Version classiqueVersion mobile

L’Emprunt linguistique

 | 
Louis Deroy

Deuxième partie. Repérage et Inventaire

Chapitre V. Les fournisseurs

Texte intégral

  • 1 D’après Grimarest, Vie de Molière, éd. 1704, p. 14.
  • 2 S. G. Morley, dans Publications of the Modem Language Association of America, 19, p. 270.

1« Il m’est permis de reprendre mon bien où je le trouve », aurait répondu Molière au reproche d’avoir emprunté au Pédant Joué de Cyrano de Bergerac, certaines phrases des Fourberies de Scapin1. Et ce faisant, il appliquait encore son principe, puisqu’il reprenait librement une phrase de Guérin de Bouscal : « Qu’on reprenne son bien partout où on le trouve », dans Le Gouvernement de Sancho Pança, pièce d’origine espagnole, qu’il jouait parfois2.

2Cette règle est, sans contredit, la seule qui convienne pour caractériser les emprunts des langues. Les mots et les autres éléments linguistiques empruntés ont les origines les plus diverses.

3Avant d’énumérer les innombrables parlers qui ont joué, vis-à-vis de divers autres idiomes, le rôle de « fournisseurs d’emprunts », il est nécessaire d’éclaircir rapidement un petit problème qui concerne les manières dont les langues vivantes entrent en contact. Si l’on met à part les langues mortes et savantes, si on laisse de côté aussi les langues lointaines, d’où il est rare que des emprunts viennent directement, on peut dire que les langues donneuses se répartissent en adstrat, substrat et superstrat. Le cas le plus fréquent est l’adstrat, qui consiste en un simple contact régulier et constant entre deux langues voisines, comme le français et l’allemand modernes. Mais il arrive, au cours de l’histoire, que dans un pays parlant un certain idiome, un parler étranger vienne à entrer aussi dans l’usage. Il en résulte généralement un bilinguisme plus ou moins répandu et, à la longue, l’élimination d’une langue par l’autre. Si la langue ancienne, indigène, l’emporte, non sans avoir subi l’influence de l’autre, les éléments linguistiques qu’elle a empruntés constituent le superstrat. C’est le cas des germanismes demeurés en gallo-roman après que le latin, temporairement concurrencé par le francique, eût repris sa prédominance en Gaule septentrionale. Si, au contraire, la langue nouvelle, importée, prend le dessus en gardant certains vestiges de la langue antérieure, les emprunts faits à celle-ci forment le substrat. C’est le cas des éléments celtiques qui, par suite de l’élimination du gaulois par le latin, ont survécu en gallo-roman, notamment en français.

4Mais il n’est pas toujours possible de marquer ces distinctions. Ainsi, parmi les celtismes reconnus en latin, on ne peut pas toujours dire s’ils ont été apportés dans l’Italie péninsulaire par les invasions gauloises ou s’ils ont été empruntés lors de l’occupation de la Gaule par les Romains.

  • 3 Le dernier au Béloutchistan.
  • 4 T. Burrow, The Sanskrit Language, Londres, 1955, p. 386-388.

5Dans l’Inde, les dravidismes du sanskrit posent un problème un peu différent. Du fait que les langues dravidiennes — surtout le tamoul, le kannara, le télougou et le malayalam — sont encore parlées aujourd’hui dans le Centre et dans tout le Sud de la péninsule, tandis qu’il n’existe dans le Nord que de petits groupes de la même famille (Kūrukh, Malto, Brahui)3, on est tenté — et les savants ont longtemps admis — de faire venir du Sud les nombreux dravidismes du sanskrit. Aujourd’hui l’on constate que la majorité des emprunts au dravidien apparaissent en sanskrit classique au cours d’une période qui correspond approximativement aux cinq derniers siècles avant notre ère. Or, à cette époque, les centres vitaux du sanskrit se trouvent dans le Nord, notamment dans la vallée du Gange, et l’on ne relève pas encore de relations importantes et suivies avec le Dekkan. On est donc amené à supposer que la population pré-aryenne du Nord de l’Inde contenait une part importante de gens parlant dravidien. Les parlers Kūrukh, Malto et Brahui en seraient des vestiges et les dravidismes du sanskrit proviendraient du substrat4. Mais on est forcé, pour en démontrer l’étymologie, de les comparer le plus souvent à des formes dravidiennes du Centre et de Sud, comme s’il s’agissait d’un adstrat.

  • 5 Je ne crois pas devoir insister ici sur les multiples formes possibles du bilinguisme et du contac (...)

6Cette différence mérite certes d’être soulignée, mais, au point de vue auquel je me place dans ce chapitre, elle peut être négligée, puisqu’il me suffira de dire simplement qu’un mot est, en l’occurence, d’origine gauloise ou dravidienne5.

  • 6 Sur la théorie des affinités phonologiques entre les langues, dans l’ouvrage de N. S. Troubetzkoy, (...)
  • 7 Cr. J. Pokorny dans Mitteilungen der Anthropologischen Gesellschaft in Wien, 66, p. 70 ss. [note d (...)

7Il faut aussi souligner dès maintenant que, contrairement à l’opinion courante, l’action qu’une langue exerce sur la structure d’une autre langue, en particulier sur la structure phonologique, ne suppose pas nécessairement la prépondérance politique, sociale ou culturelle de la nation parlant la première langue. « S’il est vrai,note R. Jakobson6, que l’idiome des dominés subit l’influence de l’idiome des dominateurs, d’autre part ce dernier idiome, cherchant à s’étendre, s’adapte aux usages linguistiques des dominés. Les polonais ont occupé du xve au xvie siècle une position prédominante par rapport à leurs voisins immédiats de l’est, et c’est à cette époque que s’est formé le blanc-russe dont les caractères phonologiques essentiels relèvent du russe prononcé par des Polonais, et en même temps, ainsi que la linguistique polonaise le démontre, le polonais commun s’est adapté à la structure phonologique du blanc-russe et de l’ukrainien. C’est sur la faculté que possède la langue des dominés de passer ses principes de structure à la langue des dominateurs que se fonde à présent la théorie du substrat »7.

***

8A première vue, on serait porté à croire qu’un mot d’emprunt, en français par exemple, vient forcément d’un pays étranger, tel que, pour nous, l’Angleterre ou l’Italie. Ce serait une erreur. Les occasions d’emprunt sont fréquentes à l’intérieur même des frontières d’un pays ou, plus exactement, dans les limites d’un domaine linguistique unitaire.

  • 8 L. Bloomfield, Language, New-York, 1933, p. 444, oppose dialect borrowing et cultural borrowing, c (...)
  • 9 Cf. A. Ernout, Les éléments dialectaux du vocabulaire latin, Paris, 1909.

9D’abord, il est fréquent que la langue commune, nationale, reprenne des mots ou d’autres éléments linguistiques à des dialectes et à des patois de la même famille8. C’est ainsi que le latin de Rome, au fur et à mesure qu’il étendait son domaine en Italie, a pris de plus en plus de termes à des parlers latins ruraux (anser « oie », bōs « bœuf »), au sabin (lupus « loup »), à l’osque (popīna « gargotte », botulus « boudin ») etc.9.

  • 10 E. Bourciez, Éléments de linguistique romane4, Paris, 1946, p. 497 ; G. Rohlfs, Historische Gramma (...)

10L’italien littéraire issu, comme on sait, du toscan, possède aussi naturellement des dialectismes : gazza « pie » et gazzetta « gazette » proviennent de la région émilienne ou ligure ; lido « plage, grève » est vénitien ; fanciullo « enfant, garçonnet » et lazzarone « voyou » sont napolitains ; prua « proue » est d’origine génoise10.

  • 11 E. Bourciez, op. cit., p. 419.

11Au castillan, devenu l’espagnol commun, l’asturien a donné chafandín « imbécile », l’aragonais galdrufa « toupie », l’andalou gachón « enfant gâté », le dialecte de Santander pejina « femme » et celui d’Alicante jácena « poutre »11.

  • 12 W. Henzen, Schriftsprache und Mundarten. Ein Überblick über ihr Verhältnis und ihre Zwischenstufen (...)

12L’allemand commun, qui est, en réalité, une généralisation du haut-allemand, contient aussi bon nombre de mots d’origine dialectale : Lehm « argile » est haut-saxon (moyen-haut-allemand leime) ; Flaum « duvet » vient du moyen-allemand oriental (m. h. a. pflūme) ; anberaumen « fixer, marquer » a été pris au souabe (m. h. a. -rāmen) ; enfin le bas-allemand a fourni Stempel « empreinte, sceau », Stapel « échafaudage, chantier », Flagge « pavillon, drapeau », Ebbe « reflux, marée basse », flott « à flot, dégourdi », echt « vrai, authentique », et une foule d’autres termes12.

  • 13 Bourciez, op. cit., p. 652-653 ; F. Brunot, La pensée et la langue, p. 49 ; G. Alessio, Le origini (...)

13Que de provincialismes aussi en français. Il serait long d’énumé-rer tous les mots venus du provençal ancien et moderne : rappelons notamment abeille, aiguière, amour, aubade, auberge, badaud, ballade, cabane, caisse, cap, carnassier, cigale, dorade, escargot, fat, jaloux, soubrette, tocsin. Le gascon nous a fourni barrique, cadet, gabarre, goujat. Du lyonnais, relevons canut, gnôle et marron. Aiguail est poitevin. Quelques mots ont une origine alpine : avalanche, glacier, mélèze, moraine et sérac. Le valaisan a donné crétin. De Normandie et de Picardie, voici bercail, bouquet, canevas, crevette, crique, écaille, galoche, potin, pouliche, tillac, vague, vergue. L’origine de pieuvre remonte, par Victor Hugo, aux îles Anglo-Normandes. Au nord, le wallon a donné, peut-être par l’intermédiaire du picard, houille, hercher, coron et estaminet. Le populaire bistouille est venu du Nord par l’argot de la guerre 1914-1918. Enfin, il faut chercher dans des parlers du Nord-Est et de l’Est le point de départ d’escarbille, d’usine et probablement de tôle13.

  • 14 A. Hatzfeld et A. Darmesteter, Dictionnaire général de la langue française9, Paris, 1932, I, p. 12 (...)

14A côté des dialectes gallo-romans, il faut faire aussi une place au breton, langue celtique d’une minorité française, qui nous a fourni plusieurs mots, notamment : baderne, baragouin, bijou, biniou, cohue, dolmen, goéland, goémon, menhir, pingouin14.

  • 15 Sur ce problème complexe, voir G. Millardet, Linguistique et dialectologie romanes. Problèmes et m (...)
  • 16 Cette habitude de « patoiser » les emprunts a été justement soulignée par A. Meillet, La méthode c (...)

15Il va sans dire qu’inversement les dialectes et les patois subissent l’influence de la langue nationale, non seulement dans le vocabulaire, mais aussi dans la prononciation et dans la grammaire. En France, tous les dialectes et patois portent aujourd’hui les marques d’une francisation plus ou moins profonde. Aucun ne peut passer pour représenter un développement tout à fait autonome du latin15. Le wallon liégeois même, qui est situé à l’extrême nord du domaine roman et qui n’a guère été enfermé dans les frontières politiques de la France, subit une influence française croissante. Ainsi, au lieu des mots anciens mangon « boucher », vèrdeûr « légume » et tchûse « choix », on entend de plus en plus souvent les mots français boutchî ou boucher, lègume et chwès. Notons toutefois que les mots empruntés subissent souvent une wallonisation superficielle par application mécanique d’un système d’équivalences, familier aux bilingues, même illettrés16. Cette adaptation patoisante rend souvent l’emprunt méconnaissable au locuteur non averti.

  • 17 A. Meillet, Introduction à l’étude comparative des langues indo-européennes8, Paris, 1937, p. 22-2 (...)

16On peut faire la même remarque au sujet des nombreuses inscriptions dialectales de la Grèce ancienne. Presque toutes n’ont de dialectal que certains traits, et, dès le 5e siècle avant J.-C, on y sent partout le modèle de l’attique d’abord, de la κοινή ensuite. Seules les plus anciennes inscriptions présentent d’une manière plus ou moins pure un parler local. Partout, il est malaisé de faire la part de l’ancien et de l’emprunté17.

***

  • 18 G. Alessio, op. cit., p. 155. — Sous l’influence romantique, la langue de la mode française vers 1 (...)

17La langue, surtout la langue écrite, littéraire et savante, peut aussi puiser dans les vieux textes des mots nécessaires ou plus expressifs. En France, c’est surtout le mouvement romantique, épris du désir de ranimer le monde médiéval, qui a repris, en même temps que de vieux sujets, des mots désuets et les a parfois fait rentrer dans l’usage. Tels sont, par exemple, destrier, fabliau, geste (féminin), macabre, ménestrel, trouvère18. Quelques-uns de ces mots, tels que par exemple macabre, sont passés de la langue écrite jusque dans la langue parlée commune.

18Pareils emprunts impliquent une certaine érudition. Mais elle peut être superficielle ou fausse. Il a suffi qu’on répétât, comme une sorte de proverbe, le vers de Villon « Mais où sont les neiges d’antan », pour qu’antan « l’année dernière » fut remployé par des lettrés mal informés avec le sens de « jadis, autrefois ».

  • 19 V. Pisani, L’etimologia, Milan, 1947, p. 65.

19En Italie, des écrivains modernes ont aussi réintroduit dans la langue contemporaine une série de vieux mots, notamment du 13e siècle19.

  • 20 K. Müller, Die Wiederbelebung alter Wörter, dans Wiss. Beihefte zur Zeitschrift des Allgemeinen De (...)

20Il en a été de même en Allemagne, surtout à l’époque romantique. Le poète Uhland, par exemple, a remployé des mots vieillis comme Gauch « sot, fat », Ger « lance », Buhle « amant, amante », gesippt « parent » etc. 20

  • 21 A. Meillet, Aperçu d’une histoire de la langue grecque6, Paris, 1948, p. 322.

21En grec moderne, le phénomène a pris une importance extrême, du moins dans la langue puriste. « Surtout dans son vocabulaire, notait Meillet21, elle est une sorte de compromis entre la vieille langue écrite et les parlers tels qu’ils résultent du développement linguistique et tels qu’ils existent encore dans l’usage courant. Au moment où elle a été constituée, cette langue n’était parlée par personne. Mais l’école, la littérature et surtout le journal, et aussi, dans l’État grec, le service militaire et les administrations tendent à l’introduire dans l’usage parlé. Sous ces influences, des mots abolis rentrent dans l’usage, avec des sens nouveaux et imprévus : par l’action de la caserne, il est devenu courant d’appeler « un fusil, au moins le « fusil de guerre », ὂπλο(ν) ». Aujourd’hui, cependant, par suite des événements de la dernière guerre, la langue démotique a acquis ses lettres de noblesse. La déchéance du purisme officiel va réduire naturellement l’introduction de mots anciens dans l’usage moderne.

  • 22 Ibid.

22Un développement pareil à celui du grec a eu lieu chez les Arméniens. « Par le vocabulaire, par la forme des mots, par la grammaire même, écrit encore Meillet22, l’arménien littéraire qui s’est constitué au xixe siècle en Turquie, s’éloigne plus encore de la langue courante que le grec puriste. »

***

23Dans une large communauté qui parle théoriquement une même langue, il y a, en réalité, pas mal de groupes secondaires qui sont caractérisés par des mœurs et des activités propres et qui se différencient par l’usage de mots et de tours syntaxiques spéciaux. Ce qui est commun entre tous ces groupes, ce qui n’implique aucune spécialité, ce qui aussi est l’usage des classes bourgeoises de la capitale, constitue la norme, une norme forcément artificielle et toujours mouvante, même si elle est sanctionnée, avec un retard prudent, par une Académie.

  • 23 A. Meillet, Comment les mots changent de sens, dans L’Année Sociologique, 1905-1906, reproduit dan (...)

24C’est ainsi qu’un mot français, venu directement et régulièrement du latin et portant toutes les marques phonétiques et morphologiques auxquelles on reconnaît un vocable héréditaire, peut cependant être, dans le français académique, un mot emprunté. Il suffit qu’il ait subsisté plus ou moins longtemps dans le parler d’un groupe social particulier, avec une valeur caractéristique de l’activité de ce groupe, et qu’il soit passé secondairement dans l’usage commun avec une signification qui, seule, trahit l’emprunt. Ainsi, c’est sans doute pour n’avoir subsisté que dans le langage rural que des mots latins comme ponere « placer », cubare « être couché », trahere « tirer », mutare « changer », salire « sauter », capitale « bien principal », ont pris des sens tout particuliers et techniques et ont fourni au français actuel pondre, couver, traire, muer, saillir, cheptel23.

  • 24 E. Huguet, Le langage figuré au seizième siècle, Paris, 1933, p. 29-43 ; A. Carnoy, La science du (...)
  • 25 A. Carnoy, op. cit., p. 77.
  • 26 Ibid., p. 77-78 ; de Thomasson, Les curiosités de la langue française, Paris, 1938, p. 156-161.

25Il n’y a pas, en effet, dans la vie d’une personne, de cloison étan-che entre son activité particulière et les aspects d’existence qu’elle partage avec le reste de la communauté. Les mots qui se rapportent à sa profession ou à son milieu social particulier lui reviennent à l’esprit dans d’autres circonstances ou d’autres environnements, et lui fournissent des métaphores suggestives. Fréquemment aussi, des objets ou des pratiques qui concernent un métier ou un groupe spécial finissent par être connus, avec leurs noms, dans la communauté entière. C’est ainsi que la langue académique emprunte à des langues spéciales des termes techniques qu’elle remploie souvent au figuré. C’est le cas pour les termes de vénerie et de fauconnerie dont le français littéraire a fait son profit dès le 16e siècle : par exemple béjaune, déluré, futé, hagard, leurrer, niais24. C’est le cas encore pour des termes qui appartenaient originellement à la langue des marins : qui s’en rend compte encore aujourd’hui, quand il arrive à sa maison, quand il débarque à la gare, quand il fait démarrer son auto, quand il échoue à un examen25 ? La vieille médecine, bien désuète, nous a fourni bilieux, flegmatique, sanguin, tempérament, et l’astrologie bonheur, contrecarrer, désastre, jovial, lunatique, malotru et sidéré26.

***

26Certaines langues spéciales s’écartent plus que d’autres de la langue commune. C’est particulièrement vrai quand elles contiennent non seulement des termes héréditaires avec des valeurs particulières, mais encore bon nombre de mots étrangers. C’est d’ailleurs souvent par l’intermédiaire des langues spéciales que les mots empruntés pénètrent dans la langue commune.

  • 27 Cf. de Thomasson, op. cit., p. 161-169 : Le langage d’église.
  • 28 Sur l’ancienne valeur religieuse de ces mots, M. M. DUBOIS, Rendons à César…, dans Vie et Langage, (...)

27Les langues religieuses sont, à ce titre, des sources d’emprunts très divers. Du latin, puis du français de l’Église, nous avons pris non seulement des termes qui désignent toujours des personnes, des objets et des notions ecclésiastiques, tels que autel, baptême, bedeau, chapelet, consistoire, hostie, mandement, messe, moine, oblation, oraison, pélerin, prêtre, reliques, vêture27 ; mais aussi — et c’est là qu’il y a véritablement emprunt — des mots dont le sens s’est élargi et vulgarisé en passant dans l’usage courant : acolyte, anathème, antienne, appariteur, collation, concile, fulminer, obédience, prébende, préconiser, prôner, sinécure, thuriféraire28.

  • 29 Sur l’origine du mot, A. Ernout et A. Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine3, 195 (...)
  • 30 Esquisse d’une histoire de la langue latine5, Paris, 1948, p. 276.

28Le rôle qu’a joué le vocabulaire chrétien dans la langue populaire ressort d’une façon saisissante d’un mot comme parler, qui représente le latin chrétien parabolare29. « Sans doute, remarque Meillet30, pour une notion comme celle de « parler, le verbe inexpressif loquor, qui avait de plus la tare d’être déponent, ne pouvait satisfaire ; mais l’emploi de fabulare, qui a donné esp. hablar, aurait pu suffire ». Si une partie de la Romania a recouru à parabolare, c’est que l’influence de l’Église était profonde jusque sur la façon de s’exprimer.

  • 31 Évangile selon saint Matthieu, XXV, 14-30.
  • 32 A. Dauzat, Le génie de la langue française, 2e éd., nouv. tir., Paris, 1947, p. 93.

29Curieuse histoire aussi que celle de talent, qui était à Rome (talentum) le nom d’une monnaie. L’acception actuelle d’« aptitude naturelle » ou de « faculté acquise », que le français possède en commun avec d’autres langues romanes, vient de la parabole évangélique des talents31 : l’habileté du bon serviteur mis en scène a été associée aux talents qu’il avait su faire fructifier32.

  • 33 J. Robillot, Termes et locutions empruntés à l’Ancien Testament, dans Le Français Moderne, 13 (194 (...)

30Dans le même ordre d’idées, signalons aussi une série de vocables français issus ou inspirés de l’Ancien Testament et employés en des sens quelquefois dérivés : chérubin « charmant enfant », benjamin « enfant préféré, d’ordinaire le plus jeune », manne « nourriture abondante et peu chère », moïse « petite corbeille servant de berceau », balthazar « festin dont la conclusion est sinistre », puis en général « festin », macchabée « cadavre », satanique « infernal », satané « abominable », jérémiade « plainte fréquente et importune », babélisme « variété confuse de langues », babélique « gigantesque », sodomie « acte sexuel contre nature », onanisme « masturbation »33.

  • 34 J. Marouzeau, Aspects du français, Paris, 1950, p. 155.

31Notons enfin que le français a assimilé tels quels une série de mots latins directement issus de la langue liturgique : pater, avé, credo, gloria, magnificat, orémus, bénédicité, réquiem, angélus, mea culpa, ex-voto, in extremis, de profundis, te Deum34, sans oublier lavabo, nom abrégé d’une formule liturgique, qui a pris sucessivement les sens de « matériel pour le lavement des mains à la messe », « endroit du côté de l’épître pour déposer ce matériel », « meuble profane avec aiguière et bassin », enfin « cabinet de toilette ».

32Il serait facile de cataloguer de la même manière les latinismes chrétiens en anglais (alms, bishop, devil, minster), en allemand (Münster, Paradies, Priester, Teufel) et dans d’autres langues.

  • 35 Cf. Kr. Sandfeld, Linguistique balkanique, Paris, 1930, p. 20-21.

33Dans les multiples parlers balkaniques, l’influence du grec ecclésiastique a été telle qu’une série de traits empruntés communs donnent à l’ensemble un certain air de famille : ainsi αναφορά « pain bénit » a donné vieux-bulgare anafora, nafora, bulgare náfora, serbe napora, navora, albanais nafor’è, roumain (a)náforǎ ; de même, καλόγερος « moine » a fourni vieux-bulgare kalogerǔ, ka-lugerǔ, bulgare kalúger, serbe kalúdjer, albanais kalojér, roumain cǎlugǎr, etc35.

  • 36 P. Peeters, Les traductions orientales du mot Martyr, dans Analecta Bollandiana, 39(1921), p. 50-6 (...)
  • 37 G. Clifford-Whitworth, An Anglo-Indian Dictionary : a Glossary of Indian Terms used in English and (...)

34Ce phénomène s’est reproduit sur de très larges domaines, tantôt par l’emprunt, tantôt par le calque : c’est ainsi que μάρτυς « martyr » est devenu en copte martyros, mais en arabe, par traduction, šāhid, en éthiopien samā’t, en arménien vkay, en géorgien modsame36. Mais ce sont là quelques exemples parmi tant d’autres dont il serait passionnant de suivre la fortune. C’est ainsi qu’en Inde, dans certains parlers en contact avec des missions portugaises, padri a servi à désigner un religieux, un clergyman, parfois un brahmane ou une autre personne respectable37.

35Ceci nous amène à parler de l’influence des langues religieuses de l’Inde et principalement des langues du bouddhisme, le sanskrit et le pâli. A Ceylan, en Birmanie, au Siam, le pâli est resté la langue d’église des bouddhistes. Ailleurs, en Indochine, en Insu-linde, au Thibet, en Chine, au Japon, l’influence s’est exercée au travers de traductions et de calques.

36Parmi les langues religieuses qui ont eu une large diffusion, il faut mentionner aussi l’arabe : langue de l’islamisme, dont l’influence s’étend du Cap Vert à l’Insulinde et du Turkestan à Zanzibar.

***

  • 38 A. Dauzat, Voyages à travers les mots, Paris, 1947, p. 10.

37Les mots français repris depuis 1a Renaissance au grec et au latin sont appelés « mots savants »38. Tandis que les mots hérités régulièrement du latin se présentent, dès l’ancien français, avec des altérations phonétiques dont on ne peut retracer les étapes régulières, les mots empruntés secondairement au latin gardent leur forme latine et n’offrent qu’un accoutrement à la française. Du latin capitale, captivus, *auctorizare, les mots français cheptel, chétif, octroyer sont hérités, mais capital, captif, autoriser sont empruntés. Encore cheptel et octroyer comportent-ils, dans la graphie, un p et un c d’origine savante. Il est clair aussi que le sens des premiers mots a changé au cours des siècles, tandis que les autres conservent la signification du latin.

  • 39 L’Ordonnance de Villers-Cotterets, qui prescrivit l’emploi exclusif du français dans toutes les pi (...)
  • 40 Cf. G. Alessio, Le origini del francese, Florence, 1946, p. 138-139.

38A ses débuts, le vieux-français était la langue de la vie ordinaire, parler surtout concret et sans doute d’une sympathique verdeur. Quand, depuis le 14e siècle, il eut étendu son domaine aux dépens d’autres dialectes gallo-romans et fut devenu, le nationalisme aidant, une langue relativement importante, les clercs qui, jusque là, avaient rédigé en latin les documents et les actes publics, s’avisèrent ou furent avisés39 qu’il serait plus utile (et peut-être plus facile pour certains) de les rendre dans le parler de tout le monde. Toutefois, le vieux-français des fabliaux manquait de termes appropriés à l’expression des notions abstraites et spéciales, et l’on fut obligé d’y introduire les mots latins techniques nécessaires en leur faisant subir une certaine francisation. Puis, la mode et la pédanterie s’y mêlant, ce fut le règne des « écumeurs de latin ». Le parler d’oïl faillit périr étouffé sous les latinismes. Combien de vieux mots furent alors chassés de l’usage : ost fit place à armée, mire à médecin, ire à colère, franchise à liberté. On vit apparaître alors circonstance, contrat, convention, charité, préjudice, caution, proroger, contester, interroger, habitude, position, conformité et une multitude d’autres mots qui nous sont aujourd’hui familiers. En raison de l’apparente évoluticn phonétique qui le sépare du latin capitulum, on oublierait aisément que chapitre est bel et bien un emprunt savant. Il remonte à une forme plus ancienne chapitle et doit sans doute son ch- initial à une analogie : on savait qu’à caput et à capitale correspondaient chef et che(p)tel. Par la voie héréditaire, capitulum aurait donné *cheveil40.

  • 41 A. Meillet, Sur l’etymologie du français, dans Linguistique historique et linguistique générale, I (...)

39La mode du latinisme a atteint son maximum au 15e siècle. La Renaissance, en renouvelant l’amour de l’antiquité, n’en a pas accru la vogue : elle l’a seulement orientée vers des sources plus classiques. C’est au latin des auteurs du Bas-Empire, à celui des documents mérovingiens et de la scolastique médiévale que nous devons la meilleure part de nos termes abstraits et beaucoup de non-abstraits, sans oublier bon nombre de préfixes et presque tous nos suffixes. Faut-il rappeler, en effet, que le système de la dérivation française a été presque entièrement latinisé41 ? Les dérivés de frère sont savants : fraternel, fraternité, fratricide ; à côté de mûr, meureté a été éliminé par maturité. Nous n’avons presque rien gardé du magnifique provignement de l’ancien français qui, de plante, avait tiré planter, planteur, planteresse, plantement, plantance, plantis, plantier, plantin, plantelete, plantoison, planton, etc. Il y avait là les outils linguistiques nécessaires pour créer des mots nouveaux. Mais il était tellement plus facile et mieux considéré de transposer mécaniquement des mots latins tout préparés et riches du prestige d’un long passé littéraire.

  • 42 Pour plus de détails, voir entre autres : F. Brunot, Histoire de la langue française, tomes I et I (...)

40Il n’est pas douteux que l’emprunt de mots latins par milliers, surtout du 14e au 16e siècle, a permis au français une ascension intellectuelle rapide. Il n’en subsiste pas moins que la manie de latiniser à outrance lui a donné aussi, dès le 14e siècle, cet aspect hybride qu’il n’a jamais cessé d’offrir jusqu’aujourd’hui. Rabelais l’avait déjà senti, qui s’insurgeait contre les « revendeurs de vieux mots latins tous moisis et incertains », mais, pris dans le courant, il a lui-même usé et abusé des latinismes. Beaucoup de linguistes modernes les ont, à leur tour, mais bien en vain, déplorés et Ferdinand Brunot a pu, non sans quelque outrance, prononcer à leur sujet le mot de « barbarismes »42.

  • 43 A. Meillet, Le sens linguistique de l’unité latine, dans Revue des Nations Latines, 1 (1916), repr (...)

41Langues mortes toujours productives, le latin et le grec ont joué, vis-à-vis de l’italien, de l’espagnol et du portugais, le même rôle qu’à l’égard du français. Mais il faut dire que, dans une langue comme l’italien, qui a conservé un aspect phonétique assez proche du latin, il n’est pas toujours possible de discerner si un mot est héréditaire ou s’il est emprunté. Alors que l’on peut affirmer le caractère emprunté du français siècle, de l’espagnol siglo, du portugais seculo, il n’y a pas de certitude absolue pour l’italien secolo, mais seulement une forte probabilité43.

42Par la voie savante, directement ou par le calque, le latin et le grec ont aussi largement contribué à l’enrichissement lexical des langues germaniques : néerlandais, allemand, danois, suédois, norvégien et surtout anglais. C’est le grec, en revanche, qui a servi de réservoir aux langues slaves, notamment au russe.

  • 44 Cf. S. K. Chatterji, Hindi, the National Language of India, and its Modernization, dans Civilisati (...)

43Le cas du latin et du grec est remarquable et rare. Il n’est pas unique. En Inde, le sanskrit a joué vis-à-vis des prâkrits et des parlers dravidiens anciens, et il continue de jouer vis-à-vis des langues modernes44, un rôle de langue savante analogue à celui des vieilles langues classiques. Il a été, plus longtemps même que le latin, la langue des clercs, c’est-à-dire des pandits, celle qui était de règle pour composer les traités philosophiques, scientifiques et grammaticaux.

44Dans l’antiquité mésopotamienne, le sumérien, si archaïque et si complexe, n’a pas cessé d’être la langue savante, désuète et respectée, où ont puisé l’akkadien et l’assyrien. Il suffit de parcourir, avec un minimum d’initiation, un ouvrage d’assyriologie pour saisir l’ampleur et la profondeur de cette influence.

  • 45 G. Alessio, op. cit., p. 140-141.

45Ne quittons pas la question des emprunts aux langues savantes sans en signaler un effet particulier. En France, au Moyen Age, à la Renaissance et jusqu’au 17e siècle, la confrontation continuelle du français avec le latin a eu pour conséquence que des mots héréditaires et bien ancrés dans l’usage ont néanmoins été retouchés, latinisés. Pour se rapprocher de l’origine latine vraie ou supposée, aver a été refait en avare, bescuit en biscuit, chasteé en chasteté, cler en clair, coulon en colombe, doit en doigt, durté en dureté, ele en aile, estrument en instrument, nit en nid, parfont en profond, piet en pied, pois en poids, povre en pauvre, setembre en septembre, vint en vingt45.

  • 46 A. Meillet, Esquisse d’une histoire de la langue latine5, Paris, 1948, p. 90.

46Le même phénomène s’était produit dans l’antiquité pour les emprunts du latin au grec. Les anciennes formes mācina, tecina, coturnus, clamidatum, *ampora (dim. ampulla), *spata (dim. spatula), qui représentaient des emprunts oraux et populaires, ont fait place à des graphies refaites sur les modèles grecs : machina, techina, cothurnus, chlamydatum, amphora, spatha. Les noms grecs de la châtaigne, κάστανον, et de l’éléphant, έλέφας, empruntés anciennement par le latin, y avaient pris, suivant l’évolution phonétique régulière, les formes « vulgaires » *castinea et * olifantu : ce sont elles que représentent l’italien du nord costeña et l’ancien français olifant46. Mais, à Rome, les lettrés, dont beaucoup savaient le grec, ont réintroduit les formes « corrigées » castanea et elephas (ou elephantus), qui se sont imposées, contre l’usage populaire, dans la langue châtiée et dans la langue littéraire.

  • 47 F. Martini, De la réduction des mots sanskrits passés en cambodgien, dans Bulletin de la Société d (...)

47C’est encore le même phénomène de réaction de la graphie savante sur la prononciation traditionnelle qui se reproduit de nos jours au Cambodge. Depuis quelque vingt-cinq ans s’est créé un mouvement en faveur de l’unification de l’orthographe cambodgienne. Ce mouvement a abouti récemment à un résultat concret : la publication, en 1938 et 1943, des deux volumes du Vacanānukram Khmēr, c’est-à-dire d’un dictionnaire officiel rédigé par une commission de lettrés et de bonzes. C’est ce dictionnaire qui régit maintenant l’orthographe enseignée dans les écoles. Or, les auteurs du dictionnaire, tous sanskritistes, ont fait fi de la prononciation populaire des mots empruntés au sanskrit, et ils ont rétabli, dans tous les cas, la forme originelle. Ainsi, le nom du roi, qui se dit couramment dhīptī, est ramené à sa forme sanskrite adhipati. Les jeunes Cambodgiens qui sont allés à l’école dans les dix ou douze dernières années, ont dû apprendre les formes savantes du dictionnaire de préférence aux formes populaires, et c’est ainsi qu’aujourd’hui un bon usage académique nouveau commence à s’imposer pour tous les mots — et ils sont une multitude — que le cambodgien a repris au sanskrit et au pâli47.

***

  • 48 F. Brunot et Ch. Bruneau, op. cit., p. 187.

48Pour les distinguer des emprunts savants dont il vient d’être question et qui continuent de se produire dans une certaine mesure, j’appellerais volontiers « emprunts scientifiques » ceux que le français moderne, comme d’autres langues européennes, a fait au latin et au grec ancien pour constituer son vocabulaire technique, philosophique, politique et artistique. Alors qu’au Moyen Age, le français n’a connu qu’à travers le latin des termes comme académie, métamorphose et sympathie, en revanche, à partir de la Renaissance et plus exactement du 16e siècle, on a commencé à apprendre le grec dans les grands collèges et à « écorcher » directement de la langue de Platon une série de termes, pour la plupart scientifiques48 :

  • 49 F. Brunot, La pensée et la langue, Paris, 1922, p. 50-51 ; F. Desonay, op. cit., p. 62 ; G. Alessi (...)
  • 50 F. Desonay, op. cit., p. 89.

49anarchie, aristocratie, démocratie, économie, mélodie, monarchie, période, poème, politique etc. Mais il n’y a jamais eu un afflux d’hellénismes pareil au déluge des latinismes49. En réalité, la vogue du grec n’a pris sa véritable ampleur en français qu’au seuil du 18e siècle. Alors que la Révolution Française avait latinisé au nom du civisme républicain, l’Empire, lui, s’est mis à gréciser à tour de bras pour satisfaire une fringale scientifique et aussi, comme le dit un texte de l’époque, « pour être entendu dans toutes les langues »50. C’est alors, en effet, que commence à se constituer systématiquement, dans les langues européennes, un fonds commun encore latinisant, mais surtout hellénisant, de terminologie savante.

  • 51 Aspects du français, p. 155-158.

50Pour donner une idée de la variété des « emprunts scientifiques » du français aux vieilles langues classiques, je ne crois pas pouvoir mieux faire que de citer, avec quelques coupures, un long passage de J. Marouzeau dans un livre récent51 : « La science a eu longtemps le latin comme langue d’usage : on a désigné par des noms latins les aspects du ciel : telle étoile est une nova, les nuages sont des nimbus, cirrus, cumulus, stratus ; les éléments du sol s’appellent humus, silex, mica… ; le monde végétal nous offre latex, carex, gramen ; il n’est pas jusqu’au curieux nom du réséda qui ne cache un mot latin, impératif du verbe qui signifie « calmer. Les chimistes ont donné des noms latins au fluor, au minium, aux nombreux corps nouveaux de la série uranium, sélénium… Le mathématicien calcule un minimum ou un maximum, le physicien détermine un quantum et des quanta ; le philosophe raisonne a priori et conclut a fortiori… La médecine a été la grande pourvoyeuse, d’abord quand elle a procédé à la description du corps humain ; voici, de la tête aux pieds : le facies… et son rictus, les sinus sous-jacents et, à l’opposé, l’occiput ; dans les membres supérieurs, le biceps, l’humérus, le radius et le cubitus ; dans la main l’index… et le medius… ; dans la jambe le fémur et le tibia (nom de la flûte, féminin en latin) ; dans le tronc le sternum, mot gréco-latin, les plexus, l’abdomen, l’uterus, le pénis et l’anus (anneau), le coccyx et les parties appelées par décence pudenda ; le sacrum (os sacrum = l’os sacré, qui était offert aux dieux dans les sacrifices) ; les différentes parties de l’intestin sont le rectum…, le coecum… en cul-de-sac, le jejunum, partie d’ordinaire évacuée, dite « à jeun, le duodénum = long de douze doigts. Latins sont les noms du placenta (gâteau), du foetus ; des secré- tions : mucus (moisissures), virus (suc des plantes), sérum (petit lait) ; des maladies : le lupus (loup), le cancer (crabe), le tabès (liquéfaction), le lumbago (mal des lombes), le typhus (enflure, vapeur) et le choléra (bile)…, le zona…, le delirium tremens (délire agitant), la colique de miserere (mal pour lequel il faut dire le psaume de la pénitence qui commence par miserere…) ; les instruments de la profession : forceps et speculum, les états du malade : modus et tonus, le collapsus et le processus de la guérison…

51La langue de la chancellerie et celle de la politique nous offrent le véto (= je m’oppose), le memorandum, l’ultimatum et le referendum, la reconnaissance de facto et de jure, l’exeat et l’affidavit. La langue conservatrice par excellence est celle des hommes de loi : l’avocat, désigné par interim, et persona grata auprès du tribunal, présente un factum ou un memorandum qui contient les desiderata de son client ; il multiplie les distinguo, énonce une condition sine qua non, demande le statu quo (statu quo ante = dans l’état où on était avant), dissipe un incognito, sollicite un moratorium, emploie un argument ad hominem, présente un constat, fait condamner un contumax… S’il s’agit d’une affaire d’argent, il établit, à l’aide d’un récépissé, le montant d’un boni (génitif du mot bonum = le bien) calculé au prorata des bénéfices ; il discute une taxe ad valorem, le montant d’un deficit (ce qui manque), d’un debet (ce qu’on doit) ou d’un reliquat (= ce qui reste).

52Enfin, il est naturel que l’écrivain, le lettré, le philologue imbus de tradition humaniste, gardent dans leur langue maints souvenirs du latin : leur bibliothèque contient des codex et des index, des albums et des mementos, des corpus et des thesaurus, des éditions princeps, ad usum, ne varietur, pourvus d’ex-libris ; un feuillet est écrit au recto et au verso, avec ou sans alinéa (a linea = à la ligne) ; un texte est publié in extenso, présenté en duplicata, suivi d’un post-scriptum, d’un index, d’un erratum…, de facsimilés (fac simile = fais le semblable) et de nota bene ; l’auteur a obtenu l’imprimatur (subjonctif passif = que soit imprimé) ; le conférencier commet des lapsus ; le magister discourt ex cathedra et ses disciples font chorus ; le professeur est proclamé docteur honoris causa ; il fait passer un examen, distribue dans un palmarès (pluriel de l’adjectif palmaris = qui mérite la palme), des satisfecit et des accessit… »

  • 52 Linguistique générale et linguistique française3, 1950, p. 332 (n° 557).

53Sans doute, pas mal de ces « emprunts scientifiques » sont déjà attestés aux 14e, 15e et 16e siècles et on pourrait se demander s’il y a une raison de les distinguer des « emprunts savants ». Je pense que l’épithète « scientifique » se justifie par le fait que les emprunts ainsi qualifiés font partie réellement de langues spéciales, techniques, tandis que l’on affuble traditionnellement du titre de « savants » des mots qui sont venus du latin par une autre voie que l’héritage, mais qui font partie, souvent depuis longtemps, de la langue commune, courante et même familière et ne gardent plus rien de ce parfum « savant », de cette distinction, de cette lourdeur pédantesque ou de ce caractère ésotérique, évoqués par Charles Bally52.

54Il ne faut évidemment pas ranger tels quels au nombre des « emprunts scientifiques » les nombreux néologismes forgés au moyen de radicaux, de préfixes ou de suffixes d’origine grecque ou latine. Le grec n’a jamais possédé de vocables tels que hodographe, bathyscaphe, podophtalme et poliomyélite et il n’y a pas de trace en latin historique de vermifuge, de locomotive et d’acupuncture. La création de tels mots s’insère dans le développement interne de la langue française ou d’une autre langue occidentale moderne. Le créateur a recouru à des éléments morphologiques qu’il trouvait déjà dans des emprunts antérieurs (p. ex. -graphe dans géographe, du latin geographus < grec γεωγράφος) ou qu’il a empruntés séparément en se conformant au modèle de composés existants (p. ex. d’après géo- de géographe, on a repris aux langues anciennes bio-, phono-, ethno-, dactylo-, cinémato- pour créer biographe, phonographe, ethnographe, dactylographe et cinématographe).

***

55Toujours sans sortir du domaine où se parle une même langue, généralement nationale, il faut aussi faire la part à l’influence exercée sur celle-ci par l’argot, autrefois jargon des malfaiteurs, aujourd’hui forme extrême du parler populaire. Depuis 1850 environ, il n’y a plus eu, en France, de véritable argot des malfaiteurs : celui-ci s’est fondu dans le parler populaire, surtout de Paris, et c’est à ce dernier qu’on applique couramment maintenant le nom d’« argot ». Ici, plus que partout ailleurs, c’est le bon usage qui permet d’établir une certaine frontière entre la langue académique ou surveillée, et la langue argotique. La même personne peut, en tenant compte de cet usage, parler tantôt correctement et tantôt vulgairement. C’est là d’ailleurs une des situations qui favorisent le passage des mots d’argot dans la langue soignée.

  • 53 Cf. E. Bourciez, Éléments de linguistique romane4, Paris, 1946, p. 653-655 ; G. Alessio, Le origin (...)

56Déjà en moyen-français, les mots gueux, dupe, fourbe paraissent venir du jargon des malfaiteurs. Il en va de même au 17e siècle pour narquois, frusquin, polisson, grivois et trimer. Au 18e siècle, une série de termes populaires apparaissent dans la bonne langue : bagou, bataclan, blaguer, cabotin, chic, cocotte, gueuleton, pékin. Pendant le 19e siècle et jusqu’aujourd’hui, l’argot populaire envahit de plus en plus la langue recherchée : pour m’en tenir aux mots qui semblent maintenant de bon ton, sans appartenir forcément à la langue académique, je citerai entre autres : balade (promenade), baluchon, béguin (caprice amoureux), bourlinguer, camoufler, épatant, esbrouffe, esquinter, frousse, fumiste, gaffe, gosse, jugeotte, larbin, pagaye (désordre), piston (protection), raser (ennuyer), roublard, toquade, trac, tuyau (renseignement), type53.

57Cet emprunt de la langue commune à l’argot, surtout par recherche d’expressivité, existe partout où il y a un bon usage conventionnel, littéraire ou académique, distinct de la « parlure » vulgaire.

  • 54 E. Bourciez, op. cit., p. 497.

58L’italien a adopté pas mal de mots fourbesques : grimo « ridé », birbante « coquin », gouzo « rustre », cavagno « panier », camuffare « déguiser », smorfire « grimacer en mangeant », lenzare « mouiller » etc. 54

  • 55 Ibid., p. 419 ; autres exemples cités par R. Lapesa, Historia de la lengua española, 2e éd., Madri (...)

59En espagnol, de nombreux mots ont une origine argotique : mirla au sens d’« oreille », piltra « lit », bederre « bourreau », banasto au sens de « prison », coime « tenancier de tripot », almagrar « tuer », etc. 55

  • 56 W. Porzig, Das Wunder der Sprache, Berne, 1950, p. 203.

60L’allemand doit aussi à l’argot des malfaiteurs des mots comme meckern « bêler, crier », Kluft « fente, crevasse », Pleite « banqueroute », tippeln « pointiller »56.

  • 57 A. Dauzat, dans Le Français Moderne, 17 (1949), p. 162-163 (d’après une communication de F. Mossé)

61Le slang est un riche fournisseur de l’anglais moderne et il mériterait, à lui seul, un long exposé. Je m’en tiendrai ici à un seul mot : jamboree. Pris peut-être originellement à une langue de Peaux-Rouges, il a été adopté d’abord dans le slang des États-Unis, puis il est passé dans l’anglo-américain commun, dès la seconde moitié du 19e siècle avec le sens de « grande réunion joyeuse et mouvementée ». Le nom de jamboree ayant été appliqué à un rassemblement international des scouts en 1920 à Olympia aux États-Unis, le mot est demeuré depuis lors avec ce sens spécial dans le vocabulaire du scoutisme et c’est comme tel, c’est-à-dire comme terme d’un jargon, qu’il est connu aujourd’hui en français. 57

***

  • 58 Cet aspect de l’hellénisme est trop souvent négligé au profit de l’étude des auteurs classiques de (...)
  • 59 Si l’on en juge par la pénétration de leur vocabulaire à l’étranger, les cinq plus importantes lan (...)

62Un grand nombre d’emprunts viennent naturellement aussi des langues étrangères, c’est-à-dire des langues qui n’ont pas d’emploi régulier à l’intérieur du domaine de l’idiome emprunteur. Je distingue d’abord l’apport des grandes langues culturelles. Ç’a été le cas de l’assyro-babylonien, dont tant de mots ont passé notamment en hébreu, en hourrite et en hittite ; du grec hellénistique, langue de communication générale (κοινή) en Asie Mineure, en Syrie, en Palestine, en Égypte et, à un moindre degré, sur d’autres rives de la Méditerranée58 ; du sanskrit dans l’Inde méridionale, en Indochine et dans l’Insulinde ; du chinois dans l’Annam, en Corée et au Japon ; du persan, depuis le 10e siècle, en Asie centrale et en Inde ; de l’araméen dans le Proche-Orient antique ; du latin dans toute l’Europe occidentale et dans ses dépendances ; du swahili en Afrique orientale et centrale ; du français en Europe et ailleurs aux 17e, 18e et même 19e siècles ; enfin de l’anglais aujourd’hui dans un grand nombre de pays du monde59. Les écritures employées indiquent très souvent quelles sont les influences de ce genre qui se sont exercées. Il est intéressant d’observer l’extension, hors de leurs domaines propres, des écritures cunéiforme, grecque, indienne, chinoise, latine, araméenne et arabe.

  • 60 Bertrang, Grammatik der Areler Mundart, et J. Warland, Glossar und Grammatik der germanischen Lehn (...)

63Les langues communes, nationales, jouent le rôle de langues culturelles vis-à-vis des patois. L’influence de la langue « officielle » se marque notamment dans les termes relatifs à l’administration et à la vie publique. En voici un exemple caractéristique. En patois allemand d’Arlon (Luxembourg belge), où la langue officielle est le français, le percepteur des postes s’appelle pèrsèptör ; mais en wallon de Malmédy, où la langue allemande était officielle avant 1920, le même fonctionnaire portait le nom de posmaystèr60.

***

64Il est naturel que beaucoup de mots d’une langue soient empruntés à des langues voisines. Le français a des mots de l’allemand, de l’italien, de l’espagnol, de l’anglais ; le polonais des mots de l’allemand, du hongrois, du russe ; l’espagnol mexicain et le franco-canadien des mots de l’anglo-américain ; et ainsi de suite. Trop d’exemples ont déjà été cités pour qu’ils soit utile de revenir sur ce point.

***

  • 61 Cf. V. Bröndal, Substrat et emprunt en roman et en germanique, Copenhague et Bucarest, 1948, p. 14 (...)

65L’occupation d’un pays par une armée et une administration étrangères ou alliées provoque un contact particulier et moins prolongé entre deux langues61. Évidemment, il y a, vis à vis de l’ennemi ou de l’ancien ennemi, une résistance linguistique qui n’existe pas ou qui est moindre dans le cas d’une alliance. L’imprégnation de l’espagnol par l’arabe résulte d’une invasion et d’une occupation forcée. Il y aurait à rechercher les conséquences linguistiques des conquêtes passagères de Napoléon Ier. On mesurera plus tard l’influence de la domination russe prolongée en Europe orientale après la guerre 1940-1945 : ce que l’on sait pour le moment, laisse penser qu’elle sera profonde.

66Mais le cas le plus étudié et le mieux connu est celui du latin, porté dans tant de pays par les armées romaines de la République et de l’Empire. Il ne s’agit évidemment ici que des régions qui n’ont pas adopté la langue latine, mais en ont subi momentanément l’influence en gardant leurs parlers propres. C’est en grec, langue parfaitement connue par ailleurs, qu’on a pu le mieux détailler cette influence.

67La pénétration romaine fut intense et continuelle dans le monde grec depuis le milieu du 2e siècle avant J.-C. jusqu’à l’époque byzantine. Les empereurs, notamment Tibère, Claude et surtout Constantin, ont accentué l’effort pour latiniser la Grèce. Tous les documents officiels d’ordre politique, administratif, juridique et militaire étaient obligatoirement rédigés en latin. Un grand nombre de Romains étaient établis en pays grec avec leurs familles. Aussi trouve-t-on trace d’un certain bilinguisme populaire. Bon nombre de Grecs ont « collaboré » avec l’occupant, adoptant des noms romains et des titres flatteurs comme φιλορώμαιος, faisant graver des hommages aux maîtres de l’heure et même des épitaphes bilingues.

68Mais ce qui importe le plus, ce sont les termes, généralement techniques, qui paraissent bien avoir été en usage dans le grec populaire tardif. Le Nouveau Testament et particulièrement les Évangiles synoptiques reflètent vraisemblablement un usage réel qu’on hésite à retrouver dans les textes officiels. C’est ainsi que le grec a repris des appellations militaires latines, πραιτώριον, λεγιών, κεντνρίων ; des termes juridiques, κησος, κολωνία, λιßεp-τίvoς, φλαγέλλιον (flagellum) ; des noms de mesures, μόδιος, ξίστης (sextarius), δ-ηνάριον, κοδράντης (quadrans) etc. La plupart des littérateurs grecs de basse époque connaissaient le latin et cela se marque dans des passages de leurs écrits. Cependant, l’influence de l’occupant, même prolongée, reste surtout cantonnée dans un certain domaine extérieur et souvent il suffit d’un changement militaire ou politique pour effacer bien des emprunts de surface. Il est significatif, par exemple, que là où saint Mathieu et saint Marc ont employé les latinismes populaires κονταριών, κῆνσος et κοδράντης, saint Luc, plus puriste, écrit ἑκατοντάρχης, Фόρος et λεπτόν.

  • 62 Sur l’influence latine en grec, voir entre autres : A. Meillet, Aperçu, p. 304-305 ; L. Lafoscade, (...)

69L’empereur Justinien, constatant qu’après sept siècles d’effort, le grec était resté la langue générale de son empire, a remplacé le latin par le grec comme langue juridique et, dès la même époque, il en est partiellement ainsi de l’administration. Au xie siècle, le latin n’est plus connu ni employé nulle part en Grèce62. C’est dire si la langue de l’occupant est un fournisseur précaire d’emprunts.

***

  • 63 Voir les autres emprunts exotiques déjà cités au chapitre II (p. 29).

70De nombreux mots d’une langue peuvent avoir, enfin, une origine lointaine. Ainsi, en français, nous employons aujourd’hui pas mal de termes qui sont tirés de langues très éloignées. Ils désignent souvent des produits naturels ou des animaux exotiques : par exemple, lama vient du Thibet, kangourou d’Australie, casoar de la Malaisie, colibri de la mer des Caraïbes, cachou de l’Inde, caoutchouc du Pérou, tomate du Mexique, soya de la Mandchourie, bambou de l’Insulinde. Certains termes techniques et scientifiques ont été parfois aussi tirés de langues lointaines par des géographes, des ethnographes ou des voyageurs : qu’on se rappelle l’islandais geyser, l’algonquin manitou, le polynésien tabou, le vieil-indien nirvana, le créole tam-tam63.

71Il va sans dire que peu de ces mots sont passés directement de la langue exotique au français. C’est vrai seulement pour les termes rapportés dans des livres de voyageurs et de savants français et pour ceux qui sont issus de colonies françaises. Sinon, il faut compter avec des intermédiaires divers et cela s’applique évidemment à toutes les langues sous des angles différents. Mais c’est un autre problème que je me propose d’examiner dans la suite.

Notes

1 D’après Grimarest, Vie de Molière, éd. 1704, p. 14.

2 S. G. Morley, dans Publications of the Modem Language Association of America, 19, p. 270.

3 Le dernier au Béloutchistan.

4 T. Burrow, The Sanskrit Language, Londres, 1955, p. 386-388.

5 Je ne crois pas devoir insister ici sur les multiples formes possibles du bilinguisme et du contact des langues. On trouvera un essai d’analyse détaillée dans M. H. Roberts, The Problem of the Hybrid Language, dans Journal of English and Germanic Philology, 38 (1939), p. 23-41. Ce savant distingue (en anglais) l’affusion, qui se présente sous les formes d’infusion, suffusion ou superfusion ; et l’interfusion, qui peut revêtir les formes de diffusion, circumfusion et retrofusion.

6 Sur la théorie des affinités phonologiques entre les langues, dans l’ouvrage de N. S. Troubetzkoy, Principes de phonologie, traduit par J. Cantineau, Paris, 1949. p. 360.

7 Cr. J. Pokorny dans Mitteilungen der Anthropologischen Gesellschaft in Wien, 66, p. 70 ss. [note de Jakobson].

8 L. Bloomfield, Language, New-York, 1933, p. 444, oppose dialect borrowing et cultural borrowing, ce dernier désignant l’emprunt à une langue différente, extérieure au domaine comprenant la langue emprunteuse et des dialectes apparentés.

9 Cf. A. Ernout, Les éléments dialectaux du vocabulaire latin, Paris, 1909.

10 E. Bourciez, Éléments de linguistique romane4, Paris, 1946, p. 497 ; G. Rohlfs, Historische Grammatik der italienischer Sprache und ihrer Mundarten, t. I, Berne, 1949, p. 141, 352, 455 n. 1.

11 E. Bourciez, op. cit., p. 419.

12 W. Henzen, Schriftsprache und Mundarten. Ein Überblick über ihr Verhältnis und ihre Zwischenstufen im Deutschen, 2e éd. remaniée, Berne, 1954, p. 135-137 ; cf. aussi W. Porzig, Das Wunder der Sprache, Berne, 1950, p. 202-203.

13 Bourciez, op. cit., p. 652-653 ; F. Brunot, La pensée et la langue, p. 49 ; G. Alessio, Le origini del francese, Florence, 1946, p. 108-109, 143-146 ; A. Dauzat, Voyage à travers les mots, Paris, 1947, p. 7 ; M. Lanusse, De l’influence du dialecte gascon sur la langue française, de la fin du xve siècle à la moitié du xviie, thèse de Paris, Grenoble, 1893.

14 A. Hatzfeld et A. Darmesteter, Dictionnaire général de la langue française9, Paris, 1932, I, p. 12-13 ; G. Alessio, op. cit., p. 148.

15 Sur ce problème complexe, voir G. Millardet, Linguistique et dialectologie romanes. Problèmes et méthode (Publications spéciales de la Société des langues romanes, t. XXVIII), Montpellier et Paris, 1923, 523 p.

16 Cette habitude de « patoiser » les emprunts a été justement soulignée par A. Meillet, La méthode comparative en linguistique historique, rééd. 1954, p. 73-74.

17 A. Meillet, Introduction à l’étude comparative des langues indo-européennes8, Paris, 1937, p. 22-23.

18 G. Alessio, op. cit., p. 155. — Sous l’influence romantique, la langue de la mode française vers 1830 a remis en usage des noms de vêtements désuets tels que soubreveste, balandran, aumonière, gantelet. Cf. A. J. Greimas, La mode en 1830. Essai de description du vocabulaire vestimentaire d’après les journaux de modes de l’époque, thèse de Paris, 1948, p. 350.

19 V. Pisani, L’etimologia, Milan, 1947, p. 65.

20 K. Müller, Die Wiederbelebung alter Wörter, dans Wiss. Beihefte zur Zeitschrift des Allgemeinen Deutschen Sprachvereins, 2, p. 57 ss. ; Α. Schirmer, Deutsche Wortkunde (Sammlung Göschen, 929), Berlin et Leipzig, 1926, p. 95-98.

21 A. Meillet, Aperçu d’une histoire de la langue grecque6, Paris, 1948, p. 322.

22 Ibid.

23 A. Meillet, Comment les mots changent de sens, dans L’Année Sociologique, 1905-1906, reproduit dans Linguistique historique et linguistique générale, (I), nouv. éd., Paris, 1948, p. 253-254 ; Sur l’étymologie du français, dans Linguistique historique et linguistique générale, II, Paris, 1936, p. 149. Cf. E. Legros, Le Nord de la Gaule romane, dans Bulletin de la Commission Royale de Toponymie et Dialectologie, 16 (1942), p. 193.

24 E. Huguet, Le langage figuré au seizième siècle, Paris, 1933, p. 29-43 ; A. Carnoy, La science du mot. Traité de sémantique, Louvain, 1927, p. 78 ; W. Von Wartburg, Problèmes et méthodes de la linguistique, Paris, 1946, p. 101.

25 A. Carnoy, op. cit., p. 77.

26 Ibid., p. 77-78 ; de Thomasson, Les curiosités de la langue française, Paris, 1938, p. 156-161.

27 Cf. de Thomasson, op. cit., p. 161-169 : Le langage d’église.

28 Sur l’ancienne valeur religieuse de ces mots, M. M. DUBOIS, Rendons à César…, dans Vie et Langage, 3 (1945), p. 89-91.

29 Sur l’origine du mot, A. Ernout et A. Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine3, 1951, s. v. parabola.

30 Esquisse d’une histoire de la langue latine5, Paris, 1948, p. 276.

31 Évangile selon saint Matthieu, XXV, 14-30.

32 A. Dauzat, Le génie de la langue française, 2e éd., nouv. tir., Paris, 1947, p. 93.

33 J. Robillot, Termes et locutions empruntés à l’Ancien Testament, dans Le Français Moderne, 13 (1945), p. 297-298 ; aussi P. Deninon, Paroles d’Évangile, dans Vie et Langage, 4 (1955), p. 127-130.

34 J. Marouzeau, Aspects du français, Paris, 1950, p. 155.

35 Cf. Kr. Sandfeld, Linguistique balkanique, Paris, 1930, p. 20-21.

36 P. Peeters, Les traductions orientales du mot Martyr, dans Analecta Bollandiana, 39(1921), p. 50-64.

37 G. Clifford-Whitworth, An Anglo-Indian Dictionary : a Glossary of Indian Terms used in English and of such English and other non-Indian Terms as have obtained special Meanings in India, Londres, 1885, p. 232.

38 A. Dauzat, Voyages à travers les mots, Paris, 1947, p. 10.

39 L’Ordonnance de Villers-Cotterets, qui prescrivit l’emploi exclusif du français dans toutes les pièces judiciaires du Royaume, est daté de 1539.

40 Cf. G. Alessio, Le origini del francese, Florence, 1946, p. 138-139.

41 A. Meillet, Sur l’etymologie du français, dans Linguistique historique et linguistique générale, II, Paris, 1936, p. 149 : « En face d’œil, les formations sont les unes tirées du latin écrit, ainsi oculaire, oculiste, les autres du grec, ainsi ophtalmie, ophtalmique. Il faut descendre bas dans la langue populaire pour trouver un dérivé tiré du mot français œil, yeux, à savoir zyeuter ». Je ne vois pas pourquoi Meillet n’a pas mentionné les dérivés œillade, œillard, œillère, œillet.

42 Pour plus de détails, voir entre autres : F. Brunot, Histoire de la langue française, tomes I et II ; La pensée et la langue, Paris, 1922, p. 49-50 ; F. Brunot et Ch. Bruneau, Précis de grammaire historique de la langue française, nouv. éd., Paris, 1937, p. 186-188 ; E. Bourciez, Éléments de linguistique romane4, Paris, 1946, p. 317 et 649-651 ; G. Alessio, Le origini del francese, Florence, 1946, p. 138-139 ; F. Desonay, La vivante histoire du français, Bruxelles, 1946, p. 51-55 ; A. Dauzat, Le génie de la langue française, 2E éd., nouv. tir., Paris, 1947, p. 91-93 ; J. Marouzeau, Aspects du français, Paris, 1950, p. 78-79 ; A. Meillet, op. cit., p. 146-147.

43 A. Meillet, Le sens linguistique de l’unité latine, dans Revue des Nations Latines, 1 (1916), reproduit dans Linguistique historique et linguistique générale, (I), nouv. éd., Paris, 1948, p. 319.

44 Cf. S. K. Chatterji, Hindi, the National Language of India, and its Modernization, dans Civilisations, 2 (1952), p. 19-32.

45 G. Alessio, op. cit., p. 140-141.

46 A. Meillet, Esquisse d’une histoire de la langue latine5, Paris, 1948, p. 90.

47 F. Martini, De la réduction des mots sanskrits passés en cambodgien, dans Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, 50 (1954), p. 244-261.

48 F. Brunot et Ch. Bruneau, op. cit., p. 187.

49 F. Brunot, La pensée et la langue, Paris, 1922, p. 50-51 ; F. Desonay, op. cit., p. 62 ; G. Alessio, op. cit., p. 139-140.

50 F. Desonay, op. cit., p. 89.

51 Aspects du français, p. 155-158.

52 Linguistique générale et linguistique française3, 1950, p. 332 (n° 557).

53 Cf. E. Bourciez, Éléments de linguistique romane4, Paris, 1946, p. 653-655 ; G. Alessio, Le origini del francese, Florence, 1946, p. 149 ; et les dictionnaires.

54 E. Bourciez, op. cit., p. 497.

55 Ibid., p. 419 ; autres exemples cités par R. Lapesa, Historia de la lengua española, 2e éd., Madrid, [1950], p. 255 et 293 ; W. J. Entwistle, The Spanish Language, Londres, 1936, p. 223.

56 W. Porzig, Das Wunder der Sprache, Berne, 1950, p. 203.

57 A. Dauzat, dans Le Français Moderne, 17 (1949), p. 162-163 (d’après une communication de F. Mossé).

58 Cet aspect de l’hellénisme est trop souvent négligé au profit de l’étude des auteurs classiques des 5e et 4e siècles : cf. le bon exposé d’A. Meillet, Aperçu d’une histoire de la langue grecque6, Paris, 1948, p. 250-254 ; sur le rôle culturel du grec à Rome, Esquisse d’une histoire de la langue latine6, Paris, 1948, p. 205-209. — Il est significatif que le latin n’ait pas réussi à s’implanter dans les régions de l’Empire où il avait été précédé par le grec : Aperçu, p. 303-304.

59 Si l’on en juge par la pénétration de leur vocabulaire à l’étranger, les cinq plus importantes langues culturelles du monde sont l’ancien chinois, le sanskrit, l’arabe, le grec et le latin. En second lieu viennent le français et l’hébreu. En comparaison avec les langues précitées, l’influence culturelle de l’anglais serait moindre, au témoignage d’Edward Sapir, Le Langage, Paris, 1953, p. 183-184.

60 Bertrang, Grammatik der Areler Mundart, et J. Warland, Glossar und Grammatik der germanischen Lehnwörter in der wallonischen Mundart Malmedys, cités par A. Boileau, Le problème du bilinguisme et la théorie des substrats, Bruxelles, 1946. p. 17.

61 Cf. V. Bröndal, Substrat et emprunt en roman et en germanique, Copenhague et Bucarest, 1948, p. 140.

62 Sur l’influence latine en grec, voir entre autres : A. Meillet, Aperçu, p. 304-305 ; L. Lafoscade, Influence du latin sur le grec, dans Études de philologie néo-grecque, publiées par J. Psichari, Paris, 1892, p. 83-158 ; J. Psichari, op. cit., p. 164-165 (cf. p. 159 n. 1) ; P. Chantraine, Quelques emprunts du grec au latin, dans Revue des Études Latines, 15 (1937), p. 88-89 ; Remarques sur le parallélisme sémantique du latin locus et du grec τόπος, dans Mélanges A. Ernout, Paris, 1940, p. 51-52 ; A. Cameron, Latin Words in the Greek Inscriptions of Asia Minor, dans American Journal of Philology, 52 (1931), p. 232-262. Sur les latinismes en grec d’Égypte, voir les études de B. Meinersmann, R. Cavenaile et H. Zilliacus citées p. 357, 359 et 361.

63 Voir les autres emprunts exotiques déjà cités au chapitre II (p. 29).

© Presses universitaires de Liège, 1956

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search