Damourette et E. Pichon, op. cit., p. 148-149 ; J. Marouzeau, Aspects du français, Paris, 1950, p. 148-149 ; S. Ullmann, Précis de sémantique française, Paris et Berne, 1952, p. 171-172 et 267-268.

55 E. Pousland, Étude sémantique de quelques gallicismes en anglo-américain, dans Le Français Moderne, 3 (1935), p. 249-263.

56 Ibid., p. 259 et 263.

© Presses universitaires de Liège, 1956

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search