Version classiqueVersion mobile

La pauvreté dans la région liégeoise à l’aube de la révolution industrielle

 | 
Nicole Haesenne-Peremans

Un bilan

Texte intégral

1Si le sort des pauvres dans les Pays-Bas méridionaux était bien connu depuis la thèse fondamentale de Paul Bonenfant, il n’en était pas de même dans la Principauté de Liège. A la lecture des ordonnances princières ou des arrêtés de la préfecture, d’anecdotes particulières relatées par des publicistes, de monographies consacrées à l’un ou l’autre rouage isolé de la bienfaisance, on pouvait supposer que, comme dans les Pays-Bas, la misère y était omniprésente. Tous ces indices épars demandaient cependant à être rassemblés, vérifiés, confrontés, complétés afin d’avoir une vue d’ensemble sans laquelle il n’est pas d’Histoire. Pour parfaire le tableau esquissé, il fallait reconstituer le puzzle, ajuster les éléments existants et s’interroger quant aux pièces manquantes.

2Six ans de recherches, l’étude d’une foule d’inédits ont abouti à faire sortir de l’ombre un important groupe social longtemps méconnu parce qu’il n’a jamais eu la parole. De la sorte se découvrait la face cachée d’une société pré-industrielle qu’on a eu tendance à trop embellir, peut-être pour mieux accentuer les contrastes avec certains inconvénients de l’industrialisation. Grâce aux mesures obtenues par la quantification, condition préalable à toute comparaison, l’historien est désormais à même d’insérer le cas de Liège et de sa région dans un contexte européen.

  • 1 P. Bonenfant, Le problème du paupérisme en Belgique à la fin de l'Ancien Régime, p. 558.

3Au XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle, la pauvreté est permanente. Comme dans les Pays-Bas, il s’agit d’« un mal endémique, généralisé et profond »1. Il touche, selon les époques, un sixième à un cinquième de la population mais s’accroît encore davantage en période de crise de subsistance. A Liège même, sur environ 50.000 habitants, le nombre des pauvres se chiffre aux alentours de 10.000. Dans le département de l’Ourthe, il y en a près de 50.000 parmi une population ne dépassant guère les 300.000 unités. En 1818 et en 1821, ce nombre dépasse les 60.000.

  • 2 Une similitude de proportions s’observe également à Namur. Là, au lieu d’un cinquième, il s’agit du (...)
  • 3 Ibidem et A. Lacroix, Recherches sur le paupérisme et la bienfaisance publique en Hainaut, p. 16 ; (...)

4On peut s’interroger sur la permanence de 20 % de pauvres pendant tout un siècle2. S’agit-il d’un maximum tolérable au-delà duquel l’ordre social est en péril ? Faut-il en déduire qu’un cinquième de la population a, quelles que soient les circonstances, un standard de vie nettement inférieur à la moyenne ? Sans anticiper sur la suite des conclusions, ce pourcentage constant indique à suffisance que les moyens mis en œuvre pour lutter contre l’indigence n’étaient pas appropriés. Un tel niveau de pauvreté n’a d’ailleurs rien d’exceptionnel. Dans les villes de Mons et de Namur, à la même époque, les pauvres forment plus du tiers de la population. Un cinquième des habitants d’Anvers sont comptés au nombre des nécessiteux ; à Courtrai, un quart de la population est assistée. Près de la moitié des habitants de Bruges sont dans la misère. En Flandre, au XVIIIe siècle, il y a près de 15 % d’indigents3.

  • 4 J. P. Gutton, La Société et les pauvres. L'exemple de la Généralité de Lyon, p. 489.

5Si les théoriciens établissent de savantes distinctions entre pauvreté, indigence, misère, nécessité, ces notions ne sont pas discernables dans la pratique. Elles sont utilisées comme des synonymes, à ceci près qu’« indigent » a une connotation plus laïque et est, par cela même, d’un emploi plus récent. Au sens strict, par pauvres ou indigents, il faudrait entendre seulement ceux qui ne peuvent vivre sans le secours de la bienfaisance privée ou publique. En réalité, il faut y ajouter tous ceux qui arrivent à subsister par leurs propres moyens dans des conditions matérielles souvent pénibles. Le seuil de pauvreté est, en effet, extrêmement mouvant. Il fluctue selon les circonstances politiques et économiques. Aussi faut-il admettre, avec Jean-Pierre Gutton, « que l’on peut connaître les caractères de la pauvreté mais que l’on n’est jamais certain de pouvoir appréhender pleinement les pauvres »4.

  • 5 Une telle table ne sera significative que si elle est dressée à partir des données recueillies pour (...)
  • 6 Les remarques de la note 5 restent d’actualité. De plus, comment comparer les villes et les campagn (...)

6Mesurer objectivement la paupérisation nous paraît encore impossible dans l’état actuel des recherches. Deux méthodes s’offrent à l’historien mais elles sont l’une et l’autre aussi longues que discutables. On peut admettre que lorsque le taux de mortalité diminue et l’âge au décès augmente, il y a amélioration effective du niveau de vie. La première méthode consisterait donc à dresser, à intervalles réguliers, une table générale de mortalité afin de mesurer les éventuels progrès. Il s’agit là d’un travail qui nécessiterait les soins d’une équipe5. Une seconde méthode consisterait à choisir une localité typiquement pauvre et à en étudier la population pendant un siècle pour comparer l’évolution à priori la plus défavorable à celle de l’ensemble6.

  • 7 Briatte, Offrande à l'humanité, p. 74.

7L’Ancien Régime assimile aux pauvres tous ceux qui sont simplement susceptibles de le devenir puisqu’il range dans cette catégorie tous ceux qui n’ont que leurs bras pour vivre. « Les bras que le Peuple a reçu de la Nature sont son unique propriété. Impuissans dans l’enfance, foibles encore dans l’adolescence, nuls dans les maladies de la jeunesse et de l’âge mûr ; désséchés dans la vieillesse ; inutiles même durant la santé, dans l’âge de la vigueur et de la force, s’ils manquent d’objets pour s’exercer, ils forment le patrimoine le plus précaire, comme le plus infructueux »7. Comme toutes les définitions qu’affectionne l’Age des Lumières, celle-ci est peut-être trop universelle mais elle a cependant le mérite de se conformer à une réalité économique du XVIIIe siècle. La pléthore des travailleurs rend leur condition instable. Le travail manque le plus souvent, les salaires ne représentent que le minimum vital car les entrepreneurs sont convaincus qu’accorder à l’ouvrier un salaire trop élevé conduirait invariablement celui-ci à la paresse, mère de tous les vices. Dès lors, l’ouvrier est incapable d’accumuler la moindre réserve en vue des temps difficiles. Surviennent une hausse des prix, une maladie, un accident, une naissance supplémentaire, des impôts nouveaux ou des réquisitions militaires et le travailleur bascule dans la catégorie des indigents.

  • 8 Ibidem, p. 17.

8Cependant, une telle définition du pauvre parce qu’elle exclut ceux qui possèdent un bien quelconque, est inadéquate en milieu rural. On ne peut pas y assimiler la misère à celle des villes. Pourtant, elle est présente même si elle paraît avoir moins frappé les contemporains. En 1821, près de 80 % des pauvres vivent en dehors des trois grandes villes de la province. Le petit paysan n’échappe pas à la nécessité, même s’il possède une maisonnette, une petite terre ou du bétail. « Ce n’est pas assez de participer à la propriété foncière pour être à l’abri de la pauvreté ; si elle est si bornée ou d’un si modique rapport que la récolte n’en suffise pas au besoin du propriétaire et de sa famille ; ou bien si, lorsqu’elle completeroit leur nécessaire, ils sont obligés d’en céder une partie à la Société qui l’exige, ou exposés à voir leurs maisons dévastées par des accidens, ou par des folies destructives, ils ne jouissent plus de la subsistance, en travaillant leur domaine, ils peuvent encore ressentir la misère »8. Les biens du paysan doivent être, dans ce cas, considérés moins comme un capital que comme ses outils de travail. On en arrive alors à l’assimiler à un ouvrier ou à un artisan. Dans « es conditions, sont, sinon pauvres, du moins susceptibles de le devenir, tous ceux qui exercent un travail manuel.

***

  • 9 P. Grell, L'organisation de l'Assistance publique, p. 64, Bruxelles, 1976.

9Les pauvres pullulent au bas de l’échelle sociale mais tous n’ont pas le même statut. Il y a d’abord les pauvres honteux, bourgeois déchus, protégés et assistés en priorité par les curés. Leur contingent ne peut se chiffrer puisque, par définition même, il s’agit d’une misère cachée aux yeux de tous. Ensuite, on découvre les « pauvres honnêtes », c’est-à-dire les travailleurs dont les revenus sont insuffisants, ainsi que les vieillards, les malades et les infirmes, incapables de travailler. Plus bas, se situent les mendiants et les vagabonds, réprouvés mais craints en tant que perturbateurs en puissance de l’ordre social. Ces différentes strates éprouvent une même hantise lancinante : trouver le pain quotidien. Pour reprendre une image chère à Paul Grell, l’horizon culturel du pauvre est borné par un triple cercle vicieux : qu’il cherche du travail, qu’il tende la main ou qu’il vagabonde, le pauvre en est toujours réduit à une seule et même quête sans cesse recommencée : se procurer tout de suite de quoi subsister jusqu’au lendemain9. Ainsi, si la mendicité a parfois été assimilée à un métier, elle n’est, le plus souvent, qu’un expédient, remède passager à une perte momentanée d’emploi ou à un manque de ressources passager. Elle prolifère surtout en période de crise. Il faut ici faire la part des choses. Liège passait, aux yeux des touristes et des préfets, pour la ville des mendiants ; pourtant, le mal n’y était pas plus répandu qu’ailleurs et les plaintes contre cette « engeance » n’y étaient pas plus virulentes qu’en France ou dans les Pays-Bas. Quant à l’errance, le partage n’est pas toujours facile à faire entre l’état de chômeur et celui de vagabond, entre le fait d’aller de ville en ville à la recherche d’un travail et celui d’errer en oisif tout en comptant sur la générosité des passants.

10Alors qu’à la fin du Moyen Age, le pauvre bénéficiait encore de l’auréole sacrée d’envoyé de Jésus-Christ, il n’en va plus de même au XVIIIe siècle. Les autorités sont avant tout sensibles aux répercussions politiques. D’une part, elles ne peuvent admettre que des centaines de bras restent inactifs alors qu’ils seraient si utiles au développement du pays. Par ailleurs, elles croient les pauvres capables de tout : ce sont des émeutiers, des voleurs, des meurtriers en puissance.

11A la campagne, dans de petites communautés, le pauvre est connu et son sort est pris en charge par la collectivité rurale. Il trouve dans la jouissance du droit de vaine pâture, dans l’exploitation des communaux, quelques menues ressources. Les villageois solidaires ou le seigneur apitoyé suppléent au manque de revenus. En ville par contre, le pauvre est anonyme. Lorsqu’il n’a pas de famille, lorsqu’il n’est pas natif de la Cité, il tombe dans la mendicité et le vagabondage et dès lors, où qu’il aille, il est rejeté et poursuivi. Ces groupes d’exclus sont un souci pour les classes dirigeantes qui veulent assurer l’ordre public. On édicte contre eux des ordonnances, on lance la maréchaussée à leurs trousses, on agrandit les prisons : jamais les résultats ne répondent aux espérances. Il y a bien quelques pendaisons, quelques mises aux fers, quelques emprisonnements mais l’effet de dissuasion est de courte durée. Pour une poignée de mendiants ou de vagabonds condamnés, combien n’y en a-t-il pas qui continuent à hanter les ruelles des villes et les grands chemins ?

12Ces mesures coercitives auraient pu, tout au plus, faire disparaître les manifestations extérieures les plus frappantes de la misère mais, même à ce niveau, c’est un échec. A la fin du régime hollandais, les autorités restent encore aux prises avec la mendicité. Le vagabondage persiste jusque dans les premières décennies du XXe siècle. Toutes les mesures de police prises contre les mendiants n’ont pu venir à bout de « cette lèpre invétérée ». La mendicité doit être, en effet, attribuée bien plus à la croissance démographique, aux crises cycliques et au sous-emploi, qu’à un quelconque penchant à la paresse chronique, comme le prétendaient les contemporains. Pour résorber la mendicité et le vagabondage, qui sont les formes les plus visibles et les plus dangereuses de la misère, il aurait fallu avoir prise sur les conditions économiques et sociales qui les rendaient inévitables.

***

  • 10 J. P. Gutton, La société et les pauvres en Europe, p. 198.
  • 11 Larousse encyclopédique, Paris, 1963. Cfr P. Robert, Dictionnaire de la langue française, Paris, 19 (...)

13S’il est vrai que « toute société secrète ses pauvres et révèle à travers eux son image »10, on doit se demander quels étaient, à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècles, à la veille de la Révolution industrielle, les facteurs capables de reproduire ce paupérisme latent, défini dans le langage courant en tant, qu’« état permanent de pauvreté dans un État ou une partie d’État »11.

14A Liège, la période qui nous occupe est une époque d’appauvrissement global. Jusqu’en 1830, la croissance du nombre des pauvres est plus rapide que celle de la population. Au XVIIe siècle déjà, les guerres ont ruiné les petits agriculteurs et endetté les communautés. Les occupations et les réquisitions ont entraîné de nouveaux impôts. Au XVIIIe siècle, les guerres sont plus brèves, aussi leurs effets se manifestent-ils à un degré moindre. Ils continuent cependant, à intervalles et jusqu’en 1815, à affecter les populations liégeoises par des ponctions en argent, en vivres et en vies.

15Le XVIIIe siècle se caractérise également, en Europe occidentale, par une hausse du prix des céréales panifiables qui se poursuit jusqu’en 1817. Le prix moyen du seigle qui est, à Liège, de 7,5 florins entre 1720 et 1729, passe à près de 11 florins entre 1780 et 1789 pour atteindre, à l’époque française, une moyenne de 14 florins. Ainsi, en un siècle, il y a eu doublement de prix. Or, les salaires ne suivent pas la même progression. Cette hausse des prix est, à court et à long terme, néfaste aux classes pauvres. En période de récoltes déficitaires notamment, la misère atteint un paroxysme. Ces crises entraînent une brusque hausse de la mortalité. Les pertes en vies humaines ne peuvent cependant plus se comparer à celles des siècles précédents car l’espacement des crises permet à l’organisme de mieux récupérer. Ces brusques hausses de prix s’accompagnent d’une restriction de la consommation des produits manufacturés puisqu’il faut, par priorité, satisfaire les besoins alimentaires. La chute de la consommation met en difficulté, — comme le montrera Ducpétiaux en 1855, encore — les entreprises qui sont forcées de congédier des ouvriers. Cette pléthore de main-d’œuvre entraîne sinon une baisse, tout au moins une stagnation du salaire nominal tandis que le chômage réduit la masse salariale.

16Il est malaisé de mesurer l’impact de la croissance démographique sur l’intensité de la misère. L’augmentation de la population n’est d’ailleurs pas la même partout. Alors qu’à Liège-ville, il y a une quasi stagnation depuis 1720, l’accroissement dans les campagnes, entre 1755 et 1784, est de l’ordre de 30 à 40 %. A l’époque hollandaise, un mouvement inverse se produit et les villes voient affluer un important contingent en provenance des campagnes. L’introduction de la pomme de terre dans nos régions a-t-elle remédié à l’insuflisance des cultures céréalières ? Ou, au contraire, la croissance de la masse des subsistances a-t-elle été moins importante que la poussée démographique ? Il est par ailleurs certain que la croissance de la population, en amenant un afflux de bras sur le marché du travail, a contribué à maintenir un bas niveau des salaires. Les manufactures ne peuvent absorber la main-d’œuvre potentielle d’autant que la fin du XVIIIe et le début du XIXe siècles sont une période de basse conjoncture industrielle. Les industries clés traversent des moments difficiles. Jacques de Heusy veut remédier au malaise de toute l’économie liégeoise. A ses yeux, le sous-emploi est l’élément déterminant de la misère. Faute de travail, l’ouvrier doit « se dépayser ou aller gueuser ». Tous ces facteurs conjugués, — hausse des prix à la consommation, salaires de misère, instabilité de l’emploi, croissance démographique —, créent les conditions propices à l’aggravation de l’indigence.

17Cet engrenage avait déjà été aperçu par les plus clairvoyants des contemporains. Les autorités françaises et hollandaises se sont inquiétées, au début du XIXe siècle, de prendre la mesure du mal et même d’en rechercher les causes profondes avec la volonté d’employer des remèdes efficaces. Mais, est-ce manque de moyens, crainte du changement, erreur de diagnostic ? Toujours est-il qu’une politique efficace capable de résorber l’indigence se fait attendre tout au long de la période.

***

18En définitive, aucune mesure d’assistance ou d’enfermement ne pouvait atteindre le mal à sa racine. La misère était trop intimement mêlée à la civilisation de l’époque moderne pour disparaître à la suite de velléités répressives ou charitables. Ces dernières surtout ont pu apporter une amélioration passagère et individuelle sans pour cela réduire la masse des déshérités. La misère continue à engendrer la misère.

  • 12 La similitude des patronymes et des prénoms dans des familles sans aucun lien de parenté rend les i (...)

19Il reste malaisé de prouver de manière statistique l’hérédité de la condition pauvre car on arrive rarement à suivre les familles durant plusieurs générations, surtout dans les villes12. Sauf par miracle, une famille tombée dans le dénuement ne pouvait, il y a deux siècles, échapper à cette condition. La misère était, à l’époque, un cercle vicieux dans lequel on était irrémédiablement enfermé : sous-alimentation, mauvaise constitution, analphabétisme, métier non qualifié, bas salaire, chômage intermittent, tout conspirait à maintenir le pauvre et ses descendants dans la peine. D’autant qu’il était trop souvent stigmatisé comme un être à part. Le mendiant pouvait être arrêté et enfermé sans autre forme de procès. Le pauvre était traité comme un incapable puisqu’il devait rendre compte de l’argent qui lui était alloué. Les règlements des hospices faisaient de lui un irresponsable. En fait, les notables qu’étaient les gouvernants et philanthropes, tenants des menses, administrateurs des Bureaux de bienfaisance et des hospices pensaient pour lui et prenaient la responsabilité de son sort. Comment auraient-ils apprécié les besoins des pauvres comme ceux-ci les ressentaient ?

  • 13 H. Hatzfeld, Du paupérisme à la sécurité sociale, p. 188.

20Pour le travailleur, la pire des éventualités était le chômage qui le privait de toutes ressources. Or, « le chômage, risque spécifiquement prolétarien, n’a pas été compris par les classes dirigeantes plus disposées à compatir aux malheurs des malades, des invalides et des vieillards, malheurs qu’elles pouvaient plus facilement apprécier »13. Le souci essentiel du pauvre était d’assurer sa subsistance. Or, seul le travail pouvait lui garantir le pain du lendemain.

21Le sort du pauvre n’a guère évolué en un siècle. Bien plus : gageons que la condition des défavorisés ne s’est guère modifiée du XVIIe siècle à la seconde moitié du XIXe siècle. On rencontre alors un même type de misère qui n’a plus grand’chose de commun avec celui du Moyen Age, ni avec celui du XXe siècle, même dans le Tiers Monde. Pour s’en convaincre, il suffit de confronter un tableau de Le Nain avec un état des lieux dressé à Celles, en l’an VIII par un « percepteur d’impôts » et de relire ensuite les rapports des grandes enquêtes sociales du milieu du siècle. Les perspectives demeurent tout aussi désolantes.

22Y a-t-il eu aggravation de la pauvreté ? il y a certainement un accroissement du nombre des pauvres tout au long de la période envisagée mais nous ne croyons pas qu’il y ait eu recrudescence dans l’intensité de la misère, si ce n’est en période de récolte déficitaire. Il n’y a pas, comme à Paris, constitution d’une « classe dangereuse » et ici, on craint la subversion sociale sans qu’elle se produise. Les pauvres forment une masse amorphe qui subit son sort. Les émeutes sporadiques ne sont que des manifestations momentanées de désespoir. Elles sont l’indicateur non d’une volonté politique mais d’un malaise économique.

  • 14 J. Fourastié, Machinisme et bien-être, p. 78. Voir aussi Histoire quantitative et développement de (...)
  • 15 E. Ducpetiaux, Le paupérisme en Belgique, p. 2.
  • 16 M. G. de Molinari, Cours d'économie politique, Bruxelles, 1863, t. 1, pp. 203-204.

23Au début du XIXe siècle, s’accélère, dans la province de Liège, le processus d’industrialisation qui amènera, à long terme, la prospérité. Dans l’immédiat, le sort des ouvriers n’en est pas amélioré pour la cause. Au contraire, commence alors ce que Fourastié a appelé « la hideuse époque de la prolétarisation des hommes »14. Ce prolétariat recrute ses membres parmi les chômeurs, les sans-travail de la ville et de la campagne qui viennent s’entasser autour des usines. Ainsi, l’industrie naissante trouve-t-elle sur place, en abondance, la main-d’œuvre nécessaire. Les bas salaires qui, aux dires des patrons, sont la condition nécessaire pour résister à la concurrence, sont également une condition favorable au démarrage économique. Ils maintiennent la situation de l’ouvrier à la limite du supportable. « L’industrie, a-t-on dit, est en voie de progrès ; les usines et les manufactures s’étendent de toutes parts [...] Pour un riche, combien n’y a-t-il pas d’indigents ? Oui, la richesse s’est accrue mais sa répartition est restée la même. Les capitaux appellent les capitaux mais la misère continue à enfanter la misère »15. Comment pouvait-il en être autrement dans une société où, aux dires de Molinari, l’ouvrier est ravalé au rang d’objet : « Au point de vue économique, les travailleurs doivent être considérés comme de véritables machines. Ce sont des machines qui fournissent une certaine quantité de forces productives et qui exigent, en retour, certains frais d’entretien et de renouvellement pour pouvoir fonctionner d’une manière régulière et continue. Ces frais d’entretien et de renouvellement, que le travailleur exige, constituent les frais de production du travail, ou, pour nous servir d’une expression fréquemment employée par les économistes, le minimum de subsistances du travailleur »16.

24En fait, pour que la pauvreté cède du terrain, il fallait que s'atténuent puis disparaissent une à une toutes les occasions qui précipitaient le travailleur dans la catégorie des indigents, c’est-à-dire les bas salaires, le chômage, le trop grand nombre d’enfants, l’invalidité. On attribue à la législation sociale du XXe siècle le mérite d’avoir mis les salariés à l’abri de ces malheurs, en lui assurant des allocations de chômage, des allocations familiales, des indemnités de maladie et d’invalidité, une pension de vieillesse. Parallèlement, les progrès médicaux et chirurgicaux mis à la portée du plus grand nombre réduisent les risques de maladies graves. L’élévation générale du niveau de vie met le travailleur à même d’épargner pour les jours difficiles tandis que des habitations à bon marché lui permettent de se loger décemment et sans dépendre des usuriers.

25Il resterait à déterminer jusqu’à quel point ces avantages ont rompu le « cercle vicieux » de la misère. Par ailleurs, d’autres éléments, tels que l’alimentation, l’instruction (sans prétendre ici être exhaustif) n’ont-ils pas joué eux aussi un rôle important dans l’amélioration des conditions générales de vie des classes ouvrières ? C’est à l’historien qu’il incombera de doser l’importance de chacun de ces facteurs et d’en préciser la chronologie. Ce sera sans doute, au prix d’une investigation analogue à celle que nous avons poursuivie pour le XVIIIe et le début du XIXe siècles.

***

Notes

1 P. Bonenfant, Le problème du paupérisme en Belgique à la fin de l'Ancien Régime, p. 558.

2 Une similitude de proportions s’observe également à Namur. Là, au lieu d’un cinquième, il s’agit du tiers de la population. Cfr J. Lothe, Paupérisme et bienfaisance à Namur au XIXe siècle, 1815-1914, p. I.

3 Ibidem et A. Lacroix, Recherches sur le paupérisme et la bienfaisance publique en Hainaut, p. 16 ; P. C. Van der Meersch, De l'état de la mendicité et de la bienfaisance de la Flandre orientale, pp. 50 et 73 et Baron de Béthune, Les dernières années de la Chambre des pauvres de Courtrai, p. 21.

4 J. P. Gutton, La Société et les pauvres. L'exemple de la Généralité de Lyon, p. 489.

5 Une telle table ne sera significative que si elle est dressée à partir des données recueillies pour des individus appartenant à la frange la plus défavorisée car un recul général de la mortalité au sein d’une population globale ne signifie pas nécessairement une amélioration dans les conditions de vie des pauvres. Or, les pauvres forment une population particulièrement mouvante et les chances de suivre leur existence à travers les registres d’état-civil, a fortiori à travers les registres paroissiaux sont peu élevées, do l’ordre de 20 %.

6 Les remarques de la note 5 restent d’actualité. De plus, comment comparer les villes et les campagnes ? Les conditions d’existence, de travail, de logement, d’alimentation, bref, tous les facteurs qui influent sur la mortalité, y sont différentes. De même, pour nous en tenir ici aux grandes régions naturelles, l’Ardenne ne peut être comparée à la Hesbaye, au Pays de Herve ou au Condroz.

7 Briatte, Offrande à l'humanité, p. 74.

8 Ibidem, p. 17.

9 P. Grell, L'organisation de l'Assistance publique, p. 64, Bruxelles, 1976.

10 J. P. Gutton, La société et les pauvres en Europe, p. 198.

11 Larousse encyclopédique, Paris, 1963. Cfr P. Robert, Dictionnaire de la langue française, Paris, 1962 et Dictionnaire de l'Académie, Paris, 1935, s.v. paupérisme.

12 La similitude des patronymes et des prénoms dans des familles sans aucun lien de parenté rend les identifications difficiles.

13 H. Hatzfeld, Du paupérisme à la sécurité sociale, p. 188.

14 J. Fourastié, Machinisme et bien-être, p. 78. Voir aussi Histoire quantitative et développement de la Belgique au XIXe siècle, t. II, La Révolution industrielle. 1. Essai sur la révolution industrielle en Belgique, 1770-1847, Bruxelles, 1979.

15 E. Ducpetiaux, Le paupérisme en Belgique, p. 2.

16 M. G. de Molinari, Cours d'économie politique, Bruxelles, 1863, t. 1, pp. 203-204.

© Presses universitaires de Liège, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search