Version classiqueVersion mobile

La pauvreté dans la région liégeoise à l’aube de la révolution industrielle

 | 
Nicole Haesenne-Peremans

Deuxième partie. Les pauvres, exclus de la société ?

Chapitre VI. Profil socio-économique de l’indigence

Texte intégral

1A la fin de l’Ancien Régime et dans les premières années du XIXe siècle, les indications sur le mode de vie de la classe pauvre sont peu nombreuses. Elles émanent le plus souvent de médecins qui, par leurs fonctions, sont appelés à être en contact avec les malheureux, de membres des Bureaux de bienfaisance ou des autorités communales. Par ailleurs, elles sont dispersées dans le temps et dans l’espace. Les sources qui ont permis d’établir une mesure de la pauvreté dans la région liégeoise sont également précieuses, mais ces données doivent au préalable subir un traitement statistique.

  • 1 Sur le parti qu’on peut tirer de tels témoignages, lire L. Chevalier, Classes laborieuses et class (...)

2Si nous sommes loin de l’abondance des renseignements décrivant le sort des classes ouvrières dès 1840-1850 ou de la minutie des descriptions littéraires qu’ont laissées un Victor Hugo, un Eugène Sue ou un Honoré de Balzac sur les conditions de vie du peuple de Paris1, les témoignages mis bout à bout permettent malgré tout de brosser un tableau assez fidèle de ce que devait être, il y a 150 ans, la vie de près d’un quart de la population dans la province de Liège.

A. — Les pauvres dans le monde du travail

  • 2 F. G. Dreyfus, Sociétés et mentalités à Mayence dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, pp. 323 e (...)
  • 3 Voir tableaux nos 11 et 12.
  • 4 Cfr pp. 339-346.
  • 5 Cfr tableaux no 28 et 29 et graphique no 22.

3Une moitié des indigents fait partie de la population active. Dans les tranches d’âges intermédiaires, la misère touche particulièrement les hommes mariés, chefs de famille et les veuves. Dans la région liégeoise, ces dernières représentent plus du quart des effectifs secourus. Leur sort est particulièrement dramatique lorsqu’elles ont la charge d’un grand nombre d’enfants2. Or, plus du quart d’entre elles ont au moins 3 enfants à charge3, qu’il s’agit d’entretenir avec les revenus d’un métier souvent mal rémunéré (filature, dentelle, broderie, couture, tricot). Privées de revenus lorsqu’elles perdent leur conjoint, n’exerçant aucun métier qualifié, elles sont les premières victimes de la misère et du chômage. Aussi sont-elles aidées par priorité. Sous l’Ancien Régime, la plupart des métiers féminins font, une fois sur dix, de celles qui les exercent, des indigentes. Cette remarque vaut, non seulement pour les veuves mais pour toutes les femmes, particulièrement pour les célibataires. Il n’est pas rare, dans les capitations, de les retrouver groupées à plusieurs dans une chambre afin de diminuer la charge du loyer, s’occupant à la couture ou à la dentelle4. Qu’il s’agisse des pauvres secourus ou de l’ensemble des indigents, les femmes en constituent toujours le plus gros contingent5. En 1818, elles sont majoritaires, sauf dans les cantons de Liège, de Huy et de Landen.

  • 6 Voir tableaux nos 30 et 31.
  • 7 Voir tableau no 32.

4Dans les communes examinées en 1813, la plupart des femmes sont fileuses, couturières ou journalières. Il en va de même en 18216. Dans les villes, leur qualification n’est guère meilleure. A Huy, en 1813, 87 % d’entre elles sont des journalières. En 1821, il y en a encore 68 %7. Le tiers restant travaille dans le textile ou n’exerce aucune profession. Elles sont les premières victimes du chômage technique qu’entraîne l’introduction des métiers à filer.

  • 8 Μ. N. Jolivet, Description du pays [...], dans Bulletin du Cercle hutois des Sciences et des Beaux (...)
  • 9 Briatte, op. cit., pp. 263-264.
  • 10 F. G. Dreyfus, op. cit., et J. P. Gutton, La Société et les pauvres L'exemple de la Généralité de (...)
  • 11 C. De Geest, Les distributions aux pauvres assurées par la paroisse Sainte-Gudule à Bruxelles au X (...)
  • 12 Voir tableau nos 53, 65 et 66.

5A Liège, on en retrouve dans le textile, dans la dentelle notamment, secteur en crise à la fin du XVIIIe siècle. Il s’en rencontre dans le commerce. Ce sont encore des lavandières ou des botteresses, ces « mulets du Prince-Évêque », qui aux dires de Jolivet, transportent en 7 heures 1/2 une charge de 40 livres de Liège à Spa8. Le plus souvent, il s’agit d’ouvrières sans qualification. Briatte, à la fin du XVIIIe siècle, décrit ainsi la condition des femmes du peuple. Elles « présentent dans nos sociétés le coup d’œil le plus affligeant. Pliant sous le poids des fardeaux dont on les écrase ; essuyant de la part des oisifs des mépris ou des outrages ; exposées à la nudité ou à la faim ; contraintes de ramper dans la fange pour obtenir quelques guenilles qui les préservent de l’une ou un morceau de mauvais pain qui apaise l’autre ; forcées durant leurs grossesses d’exécuter des ouvrages effrayans ; privées après l’enfantement des secours nécessaires pour se rétablir ou de moyens suffisans pour alimenter les innocentes créatures qu’elles ont associées à leur infortune et à leur humiliation [...]. Les femmes de la classe indigente travaillent beaucoup et gagnent peu [...]. Quelques journées d’un travail pénible ou rebutant, des occupations viles ou infructueuses ; des ouvrages du prix le plus mince comme la filature, le tricotage, etc., forment à peu près le gagne-pain du sexe parmi le peuple. La récompense qu’il obtient pour les travaux qu’il exécute ne suffit pas à sa propre subsistance »9. Ce sort pénible de l’indigente n’est pas particulier à Liège, « enfer des femmes », on le retrouve en France et en Allemagne10. Comment s’étonner dès lors que 55 % des mendiants secourus en 1813 et 61 % de ceux assistés en 1821 soient des femmes ? Cette présence massive du sexe faible parmi les secourus n’est pas un fait nouveau. A Bruxelles, au XVe siècle, 2/3 des assistés étaient des femmes11. En 1813, dans le département de l’Ourthe, elles sont près de 42 %. En 1821, dans la province de Liège, elles représentent 54 % des indigents assistés ou non12.

TABLEAU no 29. Indigents répartis selon le sexe dans l'arrondissement de Liège, en 1816 (a)

TABLEAU no 29. Indigents répartis selon le sexe dans l'arrondissement de Liège, en 1816 (a)

(a) Les chiffres manquent pour le canton de Louveigné.
Source : A.É.L., F.H., 2477. Pour les chiffres absolus, voir tableau no 19, p. 230.

GRAPHIQUE no 22. Indigents de l’arrondissement de Liège répartis selon le sexe en 1816

GRAPHIQUE no 22. Indigents de l’arrondissement de Liège répartis selon le sexe en 1816

Légende : a = pourcentage d’indigents
b = pourcentage d’indigents secourus
Source : A.E.L., F.H., 2477

TABLEAU no 30. Les indigents de la province de Liège répartis selon le sexe d'après l'enquête de 1818 (en pourcentage)

TABLEAU no 30. Les indigents de la province de Liège répartis selon le sexe d'après l'enquête de 1818 (en pourcentage)

Source : A.É.L., F.H., 2489 à 2492.

TABLEAU no 31. Statut socio-professionnel des indigents dans le département de l'Ourthe en 1813

TABLEAU no 31. Statut socio-professionnel des indigents dans le département de l'Ourthe en 1813

(a) Platineur dans le canton de Dalhem ; (b) couvreur en paille dans le canton de Seraing ; (c) y compris un bourrelier dans le canton d’Avennes
Communes intervenant dans les comptages des cantons de
Dalhem : Berneau, Mortroux, Dalhem, Bombaye, Cheratte.
Fléron : Beyne, Mélen.
Herve : Charneux, Thimister, Battice, Herve.
Hollogne : Crisnée, Villers l’Évêque, Velroux, Hognoul.
Seraing : Ougrée, Plainevaux, Ramet, Tilff.
Waremme : Pousset.
Aubel : Clermont, Aubel.
Spa : Lambermont, Wegnez, Ensival, Sart, Manaihant.
Avennes : Tourinne, Wasseige, Villers le Peuplier, Meeffe, Lens St-Servais,
Hannut, Lens St-Remy, Ambresin, Burdinne, Avin, Poucet,
Ville en Hesbaye, Abolens, Merdorp, Crehen.
Huy : Strée.
Nandrin : Ouffet, Hamoir.
Sources : A.É.L., F.F., Préf., 1603 à 1680 et F.H., 300, F.F., n.cl.

TABLEAU no 32. Statut socio-professionnel des indigents dans l’arrondissement de Liège en 1821

TABLEAU no 32. Statut socio-professionnel des indigents dans l’arrondissement de Liège en 1821

Communes intervenant dans le comptage des cantons de
Dalhem : Mortroux, Berneau, Cheratte, Mortier, Dalhem, Trembleur, Richelle, St-Remy, Bolland, Wandre, Mouland, St-André.
Fléron : Bellaire.
Hollogne : Odeur, Velroux, Crisnée, Villers l’Évêque, Jeneffe, Fize-le-Marsal, Roloux, Thys, Hollogne, Flémalle-Grande.
Liège : Angleur, Jupille.
Seraing : Plainevaux, Ramet, Seraing.
Source : A.É.L., F.H., 2707, 2726, 2741, 2749, 2756.

TABLEAU no 33. Statut socio-professionnel des indigents hutois scourus dans le premier tiers du XIXe siècle

TABLEAU no 33. Statut socio-professionnel des indigents hutois scourus dans le premier tiers du XIXe siècle

TABLEAU no 33 (suite)

TABLEAU no 33 (suite)

Source : A.É.H., Bienfaisance, nv. régime, 1488.

  • 13 M. Garden, Lyon et les Lyonnais, p. 194.
  • 14 Cfr Études sur l'histoire de la pauvreté, pp. 752-753.
  • 15 Briatte, op. cit., pp. 78-79.

6Parmi les hommes, les premières victimes de la misère sont les ouvriers non qualifiés, particulièrement les journaliers dont le travail est des plus irrégulier. En 1813, ils constituent près de la moitié des assistés ayant une profession. En 1821, ils représentent encore près de 45 % des indigents13. Ainsi, dans le canton de Waremme en 1816, tous les indigents sont des journaliers agricoles réduits au chômage par la ruine de la classe moyenne. Cette dernière, qui a éprouvé des pertes considérables lors des logements de troupes et des réquisitions militaires, ne peut procurer du travail aux ouvriers dans la misère qu’en période de moisson et l’absence de fabriques ne permet pas aux journaliers de se reclasser sur place dans l’industrie. Parmi les ouvriers qualifiés, certains ne sont pas à l’abri de l’indigence, soit que le métier souffre momentanément d’une conjoncture économique défavorable, soit que le salaire y afférent soit maintenu au minimum vital14. Ainsi, à côté des pauvres, il y a toute une frange de « paupérisables » que la moindre crise, le moindre incident, le moindre déséquilibre fait basculer dans la misère. C’est ce qu’avait déjà perçu Briatte, au XVIIIe siècle : « Si tous les hommes qui n’ont d’autre titre de subsistance que les travaux qu’ils exécutent ni d’autres moyens de l’obtenir que les salaires qu’ils leur méritent, ne sont pas des pauvres, ils sont du moins tous exposés à la pauvreté [...] le nécessaire dont plusieurs jouissent, l’aisance à laquelle quelques-uns parviennent sont le fruit de quelques circonstances heureuses ou des exceptions à une règle générale qui n’en souffre pas beaucoup [...] les agens des arts grossiers, les ouvriers des manufactures, les manœuvres, etc., n’ont qu’une existence précaire, une subsistance toujours incertaine et souvent insuffisante »15.

  • 16 La répartition a été faite en adoptant les catégories établies par É. Hélin, Les codes socio-profe (...)
  • 17 Au début du XIXe siècle, Micoud d’Umons assimile encore pauvre et ouvrier (A.N.P., F 20, 142).
  • 18 É. Hélin, Les capitations liégeoises, p. 299.

7Sous l’Ancien Régime, les pauvres sont présents dans tous les domaines de l’activité économique : dans l’horticulture, dans les mines et la métallurgie, dans l’industrie du bois, dans celle de l’alimentation, dans les métiers du textile, de la construction, du commerce, dans les professions libérales et les services publics. Il serait superflu de reprendre ici le tableau des professions exercées par les indigents16. Ceux-ci se rencontrent surtout dans le textile, la métallurgie et les transports. Ce sont pour la plupart des ouvriers17. Lors des relevés en vue des capitations, le recenseur a cru pouvoir, dans bien des cas, s’abstenir de préciser la profession exercée par cette partie de la population : ainsi, en 1791, le gonflement du contingent féminin inscrit dans la colonne « métier non spécifié » (72 %) est dû à l’absence d’indication de profession lorsqu’il s’agit de femmes mariées. Dans les capitations antérieures également, les recenseurs ne notent souvent que les professions des femmes chefs de ménage ou des célibataires. Pour les hommes, le manque de précision est plus rare, sauf lorsqu’il s’agit de célibataires vivant sous le même toit que leurs parents. On peut s’interroger : s’agit-il réellement d’individus n’exerçant aucune profession ? Comment alors pourraient-ils assurer leur subsistance ? Ne s’agirait-il pas plutôt de « journaliers », sans métier défini, sans occupation fixe, sans travail régulier ? Le contingent des journaliers devrait donc s’accroître « d’une partie des contribuables sans métier spécifié par le rôle, ceux qui n’avaient pas de travail ce jour-là »18.

  • 19 Voir tableau no 37.

8Malgré les imprécisions, il est révélateur d’établir le rapport existant entre le nombre de pauvres exerçant une profession et l’ensemble des individus qu’on y rencontre, de manière à dresser une échelle des professions et d’y situer la limite en deçà de laquelle l’existence devient précaire19.

  • 20 Une telle remarque vaut pour d’autres villes. Ainsi, à Lyon, J. P. Gutton, La société et les pauvr (...)

9Au sein des métiers qualifiés, la proportion des pauvres rencontrés excède rarement le dixième. Il en résulte que la rareté de qualification professionnelle est déjà alors, comme de nos jours encore, un facteur de paupérisation. Au-delà des 10 %, on trouve nombre de métiers du textile exercés surtout par des femmes (filature, dentelle, broderie, tricot)20. La main-d’œuvre féminine paraît toujours mal lotie, vouée à des salaires de famine. A noter aussi le faible contingent des professions non manuelles.

TABLEAU no 34. Statut socio-professionnel des indigents liégeois en 1689

TABLEAU no 34. Statut socio-professionnel des indigents liégeois en 1689

(a) Y compris 2 soyeurs.
Source : A.É.L., États, 84.

TABLEAU no 34 (suite)

TABLEAU no 34 (suite)

b) y compris les 7 fruitiers, 1 vendeuse de gaufres, 1 vendeuse d’herbes, 1 poissonnier et 1 vendeur de gazettes.

TABLEAU no 35. Statut socio-professionnel des indigents liégeois d’après la capitation de 1736

TABLEAU no 35. Statut socio-professionnel des indigents liégeois d’après la capitation de 1736

(a) Y compris 1 faiseuse de bouquettes.
Source : A.É.L., États, 85, 86, 87

TABLEAU no 35 (suite)

TABLEAU no 35 (suite)

(b) y compris 1 lingère ; (c) y compris 12 fruitiers, 2 verduriers, 1 harengère, 1 poissonnier, 1 vendeuse de volaille.

TABLEAU no 35 (suite)

TABLEAU no 35 (suite)

TABLEAU no 36. Statut socio-professionnel des indigents liégeois d'après la capitation de 1791

TABLEAU no 36. Statut socio-professionnel des indigents liégeois d'après la capitation de 1791

Source : A.É.L., États, 89-93.

TABLEAU no 36 (suite)

TABLEAU no 36 (suite)

TABLEAU no 37. Fréquence de la pauvreté selon les professions en 1791

Professions et statuts

Inscrits (a)

Pauvres

 % (b)

Domestique

2490

7

0,2

Boutiquier, cabaretier

1306

11

0,8

Boucher, boulanger

293

5

1,7

Ménagère

444

8

1,8

Musicien

49

1

2,0

Ardoisier

44

1

2,3

Horloger

44

1

2,3

Orfèvre, graveur

84

2

2,4

Imprimeur

40

1

2,5

Maréchal-ferrant

36

1

2,8

Houilleur

141

4

2,8

Sellier

30

1

3,3

Tourneur

27

1

3,7

Tonnelier

50

2

4

Armurier

278

12

4.3

Journalier

290

13

4,4

Ferblantier

22

1

4,5

Serrurier

132

6

4,5

Maçon

129

6

4,6

Charretier

116

6

5,1

Chaudronnier

19

1

5,3

Batelier

17

1

5,8

Etainier

16

1

6,2

Menuisier, coupeur de bois

281

19

6,8

Manœuvre

400

29

7,2

Couturier, tailleur

656

50

7,6

Porteur et tailleur de pierres

42

4

9,5

Drapier, tisserand

89

9

10,1

Miroitier, vitrier

29

3

10,3

Faiseur de mannes et de balais

39

4

10,3

Blanchisseuse, lavandière, repasseuse

119

13

10,9

Cordonnier, savetier

315

36

11,4

Barbier, perruquier

158

19

12,0

Fileur

99

12

12,1

Postillon

8

1

12,5

Dentellière

183

24

13,1

Faiseur de bas

121

16

13,2

Soldat

155

21

13,5

Cloutier

211

29

13,7

TABLEAU no 37 (suite)

Professions et statuts

Inscrits (a)

Pauvres

 % (b)

Ouvrier

1758

257

14,6

Ouvrier en boucles et en rapes

12

2

16,7

Portefaix

52

10

19,2

Rubannier, brodeur

19

4

21

Fripière

18

5

27,7

Apprenti

3

1

33,3

Garde-malade

6

2

33,3

Fossoyeur, acolyte, sonneur

14

5

35,7

(a) Les comptages ont été effectués par É. Hélin, lorsqu'il a étudié les capitations.
(b) Les % calculés d’après des effectifs réduits n’ont guère de signification statistique et ne figurent ici qu’à titre indicatif.
Source : A.É.L., États, 89 à 93.

TABLEAU no 38. Statut socio-professionnel des indigents hutois en 1762

TABLEAU no 38. Statut socio-professionnel des indigents hutois en 1762

TABLEAU no 38 (suite)

TABLEAU no 38 (suite)

Source : A.É.H., Cures, Huy St-Hilaire, 3 ; St-Mengold, 12 ; Ville de Huy 463.

  • 21 Voir tableau no 37.

10Les individus sans profession inscrite sont, à Huy aussi, fort nombreux puisqu’ils représentent 70,44 % de l’ensemble des indigents. Là où le curé indique le métier, on remarque que le secteur textile est à nouveau bien représenté (près de 20 %) de même que les non-actifs (19,75 %) et les ouvriers (22,22 %). La diversité des professions n'atteint cependant pas celle de la capitale21.

  • 22 Voir tableau no 39.

11Parmi les indigents hesbignons dont la profession est indiquée dans la capitation, près du quart appartient au secteur textile, 13 % font partie de la domesticité et 45 % sont simplement appelés ouvriers, manœuvres ou journaliers. Il s’agit probablement d’individus travaillant, comme les domestiques d’ailleurs, dans les fermes de la région. Les autres s’éparpillent dans les secteurs de la métallurgie, du commerce, du bois. Dans les professions libérales et les services publics, leur proportion est infime. Tous ces secteurs réunis ne représentent que 12,99 % du total. Les mendiants à eux seuls constituent plus de la moitié des indigents recensés et 1,6 % de l’ensemble des adultes22.

12Les femmes sont les plus nombreuses (près de 62 %). Les veuves forment près du quart du contingent féminin. On peut distinguer deux situations : la vieille mère cohabitant avec son fils ou son gendre et la femme, jeune encore, qui doit faire vivre sa progéniture. Les femmes mariées sont également fort nombreuses (40,5 %). Six d’entre elles vivent seules, soit parce qu’elles ont été abandonnées de leur mari, soit parce que celui-ci est domestique de ferme dans un autre village. Les célibataires (37,3 %) sont tantôt des filles de plus de quinze ans vivant sous le même toit que leurs parents, tantôt des femmes seules occupées à quelque travail de couture. Du côté masculin, on rencontre surtout des hommes mariés (63 %). Les célibataires sont avant tout des garçons de plus de quinze ans partageant la même maison que leurs parents. Cette répartition différente des états matrimoniaux masculins et féminins exprime à nouveau de façon éloquente la condition précaire des femmes seules, premières victimes de la misère.

TABLEAU no 39. Professions et statuts des pauvres en Hesbaye (en 1762-1763)

TABLEAU no 39. Professions et statuts des pauvres en Hesbaye (en 1762-1763)

Source : A.É.L., États, 96 à 102.

TABLEAU no 40. Répartition socio-professionnelle des indigents dans les communes de la province de Liège en 1821

TABLEAU no 40. Répartition socio-professionnelle des indigents dans les communes de la province de Liège en 1821

Légende : x/y
x = nombre de communes du canton où la profession concernée est exercée par des indigents;
y = nombre de communes du canton pour lesquelles nous disposons de renseignements ;
(a) Tous ces chiffres doivent être rapportés à l’ensemble des communes soit 169.
Source : A.É.L., F.H., 2495-2504.

TABLEAU no 40 (suite)

TABLEAU no 40 (suite)

TABLEAU no 40 (suite)

TABLEAU no 40 (suite)
  • 23 Voir tableaux nos 40 et 41.
  • 24 Cfr R. Leboutte, De lakenfabriek Scheibler, Ronstorff, Rahlenbeck te Dalhem (1774-1890) : een voor (...)

13De l’examen des tableaux dressés à l’occasion des grandes enquêtes du début du XIXe siècle, il ressort que le secteur du textile est alors en crise23. L’introduction des machines à filer et à tisser réduit au chômage quantité d’ouvriers qui trouvaient jusque là le complément leur permettant de survivre. C’est l’arrondissement de Verviers qui souffre le plus de ce chômage technique dû aux progrès du machinisme. La filature à domicile qui donnait du travail l’hiver au petit cultivateur et à toute sa famille, est en difficulté. Aussi les fileurs sont-ils tombés, dans 25 communes, au rang des indigents. Le sort des tisserands n’est guère plus enviable : dans près de 11 communes, on les assimile aux indigents. Les autres arrondissements souffrent dans une moindre mesure de cette transformation d’un secteur de l’économie, à l’exception du canton de Dalhem qui, du point de vue économique, dépend de Verviers, même si on assiste à la création d’une manufacture campagnarde de draps24. Les pauvres s’y répartissent dans tous les secteurs socio-professionnels.

  • 25 A.É.L., F.H., 2497, réponse de Beyne-Heusay à l’enquête de 1823.

14Parmi les indigents, on trouve des porchers, des moissonneurs, des fermiers, des cultivateurs, des bûcherons. Ce sont généralement des journaliers ou des manœuvres louant leurs bras aux grands propriétaires terriens. Ainsi, dans le canton de Bodegnée, il suffit d’appartenir à la classe des ouvriers et journaliers, pour être secouru par la bienfaisance publique. La commune de Beyne-Heusay précise quant à elle que « tous les ménages n’ayant pour toute ressource que le produit de ses mains doivent être considérés dans le nombre des nécessiteux »25.

  • 26 A.É.L., F.F., Préf., 1852. Ainsi, en 1813, Jean Charles Moyen extrait du charbon de son jardin pou (...)

15Les mines et la métallurgie comptent un grand nombre de pauvres dans l’arrondissement de Liège, surtout des houilleurs et des cloutiers. Sous le régime français, en effet, les autorités ont tenté de rationaliser le mode d’exploitation des houillères et ont provoqué la fermeture de petites exploitations peu solvables mais suffisantes pourtant pour procurer aux ouvriers de quoi subsister26.

  • 27 Sur ce problème, voir G. Hansotte, La clouterie liégeoise et la question ouvrière au xviiie siècle (...)
  • 28 A.É.L., F.H., 2497, réponse de Fléron à l’enquête de 1823.

16Quant à l’industrie cloutière, elle est en stagnation depuis le XVIIIe siècle et la misère des cloutiers est invétérée27. Dans l’arrondissement de Huy, ce sont les difficultés rencontrées par les alunières qui entraînent l’indigence de bon nombre d’ouvriers. La profession de maçon n’est guère lucrative non plus et réduit ses membres à la dernière extrémité ou les amène, pour subsister, à exercer un autre métier en hiver. Ainsi, à Fléron, les maçons travaillent l’été et se reconvertissent l’hiver en cloutiers28.

  • 29 A.É.L., F.H., 2497, réponse de Dalhem à l’enquête de 1823.
  • 30 A.É.L., F.H., 2502, réponse de Henri-Chapelle à l’enquête de 1823.
  • 31 A.É.L., F.H., 2499, réponse de Warzée à l’enquête de 1823. Cette dernière remarque est surtout val (...)

17S’il fallait classer selon leur fréquence les métiers les plus souvent cités comme étant exercés par des indigents, les fileurs viendraient en tête (dans plus du tiers des communes), suivis des tisserands, des houilleurs, des cultivateurs. Plus loin, viendraient les cloutiers, les maçons et les cordonniers-savetiers. Si l’on regroupe toutes les professions citées par grands secteurs professionnels, le textile détient le triste record du plus grand nombre d’indigents (surtout à Liège et à Verviers). Toutefois rares sont les cantons où tous les pauvres sont groupés dans une même branche d’activité (c’est pourtant le cas à Stavelot et à Hollogne). Le fléau de la mendicité professionnelle paraît moins répandu que dans les grandes villes. Seules, 4 communes reconnaissent avoir des mendiants. Dans certaines, la mendicité est tolérée « par égard pour la misère extrême de ceux qui s’y livrent »29 mais les mendiants deviennent parfois dangereux au point de forcer les habitants des villages à leur faire la charité30. La mendicité est surtout le fait des femmes et des enfants. Ces derniers s’y livrent jusqu’à ce qu’ils soient en état de rendre service à leurs parents d’une autre manière : soit par leur travail à domicile, soit en s’employant comme porcher ou berger31.

TABLEAU no 41. Répartition des pauvres de la province par grands secteurs professionnels en 1821

TABLEAU no 41. Répartition des pauvres de la province par grands secteurs professionnels en 1821

Légende : Voir tableau no 40

  • 32 Cfr F. Balace, L’armurerie liégeoise et la Guerre de Sécession, 1861-1865, Liège, 1978, p. 9, cita (...)

18Quelles que soient les sources utilisées, capitations, enquêtes statistiques, listes de secourus, registres d’entrées dans les hospices ou les dépôts de mendicité, les résultats concordent. Les mêmes professions placent toujours ceux qui les exercent dans une position précaire. De la fin du XVIIe siècle au début du XIXe siècle, les pauvres appartiennent aux mêmes catégories professionnelles, si ce n’est qu’avec le temps, le nombre des petits artisans diminue au profit des métiers non qualifiés. C’est le secteur alimentaire qui fournit le plus petit contingent d’indigents. Par contre, le secteur des mines, celui de la métallurgie et celui du textile en sont les grands pourvoyeurs. Parmi les armuriers, la classe des monteurs et équipeurs est vouée à l’indigence de façon chronique. Les métiers saisonniers de la construction et de la houillerie ne peuvent éviter à leurs membres la pauvreté. Le textile est en pleine reconversion et l’introduction des machines prive momentanément de travail fileurs et tisserands. Les cordonniers et savetiers ont peine à vivre. Le secteur des transports compte lui aussi ses indigents chroniques : portefaix, botteresses, charretiers, colporteurs. Tous ces métiers ne procurent pas des ressources suffisantes pour nourrir décemment une famille. A plus forte raison, lorsque le travail manque, l’ouvrier tombe-t-il à la charge de l’Assistance. A l’époque française, 3 % des indigents sont secourus pour cette raison. Sous le régime hollandais, plus de 1/5 des chefs de famille pauvres manquent de travail32.

  • 33 Cfr J. P. Gutton, op. cit., pp. 9-10 et H. See, Statistique des pauvres de Rennes, pp. 474-476. La (...)
  • 34 Sur la formation du capital à Liège et à Verviers, voir P. Lebbun, L'industrie de la laine..., pp. (...)

19Ainsi, la misère affecte en premier lieu au XVIIIe et au début du XIXe siècle ceux qu’aujourd’hui la sécurité sociale protège plus spécialement : les veuves, pensionnés, invalides et orphelins. Elle frappe ensuite une forte proportion de travailleurs manuels, « ceux qui n’ont que leur travail pour vivre ». L’Ancien Régime a parfois tendance à considérer comme pauvres tous ceux qui sont simplement susceptibles de le devenir33. Lorsque débute la Révolution industrielle, la proportion des chômeurs est importante. Cette main-d’œuvre disponible va jouer un rôle important dans le développement du capitalisme industriel34.

20Les pauvres d’Ancien Régime, petits artisans, journaliers, chômeurs, mendiants sont ainsi récupérés et regroupés dans les fabriques du XIXe siècle où ils formeront ce que d’aucuns appellent le prolétariat, d’autres la classe ouvrière.

  • 35 A.É.L., F.H., 2488, 4 juillet 1818.

21L’indigence est donc surtout le lot d’une classe ouvrière réduite au chômage, que celui-ci sévisse à l’état endémique, ou qu’il soit le résultat d’un sous-emploi, d’une restructuration et d’une modernisation des entreprises ou encore qu’il résulte de la nature même d’un travail à caractère saisonnier. La situation est à ce point grave que le sous-intendant de l’arrondissement de Verviers pouvait déclarer en 1818 : « la classe autrefois industrieuse peut être appelée la classe indigente »35.

B. — Les mendiants liégeois et étrangers

  • 36 E. Poullet, Les constitutions nationales belges de l'Ancien Régime à l'époque de l'invasion frança (...)

22De tous temps, les mendiants et les vagabonds ont eu une place à part dans la société. Les vagabonds étaient, sous l’Ancien Régime, « hors des Constitutions ». Ils n’avaient pas de droits publics et étaient privés, vis-à-vis de la justice criminelle, de tous les privilèges des « surcéants ». Les vagabonds étrangers étaient, de plus, soumis à la juridiction extraordinaire de la guémine militaire36. Les mendiants étrangers, souvent assimilés aux bohémiens ou Égyptiens, font l’objet de nombreuses ordonnances de bannissement. De 1550 à 1792, on en compte 110, soit en moyenne une tous les 26 mois mais leur nombre même prouve leur inefficacité.

  • 37 F. Braudel, op. cit., p. 131.
  • 38 Voir R.O.P.L., 1re série, 2e série, t. 1, 2 et 3 et 3e série, t. 1.

23Le nombre des mendiants croît sensiblement, semble-t-il, du XVIe au XVIIIe siècle si l’on en juge par la cadence des édits. « Les expulsions, les gestes rageurs qu’ils provoquent mesurent leur augmentation même »37. Dès la deuxième moitié du XVIe siècle, les édits sont « rafraîchis » tous les cinq ans en moyenne, à l’exception de la période allant de 1552 à 1557, où l’épidémie de peste explique les mesures exceptionnelles prises à l’encontre des étrangers. Dès le début du XVIIe siècle, les édits sont renouvelés presque tous les deux ans. Ils deviennent plus complets, plus précis. Dans la première moitié du XVIIIe siècle, les ordonnances sont également fort nombreuses38.

  • 39 L. Dechesne, op. cit., graphique : conjonctures économiques au xviiie siècle.
  • 40 A.É.L., Conseil Privé. Protocoles, 69, 2 janvier 1740, Placards imprimés, 4 janvier 1740, 001799 A (...)
  • 41 H. Van Houtte, Les occupations étrangères en Belgique sous l’Ancien Régime, t. 1, pp. 521-523, Gan (...)

24Le problème de la mendicité est d’abord économique. Il est, en effet, caractéristique de constater que le phénomène s’amplifie avec la croissance de la population et que la situation devient critique lors des crises de subsistance. C’est lorsque le prix du grain est élevé qu’il est surtout nécessaire de prendre des mesures contre la mendicité et le vagabondage. C’est lorsque la disette se prolonge qu’il faut chasser les indésirables surtout lorsque les émeutes nées de la faim et du chômage éclatent39. Ainsi, en 1740, toute personne sans emploi, même si elle habite le pays depuis dix ans est considérée comme indésirable car tolérer les mendiants et fainéants étrangers, c’est porter préjudice aux « pauvres originaires et aux familles nécessiteuses que la honte retient cachées aux yeux du public », auxquels ils soustrayent une part des aumônes. En outre, en période de nervosité et d’émeute comme l’est toujours un temps de crise, il est avantageux de se débarrasser d’individus qui se livrent au vol, au brigandage et au désordre40. Il faut remarquer également la multiplicité des mesures prises contre le vagabondage après chaque guerre d’Ancien Régime. Le licenciement d’une partie des troupes, composées en majeure partie de gens sans métier grossissait en effet, les contingents de vagabonds41.

  • 42 Voir N. Haesenne-Peremans, Mendicité et répression dans la Principauté de Liège à la fin de l'Anci (...)
  • 43 R.O.P.L., 2e série, t. 3, p. 97.

25En même temps qu’ils répriment le vagabondage des étrangers, les princes-évêques sont contraints, comme dans les Pays-Bas, de tolérer la mendicité de leurs sujets. Ceux-ci doivent cependant se soumettre à un double impératif : ne jamais solliciter l’aumône en dehors des limites de leur paroisse et être dans un état d’indigence manifeste. Cette tolérance n’a, au départ, qu’un caractère provisoire mais elle se poursuit jusqu’à la fin de l’Ancien Régime42. Les pasteurs sont priés d’examiner avec une sévérité scrupuleuse les titres des différents candidats à la mendicité légale. Lorsqu’un mendiant meurt, il est rayé des listes et son insigne est récupéré43.

  • 44 P. Bonenfant, op. cit., p. 84 et E. Dillis, Plaques de mendiants d’Anvers, dans Revue belge de Num (...)
  • 45 R. Hankart, Mendiants et vagabonds dans la Principauté de Liège aux xviie et xviiie siècles, dans (...)

26Pour avoir le droit de mendier, il faut, au début du XVIIIe siècle, être natif de Liège ou y être domicilié depuis dix ans au moins. La médaille officielle porte dorénavant le nom de la paroisse résidentielle et le chiffre de l’année en cours. Elle est renouvelée chaque année, le dimanche après l’élection Magistrale. Si un mendiant prête sa médaille à un comparse, ils sont tous deux punis comme faussaires et le mendiant prêteur perd à jamais le privilège de pouvoir mendier dans la Cité. Pour ménager la sensibilité des bourgeois, il est désormais interdit de découvrir des playes et autres membres estropiez qui se peuvent cacher ». La médaille, marque distinctive des mendiants autochtones est employée également dans les Pays-Bas44. Elle est déjà prônée dans l’ordonnance édictée pour le Brabant par Philippe le Bon en 1459. On en trouve des exemplaires à Namur en 1617 et à Louvain vers 174045.

  • 46 A.É.L., Fonds Ghysels, 30, farde 576. Cfr J. Daris, Notices, t. XIV, p. 20 et Th. Gobebt, op. cit. (...)
  • 47 Th. Gobert, op. cit., t. 1, p. 523.
  • 48 A. Gbisabd, Plan d'un Hôpital Général, pp. 16-17, Liège, 1787.
  • 49 E. Ennen, Wirtschaftsleben und Sozialstruktur Bonns, p. 135.
  • 50 H. See, La vie économique des classes sociales en France au XVIIIe siècle, pp. 49-67, Paris, 1924.
  • 51 P. Bonenfant, op. cit., p. 19.
  • 52 Μ. N. Jolivet, Description du pays et principalement de la ville de Liège, dans Bulletin du Cercle (...)

27Suite aux renseignements fournis par les curés, on évalue, en 1773, le nombre des mendiants liégeois à 1807, y compris 746 enfants « sauve erreur de calcule dans le dénombrement et des mandians qui se sont eclypsez, recelez et échappez à la vigilance de Mrs leurs curés dans le tems de leur visites »46. Cette enquête intervient après la crise de subsistance de 1772. Vers la même époque, Plompteux, préposé à l’État primaire, affirme : « Liège est peut-être la ville de l’univers où le plus grand nombre de fainéants et de mendiants font profession d’un état qu’on doit regarder comme la pépinière des fripons car, entre la façon d’importuner pour obtenir au coin d’une rue, il n’y a qu’une nuance de plus pour exiger de force sur les grands chemins ; qui ne réussit pas à l’un s’habitue aisément à l’autre »47. Quinze ans plus tard, Grisard estime le nombre des mendiants à trois mille. Ce nombre « quoique calqué sur une récapitulation mentale, peut être sans exagération effectif »48. La situation de Liège est à peine pire pourtant que celle d’autres villes étrangères. A Bonn, en 1808, on dénombre 120 mendiants pour moins de 10.000 habitans49. A Morlaix, dans le Finistère, en 1790, on compte 206 mendiants, non compris les enfants, pour une population de 13.352 âmes50. Le sort de Bruxelles ne paraît guère plus enviable puisqu’un dénombrement de 1783 établit à 1974, le nombre des mendiants adultes pour une population de 52.328 personnes, non compris les enfants51. Presque contemporain de Grisard, Jolivet, secrétaire du Ministre plénipotentiaire de France à Liège, brosse un tableau très noir de la mendicité dans la Cité de Liège. « Ce défaut, qui ailleurs excite l’intérêt et la pitié, révolte ici et est dégoutant. On devient dur en le voyant. Des êtres couverts de haillons et horribles à l’aspect vous assaillent ici de tous les côtés. Si la charité l’emporte et que vous soyez assez malheureux pour donner à un seul, vingt ou trente sortent dans le moment de dessous le pavé, sans qu’on puisse s’apercevoir d’où ils sortent et vous persécutent. Si vous ne leur donnez pas, ils vous accablent d’invectives dans leur jargon qu’heureusement on n’entend pas, ce qui sauve quelques coups de canne à ces impudents. Si vous voulez vous servir de l’un d’eux pour une commission, il vous répond froidement que non, qu’il gagnera davantage à rester à sa place. Tel est le monstre que produit le gouvernement ecclésiastique. Ici, on croit tout réparé en donnant quelques liards aux pauvres ou en faisant quelque pélérinage ou quelque neuvaine, dès lors un tas de fainéants inondent la ville. Comme ils peuvent se nourrir à peu de frais, très peu leur suffit et pourvu qu’ils ayent trouvé de quoi suffire à la journée, ils sont contents [...]. Les enfants du petit bourgeois ne peuvent pas voir passer une personne qu’ils croyent au-dessus d’eux sans l’attaquer et lui demander la charité [...]. On a pensé plusieurs fois de désarmer ce fléau. Quelques efforts que l’on ait faits [...] jamais on n’a pu y parvenir. J’ajouterais même qu’il ne sera possible de l’extirper qu’en changeant la forme de gouvernement »52.

  • 53 A.N.P., F 1c, III, Ourte 3, Bassenge aîné au Ministre de l’Intérieur, 20 nivôse an VI.

28La mendicité est donc, pour Jolivet, le produit d’un régime ecclésiastique qui croit tout résoudre en distribuant des aumônes à tort et à travers. Les autorités françaises, au début du XIXe siècle, lui emboîteront le pas en qualifiant ce fléau de « sacerdotal » et en considérant qu’il s’agit là d’un « spectacle commun aux pays gouvernés par les prêtres »53.

  • 54 Sur la prostitution à Liège, voir J. Stiennon, La prostitution à Liège sous l'Empire, dans Revue M (...)
  • 55 A.N.P., F 1c, III, Ourte 6, Bassenge au commissaire exécutif près l’administration municipale du c (...)

29Dès l’instauration du régime français, Bassenge aîné, commissaire du Directoire exécutif près de l’Administration Centrale du Département de l’Ourthe, dénonce également ce mal : « Nos places, nos rues sont couvertes de jeunes gens vigoureux se vautrant dans la crapule et l’oisiveté la plus condamnable, ne vivant que de l’infamie, faisant métier d’attendre et de conduire ceux qui se présentent dans les repères des prostituées multipliés ici de la manière la plus scandaleuse et la plus funeste [...]54 Les mesures pour Liège doivent être d’une nature particulière, comme ce canton est hors de la ligne commune des autres cantons du Département »55.

  • 56 Tableau statistique du Département de l’Ourthe, p. 23 et A.N.P., F 20, 237, Tableau statistique po (...)
  • 57 A.É.L., F.F., Préf., 590, le préfet au Ministre de l’Intérieur, 18 frimaire an XIV.
  • 58 A.É.L., F.F., Préf., 27 et 339, le préfet au Ministre de la Police, 4 frimaire an IX.

30Le préfet Desmousseaux explique comme suit cette prolifération de mendiants : « On cherche ce qui a pu faire naître et entretenir ce honteux penchant, on en trouve bientôt le germe dans le gouvernement ecclésiastique et l’aliment dans les aumônes aveugles du clergé qui, bien plus par calcul que par des motifs religieux, aimait à répandre des dons qui retenoient dans l’avilissement et dans sa dépendance une masse d’individus dévoués qu’ils pouvoient mouvoir à son gré [...] Les prêtres avoient tellement mis la mendicité en honneur qu’on prenoit à Liège le métier de mendiant comme on en auroit pris un autre »56. Le préfet va même jusqu’à qualifier les mendiants d’Ancien Régime de « milice des chanoines souverains »57. « Le nombre de ceux qui se livraient à ce honteux métier n’est pas déterminable. Indépendamment des mendiants qui n’en avaient pas d’autre, l’ouvrier quittait son travail pour solliciter le passant, le paysan abandonnait sa bêche pour poursuivre le voyageur, une question faite dans la rue à un homme du peuple devenait pour lui prétexte de réclamer la bienfaisance du questionneur »58.

  • 59 M.A.D.O., t. 3, p. 86.

31La Révolution n’a évidemment rien amélioré. Les riches corporations ecclésiastiques sont anéanties, les grands propriétaires ont fui outre-Rhin, les emprunts, les réquisitions, les contributions militaires, le passage des belligérants ont fait disparaître la prospérité. Les finances de la ville de Liège sont dans un état pitoyable. Le déficit s’élève à 118.900 francs et la dette arriérée à 171.073 francs59.

  • 60 A.É.L., F.F., Préf., 28, le préfet au Ministre de la Police, 16 pluviôse an X. Sur le banditisme d (...)
  • 61 P. Poullet, Quelques notes sur l’esprit public en Belgique pendant la domination française (1795-1 (...)
  • 62 A.É.L., F.F., Préf., 339, le préfet au maire, 28 ventôse an IX, 562 et B.C.V.L., Bienfaisance, an (...)

32Le tableau qu’offre le Département lorsque Desmousseaux s’installe à la préfecture n’est pas brillant. Dans un rapport au ministre de police, le préfet déclare : « Peu de contrées se sont plus vivement ressenti des effets de la révolution que la ville et le pays de Liège. La ruine du commerce, la dispersion des fabricans et des propriétaires avaient multiplié d’une manière effrayante le nombre des gens inoccupés et pauvres. Des essaims de mendians, des hordes de brigans infestoient les villes et les campagnes, les forêts nationales étoient dévastées, les propriétés particulières pillées, les vols étoient journaliers, les assassinats fréquents. On n’était en sureté nulle part. L’approche de l’hiver étoit surtout redoutable »60. La mendicité est devenue pratique si courante que « les personnes aisées ne rougissent pas de solliciter un secours dont elles n’ont pas besoin »61. En l’an IX, le préfet évalue le nombre des mendiants liégeois à près de 3.000 et celui des indigents à plus de 12.000. Le 28 ventôse an IX (19 mars 1801) il ordonne au maire de procéder à un recensement des mendiants de profession. Les listes ainsi confectionnées portent les noms de 440 individus qui se sont avoués « mendiants de profession » et renseignent leur domicile et leur qualité62. Il faut croire cependant que ces listes ne contiennent pas tous les mendiants de la ville. Ne se sont laissés recenser que ceux qui le voulaient bien. Certaines rues et impasses sont le refuge assuré de cette sorte d’indigents. Ainsi, en Bêche, on en compte quarante et rue Lulay des Fèbvres quarante-six. Les rues Sur la Fontaine, Pont d’Avroy, Saucy, Roture et derrière les Potiers sont également bien partagées puisqu’elles abritent de quinze à vingt-cinq mendiants chacune. On en trouve encore dispersés dans tous les quartiers de la ville mais Outre Meuse reste leur refuge de prédilection.

  • 63 A.É.L., F.F., Préf., 339.
  • 64 A.É.H., Bienfaisance, nv. régime, 1758, la Commission des secours au préfet, 21 mai 1806 et A.É.L. (...)

33Ce triste privilège n’est pas réservé à Liège, Spa souffre également du même mal. « On est assailli chaque fois que l’on sort de sa maison ou que l’on y entre mais encore, après leur avoir donné, on en est encore poursuivi dans les promenades et l’on craint de les parcourir pour les éviter »63. La ville de Huy n’échappe pas non plus à cette engeance. Des « mendiants sans nombre » y importunent les passants par leurs sollicitations64.

  • 65 A.É.L., F.F.,.Préf., 339, le préfet au maire, 13 vendémiaire an X.

34Comme la mendicité est interdite aux indigents valides, ils utilisent, pour se livrer à leurs activités, toutes sortes de subterfuges. « Les uns attendent la chute du jour pour sonner aux portes et solliciter des aumônes. Les autres continuent à errer dans les rues où ils ont l’habitude de s’établir et saisissent les instants où ils ne se croient pas surveillés pour importuner les passants. S’ils sont poursuivis, ils se prétendent des commissionnaires des maisons environnantes et trouvent dans ces maisons de bonnes âmes qui les accueillent et attestent qu’ils les emploient. D’autres enfin, se dissimulent sous les dehors du colporteur et rassemblent dans un panier quelques marchandises dont la valeur ne suffirait pas même à les faire exister pendant un jour »65.

  • 66 B.C.V.L., Bienfaisance, Arrêté du préfet, 11 nivôse an X et M.A.D.O., t. 1, pp. 344-345.
  • 67 A.É.L., F.F., Préf., 339, le préfet au maire de Liège, 13 vendémiaire an X.
  • 68 Ibidem, le préfet au maire, 22 ventôse an IX, F.F., Préf., 26 et 571, le maire au préfet, 26 germi (...)
  • 69 A.É.L., F.F., Préf., 339, le préfet au maire, 22 ventôse an IX.
  • 70 M.A.D.O., t. 1, pp. 79-80.
  • 71 M.A.D.O., t. 2, pp. 16 et 45.
  • 72 M.A.D.O., t. 2, pp. 63-64.

35La faculté de mendier accordée aux invalides au début du régime français est supprimée le 11 nivôse an X (1er janvier 1802)66. De nombreux abus justifient une telle décision. Des individus autorisés à mendier prêtaient ou louaient leur médaille pour quelques heures, moyennant rétribution, à d’autres individus valides67. Certains provoquaient par leur état la répulsion des passants ou choquaient leur pudeur. Ainsi, un mendiant atteint d’épilepsie parcourait les rues de Liège chargé d’un enfant « qui dans ses accès est tous les jours exposé à des chutes qui peuvent le faire périr »68. Un autre, frappé d’imbécilité « choque les yeux par la plus hideuse nudité »69. D’autres encore étalent sur la voie publique la démence, la cécité, les ulcères ou les mutilations les plus affreuses. Derrière le dégoût ou la pitié que suscite le mendiant, se profile la crainte des « classes dangereuses ». « Le mendiant valide qui essaie aujourd’hui de la plus basse adulation, sera demain ingrat, féroce peut-être si l’on cesse de favoriser ses flétrissantes habitudes [...] le vice étant très près du crime, l’ennemi du travail volera dès qu’on ne consentira plus à gratifier sa criminelle indolence »70. « Tous les procès qui nous ont mis sous la main des garotteurs ou des mendians valides et vagabonds, déclare un magistrat, nous ont donné la parfaite conviction que ces deux malheureuses classes d’hommes n’ont qu’une même origine et finissent par se confondre dans une même fin : ils débutent par la mendicité et terminent par le crime »71. « Ne l’oublions jamais, le mendiant qui s’est isolé de la société, qui a contracté l’habitude de l’abjection est continuellement exposé à des tentations violentes. Quelques uns y résistent mais que de crimes, que de malheurs sont sortis de la mendicité »72.

  • 73 A.É.L., F.F., Préf., 339, le préfet au maire-adjoint, 20 germinal an XIII, 19 mars 1807, 28 juin 1 (...)
  • 74 A.É.L., F.F., Préf., 339, le maire-adjoint au préfet, 27 avril 1807.
  • 75 A.É.L., F.F., Préf., 340, le Bureau central de bienfaisance au Comité de secours de Saint-Denis, 2 (...)
  • 76 A.É.L., F.F., Préf., 340, les marguilliers de Saint-Denis au préfet, 21 avril 1810.
  • 77 Bulletin municipal, pp. 48-49, arrêté des 26 et 27 septembre 1810 et A.É.L., F.F., Préf., 340.

36Toutes les mesures prises pour enrayer la mendicité sont, comme sous l’Ancien Régime, inopérantes. Chaque année, le préfet déplore la même situation. « La mendicité se reproduit dans la ville de Liège »73. En 1807, cinquante mendiants sont arrêtés en un mois74. Des enfants en nombre considérable importunent les fidèles dans les églises, notamment à Saint-Denis. Chaque jour « des jeunes gens qui ne portent que des haillons dégoutans » y sollicitent l’aumône dans le temple75 à tel point qu’il faut salarier un garde pour les écarter de l’église et de ses avenues76. D’autres se livrent en bande à des vols et à des rapines sur les places publiques, les promenades et les quais. Aussi pour mettre fin aux méfaits de ces « élèves brigands » et protéger les passants choqués par « des sales et grossières expressions, le langage du vice » et par la vue de ces corps « presque nus ou couverts de lambeaux », le préfet ordonne-t-il de les enfermer à la prison du palais jusqu’à ce qu’on leur ait trouvé du travail. Une fois sortis, on leur remet une carte de travail qui devra être produite à toute réquisition77.

  • 78 A.N.P., F 16, 1034, le préfet au Ministre de l’Intérieur, 26 septembre 1812.
  • 79 A.A.P.L., P.V.B.B., 24 septembre 1813.
  • 80 Bulletin municipal, pp. 60-61, arrêté du 16 juillet 1823 ; A.A.P.L., P.V.B.B., 30 juillet 1813 ; A (...)

37La situation s’aggrave encore, en 1812, lors de la crise industrielle. Le nombre des mendiants augmente chaque jour. « Non seulement les principales villes du Département en sont infectées mais ils circulent par bandes sur les chemins publics [...] partout les habitants et les passants en sont assaillis et il en est qui demandent avec insolence et osent quelquefois, lorsqu’ils sont refusés, joindre la menace à la demande ». Il est impossible de les incarcérer tous, faute de places et de fonds pour pourvoir à leur entretien78. Aussi, Micoud d’Umons doit-il se résoudre, comme l’avait déjà fait Desmousseaux, et, avant lui, Georges-Louis de Berghes, à accorder des autorisations provisoires de mendier aux invalides sans ressources. Les commissaires de police, de concert avec les comités de bienfaisance, doivent dresser un rôle nominatif, en triple exemplaire, de tous les mendiants invalides reconnus sans ressources. Ces derniers reçoivent un numéro d’ordre et une médaille en zinc portant le mot « bienfaisance » et leur numéro. Le Bureau central de bienfaisance fait graver deux cents médailles79. Le public est appelé à n’accorder l’aumône qu’à ces mendiants autorisés. Dans l’esprit des promoteurs, cette mesure n’est que provisoire et doit prendre fin avec l’établissement du Dépôt général de mendicité. En fait, elle durera jusqu’en 1825, date à laquelle un arrêté royal, publié à Liège le 13 décembre interdit de manière absolue la mendicité80.

38Parallèlement aux mesures prises pour enrayer la mendicité, les autorités s’occupent de réprimer le vagabondage. Sont considérés comme mendiants non-vagabonds « les femmes et les enfants au-dessous de seize ans, quel que soit le lieu de leur domicile, les infirmes et les sexagénaires hors d’état de travailler et les pauvres valides qui ne s’éloignent pas de l’arrondissement dans lequel ils sont domiciliés ». Sont assimilés aux vagabonds :

  1. « tous les mendiants valides étrangers à l’arrondissement de sous-préfecture dans lequel ils seront arrêtés ou qui seront sans domicile ;
  2. tous les mendiants valides qui seront arrêtés demandant l’aumône avec insolence ou qui seront flétris ;
  3. Ceux qui se diront faussement soldats ou qui seront porteurs de faux congés ;
  4. Ceux qui seront arrêtés contrefaisant les estropiés ou qui feindraient des maladies qu’ils n’auraient pas ;
  5. Ceux qui se seraient attroupés au-dessus du nombre de quatre, non compris les enfants au-dessous de seize ans, soit dans les villes, soit dans les campagnes ou qui seraient arrêtés, armés de pistolets, épées, bâtons ferrés ou autres armes ;
  6. Tous mendiants et quêteurs munis de fausses permissions et de faux certificats ou qui seront travestis ;
  7. les mendiants valides qui seront repris en récidive dans l’arrondissement dans lequel ils ont leur domicile ou dans tout autre arrondissement, ou qui se trouveront dans l’une des circonstances aggravantes déterminées par les dispositions qui précèdent ;
  8. les mendiants valides étrangers à l’Empire »81.
  • 82 Ibidem, pp. 99-101, extrait du Code pénal, 12 février 1810.

39Le Code pénal, dans ses articles 269 à 282, prévoit toute une série de peines d’emprisonnement, allant de trois mois à cinq ans pour les mendiants et les vagabonds pris en flagrant délit ou se livrant à cette pratique défendue avec circonstances aggravantes82.

  • 83 A.É.L., F.F., Préf., 339, le préfet au maire, 10 décembre 1806.
  • 84 A.N.P., F 1 C III Ourte, 6, le préfet au Ministre de l’Intérieur,. 2 juin 1806.
  • 85 A.É.L., F.F., Préf., 562, le maire au préfet, 16 juin 1808.
  • 86 A.N.P., F 16, 1034. État du nombre des individus occupés dans les fabriques et manufactures des di (...)

40Ainsi, tout au long du régime français, les autorités ont rencontré mendicité et vagabondage. Malgré tous les efforts déployés, elles n’ont pu en venir à bout. Après avoir accusé le gouvernement ecclésiastique d’avoir entretenu ce fléau avec complaisance, elles ont tendance à en imputer la responsabilité à la paresse, à la débauche et à l’ivrognerie de la classe laborieuse. Les ouvriers ne consacrent pas tout leur temps au travail. Ils s’occupent quelques jours par semaine, ne font pas des journées complètes, chôment d’anciennes fêtes et passent le reste du temps « dans les lieux où l’on donne à boire et à jouer et où ils dépensent une partie de ce qu’ils ont gagné »83. En fait, les responsables s’aveuglent sur les véritables causes de la mendicité. Quelques rares fois, pourtant, Micoud d’Umons avoue que Liège « a perdu une grande partie de son industrie [... que] le prix des denrées est doublé depuis cinq ans, [que] nulle part en France, il n’existe plusieurs milliers d’individus dans un état aussi affligeant »84. A cette situation économique désolante et propre au Département, vient s’ajouter l’insuffisance générale des ressources de la bienfaisance. Les mendiants qui recevaient auparavant trente centimes par jour ne reçoivent plus alors que trente ou soixante sous par mois parce que le nombre des bénéficiaires s’est multiplié. Ainsi, « en voulant soulager indistinctement tous les nécessiteux, on affaiblit tellement les secours que la mendicité doit nécessairement reparoître ». Comment peuvent subsister les vieillards, les estropiés et les aveugles avec une somme aussi minime ? Il ne leur reste que la mendicité85. Dans l’ensemble du Département, le nombre des mendiants s’élève à 4576 en 1808. L’arrondissement de Liège en abrite 57 %, celui de Malmédy 24 % et celui de Huy 19 %. Leur nombre s’est réduit dans les villes où la surveillance est effective, mais il s’est accru dans les communes rurales86. Dans les arrondissements de Liège et de Malmédy, ils forment plus du dixième de la population pauvre, par contre, dans l’arrondissement de Huy, ils ne représentent que 7 % des indigents.

  • 87 A.É.L., F.H., 2507, le gouverneur aux administrations municipales, 8 janvier 1823 et M.A.P.L., t.  (...)
  • 88 A.É.L., F.H., 801, 1-8 décembre 1816, rapports de police de Liège.
  • 89 A.É.L., F.H., 801, 9-31 mars 1817, rapports de police de Liège.
  • 90 A.É.L., F.H., 803, 1-15 juillet 1817, rapports de police de Verviers.

41Après l’instauration du régime hollandais, la situation ne s’améliore guère. La crise annonaire de 1816-1817 et la cherté des vivres qui en résulte amènent une recrudescence des mendiants87. A Liège, on en arrête un grand nombre provenant des communes rurales avoisinantes88. Les autorités prennent des mesures à l’encontre d’enfants « mendiant sur les portes et sous les fenêtres des grandes maisons, qui à l’aide d’une nudité révoltante et en poussant des pleurs continuelles et des gémissements fatigants excitent la compassion des passants pour obtenir l’aumône »89. Sur les grands routes, la situation est tout aussi préoccupante. Les mendiants se sont établis au bord de la route Theux-Spa dans des huttes et exposent les voyageurs à des accidents en surgissant devant les chevaux90.

42L’administration hollandaise distingue quatre espèces de mendiants :

  1. Ceux à qui « la première enfance ou l’extrême vieillesse, certaines maladies, des vices d’organisation, la perte accidentelle de quelque membre, refusent ou enlèvent les facultés de travail ».
  2. Les indigents valides qui « par des circonstances extraordinaires se trouvant privés momentanément de travail sont obligés d’implorer dans les rues, chemins et places publiques, la charité des passants, les secours des bureaux de bienfaisance étant insuffisants pour les sustenter ».
  3. Les mendiants « d’habitude et valides qui n’ayant jamais eu la volonté de travailler ont préféré chercher honteusement dans la mendicité leurs moyens d’existence ».
  4. Les mendiants étrangers à la province de Liège91.
  • 92 M.A.P.L., t. 15, pp. 43-44.
  • 93 Recueil des lois... concernant les établissements de bienfaisance, t. 1, pp. 130-131, 26 juin 1817 (...)

43On applique ainsi la vieille recette de la classification, selon le principe de Descartes. De cette façon, l’administration espère résorber le mal, partie par partie. Cette partition est déjà en usage sous l’Ancien Régime. Les artistes ambulants, tels les bateleurs, joueurs de gobelets, ménétriers, voltigeurs, ne sont pas assimilés aux mendiants mais ils font cependant l’objet d’une surveillance spéciale car« souvent l’exercice desdittes professions n’est qu’une manœuvre, un artifice qui sert de manteau au vagabondage, à des discordes, même à des crimes »92. Par contre, l’individu sans domicile fixe qui travaille occasionnellement chez un cultivateur et est employé passagèrement à des travaux publics est assimilé aux vagabonds « parce qu’il est vrai qu’il n’a d’autres moyens de subsistance que ceux que pourraient lui fournir un métier ou une profession et qu’il n’en exerce pas habituellement. Dès 1823, les mesures prises contre les mendiants et les vagabonds sont appliquées avec sévérité. Ainsi, alors que les années précédentes, la maréchaussée arrêtait au maximum trois mendiants par mois, de mars 1823 à septembre 1824, le nombre moyen d’arrestations mensuelles passe à huit ou neuf. Jusque là, les arrestations de mendiants et de vagabonds constituaient respectivement 6,46 et 3,3 % du nombre total des prises effectuées par la maréchaussée de Liège. Dès 1823, ces pourcentages passent respectivement à 3,57 pour les vagabonds et 42,60 % pour les mendiants93. Le nombre des arrestations pour toute la province s’élève à vingt-six. L’âge moyen est de cinquante-sept ans.

TABLEAU no 42. Age des mendiants arrêtés en novembre 1823

Ages

Nombre

Effectifs cumulés

10-19 ans

3

3

20-29 ans

3

30-39 ans

3

40-49 ans

1

4

50-59 ans

7

11

60-69 ans

5

16

70-79 ans

6

22

80-89 ans

4

26

Total

26

26

Source : A.R.A., B.Z.A.W., 1950, 4 décembre 1823.

  • 94 Voir tableau no 43.

44Plus de la moitié des personnes arrêtées sont au moins sexagénaires. Plus de 60 % d’entre elles sont originaires de Liège-ville et plus de 20 % proviennent de la proche banlieue94.

  • 95 Voir tableau no 44.

45A Liège, le nombre des mendiants invalides oscille, de 1826 à 1830, entre 187 et 268, atteignant son point culminant en 1827. Comme on peut s’y attendre, ce sont les comités d’Outre Meuse qui secourent le plus grand nombre de mendiants (de 38,75 à 45,52 % du total, selon les années). De même, les comités correspondants aux paroisses pauvres sous l’Ancien Régime, recensent encore des mendiants en grand nombre (Saint-Barthelemy, Sainte-Foy, Saint-Servais)95.

  • 96 Courrier de la Meuse, no 157, 4 juillet 1824, pp. 3 et 4, no 178, 29 juillet 1824, p. 4 et no 183, (...)

46En 1824, le Courrier de la Meuse, sans citer ses sources, évalue le nombre des mendiants dans la province de Liège à près de 17.000, répartis en 10.000 mendiants infirmes, 6.000 ouvriers manquant de travail, 900 mendiants valides et 100 vagabonds étrangers. Le journal en déduit que les établissements de charité manquent de ressources pour pourvoir à l’entretien de tous ces malheureux. Les enfermer n’est pas la panacée car « pour renfermer les mendians de notre province, il faudrait remplir toutes les maisons de détention et tous les dépôts de mendicité du royaume ». De plus, les communes doivent pourvoir à leur entretien. Or, ce sont les communes les plus pauvres qui abritent le plus grand nombre de mendiants. « Si les mendians étaient entretenus aux dépens de leurs communes, celles où se trouvent nos fabriques déjà frappées jusqu’au cœur, devraient porter une seconde fois la peine de leur désastre ; cela serait-il juste, cela serait-il possible ? ». Le journal s’interroge par ailleurs sur le droit qu’a l’État de priver de leur liberté et d’« entasser dans des lieux où les maladies exercent leurs ravages », des mendiants infirmes, des malheureux qui ne peuvent trouver de l’ouvrage. Il dénonce l’aspect inhumain d’un expédient qui consiste à séparer et disperser des familles entières. Le rôle exemplaire d’un tel procédé est nul. « La nécessité et la faim ne raisonnent pas ». En outre, de tels établissements sont incapables d’extirper la mendicité car pour réaliser cet exploit, « il ne faut pas simplement des maisons de répression et de détention, des prisons où le défaut de mouvement, de gaîté, d’air, de nourriture engendre des maladies ; on ne doit pas tuer les gens pour diminuer le nombre des mendians ». La cause de cette situation dramatique et, par là même, la solution sont ailleurs. Il faut trouver dans le déclin de l’industrie, la raison de prolifération des mendiants et des errants. Ainsi, à Verviers, le nombre des mendiants invalides s’élève à près de quatre mille et celui des ouvriers qui mendient faute de travail dépasse ce nombre. « En achetant aux étrangers les objets que notre pays fournit ou qu’il pourrait fournir en abondance, nous payons, affirme le journal, au moins pour la moitié, les salaires des ouvriers d’autres pays, nous en privons nos propres ouvriers et nous les réduisons à la misère et à la mendicité. C’est une vérité qu’Adam Smith et son école ne parviendront pas à obscurcir »96. Ainsi, le journal prône un retour au protectionnisme, un repliement de l’économie belgo-hollandaise sur ses propres ressources. C’est là une attitude fréquente en période de crise et qu’on retrouvera encore au XXe siècle. Pourtant, il faut admettre que seul le plein emploi et des salaires décents peuvent enrayer la mendicité. C’est ce qu’avait déjà compris le français Camus au début du siècle lorsqu’il écrit : « On a beaucoup écrit contre la mendicité, partout on s’est occupé des moyens de la détruire ; une bonne administration ne songe point à cela ; elle doit voir mieux et plus haut ; elle doit ôter le besoin de mendier ». Ni le régime français, ni le régime hollandais ne se sont attelés à cette tâche. Ils ont cru enrayer ce fléau par la création d’ateliers de charité, de Dépôts de mendicité et de colonies agricoles, ce n’étaient là que des palliatifs insuffisants et inefficaces.

TABLEAU 43. Arrestations opérées par la maréchaussée de Liège, de 1816 à 1824

TABLEAU 43. Arrestations opérées par la maréchaussée de Liège, de 1816 à 1824

TABLEAU no 43 (suite)

TABLEAU no 43 (suite)

A = arrestations
V = vagabonds
Μ = mendiants
Nombre moyen mensuel d’arrestations : 19,65
Nombre moyen mensuel d’arrestations de vagabonds : 1,07
Nombre moyen mensuel d’arrestations de mendiants : 3,35
 % d’arrestations de vagabonds : 5,45
 % d’arrestations de mendiants : 17,05
Source : A.É.L., F.H., 800.

TABLEAU no 44. Localisation des mendiants invalides liégeois

TABLEAU no 44. Localisation des mendiants invalides liégeois

Source : A.A.P.L., P.V.B.B., 14 juin 1826, 3 janvier 1827, 11 février 1829 et 23 janvier 1830.

Notes

1 Sur le parti qu’on peut tirer de tels témoignages, lire L. Chevalier, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du XIXe siècle, Paris, 1958.

2 F. G. Dreyfus, Sociétés et mentalités à Mayence dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, pp. 323 et 346. Sur 197 cas de pauvreté, il y a 84 veuves.

3 Voir tableaux nos 11 et 12.

4 Cfr pp. 339-346.

5 Cfr tableaux no 28 et 29 et graphique no 22.

6 Voir tableaux nos 30 et 31.

7 Voir tableau no 32.

8 Μ. N. Jolivet, Description du pays [...], dans Bulletin du Cercle hutois des Sciences et des Beaux-Arts, t. 11, 1897, p. 211.

9 Briatte, op. cit., pp. 263-264.

10 F. G. Dreyfus, op. cit., et J. P. Gutton, La Société et les pauvres L'exemple de la Généralité de Lyon, Paris, 1971.

11 C. De Geest, Les distributions aux pauvres assurées par la paroisse Sainte-Gudule à Bruxelles au XVe siècle, dans Annales de la Société belge d'histoire des hôpitaux, t. VII, 1969, p. 46.

12 Voir tableau nos 53, 65 et 66.

13 M. Garden, Lyon et les Lyonnais, p. 194.

14 Cfr Études sur l'histoire de la pauvreté, pp. 752-753.

15 Briatte, op. cit., pp. 78-79.

16 La répartition a été faite en adoptant les catégories établies par É. Hélin, Les codes socio-professionnels comme instruments d'analyse des populations antérieures à la révolution industrielle, dans Fédération archéologique et historique de Belgique. Annales du Congrès de Malines, 1970, t. 1, pp. 357-366, Malines, 1971. Cfr tableaux nos 34 à 36.

17 Au début du XIXe siècle, Micoud d’Umons assimile encore pauvre et ouvrier (A.N.P., F 20, 142).

18 É. Hélin, Les capitations liégeoises, p. 299.

19 Voir tableau no 37.

20 Une telle remarque vaut pour d’autres villes. Ainsi, à Lyon, J. P. Gutton, La société et les pauvres, l'exemple de la généralité de Lyon (1534-1789), Paris, 1971.

21 Voir tableau no 37.

22 Voir tableau no 39.

23 Voir tableaux nos 40 et 41.

24 Cfr R. Leboutte, De lakenfabriek Scheibler, Ronstorff, Rahlenbeck te Dalhem (1774-1890) : een voorbeeld van industrialisatie op het platteland, dans Studies over de sociaal-economische geschiedenis van Limburg, t. 24, 1979, pp. 24-82.

25 A.É.L., F.H., 2497, réponse de Beyne-Heusay à l’enquête de 1823.

26 A.É.L., F.F., Préf., 1852. Ainsi, en 1813, Jean Charles Moyen extrait du charbon de son jardin pour acheter du pain à sa femme et à ses enfants. A ce propos, voir N. Caulier-Marthy, La modernisation des charbonnages liégeois pendant la première moitié du xixe siècle, Liège, Paris, 1971, pp. 103-125 et P. Lebrun, M. Bruwier, J. Dhondt et G. Hansotte, Essai sur la révolution industrielle en Belgique, 1770-1847, Bruxelles, 1979, pp. 316-320.

27 Sur ce problème, voir G. Hansotte, La clouterie liégeoise et la question ouvrière au xviiie siècle, dans Anciens Pays et Assemblées d'États, t. LIV, 1972.

28 A.É.L., F.H., 2497, réponse de Fléron à l’enquête de 1823.

29 A.É.L., F.H., 2497, réponse de Dalhem à l’enquête de 1823.

30 A.É.L., F.H., 2502, réponse de Henri-Chapelle à l’enquête de 1823.

31 A.É.L., F.H., 2499, réponse de Warzée à l’enquête de 1823. Cette dernière remarque est surtout valable pour les commîmes agricoles. Cfr H. Carton de Wiart, La vie et les voyages d’un ouvrier foulon du pays de Verviers au xviiie siècle, Bruxelles, 1920.

32 Cfr F. Balace, L’armurerie liégeoise et la Guerre de Sécession, 1861-1865, Liège, 1978, p. 9, citant Falisse : « Comme les ouvriers monteurs et équipeurs ont besoin d’un temps assez long pour assembler 25 à 30 fusils, ils recourent forcément au crédit afin de pouvoir vivre dans l’entretemps. On sait combien cela est onéreux pour l’ouvrier. Lorsqu’ils reçoivent leur salaire, il arrive parfois qu’en se voyant une somme assez ronde, ils oublient les crédits faits et y font une brèche pour payer des libations répétées. S’il s’agit d’un nouveau modèle, les choses se passent bien autrement ; l’ouvrier est souvent obligé de recommencer son travail cinq ou six fois avant d’avoir atteint le but et même lorsqu’il a fait un modèle convenable, et qu’il opère sur une quantité, il y a souvent des différences tellement marquées qu’une partie notable est rebutée, perte que l’ouvrier doit subir. De là provient cette plaie de paupérisme qui ronge la classe des monteurs et équipeurs à de rares exceptions près ». Il s’agit d’un témoignage postérieur mais les choses n’avaient guère dû changer en 50 ans.
A propos des botteresses : M. Ponthir, Les « botresses » de Montegnée aux XVIIIe et XIXe siècles, dans Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, t. 6, nos 71-72 1953, pp. 355-372.

33 Cfr J. P. Gutton, op. cit., pp. 9-10 et H. See, Statistique des pauvres de Rennes, pp. 474-476. La précarité de la subsistance est donc bien constatée et ailleurs qu’à Liège.

34 Sur la formation du capital à Liège et à Verviers, voir P. Lebbun, L'industrie de la laine..., pp. 371-384 et P. Lebrun, M. Bbuwieb, J. Dhondt et G. Hansotte, Essai sur la révolution industrielle en Belgique, 1770-1847, Bruxelles, 1979, pp. 187-219.

35 A.É.L., F.H., 2488, 4 juillet 1818.

36 E. Poullet, Les constitutions nationales belges de l'Ancien Régime à l'époque de l'invasion française de 1794, Bruxelles, s.d., p. 212 et Idem, Essai sur l'histoire du droit criminel dans l’ancienne Principauté de Liège, Bruxelles, 1874, pp. 659-661.

37 F. Braudel, op. cit., p. 131.

38 Voir R.O.P.L., 1re série, 2e série, t. 1, 2 et 3 et 3e série, t. 1.

39 L. Dechesne, op. cit., graphique : conjonctures économiques au xviiie siècle.

40 A.É.L., Conseil Privé. Protocoles, 69, 2 janvier 1740, Placards imprimés, 4 janvier 1740, 001799 A et R.O.P.L., 3e série, t. 1, pp. 737-738. Voir à ce propos É. Hélin, La disette et le recensement de 1740, dans A.H.L., t. 6, pp. 441-477, Liège, 1959.

41 H. Van Houtte, Les occupations étrangères en Belgique sous l’Ancien Régime, t. 1, pp. 521-523, Gand, Paris, 1930.

42 Voir N. Haesenne-Peremans, Mendicité et répression dans la Principauté de Liège à la fin de l'Ancien Régime, dans V.L., no 209, 1980, pp. 493-501.

43 R.O.P.L., 2e série, t. 3, p. 97.

44 P. Bonenfant, op. cit., p. 84 et E. Dillis, Plaques de mendiants d’Anvers, dans Revue belge de Numismatique, t. LXXXI, 1929, pp. 33-52.

45 R. Hankart, Mendiants et vagabonds dans la Principauté de Liège aux xviie et xviiie siècles, dans V.L., 1955, pp. 500-510.

46 A.É.L., Fonds Ghysels, 30, farde 576. Cfr J. Daris, Notices, t. XIV, p. 20 et Th. Gobebt, op. cit., p. 504.

47 Th. Gobert, op. cit., t. 1, p. 523.

48 A. Gbisabd, Plan d'un Hôpital Général, pp. 16-17, Liège, 1787.

49 E. Ennen, Wirtschaftsleben und Sozialstruktur Bonns, p. 135.

50 H. See, La vie économique des classes sociales en France au XVIIIe siècle, pp. 49-67, Paris, 1924.

51 P. Bonenfant, op. cit., p. 19.

52 Μ. N. Jolivet, Description du pays et principalement de la ville de Liège, dans Bulletin du Cercle hutois des Sciences et Beaux-Arts, t. XI, pp. 219-220, 1897.

53 A.N.P., F 1c, III, Ourte 3, Bassenge aîné au Ministre de l’Intérieur, 20 nivôse an VI.

54 Sur la prostitution à Liège, voir J. Stiennon, La prostitution à Liège sous l'Empire, dans Revue Médicale de Liège, t. 6, no 24, pp. 827-841, 1951.

55 A.N.P., F 1c, III, Ourte 6, Bassenge au commissaire exécutif près l’administration municipale du canton de Liège, 17 floréal an VI.

56 Tableau statistique du Département de l’Ourthe, p. 23 et A.N.P., F 20, 237, Tableau statistique pour Van IX. Cette opinion est partagée par le préfet du département de Jemappes qui attribue la mendicité aux « habitudes invétérées, nées de la bienfaisance mal entendue et des secours indistinctement accordés par les anciens établissements supprimés ». Cfr A. Lacroix, Recherches sur le paupérisme et la bienfaisance publique en Hainaut (XVIIIe- XIXe siècle), Mons, 1850, p. 32.

57 A.É.L., F.F., Préf., 590, le préfet au Ministre de l’Intérieur, 18 frimaire an XIV.

58 A.É.L., F.F., Préf., 27 et 339, le préfet au Ministre de la Police, 4 frimaire an IX.

59 M.A.D.O., t. 3, p. 86.

60 A.É.L., F.F., Préf., 28, le préfet au Ministre de la Police, 16 pluviôse an X. Sur le banditisme dans le Département de l’Ourthe, voir J. Wauters, Les inculpés de crimes jugés par les tribunaux liégeois, 1798-1829, Liège, Mémoire, année académique 1975-1976.

61 P. Poullet, Quelques notes sur l’esprit public en Belgique pendant la domination française (1795-1814), Gand, 1896, p. 48.

62 A.É.L., F.F., Préf., 339, le préfet au maire, 28 ventôse an IX, 562 et B.C.V.L., Bienfaisance, an IX, 24, 16 floréal an IX.

63 A.É.L., F.F., Préf., 339.

64 A.É.H., Bienfaisance, nv. régime, 1758, la Commission des secours au préfet, 21 mai 1806 et A.É.L., F.F., Préf., 339, 11 mai 1808.

65 A.É.L., F.F.,.Préf., 339, le préfet au maire, 13 vendémiaire an X.

66 B.C.V.L., Bienfaisance, Arrêté du préfet, 11 nivôse an X et M.A.D.O., t. 1, pp. 344-345.

67 A.É.L., F.F., Préf., 339, le préfet au maire de Liège, 13 vendémiaire an X.

68 Ibidem, le préfet au maire, 22 ventôse an IX, F.F., Préf., 26 et 571, le maire au préfet, 26 germinal an IX.

69 A.É.L., F.F., Préf., 339, le préfet au maire, 22 ventôse an IX.

70 M.A.D.O., t. 1, pp. 79-80.

71 M.A.D.O., t. 2, pp. 16 et 45.

72 M.A.D.O., t. 2, pp. 63-64.

73 A.É.L., F.F., Préf., 339, le préfet au maire-adjoint, 20 germinal an XIII, 19 mars 1807, 28 juin 1808 ; F.F., Préf., 562, le maire au préfet, 16 juin 1808 et A.N.P., F 16, 1034, le préfet au Ministre de l’Intérieur, 26 septembre 1812.

74 A.É.L., F.F., Préf., 339, le maire-adjoint au préfet, 27 avril 1807.

75 A.É.L., F.F., Préf., 340, le Bureau central de bienfaisance au Comité de secours de Saint-Denis, 23 février 1810.

76 A.É.L., F.F., Préf., 340, les marguilliers de Saint-Denis au préfet, 21 avril 1810.

77 Bulletin municipal, pp. 48-49, arrêté des 26 et 27 septembre 1810 et A.É.L., F.F., Préf., 340.

78 A.N.P., F 16, 1034, le préfet au Ministre de l’Intérieur, 26 septembre 1812.

79 A.A.P.L., P.V.B.B., 24 septembre 1813.

80 Bulletin municipal, pp. 60-61, arrêté du 16 juillet 1823 ; A.A.P.L., P.V.B.B., 30 juillet 1813 ; A.A.P.L., Registre aux délibérations du Bureau de bienfaisance, 16 juillet 1813 et Mémorial de la ville de Liège, p. 245.

81 Recueil des lois, décrets, arrêtés, règlements et circulaires concernant les établissements de bienfaisance, t. 1, Bruxelles, 1871, pp. 81-88, 19 décembre 1808.

82 Ibidem, pp. 99-101, extrait du Code pénal, 12 février 1810.

83 A.É.L., F.F., Préf., 339, le préfet au maire, 10 décembre 1806.

84 A.N.P., F 1 C III Ourte, 6, le préfet au Ministre de l’Intérieur,. 2 juin 1806.

85 A.É.L., F.F., Préf., 562, le maire au préfet, 16 juin 1808.

86 A.N.P., F 16, 1034. État du nombre des individus occupés dans les fabriques et manufactures des diverses communes du Département de l’Ourthe, 10 août 1808.

87 A.É.L., F.H., 2507, le gouverneur aux administrations municipales, 8 janvier 1823 et M.A.P.L., t. 9, p. 183.

88 A.É.L., F.H., 801, 1-8 décembre 1816, rapports de police de Liège.

89 A.É.L., F.H., 801, 9-31 mars 1817, rapports de police de Liège.

90 A.É.L., F.H., 803, 1-15 juillet 1817, rapports de police de Verviers.

91 A.É.L., F.H., 2507, le gouverneur aux administrations municipales, 8 janvier 1823 et M.A.P.L., t. 9, p. 183.

92 M.A.P.L., t. 15, pp. 43-44.

93 Recueil des lois... concernant les établissements de bienfaisance, t. 1, pp. 130-131, 26 juin 1817. Voir tableau no 42.

94 Voir tableau no 43.

95 Voir tableau no 44.

96 Courrier de la Meuse, no 157, 4 juillet 1824, pp. 3 et 4, no 178, 29 juillet 1824, p. 4 et no 183, 4 août 1824, pp. 3 et 4.
La situation ne s’améliore pas tout au long du XIXe siècle. Cfr J. Brose, Histoire de la police liégeoise de 1795 à nos jours, Huy, s.d., pp. 211-220.

Table des illustrations

Titre TABLEAU no 29. Indigents répartis selon le sexe dans l'arrondissement de Liège, en 1816 (a)
Légende (a) Les chiffres manquent pour le canton de Louveigné.Source : A.É.L., F.H., 2477. Pour les chiffres absolus, voir tableau no 19, p. 230.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6802/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre GRAPHIQUE no 22. Indigents de l’arrondissement de Liège répartis selon le sexe en 1816
Légende Légende : a = pourcentage d’indigentsb = pourcentage d’indigents secourusSource : A.E.L., F.H., 2477
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6802/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre TABLEAU no 30. Les indigents de la province de Liège répartis selon le sexe d'après l'enquête de 1818 (en pourcentage)
Légende Source : A.É.L., F.H., 2489 à 2492.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6802/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Titre TABLEAU no 31. Statut socio-professionnel des indigents dans le département de l'Ourthe en 1813
Légende (a) Platineur dans le canton de Dalhem ; (b) couvreur en paille dans le canton de Seraing ; (c) y compris un bourrelier dans le canton d’AvennesCommunes intervenant dans les comptages des cantons deDalhem : Berneau, Mortroux, Dalhem, Bombaye, Cheratte.Fléron : Beyne, Mélen.Herve : Charneux, Thimister, Battice, Herve.Hollogne : Crisnée, Villers l’Évêque, Velroux, Hognoul.Seraing : Ougrée, Plainevaux, Ramet, Tilff.Waremme : Pousset.Aubel : Clermont, Aubel.Spa : Lambermont, Wegnez, Ensival, Sart, Manaihant.Avennes : Tourinne, Wasseige, Villers le Peuplier, Meeffe, Lens St-Servais,Hannut, Lens St-Remy, Ambresin, Burdinne, Avin, Poucet,Ville en Hesbaye, Abolens, Merdorp, Crehen.Huy : Strée.Nandrin : Ouffet, Hamoir.Sources : A.É.L., F.F., Préf., 1603 à 1680 et F.H., 300, F.F., n.cl.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6802/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 549k
Titre TABLEAU no 32. Statut socio-professionnel des indigents dans l’arrondissement de Liège en 1821
Légende Communes intervenant dans le comptage des cantons deDalhem : Mortroux, Berneau, Cheratte, Mortier, Dalhem, Trembleur, Richelle, St-Remy, Bolland, Wandre, Mouland, St-André.Fléron : Bellaire.Hollogne : Odeur, Velroux, Crisnée, Villers l’Évêque, Jeneffe, Fize-le-Marsal, Roloux, Thys, Hollogne, Flémalle-Grande.Liège : Angleur, Jupille.Seraing : Plainevaux, Ramet, Seraing.Source : A.É.L., F.H., 2707, 2726, 2741, 2749, 2756.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6802/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 450k
Titre TABLEAU no 33. Statut socio-professionnel des indigents hutois scourus dans le premier tiers du XIXe siècle
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6802/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 395k
Titre TABLEAU no 33 (suite)
Légende Source : A.É.H., Bienfaisance, nv. régime, 1488.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6802/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre TABLEAU no 34. Statut socio-professionnel des indigents liégeois en 1689
Légende (a) Y compris 2 soyeurs.Source : A.É.L., États, 84.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6802/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 570k
Titre TABLEAU no 34 (suite)
Légende b) y compris les 7 fruitiers, 1 vendeuse de gaufres, 1 vendeuse d’herbes, 1 poissonnier et 1 vendeur de gazettes.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6802/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 498k
Titre TABLEAU no 35. Statut socio-professionnel des indigents liégeois d’après la capitation de 1736
Légende (a) Y compris 1 faiseuse de bouquettes.Source : A.É.L., États, 85, 86, 87
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6802/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 481k
Titre TABLEAU no 35 (suite)
Légende (b) y compris 1 lingère ; (c) y compris 12 fruitiers, 2 verduriers, 1 harengère, 1 poissonnier, 1 vendeuse de volaille.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6802/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 553k
Titre TABLEAU no 35 (suite)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6802/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 527k
Titre TABLEAU no 36. Statut socio-professionnel des indigents liégeois d'après la capitation de 1791
Légende Source : A.É.L., États, 89-93.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6802/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 703k
Titre TABLEAU no 36 (suite)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6802/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre TABLEAU no 38. Statut socio-professionnel des indigents hutois en 1762
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6802/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre TABLEAU no 38 (suite)
Légende Source : A.É.H., Cures, Huy St-Hilaire, 3 ; St-Mengold, 12 ; Ville de Huy 463.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6802/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Titre TABLEAU no 39. Professions et statuts des pauvres en Hesbaye (en 1762-1763)
Légende Source : A.É.L., États, 96 à 102.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6802/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 570k
Titre TABLEAU no 40. Répartition socio-professionnelle des indigents dans les communes de la province de Liège en 1821
Légende Légende : x/yx = nombre de communes du canton où la profession concernée est exercée par des indigents;y = nombre de communes du canton pour lesquelles nous disposons de renseignements ;(a) Tous ces chiffres doivent être rapportés à l’ensemble des communes soit 169.Source : A.É.L., F.H., 2495-2504.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6802/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 407k
Titre TABLEAU no 40 (suite)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6802/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 390k
Titre TABLEAU no 40 (suite)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6802/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 358k
Titre TABLEAU no 41. Répartition des pauvres de la province par grands secteurs professionnels en 1821
Légende Légende : Voir tableau no 40
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6802/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 357k
Titre TABLEAU 43. Arrestations opérées par la maréchaussée de Liège, de 1816 à 1824
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6802/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre TABLEAU no 43 (suite)
Légende A = arrestationsV = vagabondsΜ = mendiantsNombre moyen mensuel d’arrestations : 19,65Nombre moyen mensuel d’arrestations de vagabonds : 1,07Nombre moyen mensuel d’arrestations de mendiants : 3,35 % d’arrestations de vagabonds : 5,45 % d’arrestations de mendiants : 17,05Source : A.É.L., F.H., 800.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6802/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Titre TABLEAU no 44. Localisation des mendiants invalides liégeois
Légende Source : A.A.P.L., P.V.B.B., 14 juin 1826, 3 janvier 1827, 11 février 1829 et 23 janvier 1830.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6802/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 170k

© Presses universitaires de Liège, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search