Version classiqueVersion mobile

La pauvreté dans la région liégeoise à l’aube de la révolution industrielle

 | 
Nicole Haesenne-Peremans

Première partie. L’appauvrissement

Chapitre III. Les chocs conjoncturels

Texte intégral

A. — Les guerres

1La guerre, en tant que facteur de paupérisation, intervient à trois niveaux : elle entraîne un appauvrissement des communautés urbaines et villageoises sur lesquelles pèsent les séjours de troupes et les contributions. Elle ruine le paysan dont les récoltes sont ravagées ou réquisitionnées. Elle opère une ponction humaine considérable parmi les classes les plus défavorisées soumises, durant le régime français, à la conscription.

1. Séquelles des guerres de Louis XIV

Appauvrissement des communautés et ruine des agriculteurs

  • 1 H. Van Houtte, Les occupations étrangères en Belgique sous l'Ancien Régime, t. 1, Gand, Paris, 193 (...)
  • 2 H. Van Houtte, op. cit., p. 442.
  • 3 L. Dechesne, Industrie drapiere de la Vesdre avant 1800, Paris, Liège, 1926, pp. 236-247.
  • 4 J. S. Renier, Histoire de l'industrie drapiere au Pays de Liège, Liège, 1881, p. 156.
  • 5 J. Yernaux, Histoire du comté de Logne, pp. 181-186.
  • 6 P. Beusen, La Fiscalité d'État dans la principauté abbatiale de Stavelot-Malmédy à l'époque modern (...)

2Si, en comparaison du XVIIe siècle, le XVIIIe est une période de paix, le Pays de Liège n’en subit pas moins des passages de troupes fréquents, particulièrement durant les années 1746-1748. A en croire Hubert Van Houtte, ces invasions n’ont plus la même allure. « Les méthodes de l’occupation étrangère se sont beaucoup adoucies », car les règlements militaires n’autorisent plus officiers et soldats à suppléer à l’insuffisance de leur solde par des vols et des pillages. Il est de fait que les récits d’atrocités, meurtres, massacres, pillages et incendies sont surtout fréquents au XVIIe siècle. Comme l’armée ne peut plus « vivre sur le pays », le coût de l’occupation régulière devient plus élevé pour le pays occupé1. H. Van Houtte met en garde les historiens contre les doléances des « États provinciaux [...] et de toutes les autorités communales » : « Toutes se ressemblent et invoquent presqu’invariablement, lorsqu’il s’agit de satisfaire à une réquisition ou de consentir un subside, l’état d’épuisement de leur circonscription »2. Il n’en reste pas moins vrai que les occupations de troupes étrangères coûtent cher aux communautés comme au simple particulier, car le principe reste toujours que « le pays occupé doit nourrir le soldat ». Il suffit de parcourir les archives des communautés villageoises pour se convaincre que bien peu furent épargnées par les réquisitions et les fourragements à la fin du XVIIe siècle. Ainsi, le village des Avins fut, durant la guerre de Hollande (1671-1679), abandonné 3 ans par ses habitants. Hannêche fut, lui aussi abandonné en 1697. On ne recommença à labourer que l’année suivante. La communauté de Hamoir perdit la presque totalité de ses biens communaux pour apurer les dettes contractées lors des guerres du XVIe et du XVIIe siècle. En 1741, encore, Modave servit de camp aux troupes françaises durant la guerre de succession d’Autriche. Xhoris eut à subir des quartiers militaires de 1735 à 1746. Les bans du pays de Franchimont sont encore dévastés au XVIIIe siècle, sinon par les troupes régulières, du moins par les déserteurs et doivent satisfaire à de nombreuses réquisitions3. En 1753, la communauté de Jalhay a dû payer 22.000 écus de frais de guerre4, soit l’équivalent de plus de 150.000 journées de manœuvre. Le sort du comté de Logne n’est guère meilleur. En un siècle et demi, il subit une cinquantaine d’invasions dont une douzaine pour le XVIIIe siècle5. La charge des « quartiers d’hiver » dans la Principauté de Stavelot Malmédy s’élève, pour le XVIIIe siècle, à près d’un million de florins6.

  • 7 L. Dechesne, op. cit., p. 247.
  • 8 D. Beblamont, Occupations militaires et finances urbaines aux XVIIe et XVIIIe siècles, l'exemple v (...)
  • 9 D’après une répartition faite en 1626, sur 100 fl.bb.,
    (...)

3En 1701, la ville de Verviers est épuisée par les séjours de troupes. « Les passages, les campements, les logements, quartiers d’hiver, contributions et cent pareilles semences de misère ont achevé la ruine du public et du particulier de cette ville »7, qui subit encore des occupations en 1715, 1716, 1719, 1735-36 et enfin 1746-488. Les bourgeois doivent alors loger non seulement les soldats mais une foule de domestiques, femmes et enfants qui suivent les armées et leur fournir telle quantité de viande, de pain et de bière. La communauté doit fournir également des rations de fourrages et de pains. Dans le marquisat de Franchimont, les charges sont réparties équitablement entre les cinq bans et, au sein de chacun de ceux-ci, entre les communautés9.

  • 10 D. Beblamont, op. cit., pp. 72-78.
  • 11 Ibidem, pp. 80 et 104.
  • 12 Ibidem, p. 82.

4Le quartier d’hiver de 1678-79 occasionne à la ville de Verviers une dépense de 479.340 florins. A Spa, la même année, le séjour des troupes françaises obère les finances du bourg de plus de 40.000 florins. En 1746-48, à Verviers, les frais s’élèvent à 183.341 florins ; à Spa, ils sont de 100.000 florins10. Pour amortir ces dépenses, la ville perçoit, en 1748, une taxe personnelle spéciale « tant sur les bourgeois, habitans, possessionnés, commerçants que sur les ouvriers et ouvrières de la ditte ville »11, ainsi qu’un deuxième et même un troisième vingtième denier12. Ces impôts supplémentaires ont dû peser lourdement dans les budgets ouvriers déjà si précaires. En effet, il s’agit là d’une fiscalité indirecte, permanente et non progressive, perçue au détriment immédiat des plus défavorisés. Si les logements de troupes incombent presqu’exclusivement aux villes, le plat pays a lui aussi sa part de désagréments : il doit fournir les fourrages, le bois, les moyens de transport.

  • 13 D. Henry, Les finances de la cité de Liège au XVIIIe siècle, dans Finances publiques d'Ancien Régi (...)

5Liège n’échappe pas non plus aux réquisitions. En 1746-47, la ville doit débourser près de 150.000 florins en grains et la disette sévit. L’année suivante, les quartiers d’hiver coûtent à la capitale plus de 70.000 florins. Pour s’acquitter, la ville doit recourir à l’emprunt. La Guerre de Sept Ans qui débute en 1756 entraîne une dépense de plus de 487.000 florins en logements de troupes13.

  • 14 G. Hansotte, Contribution à l'histoire de la métallurgie dans le bassin du Hoyoux aux temps modern (...)

6A Huy, les guerres des XVIIe et XVIIIe siècles amènent la ruine et la disparition d’une petite industrie sidérurgique qui avait jusque là fleuri sur les bords du Hoyoux14. A la suite des guerres de Louis XIV, la ville contracte une dette de près de 700.000 francs dont elle a à peine remboursé le 1/20e lors du rattachement à la France, sans compter les intérêts accumulés pour un montant de près de 150.000 francs. A ce passif, viennent s’ajouter les dettes contractées depuis l’occupation française et s’élevant à 283.991, 61 francs.

2. Les guerres de la Révolution et de l’Empire

Réquisitions et conscription

  • 15 R. Dubois, Huy sous la République et l'Empire, Huy, 1889, pp. 51-54 et pp. 185-187. Cfr D. Morsa, (...)
  • 16 R. Dubois, op. cit., pp. 188 et A.É.H., Ville de Huy, 583-584.
  • 17 A.N.P., F 20, 146, 22 mars 1807, et F 20, 142.
  • 18 A.A.P.L., P. V.B.B., 3 messidor an III.

7De 1789 à 1794, Huy a dû supporter une garnison prussienne, puis, par deux fois, le passage des troupes autrichiennes et françaises. Ces dernières exigent, le 20 thermidor an II, une contribution de 150.000 livres payables en cinq jours. Durant les huit mois qui suivent, l’armée républicaine réquisitionne fourrages, foin, farine, pain et bêtes à cornes15. Du 4 thermidor an V au 18 ventôse an VI, le canton de Huy doit fournir 16238 rations de vivres et 3970 rations de fourrages. Du 18 novembre 1805 au 25 mai 1806, Huy doit encore fournir le logement à 25.600 hommes et à 21.300 chevaux16. A l’époque française encore, la guerre est fatale à certaines branches d’industries telles la houille, l’alun, les cuirs, la clouterie et les draps17. En l’an III, on attribue à la guerre la stagnation de l’industrie et du commerce, la disette dont souffre la population liégeoise et la ruine « d’une infinité de familles honnêtes, de laborieux artisans, d’actifs petits commerçants, de nombre même de gens qui vivoient ci-devant économiquement du produit de quelques modiques rentes »18.

  • 19 Lettre de la municipalité de Huy à Blücher, du 24 août 1815, citée par R. Dubois, op. cit., p. 202
  • 20 R. Dubois, op. cit., p. 189.
  • 21 A.É.H., Bienfaisance, nv. régime, Registre aux délibérations du Conseil municipal, 19 novembre 181 (...)

8La région hutoise est encore fort éprouvée de 1813 à 1815. La ville est écrasée sous les charges militaires, occupée successivement par les armées françaises, russes et prussiennes. « A l’exception du corps d’armée du général de Bulow, est-il pour ainsi dire un soldat de l’armée prussienne qui, depuis le mois de mars surtout n’ait logé ou séjourné ou cantonné à Huy ? [...]. Ressources épuisées, industrie paralysée, maisons désertes, habitants errants, soupirs, larmes [...] voilà les couleurs fidèles qui doivent présenter le tableau hideux de l’infortunée petite ville de Huy »19. Le 4 septembre 1814, le Conseil municipal demande comme faveur « dans l’état de détresse où les logements militaires ont réduit cette malheureuse ville » que le chiffre de ces logements soit limité à 1000 ou 1200 hommes par jour20. Les fabriques de fer sont en péril, la ville doit subir les exactions des troupes, payer des contributions militaires, ce qui la contraint à accumuler une dette publique importante21. L’emprunt de 1862 est encore contracté, en partie, pour faire face aux dettes arriérées de la ville.

  • 22 A.É.H., Ville de Huy, 573.

9Les communes situées sur les routes de passage des troupes sont tout aussi éprouvées et elles se plaignent amèrement. Durant la campagne de 1814, Cras-Avernas, petit village de 306 habitants a dû loger et nourrir près de 1000 cavaliers, fournir de l’avoine et du foin pour les chevaux et mettre à la disposition des armées, chevaux, chariots et charrettes. Avernas-le-Beaudouin émet les mêmes griefs22.

  • 23 A.É.L., F.H., 2477.
  • 24 A.É.L., F.F., Préf., 1603, Villers-l’Évêque, 1806.

10Les passages de troupes ont pour effet de ruiner la classe moyenne des petits exploitants agricoles qui sont dès lors incapables d’occuper encore des journaliers. Les effets de la guerre se produisent, à ce niveau, en cascades23. Ainsi, en 1806, les membres du Bureau de bienfaisance de Villers-l’Évêque affirment que tous les habitants sont devenus pauvres à la suite des campagnes militaires de 1794 et du séjour des troupes. « Les troupes républicaines commandées par les généraux Championnet et Morlot étant arrivées à Villers l’Évêque, le 27 juillet 1794, au nombre de 30.000, y sont restées campées pendant 7 à 8 semaines, séjour qui a occasionné le fouragement général de toute la campagne, par là, les habitants se sont trouvés sans grain, fourage, légumes et ont été réduits à une profonde misère de sorte qu’ils n’ont pu rien payer au registre des pauvres pour 1794 et leurs champs ayant resté presque sans culture, faute de semence et de chevaux pour les labourer, ils n’ont encore rien fait en 1795 qu’une demi-récolte et voilà ce qui a occasionné la perte de 1.200 francs au moins dans les revenus des pauvres parce que l’étant tous devenus, ils étoient dans l’impuissance de payer »24.

  • 25 A.É.L., F.F., n.cl., La Reid, an III.
  • 26 A.É.L., F.F., Adm. centrale, 17, 21 prairial an III, l'administration d’arrondissement de Liège au (...)
  • 27 G. Hansotte, Histoire de la Révolution dans la principauté de Stavelot-Malmédy, dans B.I.A.L., t.  (...)
  • 28 A.É.L., Adm. centrale, 18, la municipalité de Huy à l’Administration du Comité do subsistance de L (...)
  • 29 J. Godechot, Les commissaires aux armées sous le Directoire, t. 1, p. 203, Paris, 1937.
  • 30 Ibidem, p. 132.
  • 31 R.A.R.P., t. 2, pp. 154-155. Sur l’importance des réquisitions qui frappent la municipalité de Liè (...)

11A La Reid, les autorités se plaignent des exactions des troupes impériales à l’époque de la Révolution. Pendant deux mois, elles ont « ravagé » les campagnes, pris tous « les fourrages et presque généralement tous les légumes et pommes de terre », réduisant à la misère la population qui s’est vue « dépouillée de toute sa moisson »25. Lorsque le pays a été occupé par les armées du Nord et de Sambre-et-Meuse, les réquisitions ont été aussi lourdes. On a enlevé aux paysans le quart des animaux nécessaires à la culture des terres, ce qui a eu pour effet d’augmenter la disette26. Dans l’arrondissement de Spa, cette proportion atteint même 45 pour cent27 et il faut recourir à la troupe pour faire exécuter les réquisitions. Les grains doivent être livrés aux armées, même s’il risque d’en résulter une famine28. A l’arrivée des troupes de la Convention commence la réquisition des chevaux et des voitures. Le département doit fournir, en 1796, 7.000 quintaux de grains aux armées de la République29. Au début de l’année, Joubert avait même fixé la réquisition à 40.000 quintaux de foin30. Cette charge énorme est presqu’exclusivement supportée par la classe paysanne. Ces fournitures sont payées en assignats, monnaie dépréciée, qu’on ne peut refuser de recevoir sous peine d’être passible du Tribunal Révolutionnaire. Les représentants du peuple eux-mêmes admettent que les réquisitions sont « aussi étendues qu’illimitées », qu’elles portent « sur les objets absolument nécessaires aux besoins des habitants ou des manufactures et des ateliers » et qu’on « néglige même de payer les prix des objets requis, lorsque les livrances sont faites »31.

  • 32 A.É.L., F.F., Préf., 708, 4 brumaire an V et F.F., Adm. centrale, 15, 17 pluviôse an III et G. Han (...)
  • 33 A.É.L., F.F., Adm. centrale, 15, 17 pluviôse an III, Réponse de l’Administration d’arrondissement (...)
  • 34 J. Bayer-Lothe, op. cit., p. 106.

12Ainsi, le pays a d’abord été occupé par les armées autrichiennes, puis par les Républicains. Les premiers ont ravagé les récoltes, réquisitionné les subsistances, « fait des baraques avec les gerbes et consommé la dîme qui se payoit aux corporations ecclésiastiques. Par la suite, cette dîme a été perçue au profit de la République et versée dans les magasins militaires »32. Le pays de Liège est alors « absolument et totalement épuisé »33. Dans les campagnes, les paysans en sont réduits à cacher leur bétail et à falsifier les livraisons de fourrages34.

  • 35 A.É.L., F.H., 2483, les membres du Comité des secours du canton de Hollogne au gouverneur, Bierset (...)
  • 36 Voir tableau no 12.
  • 37 A.É.H., Ville de Huy, 573.

13Le passage des troupes, en 1814, plonge à nouveau la classe des petits exploitants agricoles dans un état proche de l’indigence35. Pour le seul mois de janvier 1814, les cantons de l’arrondissement de Huy doivent fournir près de 3000 muids d’avoine, plus de 1000 mesures de froment et près de 1500 mesures de seigle, sans oublier le foin et la paille nécessaires aux chevaux. La répartition entre les cantons se fait au prorata de la contribution foncière des propriétés non bâties36. En mars 1814, l’arrondissement de Huy fournit encore 49 charrettes et 117 chevaux37.

  • 38 H. Carton De Wiart, La vie et les voyages d'un ouvrier foulon du pays de Verviers au XVIIIe siècle (...)
  • 39 A.É.L., F.H., 2492, Rapport de Stavelot, 1818.
  • 40 A.R.A., B.Z.A.W., 238, La députation des États au Ministre, 17 mai 1817.
  • 41 Voir tableau no 13.

14Dans la région de Verviers, se sont succédés des Russes, des Cosaques, des Suédois, des Mecklembourgeois, des Saxons et des Prussiens38. Les autorités des cantons de Stavelot et de Bodegnée dénoncent, en 1818, les effets malheureux des cantonnements. A la suite du séjour des Prussiens, beaucoup de familles du canton de Stavelot « jouissant d’une honnête aisance » ont été ruinées et les plus pauvres « anéantis »39. D’autant que les prestations et fournitures militaires dans les derniers mois du régime français ont été désastreuses pour les habitants, épuisés par les charges exorbitantes40. Pour l’ensemble du département de Meuse et Ourthe, les réquisitions destinées à l’armée du Rhin en 1815 s’élèvent à 414.837 francs41. A la même époque, les dépenses des hospices de Huy ne s’élèvent qu’à 26.536 francs et celles des hospices de Liège à près de 257.000 francs.

TABLEAU no 12. Réquisitions dans l'arrondissement de Huy en janvier 1814

TABLEAU no 12. Réquisitions dans l'arrondissement de Huy en janvier 1814

Source : A.É.H., Ville de Huy, 573.

  • 42 N. Haesenne-peremans et E. Hélin, La naissance d’un prolétariat industriel, dans La Wallonie, la t (...)
  • 43 B.C.V.L., série G, A.É.L., F.F., Préf., et A.N.P.
  • 44 L. F. Thomassin, Mémoire statistique du Département de l’Ourthe, p. 202.
  • 45 A.É.L., F.H., 2489, Rapport du Bureau central de bienfaisance du canton de Bodegnée, 9 juillet 181 (...)

15Sous le régime français, la guerre est présente aussi d’une tout autre façon. Jusqu’alors les Liégeois avaient payé de leurs biens ; à l’époque française, ils vont payer de leur personne. Durant les guerres de la République et de l’Empire, il y eut 20.000 soldats tués dans les seuls départements de Jemappes, de Sambre-et-Meuse et de l’Ourthe. Si, comme l’affirme le Dr Darquenne, « c’est la marée des chômeurs, des journaliers, des artisans besogneux qui a déferlé sur l’Europe derrière le drapeau tricolore [...] la bourgeoisie n’ayant fait que délier sa bourse pour sauver ses fils »42, la classe ouvrière a payé un lourd tribut à la guerre. La conscription enlève à leurs foyers, des fils, des pères, des époux, seuls soutiens de famille. Ainsi, parmi 126 pétitions adressées au préfet pour réclamer du secours de l’an IX à 1809, vingt-huit (22 %) ont la conscription pour cause43. Il s’agit de veuves de conscrits (sept) morts au service de la France qui ont à leur charge des enfants en bas âge (seize au total), d’épouses de soldats (six) sans ressource après le départ du mari pour la guerre, de familles sans revenu depuis qu’un ou deux de leurs fils sont partis aux armées ou ont été tués au combat (neuf), quand ces demandes de secours n’émanent pas de militaires réformés (six) pour maladie ou infirmités contractées dans les différentes campagnes. La ponction en hommes devient de plus en plus grande au cours des années. Dans l’ensemble du département, le contingent passe de 3.559 hommes en 1806, à 8101 en 181144. Pour échapper à la conscription, nombre d’individus se sont mariés alors qu’ils étaient « sans autre ressource que le prix de leur travail pour vivre et sont venus avec leurs familles, grossir les rangs des indigents »45.

TABLEAU no 13. Réquisitions pour l'armée du Rhin en 1815

Nature des réquisitions

Quantité

Valeur unitaire en francs

Valeur globale en francs

Viande sur pied

286.000 livres

0,58

165.880

Farine blutée

13.200 livres

0,16

2.112

Farine ordinaire

198.000 livres

0,12

23.760

Eau-de-vie fine

1.300 quarts

3

3.900

Genièvre

33.000 quarts

1,5

49.500

Riz

51.700 livres

0,55

28.435

Sel

22.100 livres

0,10

2.210

Avoine

12.640 hecto

11

139.040

Total

 

414 837

Source : A.É.H., Ville de Huy, 574.

  • 46 Voir tableau no 1 et tableau no 2 du chapitre I.

16Il semble pourtant que les ravages de la guerre soient vite oubliés ou que ses séquelles disparaissent rapidement car, en 1823, quatre communes seulement l’évoquent encore comme cause du paupérisme46.

B. — Les crises de subsistance

  • 47 E. Hélin, La démographie à Liège aux XVIIe et XVIIIe siècles, pp. 171-175 et 223-224.
  • 48 A.É.L., F.F., Préf., 708, 4 brumaire an V et Adm. centrale, 15 et 17, pluviôse an III, Réponse de (...)
  • 49 R. Courtois, Recherches sur la statistique physique, agricole et médicale de la province de Liège,(...)
  • 50 R.A.R.P., t. 3, p. 211, 7 brumaire an III.
  • 51 Ibidem, t. 3, pp. 211-216, 7 brumaire an III.
  • 52 Ibidem, t. 3, pp. 63-71.
  • 53 Ibidem, t. 2, pp. 38-39 et 77-84. Voir tableau no 14.
  • 54 Ibidem, t. 2, pp. 109-111, 20 vendémiaire an III.
  • 55 Ibidem, t. 3, pp. 107-108, 19 frimaire an III.
  • 56 É. Hélin, Aux origines du raisonnement..., dans Annales du Cercle hutois des Sciences et des Beaux (...)
  • 57 D’après un comptage effectué à partir des tables dos registres paroissiaux.
  • 58 A.É.L., R.P. Verviers, 28-29 et graphique no 16.
  • 59 A.É.L., R.P. Verviers, 28, p. 148.
  • 60 J. S. Renier, Histoire de l'industrie drapière au Pays de Liège, Liège, 1881, p. 76.

17Comme les salaires n’augmentent jamais en proportion, les conséquences de la poussée des prix, particulièrement ceux du grain, sont catastrophiques pour les indigents. Elles se caractérisent par une brusque chute de la natalité et par une mortalité exceptionnelle47. En l’an III, la récolte représente à peine le tiers du produit annuelle habituel48. Le prix du setier de seigle atteint 22 florins de Liège et celui du froment 25 florins alors que l’année suivante, il retombe à 9 florins pour le seigle et à 11 florins pour le froment49. Le peuple assiège les boulangeries50. L’administration républicaine s'efforce de prendre des mesures pour enrayer la disette. Elle fait distribuer des « cartes de ravitaillement »51. Elle fixe la ration quotidienne de pain à une livre et demie par personne et celle de grain à une livre52. Dès vendémiaire, elle fixe un prix maximum pour les principaux produits de consommation, applicable « dans la commune et Pays de Liège, dans les pays de Franchimont, Stavelot, Logne et Limbourg »53. Huit jours plus tard, elle interdit les achats excessifs de café, de sucre et de pain et fixe les quantités maximales par personne afin d’éviter les pénuries factices54. Elle interdit la fabrication du pain de fantaisie sauf pour l’usage des malades et des enfants de moins de deux ans, ainsi que le brassage de la bière55. Toutes ces mesures sont cependant impuissantes et la disette qui s’ensuit a pour effet de décimer les classes pauvres. A Liège, le recensement de l’an VI ne compte plus que 37.923 habitants, ce qui supposerait la perte d’un bon cinquième de l’effectif d’avant la conquête française56. Les décès ont pratiquement doublé par rapport aux années antérieures et postérieures57. Verviers est plus touchée encore. Durant près de huit mois, les décès atteignent des proportions catastrophiques, quadruplant par rapport à la moyenne58. Encore le curé n’a-t-il pu tenir son registre à jour : « Je n’ai pu donner un détail exact puisque de nuit, on les apportait sur le cimetière sans m’en donner les noms »59. La population est réduite à six mille âmes, affirment les chroniqueurs60.

  • 61 A.N.P., F 20, 237.
  • 62 A.N.P., F 11, 424, le préfet au Ministre de l’Intérieur, 8 prairial an X.
  • 63 A.É.L., F.F., Préf., 604, Cerexhe-Heuseux, le maire au préfet, 13 pluviôse an XI et 610, Villers S (...)
  • 64 B.C.V.L., série G, 8 mai 1812, le Bureau central de bienfaisance au maire. Cfr M. Devrez, Une cris (...)
  • 65 A.É.L., E.C., Liège, 60, 63, 66, 69 et Verviers, 19, 21, 24, 27, 29. Cette remarque est confirmée (...)
  • 66 Voir pp. 250-254.
  • 67 A.É.L., E.C., Liège, 72, 75, 78, 81, 84 et Verviers, 31, 33, 35, 37, 39.
  • 68 Colenbrander, Gedenkstukken der Algemeene Geschiedenis van Nederland, 1815-1825, t. 1, p. 630, no  (...)
  • 69 Ibidem, p. 639, no 723, Czernicheff à Alexandre 1er, juillet 1817.
  • 70 Graphiques nos 7 et 8. A propos de la crise de 1816 en Europe et de ses effets, voir J. D. Post, T (...)

18En 1802 encore, le prix du pain triple par rapport aux années précédentes61 et celui des pommes de terre double. La misère est grande alors à Liège62 et dans les campagnes63 mais la mortalité est moins catastrophique. En 1812, le prix excessif des denrées accroît encore sensiblement le nombre des indigents64. D’autant que cette crise de subsistance se conjugue avec une crise d’industrie qui amène de nombreuses faillites et un chômage important. Son effet est cependant à peine perceptible au niveau de la mortalité, du moins dans les grandes villes65. En 1818, après les mauvaises récoltes de 1816 et de 1817, la presque totalité des Bureaux auxiliaires de bienfaisance attribue à la cherté des vivres et à celle du pain plus particulièrement, le nombre élevé des pauvres dans leurs communes respectives. Il est d’ailleurs exact que le nombre des pauvres s’est accru en deux ans66. Cette crise de subsistance a été fatale à un grand nombre d’indigents. Au plus fort de la crise, en octobre 1817, le nombre des décès double à Verviers et triple à Liège mais cette mortalité catastrophique est de courte durée67. « Le blé est monté à un prix si élevé que la classe indigente ne peut y atteindre »68 et les autres denrées ont suivi le même mouvement. « Le sac de pommes de terre, il y a un an [en 1816] a coûté six francs, aujourd’hui [7 juillet 1817], on le paye vingt francs. La livre de viande et de pain qu’on achetait, il y a quelques mois pour quatre ou cinq stubers, en coûte déjà neuf »69. Les autres produits alimentaires présentent les mêmes fluctuations que les céréales. Les hausses, en périodes de crise sont cependant moins accusées, sauf en ce qui concerne les légumineuses70.

TABLEAU no 14. Prix maximum des objets de consommation (le 14 vendémiaire an III)

TABLEAU no 14. Prix maximum des objets de consommation (le 14 vendémiaire an III)

TABLEAU No 14. (suite)

TABLEAU No 14. (suite)

Source : R.A.R.P., t. 2, pp. 77-84, 14 vendémiaire an III.
(a) Prix au consommateur.

GRAPHIQUE no 16. Mortalité à Verviers de 1793 à 1796

GRAPHIQUE no 16. Mortalité à Verviers de 1793 à 1796

Source : A.É.L., R.P., Verviers, 28-29.

C. — Catastrophes, accidents et maladies

19Un accident minier, un incendie, une maladie peuvent plonger une famille, qui vivait jusque là tant bien que mal, dans la misère la plus noire.

  • 71 R. Van Santbergen, Note sur une catastrophe minière en 1767, dans C.A.P.L., t. 38, 1947, pp. 93-99 (...)
  • 72 L. E. Troclet, La première expérience de sécurité sociale, Liège : décret de Napoléon de 1813, Bru (...)
  • 73 I. Demblon, Catastrophes minières au Pays de Liège, 1re moitié du XIXe siècle, dans C.A.P.L., t. 3 (...)

20Les catastrophes minières sont sans doute les plus spectaculaires. Les victimes laissent presque toujours des femmes, des enfants, des parents, dans le dénuement le plus complet. Parfois, tous les soutiens d’une même famille disparaissent à la fois. Lors d’un coup de grisou, à la houillère du Péry et Priesse, en 1767, 21 victimes appartiennent à 8 familles. Sans compter les nombreux blessés qui sont souvent bien incapables de reprendre le travail71. A l’époque française, il n’y a pas eu moins de 97 accidents dans les mines, de 1802 à 1813. Ils ont fait 303 morts et 133 blessés72, Dans les seuls charbonnages de Saint-Nicolas, on compte, de 1801 à 1830, 193 décès. Parmi les victimes, on dénombre 25 enfants de moins de 15 ans. La plupart des autres sont des hommes en pleine force de l’âge, ayant vraisemblablement charge de famille73.

TABLEAU no 15. Age des mineurs décédés dans les charbonnages de Saint-Nicolas de 1801 à 1830

Age

Effectifs

Effectifs cumulés

jusqu’à 15 ans
16 à 19
20 à 24
25 à 29
30 à 34
35 à 39
40 à 44
45 à 49
50 à 54
55 à 59
60 à 64
65 à 69
70 à 74

25
13
21
27
22
25
23
19
7
5
2
2
2

25
38
59
86
108
133
156
175
182
187
189
191
193

Total

193

193

  • 74 N. M. Briavoine, De l'industrie en Belgique, t. 2, p. 156.
  • 75 L. E. Troclet, op. cit., pp. 12-21.
  • 76 A.É.H., Bienfaisance, nv. régime, 1455, les membres du Comité central de secours établi provisoire (...)
  • 77 Courrier de la Meuse, no 79, 31 mars - 1er avril 1828, pp. 2, col. 2.
  • 78 Le Politique, no 205, 28 août 1829, p. 2, col. 2.
  • 79 Courrier de la Meuse, no 208, 3 septembre 1829, p. 3, col. 2.
  • 80 Courrier de la Meuse, no 27, 31 janvier 1828, p. 2, col. 2.
  • 81 A.É.L., F.H., 2490, Canton de Seraing, Remarques sur les états do renseignements de 1818.

21En 1839, Briavoine évalue à 556 le nombre des blessés et à 1246 le nombre des tués dans les mines belges depuis 1812. Pour venir en aide aux familles des victimes, la caisse des mineurs ne dispose alors que d’une rente de 2227 francs74. Que de drames, que de misères se cachent derrière la sécheresse de ces quelques chiffres ! Quelques catastrophes sont particulièrement meurtrières. En 1802, un coup d’eau à la fosse de Marihaye fait vingt-sept victimes ; en 1805, dix-huit mineurs perdent la vie dans un coup de grisou à la houillère de Sclessin. La fosse du Horloz est très dangereuse. En six ans, de 1806 à 1812, trois explosions coûtent la vie à 101 mineurs et la rumeur publique assure que le nombre des victimes est encore bien plus élevé. En 1812, à la mine du Beaujonc, l’héroïsme de Goffin met en lumière, les conditions pénibles du travail du mineur75. A l’époque hollandaise, deux catastrophes retiennent surtout l’attention du public. Le 27 mars 1828, 39 mineurs perdent la vie à la houillère Henri-Guillaume à Seraing. Parmi eux, on dénombre 24 pères de famille. Leurs enfants, privés de tout moyen d’existence tombent dès lors dans « un besoin très grand »76 et dépendent désormais de la charité privée et des secours publics77. L’année suivante, un autre accident à la fosse de l’Espérance, près de Seraing, fait 36 victimes et une vingtaine de blessés78. Il laisse « à la surface une foule de veuves, d’orphelins et de blessés réduits à l’état le plus affreux »79. Il arrive que les accidents miniers soient moins spectaculaires car ils se produisent sur une plus petite échelle mais ils restent tout aussi catastrophiques pour les familles qui en sont les victimes. Ainsi, en 1828, un mineur de Herstal meurt « écrasé dans la bure par une grosse pierre qui s’est détachée de la voûte sous laquelle il était occupé à extraire de la houille ». Il laisse une femme et cinq enfants dans le besoin80. En 1818, les responsables de la bienfaisance attribuent aux accidents miniers une grande part de la misère dans le canton de Seraing81.

  • 82 A. Body, Les dates néfastes de notre histoire, dans Spa, Histoire et bibliographie, Liège, 1892, p (...)
  • 83 J. Kops, État de l'agriculture dans le royaume des Pays-Bas en 1818, La Haye, 1821, pp. 128-129.
  • 84 Courrier de la Meuse, no 134, 17 juin 1827, p. 3, col. 1.
  • 85 Courrier de la Meuse, no 105, 3 mai 1826, p. 3, col. 2.
  • 86 Courrier de la Meuse, no 183, 3 août 1825, p. 3, col. 1.
  • 87 Courrier de la Meuse, no 21, 25 janvier 1824, p. 3, col. 1-2, no 28, 3 février 1824, p. 4, col. 1, (...)

22Les incendies sont peut-être moins dramatiques car les pertes en vies humaines sont rares mais ils plongent les victimes dans le dénuement le plus complet. L’incendie de Spa, en 1807, consume 195 maisons et 150 écuries. Les pertes sont évaluées à 2 500 000 francs82. Rien qu’en 1818, 73 individus ont vu leur ruine consommée à la suite d’un incendie83. Les cultivateurs sont les premiers touchés84. Ainsi, « le 23 avril 1826, vers six heures du soir, un incendie éclate dans le village de Ligney, au district de Marche, dans un moment où les habitans étaient occupés aux travaux de la campagne [...] le feu ayant pris naissance dans une forge de maréchal par un de ces accidens imprévus, fit des progrès si rapides qu’en moins d’un quart d’heure, cinq maisons de laboureurs furent dévorées par les flammes. Ces infortunés presque tous pères de familles nombreuses, travaillant à la sueur de leur front pour se procurer une chétive existence, furent témoins de ce désastre sans pouvoir y apporter du remède [...] qu’on juge de leur consternation et de celle de leurs femmes et de leurs enfans en bas âge qui avaient dû au plus vite quitter leurs habitations, sans en pouvoir rien emporter. Leurs petites provisions de comestibles, leur mobilier et vêtemens de corps, tout fut consommé par le feu [] sans gîte, manquant des choses les plus nécessaires à la vie, ils ne peuvent attendre que de bien faibles secours dans une contrée pauvre, où la misère s’accroît encore tous les jours d’une manière effrayante, au sortir de l’hiver »85. A Sart, en 1825, un incendie détruit 44 maisons. « Cet évènement déplorable a jeté dans la plus affreuse misère un grand nombre d’individus, leur dénuement est absolu. L’existence de la plupart de ces malheureux quoiqu’ayant échappé aux flammes, n’en est pas moins compromise ». Tous ces malheureux dépendent désormais de la générosité de leurs concitoyens86. Ces incendies, au lieu de toucher une ferme ou une maison particulière atteignent parfois une fabrique. Leur effet se répercute alors sur un grand nombre d’ouvriers sans travail. C’est notamment le cas à Dolhain-Limbourg en 1824. De nombreux ouvriers, pour échapper à leur sort misérable s’expatrient alors en Russie, en France et en Prusse mais « cette ressource ne reste qu’à ceux qui ne sont pas mariés ». D’autres, n’ayant ni les moyens ni la possibilité de partir, sont réduits à une détresse affreuse et la charité privée est alors sollicitée en faveur de ceux « qui se font un devoir de travailler depuis le matin jusqu’au soir quand ils ont de quoi occuper leurs bras et qui ne se trouvent sans pain que par accident »87.

  • 88 A.É.H., Bienfaisance, nv. régime, 1290, le bourgmestre à la Commission des hospices, 8 mai 1822.
  • 89 B.U.Lg., Ms 1165, pp. 134-135.
  • 90 Th. Gobert, Liège à travers les âges, t. 3, p. 603.

23Les inondations amènent également un certain nombre d’individus « à la nécessité de recevoir de prompts secours » car les eaux les empêchent « d’exercer leur état journalier »88. Or, les débordements de la Meuse sont fréquents. Durant l’hiver 1740, elle inonde les quartiers d’Outre-Meuse, de l'Ile et de Saint-Thomas, emportant plusieurs maisons89. Les quartiers de Longdoz et de la Boverie sont eux aussi fréquemment sous eau90. Le sort de Huy n’est guère plus enviable, car les débordements du Hoyoux sont fréquents.

  • 91 A.É.L., F.F., n.cl.
  • 92 A.É.L., F.F., Préf., 612, le maire de Battice au préfet, 5 germinal an IX.

24Les épizooties sont également catastrophiques dans les régions d’élevage dès le XVIIIe siècle. Ainsi, au Limbourg, en l’an V, une épizootie fait de tels ravages qu’« une foule de citoyens de ces cantons où toute la richesse est en pâturages fut ruinée de la manière à ne s’en relever de longtemps »91. Cette calamité rend l’éleveur « encore plus pauvre qu’aucune autre classe d’indigent puisque n’ayant de ressource que dans le bétail, il s’en voit inopinément privé »92.

  • 93 A.É.L., F.H., 2492, Rapport du Bureau central de bienfaisance du canton de Verviers et F.H., 2490, (...)
  • 94 A.É.L., F.F., Préf., 1650, 13 septembre 1811.
  • 95 A.É.L., F.H., 2493, le curé de Seraing au gouverneur, 3 janvier 1823.

25Les maladies, à l’époque, sont, pour la plupart, une conséquence de la misère en ce qu’elles sont favorisées par les mauvaises conditions de travail et la promiscuité dans les logis93 mais elles sont une cause de chômage, à une période où aucune assurance n’existe. Ainsi, à Clermont, en 1811, le maire assure au sous-préfet qu’« il n’y a de vrais indigents dans cette commune que quand les maladies attaquent une famille »94. A Seraing, le curé affirme que quand les ouvriers sont malades trois jours, « ils sont à la paille et ont besoin de secours »95. La maladie signifie, en effet, le plus souvent, une perte sèche de revenus et une dépense croissante en frais de médecins, médicaments ou fortifiants.

  • 96 Voir tableau no 3 du chapitre I et graphique no 17.

26On pourrait peut-être associer l’âge et les infirmités aux maladies, en ce que, comme elles, ils sont des handicaps. En tout cas, ils sont, dans la majorité des cas, les raisons primordiales pour justifier l’inscription des individus parmi les nécessiteux. En 1823, sur près de 45.000 indigents secourus, 10.000 au moins ont en dessous de six ans ou plus de soixante-cinq ans. Ils ne peuvent travailler et sont à charge d’une famille qui est déjà incapable, dans bien des cas, de faire vivre ses membres actifs. Entre ces deux âges, l’importance numérique des personnes secourues pour cause d’infirmité va diminuant et atteint un minimum (14,32 %) dans la tranche d’âge des dix-huit à vingt-cinq ans. Ce sont les cantons de Liège, avec 70,42 % et de Seraing, avec 71,91 % qui comptent le plus grand nombre d’indigents infirmes, trop jeunes ou trop âgés pour assurer leur subsistance. Ne faudrait-il pas y voir un effet des nombreuses houillères installées sur leur sol ? Liège-ville, par contre, ne secourt pour ces raisons que 36,5 % des pauvres inscrits sur ses listes96.

GRAPHIQUE no 17. L'âge ou l'infirmité en tant que cause du paupérisme d'après l'enquête de 1823

GRAPHIQUE no 17. L'âge ou l'infirmité en tant que cause du paupérisme d'après l'enquête de 1823

Source : A.É.L., F.H., 2495 à 2504.

  • 97 Voir tableau no 3 du Chapitre I et graphique no 18. E. Ducpétiaux, Des moyens de soulager et de pr (...)

27Mis à part l’âge ou les infirmités, les accidents ou les hasards qui vouent un individu à l’indigence sont autant de cas d’espèce : 7,5 % des pauvres de la province, plus de 18 % même dans l’arrondissement de Huy doivent, en 1823, leur misère à des circonstances fortuites, qui s’expliquent seulement par la malchance, qualifiée au XIXe siècle de « caprices du hasard qui ne peuvent entrer dans les calculs de la prudence humaine »97.

GRAPHIQUE no 18. Le malheur ou les circonstances particulières en tant que causes du paupérisme d'après l'enquête de 1823

GRAPHIQUE no 18. Le malheur ou les circonstances particulières en tant que causes du paupérisme d'après l'enquête de 1823

Source : A.É.L., F.H., 2495 à 2504.

D. — Une autre morale ?

  • 98 A.N.P., F 20, 146, le préfet au Ministre de l'Intérieur, 25 fructidor an IX et Tableau statistique (...)
  • 99 A.É.L., F.F., Préf., 339, le préfet au maire, 10 décembre 1806. L’opinion des économistes anglais (...)

28Sous l’Ancien Régime, les auteurs évoquent souvent l’inconduite comme facteur de déchéance. Ils attribuent la misère au penchant qu’a l’homme du peuple pour la paresse, l’imprévoyance, l’ivrognerie. Celui-ci se livre à la mendicité « comme à tout autre métier »98. Cette conception n’a pas totalement disparu de l’esprit des autorités françaises. En 1806 encore, le préfet assure que la paresse et l’imprévoyance expliquent en bonne partie la recrudescence de l’indigence. « Des ouvriers ne consentent plus à travailler que quelques jours par semaine [...] la plupart de ceux qui travaillent tous les jours ne s’occupent pas toute la journée. Il en est beaucoup qui abandonnent le travail de très bonne heure et vont passer le reste du jour dans les lieux où l’on donne à boire et à jouer et où ils dépensent une partie de ce qu’ils ont gagné [...] les ouvriers ne donnent au travail qu’une partie du temps, on en a vu poser leurs outils et rester des heures entières sans les reprendre. Il paroit aussi que la paresse ou la dissipation déterminent les ouvriers à chômer d’anciennes fêtes que le gouvernement et l’église ne reconnaissent plus. Il résulte de cette conduite de la part des ouvriers qu’ils ne peuvent plus payer le dimanche la dépense faite par leur famille pendant la semaine et que les marchands se refusent de leur fournir à crédit ». Le bureau de Bienfaisance devient alors leur seul secours99.

  • 100 Tableau no 3 du Chapitre I.

29En 1823, l’inconduite n’est pas mentionnée dans tous les cantons. Elle touche le plus souvent moins de 1 % de la population pauvre et ne dépasse jamais 3,5 % pour atteindre une moyenne provinciale de 0,83 %. Il s’agit d’individus isolés appartenant à toutes les tranches d’âge100.

30Pour notre part, nous croyons que la crise de moralité, qu’il ne faut pas nier d’ailleurs, est avant tout une conséquence du paupérisme avant d’en être une cause et il semble que les responsables de la bienfaisance, à l’époque hollandaise, en aient eu conscience. Toutefois, lorsque l’indigent est pris dans le cercle infernal de l’ivrognerie et de la délinquance, il ne peut en sortir, s’enfonce chaque jour davantage et ce qui n’était au départ qu’une conséquence de sa pauvreté, se mue en cause.

E. — Un premier bilan

  • 101 A.É.L., F.H., 2497, Othée.
  • 102 A.É.L., F.F., Préf., 1628, Charneux, comptes et budgets.

31Les autorités françaises et hollandaises et quelques esprits éclairés dès le XVIIIe siècle sont conscients de ce que les causes du paupérisme sont essentiellement d’ordre économique. Dans les arrondissements de Huy et de Verviers, à l’exception de deux cantons ruraux (Bodegnée et Héron), les responsables de la bienfaisance publique insistent surtout sur le manque d’emploi. Dans l’arrondissement de Liège, la stagnation des industries et du commerce et un taux de salaire nettement insuffisant paraissent avoir frappé davantage les contemporains. Quoi qu’il en soit, une cause joue rarement seule. Les facteurs économiques se combinent souvent avec les causes démographiques. A Othée, on affirme, en 1823, que l’indigence « est en rapport du plus ou moins de travail, du nombre d’enfants, des infirmités qui leur surviennent [et de] l’âge avancé de leurs familles »101. Une lettre du maire de Charneux, en date du 29 nivôse an XIII, résume parfaitement la plupart des facteurs qui, combinés, entraînent sans rémission une famille à sa perte : « Le peuple trouve à la vérité dans ce travail assez doux [la filature de la laine] et que les enfants apprennent de bonne heure un salaire qui suffit à ses besoins mais aucun état n’est plus précaire et conséquemment plus déplorable que le sien : une maladie de quelques jours, l’interruption du travail pendant moins d’une semaine le réduit à la dernière misère et à solliciter les secours publics. Les vieillards, les orphelins, les familles composées de plusieurs petits enfants sont ceux dont le sort est le moins invariable et toujours digne de beaucoup de soins de la part du Bureau de bienfaisance [...] plus d’une moitié des habitants de ma commune vivent du travail et la plupart de celui des fabriques de draps, auquel est attaché un salaire extrêmement faible et surtout fort disproportionné aujourd’hui au prix des comestibles et de tous les objets de première nécessité »102.

  • 103 B.U.L., Ms., 1165, pp. 140-142, A.É.L., F.F., Préf., 613, Thimister an XII.

32En période de crise, l’action des différents facteurs se cumule et les effets de la misère sont multipliés d’autant103.

  • 104 A. G. Camus, Rapport sur l'administration des secours à domicile, Paris, an XI, p. 3.

33On doit se demander, une fois le diagnostic posé, comment vont réagir les autorités. Les remèdes seront-ils proportionnés à l’étendue du mal ? Agiront-elles directement sur les causes réelles ou se contenteront-elles d’atténuer aux yeux du public les manifestations extérieures du paupérisme ? Comme l’écrivait Camus en l’an XI, « on a beaucoup écrit contre la mendicité, partout on s’est occupé des moyens de la détruire ; une bonne administration ne songe point à cela, elle doit voir mieux et plus haut, elle doit ôter le besoin de mendier »104.

Notes

1 H. Van Houtte, Les occupations étrangères en Belgique sous l'Ancien Régime, t. 1, Gand, Paris, 1930, pp. 132-141. L’ouvrage de Μ. P. Gutmann, War and rural life in the early modern low countries, Assen, 1980, est particulièrement éclairant à ce propos.

2 H. Van Houtte, op. cit., p. 442.

3 L. Dechesne, Industrie drapiere de la Vesdre avant 1800, Paris, Liège, 1926, pp. 236-247.

4 J. S. Renier, Histoire de l'industrie drapiere au Pays de Liège, Liège, 1881, p. 156.

5 J. Yernaux, Histoire du comté de Logne, pp. 181-186.

6 P. Beusen, La Fiscalité d'État dans la principauté abbatiale de Stavelot-Malmédy à l'époque moderne, dans Finances publiques d’Ancien Régime, finances publiques contemporaines en Belgique de 1740 à 1860. Actes du Colloque international de Spa, 19-22 décembre 1972, Bruxelles, 1975, p. 110.

7 L. Dechesne, op. cit., p. 247.

8 D. Beblamont, Occupations militaires et finances urbaines aux XVIIe et XVIIIe siècles, l'exemple verviétois, dans A.H.L., t. 13, p. 61.

9 D’après une répartition faite en 1626, sur 100 fl.bb.,
Image
Cfr D. Beblamont, op. cit., pp. 64-65.

10 D. Beblamont, op. cit., pp. 72-78.

11 Ibidem, pp. 80 et 104.

12 Ibidem, p. 82.

13 D. Henry, Les finances de la cité de Liège au XVIIIe siècle, dans Finances publiques d'Ancien Régime, finances publiques contemporaines [...], Bruxelles, 1975, pp. 208-209.

14 G. Hansotte, Contribution à l'histoire de la métallurgie dans le bassin du Hoyoux aux temps modernes. L'évolution du paysage industriel. Les usines, dans B.I.A.L., t. LXXX, 1967, pp. 59-60.

15 R. Dubois, Huy sous la République et l'Empire, Huy, 1889, pp. 51-54 et pp. 185-187. Cfr D. Morsa, Étude sur les finances de la ville de Huy au XVIIe siècle, dans Finances publiques d'Ancien Régime, finances publiques contemporaines [...], Bruxelles, 1975, p.p. 164-167.

16 R. Dubois, op. cit., pp. 188 et A.É.H., Ville de Huy, 583-584.

17 A.N.P., F 20, 146, 22 mars 1807, et F 20, 142.

18 A.A.P.L., P. V.B.B., 3 messidor an III.

19 Lettre de la municipalité de Huy à Blücher, du 24 août 1815, citée par R. Dubois, op. cit., p. 202.

20 R. Dubois, op. cit., p. 189.

21 A.É.H., Bienfaisance, nv. régime, Registre aux délibérations du Conseil municipal, 19 novembre 1816.

22 A.É.H., Ville de Huy, 573.

23 A.É.L., F.H., 2477.

24 A.É.L., F.F., Préf., 1603, Villers-l’Évêque, 1806.

25 A.É.L., F.F., n.cl., La Reid, an III.

26 A.É.L., F.F., Adm. centrale, 17, 21 prairial an III, l'administration d’arrondissement de Liège aux représentants près les armées du Nord et de Sambre-et-Meuse.

27 G. Hansotte, Histoire de la Révolution dans la principauté de Stavelot-Malmédy, dans B.I.A.L., t. 69, 1952, p. 115 et J. Bayer-Lothe, Aspects de l'occupation française dans la Principauté de Liège, 1792-1795, dans Occupants, occupés, Bruxelles, 1969, p. 103.

28 A.É.L., Adm. centrale, 18, la municipalité de Huy à l’Administration du Comité do subsistance de Liège, 14 fructidor an III.

29 J. Godechot, Les commissaires aux armées sous le Directoire, t. 1, p. 203, Paris, 1937.

30 Ibidem, p. 132.

31 R.A.R.P., t. 2, pp. 154-155. Sur l’importance des réquisitions qui frappent la municipalité de Liège, voir A. Borgnet, Histoire de la Révolution liégeoise de 1789 (1785 à 1795), d’après des documents inédits, Liège, 1865, t. 2, pp. 425-426 et 445.

32 A.É.L., F.F., Préf., 708, 4 brumaire an V et F.F., Adm. centrale, 15, 17 pluviôse an III et G. Hansotte, Histoire de la Révolution, p. 115.

33 A.É.L., F.F., Adm. centrale, 15, 17 pluviôse an III, Réponse de l’Administration d’arrondissement de Liège à l’agent principal des subsistances militaires du bureau central. Voir Ch. Dejace, Une famille rurale du xviiie siècle au Pays de Liège, dans B.S.A.H.D.L., t. 3, 1883, pp. 28-29.

34 J. Bayer-Lothe, op. cit., p. 106.

35 A.É.L., F.H., 2483, les membres du Comité des secours du canton de Hollogne au gouverneur, Bierset, 8 mai 1817.

36 Voir tableau no 12.

37 A.É.H., Ville de Huy, 573.

38 H. Carton De Wiart, La vie et les voyages d'un ouvrier foulon du pays de Verviers au XVIIIe siècle, Bruxelles, 1920, p. 58.

39 A.É.L., F.H., 2492, Rapport de Stavelot, 1818.

40 A.R.A., B.Z.A.W., 238, La députation des États au Ministre, 17 mai 1817.

41 Voir tableau no 13.

42 N. Haesenne-peremans et E. Hélin, La naissance d’un prolétariat industriel, dans La Wallonie, la terre et les hommes, t. 1, p. 435.

43 B.C.V.L., série G, A.É.L., F.F., Préf., et A.N.P.

44 L. F. Thomassin, Mémoire statistique du Département de l’Ourthe, p. 202.

45 A.É.L., F.H., 2489, Rapport du Bureau central de bienfaisance du canton de Bodegnée, 9 juillet 1818.

46 Voir tableau no 1 et tableau no 2 du chapitre I.

47 E. Hélin, La démographie à Liège aux XVIIe et XVIIIe siècles, pp. 171-175 et 223-224.

48 A.É.L., F.F., Préf., 708, 4 brumaire an V et Adm. centrale, 15 et 17, pluviôse an III, Réponse de l’administration d’arrondissement de Liège à l’agent principal des subsistances militaires du Bureau central.

49 R. Courtois, Recherches sur la statistique physique, agricole et médicale de la province de Liège, Verviers, 1828, t. 2, p. 19. Cfr J. demarteau, Les œuvres sociales à Liège, Liège, 1886, p. 9.

50 R.A.R.P., t. 3, p. 211, 7 brumaire an III.

51 Ibidem, t. 3, pp. 211-216, 7 brumaire an III.

52 Ibidem, t. 3, pp. 63-71.

53 Ibidem, t. 2, pp. 38-39 et 77-84. Voir tableau no 14.

54 Ibidem, t. 2, pp. 109-111, 20 vendémiaire an III.

55 Ibidem, t. 3, pp. 107-108, 19 frimaire an III.

56 É. Hélin, Aux origines du raisonnement..., dans Annales du Cercle hutois des Sciences et des Beaux-Arts, t. XXIX, p. 99, 1976, et Idem, Le déroulement de trois crises à Liège au XVIIIIe siècle, dans Colloque international de démographie historique, pp. 483-497.

57 D’après un comptage effectué à partir des tables dos registres paroissiaux.

58 A.É.L., R.P. Verviers, 28-29 et graphique no 16.

59 A.É.L., R.P. Verviers, 28, p. 148.

60 J. S. Renier, Histoire de l'industrie drapière au Pays de Liège, Liège, 1881, p. 76.

61 A.N.P., F 20, 237.

62 A.N.P., F 11, 424, le préfet au Ministre de l’Intérieur, 8 prairial an X.

63 A.É.L., F.F., Préf., 604, Cerexhe-Heuseux, le maire au préfet, 13 pluviôse an XI et 610, Villers Saint-Siméon, le maire au préfet, 10 prairial an X.

64 B.C.V.L., série G, 8 mai 1812, le Bureau central de bienfaisance au maire. Cfr M. Devrez, Une crise agricole grave...

65 A.É.L., E.C., Liège, 60, 63, 66, 69 et Verviers, 19, 21, 24, 27, 29. Cette remarque est confirmée pour la France par C. Rollet, L’effet des crises économiques du début du XIXe siècle sur la population, dans R.H.M.C., t. XVII, 1970, pp. 391-410. Cfr M. Deprez, La crise industrielle de 1810-1811, dans Annales de la Fédération historique et archéologique de Belgique, Gand, 1955, 2e partie, pp. 291-311.

66 Voir pp. 250-254.

67 A.É.L., E.C., Liège, 72, 75, 78, 81, 84 et Verviers, 31, 33, 35, 37, 39.

68 Colenbrander, Gedenkstukken der Algemeene Geschiedenis van Nederland, 1815-1825, t. 1, p. 630, no 718, le prince d'Orange à Alexandre 1er, 17 juin 1817.

69 Ibidem, p. 639, no 723, Czernicheff à Alexandre 1er, juillet 1817.

70 Graphiques nos 7 et 8. A propos de la crise de 1816 en Europe et de ses effets, voir J. D. Post, The last great subsistence crisis in the western world, Baltimore, London. 1977.

71 R. Van Santbergen, Note sur une catastrophe minière en 1767, dans C.A.P.L., t. 38, 1947, pp. 93-99. Sur les mortalités accidentelles et catastrophiques, voir J. C. Chesnais, Les morts violentes en France depuis 1826. Comparaisons internationales, dans Cahiers de l’I.N.E.D., no 75, Paris, 1976 et E. Jutikkala et M. Kauppinen, The structure of Mortality during Catastrophic Years in a pro-industrial Society, dans Population studies, t. 25, no 2, 1971, pp. 283-285.

72 L. E. Troclet, La première expérience de sécurité sociale, Liège : décret de Napoléon de 1813, Bruxelles, 1953, pp. 12-21.

73 I. Demblon, Catastrophes minières au Pays de Liège, 1re moitié du XIXe siècle, dans C.A.P.L., t. 37, 1946, pp. 7-25. Voir encore, E. Hélin, Les recherches sur la mortalité dans la région liégeoise (XVe- XIXe siècles), dans Actes du Colloque international de démographie historique, Liège, 18-20 avril 1963, Paris, 1965, pp. 170-171.

74 N. M. Briavoine, De l'industrie en Belgique, t. 2, p. 156.

75 L. E. Troclet, op. cit., pp. 12-21.

76 A.É.H., Bienfaisance, nv. régime, 1455, les membres du Comité central de secours établi provisoirement à Liège pour les familles des victimes de la houillère de Seraing, au bourgmestre de Huy, 19 avril 1828.

77 Courrier de la Meuse, no 79, 31 mars - 1er avril 1828, pp. 2, col. 2.

78 Le Politique, no 205, 28 août 1829, p. 2, col. 2.

79 Courrier de la Meuse, no 208, 3 septembre 1829, p. 3, col. 2.

80 Courrier de la Meuse, no 27, 31 janvier 1828, p. 2, col. 2.

81 A.É.L., F.H., 2490, Canton de Seraing, Remarques sur les états do renseignements de 1818.

82 A. Body, Les dates néfastes de notre histoire, dans Spa, Histoire et bibliographie, Liège, 1892, pp. 177-178.

83 J. Kops, État de l'agriculture dans le royaume des Pays-Bas en 1818, La Haye, 1821, pp. 128-129.

84 Courrier de la Meuse, no 134, 17 juin 1827, p. 3, col. 1.

85 Courrier de la Meuse, no 105, 3 mai 1826, p. 3, col. 2.

86 Courrier de la Meuse, no 183, 3 août 1825, p. 3, col. 1.

87 Courrier de la Meuse, no 21, 25 janvier 1824, p. 3, col. 1-2, no 28, 3 février 1824, p. 4, col. 1, no 42, 19 février 1824, p. 4, col. 1.

88 A.É.H., Bienfaisance, nv. régime, 1290, le bourgmestre à la Commission des hospices, 8 mai 1822.

89 B.U.Lg., Ms 1165, pp. 134-135.

90 Th. Gobert, Liège à travers les âges, t. 3, p. 603.

91 A.É.L., F.F., n.cl.

92 A.É.L., F.F., Préf., 612, le maire de Battice au préfet, 5 germinal an IX.

93 A.É.L., F.H., 2492, Rapport du Bureau central de bienfaisance du canton de Verviers et F.H., 2490, Canton de Seraing, remarques sur les états de renseignements de 1818.

94 A.É.L., F.F., Préf., 1650, 13 septembre 1811.

95 A.É.L., F.H., 2493, le curé de Seraing au gouverneur, 3 janvier 1823.

96 Voir tableau no 3 du chapitre I et graphique no 17.

97 Voir tableau no 3 du Chapitre I et graphique no 18. E. Ducpétiaux, Des moyens de soulager et de prévenir l’indigence et d'éteindre la mendicité, p. 7.

98 A.N.P., F 20, 146, le préfet au Ministre de l'Intérieur, 25 fructidor an IX et Tableau statistique du département de l’Ourthe, p. 18.

99 A.É.L., F.F., Préf., 339, le préfet au maire, 10 décembre 1806. L’opinion des économistes anglais du XVIIIe siècle est commentée dans P. Mathias, Wages, Consumption and Leisure in the Eighteenth Century, dans Journées de travail du Workshop of quantitative History, Louvain, Liège, 1974, pp. 3-5.

100 Tableau no 3 du Chapitre I.

101 A.É.L., F.H., 2497, Othée.

102 A.É.L., F.F., Préf., 1628, Charneux, comptes et budgets.

103 B.U.L., Ms., 1165, pp. 140-142, A.É.L., F.F., Préf., 613, Thimister an XII.

104 A. G. Camus, Rapport sur l'administration des secours à domicile, Paris, an XI, p. 3.

Table des illustrations

Titre TABLEAU no 12. Réquisitions dans l'arrondissement de Huy en janvier 1814
Légende Source : A.É.H., Ville de Huy, 573.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6790/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre TABLEAU no 14. Prix maximum des objets de consommation (le 14 vendémiaire an III)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6790/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Titre TABLEAU No 14. (suite)
Légende Source : R.A.R.P., t. 2, pp. 77-84, 14 vendémiaire an III.(a) Prix au consommateur.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6790/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Titre GRAPHIQUE no 16. Mortalité à Verviers de 1793 à 1796
Légende Source : A.É.L., R.P., Verviers, 28-29.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6790/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre GRAPHIQUE no 17. L'âge ou l'infirmité en tant que cause du paupérisme d'après l'enquête de 1823
Légende Source : A.É.L., F.H., 2495 à 2504.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6790/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre GRAPHIQUE no 18. Le malheur ou les circonstances particulières en tant que causes du paupérisme d'après l'enquête de 1823
Légende Source : A.É.L., F.H., 2495 à 2504.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6790/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 38k

© Presses universitaires de Liège, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search