Version classiqueVersion mobile

La pauvreté dans la région liégeoise à l’aube de la révolution industrielle

 | 
Nicole Haesenne-Peremans

Deuxième partie. Les pauvres, exclus de la société ?

Chapitre IX. Les secours : un mythe ?

Texte intégral

A. — L’Ancien Régime

1Au XVIIIe siècle, les autorités disposent de moyens de secours hérités du Moyen Age : menses des pauvres et hospices.

1. Les menses paroissiales

  • 1 Voir pour plus de détails N. Haesenne-Peremans, L'assistance dans la principauté de Liège au XVIII(...)
  • 2 Dans les Pays-Bas, par contre, les Tables du Saint-Esprit sont depuis le Moyen Age, aux mains des (...)
  • 3 N. Haesenne-Peremans, op. cit., pp. 10-11.
  • 4 C’est le cas à Clermont : A.É.L., Greffes scabinaux, Clermont, 185.
  • 5 N. Haesenne-Peremans, op. cit., p. 15. Il s’agit des paroisses de Blehen, Cerexhe, Darion, Glons, (...)

2Les revenus des menses se sont formés lentement, au cours des années, grâce à une série de legs et de donations1. Leur gestion est, dans la Principauté, confiée au clergé, assisté de tenants et mambours2. Le montant de leurs ressources est très inégal et souvent insuffisant. Si les menses du Pays de Herve et de Hesbaye sont, en général, bien dotées, il n’en va pas de même dans le Condroz. Certaines paroisses ne disposent même d’aucun revenu. Les ressources de la majorité des menses, au XVIIIe siècle, n’excèdent pas 10 muids et près des trois quarts disposent de moins de 20 muids3. Aussi, les secours sont-ils peu élevés et peu variés. Leur montant excède rarement 10 sous par mois, soit l’équivalent d’une demi-journée de salaire. Dans l’une ou l’autre paroisse plus favorisée, le curé ne peut guère donner plus de 15 florins par an4. Les distributions ne sont pas exemptes d’abus et sont parfois prétexte à excès. Ainsi, certains curés reconnaissent qu’ils distribuent à tous leurs paroissiens sans distinction afin d’éviter les tumultes et les violences5. Ailleurs, des indigents peu scrupuleux vont chercher, chez plusieurs tenants, des billets leur donnant droit à un secours et détournent ainsi à leur profit l’aumône destinée à un autre malheureux.

3Dans les villes, les secours sont plus diversifiés mais les inégalités sont plus grandes. Selon que les pauvres sont peu nombreux dans une paroisse riche ou en majorité dans une paroisse pauvre, les secours varient de 1 à 40.

4A Huy, les distributions sont fonction des recettes et du nombre des pauvres. L’administration des secours à domicile y revêt une forme particulière, elle est entièrement entre les mains des laïcs. Ces derniers centralisent les recettes et les répartissent également entre tous les pauvres. Ils secourent de la sorte bon an, mal an, 250 chefs de ménage, répartis inégalement dans les 13 paroisses de la ville.

  • 6 P. Demaret, La bienfaisance publique à Verviers aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, pp. 16-54.
  • 7 F. N’Takababaza, Le bureau de charité de Verviers, 1783-1789, dans B.I.A.L., t. 84, 1972, pp. 107- (...)

5A Verviers, les distributions d’argent ou de pain sont hebdomadaires. Les indigents reçoivent en outre de quoi se chauffer en hiver et occasionnellement du linge et des vêtements. En période de crise annonaire, la ville supplée aux insuffisances de la Table des Pauvres en votant à plusieurs reprises des crédits spéciaux6. A la fin de l’Ancien Régime, elle parvient à instaurer un Bureau de charité qui veille à respecter une meilleure justice distributive. Cette caisse commune alloue, de 1783 à 1789, 90.000 florins aux indigents verviétois7.

  • 8 P. Bonenfant, op. cit., p. 333.
  • 9 A.É.L., Prévôté, 53, fo 154-156 et Prévôté, 3, farde 13.
  • 10 Voir à ce propos N. Haesenne-Peremans, Le partage du legs de Georges-Louis de Berghes, dans Annale (...)
  • 11 A.É.L., Cures, Saint-Martin, 147, Prévôté, 53, fo 138 ro, 141 vo, Prévôté, 52, fo 18 et 19, Prévôt (...)

6A Liège, par contre, lorsque le succès remporté par les Aumônes générales d’Yverdon (1760) et d’Ath (1772) met à l’ordre du jour les tentatives de centralisation et de rationalisation des menses des pauvres, une initiative du même genre se heurte à la force d’inertie du clergé paroissial et à son attachement exclusif à ses prérogatives séculaires. Le droit de gérer les biens des pauvres est pour eux un privilège intangible et ils le rappellent avec force références aux Saintes Écritures et aux habitudes de l’Église ancienne. Cette attitude n’est d’ailleurs pas particulière au clergé liégeois et est partagée aux Pays-Bas par les membres du clergé brugeois et gantois8. Pour eux, le mieux est l’ennemi du bien. Ils n’admettent l’utilité d’une Aumône générale que pour l’entretien des pauvres mendiants et proposent même que chaque paroisse verse dans la caisse commune une somme prise sur le revenu des pauvres et proportionnée au nombre des mendiants se trouvant sur son territoire. Mais les curés veulent conserver le soin des « pauvres et honnêtes ménages », « car, si tant d’honnêtes gens doivent être confondus avec cette dernière populace [les mendiants] et leurs noms connus à des notaires, à des administrateurs, à un bureau général, que dis-je ? à toute une ville et inscrits à perpétuité dans un registre public, que deviendront tant d’honnêtes familles ? ». Seuls les curés peuvent garantir aux pauvres honteux l’anonymat et leur donner pourtant un secours efficace car « eux seuls connaissent ce qui s’y passe parce qu’eux seuls les visitent, et quiconque n’a point la même expérience qu’eux ne saurait imaginer les misères qui affligent ces secrets ménages et les réduisent au désespoir »9. Le clergé reconnaît que le système en vigueur jusque là présente des injustices et des abus criants mais il se refuse à l’attribuer au manque de contrôle et d’unité dans les distributions et à une trop grande dispersion des ressources. Ainsi, les pauvres liégeois continueront jusqu’à la fin de l’Ancien Régime à être assistés par les menses paroissiales. Ces dernières voient leurs revenus s’accroître sensiblement lorsque, par son testament du 28 juillet 1742, Georges-Louis de Berghes fait des pauvres de Liège ses héritiers universels10. Une somme de plus d’un million trois cent mille florins est ainsi répartie entre les différentes paroisses. Après bien des tergiversations, le capital est placé sous forme de rentes et l’intérêt seul est distribué aux indigents. La fréquence des distributions est plus grande que dans les villages. Elles s’échelonnent de une fois par semaine à deux fois l’an. Elles sont plus variées aussi, même si c’est l’argent qui a la préférence des curés. Les sommes allouées varient selon le degré d’indigence, la rigueur du climat et les ressources de la mense paroissiale. Sont assistés en priorité les infirmes, les malades, les chefs de famille chargés d’une nombreuse progéniture et les chômeurs. En fait, le choix des bénéficiaires des secours reste à l’entière discrétion du curé, ce qui ne va pas sans certaines récriminations de la part des laissés pour compte11.

  • 12 Voir N. Haesenne-Peremans, La Révolution liégeoise : une crise d'autorité. Le partage du legs de G (...)
  • 13 A.É.L., Notaire B. Collard, 17 novembre 1789, Saint-André.
  • 14 Recueil concernant les affaires de Liège, t. 4, 4 février 1791, A.É.L., Placards imprimés, 000296 (...)

7La haute main du clergé sur les menses est remise en question à Liège au moment de la Révolution patriotique. Les curés sont accusés de malversations. Le peuple exige et obtient le partage des capitaux laissés par Georges-Louis de Berghes. Démagogie ou impuissance, la municipalité laisse faire12. « Plusieurs personnes qui, non seulement ne sont et n’ont jamais été inscrites sur la sédule des dits pauvres mais qui plus est, sont partie marchands, partie négociants et bons artisans ne rougiroient point de vouloir se mettre sur le rang et se faire inscrire dans la classe des pauvres nécessiteux pour arracher et extorquer à ces derniers une partie des secours que le ciel, propice à leur misère, leur a envoié »13. Lorsqu’enfin, le 7 septembre 1790, la municipalité intervient et s’efforce de régler les distributions et d’éviter les abus flagrants, il est trop tard. Près d’un million de florins ont été dilapidés sans profit pour les vrais indigents. La misère demeure et il n’y a plus d’argent pour la soulager. Le Haut Directoire de Cercle du Bas-Rhin parle de « préjudice irréparable » pour « les générations indigentes à venir »14. Les sommes allouées à cette occasion sont fort variables. A Saint-Étienne, paroisse riche, un tiers des paroissiens reçoit 200 florins par tête. Par contre, à Saint-Nicolas-au-Trez, la part de chacun ne dépasse pas un florin. En règle générale, le montant excède rarement 12 à 13 florins par tête. On ne peut qualifier ces sommes de négligeables mais elles sont insuffisantes pour permettre au pauvre d’échapper à sa condition. Les caisses seront vides lorsqu’il faudra soulager les victimes du terrible hiver de 1794-1795.

  • 15 Μ. N. Jolivet, Description du pays et principalement de la ville de Liège, dans Bulletin du Cercle (...)

8S’il fallait dresser un bilan de l’assistance paroissiale au XVIIIe siècle, on pourrait parler de besoins immenses et de ressources limitées. Les secours peuvent apporter un soulagement immédiat mais ils sont comme une goutte d’eau dans l’océan de la misère. La charité privée doit, le plus souvent, suppléer aux carences des menses paroissiales. Il semble d’ailleurs qu’on ne fasse jamais appel en vain à la charité des Liégeois. Jolivet n’affirme-t-il pas qu’« ici (à Liège), on croit tout réparer en donnant quelques liards aux pauvres »15.

2. Les hospices

9Les hospices du Moyen Age, asiles pour pélerins ou refuges de lépreux et de pestiférés, ont perdu leur rôle au XVIIIe siècle. Leurs locaux tombent en ruine ou leurs revenus sont détournés de leur destination première Les hospices réservés, à Liège et à Verviers, aux malades, aux vieillards et aux orphelins sont, dans l’ensemble, des créations de la Contre-Réforme. Ils tendent à se spécialiser afin de mieux répondre aux différents besoins. Toutefois, ce sont des institutions citadines réservées aux habitants de la ville. Au bénéfice des pauvres des campagnes, il n’existe rien.

  • 16 Cfr M. Florkin, Les origines de l'hôpital de Bavière, dans Chronique de l’Université de Liège, Liè (...)
  • 17 Voir à ce propos M. De Meulemeester, Les Augustines de l’hôpital de Bavière, Louvain, 1934.
  • 18 A.É.L., Bienfaisance, Hospices, Bavière, Ibis.
  • 19 J. Noël, op. cit., p. 115.
  • 20 A.É.L., Bienfaisance, Hospices, Bavière, Ibis.
  • 21 Au cours du XVIIIe siècle, les capitations recensent de 30 à 40 religieuses. Or le règlement indiq (...)

10Il faut attendre le début du XVIIe siècle pour que soit fondé à Liège un hospice pour malades indigents16. Jusqu’à l’époque française, il fonctionnera sans intervention de la ville, ni des États. Le service y est assuré par des religieuses augustines en nombre proportionné à celui des malades17. Pour être admis à Bavière, il faut être « bon catholique », natif de la cité ou y habiter depuis 6 mois au moins, être indigent, appartenir à une honnête famille et ne pas avoir mené une existence scandaleuse ou débauchée. En sont exclus les incurables, les contagieux, les vénériens, les déments, les vieillards, les enfants, les femmes enceintes, les mendiants ou, à l’opposé, « ceux qui ayant une maladie sont propriétaires de leur cens et maison »18. Les maîtres refusent également de recevoir les blessés lors de rixes ou de disputes de cabaret ainsi que les victimes des troubles de la Cité19. Aucun document ne permet d’établir avec certitude le nombre des malades reçus à Bavière. La règle de 1626 le fixe « à proportion de ce qu’on peut nourrir »20. On peut admettre que le nombre des malades soignés en même temps à Bavière serait de 90 à 16021.

  • 22 A.Ev.L., G X 20, Chronique de l’hôpital des Incurables. F. X. Georges, Notice historique sur l'hos (...)
  • 23 H. Stefne, op. cit., p. 45.
  • 24 A.É.L., Cité, Recès, 18, fo 85 vo - 86 ro et Fonds Ghysels, 12.

11Le règlement de Bavière en excluait les vieillards incurables. Pour pallier cette lacune, est mis en activité, dès 1690, grâce aux efforts d’un chanoine de la collégiale Saint-Denis, Pierre-Paul Valdor, un asile prêt à recevoir les incurables. D’abord situé Chaussée Saint-Léonard, il est transféré, dès la fin de 1690, rue du Cheval Blanc et, en 1705, rue du Verbois, dans deux maisons léguées par Jean-Ernest de Chockier, baron de Surlet, tréfoncier de la cathédrale et archidiacre des Ardennes22. Au début, pour y être admis, il suffisait d’être incurable, peu importait l’âge mais le règlement de 1748 en décide autrement et fixe la limite à 60 ans. L’hôpital ne recueille ni les contagieux, ni les déments, ni les vénériens. Les bénéficiaires doivent habiter dans une des 32 paroisses de la Cité et « les natifs de la ville sont préférables à ceux qui n’y sont qu’habitans, lorsque les autres motifs seront égaux ». De même, préférence doit être accordée aux plus pauvres et aux plus affligés. Pourtant, s’il faut en croire Stefné, « on y voit que des sexagénaires, la plupart bien portants que le crédit plutôt que toute autre considération y a placé »23. Certains se font recommander par le Conseil de la Cité, d’autres sont appuyés par quelque noble24.

  • 25 A.Ev.L., G X 20, p. 8.
  • 26 Ibidem, p. 31, 33, 42, 40, 47, 48, 49 et graphique no 85.
  • 27 A.É.L., Bienfaisance, Hospices, Incurables, 325.
  • 28 A.Ev.L., G X 20, p. 79.
  • 29 Ibidem, p. 87.
  • 30 Ibidem, p. 139.
  • 31 J. de Heusy, Essai sur le projet de l'établissement d'un Hôpital Général, p. 10.
  • 32 A.É.L., Prévôté, 18 et 95.

12Dans les trois premières années de son existence, l’hospice accueille jusqu’à 24 indigents par an mais, en 1693, les maîtres décident de réduire ce nombre à 12, « vu le décroissement dans les aumônes »25. En fait, c’est grâce aux libéralités du baron de Surlet que l’hospice commence à prospérer. En 1728, le nombre des vieillards est fixé à 51. En 1731, il est porté à 60. En 1740, il passe à 67. Deux ans plus tard, il est de 72 (24 hommes et 48 femmes). En 1744, il est fixé à 80 et, l’année suivante, à 8326. Ces derniers accroissements ont été rendus possibles grâce au legs que fit Georges-Louis de Berghes aux hôpitaux en 174327. En 1768, vu le nombre toujours croissant des pensionnaires, force est de scinder l’établissement. Les vieillards infirmes, au nombre de 25, s’installent dans l’ancien couvent des religieuses conceptionnistes en Bêche28 tandis que les femmes demeurent rue du Verbois, mais les deux maisons continuent d’être soumises à une même administration. En 1781, le nombre des lits est encore augmenté de 12 (3 pour les hommes et 9 pour les femmes). En 1786, Hoensbroek y crée trois lits supplémentaires pour incurables aveugles et affecte à cette fondation un revenu de 15.000 florins29. En 1797, il y a dans les deux maisons 140 personnes y compris les domestiques30. A l’aube du régime français, il y a, à Liège, un lit d’incurable pour 640 habitants environ. Ces deux hospices sont cependant insuffisants pour recueillir tous les incurables. Jacques de Heusy estime qu’il aurait fallu porter le nombre des lits à 400 pour les hommes et autant pour les femmes31. Les maîtres de l’hospice s’efforcent cependant d’apporter aux incurables qui n’ont pas la chance d’être admis un soulagement relatif. Un revenu annuel de 1400 florins provenant du capital légué par Georges-Louis de Berghes est distribué en quatre fois chaque année « aux pauvres incurables parmi la ville », à raison de deux escalins par tête, auxquels on ajoute une chemise en hiver32. En un siècle, l’hospice accueille 550 hommes et 844 femmes.

13Les hospices de la Contre-Réforme ont une destination toute différente de ceux du Moyen Age. Alors que ces derniers étaient destinés aux étrangers et aux exclus (lépreux et pestiférés) les premiers sont réservés aux bourgeois. Le nombre des lits disponibles par habitant triple durant le XVIIIe siècle mais cet accroissement est encore insuffisant et toutes les demandes d’inscription ne peuvent être satisfaites. D’autant qu’en période de crise, lorsque le besoin s’en fait le plus sentir, le nombre des places est réduit pour maintenir tant bien que mal l’équilibre du budget.

GRAPHIQUE no 85. Mouvement de la population à l'hospice des Incurables de Liège de 1690 à 1789

GRAPHIQUE no 85. Mouvement de la population à l'hospice des Incurables de Liège de 1690 à 1789

Souce : A.Év.L., GΧ 20.

  • 33 M. Dewé, Les orphelinats de Liège (1620-1801). Accueil, éducation et formation professionnelle des (...)
  • 34 A.É.L., Bienfaisance, Orphelins, 1.
  • 35 M. Dewé, op. cit., p. 80 et Th. Gobert, op. cit., t. 1, p. 498.
  • 36 A.É.L., Conseil Privé, 227 et États, 228.
  • 37 É. Hélin, La population, pp. 84-85 et M. Dewé, op. cit., pp. 86-87

14Le premier orphelinat liégeois est créé en 1620, en Agimont, sous l’impulsion de Gertrude Counotte, veuve de l’échevin Servais de la Vignette. Au début du XVIIIe siècle, il abrite 77 enfants, filles et garçons. Au XVIIIe siècle, trois autres asiles sont ouverts : la Maison de la Bonne Volonté, qui accueille 18 filles en 1706, la Maison de Saint-Michel qui, de 1717 à 1720, donne asile à 20 fillettes et enfin la Maison de la Divine Providence qui abrite, en 1741, une soixantaine d’orphelins33. Les quatre orphelinats liégeois ont été créés grâce à l’initiative privée. A l’exception de la maison d’Agimont, ils sont pauvrement dotés et leurs revenus ne permettent pas de faire face aux dépenses. Les conditions d’entrée sont assez strictes en Agimont car, au départ, l’orphelinat est réservé aux orphelins de père et mère, originaires de la Cité de Liège. Par la suite, on y admet les « fils ou filles de bourgeois natifs dans une paroisse de la juridiction de M. l’archidiacre de la Cité »34. Par contre, dans les autres orphelinats se côtoient des orphelins issus d’unions légitimes, des enfants de familles trop nombreuses et des fillettes abandonnées. A la Divine Providence notamment, Élisabeth Bailly déclare qu’elle « ramasse les pauvres filles abandonnées par leurs parents et qui gueusent parmy la ville, sans instruction »35. Les règlements de la Bonne Volonté et de Saint-Michel n’exigent pas la condition d’orpheline. La provenance des enfants recueillis n’est pas précisée. A la Bonne Volonté, la majorité provient de la ville et des faubourgs mais il en est également du pays, du diocèse et même de l’étranger. A Saint-Michel, on recueille les enfants de la ville et du Pays. Il en va de même à la Divine Providence36. Ces maisons sont, en principe, réservées aux enfants pauvres. En fait, c’est le cas à l’orphelinat Counotte. Il n’en va pas de même dans les autres maisons moins bien fondées. On exige à l’entrée des « cautions », qui en définitive, « excluaient les enfants misérables ». Ainsi, à la Bonne Volonté, il faut donner 5 écus pour l’habillement en entrant. A Saint-Michel, on exige 25 écus. A la Divine Providence, cette même habitude s’instaure après quelques années. Alors qu’au début, on reçoit « purement par charité », aux alentours de 1750, on exige une somme pour payer les vêtements. Pourtant, dans les faits, cette exigence est laissée à l’appréciation des directeurs. « Pour les unes, il n’y a aucun payement, d’autres amènent quelques klicottes (vêtements fort usagés), d’autres payent jusqu’à 25 écus ». A Saint-Michel, certaines apportent même 40 écus37.

  • 38 A.É.L., Prévôté, 95.
  • 39 M. Dewé, op. cit., p. 76.
  • 40 J. de Heusy, op. cit., p. 39.
  • 41 A.É.L., Prévôté, 18 et 95.
  • 42 D. Van de Casteele, Un fil de l'ancienne industrie dentellière à Liège, dans B.I.A.L., t. 18, 1885 (...)

15La plupart des enfants ne sont pas admis avant l’âge de 6 ans, sauf à la Bonne Volonté et à la Divine Providence. A l’orphelinat Counotte, il faut même 7 ans. L’âge de sortie n’est pas précisé en Agimont. Il suffit que les enfants « puissent gagner 5 à 6 sous par jour »38. A la Bonne Volonté et à Saint-Michel, l’âge est fixé à 22 ans accomplis. Dans chaque maison, la population est en hausse dans les premières années du fonctionnement ; elle s’affaise par la suite. Elle passe de 233, entre 1736 et 1740, à 122 en 180039. Cette réduction de près de la moitié est due, semble-t-il, aux difficultés financières croissantes rencontrées par les orphelinats. A la sortie de la maison, l’enfant n’a guère le choix d’une carrière. « Dans la règle ordinaire, [il] n’est destiné tout au plus qu’à devenir bon ouvrier ou soldat »40. Effectivement, durant leur séjour à l’hospice les garçons sont placés en apprentissage chez des artisans de la Cité. Plus de la moitié apprennent le métier de tailleur ou celui de cordonnier41. Quant aux filles, elles sont occupées, dans les locaux de l’orphelinat, à la couture ou à la dentelle. Il s’agit là d’un trait commun à la plupart des orphelinats de filles. Peut-être parce que l’apprentissage de ces métiers ne nécessite aucun investissement coûteux et parce qu’il est rapidement source de profit pour l’établissement. Les métiers exercés tant par les garçons que par les filles nourrissent difficilement leur homme. C’est parmi leurs membres que se recrutent un grand nombre d’indigents. La dentelle, en outre, est en déclin à la fin du XVIIIe siècle42.

  • 43 J. de Heusy, op. cit., p. 10.
  • 44 H. Sterne, op. cit., p. 45.
  • 45 Cfr É. Hélin, Le sort des enfants trouvés au XVIIIe siècle, dans V.L., 1953, pp. 203-206 et N. Hae (...)
  • 46 J. Daris, Notices, t. XIV, p. 211 ; Th. Gobebt, op. cit., t. 1, p. 498, citant une lettre de Velbr (...)

16Le nombre des places disponibles est insuffisant pour couvrir les besoins de la ville de Liège. Heusy estime nécessaires 400 places pour les garçons et un nombre plus élevé encore pour les filles43. Par ailleurs, les vrais nécessiteux n’y trouvent pas toujours le refuge désiré. Ainsi, Stefné assure que l’hospice des orphelins qui « tient le second rang » après Bavière est « très utile en soi [mais qu’]il le serait plus encore si, au lieu de n’accorder les places qu’à la faveur, on les donnait aux plus nécessiteux, à ces enfants [...] qui n’ont ni demeure, ni asile pour se retirer »44. En outre, aucune structure d’accueil n’est prévue pour la petite enfance45. Velbruck en est conscient. Il s’efforce d’obtenir du pape l’autorisation de supprimer le couvent des Croisiers pour y placer un hôpital d’enfants trouvés. Il justifie sa demande par le grand nombre d’abandons constatés dans une ville comme Liège. « On est ici inondé de femmes oisives, mendiantes et débauchées dont la plupart mariées ; il est conforme à la religion, à la charité et à l’humanité de pourvoir au salut des enfants qui naissent de ces malheureuses créatures, qui souvent sont abandonnées de leurs coupables mères et qu’elles détruisent même en les jetant soit dans les rivières, soit dans les fosses profondes dont on a tiré le charbon de terre, qu’on voit d’ailleurs trop souvent devenir la proie des réformés qui ne tâchent que trop de s’en procurer, ou enfin qui, envoyés à l’hôpital des enfants trouvés de Paris, périssent de misère en chemin ». On trouve de nombreux enfants « enterrés dans des fumiers, gettés dans des canaux »46. Pourtant, si le pape approuve l’idée d’un hospice d’enfants trouvés, il est réticent pour accorder la suppression du couvent des Croisiers, aussi l’affaire traîne-t-elle en longueur, sans résultat. C’est seulement sous le régime français que l’État prend en mains le sort de « ces malheureuses créatures ».

  • 47 P. Demaret, op. cit., p. 84.
  • 48 Ibidem, p. 96.

17Si Verviers possède, dès le Moyen Age, un asile pour les pauvres passants, il faut attendre le XVIIe siècle pour que soit créé un asile pour les vieillards « pour y retirer les personnes infirmes et misérables, souvent trouvées sur des couches froides, sales et puantes et destituées de secours et consolations nécessaires »47. C’est d’ailleurs Verviers qui innove en ce domaine dans la Principauté. En 1668, l’hospice reçoit ses quatre premiers vieillards, deux hommes et deux femmes. Ainsi, près de 30 ans avant la capitale, Verviers dispose d’un asile pour les vieux travailleurs. Vers 1680, le nombre des indigents s’élève à 6, en 1691, il est porté à 16 alors que les bâtiments peuvent en héberger 20. Le nombre des lits s’accroît au XVIIIe siècle. En 1776, on compte 43 pensionnaires (17 hommes et 26 femmes). A la veille de la Révolution, l’hospice abrite 44 vieillards (22 hommes et 22 femmes). Pour être admis à l’hôpital, les demandeurs « doivent être nés bourgeois de la ville de Verviers, incapables de gagner leur vie, professant la foi catholique ». L’hospice accepte également les hôtes payants. Les revenus de l’hospice sont insuffisants pour couvrir les dépenses. « Ce dit hôpital n’est suffisamment fondé ni sur la moitié près pour y nourrir et entretenir les pauvres gens caducques qu’on y reçoit, que sans les charités continuelles que leur font les marchands bourgeois de cette ville et les mains d’œuvres qu’ils font en nettoyant des laines, ils n’auront moyen de pourvoir subvenir à leur entretenances »48. En 1783, le déficit des comptes s’élève à 2174 florins. En 1794-1795, il passe à 8726 florins.

  • 49 G. X. Cornet, Un hôpital verviétois de jadis, la maison de Miséricorde, 1737-1891, s.l., 1954, p.  (...)
  • 50 J. Lejeab, Histoire de la ville de Verviers, période française, dans B.S.V.A.H., t. 4, 1903, pp. 1 (...)
  • 51 C. X. Cornet, op. cit., p. 22.
  • 52 G. X. Cobnet, op. cit., p. 26. Un registre de population de l’hôpital relève 393 entrées en 1786, (...)

18Un hôpital pour malades est créé en 1734 à l’initiative d’une négociante, la demoiselle Jeanne-Catherine Legros. Il est réservé, selon la volonté des fondateurs, aux pauvres malades « dépourvus de secours corporels et spirituels ». En sont exclus « ceux qui se seront prouvés leurs maladies par débauches et dérèglement et ceux qui seront atteints de maladies incurables et ceux qui auront des infirmités de la vieillesse ». L’entrée est refusée encore aux femmes enceintes et aux protestants. La condition de bourgeoisie est requise mais exception est faite en faveur des ouvriers et anciens ouvriers des manufactures verviétoises49. Le maximum de lits est, sous l’Ancien Régime, de 25. Le nombre des malades oscille entre 16 et 29 pour atteindre son point culminant en 1770, période de crise, avec 48 malades50. Quelques chambres particulières sont réservées, contre payement d’une pension, à des patients qui sollicitent leur admission « par fantaisie, par caprice, chagrin domestique, dégoût de domicil, délire mélancholique, cause cachée, pour être commodément à meilleur compte plus tranquil »51. On ne peut chiffrer avec certitude le nombre des entrées à l’hôpital. Dans les dernières années du XVIIIe siècle, il oscille aux alentours de 370 à 390 par an52. Se rendant compte que l’hôpital ne peut accueillir tous les malades, la ville décide d’instaurer, en 1776, des consultations gratuites à l’hôpital des malades en faveur des « pauvres bourgeois », qui peuvent s’y faire panser et soigner gratuitement. C’est là une initiative heureuse mais on ignore quel fut son impact réel sur la population.

  • 53 P. Demaret, op. cit., p. 105 et G. X. Cornet, Notes sur les origines des orphelinats verviétois, d (...)
  • 54 G. de Froidcourt et M. Yans, Lettres de Velbruck, t. 1, p. 189.
  • 55 G. X. Cornet, Notes sur..., p. 111.

19C’est de la fin du XVIIe siècle que date le premier orphelinat verviétois. C’est un établissement mixte. « Les pauvres orphelins sauront que ce ne leur est point assez de n’avoir ni père, ni mère en vie, mais qu’ils doivent être de cette ville, capables de travailler à un métier et avoir atteint au moins l’âge de 6 ans »53. Pourtant l’établissement recueille parfois des enfants de familles nombreuses ou des étrangers à la ville lorsque le demandeur propose de payer une partie de la pension. L’hospice donne asile à une quarantaine d’enfants. C’est là un nombre de places insuffisant pour une ville en pleine expansion. Des orphelins, des enfants abandonnés sont laissés à leur triste sort et vagabondent à travers la ville. En 1763, un second orphelinat, l’hospice de la Providence, est créé. Il est érigé en hôpital en 1776. C’est le magistrat qui désigne les enfants admissibles. En fait, on accepte les garçons et les filles de bourgeois ou non bourgeois, âgés de moins de 16 ans. A la suite de ces exigences minimales d’admission, le nombre des pensionnaires s’accroît rapidement, or la seule ressource de l’orphelinat consiste dans le produit du travail des enfants. Au départ, l’optimisme est de règle. Chestret n’affirme-t-il pas que le travail des enfants suffit non seulement « à les nourrir et habiller, de même que les personnes chargées de les diriger mais encore [qu’]ils ont fait une somme de 2 à 3000 florins de reste en si peu de temps »54 ? En fait, le produit du travail des enfants maintient le budget en équilibre jusqu’en 1786. A cette date, « à cause du trop grand nombre de petits enfants en dessous de 7 ans, incapables de travailler », il est impossible de subvenir à l’entretien des autres. Dès lors, les conditions d’accès deviennent plus strictes. L’hospice est réservé désormais aux enfants bourgeois âgés de plus de 7 ans et le nombre des pensionnaires est limité à 30. On exige en outre, sur les suppliques adressées au Magistrat en faveur des orphelins, les signatures de 8 personnes s’engageant à payer chacune 4 couronnes en 4 annuités55.

  • 56 P. Lebrun, L'industrie de la laine à Verviers, pp. 105-111.
  • 57 B. Hélin, La population..., pp. 381 et 395.

20Ainsi, comme à Liège, les difficultés financières amènent les responsables des hospices verviétois à accueillir de plus en plus d’hôtes payants au détriment des vrais pauvres. Les places offertes sont loin de suffire à une population en augmentation constante tout au long du XVIIIe siècle. La pénurie des lits est particulièrement pénible en période de crise. Pourtant, le rapport du nombre de lits à la population s’améliore. En 1693, pour une population maximum de 7800 habitants, on compte une cinquantaine de lits disponibles, tant à l’hospice des orphelins qu’à celui des Vieilles Gens, soit un lit pour 156 habitants. En 1800, les hôpitaux de Verviers abritent 144 personnes. La population est alors de 9776 habitants56. Le rapport est ainsi de 1 lit pour 68 habitants. Ce dernier pourcentage est très proche de celui de Liège à la fin de l’Ancien Régime puisque pour une population de 53 à 55000 habitants, la capitale de la Principauté dispose de 1063 places d’hôpitaux au plus, de 802 au moins57. Dans la meilleure hypothèse, le rapport du nombre des lits au nombre d’habitants s’établit à 1/49 ; dans le pire des cas, à 1/69.

  • 58 A.Ev.L., G X 20, p. 133.
  • 59 M. Lebrun-Dewé, op. cit., et A.A.P.V., C.H.C., 3, pp. 184-194.

21Pourtant, les places disponibles dans les hôpitaux, hospices et orphelinats ne peuvent répondre aux besoins d’une population qui s’accroît mais dont les ressources diminuent. Même si, dans le courant du XVIIIe siècle, le nombre des pensionnaires passe, à Liège, dans les hospices pour vieillards, de 10 à 96 et, dans les orphelinats, de 50 environ à près de 150 au moment de la Révolution, toutes les demandes d’inscription ne peuvent être satisfaites. Initiatives privées, les hospices et hôpitaux disposent de capitaux insuffisants et leurs difficultés financières empirent tout au long du siècle. Faute de résorber leur déficit, les administrateurs, tant à Liège qu’à Verviers, ont tendance à accepter des hôtes payants, qu’il s’agisse de vieillards, de malades ou d’orphelins, ce qui réduit d’autant l’accès ouvert aux véritables indigents, même si « ce moyen fut très désapprouvé du public »58. L’intervention des pouvoirs publics en leur faveur est, à Liège, dérisoire. Elle consiste en exemptions de certains impôts et en charités intermittentes. A Verviers, par contre, le Magistrat supervise très vite la direction. La ville intervient fréquemment pour combler les déficits, accorde des exemptions d’impôts, notamment celui du 20e denier, du brandevin et du braz et laisse aux hospices une partie des impôts affermés. Elle s’efforce également d’unifier l’administration en établissant, en 1778, un receveur commun aux quatre hôpitaux59.

3. Les hôpitaux généraux

  • 60 Cfr B. Geremek, Renfermement des pauvres en Italie ( XIVe- XVIIe siècles), dans Mélanges F. Braude (...)
  • 61 Cfr L. Lallemand, Histoire de la charité, t. IV, Les temps modernes, 1re partie, pp. 215-246, Pari (...)
  • 62 G. Henry-Joris, Tentatives liégeoises pour créer un Hôpital Général au xviie siècle, dans Annales (...)

22La grande nouveauté de l’époque moderne, c’est le renfermement. Il constitue l’une des réponses données à une crise économique qui affecte le monde occidental dans son ensemble60. A Liège, ce système est adopté en 1684. Le but de ces hôpitaux généraux est de fournir du travail, un gîte et la nourriture aux vrais indigents et de dégoûter les autres d’une vie de fainéantise et de vice61. La pauvreté, au lieu d’être traitée comme un problème économique est stigmatisée comme une flétrissure morale. C’est le péché et le vice qui sont responsables de la pauvreté. Seule une réforme morale imposée par la contrainte peut donc résoudre le problème et cette rédemption, le pauvre l’acquerra par le travail forcé dans les hôpitaux généraux. Il est considéré comme un être à part qu’on peut légalement ou arbitrairement priver de sa liberté. Les princes n’hésitent pas alors à violer la liberté individuelle reconnue à tout sujet de la Principauté. La saisie et le renfermement peuvent se faire sans « formalité de loi ou de statuts ». En fait, les dirigeants sont partagés entre deux attitudes, d’une part sévir, réprimer, expulser, de l’autre, enfermer et faire le bien du pauvre contre son gré62.

  • 63 A.É.L., Conseil Privé, 227, 19 novembre 1716.
  • 64 A.É.L., Fonds Ghysels, 30, 576. En France aussi, on note une hostilité du petit peuple à l’égard d (...)
  • 65 J. de Heusy, op. cit.·, H. Stefne, op. cit., et A. Grisard, Plan d'un Hôpital Général dédié à Son (...)
  • 66 H. Stefne, op. cit., p. 10.
  • 67 A. Grisard, op. cit., p. 15.
  • 68 J. de Heusy, op. cit., p. 4.

23Les mesures d’enfermement soulèvent, à Liège, l’hostilité du petit peuple, peut-être parce qu’il a conscience d’appartenir au même monde que ceux qu’on enferme. Ainsi, en 1716, un des directeurs de l’hospice Sainte-Barbe, maison « pour filles désobéissantes et vagabondes » se plaint que « des mal veillans n’ont cesser de persécuter cette maison en y jettans des grosses pierres et caillous qui ayant casser et briser entièrement les vitres ont entrer si avant dans les appartements, que les maîtresses et filles ont courus diverses fois risque d’estre grièsvement blessées ou tuées ». Bien plus, les personnes qui conduisent les filles à Sainte-Barbe sont agressées par les passants, leurs habits sont déchirés. Les délinquantes sont arrachées de leurs mains. Même les soldats n’échappent pas à la vindicte populaire. En ramenant à l’hospice une fille qui s’était enfuie, ils sont pris à partie par la foule, à tel point qu’ils sont contraints de tirer l’épée63. En 1771, on renonce à ériger le nouvel Hôpital en Bêche où « il faudrait d’ailleurs une garde militaire plus forte que partout ailleurs parce que le petit peuple qui fourmille dans ce quartier s’efforceroit de vouloir délivrer leur parens, leur ami et compagnons de débauche »64. Les hôpitaux généraux appellent ultérieurement à Liège la réprobation de trois philanthropes, Heusy, Stefné et Grisard, qui dénoncent le caractère inhumain de l’incarcération65. « On se tromperoit de beaucoup si l’on croioit d’avoir remédié à la misère publique en renfermant [...] quelques centaines de vaut-rien, de vagabonds et d’autres gens sans aveu dans un hôpital »66. « C’y sera plutôt un refuge où tout le désordre de la ville semblera être réuni67 ». « Les hôpitaux, loin de remédier à la pauvreté, la rendent incurable68 ».

  • 69 Voir graphiques nos 2 à 4.
  • 70 H. Hasquin, Cherté, interventionnisme et psychologie populaire : deux périodes de nervosité dans l (...)
  • 71 L. Lipsin, Le bonheur de l'homme charitable ou l'aumône avec ses avantages, enseigné par demandes (...)

24En un siècle, il y a eu à Liège cinq tentatives pour créer un hôpital général. Trois d’entre elles voient le jour après une crise annonaire plus ou moins grave (1726, 1751 et 1771)69 ; les deux autres suivent des périodes de troubles plus ou moins importants (1684 et 1774)70. Il s’agit donc d’une réaction qui se manifeste lorsque le nombre des pauvres augmente et présente un danger. Les autorités veulent emprisonner les pauvres pour les séparer du reste de la société. Ils sont considérés comme des asociaux et comme tels, enfermés pêle-mêle avec d’autres asociaux : fous, prostituées, « prodigues ». En tant qu’être asocial et immoral, le pauvre doit être amendé et l’on insiste très fort, au XVIIIe siècle, sur la rédemption spirituelle des séquestrés. En 1729, Louis Lipsin, théologien et provincial des Frères mineurs, précise qu’une des fins principales de l’hôpital est, non seulement « de retirer ces fainéans de la mendicité, de les empêcher de courir les rues, d’assaillir le monde, de le fatiguer par des demandes continuelles et accablantes, mais encore pour prendre soin du salut de leurs âmes qui étoient dans un très grand danger de se perdre, à cause des vicieuses habitudes qu’elles avaient contractées et qu’on aurait bien eu de la peine à déraciner sans ces sages et ces salutaires précautions qu’on a prises à leur égard »71.

25Les premières réalisations liégeoises aboutissent à la fondation éphémère de deux maisons de correction, l’une pour garçons, l’autre pour filles, qui ne méritent guère le titre pompeux d’Hôpital Général puisqu’à elles deux, elles abritent à peine une cinquantaine de personnes.

26Sous Georges-Louis de Berghes, l’entreprise est plus sérieuse. Tirant la leçon des échecs, le Prince a compris que la faiblesse des hôpitaux précédents résidait dans leur manque de revenus. C’est pourquoi il assure au nouvel établissement des ressources plus importantes. L’Hôpital Général recueille sous son règne plus de 200 vagabonds et mendiants. Il s’agit là d’un nombre dérisoire comparé à la population pauvre de la ville (moins de 5 %) d’autant que, très vite, les mendiants sont, par manque de fonds, remplacés par des hôtes payants, fous ou enfants difficiles.

  • 72 A.É.L., Fonds Ghysels, 30, no 576.
  • 73 H. Sterne, op. cit., p. 12.

27Sous Velbruck, l’hôpital est réservé à cinquante enfants pauvres qui apprennent un métier et reçoivent des rudiments d’instruction mais là encore, le nombre est minime lorsqu’on sait qu’à la même époque, la ville de Liège compte 1061 mendiants adultes dénombrés et 746 enfants de plus de 15 ans72. Quant aux pauvres du pays, « tout le quartier d’Outre Meuse [environ 10.000 habitants] ne suffiroit point pour (les) y renfermer »73.

  • 74 A.É.L., Conseil privé, 192 ; C. Paultre, op. cit., p. 137 et sv. et X. Renouard, L'assistance publ (...)
  • 75 P. Bonenfant, op. cit., p. 247 et C. C. Fairchilds, Poverty and charity in Aix-en-Provence, 1640-1 (...)

28En fait, chaque tentative pour créer un hôpital général aboutit, à Liège, à la formation d’une maison de correction où bientôt les caractériels et les fous se substituent aux mendiants. Par ailleurs, le nombre ne peut se comparer à celui des internés de Paris, où, en 1757, on comptait 5 à 6000 personnes, ou de Lille, où les directeurs avancent le chiffre de 1200 personnes et Renouard celui de 50074. Il est du même ordre de grandeur que celui de Ruremonde où le nombre des hospitalisés est, en moyenne, de 130, ou d’Aix-en-Provence, où l’on recense 106 internés en 17 8 075.

  • 76 G. de Froidcourt et M. Yans, Lettres de Velbruck, t. 1, p. 154.
  • 77 H. Sterne, op. cit., p. 18.
  • 78 Les expressions patriotiques, p. 33.
  • 79 A. Luyckx, Procédure à l’égard des mendiants et vagabonds, dans Les Novelles, Procédure Pénale, t. (...)
  • 80 H. Sterne, op. cit., p. 12.

29L’objet de ces maisons était, déclarent les responsables, « d’extirper les vices et prévenir le crime »76 mais, en fait, elles ont moins pour but d’aider les malheureux que de débarrasser « les riches et gens aisés de l’importunité de ces misérables »77. Un tenant de l’Hôpital Général le déclare encore sans ambages en 1773. Les gueux sont un danger pour la société parce qu’ils importunent sans cesse la population et finissent par former des bandes armées qui exigent par la force ce qu’elles ne peuvent obtenir par la pitié. Il faut donc les enfermer afin d’éviter qu’ils ne troublent la tranquillité publique78. L’organisation des hôpitaux généraux marque « l’apogée de l’assistance répressive »79. Le caractère coercitif de ces maisons effraie les mendiants mais cette crainte est de courte durée. Ainsi, lors de la création de l’hôpital Saint-Georges, en 1727, les mendiants disparaissent des rues pendant quelque temps : « personne ne vouloit avoir l’honneur d’être logé le premier dans cet hôtel »80. Sous le régime français, le principe des hôpitaux généraux réapparaît sous la forme plus libérale d’ateliers de charité. Il ne s’agit plus de maisons de force mais de maisons de travail. Les pauvres ne sont plus enfermés mais accueillis durant la journée.

30La répression se mue en assistance. Mais les résultats de ces nouvelles initiatives seront tout aussi décevants.

B. — Au XIXe siècle : Les nouveaux régimes

31Dès leur installation, les Français transforment le système d’assistance et laïcisent la bienfaisance. Les curés et mambours perdent la gestion du patrimoine des pauvres. Les avoirs passent sous la tutelle des communes et sont administrés par des Bureaux de bienfaisance composés de notables. Les hospices perdent leur autonomie. Leurs biens sont rassemblés et gérés par une Commission des Hospices installée dans les villes. Les membres de ces comités doivent recevoir l’approbation du préfet. A la chute de l’Empire, le solide réseau de lois et d’institutions de bienfaisance mis en place par le régime français est adopté tel quel par le régime hollandais qui se contente d’y apporter de légères modifications. En fait, le système va rester en vigueur jusqu’à ce que la loi du 10 mars 1925 organise les Commissions d’Assistance publique. L’historien constatera cependant avec intérêt que s’il s’agit d’un bouleversement des institutions, les conséquences de ce changement sur le sort quotidien du pauvre sont pratiquement imperceptibles.

1. Les secours à domicile

  • 81 A.É.L., F.F., Préf., 599, 601, 602.
  • 82 A.É.L., F.F., Préf., 562. Le préfet au Bureau de bienfaisance de Liège, 3 juin 1808.

32Jusqu’à la formation des Bureaux de bienfaisance, les distributions continuent à se pratiquer en respectant les habitudes de l’Ancien Régime, c’est-à-dire, le plus souvent, lors des grandes fêtes religieuses81. Les conditions mises à l’obtention du secours n’ont pas changé, si ce n’est peut-être que la moralité est exigée avec moins d’insistance. En 1808, le préfet affirme que « la moralité jusqu’à un certain point, ne doit point trop influencer dans la distribution de l’aumône car la bienfaisance ne repousse point la mère d’enfants illégitimes lorsqu’il est reconnu que son travail ne peut suffire à les nourrir »82. De manière générale, les Bureaux de bienfaisance accordent, dans l’ordre d’importance, aux chômeurs involontaires, aux nécessiteux, aux familles nombreuses, aux malades et aux infirmes, une priorité dans les distributions.

  • 83 Cfr. N. Haesenne-Pebemans, Comment atténuer la misère ? L'organisation des secours à domicile dans (...)
  • 84 M.A.D.O., t. 1, p. 542, A.É.L., F.F., Préf., 628, 6 pluviôse an X.
  • 85 A.É.L., F.H., 2497, réponse de Liège et F.H., 2502, réponse de Limbourg à l’enquête de 1823.

33Le mode de distribution et la nature des secours n’ont guère varié depuis l’Ancien Régime. Les distributions se font le plus souvent au local de chaque Bureau de bienfaisance ou publiquement à la porte de l’église ou sur le cimetière. Plus rarement, les responsables des Bureaux de bienfaisance remettent aux indigents des bons qui sont convertis en pain, vêtements ou chauffage lorsqu’ils sont présentés au receveur83. En fait, les distributions sont incapables d’assurer en permanence la subsistance aux indigents. Elles se bornent le plus souvent à leur apporter un soulagement partiel et temporaire aux moments les plus pénibles de l’année. Elles répondent au souci des autorités pour qui l’aide accordée doit être précaire84. L’insécurité doit jouer le rôle de stimulant et contraindre l’indigent au travail. Si les autorités accordent une préférence aux aides en nature, dans la pratique, les bureaux locaux allouent plutôt une aide en argent. On s’était en effet aperçu que, pour se procurer ce dont ils avaient besoin, les indigents avaient pris l’habitude de revendre à perte les denrées qui leur étaient distribuées. A Liège, les pauvres « vendent parfois le pain, les vêtements, le chauffage et même les outils reçus » pour se procurer de l’argent malgré les menaces de sanction. A Limbourg, « quand on distribuoit du chauffage, ils le vendoient pour se procurer autre chose et quand on leur distribuoit du pain de ménage, ils le vendoient pour se procurer du tamisé »85. Ainsi, il semble qu’il y ait un décalage constant entre les véritables besoins des indigents et l’image que s’en font les autorités. Lorsque les communes sont bien dotées, elles ajoutent aux distributions d’argent, de pain ou de grains, des secours en vêtements, en chauffage et elles payent le cercueil pour ensevelir les indigents. Les moyens des Bureaux de bienfaisance sont aussi réduits que ceux des menses et les secours sont, le plus souvent, inopérants.

  • 86 Voir tableau no 16.
  • 87 A.É.L., F.H., 2502, réponse de Warnant à l’enquête de 1823 et F.H., 2493, observations du commissa (...)
  • 88 Le Philanthrope, t. 1, pp. 100-101.
  • 89 A.É.L., F.H., 2493.

34Près du quart des communes de l’actuelle province de Liège n’ont aucun revenu à consacrer à la bienfaisance sous le régime français et près du quart des communes consacrent aux pauvres moins de 50 % des ressources de la bienfaisance. Les autres y allouent un montant variant entre 60 et 99 %. Le reste de l’argent est perdu en frais divers. En l’an XIII, la moyenne des sommes allouées annuellement à un indigent est de 4,05 francs. En 1816, elle est de 4,72 florins, soit près de 10 francs. En 1823, elle est de 1 à 2 florins par tête mais les variations sont très fortes d’une commune à l’autre86. Ces montants sont considérés comme dérisoires par les responsables mêmes des Bureaux de bienfaisance. On les qualifie d’« inefficaces », d’« exigus »87. Ces secours « ne parviennent généralement qu’à aider· d’une manière imperceptible les personnes que l’on veut secourir. Leur insuffisance est d’ailleurs assez attestée par leur peu de résultat88 ». Dans le canton de Waremme, « ils sont presque devenus, par leur modicité, sans utilité pour ceux auxquels ils sont accordés »89

2. Les « asiles de la misère »

  • 90 Cfr N. Haesenne-Peremans, L'équipement hospitalier de la province de Liège au début du XIXe siècle (...)
  • 91 A.G.R., Fonds d'Ursel, L 356.
  • 92 A.A.P.L., P.V.C.A.H., 17 frimaire an VII.
  • 93 A.A.P.L., P.V.G.A.H., 2 vendémiaire an IX et A.N.P., F 15, 376, supplément au compte moral des hos (...)

35Au début du nouveau régime, la situation dans les hospices se serait plutôt dégradée par rapport à l’Ancien Régime, malgré les efforts de rationalisation en ce qui concerne le nombre des hôpitaux, leur destination et leur gestion90. Dans les premières années du rattachement à la République française, le sort des hospices est précaire. Un rapport rédigé en 1829 résume ainsi leur situation à la fin du XVIIIe siècle : « Ces sortes d’établissements ont été frappés de mort, dépouillés ou privés de toute administration légale et de surveillance quelconque. Plus tard, on a senti la faute, disons mieux, l’iniquité criante commise dans ces premiers temps d’anarchie et d’effervescence, on a cherché à réparer le mal, ces utiles établissements ont été réorganisés, on leur a rendu leurs biens non légalement aliénés et, pour les indemniser de ceux qu’ils avaient perdu, les hospices [...] ont été autorisés à se mettre en possession des biens et rentes célées au domaine, qu’ils pourraient découvrir [...]. Dans la période intermédiaire, à partir de 1794-95, une partie des titres, registres et papiers de beaucoup de ces établissements ont été perdus ou détournés. On a profité de cet état d’abandon ou de désordre occasionné par la main-mise nationale pour s’emparer indûment des biens qui leur appartenaient ou pour gérer comme propriétaires ceux que l’on ne détenait qu’à titre précaire ou dont on avait la simple administration [...], enfin, beaucoup de débiteurs des nombreuses rentes qui formaient en général une partie considérable des revenus de ces différents établissements ont cessé de les payer, attendant qu’on leur en reproduise les titres consécutifs »91. Jusqu’en 1800, l’endettement provoqué par la Révolution et les premières années du régime français oblige à réduire le nombre des lits. A Liège, le nombre des malades à Bavière n’est plus que la moitié de ce qu’il était sous l’Ancien Régime. En l’an VII, on n’y compte plus que 25 hommes et 30 femmes92. Le nombre des lits est maintenu avec beaucoup de difficultés aux Incurables pour « alléger les maux de la classe infirme et indigente » car « l’admission d’un seul misérable à cet asyle a pour résultat d’adoucir le sort de plusieurs malheureux »93.

  • 94 A.N.P., F 15, 376, Annexe au compte moral des hospices de Liège, pour l’an VI, 27 pluviôse an VII.
  • 95 A.É.L., F.F., Préf., 24bis, Lettres du préfet des 12 février et 1er mai 1810, pp. 324 et 340.
  • 96 A.A.P.L., P.V.C.A.H., 22 octobre 1827, 27 mai et 13 août 1830.
  • 97 Mathieu Laensberg, no 149, 24 juin 1827, p. 1, col. 1 et no 117, 18 mai 1826, p. 3, col. 1.
  • 98 Documents statistiques, 3e publication officielle, Bruxelles, 1832.

36A Verviers, la population des hospices est réduite également de plus de 30 %. Il faut attendre la fin du régime hollandais pour que le nombre des bénéficiaires dépasse enfin celui du XVIIIe siècle. Toutefois, à cette époque, la population a doublé. La situation des hospices est à ce point désespérée que le Ministre de l’Intérieur se demande s’il ne vaudrait pas mieux les supprimer et étendre les secours à domicile. La Commission des hospices justifie leur maintien en insistant sur les services qu’ils rendent à la communauté. « Alors que le quart de notre population, plus de 10.000 malheureux de tous les âges et de tous les sexes se trouveraient brusquement privés de ce qui les aidoit à supporter une misérable existence, de ce qui peut-être les garantiroit du désespoir, des jeunes et innocentes victimes seroient livrées au plus triste abandon et ainsi aux suites funestes que la corruption fait redouter. Le vieillard que les années et, plus que les années, les travaux ont réduit à un état de souffrance continuelle, resteroit négligé et sans asyle. Le frénétique dangereux pour tout ce qui l’environne seroit relancé dans le monde et la personne qu’un délire érotique travaille divagueroit dans les rues où, en ameutant par ses manies, une jeunesse turbulente qui se fait un jeu de tous les désordres qui leur semblent nouveaux, elle donneroit lieu à des scandales dont l’idée fait rougir ; l’infortuné dont les salaires suffisent à peine quand il travaille, pour lui procurer le pain qui lui est nécessaire pour ne pas mourir, cet homme qu’une diète éternelle, qu’un travail sans relâche minent, que la crasse et la misère empoisonnent, que deviendrait-il dans un cas de maladie ou dans celui d’un accident qui exigeroit les secours de gens de l’art de guérir, que deviendroit sa famille si les portes des hôpitaux étoient fermées ? »94. Il n’est bientôt plus question de fermer les hospices mais les rationalisations dans le domaine hospitalier sont de rigueur. Lorsque commence à Liège le régime hollando-belge, il ne subsiste plus que 9 maisons auxquelles on impose des économies de personnel, de régime et d’approvisionnement. La nourriture est moins riche et moins variée qu’au siècle précédent. A Bavière, en 1810, on déplore la mauvaise qualité du pain95. Aux Incurables, les vieillards se plaignent à la fin du régime hollandais qu’on met « un tiers, si pas un demi d’eau avec leur bière », qu’on diminue l’usage du beurre et la quantité de viande96. Pourtant, les hospices de la province sont parmi les plus coûteux des provinces méridionales avec une dépense de 127,5 florins par individu en 1827. Cet état de fait est dénoncé par la presse qui s’étonne des dépenses considérables consenties par les Commissions des hospices si on les compare à celles des provinces limitrophes de Namur et du Luxembourg. Elle réclame une meilleure gestion des deniers du pauvre97. L’a-t-on écoutée ? Toujours est-il que la situation se redresse au cours des années suivantes jusqu’en 1831. La dépense moyenne par tête est comprimée à 66,5 florins98.

  • 99 A.A.P.L., P.V.C.A.H., an VIII, 2 octobre 1807 et 26 janvier 1818. Cfr N. Haesenne-Pebemans, Les as (...)
  • 100 A.A.P.L., P.V.C.A.H., 2 décembre 1806 et 7 décembre 1807.

37Sous les régimes français et hollandais, la population des hospices va, petit à petit, grâce aux économies draconniennes, en revenir à ce qu’elle était sous l’Ancien Régime et même dépasser les normes de population du siècle précédent. De 50 en l’an VII, la population de Bavière monte à 130 entre 1806 et 1813. En 1821, le nombre des admis passe à 143 et on est obligé de placer deux malades dans le même lit99. C’est en vain que le préfet s’efforce de faire admettre aux Incurables les vieillards des communes de la province. Il lui est répondu qu’« il y a dans cette ville des individus septuagénaires et octogénaires, infirmes et pauvres en telle quantité que si ceux qui y sont présentement entretenus venoient à mourir brusquement et qu’on remplaçoit de suite par autant d’autres ayant des titres d’âge, d’infirmité et de misère, il y auroit encore un nombre double des nouveaux admis à attendre le même avantage »100. De fait, la population des Incurables est en progression constante. Chez les hommes, elle passe de 36 au moment de la Révolution, à 125, en 1829. Chez les femmes, la progression est aussi nette. De 60, au moment de la Révolution, les effectifs sont portés à 150 en 1829.

  • 101 Cfr N. Haesenne-Peremans, Les hôpitaux et orphelinats verviétois au début du XIXe siècle, dans Ann (...)
  • 102 A.A.P.V., C.H.C.1, p. 130, C.H.C.3, p. 184 et A.É.L., F.F., Préf., 594 et 595.
  • 103 A.A.P.V., C.H.C.1, p. 130, C.H.G.3, p. 184. A.É.L., F.F.- Préf., 555, 594 et 595 et A.N.P., F 20, (...)

38A Verviers également, le nombre des indigents admis dans les hospices va croissant101. A l’hospice des Vieilles Gens, il passe de 41 en l’an XI à 53 en 1813 et atteint même 60 sous le régime hollandais102. A la Maison de Miséricorde, le nombre des malades oscille de 24 individus par jour en 1800 à 30 en 1830103.

  • 104 A.É.L., F.F., Préf., 592 et 593.
  • 105 A.É.L., F.F., Préf., 1597.
  • 106 A.É.L., F.F., Préf., 594 et A.A.P.V., H dt. 1 et 2.
  • 107 A.É.L., F.F., Préf., 594.

39Des localités de moindre importance comme Herve, Hodimont ou Stavelot possèdent également leur hospice à la fin de l’Ancien Régime. Ces établissements vont se développer au début du XIXe siècle. L’hospice pour vieilles gens de Herve va accueillir une trentaine de vieillards104. Il est complété, en 1817, par un hôpital pour malades indigents105, réservé aux natifs de Herve. Il reçoit, tout au long du régime hollandais, une trentaine de malades. L’hospice de Hodimont n’entre en activité qu’en 1804. La modicité de ses ressources restreint à une dizaine le nombre des vieillards admis106. A Stavelot, le nombre des indigents est limité à 8 tout au long du premier tiers du XIXe siècle107.

  • 108 A.É.L., F.F., Préf., 596, arrêté du préfet du 9 pluviôse an X et A.É.H., Bienfaisance, nv. régime,(...)
  • 109 A.É.L., F.H., 2505.
  • 110 A.É.H., Bienfaisance, nv. régime, 1377, 1138 et A.É.L., F.F., Préf., 596 à 598.

40Au début du régime français, toutes les ressources de la bienfaisance se distribuent, à Huy, sous forme de secours à domicile. Les revenus de l’hôpital des Grands Malades, fondé en 1220, sous le règne de Hugues de Pierrepont pour recevoir malades et lépreux, ont été transformés en 37 prébendes destinées à soulager « de vieux bourgeois, pauvres, honnêtes et de bonnes mœurs ». De même, les revenus des autres fondations (Paquette de Hasque, Communes béguines, Moxhe, Sorikoz et Waret, Pallas, Mottet et Notre-Dame) se répartissent entre 47 bénéficiaires. On trouve encore le Grand Hôpital, fondé en 1203, pour recueillir les pauvres hors d’état de se procurer par le travail des moyens d’existence. Mais, comme les autres institutions, ses revenus ont été convertis en prébendes, en pitances ou en secours à domicile. Toutefois, la plupart des prébendes sont monopolisées « par des particuliers qui, s’ils ne sont pas toujours dans l’aisance, sont au moins dans le cas de suffire à leurs besoins »108. Ainsi, à la fin de l’Ancien Régime, s’il existe encore des institutions portant le nom d’hôpital, elles n’en ont plus la fonction. Il faut attendre l’an XIII pour que le préfet décide de créer un hôpital de 12 lits pour malades indigents et un établissement de 20 lits pour les vieillards incurables et indigents. L’accès en est réservé aux seuls hutois de naissance. La Commission rejette la candidature de personnes « qui depuis longtemps sont venues se fixer dans cette ville, y ont apporté leur industrie, s’y sont livrés à une vie laborieuse et n’appartiennent plus enfin qu’à cette patrie adoptive », mais nécessité fait loi109 ! Les effectifs vont croissant. En 1822, les deux hospices réunis comptent près de 120 individus, en 1828, il monte à 133110. Huy est alors la ville la plus favorisée de la province avec un lit pour 50 habitants.

  • 111 N. Haesenne-Peremans, L'équipement hospitalier, p. 73 et Idem, Les asiles pour malades, vieillards (...)
  • 112 Bulletin communal, 1re année, no 50, p. 370 ; 2e année, no 9, p. 74 ; A.A.P.L., P.V.G.A.H., 17 mai (...)
  • 113 A.A.P.L., P.V.C.A.H., 6 et 23 avril 1807.
  • 114 A.É.L., Bienfaisance, Orphelins, sorties de 1806 à 1825.

41Dans les orphelinats liégeois, les mouvements de population sont identiques à ceux observés dans les hospices pour malades et vieillards. Après avoir traversé les pires difficultés lors de la crise de 1794-95, leur situation financière se rétablit mais, dès l’an XI, le nombre des orphelinats passe de 4 à 2, dans un souci de rationalisation. Les filles sont réunies à Sainte-Barbe, en Outre Meuse, les garçons demeurent en Agimont. En l’an X, leur population est de 125 orphelins. Elle est donc réduite d’un tiers111. Elle se stabiliss aux alentours de 75 individus à l’orphelinat pour filles de Sainte-Barbe, avec une pointe à 79 pendant la crise annonaire de 1816-1817. Elle redescend ensuite à 53 ou 54 filles selon les années. A l’hospice pour orphelins en Agimont, la population est en diminution constante sous le régime français (de 52 en l’an X à 43, fin 1812). Il remonte à 50 en 1817, en pleine crise, pour diminuer à nouveau jusqu’en 1830. En 1827, il n’y en a plus que 36112. Ne sont dorénavant admis que les enfants orphelins de père et de mère. Certaines exceptions sont cependant constatées en Agimont où l’on accepte parfois des garçons ayant encore l’un des deux parents lorsqu’ils font partie d’une famille nombreuse113. A l’orphelinat pour garçons, plus de 85 % des pensionnaires sont originaires de Liège-ville114. Les autres proviennent, pour la plupart, de la proche banlieue.

  • 115 Cfr G. X. Cornet, Notes sur les origines... et N. Haesenne-Peremans, Les hospices et orphelinats v (...)

42A Verviers également, la population des orphelinats est réduite par rapport à ce qu’elle était sous l’Ancien Régime. Alors qu’à l’hospice pour garçons de la Providence, le nombre des enfants s’élevait à 37 au XVIIIe siècle, il est fixé à 32 dès l’époque française et est même abaissée à 29 en l’an XI. A l’hospice des orphelines, il passe de 43 à 32115.

  • 116 N. Haesenne-Peremans, Hospices, orphelinats et atelier public à Huy au début du XIXe siècle, p.
  • 117 A.É.H., Bienfaisance publique, nv. régime, 1326, 18 juillet 1828. Cfr L. F. Thomassin, op. cit., p (...)
  • 118 A.É.L., F.F., n.cl., le sous-préfet de Huy au préfet, 23 mars 1812, F.F., Préf., 598, état des res (...)
  • 119 Il s’agit de Mario-Claire de Hamal (1er août 1773-30 mars 1816), veuve en premières noces de Charl (...)
  • 120 A.É.L., F.H., 2493, A.G.R., Ministère de la Justice, Bienfaisance et prisons, 69 ; A.É.H., Bienfai (...)

43Huy est la ville de la province la moins bien partagée en matière d’orphelinat. Les fondations et hospices qu’elle abrite sont réservés aux enfants de certaines communes rurales. Les orphelins incolats partagent le sort des enfants abandonnés116. Sous l’Ancien Régime, la fondation Helmans, datant de 1647, recueille, rue Saint-Maur, 5 orphelins des villages de Chapon-Seraing et Vaux-et-Borset. A l’époque française, on y compte 4 enfants117. Les autres orphelins sont confiés, moyennant une allocation de 30 centimes par jour, à des artisans pour apprendre un métier ou, lorsqu’ils sont trop jeunes, placés « chez des personnes honnêtes qui les élèvent ». Leur nombre oscille à l’époque française, de 8 à 15118. En 1816, la comtesse d’Oultremont de Warfusée119 fonde par testament un hôpital destiné à recevoir 12 vieillards des deux sexes et 12 orphelins de plus de 7 ans, originaires des communes de Saint-Georges, Warnant et Huccorgne. Ce nombre reste constant jusqu’à la fin du régime hollandais120. L’hospice entre en fonction dès 1823.

44Ainsi, les orphelinats de la province de Liège sont insuffisants pour répondre aux besoins de la population. Ils ne résolvent pas le problème pourtant crucial des orphelins en bas âge puisque leur accès est interdit aux moins de 6 ou de 7 ans, selon les cas et ils négligent celui des enfants naturels. Les places sont réservées à des enfants généralement originaires de la cité, à Liège ; toujours citoyens de la ville à Verviers. A l’inverse, à Huy, seuls sont admis les enfants originaires de certains villages, précisés au préalable par les fondateurs. Les établissements ont tous essuyé des revers pendant la période révolutionnaire mais la balance des recettes et des dépenses se rétablit petit à petit, d’abord parce que la Commission des hospices a soin de rechercher les revenus dispersés, ensuite parce qu’elle va fixer des effectifs maxima, souvent en deça des effectifs atteints sous l’Ancien Régime. On peut encore remarquer qu’ils préparent mal les enfants à s’insérer dans la société : éducation souvent insuffisante, métiers mal adaptés à la conjoncture économique. C’est là un des reproches fondamentaux que l’on peut faire aux orphelinats de filles comme de garçons : les enfants apprennent un métier utile certes mais non rentable et, une fois sortis des hospices, ils retombent à charge de la société par le biais des secours à domicile. On doit toutefois reconnaître que ces établissements ont réussi à préserver de la misère pendant quelques années, plusieurs centaines d’enfants qui, sans eux, auraient été privés souvent de toit et de pain et auraient été abandonnés à une charité improbable.

  • 121 Cfr M. Florkin, La maternité de la rue du Crucifix, dans Revue médicale de Liège, t. 9, no 12, Liè (...)
  • 122 A.A.P.L., P.V.C.A.H., séance du 7 mai 1829. En 24 ans, il y eut 6789 accouchements dont 3257 do fe (...)
  • 123 A.A.P.L., P.V.C.A.H., séance du 25 mai 1829.

45A l’initiative du préfet Desmousseaux, une Maternité complète, à l’époque française, l’équipement hospitalier de la ville de Liège. Cet hospice réservé aux femmes indigentes vient à son heure dans une ville où rien n’était prévu pour venir en aide aux femmes en couches121. Il ouvre ses portes le 1er janvier 1805. Jusqu’en 1830, il s’y pratiquera en moyenne près de 300 accouchements par an. 52 % des accouchées sont des filles-mères122 et 76,5 % sont originaires de Liège et de ses faubourgs123.

  • 124 N. Haesenne-Pebemans, Le sort des enfants trouvés et abandonnés pp. 7-53.

46Alors que rien n’était prévu, sous l’Ancien Régime, en faveur des enfants trouvés et abandonnés, tout un dispositif est mis sur pied dès le début du XIXe siècle afin d’assurer leur entretien à charge de l’État puis des communes124. Dans ce domaine, le législateur marque un progrès par rapport aux époques antérieures. Un des vices du système est cependant de confier les enfants à des familles trop pauvres qui spéculent sur ce genre de commerce. Il laisse ainsi la porte ouverte à tous les abus.

47Des institutions créées grâce à des capitaux privés sont soutenues et encouragées par le chef de l’État. Parmi elles, le bilan d’activité des Sociétés de Charité Maternelle est positif dans les trois villes principales. Ces sociétés sont établies pour venir en aide aux femmes enceintes indigentes et aux nouveaux-nés. De 1809 à 1815, la société de Liège secourt 2424 femmes. La société verviétoise, fondée en 1813, aide, de 1814 à 1818, 611 femmes et 1723 enfants.

  • 125 N. Haesenne-Pebemans, AU siècle dernier, une œuvre d'assistance en faveur de l'enfance abandonnée  (...)

48La dernière née, celle de Huy, apporte, de 1827 à 1830, une aide effective à 125 journalières et ménagères125. Chaque accouchée reçoit une allocation de 12 à 15 francs pour frais d’accouchement ainsi qu’une layette. La mère et l’enfant sont suivis pendant quelques mois. On leur fournit les soins médicaux nécessaires à leur état ainsi qu’un complément de nourriture.

  • 126 M.A.P.L., t. 9, p. 92. Cfr Le Philanthrope, t. 1 et 2.
  • 127 Courrier de la Meuse, 27 novembre 1823, p. 3, col. 2. Cfr J. Abbivabene, Lettre sur les colonies a (...)
  • 128 A.É.L., F.F., Préf., 1600, compte moral du Bureau de bienfaisance pour 1806.
  • 129 A.É.L., F.F., Préf., 564, lettre au préfet, 20 germinal an XIII.
  • 130 J. Lambert, La filature publique de Liège (1800-1819), dans R.H.E.S., t. 48, Paris, 1970 ; A.É.L.,(...)

49Le bilan de l’action des Colonies de bienfaisance établies sous le régime hollandais est, par contre, moins convaincant, même s’il s’agit d’une initiative originale. Elle a l’avantage d’employer utilement des bras valides, de mettre en valeur et de peupler des terres incultes. En cela, elle se place dans la tradition mercantiliste mais elle ne peut pas résoudre de façon efficace le problème du paupérisme. Aux yeux de ses promoteurs, l’avantage de pareil établissement est qu’il permet aux indigents de se relever de leur misère et de recouvrer leur dignité. Pour eux, les sommes dépensées en secours à domicile ou dans les asiles de charité le sont souvent en pure perte puisque « la société doit sans cesse les alimenter et les reproduire, non pour extirper la mendicité mais bien pour nourrir dans son sein des êtres démoralisés, abrutis et croupissant dans l’abjection la plus profonde et la plus déplorable »126. Ce ne sont pas les quelque 30 mendiants au maximum, envoyés chaque année, par la province de Liège dans les colonies campinoises de Wortel et de Merxplas qui peuvent diminuer une masse d’indigents qui se chiffre par dizaine de milliers. Les contemporains en étaient déjà conscients : « Ces nouveaux établissements parviendront-ils jamais à extirper la mendicité de chez nous ? On en peut douter sans mériter le nom d’incrédules »127. Les colonies de bienfaisance ne sont pas un remède à la mendicité, pas plus que ne le sont les ateliers de charité ou les dépôts de mendicité, instaurés grâce aux fonds de l’État et au patrimoine des institutions de bienfaisance. Les ateliers de charité conçus à l’époque française comme des œuvres de bienfaisance sont un tonneau des Danaïdes. Ils ont été à la mode sous le régime français. On y a vu la panacée capable de faire disparaître le fléau endémique de la mendicité. Leur but, à court terme, était d’aider au maintien de l’ordre en faisant disparaître des rues les éléments perturbateurs. Leur rôle s’est transformé sous la pression de la situation économique. Donner du travail aux chômeurs de l’industrie privée devient l’objectif premier. S’ils ont rendu, à Liège et à Huy, c’est-à-dire là où ils ont fonctionné, des services indiscutables, ils sont loin d’avoir répondu aux espoirs que les autorités avaient mis en eux. Il aurait fallu aux communes et aux institutions de bienfaisance des finances solides pour soutenir de tels établissements ; or, les bilans des unes et des autres sont presque toujours en perte. La politique des bas salaires, pratiquée dans ces ateliers, en éloigne rapidement les éléments économiquement rentables et voue l’institution au déficit. La journée d’un ouvrier à l’atelier public « suffit à peine à lui procurer les alimens de premier besoin »128. Une fileuse en lin gagne moins que la somme accordée journellement en secours à domicile par le Bureau de bienfaisance129. L’indigent n’est pas lié vis-à-vis de l’atelier comme il le serait vis-à-vis d’un employeur privé. L’irrégularité de la fréquentation journalière en témoigne. Comment, dans ces conditions, planifier une production ? La conjoncture économique déprimée ne favorise pas non plus le développement de nouvelles entreprises, surtout lorsqu’elles ne s’adaptent pas aux impératifs du jour, dans un domaine, le textile, où la mécanisation s’introduit de plus en plus. Pour les transformer en entreprises rentables, il faut diminuer le nombre des pensionnaires et ils perdent alors leur finalité130.

  • 131 M.A.D.O., t. 1, pp. 344-345, 11 nivôse an X, t. 3, p. 93 et A.A.P.L., P.V.C.A.H., 21 ventôse an X.
  • 132 J. Lambert, Le dépôt de mendicité Saint-Abraham en Féronstrée (1802-1824), dans V.W., t. 43, 1969, (...)

50Quant aux dépôts de mendicité, ils n’ont pas connu plus de succès que leurs prédécesseurs, les hôpitaux généraux. Au départ, ils étaient destinés aux mendiants qui « étant par leur âge et leurs infirmités hors d’état de travailler », n’avaient « aucun domicile, ni celui d’aucun parent, d’aucun ami pour les recevoir »131. Mais leur finalité s’est très vite trouvée transformée en hospice pour vieillards. Comment en effet sévir efficacement contre des individus dont la mendicité est le seul moyen d’existence quand on n’a aucune autre alternative réelle à leur proposer ? Comment exiger de malades et d’infirmes, le plus souvent âgés et sans famille qu’ils se transforment tout à coup en membres utiles de la société ? Quant aux véritables gueux, ces mendiants volontaires, ces vagabonds et gens sans aveu dont parlent constamment les décrets officiels, ils sont assez rusés pour ne pas se faire prendre dans les filets d’une police trop peu nombreuse et dès lors inefficace. Les dépôts ont toutefois rendu un service réel à la population indigente liégeoise, non en tant que maisons de force mais en tant qu’asile pour vieilles gens132.

51Si les secours au bénéfice des déshérités existent, ils sont nettement insuffisants. Devant l’ampleur et l’étendue de la misère, les moyens efficaces de lutte font défaut. Les menses paroissiales et leurs successeurs, les Bureaux de bienfaisance, disposent de trop maigres revenus. Les hospices et les orphelinats manquent de lits pour héberger tous les nécessiteux qui sollicitent leur admission.

3. Une aube d’espoir : une nouvelle philosophie de l’assistance

  • 133 Cfr N. Haesenne-Peremans, Déshérités et instruction dans la province de Liège, au début du siècle (...)

52Quelques initiatives heureuses doivent cependant être signalées. Les philanthropes recommandent la création d’institutions susceptibles d’encourager les habitudes d’ordre, d’économie et de prévoyance, c’est-à-dire des caisses d’épargne, des sociétés de secours mutuels et des écoles. Un effort sérieux est consenti à l’époque hollandaise en faveur de la scolariation des déshérités. Le résultat ne se fait pas attendre : l’analphabétisme régresse de 10 %133.

  • 134 E. Ducpetiaux, Des caisses d’épargnes et de leur influence sur la condition des classes laborieuse (...)

53Des caisses d’épargne sont créées à la fin du régime hollandais dans les trois villes principales134. Dans un premier temps, elles ne peuvent aider l’indigent bien incapable de mettre quelques sous de côté pour les jours difficiles. Elles sont réservées à une portion plus favorisée de la population qui voit disparaître le spectre do la misère et de la déchéance lorsqu’un accident passager la prive de ses revenus. Elles ont cependant le mérite d’exister. Elles représentent le but à atteindre et encouragent la prévoyance.

  • 135 J. Mourad, De l'insécurité à la sécurité. Essai sociologique sur les risques sociaux dans la civil (...)
  • 136 A.N.P., F 15, 3619 et A.É.L., F.H., 2804.
  • 137 L. E. Troclet, La première expérience de sécurité sociale, Liège : décret de Napoléon de 1813, Bru (...)

54Des sociétés de secours mutuels voient le jour. Elles ont pour objet de garantir leurs membres contre les revers de l’existence et de réduire ainsi l’insécurité135. Leur action se limite à certains métiers : tondeurs, laineurs, tisserands, portefaix, débardeurs, chapeliers, employés de l’octroi136. Les ouvriers sont parfois réticents lorsqu’il s’agit d’abandonner une part de leur paye pour des besoins qui ne sont pas ressentis dans l’immédiat. Le préfet s’efforce de mettre sur pied une organisation de ce genre en faveur des ouvriers mineurs dont le métier est particulièrement dangereux. C’est la première et la seule initiative publique en la matière137. Installée avec succès, cette caisse, véritable organisme de sécurité sociale, va, faute de ressources, perdre très vite de son efficacité.

  • 138 H. Hatzfeld, DU paupérisme à la sécurité sociale, p. 5.

55Ces associations qui en sont encore à leurs débuts dans les premières années du XIXe siècle sont appelées à se développer pour aboutir, au XXe siècle, à un système d’obligations et de droits connus actuellement sous le nom de sécurité sociale. Ce régime garantit enfin les salariés sans fortune contre les revers de l’existence. Il permet de leur venir en aide sans les humilier ni les avilir et réduit pour une large part l’insécurité qui fut « l’un des fléaux les plus dramatiques dans la vie des familles ouvrières »138.

Notes

1 Voir pour plus de détails N. Haesenne-Peremans, L'assistance dans la principauté de Liège au XVIIIe siècle, dans Leodium, t. 62, 1977, pp. 5-28.

2 Dans les Pays-Bas, par contre, les Tables du Saint-Esprit sont depuis le Moyen Age, aux mains des laïcs. Cfr P. Bonenfant, Le problème du paupérisme en Belgique à la fin de l'Ancien Régime, et M. Tits-Dieuaide, Les Tables des paumes dans les anciennes principautés belges au Moyen Age, dans Tijdschrift voor Geschiedenis, t. 88, 1975, pp. 562-583.

3 N. Haesenne-Peremans, op. cit., pp. 10-11.

4 C’est le cas à Clermont : A.É.L., Greffes scabinaux, Clermont, 185.

5 N. Haesenne-Peremans, op. cit., p. 15. Il s’agit des paroisses de Blehen, Cerexhe, Darion, Glons, Hozémont, Jeneffe, Melen, Rosoux et Soheit.

6 P. Demaret, La bienfaisance publique à Verviers aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, pp. 16-54.

7 F. N’Takababaza, Le bureau de charité de Verviers, 1783-1789, dans B.I.A.L., t. 84, 1972, pp. 107-124.

8 P. Bonenfant, op. cit., p. 333.

9 A.É.L., Prévôté, 53, fo 154-156 et Prévôté, 3, farde 13.

10 Voir à ce propos N. Haesenne-Peremans, Le partage du legs de Georges-Louis de Berghes, dans Annales de la XLIVe Session de la Fédération des cercles d’histoire et d'archéologie de Belgique, t. 1, 1978, pp. 256-260. Cfr G. S. Macors, Le testament du prince-évêque Georges-Louis de Berghes, Partage de sa succession, dans Bulletin communal, t. 2, nos 1 à 7, 1856-1857, A.É.L., Notaire T. Dethier, 9 janvier 1744 et B.S.A.H.D.L., t. XI, pp. 280-308.

11 A.É.L., Cures, Saint-Martin, 147, Prévôté, 53, fo 138 ro, 141 vo, Prévôté, 52, fo 18 et 19, Prévôté, 54, fo 64, Cures, Saint-Severin, n.cl., fo 28 ro - 30 ro et A.É.L., F III 16.

12 Voir N. Haesenne-Peremans, La Révolution liégeoise : une crise d'autorité. Le partage du legs de Georges-Louis de Berghes, dans V.L., no 201, 1978, pp. 249-258.

13 A.É.L., Notaire B. Collard, 17 novembre 1789, Saint-André.

14 Recueil concernant les affaires de Liège, t. 4, 4 février 1791, A.É.L., Placards imprimés, 000296 A et 000280.

15 Μ. N. Jolivet, Description du pays et principalement de la ville de Liège, dans Bulletin du Cercle hutois des Sciences et Beaux-Arts, t. 11, 1897, pp. 219-220.

16 Cfr M. Florkin, Les origines de l'hôpital de Bavière, dans Chronique de l’Université de Liège, Liège, 1967, pp. 16-21. Sur cet hôpital, voir J. Noël, L’origine et le développement de la maison de Miséricorde, dite Hôpital de Bavière à Liège, Liège, Mémoire, 2 vol., 1948 ; B. Hélin, La population des paroisses, pp. 253-255 ; IDEM, L’équipement hospitalier, pp. 25-45 et A. Maréchal, L’hôpital de Bavière, dans Revue Médicale de Liège, t. 7, 1952, pp. 771-780.

17 Voir à ce propos M. De Meulemeester, Les Augustines de l’hôpital de Bavière, Louvain, 1934.

18 A.É.L., Bienfaisance, Hospices, Bavière, Ibis.

19 J. Noël, op. cit., p. 115.

20 A.É.L., Bienfaisance, Hospices, Bavière, Ibis.

21 Au cours du XVIIIe siècle, les capitations recensent de 30 à 40 religieuses. Or le règlement indique une proportion de 10 à 12 religieuses pour 30 à 40 malades.

22 A.Ev.L., G X 20, Chronique de l’hôpital des Incurables. F. X. Georges, Notice historique sur l'hospice des vieillards de Liège reproduit la chronique pratiquement mot pour mot. Voir aussi Le Verbois, home pour garçons, plaquette éditée à l’occasion de l’inauguration du Verbois restauré home pour garçons et le 250e anniversaire de la fondation par le baron de Surlet, de l’hospice des incurables, 1952.

23 H. Stefne, op. cit., p. 45.

24 A.É.L., Cité, Recès, 18, fo 85 vo - 86 ro et Fonds Ghysels, 12.

25 A.Ev.L., G X 20, p. 8.

26 Ibidem, p. 31, 33, 42, 40, 47, 48, 49 et graphique no 85.

27 A.É.L., Bienfaisance, Hospices, Incurables, 325.

28 A.Ev.L., G X 20, p. 79.

29 Ibidem, p. 87.

30 Ibidem, p. 139.

31 J. de Heusy, Essai sur le projet de l'établissement d'un Hôpital Général, p. 10.

32 A.É.L., Prévôté, 18 et 95.

33 M. Dewé, Les orphelinats de Liège (1620-1801). Accueil, éducation et formation professionnelle des enfants, dans Annales de la Société belge d’histoire des hôpitaux, t. XIII, 1975, pp. 29-128.

34 A.É.L., Bienfaisance, Orphelins, 1.

35 M. Dewé, op. cit., p. 80 et Th. Gobert, op. cit., t. 1, p. 498.

36 A.É.L., Conseil Privé, 227 et États, 228.

37 É. Hélin, La population, pp. 84-85 et M. Dewé, op. cit., pp. 86-87

38 A.É.L., Prévôté, 95.

39 M. Dewé, op. cit., p. 76.

40 J. de Heusy, op. cit., p. 39.

41 A.É.L., Prévôté, 18 et 95.

42 D. Van de Casteele, Un fil de l'ancienne industrie dentellière à Liège, dans B.I.A.L., t. 18, 1885, pp. 429-433, L. F. Thomassin, Mémoire statistique du département de l'Ourthe, p. 465 et L. J. Dechesne, Histoire économique et sociale de la Belgique, p. 297.

43 J. de Heusy, op. cit., p. 10.

44 H. Sterne, op. cit., p. 45.

45 Cfr É. Hélin, Le sort des enfants trouvés au XVIIIe siècle, dans V.L., 1953, pp. 203-206 et N. Haesenne-Peremans, Le sort des enfants trouvés et abandonnés dans la région liégeoise au début du XIXe siècle, dans B.I.A.L., t. XL, 1978, pp. 7-53.

46 J. Daris, Notices, t. XIV, p. 211 ; Th. Gobebt, op. cit., t. 1, p. 498, citant une lettre de Velbruck à Pallavicini, secrétaire d’État, avril 1778 et G. de Fboidcoubt et M. Yans, Lettres de Velbruck, t. 1, p. 203, Velbruck à Schwanasini, agent à Vienne, 15 mars 1777.

47 P. Demaret, op. cit., p. 84.

48 Ibidem, p. 96.

49 G. X. Cornet, Un hôpital verviétois de jadis, la maison de Miséricorde, 1737-1891, s.l., 1954, p. 18.

50 J. Lejeab, Histoire de la ville de Verviers, période française, dans B.S.V.A.H., t. 4, 1903, pp. 180-184 et M. Lebrun-Dewé, Les quatre hôpitaux de la bonne ville de Verviers, dans B.I.A.L., t. LXXXIX, 1977, pp. 1-41.

51 C. X. Cornet, op. cit., p. 22.

52 G. X. Cobnet, op. cit., p. 26. Un registre de population de l’hôpital relève 393 entrées en 1786, 370 en 1787 et 373 en 1788. En 1770, on compte 396 entrées. Cfr P. Demabet, op. cit., p. 139.

53 P. Demaret, op. cit., p. 105 et G. X. Cornet, Notes sur les origines des orphelinats verviétois, dans B.S.V.A.H., t. 43, 1956, pp. 105-115.

54 G. de Froidcourt et M. Yans, Lettres de Velbruck, t. 1, p. 189.

55 G. X. Cornet, Notes sur..., p. 111.

56 P. Lebrun, L'industrie de la laine à Verviers, pp. 105-111.

57 B. Hélin, La population..., pp. 381 et 395.

58 A.Ev.L., G X 20, p. 133.

59 M. Lebrun-Dewé, op. cit., et A.A.P.V., C.H.C., 3, pp. 184-194.

60 Cfr B. Geremek, Renfermement des pauvres en Italie ( XIVe- XVIIe siècles), dans Mélanges F. Braudel, t. 1, Paris, 1972 ; J. P. Gutton, A l’aube du XVIIe siècle : idées nouvelles sur les pauvres, dans Cahiers d'histoire, t. 10, 1965, pp. 87-97 et M. Foucault, Folie et déraison. Histoire de la folie à l’âge classique, Paris, 1961.

61 Cfr L. Lallemand, Histoire de la charité, t. IV, Les temps modernes, 1re partie, pp. 215-246, Paris, 1910 ; C. Bloch, L'assistance et l’État en France à la veille de la Révolution, Paris, 1908 ; P. Bonenfant, Le problème du paupérisme en Belgique à la fin de l’Ancien Régime, pp. 89-95, Bruxelles, 1934 et J. P. Gutton, La société et les pauvres en Europe ( XVIe - XVIIe siècles), pp. 122-136, Paris, 1974.

62 G. Henry-Joris, Tentatives liégeoises pour créer un Hôpital Général au xviie siècle, dans Annales de la Société belge d'histoire des hôpitaux, t. 9, 1971, pp. 93-111 et Idem, L’Hôpital Général de Liège, dans ibid., t. 10, 1972, pp. 31-75.

63 A.É.L., Conseil Privé, 227, 19 novembre 1716.

64 A.É.L., Fonds Ghysels, 30, 576. En France aussi, on note une hostilité du petit peuple à l’égard de ces maisons. C. Paultre, De la répression de la mendicité et du vagabondage en France sous l'Ancien Régime, Paris, 1906, pp. 550-589 et J. P. Gutton, op. cit., pp. 138-139.

65 J. de Heusy, op. cit.·, H. Stefne, op. cit., et A. Grisard, Plan d'un Hôpital Général dédié à Son Altesse, Prince Évêque de Liège, 1787.

66 H. Stefne, op. cit., p. 10.

67 A. Grisard, op. cit., p. 15.

68 J. de Heusy, op. cit., p. 4.

69 Voir graphiques nos 2 à 4.

70 H. Hasquin, Cherté, interventionnisme et psychologie populaire : deux périodes de nervosité dans les Pays-Bas autrichiens (1767-69 et 1771-74), dans Études sur le XVIIIe siècle, t. VII, 1980, pp. 47-56. Dans la Principauté, Liège ne fut pas la seule ville à réclamer la fondation d’un Hôpital Général. A Tongres, en 1771, un projet de maison de force et de travail pour mendiants et vagabonds voit le jour mais n’a aucun lendemain. Cfr M. Frère, Het Armenwerkhuis te Tongeren, dans Het Oude Land van Loon t. 8, 1953, pp. 108-114.

71 L. Lipsin, Le bonheur de l'homme charitable ou l'aumône avec ses avantages, enseigné par demandes et par réponses avec des exemples tirés de l'Écriture Sainte et des Pères de l'Église, Liège, 1729, préface. Cfr J. P. Gutton, op. cit., pp. 131-133.

72 A.É.L., Fonds Ghysels, 30, no 576.

73 H. Sterne, op. cit., p. 12.

74 A.É.L., Conseil privé, 192 ; C. Paultre, op. cit., p. 137 et sv. et X. Renouard, L'assistance publique à Lille de 1527 à Van VIII, Lille, 1912, p. 22.

75 P. Bonenfant, op. cit., p. 247 et C. C. Fairchilds, Poverty and charity in Aix-en-Provence, 1640-1789, Baltimore, London, 1976, p. 143.

76 G. de Froidcourt et M. Yans, Lettres de Velbruck, t. 1, p. 154.

77 H. Sterne, op. cit., p. 18.

78 Les expressions patriotiques, p. 33.

79 A. Luyckx, Procédure à l’égard des mendiants et vagabonds, dans Les Novelles, Procédure Pénale, t. 3, no 48, 1951 et Th. Gobert, op. cit., p. 527.

80 H. Sterne, op. cit., p. 12.

81 A.É.L., F.F., Préf., 599, 601, 602.

82 A.É.L., F.F., Préf., 562. Le préfet au Bureau de bienfaisance de Liège, 3 juin 1808.

83 Cfr. N. Haesenne-Pebemans, Comment atténuer la misère ? L'organisation des secours à domicile dans les communes de la province de Liège avant 1830, dans B.C.C.B., no 128, 1979, pp. 91-118.

84 M.A.D.O., t. 1, p. 542, A.É.L., F.F., Préf., 628, 6 pluviôse an X.

85 A.É.L., F.H., 2497, réponse de Liège et F.H., 2502, réponse de Limbourg à l’enquête de 1823.

86 Voir tableau no 16.

87 A.É.L., F.H., 2502, réponse de Warnant à l’enquête de 1823 et F.H., 2493, observations du commissaire royal du district de Huy en 1823.

88 Le Philanthrope, t. 1, pp. 100-101.

89 A.É.L., F.H., 2493.

90 Cfr N. Haesenne-Peremans, L'équipement hospitalier de la province de Liège au début du XIXe siècle, dans Annales de la Société belge d'histoire des hôpitaux, t. 14. 1976, pp. 67-105.

91 A.G.R., Fonds d'Ursel, L 356.

92 A.A.P.L., P.V.C.A.H., 17 frimaire an VII.

93 A.A.P.L., P.V.G.A.H., 2 vendémiaire an IX et A.N.P., F 15, 376, supplément au compte moral des hospices pour l’an VI.

94 A.N.P., F 15, 376, Annexe au compte moral des hospices de Liège, pour l’an VI, 27 pluviôse an VII.

95 A.É.L., F.F., Préf., 24bis, Lettres du préfet des 12 février et 1er mai 1810, pp. 324 et 340.

96 A.A.P.L., P.V.C.A.H., 22 octobre 1827, 27 mai et 13 août 1830.

97 Mathieu Laensberg, no 149, 24 juin 1827, p. 1, col. 1 et no 117, 18 mai 1826, p. 3, col. 1.

98 Documents statistiques, 3e publication officielle, Bruxelles, 1832.

99 A.A.P.L., P.V.C.A.H., an VIII, 2 octobre 1807 et 26 janvier 1818. Cfr N. Haesenne-Pebemans, Les asiles pour malades, vieillards et orphelins à Liège au début du XIXe siècle, dans B.I.A.L., t. XCI, 1979, pp. 85-157.

100 A.A.P.L., P.V.C.A.H., 2 décembre 1806 et 7 décembre 1807.

101 Cfr N. Haesenne-Peremans, Les hôpitaux et orphelinats verviétois au début du XIXe siècle, dans Annales de la Société belge d'histoire des hôpitaux, t. 16, 1978.

102 A.A.P.V., C.H.C.1, p. 130, C.H.C.3, p. 184 et A.É.L., F.F., Préf., 594 et 595.

103 A.A.P.V., C.H.C.1, p. 130, C.H.G.3, p. 184. A.É.L., F.F.- Préf., 555, 594 et 595 et A.N.P., F 20, 146.

104 A.É.L., F.F., Préf., 592 et 593.

105 A.É.L., F.F., Préf., 1597.

106 A.É.L., F.F., Préf., 594 et A.A.P.V., H dt. 1 et 2.

107 A.É.L., F.F., Préf., 594.

108 A.É.L., F.F., Préf., 596, arrêté du préfet du 9 pluviôse an X et A.É.H., Bienfaisance, nv. régime, 1300, arrêté de l’administration municipale du 10 pluviôse an IV. Cfr N. Haesenne-Peremans, Hospices, orphelinats et atelier public à Huy au début du XIXe siècle, dans Annales du Cercle hutois des Sciences et des Beaux-Arts, t. 33, 1979, pp. 177-204.

109 A.É.L., F.H., 2505.

110 A.É.H., Bienfaisance, nv. régime, 1377, 1138 et A.É.L., F.F., Préf., 596 à 598.

111 N. Haesenne-Peremans, L'équipement hospitalier, p. 73 et Idem, Les asiles pour malades, vieillards et orphelins p. 127.

112 Bulletin communal, 1re année, no 50, p. 370 ; 2e année, no 9, p. 74 ; A.A.P.L., P.V.G.A.H., 17 mai 1826 et A.É.L., F.F., Préf., 571, 572, 574, 576, 579, 581, et F.F., n.cl., et L. F. Thomassin, op. cit., p. 335.

113 A.A.P.L., P.V.C.A.H., 6 et 23 avril 1807.

114 A.É.L., Bienfaisance, Orphelins, sorties de 1806 à 1825.

115 Cfr G. X. Cornet, Notes sur les origines... et N. Haesenne-Peremans, Les hospices et orphelinats verviétois... ; A.É.L., F.F., Préf., 555, 594, 595, A.A.P.V., C.H.C.1, p. 130 et O.H.C.3, p. 184.

116 N. Haesenne-Peremans, Hospices, orphelinats et atelier public à Huy au début du XIXe siècle, p.

117 A.É.H., Bienfaisance publique, nv. régime, 1326, 18 juillet 1828. Cfr L. F. Thomassin, op. cit., p. 342 et R. Dubois, Les rues de Huy, p. 669.

118 A.É.L., F.F., n.cl., le sous-préfet de Huy au préfet, 23 mars 1812, F.F., Préf., 598, état des ressources des hospices de Huy au 1er janvier 1813 et A.É.H., Bienfaisance, nv. régime, 1580, les membres de la commission au directeur du cercle de Huy, 14 octobre et 16 décembre 1814.

119 Il s’agit de Mario-Claire de Hamal (1er août 1773-30 mars 1816), veuve en premières noces de Charles-Joseph-François de Paul d’Oultremont. Elle épouse en secondes noces le frère de son premier mari, Théodore-Henri-Antoine d’Oultremont qui décède le 5 décembre 1814. — M. Yans, Warfusée, patrie du prince-évêque Charles-Nicolas d'Oultremont, dans A.H.L., t. 7, pp. 7-136.

120 A.É.L., F.H., 2493, A.G.R., Ministère de la Justice, Bienfaisance et prisons, 69 ; A.É.H., Bienfaisance publique, nv. régime, 1138, population des hospices et 1330. Cfr N. Rouche, Histoire d'une maison claustrale, l'Hospice d'Oultremont à Huy, dans B.I.A.L., t. 77, 1964, pp. 48-50.

121 Cfr M. Florkin, La maternité de la rue du Crucifix, dans Revue médicale de Liège, t. 9, no 12, Liège, 1954 ; Idem, Un prince, deux préfets, Liège, 1957, pp. 156-168 et F. Macobs, L’hospice de la Maternité, Liège, 1860.

122 A.A.P.L., P.V.C.A.H., séance du 7 mai 1829. En 24 ans, il y eut 6789 accouchements dont 3257 do femmes mariées et 3532 de femmes non mariées.

123 A.A.P.L., P.V.C.A.H., séance du 25 mai 1829.

124 N. Haesenne-Pebemans, Le sort des enfants trouvés et abandonnés pp. 7-53.

125 N. Haesenne-Pebemans, AU siècle dernier, une œuvre d'assistance en faveur de l'enfance abandonnée : La Société de charité maternelle, dans V.L., 1977, pp. 206-213.

126 M.A.P.L., t. 9, p. 92. Cfr Le Philanthrope, t. 1 et 2.

127 Courrier de la Meuse, 27 novembre 1823, p. 3, col. 2. Cfr J. Abbivabene, Lettre sur les colonies agricoles de la Belgique, Bruxelles, 1833 et E. Ducpetiaux, Des moyens de soulager et de prévenir l'indigence et d'éteindre la mendicité, pp. 45-52.

128 A.É.L., F.F., Préf., 1600, compte moral du Bureau de bienfaisance pour 1806.

129 A.É.L., F.F., Préf., 564, lettre au préfet, 20 germinal an XIII.

130 J. Lambert, La filature publique de Liège (1800-1819), dans R.H.E.S., t. 48, Paris, 1970 ; A.É.L., F.F., Préf., 562 à 564 ; E. Jopken, L’établissement d’un atelier public de filature à Huy en 1804, dans Annales du Cercle hutois des Sciences et des Beaux-Arts, t. 28, 1912 ; A.É.H., Bienfaisance publique, nv. régime, 1378, 1746, 1757 et 1758. Voir aussi R. Van Berkel, Les ateliers de charité dans le département du Nord (1re moitié du XIXe siècle), dans R.H.E.S., t. 47, 1969, pp. 77-91.

131 M.A.D.O., t. 1, pp. 344-345, 11 nivôse an X, t. 3, p. 93 et A.A.P.L., P.V.C.A.H., 21 ventôse an X.

132 J. Lambert, Le dépôt de mendicité Saint-Abraham en Féronstrée (1802-1824), dans V.W., t. 43, 1969, pp. 193-218 et 251-276 ; Idem, Le dépôt de mendicité de la Providence de la rue des Carmes à Liège (1802-1809), dans V.W., t. 46, 1972, pp. 138-150 et Idem, Quand un préfet du premier Empire projetait de faire du château de Seraing, ancienne résidence des Princes-Évêques, un refuge pour mendiants, dans Cockerill, 13e année, no 168, 1972, pp. 12-15.

133 Cfr N. Haesenne-Peremans, Déshérités et instruction dans la province de Liège, au début du siècle dernier, dans Revue belge d’Histoire contemporaine, t. 9, 1978, pp. 383-417.

134 E. Ducpetiaux, Des caisses d’épargnes et de leur influence sur la condition des classes laborieuses, Bruxelles, 1831. Cfr A.É.L., F.F., n.cl., Caisses d'épargnes ; A.É.H., Ville de Huy, 717 ; A.R.A., B.Z.A.W., 90, A 36, 904, 816.

135 J. Mourad, De l'insécurité à la sécurité. Essai sociologique sur les risques sociaux dans la civilisation occidentale, Lille, 1953.Voir particulièrement E. Ducpetiaux, De l’association dans ses rapports avec l’amélioration du sort de la classe ouvrière. Mémoire de l'Académie de Belgique, t. X, Bruxelles, 1860, pp. 1-96 ; E. Laurent, Le paupérisme et les associations de prévoyance, nouvelles études sur les sociétés de secours mutuels, Paris, 1865, 3 vol. et E. Martou, Études sur les institutions de prévoyance, Bruxelles, s.d.

136 A.N.P., F 15, 3619 et A.É.L., F.H., 2804.

137 L. E. Troclet, La première expérience de sécurité sociale, Liège : décret de Napoléon de 1813, Bruxelles, 1953.

138 H. Hatzfeld, DU paupérisme à la sécurité sociale, p. 5.

Table des illustrations

Titre GRAPHIQUE no 85. Mouvement de la population à l'hospice des Incurables de Liège de 1690 à 1789
Légende Souce : A.Év.L., GΧ 20.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6811/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 43k

© Presses universitaires de Liège, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search