Version classiqueVersion mobile

La pauvreté dans la région liégeoise à l’aube de la révolution industrielle

 | 
Nicole Haesenne-Peremans

Deuxième partie. Les pauvres, exclus de la société ?

Chapitre VIII. La vie quotidienne

Texte intégral

A. — Le logement

  • 1 D. Salme, Li Houlo, p. 14. C’est également le cas dans d’autres villes. Cfr F. G. Dreyfus, Société (...)
  • 2 R. Courtois, Recherches sur la statistique physique, agricole et médicale de la Province de Liège,(...)
  • 3 A.N.P., F 16, 731, le préfet au Ministre de l’Intérieur, 28 germinal an VIII.
  • 4 J. Melotte, Mémoire traitant des maladies occasionnées par la malpropreté des ruelles et des moyen (...)

1A Liège, les capitations du XVIIIe siècle localisent le plus souvent les pauvres dans les greniers, les caves, les arrière-cours ou les arrière-cuisines d’immeubles à logements multiples. Ils s’y entassent à une ou deux familles dans une seule pièce. Les indigents se regroupent encore dans les impasses qualifiées de « massis trôs, noirs ârvôs, mâhaitis rikoulisses », dans d’étroites ruelles, humides, mal pavées, mal aérées, que le soleil ne réchauffe jamais1, dans des rues « d’gostant ». En été, « les eaux les plus sales des lavandières, dégraisseuses, tripières » y séjournent, croupissent et exhalent une odeur infecte2. Les immondices s’entassent dans les rues étroites où les « voituriers négligent de passer ». Ces rues ne sont pas éclairées, mal pavées3. Les médecins assurent qu’« il est impossible que la nature puisse reprendre vigueur en vivant dans des endroits aussi pestiférés que le sont les culs-de-sac, si nombreux dans cette Capitale »4. Bien plus, la malpropreté des rues favorise les maladies et les épidémies. Les détritus et les eaux stagnantes attirent rats et moustiques, vecteurs de peste et de malaria.

  • 5 A.É.H., Bienfaisance, nv. régime, 308, 16 novembre 1816.
  • 6 H. C. J. Lebeau, Topographie médicale du canton de Huy, Liège, 1828, p. 44.
  • 7 M. G. Fischer, Lutte contre les taudis à Verviers en 1792, dans Archives Verviétoises, pp. 99-100, (...)

2La situation n’est pas meilleure à Huy, au début du XIXe siècle5. Dans certains quartiers, comme celui de l’Alprez, les « masures » contiennent chacune quinze à vingt individus. « Inondés à la moindre crue de la Meuse, ils sont obligés de se réfugier en foule sur les greniers, dont ils ne sortent que pour venir occuper un rez-de-chaussée qui, naguère plein d’eau, conserve le reste de l’année, beaucoup d’humidité. Les mares qu’elle laisse en se retirant, s’évaporent par les chaleurs de l’été et découvrent une vase dont l’excessive fétidité engendre une foule de maladies »6. A Verviers, les pauvres en sont réduits « à végéter dans les greniers ou bien cinq à six personnes occupent la même chambre »7.

  • 8 D. Salme, op. cit., p. 25.
  • 9 A.N.P., F 15, 376, compte moral du Bureau de bienfaisance de Liège pour l’an VI.
  • 10 J. de Heusy, Essai sur le projet d'établissement d’un Hôpital Général..., Liège, 1773, p. 5.
  • 11 Ibidem, p. 5.
  • 12 A.N.P., F 15, 376, compte moral du Bureau de bienfaisance de Liège pour l’an VI.
  • 13 A.É.L., F.F., Préf., 557, le préfet au Ministre de l’Intérieur, 14 décembre 1812.
  • 14 A.A.P.L., P.V.B.B., 10 nivôse an III.

3Lorsque les pauvres ont la chance d’occuper seuls une maison, c’est le cas notamment dans les faubourgs de Liège et dans le quartier d’Outre Meuse, celle-ci n’a pas de jardin8. Tous les auteurs s’accordent à reconnaître que, dans les villes, la demeure du pauvre est un taudis « où la malpropreté et l’entassement [] rendent l’air si empesté qu’il coupe la respiration de l’étranger qui y aborde »9. L’aspect de ces greniers « fait frisonner, entrouverts à tous les vents, pénétrés en hyver par les frimats, infectés en été par les chaleurs »10. Le dénuement dans ces « galetas » est extrême. « Des familles entières ont à peine de la paille pour se coucher, dépourvues de toute aisance, manquant souvent de pain »11. A l’époque française encore, « le grand nombre des pauvres couchent à la dure dans un recoin ou dans un mauvais bois de lit contenant quelques haillons vermineux et de la paille moulue qu’on dédaigneroit d’emploier pour de la litière ; c’est là que les vieux et jeunes vont se tapir, souvent sans chemises et sans autres couvertures que les guenilles qu’on leur voit dans les rues »12. Cette situation s’aggrave encore en temps de crise. Le sort des indigents est alors « difficile à concevoir »13. En l’an III, les membres du Bureau de bienfaisance de Liège décrivent ainsi « ces tristes réduits de la misère, où l’humanité affligée déployé toute l’amertume de ses souffrances ». On y voit « ce père, cette mère de famille, nous ne dirons pas, tristement couchés sur un peu de paille, l’indigence le leur refuse, mais durement étendus sur la crudité de la terre, sans feu, sans vêtement, sans meuble, sans nourriture, assaillis de l’intempérie de l’air par tous les coins de leurs cabanes, environnés de quatre, cinq, six et peut-être plus encore, malheureux enfants dont les pleurs demandent la tranche de pain que leur père par son travail ou leur mère par ses soins ne peuvent plus leur fournir depuis plusieurs jours et qui va peut-être leur être à toujours ôtée par la mort inévitable de ces infortunés chefs de famille s’ils sont encore vingt-quatre heures sans recevoir le secours qui les restituerait à leurs enfants »14.

  • 15 D. Salme, op. cit., p. 14.
  • 16 Le Politique, no 56, 7 mars 1830, p. 3, col. 1.
  • 17 A.É.L., F.F., Préf., 576, pétition de la veuve Fundat du 21 nivôse an XII.

4Ces chambres, petites et obscures sont louées à la semaine par des propriétaires peu scrupuleux à qui ces logis rapportent plus que de beaux appartements « qu’on paie trois mois d’avance »15 et pourtant, affirme un journaliste en 1830, ces « réduits hideux de la misère [sont] faits plutôt pour des animaux que pour des hommes »16. En l’an XII, une de ces chambres sise en Gérardrie se paie 6 francs par mois17.

  • 18 A.É.L., F.F., Préf., 604, Beyne-Heusay, an IX.
  • 19 A.É.H., Bienfaisance, nv. régime, 1457, le Bureau de bienfaisance de Huy à la Régence, 13 février (...)
  • 20 M.A.D.O., t. 15, pp. 432-434, Cfr Debival, Le voyageur dans les Pays-Bas autrichiens, t. 3, p. 56.
  • 21 A.É.L., Adm. centrale, 311.
  • 22 A.É.L., Adm. centrale, 336, Richelle, Mortroux ; 338, Beyne ; 339, Soumagne ; 348, Hollogne ; 349, (...)
  • 23 A.É.L., Adm. centrale, 372, La Reid, Sart, Theux, Polleur.

5A la campagne, le sort des indigents n’est guère plus enviable. A l’époque française, ils logent encore dans des cabanes qui se ferment par une espèce de soupirail18. Parfois même, ils s’abritent « sous quelques branchages qui sont loin de les garantir des intempéries ». Lorsque leur « chétive chaumière » tombe en ruine, ils n’ont pas les moyens de la réparer19. Ces habitations sont humides, souterraines ». Le jour « peut à peine y pénétrer »20. Ainsi, lorsqu’on établit l’assiette de l’impôt auquel sont assujetties les « portes et fenêtres qui donnent sur les rues, cours et jardins »21, les indigents, manouvriers, journaliers et domestiques sont-ils presque toujours taxés sur la base d’une porte et une fenêtre22, encore s’agit-il parfois « d’ouvertures fabriquées à des méchantes chaumières sur la largeur d’un demi-mètre en carré »23.

  • 24 A.É.L., Adm. centrale, 338, Bellaire.
  • 25 A.É.L., États, 82 et 94 à 103, impôts sur les tocages.

6Les maisons des indigents sont toutes sans étage. Elles sont très étroites. Ainsi, à Bellaire, où plus de la moitié sont occupées par des indigents, elles n’ont pas plus de 15 pieds de large (soit 4 m. 38) mais les 3/4 n’excèdent pas 9 pieds (soit 2m. 63)24. Elles n’ont qu’une seule cheminée25.

TABLEAU no 79. Largeur moyenne des maisons à Bellaire en l'an VIII (a)

Largeur en pieds

Nb de maisons

Effectifs cumulés

8

26

26

9

51

77

10

12

89

11

7

96

12

7

103

13

3

106

14

106

15

1

107

Total

107

107

(a) A.É.L., Adm. centrale, 338.

7Ces habitations sont, pour la plupart, construites en terre. Leur valeur locative se situe entre 4 et 20 francs mais dans la moitié des cas, elle n’excède pas 7 francs.

TABLEAU no 80. Valeur locative des maisons de Bellaire en Van VIII (a)

Valeur locative en francs

Nb de maisons

Effectifs cumulés

4

15

15

5

7

22

6

29

51

7

7

58

8

15

73

9

8

81

10

11

92

11

2

94

12

9

103

13

1

104

14

2

106

16

2

108

20

2

110

Total

110

110

(a) A.É.L., Adm. centrale, 338.

  • 26 A.É.L., F.F., Préf., 457.
  • 27 Lettre de Loyens, médecin des épidémies à Micoud d’Umons, 18 mars 1809, citée par M. Florkin, Un p (...)
  • 28 A.É.L., F.F., Préf., 467.

8A Lantin, pour enrayer l’épidémie de 1808, il a fallu dans les « cabanes basses et étouffées », pratiquer « des croisées à toutes les parois »26. Dans « ces chaumières infectes, la puanteur et la malpropreté sont insoutenables ». Comme dans les réduits urbains, les habitants des campagnes sont « couchés à terre sur la paille, couverts de haillons »27, n’ayant que leurs vêtements pour toute couverture28.

  • 29 L. de Saint-moulin, Les constructions d'habitations à Seraing au XIXe siècle, 1830-1910, p. 143, 1 (...)

9A Seraing, plus des deux tiers des maisons n’ont qu’une pièce au rez-de-chaussée. Elles sont construites avec des matériaux de piètre qualité et beaucoup sont situées dans des impasses29.

  • 30 Briatte, Offrande à l'humanité, t. 1, pp. 135-136. Cfr A.É.L., F.F., Préf., 622. En 1808 encore, l (...)

10A l’intérieur de leur taudis, tout fait défaut. « Le chauffage, les draps, les couvertures y sont inconnus ; l’ameublement consiste en quelques pots de terre, dans quelques chaises vermoulues, dans un grabat rempli d’une paille hachée plus dégoûtante cent fois et plus malsaine que la litière des chiens de basse-cour ; les infortunés couchés sur ce fumier, rongés par la vermine et les infirmités n’ont, pour se couvrir, que des haillons affreux »30.

  • 31 A.É.L., F.F., n.cl., Kemexhe, 4 nivôse an VII.
  • 32 A.É.L., F.F., Préf., 24bis, 21 décembre 1810.
  • 33 A.É.L., F.F., Préf., 557, le préfet au Ministre de l’Intérieur, 14 décembre 1812 et A.N.P., F 16, (...)

11Les témoignages du dénuement complet des pauvres sont abondants. A Kemexhe, la plupart des malheureux n’ont ni feu pour se chauffer, ni paille pour se coucher31. A Seraing, une famille est dans une misère si noire « qu’un grabat n’entrait seulement pas dans la composition de son mobilier »32. En 1812, à Liège, une femme qui vient d’accoucher n’a « pas même de la paille » pour se coucher33.

  • 34 A.É.L., Adm. centrale, 361, Celles, an VIII.

12En l’an VIII, les commissaires répartiteurs de la taxe foncière ont dressé, à Celles, un « procès-verbal de carance de tous les indigents », attestant leur incapacité à payer l’impôt. Ce constat, dans sa sécheresse et sa brièveté administrative, apporte cependant une vision affligeante du terrible dénuement des pauvres dans les campagnes. Dans une chaumière, on ne trouve « qu’une viele table, quatre viele chaise à trois pied, quelque viele ecuïel de terre », dans une autre, le mobilier consiste en « une bote de paille pour lit [et] un vieux chaudron ». Ailleurs, le mobilier d’une famille chargée de sept enfants « sans vêtement [et] nud pied » se réduit en « soc de bois pour chaise et morceaux de pierre ». Ailleurs encore, les répartiteurs n’ont trouvé « ni table, ni chaise que de vielle masse de bois pour se mettre assis ». Dans la maison d’un infirme, il n’y a « qu’une vieille chaise dont le dit Colpin étoit dedans estropié depuis huit ans, un chaudron pour faire la soupe à sept enfants [...] trouvés nud pied et sans vêtement, point de paille pour se coucher ». Dans la chaumière d’un autre malheureux, les commissaires n’ont répertorié « aucun meuble [...] que de la misère et trois enfants sans vêtement, sans pain, dont la femme est morte de ses couches et le quatrième enfant l’un de ses voisins a eu la charité de la prendre pour l’échapé à la mort ». Dans une autre demeure, il n’y a « ni meuble, ni pain, ni feu »34.

  • 35 A.É.L., F.F., Préf., 202 et F.H., 2483, 7 mars 1817.
  • 36 A.N.P., F 16. 1034.
  • 37 L. De Saint-moulin, La construction des maisons.... pp. 60-74.
  • 38 A.É.L., F.F., Préf., n.cl., Burdinne et Lens Saint-Servais, listes de distributions pour 1813 et A (...)
  • 39 Tableau no 81.
  • 40 A l’endroit où la veine affleure, la houille mêlée au sol superficiel est souvent appelée terre-ho (...)
  • 41 A.É.L., F.F., Préf., 1852. Cfr J. Lewinski, L'évolution industrielle de la Belgique, Bruxelles, 19 (...)
  • 42 A.É.L., Communes, Amay, 1003, 18 juillet 1809.
  • 43 A.É.L., F.F., Préf., 467.

13Lorsque l’indigent est propriétaire, ce qui est parfois le cas en Ardenne et dans le Condroz, c’est d’une cabane grevée de rentes pour la totalité de sa valeur35, d’une masure et d’un petit jardin36 ou d’une petite « maison de misère » située en impasse, comportant moins de quatre pièces37. Les superficies sont dérisoires. Elles excèdent rarement 9 verges (soit ± 39 ares) et sont bien incapables d’assurer la subsistance d’une famille38. Non seulement les rentes dont les terres sont grevées sont importantes mais les retards de payement se sont accumulés depuis plusieurs années39. Le sort du propriétaire est cependant plus enviable que celui du locataire. Parfois, sur son petit bien, il trouve de la terre-houille40 qu’il exploite à son usage ou qu’il revend à raison d’un sou ou deux la « manne » pour acheter du pain à sa femme et à ses enfants41. Dès 1810, cette façon d’agir est interdite « comme contraire aux grandes concessions et au bien public »42. A défaut de houille, les indigents recueillent le long des haies quelques morceaux de bois sec pour pouvoir se chauffer43.

  • 44 É. Hélin, Aux origines du raisonnement démographique..., pp. 99-107. Cfr A.É.L., F.F., Préf., 202 (...)
  • 45 H. C. J. Lebeau, op. cit., p. 64.
  • 46 Ibidem, pp. 56-72.

14Au milieu de tous ces témoignages concordants, le sort du canton de Huy paraît privilégié. Dans sa réponse à une enquête sollicitée, en 1808, par le préfet, Robinot-Varin, sous-préfet de l’arrondissement de Huy, affirme que dans les campagnes de son district, les maisons des pauvres sont saines44. Elles sont, pour la plupart construites en grès, sauf à Amay où les ouvriers des houillères et des alunières se logent dans des cabanes45. S’il faut en croire Lebeau cependant, les habitations des pauvres se distinguent des autres en ce qu’elles sont moins bien situées, construites le plus souvent dans des endroits insalubres. Un autre critère de différenciation est l’état de propreté de la maison. Ainsi, à Tihange, la plupart des maisons « sont propres et annoncent l’aisance de leurs propriétaires » ; à Amay, « les maisons de la partie inférieure [...] sont généralement habitées par des familles qui ont quelques ressources. Elles sont par conséquent propres »46.

TABLEAU no 81. Propriétés des indigents de Celles en l’an VIII

TABLEAU no 81. Propriétés des indigents de Celles en l’an VIII

Source : A.É.L., Administration centrale, 338.
Une verge grande = 20 verges petites
Une verge petite = 21,7945 m2

  • 47 N. M. Briavoine, De l'industrie en Belgique, t. 2, p. 542.
  • 48 M. G. Fischer, op. cit., p. 100.
  • 49 N. M. Briavoine, op. cit., t. 2, p. 401.
  • 50 C. de Brouckère, Lettre à Monsieur le Comte J. Arrivabene sur la condition des travailleurs, Liège (...)

15La situation a cependant tendance à s’améliorer puisqu’en 1839, Briavoine assure que « dès qu’un étranger est sur le sol belge, la propreté extérieure des habitations est le premier signe qui le frappe »47. Dès 1792 déjà, un industriel verviétois se préoccupe de la construction de logements sociaux qui permettraient de loger chacun huit ménages48. Quelques années plus tard, un riche fabricant de la même ville, fait construire pour ses ouvriers « des maisons propres et commodes » et réclame un loyer équivalent à celui payé précédemment pour « les plus tristes réduits »49. En 1845, Charles de Brouckère a fait édifier trois logements sociaux à Tilff, huit à Angleur et sept à Moresnet pour lesquels il réclame un loyer annuel de 60 francs50.

  • 51 Ibidem et M. G. Fischer, op. cit., p. 100.

16L’idéal en ce domaine, paraît être qu’une famille puisse disposer de « deux places bien aérées et d’un grenier » auxquels se rattacherait un petit jardin, lorsque le terrain le permet51. On est fort loin du compte au début du XIXe siècle. La population moyenne par maison est alors de 5,11 habitants qui s’entassent le plus souvent dans une ou deux pièces au maximum.

  • 52 C. de Bbouckère, op. cit., p. 16.

17Les tentatives d’amélioration restent cependant isolées et leurs promoteurs eux-mêmes ne veulent pas multiplier les constructions de ce type car « les meilleures choses ne sont bonnes que dans certaines limites »52.

TABLEAU no 82. Concentration de la population par maison à la fin du régime français

Cantons

Habitants

Maisons

Taux de concentration

Liège (a)

20.846

3.981

5,24

Glons

13.458

2.643

5,09

Hollogne

19.098

4.024

4,75

Waremme

9.294

1.687

5,51

Avennes

12.386

2.317

5,35

Bodegnée

9.586

1.738

5,52

Héron

8.739

1.800

4,86

Huy (b)

6.662

1.385

4,81

Landen

7.685

1.505

5,11

Total

107.754

21.080

5,11

(a) Sans la ville, à l’exception du quartier Nord.
(b) Sans la ville, à l’exception de la rive gauche.
Source : A.G.R., Fonds d’Ursel, L 348.

B. — La nourriture

  • 53 A ce propos, voir J. J. Hemardinquer, Pour une histoire de l'alimentation, Paris, 1970, C. Vandenb (...)
  • 54 Voir pp. 677-841.

18Nous sommes très peu renseignés sur ce qu’était l’alimentation des classes pauvres à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle car les sources sont peu nombreuses53. Le régime alimentaire dans les hospices et les hôpitaux est mieux connu. Il peut paraître, aux observateurs du XXe siècle, extrêmement frugal, déséquilibré même, en ce qu’il privilégie le pain au détriment de la viande et des fruits, par exemple. Les portions sont congrues et pourtant cette alimentation est, paraît-il, bien meilleure que celle de la plupart des indigents, citadins ou villageois54.

  • 55 Briatte, Offrande à l'humanité, t. 1, p. 167.
  • 56 Ibidem, p. 171.
  • 57 A. Borgnet, Histoire de la révolution liégeoise, t. 1, p. 139.

19Briatte considère que « pour composer au peuple une nourriture saine et substantielle, il faut du sel, du beurre, du laitage, des œufs, de la viande ou du poisson, des fruits, des légumes, un brevage quelconque »55 et qu’il en coûterait, à une famille, 182,10 florins pour s’assurer cette alimentation de base56. Tous ces produits ont une valeur nutritive supérieure à ceux dont se nourrissent habituellement les indigents et restent souvent hors de portée de leur bourse. En 1789, un recès abolit définitivement les impôts qui frappaient le beurre, les fromages « de Limbourg, dits de Herve » et les sirops de pommes et de poires, considérés comme la nourriture habituelle de la classe indigente57.

  • 58 R. Courtois, Recherches sur la statistique physique, agricole et médicale de la Province de Liège,(...)
  • 59 A.É.L., F.F., Préf., 467 et L. F. Thomassin, Mémoire statistique du Département de l'Ourthe, p. 21 (...)

20Selon Courtois, l’alimentation habituelle de la classe ouvrière, au sein de laquelle se recrutent les indigents est constituée, à la campagne, au début du XIXe siècle, « de pain de seigle, de pommes de terre, de carottes et de lard. Dans les contrées qui avoisinent l’Ardenne, la pomme de terre se mange à tous les repas et souvent, on y ajoute des omelettes à l’avoine, d’une digestion très difficile, rarement de la bière ni de liqueur spiritueuse ; l’eau est la seule boisson avec un peu de café léger. On ne mange de la viande qu’aux fêtes »58. Dans les villes, la classe pauvre est moins bien partagée car elle n’a pas, pour améliorer son ordinaire, le produit d’un petit potager, quelques œufs ou de la volaille. En Hesbaye, la population, qui se compose surtout de journaliers pauvres se nourrit très mal. « Un pain noir et mal préparé, quelques légumes non assaisonnés et très peu de viande de porc, voilà les seuls aliments dont ils se sustentent ». Le préfet remarque que « cette nourriture ne peut que débiliter des corps déjà usés par un travail pénible et souvent excessif »59 et admet qu’elle est insuffisante.

  • 60 Derivai., cité par E. Hélin, L'opinion d'autrui, un miroir déformant ?, dans Wallonie, la terre et (...)

21Au Pays de Herve « le bas peuple qui travaille à la filature des laines [...] se nourrit de pain de seigle très noir, quoique assez agréable au goût et de lait et de café qu’il boit trois fois par jour ». Il ne mange ni lard, ni légumes, ni potage. Thomassin affirme que les fileurs déjeunent, dînent et soupent avec du pain, « un peu d’eau chaude qu’ils appellent du café, et du raisiné de pommes qu’ils nomment sirop »60.

  • 61 M.A.D.O.,.t. 15, pp. 432-434 et H. C. J. Lebeau, Topographie médicale du canton de Huy, Liège, 182 (...)

22Les Condruziens se nourrissent de pain de seigle et d’orge, d’œufs, de laitage et de pommes de terre mais ne font pas un usage journalier de viande. Un verre de genièvre, une légère infusion de café composent leur boisson journalière61.

  • 62 N. M. Briavoine, De l'industrie en Belgique, t. 2, p. 401, Bruxelles. 1839. Ces régimes insuffisan (...)

23En 1839 encore, Briavoine assure que le régime alimentaire des ouvriers verviétois est peu substantiel. Ils « ne connaissent que le pain de seigle et les pommes de terre pour nourriture, la viande, sauf le lard, n’entre dans leurs repas que par exception »62.

  • 63 A.É.L., F.F., Préf., 586.
  • 64 A.É.L., F.F., Préf., 708. Sur la mauvaise qualité du pain destiné aux pauvres en temps de crise, v (...)
  • 65 A.G.R., Fonds Bouteville, 415.
  • 66 A.É.H., Bienfaisance, nv. régime, 1300 et A.A.P.L., P.V.C.A.H., 8 nivôse an IX.
  • 67 A.G.R., Fonds Bouteville, 415 et A.A.P.L., P.V.B.B., 10 frimaire an IV.
  • 68 A.G.R., Fonds Bouteville, 415, Pétition pour les pauvres de Lantremange, Hemricourt, Lamine et Kem (...)

24Le pain est, durant tout le XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle, la base de l’alimentation. Dans les premiers temps du régime français, on le considère encore comme « l’unique subsistance du pauvre »63. Il est en tout cas l’élément essentiel. En manquer équivaut à souffrir de la faim et les crises annonaires sont particulièrement préjudiciables aux pauvres. Pourtant, ce pain, destiné à la classe indigente est souvent malsain. Il est fait « avec le son de froment, mélangé avec de la farine de petites fèves et autres ingrédients que les boulangers savent y employer »64 et son absorption amène de nombreuses maladies65. Le pain servi dans les hospices est parfois d’une qualité aussi médiocre66. Pour se procurer cette nourriture préjudiciable à la santé, l’indigent est obligé parfois, en période de cherté, de vendre ses meubles ou ses hardes67. Encore le pain fait-il parfois défaut68.

  • 69 Le Politique, no 232, 28-29 septembre 1829, p. 3, col. 2.
  • 70 A.É.L., F.H., 2497, Réponse de Herve à l’enquête de 1823. Cfr A.N.P., F 20, 146, 22 mars 1807.
  • 71 E. Ducpétiaux, Des subsistances et des salaires..., dans B.C.C.S., Bruxelles, 1855, p. 231. Voir a (...)
  • 72 A ce propos, voir F. Pirotte, La pomme de terre en Wallonie au XVIIIe siècle, Liège, 1976, pp. 58- (...)

25Durant le régime hollandais, les témoignages concordent. Les habitudes alimentaires des pauvres se sont modifiées. La pomme de terre prend peu à peu la place occupée jusqu’alors par le pain. Ce tubercule devient « le principal aliment de la classe ouvrière »69 car, en raison de son prix modique, il procure à l’indigent « une subsistance qui est très bien proportionnée à ses faibles moyens »70. On considère alors, qu’à superficie égale, un champ planté de pommes de terre produit de quoi nourrir trois fois plus d’hommes que ce même champ ensemencé de céréales71. Ce tubercule s’adapte facilement aux sols pauvres. Par ailleurs, comme on le récolte dès le mois d’août, il rend moins aléatoire la soudure entre deux récoltes72.

  • 73 A.É.L., F.F., n.cl., Housse, 4 germinal an III.
  • 74 A.É.L., F.F., Préf., 708, 4 brumaire an V.

26Lorsque l’indigent ne peut se procurer du pain ou des pommes de terre en raison de leur prix élevé, il ingurgite n'importe quoi. En l’an III, plusieurs d’entre eux se nourrissent de viande de chevaux ou de cochons crevés73 ou ils consomment du grain non encore arrivé à maturité, qu’il faut au préalable faire sécher au four74.

  • 75 A.É.L., F.H., 2484, janvier 1817.

27Lors de la crise annonaire de 1817, les paysans des Ardennes en sont réduits « à déterrer les restes putréfiés de leurs pommes de terre gelées, à les sécher au four pour les raper ensuite, et à en faire une bouillie »75. D’autres mangent des fruits qui ne sont pas encore mûrs.

  • 76 Voir pp. 399-400.
  • 77 On peut supposer qu’il s’agit de chicorée.
  • 78 Courrier de la Meuse, no 26, 31 janvier 1829, p. 3, col. 2 et p. 4 col. 1 et L. F. Thomassin, op. (...)
  • 79 N. M. Briavoine, op. cit., t. 2, p. 542.
  • 80 Courrier de la Meuse, no 26, 31 janvier 1829, p. 4, col. 1.

28Si l’usage de l’eau-de-vie est répandu parmi les pauvres76, celui du café ne l’est pas moins car « le plus pauvre mendiant sait aisément trouver 1 ½ cent pour une demi once de café. S’il double la dose, en dépensant 3 cents, et y ajoutant pour 1 cent de café indigène77, il se procure une boisson chaude (par cela seule, déjà bienfaisante pendant l’hiver), en assez grande quantité pour une famille de plusieurs personnes ». Les partisans de cette boisson assurent qu’elle a le mérite de resserrer les liens familiaux. « Le journalier est attiré à la maison par l’habitude de prendre son café, de compagnie avec sa femme et ses enfants qui n’en profiteraient peut-être pas s’il allait boire son demi-litre de bierre dans un cabaret où d’autres tentations l’attendent et d’où souvent la famille accablée de misère, ne le voit revenir qu’en tremblant »78. En 1838, la consommation annuelle de café par tête est de 4 kilos 1/4 dans l’ensemble du royaume79. La bière par contre, est très coûteuse pour le pauvre ou le journalier qui ne peut l’acheter que par demi-litre et doit y consacrer plusieurs cents80.

29L’ordinaire de la classe ouvrière, pour autant qu’on puisse le déduire à travers des documents trop peu nombreux, est vraiment spartiate. L’alimentation consiste en produits bourratifs mais de valeur nutritive insuffisante. On peut parler à la fois de malnutrition et de sous-alimentation. Or, des recherches récentes ont montré combien la qualité de l’alimentation a de l’influence non seulement sur la santé physique et la robustesse mais également sur la santé mentale et sur le niveau d’intelligence. La malnutrition chronique de la mère peut entraîner de graves déficiences mentales chez l’embryon. Affaiblie par les privations et les grossesses répétées, la mère ne peut allaiter longtemps son nourrisson et le manque de ressources ne permet pas de combler le déficit alimentaire de l’enfant. Or, des observations poursuivies en Afrique et en Asie ont prouvé que des dommages irréversibles peuvent résulter de la malnutrition ou de la sous-alimentation durant les deux premières années de la vie.

  • 81 Cfr E. A. Shneour, Le cerveau affamé, dans Le Courrier de l'Unesco, janvier 1976, pp. 20-25 et H. (...)

30Il est maintenant reconnu que l’apathie, un bas niveau scolaire, l’inattention sont souvent dus à l’anémie et à une déficience en protéines. Le développement du squelette et des muscles est également retardé, le corps débilité résiste moins bien aux maladies et particulièrement à la tuberculose81.

  • 82 J. Melotte, Mémoire traitant des maladies occasionnées par la malpropreté des ruelles et des moyen (...)
  • 83 Ibidem, p. 6.

31Voici comment s’exprimait, en 1790, J. Mélotte, médecin de la municpalité de Liège : « l’on concevra aisément que les enfans donnés par des mères qui manquent de tout, ne peuvent être que des fantômes d’êtres vivans sur qui le moindre mauvais air porte atteinte »82. Il décrit ensuite les enfants du quartier d’Outre Meuse : « le ventre se balone, les articulations, la tête grossissent, les extrémités maigrissent, le marasme les gagne »83. Ne s’agit-il pas là des caractéristiques de l’enfant rachitique dont souvent le Tiers monde nous offre l’exemple ? Dès lors, les conclusions auxquelles ont abouti les biologistes contemporains peuvent s’appliquer aux populations indigentes des siècles passés.

C. — Les loisirs

  • 84 Briatte, Offrande à l'humanité, p. 192.

32Briatte s’était déjà aperçu de ce que les divertissements sont nécessaires au bon équilibre84. On peut, dès lors, se demander de quelle façon l’homme du peuple occupait ses loisirs, à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle. Les renseignements sont très peu nombreux.

  • 85 J. de Heusy, Essai sur le projet de l'établissement d'un Hôpital Général, p. 22.
  • 86 M. Piron, Histoire d'un type populaire. Tchantchès et son évolution dans la tradition liégeoise, B (...)

33Heusy assure qu’une des premières satisfactions du pauvre est de se retrouver en société avec des amis : « Tous les jours en hyver, des familles d’ouvriers s’assemblent au retour du travail, alternativement chez un voisin pour y passer les soirées, afin d’économiser le feu et la lumière. En été, ils se réunissent de même dans les rues devant leurs maisons »85. Sur les places publiques, ils peuvent assister aux spectacles que donnent les montreurs de marionnettes ou les joueurs de pantomime86.

  • 87 Cité par E. Hélin, L'opinion d’autrui. Un miroir déformant ?, dans La Wallonie, la terre et les ho (...)
  • 88 Cfr L. F. Thomassin, Mémoire statistique du Département de l'Ourthe, p. 214. Voir p. 168.
  • 89 Ibidem.
  • 90 A. Hennau, Recherches sur les causes de la criminalité dans la province de Liège, dans B.G.C.S., t (...)
  • 91 Ibidem.
  • 92 A. Niceforo, Les classes pauvres, pp. 325-326.

34A côté de ces plaisirs anodins, il est des distractions plus préjudiciables à la bourse du pauvre. C’est notamment le cas des séances prolongées au cabaret puisque, s’il faut en croire le baron de Pollnitz, « les plaisirs de Liège consistent beaucoup à boire »87. Sur ce point, les témoignages concordent. Les ouvriers aiment se retrouver dans les « estaminets » où ils dépensent parfois le fruit d’une semaine de travail88. D’autres fois, ils misent dans des loteries ou des jeux de hasard, l’équivalent du salaire d’une journée89. Alors que les Hesbignons se passionnent pour le jeu de quilles ou le jeu de l’oie, les Condruziens et les Franchimontois préfèrent parier sur les courses de pigeons ou le chant des pinsons. Dans les faubourgs, les combats de coqs ont leurs fervents adeptes90. A la campagne, la distraction essentielle est la kermesse qui dure souvent plusieurs jours avec ses jeux et son bal public. S’il faut en croire Hennau, les paysans prennent un plaisir tout particulier aux « jeux à l’oie » qui consistent « à abattre à coups de barres de fer un pauvre volatile fixé par le col, vivant encore et ayant les pattes rompues, au crochet d’un poteau planté à certaine distance »91. Il s’agit là d’un plaisir peu délicat mais les foules sont souvent avides de sensations fortes. D’ailleurs, qu’attendre d’autre de gens sans instruction, épuisés par une vie sans pitié et dont la sensibilité est émoussée par la menace permanente de la mort ? Tant il est vrai que « la misère ne se borne pas à transformer la nature physique du pauvre par une torture qui se poursuit de père en fils [...] elle transforme aussi la psychologie des hommes pauvres en leur ôtant toute sensibilité et tout sentiment de pitié »92.

D. — Marginalité ou délinquance ?

  • 93 A.É.L., F.F., Préf., 596, 8 fructidor an IX.
  • 94 M. Florkin, Les Liégeois jugés par le préfet Micoud d’Umons, dans V.W., t. XXXIII, 1959, pp. 30-35 (...)
  • 95 A.É.L., F.F., Préf., 586.
  • 96 A.N.P., F 20, 237 et F 20, 142.
  • 97 M. Hennau, Recherches sur les causes de la criminalité dans la Province de Liège, dans B.C.C.S., t (...)

35L’alcoolisme semble être un fléau particulièrement répandu dans la classe indigente. En l’an IX, le sous-préfet de Huy se plaint de ce que « le peuple dépense en café et en eau-de-vie tout le produit non seulement de son travail mais encore celui des secours, soit en argent, soit en denrées qu’il reçoit de la bienfaisance publique »93. Selon Micoud d’Umons, « la classe ouvrière et indigente [...] est livrée à l’usage pernicieux de l’eau-de-vie de grain et de genièvre qui affecte les organes et porte à la stupidité et à la violence »94. D’autres témoignages dans ce sens abondent95. Le préfet affirme que « la plupart des délits non prémédités que les tribunaux ont si souvent à punir sont presque tous commis dans l’ivresse du genièvre »96. En 1847, Hennau attribue encore à « l’abus de boissons spiritueuses », la plus grande part de la criminalité dans la province de Liège97.

  • 98 J. de Heusy, Essai sur l’établissement d’un Hôpital Général, pp. 20-21.
  • 99 Ibidem, p. 22. Même remarque à l’époque hollandaise, A.É.L., F.H., 2483, 20 novembre 1816.
  • 100 A.É.L., F.F., Préf., 339, le préfet au maire de Liège, 10 décembre 1806.

36Sous l’Ancien Régime déjà, Jacques de Heusy recommande de ne pas distribuer de l’argent aux indigents parce qu’il « est consommé dans les cabarets » et que des secours de cette sorte « au lieu d’être un soulagement pour les gens de cette classe, ne servent le plus souvent qu’à les détourner du travail, à les porter à la paresse et à la bonne chère »98. Il prétendait, en outre, que la majeure partie des ouvriers « non contens de s’être ennyvrés le dimanche » recommençaient toute la journée du lundi99. En 1806, le préfet assure même que les ouvriers délaissent leur travail pour aller au cabaret où ils dépensent en quelques heures la plus grande partie de leur paie d’une semaine100.

  • 101 Les chiffres de population retenus dans les Documents statistiques, 4e publication officielle, dif (...)
  • 102 Voir tableau 83.

37La Province de Liège détient, en 1830, le triste privilège de posséder le plus grand nombre de cabarets et d’auberges par rapport à la population101, même si elle est suivie de près par Anvers, le Namurois et le Hainaut102.

  • 103 A.É.L., F.F., Adm. centrale, 17, l’administration d’arrondissement aux représentants du peuple, 21 (...)
  • 104 A.É.L., F.F., Adm. centrale, 18, la Municipalité de Huy à l’administration du Comité de subsistanc (...)
  • 105 B.C.V.L., F.F., an IX, 22, le Bureau central au maire, 25 frimaire an IX. Cfr lettres des 23 et 28 (...)

38D’autres tares morales sont également reprochées aux indigents. On les craint car ce sont des émeutiers en puissance. En l’an III, à Liège, il faut envoyer l’armée pour disperser les habitants du faubourg Saint-Gilles qui réclament du pain. Le tocsin se fait entendre dans plusieurs communes campagnardes. A Huy, deux émeutes de la faim groupent plus d’un dixième de la population103. Le peuple veut empêcher le passage des grains réquisitionnés par l’armée104. En l’an VIII, en Outre Meuse, les indigents s’emparent du chauffage qu’on s’apprête à leur distribuer. Les membres du Bureau de bienfaisance doivent se faire assister par la police et la gendarmerie105.

  • 106 A.N.P., F 2, 865, messidor an V.
  • 107 A.N.P., F 11, 424, le préfet au Ministre de l’Intérieur, 8 prairial an X.
  • 108 A.É.L., F.H., 2483, le Comité général à la députation des États, 15 mars 1817. Cfr Colenbrander, G (...)
  • 109 E. Bubet, De la misère des classes laborieuses, Bruxelles, 1842.
  • 110 A.N.P., F 15, 376, compte moral du Bureau de bienfaisance de Liège, pour l’an VI.
  • 111 Voir N. Haesenne-Peremans, Comment atténuer la misère ? L'organisation des secours à domicile, dan (...)

39En l’an V, l’Administration municipale demande à siéger à Milmort et non plus à Herstal où elle se sent exposée aux émeutes des mineurs « séductibles » en raison de leur pauvreté106. En 1802, à la suite d’un nouveau renchérissement du prix des denrées, le préfet assure qu’« il deviendra difficile de maintenir la tranquillité publique »107. En 1817, lors de la crise économique, le Comité de subsistance de Liège redoute « une agglomération aussi considérable d’individus de cette classe [...] si les secours qu’on lui accorde la laissaient, par leur insuffisance, en proie à des besoins impérieux »108. Durant tout le XIXe siècle d’ailleurs, « cette population flottante des grandes villes, cette masse d’hommes que l’industrie appelle autour d’elle, qu’elle ne peut pas occuper constamment, qu’elle tient toujours en réserve comme à sa merci est, pour les penseurs et même pour les gouvernements un sujet de sérieuse attention et d’inquiétude »109. Les responsables des Bureaux de bienfaisance accusent également, à l’époque française, les pauvres de malhonnêteté. « On doit le dire, à regret et à la honte de la classe que l’infortune accable, la délicatesse, quelquefois même la probité ne fait pas son partage. Quand nous nous rappelons la manière avec laquelle la plupart de ceux qui ont obtenu des habillements à la dernière distribution qui s’est faite, est venu artificieusement émouvoir notre pitié, par des plaintes et par des expositions feintes ou réelles de dénuement, quand nous nous rappelons que les trois quarts qui ont participé se sont d’abord impudement défaits de leurs effets pour le quart de ce qu’ils avoient coûtés, nous ne pouvons nous défendre de cette injurieuse opinion »110. Il s’agit là d’une plainte fréquente de la part des Bureaux de bienfaisance111.

TABLEAU no 83. Cabarets et population en 1830

TABLEAU no 83. Cabarets et population en 1830

Source : A. : Documents statistiques, 4e publication officielle, Bruxelles, 1832.
B. : Quetelet et SMITS, op. cit., p. 5.

  • 112 A.N.P., F 20, 142.
  • 113 E. Ducpetiaux, De la justice de prévoyance et particulièrement de l'influence de la misère et de l (...)
  • 114 Ibidem., pp. 33-34. Sur ce problème, voir L. Chevalier, Classes laborieuses et classes dangereuses (...)
  • 115 Les chiffres sont empruntés à J. Wauters, Les inculpés de crimes jugés par les tribunaux liégeois, (...)
  • 116 A.É.L., F.H., 802.

40La délinquance est particulièrement importante parmi la couche la plus défavorisée de la population. En 1806, le préfet considère que la première cause du grand nombre de délits passibles de correctionnelle est « l’excessive multiplication de la classe indigente, dans le chef-lieu du département »112. Il est admis, alors, que les causes premières et essentielles de la criminalité sont la misère et l’ignorance113 et que « tant que les basses classes ne seront pas mises à l’abri des besoins les plus impérieux, ne seront pas également admises aux bienfaits de l’instruction, la société aura toujours à redouter leurs attaques, quels que soient d’ailleurs les supplices et les tortures dont elle les menace »114. De 1798 à 1829, 2286 accusés comparaissent devant les tribunaux criminels liégeois115. Parmi eux, on dénombre 79 sans profession, 114 sans travail, 134 indigents et 87 mendiants. Ainsi, 18 % des criminels sont des non-actifs. Parmi les travailleurs, on rencontre surtout ceux qui exercent un métier pour lequel aucune compétence particulière n’est exigée : journaliers (204), ménagères (32), colporteurs (12), hotteurs et botteresses (43), portefaix (19), messagers (16), commissionnaires (34). Ils représentent 16 % des délinquants. Parmi les professions où se recrutent surtout les indigents, le nombre des accusés est élevé car il atteint près de 14 % de l’ensemble : houilleurs (126), fileurs (110), tailleurs et couturières (29), cordonniers (21), tailleurs de pierres (30). L’examen d’un relevé partiel des détenus à la Maison d’arrêt de Huy, à la fin de 1817, amène aux mêmes conclusions116.

TABLEAU no 84. Criminalité à Huy en 1817

TABLEAU no 84. Criminalité à Huy en 1817
  • 117 Les mêmes constatations se vérifient pour l’ensemble du royaume en 1833. Cfr Documents statistique (...)
  • 118 Mathieu Laensbergh, no 262, 7 novembre 1827, p. 2, col. 2, p. 3, col. 1.
  • 119 Mathieu Laensberg, no 24, 26 janvier 1827, p. 2, col. 2. Comment ne pas songer à Jean Valjean ?
  • 120 J. Wauters, op. cit., pp. 76-117. Alors que la moyenne annuelle est de 71, en 1813, on compte 100 (...)
  • 121 E. Duche, Le crime d'incendie, p. 33, Paris, 1913, cité par A. Abbiateci, op. cit., p. 230.
  • 122 Même constatation en France. Cfr A. Abbiateci, Les incendiaires dans la France du XVIIIe siècle, e (...)
  • 123 L. F. Thomassin, Mémoire statistique du département de l'Ourthe, pp. 214-221. Cfr E. Vlierberg et (...)
  • 124 A.R.A. B.Z.A.W., 238, la députation des États au Ministre, 17 mai 1817.

41Le délit le plus fréquent chez les accusés est le vol (à Liège 69 %, à Huy, 84 %) et lorsque le mobile est indiqué, c’est le plus communément la misère et la faim117. « Bien souvent, des malheureux poussés par la faim s’exposent, par ignorance des lois, à des peines afflictives et infamantes, pour quelques pommes de terre ou pour de méchans haillons »118. En cas de vol, la répression est très sévère. Ainsi, en 1827, un pauvre homme a été condamné à 5 années de travaux forcés et au carcan pour le vol de deux pots de beurre119. Que la misère soit le moteur principal des crimes apparaît encore lorsqu’on envisage l’époque où les crimes se commettent. Ils sont plus fréquents en hiver et durant la soudure, lorsque les denrées sont rares, à un prix élevé et lorsque le travail manque. Il est également caractéristique de constater que, durant les périodes de crise, le nombre d’accusés est supérieur à la moyenne120. Un crime typique à la misère est l’incendie121. Nombreux sont les accusés qui, par la menace du feu, ont exercé un chantage afin d’obtenir de l’argent ou des vivres. Il s’agit, en fait, d’une forme violente de mendicité. Parmi la population non-active, 28 personnes (18 mendiants et 10 sans profession) sont accusées de ce crime à Liège de 1798 à 1829122. Thomassin explique ainsi ce crime particulier aux classes paysannes. « Les fermiers tiennent les ouvriers dans la dépendance à tel point que celui qui leur a déplu a souvent de la peine à trouver de l’emploi et que, pour s’en procurer, il se trouve forcé de quitter le village et même le canton. C’est ainsi que, n’ayant aucune propriété, ne trouvant point de travail, le naturel de ces manœuvres se développe insensiblement jusqu’aux préparatifs et à la consommation du délit. Telle est alors, dans sa situation, la haine qu’il porte aux propriétaires, jointe à une espèce de fierté, qu’il préfère la mort à une mendicité oisive et, dès lors, déshonorante à ses yeux ; il aime mieux voler, sommer et chauffer que mendier »123. Au début du régime hollandais, les autorités hollandaises dénoncent ces incendiaires, « ouvriers sans ressource et sans domicile [qui] se répandent par troupes dans la province et dans les régions voisines pour incendier parce que n’ayant plus aucun moyen d’existence ». En 1817, « les prisons de Liège sont encombrées d’individus de cette dernière catégorie »124.

  • 125 É. Hélin, Un nouvel essor de la population, dans La Wallonie, le pays et les hommes, t. 1, p. 413.
  • 126 L. F. Thomassin, op. cit., p. 212.

42Les naissances illégitimes sont également fort importantes dans le milieu populaire et leur nombre tend à s’accroître. A Liège, de 6 % entre 1720 et 1744, il passe à 16 % en 1800-1806. « C’est chez les sages-femmes des quartiers pauvres que les filles-mères trouvent un refuge ». Le milieu populaire accepte donc d’autres normes de conduite que celles de la tradition125. De 1807 à la fin de 1810, le nombre des enfants naturels s’accroît de près d’un tiers126.

  • 127 A.É.H., Bienfaisance, nv. régime, 1747, le sous-préfet à la Commission des hospices, 27 mai 1806. (...)
  • 128 J. de Heusy, op. cit., p. 7.

43Les indigents se voient également reprocher leur imprévoyance pour ne pas dire leur insouciance. « Ils sont doués de trop peu de lumière pour apprécier le mérite d’une économie qui leur imposeroit quelques privations momentanées »127. Ils manquent également d’ambition et d’esprit d’entreprise. « Les ouvriers lorsqu’ils peuvent se donner le pur nécessaire, en travaillant dix à onze heures par jour se croyent heureux : ils pensent avoir assez fait pour leurs enfants lorsqu’ils ont appris un métier et que l’exerçant comme eux, ils sont en état de se procurer le même nécessaire dont ils se contentent et dont ils ont vu leurs pères se contenter »128.

44Le tableau moral que brossent des pauvres leurs contemporains est très sombre. S’il n’est plus question, au XIXe siècle, de les enfermer pour les soustraire à la vue des honnêtes bourgeois, ils demeurent cependant un objet de crainte et de suspicion. On a tendance à considérer leurs défauts comme des caractéristiques de l’espèce « pauper » et non comme des conséquences directes de leur mode de vie toujours pénible, souvent à la limite du supportable.

Notes

1 D. Salme, Li Houlo, p. 14. C’est également le cas dans d’autres villes. Cfr F. G. Dreyfus, Sociétés et mentalités à Mayence dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, p. 345 et pp. 355-356 et L. Chevalier, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris, dans la première moitié du XIXe siècle, pp. 215-256. Sur les conditions de logement des classes ouvrières, voir E. Gauldie, Cruel Habitations. A History of Working-class Housing, 1780-1918, New-York, 1974.

2 R. Courtois, Recherches sur la statistique physique, agricole et médicale de la Province de Liège, t. 2, Verviers, 1828, p. 190 et A.É.L., F.F., Préf., 708.

3 A.N.P., F 16, 731, le préfet au Ministre de l’Intérieur, 28 germinal an VIII.

4 J. Melotte, Mémoire traitant des maladies occasionnées par la malpropreté des ruelles et des moyens d'y remédier, présenté au Conseil Municipal, Liège, 1790, p. 7, dans Recueil concernant les affaires de Liège, t. 5, document 16.

5 A.É.H., Bienfaisance, nv. régime, 308, 16 novembre 1816.

6 H. C. J. Lebeau, Topographie médicale du canton de Huy, Liège, 1828, p. 44.

7 M. G. Fischer, Lutte contre les taudis à Verviers en 1792, dans Archives Verviétoises, pp. 99-100, Verviers, 1945. Cfr P. Lebrun, L'industrie de la laine, pp. 512-513, pièce justificative XXXVIII.

8 D. Salme, op. cit., p. 25.

9 A.N.P., F 15, 376, compte moral du Bureau de bienfaisance de Liège pour l’an VI.

10 J. de Heusy, Essai sur le projet d'établissement d’un Hôpital Général..., Liège, 1773, p. 5.

11 Ibidem, p. 5.

12 A.N.P., F 15, 376, compte moral du Bureau de bienfaisance de Liège pour l’an VI.

13 A.É.L., F.F., Préf., 557, le préfet au Ministre de l’Intérieur, 14 décembre 1812.

14 A.A.P.L., P.V.B.B., 10 nivôse an III.

15 D. Salme, op. cit., p. 14.

16 Le Politique, no 56, 7 mars 1830, p. 3, col. 1.

17 A.É.L., F.F., Préf., 576, pétition de la veuve Fundat du 21 nivôse an XII.

18 A.É.L., F.F., Préf., 604, Beyne-Heusay, an IX.

19 A.É.H., Bienfaisance, nv. régime, 1457, le Bureau de bienfaisance de Huy à la Régence, 13 février 1829.

20 M.A.D.O., t. 15, pp. 432-434, Cfr Debival, Le voyageur dans les Pays-Bas autrichiens, t. 3, p. 56.

21 A.É.L., Adm. centrale, 311.

22 A.É.L., Adm. centrale, 336, Richelle, Mortroux ; 338, Beyne ; 339, Soumagne ; 348, Hollogne ; 349, Loncin ; 361, Bergilers, Celles, Hodeige, Hollogne-sur-Geer ; 362, Ligney, Oleye, Ornai, Remicourt ; 380, Ciplet ; 387, Wamont.

23 A.É.L., Adm. centrale, 372, La Reid, Sart, Theux, Polleur.

24 A.É.L., Adm. centrale, 338, Bellaire.

25 A.É.L., États, 82 et 94 à 103, impôts sur les tocages.

26 A.É.L., F.F., Préf., 457.

27 Lettre de Loyens, médecin des épidémies à Micoud d’Umons, 18 mars 1809, citée par M. Florkin, Un prince, deux préfets, p. 230. La situation n’est guère différente dans les autres départements français. Cfr Levasseur, Histoire des classes ouvrières et de l'industrie de 1789 à 1870, pp. 510-511.

28 A.É.L., F.F., Préf., 467.

29 L. de Saint-moulin, Les constructions d'habitations à Seraing au XIXe siècle, 1830-1910, p. 143, 144, 180, Louvain, 1959.

30 Briatte, Offrande à l'humanité, t. 1, pp. 135-136. Cfr A.É.L., F.F., Préf., 622. En 1808 encore, les indigents de Lantin sont revêtus de «lambeaux malpropres », de haillons. F.F., Préf., 467.

31 A.É.L., F.F., n.cl., Kemexhe, 4 nivôse an VII.

32 A.É.L., F.F., Préf., 24bis, 21 décembre 1810.

33 A.É.L., F.F., Préf., 557, le préfet au Ministre de l’Intérieur, 14 décembre 1812 et A.N.P., F 16, 1034.

34 A.É.L., Adm. centrale, 361, Celles, an VIII.

35 A.É.L., F.F., Préf., 202 et F.H., 2483, 7 mars 1817.

36 A.N.P., F 16. 1034.

37 L. De Saint-moulin, La construction des maisons.... pp. 60-74.

38 A.É.L., F.F., Préf., n.cl., Burdinne et Lens Saint-Servais, listes de distributions pour 1813 et Adm. centrale, 261, Celles.

39 Tableau no 81.

40 A l’endroit où la veine affleure, la houille mêlée au sol superficiel est souvent appelée terre-houille. Ce médiocre combustible est employé pour les usages domestiques ; E. Hélin, Aux origines du raisonnement démographique : la crainte du dépeuplement en 1808, dans Annales du Cercle hutois des Sciences et des Beaux-Arts, t. XXIX, 1975, p. 106.

41 A.É.L., F.F., Préf., 1852. Cfr J. Lewinski, L'évolution industrielle de la Belgique, Bruxelles, 1911, p. 36.

42 A.É.L., Communes, Amay, 1003, 18 juillet 1809.

43 A.É.L., F.F., Préf., 467.

44 É. Hélin, Aux origines du raisonnement démographique..., pp. 99-107. Cfr A.É.L., F.F., Préf., 202 et 660.

45 H. C. J. Lebeau, op. cit., p. 64.

46 Ibidem, pp. 56-72.

47 N. M. Briavoine, De l'industrie en Belgique, t. 2, p. 542.

48 M. G. Fischer, op. cit., p. 100.

49 N. M. Briavoine, op. cit., t. 2, p. 401.

50 C. de Brouckère, Lettre à Monsieur le Comte J. Arrivabene sur la condition des travailleurs, Liège, 1845, pp. 15-16. Cfr R. De Vleeschouwer, Logique sociale et législation du travail en Belgique, au cours de la première moitié du XIXe siècle, dans Revue de l'Institut de sociologie, 1962, p. 511.

51 Ibidem et M. G. Fischer, op. cit., p. 100.

52 C. de Bbouckère, op. cit., p. 16.

53 A ce propos, voir J. J. Hemardinquer, Pour une histoire de l'alimentation, Paris, 1970, C. Vandenbboeke, L'alimentation à Gand pendant la première moitié du XIXe siècle, dans A.E.S.C., 1975, pp. 584-590 ; Idem, Agriculture et alimentation, Louvain, 1975, C. Vandenbboeke et W. Vanderpijpen, De voedingsgewassen in Viaanderen in de XVIIIe en XIXe eeuw, dans Belgisch Tijdschrift voor nieuwste Geschiedenis, t. 2, 1970, fasc. 2, pp. 47-82.

54 Voir pp. 677-841.

55 Briatte, Offrande à l'humanité, t. 1, p. 167.

56 Ibidem, p. 171.

57 A. Borgnet, Histoire de la révolution liégeoise, t. 1, p. 139.

58 R. Courtois, Recherches sur la statistique physique, agricole et médicale de la Province de Liège, t. 2, p. 182. Cette situation est comparable à celle existant en France ; E. Levasseur, Histoire des classes ouvrières et de l'industrie de 1789 à 1870, pp. 510-511. Voir aussi Fourastié, Machinisme et bien-être, pp. 75-78.

59 A.É.L., F.F., Préf., 467 et L. F. Thomassin, Mémoire statistique du Département de l'Ourthe, p. 215.

60 Derivai., cité par E. Hélin, L'opinion d'autrui, un miroir déformant ?, dans Wallonie, la terre et les hommes, t. 1, pp. 464-465 et L. F. Thomassin, op. cit., p. 225.

61 M.A.D.O.,.t. 15, pp. 432-434 et H. C. J. Lebeau, Topographie médicale du canton de Huy, Liège, 1828. pp. 73-74.

62 N. M. Briavoine, De l'industrie en Belgique, t. 2, p. 401, Bruxelles. 1839. Ces régimes insuffisants et mal équilibrés ne sont pas caractéristiques de nos régions ; voir G. Thuillier, L'alimentation en Nivernais au XIXe siècle, dans Pour une histoire de l'alimentation, p. 157.

63 A.É.L., F.F., Préf., 586.

64 A.É.L., F.F., Préf., 708. Sur la mauvaise qualité du pain destiné aux pauvres en temps de crise, voir aussi A. M. Piuz, Alimentation populaire et sous-alimentation au XVIIe siècle. Le cas de Genève et de sa région, dans Pour une histoire de l'alimentation, p. 139. Sur le problème de la qualité du pain à Liège, lire B. Van Santbergen, Les bons métiers des meuniers, boulangers et brasseurs de la Cité de Liège, Liège, 1949, pp. 277-280. Sur les méthodes employées par les boulangers pour falsifier le pain, voir Le Philanthrope, t. 7, 1828, pp. 206-209.

65 A.G.R., Fonds Bouteville, 415.

66 A.É.H., Bienfaisance, nv. régime, 1300 et A.A.P.L., P.V.C.A.H., 8 nivôse an IX.

67 A.G.R., Fonds Bouteville, 415 et A.A.P.L., P.V.B.B., 10 frimaire an IV.

68 A.G.R., Fonds Bouteville, 415, Pétition pour les pauvres de Lantremange, Hemricourt, Lamine et Kemexhe, 1er floréal an III.

69 Le Politique, no 232, 28-29 septembre 1829, p. 3, col. 2.

70 A.É.L., F.H., 2497, Réponse de Herve à l’enquête de 1823. Cfr A.N.P., F 20, 146, 22 mars 1807.

71 E. Ducpétiaux, Des subsistances et des salaires..., dans B.C.C.S., Bruxelles, 1855, p. 231. Voir aussi Le Philanthrope, t. 1, 1822, pp. 21-23.

72 A ce propos, voir F. Pirotte, La pomme de terre en Wallonie au XVIIIe siècle, Liège, 1976, pp. 58-59.

73 A.É.L., F.F., n.cl., Housse, 4 germinal an III.

74 A.É.L., F.F., Préf., 708, 4 brumaire an V.

75 A.É.L., F.H., 2484, janvier 1817.

76 Voir pp. 399-400.

77 On peut supposer qu’il s’agit de chicorée.

78 Courrier de la Meuse, no 26, 31 janvier 1829, p. 3, col. 2 et p. 4 col. 1 et L. F. Thomassin, op. cit., p. 219.

79 N. M. Briavoine, op. cit., t. 2, p. 542.

80 Courrier de la Meuse, no 26, 31 janvier 1829, p. 4, col. 1.

81 Cfr E. A. Shneour, Le cerveau affamé, dans Le Courrier de l'Unesco, janvier 1976, pp. 20-25 et H. Freudenberger et G. Cummins, Health, Work and Leisure before the Industrial Revolution, dans Explorations in economic history, t. 13, p. 1-12, 1976. Cfr A. M. Piuz, op. cit., p. 145.

82 J. Melotte, Mémoire traitant des maladies occasionnées par la malpropreté des ruelles et des moyens d'y remédier, présenté au Conseil municipal, Liège, 1790, p. 4, dans Recueil concernant les affaires de Liège, t. 5, document 16.

83 Ibidem, p. 6.

84 Briatte, Offrande à l'humanité, p. 192.

85 J. de Heusy, Essai sur le projet de l'établissement d'un Hôpital Général, p. 22.

86 M. Piron, Histoire d'un type populaire. Tchantchès et son évolution dans la tradition liégeoise, Bruxelles, 1950, pp. 18-19.

87 Cité par E. Hélin, L'opinion d’autrui. Un miroir déformant ?, dans La Wallonie, la terre et les hommes, t. 1, p. 449.

88 Cfr L. F. Thomassin, Mémoire statistique du Département de l'Ourthe, p. 214. Voir p. 168.

89 Ibidem.

90 A. Hennau, Recherches sur les causes de la criminalité dans la province de Liège, dans B.G.C.S., t. 3, pp. 194-195.

91 Ibidem.

92 A. Niceforo, Les classes pauvres, pp. 325-326.

93 A.É.L., F.F., Préf., 596, 8 fructidor an IX.

94 M. Florkin, Les Liégeois jugés par le préfet Micoud d’Umons, dans V.W., t. XXXIII, 1959, pp. 30-35, A.N.P., F 1 CIII Ourte, 6 et A.N.P.,. F 20, 142.

95 A.É.L., F.F., Préf., 586.

96 A.N.P., F 20, 237 et F 20, 142.

97 M. Hennau, Recherches sur les causes de la criminalité dans la Province de Liège, dans B.C.C.S., t. 3, 1847, p. 186. Voir encore à ce propos A. Pletain, DU paupérisme, pp. 40-41.

98 J. de Heusy, Essai sur l’établissement d’un Hôpital Général, pp. 20-21.

99 Ibidem, p. 22. Même remarque à l’époque hollandaise, A.É.L., F.H., 2483, 20 novembre 1816.

100 A.É.L., F.F., Préf., 339, le préfet au maire de Liège, 10 décembre 1806.

101 Les chiffres de population retenus dans les Documents statistiques, 4e publication officielle, diffèrent de ceux repris par Quetelet et Smits, dans Recherches sur la reproduction et la mortalité de l'homme aux différents âges et de la population de la Belgique, Bruxelles, 1832. Ils sont nettement inférieurs sauf pour la province de Luxembourg.

102 Voir tableau 83.

103 A.É.L., F.F., Adm. centrale, 17, l’administration d’arrondissement aux représentants du peuple, 21 prairial an III.

104 A.É.L., F.F., Adm. centrale, 18, la Municipalité de Huy à l’administration du Comité de subsistance de Liège, 14 fructidor an III.

105 B.C.V.L., F.F., an IX, 22, le Bureau central au maire, 25 frimaire an IX. Cfr lettres des 23 et 28 nivôse an IX.

106 A.N.P., F 2, 865, messidor an V.

107 A.N.P., F 11, 424, le préfet au Ministre de l’Intérieur, 8 prairial an X.

108 A.É.L., F.H., 2483, le Comité général à la députation des États, 15 mars 1817. Cfr Colenbrander, Gedenkstukken der algemeene geschiedenis van Nederland, van 1795 tot 1840, 1815-1825, t. 1, no 178, p. 630, le prince d’Orange à Alexandre 1er - 17 juin 1817.

109 E. Bubet, De la misère des classes laborieuses, Bruxelles, 1842.

110 A.N.P., F 15, 376, compte moral du Bureau de bienfaisance de Liège, pour l’an VI.

111 Voir N. Haesenne-Peremans, Comment atténuer la misère ? L'organisation des secours à domicile, dans B.C.C.B., no 128. 1979, pp. 91-118.

112 A.N.P., F 20, 142.

113 E. Ducpetiaux, De la justice de prévoyance et particulièrement de l'influence de la misère et de l’aisance, de l'ignorance et de l'instruction sur le nombre des crimes, Bruxelles, 1827, p. 13.

114 Ibidem., pp. 33-34. Sur ce problème, voir L. Chevalier, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du xixe siècle, Paris, 1958.

115 Les chiffres sont empruntés à J. Wauters, Les inculpés de crimes jugés par les tribunaux liégeois, 1798-1829, pp. 76-117, Liège, Mémoire, année académique 1975-1976.

116 A.É.L., F.H., 802.

117 Les mêmes constatations se vérifient pour l’ensemble du royaume en 1833. Cfr Documents statistiques, 3e publication officielle.

118 Mathieu Laensbergh, no 262, 7 novembre 1827, p. 2, col. 2, p. 3, col. 1.

119 Mathieu Laensberg, no 24, 26 janvier 1827, p. 2, col. 2. Comment ne pas songer à Jean Valjean ?

120 J. Wauters, op. cit., pp. 76-117. Alors que la moyenne annuelle est de 71, en 1813, on compte 100 accuses dont 75 ont commis des crimes contre les propriétés.

121 E. Duche, Le crime d'incendie, p. 33, Paris, 1913, cité par A. Abbiateci, op. cit., p. 230.

122 Même constatation en France. Cfr A. Abbiateci, Les incendiaires dans la France du XVIIIe siècle, essai de typologie criminelle, dans A.E.S.G., t. XXV, 1970, pp. 229-248.

123 L. F. Thomassin, Mémoire statistique du département de l'Ourthe, pp. 214-221. Cfr E. Vlierberg et R. Ulens, La Hesbaye, p. 59.

124 A.R.A. B.Z.A.W., 238, la députation des États au Ministre, 17 mai 1817.

125 É. Hélin, Un nouvel essor de la population, dans La Wallonie, le pays et les hommes, t. 1, p. 413.

126 L. F. Thomassin, op. cit., p. 212.

127 A.É.H., Bienfaisance, nv. régime, 1747, le sous-préfet à la Commission des hospices, 27 mai 1806. Voir à ce propos P. Mathias, Wages, Consumption and Leisure, dans Workshop of Quantitative history, 1974.

128 J. de Heusy, op. cit., p. 7.

Table des illustrations

Titre TABLEAU no 81. Propriétés des indigents de Celles en l’an VIII
Légende Source : A.É.L., Administration centrale, 338.Une verge grande = 20 verges petitesUne verge petite = 21,7945 m2
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6808/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Titre TABLEAU no 83. Cabarets et population en 1830
Légende Source : A. : Documents statistiques, 4e publication officielle, Bruxelles, 1832.B. : Quetelet et SMITS, op. cit., p. 5.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6808/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre TABLEAU no 84. Criminalité à Huy en 1817
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6808/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 101k

© Presses universitaires de Liège, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search