Version classiqueVersion mobile

La pauvreté dans la région liégeoise à l’aube de la révolution industrielle

 | 
Nicole Haesenne-Peremans

Deuxième partie. Les pauvres, exclus de la société ?

Chapitre V. Une constante : l’importance de la misère

Texte intégral

A. — Sous l’Ancien Régime : les sources fiscales

  • 1 F. Furet, Structures sociales parisiennes au XVIIIe siècle, l'apport d'une série « fiscale », dans (...)
  • 2 F. Furet, op. cit., p. 951.

1Les historiens ont plus d’une fois mis en relief le rôle important que jouent les sources fiscales en vue d’une meilleure connaissance des sociétés anciennes, qu’il s’agisse d’appréhender les structures sociales ou de mesurer la richesse1. Ainsi, la capitation permet de mieux cerner une partie de la population qui, par son « inexistence sociale »2, échappe souvent aux investigations.

  • 3 É. Hélin, Les capitations liégeoises. Recherches sur la fiscalité des États de la Principauté de Li (...)

2« La capitation est un impôt direct et personnel levé sur chaque individu en tant que tel »3. A l’époque moderne, un grand nombre d’États et de villes ont recours à ce genre de cotisation mais il garde souvent un caractère exceptionnel. C’est notamment le cas des capitations levées dans la Principauté de Liège. La première du genre fut perçue en 1649, à la restauration de Ferdinand de Bavière. D’autres furent levées en 1650, en 1652 et en 1677. Mais les premiers rôles, c’est-à-dire les premières listes de contribuables conservées datent de 1674. Par la suite, la capitation fut encore votée à Liège en 1684, 1689, 1736, 1762 et 1791.

1. La capitation à Liège

  • 4 Une telle démarche n’est pas toujours possible. Ainsi, à Lille, les rôles de la capitation de 1787 (...)

3Nous avons retenu celles de 1689, 1736 et 1791 parce que ce sont les seules qui fournissent, dans un nombre important de paroisses, des indications sur l’éventuelle indigence des contribuables4.

  • 5 É. Hélin, Les capitations liégeoises, p. 246.
  • 6 Il manque Sainte-Ursule, Saint-Gangulphe, La Madeleine, Saint-Severin, Saint-Michel, Saint-Hubert, (...)

4En 1689, les nécessités de la guerre contre la France forcent les États à voter une taxe personnelle pour amortir l’emprunt de deux cent mille écus négocié à La Haye. La perception de l’impôt ne se fait pas sans mal. Des « attroupements de femmes et de filles » sont interdits par le Prince. Les défaillants sont menacés d’une amende de 3 florins d’or. Les sommes à payer varient de soixante florins à cinq sous selon l’état de fortune du contribuable. Les barêmes des capitations se trouvent intégrés dans les mandements exécutoires et sont toujours publiés simultanément. La capitation étant un impôt personnel, les veuves et les épouses sont tenues de l’acquitter. Quant aux enfants, le fisc les ignore tant qu’ils n’ont pas atteint l’âge de 15 ans. Il se trouve également des gens trop pauvres pour payer quoi que ce soit. Ceux-là sont exemptés. Il s’agit là d’une règle générale qui est encore d’usage au XVIIIe siècle. Le mandement du 16 octobre 1649 stipule déjà que « tous pauvres mendians, reconnus notoirement pour tels, seront libres de ladite capitation, se devront néanmoins dénommer dans ladite rolle »5. En 1689, les recenseurs ont apposé une lettre P après le nom de chaque individu exempté pour indigence. Dix-huit listes sont parvenues jusqu’à nous. Il manque quatre paroisses de la ville basse, trois paroisses de la ville haute, toutes les paroisses de l'Ile et quatre paroisses des faubourgs6.

5Les renseignements fournis par la capitation de 1689 sont bien fragmentaires si on les compare à ceux que donneront les listes de 1736 et 1791. Seuls les contribuables sont dénombrés ; aucune précision n’est apportée sur la composition et l’importance de leurs familles. Dans les grosses paroisses, un certain nombre de personnes sont exemptées de l’impôt, sans que le collecteur ait apposé le P[auvre] justificatif. Or, les professions qu’elles exercent ne les mettent pas dans le cas de bénéficier d’une exonération à moins d’être indigentes. Ce ne sont, en effet, ni des soldats ni des membres du clergé et elles ne figurent pas non plus sur les listes de défaillants.

  • 7 A.É.L., États, 85-86-87. Il s’agit des paroisses de Saint-Gangulphe, Saint-Georges, Saint-Servais, (...)

6En 1736, à nouveau, la guerre s’est rallumée entre la France et l’Empire. La contribution de guerre pèse lourdement sur la Principauté. Pour y faire face, les députés du Tiers proposent la levée d’une capitation semblable à celles du XVIIe siècle. Le 9 mars 1736, le Prince promulgue le mandement exécutoire et, le même jour, il ordonne aux curés de dresser en triple exemplaire les listes de leurs paroisses. Aucun rôle original n’a été conservé. Les listes ont été recopiées au greffe des États et reliées en cinq registres. Ce sont trois de ces registres contenant les listes de 19 des 33 paroisses de la ville qui sont parvenus jusqu’à nous. Il manque trois paroisses de la ville basse, deux paroisses de la ville haute, deux paroisses de l’Ile, une paroisse d’Outre-Meuse et quatre paroisses des faubourgs7.

7Pourquoi confier au curé la tâche de confection des rôles ? Sous l’Ancien Régime, le recours au clergé comme auxiliaire des pouvoirs laïcs est largement répandu en Occident et à Liège en particulier. Aux yeux de tous, le curé est la personne la mieux susceptible de connaître les noms, domicile, profession et fortune de ses paroissiens. Ainsi, les autorités liégeoises ont eu le souci de confier la rédaction des listes à des hommes qui étaient à même de connaître les habitants du quartier puisqu’eux-mêmes y étaient domiciliés. Cependant, toute médaille a son revers : les listes dépendent de l’intelligence, de l’esprit de méthode et du zèle des curés qui les ont rédigées.

  • 8 A.É.L., États, 86.
  • 9 A.É.L., États, 86.

8Aussi les rôles se présentent-ils de manières très diverses et fournissent-ils des renseignements démographiques et sociologiques à différents degrés de précision. Ainsi, à Saint-Nicolas Outre-Meuse, le métier des pauvres est rarement inscrit8, à Saint-Martin en Ile, la séparation des maisons manque en Lulay9, quartier pauvre entre tous.

9Comme lors des capitations précédentes, les pauvres sont exonérés. Les Conditions pour la levée de 1736 précisent qu’il s’agit « des pauvres mendians de porte à porte » mais cette expression a été prise dans un sens plus large par les membres du clergé paroissial qui, souvent, ont appliqué l’exemption à l’ensemble de la population indigente. Les curés, estimant connaître parfaitement les pauvres de leur paroisse, indiquaient tantôt qu’un tel leur paraissait mériter l’indulgence tout en n’étant point mendiant, tantôt, ils omettaient purement et simplement ceux qu’ils jugeaient insolvables. D’autres, notamment celui de Saint-Jean-Baptiste, ont noté avec une grande précision tous les renseignements utiles, entre autres la profession de leurs paroissiens, quel que soit leur état de fortune. Ce manque d’homogénéité rend malaisé une évaluation rigoureuse.

10Grâce à la capitation de 1736, il est possible de reconstituer la composition des familles indigentes, l’état matrimonial des individus qui les composent, la localisation topographique de l’indigence dans la ville et sa concentration maison par maison.

  • 10 A.É.L., États, 88-89.

11Les renseignements fournis par les listes conservées suite à la capitation de 1762 sont trop fragmentaires, en ce qui concerne l’indigence, pour pouvoir en tirer des conlusions générales. Seules les listes des paroisses de Saint-Pholien, de Saint-Remacle au Pont et de Sainte-Foy contiennent des précisions intéressantes sur l’état éventuel d’indigence des habitants10.

  • 11 Sainte-Gertrude, Saint-Nicolas Outre-Meuse et Saint-Remy.
  • 12 Saint-Adalbert, Sainte-Aldegonde, Sainte-Catherine, Saint-Christophe, Sainte-Foy, Saint-Georges, Sa (...)
  • 13 Saint-Clément, Saint-Hubert, Saint-Nicolas aux Mouches, Saint-Severin.

12En fait, la capitation de 1791 est la plus instructive parce qu’elle est la plus complète : 27 listes sur 32 sont parvenues jusqu’à nous. Trois d’entre elles sont anonymes11, dix-neuf portent la signature du curé12, quatre sont signées uniquement par un membre du Conseil Privé13.

  • 14 É. Hélin. Les capitations liégeoises, p. 314.

13Lorsque Hoensbroeck rentre à Liège en 1791, le trésor est vide. Or il faut assurer l’entretien des troupes autrichiennes et allemandes, acquitter la dette contractée à l’égard des puissances exécutrices et indemniser certaines victimes des journées révolutionnaires. Une Jointe préconise alors, entre autres, le vote d’une capitation plus lourde que celle établie en 1762. Cet impôt présente toutefois des inconvénients. Il passe pour défavorable aux citadins et son produit « ne peut guère s’estimer avec justesse, même par approximation »14.

  • 15 Ibidem, pp. 303-311.

14En 1791, les barêmes des capitations sont exprimés en écus et en sous et varient de 25 écus pour les hauts dignitaires du Chapitre à 5 sous pour les filles sans profession15. La différence extrême va donc de 1 à 400. Alors que les veuves doivent l’entièreté de la taxe qu’aurait payée leur défunt mari, les femmes mariées ont à verser la moitié seulement de la contribution de leur époux. Comme dans les capitations précédentes, les enfants de moins de 15 ans ne sont pas recensés.

  • 16 A.É.L., États, 92. fo 106 et fo 102. Ce procédé de jalonner les relevés de repères topographiques é (...)
  • 17 A.É.L., États, 93, fo 159-172.
  • 18 A.É.L., États, 89, fo 199-210, 222-235 et 185-192.
  • 19 A.É.L., États, 93, fo 72.

15Comme lors des levées précédentes, la qualité des listes diffère d’une paroisse à l’autre et les repères topographiques sont plus ou moins précis16. A Sainte-Walburge, le métier des pauvres n’est pas inscrit17, à Saint-Nicolas Outre-Meuse, des centaines d’individus sont simplement mentionnés comme étant pauvres sans précision de nom, ni de métier18. A Saint-Séverin, le recenseur avertit de ce que « tous les noms dont l’état n’est pas dénoncé, ce sont des pauvres ouvriers sans ouvrage, des bottresses, etc. »19. Aussi un relevé complet des professions exercées par les pauvres est-il impossible.

16Malgré les insuffisances et les lacunes dénoncées plus haut, il est possible de dresser une échelle sociale qui repose non sur la considération et le prestige mais sur les revenus et de préciser la condition matérielle plus ou moins favorable des gens que le barême rassemble indistinctement sous l’intitulé « ouvriers et artisans ». Ainsi, il semblerait que le maréchal-ferrant vive mieux qu’un maçon ou un menuisier, qu’eux-mêmes connaissent un sort plus enviable qu’un couturier, un tisserand ou un fileur, qu’être portefaix ou brodeuse à cette époque signifie une fois sur cinq être réduit à la misère.

17Comme les recenseurs apprécient souvent l'insolvabilité des contribuables, on peut, avec des succès divers selon la qualité de la liste, évaluer le nombre des indigents résidant dans les différentes paroisses liégeoises.

  • 20 Voir tableau no 1.
  • 21 Le cas s’observe à Saint-André, Sainte-Catherine, Saint-Georges, Saint-Pholien, Saint-Servais.

18En 1689, le nombre des chefs de ménages réputés pauvres s’élève à près de 1/6 de l’ensemble des contribuables. Le sous-enregistrement des pauvres est toutefois notoire dans les paroisses d’Outre-Meuse. Ainsi, si l’on ajoute au nombre des individus réputés pauvres, celui des exempts sans raison apparente, on passe, dans la paroisse Saint-Nicolas Outre-Meuse, de 119 à 485 individus et à un pourcentage d’indigents de 22, beaucoup plus vraisemblable. La remarque vaut pour d’autres paroisses20. A Saint-Thomas, le pourcentage des présumés indigents passe de 18 à 29. Une telle correction se justifie d’ailleurs car alors qu’en Nassarue (35 contribuables), le recenseur précise que presque tous les habitants sont pauvres, il n’attribue une lettre P qu’à sept d’entre eux mais en exempte quinze, trois autres sont soldats, donc échappent à la capitation. Le reste de la rue est taxé à 1, 2 ou 4 florins. Pour l’ensemble des listes conservées, on atteint ainsi un pourcentage d’indigents plus élevé : près du quart des contribuables recensés en 1689 sont incapables de payer la capitation. Parmi les exempts, on trouve nombre d’ouvriers et ouvrières dont la contribution fixée au départ à 1, 2, 4, 5 ou 6 florins a été supprimée. Il s’agit souvent de fileuses, de dentellières, de botteresses, de savetiers, de chapeliers, de drapiers, de cordonniers, de porteurs au sac, de fossoyeurs, de fileurs21.

  • 22 É. Hélin, La taille des ménages avant la révolution industrielle. Le cas de Liège en 1801, dans Rec (...)

19En 1736, le nombre des adultes indigents s’élève à 3989 sur près de 25.000, chiffre obtenu après comptage des personnes réputées pauvres, « vivant de la charité », « recueillies par charité », « ayant peine à vivre » ou mendiantes. En 1791, il est de 5264. Pour certaines paroisses, notamment à Saint-Nicolas Outre-Meuse, il a été nécessaire, en 1791, d’évaluer un nombre moyen de pauvres par maison, pour pallier la négligence du recenseur qui indiquait seulement que tous les habitants d’une maison étaient pauvres. Nous avons choisi le chiffre 4 parce qu’il représente la taille moyenne d’un ménage avant la révolution industrielle22.

TABLEAU no 1. Concentration des pauvres dans 18 paroisses en 1689

TABLEAU no 1. Concentration des pauvres dans 18 paroisses en 1689

Source : A.É.L., États, 84.
(a) É. HÉLIN, La population des paroisses liégeoises aux XVIIe et XVIIIe siècles, Liège, 1959.

  • 23 É. Hélin, Les capitations liégeoises, pp. 298-299.

20Il faut admettre toutefois que « les chiffres recueillis à l’aide des capitations restent en deçà de la réalité [...] Quantité de données numériques obtenues [...] ne sont que des minima. Il faudra sans cesse s’efforcer de les rectifier »23. Ces considérations sont d’autant plus pertinentes que les recenseurs n’ont aucun intérêt à déclarer indigente une personne qui ne le serait pas. Bien au contraire, il est à peu près certain qu’il faut, pour obtenir le chiffre réel de la population pauvre, adjoindre aux indigents déclarés tels, les individus taxables à l’échelon le plus bas du tarif. Enfin, il faut encore ajouter à ce nombre les enfants de moins de quinze ans et les indigents des paroisses manquantes, avant d’établir quelle était l’importance numérique de la population pauvre.

  • 24 É. Hélin, La population des paroisses liégeoises aux XVIIe et XVIIIe siècles, p. 266, Liège, 1959.
  • 25 Voir tableaux nos 2 et 3. Il s’agit là d’une proportion fort semblable à celle observée à Rennes en (...)
  • 26 A.É.L., F.F., Préf., 28, le préfet au Ministre de la Police, 9 pluviôse an X et liasse 586.

21Dans le premier tiers du XVIIIe siècle, les recenseurs évaluent à près de 1/6 le nombre des indigents adultes. En 1791, il est malaisé de faire une évaluation, vu le manque de précision du rôle de Saint-Nicolas Outre-Meuse, la paroisse la plus peuplée de la ville. Si l’on prend pour base la population adulte recensée en 1736 (4125), le pourcentage des pauvres dans cette paroisse serait de 62,90 et de 18 % pour l’ensemble des listes conservées. Si l’on utilise le chiffre du premier recensement français, celui de l’an VIII (4884)24, le pourcentage des pauvres descend à 52 % à Saint-Nicolas Outre-Meuse et à 17 % pour les rôles conservés25. Ainsi, le rapport du nombre des indigents à l’ensemble de la population n’a guère varié au cours du siècle. En tout état de cause, il semble que le chiffre de 10.000 à 12.000 pauvres, avancé en 1801 par le préfet Desmousseaux26, est loin d’être aberrant, d’autant qu’entretemps, les tâtonnements de la première administration française, les réquisitions, l’échec des assignats ont rendu plus précaire encore l’existence des pauvres gens.

22Les capitations fournissent également des renseignements précieux pour une approche sociale, démographique et topographique de la pauvreté à Liège.

  • 27 É. Hélin, A la recherche d’une mesure [...], pp. 155 et 159-160.

23On rencontre des pauvres dans toute l’étendue de la ville. Cette répartition se fait-elle de façon homogène ou, au contraire, la concentration est-elle plus forte dans certains quartiers ? Un comptage des contingents d’indigents, c’est-à-dire de ceux que le rôle qualifie de pauvres, de mendiants, d’indigents, de « recueillis par charité », permet de classer les quartiers selon leur degré de pauvreté en ordre d’importance décroissante. Si l’on compare entre eux les résultats des trois capitations, en utilisant le coefficient de Spearman (corrélation par rangs), on s’aperçoit qu’il n’y a guère de corrélation entre les résultats de 1689 et ceux de 1736 et 1791 (0,31) et que la corrélation est un peu meilleure entre les données de 1736 et celles de 1791 (0,46). Une seule évidence : Outre-Meuse vient incontestablement en tête, suivi de très loin par les Rivages de Meuse, les faubourgs septentrionaux, les quartiers d’Avroy et de Publémont, le Vallon de la Légia, l’Ile, les faubourgs au-delà de la Meuse, les Coteaux de la Légia, le Centre et enfin, la Ville Haute. Une telle répartition était déjà observable en 165027. Cette détermination des zones pauvres et des zones prospères peut être affinée. Un comptage des maisons occupées exclusivement ou partiellement par des pauvres rend possible, pour chaque paroisse, le calcul d’un indice de dispersion. Comparé à celui de l’ensemble de la ville, il permet de découvrir les paroisses où la concentration anormalement basse ou haute des maisons pauvres outrepasse l’écart-type, qui est en 1791 de 14,3. Saint-Nicolas Outre-Meuse, avec une concentration de 59,2 se situe bien au-delà de la limite supérieure d’un écart-type, tandis que Notre-Dame aux Fonts avec 6,5, Sainte-Marie Madeleine avec 2,3, Sainte-Catherine avec 1, Saint-Clément avec 2,5, Saint-Adalbert avec 3,5 et Saint-Remy avec 1, se placent en deçà de la limite inférieure. C’est d’ailleurs dans ces dernières paroisses que le contingent des pauvres est le plus réduit.

24En 1736, l’écart-type est de 10,93. On s’aperçoit de la sorte que les paroisses de Sainte-Marie Madeleine, Saint-Nicolas Outre-Meuse et Saint-Christophe se situent au-delà de la limite supérieure de l’écart-type, alors que seule la paroisse Saint-Michel est sous la limite inférieure.

25On remarque également que plus d’un cinquième des maisons de la ville de Liège abritent des pauvres et qu’il existe dans les immeubles une ségrégation certaine entre les indigents et le reste de la population puisqu’en 1736, 69,6 % de ces maisons sont exclusivement occupées par des pauvres.

TABLEAU no 2. Concentration des pauvres dans 20 paroisses en 1736

TABLEAU no 2. Concentration des pauvres dans 20 paroisses en 1736

(a) É. Hélin, La population des paroisses liégeoises aux XVIIe et XVIIIe siècles, Liège, 1959.
Source : A.É.L., États, 85, 86, 87.

TABLEAU no 3. Concentration des pauvres dans 24 paroisses en 1791

TABLEAU no 3. Concentration des pauvres dans 24 paroisses en 1791

(a) É. Hélin, La population des paroisses liégeoises aux XVIIe et XVIIIe siècles, Liège, 1959.
Source : A.É.L., États, 89 à 93.

  • 28 Cfr tableaux nos 4 et 5.

26Cette ségrégation se renforce encore au long du siècle puisqu’en 1791, 83,7 % des maisons occupées par des pauvres ne le sont que par eux28. C’est surtout à Saint-Nicolas Outre Meuse et dans les faubourgs que la séparation est la plus nette. Ailleurs, on retrouve les indigents dans les arrière-cuisines ou les mansardes de vastes immeubles. Ils se logent encore dans les chambres que louent des cabaretiers.

  • 29 Cfr tableaux nos 6, 7 et 8.

27Si l’on adopte la rue comme champ d’observation, cette ségrégation est plus apparente. Les indigents sont pratiquement absents de certaines rues ; c’est le cas Sur la Haille ou en Hors-Château. Dans certaines impasses, par contre, leur concentration est très forte et peut même atteindre les 100 %. Mais, dans la plupart des rues de la ville, leur nombre oscille entre 5 et 30 % de l’ensemble des habitants29.

  • 30 Cfr tableaux nos 9 et 10. Ces résultats sont sujets à caution en 1791 puisqu’ils ne tiennent pas co (...)

28On peut aussi se demander si les pauvres habitent dans de petites maisons et y vivent en familles nucléaires ou s’ils se groupent en grand nombre dans des maisons plus vastes. Pour cela, il a fallu calculer un indice de concentration en tenant compte du nombre de pauvres résidant dans chaque maison. On s’aperçoit ainsi que, dans près de la moitié des cas, on trouve au moins deux adultes dans chaque maison recensée et que plus de la moitié de la population pauvre se groupe dans des ménages ne comptant pas plus de trois adultes, la concentration moyenne étant en 1736 de 2,56 et en 1791 de 2,59 adultes par maison30.

29La méthode que nous avons élaborée quantifie l’indigence de manière spatiale et numérique. Elle pourrait également s’appliquer aux autres groupes sociaux et servirait en quelque sorte de contre-épreuve. Elle apporterait alors des précisions sociales et topographiques intéressant l’ensemble de la société liégeoise d’Ancien Régime. Elle serait longue mais elle ne se heurterait pas aux difficultés rencontrées ici, à savoir le sous-enregistrement dû à l’exonération et à l’insolvabilité. Elle serait par là même plus précise.

TABLEAU no 4. Concentration des pauvres par maison dans 17 paroisses en 1736

TABLEAU no 4. Concentration des pauvres par maison dans 17 paroisses en 1736

(a) É. Hélin, La population des paroisses liégeoises aux XVIIe et XVIIIe siècles, Liège, 1959.
(b) L’indice 100 = le nombre de maisons dans chaque paroisse.
(c) En Lulay, toutes les maisons n’ont pas été distinguées les unes des autres.
Source : A.É.L., États, 85, 86, 87.

TABLEAU no 5. Concentration des pauvres par maison dans 24 paroisses en 1791

TABLEAU no 5. Concentration des pauvres par maison dans 24 paroisses en 1791

(a) É. Hélin, La population des paroisses liégeoises aux XVIIe et XVIIIe siècles, Liège, 1959.
(b) L’indice 100 = le nombre de maisons dans chaque paroisse.
Source : A.É.L., États, 90 à 93.

TABLEAU no 6. Concentration de l'indigence en 1689

TABLEAU no 6. Concentration de l'indigence en 1689

TABLEAU no 6 (suite)

TABLEAU no 6 (suite)

TABLEAU no 6 (Suite)

TABLEAU no 6 (Suite)

(a) É. Hélin, La population des paroisses liégeoises aux XVIIe et XVIIIe siècles, Liège, 1959.
(b) Les % calculés sur une unité ne le sont qu’à titre indicatif ; ils sont dépourvus de signification statistique.
Source : A.É.L., États, 84.

TABLEAU no 7. Concentration de l'indigence en 1736

TABLEAU no 7. Concentration de l'indigence en 1736

TABLEAU no 7 (suite)

TABLEAU no 7 (suite)

TABLEAU no 7 (suite)

TABLEAU no 7 (suite)

TABLEAU no 7 (suite)

TABLEAU no 7 (suite)

(a) É. Hélin, La population des paroisses liégeoises aux XVIIe et XVIIIe siècles, Liège, 1959.
(b) Les % calculés sur une unité le sont à titre indicatif.
Source : A.É.L., États, 85, 86, 87.

TABLEAU no 8. Concentration de l’indigence en 1791

TABLEAU no 8. Concentration de l’indigence en 1791

TABLEAU no 8 (suite)

TABLEAU no 8 (suite)

TABLEAU no 8 (suite)

TABLEAU no 8 (suite)

(a) É. Hélin, La population des paroisses liégeoises aux XVIIe et XVIIIe siècles, Liège, 1959.
(b) Les % calculés sur une unité le sont à titre indicatif.
Source : A.É.L., États, 89 à 93.

TABLEAU no 9. Concentration des pauvres par maisons dans 17 paroisses en 1736

TABLEAU no 9. Concentration des pauvres par maisons dans 17 paroisses en 1736

Source : A.É.L., États, 85, 86, 87.

TABLEAU no 10. Concentration des pauvres par maisons dans 24 paroisses en 1791

TABLEAU no 10. Concentration des pauvres par maisons dans 24 paroisses en 1791

Source : A.É.L., États, 89 à 893.

30Malgré leurs imperfections et leurs lacunes, les capitations sont donc d’un intérêt majeur pour une étude différentielle de la société. Vu leur succession chronologique, elles permettent de brosser un état statique et de dessiner une évolution.

2. La capitation dans le plat pays

  • 31 É. Hélin, Les capitations liégeoises, p. 74. La rentrée de ces listes ne se fait pourtant pas sans (...)
  • 32 A.É.L., États, 94 à 102, R.P. Seraing, 5 et A.É.H., Cures, Huy, Saint-Hilaire, 3, Saint-Mengold, 12 (...)

31Les listes de la capitation de 1762 sont conservées non seulement à Liège mais pour un certain nombre de villes et de villages de la Principauté31. Nous ne nous sommes intéressée qu’aux villages qui feront partie de la province de Liège sous le régime hollandais. Parmi les listes ainsi dénombrées, 48 apportent des renseignements sur l’indigence des contribuables potentiels. A l’exception de listes des quatre paroisses de Huy, de Tihange, d’Antheit et de Seraing32, elles émanent de villages de la rive gauche de la Meuse et des alentours de Waremme.

  • 33 Sur ce sujet, lire P. Laslett, Size and structure of the Household in England over three centuries,(...)
  • 34 C’est le cas à Bovenistier, à Crehen, à Grandville, à Houtain-l’Évêque, à Lens sur Geer et dans la (...)

32Comme dans les rôles de Liège, on y trouve dénombrés tous les adultes d’un âge supérieur à quinze ans. Certaines listes recensent également les enfants plus jeunes en précisant leur âge. On peut de la sorte étudier la composition réelle des ménages indigents et leur taille33. Parfois, le prénom des célibataires âgés de plus de 15 ans et vivant sous le même toit que leurs parents n’est pas inscrit. Il est alors impossible de faire une répartition entre filles et garçons34.

  • 35 A.É.L., États, 102, Tourinne.
  • 36 Voir tableau no 11.
  • 37

33De façon générale, la taille des ménages indigents est inférieure à la moyenne, que l’on fasse ou non intervenir les enfants de moins de quinze ans. Il y a à cela deux raisons. Dans le calcul de la taille des ménages, sont intervenus les membres des grandes exploitations agricoles comptant souvent huit à neuf domestiques. Ensuite, parmi les indigents ou, du moins, parmi les individus renseignés comme tels dans les capitations, on compte nombre d’isolés sans profession ou mendiants, vivant dans des « baracques »35. Une preuve supplémentaire réside dans le fait que le pourcentage des indigents diminue si l’on envisage les ménages, les individus de plus de 15 ans ou enfin les familles entières36. Cette remarque vaut également pour les trois communes de la rive droite de la Meuse37.

  • 38 A.É.H., Ville de Huy, 463.
  • 39 A.É.L., Cures, Saint-Hilaire, 3.
  • 40 A.É.L., États, 98.
  • 41 A.É.L., États, 100.

34Mais s’agit-il bien là de toute la population pauvre ? Il semble que le curé ait noté presque toujours comme indigents les mendiants et les non-actifs (65,32 %) sauf à Lantremange et dans la paroisse Saint-Hilaire à Huy où son critère est de distinguer ceux qui émargent à la mense des pauvres. Cette observation, qui valait déjà à Liège, s’applique également à Huy. Ainsi, dans la paroisse de Saint-Georges en Rioul, le curé précise, dans une lettre du 23 juin 1763 accompagnant le rôle : « Vous aurez la bonté de faire attention que les trois quarts sont sur la liste des pauvres, par conséquent dans l’impuissance de fournir la moindre chose »38. Pourtant, alors que la paroisse compte 77 ménages composés de 190 individus, le curé n’indique comme indigents que 31 personnes faisant partie de 12 ménages, soit seulement 16,3 % des individus et 15,6 % des ménages. Aussi, le pourcentage moyen des pauvres qui est en Hesbaye de 8,46 (selon la capitation) doit-il être considéré comme un minimum. Il s’agit vraisemblablement des individus qui, de l’avis général, ne peuvent vivre sans le secours de la charité. A côté d’eux, combien y en a-t-il qui vivotent misérablement et vont rejoindre les mendiants en cas de maladie, de hausse des prix ou de catastrophe naturelle ? La maladie entraîne, en effet, presque toujours la pauvreté. Ainsi, le curé de Saint-Hilaire note à propos d’un cordonnier « souvent malade, par conséquent pauvre »39. Les malheurs accidentels ne passent pas non plus inaperçus. Ainsi, à Latinne, un cabaretier est ruiné parce que ses deux chevaux sont morts de la rage40 ; à Oleye, un cabaretier-cordonnier, chef d’une famille de 10 personnes, est mis au rang des indigents parce que sa maison a brûlé41.

35Pour la ville de Huy, seules quatre listes de capitations sont parvenues jusqu’à nous, il est par conséquent impossible d’en tirer des conclusions pour l’ensemble de la ville.

36Les pauvres y représentent 35,8 % des ménages et 31,7 % des individus de plus de 15 ans, soit près du tiers de la population, mais cette répartition n’est pas homogène. Sainte-Catherine et Saint-Hilaire sont des paroisses particulièrement pauvres. Et Saint-Georges en Rioul n’a rien à leur envier, s’il faut en croire le curé.

37Comme à Liège, les renseignements fournis par les capitations sont fragmentaires, d’un intérêt inégal selon la qualité des listes. Celle-ci dépend du zèle du curé, de sa subjectivité dans l’appréciation de la fortune de ses paroissiens, de sa rigueur dans les précisions d’âges ou de professions. Faut-il à cause de ces défauts renoncer à les utiliser ? Certainement pas. Les capitations regorgent de détails concrets sur la situation précaire des gagne-petits, des manœuvres occasionnels, confinés dans les impasses et les ruelles étroites des villes, dans les greniers ou les arrière-cuisines des grands immeubles ou dans les frêles masures campagnardes. Elles laissent entrevoir la condition malheureuse de la plupart des isolés, privés de la solidarité familiale, dont les ressources sont insuffisantes pour subsister. Ces données jointes à beaucoup d’autres permettent de dresser un tableau plus fidèle du pauvre non tel que le voyaient ses contemporains mais tels que les critères de l’histoire sociale actuelle peuvent le définir.

TABLEAU no 11. La pauvreté en Hesbaye en 1762-1763

TABLEAU no 11. La pauvreté en Hesbaye en 1762-1763

Source : A.É.L., États, 96 à 102.

TABLEAU no 12. L’indigence à Huy d’après la capitation de 1762

TABLEAU no 12. L’indigence à Huy d’après la capitation de 1762

Source : A.É.H., Cures, Huy St.- Hilaire, 3 ; St-Mengold, 12 ; Ville de Huy, 463.

B. — Sous le Régime français : Les dénombrements de la préfecture

  • 42 Mathieu Laensberg, no 55, 3 mars 1827, p. 2, col. 2, p. 3, col. 1.

38Durant les régimes français et hollandais, s’amorcent les premières tentatives pour mesurer l’étendue et la gravité du paupérisme. Les autorités centrales, départementales ou provinciales lancent de vastes enquêtes qui ont pour but de cerner la nature du mal. Quel est le nombre des pauvres ? A combien d’indigents vient-on en aide ? A quelles catégories d’âges, de professions appartiennent-ils ? Les ressources de la bienfaissance sont-elles suffisantes ? Comment sont-elles réparties ? Voilà autant de questions auxquelles ces enquêtes sont censées répondre. Sous le régime hollandais, les autorités centrales demanderont aux membres des Bureaux de bienfaisance d’aller plus loin encore, de préciser quelles sont, selon eux, les causes du paupérisme et de dégager les premiers remèdes possibles. « Si la bienfaisance doit correspondre à l’état des vrais besoins, il ne faut pas agir d’après des conjectures mais d’après des tableaux précis et détaillés. La sensibilité est un bon stimulant mais un mauvais guide. Toute charité publique qui n’est pas fondée sur la connaissance exacte des faits est une opération faite au hasard, comme celle qui procéderait à l’irrigation d’un vaste terrain, sans avoir pris les niveaux, sans avoir examiné la nature du sol et des cultures : ici vous aurez sécheresse, là inondation, nulle part une distribution convenable et appropriée »42.

1. An IX : Premières initiatives de la Préfecture

  • 43 C’est de 1801 que date la création du Bureau de Statistique chargé de faire connaître « l’état de l (...)

39Avec la stabilisation du régime et la mise en place des préfectures, apparaissent les premières recherches statistiques43. Le 21 brumaire an IX (12 novembre 1800), peu après son installation à la Préfecture, Desmousseaux, qui avait été frappé par la misère ambiante, demande aux maires de son Département, de lui indiquer le nombre des pauvres de chaque commune et de préciser les revenus dont celle-ci dispose pour les secourir. Sous la dénomination de pauvres, il faut comprendre « ceux qui, étant incapables de travailler et sans parents en état de les assister, ne peuvent absolument exister sans le secours de la charité nationale ».

  • 44 A.É.L., F.F., Préf., 556, 21 brumaire an IX.
  • 45 A.É.L., F.F., Préf., 599 à 641 et 556.

40Il met également les communes en garde contre une surestimation du nombre des indigents, dans l’espoir fallacieux « de diminuer la masse de leurs contributions »44. Les réponses conservées sont fragmentaires. Elles portent sur 54 communes de l’arrondissement de Liège45. Elles sont inutilisables d’un point de vue statistique. Les chiffres fournis portent-ils sur le nombre des pauvres ou celui des chefs de ménage ? Trois communes seulement (Glons, Geer et Mortier) l’indiquent clairement.

  • 46 A.É.L., F.F., Préf., 556, 14 brumaire an IX.

41A Saint-André, le maire ajoute que les dix ménages pauvres comprennent 30 individus. De plus, les évaluations ne sont parfois que des approximations. Ainsi, à Liège, les membres du Bureau de bienfaisance dénombrent 7000 pauvres sur une population qui était alors de 42000 habitants. Pour obtenir ce chiffre, ils se sont basés sur une seule liste d’indigents fournie par le bureau d’Avroy. Comme elle comprend 1400 individus et qu’il y a, à Liège, cinq bureaux locaux, ils se sont contentés de multiplier le contingent d’Avroy par cinq. Les administrateurs précisent toutefois que, comme « des cinq quartiers qui composent la commune, ce n’est pas celui dont la liste doit être la plus nombreuse, le calcul est certainement en dessous de la réalité »46.

  • 47 A.É.L., F.F., Préf., 602.
  • 48 Ibidem, 612.
  • 49 Ibidem, 622.
  • 50 Ibidem, 6o2.
  • 51 Ibidem, 602, 27 frimaire an IX.
  • 52 Ibidem, 612-613.
  • 53 Ibidem, 602.
  • 54 Ibidem, 601.

42Alors que selon le Bureau de bienfaisance de Feneur, il y a, dans la commune, quatre indigents sur une population de 253 âmes, le maire affirme que tous ses concitoyens sont pauvres47. A Battice, pour se conformer aux instructions préfectorales, seuls sont comptés les individus capables de travailler mais sont omis « ceux qui vont mendier de porte en porte »48. Par ailleurs, lorsque les communes précisent les revenus dont elles disposent pour les secours à domicile, elles le font, tantôt en monnaie nouvelle, tantôt en florins liégeois, tantôt encore en mesures de seigle ou d’épeautre. Lorsque ces précisions manquent, on ne sait si les communes n’ont aucun revenu ou si elles ont omis de l’évaluer. Certaines municipalités, par contre, accompagnent leurs réponses de remarques relatives au mode de distribution, au niveau des revenus ou au nombre des indigents. Si la commune de Sprimont n’a momentanément aucune ressource pour soulager les malheureux, c’est parce que les débiteurs de rentes sont eux-mêmes indigents : non seulement ils ne peuvent acquitter leurs dettes mais ils ont besoin de secours49. Il en va de même à Richelle50. A Dalhem, les pauvres sont si nombreux que les ressources (188,39 francs) sont insuffisantes : de nombreux individus occupés auparavant à la fabrique de draps, sont venus gonfler le contingent des indigents, car l’atelier a dû ralentir ses activités, et est sur le point de cesser toute production. Ces chômeurs ne peuvent se reclasser ailleurs parce que « cette commune est trop éloignée de celles où cette fabrique est en vigueur pour y aller chercher de l’ouvrage »51. Les administrateurs de Battice, de Herve, de Bombaye et de Fouron-le-Comte indiquent quant à eux le mode de distribution adopté dans leur commune. A Herve et à Battice, le revenu est distribué selon les circonstances, aux plus nécessiteux, essentiellement en cas de maladie ou pendant la saison rigoureuse. Les malades reçoivent les services gratuits du médecin et du pharmacien ainsi que des secours en argent proportionnés à leurs besoins et aux revenus de la caisse ; aux autres, on accorde de la houille et des aides en nature52. A Fouron-le-Comte, une distribution générale a lieu trois fois par an53. A Bombaye, il se fait une distribution par an à la masse des nécessiteux et, chaque mois, le receveur alloue une aide supplémentaire aux chefs des ménages les plus indigents54.

2. An XII : Les premiers pas vers l’uniformité

  • 55 L. F. Thomassin, Mémoire statistique du Département de l'Ourthe, p. 344.
  • 56 M.A.D.O., t. 6, p. 6.

43En l’an XII, le préfet revient à la charge car il veut « perfectionner » l’emploi des secours à domicile, « d’après un plan mieux raisonné »55. Cette fois, il joint à sa lettre un formulaire et le fait également insérer dans le journal officiel56. Les renseignements réclamés sont plus précis. Non seulement les Bureaux de bienfaisance sont priés d’indiquer le nombre des pauvres par rapport à la population mais ils doivent ventiler ces indigents en quatre catégories : vieillards infirmes, nourrices et femmes en couches, pauvres chargés d’enfants et pauvres valides susceptibles de secours occasionnels. On leur demande en outre, d’évaluer leurs ressources annuelles et de convertir en argent, d’après l’effraction de l’an XI, les revenus en grains. Ils doivent enfin indiquer leurs dépenses annuelles en précisant leur destination : s’agit-il d’impôts, de frais d’entretien de propriétés, de charges d’administration, de distributions en linges et médicaments, en argent, en nature, de rentes, de pensions ?

  • 57 A.É.L., F.F., Préf., 599 à 641.

44Les réponses conservées concernent plus du quart des communes du Département de l’Ourthe (100 communes). A l’exception de celle de Theux, toutes proviennent de l’arrondissement de Liège et regroupent près de 70 % des communes de cet arrondissement57. La représentation des cantons de Dalhem, de Glons, de Herve, de Hollogne et de Waremme dépasse même les 80 %.

45Plus représentatifs, les résultats de l’arrondissement de Liège restent cependant d’une interprétation malaisée car, comme en l’an IX, on ne sait pas toujours très bien si l’on a dénombré les chefs de famille ou l’ensemble des indigents. A Fraipont, on précise que les enfants ne sont pas comptabilisés. A Bombaye et à MortierTrembleur, on n’a compté que les chefs de ménage. Là où les enfants sont recensés à part, ce qui est le cas dans 13 communes, on obtient une moyenne de 275 enfants pour 100 familles. Aussi, pour arriver à des résultats plus corrects, avons-nous affecté ce coefficient aux chiffres fournis là où les Bureaux ne comptent que les chefs de famille. On obtient de la sorte 16225 indigents dans une population de 81170 individus, soit un cinquième.

46La famille nombreuse semble être le critère essentiel justifiant l’attribution d’une aide. Il apparaît dans près de la moitié des cas. On assiste ensuite, par priorité, les malades et les accidentés qui peuvent, entretemps, se passer de soutien ; ils représentent près du tiers de la population assistée. Viennent ensuite les vieillards et les infirmes puis les nourrices et les femmes en couches.

TABLEAU no 13. Enquête de l'an XII : réponses conservées

Cantons

Nombre de communes

Réponses conservées

Liègo (sans la ville)
Dalhem
Fléron
Glons
Herve
Hollogne
Louveigné
Seraing
Waremme
Spa

9
18
21
23
5
30
7
7
28
10

1
14
7
20
4
27
4
2
20
1

10 cantons

158

100

  • 58 Ibidem, 623, Plainevaux, 601, Bombaye.

47L’enquête de l’an XII renseigne également sur l’état des revenus de la bienfaisance. A l’époque, sur 100 communes, 20 (soit un cinquième) n’ont aucune ressource. Les autres ont souvent un revenu insuffisant et le curé « est forcé de solliciter des secours en faveur des malheureux »58. Le revenu moyen par tête de pauvre est de 6 francs.

TABLEAU no 14. La population indigente en l’an XII

Population

Catégories de pauvres

N

%

81.170

Vieillards
Familles avec enfants
Pauvres valides
Nourrices et femmes en couches
[non précisé]

1588
7285
5020
518
1814

9,79
44,96
30,94
3,19
11,12

Total

16225

19,99

48Mais, en confrontant ressources et dépenses, on s’aperçoit que les Bureaux de bienfaisance ne consacrent pas toujours la totalité de leurs revenus au soulagement des indigents. Les 80 communes jouissant de ressources n’en dépensent en moyenne que 85 % et seuls 68 % sont distribués aux pauvres. Dès lors, le revenu réel par tête tombe à 4 francs 07. Le reste des dépenses est consacré aux frais d’administration et aux impôts (7,04 %) ou bien est épargné en prévision de l’année suivante (15,11 %).

  • 59 Ibidem, 601, Cheratte, 21 thermidor an XII.

49Une fois sur dix, on ne sait à quoi les revenus sont destinés. La plus grande partie des sommes réservées aux secours est dépensée en argent et en nature (85,78 %). Neuf communes salarient un instituteur et y consacrent 3,04 % des dépenses ; 10,34 % des débours sont destinés aux distributions de linges, de vêtements et de médicaments. L’argent restant sert à payer le médecin, à acheter de la houille, à fournir un cercueil aux indigents décédés59.

3. An XIII : les formulaires se perfectionnent

  • 60 M.A.D.O., t. 7, pp. 237-246.
  • 61 Ce souci de perfection est évident lorsqu’on envisage l’élaboration des données successives réclamé (...)
  • 62 A.É.L., F.F., Préf., 599 à 641 et 556. Cfr tableau no 3.

50Le gouvernement qui désire « connaître la véritable situation des hospices et des Bureaux de bienfaisance » entreprend une nouvelle enquête en l’an XIII60. La forme du bordereau s’est légèrement transformée. Il faut désormais distinguer les ménages, les individus isolés, les veufs et comptabiliser à part les enfants appartenant à ces trois catégories. Par contre, la catégorie des pauvres valides susceptibles de secours accidentels disparaît. Au niveau des dépenses, il faut désormais distinguer dépenses en argent et dépenses en nature, vêtements et médicaments. L’administration veut y voir plus clair. Elle exige des précisions supplémentaires61. L’enquête est plus poussée et plus adéquate à son objet. Le questionnaire, une fois rempli, doit être retourné au préfet ou aux sous-préfets ; 249 réponses ont été conservées. Parmi elles, 69,59 % des communes de l’arrondissement de Liège et 96,62 % des communes de l’arrondissement de Huy. Les renseignements obtenus sont représentatifs de l’arrondissement de Huy. La proportion des réponses conservées pour l’arrondissement de Liège est pratiquement identique à celle de l’an XII. On peut les considérer comme représentatives pour les cantons de Dalhem, de Glons, de Herve, de Hollogne, de Louveigné, de Seraing et de Waremme. A Liège et à Fléron, les conclusions seront plus réservées. Par contre, les questionnaires de trois communes seulement de l’arrondissement de Malmédy ont été conservés (Dison, Fouron-Saint-Pierre et Fouron-Saint-Martin)62.

51Comme en l’an XII, les secourus sont essentiellement les personnes chargées d’une nombreuse famille (29,06 %) et leurs enfants (52,25 %). Le reste de l’aide est alloué aux vieillards infirmes (9,23 %), aux isolés (7,36 %) et aux nourrices et femmes en couches (2,10 %). Les pourcentages d’infirmes et de vieillards ainsi que ceux des nourrices et femmes en couches sont fort semblables à ceux de l’an XII. Il est remarquable que plus de la moitié des secourus sont des enfants vivant sous le même toit que leurs parents. On ne peut toutefois calculer une taille moyenne de famille indigente parce qu’on a rassemblé dans une même rubrique les enfants vivant au sein d’une famille complète et ceux à charge de veuves ou de veufs.

  • 63 Voir tableau no 16.

52Le nombre des pauvres est fort variable d’une région à l’autre63. Dans l’arrondissement de Huy, parmi une population de 57248 habitants, on compte 11686 pauvres soit un pourcentage de 20,41. C’est dans le canton d’Avennes que la concentration est la plus forte : plus du quart des habitants sont indigents. Ailleurs dans l’arrondissement, à l’exception du canton de Bodegnée, ils ne forment pas le cinquième de la population. Dans l’arrondissement de Liège, les disproportions entre les cantons sont plus nettes. Alors que les cantons de Fléron, de Herve, de Louveigné et de Seraing ne comptent sur leur territoire qu’un dixième de pauvres, on en dénombre près du tiers dans le canton de Glons. Dans les cantons de Hollogne et de Waremme, les proportions sont encore plus élevées, respectivement deux cinquièmes et la moitié. Les pauvres de l’arrondissement représentent près du quart de la population totale. Si l’on calcule le pourcentage des pauvres dans chaque commune, on obtient une moyenne de 26,01.

TABLEAU no 15. Étendue de l'enquête de l'an XIII

Arrondissements

Cantons

Nombre de communes

Réponses conservées

Liège

Liège (sans la ville)

9

3

Dalhem

18

14

Fléron

21

6

Glons

23

21

Herve

5

4

Hollogne

30

24

Louveigné

7

5

Seraing

7

4

Waremme

28

22

Sous-total

148

103

Verviers

Aubel

11

2

Limbourg

12

1

Spa

10

Stavelot

10

Verviers

6

Sous-total

49

3

Huy

Avennes

30

30

Bodegnée

17

16

Ferrières

16

16

Héron

19

18

Huy

12

11

Landen

25

24

Nandrin

29

28

Sous-total

148

143

21 cantons

345

249

TABLEAU no 16. Les pauvres et leurs revenus en l’an XIII

TABLEAU no 16. Les pauvres et leurs revenus en l’an XIII

(a) A l’exception de la Ville.
Source : A.É.L., F.F., Préf., 599 à 641 et 556.

53Le revenu moyen par pauvre et par an est d’environ 4 francs mais là encore, la disparité est grande. Les cantons de Fléron, de Herve, de Glons et de Landen sont particulièrement bien dotés. Autour de Ferrières par contre, un pauvre ne pourrait guère recevoir plus d’un franc par an.

  • 64 Voir N. Haesenne-Peremans, Comment atténuer la misère ? L'organisation des secours à domicile dans (...)
  • 65 A.É.H., Communes, Amay, 327.

54Les secours se distribuent en argent, en nature, en médicaments, en vêtements. On paye le cercueil ou on salarie le fossoyeur. On accorde une rémunération à l’instituteur afin qu’il instruise les enfants pauvres. On prend soin des femmes enceintes pendant leurs couches. En cas d’accident imprévu, on vient en aide aux malheureux64. Ainsi, à Amay et à Ampsin, où les enfants, dès l’âge de 8 ou 9 ans, vont dans les mines « se livrer à de pénibles et périlleuses occupations pour se procurer une modique sustentation », il est souvent nécessaire de secourir les blessés en leur procurant la nourriture, les médicaments et les soins d’un médecin65.

  • 66 A.É.L., F.F., Préf., 617, Jemeppe et Communes, Chênée, 12.
  • 67 A.É.L., F.F., Préf., 6.

55Comme les années précédentes, les communes se plaignent de disposer de revenus insuffisants66. Ainsi, à Chênée, on ne peut secourir que 5,44 % des habitants alors que « un tiers de la commune est susceptible de recevoir la charité ». A Plainevaux, on vient habituellement en aide à un quart de la population mais, en hiver, deux tiers des habitants « sont susceptibles de secours accidentels »67.

4. 1808 : le premier dénombrement complet

  • 68 A.N.P., F 16, 1034.

56Aux Archives nationales à Paris, est conservé le relevé le plus complet du régime français ; il concerne le nombre des pauvres et les revenus des Bureaux de bienfaisance68. On ne peut parler d’enquête statistique originale mais de données rassemblées par les bureaux de la Préfecture et destinées à être expédiées au Ministre de l’Intérieur. Celui-ci désirait en effet savoir quelle somme chaque Bureau de bienfaisance pourrait accorder au financement du Dépôt général de mendicité et à cette fin, il réclamait un état de leurs moyens et de leurs besoins. Les renseignements conservés portent sur 381 communes, regroupées en ordre alphabétique par arrondissements. On y trouve la population totale de chaque commune, le nombre des pauvres et le montant annuel des ressources affectées aux secours à domicile.

57Lorsque l’on compare les données de ce vaste tableau à celles fournies lors de l’enquête de l’an XIII, on s’aperçoit que 201 communes se sont contentées de reproduire les chiffres de 1804-1805, au lieu de procéder à un nouveau comptage. C’est le cas notamment dans l’arrondissement de Huy.

58Les pauvres forment près du sixième (15,05 %) de la population du Département, mais ils sont répartis inégalement selon les régions. L’indice de variation, (V = σ/) est d’ailleurs relativement élevé (0,89). Sur la rive gauche de la Meuse, leur nombre se situe souvent au-delà de la moyenne. Dans certaines communes des cantons de Waremme et de Hollogne, les indigents forment plus de la moitié de la population, parfois même les trois quarts (à Bettincourt, à Fize-le-Marsal, à Kemexhe).

  • 69 Voir tableau no 17.
  • 70 R. Darquenne, Jemappes, profils sociaux, p. 294 et Idem, Histoire économique du département de Jema (...)
  • 71 A. J. Fr. Maenen, Maastrichts sociaal-economische structuur, p. 608.

59En Condroz, en Ardenne et au Pays de Herve, le nombre des pauvres est, dans la majorité des cas, largement inférieur à la moyenne. Dans près du quart des cantons, 25 % des habitants au moins sont indigents. Les cantons agricoles des Ardennes n’ont par contre qu’un douzième à peine de leur population à charge de la bienfaisance publique69. Les proportions d’indigents du département de l’Ourthe sont du même ordre de grandeur que celles du département de Jemappes. A Mons, le taux d’indigence atteint, sous l’Empire, un quart des habitants70. Il en va de même à Maastricht où 1/5 de la population bénéficie régulièrement de l’assistance publique71.

  • 72 Voir tableau no 18.

60Comme dans le Hainaut, les disparités locales et régionales sont fort grandes. Le revenu par pauvre oscille de 0,04 franc à Stavelot à 23 francs 12 à Liège-ville. La moyenne est de 5 francs 31 pour le Département. Certains cantons ont des Bureaux de bienfaisance bien dotés, notamment Landen, Aubel, Spa et Bodegnée. Pourtant, même là où les Bureaux disposent de moyens plus importants, l’aide qu’ils peuvent apporter à l’indigent est dérisoire. Qu’est-ce que 8 francs par an lorsque le salaire journalier de l’ouvrier est fixé, sous le régime français, à 1 franc ? Seules 17 communes peuvent donner plus de 15 francs72 ; par contre, plus du tiers des communes (136) n’ont rien à distribuer à leurs indigents.

TABLEAU no 17. Les pauvres et leurs revenus en 1808

TABLEAU no 17. Les pauvres et leurs revenus en 1808

(a) Estimation officielle et outrée. Le total approche sans doute 45.000 habitants.
Source : A.N.P., F 16, 1034.

61Le relevé de 1808 ne fournit malheureusement aucune précision sur le statut socio-professionnel, sur le sexe ou sur l’âge des secourus. Pour obtenir des renseignements en ce domaine, il faut attendre les grandes enquêtes statistiques du régime hollandais.

TABLEAU no 18. Communes disposant en 1808 d’un revenu moyen par indigent supérieur à 15 francs (a)

Arrond.

Cantons

Communes

Revenu moyen (en francs)

Nombre d'indigents

Liège

Liège-ville

Liège-ville

23,12

4215

Fléron

Soumagne

18,48

61

Herve

Herve

32,41

140

Hollogne

Fooz

21,99

89

Waremme

Lamine

18,45

43

Huy

Avennes

Blehen

23,86

36

Thisnes

17,76

70

Tourinne

26,05

18

Bodegnée

Fize-Fontaine

34,64

54

Huy

Wanze

23,71

87

Landen

Houtain l’Évêque

28,29

70

Laer

61,79

30

Landen

39,44

47

Neerhespen

18,61

27

Overhespen

22,48

15

Overwinden

19,86

27

Walsbetz

15,58

10

9 cantons

17 communes

(a) A.N.P., F 16,1034.

C. — A l’époque hollandaise : les enquêtes officielles systématiques

1. Le dénombrement de 1816 : un essai

  • 73 M.A.P.L., t. 2, pp. 3-7.
  • 74 A.É.L., F.H., 2477 et A.A.P.L., P.V.B.B., 17 mai 1816.

62Durant le régime hollandais, une des préoccupations constantes du gouvernement est d’obtenir des renseignements précis sur le nombre et l’état des pauvres du royaume. Les autorités avaient en effet compris qu’on ne peut remédier efficacement à la misère si on n’en connaît pas la nature et l’étendue. Par arrêté du 25 décembre 1815, le Roi organise une Commission chargée « de prendre des informations exactes sur la situation actuelle [des indigents], cette classe intéressante de la société »73. Les renseignements relatifs aux communes de l’arrondissement de Liège, à l’exception du canton de Louveigné sont conservés74. Pour chacune des communes regroupées par cantons sont indiqués le nombre des indigents, hommes et femmes, compris parmi les bénéficiaires de distributions et le nombre de ceux qui ne sont pas inscrits sur les listes mais sont néanmoins susceptibles d’être secourus. On déclare également le montant annuel des secours à domicile et enfin, on y trouve des observations sur leur éventuelle insuffisance.

TABLEAU no 19. Nombre, de pauvres dans l'arrondissement de Liège en 1816

TABLEAU no 19. Nombre, de pauvres dans l'arrondissement de Liège en 1816

(a) Les chiffres manquent pour le canton de Louveigné.
(b) Chiffre approximatif : en 1814, il est de 46 232 ;
en 1818, il est de 48 817.
Source : A.É.L., F.H., 2477.

  • 75 Cfr tableau no 19 et graphique no 19.
  • 76 A.A.P.L., P.V.B.B., 17 mai 1816.

63Le nombre des pauvres diffère très fort d’un canton à l’autre75. Dans celui de Seraing, les indigents ne regroupent que 4,07 % de la population mais, dans celui de Waremme, ils atteignent 33,20 %, la moyenne pour l’arrondissement étant de près de 19 %. Ces pourcentages doivent être interprétés avec prudence. Les quelques 29000 pauvres dénombrés sont loin de représenter le nombre réel des indigents car, dans la plupart des cantons, seuls les chefs de famille ont été recensés. C’est le cas à Dalhem, à Hollogne et à Waremme ; dans le canton de Glons, il faudrait ajouter aux 1815 indigents secourus, un minimum de 273 enfants. La population secourue s’accroîtrait alors de 15 %. Or, dans les familles indigentes, le nombre d’enfants est souvent élevé. A Liège-ville, les enfants de moins de dix ans forment 39 % de la population secourue (3417 sur 8759). Si on y ajoute les filles et les garçons de moins de dix-huit ans, ce pourcentage monte à 61,51 %76.

GRAPHIQUE no 19. Pourcentage des indigents dans 8 cantons de l’arrondissement de Liège en 1816

GRAPHIQUE no 19. Pourcentage des indigents dans 8 cantons de l’arrondissement de Liège en 1816

Source : A.E.L., F.H., 2477.

  • 77 Cfr N. Haesenne-Peremans, Gomment atténuer la misère ? L’organisation des secours à domicile dans l (...)

64En règle générale, on secourt dans l’arrondissement un peu plus des 3/5 des malheureux (60,55 %). Des revenus insuffisants ne permettent pas, en effet, de venir en aide à l’ensemble des nécessiteux. Plus grave, l’allocation est souvent dérisoire : la moyenne annuelle des sommes distribuées n’est que de 6,27 florins par tête, à savoir l’équivalent du salaire hebdomadaire d’un manœuvre77.

2. L’enquête de 1818 : vers plus de précision

  • 78 M.A.P.L., t. 5, pp. 167-172 et Soudain de Niederwerth, Code des établissements de bienfaisance, pp. (...)
  • 79 A.É.L., F.H., 2489, 2490 et 2492.

65Après l’essai de 1816, le gouvernement de La Haye s’efforce d’obtenir des renseignements plus complets. Par arrêté du 27 février 1818, le Roi crée une Commission spéciale composée du Ministre de l’Intérieur et de six membres des Etats Généraux et du Conseil d’État « dont le but est de présenter des renseignements précis et exacts sur le véritable état actuel des indigents de chaque commune, sur le degré de besoins ou de dénuement où ils se trouvent en général et enfin, sur les causes de leur indigence »78 afin de découvrir « les moyens d’adoucir la rigueur de leur position, sans toutefois négliger les mesures propres à en diminuer le nombre en forçant au travail ceux qui ne peuvent pourvoir par eux-mêmes à leurs besoins ». Ainsi, dès avant les résultats de l’enquête, le remède est déjà énoncé. Les questions posées aux États députés de chaque province sont plus circonstanciées que lors de l’enquête de 1816. Réussite unique, toutes les communes de la province ont répondu. Ces réponses se présentent, dans chaque canton, sous forme d’un tableau récapitulatif. Ce dernier est souvent accompagné d’un rapport général du Bureau central de bienfaisance du canton, assorti de commentaires sur les observations fournies par les bureaux auxiliaires ou les administrations municipales79.

66La population indigente est répartie par sexe et âge : les moins de 12 ans et leurs aînés. Parmi les individus âgés de plus de 12 ans, on distingue ceux qui sont ou non capables de travailler, les personnes comprises dans les totaux précédents par défaut de travail, le nombre des indigents effectivement secourus. Deux autres colonnes du formulaire, inégalement remplies selon les communes, sont réservées d’abord à « l’indication sommaire des causes générales qui produisent une augmentation dans le nombre des indigents qu’il faut secourir », ensuite à l’énoncé des « vues ou mesures au moyen desquelles on pourroit réduire ce nombre en faisant rentrer dans la classe des individus qui pourvoyent à leurs besoins, les indigents qui en sont susceptibles ». Les trois dernières colonnes rarement remplies, sont destinées à recevoir, outre les habituelles observations, la mention d’augmentations éventuelles des revenus par dons, legs ou révélations de rentes dissimulées durant la Révolution.

  • 80 Cfr tableau no 20 et tableau no 19.
  • 81 Cfr graphique no 3.
  • 82 A.É.L., F.H., 2492, Rapport du Bureau central de bienfaisance du canton de Verviers, annexé au tabl (...)

67Le nombre des pauvres s’est sensiblement accru depuis deux ans80 car l’enquête intervient après une crise annonaire au cours de laquelle le prix du seigle a plus que triplé par rapport aux années précédentes81. Or, même « dans les temps ordinaires, l’ouvrier bien portant, souvent chargé d’une nombreuse famille, parvient à peine à fournir le nécessaire par son travail »82. Encore qu’ils soient inégalement répartis, les indigents constituent un cinquième de la population. Formant près de la moitié des habitants du canton de Waremme, ils ne représentent que 3,38 % du canton de Spa. En règle générale, les communes situées au Nord de la Meuse ont une plus forte proportion de pauvres. Le contingent des indigents secourus est nettement inférieur à celui de l’ensemble des pauvres. Il n’en forme que les trois quarts et représente 15 % de l’ensemble de la population. Cette différence tient au fait que nombre de communes n’ont pas ou peu de revenus.

  • 83 Cfr tableau no 21.
  • 84 Cfr tableau no 22.
  • 85 A.É.L., F.H., 2490, réponse do Sprimont et F.H., 2492, réponse de Wegnez.

68Il suffit de considérer, dans chaque canton, la proportion des indigents capables de travailler (67,27 % dans l’ensemble de la province)83, pour se convaincre que le plein emploi aurait été le meilleur des remèdes contre l’indigence84. En vue d’atteindre ce plein emploi, cinquante communes proposent de développer l’industrie et le commerce, de supprimer les métiers mécaniques ou encore, moyen plus original même s’il fut déjà employé sous l’Ancien Régime, d’entreprendre de grands travaux publics, notamment la construction de routes85.

TABLEAU no 20. Nombre de pauvres dans la Province de Liège selon l'enquête de 1818

TABLEAU no 20. Nombre de pauvres dans la Province de Liège selon l'enquête de 1818

Source : A.É.L., F.H., 2489 à 2492.

  • 86 A.É.L., F.H., 2492, rapport de Verviers.
  • 87 A.É.L., F.H., 2488, observations du sous-intendant de l’arrondissement de Verviers.
  • 88 A.É.L., F.H., 2492, rapport de Stavelot.
  • 89 A.É.L., F.H., 2489, réponse d’Abée et F.H., 2490, réponse de Liège-ville.

69A côté des mesures préventives destinées à réduire l’indigence en procurant du travail, les Bureaux de bienfaisance proposent également des mesures répressives : établir soit dans les communes comptant plus de six mille habitants, soit dans les chefs-lieux d’arrondissement, un Dépôt de mendicité86, créer des ateliers de charité pour mettre au travail les personnes valides, développer les hôpitaux pour éviter la propagation des maladies contagieuses en séparant les malades de leur famille ou encore envoyer les indigents dans les colonies agricoles. La majorité des Bureaux proposent également des mesures coercitives à l’égard des mendiants et des vagabonds qui, par centaines, vont de porte en porte « recueillir des aumônes qu’ils arrachent même aux personnes un peu aisées, par leurs cris et leur importunité »87. Accroître les secours apparaît également comme une solution, d’autant que « les administrations de charité ne sont jamais dans le cas de fournir à une famille malheureuse tout ce qui lui est nécessaire, les secours qu’elles distribuent sont toujours en dessous des besoins, ce sont les voisins charitables qui fournissent le reste »88. L’instruction commence aussi à être ressentie comme nécessaire dans le but de réduire l’indigence89.

70Les instances locales questionnées par le gouvernement central ne font rien pour solliciter son intervention. Elles ne réclament ni subsides ni caisse de compensation.

TABLEAU no 21. Aptitude au travail des indigents de plus de 12 ans selon l'enquête de 1818

TABLEAU no 21. Aptitude au travail des indigents de plus de 12 ans selon l'enquête de 1818

Source : F.H., 2489 à 2492.

TABLEAU no 22. Remèdes proposés afin de réduire l'indigence, selon l'enquête de 1818

TABLEAU no 22. Remèdes proposés afin de réduire l'indigence, selon l'enquête de 1818

Source : A.É.L., F.H., 2489 à 2492.

3. L’enquête de 1822 : un effort d’approfondissement

  • 90 N. Haesenne-Peremans, Une enquête sur la bienfaisance sous le régime hollandais. Son intérêt pour l (...)
  • 91 M.A.P.L., t. 10, pp 1-5 et A.É.L., F.H., 2494.

71Les dénombrements de 1816 et de 1818 ne sont pas encore jugés suffisants par le gouvernement hollandais qui entreprend une nouvelle recherche d’une tout autre ampleur que les précédentes90. Aussi nomme-t-il, en janvier 1822, une Commission de douze membres, présidée par le prince Frédéric. Le rôle de cette Commission est de décrire partout dans le royaume le véritable état des pauvres et de s’informer des mesures les plus adéquates pour leur venir en aide91.

  • 92 A.É.L., F.H., 2494, Rapport contenant les instructions, La Haye, 15 août 1822.

72Pour obtenir des renseignements « complets, homogènes et présentés dans un ordre convenable »92, la Commission fait parvenir aux administrations locales des instructions imprimées expliquant clairement la manière de remplir les formulaires qui y sont annexés et tendant à prévenir les objections possibles. Ces formulaires seront rédigés en triple exemplaire. Le premier sera conservé dans les archives locales, les autres expédiés au gouverneur de la province.

73L’enquête porte non seulement sur les secours à domicile mais sur toutes les branches de la charité publique : hospices, monts-de-piété, caisses de prévoyance, secours aux enfants trouvés et abandonnés. Chaque organisme est tenu de dresser un tableau séparé. Tous les formulaires doivent refléter la situation au 1er janvier 1821. Les indigents effectivement secourus y sont répartis par tranches d’âges (moins de 6 ans, 6 à 12 ans, 12 à 18 ans, 18 à 25 ans, 25 à 50 ans, 50 à 65 ans et plus de 65 ans). Outre le nombre total de secourus, les formulaires évaluent les personnes ayant droit aux secours et les comparent au total de la population. La Commission s’efforce non seulement de déterminer l’âge et le nombre des pauvres secourus mais encore d’établir les causes de leur indigence, qu’il s’agisse du chômage, du trop grand nombre d’enfants, de l’âge, de l’infirmité, de l’inconduite ou d’un accident fortuit. Elle s’efforce également de déterminer si les personnes secourues sont capables ou non de travailler compte tenu de leur âge ou de leur état physique.

74La partie inférieure du formulaire est réservée à l’exposé des comptes des institutions de bienfaisance, à la provenance de leurs recettes et à la répartition de leurs dépenses en argent, pain, médicaments, honoraires du médecin pour soins et vaccination, salaire de l’instituteur, chauffage de l’école, frais de bureau, contributions, dettes des années antérieures. Ces renseignements sont jugés encore insuffisants puisque la Commission ajoute un questionnaire en treize articles auquel les autorités locales sont tenues de répondre point par point.

  • 93 M.A.P.L., t. 5, pp. 167-172, 26 mai 1818.

75La première question porte sur l’origine de la dotation primitive, sur son revenu, sur les règles spéciales qui régissent l’emploi de ses fonds et leur observation. Y sont notées également les variations saisonnières dans le nombre des indigents, les principes qui régissent l’admission aux secours, la quotité de ceux-ci, le maximum accordé à un individu et à une famille, la nature des aides distribuées, l’époque à laquelle se déroulent les distributions, les moyens mis en œuvre pour éviter les abus, les mesures adoptées pour occuper les indigents valides et les enfants. La Commission se préoccupe de l’existence de l’obligation scolaire et de la vaccination pour les enfants pauvres. Elle s’interroge également sur l’accroissement de la population secourue par rapport aux années antérieures et à la génération précédente puis sur les motifs de l’augmentation. Elle demande aux autorités quelles sont les circonstances locales qui permettraient de diminuer l’indigence et d’améliorer l’état des pauvres à domicile et, cette fois, sans y introduire les limites imposées en 181893. A cette époque en effet, une demande semblable avait été accompagnée d’une note restreignant fortement la liberté de réponse de chaque administration : « Vous concevez, Messieurs, qu’exagérer ou diminuer les besoins, la détresse ou le nombre des indigents, aggraver leurs infirmités, attribuer à des causes locales ou politiques un état de misère produit par la paresse, l’oisiveté, le débordement, le vagabondage [...], ce serait exposer le gouvernement à prendre des mesures qui seroient en-dessus ou en-dessous du but qu’il se propose d’atteindre ».

76La Commission réclame des administrations locales une note séparée indiquant l’état ou la profession auxquels avaient appartenu ou appartenaient encore les individus secourus à domicile et leur nombre.

  • 94 Il manque les communes de Fléron, Magnée, Mont Saint-Hadelin et Parfondvaux.
  • 95 Il manque les communes de Charneux et de José.
  • 96 Les communes de Jeneffe, Crisnée, Fexhe-le-Haut-Clocher, Freloux, Fize-le-Marsal, Kemexhe, Momalle, (...)
  • 97 Il s'agit des communes de Drolenval, La Reid et Wegnez.
  • 98 Il s’agit de Burdinne, Lamontzée, Marneffe, Oteppe et Vissoul.
  • 99 Manquent les commîmes de Saint-Georges (Bodegnée), Reppe (Héron), Fumai (Huy) et Ehein (Nandrin).
  • 100 La population des commîmes manquantes a été évaluée d’après J. B. Bouge, Manuel géographique, stati (...)

77Les résultats de l’enquête menée dans les communes de la province de Liège sont conservés de manière incomplète. Dans l’arrondissement de Liège, la totalité des réponses pour les cantons de Liège-Est, Liège-Nord, Liège-Ouest, Liège-Sud, Dalhem, Glons, Louveigné et Seraing subsistent. Les cantons de Fléron94, Herve95 et Hollogne-aux-Pierres96 sont incomplets. A l’exception de trois communes dans le canton de Spa97, toutes les réponses de l’arrondissement de Verviers sont conservées. Dans l’arrondissement de Huy, les réponses du canton de Landen manquent ; seules cinq communes du canton d’Avennes sont reprises98 ; dans chacun des cantons de Bodegnée, Héron, Huy et Nandrin99, une commune fait défaut. Les résultats sont donc conservés pour 91 communes sur 145 (soit près des 2/3). Les lacunes sont quasi insignifiantes pour les arrondissements de Liège et de Verviers puisqu’elles atteignent moins de 5 % de la population. Dans l’arrondissement de Huy, les pertes touchent le quart de la population. L’enquête concerne 90,4 % des habitants de l’ensemble de la province100.

78Malgré ces lacunes, l’enquête apporte des renseignements perspicaces, concrets, variés sur le nombre et la situation des pauvres.

a) Le nombre des pauvres

  • 101 Cfr tableau no 23.

79Le nombre des pauvres dans la province de Liège s’élèverait, en cette seconde décennie du XIXe siècle, à près de 21 % de l’ensemble de la population101.

  • 102 J. Lothe, Paupérisme et bienfaisance à Namur au XIXe siècle (1815-1914), p. 61, Crédit communal, 19 (...)
  • 103 J. Lothe, op. cit.
  • 104 A. J. Maenen. op. cit., p. 614.
  • 105 R. Darquenne, Jemappes, profils sociaux, p. 294.
  • 106 De Morgues, De la misère des ouvriers, p. 18.

80Un habitant sur cinq serait donc indigent et digne de secours. Cette situation n’a rien d’exceptionnel puisqu’à Namur, à la même époque, le gouverneur évalue au tiers la proportion des habitants de la province réduits à mendier pour subsister102. En 1818, il serait même des trois cinquièmes de la population103. A Maastricht, à la même époque, près du tiers de la population est indigente104 et à Mons, un quart des habitants font partie des familles nécessiteuses105. A Orléans, avant 1830, il y avait un pauvre sur quatre habitants106.

TABLEAU no 23. Nombre des pauvres dans la province de Liège en 1821

TABLEAU no 23. Nombre des pauvres dans la province de Liège en 1821

(a) Pourcentage de la population de chaque canton par rapport à la population totale de la province.
(b) Pourcentage de pauvres par rapport au nombre total de pauvres de la province.
Source : A.É.L., F.H., 2499 à 2504.

  • 107 Cfr tableau no 24 et graphiques nos 20 et 21.

81L’arrondissement de Liège compte 21 % de pauvres contre près de 12 % dans celui de Verviers et 29 % dans celui de Huy. L’arrondissement le plus précocement industrialisé est donc celui qui compte le plus petit nombre de pauvres. Ce contraste est encore plus apparent lorsqu’on compare la population pauvre de chaque arrondissement à la population totale107.

  • 108 L’utilisation de la courbe de Lorenz comme mesure de la concentration ainsi qu’une représentation g (...)

82La répartition des pauvres n’est guère homogène au sein des arrondissements et même des cantons. L’écart-type fournit une première mesure de cette dispersion. Il est de 16,10 à Liège alors que la moyenne y est de 21,09 (V = 0,76), à Verviers, il est de 8,60 pour une moyenne de 11,7 (V = 0,74) et à Huy, il est de 20 alors que la moyenne est de 28,90 (V = 0,71). Autre mesure de cette dispersion, indépendante des valeurs absolues, l’indice de variation (V) est relativement élevé là où la concentration des pauvres est la plus forte. A Waremme, il est déjà de 0,3 et il varie du simple au quadruple pour atteindre 1,11 à Nandrin. Les pourcentages dans les différents cantons indiquent l’ordre de grandeur mais rendent parfois une piètre image de la situation au niveau de chaque commune108. Ils sont toutefois nécessaires si l’on veut dépasser le stade d’une juxtaposition de monographies locales pour atteindre la compréhension du phénomène au niveau de la province. Le géographe, peut déterminer, grosso modo, trois zones : 1°) les Ardennes et le Condroz où le pourcentage des pauvres, sauf rares exceptions, se situe entre un et deux écarts-type sous la moyenne provinciale, 2°) la région mosane, la région de la Vesdre et le pays de Herve où le pourcentage de pauvres est légèrement inférieur à la moyenne et 3°) enfin la Hesbaye où le pourcentage des pauvres s’écarte jusqu’à deux sigma et plus au-dessus de la moyenne. Ainsi, sous la moyenne, on trouve Liège, Dalhem, Fléron, Herve, Louveigné, Seraing, Limbourg, Spa, Stavelot, Verviers, Ferrières, Héron, Huy et Nandrin. Entre la moyenne et un écart-type, se placent Glons, Hollogne, Aubel et Landen ; plus haut Avennes, Waremme et Bodegnée. La région située au Nord de la Meuse semble donc plus affectée par le paupérisme. Faut-il y chercher des causes d’ordre économique ? Région essentiellement agricole et de grandes exploitations, ses habitants sont plus sensibles aux variations saisonnières et ne peuvent disposer de l’appoint des ressources de l’industrie. Les pauvres sont des journaliers agricoles, louant leurs bras lorsqu’il y a du travail, tombant à charge des Bureaux de bienfaisance lorsque l’ouvrage vient à manquer.

TABLEAU no 24. Les pauvres dans la province de Liège d’après l'enquête de 1823. Résultats par arrondissements

TABLEAU no 24. Les pauvres dans la province de Liège d’après l'enquête de 1823. Résultats par arrondissements

(a) Sigma calculé sur les pourcentages de pauvres dans chaque canton.
(b) Pourcentage de la population de chaque arrondissement par rapport à la population totale de la province.
(c) Pourcentage des pauvres de chaque arrondissement par rapport au total des pauvres de la province.
Source : A.É.L., F.H., 2499 à 2504.

GRAPHIQUE no 20. Pourcentage des pauvres par rapport à la population de chaque canton selon l’enquête de 1823

GRAPHIQUE no 20. Pourcentage des pauvres par rapport à la population de chaque canton selon l’enquête de 1823

Source : A.É.L., F.H., 2495 à 2504.

GRAPHIQUE no 21. Pourcentage du nombre des pauvres comparé à celui du nombre des habitants dans chaque canton selon l'enquête de 1823

GRAPHIQUE no 21. Pourcentage du nombre des pauvres comparé à celui du nombre des habitants dans chaque canton selon l'enquête de 1823

Légende : I : % des habitants par rapport à l’ensemble
II : % des indigents par rapport à l’ensemble
Source : A.É.L., F.H., 2497 à 2504.

TABLEAU no 25. La concentration de la pauvreté dans chaque canton d'après l'enquête de 1823

Arrondissements

Cantons

des % de pauvres dans chaque commune

σ

V

Liège

Liège

17,04

15,71

0,92

Dalhem

19,14

10,10

0,53

Fléron

12,70

8,83

0,70

Glons

25,37

11,35

0,45

Herve

15,33

5,09

0,33

Hollogne

38,11

21,59

0,57

Louveigné

8,40

9,53

1,13

Seraing

6,83

4,93

0,72

Waremme

60,56

18,08

0,30

Verviers

Aubel

23,12

11,23

0,49

Limbourg

11,04

10,74

0,97

Spa

4,45

1,78

0,40

Stavelot

6,11

3,83

0,63

Verviers

7,46

3,82

0,51

Huy

Avennes

39,08

18,12

0,46

Bodegnée

56,14

22,14

0,39

Ferrières

5,32

3,18

0,60

Héron

26,32

20,98

0,80

Huy

17,00

15,48

0,91

Landen

37,35

12,78

0,34

Nandrin

17,60

19,60

1,11

Source : A.É.L., F.H., 2495 à 2504.

  • 109 Cfr tableau no 23 et N. Haesenne-Peremans, Une enquête sur la bienfaisance, p. 423.
  • 110 Cfr tableau no 23. Il s’agit de la moitié des communes des cantons de Louveigné et d’Avennes, de pl (...)

83Ces observations se confirment encore lorsque l’on compare le pourcentage des habitants dans chaque canton par rapport à la population totale de la province et le pourcentage des pauvres dans chaque canton par rapport au nombre des pauvres de la province109. Si la répartition des pauvres était proportionnelle à la population, les rapports devraient être constants ; or, ce n’est pas le cas. Dans les cantons d’Avennes, de Bodegnée, de Landen, de Waremme, de Hollogne, le pourcentage des pauvres y est largement excédentaire par rapport à l’importance de la population. Dans les cantons de Fléron, de Louveigné, de Seraing, de Spa, de Limbourg, de Stavelot et de Verviers par contre le pourcentage des pauvres est moins élevé que celui des habitants. Dans les autres cantons, un certain équilibre se réalise110.

b) Variations saisonnières

  • 111 Cfr tableau no 26.

84Les autorités hollandaises avaient demandé aux membres des Bureaux de bienfaisance si les personnes secourues « variaient en nombre d’après les différences des saisons et dans quelle proportion ». 86 communes, c’est-à-dire plus de la moitié des communes ayant répondu, considèrent que le nombre des pauvres reste constant quelle que soit la saison111. Il s’agirait alors d’un paupérisme structurel et non conjoncturel.

85Ailleurs, notamment dans plus de la moitié des communes des cantons de Dalhem, de Seraing, de Limbourg, de Spa, de Héron et de Huy et dans toutes les communes du canton de Herve, les hausses se manifestent en hiver mais leur importance est variable et s’échelonne de 10 à 500 %.

TABLEAU no 26. Variations saisonnières du nombre des pauvres d'après l'enquête de 1823

TABLEAU no 26. Variations saisonnières du nombre des pauvres d'après l'enquête de 1823

(a) Les communes de ce canton n’ont pas répondu à la question.
Sources : A.É.L., F.H., 2495 à 2504.

  • 112 A.É.L., F.H., 2493, Observations du commissaire royal du district communal de Huy à propos de l’enq (...)

86C’est dans l’arrondissement de Huy que les écarts sont les plus grands. Quinze communes voient leur population pauvre plus que doublée en hiver. Il s’agit probablement d’ouvriers agricoles privés de leur gagne-pain. A la bonne saison déjà, leur salaire est insuffisant pour assurer l’entretien et l’alimentation d’une famille, mais en morte-saison, leur situation empire112. Les variations saisonnières dans le nombre des pauvres traduisent le chômage saisonnier.

87L’écart entre population pauvre en été et en hiver ne dépasse guère 70 %, quatre communes exceptées (deux dans le canton de Herve et deux dans le canton de Limbourg).

D. — Une recrudescence accidentelle : la crise de 1817

  • 113 A.É.L., F.H., 2483, le commissaire du canton d’Aubel au gouverneur, 14 novembre 1816.

88Dès l’automne 1816, le prix des grains atteint des proportions alarmantes. Le sort de la population devient préoccupant. « Déjà, les vols se multiplient, tant dans les maisons des particuliers que sur les chemins publics ». Le commissaire du canton d’Aubel s’attend au pire, « tant le nombre de nos pauvres est effrayant, tant leur misère est extrême. On les voit mendiant par bandes de 5 à 600 et se portant périodiquement toutes les semaines à la même heure sur les mêmes communes et chez les mêmes personnes. Déjà, les habitants les plus aisés commencent à se réfugier dans les villes, de sorte que le nombre des mendiants augmentant tous les jours et celui des personnes faisant l’aumône diminuant, il y a réellement à craindre les plus grands excès, si l’on ne prend quelques mesures pour les prévenir »113.

  • 114 A.A.P.L., P.V.B.B., 1er août 1817.
  • 115 A.É.L., F.H., 2479.

89Les autorités provinciales décident de procurer du grain et du pain aux nécessiteux. Pour cela, il faut en connaître le nombre. Comme les secours diffèrent selon le degré d’indigence, il est nécessaire de se renseigner sur l’intensité de la misère114. Des renseignements généraux ont été recueillis pour toutes les communes de la province. Ils sont rassemblés, au sein de chaque arrondissement, par cantons. On y trouve le chiffre global de la population, le nombre total d’indigents et celui des assistés. Parmi ces derniers, sont distingués ceux qui sont capables d’assurer leur subsistance pour plus de la moitié, pour moins de la moitié et ceux qui n’ont aucune ressource. Dans la première catégorie, sont rangés « les artisans, journaliers ou ouvriers dont le salaire quotidien est en dessous de leurs besoins les plus indispensables »115. Dans la dernière sont compris les enfants, les vieillards et les infirmes qui ne peuvent survivre sans les secours publics.

  • 116 Voir tableau no 27. Il faut lire à ce sujet J. D. Post, The last great subsistence crisis in the we (...)
  • 117 Il s’agit de Glons, Herve, Hollogne, Waremme, Aubel et Huy.

90L’enquête intervient à un moment de crise, alors qu’il faut recourir à des secours extraordinaires en grains et en pains pour éloigner des malheureux le spectre de la famine, aussi le nombre des indigents atteint-il son point culminant, du moins pour la période envisagée. Plus du quart de la population de la province de Liège est pauvre mais un cinquième seulement reçoit des secours. Les autres indigents sont abandonnés, faute de moyens, à la charité privée. Lorsque celle-ci fait défaut, ils sont condamnés à l’errance et à la mendicité s’ils ne veulent pas mourir de faim116. Le pourcentage des pauvres est fort variable d’un canton à l’autre et va de moins de 2 % dans le canton de Spa à près de 85 % dans le canton de Hollogne. Le coefficient de variation est d’ailleurs élevé (1,06). La concentration des indigents est particulièrement forte sur la rive gauche de la Meuse, dans un périmètre allant de Geer, à l’Ouest, jusqu’à Loncin, à l’Est et d’Oreye au Nord jusqu’à la Meuse au Sud. Cette constatation ne fait que corroborer les résultats précédents. Six cantons ont une population indigente supérieure à la moyenne117, sans compter le chef-lieu de province où près des quatre dixièmes des habitants réclament les secours de la charité. La plupart de ces cantons sont situés dans l’arrondissement de Liège où le degré de pauvreté est de 0,35. L’arrondissement de Verviers est le moins touché par le paupérisme puisque 1/8 seulement de sa population ne peut suffire à ses besoins. Dans l’arrondissement de Huy, on compte un peu plus d’un cinquième de pauvres. Les rapports entre les cantons restent pratiquement les mêmes lorsqu’on envisage le nombre de secourus. Celui-ci peut parfois être très inférieur au nombre réel des pauvres. Ainsi, dans le canton de Louveigné moins d’un dixième des indigents reçoit l’aide du Bureau de bienfaisance. Dans le canton de Waremme par contre, les revenus sont suffisants pour assister presque tous les malheureux.

TABLEAU no 27. Nombre de pauvres le 1er août 1817

TABLEAU no 27. Nombre de pauvres le 1er août 1817

Source : A.É.L., F.H., 2482.

91L’intensité de la misère diffère elle aussi très fort d’une région à l’autre. Si l’arrondissement de Liège détient le triste privilège de compter sur son sol le plus grand nombre d’indigents par rapport à la population, près de la moitié d’entre eux ne réclament qu’une aide réduite ou passagère. A Hollogne, canton le plus pauvre, cette catégorie d’indigents forme même les deux tiers des assistés.

  • 118 A.A.P.L., P.V.B.B.

92Dans la ville de Liège, par contre, le sort des indigents est plus défavorable. Plus des trois quarts d’entre eux dépendent presqu’entièrement de la bienfaisance publique pour survivre. Pourtant, lorsqu’il s’agit de distribuer des pains gratuits aux personnes sans ressources, on n’accorde cette charité qu’à 15 % seulement des indigents. Les plus malheureux sont concentrés dans certaines paroisses, connues déjà au XVIIIe siècle pour leur nombre élevé de pauvres. Dans le quartier Nord, dans la paroisse Saint-Martin avec ses succursales, Sainte-Croix, Sainte-Marguerite et Sainte-Walburge, ils forment plus de la moitié des indigents ; à Saint-Servais, ils sont près du tiers ; dans les paroisses d’Outre-Meuse et à Sainte-Véronique, ils dépassent le cinquième118.

  • 119 A.É.L., F.H., 2483 et tableau no 28.

93Dans l’arrondissement de Verviers, le moins touché par le paupérisme, les trois catégories regroupent un nombre à peu près équivalent d’indigents. De même, un tiers des pauvres recevra un secours en pains ou en grains gratuit119.

94Dans l’arrondissement de Huy où la population pauvre est avant tout composée de journaliers agricoles, la plus grande partie (56 %) peut subvenir à ses besoins pour plus de la moitié.

***

95L’effort des autorités pour prendre la mesure du mal afin de mieux le juguler s’intensifie dans le premier tiers du XIXe siècle. Le souci du dénombrement se marque tant sous le régime français qu’à l’époque hollandaise. En 1817, son but est d’évaluer le montant de l’aide nécessaire pour éviter la famine. En d’autres temps, les enquêtes statistiques sont censées fournir aux autorités les éléments qui devraient leur permettre d’élaborer une politique susceptible de résorber l’indigence mais les réalisations concrètes se sont fait attendre.

96Pour l’historien, ces relevés sont un apport inappréciable car ils permettent de saisir les composantes de la misère, ses causes, son intensité, non dans une ville ou un village mais sur l’ensemble du territoire d’une province.

TABLEAU no 28. Répartition des secours en 1817 dans l'arrondissement de Verviers

TABLEAU no 28. Répartition des secours en 1817 dans l'arrondissement de Verviers

Source : A.É.L., F.H., 2483

Notes

1 F. Furet, Structures sociales parisiennes au XVIIIe siècle, l'apport d'une série « fiscale », dans Annales E.S.G., t. XVI, 1961, pp. 939-958 ; E. Hélin, A la recherche d'une mesure des inégalités de fortune : l'apport des rôles fiscaux liégeois, dans L'impôt dans le cadre de la ville et de l'État, Pro Civitate, coll. Histoire, no 13, pp. 143-167, Bruxelles, 1966.

2 F. Furet, op. cit., p. 951.

3 É. Hélin, Les capitations liégeoises. Recherches sur la fiscalité des États de la Principauté de Liège et du Comté de Looz, dans Anciens Pays et Assemblées d’États, t. XXI, p. 31, Louvain, 1961.

4 Une telle démarche n’est pas toujours possible. Ainsi, à Lille, les rôles de la capitation de 1787 sont inutilisables parce que le plus souvent « la cour ou la rue entière est déclarée en bloc trop misérable pour payer une taxe », P. Thomas, Textes historiques sur Lille, t. 20, p. 316.

5 É. Hélin, Les capitations liégeoises, p. 246.

6 Il manque Sainte-Ursule, Saint-Gangulphe, La Madeleine, Saint-Severin, Saint-Michel, Saint-Hubert, Saint-Remacle en Mont, Saint-Adalbert, Saint-Martin en Ile, Saint-Vincent, Notre-Dame des Lumières en Glain et SainteFoy. Cfr A.É.L., États, 841, 842 et 843.

7 A.É.L., États, 85-86-87. Il s’agit des paroisses de Saint-Gangulphe, Saint-Georges, Saint-Servais, Saint-Severin, Saint-Nicolas aux Mouches, Saint-Remacle en Mont, Saint-Nicolas au Trez, Saint-Remy, Saint-Pholien, Saint-Remacle au Pont, Sainte-Gertrude, Sainte-Walburge et Sainte-Foy. La liste de Saint-Hubert a été acquise depuis peu par les Archives de l’État à Liège.

8 A.É.L., États, 86.

9 A.É.L., États, 86.

10 A.É.L., États, 88-89.

11 Sainte-Gertrude, Saint-Nicolas Outre-Meuse et Saint-Remy.

12 Saint-Adalbert, Sainte-Aldegonde, Sainte-Catherine, Saint-Christophe, Sainte-Foy, Saint-Georges, Saint-Jean-Baptiste, Sainte-Madeleine, Sainte-Marguerite, Saint-Martin, Saint-Nicolas au Trez, Notre-Dame aux Fonts, Saint-Remacle en Mont, Saint-Remacle au Pont, Saint-Servais, Saint-Thomas, Sainte-Véronique, Saint-Vincent et Sainte-Walburge.

13 Saint-Clément, Saint-Hubert, Saint-Nicolas aux Mouches, Saint-Severin.

14 É. Hélin. Les capitations liégeoises, p. 314.

15 Ibidem, pp. 303-311.

16 A.É.L., États, 92. fo 106 et fo 102. Ce procédé de jalonner les relevés de repères topographiques était déjà en usage précédemment. Ainsi, en 1736, le recenseur précise qu’il débute à Saint-Thomas « faubourg de Vingnis, du côté du faubourg Saint-Léonard, on commençant à la rue David et allant jusqu’au fossé de la ville ». En 1762, le curé de Sainte-Catherine déclare avoir « commencé le tour par la première maison du pont des arches du côté des jésuittes ».

17 A.É.L., États, 93, fo 159-172.

18 A.É.L., États, 89, fo 199-210, 222-235 et 185-192.

19 A.É.L., États, 93, fo 72.

20 Voir tableau no 1.

21 Le cas s’observe à Saint-André, Sainte-Catherine, Saint-Georges, Saint-Pholien, Saint-Servais.

22 É. Hélin, La taille des ménages avant la révolution industrielle. Le cas de Liège en 1801, dans Recherches économiques de Louvain, t. XXXV, no 4, pp. 233-250, Louvain, 1969.

23 É. Hélin, Les capitations liégeoises, pp. 298-299.

24 É. Hélin, La population des paroisses liégeoises aux XVIIe et XVIIIe siècles, p. 266, Liège, 1959.

25 Voir tableaux nos 2 et 3. Il s’agit là d’une proportion fort semblable à celle observée à Rennes en 1777. H. SEE, Statistique des pauvres de Rennes, p. 474.

26 A.É.L., F.F., Préf., 28, le préfet au Ministre de la Police, 9 pluviôse an X et liasse 586.

27 É. Hélin, A la recherche d’une mesure [...], pp. 155 et 159-160.

28 Cfr tableaux nos 4 et 5.

29 Cfr tableaux nos 6, 7 et 8.

30 Cfr tableaux nos 9 et 10. Ces résultats sont sujets à caution en 1791 puisqu’ils ne tiennent pas compte de la paroisse la plus pauvre, Saint-Nicolas Outre Meuse.

31 É. Hélin, Les capitations liégeoises, p. 74. La rentrée de ces listes ne se fait pourtant pas sans peine. Le 12 avril 1763, le Chapitre sede vacante s’étonne de ce que plusieurs communautés sont en retard. Le secrétaire du Chapitre écrit à des dizaines de curés pour les enjoindre d’envoyer le recensement de leurs paroissiens au Greffe des États.

32 A.É.L., États, 94 à 102, R.P. Seraing, 5 et A.É.H., Cures, Huy, Saint-Hilaire, 3, Saint-Mengold, 12, A.É.H., Huy-Ville, 463, A.É.H., Cures, Antheit, 25.

33 Sur ce sujet, lire P. Laslett, Size and structure of the Household in England over three centuries, dans Population studies, t. XXIII, pp. 199-223, 1969 ; Idem, The comparative history of the Household and family, dans Journal oj Social History, t. 4, pp. 75-87, 1970, Household and family in past time, éd. P. Laslett and R. Wall, Cambridge, 1972 et R. Schofield, Age specific mobility in an eighteenth Century English parish, dans Annales de Démographie historique, pp. 261-274, 1970.

34 C’est le cas à Bovenistier, à Crehen, à Grandville, à Houtain-l’Évêque, à Lens sur Geer et dans la paroisse Sainte-Catherine à Huy.

35 A.É.L., États, 102, Tourinne.

36 Voir tableau no 11.

37 Image 100000000000028F000000F420CB94D8CCD6BCD9.jpg

A = Adultes de + de 15 ans.
B = Adultes et enfants.

38 A.É.H., Ville de Huy, 463.

39 A.É.L., Cures, Saint-Hilaire, 3.

40 A.É.L., États, 98.

41 A.É.L., États, 100.

42 Mathieu Laensberg, no 55, 3 mars 1827, p. 2, col. 2, p. 3, col. 1.

43 C’est de 1801 que date la création du Bureau de Statistique chargé de faire connaître « l’état de la République sous tous les rapports ». Cfr M. Kempeneers, Aux origines des statistiques liégeoises. Premières recherches sur leur élaboration (an III-1843), Liège, mémoire de licence inédit, 1975-1976, pp. 43-49.

44 A.É.L., F.F., Préf., 556, 21 brumaire an IX.

45 A.É.L., F.F., Préf., 599 à 641 et 556.

46 A.É.L., F.F., Préf., 556, 14 brumaire an IX.

47 A.É.L., F.F., Préf., 602.

48 Ibidem, 612.

49 Ibidem, 622.

50 Ibidem, 6o2.

51 Ibidem, 602, 27 frimaire an IX.

52 Ibidem, 612-613.

53 Ibidem, 602.

54 Ibidem, 601.

55 L. F. Thomassin, Mémoire statistique du Département de l'Ourthe, p. 344.

56 M.A.D.O., t. 6, p. 6.

57 A.É.L., F.F., Préf., 599 à 641.

58 Ibidem, 623, Plainevaux, 601, Bombaye.

59 Ibidem, 601, Cheratte, 21 thermidor an XII.

60 M.A.D.O., t. 7, pp. 237-246.

61 Ce souci de perfection est évident lorsqu’on envisage l’élaboration des données successives réclamées par les différents gouvernements en ce début du XIXe siècle. Cfr M. Kempeneers, op. cit.

62 A.É.L., F.F., Préf., 599 à 641 et 556. Cfr tableau no 3.

63 Voir tableau no 16.

64 Voir N. Haesenne-Peremans, Comment atténuer la misère ? L'organisation des secours à domicile dans les communes de la province de Liège avant 1830, dans B.C.C.B., no 128, 1979.

65 A.É.H., Communes, Amay, 327.

66 A.É.L., F.F., Préf., 617, Jemeppe et Communes, Chênée, 12.

67 A.É.L., F.F., Préf., 6.

68 A.N.P., F 16, 1034.

69 Voir tableau no 17.

70 R. Darquenne, Jemappes, profils sociaux, p. 294 et Idem, Histoire économique du département de Jemappes, Mons, 1965, p. 126.

71 A. J. Fr. Maenen, Maastrichts sociaal-economische structuur, p. 608.

72 Voir tableau no 18.

73 M.A.P.L., t. 2, pp. 3-7.

74 A.É.L., F.H., 2477 et A.A.P.L., P.V.B.B., 17 mai 1816.

75 Cfr tableau no 19 et graphique no 19.

76 A.A.P.L., P.V.B.B., 17 mai 1816.

77 Cfr N. Haesenne-Peremans, Gomment atténuer la misère ? L’organisation des secours à domicile dans les communes de la province de Liège avant 1830, dans B.C.C.B., no 128, 1979, pp. 110-111.

78 M.A.P.L., t. 5, pp. 167-172 et Soudain de Niederwerth, Code des établissements de bienfaisance, pp. 339-346.

79 A.É.L., F.H., 2489, 2490 et 2492.

80 Cfr tableau no 20 et tableau no 19.

81 Cfr graphique no 3.

82 A.É.L., F.H., 2492, Rapport du Bureau central de bienfaisance du canton de Verviers, annexé au tableau dressé ensuite de la circulaire des. États députés du 26 mai dernier, 4 juillet. 1818.

83 Cfr tableau no 21.

84 Cfr tableau no 22.

85 A.É.L., F.H., 2490, réponse do Sprimont et F.H., 2492, réponse de Wegnez.

86 A.É.L., F.H., 2492, rapport de Verviers.

87 A.É.L., F.H., 2488, observations du sous-intendant de l’arrondissement de Verviers.

88 A.É.L., F.H., 2492, rapport de Stavelot.

89 A.É.L., F.H., 2489, réponse d’Abée et F.H., 2490, réponse de Liège-ville.

90 N. Haesenne-Peremans, Une enquête sur la bienfaisance sous le régime hollandais. Son intérêt pour l’histoire sociale et démographique de la Province de Liège, dans R.B.P.H., t. LIII, 1975, no 2, pp. 419-430.

91 M.A.P.L., t. 10, pp 1-5 et A.É.L., F.H., 2494.

92 A.É.L., F.H., 2494, Rapport contenant les instructions, La Haye, 15 août 1822.

93 M.A.P.L., t. 5, pp. 167-172, 26 mai 1818.

94 Il manque les communes de Fléron, Magnée, Mont Saint-Hadelin et Parfondvaux.

95 Il manque les communes de Charneux et de José.

96 Les communes de Jeneffe, Crisnée, Fexhe-le-Haut-Clocher, Freloux, Fize-le-Marsal, Kemexhe, Momalle, Noville, Odeur et Thys manquent.

97 Il s'agit des communes de Drolenval, La Reid et Wegnez.

98 Il s’agit de Burdinne, Lamontzée, Marneffe, Oteppe et Vissoul.

99 Manquent les commîmes de Saint-Georges (Bodegnée), Reppe (Héron), Fumai (Huy) et Ehein (Nandrin).

100 La population des commîmes manquantes a été évaluée d’après J. B. Bouge, Manuel géographique, statistique et administratif du royaume des Pays-Bas, Bruxelles, 1821, pp. 81-90.

101 Cfr tableau no 23.

102 J. Lothe, Paupérisme et bienfaisance à Namur au XIXe siècle (1815-1914), p. 61, Crédit communal, 1978.

103 J. Lothe, op. cit.

104 A. J. Maenen. op. cit., p. 614.

105 R. Darquenne, Jemappes, profils sociaux, p. 294.

106 De Morgues, De la misère des ouvriers, p. 18.

107 Cfr tableau no 24 et graphiques nos 20 et 21.

108 L’utilisation de la courbe de Lorenz comme mesure de la concentration ainsi qu’une représentation graphique de la dispersion dans chaque canton ne sont pas ici fort éclairantes. Cfr tableau no 25.

109 Cfr tableau no 23 et N. Haesenne-Peremans, Une enquête sur la bienfaisance, p. 423.

110 Cfr tableau no 23. Il s’agit de la moitié des communes des cantons de Louveigné et d’Avennes, de plus de la moitié des communes des cantons de Liège, de Fléron, de Glons, d’Aubel, de Stavelot, de Verviers et de Nandrin et de toutes les communes du canton de Bodegnée.

111 Cfr tableau no 26.

112 A.É.L., F.H., 2493, Observations du commissaire royal du district communal de Huy à propos de l’enquête de 1823.

113 A.É.L., F.H., 2483, le commissaire du canton d’Aubel au gouverneur, 14 novembre 1816.

114 A.A.P.L., P.V.B.B., 1er août 1817.

115 A.É.L., F.H., 2479.

116 Voir tableau no 27. Il faut lire à ce sujet J. D. Post, The last great subsistence crisis in the western world, Baltimore, London, 1977.

117 Il s’agit de Glons, Herve, Hollogne, Waremme, Aubel et Huy.

118 A.A.P.L., P.V.B.B.

119 A.É.L., F.H., 2483 et tableau no 28.

Table des illustrations

Titre TABLEAU no 1. Concentration des pauvres dans 18 paroisses en 1689
Légende Source : A.É.L., États, 84.(a) É. HÉLIN, La population des paroisses liégeoises aux XVIIe et XVIIIe siècles, Liège, 1959.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6799/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre TABLEAU no 2. Concentration des pauvres dans 20 paroisses en 1736
Légende (a) É. Hélin, La population des paroisses liégeoises aux XVIIe et XVIIIe siècles, Liège, 1959.Source : A.É.L., États, 85, 86, 87.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6799/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre TABLEAU no 3. Concentration des pauvres dans 24 paroisses en 1791
Légende (a) É. Hélin, La population des paroisses liégeoises aux XVIIe et XVIIIe siècles, Liège, 1959.Source : A.É.L., États, 89 à 93.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6799/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre TABLEAU no 4. Concentration des pauvres par maison dans 17 paroisses en 1736
Légende (a) É. Hélin, La population des paroisses liégeoises aux XVIIe et XVIIIe siècles, Liège, 1959.(b) L’indice 100 = le nombre de maisons dans chaque paroisse.(c) En Lulay, toutes les maisons n’ont pas été distinguées les unes des autres.Source : A.É.L., États, 85, 86, 87.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6799/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre TABLEAU no 5. Concentration des pauvres par maison dans 24 paroisses en 1791
Légende (a) É. Hélin, La population des paroisses liégeoises aux XVIIe et XVIIIe siècles, Liège, 1959.(b) L’indice 100 = le nombre de maisons dans chaque paroisse.Source : A.É.L., États, 90 à 93.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6799/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre TABLEAU no 6. Concentration de l'indigence en 1689
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6799/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre TABLEAU no 6 (suite)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6799/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre TABLEAU no 6 (Suite)
Légende (a) É. Hélin, La population des paroisses liégeoises aux XVIIe et XVIIIe siècles, Liège, 1959.(b) Les % calculés sur une unité ne le sont qu’à titre indicatif ; ils sont dépourvus de signification statistique.Source : A.É.L., États, 84.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6799/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre TABLEAU no 7. Concentration de l'indigence en 1736
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6799/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre TABLEAU no 7 (suite)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6799/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre TABLEAU no 7 (suite)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6799/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre TABLEAU no 7 (suite)
Légende (a) É. Hélin, La population des paroisses liégeoises aux XVIIe et XVIIIe siècles, Liège, 1959.(b) Les % calculés sur une unité le sont à titre indicatif.Source : A.É.L., États, 85, 86, 87.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6799/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre TABLEAU no 8. Concentration de l’indigence en 1791
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6799/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre TABLEAU no 8 (suite)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6799/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre TABLEAU no 8 (suite)
Légende (a) É. Hélin, La population des paroisses liégeoises aux XVIIe et XVIIIe siècles, Liège, 1959.(b) Les % calculés sur une unité le sont à titre indicatif.Source : A.É.L., États, 89 à 93.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6799/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre TABLEAU no 9. Concentration des pauvres par maisons dans 17 paroisses en 1736
Légende Source : A.É.L., États, 85, 86, 87.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6799/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre TABLEAU no 10. Concentration des pauvres par maisons dans 24 paroisses en 1791
Légende Source : A.É.L., États, 89 à 893.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6799/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre TABLEAU no 11. La pauvreté en Hesbaye en 1762-1763
Légende Source : A.É.L., États, 96 à 102.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6799/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre TABLEAU no 12. L’indigence à Huy d’après la capitation de 1762
Légende Source : A.É.H., Cures, Huy St.- Hilaire, 3 ; St-Mengold, 12 ; Ville de Huy, 463.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6799/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre TABLEAU no 16. Les pauvres et leurs revenus en l’an XIII
Légende (a) A l’exception de la Ville.Source : A.É.L., F.F., Préf., 599 à 641 et 556.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6799/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre TABLEAU no 17. Les pauvres et leurs revenus en 1808
Légende (a) Estimation officielle et outrée. Le total approche sans doute 45.000 habitants.Source : A.N.P., F 16, 1034.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6799/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre TABLEAU no 19. Nombre, de pauvres dans l'arrondissement de Liège en 1816
Légende (a) Les chiffres manquent pour le canton de Louveigné.(b) Chiffre approximatif : en 1814, il est de 46 232 ;en 1818, il est de 48 817.Source : A.É.L., F.H., 2477.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6799/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre GRAPHIQUE no 19. Pourcentage des indigents dans 8 cantons de l’arrondissement de Liège en 1816
Légende Source : A.E.L., F.H., 2477.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6799/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre TABLEAU no 20. Nombre de pauvres dans la Province de Liège selon l'enquête de 1818
Légende Source : A.É.L., F.H., 2489 à 2492.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6799/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre TABLEAU no 21. Aptitude au travail des indigents de plus de 12 ans selon l'enquête de 1818
Légende Source : F.H., 2489 à 2492.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6799/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre TABLEAU no 22. Remèdes proposés afin de réduire l'indigence, selon l'enquête de 1818
Légende Source : A.É.L., F.H., 2489 à 2492.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6799/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre TABLEAU no 23. Nombre des pauvres dans la province de Liège en 1821
Légende (a) Pourcentage de la population de chaque canton par rapport à la population totale de la province.(b) Pourcentage de pauvres par rapport au nombre total de pauvres de la province.Source : A.É.L., F.H., 2499 à 2504.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6799/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre TABLEAU no 24. Les pauvres dans la province de Liège d’après l'enquête de 1823. Résultats par arrondissements
Légende (a) Sigma calculé sur les pourcentages de pauvres dans chaque canton.(b) Pourcentage de la population de chaque arrondissement par rapport à la population totale de la province.(c) Pourcentage des pauvres de chaque arrondissement par rapport au total des pauvres de la province.Source : A.É.L., F.H., 2499 à 2504.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6799/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre GRAPHIQUE no 20. Pourcentage des pauvres par rapport à la population de chaque canton selon l’enquête de 1823
Légende Source : A.É.L., F.H., 2495 à 2504.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6799/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre GRAPHIQUE no 21. Pourcentage du nombre des pauvres comparé à celui du nombre des habitants dans chaque canton selon l'enquête de 1823
Légende Légende : I : % des habitants par rapport à l’ensembleII : % des indigents par rapport à l’ensembleSource : A.É.L., F.H., 2497 à 2504.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6799/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre TABLEAU no 26. Variations saisonnières du nombre des pauvres d'après l'enquête de 1823
Légende (a) Les communes de ce canton n’ont pas répondu à la question.Sources : A.É.L., F.H., 2495 à 2504.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6799/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre TABLEAU no 27. Nombre de pauvres le 1er août 1817
Légende Source : A.É.L., F.H., 2482.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6799/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre TABLEAU no 28. Répartition des secours en 1817 dans l'arrondissement de Verviers
Légende Source : A.É.L., F.H., 2483
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6799/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 96k

© Presses universitaires de Liège, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search