Version classiqueVersion mobile

La pauvreté dans la région liégeoise à l’aube de la révolution industrielle

 | 
Nicole Haesenne-Peremans

Deuxième partie. Les pauvres, exclus de la société ?

Chapitre IV. Les pauvres perçus par leurs contemporains

Texte intégral

  • 1 Robert, Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, s.v. paupérisme.
  • 2 E. Laurent, Le paupérisme et les Associations de prévoyance, p. 21.
  • 3 Ibidem.

1Le mot « paupérisme » est un néologisme qui fait son apparition en Angleterre, en 1823, pour désigner un état permanent d’indigence1, ce qu’un économiste du XIXe siècle a appelé « l’épidémie de la pauvreté »2. Est-ce à dire qu’il s’agit là d’un phénomène contemporain du XIXe siècle ? Émile Laurent, philanthrope français qui écrit en 1865, semble le croire lorsqu’il affirme que le caractère fondamental du paupérisme ne réside pas dans la permanence et la généralité de la pauvreté mais dans la déchéance morale, « la subversion de l’intelligence, l’abaissement de l’âme, l’affaiblissement et la décomposition de la volonté et de l’énergie individuelles, la torpeur de la conscience et de la personnalité », caractères qu’il observe alors autour de lui. « L’agglomération et la concentration des individus, des familles, des populations en proie à la misère, agglomération et concentration qui font que cette misère intense et homogène se répand de proche en proche, s’accumule, grandit, se répercute, forme un foyer de plus en plus vaste, de plus en plus rayonnant d’infection et de souffrance, devient persistante, endémique, héréditaire et est sentie à tous ses degrés, et même dans les régions voisines, tellement sentie qu’elle finit par détruire l’espérance chez le pauvre et par ajouter ou substituer chez le riche, l’effroi à la compassion », ne sont que « caractères accessoires »3.

  • 4 A. Onclair, La bienfaisance sociale et le problème du paupérisme d'après les doctrines du R. P. Ta (...)

2Pourtant, à lire les descriptions que donnent de la pauvreté et de l’indigence les auteurs du XVIIIe siècle et les observations qu’ils font sur le comportement de la population pauvre, le paupérisme, tel qu’il est défini au XIXe siècle et qui est alors « l’état ordinaire de certaines professions ou catégories sociales »4 est déjà bien établi aux époques antérieures. La réalité a précédé le mot. Celui-ci désigne une réalité ancienne que la concentration urbaine rend plus tangible et plus aiguë.

  • 5 Poverty, inequality and class structure, éd. Dorothy Weddehbubn, Cambridge, 1974, p. 1. Voir aussi (...)
  • 6 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des Arts, des Sciences et des Lettres, t. 3, 213 b.
  • 7 J. Bentham, Essays on the poor law, 1796, cité par J. R. Poynter, Society and pauperism. English i (...)
  • 8 P. Colquhoun, A treatise on the wealth, power and ressource of the british Empire, chap. XIV, 1814 (...)
  • 9 Necker, De l'Administration des Finances, III, chap. XV, cité par C. Bloch, L'assistance et l'État (...)
  • 10 E. Laurent, Le paupérisme et les associations de prévoyance, p. 17.

3La pauvreté est toujours définie en fonction des valeurs de la société où elle apparaît5. Aussi est-il nécessaire de cerner d’abord les concepts généraux de pauvreté et d’indigence et de les confronter ensuite avec les observations locales plus ou moins cohérentes. Selon l’Encyclopédie ss, « la pauvreté est un état opposé à celui d’opulence, on y manque des commodités de la vie [...], l’indigence n’est autre chose que l’extrême pauvreté, on y manque du nécessaire »6. En 1796, l’Anglais Jeremy Bentham croit que la pauvreté est le lot primitif, naturel et inséparable de l’homme, puisqu’elle est l’état de tout qui doit, pour assurer sa subsistance, avoir recours au travail. Selon lui, l’indigence seule mérite pitié et secours puisqu’elle est l’état de celui qui, privé de tous les biens, est incapable d’un travail lui permettant d’assurer ses besoins7. Son pessimisme sur la condition humaine est partagé par ses compatriotes8, par Necker9 et par les encyclopédistes. « On méprise les pauvres, on a pitié des indigents ». Le pauvre pourrait à la rigueur se passer de secours, l’indigent, par contre, ne peut subsister sans l’aide de son prochain. Cinquante ans plus tard, É. Laurent distingue encore pauvreté, indigence et misère. « Ces trois mots ne devraient jamais s’employer dans le même sens. Le premier n’exprime qu’une idée relative. Les pauvres sont, dans tout état social, ceux qui subissent le plus de privations ou [...] ceux dont, par une raison quelconque, les jouissances sont moindres. Le deuxième exprime une idée absolue, ce degré de pauvreté qui implique la privation des choses nécessaires à la vie et sans lesquelles la vie ne peut durer. Le troisième enfin s’entend de cette pauvreté qui, étant devenue permanente produit l’indigence absolue, l’indigence moralement sentie »10.

  • 11 D. Hugo Stefne, Moyens de soulager les pauvres et d'abolir la mendicité publique dans le Pays de L (...)
  • 12 G. Jacquemyns, De la difficulté de définir et de délimiter une classe sociale, dans Mélanges E. Ma (...)

4Pourtant, la plupart des contemporains ne font pas de distinction aussi nette entre les divers échelons de la pauvreté. Dans les textes de l’époque, les expressions « pauvre » et « indigent » sont employées de manière rigoureusement synonyme. La frontière entre ces deux catégories est d’ailleurs bien fragile et la moindre crise suffit à faire passer une famille de la pauvreté à la misère, c’est-à-dire, la rend incapable de subsister sans l’aide de la charité. « Si une maladie survient au chef de famille, si l’ouvrage sur lequel on comptait est longtemps interrompu, enfin si la plus légère imprévoyance aggrave la détresse ordinaire, le moment arrive où il se trouve contraint de chercher une ressource dans la bienfaisance »11. Si la démarcation entre pauvreté et indigence est confuse, c’est que dans ces deux conditions, se regroupent « des individus dont les intérêts, les sentiments et le genre de vie sont d’une part, suffisamment identiques et, d’autre part, assez distincts de ceux des autres classes » pour former à eux seuls un groupe social distinct des trois ordres traditionnels12.

  • 13 Cfr Saint Jean Chrisosthome et Cassiodore cités par J. B. de Glen, Œconomie chrestienne, p. 955, L (...)
  • 14 Cfr De Grati, Discours de droit moral et politique, 1re partie, chap. XXI, p. 39.
  • 15 Les expressions patriotiques, pp. 16-17.

5La distinction est tout aussi subtile entre pauvres honnêtes auxquels il faut accorder aide et assistance et mendiants ou vagabonds dont il faut débarrasser le pays par des mesures contraignantes. La définition prend surtout une importance pratique lorsqu’il s’agit d’écarter des indésirables lors des distributions. Elle va à l’encontre des préceptes des Pères de l’Église et des théologiens selon lesquels il ne faut pas se mêler de « juger qui est digne, et qui ne l’est pas »13. En fait une même crainte à l’égard des pauvres et des mendiants, des excès auxquels ils se livrent, des émeutes qu’ils peuvent provoquer, les réunit souvent dans l’esprit des privilégiés14. Ce sont des « gueux autant à craindre et plus que les sauterelles qui dévastèrent l’Égypte »15.

A. — Les pauvres assistés

  • 16 Hôpital Général. Mémoire contenant quelques observations sur un établissement si utile par l'auteu (...)
  • 17 Don H. Sterne, op. cit., p. 26.

6Ce sont d’abord tous « ceux que la faiblesse de l’enfance, la caducité de la vieillesse, des infirmités, un corps ou des membres estropiés empêchent de gagner leur vie par le travail »16, c’est-à-dire tous ceux qui ne font pas partie de la population active ou n’appartiennent pas à la catégorie des rentiers : ils doivent être secourus par priorité surtout s’ils sont pauvres de naissance17.

  • 18 J. B. Briatte, Offrande à l'humanité ou traité sur les causes de la misère en général et de la men (...)

7Dès la fin du XVIIIe siècle, une autre définition du pauvre couvre une population bien plus vaste qu’on pourrait appeler, trois quarts de siècle avant Marx, le prolétariat. Briatte, pasteur réformé namurois, considère comme pauvres « tous les hommes sans propriétés et sans revenus, sans rentes ou sans gages, qui vivent avec des salaires quand ils sont suffisants, qui souffrent quand ils sont trop foibles, qui meurent de faim quand ils cessent [...] tous les journaliers, tous les manœuvres, les artisans des professions communes, les instruments des métiers grossiers, les agens subalternes des atteliers de luxe et généralement tous les ouvriers qui travaillent la terre et aux Arts, aux fabriques, aux manufactures de première et de seconde nécessité, comme à celles de superfluités, dans quelque genre que ce soit, en un mot, tous les citoyens dont la subsistance et celle de leurs familles dépendent de la capacité de leurs bras ou de l’adresse de leurs mains et de l’emploi qu’on en fait »18.

  • 19 G. Hansotte, L’émigration ouvrière dans la province de Liège sous le régime du royaume des Pays-Ba (...)

8Cette opinion semble partagée, au début du XIXe siècle par les autorités françaises et par les membres des Bureaux de bienfaisance qui assimilent aux indigents, « les journaliers, ouvriers, manœuvres et tous ceux qui ne sont pas inscrits sur le rôle des contributions foncières et des patentes et qui ne retirent aucun revenu ou salaire quelconque, excepté celui de leur main-d’œuvre »19. Les auteurs liégeois du temps s’accordent à reconnaître qu’il s’agit là de la classe la plus nombreuse.

  • 20 A ce propos, voir Poverty, inequality and class structure, éd. Dorothy Wedderburn, Cambridge, 1974 (...)
  • 21 F. Furet, op. cit., p. 463.
  • 22 J. B. Briatte, op cit., t. 1, pp. 136-137, note 1.

9La notion de pauvreté est néanmoins toute relative. On est toujours le pauvre de quelqu’un20. Il s’agit dès lors de savoir quel est, pour un homme du XVIIIe siècle, le seuil limite en dessous duquel la pauvreté devient mendicité, les classes laborieuses se confondent avec les classes dangereuses. En 1790, l’Assemblée constituante française répond qu’une famille pauvre est celle qui dispose, pour cinq bouches à nourrir, d’un gain annuel de 435 livres, répartis comme suit : 200 livres pour les dépenses annuelles non alimentaires : loyer, vêtements, éclairage, chauffage ; le reste, soit 235 livres permettant d’acheter journellement 6 livres de pain, soit 1 1/5 livre par personne. Quant au seuil supérieur à partir duquel un individu peut satisfaire ses besoins, Linguet l’estime à 300 livres par an et par tête21. Cette famille de cinq personnes devrait donc posséder un revenu annuel d’au moins 1500 livres pour vivre, non dans l’aisance mais pour pouvoir se passer des secours de la charité. Quelques années auparavant, l’abbé de Saint-Pierre considérait qu’un homme est pauvre quand il ne peut gagner de quoi s’acheter 600 livres de pain par an22. Mais le pain est loin d’être l'unique élément nécessaire à la survie de l’individu. J. B. Briatte, dans un long ouvrage qu’il consacre aux causes de la misère et de la mendicité et aux moyens d’en venir à bout, se plaît à énumérer tout ce dont un être humain devrait disposer ; outre le pain, il lui faut, pour équilibrer sainement sa nourriture, du sel, du beurre, du laitage, des œufs, de la viande ou du poisson, des fruits, des légumes, une boisson quelconque « autre que de l’eau pure dont s’abreuvent ordinairement les animaux ». Il faut y ajouter un logement décent, des vêtements propres et en bon état, les moyens de veiller à sa santé, de payer l’impôt, d’acquérir une instruction élémentaire, d’accomplir ses devoirs religieux, d’accumuler un léger pécule, de se procurer des récréations et des divertissements. Nous sommes loin du seuil de pauvreté décrit plus haut. Il s’agit pourtant du minimum vital même si tous les membres de la société n’y atteignent pas.

  • 23 Cfr aussi B. Moreau, Le tableau de la misère des pauvres malades incurables et de la charité qu'on (...)

10En interprétant a contrario les arguments développés par Briatte, apparaissent les critères qui, à l’époque, étaient distinctifs de la pauvreté : tout d’abord, disposer d’une nourriture insuffisante, mal équilibrée et malsaine et courir le risque d’en manquer lorsque le prix des denrées augmente, être logé dans un misérable taudis sans pouvoir se protéger des rigueurs de la mauvaise saison, n’avoir pour tout vêtement que d’informes haillons, être incapable de payer les taxes et l’impôt et ne pouvoir supporter les malheurs imprévus, — maladie, chômage, catastrophe naturelle — sans recourir à la mendicité23.

  • 24 Encyclopédie , t. 5, 347 a, 1755, s. v°, économie, article rédigé par J. J. Rousseau.
  • 25 B. Moreau, op. cit., p. 13.
  • 26 A. Grisard, Plan d'un Hôpital Général à établir dans la ville de Liège, p. 7 et B. Moreau, op. cit (...)

11Le pauvre est de plus victime de l’injustice de ses contemporains. « S’il y a des corvées à faire, une milice à tirer, c’est à lui qu’on donne la préférence, il porte toujours outre sa charge, celle dont son voisin plus riche a le crédit de se faire exempter »24. A cette inégalité sociale, s’ajoute une inégalité physique dont les philanthropes sont conscients. « D’où viennent ces maladies longues et fâcheuses qui accourcissent leurs jours, que de la disette de toutes choses, que de la mauvaise nourriture qu’ils prennent, que de la faim dont ils souffrent ? N’est-ce pas mourir de faim que de sécher peu à peu dans cette misère ; passant des semaines avec ce qui ne devroit suffir que pour un jour, quelquefois des jours sans manger »25. Un tel régime engendre des êtres malingres, difformes, malades, « à qui la main de la pauvreté creuse précocement le tombeau »26.

  • 27 A.É.L., Fonds Ghysels, 30, farde 576, projet anonyme d’Aumône générale.
  • 28 A.É.L., Prévôté, 53, fo 154-156 et Prévôté 3, farde 13, 1776.

12Au XVIIIe siècle, à côté des pauvres assistés officiellement, il existe une catégorie d’individus désignés sous le vocable de « pauvres honteux » et connus des seuls curés. Ce sont « d’honnêtes familles ou personnes qui ne peuvent être mises dans le registre commun des pauvres » et doivent être « soulagées en secret »27. Ainsi, c’est « une pauvre mère isolée qui, délibérant si elle se confiera même à son curé, n’est sortie de chez elle et ne diffère d’y rentrer que parce qu’elle n’a ni les moiens pour nourrir son enfant ni le cœur de le voir mourir de faim » ou encore un « chef de famille dont les ancêtres sont peut-être bienfaiteurs des pauvres, et qui, après avoir brillé dans le barreau ou dans les arts, épuisé de fatigue ou de vieillesse, et réduit à la dernière misère par une nombreuse famille, par des procès ou par d’autres mauvaises affaires viendra déposer sous le sceau de la confession sa misère et prier à l’oreille de son curé de mendier pour ses enfants quelques charités secrettes qu’il aurait honte de mendier pour lui-même ». Ce sont encore « tant de filles assidues au travail mais dont la vertu est dans le dernier péril, leur travail ne suffisant point pour les sustenter, et qui peut-être réduites aux dernières extrémités, aimeront mieux être criminelles que de paroitre pauvres aux yeux du public »28.

B. — Les pauvres rejetés

  • 29 Sohet, Instituts de droit, livre I, chap. XCVII.

13Les rejetés qu’on assimile aux mendiants sont « tous ceux qui ne sont pas dans quelque service ou emploi ou qui ne font pas quelque trafic, négoce ou métier ou qui n’ont pas les moyens de pouvoir autrement subsister »29.

  • 30 Don H. Sterne, op. cit., p. 18.
  • 31 A. Grisard, op. cit., p. 14.
  • 32 Cfr B. Moreau, op. cit., pp. 5-6 et 150-151 ; A. Grisard, op. cit., p. 6, J. B. Briatte, op. cit., (...)

14Cette catégorie pauvre est l’objet de l’attention et des préoccupations des dirigeants qui n’épargnent pas pour autant leur dédain à cette « canaille »30, à cette « souche triviale »31, insistant sur sa déchéance morale et physique32.

  • 32 G. Duby, Les sociétés médiévales : une approche d’ensemble, p. 10. Cfr aussi B. Moreau, op. cit., (...)
  • 33 M. Foucauld, Folie et déraison à l’âge classique, p. 71.
  • 34 J. Stassin, L’ami fidèle qui visite et console les malades, assiste et dirige les agonisans, 2e éd (...)
  • 35 A. Vexliard, Introduction à la sociologie du vagabondage, p. 188.
  • 36 J. B. Briatte, op. cit., t. 1, pp. 4-5.
  • 37 J. Rouhart-Chabot, Les orfèvres Dartois et leur famille à Liège, dans B.S.A.H.D.L., t. L, p. 50, L (...)

15Au Moyen Age, « chez les nantis, dans les cadres de l’orthodoxie aussi bien que dans les sectes hérétiques, se dépouiller de ses richesses apparaît comme l’acte éminemment salutaire, seul capable de compenser une prospérité ressentie comme un péché »32 mais dès le XVIe siècle, une mutation profonde se produit dans la mentalité collective. « La pauvreté glisse d’une expérience religieuse qui la sanctifie à une conception morale qui la condamne »33. Si, chez certains ecclésiastiques liégeois, la pauvreté est toujours considérée comme « la livrée des amis de Dieu »34, la plupart des intellectuels du XVIIIe siècle la considèrent plutôt comme une manifestation de la justice divine et se plaisent alors à décrire le pauvre comme un être débauché, immoral, pervers35. Briatte dénonce cette attitude : « Appréciant les pauvres au moral comme au physique, [le favori de la fortune] leur suppose une âme aussi dénuée que leur corps. Ne leur voyant pas de bien, il leur refuse de l’élévation et parce qu’ils sont à plaindre, il les croit vils »36. « Le pauvre a longtemps à gémir encore avant de revenir à cet heureux tems ou l’on trouvoit que la pauvreté n’était pas vice ; [...] car le seul pauvre est craint, fui, méprisé, avili, opprimé, on est sourd à ses plaintes, la défiance plane sur lui [...] on le croit capable de toutes les bassesses »37

  • 38 Les expressions patriotiques, pp. 2-3.
  • 39 Dessein d'un Hôpital Général à établir dans la ville de Liège, p. 4, Liège, 1698. Pour d’autres de (...)
  • 40 De Grati, 1re partie, chap. XXI, p. 39.
  • 41 M. G. de Louvrex, Recueil contenant les Édits, t. I, pp. 150-151, Liège, 1750. Sur cette atteinte (...)
  • 42 Henaux, Histoire du Pays de Liège, pp. 541-542 et Les expressions patriotiques, p. 56.

16Le pauvre est souvent assimilé au mendiant et s’il arrive aux philanthropes du XVIIIe siècle de distinguer « les mendiants par vice » et « les mendiants par nécessité »38, les bourgeois s’empressent de les confondre dans une même description bien peu faite pour inspirer la commisération. « Dans la ville de Liège, il se trouve un très grand nombre de gens fainéans de tout âge [...] qui n’ont ni religion, ni piété, qui sont au contraire habituez dans le vice et dans le désordre, dans l’oisiveté, dans la gourmandise et souvent dans l’impureté, toujours dans les iuremens, communément dans le larcin [...] dans des familles et peut-être dans des rues entières qui servent de retraite à ces misérables, le mal y est comme héréditaire depuis plusieurs années et ils ne s’y trouvent quasi nulle connaissance de Dieu, nulle apparence de religion, nul sentiment de charité, pas même de l’honnêteté ni de la pudeur mais bien au contraire des iuremens, des blasphèmes, des querelles, des iniustices, des crimes infâmes que l’on n’oseroit nommer »39. Les mendiants sont dangereux pour l’ordre public et la sécurité des honnêtes gens40, il faut donc les séparer du reste de la population et les enfermer « sans observer aucune formalité de Loy ni de Status [...] défendant à tous juges ordinaires et extraordinaires de connaître de telle saisie »41, d’autant que les mendiants pullulaient à Liège, selon les témoignages contemporains42.

  • 43 M. N. Jolivet, Description du pays et principalement de la ville de Liège, dans Bulletin du Cercle (...)
  • 44 F. Braudel, Misère et banditisme, dans A.E.S.C., t. 2, pp. 129-142, Paris, 1947. Cfr Réflexions mo (...)
  • 45 A.É.L., État primaire, 28, lettre du préposé Plompteux à l’État primaire, 8 janvier 1771, cité par (...)
  • 46 J. B. Briatte, op. cit., p. 3.
  • 47 P. Deyon, Mentalités populaires..., p. 454.

17Ainsi, la pauvreté, primitivement objet de compassion se transforme en cible de dédain, puis de crainte. « Des êtres couverts de haillons et horribles à l’aspect vous assaillent ici de tous côtés. Si la charité l’emporte et que vous soyez assez malheureux pour donner à un seul, vingt ou trente sortent dans le moment même de dessous le pavé, sans qu’on puisse s’apercevoir d’où ils sortent et vous persécutent. Si vous ne leur donnez pas, ils vous accablent d’invectives »43. La distance est courte qui sépare misère et banditisme44. Elle sera allègrement franchie par les contemporains car « entre la façon d’importuner pour obtenir au coin d’une rue, il n’y a qu’une nuance de plus pour exiger de force sur les grands chemins : qui ne réussit pas à l’un s’habitue aisément à l’autre »45. Briatte a parfaitement compris quelle était la mentalité de ses contemporains lorsqu’il les accuse de ne connaître de pauvres que les mendiants « qu’on insulte en dédaignant ceux qui refusent de le devenir », de faire à l’un un crime de sa misère et de punir l’autre d’en rougir46. Mais, comme conclut Pierre Deyon, dans un de ses livres consacré aux mentalités populaires, « la richesse deviendrait insupportable si la pauvreté, fruit du vice et de l’imprévoyance n’était digne de châtiment »47

Notes

1 Robert, Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, s.v. paupérisme.

2 E. Laurent, Le paupérisme et les Associations de prévoyance, p. 21.

3 Ibidem.

4 A. Onclair, La bienfaisance sociale et le problème du paupérisme d'après les doctrines du R. P. Taparelli d’Azeglio, pp. 5-6, s.v., Liège, 1876. Cfr Programme dos questions, projets de solution, question no 9. Recensement des indigents, dans B.C.C.S., t. 5, p. 125, Bruxelles, 1853.

5 Poverty, inequality and class structure, éd. Dorothy Weddehbubn, Cambridge, 1974, p. 1. Voir aussi à ce propos P. Minon, Le problème du paupérisme dans une économie de bien-être, éléments d'analyse théorique, pp. 1 et 3.

6 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des Arts, des Sciences et des Lettres, t. 3, 213 b.

7 J. Bentham, Essays on the poor law, 1796, cité par J. R. Poynter, Society and pauperism. English ideas on Poor relief, 1795-1834, p. 119, Londres, 1969.

8 P. Colquhoun, A treatise on the wealth, power and ressource of the british Empire, chap. XIV, 1814, cité dans Class and conflict in nineteenth Century England, 1815-1850, pp. 321-322. Cette opinion est adoptée en Angleterre par la Commission Royale de 1832-1834. (Cfr J. R. Poynter, op. cit., pp. 319-320.)

9 Necker, De l'Administration des Finances, III, chap. XV, cité par C. Bloch, L'assistance et l'État en France à la veille de la Révolution, 1764-1790, p. 13, Paris, 1908.

10 E. Laurent, Le paupérisme et les associations de prévoyance, p. 17.

11 D. Hugo Stefne, Moyens de soulager les pauvres et d'abolir la mendicité publique dans le Pays de Liège sans le secours de l'Hôpital Général, p. 18, 1773 et Necker, op. cit., cité par C. Bloch, op. cit., p. 13.

12 G. Jacquemyns, De la difficulté de définir et de délimiter une classe sociale, dans Mélanges E. Mahaim, t. 1, pp. 328-333, Paris, 1935.

13 Cfr Saint Jean Chrisosthome et Cassiodore cités par J. B. de Glen, Œconomie chrestienne, p. 955, Liège, 1608 et Clément d’Alexandrie cité dans Riches et pauvres dans l'Église chrétienne, pp. 46-47, Paris, 1962. Cfr A. Breugnet, dans D.T.C., s.v., Aumônes, t. 1, col. 2561-2571, Paris, 1903 et voir aussi E. Hélin, Une approche de la pauvreté : qui recevait les aumônes distribuées par les curés liégeois ? dans Leodium, t. 58, 1971, pp. 81-82.

14 Cfr De Grati, Discours de droit moral et politique, 1re partie, chap. XXI, p. 39.

15 Les expressions patriotiques, pp. 16-17.

16 Hôpital Général. Mémoire contenant quelques observations sur un établissement si utile par l'auteur du mémoire des religieux de Saint-Hubert. XVIIIe siècle. B.U.L., Ms 1000, f° 2 r°.

17 Don H. Sterne, op. cit., p. 26.

18 J. B. Briatte, Offrande à l'humanité ou traité sur les causes de la misère en général et de la mendicité en particulier et sur les moyens de tarir la première et de détruire la seconde, t. 1, p. 72, Amsterdam, 1780. Voir aussi Necker, De l'Administration des Finances, III, chap. XV et Traité sur la législation des grains (1775) cité par C. Bloch, op. cit., p. 13 ; F. Furet, Pour une définition des classes inférieures à l'époque moderne, dans A.E.S.C., t. 18, no 3, p. 460, Paris, 1963 et Plaintes et doléances des artisans de Liège et de ses faubourgs à Messeigneurs les bourgmestres et Conseil de la Cité de Liège, p. 3, s.l., 1790.

19 G. Hansotte, L’émigration ouvrière dans la province de Liège sous le régime du royaume des Pays-Bas, dans Album Dr. M. Bussels, p. 304, Hasselt, 1967 (arrêté du 31 août 1814) et A.É.L., F.F., Préf., 605 et 623, Saive an IX et an XII.

20 A ce propos, voir Poverty, inequality and class structure, éd. Dorothy Wedderburn, Cambridge, 1974, pp. 15-41.

21 F. Furet, op. cit., p. 463.

22 J. B. Briatte, op cit., t. 1, pp. 136-137, note 1.

23 Cfr aussi B. Moreau, Le tableau de la misère des pauvres malades incurables et de la charité qu'on doit exercer à leur endroit, p. 9, Liège, 1685.

24 Encyclopédie , t. 5, 347 a, 1755, s. v°, économie, article rédigé par J. J. Rousseau.

25 B. Moreau, op. cit., p. 13.

26 A. Grisard, Plan d'un Hôpital Général à établir dans la ville de Liège, p. 7 et B. Moreau, op. cit., pp. 5-6, 9 et 150-151.

27 A.É.L., Fonds Ghysels, 30, farde 576, projet anonyme d’Aumône générale.

28 A.É.L., Prévôté, 53, fo 154-156 et Prévôté 3, farde 13, 1776.

29 Sohet, Instituts de droit, livre I, chap. XCVII.

30 Don H. Sterne, op. cit., p. 18.

31 A. Grisard, op. cit., p. 14.

32 Cfr B. Moreau, op. cit., pp. 5-6 et 150-151 ; A. Grisard, op. cit., p. 6, J. B. Briatte, op. cit., pp. 4-5. Sur la déchéance des classes pauvres voir A. Niceford, Les classes pauvres, recherches anthropologiques et sociales, pp. 325-326, 1905. Voir aussi Les expressions patriotiques ou entretiens d’un gentilhomme saxon et d’un notable liégeois sur l’abolition de la mendicité et l'établissement d’un Hôpital Général, Liège, 1773.

32 G. Duby, Les sociétés médiévales : une approche d’ensemble, p. 10. Cfr aussi B. Moreau, op. cit., p. 121.

33 M. Foucauld, Folie et déraison à l’âge classique, p. 71.

34 J. Stassin, L’ami fidèle qui visite et console les malades, assiste et dirige les agonisans, 2e édition, p. 18, Liège, s.d., (1754).

35 A. Vexliard, Introduction à la sociologie du vagabondage, p. 188.

36 J. B. Briatte, op. cit., t. 1, pp. 4-5.

37 J. Rouhart-Chabot, Les orfèvres Dartois et leur famille à Liège, dans B.S.A.H.D.L., t. L, p. 50, Liège, 1970.

38 Les expressions patriotiques, pp. 2-3.

39 Dessein d'un Hôpital Général à établir dans la ville de Liège, p. 4, Liège, 1698. Pour d’autres descriptions semblables, voir A.É.L., Conseil Privé, 128, fo 123 s.v. et A. Grisard, op. cit., p. 6.

40 De Grati, 1re partie, chap. XXI, p. 39.

41 M. G. de Louvrex, Recueil contenant les Édits, t. I, pp. 150-151, Liège, 1750. Sur cette atteinte à la liberté individuelle, voir J. De Heusy, Essai sur le projet d'établissement d'un Hôpital Général dans la ville de Liège, sur celui d'extirper la mendicité, de la prévenir et d'occuper utilement les citoyens, p. 4, 8.1., 1773 et E. Hélin, dans Album J. Balon, p. 359.

42 Henaux, Histoire du Pays de Liège, pp. 541-542 et Les expressions patriotiques, p. 56.

43 M. N. Jolivet, Description du pays et principalement de la ville de Liège, dans Bulletin du Cercle hutois des Sciences et Beaux-Arts, t. XI, pp. 219-220.

44 F. Braudel, Misère et banditisme, dans A.E.S.C., t. 2, pp. 129-142, Paris, 1947. Cfr Réflexions morales, p. 89.

45 A.É.L., État primaire, 28, lettre du préposé Plompteux à l’État primaire, 8 janvier 1771, cité par Th. Gobert, op. cit., t. 1, p. 523.

46 J. B. Briatte, op. cit., p. 3.

47 P. Deyon, Mentalités populaires..., p. 454.

© Presses universitaires de Liège, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search