Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Emprunt linguistique

 | 
Louis Deroy

Troisième partie. Causes et Prétextes

Chapitre VI. Nécessité pratique

Texte intégral

1« Qu’on voye, en ce que j’emprunte, si j’ay sçeu choisir de quoy rehausser mon propos. Car je fay dire aux autres ce que je ne puis si bien dire, tantost par foiblesse de mon langage, tantost par foiblesse de mon sens ». Sans doute, cette réflexion de Montaigne dans les « Essais » (II, 10) concerne les citations de textes. Mais elle s’appliquerait tout aussi bien aux mots. N’est-ce pas lui qui a dit aussi (I, 26) : « C’est aux paroles à servir et à suyvre, et que le Gascon y arrive, si le François n’y peut aller ».

  • 1 M. L. Sjoestedt, L’influence de la langue anglaise sur un parler local irlandais, dans Étrennes E. (...)

2On n’emprunte raisonnablement que ce dont on manque. L’emprunt se justifie normalement par un besoin. Ce qui le montre bien, c’est qu’entre deux groupes sociaux dont l’un possède sur l’autre une supériorité marquée dans un domaine intellectuel ou matériel, il se crée souvent un véritable courant d’emprunts, qui tend à rétablir l’équilibre. L’exemple de l’Irlande est, sous ce rapport, extrêmement suggestif, parce que l’on voit se reproduire à l’époque moderne, vis-à-vis de l’anglais, ce qui avait eu lieu jadis à l’égard du latin. « La civilisation latine s’opposait en effet à la civilisation gaélique du haut moyen âge comme la civilisation anglaise s’oppose encore de notre temps à la civilisation irlandaise, dans la mesure où celle-ci subsiste : dans l’un et l’autre cas, une civilisation techniquement plus développée et en plus étroites relations avec le monde extérieur, d’un type urbain et centralisé, est entrée en contact avec une civilisation de type rural, matériellement moins développée ; dans l’un et l’autre cas le facteur prestige a été du côté de la civilisation étrangère et a facilité les emprunts1 ».

  • 2 Ibid., p. 102-103.

3Il est vraiment surprenant de constater que, dans bien des cas, un mot anglais emprunté récemment est venu se substituer, non à un terme de l’antique fonds celtique, mais à un vocable lui-même repris au latin dix ou quinze siècles auparavant. Par deux fois, les Irlandais ont été amenés, par nécessité de vivre, à assimiler les mêmes éléments d’une civilisation venue du dehors. C’est ainsi qu’on emploie aujourd’hui cabáiste (anglais cabbage) au lieu de l’ancien cal (latin caulis) « chou » ; dinnéar sanglais dinner) au lieu de proinn (latin prandium) « dîner » ; brush (anglais brush) au lieu de sguab (latin scopa) « brosse » ; cistin (anglais kitchen) au lieu de m. irl. cucenn (latin coquīna) « cuisine » ; cuisín (anglais cushion) au lieu de m. irl. culcaid (latin culceta) « coussin » ; príosún (anglais prison) au lieu de carcar (latin carcer) « prison » ; réasún (anglais reason) au lieu de cúis (latin causa) « cause » ; etc. 2

***

4Après avoir ainsi souligné, en général, la réalité et la force du besoin linguistique qui est à l’origine de l’emprunt, on peut essayer de distinguer les diverses formes sous lesquelles il se présente le plus souvent, c’est-à-dire les différentes catégories lexicales où il se manifeste spécialement.

  • 3 En allemand Bedürfnislehnwort « emprunt de nécessité ». Sur cette notion, voir entre autres : E. T (...)
  • 4 Aspects du français, Paris, 1950, p. 142-143.

5Le cas le plus clair se trouve évidemment quand on reçoit une nouveauté, objet inconnu ou notion jusque là inaperçue, et que l’on accepte, en même temps, l’étiquette qui l’accompagne, c’est-à-dire le nom étranger. On parle souvent, dans ce cas, d’« emprunt nécessaire3 ». Mais qui peut dire qu’il y ait jamais nécessité absolue d’emprunter un mot ? Une langue offre toujours, en principe, une possibilité de s’en dispenser en créant un néologisme. Toutefois, dans la pratique, ce n’est ni facile ni commode. « Faudra-t-il donc, écrit Jules Marouzeau à propos du français4, chaque fois que nous pratiquons une importation, avoir recours pour la désigner à quelque procédé périphrastique ? C’est ce que nous avons fait, après quelles hésitations ! pour le mot pomme de terre. » Et après avoir rappelé l’introduction de cartoufle dans l’Est (de l’allemand Kartoffel) et de crompire dans l’Ouest (de l’allemand Grundbirne), le linguiste français ajoute : « Enfin, c’est en traduisant un autre mot allemand Erdapfel que nous avons fabriqué pomme de terre ; il aurait été plus simple de généraliser patate… C’est aussi par des périphrases que nous désignons l’eau-de-vie allemande, le point d’Angleterre, la noix du Brésil, le bois de Campêche, le brillant Belge, la salade Russe, l’encre de Chine, l’arbre de Judée… Je sais bien que, par un procédé de simplification, nous faisons de la poule d’Inde une dinde, de l’étoffe de Calicut le calicot, de l’oiseau du Phase le faisan ; que nous disons de même, par un dé- marquage de noms géographiques : une anglaise, une indienne, le cachemire, un brandebourg, un ulster… Mais il serait plus simple souvent, et plus clair, d’importer tout bonnement le nom avec la chose ».

6Cette attitude, où se rejoignent curieusement le souci de la clarté et une certaine paresse de l’esprit, a été la règle pour une multitude d’emprunts dans un grand nombre de langues. Il faut citer d’abord les noms de toute une série de produits naturels importés de l’étranger pour servir à la consommation.

  • 5 L’origine des noms du vin et de l’huile a été étudiée spécialement par A. Meillet, A propos des no (...)

7La fabrication et la conservation du vin sont apparemment des inventions méditerranéennes. Les Égéens, puis les anciens Grecs paraissent avoir joué un rôle de premier plan dans la diffusion de ce produit aux pays riverains de la Méditerrannée. Si l’on néglige quelques formes du Proche-Orient sémitique dont on ne peut certifier l’origine méditerranéenne (préindo-européenne) ou grecque, il apparaît que c’est le grec olvos (ancien Foîvoς) qui, par l’intermédiaire du latin vīnum, a donné les noms du vin dans la plupart des langues du monde5.

8Les Grecs, qui ont aussi reçu des Égéens l’art de cultiver l’olive (ἒλαίFί, puis ἒλαία) et de fabriquer l’huile (ἐλαíFov, puis ἐλαíov), en ont transmis la technique et le produit aux Romains (olīva, oleum). Du latin, le nom de l’huile a été transmis aux langues romanes, et il a été emprunté en celtique et en germanique. A partir de là, on sait que la diffusion s’en est étendue à de nombreux pays du monde.

  • 6 P. Kretschmer, Einleitung in die Geschichte der Griechischen Sprache, 1896, p. 21 ; J. Filliozat, (...)

9Notre « poivre », comme les noms de cette épice dans les autres langues romanes, est hérité du latin piper. C’est également du latin qu’ont été empruntés les noms celtiques (irl. pipur etc.), germaniques (anglo-saxon pipor etc.) et, par là, slaves (vieux-slave pĭprǔ), baltiques (lituanien pipiras) et finnois (pippuri). Je laisse imaginer quelle a dû être, à partir de ces langues, la fortune du nom latin du poivre. Or piper, attesté depuis Varron, est lui-même l’emprunt du grec πέπερι. A l’origine, c’est un produit de l’Inde où il porte, en sanskrit, le nom de pippalī « grain de poivre » (pίppalam désigne la « baie » en général). Tandis que cette forme avec l semble appartenir originellement à l’Inde orientale, il a dû exister, dans l’Inde occidentale, une variante *pipparī. C’est elle qui est passée jusque chez les Grecs, transmise avec le poivre par les routes de terre à travers les pays iraniens et mésopotamiens. On sait que ce commerce existait déjà du temps des Achéménides. Le fait qu’à une époque peut-être un peu postérieure, πέπερι est donné pour perse dans le traité hippocratique Des maladies des femmes (205), nous assure de la voie suivie depuis l’Inde6.

10S’il faut en croire l’histoire des mots, c’est encore la Grèce ancienne qui a fait connaître à une bonne partie du monde la culture de différentes plantes potagères. On ignore la première origine de χαιρέφυλλον qui, du grec, a été emprunté en latin sous la forme caerefolium et a ainsi été transmis régulièrement aux langues romanes : français cerfeuil etc. La plante et le nom ont été ensuite pris au latin par le germanique : vieux-haut-allemand kervola, allemand moderne Kerbel, anglais chervil etc. De l’allemand, l’emprunt s’est poursuivi dans le russe kerbel’ ou kervel’ et dans le polonais trybula, puis dans le hongrois turbolya.

  • 7 Cf. K. Lokotsch, Etymologisches Wörterbuch der europäischen Wörter orientalischen Ursprungs, Heide (...)

11Le nom de la girofle procède du grec καρυόφυλλον, qui n’a pas d’étymologie sûre. Emprunté en latin, il a pris, à côté de la translitération savante caryóphyllon, des formes vulgaires cariofolium, cariophalum, *garofulum, d’où procèdent par voie héréditaire l’italien garόfano, le sicilien galόfaru, le vénitien garófolo, le français girofre (ancien) et girofle. Du français procède l’allemand d’Aix-la-Chapelle Groffelsnagel, le provençal, catalan et espagnol girofle, le portugais girofre. Mais le nom grec avait été également emprunté par les arabes sous la forme qaranful « clou de girofle ». Cette forme transmise de l’arabe au persan qaranfil et au turc karanfil, est revenue en grec médiéval καρούμφουλ et καρονμφίλ, en serbe karamfil et en bulgare karamfil, par métathèse kalamfir. C’est encore l’arabe qui a été emprunté par le swahili garofuu7.

  • 8 Cf. A. Thomas, Mélanges d’étymologie française, Paris, 1902, p. 35 ; W. von Wartburg, Französische (...)
  • 9 Cf. M. L. Wagner, Historische Lautlehre des Sardischen, 1941, p. 211, 235.
  • 10 V. Bertoldi. Colonizzazioni nell’ antico Mediterraneo occidentale alla luce degli aspetti linguist (...)
  • 11 Dillon (Comte), Essai sur les influences étrangères dans la langue et la littérature japonaise, Pa (...)

12Il semble que le nom égéen de la grappe de raisin qui est connu sous la forme grecque ancienne βότρυς, a été largement répandu avec la diffusion de la culture de la vigne dans l’antiquité. Avant que le grec chrétien n’emprunte botrus, les Grecs avaient répandu la culture et le mot dans la Gaule Narbonnaise, où s’est développée une forme latine particulière botryō, puis botrō (génitif -ōnis). Cette forme survit dans le provençal bouiroun et le catalan botiró « grappe de vers enfilés pour la pêche anx anguilles »8, ainsi que dans le sarde budróne, gurdoni9, et le basque mordo « grappe de raisin »10. D’autre part, le mot avait dû se répandre aussi en Asie : on a proposé de le reconnaître jusque dans le chinois poutou et le japonais budo11.

  • 12 V. Bröndal, Substrat et emprunt en roman et en germanique, Copenhague et Bucarest, 1948, p. 169 s.

13Les Germains connaissaient la culture des céréales avant de subir l’influence romaine. Cependant, celle-ci leur a apporté des connaissances nouvelles. Ainsi, c’est à l’époque de l’Empire qu’ils ont connu l’espèce de froment appelée baleāricum (anc. fr. baillarc) : de là le vieil -anglais barley et le norrois barlak « orge »12.

  • 13 A. G. Haudricourt, Ce que peuvent nous apprendre les mots voyageurs, dans Mélanges d’Histoire Soci (...)

14La comparaison de sanskrit mádhu, grec μέθυ, vieux-slave medu, vieux-haut-allemand metu, lituanien medùs, vieil-irlandais mit et de quelques autres formes, permet de supposer que les Indo-Euro-péens, avant leur dispersion au cours du 3e millénaire et dans une région probablement proche de la mer Caspienne, employaient un mot *medhu pour désigner à la fois le miel et l’hydromel. Il s’agissait du miel sauvage récolté dans les forêts, produit recherché que les éleveurs nomades échangeaient contre du grain auprès des cultivateurs. Ce commerce explique bien que le nom se retrouve très loin en dehors du domaine indo-européen ou indo-européanisé. D’après le finnois mesi, le lapon mitt, le mordve med’ et le hongrois méz « miel », on peut restituer une forme finno-ougrienne primitive *mete. En Extrême-Orient, le chinois présente un nom du miel, *mit, qui était prononcé miet au 7e siècle et qui a été emprunté par le japonais, mitsu13.

  • 14 Α. G. Haudricourt, op. cit., p. 26 ; G. Ferrand, L’élément arabe et souahili en malgache ancien et (...)

15Par suite de la propagation commerciale, un même nom du sucre s’est maintenant répandu du Cambodge à l’Angleterre, compte non tenu des colonies anciennes et modernes qui sont tributaires de l’Europe. Il faut partir du moyen-indien (prâkrit) sakkara ou (pâli) sakkhara, issu du sanskrit çarkarā « caillou, grain » : c’est la forme que prenait, dans le commerce, le sucre de canne raffiné. Le nom indien du sucre s’est répandu vers l’est dans les parlers khmer sous la forme skar. A l’ouest, il est venu par le commerce des caravanes à travers la Perse et la Mésopotamie jusqu’à la Grèce, où l’on trouve σάκχαρον au Ier siècle de notre ère. Mais le sucre est alors un produit rare et cher, utilisé seulement par la médecine. C’est comme tel qu’il a passé en latin, où Pline l’Ancien le premier atteste saccharum. Il faut attendre le Moyen Age, quand les Arabes, au courant des techniques de l’Inde et de la Perse, auront créé des plantations de cannes à sucre en Sicile et en Andalousie, pour que le sucre devienne un produit alimentaire. On comprend dès lors que les noms occidentaux du sucre procèdent du moyen-indien, mais par l’intermédiaire de l’arabe sukkar : l’espagnol azúcar et le portugais açucar gardent la trace de l’article arabe al-, tandis que l’italien présente une forme sans article zucchero, qui est à l’origine du français sucre, de l’allemand Zucker, de l’anglais sugar etc. C’est aussi par les Arabes que le sucre a été introduit en Afrique : sukkar est devenu sukari en swahili et, de là, sokary en malgache14.

  • 15 Cf. L. L. Hammerich, The Russian Stratum in Alaskian Eskimo, dans Slavic Word, 3 = Word, 10 (1954) (...)

16En revanche, le grec a gardé jusqu’aujourd’hui sa forme σάκχαρον. C’est d’elle que procède le russe sákhar, qui a été tardivement transmis à l’esquimau occidental où l’on trouve aujourd’hui les variantes sāχalaq, sahalaq, tšāχalaq, tšarralaq15. La découverte et la fabrication du sucre de betterave au temps de Napoléon Ier n’a rien changé à la terminologie établie.

  • 16 Cf. J. Psichari, Études de philologie néo-grecque, Paris, 1892, p. LXXV ; Κ. Lokotsch, Etymologisc (...)

17Les noms de l’épinard, plante originaire de la Perse, remontent au persan ispānāh, écrit aussi isfǎnāğ et i fināğ. Par le turc is pānāk, il est devenu, en grec médiéval, σπανάκιον, d’où le grec moderne σπανάκι, le bulgare spanak, le serbe spanač, le roumain spanac. Les Arabes, qui disaient isbānāh, l’ont introduit en Espagne, où il était cultivé comme plante médicinale dès le xie siècle. Dans l’arabe des médecins d’Andalousie, il s’appelle isbināh. C’est ce nom arabe qui a été transcrit en latin médiéval spinachium et spinargium, et qui a été emprunté dans les langues européennes occidentales : espagnol espinaca, catalan espinac, portugais espinafre, vieux-provençal espinarc, français espinache, espinard puis épinard, italien spinaci, néerlandais spinazie, anglais spinach, spinage, allemand Spinat, d’où russe spinat, tchèque spinat et špinák, polonais szpinat et szpinak16.

  • 17 A. Dauzat, Voyage à travers les mots, Paris, 1947, p. 50 ; K. Lokotsch, op. cit., p. 20, n° 247 ; (...)

18L’histoire de l’abricot est souvent citée. C’est un fruit originaire de la Chine qui, en cheminant à travers l’Asie, est parvenu dans les pays méditerranéens, un peu avant notre ère. Les Grecs l’avaient appelé άρμενιακά, le « fruit d’Arménie », et ce mot avait passé jusqu’en Italie, où il survit dans les parlers lombards : mugnaga, ramognega. Mais, déjà chez Pline l’Ancien, il est tenu pour une pêche « précoce » et porte le nom de praecoquum. Pour des raisons sans doute commerciales, ce nom latin a été introduit en grec tardif πραικόκκιον et, en passant par la Syrie, il a donné en arabe al-barqūq. Quand le courant de civilisation s’est renversé et que les Arabes ont réintroduit en Sicile et en Andalousie la culture de l’abricot, c’est le nom arabe qui a été emprunté. Le sicilien a une forme sans article varcoccu, tandis que l’article a été conservé dans l’espagnol albaricoque, dans le portugais albricoque et dans le catalan albercoc, puis abercoc. La forme italienne (toscane) albicocca est due à une influence espagnole. Le français abricot, attesté depuis le 16e siècle, est repris au catalan. Emprunté à son tour, il a donné l’anglais apricot, le néerlandais abrikoos, l’allemand Aprikose, d’où procèdent le suédois aprikos, le tchèque aprikoze, le russe apricos etc17.

  • 18 A. G. Haudricourt, Histoire du nom de soya, dans Revue de Botanique Appliquée, 21 (1941), p. 457 s (...)
  • 19 Sur ces mots, voir entre autres : V. Bertoldi, Colonizzazioni nell’ antico Mediterraneo occidental (...)

19Il faudrait citer encore soya, mot d’origine mandchoue, emprunté comme nom d’une plante et d’une sauce18. Il faudrait citer les mots empruntés, avec des productions mexicaines, à la langue des Aztèques, le nahuatl, et introduits dans la majorité des idiomes européens en passant par l’espagnol. Cacaoatl (écrit aussi cacahuatl) est devenu notre cacao et, indépendamment, notre cacahuète. Le chocolat représente le nahualt chocolatl. Le nom de la tomate, nahuatl tomatl, devenu en espagnol tomata, s’est aussi imposé dans la plupart des langues européennes, non sans avoir été concurrencée longtemps, dans diverses régions, par des néologismes, dont quelques-uns survivent : français pomme d’or, pomme d’amour, italien pomodoro, pomo del Perù, autrichien Paradeisapfel. Les Mexicains d’aujourd’hui disent jitomata et réservent le nom de tomata au miltomalt, que nous appelons alkékenge (de l’arabe) ou co-queret. Chayote, nom d’un légume connu en Provence et en Afrique du Nord, représenterait aussi un terme nahuatl, chayotl19.

  • 20 Selon Albert Dauzat, La géographie linguistique, Paris, 1922, p. 174, n. 2, les formes du Sud-Est (...)
  • 21 Sur ces dernières formes, L. L. Hammerich, The Russian Stratum in Alaskian Eskimo, dans Slavic Wor (...)
  • 22 Crompire survit aussi en quelques points du département d’Ille-et-Vilaine, où il a été apporté par (...)
  • 23 L. Spitzer, Die Namengebung bei neuen Kulturpflanzen im französischen = Wörter und Sachen, 4, Heid (...)

20Je ne reviens que brièvement sur la pomme de terre, dont l’histoire des noms est compliquée à souhait. L’italien tartuffola « truffe » s’est étendu à des parlers des Alpes20, puis à l’allemand Kartoffel et, de là, au français du Nord-Est cartouche, au danois kartoflen, au russe kartofel’, et jusqu’à l’esquimau occidental kaltūfilaq ou kaltūfaq21. L’allemand dit aussi Erdbirne, Grundbirne, dialectement Grumbire « poire de terre » : de là le wallon liégeois crompîre 22 et le lorrain-gaumais crombîre. Un type comparable, néerlandais aardappel et alsacien Ertèpfl, a sans doute servi de modèle à Parmentier pour créer le français pomme de terre qui, adopté à Paris, notamment par la Cour, a rayonné ensuite sur toute la France. Régionalement, on trouve aussi canada et topinambour. Un mot emprunté à l’arouak d’Haïti, patata, désignait en espagnol, en italien et en provençal une autre espèce de tubercule (l’ipomaea batatas), mais l’anglais potato, d’où viennent le norvégien potet et le finnois potaati, désigne bien la pomme de terre. De là patate a pris dans l’Ouest de la France, le sens de pomme de terre, il s’est répandu, par l’armée, dans l’argot parisien depuis le 19e siècle et ce sens atteint maintenant patata de l’italien et de l’espagnol23.

  • 24 En italien, une rencontre s’est produite avec tobacco emprunté à l’arabe tobbāq « chaleur » (cf. a (...)
  • 25 Le wallon liégeois toûbake est féminin ; c’est une conséquence de l’emprunt : J. Warland, Glossar (...)
  • 26 Cf. G. W. J. Drewes, The Influence of Western Civilisation on the Language of the East Indian Arch (...)
  • 27 Je n’ai pas vu : A. Reisenfeld, Tobacco in New Guinea and the other areas of Melanesia, dans Journ (...)

21Il serait trop long de parler encore du café, du champagne, du cognac, du rhum, du thé et de bien d’autres produits de consommation répandus de par le monde. Je ne puis cependant manquer de dire quelques mots d’un article de luxe qui a bouleversé les habitudes du monde entier : le tabac. Les Espagnols appelèrent tabaco, nom emprunté au parler des Arouaks d’Haïti, une plante à fumer dans une pipe dont l’usage, imité des Indiens, se répandit seulement dans la péninsule ibérique vers le début du 16e siècle. A la fin du même siècle, les Anglais rapportèrent la même plante, avec le même usage, de Virginie et la dénommèrent un peu différemment tobaco (tobacco). Les feuilles préparées pour les fumeurs furent connues avant la plante dans les autres pays d’Europe. D’Espagne, à la fin du 16e siècle, tabaco fut emprunté par le français, tabaco, puis tabac, et par l’italien, tabacco24. D’Angleterre, la forme en rose répandit dans l’Europe septentrionale : néerlandais, allemand, danois, norvégien, suédois tobak ; de là, emprunté au néerlandais, wallon (N.-E.) toûbake25, français du Nord-Ouest tobac. Mais après une période d’hésitation, la forme tabac s’est alors étendue à toute la France (où toubac ne survit que dans des patois du Nord), à la Belgique romane (mais le wallon liégeois garde toûbake), au néerlandais tabak et l’allemand Tabak. Par les langues européennes, notamment le portugais et l’anglais, le nom du tabac s’est répandu à travers la terre entière, par exemple : malais těmbaku26, hindoustani tәmbaku, swahili tumbako, japonais tabako27.

22Mais, vers la même époque que les Espagnols, les Portugais employaient, pour désigner le tabac, un mot petum repris à pétume des Guaranis du Brésil. Cette appellation fut, à un certain moment, usitée jusqu’au Danemark. En français, pétun est attesté depuis 1558 et il a donné naissance, un peu plus tard, au verbe pétuner : ces mots ont été ensuite abandonnés et ne subsistent plus que dans des patois de l’Ouest et au Canada.

  • 28 L’emprunt plus récent ταμπάκος désigne le tabac à priser.

23Quant à l’Europe orientale, elle a connu le tabac au moment où elle était, en grande partie, comprise dans l’Empire ottoman. Or, quand les Turcs ont reçu l’usage du tabac vers la fin du 16e siècle ou le début du 17e, ils l’ont désigné du mot turc tutun « fumée », qui a été répandu ensuite en grec moderne (τοχηούμι) 28et dans les langues slaves.

  • 29 A la différence de tabako, les anglicismes cigar et cigarette n’étaient pas encore bien assimilés (...)
  • 30 A. R. Gonçalves Vianna, Les vocables malais empruntés au portugais, dans Recueil Ch. de Harlez, 18 (...)
  • 31 G. Subba Rao, Indian Words in English, Oxford, 1954, p. 17. 48, 86, 93 et 108.
  • 32 De là vient peut-être, déformée par une étymologie populaire, l’expression française une carotte d (...)
  • 33 Il faut naturellement exclure le rapport supposé du portugais charuto avec l’expression chilienne (...)

24Les indigènes d’Amérique centrale et méridionale fumaient aussi le tabac enroulé dans une feuille de maïs séchée. Cette coutume fut à son tour empruntée par les Européens avec les mots correspondants. Du maya jigar « fumer », les Espagnols ont tiré cigarro, avec une finale -arro qui leur était familière dans d’autres mots. C’est seulement depuis la fin du 18e siècle que le nom nouveau s’est répandu hors d’Espagne : français cigare (1775), allemand Zigarre, anglais cigar, tchèque cigara, cigaro, polonais cygaro, russe sigara, turc sigar, japonais cigar29, etc. Un autre nom du cigare n’a connu, en Europe, qu’une fortune passagère. Il a son origine dans l’Inde du sud, où les Portugais avaient sans doute les premiers fait connaître le tabac et introduit sa culture. Une espèce de cigare avec les deux bouts ouverts, fabriqué en Inde, a reçu, en tamoul, le nom de curuṭṭu, d’un mot qui signifiait en général « chose roulée, rouleau, boucle » et qui se rattachait au verbe curuttukiratu « rouler, enrouler, entortiller, envelopper ». Du tamoul et des parlers dravidiens voisins, le mot a naturellement passé, avec l’objet, dans le malais, langue des affaires au Moyen-Orient, sous des formes qu’on transcrit tyerút(u) et serút(u)30. Mais, d’un autre côté, par le portugais charuto, charuta, et surtout, au 17e siècle, par l’anglais cheroot31, le mot est parvenu en Europe et il a pénétré, mais superficiellement et pas pour longtemps, dans quelques autres langues européennes : français chéroute ou chiroute32, allemand Cherruto, danois cerut33.

  • 34 Première attestation par Honoré de Balzac en 1831 : cf. A. Weil, dans Le Français Moderne, 13 (194 (...)
  • 35 Sur les noms du tabac et de ses dérivés : E. Richter, Tabak-Trafik, dans De Spiegel van Handel en (...)

25C’est en français qu’est apparu d’abord vers 1830 34 le dérivé cigarette. Sa fortune fut très rapide : anglais cigarette, allemand Zigarette, italien sigaretta, tchèque cigareta ou cigareto, japonais cigarette (de l’anglais) etc. Mais le mot n’a pas pénétré en Europe orientale, où l’on dit généralement en polonais papieros, en russe papirosa (rarement cygarka ou sigaretka), en lituanien papirosus35.

  • 36 A. Dauzat, dans Le Français Moderne, 13 (1945), p. 245-246.

26Quant à scaferlati, attesté depuis 1707, il désigne un tabac doux, originaire d’Alep et de Constantinople, découpé en fines lanières pour la pipe ou la cigarette. Il a dû être transmis à la France par les Italiens, probablement les Vénitiens, qui commerçaient avec la Turquie. Scaferlati est vraisemblablement la corruption d’une forme italienne scarpellati, dissimilée de scalpellati « morceaux coupés avec des ciseaux » (cf. scalpello, scarpello « petits ciseaux » ; scalpellare, scarpellare « tailler avec les ciseaux »)36.

***

27Je n’ai cité jusqu’ici que des végétaux. Il convient de compter aussi, parmi les nouveautés dont les langues empruntent volontiers les noms, une série nombreuse d’animaux étrangers, la plupart exotiques.

  • 37 V. Kiparsky, L’histoire du morse, dans Annales Academiae Scientiarum Fennicae, série B, tome 73, n (...)

28Le nom du « morse » paraît avoir son origine dans le lapon morša, moršša ou muršša, qui pourrait bien être une onomatopée évoquant le cri de l’animal. Il semble que les premiers à faire connaître ce nom en Europe occidentale furent des baleiniers basques. Dès le 15e siècle au moins, ce sont eux qui ont dû transmettre aux Anglais la forme Mors marine, anglicisée plus tard en seamorse (depuis 1631). Le correspondant français morce marin n’est attesté que depuis Agrippa d’Aubigné, vers la fin du 16e ou le début du 17e siècle. A cette époque, un autre courant, terrestre cette fois et scientifique, avait apporté la connaissance du morse en Europe occidentale. En effet, le nom lapon, en passant par le carélien muržu, avait donné le russe morž. Il vint ainsi aux oreilles du médecin et naturaliste polonais Mathias Miechowita, qui décrivit l’animal nordique et cita le nom de morss cans son Tractatus de duabus Sarmatiis paru en 1517. Dès 1518, il en parut une traduction allemande. Enfin, en 1552 à Bale, puis en 1556 à Paris, une traduction française fut publiée qui fit connaître en France l’animal appelé mors ou morse. La deuxième forme ne fut définitivement fixée qu’au 18e siècle par l’autorité de Buffon. Du français ont été empruntés l’italien morso, l’espagnol et portugais morsa et le roumain morsǎ37.

  • 38 K. Lokotsch, op. cit., p. 153, n° 1929.

29Un nom indo-iranien bien représenté anciennement par le sanskrit cṛgālaḥ a donné en persan saghāl : de là, par l’intermédiaire du turc şakal ou çakal, le mot a passé dans les langues européennes : roumain ceacal, italien sciacallo, français chacal, anglais jackal, néerlandais jakhals (avec étymologie populaire), allemand Schakal, russe sakal, bulgare et serbe šakal, tchèque šakal, polonais szakal38.

  • 39 Ibid., p. 55, n° 699.

30De l’arabe ghazāl (nord-africain ghazēl) procèdent l’espagnol gacela, le portugais gazella, le français gazelle, l’italien gazzella, le roumain gazelǎ, l’anglais gazelle, le néerlandais gazel, l’allemand Gazelle, le suédois gasell, le russe gazel’. 39

  • 40 Ibid., p. 128, n° 1593 ; O. Bloch et W. von Wartburg, Dictionnaire étymologique de la langue franç (...)

31En malais, orang outang signifie littéralement « homme des bois ». C’était le nom donné par les indigènes à certaines tribus montagnardes de Sumatra et de Bornéo. Les Européens l’appliquèrent, par erreur ou par plaisanterie, à un grand singe de ces régions (Simia satyrus L.) que les autochtones dénommaient mias. Depuis le 17e siècle, le mot a passé en Europe comme nom du singe : néerlandais orang-oetang, français orang-outang, anglais orang-utan, allemand Orang-Utang, portugais orang-otang, espagnol orangutan40.

32Il faudrait rappeler de la même manière que l’arabe a fourni papegai et girafe, le malais casoar et cacatois, une langue africaine occidentale chimpanzé, le tupi (Brésil) tapir, le quetchua (Pérou) condor et puma, le caraïbe iguane et peut-être colibri, une langue australienne kangourou, etc.

  • 41 P. De Dony, Une langue peu connue : le guarani, dans Vie et Langage, 3 (1954), spécialement p. 41.
  • 42 Cf. L. L. Hammerich, The Russian Stratum in Alaskian Eskimo, dans Slavic Word, 3 = Word, 10 (1954) (...)

33L’inverse s’est produit quand les indigènes de pays lointains ont connu les animaux domestiques amenés par les colons européens. C’est ainsi qu’en guarani, par exemple, vaká « vache » et kabayu « cheval » sont des emprunts de l’espagnol vaca et caballo41. Pareillement, en esquimau d’Alaska, les animaux domestiques d’importation tardive portent des noms empruntés au russe : kūniq et lūsitaq « cheval » (russe kon’, lóšad’), kulūvaq « vache » (russe koróva), sitinkaq ou sәtīnәkaq « porc » (russe svinka), kuškaq ou kuskaq « chat » (russe kóška), etc. 42

***

  • 43 Cf. M. Cohen, Mots latins et mots orientaux, dans Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, (...)
  • 44 K. Lokotsch, op. cit., p. 18, n° 209.

34Depuis l’époque préhistorique, beaucoup de matières premières n’ont pas cessé d’être transportées d’un pays à l’autre et il en a souvent été de même de leurs noms par commodité de l’emprunteur. Tandis que, par le latin canna et le grec κάννα, le nom du roseau (fr. canne), largement utilisé dans la Méditerranée primitive, paraît bien avoir une origine mésopotamienne (akkadien qanû, d’où hébreu kānah43, c’est au malais que, depuis la fin du 16e siècle, l’Europe doit le bambou : espagnol et portugais bambu, italien bambù, français bambou, néerlandais bamboe, bamboes, allemand Bambus, anglais bamboo, russe bambuk44.

  • 45 Le vieux-perse aurait O au lieu de s pour représenter l’indo-européen *k1.
  • 46 E. Herzfeld, Altpersische Inschriften, 1938, p. 299 ; J. Duchesne-Guillemin, Indo-Iranica, dans Bu (...)

35Les anciens Égyptiens importaient des bouches du Nil un bois très dur qu’ils appelaient hbnj, d’un nom apparenté à la racine sémitique signifiant la « pierre ». Ce bois précieux et ornemental était recherché à l’étranger : c’est lui qui est appelé en vieux-perse asa daru « bois (de) pierre » dans la charte de construction du palais de Suse. En effet, asa est vraisemblablement la forme mède (empruntée par le perse45) d’un nom indo-européen de la pierre représenté par l’avestique asan- (cf. sanskrit açman-, grec ακμών etc.). De l’égyptien, le mot a été emprunté tel quel en hébreu (pluriel) hobenīm et en grec ancien έßεvoς (Hérodote), d’où il a été repris par le latin ebenus pour passer ensuite dans le français ébène, l’anglais ebony (probablement influencé par ivory), l’allemand Eben(holz) etc. Très curieusement, le mot grec ancien a été emprunté aussi par l’arabe ābnūs : de là sont tirés le turc abanos, le grec moderne άμπαυóς, le roumain abanos, l’espagnol abenuz (à côté d’ebano hérité du latin), le provençal avenuts46.

  • 47 K. Lokotsch, op. cit., p. 103, n° 1295 ; M. Mayrhofer, dans Indian Linguistics, 12 (1952), Part 3- (...)

36Les noms européens de la laque ont été empruntés à l’arabe lakk : latin médiéval lacca, italien lacca, espagnol, portugais et ancien provençal laca, français laque, anglais lac, néerlandais lak, allemand Lack, roumain lac, tchèque, russe, serbe et bulgare lak. L’importation de la laque en Europe par Gênes et Venise est attestée depuis le 12e siècle. Le mot arabe est lui-même repris au persan lak, qui procède, par une forme prâkrite *lakkhā, du sanskrit lāḳṣā. L’éty-mologie de ce dernier mot est maintenant établie : lākṣā est une variante (avec l caractéristique de l’Inde orientale) de rāḳṣā qui est à raj- « être rouge » et à rāga- « rouge, rougeur » ce que bhaká-est à bhaj- et à bhāga-. Il faut se rappeler que la laque est une résine d’un rouge-brun produite par des arbres de l’Inde47.

  • 48 G. Gougenheim, Les noms européens du caoutchouc, dans Vie et Langage, 2 (1953). p. 272-274.

37Après la découverte du Nouveau Monde, le caoutchouc fut introduit en Europe avec un nom emprunté aux Indiens Maipas : français caoutchouc, qui l’a emporté sur gomme (élastique) spécialisé avec le sens de « gomme à effacer » ; italien cauciu, qui a pris le dessus sur gomma, réduit au sens de « pneu » ; espagnol caucho ; allemand Kautschuk, qui ne désigne que la matière première, celle-ci devenant Gummi quand elle est traitée industriellement. Le portugais dit seringa, parce que, chez les Indiens du Brésil, le caoutchouc servait à fabriquer des poires à lavement. L’anglais avait d’abord emprunté gum (elastic) au français (l’anglo-américain l’emploie encore), puis rubber « effaceur, gomme à effacer » a servi, par extension, à désigner le caoutchouc en général48.

  • 49 S. Simonyi, Die ungarische Sprache, Strasbourg, 1907, p. 61.

38Les noms des métaux ont naturellement aussi été souvent empruntés. On sait qu’ils posent de graves problèmes dans les langues indo-européennes et spécialement en grec ancien et en latin, où ils diffèrent dans beaucoup de cas. La linguistique en cette question est solidaire des données de l’archéologie préhistorique et de l’histoire des techniques. Je n’y insisterai pas ici. A date historique, les métaux ont été révélés, avec leurs noms, par des nations civilisées à des peuples moins avancés. Ainsi, c’est de l’iranien que le nom de l’or est passé dans les parlers finno-ougriens49. Des métaux d’invention récente, comme le nickel et le cobalt, se sont répandus par le monde avec les noms donnés par leurs inventeurs.

***

39On emprunte souvent aussi des noms parce qu’ils sont attachés à des objets fabriqués et à des techniques que l’on doit à des nations plus civilisées ou plus avancées dans certains domaines. Ces emprunts voyagent fréquemment dans une série de langues à la faveur des relations commerciales.

  • 50 Le slave a emprunté au grec indépendamment du latin : J. Vendryes, dans Revue des Études Grecques, (...)

40Il semble que les Phéniciens aient répandu dans l’ancienne Méditerranée des termes qui désignaient des objets de commerce : les noms d’une sorte de tonneau (grec κάδος, d’où latin cadus, vieux-slave kadï, lituanien kôdis50), d’une toile grossière d’emballage (grec σάκκος, latin saccus), d’un vêtement de dessous (grec κιθών, χιτών, latin tunica) ont été rapprochés de mots sémitiques attestés par l’hébreu, kad, śaq et kuttōneṯ (aussi rarement keṯōneṯ).

  • 51 L’évolution sémantique a été la même que celle du vieux-français test « vase d’argile (pour l’épre (...)
  • 52 Le rapprochement d’όβρυζα et de hubrušhi a été proposé par E. Benveniste, Le terme obruza et la mé (...)

41Le mot grec, rarement attesté, ὄβρυζα, désigne « l’épreuve de l’or ». Il a été emprunté par le latin sous la forme obrussa à une époque préclassique où l’on rendait ζ par ss. En fait, les auteurs latins, mal informés du travail des métaux précieux, emploient une formule toute faite empruntée à l’argot des orfèvres, ad obrussam « pur, fin » (littéralement « soumis au creuset, à la coupelle »)51. Le latin obrussa avait si bien perdu sa valeur originelle que tardivement, au 4e siècle après J.-C, on a repris ὄβρυζα sous la forme obryza avec sa signification technique. Or, les Grecs qui avaient aussi transmis aux Romains le procédé de l’épuration de l’or, le tenaient eux-mêmes des célèbres métallurgistes de l’Asie Mineure. On s’en serait douté d’après les courants préhistoriques et protohistoriques de civilisation. Mais, c’est l’étude lexicologique qui permet de préciser l’emprunt : ὄζβρυζα procède, par un intermédiaire inconnu, d’un mot hittite lui-même emprunté au hourrite, ḫubrušḫi, qui est attesté comme nom d’une « terrine » employée dans le culte52. En hourrite, ḫubrušḫi se présente comme un dérivé d’appartenance en -ḫi formé sur le nom de la « terre » et il pouvait avoir régulièrement une forme locative en -ḫa.

  • 53 Sur l’influence romaine en Germanie, l’ouvrage capital est celui de Th. Frings, Germana Romana, Ha (...)

42Dans les premiers siècles de notre ère, l’Europe occidentale a été sous la domination culturelle de Rome. Aussi n’est-il pas surprenant que dans des domaines comme l’art militaire, l’agriculture, l’architecture, le commerce et le droit, des mots techniques se soient propagés non seulement chez les barbares romanisés, mais aussi chez les Celtes, les Germains53, les Slaves, les Baltes et les Finnois.

  • 54 J. Vendryes, dans Revue des Études Grecques, 32 (1919), p. 502.

43Parmi les produits industriels exportés en grande quantité par le commerce romain, les vases et les récipients de toute sorte occupent une place dominante. Du latin amp(h)ora vient, par emprunt, d’une part l’irlandais ambor, d’autre part le vieux-haut-allemand ambar et l’allemand moderne Eimer. De plus, le germanique ancien a été emprunté par le vieux-slave aborǔ et est passé jusqu’au vieux-prussien wumbaris54.

  • 55 J. Brüch, dans Festschrift Kretschmer, p. 6 s. ; V. Bröndal, Substrat et emprunt, en roman et en g (...)

44Le latin catillus est aussi largement représenté en germanique : anglo-saxon cytel, vieux-haut-allemand chezzil, allemand Kessel, danois kedel. Du germanique ancien procède le lituanien kãtilas55.

  • 56 A. Ernout et A. Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine3, Paris, 1951, p. 155 ; S. (...)

45A calix remonte, par emprunt, l’irlandais cailis, calich et le brit-tonique celeguel, ainsi que le vieux-haut-allemand kelih et l’allemand Kelch. Le vieil-allemand à son tour a passé en hongrois : kelyh, puis par métathèse kehely56.

  • 57 S. Simonyi, loc. cit.

46Un mot du latin vulgaire bicarium, d’où est hérité l’italien bicchiere, a aussi été repris par les Germains : le vieux-haut-allemand behhar, qui a donné l’allemand Becher, est aussi passé dans le vieux-slave pehar et de là dans le hongrois pohár « verre », ainsi qu’en roumain et en albanais57.

47Il faudrait encore citer, en allemand, les noms de récipients Kachel, Kopf et Kufe, Schüssel ; en danois botte, kop, kumme ; en anglais cup, pot etc.

48Les Romains ont aussi fait connaître aux barbares la technique de la maçonnerie et de l’aménagement des demeures. Toute une série de termes latins ont été adoptés aussi bien par les Celtes que par les Germains. Mürus est à l’origine de l’irlandais et du britto-nique múr, du vieux-haut-allemand mūra et, donc, de l’allemand moderne Mauer. De tēgula procède le brittonique teol, le vieux-haut-allemand ziagal et l’allemand moderne Ziegel. Mortārium est représenté par le vieil-anglais mortere, aussi bien que par l’allemand Mörtel. Nous retrouvons calx dans l’irlandais calc, le britto-nique calch, le vieux-haut-allemand kalch et l’allemand moderne Kalk. Fenestra a donné l’irlandais senester, le brittonique fenester, le vieux-haut-allemand et l’allemand moderne Fenster, le néerlandais venster. Cellārium a fourni l’anglais cellar, l’irlandais celloir, le vieux-haut-allemand kellari (qui a passé en finnois), d’où l’allemand moderne Keller. Coquīna est devenu en brittonique cegin, en irlandais cucann, en vieux-haut-allemand chuhhina, en allemand moderne Küche, en danois køkken, en anglais kitchen.

  • 58 Sur ce sujet, voir V. Bröndal, op. cit., p. 175-177.

49Il y a encore plusieurs mots de cette catégorie et notamment des termes qui attestent que les procédés de chauffage des Romains s’étaient largement répandus en Europe, comme l’archéologie le montre aussi par ailleurs58.

  • 59 W. von Wartburg, Die Entstehung der romanischen Völker, Halle a. Saale, 1938, trad. franç. par Cl. (...)

50En revanche, les Gallo-Romains ont repris à leur tour aux Germains des procédés particuliers de construction. Le terme français bâtir révèle l’acquisition de « la technique spécifiquement germanique du clayonnage du mur de la maison » ; banc désigne « le banc qui, dans la maison germanique, court le long de la paroi et en est inséparable59 ».

51Les emprunts relatifs à l’architecture sont fréquents à toutes les époques. Les mots anglais hall, living, building, cottage, bungalow (ce dernier d’origine hindoustanie) sont familiers en français moderne et on les trouve dans d’autres langues, notamment en hispano-américain (mêmes graphies, sauf bóngalo).

  • 60 G. Alessio, Le origini del francese, Florence, 1946, p. 11, 13-16.
  • 61 De là notamment le vieux-français palefroi et l’allemand Pferd. Sur l’histoire du mot, V. Bertoldi(...)

52La supériorité technique des anciens Gaulois, même vis-à-vis des Romains, pour tout ce qui concernait les véhicules à chevaux, se manifeste avec éclat dans les nombreux mots empruntés au celtique par le latin classique et tardif60 : carrus « char à quatre roues », carracutium « char à deux roues », carrūca « sorte de voiture » (puis « charrue » dans la loi Salique), carpentuni « voiture à deux roues », cisium ou cissium « chaise à deux roues, cabriolet », colisatum « sorte de chariot », covinnus « chariot, char de guerre », benna « chariot à quatre roues », essedum « chariot à deux roues », petorritum « char à quatre roues », raeda ou rēda « char à quatre roues » avec le composé ver ēdus (ve- = « près ») et le surcomposé paraverēdus « cheval attaché sur le côté, cheval de renfort, cheval de poste »61.

  • 62 Contribution à la géographie et à l’ethnologie de la voiture, dans Revue de Géographie humaine et (...)

53On comprend sans peine que les termes qui concernent les voitures attelées aient beaucoup voyagé dès une époque fort ancienne à partir de la langue de certains peuples réputés connaisseurs en la matière. Quels vastes problèmes d’emprunts se posent quand on parcourt certaines séries lexicologiques dressées par A.-G. Haudri-court62 ! On y voit, répandus sur de larges domaines européens et asiatiques, les noms de la bricole, du bât (harnais, collier ou jouguet) et du contrefort qui joint, dans un chariot, l’extrémité de l’essieu aux ridelles.

54Certains noms de véhicules typiques se sont répandus, à des dates relativement récentes, dans les langues européennes, sans que l’on puisse toujours faire les parts de la commodité et de la mode. Des voitures créées ou transmises par l’Allemagne ont été popularisées en France (coche, calèche, berline, landau), puis sont passées notamment en anglais (coach, calash, berlin, landau) et en espagnol (coche, calesa, berlina, landó). Véhicules d’invention française, la victoria, le coupé et le cabriolet ont été empruntés en Allemagne (Viktoria, Coupé, Kabriolett), en Angleterre (victoria, coupé, cabriolet abrégé en cab), en Espagne (victoria, cupé, cabriolé) et ailleurs, tandis que le tilbury faisait connaître le nom d’un carrossier anglais sur le continent (français tilbury, allemand Tilbury, espagnol tílburi etc.).

  • 63 R. Van der Meulen, Over het woord Sabel, dans Mededeelingen der Koninglijke Nederlandsche Akademie (...)

55L’histoire des voyages lointains du nom du sabre en Europe et dans l’Orient n’est pas encore bien établie, mais elle est, dès maintenant, très suggestive63.

  • 64 S. Simonyi, Die ungarische Sprache, Strasbourg, 1907, p. 60.
  • 65 A. R. Gonçalves Vianna, Les vocables malais empruntés au portugais, dans Recueil Ch. de Harlez, 18 (...)

56Combien de « termes de civilisation » seraient passionnants à suivre dans leurs migrations, non seulement dans les langues européennes, mais encore hors d’Europe ! On connaît bien l’histoire du savon : un prototype celtique ou germanique dont la plus ancienne forme est connue par un emprunt finnois saip(p)ua, et qui désignait une substance pour laver et teindre les cheveux, a été repris par le latin sapō. Transmis au grec tardif, et de là, à l’arabe, au turc et au persan, il se retrouve dans des langues inattendues comme le tchouvache sobin, le mordve sapán, le vogoul sopen et le samoyède savan64. Les colons européens l’ont porté partout : c’est au portugais sabão qu’est emprunté, par exemple, le malais sábun, sábon65.

  • 66 G. Gougenheim, Les noms de la table en Europe occidentale, dans Vie et Langage, 1 (1952), p. 40-41
  • 67 A. R. Gonçalves Vianna, op. cit., p. 341 ; et les dictionnaires tamouls et swahilis.

57Les noms latins de la table mensa et tabula, bien représentés tous les deux dans les langues romanes, ont été empruntés dans les langues celtiques et germaniques avec des fortunes diverses. Ainsi, tandis que le néerlandais tafel demeure courant, l’allemand Tafel a été presque éliminé par Tisch emprunté au latin discus66. L’anglais table est un gallicisme qui n’a aucun rapport direct avec le vieil-anglais, emprunté au latin, toefel. Le portugais mesa est passé, par la fortune des expéditions coloniales, dans le malais médya (avec dy rendant z), le tamoul mēçai et indirectement le swahili meza67.

  • 68 A. G. Haudricourt, Les phonèmes et le vocabulaire du thai commun, dans Journal Asiatique, 236 (194 (...)

58Les langues thai paraissent avoir emprunté au chinois les mots techniques concernant l’armée (cheval, selle, éléphant, jouguet) et les métiers (ouvrier, métier à tisser, papier), mais non le vocabulaire agricole68.

  • 69 L. L. Hammerich, The Russian Stratum in Alaskian Eskimo, dans Slavic Word, 3 = Word, 10 (1954), fa (...)

59Les Esquimaux occidentaux continuent de donner des noms d’origine russe à une série d’objets dont la connaissance leur a été révélée par des colons et des voyageurs russes : par exemple paltuk ou paltūk « manteau » (russe pal’tó), balkasaq ou palәkasaχ « bateau étranger » (russe barkâs), masīnat « machine, moteur » (russe mašína), kalantāsaq « crayon » (russe karandáš), kalapēnak ou kalapīnak « carabine » (russe karabín), kasltaq ou kasitaq « journal » (russe gazéta)69.

  • 70 Autres exemples avec les mots slaves correspondants dans : S. Puşcariu, Die rumänische Sprache, ih (...)

60En roumain, où la terminologie pastorale est restée latine, des mots de civilisation ont été empruntés au slave : par exemple, sticlǎ « verre », clopot « cloche », coasǎ « faux », slovǎ « écriture », noroc « bonheur »70.

61Parmi les anglicismes du français moderne, bon nombre sont des termes techniques dont l’emprunt est justifiable, au moins en partie, par le besoin immédiat de désigner une nouveauté. Il y a des appellations de marine, deck, destroyer, dreadnought, cargo-boat, ferryboat, schooner, sloop, steamer ; de cinéma, producer, sunlight, talkie ; d’économie et de finances, clearing, dumping, leader, lock-out, pool ; de chemins de fer, wagon, tender, rail, bogie ; d’industrie et d’autres techniques, carter, compound, dash-pot, horse power (abr. H. P.), vulcanisation, watt, by-pass, boiler.

  • 71 H.-F. Muller, Quelques remarques sur le français canadien, dans Mélanges A. Dauzat, [1951], spécia (...)

62En franco-canadien, l’influence de l’anglais des États-Unis est extrême et on peut dire qu’elle se marque justement le plus dans le vocabulaire technique. Comment pourrait-il en être autrement dans un pays où les traités techniques, les manuels de métiers, les catalogues d’outillage et de matériaux sont en anglais, sans que l’on puisse songer à les remplacer par des ouvrages français, puisque la différence de climat et l’emploi d’autres poids et mesures les rendent inutilisables71 ?

  • 72 R. J. Alfaro, El anglicismo en el español contemporaneo, dans Boletin del Instituto Caro y Cuervo, (...)

63En Amérique, l’espagnol subit aussi très profondément l’influence technique de l’anglo-américain. Par exemple, l’automobiliste d’une culture moyenne emploie les termes bearing « coussinet », crankcase « carter », fender « garde-boue », cloche « embrayage » (adaptation de clutch), et il ignore en général qu’il existe des équivalents espagnols, respectivement cojinete, caja del ciguenal, guardafango et embrague72.

***

64Certains emprunts impliquent l’adoption d’une institution étrangère. C’est le cas pour les noms de mesures, de poids et de monnaies.

  • 73 Cf. V. Bröndal, Substrat et emprunt en roman et en germanique, Copenhague et Bucarest, 1948, p. 16 (...)

65Au Proche-Orient sémitique (cf. hébreu māne et seqel), le grec ancien avait pris μνά (d’où latin mina) et σίγλος (σίκλος). Les termes latins moneta, pondō, aureus ont été empruntés notamment par les anciens Germains : de là encore en allemand Münze, Pfund ; en danois mont, pund, ore (ce dernier aussi en suédois öre)73.

  • 74 M. L. Sjoestedt, L’influence de la langue anglaise sur un parler local irlandais, dans Étrennes E. (...)

66En irlandais moderne, on dit government à l’anglaise, plutôt que riaghaltas, tax ou duty plutôt que cíos ou cáin, price ou value au lieu de luach. On emploie couramment pingin (v. angl. penning) « penny », scilling « shilling », púnt « pound », guinea « guinea », únsa « ounce », piúnt « pint », galún « gallon », paidhre « pair », dosaon « dozen »74.

  • 75 E. Berneker, Slavisches etymologisches Wörterbuch, I. Band, Heidelberg, 1908-1913, p. 375 ; K. Lok (...)

67Il est remarquable que ce soit l’arabe et persan dīwān qui ait fourni l’italien doana, puis dogana, le provençal doana, le français douane, l’espagnol et portugais aduana, mais que la même institution s’appelle en turc gümrük, en bulgare gjumruk, en serbe djumruk, d’un nom emprunté au grec tardif κομμέρκιον, lui-même repris, avec un curieux changement de sens, du latin commercium75. Sans doute les commerçants ont-ils pris les mots dans les pays étrangers où l’institution leur était imposée.

  • 76 Kolzschi Wägnen dans le récit de voyage de l’ambassadeur russe Herberstein en 1518.
  • 77 S. Simonyi, Die ungarische Sprache, Strasbourg, 1907, p. 91 (avec bibliogr.).

68C’est le renom d’une organisation de transport public en Hongrie aux 15e et 16e siècles qui a entramé l’expansion du nom du coche dans les autres pays d’Europe où des sociétés analogues furent constituées avec des voitures pareilles. Le service entre Vienne et Ofen était assuré par des transporteurs hongrois de Kocs. C’est pourquoi les voitures spéciales attelées de trois chevaux étaient appelées en hongrois kocsi szekér ou simplement kocsi « voiture de Kocs ». De là procèdent, par emprunt, toutes les formes européennes : polonais kocz, serbo-croate, slovène et bulgare kočija, turc koçi, vieil-allemand Gotschi Wagen76 ou Gotschi, allemand moderne, Kutsche, d’où néerlandais koets, suédois kusk, français coche, anglais coach, italien cocchio, espagnol coche77.

69Plusieurs langues européennes, notamment l’anglais, l’allemand, le hollandais et l’italien, ont, au moins temporairement, emprunté chauffeur au français moderne, parce que c’est en France d’abord que l’état de chauffeur est devenu une profession régulière.

70Il est normal aussi que certaines institutions internationales modernes, comme le Rotary Club, se soient répandues à travers le monde avec le nom qui leur fut donné dans leur pays d’origine.

***

71Il y a aussi une véritable raison pratique d’emprunter les noms de phénomènes naturels nouveaux ou du moins nouvellement observés. C’est le cas du français geyser, allemand Geiser etc. qui, par l’intermédiaire de l’anglais geyser, représentent l’islandais moderne Geisir, nom propre d’une célèbre source d’eau chaude au sud de l’Islande. C’est aussi le cas du français cañon, de l’anglais canyon ou cañon etc., qui sont empruntés à l’espagnol du Mexique cañon et qui s’appliquaient d’abord au célèbre cañon du Colorado.

  • 78 J’y reviendrai plus loin (p. 246-247) parce que le mot d’origine chinoise s’est croisé avec un nom (...)

72C’est encore le cas du français typhon et de ses correspondants européens qui remontent à un prototype chinois désignant un ouragan de la mer de Chine78.

  • 79 P. Aebischer, Esp. volcan, it. vulcano, fr. volcan : une conséquence de la découverte de l’Amériqu (...)

73Enfin, nous en trouvons un très curieux exemple dans le nom du « volcan », dont l’origine a été récemment éclaircie. Dans l’antiquité romaine, l’appellation divine Vulcanus (Vulcani insula) était appliquée à quelques volcans de l’Italie méridionale : Stromboli, Vulcano, probablement Etna. Mais il s’agissait toujours d’un nom propre. Il faut attendre la découverte de l’Amérique par les Espagnols pour que la dénomination change de caractère. En effet, rencontrant successivement, surtout en Amérique centrale, de nombreuses montagnes fumant et crachant du feu, les conquistadors les rapprochèrent naturellement des montagnes analogues de l’Italie et les appelèrent pareillement Vulcan, Volcan, Bolcan, nom propre dans leur esprit, mais que la répétition fit bientôt sentir comme un nom commun. La traduction de récits de voyages espagnols fit, dès le 16e siècle, entrer le mot dans l’italien (vulcano), dans l’anglais (volcano), dans le français (volcan), mais toujours pour désigner des volcans américains. Ce n’est qu’à la fin du 17e siècle que ces noms deviennent une appellation du « volcan » en général et que la forme latine volcanus contribue à en étendre la connaissance à d’autres langues79.

***

74C’est aussi l’utilité pratique qui justifie les emprunts des langues scientifiques. Une fois que, dans un pays, un savant a employé un mot avec une signification nouvelle qui consacre une mise au point ou une découverte, ce mot tend à être conventionnel et les savants d’autres pays, plus soucieux de clarté et de simplicité que de purisme et d’élégance, sont enclins à l’emprunter, surtout quand leur langue n’est guère propice aux néologismes.

  • 80 De Finibus, III, 51 ; Tusculanes, II, 35.
  • 81 De Rerum Natura, I, 831-832 ; III, 259-260.
  • 82 Cf. les passages cités par G. Bardy dans Recherches de Science Religieuse, 29 (1939), p. 57.
  • 83 S. Jannaccone, Recherches sur les éléments grecs du vocabulaire latin de l’Empire, I, Paris, 1950, (...)

75Des auteurs comme Cicéron80, Lucrèce 81 et tardivement Saint Basile 82 ont reconnu ouvertement la pauvreté et l’inaptitude du latin à rendre les notions philosophiques grecques, et l’on sait que le latin de Cicéron, de Lucrèce, de Vitruve, de Pline l’Ancien, du Pseudo-Apulée, du Dioscoride latin, des médecins, des grammairiens et des théologiens contient un grand nombre d’hellénismes scientifiques : qu’on se rappelle par exemple atomus, homoeomeria, antarcticus, analogia, syllabus, diphthongus, etc., ainsi que les traductions et calques casus pour πτῶσις, appositio pour παράθεσις, qualitas pour ποιότης, etc. 83

76De la même manière, les langues européennes occidentales ont emprunté anciennement à la science arabe professée en Sicile et surtout en Espagne, souvent par l’intermédiaire de traductions latines, bon nombre de termes spéciaux de médecine, d’astronomie, de mathématiques et de chimie. C’est ainsi que nous avons, par exemple, en français : alambic de al-anbīq (du grec αμβιξ) « sorte de vase » ; alcool de al-kuhūl « substance pulvérisée ou raffinée, liquide distillé, extrait » ; sirop de šarāb « boisson » ; borax de būraq ; chiffre, ancien cifre, de şifr « vide, zéro » ; momie de mūmiyā « matière résineuse utilisée pour embaumer les morts, momie » ; alchimie de al-kīmiā ; algèbre de al-ğabr « réduction » ; zénith de samt « chemin » lu par erreur senit.

77Les Italiens de la Renaissance ont organisé le système de la banque et ceux du 18e siècle ont mis au point la notation musicale. Leurs termes techniques ont, pour des raisons d’utilité pratique, été repris par beaucoup de langues d’Europe, puis d’ailleurs. Ainsi les mots italiens banca, banca rotta, bilancio, credito, fallito (-a), saldo, adagio, allegro, andante, arpeggio, fuga, solfeggio, sonata, soprano, tenore se retrouvent respectivement en français dans banque, banqueroute, bilan, crédit, faillite, solde, adagio, allegro, andante, arpège, fugue, solfège, sonate, soprano, ténor ; pareillement en allemand dans Bank, Bank(e)rott, Bilanz, Falliment. Kredit, Saldo, Adagio, Allegro, Andante, Arpeggio, Fuge, Solfeggio, Sonate, Sopran, Tenor ; et ainsi de suite en espagnol, en anglais, en néerlandais etc.

  • 84 Cf. sur les emprunts dans les domaines philosophique, minéralogique, botanique, zoologique, mathém (...)

78Que d’emprunts à l’allemand dans la terminologie scientifique des langues modernes depuis le 18e siècle. Pour me borner au français, je citerai seulement en minéralogie blende, cobalt, feldspath, klingstein, loess, nickel, quartz, zinc ; et en philosophie impératif catégorique (Kant), surhomme (calque de Nietzsche), moniste et téléologie (Wolff)84.

  • 85 D’après F. Mackenzie, Les relations de l’Angleterre et de la France d’après le vocabulaire, tome I (...)

79Puisque nous parlons philosophie, il est bien intéressant de relever, en ce domaine, la dette du français à l’égard des philosophes anglais depuis le Moyen Age jusqu’aujourd’hui. A Duns Scot remontent objectif, subjectif, eccéité ; à Thomas More utopie ; à Francis Bacon crucial, philosophie expérimentale ; à John Locke association des idées ; à Robert Boyle matérialiste ; à John Toland panthéiste ; à Anthony Collins libre-penseur ; à Ralph Cudworth théisme ; à Thomas Reid facultés, sens commun ; à Jeremy Bentham utilitarisme, international, panopticon, exhaustif ; à John Stuart Mill connotation ; à Herbert Spencer ego-altruisme, évolution ; à Thomas Huxley agnostique ; à William James pragmatiste et à John Dewey instrumentalisme85.

  • 86 Ch. Bruneau, Regard d’ensemble sur la langue française d’aujourd’hui, dans Neophilologus, 1949, et (...)

80Politiciens et économistes français d’aujourd’hui ne manquent pas de reprendre à l’anglo-américain certains termes techniques. En économie, on emploie de plus en plus reconversion (parfois avec un reinjustifié au lieu de conversion) pour signifier la réadaptation ou simplement l’adaptation systématique d’un secteur industriel à des productions mieux en rapport avec les circonstances. En politique, on trouve filibuster pour « faire de l’obstruction (à une loi) » d’après un modèle « étatsunien »86.

  • 87 J. J. Salverda de Grave, L’influence de la langue française en Hollande d’après les mots empruntés(...)

81La terminologie française des fortifications est, en majeure partie, empruntée à l’italien de la Renaissance parce que, comme l’a justement écrit Pasquier, « en telles affaires les Ingénieurs d’Italie sçavent mieux debiter leurs denrées que nous autres Français ». Mais, au 18e siècle, en Allemagne, les termes de fortifications sont d’origine française parce que Frédéric le Grand s’était entouré d’ingénieurs français formés dans la tradition de Vauban87.

  • 88 Chr. Nyrop, Linguistique et Histoire des mœurs, trad. franç. par E. Philippot, Paris, 1934, p. 188
  • 89 Chr. Nyrop, op. cit., p. 202 ; R. Vallery-Radot, Vie de Pasteur, Paris, 1946, p. 395-397 ; F. Lete (...)

82Beaucoup de termes de médecine s’empruntent tels quels pour des raisons pratiques et s’internationalisent : c’est un fait connu. Le renom des écoles françaises de médecine depuis le Moyen Age jusqu’à l’époque moderne a fait en sorte que beaucoup de langues étrangères ont repris des termes médicaux au français. Kristofer Nyrop 88 en a relevé une liste typique en danois : ambulance, bandage, bougie, charpi, gouttière, kanyle, karantoene, klinik, massage, massor, massose, mèche, pincette, sonde, tampon. Mais la création française la plus répandue est certainement microbe, qui est aujourd’hui dans la terminologie universelle. Or le mot a été inventé par le docteur Sédillot : c’est lui qui, après avoir consulté Pasteur et Littré, l’a proposé la première fois dans une communication à l’Académie des Sciences de Paris en 187889.

83Aujourd’hui, les remarquables progrès de la technique médicale en Angleterre et aux États-Unis nous valent, même en français, une affluence croissante de termes spéciaux anglais.

***

  • 90 Deux dialogues du nouveau langage françois italianizé, éd. P. Ristelhuber, Paris, 1885, tome I, p. (...)

84L’emprunt devient presque une nécessité quand il s’agit de désigner des choses proprement étrangères. « Je di, formule un personnage de Henri Estienne90, qu’il y a certains cas esquels il est permis d’italianizer : sçavoir est quand on parle de choses qui ne se voyent qu’en Italie ». C’est un cas limite, puisque, entre le mot étranger cité à l’occasion d’une description ou employé dans une circonstance passagère, et le mot emprunté désignant communément une chose restée étrangère, il n’y a en somme qu’une différence de fréquence et de notoriété. Il serait difficile aujourd’hui de ne pas employer les mots Soviet, Bolchevik et kolkhose dans une description de la Russie, et rien ne peut remplacer exactement Stalag, Gestapo et Kommandantur dans une histoire de la guerre et de l’occupation allemande en France ou ailleurs en 1940-1945. L’attorney et le shérif sont des personnages propres à l’Angleterre et aux États-Unis.

85Le lien senti entre le mot et la chose étrangère est mis à profit par les écrivains soucieux de couleur locale, surtout depuis le Romantisme. C’est un moyen d’évocation qui se prête à des effets variés. Un seul anglicisme suffit à une évocation discrète dans ces vers de Verlaine :

  • 91 Aquarelles : Streets, cité par S. Ullmann, Précis de sémantique française, Paris et Berne, 1952, p (...)

« Même alors que l’aurore allume
Les cottages jaunes et noirs »91,

86ou dans cet autre de José-Maria de Hérédia :

  • 92 Les Trophées : Rome et les Barbares : La Trebbia, cité par F. Brunot et Ch. Bruneau, Précis de gra (...)

« Partout sonne l’appel clair des buccinateurs92.

87Alfred de Musset, en revanche, se livre à une charge de mots non francisés pour parodier l’anglomanie de son temps :

  • 93 Secrètes Pensées de Rafael, cité par E. de Ullmann, Les anglicismes dans la poésie de Musset, dans (...)

« Dans le bol où le punch rit sur son trépied d’or,
Le grog est fashionable, et le vieux vin de France… » 93

  • 94 D’après G. G. Struble, On n’achète pas les enfants dans les drug stores, dans American Speech, 29 (...)

88C’est pour insister sur le caractère particulier de la publicité américaine que Maurice Dekobra, dans son roman « Émigrés de luxe » (dont l’action se situe aux États-Unis), emploie, entre autres anglicismes, le mot publicity94. Il faut naturellement y voir un procédé d’écrivain, car, au sens strict, le français publicité aurait suffi.

  • 95 G. Shipp, Plautine Terms for Greek and Roman Things, dans Glotta, 34 (1954), p. 139-152.

89Ce procédé de description et d’évocation est évidemment de tous les temps. A Rome déjà, Plaute y a recouru fréquemment dans ses comédies. Il faut savoir, en effet, que dans ces pièces imitées de la Grèce, les personnages sont normalement des Grecs. Quand Plaute désigne un banquier qui joue dans la pièce, il recourt au mot grec trapezita, mais il emploie le latin argentarius quand il mentionne un banquier en dehors de l’action. De la même manière, l’hellénisme agoranomus est de règle quand un auteur grec se réfère à la vie en Grèce, mais c’est aedilis qui est employé quand il s’agit d’institutions romaines. Machaera « glaive » et clipeus « bouclier » sont des armes de soldats grecs ; sinon on emploie les termes latins gladius et scutum95.

***

  • 96 Deux dialogues du nouveau langage françois italianizé, éd. P. Ristelhuber, Paris, 1885, tome I, p. (...)
  • 97 Ibid., p. 174-175.

90On emprunte, enfin, des mots étrangers parce que leur signification est si complexe ou si nuancée qu’il n’y a pas d’autre manière simple de l’exprimer. Henri Estienne 96 le reconnaît par la bouche d’un de ses personnages quand il note que les Français ont été obligés, pour cette raison, de reprendre supercherie à l’italien : « En la place duquel mot, dit-il, tant s’en faut que nous puissions mettre un autre, qu’à grand’peine le pouvons nous expliquer par périphrase ». Il arrive que l’on trouve dans un parler étranger, pour exprimer une chose que l’on connaît et dont on a déjà l’usage, un mot ou une expression plus commode ou plus colorée que n’en fournit la langue maternelle. Il y a là une forme de besoin linguistique, mais qui est naturellement toujours discutable. Henri Estienne encore l’a finement et plaisamment noté à propos de l’italianisme bizarre97 :

Celtophile : « Et quant à nous, pensez-vous que nous n’ayons point de mot pour signifier ce que nous exprimons par ce mot Bizarre ? »

91Philausone l’invite à citer ce mot.

Celtophile : « On peut dire, en un bon mot François, (tiré de ce noble langage grec) Un phantastique. Et pour parler plus couvertement et honnestement, nous disons aussi, C’est un homme qui est un peu subiect à ses fantaisies. On dit aussi, C’est un homme qui a ses façons ».

  • 98 Les missionnaires chargés de traduire la Bible dans la langue des Misketo, indigènes du Nicaragua, (...)

92Mais la langue courante, populaire, n’a que faire de longues périphrases98. Elle tend à les abréger. Elle leur préfère, si elle en a l’occasion, des mots simples, au besoin empruntés.

  • 99 Problèmes et méthodes de la linguistique, trad. de l’allemand par P. Maillard, Paris, 1946, p. 106
  • 100 Plus haut, l’auteur a daté de la même époque le remplacement de l’ancien crus par les mots grossie (...)
  • 101 Note de W. von Wartburg : « L’adoption de titta est probablement due à l’emploi fréquent de nourri (...)

93C’est par un besoin proprement lexical de cette sorte que Walther von Wartburg explique l’emprunt du germanique hanka « hanche » dans les langues romanes. « La diffusion de hanka dans presque toute l’étendue du domaine roman, écrit-il99, montre que ce mot a dû être adopté pareillement 100 sous l’Empire, peut-être au iiie ou au ive siècle. Or en dehors de Utta « sein de femme aucun nom de partie du corps n’a été emprunté au germain à cette époque primitive : il doit exister ici une raison particulière101. Cette raison est à chercher dans l’impasse où se trouvait le latin : femur était devenu homonyme de fĭmus « fumier, celui-ci s’étant transformé sous l’influence de stercus, en fęmus, -oris. Pour éviter fĕmur, devenu par là impossible, on eut recours à l’appellation de la partie du corps la plus voisine, coxa, qui désigna dès lors le domaine s’étendant de la hanche au genou. Et comme cette extension conduisait fatalement à des obscurités, on eut recours, en cas de besoin, au germ. hanka, que l’on entendait quelquefois dans la bouche des mercenaires ou des colons germains. »

  • 102 M. L. Sjoestedt, L’influence de la langue anglaise sur un parler local irlandais, dans Élrennes E. (...)

94On trouve en irlandais moderne quelques noms de parenté empruntés à l’anglais : uncuil « oncle » (angl. uncle), anntín « tante » (angl. aunt), cousin « cousin » (angl. cousin). Ils ont peut-être été introduits par la correspondance des émigrés, souvent rédigée en anglais, et où les noms de parenté tiennent naturellement une large place. « Ces emprunts se justifient par l’absence de termes équivalents commodes en irlandais (il faut dire dearbhráthair m’athar « le frère de mon père » etc.)102 ».

  • 103 Chr. Nyrop, Quelques termes de la Grande Guerre, dans Linguistique et Histoire des moeurs, trad. f (...)
  • 104 F. Kluge et A. Götze, Etymologisches Wörterbuch der deutschen Sprache, 16e éd., Berlin, 1953, s. v (...)

95L’art de se rendre invisible à l’ennemi par l’emploi de toiles, de filets, de branchages, de peinture en couleurs diverses adaptées au paysage, est un vieux procédé, mais qui a été exploité au maximum et haussé au rang de technique pendant la guerre 1914-1918. Quand il a fallu en parler de plus en plus fréquemment sans perdre de temps à des périphrases ou à des à-peu-près, les soldats français ont trouvé dans l’argot parisien les termes camoufler, camouflage, que le journalisme et la littérature de guerre firent passer rapidement dans le français commun. Les autres langues, qui ne devaient pas ignorer cette technique, mais n’avaient pas de mot spécial pour la désigner, ont alors emprunté les termes français : néerlandais camoufleren, camouflage ; anglais camouflate, camouflage ; danois kamuflere, kamuflage ; etc. 103Les Allemands mêmes disaient camouflieren et Camouflage dans leurs communiqués. Mais, en 1921, une publication technique proposa d’employer, pour exprimer les mêmes notions, les vieux mots désuets tarnen et Tarnung. Trois ans plus tard, les emprunts français étaient éliminés de la terminologie militaire104.

  • 105 K. Jaberg, Mittelfranzösische Wortstudien, dans Sache Ort und Wort. Festschrift Jakob Jud (= Roman (...)

96Jusqu’au 14e siècle, en ancien français, poudre désignait la poussière, ainsi que toutes les poudres artificielles. La locution « jeter la poudre aux yeux » est une survivance isolée de cet usage. Après la découverte, au 14e siècle, de la poudre à canon, le mot poudre a tendu à désigner surtout les poudres artificielles. C’est alors que, pour satisfaire un besoin purement lexical, on introduisit en français commun le mot poussière, emprunté au parler lorrain105.

  • 106 F. de Grand Combe, De l’anglomanie en français, dans Le Français Moderne, 22 (1954), p. 188 ; à pr (...)

97Les puristes français qui sont le plus hostiles aux anglicismes modernes, reconnaissent pourtant que, dans certains cas, l’emprunt comble une véritable lacune s’il remplace une périphrase gauche et lourde et si son aspect n’est pas choquant dans notre langue. Il paraît en être ainsi notamment pour les verbes doper et poster (une lettre)106. On sait que le célèbre linguiste genèvois Ferdinand de Saussure a choisi le mot anglais intercourse pour désigner un phénomène linguistique qui n’avait pas d’expression claire et simple en français.

98Pour désigner l’acte de banditisme que nous connaissons certes depuis longtemps et qui consiste à dévaliser quelqu’un en lui faisant lever les mains sous la menace d’une arme à feu, le français académique use de la périphrase peu précise attaque à main armée. Mais dans la langue plus hardie et plus colorée du journalisme moderne, cela s’appelle à l’anglaise hold up. On peut penser qu’un haut-les-mains aurait été un néologisme adéquat, mais faut-il dire qu’il n’aurait ni la brièveté ni la résonance évocatrice de l’anglicisme et qu’il satisferait dès lors moins parfaitement au besoin linguistique ?

  • 107 E. Pichon, L’enrichissement lexical dans le français d’aujourd’hui, dans Le Français Moderne, 3 (1 (...)

99Ce n’est pas d’aujourd’hui sans doute qu’existe un genre de repas pris au début de l’après-midi, généralement debout, après un mariage, une séance de congrès ou une autre cérémonie. Or, en français moderne, faute d’un nom spécial, on a accoutumé d’appeler ce repas un lunch, d’un mot anglais dont la signification est beaucoup plus large en Angleterre. Mais la spécialisation comble une lacune du lexique et les hôteliers qui essaient de conserver à lunch le sens de « déjeuner de midi » ne sont pas suivis107.

100De l’anglais des États-Unis provient l’expression pin up girl « jeune fille à épingler », qui désigne une photographie ou une image de jeune femme d’un format assez grand pour être fixé sur un mur. Ce sont surtout les soldats américains (les G. I.) qui nous ont fait connaître ce mot, mais directement sous la forme abrégée et familière pin up. Aujourd’hui, bien des gens de chez nous l’emploient (en prononçant parfois pinüp !) pour désigner une jeune femme jolie, susceptible de réjouir les yeux, surtout à un spectacle ou à une réunion publique. Je doute que la chose ait jamais manqué en France. Mais nous n’avions pas apparemment un terme honnête pour la désigner en toute simplicité. En attendant mieux, dans un domaine où les mots vieillissent ou s’encanaillent vite, pin up paraît satisfaire un certain besoin de précision et de nuance linguistique.

  • 108 M. Niedermann, L’interpénétration des langues (1949), reproduit dans Recueil Niedermann, 1954, spé (...)

101L’allemand emploie l’emprunt français Gage pour désigner les appointements d’un acteur ou d’une actrice. Il serait aussi impropre de dire Gehalt, Bezahlung, Lohn, Entlöhnung et Besoldung que de parler, en français, « de la paye d’un médecin ou de la solde d’un curé108 ».

  • 109 Cf. entre autres H. Jansky, Éléments de langue turque, adapté de l’allemand par E. Missir, Paris, (...)

102Enfin, c’est pour remédier pratiquement à une difficulté syntaxique que le turc moderne a généralisé l’emploi de la conjonction ki, emprunté au persan. Il suffit de comparer la construction du turc d’aujourd’hui avec celle d’il y a un demi-siècle pour mesurer l’intérêt pratique de cet emprunt109.

***

  • 110 Le Ramage de mon pays, Montréal, 1939, p. 100 ss., cité par Roland Denis, L’Anglicisme dans le par (...)

103Tels sont, soigneusement compartimentés, les besoins matériels ou pratiques qui justifient l’emprunt linguistique. Soucieux de marquer des distinctions, je n’ai cité partout que des exemples isolés. Peut-être, pour achever ce chapitre, n’est-il pas sans intérêt d’envisager maintenant la situation générale d’un peuple et d’une langue qu’une nécessité, surtout économique, soumet progressivement et par l’effet d’un laisser-aller croissant, à l’influence d’un autre peuple et d’une autre langue. L’exemple du Canada de langue française est clair à cet égard. Les puristes réagissent vigoureusement, mais sans grand succès, du moins en ce qui concerne les classes populaire et moyenne. Car la situation n’est évidemment pas la même au Canada qu’en France. Tandis qu’en France, on emploie le plus souvent des termes anglais par snobisme, par engouement ou par caprice de l’heure, au Canada l’anglicisme existe à l’état de nécessité. C’est une situation cruelle et tragique, surtout pour les intellectuels qui en mesurent la gravité. Un écrivain canadien, Victor Barbeau110, l’a bien décrite dans cette page où la franche objectivité ne le cède qu’à l’émotion : « Fors notre langue et notre foi, les Anglais nous ont tout pris. C’était leur droit. Ils ont pris le sol, ils ont pris le commerce, l’industrie, la finance, tout ce qu’il y avait à prendre. Ils sont devenus nos maîtres, nos seigneurs. C’était encore leur droit. Régnant sur tout, ils ont partout, sans violence et sans heurts, imposé leur idiome. Les formes politiques, ils les ont importées d’Angleterre. Les affaires, ils les ont montées avec leurs capitaux et leurs techniciens. Ainsi de suite. Il en est résulté que, n’ayant rien ou presque rien créé par nous- mêmes, nous avons dû pour vivre nous mettre à leur service, sous leur dépendance. Si bien que c’est d’eux que nous avons appris le vocabulaire de toutes les occupations qu’ils nous ont ouvertes, à l’exception de l’agriculture, de quelques métiers et des professions libérales.

104Ils étaient les patrons, les contremaîtres ; nous étions les manœuvres. Ils étaient compétents en leur art ; nous en ignorions de A à Z. Vous étonnez-vous après cela que le lexique des chemins de fer, des tramways, de l’électricité, du téléphone, de la navigation à vapeur, de la construction mécanique, des textiles, de la Bourse, de l’assurance, du pétrole, de l’automobile, des mines, de la serrurerie, de la plomberie, du chauffage, etc., etc., soit aux quatre cinquièmes anglais ? Il était impossible qu’il ne le fût pas puisque toutes ces entreprises appartenaient et appartiennent à des Anglais, étaient et sont dirigées par des Anglais, et que, dans chacune, l’anglais était et est la langue officielle, la langue courante, celle dont on se sert pour désigner, qualifier, exprimer tout…

105Ayant échoué sur le terrain politique, ils ont triomphé sur le terrain économique. Ce ne sont pas leurs lois qui nous ont eus ; ce sont leurs affaires, leurs capitaux. Ils nous ont pris par la faim. Ils nous ont pris à l’époque de notre plus grande misère intellectuelle. La comparaison a beau clocher que je ne puis m’empêcher de rapprocher notre situation d’alors à celle des Gaulois, au moment de la conquête romaine. Est-ce la loi du plus fort qui les a romani- sés ? Non. Ils sont passés à l’ennemi d’eux-mêmes, incapables de résister à leur influence. Nous nous sommes rendus nous aussi. »

Notes

1 M. L. Sjoestedt, L’influence de la langue anglaise sur un parler local irlandais, dans Étrennes E. Benveniste, Paris, 1928, p. 106-107.

2 Ibid., p. 102-103.

3 En allemand Bedürfnislehnwort « emprunt de nécessité ». Sur cette notion, voir entre autres : E. Tappolet, Die alemannischen Lehnwörter in den Mundarten der französischen Schweiz, (I), Bâle, 1913, p. 53 ; F. Brunot et Ch. Bruneau, Précis de grammaire historique de la langue française, nouv. éd., 1937. Ρ. 180 ; R. FREY, Das englische Lehnwort im modernsten Französisch (nach Zeitungsexzerpten von 1920-1940), Zurich, 1943, p. 17-18.

4 Aspects du français, Paris, 1950, p. 142-143.

5 L’origine des noms du vin et de l’huile a été étudiée spécialement par A. Meillet, A propos des noms du vin et de l’huile, dans The French Quartely, 2 (1920), reproduit dans Linguistique historique et linguistique générale, (I), nouv. éd., Paris, 1948, p. 297-304 ; cf. Esquisse, p. 88, et Aperçu, p. 88 ; V. Pisani, L’etimologia, Florence, 1947, p. 73-74.

6 P. Kretschmer, Einleitung in die Geschichte der Griechischen Sprache, 1896, p. 21 ; J. Filliozat, Les échanges de l’Inde et de l’Empire romain, dans Revue Historique, 201 (1949), p. 12 ; et les dictionnaires étymologiques.

7 Cf. K. Lokotsch, Etymologisches Wörterbuch der europäischen Wörter orientalischen Ursprungs, Heidelberg, 1927, p. 87, n° 1085 (qui part à tort du persan) ; H. P. Blok, A Swahili Anthology, with notes and glossaries. Vol. I : Ki-unguja Texts (Dialect of Zanzibar), Leyde, 1948, p. 231 ; et les dictionnaires étymologiques.

8 Cf. A. Thomas, Mélanges d’étymologie française, Paris, 1902, p. 35 ; W. von Wartburg, Französisches Wörterbuch, I, p. 467.

9 Cf. M. L. Wagner, Historische Lautlehre des Sardischen, 1941, p. 211, 235.

10 V. Bertoldi. Colonizzazioni nell’ antico Mediterraneo occidentale alla luce degli aspetti linguistici, Naples, 1950, p. 78-79.

11 Dillon (Comte), Essai sur les influences étrangères dans la langue et la littérature japonaise, Paris, [1904], p. 21.

12 V. Bröndal, Substrat et emprunt en roman et en germanique, Copenhague et Bucarest, 1948, p. 169 s.

13 A. G. Haudricourt, Ce que peuvent nous apprendre les mots voyageurs, dans Mélanges d’Histoire Sociale, I (1942), p. 25-26 (bibliogr.) ; J. B. Hofmann, Etymologisches Wörterbuch des Griechischen, s. v. μέθυ.

14 Α. G. Haudricourt, op. cit., p. 26 ; G. Ferrand, L’élément arabe et souahili en malgache ancien et moderne, dans Journal Asiatique, 1903, p. 455 ; et les dictionnaires étymologiques.

15 Cf. L. L. Hammerich, The Russian Stratum in Alaskian Eskimo, dans Slavic Word, 3 = Word, 10 (1954), fasc. 4. Notons que l’r esquimau est une fricative post-vélaire. L’r du russe est rendu par l en esquimau.

16 Cf. J. Psichari, Études de philologie néo-grecque, Paris, 1892, p. LXXV ; Κ. Lokotsch, Etymologisches Wörterbuch der europäischen Wörter orientalischen Ursprungs, Heidelberg, 1927, p. 11, n° 126.

17 A. Dauzat, Voyage à travers les mots, Paris, 1947, p. 50 ; K. Lokotsch, op. cit., p. 20, n° 247 ; O. Bloch et W. von Wartburg, Dictionnaire étymologique de la langue française2, Paris, 1950, s. v. abricot.

18 A. G. Haudricourt, Histoire du nom de soya, dans Revue de Botanique Appliquée, 21 (1941), p. 457 ss. ; sur la sauce, le même savant dans Mélanges d’Histoire Sociale, 1 (1942), p. 28-30.

19 Sur ces mots, voir entre autres : V. Bertoldi, Colonizzazioni nell’ antico Mediterraneo occidentale alla luce degli aspetti linguistici, Naples, 1950, p. 234-236 ; R. Escarpit, Du nahuatl au français, dans Vie et Langage, 2 (1953), p. 249-250, renvoyant à Alfonso Caso, dans Mexico y la Cultura, 1946 ; et les dictionnaires étymologiques. — En nahuatl, le suffixe -tl caractérise les substantifs et les infinitifs (il est la notation d’un phonème spécial, sans doute l fricatif). Ainsi naoatl ou nahuatl est un dérivé nominal du verbe naoa « parler » : il signifie simplement « le parler, la langue ». Chocolatl « boisson » se rattache au verbe chocola, causatif chocolaia « boire ». Tomatl signifie probablement « le fruit rond, gonflé », s’il dérive du verbe toma, dont l’inchoatif tomaua (tomahua) veut dire « croître, grossir, se gonfler ». Enfin cacaoatl ou cacahualt, dérivé du verbe cacaoa (cacahua), fréquentatif de caoa (cahua) « laisser, laisser de côté, laisser aller », désignait l’amande du cacaoyer. C’était, par excellence, le fruit sec susceptible d’être mis în réserve (autre interprétation chez Ph. Marcou, Cacao, cacahuet ou cacaouète, dans Journal de la Société des Américanisies de Paris, n. s. 12 [1920], p. 65-67). La cacahuète s’appelait plus exactement tlalcacaoatl (tlalcacahuatl) « fruit sec de terre » : le premier élément tlal- est la forme que prend, en composition, le nom tlalli « terre, sol ». — Sur le nahuatl, voir Jakob Schoembs, Aztekische Schriftsprache. Grammatik (mit Lautlehre), Text und Glossar, Heidelberg, 1949.

20 Selon Albert Dauzat, La géographie linguistique, Paris, 1922, p. 174, n. 2, les formes du Sud-Est de la France procéderaient plutôt du piémontais trôfia « truffe ».

21 Sur ces dernières formes, L. L. Hammerich, The Russian Stratum in Alaskian Eskimo, dans Slavic Word, 3 = Word, 10 (1954), fasc. 4.

22 Crompire survit aussi en quelques points du département d’Ille-et-Vilaine, où il a été apporté par les Alliés en 1815. Cf. A. Dauzat, op. cit., p. 174.

23 L. Spitzer, Die Namengebung bei neuen Kulturpflanzen im französischen = Wörter und Sachen, 4, Heidelberg, 1912 ; Chr. Nyrop, Linguistique et Histoire des mœurs, trad. E. Philippot, Paris, 1934, p. 143 ; Ch. Bruneau, Les noms de la pomme de terre en Belgique romane, dans Bulletin du Dictionnaire Wallon, 17 (1932), p. 57-78 ; A. Dauzat, Les mots d’emprunt dans l’argot français, dans le volume Études de Linguistique Française2, Paris, 1946, p. 281 ; et les dictionnaires étymologiques.

24 En italien, une rencontre s’est produite avec tobacco emprunté à l’arabe tobbāq « chaleur » (cf. attabbaccarsi « s’échauffer, s’amouracher ») : E. Richter, dans Archivum Romanicum, 11 (1927), p. 251-257 ; L. Spitzer, même revue, p. 395-396.

25 Le wallon liégeois toûbake est féminin ; c’est une conséquence de l’emprunt : J. Warland, Glossar und Grammatik der germanischen Lehnwörter in der wallonischen Mundart Malmedys, Liège et Paris, 1940, p. 267-268.

26 Cf. G. W. J. Drewes, The Influence of Western Civilisation on the Language of the East Indian Archipelago, dans B. Schrieke, The Effect of Western Influence on Native Civilisations in the Malay Archipelago, Batavia, 1929, p. 141.

27 Je n’ai pas vu : A. Reisenfeld, Tobacco in New Guinea and the other areas of Melanesia, dans Journal of the Royal Anthropological Institute of Great Britain and Ireland, 81 (1951, paru en 1952), p. 69-102.

28 L’emprunt plus récent ταμπάκος désigne le tabac à priser.

29 A la différence de tabako, les anglicismes cigar et cigarette n’étaient pas encore bien assimilés en japonais vers 1929 : S. Ichikawa, Foreign Influences in the Japanese Language, Tokyo, 1929, p. 2.

30 A. R. Gonçalves Vianna, Les vocables malais empruntés au portugais, dans Recueil Ch. de Harlez, 1896, p. 348.

31 G. Subba Rao, Indian Words in English, Oxford, 1954, p. 17. 48, 86, 93 et 108.

32 De là vient peut-être, déformée par une étymologie populaire, l’expression française une carotte de tabac.

33 Il faut naturellement exclure le rapport supposé du portugais charuto avec l’expression chilienne cigarro de chala « cigare fabriqué avec une feuille de maïs séchée ». Cf. K. Lokotsch, Etymologisches Wörterbuch der europäischen Wörter orientalischen Ursprungs, Heidelberg, 1927, p. 150, n° 1888.

34 Première attestation par Honoré de Balzac en 1831 : cf. A. Weil, dans Le Français Moderne, 13 (1945), p. 121-122 ; G. Matoré et A. J. Greimas, même revue, 15 (1947). p. 131.

35 Sur les noms du tabac et de ses dérivés : E. Richter, Tabak-Trafik, dans De Spiegel van Handel en Wandel, Rotterdam, 1924 ; Zigarre und andere Rauchwörter, dans Atti del XII, Congresso internazionale degli americanisti, Rome, 1926, p. 297 ss. ; Chr. Nyrop, Le tabac et son usage, dans Linguistique et Histoire des mœurs, trad. E. Philippot, Paris, 1934, p. 126-154 ; V. Bertoldi, Colonizzazioni neill’ antico Mediterraneo occidentale alla luce degli aspetti linguistici, Naples, 1950, p. 232-233 ; et les dictionnaires étymologiques.

36 A. Dauzat, dans Le Français Moderne, 13 (1945), p. 245-246.

37 V. Kiparsky, L’histoire du morse, dans Annales Academiae Scientiarum Fennicae, série B, tome 73, n° 3 (1952), 54 p.

38 K. Lokotsch, op. cit., p. 153, n° 1929.

39 Ibid., p. 55, n° 699.

40 Ibid., p. 128, n° 1593 ; O. Bloch et W. von Wartburg, Dictionnaire étymologique de la langue française2, Paris, 1950. p. 425.

41 P. De Dony, Une langue peu connue : le guarani, dans Vie et Langage, 3 (1954), spécialement p. 41.

42 Cf. L. L. Hammerich, The Russian Stratum in Alaskian Eskimo, dans Slavic Word, 3 = Word, 10 (1954), fasc. 4, qui fournit plusieurs variantes de ce mot. Sur la finale -q, voir p. 311, n. 38.

43 Cf. M. Cohen, Mots latins et mots orientaux, dans Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, 116 (1938), p. 179-183 ; A. Ernout, Aspects du vocabulaire latin, Paris, 1954, p. 30 ; et les dictionnaires étymologiques.

44 K. Lokotsch, op. cit., p. 18, n° 209.

45 Le vieux-perse aurait O au lieu de s pour représenter l’indo-européen *k1.

46 E. Herzfeld, Altpersische Inschriften, 1938, p. 299 ; J. Duchesne-Guillemin, Indo-Iranica, dans Bulletin of the School of Oriental and African Studies, University of London, 10 (1942), p. 925-927 ; J. Psichari, Études de philologie néo-grecque, Paris, 1892, p. lxxiv ; K. Lokotsch, Etymologisches Wörterbuch der europäischen Wörter orientalischen Ursprungs, Heidelberg, 1927, p. 1, n° 3.

47 K. Lokotsch, op. cit., p. 103, n° 1295 ; M. Mayrhofer, dans Indian Linguistics, 12 (1952), Part 3-4, p. 19, résumé dans Studien zur indogermanischen Grundsprache (= Arbeiten aus dem Institut für allgemeine und vergleichende Sprachwissenschaft… Graz, 4. Heft), Vienne, 1952, p. 45-46 ; Altindisch lāksā. Die Methoden einer Etymologie, dans Zeitschrift der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft, 105 = N. F. 30 (1955). p. 175-183.

48 G. Gougenheim, Les noms européens du caoutchouc, dans Vie et Langage, 2 (1953). p. 272-274.

49 S. Simonyi, Die ungarische Sprache, Strasbourg, 1907, p. 61.

50 Le slave a emprunté au grec indépendamment du latin : J. Vendryes, dans Revue des Études Grecques, 32 (1919), p. 502.

51 L’évolution sémantique a été la même que celle du vieux-français test « vase d’argile (pour l’épreuve des métaux précieux) », qui est devenu en anglais test « épreuve des métaux précieux », puis par extension « épreuve, essai ». En ce dernier sens, test a été remprunté par le français comme terme scientifique et il tend déjà à se populariser.

52 Le rapprochement d’όβρυζα et de hubrušhi a été proposé par E. Benveniste, Le terme obruza et la métallurgie de l’or, dans Revue de Philologie, 79 = n. s. 27 (1953), p. 122-126.

53 Sur l’influence romaine en Germanie, l’ouvrage capital est celui de Th. Frings, Germana Romana, Halle, 1932.

54 J. Vendryes, dans Revue des Études Grecques, 32 (1919), p. 502.

55 J. Brüch, dans Festschrift Kretschmer, p. 6 s. ; V. Bröndal, Substrat et emprunt, en roman et en germanique, Copenhague et Bucarest, 1948, p. 179.

56 A. Ernout et A. Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine3, Paris, 1951, p. 155 ; S. Simonyi, Die ungarische Sprache, Strasbourg, 1907, p. 59.

57 S. Simonyi, loc. cit.

58 Sur ce sujet, voir V. Bröndal, op. cit., p. 175-177.

59 W. von Wartburg, Die Entstehung der romanischen Völker, Halle a. Saale, 1938, trad. franç. par Cl. Guénot de Maupassant = Les Origines des peuples romans, Paris, 1941, p. 87 ; E. Legros, Le Nord de la Gaule romane, dans Bulletin de la Commission Royale de Toponymie et Dialectologie, 16 (1942), p. 165. — On pourrait objecter que les Romains et les Gaulois romanisés n’étaient pas sans connaître déjà des sièges semblables aux bancs germaniques et qu’il n’y avait dès lors pas de nécessité absolue d’emprunter un mot nouveau pour les désigner. Scamnum ou subsellium aurait pu suffire. Mais l’usage a besoin d’exprimer parfois de minimes différences. Que l’on songe, par exemple, à ces immigrés norvégiens aux États-Unis qui, au 19e siècle, continuaient à appeler en scandinave kvitidl les couvertures faites à la maison, mais donnaient le nom anglais blanket à celles qu’ils achetaient au marché. Cet exemple est cité par O. Uren, dans Le Français Moderne, 20 (1952), p. 51.

60 G. Alessio, Le origini del francese, Florence, 1946, p. 11, 13-16.

61 De là notamment le vieux-français palefroi et l’allemand Pferd. Sur l’histoire du mot, V. Bertoldi, Colonizzazioni nell’ antico Mediterraneo occidentale alla luce degli aspetti linguistici, Naples, 1950, p. 114-115.

62 Contribution à la géographie et à l’ethnologie de la voiture, dans Revue de Géographie humaine et d’Ethnologie, 1 (1948), p. 54-64.

63 R. Van der Meulen, Over het woord Sabel, dans Mededeelingen der Koninglijke Nederlandsche Akademie van Wetenschappen, afd. Letterkunde, N. R., deel 3, n° 5, Amsterdam, 1940, 44 p. ; Ch. Haguenauer, Remarque additionnelle à propos du mot « sabre », dans Symbolae Hrozny, t. III = Archiv Orientalni, 18 (1950), fasc. 1-2, p. 275-281 ; et les dictionnaires étymologiques.

64 S. Simonyi, Die ungarische Sprache, Strasbourg, 1907, p. 60.

65 A. R. Gonçalves Vianna, Les vocables malais empruntés au portugais, dans Recueil Ch. de Harlez, 1896, p. 342.

66 G. Gougenheim, Les noms de la table en Europe occidentale, dans Vie et Langage, 1 (1952), p. 40-41.

67 A. R. Gonçalves Vianna, op. cit., p. 341 ; et les dictionnaires tamouls et swahilis.

68 A. G. Haudricourt, Les phonèmes et le vocabulaire du thai commun, dans Journal Asiatique, 236 (1948), p. 235-236.

69 L. L. Hammerich, The Russian Stratum in Alaskian Eskimo, dans Slavic Word, 3 = Word, 10 (1954), fasc. 4. — Sur la finale esquimau -k, -χ, -q, voir p. 311, n. 38 ; l’esquimau confond les occlusives sourdes et sonores, et rend par l à la fois l et r du russe.

70 Autres exemples avec les mots slaves correspondants dans : S. Puşcariu, Die rumänische Sprache, ihr Wesen und ihre volkische Prägung, aus dem Rumänischen übersetzt und bearbeitet von H. Kuen, Leipzig, 1943, p. 345 ss. ; E. Bourciez, Éléments de linguistique romane4, Paris, 1946, p. 194-195.

71 H.-F. Muller, Quelques remarques sur le français canadien, dans Mélanges A. Dauzat, [1951], spécialement p. 232-233.

72 R. J. Alfaro, El anglicismo en el español contemporaneo, dans Boletin del Instituto Caro y Cuervo, 4 (1948), p. 108.

73 Cf. V. Bröndal, Substrat et emprunt en roman et en germanique, Copenhague et Bucarest, 1948, p. 160-162.

74 M. L. Sjoestedt, L’influence de la langue anglaise sur un parler local irlandais, dans Étrennes E. Benveniste, Paris, 1928, p. 95-96.

75 E. Berneker, Slavisches etymologisches Wörterbuch, I. Band, Heidelberg, 1908-1913, p. 375 ; K. Lokotsch, Etymologisches Wörterbuch der europäischen Wörter orientalischen Ursprungs, Heidelberg, 1927, p. 42, n° 526, et p. 59, n° 751 ; P. Burguière, Les mots voyageurs, dans Vie et Langage, 1 (1952), p. 33.

76 Kolzschi Wägnen dans le récit de voyage de l’ambassadeur russe Herberstein en 1518.

77 S. Simonyi, Die ungarische Sprache, Strasbourg, 1907, p. 91 (avec bibliogr.).

78 J’y reviendrai plus loin (p. 246-247) parce que le mot d’origine chinoise s’est croisé avec un nom grec ancien qui en a modifié la forme.

79 P. Aebischer, Esp. volcan, it. vulcano, fr. volcan : une conséquence de la découverte de l’Amérique centrale, dans Zeitschrift für Romanische Philologie, 67 (1951), Ρ. 299-318 ; A. Arveiller, Volcan, mot « colonial », dans Le Français Moderne, 18 (1950). p. 245-246. Ces deux études sont indépendantes l’une de l’autre.

80 De Finibus, III, 51 ; Tusculanes, II, 35.

81 De Rerum Natura, I, 831-832 ; III, 259-260.

82 Cf. les passages cités par G. Bardy dans Recherches de Science Religieuse, 29 (1939), p. 57.

83 S. Jannaccone, Recherches sur les éléments grecs du vocabulaire latin de l’Empire, I, Paris, 1950, p. 71-72, 88, 91 ; et le second volume annoncé de cet ouvrage. — Sur quālitas, voir spécialement A. Meillet, Esquisse d’une histoire de la langue latine5, Paris, 1948, p. 215.

84 Cf. sur les emprunts dans les domaines philosophique, minéralogique, botanique, zoologique, mathématique, physique, médical, pharmacologique, chimique, littéraire, etc. : D. Behrens, Über deutsches Sprachgut im Französischen = Gie sener Beiträge zur Romanischen Philologie, Zusatzheft I (1924), p. 29-40.

85 D’après F. Mackenzie, Les relations de l’Angleterre et de la France d’après le vocabulaire, tome I, Paris, 1939, p. 47.

86 Ch. Bruneau, Regard d’ensemble sur la langue française d’aujourd’hui, dans Neophilologus, 1949, et en tirage à part, p. 10.

87 J. J. Salverda de Grave, L’influence de la langue française en Hollande d’après les mots empruntés, Paris, 1913, p. 67.

88 Chr. Nyrop, Linguistique et Histoire des mœurs, trad. franç. par E. Philippot, Paris, 1934, p. 188.

89 Chr. Nyrop, op. cit., p. 202 ; R. Vallery-Radot, Vie de Pasteur, Paris, 1946, p. 395-397 ; F. Letessier, Microbe, dans Le Français Moderne, 15 (1947), p. 179-180.

90 Deux dialogues du nouveau langage françois italianizé, éd. P. Ristelhuber, Paris, 1885, tome I, p. 83 ; cf. J. J. Salverda de Grave, op. cit., p. 132-133.

91 Aquarelles : Streets, cité par S. Ullmann, Précis de sémantique française, Paris et Berne, 1952, p. 168.

92 Les Trophées : Rome et les Barbares : La Trebbia, cité par F. Brunot et Ch. Bruneau, Précis de grammaire historique de la langue française, nouv. éd., Paris, 1937, p. 181.

93 Secrètes Pensées de Rafael, cité par E. de Ullmann, Les anglicismes dans la poésie de Musset, dans Le Français Moderne, 17 (1949), p. 31. L’effet est moindre aujourd’hui que bol et grog ne sont plus sentis comme des anglicismes.

94 D’après G. G. Struble, On n’achète pas les enfants dans les drug stores, dans American Speech, 29 (1954), p. 189.

95 G. Shipp, Plautine Terms for Greek and Roman Things, dans Glotta, 34 (1954), p. 139-152.

96 Deux dialogues du nouveau langage françois italianizé, éd. P. Ristelhuber, Paris, 1885, tome I, p. 101-102.

97 Ibid., p. 174-175.

98 Les missionnaires chargés de traduire la Bible dans la langue des Misketo, indigènes du Nicaragua, n’ont pas trouvé de mot simple équivalent à pardon et ont été forcés de le rendre par une périphrase le fait d’enlever de notre cœur la faute d’un homme. En esquimau du Labrador, le même mot a été traduit par le fait de n’être plus capable d’y penser. Il n’est guère concevable que de pareilles expressions puissent passer telles quelles de la langue religieuse dans l’usage courant. Cf. Mario Pei, Histoire du langage, trad. fr. de M. et F. Gubler, Paris, 1954, p. 128.

99 Problèmes et méthodes de la linguistique, trad. de l’allemand par P. Maillard, Paris, 1946, p. 106.

100 Plus haut, l’auteur a daté de la même époque le remplacement de l’ancien crus par les mots grossiers perna et camba.

101 Note de W. von Wartburg : « L’adoption de titta est probablement due à l’emploi fréquent de nourrices germaniques à Rome et dans l’Empire romain. »

102 M. L. Sjoestedt, L’influence de la langue anglaise sur un parler local irlandais, dans Élrennes E. Benveniste, Paris, 1928, p. 94-95. — Il est à remarquer que les termes anglais uncle, aunt et cousin ont été eux-mêmes empruntés à l’ancien français.

103 Chr. Nyrop, Quelques termes de la Grande Guerre, dans Linguistique et Histoire des moeurs, trad. fr. par E. Philippot, Paris, 1934, p. 239-246.

104 F. Kluge et A. Götze, Etymologisches Wörterbuch der deutschen Sprache, 16e éd., Berlin, 1953, s. v. tarnen (p. 787).

105 K. Jaberg, Mittelfranzösische Wortstudien, dans Sache Ort und Wort. Festschrift Jakob Jud (= Romanica Helvetica, 20), 1943, p. 281-328 ; S. Ullmann, Précis de sémantique française, Paris et Berne, 1952, p. 248-249.

106 F. de Grand Combe, De l’anglomanie en français, dans Le Français Moderne, 22 (1954), p. 188 ; à propos de best seller, l’auteur ajoute cette note excessivement sar-castique : « Sans doute y aurait-il lieu de conserver ce terme qui symbolise si heureusement la conception américaine de l’appréciation littéraire ». L’usage français sanctionnera peut-être l’emprunt de cette expression pour exprimer une notion qui n’est pas seulement américaine.

107 E. Pichon, L’enrichissement lexical dans le français d’aujourd’hui, dans Le Français Moderne, 3 (1935), p. 326-327.

108 M. Niedermann, L’interpénétration des langues (1949), reproduit dans Recueil Niedermann, 1954, spéc. p. 24

109 Cf. entre autres H. Jansky, Éléments de langue turque, adapté de l’allemand par E. Missir, Paris, 1949, p. 207-211 ; G. L. Lewis, Teach yourself Turkish, Londres, 1953, p. 122-123.

110 Le Ramage de mon pays, Montréal, 1939, p. 100 ss., cité par Roland Denis, L’Anglicisme dans le parler franco-canadien de la province de Québec, thèse de Paris, Montréal, 1952, p. 36 s.

© Presses universitaires de Liège, 1956

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter